Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

IIIe Partie. Les villes

Les Rouennais et la pollution à la fin du Moyen Âge1

Philippe Lardin

Texte intégral

  • 1 N. B. En dehors des notes, les textes cités ont été modernisés.
  • 2 Sur cette question outre les ouvrages et articles cités plus bas (note 11), voir Mary Douglas, Pur (...)

1Le but de cet article n’est pas de décrire les différentes formes de pollution que l’on pouvait trouver à la fin du Moyen Âge dans une ville « grande et spacieuse » comme Rouen, même si celles-ci seront évoquées au fil de l’exposé. Il s’agit plutôt d’essayer de décrire la manière dont la pollution ou plutôt les tentatives pour la limiter ont été ressenties par les Rouennais2.

  • 3 Chronique normande de Pierre Cochon, éditée par Charles de Beaurepaire, Rouen, 1870.
  • 4 Deux chroniques de Rouen : 1o des origines à 1554 ; 2o de 1559 à 1569, publiées par A. Héron, Roue (...)
  • 5 Histoire et cronique de Normandie, receueüe et augmentée outre les precedentes impressions : finis (...)
  • 6 Lorsqu’il raconte, par exemple, les inondations de 1396 à Rouen, l’auteur de l’Histoire et croniqu (...)

2On pourrait espérer trouver des renseignements sur cette question dans les trois chroniques normandes qui évoquent l’histoire de Rouen et de la Normandie, et d’une façon plus générale, celle de l’ensemble du royaume de France. La plus ancienne, celle de Pierre Cochon, s’arrête en 14303. Les deux autres, à savoir la Chronique de Rouen, des origines à 15444 et l’Histoire et cronique de Normandie5 sont anonymes. Dans tous les cas, même si des événements plutôt anecdotiques comme les inondations ou les hivers rigoureux sont évoqués, rien n’est dit de la saleté des villes et d’éventuelles mesures qui auraient été prises pour y remédier. Seul Pierre Cochon, dans la partie spécifiquement consacrée à l’histoire de la ville de Rouen évoque en quelques lignes le bailli royal Jean Davy qui imposa un certain nombre de décisions concernant la propreté et l’aménagement de la voirie de la ville6.

  • 7 En 1370, lors de la construction du grand moulin, des charretiers sont payés pour aller porter dan (...)
  • 8 Philippe Lardin, « L’archevêché de Rouen au XVe siècle. Transformations et réparations courantes » (...)

3La lecture de ces différents textes donne, par conséquent, l’impression que la pollution ou, pour employer les termes de l’époque, les « ordures, fiens et immondices » sont à la fois trop communs et trop vulgaires, pour qu’il soit utile de les évoquer dans un type d’ouvrage qui se donne pour objet unique de conserver les éléments dignes d’entrer dans l’Histoire. Pourtant, il serait tout à fait erroné d’en déduire que les gens du Moyen Âge, et plus précisément ici, les Rouennais, n’avaient pas conscience des inconvénients que représentait l’entassement des détritus dans les lieux qu’ils fréquentaient. On peut, en effet, le constater à la lecture des innombrables devis de construction ou de réparations qui nous sont parvenus. Après avoir décrit plus ou moins précisément les travaux à effectuer, ces documents comprennent toujours une clause qui prévoit les conditions de paiement de l’ouvrier qui se chargera de leur exécution et il est habituel de préciser si le nettoyage des gravats est à sa charge ou à celle du propriétaire7. En 1447, lorsque l’archevêque de Rouen se décida à effectuer dans l’hôtel archiépiscopal les travaux indispensables qu’il avait jusqu’alors repoussés, il engagea un plâtrier à l’année puis, quelques semaines plus tard, un manœuvre, Robin Pengris, également engagé à l’année et spécifiquement chargé du nettoyage des bâtiments. Les dépenses de nettoyage des bâtiments de l’archevêché de Rouen représentent d’ailleurs 7,6 % des dépenses totales d’entretien pour la période allant de 1390 à 1490, ce qui n’est pas négligeable et montre que la propreté des lieux où l’on vivait et où l’on travaillait était une préoccupation constante8.

  • 9 Archives départementales de Seine-Maritime (maintenant ADSM), G 7366, cité par Paul Le Cacheux, Ro (...)
  • 10 Ainsi, parmi beaucoup d’autres exemples semblables, on lit dans un acte du 17 mai 1464 que l’étaim (...)

4C’est ce que confirment les actes contenus dans les registres de tabellionage puisqu’ils montrent également ce souci d’éviter l’accumulation des ordures dans les maisons et plus particulièrement dans les cours. On y trouve, en effet, un certain nombre d’accords de bon voisinage, parfois destinés à mettre fin à un procès, qui évoquent le problème des fenêtres – appelées « vues » – particulièrement lorsqu’elles donnaient sur des parties communes comme les cours ou les escaliers. En 1427, par exemple, les voisins du peintre Étienne Guiot ne l’autorisèrent à disposer que d’une seule fenêtre pour sécher ses toiles peintes, ce qu’il estimait indispensable à son travail, et on l’obligea à fermer définitivement toutes les autres pour l’empêcher de jeter ses ordures et particulièrement ses vieilles peintures. On sait en effet que celles-ci étaient particulièrement polluantes puisque les mélanges étaient faits de produits tinctoriaux aussi divers que la terre ou le charbon de terre (c’est-à-dire la houille) mêlés à de l’eau et parfois à de l’urine9. D’autres accords prévoyaient qu’il faudrait que les fenêtres, lorsqu’elles étaient autorisées, fussent closes « à voirre dormant » ou, au moins, à l’aide de grilles appelées « treillies »10.

5Tout cela montre donc qu’il existait chez les Rouennais, comme chez tous leurs contemporains, une évidente sensibilité à la propreté et à une certaine forme de beauté qui les amenait à chercher à faire disparaître les ordures et les gravats. Pourtant, il s’agissait là de problèmes individuels, de cas particuliers, généralement limités aux maisons et, souvent, seulement à leurs parties communes. L’ensemble de la ville – c’est-à-dire les rues et les places – n’était pas directement concerné.

  • 11 Sur cet aspect de la perception et de la lutte contre la pollution à Paris par les autorités de na (...)
  • 12 Les années allant 1412 à 1447 ne nous sont connues que par les documents conservés dans le chartri (...)

