Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

IIIe Partie. Les villes

Au sujet des élites rouennaises aux derniers siècles du Moyen Âge

Jean-Louis Roch

Texte intégral

  • 1 Les élites urbaines au Moyen Âge, 27e congrès de la SHMES, Paris, Pub. de la Sorbonne, École franç (...)
  • 2 Vincent Tabbagh, Le clergé séculier du diocèse de Rouen à la fin du Moyen Âge (1359-1493), thèse d (...)

1D’excellents travaux ont renouvelé de manière importante, ces dernières années, la recherche sur les élites urbaines médiévales1 : origine et nature des « patriciats », renouvellement des élites, « oligarchisation », processus d’ascension sociale et stratégies familiales, conflits internes à l’oligarchie et conflits avec les groupes inférieurs, rôle du prestige, anoblissement et auto-légitimation des élites, etc. Ces recherches ont concerné de nombreuses villes françaises, mais aussi l’Italie, l’Angleterre ou l’Allemagne. On connaît désormais assez bien ce qui se passe à Lyon, Dijon, Strasbourg, Francfort, Norwich ou Venise ; moins bien ce qui se passe à Rouen, qui est pourtant la seconde ville du royaume capétien. Ce ne sont pas les recherches qui manquent, en particulier celles de Michel Mollat, d’Alain Sadourny, de Vincent Tabbagh, de Philippe Cailleux, de Philippe Lardin, de Philippe Levaudel et l’excellent travail de Claire Haquet sur la période 1382-14182. Mais nous manquons toujours d’une synthèse, qui croiserait les différentes pistes suivies. La difficulté vient de ce que les sources sont à la fois impressionnantes par leur masse, et présentent des manques difficiles à combler. On dispose certes des registres du tabellionage (cet équivalent du notariat) à partir de 1360 et des délibérations municipales à partir de 1389, mais on manque parfois de données sur ce qui se passe avant. Et le tabellionage lui-même à partir de l’occupation anglaise s’intéresse surtout aux rentes. Il permet néanmoins d’accéder aux partages successoraux et aux contrats de mariage ; mais non aux testaments que la coutume normande rend le plus souvent inutiles. Et surtout l’absence de séries fiscales rend l’approche des patrimoines difficile. Les archives ecclésiastiques et en particulier les fonds paroissiaux viennent heureusement combler quelques lacunes, en ce qui concerne les fondations de messes et les dons faits aux églises. Les sources ne manquent pas, mais plus d’un parmi nous s’est perdu dans la masse du tabellionage, sans parvenir toujours à reconstituer avec certitude le parcours de telle ou telle famille. L’importance même de la ville de Rouen ne facilite pas la recherche : il y a plusieurs familles Legras, plusieurs familles Auber, et l’indication des paroisses, lorsqu’elle existe, ne permet pas toujours de les distinguer ; d’autant que la dispersion familiale et la mobilité à l’intérieur de la ville semble avoir été importante. Tout cela rend compte de la difficulté d’une recherche qui ne peut être que collective.

  • 3 Philippe Cailleux, « Élites urbaines et financement public : les prêts des Rouennais au roi Charle (...)
  • 4 Claire Haquet, Un estat de gens très nécessaire. Les sages marchans et bourgeois de Rouen de la Ha (...)
  • 5 Jonathan Dewald, The Formation of a Provincial Nobility. The Magistrates of the Parlement of Rouen (...)

2Ceux qui ont travaillé dans les archives rouennaises ont exploré trois domaines : les patrimoines, les réseaux familiaux et les relations des élites avec l’Église. Approcher les fortunes familiales, ici, n’est pas facile. L’étude de Philippe Cailleux sur les emprunts de Charles V auprès des bourgeois, en 1370 et 1372, est précieuse, mais il s’agit d’une source exceptionnelle, qui concerne les débuts de la période couverte par le tabellionage et de plus laisse de côté les nobles et les officiers du roi3. Claire Haquet a exploré une autre piste, l’adjudication des fermes urbaines dans les années 1398-1411 : les familles qui y jouent le principal rôle sont les Alorge, Le Barrier, Le Forestier, Cavé, Marguerie, Durant, Du Chastel, Filleul4. Le tabellionage, de son côté, éclaire certains patrimoines lors des successions et des mariages. Est-il possible de repérer la part des rentes, des investissements immobiliers à Rouen même et des investissements fonciers autour de la ville, comme Jonathan Dewald l’a tenté pour une période postérieure5 ? À quel moment la part des biens ruraux devient prédominante dans telle fortune et l’acquisition de manoirs et de seigneuries précède-t-elle, et avec quel délai, l’anoblissement ? Cet anoblissement pose d’ailleurs luimême problème ; on n’en connaît pas toujours la date exacte et certaines branches secondaires continuent à vivre « marchandément ».

  • 6 Haquet, p. 387-400. Sur les Dubosc, voir Beaurepaire 1474 ; Bourlier p. 155-156 ; et ici note 67.
  • 7 ADSM, 2E1 /187, fos 106-107, 11 juillet 1456. Sur les Gouel, seigneurs de Frontebosc (à Limésy, Se (...)
  • 8 De Croismare : Frondeville, t. 1, nos 14 et 100 ; t. 2, no 23. Tabbagh, notices 132-134, et p. 110 (...)
  • 9 2E1 /192, 27 juillet 1463. Sur les Dureaume voir Levaudel ; Mahieu Dureaume descend sans doute du (...)

3Claire Haquet a exploré le second domaine, les réseaux familiaux ; elle a attiré l’attention sur le groupe familial des Alorge à la fin du XIVe et au début du XVe siècle, et les familles qui gravitent autour de lui (les Le Tourneur, Durant, de Cormeilles, Mustel, Piedehuche…). Elle a utilisé aussi les testaments des ecclésiastiques, pour décrire les liens tissés autour de Nicolas Dubosc6. On prendra ici deux autres exemples tirés des contrats de mariage, qui permettent de reconstituer partiellement les familles. Le mariage de Guillaume Toustain et de Jacqueline Gouel en mai 1456 réunit deux familles d’hommes de loi, les Toustain de la paroisse Saint-Herbland et les Gouel de la paroisse Saint-Laurent7. Guillaume est conseiller en cour laie (laïque), comme le père de la mariée, Jean Gouel. Les Gouel seront anoblis lors de l’ordonnance des francs-fiefs en 1470. La mère de Guillaume, Colette, était une de Croismare, famille importante de la paroisse Saint-Laurent, anoblie depuis la seconde moitié du XIVe siècle et qui donnera un archevêque à Rouen8. Colette, devenue veuve, s’est remariée à Jean Dubosc, écuyer de la paroisse Saint-Lô. Les remariages constituent une piste souvent intéressante dans l’élargissement ou le renforcement des réseaux. Sont présents, lors du contrat de mai 1456, Jean Dubosc mari de la mère du marié, Jean Toustain oncle du marié, Robin Le Vigneron oncle de la mariée, mais aussi Martin Fauvel qui est le receveur de la ville, Jacquet Filleul « changeur », Jacques Dessaulx et Étienne de Baudribosc ; de ces derniers on aimerait connaître les liens qui les unissent à nos jeunes mariés. Le père de la mariée, Jean Gouel, donne 800 livres, logera et nourrira les mariés et fournira le trousseau, deux robes d’écarlate, deux ceintures d’argent dorées, des sarges vermeilles, etc. Si nous suivons la famille Gouel quelques années plus tard, nous voyons Jean Gouel marier son fils Jean à Laurence Goulle, fille de feu Richard Goulle, marchand de Saint-Étienne-de-la-Grande-Église, et de Colette Dureaume, sœur de Mahieu Dureaume, qui sera conseiller de ville en 14789. Laurence Goulle est sœur de maître Richard, docteur en médecine et prêtre. Le fief de Frontebosc à Limésy passera des Gouel aux Toustain.

  • 10 ADSM, 2E1/200, 15 juin 1474.
  • 11 G. Lemoine, conseiller de la ville en 1466 ; de la confrérie Notre-Dame des marchands (ADSM, 2E1/1 (...)
  • 12 On connaît la succession de Mahieu Deschamps, décédé en 1491 : ADSM, 2E1/214, 20 janvier 1492 ns : (...)
  • 13 Guillaume de La Fontaine, de la paroisse Saint-Lô, vicomte de Rouen (1449), lieutenant général du (...)
  • 14 2E1 /213, 27 avril 1489 : Lemoine donne 1 100 livres dont 400 à tourner en rente au droit de sa fi (...)
  • 15 Honorable homme Robert Lemoine conseiller (2E1 /211, 17 avril 1487) ; « feu Robert Le Moyne, conse (...)
  • 16 Famille Deschamps : Tabbagh, notices nos 139-141 et p. 1108. Levaudel ; voir ici n. 61.