6Ce qui touchait « le bien de la chose publique », comme on disait au moins depuis le début du XVe siècle, ne peut donc guère apparaître que dans les délibérations municipales complétées par les ordonnances en découlant, conservées dans ce qu’il est convenu d’appeler le « chartrier » des archives municipales de Rouen11. Les registres de délibérations municipales rouennais sont relativement tardifs puisque le premier qui nous est parvenu ne commence qu’en 1389, l’ensemble ne couvrant que 82 des 145 années qui séparent le début du premier registre de la fin du treizième registre en 1534. Malgré leurs lacunes, en particulier pour la presque totalité de la période anglaise12, ces sources nous permettent de tenter une répartition statistique et thématique des délibérations consacrées aux problèmes en relation avec ce que nous appelons aujourd’hui la pollution.

  • 13 Soit un peu plus de 10 000.

7De prime abord, la lecture de ces documents est, elle aussi, assez décevante pour le sujet qui nous occupe, car ce sont d’autres problèmes qui sont abordés prioritairement au cours des assemblées municipales, qu’elles soient restreintes ou « grandes et notables ». Le tableau récapitulatif est, à cet égard, très révélateur puisque pour l’ensemble des années couvertes par les registres, on ne compte, en y ajoutant les décisions complémentaires ou consécutives du « chartrier », que 156 cas de discussions ou de décisions concernant le problème de la pollution, ce qui représente une moyenne légèrement inférieure à 2 décisions par an, ou si l’on préfère, 1,5 % du nombre total des délibérations municipales13. Quelles que soient les variations de cette moyenne dans le temps, elle est malgré tout révélatrice de l’intérêt somme toute limité que ces questions présentaient aux yeux des responsables municipaux. Successivement, ce sont les problèmes d’organisation municipale, de finances, en particulier pour les travaux de fortifications, les « dons et courtoisies » et, à partir de la fin du XVe siècle, les relations financières et administratives de plus en plus compliquées avec le roi ou ses représentants, qui les occupent en premier lieu.

Fréquence des délibérations municipales consacrées aux problèmes de pollution (source : AMR A1 à A13)

Fréquence des délibérations municipales consacrées aux problèmes de pollution (source : AMR A1 à A13)

8N.B. Pour faire la moyenne, on a compté la dernière année comme une année entière même si elle n’était pas entièrement achevée.

9On notera toutefois qu’au tournant du XIVe siècle, c’est-à-dire à partir de 1396 et jusqu’à 1411, les délibérations concernant la propreté de la ville se multiplient et que pendant les 11 années sur lesquelles nous sommes renseignés, on compte 55 délibérations qui s’y rapportent, soit près du tiers du total. On se contentera pour l’instant de constater que cela correspond à la grande période de reconstruction ou d’entretien des fortifications de la ville. De même, la deuxième décennie du XVIe siècle, pendant laquelle les épidémies, notamment la peste, mais aussi le mal de Naples, c’est-à-dire la syphilis, dont on commence à mesurer les effets, sont particulièrement présents, voit les autorités se pencher plus fréquemment sur la question de la propreté et, par conséquent, de l’hygiène de la ville.

Propreté, économie et esthétique

Le nettoyage des rues

  • 14 C’est-à-dire les lignes intitulées « curage, nettoyage » et « immondices ».
  • 15 AMR, A7 f° 73.
  • 16 AMR, A7 fos 88v° et 93v°. Un article déclassé, placé à la fin du registre, évoque pour avril 1447 (...)
  • 17 AMR, A8 f° 15v°.

10Le tableau récapitulatif du contenu des délibérations consacrées à la pollution est classé presque complètement par ordre de fréquence. On y voit que les sujets qui amènent les responsables de la ville à intervenir concernent, pour plus d’un tiers du total, la présence des ordures, des immondices dans les rues et les places de la ville14. Face à ce problème, les conseillers sont conduits à prendre deux types de décisions : d’une part, interdire aux Rouennais de jeter leurs immondices de manière inconsidérée, et d’autre part, essayer d’organiser le nettoyage ou le « curage » des lieux publics. Cela se fait, le plus souvent, en imposant à ceux qui sont concernés, c’est-à-dire les riverains d’une rue ou ceux qui occupent un lieu public comme un étalage dans les halles, de se charger du nettoyage. Au lendemain de l’occupation anglaise, alors que l’économie se remettait lentement, il était assez habituel que ceux qui prenaient la ferme ou le louage d’une place commerciale en ville ou en banlieue fussent chargés de son entretien. En avril 1450, le contrat de fermage des herbages, prés et ruisseau du vivier de Martainville prévoyait que les preneurs devraient « curer et nettoyer et maintenir nettement les cours, ruisseaux et conduits des eaux affluant en lad. ville »15. De même, les fermiers des deniers de la place du Vieux-Marché et ceux du « hallage » de la Vieux-Tour devaient se charger de la propreté des endroits dont ils avaient pris la charge. Pour ce qui concerne les fermiers du « hallage », la charge restait limitée puisque le nettoyage devait se faire « de temps en temps, convenablement »16. En 1455 encore, quand les chapelières obtinrent une baisse du loyer de la place qu’elles occupaient au Neuf-Marché, elles durent s’engager à « vider et nettoyer la place une fois par semaine à leurs dépens »17.

  • 18 AMR, A6 f° 23v°.
  • 19 AMR, A9 f° 82v°-83.

11Dans certains cas, les conseillers chargeaient quelqu’un de l’entretien d’un lieu dans lequel on ne voulait pas voir s’accumuler les immondices. Après les travaux de réfection de l’abreuvoir aux chevaux et du pavage qui l’entourait, en 1409, c’est un cordonnier Guillaume Rigoult qui fut chargé de « tenir nette d’ordure la grille de l’abreuvoir »18. On pouvait aussi, au moins tant que la population n’était pas trop nombreuse, fermer certaines rues pour empêcher que les gens n’y jettent immondices et ordures. En 1493, une délibération confirma la décision prise cinq ou six ans plus tôt de fermer, « par les deux bouts », une ruelle de la paroisse Saint-Maclou devenue ainsi quasiment privée. Toutefois, afin de ne pas gêner la circulation, les responsables municipaux interdirent à d’autres bourgeois de faire la même chose dans une ruelle voisine19.