4Un autre mariage réunit, en 147410, Robinet (Robert) Lemoine, fils aîné d’un marchand de la paroisse Saint-Martin-du-Bout-du-Pont, Guillaume Lemoine11, et de Marguerite, fille de feu « noble homme Gueroult Dubosc escuier », d’une part, et Jeannette, fille de « noble homme » Mahieu Deschamps de la paroisse Saint-Éloi12 et de feue Jacqueline de La Fontaine, elle-même fille de feu « noble homme Guillaume de La Fontaine seigneur de Pissy »13, d’autre part. Sont présents les « prouchains parens […] nobles hommes Guieffin Dubosc escuier seigneur de Coquereaumont, Jehan Alorge aussi escuier seigneur de Saineville, Guillaume de La Fontaine seigneur du Thuit signol et Simon Deschamps » ; ce dernier est le frère de Mahieu, Guillaume de La Fontaine est le frère de Jacqueline ; Jean Alorge est marié à Isabelle Dubosc, sœur de Gueroult et de Guieffin, et son fils Georges épousera Jeanne de La Fontaine, nièce de Jacqueline. Mahieu Deschamps donne à sa fille 400 livres et une rente de 40 livres ; Guillaume Lemoine donne à son fils 500 livres, il logera et entretiendra le couple « tant qu’il leur plaira ». Robert Lemoine et Jeanne Deschamps auront une fille Marguerite, qui épousera Pierre Lallemant fils de Pierre Lallemant, marchand de la paroisse Saint-Michel14. Robert Lemoine sera conseiller de la ville15. Mahieu Deschamps, seigneur du fief du Réel, conseiller en cour laie et lieutenant commis du vicomte, se remarie avec une certaine Catherine Lallemant, dont il aura quatre enfants ; parmi ceux-ci, Robert qui sera conseiller de ville en 1502 et Jean qui épousera une fille Le Cauchois. Je ne connais pas les liens unissant les deux familles Lallemant. Le père de Mahieu, Robert Deschamps, écuyer, seigneur du Réel, avait épousé Étiennette Dubosc ; et l’arrière-grand-père de ce Robert était le dernier maire de Rouen, Robert Deschamps (1382)16. Une famille de marchands, les Lallemant, s’allie ainsi à quelques grandes familles rouennaises, anoblies, les Deschamps, les Dubosc, les de La Fontaine, les Alorge. Guieffin Dubosc, Guillaume Lemoine et Jean Alorge ont été ou sont conseillers de la ville.

Clercs, juristes, changeurs ou nobles

5Les recherches sur les élites rouennaises au Moyen Âge se heurtent à un certain nombre de questions. Quels ont été les rapports de ces élites avec leur Église ? Quels ont été les rôles joués par les hommes de loi, les financiers, les changeurs ou les nobles, à côté des marchands ? Comment a fonctionné au cours du temps l’anoblissement ? Quelle a été la cohésion du groupe, et la conscience de soi qu’elle implique ?

  • 17 Fabienne Chaube, « Les Filles-Dieu de Rouen aux XIIIe-XVe siècles. Étude du processus de régularis (...)
  • 18 Voir par exemple Anne Bourienne-Savoye, « Saint-Vincent, une paroisse de marchands au XVe siècle » (...)
  • 19 Haquet, p. 409. Autres exemples de la même époque : maître André Marguerie ou le cardinal Gilles D (...)
  • 20 Étienne de Baudribosc vend en particulier d’importantes quantités de laine en 1397 (2E1 /156, fos (...)

6Quels sont les rapports des élites rouennaises avec leur Église ? Les fondations de messes, les dons faits aux églises, le placement des filles dans les monastères ou des garçons dans le chapitre cathédral et plus encore le choix des sépultures dans le chœur ou les chapelles des églises rendent visible le poids des notables. Certaines familles ont été plus loin et ont joué un rôle dans le développement de certaines dévotions ; les familles à l’origine de l’installation des Franciscains en ville au milieu du XIIIe siècle ; ou les Filleul qui jouent un rôle clé dans l’installation des « Filles-Dieu » au milieu du XIVe siècle17. Le cadre paroissial de toute manière reste important18. C’est là d’abord que la notabilité s’affirme, à travers la participation aux « fabriques » et à la fonction de trésoriers ; mais aussi à travers les confréries paroissiales. La confrérie Notre-Dame des marchands de la grande église (la cathédrale) regroupe de son côté l’élite marchande. Les grandes familles cherchent aussi à placer un des leurs au chapitre cathédral. Au sujet d’Adam de Baudribosc, Claire Haquet remarque que « les perspectives de carrière sont peut-être plus importantes à cette époque lorsque l’on est clerc »19. C’est aussi par l’Église que l’on accède aux grades universitaires, en droit, en théologie ou en médecine, et que l’on peut se faire appeler « maître ». Cela suppose un investissement familial dans la formation des fils par l’école. Étienne de Baudribosc est un grand marchand à la fin du XIVe siècle20. Deux de ses fils, Adam et Guillaume, deviendront chanoines de Rouen dans la première moitié du XVe siècle :

  • 21 ADSM, 2E1 /156, fo 51ro, 20 juillet 1396. Dans le tabellionage, le nom des enfants précédé de « di (...)

Comme Estienne de Baudribosc, bourgois de Rouen, ensi eu pieça [ainsi eut depuis longtemps] entention de tenir maistres Adam, Richart et Guillaume diz de Baudribosc, ses enfans, aux escolles pour conquerir science dont il peussent et puissent avoir leurs vie et estat honnorablement en cest monde […] esquelles escolles ont longuement continuer et continuent de jour en jour aux grans coux et frés dudit Estienne21.

  • 22 Jean de Bresmes vend en particulier des cuirs dans les années 1395-1406, à des habitants de Louvie (...)

7Adam étudie à Paris et deviendra président de la chambre des en quêtes du Parlement. Richard deviendra docteur en médecine et curé. Un autre frère Nicolas, resté marchand, deviendra conseiller de la ville en 1409. Une sœur Colette épouse un grand marchand Jean de Bresmes qui deviendra conseiller dans les années 1418-141922.

  • 23 Voir Albert Rigaudière, « L’essor des conseillers juridiques des villes dans la France du bas Moye (...)
  • 24 Thomas Pougnant : ADSM, 2E1 /155, f° 263ro, 19 mars 1396 ns ; Bourlier ; AMR, A5, f° 108ro. Sur so (...)
  • 25 Pierre Poolin : Bourlier, p. 141 ; seigneur de Poville, écuyer (2E1 /175, f° 78v°, 1431). De la mê (...)
  • 26 Pierre Daron : Bourlier, p. 140 ; ADSM, 1B22, f° 58r°, 1423 ; 2E1/186, 17 nov. et 15 déc. 1454. Il (...)
  • 27 Jean Segneut, conseiller en cour laie (ADSM, 2E1 /162, f° 39v°, 5 juin 1407) ; honorable homme et (...)
  • 28 Laurent Guedon : 2E1 /175, f° 21r°, 18 oct. 1431 ; 2E1/186, 6 mai, 24 nov., 16 déc. 1454. Son frèr (...)
  • 29 De Croismare, voir note 8.
  • 30 Garin : Beaurepaire, 1474, p. 65 ; Frondeville, t. 1, no 144. Honorable homme et sage Karados Gari (...)
  • 31 Picart : Beaurepaire 1474, p. 65 ; Tabbagh, notices no 403-404 ; Levaudel ; Paul Le Cacheux, op. c (...)
  • 32 Du Quesnay: Tabbagh, notices no 428, 430; Beaurepaire 1474, p. 68.
  • 33 Laurent de La Perreuse : Beaurepaire 1474 ; Frondeville, t. 1, no 15.
  • 34 Courault : 2E1 /215, 5 mai et 15 août 1492. 1B42 f° 83r° et 1B43, f° 39r° (1466). Tabbagh, « Famil (...)
  • 35 2E1 /203, 30 sept. 1478. 2E1 /222, 10 déc. 1495. Pierre Lamy : 2E1 /189, 14 févr. 1461 ns ; 2E1/20 (...)

8Le second point concerne la percée des hommes de loi, en particulier des conseillers juridiques, qui prennent une importance croissante dans les conseils municipaux à partir de 1380, dans beaucoup de villes du royaume. À Rouen, cette percée des juristes semble plus tardive qu’ailleurs. Comme Claire Haquet l’a montré, un « patriciat » à l’ancienne, dominé par les marchands, continue à dominer la ville, au moins jusqu’à l’époque anglaise, jusqu’aux années 1420. Les professionnels de la justice, « conseillers en cour laie » ou en cour d’Église, sont pourtant bien présents, et les conseillers juridiques de la ville, appelés ici « avocats pensionnaires », accèdent au conseil de ville dès 1389 ; ce sont ces dernières fonctions qui permettent un enrichissement rapide23. Thomas Pougnant, avocat, devient avocat pensionnaire en 140724. Pierre Poolin, procureur général de la ville (1415), devient lieutenant général du bailli sous l’occupation anglaise et épouse Catherine Dubosc, sœur de Guieffin et Gueroult25. Pierre Daron, d’abord au service du bailli d’Eu, conseiller en cour laie, devient procureur général de la ville à l’époque anglaise puis, après la reconquête, lieutenant général du bailli26. Jean Segneult est avocat du roi et son fils Louis Segneult est licencié en loi au milieu du XVe siècle27. Laurent Guedon est lieutenant général du bailli (1431), avocat en cour laie et vicomte de Rouen aux plaids de Couronne (1448), « honnorable homme et sage sire Laurent Guedon, avocat et conseiller du roi » (1451)28. La famille de Croismare, des hommes de loi au service du roi, apparaît dans la deuxième moitié du XIVe siècle29. D’autres familles semblent devoir leur ascension au droit plus qu’à la marchandise : les Garin sont connus depuis le grand père greffier de l’Échiquier en 1416 ; dans la seconde moitié du XVe siècle, Karados Garin est avocat et conseiller en cour laie, pensionnaire de Saint-Ouen, bailli de Tancarville et du Bec-Crespin, avocat du roi au bailliage, avocat pensionnaire de la ville30. La famille Picart, originaire des Andelys est connue à partir d’Henri, « honorable homme et sage », avocat, procureur du roi à l’époque anglaise. Il épouse la veuve de Guillaume de Croismare, dont il a quatre fils : sire Guillaume seigneur d’Ételan, écuyer, conseiller du roi, général sur le fait de ses finances, et bailli de Rouen en 1479 ; celui-ci aura un fils chanoine. Le frère de sire Guillaume Picart, qui se nomme aussi Guillaume, est « honorable homme », écuyer, avocat en cour laie, procureur du roi au bailliage, « élu » de Rouen ; c’est sans doute lui qui est retenu comme avocat pensionnaire de la ville en 1447 ; il a deux autres frères, Jean procureur du roi et « élu » de Rouen et Pierre « honorable homme et sage », avocat en cour d’Église et chanoine. La famille est liée aux Jubert, aux de Bresmes et bien sûr à la famille de l’archevêque Robert de Croismare, frère utérin des frères Picart31. D’autres familles arrivent sur le devant de la scène au cours du XVe siècle, les de Villeneuve, les de Quièvremont, les Du Quesnay. Jean Du Quesnay, un des grands hommes de loi rouennais au milieu du XVe siècle, est sénéchal de l’archevêque et bailli du chapitre ; son fils Robert sera chanoine32. Laurent de La Perreuse, seigneur de Fresquiennes, écuyer, est avocat à l’Échiquier, avocat pensionnaire de la ville en 1491, conseiller à l’Échiquier permanent en 149933. On donnera un dernier exemple, celui de Robert Courault, de la paroisse Saint-Nicolas ; conseiller en cour laie, il est le fils de Jean, « postulant en cour laie », qui était par exemple présent à l’Échiquier de 1466 comme procureur des religieux de Notre Dame du Pré. Robert épouse en 1478 Isabeau Thorel, fille de Jean Thorel, « orfèvre » de Saint-Herbland34. La mère de Robert Courault, devenue veuve, a épousé un lieutenant du vicomte, Pierre Lamy. Un autre Jean Courault, de la paroisse Saint-Pierre-du-Châtel, frère ou cousin de Robert, est « changeur »35. Changeurs et orfèvres semblent appartenir au même milieu, auxquels on peut ajouter les monnayeurs. Et on voit qu’ils se mêlent volontiers aux hommes de loi, dans la seconde moitié du XVe siècle.

  • 36 Bernard Chevalier, Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier-Montaigne, Pa (...)
  • 37 D’Orbec : Samuel Hedde, Une grande famille bourgeoise rouennaise à la fin du Moyen Âge : les D’Orb (...)

9Les professions d’orfèvre et de changeur jouent incontestablement un rôle dans la formation des élites. A-t-il existé à Rouen, comme dans d’autres villes, un « temps des changeurs », qui précéderait l’émergence des juristes, et correspondrait à la percée des gens de finances, qui accompagne la mise en place d’une fiscalité des guerre, donc dès la période 1330-138036 ? Jean d’Orbec correspond bien à ce schéma ; changeur de la paroisse Saint-Herbland, la paroisse des orfèvres et des changeurs, il devient trésorier de Normandie et receveur général des aides pour la délivrance du roi en 1361. Son fils Jacques, orfèvre, prend un apprenti du métier en octobre 1394 ; il a épousé une fille Marguerie, dont il a une fille Guillemette qui épouse un changeur Jean Pellevillain. Le fils de ces deux derniers, Colin, sera changeur, conseiller de la ville en 1458, receveur de la ville en 1471 puis maître des monnaies. Colin aura trois fils, un receveur de la ville, un conseiller de la ville et un conseiller en cour laie37.

  • 38 Guillaume Le Tavernier, marchand et orfèvre de Saint-Herbland, sans doute le même de la confrérie (...)
  • 39 Jean Toustain, orfèvre de Saint-Herbland (2E1/186, 17 juillet et 4 oct. 1454). Guillaume Toustain, (...)
  • 40 Le Tourneur : Haquet, p. 244, 252, 548 ; Tabbagh, no 317-319. Robert Alorge, l’orfèvre, de Notre-D (...)
  • 41 Osmont : 2E1 /186, 6 et 17 avril, 22 juillet 1454 ; Berville en face de Duclair (Seine-Maritime) ; (...)

10D’autres familles ont compté des orfèvres ou des changeurs, les Le Tavernier38, les Le Tourneur, les Alorge, les Le Gouppil, les Le Cauchois, les Toustain39, les Osmont, les Pitemen ou les Thorel. Jacques Le Tourneur est changeur et marchand de vin, son fils Jean est monnayeur et conseiller de la ville (1415) ; une fille de Jacques, Alix, épouse Robert Alorge, le fils de sire Guillaume Alorge, maire en 1375 ; une autre fille, Colette, épouse Pierre Pitemen. Un des fils ou des neveux de Robert Alorge est orfèvre, Robert40. Dans la famille Osmont de Saint-Cande-le-Jeune, il y a un Robert changeur en 1454 et un Robert écuyer, seigneur de Berville-sur-Seine en 1477, et il s’agit sans doute de la même personne, anobli peut-être à la suite de l’ordonnance des francs-fiefs en 1470. Robert est le père de Nicolas, receveur de la ville, mari de Perrette de La Perreuse, et père de Jacques Osmont, receveur à son tour (1513). La sœur de Jacques, Marie, épouse Robert de Croismare41.

  • 42 Pitemen : 1370, 1372, voir Cailleux, « Prêts des Rouennais », p. 133. Jean, marchand de vins (AMR, (...)
  • 43 Thorel : Levaudel ; 2E1 /186, 10, 17 et 20 nov. 1454 ; 2E1 /203, 30 sept. 1478, 9 mars 1479 ns ; 2(...)
  • 44 En 1407, François Thorel et un nommé Pierre Pitemen (mais est-ce bien notre orfèvre ?), frères par (...)

11Les frères Jean et Pierre Pitemen, taxés lors des emprunts de 1370 et 1372, sont des orfèvres de Saint-Herbland ; Jean est sans doute aussi le marchand de vin de 1389 ; il a un fils, Pierre, orfèvre, qui prend un apprenti en 1407, et a épousé Colette Le Tourneur. Leur fille Perrette est sans doute la mère de Jean Thorel42. Jean Thorel l’aîné, orfèvre de la paroisse Saint-Herbland au milieu du XVe siècle, a épousé Marie Du Chastel. Leur fille Catherine épouse en 1454 un marchand, Guillaume Le Monnier, dont elle aura un fils qui apprendra le métier d’orfèvre avec son oncle, Jean Thorel le jeune. Passer du commerce à l’orfèvrerie n’est certainement pas déchoir. Ce Jean Thorel le jeune, fils de Jean l’aîné, est donc aussi orfèvre ; c’est lui qui marie sa fille Isabeau à Robert Courault, comme nous l’avons vu. Jean Thorel père et fils, interviennent comme arbitres dans un conflit opposant les enfants Du Chastel et les enfants Dessaulx issus d’un premier et d’un deuxième lit. Jean Thorel le jeune est conseiller de la ville en 1490. Son fils Jean épouse Thomasse de Croismare43. Ce que nous constatons, c’est que les orfèvres et les changeurs jouent au plus haut niveau sur le marché matrimonial, et qu’ils n’hésitent pas à se lier aux gens de loi. Mais aussi qu’ils semblent bien multiplier avant tout les mariages entre eux, constituant un sous-groupe cohérent à l’intérieur des élites44. Ajoutons que les professions de changeurs et d’orfèvres, si elles peuvent constituer une étape dans une ascension sociale, ont pu être aussi pour les grandes familles une manière de rester dans la course et pour les branches secondaires une manière d’y revenir. Ne pas oublier non plus, comme l’a fait remarquer Claire Haquet, que l’on peut être à la fois marchand et orfèvre ; ce que semble confirmer l’appartenance de certains à la confrérie Notre-Dame des marchands.

  • 45 Sur cette ordonnance, voir Philippe Contamine, La noblesse au royaume de France de Philippe-le-Bel (...)
  • 46 Goupil : famille originaire des Andelys (voir Frondeville, t. 1, no 21). Feu Robert Goupil le jeun (...)
  • 47 Th. Dutour, Une société de l’honneur, op. cit., p. 436. Voir aussi B. Chevalier : « La dérogeance (...)
  • 48 Haquet, p. 403-404 et 283. Voir aussi p. 280, 354, 383.

12Nos élites, à un moment ou l’autre, acquièrent des fiefs nobles et tentent de s’introduire dans la noblesse. Cela peut mettre du temps. L’anoblissement s’obtient par lettres royales ou par assimilation progressive. Et l’on constate un anoblissement progressif des élites, le service du roi ou les services rendus au roi restant la principale voie d’accès : les de Croismare en 1363, les Dubosc seigneurs de Tendos et de Coquereaumont en 1406, les Toustain seigneurs de Frontebosc au début XVe siècle, les Osmont, les Gouel de Poville, les Ango, les de Cormeilles, les de La Fontaine au XVe siècle, Robin Le Cornu en 1468, Jourdain Le Comte en 1485. L’ordonnance des francs-fiefs de 1470 accélère le processus45 : les Gouel de la paroisse Saint-Laurent, Guillaume Auber seigneur de La Haye, Jean Goupil, seigneur du Parquet46. Mais l’anoblissement concerne aussi, dès le XIVe siècle, les familles marchandes qui ont placé l’un des leurs à la mairie et passent souvent au service du roi : les Le Lieur en 1365, Jean Le Treffilier en 1367, les Mustel et les Alorge avant la fin du XIVe siècle, les Filleul en 1404. Un noble ne peut normalement déroger, mais des anoblis et des fils de nobles continuent à commercer, mettent leur noblesse entre parenthèses ou oublient de la faire régulariser ; certains dans une famille sont nobles, d’autres non, certaines générations sont nobles, d’autres non ; c’est la « noblesse à éclipses » dont parle Thierry Dutour47. Et cela sans doute a concerné davantage certaines périodes, la fin du XIVe siècle ou la fin du XVe siècle par exemple. De Robert Alorge et de ses associés, ses adversaires disent en 1416 : « Ils ne veulent pas nyer qu’ils ne soient nobles, en especial ledit Robert, mais ils vivent marchandement. » Et Claire Haquet de conclure : « Les bourgeois se désintéressent de la condition de noble. »48 Il ne faut peut-être pas être aussi catégorique.