  • 20 À Dieppe, le Coutumier de la ville rédigé en 1396 interdisait à tous de « faire fumier sur le pave (...)
  • 21 AMR, A5 f° 97.
  • 22 AMR, A5 f° 135vo.
  • 23 Notons toutefois que la propreté de la Seine n’est pas encore considérée comme indispensable. En e (...)

12L’organisation de l’évacuation des ordures est également intéressante à étudier. En juin 1407, c’est-à-dire, rappelons-le, à un moment où les problèmes de pollution sont plus souvent évoqués que d’habitude, une assez longue délibération décida de déterminer « 4 à cinq places hors les portes et muraille et enclos d’icelle ville », dans lesquelles les habitants seraient « astreints » d’aller déposer leurs ordures, au lieu de continuer à les mettre dans les rues ou de les jeter dans les rivières20. La discussion prévoyait que les terrains, dont les emplacements étaient déjà plus ou moins choisis près des principales portes, seraient achetés par la ville. Par contre, rien n’était mis en place pour contraindre réellement les Rouennais à changer leurs habitudes puisqu’il n’était prévu ni amende à l’encontre des contrevenants ni organisation municipale du ramassage21. D’autres délibérations, dans les mois qui suivirent, revinrent sur la question, mais de manière moins volontariste. En février 1408, les responsables de la ville discutèrent la proposition d’un bourgeois qui offrait de vendre à la ville un jardin dans lequel pourraient être déposés les « curages », particulièrement les « terres », c’est-à-dire plutôt la boue, provenant du nettoyage d’une place voisine22. L’achat du terrain fut accepté et, dans l’ensemble, il semble que l’organisation nouvelle ainsi mise en place ait eu une certaine efficacité puisque, petit à petit, les dépotoirs furent utilisés par les « benneliers » qui, chargés de l’évacuation des immondices, cessèrent d’aller les jeter dans la Seine23.

  • 24 ADSM, G39 f° 57v°.
  • 25 ADSM, G51 f° 21.
  • 26 AMR, tiroir 75.

13Au cours de l’occupation anglaise, ces bonnes habitudes cessèrent. En 1438, à la suite de travaux relativement importants effectués dans le manoir archiépiscopal, un homme de bras fut payé pour avoir « ôté et charrié en la rivière de Seine » 151 bennelées de graviers et ordures et 29 bennelées de fiens entre le 8 juin et le 12 juillet24. En 1453, on voit des manœuvres aller, à nouveau, jeter dans la Seine, les « fiens et immondices » de l’hôtel archiépiscopal25. Dans un document non daté mais postérieur à l’occupation anglaise, il est rappelé à tous et particulièrement aux bouchers et aux brasseurs qu’ils doivent mener leurs détritus, surtout ceux qui sont d’origine organique, dans les dépotoirs prévus à cet effet, sous peine de 20 sous d’amende26.

  • 27 AMR, A9 f° 318.

14Pourtant, le problème de l’évacuation des déchets n’apparaît plus ensuite, dans les documents qui nous sont parvenus, jusqu’en 1499, soit presque un siècle après la mise en place des dépotoirs. En octobre, lors d’une discussion qui traitait de divers aspects liés à la pollution de la ville, fut émise l’idée de mettre en place des « benneaux » destinés à transporter les « vidages » hors de la ville et la délibération aboutit à la décision d’installer une benne à ordures par quartier, c’est-à-dire quatre en tout27.

  • 28 AMR, A9 f° 347v° et suiv.
  • 29 AMR, A9 f° 318.

15Dans un premier temps, cette décision n’eut pas les résultats escomptés. En décembre de l’année suivante, lors d’une réunion plénière à laquelle participaient plus de cent bourgeois, le lieutenant du bailli constata que « les quatre benneaux ordonnés pour faire les curages de la ville […] ne font pas leur devoir ou au moins les rues sont plus pleines des immondices qu’elles n’étaient en avant de la dite ordonnance28 ». La discussion mit en évidence d’importantes différences de vues entre les participants. Quelques conseillers considéraient que la mise en place de ces bennes à ordures était une bonne chose. Jacques le Lieur, par exemple, estimait que les « benneaux » étaient « décents » et que, pour que les benneliers fassent convenablement leur travail, il fallait mettre en place un système de paiement qu’il fixait à un sou par maison et par an. Le seigneur de Longpaon, qui faisait partie des conseillers ordinaires, ne partageait pas cette appréciation car il avait constaté que « les serviteurs portaient hors de la ville les immondices et [il] avait vu samedi des benneliers qui les vidaient », phrase assez confuse qu’il complétait en disant qu’« il n’[était] point d’opinion que la communauté paie les benneaux », car « du temps de nos pères, ils ne les faisaient point vider et avaient toujours défendu les affaires particulières ». Cette intervention montre donc qu’avant 1500 aucun système de ramassage des ordures n’avait été créé par la municipalité et que les Rouennais ne le trouvaient pas souhaitable, surtout s’ils devaient le payer. Le seigneur de Longpaon préférait frapper d’une amende de 60 sous, voire d’une peine corporelle, ceux qui jetteraient leurs ordures dans la ville au lieu de les porter ou de les faire porter dans les lieux adéquats. Son point de vue était largement majoritaire. Les autres bourgeois, « au nombre de 100 à 120 », pensaient comme lui ; c’est pourquoi il fut décidé qu’« il sera[it] crié et publié que, sous peine d’amende chaque bourgeois, manant et résidant en cette ville fasse vider les ordures et immondices qui seront dans les rues devant leurs maisons [sic] »29.

  • 30 AMR A9 f° 351v°.

16Cette décision ne fut pourtant pas définitive. En février 1501, soit un peu plus d’un mois après, le problème fut à nouveau évoqué, sur l’initiative du lieutenant du bailli, et on décida de réunir une nouvelle assemblée afin d’entendre l’avis de « gens notables », de membres de l’Église et de la communauté « pour délibérer par quelle forme la chose [c’est-à-dire la mise en place de bennes à ordures] se pourra conduire soit du paiement [et] aussi les contraintes qui se pourront faire pour le temps à venir »30. Visiblement, les représentants du roi, notamment le lieutenant du bailli, n’avaient pas admis la décision prise au mois de décembre précédent et la mise en place de bennes à ordures payantes fut finalement adoptée. Il y avait donc un certain décalage entre l’attitude assez conservatrice de la majorité de ceux qui se dérangeaient pour assister aux assemblées générales de la ville et les représentants du roi dont les vues étaient nettement plus novatrices.