  • 49 A. Sadourny dans Histoire de Rouen, Michel Mollat (dir.), Toulouse, Privat, 1979, p. 110.
  • 50 L’enquête reste à faire. Sur le cas dijonnais, voir Th. Dutour, Une société de l’honneur…, op. cit (...)
  • 51 Pierre Desportes, Reims et les Rémois aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, Picard, 1979, p. 643. Voir (...)
  • 52 « Honorable homme et sage, maître… » est encore utilisé dans la première moitié du XVIe siècle, ma (...)
  • 53 Par exemple en 1422, Jean Segneut avocat du roi (2E1 /169, f° 467, 22 sept.). En 1423, Michel Dura (...)
  • 54 Voir P. Desportes, « Les gradués d’université dans la société urbaine de la France du Nord à la fi (...)
  • 55 Gouel (14 juin, 22 nov. 1454, 8 janv. 1455 ns), Guedon (24 nov. 1454), Lamy (15 oct.), Daron (10 j (...)
  • 56 Garin (25 févr.), Fauvel (17 fév.), Des Essars (11 juin, 15 oct.), les conseillers (15 oct.).

13Le patriciat rouennais reste au XIVe siècle comme au XIIIe siècle « très ouvert et son renouvellement est constant »49. Mais dans le même temps ce sont bien toujours les mêmes « familles municipales » qui tiennent le haut du pavé, se partagent le pouvoir et n’accueillent en leur sein les nouveaux venus que triés sur le volet. À lire la liste des maires d’avant 1348, on a l’impression d’une oligarchie fermée, où le pouvoir se redistribue entre quelques familles. La réalité devait plutôt consister en un noyau central, autour duquel s’opérait une rotation assez rapide de familles de second rang. La situation bien sûr change après la grande peste de 1348, qui crée un appel d’air. Ce qui semble tout de même avoir été une des caractéristiques de ce patriciat, c’est une grande cohésion ; peu de conflits violents et des clivages internes peu visibles50. La multiplication des mariages, y compris entre vieilles familles et familles montantes, a dû jouer un rôle. Comme aussi un fort sentiment d’appartenance. Pour tenter d’y voir plus clair dans cette conscience de soi, il faut jeter un coup d’œil du côté des « épithètes d’honneur » qui accompagnent les noms dans les archives et en particulier dans le tabellionage. Le terme de « bourgeois » qualifie des marchands, parfois des nobles, mais il peut aussi concerner des teinturiers, des maîtres du métier de draperie, des brasseurs ou des tanneurs. Il déborde nos élites. « Sire » a été utilisé au XIVe siècle pour qualifier les anciens maires, qui n’étaient pas toujours anoblis. Au XVe siècle, il semble bien qualifier les nobles. Les gens d’Église sont au XVe siècle « vénérables et discrètes personnes », maître ou messire, chanoine ou curé. Le terme de « maître » semble renvoyer le plus souvent à un grade universitaire. L’appellation la plus intéressante est celle d’« honorable homme et sage », parfois abrégée en « honorable homme, etc. ». Cette épithète d’honneur n’a pas caractérisé seulement Rouen ; on la retrouve en France du Nord, depuis le Nivernais jusqu’à Dijon, Châteaudun ou Reims. Dans cette dernière ville, Pierre Desportes la voit apparaître en 1394 pour qualifier les échevins51. Il serait très intéressant de mieux connaître la diffusion dans le temps et dans l’espace de cette appellation52. En ce qui concerne Rouen il semble qu’elle ne se diffuse largement qu’à l’époque anglaise53. Au début du XVe siècle, « honorable » (et « honorable et discrète personne ») qualifie les chanoines et les gens d’Église ; et n’est donc pas encore en mesure de qualifier les élites laïques. Le transfert d’« honorable » des clercs aux laïcs ne correspondrait-il pas alors à la laïcisation progressive des hommes de loi et à leur arrivée au premier rang des élites urbaines54 ? Mais que re couvre exactement « honorable homme et sage » ? En jetant un coup d’œil sur le registre 186 du tabellionage qui concerne l’année 1454, nous trouvons des avocats et conseillers en cour laie comme Roger Gouel, des hommes au service du roi, comme sire Laurent Guedon avocat et conseiller du roi, Pierre Lamy lieutenant commis du vicomte, sire Pierre Daron lieutenant général du bailli, Richart Aoustin écuyer, garde de la monnaie du roi55 ; des hommes au service de la ville comme Karados Garin avocat (en réalité avocat pensionnaire de la ville, plus tard avocat du roi au bailliage), Martin Fauvel receveur de la ville, Martin Des Essars procureur général de la ville, comme aussi les conseillers de la ville56. Parmi tous ces honorables il y a des nobles, le plus souvent « écuyers ». L’appellation semble bien couvrir d’une part la zone floue qui va des charges les plus honorables à l’anoblissement lui-même, et d’autre part la proximité particulièrement sensible à Rouen entre service du roi et service de la ville, depuis la suppression de la commune (1382). La plupart de nos « honorables hommes et sages » sont des hommes de loi, des administrateurs ; il ne semble pas y avoir de marchands parmi eux, à moins qu’ils ne soient conseillers. Ce que l’appellation révèle, ce serait donc bien la promotion des hommes de loi au service de la ville et au service du roi.

Un renouvellement constant des élites

  • 57 Voir Alain Sadourny, « Les grandes familles rouennaises au XIIIe siècle et leur rôle dans la cité  (...)
  • 58 Donc de manière sans doute aussi précoce que la bourgeoisie parisienne décrite par Boris Boves, Do (...)

14L’histoire des élites rouennaises est l’histoire de leur renouvellement, d’un renouvellement constant mais mesuré. En retracer les premières étapes est difficile, la documentation d’avant le milieu XIVe siècle laissant dans l’ombre les relations matrimoniales. Les familles ne sont parfois connues que lors de l’accès de l’un des leurs à la mairie. L’ascension marchande appuyée sur les investissements immobiliers n’est alors saisie qu’au moment où elle permet l’accès au pouvoir municipal. Les recherches d’Alain Sadourny sur le commerce avec l’Angleterre au XIIIe siècle permettent de saisir en amont quelques ascensions sociales réussies, mais l’ensemble du paysage reste dans l’ombre. Ce que l’on peut supposer, c’est l’effacement précoce ici des agents du prince, les « ministériaux », devant la poussée des familles marchandes, et cela, sans doute, avant même la conquête capétienne de 1204. Au XIIIe siècle, certaines familles se maintiennent comme les Du Chastel ou les Pigache, d’autres apparaissent comme les Val Richer, les Naguet, les Filleul, les d’Orbec ; à la fin du siècle les Mustel et les Le Lieur57 ; dans la première moitié du XIVe siècle, les Des Essars, les de Maromme. Deux remarques : ici c’est dès la seconde moitié du XIIe siècle que les familles bourgeoises les plus en vue se donnent des patronymes héréditaires, cristallisant ainsi une conscience lignagère en train de se constituer58. Et d’autre part, c’est sans doute au début du XIVe siècle que le marché de la rente constituée (et négociable) prend de l’importance et cela n’est pas sans importance dans la consolidation des fortunes bourgeoises.

  • 59 Pierre Cochon, Chronique normande, Ch. de Beaurepaire, Rouen, 1870, p. 345.
  • 60 Deschamps : 2E1 /154, fos 169ro, 172r°, 207r°, 24 mai, juin, 11 nov. 1392. 2E1 /155, fos 34r°, 34v (...)
  • 61 Deschamps : voir note 16. Philippe Cailleux, « Prêts des Rouennais », p. 127 et 130 ; Hélène Mille (...)
  • 62 Cailleux, « Prêts des Rouennais », art. cit., p. 127, 131. AMR, A1, f° 59r°, 1389.
  • 63 2E1 /155, f° 10v°, 21 mai 1394 ; ce teinturier Jean Le Jaloux était présent à Saint-Denis en 1383 (...)
  • 64 Dutot : 2E1 /155, f° 168v°, juin 1395 ; 2E1 /159, f° 9r°, 7 juin 1403 ; 2E1 /161, f° 108ro, 25 oct (...)
  • 65 Dutot : AMR, A5, f° 184r°, 12 fév. 1409ns ; ADSM, 2E1 /174, f° 59r°, 31 juillet 1430. L’un des Mic (...)