Le pavage des rues

  • 31 C’est ce que disent les maçons et paveurs, après avoir visité la place de la Vieille-Harenguière : (...)
  • 32 Il ne semble pas y avoir eu à Rouen un système d’égout comparable à celui décrit à Riom par Josian (...)
  • 33 AMR, A1 f° 124. Apparemment, les pavés furent achetés par la ville à Saint-Leu-d’Esserent dans le (...)
  • 34 AMR, A2 f° 1v°.
  • 35 AMR, A2 fos 68 et 105v°.
  • 36 En mai 1396, toutefois, une longue discussion décrit les pavés à utiliser pour refaire les quais d (...)
  • 37 AMR, A4 f° 46v°.

17En fait, le nettoyage des rues avait été pendant longtemps laissé à la nature. La pluie, en dévalant sous la forme d’« avalasses », emportait les détritus de toutes sortes qui encombraient les rues ou le ruisseau central qui les traversait31. Il fallait donc que ces rues soient bien pavées puisque cela permettait un écoulement plus rapide de ces sortes d’égouts à ciel ouvert32. De ce fait, le problème du pavage qui était, entre autres, un problème de propreté occupe plus de délibérations de la municipalité rouennaise que toutes celles qui se rapportent aux seules immondices. Les premières allusions à ce problème sont toutefois assez limitées. En avril 1390, Guillaume Auber fut « établi commis » dans la ville comme dans la banlieue pour « visiter » les pavages et les faire réparer si cela était nécessaire33. En décembre, les conseillers décidèrent de faire nettoyer la rue des Cordeliers « afin de voir plus clairement la réparation au pavement qu’il y faut faire »34. À la suite de quoi, en octobre 1391, il fut décidé que la ville accorderait une aide au couvent des Cordeliers pour que les moines fassent paver convenablement la rue devant le bâtiment où ils vivaient. Deux ans plus tard, la ville décida de lancer le pavement de la chaussée Martainville, qui faisait partie des nouveaux quartiers intégrés à l’enceinte urbaine35. Les travaux étaient à la charge de « qui il appartiendrait », c’est-à-dire des riverains. Le problème du pavage fut un peu oublié au cours des années suivantes, peut-être parce qu’il ne donnait lieu à aucune difficulté ou, plus probablement, parce que les travaux s’étaient ralentis36. En octobre 1397 pourtant, la ville donna l’ordre aux religieux de l’abbaye de Sainte-Catherine, avec laquelle les relations étaient toujours assez tendues, de paver « leur portion de chaussée à Martainville sous peine de leur temporel être arrêté en la main du Roi notre sire »37, les travaux en question devant être réalisés en dehors de l’enceinte.

  • 38 Le détail des taxes de pavage se trouve dans AMR, tiroir 335, copie de 1738 du tarif de 1481.
  • 39 AMR, A4 f° 2.
  • 40 AMR, U2 f° 116-v°.
  • 41 AMR, A5 f° 112v°.

18En fait, à cette date, la ville ne pouvait pas intervenir facilement sur cette question parce qu’elle ne disposait plus des revenus de la taxe de pavage38 qui portait avant tout sur l’entrée de certaines denrées dans la ville. Depuis la révolte de la Harelle en 1382, cette taxe était baillée à ferme et « cueillie par le vicomte de Rouen ». Or, alors que son usage spécifique était d’« être convertie dans les pavements et chaussées », le vicomte envisageait de l’utiliser pour faire des travaux dans le domaine royal. La ville s’en était plainte en 1396 auprès de la Chambre des comptes du roi39, avec d’autant plus de véhémence que les conseillers estimaient que le vicomte négligeait sa tâche et qu’« il était nécessaire de réparer [le pavement] pour la grand ruine qui y était »40. Pourtant, c’est seulement en septembre 1407, sur la recommandation de Jean Davy, le nouveau bailli, que les conseillers obtinrent des lettres du roi rendant à la ville le « pavage et revenu d’icelui […] employés par telle personne comme ils y voudront commettre dans les réfections et réparations des chaussées »41.

  • 42 AMR, A5 f° 118.

19La ferme du pavage fut criée quelques semaines plus tard et son montant fixé, après divers contretemps à 700 livres tournois. En novembre, l’organisation des travaux de pavage et leur paiement furent confiés, pour 10 ou 12 livres tournois de gages annuels, à un prêtre, Geoffroy Martin, déjà commis au gouvernement des ouvrages ordinaires de la ville mais qui, « pour ce qu’il n’y est pas toujours occupé », pouvait se charger de cette tâche supplémentaire. La ville faisait en effet, à cette date, l’objet de vastes travaux de fortifications, confiés à un autre commis, ce qui avait sérieusement ralenti ou interrompu tous les autres travaux et, par conséquent, la tâche de Geoffroy Martin42.

  • 43 À la place de l’actuel Clos Saint-Marc.
  • 44 AMR, A5 f° 119v°.

20La première délibération des responsables municipaux consacrée à la réfection du pavage porta sur l’abreuvoir aux chevaux, situé près du pont de Seine et du quai aux meules43. Le 13 novembre 1407, plusieurs ouvriers, parmi lesquels se trouvait le maître des œuvres de maçonnerie du roi, visitèrent le lieu et constatèrent que la place était particulièrement sale parce que les riverains y avaient fait des latrines et des conduits pour évacuer les eaux des cuisines et qu’ils y jetaient leurs ordures par les fenêtres. Il fut donc décidé que la place serait pavée aux frais des riverains et que les abus constatés devraient être éliminés le plus vite possible, ce à quoi se soumirent les bourgeois concernés44. En avril, ce furent la chaussée Martainville, la chaussée Saint-Paul et l’ancien chemin de Paris qui passait au pied de l’abbaye de Sainte-Catherine, c’est-à-dire des voies extérieures à la ville, qui firent l’objet de travaux de pavage. Puis, en mars 1409, on passa au marché de la Vieille-Harenguière.

  • 45 AMR, A5 f° 125v°.
  • 46 AMR, A5 f° 193. Il n’y avait que deux bourgeois pour se la partager.
  • 47 ADSM, G24 f° 34v°. Quelques années auparavant, un nouveau mur avait été édifié à cet endroit et le (...)
  • 48 AMR, A5 f° 185v° et A6 f° 14.