15L’arrivée de la Peste noire au milieu du XIVe siècle va entraîner l’extinction de certains lignages et l’effondrement des rentes foncières ; le paysage social en sortira transformé. Mais l’on n’assiste pas ici à l’effondrement de l’ancien patriciat comme on l’a constaté pour d’autres villes. Certaines familles s’effacent dans leurs branches principales, mais les branches secondaires refleurissent. La coutume normande garante des lignages a dû jouer un rôle. Cependant l’ascension sociale dans la seconde moitié du XIVe siècle s’accompagne très certainement d’une plus grande difficulté à la stabiliser par les achats fonciers et les rentes. Le siège de 1419 et la crise monétaire qui le suit ne vont pas arranger les choses. C’est cette instabilité des fortunes, en 1420, que décrit le chroniqueur Pierre Cochon : « Cex qui souloient estre riches vindrent povres et les povres riches […] et chex qu’ilz se vivoient de leur rentez se vivoient a grant paine et a grant doulour. »59 De nouvelles familles accèdent à la mairie : les Alorge dès 1348, les Dureaume en 1368, les Deschamps en 1381. Robert Deschamps, le dernier maire de Rouen, avant la Harelle (1382), a épousé Thomasse de Maudétour, d’une famille de petite noblesse normande. C’était un des Rouennais les plus imposés lors de l’emprunt de 1372. Un de ses fils, Gilles, devient chanoine, évêque de Coutances et cardinal (1411). Un autre fils, l’aîné, Robert, est un grand marchand : dans les années 1390 il vend des cuirs à poil à des habitants de Dreux, Vernon, Nonancourt, Pontoise, Gournay, mais aussi des meules à couteaux et des meules de moulin. Sa veuve, Jeanne Mustel, poursuit ce commerce60. La « marchandise » est bien à l’origine de l’ascension familiale. Leur fils Robert, seigneur du fief du Réel, est reconnu noble, écuyer, à partir de 1406 ; il épouse Étiennette Dubosc. La famille fournira au XVe siècle des chanoines, des conseillers de la ville, des officiers royaux61. D’autres familles sont en pleine ascension dans la deuxième moitié du XIVe siècle, les de Bresmes, les de Gaugy, les de Baudribosc, les Marguerie, les Le Tourneur, les Dutot. La plupart sont des familles marchandes. Michel Dutot est parmi les bourgeois de Rouen l’un des plus imposés en 1370. C’est un marchand, qui vend en particulier du vin62. Dans les années 1394-1411, Michel Dutot, qui est sans doute son fils, est un grand marchand de la paroisse Saint-Étienne de la cathédrale. C’est plus précisément un « épicier », qui vend garance et alun à un teinturier d’Évreux63, à un habitant des Andelys, à un habitant de la paroisse Saint-Vivien de Rouen ; de l’« épicerie » à un habitant du diocèse de Lisieux, mais aussi des harengs à Auffay ou du métal pour cloche. En 1406, il prend un apprenti, pour quatre ans, afin de « lui apprendre le métier et marchandise d’espicerie », le frère d’un prêtre de Guibray, près de Falaise64. C’est sans doute le même Michel Dutot qui est conseiller de la ville en 1398-1409, et ce serait son fils Michel qui serait conseiller à son tour en 1422. En 1430, au décès de Michel Dutot (l’épicier ou son fils) la succession comprend l’hôtel paternel rue de l’Épicerie, un autre hôtel, 9 maisons, 5 tènements avec louages, des rentes, dans les paroisses de Saint-Étienne de la cathédrale, Saint-Maclou, Saint-Vivien, Saint-Jeansur-Renelle ; mais pas de biens en dehors de Rouen65.

  • 66 Marguerie : Tabbagh, notice no 342, et p. 1110 ; A. Sadourny, « Le commerce du vin à Rouen dans la (...)

16La famille Dutot accède au conseil de ville, mais ne semble pas avoir noué des relations avec le milieu des juristes, et cela expliquerait que l’ascension sociale piétine assez vite. D’autres familles ont mieux réussi. Ainsi les Marguerie : Jean est un marchand, qui vend du vin en 1361. Ses fils, Jean et Colin, vendent des cuirs secs et salés à des habitants de Gournay et d’Auffay. Jean est conseiller en 1412. Leur frère maître André est chanoine (1409-1465), avocat au parlement de Paris, présent au concile de Constance (1417). Là encore l’investissement dans la formation consolide l’ascension d’une famille66.

  • 67 Dubosc : voir note 6. Les Dubosc de Coquereaumont, fief acquis en 1406. Les lettres d’anoblissemen (...)

17Le service du roi a facilité l’ascension sociale et l’anoblissement dès la seconde moitié du XIVe siècle. C’est le cas des de Croismare, mais aussi des Dubosc. Ces derniers, qui seront une des principales familles à Rouen au XVe siècle, apparaissent avec Martin Dubosc, lieutenant du maître des eaux et forêts de Normandie, qui meurt otage en Angleterre (1360) ; un de ses fils, Nicolas, devient chanoine et chancelier de France, un autre Jean est receveur des aides en 1366 et son fils Guillaume est anobli en 1407, en considération des services de son grand-père. C’est bien ici le service du roi qui semble avoir permis l’ascension sociale67. Sous l’occupation anglaise certaines familles s’effacent au moins temporairement, les Mustel, les Gombaut, mais d’autres se maintiennent comme les Dubosc ou les Marguerie. Et d’autres se hissent au moins temporairement au premier rang, nous l’avons vu, Pierre Daron, Pierre Poolin, Laurent Guedon. Le service du roi reste un moyen d’accès aux élites, et peut-être devient-il un moyen privilégié. Ainsi pour les Picart, les Favé, les Le Goupil (du Mesnil-Dô), les de La Fontaine.

  • 68 Du Feugueray : Levaudel ; 2E1 /200, 9 nov. 1474. 2E1 /201, 17 févr. 1477 ns. Guillaume teinturier (...)
  • 69 Michel Mollat, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, Plon, 1952, p. 486-494. (...)
  • 70 Voir J. -L. Roch, « L’organisation sociale de la draperie normande aux XIVe et XVe siècle », Les V (...)
  • 71 2E1 /244, 18 mars 1510 ns. Sur les Favé, voir Tabbagh, notice, no 177. Isabelle est la sœur du cha (...)
  • 72 De Robert Tillart, Vincent Tabbagh dit « négociant mal connu » (« Famille et société… », art. cité (...)
  • 73 Les frères Tillart, de la paroisse Saint-Denis : 2E1 /186, 10 mai, 16 sept. 1454, 7 janv. 1455 ns. (...)
  • 74 ADSM, 4BPII/1bis, f° 36r°, 29 déc. 1483. La plupart des tondeurs (de draps) sont des « marchands d (...)

18Dans la deuxième moitié du XVe siècle, on assiste à nouveau à un renouvellement important des élites. L’ascension des hommes de loi se poursuit et se fait omniprésente. On assiste aussi à l’arrivée au premier plan de familles issues du monde de la draperie. Ce monde était resté curieusement assez absent du patriciat à la fin du XIVe siècle et au début du XVe siècle. L’enquête demanderait à être davantage approfondie. Mais il semble bien que la draperie ait été alors dominée par des maîtres « laneurs », issus de l’artisanat ; cette organisation sociale se modifie dans la seconde moitié du XVe siècle avec la venue au premier plan de grands marchands drapiers. Cela expliquerait l’ascension des Dufour ou des de La Chesnaye. Des milieux textiles, émergent aussi des teinturiers, comme les frères de Batencourt ou Guillaume Du Feugueray. Ce dernier parvient au conseil de ville et marie sa fille à un conseiller en cour laie de Pont-Audemer68. Ainsi se renouvellent les élites rouennaises, à partir des hommes de loi des villes voisines. La famille Le Pelletier, de la paroisse de Saint-Cande-le-jeune, est, elle aussi, liée à la draperie ; elle a été étudiée par Michel Mollat69 : Cardin au milieu du XVe siècle, son fils Richard et les deux fils de ce dernier, Jacques et Richard à la fin du XVe siècle. On se contentera ici de quelques remarques. Ce sont de grands marchands qui trafiquent de tout, mais qui se sont plus particulièrement spécialisés dans la draperie, comme l’indiquent les procès où ils sont impliqués, à l’Échiquier ou au bailliage70. On les retrouve aux foires de Lyon ou du Lendit. Ce sont de grands marchands qui n’hésitent pas à se déplacer. Le temps des sédentaires a été long à venir. Autre remarque, l’anoblissement par l’ordonnance des francs-fiefs, en 1470, n’empêche pas le père ou les fils de continuer à commercer. Richard, le fils, épouse Isabeau Favé, d’une famille d’officiers rouennais71. Jacques Le Pelletier épouse en 1467 Colette Tillart, fille de Robin Tillart72. Ce Robin a un frère, Jean, marié à Jeanneton, fille de Robert Lermite, avocat, honorable homme et sage. Colette Tillart a une sœur, Marguerite, mariée à un conseiller en cour laie, Jean Lorin73. On peut supposer d’autre part que notre Robin Tillart est un des trois gardes du métier de tondre à table sèche, en 148374. Milieu d’hommes de loi et milieu marchand en pleine ascension sociale se mêlent.

19Il est temps de conclure. Deux points nous retiendront. La structuration des élites et leur renouvellement d’une part, l’émergence des hommes de loi d’autre part. Les élites urbaines sont plurielles ; on ne peut se limiter aux élites bourgeoises laïques, il faut élargir l’étude à la noblesse et à l’Église. À la noblesse parce que l’accès aux fiefs et aux seigneuries et l’anoblissement progressif des lignages caractérisent bien la période qui suit la Grande Peste. À l’Église, parce que Rouen est la métropole religieuse de la Normandie et que cela a joué un rôle clé dans la conscience que la ville a d’elle-même. Parce que aussi l’Église a été une voie d’accès privilégiée aux études au moment décisif où le savoir juridique ouvre la voie à l’ascension sociale, à la fin du XIVe siècle et au début du XVe siècle. C’est aussi au cours du XVe siècle que le chapitre cathédral se replie davantage sur un recrutement régional, et s’intègre donc davantage dans des stratégies locales d’ascension sociale. Les quelques exemples de mariages que nous avons croisés ont montré par ailleurs l’extrême enchevêtrement des relations matrimoniales à l’intérieur de l’élite. Le noyau central de l’oligarchie est un tissu serré de liens familiaux, et c’est cette intensité même qui le définit. Autour gravitent d’autres familles, électrons plus ou moins libres, qui viennent frapper à la porte. Mais la taille de la ville et l’importance du grand commerce ont facilité ici le renouvellement des élites. Et ce renouvellement s’opère en partie par ponction sur les villes normandes voisines. On peut alors se demander si cette mobilité géographique forme une première étape dans l’assimilation et à partir de quel niveau social on obtient d’emblée le ticket d’entrée pour accéder aux élites. Il faudrait aussi éclairer d’une part l’existence de carrières, de cursus honorum (pair puis maire au temps de la commune, « quartenier » puis conseiller au XVe siècle), d’autre part le rôle que joue l’attraction parisienne. Mais renouvellement signifie aussi effacement et déclassement ; et la manière dont s’opère cette mobilité sociale descendante n’est pas sans intérêt. L’abandon des activités commerciales et ce qu’on appelle la « trahison » de la bourgeoisie jouent-elles ici un rôle ? Voilà quelques unes des questions qu’il faudrait encore se poser.