21Ces travaux de pavage, imposés autoritairement et coûteux, n’étaient pas vraiment appréciés par les bourgeois ou les propriétaires concernés. En effet, la taxe de pavage permettait à la ville de contribuer au paiement des travaux, mais seulement pour une part variable. En décembre 1407, des travaux sur une partie du quai, située au sud de la cathédrale, avaient été payés, chacun pour un tiers, par les riverains, par la ville et par les religieux de la Madeleine responsables de l’hôpital de l’Hôtel-Dieu qui avaient accepté cette charge parce qu’ils étaient les principaux utilisateurs de cette portion des quais45. Pourtant, le plus souvent, comme pour les travaux de mars 1409, sur la place de la Vieille-Harenguière, la part laissée aux riverains représentait la moitié des frais46 et les propriétaires cherchaient à y échapper. En 1406, les officiers de l’archevêché obtinrent du bailli, en échange de deux « fustes » de vin, de ne pas avoir à refaire tout le pavement du coin de la rue, près d’un des portails de l’hôtel archiépiscopal, ce « qui eût bien coûté 70 livres »47 alors que les paveurs et les responsables de ces travaux avaient déjà fait enlever trois toises de pavés de leur propre autorité. Quand les travaux de pavement se multiplièrent au cours des années suivantes, ces méthodes assez brutales provoquèrent le mécontentement de ceux qui n’avaient pas les moyens de l’archevêque pour y échapper et les conseillers furent assez vite avertis « des grandes plaintes des habitants d’icelle ville [parce] que l’on levait les pavements devant leurs héritages et que ils devaient être refaits [alors qu’ils] affirmaient qu’ils étaient bons ». Il fallut donc, en février 1409, préciser la procédure de remplacement du pavage. À l’avenir, ce serait seulement après une délibération entre deux des conseillers et les maîtres des œuvres de la ville que les paveurs referaient éventuellement la chaussée. Malgré cette décision, les problèmes ne cessèrent pas immédiatement et il fallut rappeler et confirmer la procédure en avril 140948.

  • 49 Ils font nettoyer la halle aux blés, la halle aux cordonniers, le pont de Seine, certains fossés d (...)
  • 50 AMR, A10 f° 44v° et 161.
  • 51 AMR, A10 f° 200.

22Si les Rouennais n’étaient donc pas forcément hostiles à l’amélioration de la voirie, ils n’étaient pas absolument prêts à payer de fortes sommes pour cela. Dès que le bailli Jean Davy quitta Rouen en 1409, la frénésie de pavement qui avait agité la ville se ralentit nettement. Les conseillers qui se réunirent plusieurs semaines sans représentant du roi continuèrent à s’occuper des problèmes de pollution mais de moins en moins souvent, et avant tout, pour organiser des opérations de nettoyage des rues ou des places49. Après 1411, les problèmes de pavage ne firent pratiquement plus l’objet de discussions lors des délibérations. Mieux même, en 1505, les conseillers estimèrent que la ville n’était responsable que des chaussées proches de la ville et, en 1509, l’avocat du roi, Nicolle Karadas, qui exprimait souvent l’opinion du roi et de ses conseillers, considéra, face à une demande des paroissiens de Saint-Maclou de faire paver autour de la fontaine qu’ils étaient en train d’installer, que « les murailles [étaient] plus nécessaires que les pavés »50. La même opposition entre les deux opérations se retrouva en 1511 lorsque, après discussion, les conseillers n’acceptèrent finalement de faire faire le pavement autour de la fontaine Saint-Filleul que parce qu’ils étaient sûrs que cela ne retarderait pas les travaux de fortification51.

Les rivières

  • 52 AMR, tiroir 16, liasse 3, no 9, 10, 11 et 12.
  • 53 AMR, A5 f° 96.
  • 54 AMR, A5 f° 129.
  • 55 « Et est ladite Renelle un cours descouvert, servant aux tanneurs ; et part ledict cours de ladict (...)
  • 56 AMR, A5 f° 122.
  • 57 AMR, tiroir 16, liasse 3, no 15.
  • 58 AMR, tiroir 26.

23Après les tentatives pour réduire la présence d’immondices dans les rues et l’amélioration de la voirie par le pavage, c’est la propreté des rivières qui occupait le plus souvent les conseillers. La ville de Rouen était traversée par plusieurs petites rivières. L’Aubette passait au sud des murailles, en dehors de l’enceinte. Elle ne fit donc l’objet d’aucune mesure spécifique connue en dehors de celles qui s’appliquaient à toutes les rivières. En 1519 toutefois, ses riverains reçurent l’ordre de la curer car le cours était en très mauvais état52. La Renelle qui avait un tracé nord-sud avait été spécialement aménagée pour les tanneurs. On y trouvait, peut-être, plus de 500 fosses en 1533. Presque entièrement canalisée et partiellement souterraine pendant son passage à travers la ville, elle ne fit l’objet que de quelques mesures au cours du XVe siècle. En mai 1407, les responsables de la ville rappelèrent qu’il était interdit de la remettre dans son ancien cours « si ce n’est pour feu ou chose évidente et nécessaire »53. En janvier de l’année suivante, les représentants des tanneurs furent convoqués par les conseillers qui leur rappelèrent qu’ils étaient responsables du curage de la rivière54 car, comme il y avait, malgré tout, quelques courtes portions de son cours à l’air libre55, les ordures qui descendaient s’y déposaient et encombraient les rues. Cela devait être d’autant plus fréquent qu’en novembre 1406 on avait fait poser, sur l’ordre du bailli, des grilles à l’entrée du souterrain pour retenir les immondices qui auraient pu boucher le canal56. Depuis 1505, un cureur payé 2 livres par mois était chargé de la propreté de la rivière57 mais, au début des années 1530, les autorités commencèrent à ne plus supporter la pollution provoquée par l’activité des tanneurs. En février 1531, sur la plainte de plusieurs personnes du voisinage, il fut rappelé à tous l’interdiction de jeter des ordures dans la Renelle et on précisa que les tanneurs devraient mettre en place des installations de bois pour couvrir les fosses où ils laissaient macérer les peaux ainsi que des grilles pour empêcher leurs ordures de se répandre dans la rivière58.

  • 59 AMR, A1 f° 133v°.
  • 60 AMR, A5 f° 129 et 157v°.
  • 61 AMR, XX1 fos 94 et 161, entre autres mentions. En 1482, une décision de la municipalité, après une (...)
  • 62 AMR, tiroir 304 et XX2 f° 65v°. Les frais de curage étaient à la charge des riverains et donnaient (...)