20Quant au second point, l’émergence des hommes de loi, le passage d’un patriciat à domination marchande à des élites appuyées sur un savoir juridique, il entraîne un certain nombre de questions. La survie d’un patriciat « à l’ancienne » ne doit pas masquer les premiers signes d’une « judiciarisation » des pouvoirs. Le moment 1380 correspond ici à la disparition de la commune et cela n’est pas sans importance. On ne peut négliger non plus l’importance de la coutume normande. Comment s’est alors opérée ici la progression des gradués en droit passés par les universités aux dépens des praticiens formés sur le tas, à l’Échiquier ou au service des abbayes ? La cohabitation dans une même famille de marchands et d’hommes de loi a-t-elle été fréquente, a-t-elle joué sur plusieurs générations ? Que se passe-t-il enfin au XVIe siècle, au moment où Rouen devient une grande métropole marchande ? On assiste alors dans le monde judiciaire et le monde des offices à une rigidification croissante, à la constitution de lignées de juges et d’officiers. L’interpénétration des familles marchandes et des hommes de loi s’est-elle maintenue ou a-t-elle laissé place à des clivages plus marqués au début de l’époque moderne ? D’autres domaines ont été en partie laissés dans l’ombre : la culture des élites et les processus de légitimation du pouvoir par exemple. Beaucoup de questions et peu de réponses. Ce que l’on entrevoit plus clairement, je l’espère, c’est que l’importance même de la ville de Rouen, à l’échelle du Moyen Âge, et la difficile manipulation des sources rendent nécessaire à présent une recherche collective.

Notes

1 Les élites urbaines au Moyen Âge, 27e congrès de la SHMES, Paris, Pub. de la Sorbonne, École française de Rome, 1997 ; Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains, de l’Antiquité au XXe siècle, C. Petitfrere (dir.), université de Tours, 1999 ; Thierry Dutour, Une société de l’honneur. Les notables et leur monde à Dijon à la fin du Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 1998 ; Pierre Monnet, Villes d’Allemagne au Moyen Âge, Paris, Picard, 2004.

2 Vincent Tabbagh, Le clergé séculier du diocèse de Rouen à la fin du Moyen Âge (1359-1493), thèse de l’université de Paris IV, 1988, 3 vol. (abrégé Tabbagh, notices) ; voir aussi Fasti Ecclesiae Gallicanae. t. 2, Diocèse de Rouen, Brepols, 1998 ; Philippe Levaudel, De la ville médiévale à la ville moderne, Rouen, 1450-1550 : répertoire prosopographique des officiers royaux et municipaux de la ville de Rouen, DEA sous la dir. de J.-P. Leguay, université de Rouen, 2000 (abrégé Levaudel) ; Ph. Cailleux, C. Haquet, A. Sadourny, voir notes 3, 4 et 5 ; autres travaux utilisés : Charles de Beaurepaire, « Avocats et procureurs jurés à l’Échiquier de 1474 », Bulletin de la société de l’histoire de la Normandie, t. 6, 1890-1892, p. 60-91 (abrégé Beaurepaire 1474). Henri de Frondeville, Les conseillers du parlement de Normandie au seizième siècle (1499-1599), recueil généalogique établi sur la base du manuscrit Bigot, Rouen-Paris, Lestringant-Picart, 1960 (Frondeville, t. 1) ; Les présidents du parlement de Normandie (1499-1790), Rouen-Paris, 1953 (Frondeville, t. 2) ; Jean-Philippe Bourlier, Les officiers municipaux à Rouen au XVe siècle, maîtrise sous la dir. de J.-P. Leguay, université de Rouen, 1994 (Bourlier). Les dates sont ramenées au style actuel (ns : nouveau style).

3 Philippe Cailleux, « Élites urbaines et financement public : les prêts des Rouennais au roi Charles V (1370, 1372) », La ville médiévale en deçà et au-delà de ses murs. Mélanges J. -P. Leguay, réunis par Ph. Lardin et J.-L. Roch, Publications de l’université de Rouen, 2000, p. 115-138 (abrégé : Cailleux, « Prêts des Rouennais »).

4 Claire Haquet, Un estat de gens très nécessaire. Les sages marchans et bourgeois de Rouen de la Harelle à la conquête anglaise (1382-1418), thèse de l’École des chartes, 3 vol. , 2003 (abrégé Haquet), p. 293 et suiv.

5 Jonathan Dewald, The Formation of a Provincial Nobility. The Magistrates of the Parlement of Rouen, 1499-1610, Princeton university Press, 1980, p. 118.

6 Haquet, p. 387-400. Sur les Dubosc, voir Beaurepaire 1474 ; Bourlier p. 155-156 ; et ici note 67.

7 ADSM, 2E1 /187, fos 106-107, 11 juillet 1456. Sur les Gouel, seigneurs de Frontebosc (à Limésy, Seine-Mar., cant. de Pavilly), voir Beaurepaire 1474, p. 68. Les Gouel, seigneurs de Poville, sont une autre famille, peut-être apparentée. Sur les Toustain (dits plus tard de Frontebosc), voir Beaurepaire 1474, p. 67 ; et Frondeville, t. 1, no 9. Guillaume devient lieutenant du vicomte en 1474.

8 De Croismare : Frondeville, t. 1, nos 14 et 100 ; t. 2, no 23. Tabbagh, notices 132-134, et p. 1107.

9 2E1 /192, 27 juillet 1463. Sur les Dureaume voir Levaudel ; Mahieu Dureaume descend sans doute du maire sire Godefroy Dureaume (1368), parmi les Rouennais les plus imposés en 1370 et 1372 (Cailleux, « Prêts des Rouennais »). Mahiet (Mahieu) Dureaume, fils de Godeffroy (2E1/186, 4 mai, 4 oct. 1454).

10 ADSM, 2E1/200, 15 juin 1474.

11 G. Lemoine, conseiller de la ville en 1466 ; de la confrérie Notre-Dame des marchands (ADSM, 2E1/186, 28 juillet, 1454).

12 On connaît la succession de Mahieu Deschamps, décédé en 1491 : ADSM, 2E1/214, 20 janvier 1492 ns : 4 hôtels, 18 maisons, 2 tènements avec louages, des terres, des masures, à La Neuville-Chant-d’Oisel, Franquevillette, Pont-Saint-Pierre, Romilly et dans le Vexin, 120 livres de rentes, un quart de fief noble à La Neuville et le fief noble du Val-Hébert à Hermival (Calvados, cant. de Lisieux).

13 Guillaume de La Fontaine, de la paroisse Saint-Lô, vicomte de Rouen (1449), lieutenant général du bailli sous l’occupation anglaise (Paul Le Cacheux, Rouen pendant l’occupation anglaise (1419-1449), Paris-Rouen, 1931, p. 234 : 1432 ; ADSM, 1B26, f° 1v°, 1448 ; 1B29, f° 69v°, 1454 ; 1B31, f° 58r°, 1456 ; 2E1 /186, 3 oct. 1454) ; le fils est conseiller en cour laie, honorable homme et sage, marié à Marion Dufour, qui, veuve, se remariera avec un écuyer, Robert Lallemant (2E1 /213, 20 mars 1490 ns). Le frère de Guillaume de La Fontaine, Robert, seigneur de Pissy, est avocat pensionnaire de la ville (1456), député à plusieurs reprises aux États de Normandie, et prendra le titre d’écuyer. Voir Levaudel, Beaurepaire 1474, p. 66 et 69 ; Frondeville, t. 1, no 4.

14 2E1 /213, 27 avril 1489 : Lemoine donne 1 100 livres dont 400 à tourner en rente au droit de sa fille, Lallemant donne 1 000 livres à son fils ; comme l’a remarqué Vincent Tabbagh, l’avance d’hoirie équilibre souvent la dot et place les deux familles sur un plan d’égalité (Vincent Tabbagh, « Famille et société : l’exemple de Rouen au XVe siècle », Villes et sociétés urbaines au Moyen Âge, Hommage au professeur Jacques Heers, Pierre Desportes (éd.), Paris, Presses de la Sorbonne, 1994, p. 25).

15 Honorable homme Robert Lemoine conseiller (2E1 /211, 17 avril 1487) ; « feu Robert Le Moyne, conseiller et bourgois de la ville » (2E1/244, 10 oct. 1509).

16 Famille Deschamps : Tabbagh, notices nos 139-141 et p. 1108. Levaudel ; voir ici n. 61.

17 Fabienne Chaube, « Les Filles-Dieu de Rouen aux XIIIe-XVe siècles. Étude du processus de régularisation d’une communauté religieuse », Revue Mabillon, t. 62, 1990, 1, p. 179-211. Voir aussi les Alorge et la confrérie du Saint-Sépulchre (Haquet, p. 411 et suiv.).

18 Voir par exemple Anne Bourienne-Savoye, « Saint-Vincent, une paroisse de marchands au XVe siècle », Bulletin des Amis des monuments rouennais, 1958-1970, p. 127-146.

19 Haquet, p. 409. Autres exemples de la même époque : maître André Marguerie ou le cardinal Gilles Deschamps, fils du maire Robert Deschamps.

20 Étienne de Baudribosc vend en particulier d’importantes quantités de laine en 1397 (2E1 /156, fos 135ro, 163ro, 13 févr. et 10 avril 1397 ns).