24Le Robec, quant à lui, traversait la ville d’est en ouest. Il fit l’objet de mesures de protection dès la fin du XIVe siècle puisque la première délibération consacrée au problème de la pollution qui nous est parvenue date du 31 mai 1390 et aboutit à l’interdiction d’y jeter des ordures de jour comme de nuit sous peine de 5 sous d’amende59. On ignore si la mesure fut réellement appliquée mais on ne reparla plus du Robec avant janvier 1408 quand on décida de « pourvoir aux personnes qui jettent ordures dans les rivières ». Une ordonnance y interdisant le dépôt d’ordures, comme d’ailleurs dans les autres « ruisseaux » de la ville, fut promulguée en juillet suivant. Enfin, en août un sergent, Jean Ancelin, fut chargé de « prendre garde que nul ne jetât ordures dans le Robec, la Renelle et les autres ruisseaux qui passent par la ville et généralement partout dans la ville », en échange de quoi il était prévu de lui donner chaque année « la monnaie d’un habit »60. Cette volonté de lutter contre la pollution des rivières qui traversaient Rouen n’était pas uniquement liée à des motifs « écologiques » car il y avait tout au long de ces rivières des moulins et d’autres activités qui avaient besoin que l’eau puisse s’écouler sans entraves et c’est avant tout pour cela que les interventions des autorités étaient relativement fréquentes. Il existait d’ailleurs un « garde du cours de l’eau de Robec » dont la fonction consistait à vérifier que le débit de l’eau était suffisant et que celle-ci ne se perdait pas du fait de la détérioration des talus qui l’encadraient61. C’est pour cela que chaque année, pendant les trois jours fériés de la Pentecôte, la rivière était détournée afin que les maîtres des œuvres de la ville puissent voir dans quel état étaient les moulins et les installations qui y amenaient l’eau. Quand les immondices et surtout les boues étaient trop envahissantes, on procédait, comme en en 1446 et en 1456, au curage de la rivière62.

  • 63 Sur cette question, voir Alfred Cerné, Les anciennes sources et fontaines de Rouen, Rouen, 1930.
  • 64 AMR, A3 f° 17.
  • 65 AMR, A3 f° 57.
  • 66 AMR, A5 f° 78.
  • 67 AMR, A8 f° 15v°.
  • 68 AMR, A13 f° 252v°.

25Le cours d’eau le plus important à Rouen était évidemment la Seine. Pourtant, sa pollution ne paraît pas avoir été un problème obsédant pour les autorités, d’abord parce qu’elle ne traversait pas la ville, et ensuite parce que les habitants ne buvaient pas son eau mais plutôt celle qui provenait de sources ou de fontaines63. En 1394, lors de la discussion concernant l’organisation de la « visitation du poisson », les trois jurés du métier s’engagèrent à séparer les bons poissons, frais ou salés, des mauvais et il fut convenu qu’ils feraient « porter en Seine le poisson qu’ils trouveraient mauvais selon l’ancienne ordonnance »64. L’année suivante, lorsqu’il fut question de dégager les quais encombrés par les marchandises, il fut décidé que si celles-ci n’étaient pas enlevées par leurs propriétaires dans un délai fixé, les responsables de la ville les feraient « ôter et jeter en Seine ou autre part près des quais »65. En février 1407, le devis accepté par un maçon pour abattre un mur de la salle où se réunissaient les conseillers municipaux prévoyait qu’il devrait mettre à part les pierres réutilisables et « le demeurant du gravât vider et porter en son bennel à Seine »66. Lors des grands travaux d’aménagement et de nettoyage de la ville qui furent réalisés sur l’initiative du bailli Jean Davy, il n’y eut rien de prévu concernant la Seine si ce n’est le nettoyage des grilles qui empêchaient les bateaux de passer sous les arches du pont qui la traversait et où s’accumulaient les immondices. En 1455, le contrat qui liait les chapelières aux autorités municipales et qui les obligeait à nettoyer, une fois par semaine, leur place dans le Vieux-Marché indiquait qu’elles devaient enlever toutes les ordures et immondices et les faire porter en Seine ou ailleurs67. Par la suite, il ne fut plus question de la pollution de la Seine comme si, de toute façon, elle était pratiquement impossible. En 1533, lorsque l’avocat du roi Jacques Byot accusa les tanneurs de polluer la Renelle au bord de laquelle ils travaillaient, il estima qu’ils ne faisaient rien pour la tenir propre et que, même « si la rivière de Seine y passait, ils ne la tiendraient pas propre »68.

  • 69 AMR, A3 f° 34v°. En 1503, encore un marchand de bois fut sanctionné parce que ses marchandises gên (...)
  • 70 AMR, A5 f° 98v°.
  • 71 AMR, A5 f° 126v°.
  • 72 AMR, A8 f° 71.
  • 73 AMR, tiroir 35, liasse 2. L’application de la mesure est difficile à apprécier. Toujours est-il qu (...)

26La Seine était traversée par un pont qui obligeait les transporteurs à faire passer leurs marchandises d’un bateau à un autre. Cette rupture de charge était assez fructueuse pour la ville et la vicomté grâce aux taxes qu’elle entraînait. Les quais représentaient donc, en principe, un autre lieu où devaient s’accumuler les immondices. C’est pourquoi, il fallait également pourvoir à leur nettoyage. Pourtant, les délibérations ou les ordonnances qui concernent leur propreté sont finalement assez peu nombreuses. En effet, comme le montre le plan de la ville, ils étaient situés en dehors de l’enceinte et leur nettoyage n’était pas destiné à lutter contre les immondices, mais surtout à libérer de la place afin de permettre le déchargement des navires. En 1395, deux marchands de bois qui avaient entreposé du bois contre les murs de la ville durent les faire enlever dans un délai de quelques jours. Ils n’étaient sans doute pas les seuls à faire cela car, en septembre suivant, il fut interdit de déposer des marchandises, en particulier du bois, sur les quais de la Vieux-Tour, sous peine de voir la ville les enlever aux frais du contrevenant ou les faire jeter dans la Seine69. En juin 1407, pendant cette période de lutte active contre la saleté que nous avons déjà évoquée, il fut décidé « pour le bien et profit de la dite ville » de faire nettoyer une partie des quais, à proximité du pont de Seine. Ce travail devait être fait sous la forme d’une corvée dont l’exécution « fut baillée au sergent Robin Poustrel pour y faire venir les gens des paroisses »70. L’année suivante, une ordonnance rappela « à tous ceux à qui sont les quais […] de les tenir nets ». Il s’agissait donc, là aussi, de permettre l’activité économique et lorsque, en décembre 1407, il fut décidé de paver le quai de la Madeleine jusqu’à la porte Jehan-le-Cœur, les conseillers justifièrent leur décision par le fait qu’il s’agissait d’« une des avenues sur le fait de la marchandise »71. Au lendemain de l’occupation anglaise, les préoccupations étaient les mêmes et, en mars 1455, la ville paya un scribe pour avoir écrit sept mandements concernant la police des quais de la ville, qui ne nous sont pas parvenus, mais on peut supposer que la lutte contre la pollution n’y était qu’un aspect parmi d’autres72. Encore en 1487, dans une longue ordonnance consacrée à la police des quais, l’interdiction de jeter ou de faire jeter des ordures et des immondices sur les quais précède immédiatement l’interdiction d’y décharger des pierres sans les évacuer immédiatement73.