21 ADSM, 2E1 /156, fo 51ro, 20 juillet 1396. Dans le tabellionage, le nom des enfants précédé de « dit » indique les enfants mineurs, le père vivant ou les fils encore dans l’indivision. Sur la famille de Baudribosc, voir Tabbagh, notices no 32-33 et p. 1104.

22 Jean de Bresmes vend en particulier des cuirs dans les années 1395-1406, à des habitants de Louviers, Évreux, Beaumont-le-Roger : 2E1 /155, fo 187v°, 4 août 1395 ; 2E1 /159, fos 137v°, 140r°, 4 et 10 févr. 1405ns ; 2E1 /161, f° 28r° et 95v°, 21 mai et oct. 1406.

23 Voir Albert Rigaudière, « L’essor des conseillers juridiques des villes dans la France du bas Moyen Âge », dans id., Gouverner la ville au Moyen Âge, Paris, Anthropos, 1993, p. 214-225.

24 Thomas Pougnant : ADSM, 2E1 /155, f° 263ro, 19 mars 1396 ns ; Bourlier ; AMR, A5, f° 108ro. Sur son rôle dans la Harelle de 1382, voir Eugène Le Parquier, L’organisation municipale de Rouen depuis le XIIe siècle jusqu’en 1449, Rouen, 1932, p. 70-71.

25 Pierre Poolin : Bourlier, p. 141 ; seigneur de Poville, écuyer (2E1 /175, f° 78v°, 1431). De la même famille que Jean Poolin, avocat (2E1 /155, f° 264r°, 24 mars 1396 ns ; 2E1 /156, f° 114r°, 5 janvier 1397 ns).

26 Pierre Daron : Bourlier, p. 140 ; ADSM, 1B22, f° 58r°, 1423 ; 2E1/186, 17 nov. et 15 déc. 1454. Il a épousé Colette Marguerie et sa fille épouse Étienne de Baudribosc.

27 Jean Segneut, conseiller en cour laie (ADSM, 2E1 /162, f° 39v°, 5 juin 1407) ; honorable homme et sage Jean Segneult, avocat du roi (2E1 /175, f° 99v°, 101v°, 26 et 27 janvier 1432 ns). Honorable homme et sage maître Louis Segneult, maître es arts, bachelier en lois, licencié en lois (2E1/186, 29 avril, 23 sept., 11 nov. 1454, 25 fév. 1455 ns). Là encore la poursuite de l’ascension sociale est passée par l’école et l’université.

28 Laurent Guedon : 2E1 /175, f° 21r°, 18 oct. 1431 ; 2E1/186, 6 mai, 24 nov., 16 déc. 1454. Son frère Jean, grenetier de Rouen, a acquis le fief des Monts, dont héritera Laurent. Le fils de Laurent, Jean, licencié en lois, est général sur le fait de la justice des aides. Voir aussi Levaudel.

29 De Croismare, voir note 8.

30 Garin : Beaurepaire, 1474, p. 65 ; Frondeville, t. 1, no 144. Honorable homme et sage Karados Garin avocat, (2E1 /186, 25 févr. 1455ns.) ; commis par le roi à connaître des causes dont le vicomte de Rouen ne peut connaître (2E1 /189, 16 janv. 1461 ns) ; avocat du roi (2E1/200, 22 sept. 1474).

31 Picart : Beaurepaire 1474, p. 65 ; Tabbagh, notices no 403-404 ; Levaudel ; Paul Le Cacheux, op. cit., p. 240 (1432). ADSM, 2E1 /186, 4 mars 1455 ns ; 2E1 /201, 25 janvier 1477 ns ; 2E1 /203, 8 janv., 9 févr., 19 févr. 1479 ns. Sur les Jubert, famille noble originaire de Vernon, voir Frondeville, t. 1, no 137.

32 Du Quesnay: Tabbagh, notices no 428, 430; Beaurepaire 1474, p. 68.

33 Laurent de La Perreuse : Beaurepaire 1474 ; Frondeville, t. 1, no 15.

34 Courault : 2E1 /215, 5 mai et 15 août 1492. 1B42 f° 83r° et 1B43, f° 39r° (1466). Tabbagh, « Famille et société… », art. cit., p. 251 ; Levaudel.

35 2E1 /203, 30 sept. 1478. 2E1 /222, 10 déc. 1495. Pierre Lamy : 2E1 /189, 14 févr. 1461 ns ; 2E1/200, 26 oct. 1474. Son père Pierre était lieutenant commis du vicomte. De la paroisse Saint-Nicolas (2E1/186, 15 oct. et 7 nov. 1454). Beaurepaire 1474, p. 69.

36 Bernard Chevalier, Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier-Montaigne, Paris, 1982, p. 68 ; Haquet, p. 265.

37 D’Orbec : Samuel Hedde, Une grande famille bourgeoise rouennaise à la fin du Moyen Âge : les D’Orbec (1180-1450), maîtrise sous la dir. d’A. Sadourny, université de Rouen, 2000. 2E1 /155, f° 55v°, 25 oct. 1394. Les Pellevillain sont de la même famille que les Poilevillain, les célèbres monnayeurs parisiens à l’époque de Jean le Bon. Sur les Pellevillain : 2E1 /186, 28 déc. 1454. Levaudel ; Jean Pellevillain, conseiller en cour laie, fils de Colin, épouse Laurence Toustain, fille de Guillaume Toustain, écuyer, conseiller en cour laie, de Saint-Herbland (2E1/212, 10 avril 1488). Sur Guillaume Toustain, voir ici note 7.

38 Guillaume Le Tavernier, marchand et orfèvre de Saint-Herbland, sans doute le même de la confrérie de Notre Dame des marchands : Haquet, p. 203, 240, 244, 358 ; AMR, A1, f° 82r°, 12 déc. 1389.

39 Jean Toustain, orfèvre de Saint-Herbland (2E1/186, 17 juillet et 4 oct. 1454). Guillaume Toustain, le mari de Jacqueline Gouel, est son neveu.

40 Le Tourneur : Haquet, p. 244, 252, 548 ; Tabbagh, no 317-319. Robert Alorge, l’orfèvre, de Notre-Dame-la-Ronde, s’interesse, comme les autres Alorge, aux fermes urbaines : en 1410 il tente d’emporter la ferme de la terre à fouler les draps et celle du courtage des draps (AMR, A6, f° 74r°, 2 mars 1410 ns et f° 121v°, 30 sept. 1410).

41 Osmont : 2E1 /186, 6 et 17 avril, 22 juillet 1454 ; Berville en face de Duclair (Seine-Maritime) ; Levaudel ; Frondeville, t. 2, n° 23.

42 Pitemen : 1370, 1372, voir Cailleux, « Prêts des Rouennais », p. 133. Jean, marchand de vins (AMR, A1 fo 59r°, 1389), a des rentes en vin à Gaillon (ADSM, 2E1 /155, f° 162r°, 6 juin 1395) ; Pierre : 2E1 /162, f° 9r° et 84r°, 1 avril et 11 nov. 1407 ; il est sans doute de la confrérie de Notre-Dame des marchands en 1420 (Haquet, p. 329). Il a existé un Jean Pitemen, procureur de la ville en 1389 (AMR, A1, f° 82r° ; Philippe Lardin, « La vie municipale à Rouen au lendemain de la révolte de la Harelle (1389-1390) », La ville médiévale…, op. cit., p. 267).

43 Thorel : Levaudel ; 2E1 /186, 10, 17 et 20 nov. 1454 ; 2E1 /203, 30 sept. 1478, 9 mars 1479 ns ; 2E1/215, 5 mai 1492. Thomasse de Croismare, fille de honorable homme sire Jacques de Croismare, conseiller du roi.

44 En 1407, François Thorel et un nommé Pierre Pitemen (mais est-ce bien notre orfèvre ?), frères par mère, sont en conflit ; les arbitres sont maître Nicole Pitemen, docteur en théologie, et Guillaume Le Tavernier, que nous avons déjà rencontré (2E1 /162, f° 20v°, 20 avril 1407). Peut-être y a-t-il eu mariage croisé entre les Thorel et les Pitemen ; et, comme on le constate, les remariages ne se passent pas toujours bien. Il a existé un François Thorel maire en 1367.

45 Sur cette ordonnance, voir Philippe Contamine, La noblesse au royaume de France de Philippe-le-Bel à Louis XII. Essai de synthèse, Paris, Puf, 1997, p. 75.

46 Goupil : famille originaire des Andelys (voir Frondeville, t. 1, no 21). Feu Robert Goupil le jeune, avocat en cour laie, demeurant à Andely (2E1 /170, f° 279r°, 4 oct. 1423) ; son père, Jean Goupil, avait épousé Jeanne Deschamps, fille de Robert Deschamps, sans doute le maire de Rouen de 1381. À distinguer des Le Goupil, seigneurs du Mesnil-Dô.

47 Th. Dutour, Une société de l’honneur, op. cit., p. 436. Voir aussi B. Chevalier : « La dérogeance [est] beaucoup moins nettement définie qu’on ne le croit pendant tout le XVe siècle » (« Le pouvoir par le savoir : le renouvellement des élites urbaines en France au début de l’âge moderne (1350-1450) », Construction… des patriciats, op. cit., p. 81).

48 Haquet, p. 403-404 et 283. Voir aussi p. 280, 354, 383.

49 A. Sadourny dans Histoire de Rouen, Michel Mollat (dir.), Toulouse, Privat, 1979, p. 110.

50 L’enquête reste à faire. Sur le cas dijonnais, voir Th. Dutour, Une société de l’honneur…, op. cit., p. 132-136 et 259-262 ; et id., « Pouvoir politique et position sociale en ville : les factions et leurs chefs à Dijon à la fin du Moyen Âge », Guerre, pouvoir et noblesse au Moyen Âge. Mélanges en l’honneur de Ph. Contamine, J. Paviot et J. Verger (éd.), Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 2000, p. 227-238.