  • 74 AMR, A9 f° 371.

27De ce qui précède, on peut donc conclure que, dans l’ensemble, les problèmes de propreté urbaine se posaient assez rarement. Les conseillers municipaux n’intervenaient pas dans des cas où il pourrait nous sembler normal de le faire aujourd’hui. Ainsi, lors des entrées royales, alors que la ville changeait d’aspect avec des tentures accrochées devant les façades des maisons, avec des fontaines débitant du vin et avec des tréteaux sur lesquels avaient lieu des spectacles, les longues discussions préparatoires ne traitaient que rarement de la propreté des rues. Le seul cas où le problème est mentionné se trouve dans une discussion de janvier 1502, à propos de la venue de l’archevêque de Rouen, George d’Amboise qui était aussi ministre du roi Louis XII. Un seul conseiller, Jacques Le Lieur, demanda et obtint que les quarteniers de la ville ordonnent de nettoyer les rues « où il est grand besoin pour les grandes immondices [qui y sont jetées] chacun jour et [où il est] bien besoin d’y pourvoir »74.

  • 75 AMR, A5 f° 23v°.
  • 76 AMR, tiroir 35, liasses 3 et 9. En 1528, une nouvelle ordonnance prévoyait des sanctions contre ce (...)

28En fait, les mesures concernant la lutte contre la saleté étaient aussi, le plus souvent, des mesures de voirie destinée à faciliter les déplacements et, par là, l’activité économique. Elles pouvaient aussi avoir des causes militaires. Quand, en juillet 1405, trois pionniers furent engagés pour curer le fossé qui allait de la Seine jusqu’à la porte Martainville, il était spécifié dans le devis que c’était pour que fussent amenés par bateau les matériaux nécessaires aux travaux de fortifications qui avaient alors lieu à cette porte75. De même, en 1523, puis en 1526, si des ordonnances rappelèrent l’interdiction de jeter des immondices dans la Seine afin « qu’ils ne puissent nuire au cours de lad. rivière », c’était avant tout parce qu’on voulait que désormais les gravats soient déposés au pied des remparts pour les renforcer76.

  • 77 Pierre Cochon, op. cit., p. 325.
  • 78 ADSM, 2E1/167 f° 38v°. Le fait est confirmé par ce que dit un chroniqueur dieppois du XVIIe siècle (...)

29Enfin les préoccupations esthétiques n’étaient sans doute pas étrangères aux interventions des représentants de la ville ou du roi. Ainsi le seul passage de la Chronique normande dans lequel Pierre Cochon parle de la pollution est celui où il rapporte le départ du bailli royal Jean Davy, dont « la ville et bourgeois et clergé furent bien dolents » car « en son temps, écrivait-il, il fit commencer la chaussée de Saint-Sever, vider les ordures [des] places de la ville comme les Petits Champs, la Rouge mare, le marché aux chevaux, le quai de la ville au vieux pont, paver la Vieille Harenguière, le quai aux tuiles […] clore vides places, réformer la Renelle et beaucoup d’autres belles choses »77. C’était donc une politique globale d’amélioration de l’aspect et de l’activité de la ville qui avait été menée sur l’initiative de ce bailli, alors que celle-ci se transformait complètement du fait de l’achèvement et de l’amélioration de l’enceinte. Or, comme l’a montré Albert Rigaudière, si dans un premier temps, les aides destinées théoriquement aux fortifications provoquèrent un certain mécontentement, elles furent mieux acceptées par la suite, car les habitants des villes purent en voir matériellement l’utilisation et y trouver aussi des satisfactions esthétiques. En 1418, par exemple, un Rouennais fut tué en recevant une pierre qui tomba des remparts car il venait souvent admirer les murs qui venaient d’être refaits78. La recherche de la propreté était donc liée à la mise en place des fortifications et à l’amélioration générale de la beauté de la ville.

La recherche de l’hygiène

Les animaux

30Avant l’occupation anglaise, dans les discussions concernant les problèmes de pollution, les aspects sanitaires n’étaient pas ou peu évoqués. Ils deviennent progressivement plus nombreux à mesure que l’on avance dans ce siècle et ils sont même prépondérants dans les premières décennies du XVIe siècle.

  • 79 Sur cette question, voir Robert Delort, « Les animaux dans la ville occidentale à la fin du Moyen (...)
  • 80 AMR, A8 f° 90vo.
  • 81 AMR, A8 f° 81.

31Jusque vers 1450, les problèmes posés par la divagation des animaux dans les rues, en particulier celle des porcs, ne donnèrent pas lieu à des interventions fréquentes des autorités79. Certes, lorsque le bailli Jean Davy fit prendre les importantes mesures dont on a parlé plus haut, il fut interdit de laisser les porcs « aller aval de ladite ville », c’est-à-dire de les laisser errer et manger les ordures qui traînaient par les rues, peut-être parce qu’on craignait que les gens ne continuent à jeter leurs ordures comestibles puisque justement les porcs étaient là pour les manger. Quoi qu’il en soit, même s’il était prévu de punir les contrevenants par des « amendes à la volonté de justice », il ne semble pas que les sanctions furent très nombreuses. Au contraire même, en 1455, pour récompenser la concierge de l’hôtel de ville, les responsables de la ville lui donnèrent 22 sous 6 deniers pour acheter un pourceau, ce qui, pour ce prix, ne pouvait être qu’un animal vivant et non pas de la viande80. La même année pourtant, lorsque les conseillers donnèrent à bail une loge située sur l’enceinte, ils précisèrent au nouveau locataire qu’il « n’y pourra[it] ou souffrira[it] loger aucunes truies ou pourceaux parce que autrefois ceux d’avant en [avaient] mis dont grandes plaintes sont venues devant la ville à cause des voisins »81.