51 Pierre Desportes, Reims et les Rémois aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, Picard, 1979, p. 643. Voir aussi Bernard Chevalier, Les bonnes villes…, op. cit., p. 72 ; et Thierry Dutour, « La supériorité sociale à Dijon à la fin du Moyen Âge », Élites urbaines au Moyen Âge, op. cit., p. 311. « Sage » a le sens d’expert selon Thierry Dutour (Une société de l’honneur…, op. cit., p. 403).

52 « Honorable homme et sage, maître… » est encore utilisé dans la première moitié du XVIe siècle, mais guère au-delà ; à Paris dans les années 1540, par les notaires âgés. Voir Robert Descimon « Un langage de la dignité. La qualification des personnes dans la société parisienne de l’époque moderne », Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, F. Cosandey (dir.), Paris, Éditions de l’EHESS, 2005, p. 99.

53 Par exemple en 1422, Jean Segneut avocat du roi (2E1 /169, f° 467, 22 sept.). En 1423, Michel Durant, vicomte de Rouen (2E1 /170, f° 75, 31 janv.) En 1431, sire Jean Le Goupil écuyer, seigneur du Mesnil-Dô, général maître des monnaies du roi ; Laurent Guedon, lieutenant général du bailli de Rouen ; Jean Segneut avocat du roi (2E1 /175, f° 21r°, 21v°, 46v° et 99v°, 18 oct., 18 nov. 1431 et 26 janv. 1432 ns). Une attestation plus ancienne mais qui concerne un clerc : messire Onfroy Quinquebelle prêtre gouverneur de l’hôtel-Dieu (2E1 /156, f° 14v°, 27 avril 1396).

54 Voir P. Desportes, « Les gradués d’université dans la société urbaine de la France du Nord à la fin du Moyen Âge », Milieux universitaires et mentalité urbaine au Moyen Âge, D. Poirion (éd.), Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 1987, p. 49-67.

55 Gouel (14 juin, 22 nov. 1454, 8 janv. 1455 ns), Guedon (24 nov. 1454), Lamy (15 oct.), Daron (10 juillet), Aoustin (4 juin, 22 juillet, 24 oct.) Mais aussi le vicomte de Pont-Audemer (18 janv. 1455ns), le grenetier de Caudebec (28 févr.) ou un clerc comme le frère Picart, maître Pierre avocat en cour d’Église, qui plus tard deviendra chanoine (4 mars 1455 ns ; voir aussi Tabbagh, notice no 404). On peut se demander si l’épithète d’honneur ne déborde pas sur la famille.

56 Garin (25 févr.), Fauvel (17 fév.), Des Essars (11 juin, 15 oct.), les conseillers (15 oct.).

57 Voir Alain Sadourny, « Les grandes familles rouennaises au XIIIe siècle et leur rôle dans la cité », Les villes normandes au Moyen Âge, P. Bouet et F. Neveux (éd.), Caen, PUC, 2006, p. 267-278.

58 Donc de manière sans doute aussi précoce que la bourgeoisie parisienne décrite par Boris Boves, Dominer la ville. Prévôts des marchands et échevins parisiens, 1260-1350, Paris, CTHS, 2004, p. 334 et suiv.

59 Pierre Cochon, Chronique normande, Ch. de Beaurepaire, Rouen, 1870, p. 345.

60 Deschamps : 2E1 /154, fos 169ro, 172r°, 207r°, 24 mai, juin, 11 nov. 1392. 2E1 /155, fos 34r°, 34v°, 35v°, 38r°, 41v°, 51r°, 154r°, 155r°, août, sept., oct. 1394, 21 et 24 mai 1395 ; 2E1 /156, f° 81v°, 85r°, 97v°, 25 oct., 2 nov., 2 déc. 1396.

61 Deschamps : voir note 16. Philippe Cailleux, « Prêts des Rouennais », p. 127 et 130 ; Hélène Millet, « Le cardinal Gilles Deschamps (ca 1350-1414) », Les prélats, l’Église et la société (XIe-XVe siècle). Hommage à Bernard Guillemain, F. Beriac (éd.), université de Bordeaux III, 1994, p. 231-241.

62 Cailleux, « Prêts des Rouennais », art. cit., p. 127, 131. AMR, A1, f° 59r°, 1389.

63 2E1 /155, f° 10v°, 21 mai 1394 ; ce teinturier Jean Le Jaloux était présent à Saint-Denis en 1383 (Arch. nat., K930, no 11).

64 Dutot : 2E1 /155, f° 168v°, juin 1395 ; 2E1 /159, f° 9r°, 7 juin 1403 ; 2E1 /161, f° 108ro, 25 oct. 1406, f° 161r°, 25 févr. 1407 ns, f° 167v°, 12 mars 1407 ns.

65 Dutot : AMR, A5, f° 184r°, 12 fév. 1409ns ; ADSM, 2E1 /174, f° 59r°, 31 juillet 1430. L’un des Michel Dutot est de la confrérie Notre-Dame des marchands en 1420 (Haquet, p. 240). Et c’est sans doute son fils Michel qui est de la même confrérie en 1454 (2E1 /186, 28 juillet). Selon Claire Haquet, l’épicier Michel Dutot se prétend noble dès 1389 et sera reconnu comme tel en 1405 (Haquet, p. 354 et t. III, P. J. no 29). Mais beaucoup d’incertitudes entourent cette famille ; il y a aussi une famille Dutot noble, seigneurs de Gonfreville-Caillot dans le pays de Caux ; et des Dutot drapiers à la fin XIVe siècle (Regnault, « laneur » et « boujonneur », AMR, S3, fo 62v°, 25 avril 1394 ; et A1, f° 33v°, 5 sept. 1389).

66 Marguerie : Tabbagh, notice no 342, et p. 1110 ; A. Sadourny, « Le commerce du vin à Rouen dans la seconde moitié du XIVe siècle », Annales de Normandie, 1968, p. 129. AMR, A1 f° 82r°, 1389 ; ADSM, 2E1 /161, f° 163r°, 2 mars 1407 ns ; 2E1 /162, f° 18r°, 15 avril 1407.

67 Dubosc : voir note 6. Les Dubosc de Coquereaumont, fief acquis en 1406. Les lettres d’anoblissement sont accordées en 1407, « attendu que le suppliant ne s’est jamais entremis du fait de marchandise », et vivait comme noble dans son fief de Tendos (voir Bourlier, p. 122).

68 Du Feugueray : Levaudel ; 2E1 /200, 9 nov. 1474. 2E1 /201, 17 févr. 1477 ns. Guillaume teinturier de Saint-Vivien (2E1 /184, f° 57r°, 18 févr. 1444ns). Guillaume, trésorier de Saint-Vivien (2E1/186, 14 sept. 1454).

69 Michel Mollat, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, Plon, 1952, p. 486-494. Richard, le père, écuyer, est décédé avant 1483. Jacques, son fils aîné, écuyer, seigneur de Martainville, est conseiller de la ville en 1493, et député par deux fois aux états de Normandie (voir Levaudel). Saint-Cande-le-Jeune : 2E1 /189, 16 oct. 1460 ; 2E1/201, 8 janv. 1476 ns.

70 Voir J. -L. Roch, « L’organisation sociale de la draperie normande aux XIVe et XVe siècle », Les Villes normandes, op. cit., p. 235. Lors du procès de 1474, Richard, le père, est dit marchand détailleur de draps. Autres procès : ADSM, 4BPII/1bis, f° 230v°, 26 mai 1484 ; 1B57, f° 7r°, 336r°, 342r°, juin 1500 (les Le Pelletier sont alors à Saint-Denis). Jean et Richard à la foire du Lendit en 1487, 1488, 1489, 1497 (Arch. nat., LL1312, f° 102r°, LL1313, f° 28r°, 62v°, 110r°).

71 2E1 /244, 18 mars 1510 ns. Sur les Favé, voir Tabbagh, notice, no 177. Isabelle est la sœur du chanoine maître Jean Favé, présent dans l’entourage du cardinal d’Estouteville, et la sœur du conseiller Antoine Favé, présent au conseil dans les années 1490 (AMR, A9, f° 224r°, 13 mars 1497, par exemple).

72 De Robert Tillart, Vincent Tabbagh dit « négociant mal connu » (« Famille et société… », art. cité, p. 250). 2E1/196, 14 janv. 1467 ns.

73 Les frères Tillart, de la paroisse Saint-Denis : 2E1 /186, 10 mai, 16 sept. 1454, 7 janv. 1455 ns. Une des filles de Jean Tillart, Perrette, épouse un nommé Louis Des Essars en 1473, l’autre fille, Marion, épouse un écuyer, Guillaume Le Françoys (2E1 /215, 24 sept. 1492). Robert Lermite est sans doute l’avocat et conseiller en cour laie, honorable homme et sage, demeurant à Gournay (2E1 /186, 23 mai 1454). Sur Jean Lorin voir Beaurepaire 1474 ; et 2E1/221, 8 juillet et 3 août 1495.

74 ADSM, 4BPII/1bis, f° 36r°, 29 déc. 1483. La plupart des tondeurs (de draps) sont des « marchands détailleurs de draps ».

Auteur

Université de Rouen, GRHIS
Maître de conférences à l’université de Rouen. Sa thèse portait sur Les mots aussi sont de l’histoire : vocabulaire de la pauvreté et marginalisation des pauvres (1450-1550). Ses recherches et ses principales publications portent sur la draperie normande et la société urbaine rouennaise à partir des fonds du tabellionage.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540