  • 82 AMR, A9 f° 318. Il ajoutait aussi la nécessité de rappeler l’interdiction de jeter des immondices (...)
  • 83 En 1429 avait été édicté un règlement touchant la vente de gibier et de volaille qui ne faisait pa (...)
  • 84 AMR, A10 f° 177v°.

32C’est en octobre 1499 que le problème des animaux errant à l’intérieur de la ville réapparaît. Cette fois, les choses sont beaucoup plus claires puisque cela se produit dans une discussion sur les moyens d’arrêter une épidémie qui touchait alors Rouen. Un des conseillers, en entamant la discussion, indiqua que « cessera[it] la chose et maladie en bref si les porcs et oisons [étaient] ôtés »82. Ce n’était donc plus seulement la nuisance que représentaient ces animaux qu’il fallait éliminer, mais aussi les conséquences de leur présence pour la santé de tous. Les porcs n’étaient donc plus les seuls à être indésirables et la volaille, les pigeons et les autres animaux de ce genre devaient aussi être interdits83. À partir de cette date, la volonté d’éliminer la volaille de la ville devint récurrente, et lorsque se posa le problème sur lequel nous allons revenir de l’utilisation du charbon de terre dans la métallurgie, les conseillers lièrent la discussion au problème des « poulaillers »84.

33Le problème des animaux dans la ville était lié à celui des abattoirs qui ne donnèrent que très rarement lieu à des délibérations municipales. Lorsque cela se fit, c’était toujours au cours d’une discussion générale sur des problèmes d’épidémies. Ce fut le cas dans la discussion d’octobre 1499 dont on vient de parler. Un des conseillers, approuvé par tous les autres, expliqua qu’il fallait « reprendre les tueries et contraindre les bouchers [à] y aller », ce qui signifie que les abattoirs, mis en place autrefois, n’étaient plus utilisés. Il était, en effet, plus pratique pour les bouchers de rester en ville et d’y vendre « le vif comme le mort », c’est-à-dire aussi bien des animaux vivants que de la viande, mais, de ce fait, lorsque les bouchers procédaient à des abattages, les rues et les autres lieux publics étaient inondés de sang et souillés par les entrailles et les restes de carcasse.

La lutte contre les « infections »

  • 85 AMR, A4 f° 69.
  • 86 AMR, A5 f° 146.
  • 87 AMR, tiroir 305, autorisation de latrines sur le Robec en janvier 1433.
  • 88 AMR, tiroir 164 pour les années 1459 et 1460 et tiroir 186 pour une interdiction en 1460.

34Le problème des « chambres aisées », autrement dit des latrines, aurait pu, lui aussi, donner lieu à des mesures nombreuses puisque ce problème touchait l’ensemble de la population. Pourtant, les délibérations au cours desquelles la question fut évoquée sont finalement relativement rares. La première connue date apparemment de juin 1398 et intéressait directement les conseillers puisqu’ils furent amenés à ordonner des travaux dans une fosse d’aisance située entre la maison de la recette de la ville et la maison d’un particulier, parce qu’elle avait des fuites85. Dix ans plus tard, en avril 1408, dans le cadre général de rénovation de la ville que nous avons déjà plusieurs fois évoqué, il fut décidé d’installer des latrines donnant sur la Seine, à proximité de l’abreuvoir aux chevaux qui venait d’être restauré86. Si les latrines sont parfois évoquées au cours de l’occupation anglaise87, elles disparaissent des délibérations après 1450, le chartrier de la ville conservant pourtant quelques interdictions et quelques autorisations d’installations88.

  • 89 AMR, A10 f° 119. En 1517, le devis décrivant les tours qui devaient être construites à l’entrée du (...)
  • 90 Insupportable aux yeux d’un propriétaire ou d’un locataire, le fait d’uriner contre un mur de la m (...)

35Le problème réapparaît une fois de plus dans le contexte général de lutte contre les épidémies. En octobre 1499, dans la délibération que nous avons évoquée plus haut, il fut décidé que l’on obligerait les particuliers à installer des latrines dans leurs maisons, de façon qu’il y en ait au moins une pour deux maisons. En effet, il semble qu’il y ait eu, à l’occasion de la peste apparemment assez meurtrière qui frappait alors la ville, une prise de conscience plus grande qu’auparavant des dangers qui pouvaient être véhiculés par les odeurs. En août 1508, lorsqu’on décida de faire abattre les auvents, étalages et autres « chouquets » qui gênaient la circulation dans les rues et provoquaient des accidents, on considéra aussi qu’il fallait faire disparaître les « immondices et infections qui se font chacun jour par les petits enfants sous les étaux qui sont le long des rues »89. Par la même occasion, un peintre fut chargé de placer sur les murs extérieurs du bâtiment des croix suffisamment rapprochées pour « empêcher que les passants n’y fassent leurs ordures »90.

  • 91 Sur cette question de vocabulaire, voir Michel Pastoureau, Jésus chez le teinturier. Couleurs et t (...)
  • 92 AMR, tiroir 75, liasse 2.
  • 93 AMR A9 f° 106v°.

36Le mot est donc précis. Il ne s’agit plus seulement d’éliminer les immondices, mais aussi et surtout les « infections », c’est-à-dire d’une pollution qui sent mauvais et qui risque de nuire à la santé de chacun. La présence du mot91, dans la documentation que j’ai consultée, est, en effet, assez révélatrice. S’il était sans doute utilisé auparavant, il n’apparaît pas, à ma connaissance, dans les textes qui nous sont parvenus avant la fin du XVe siècle. Ainsi, si les travaux qui eurent lieu au début de ce siècle à l’abreuvoir aux chevaux, étaient jugés nécessaires parce que la place était « sale et puante », la puanteur en question était surtout considérée comme une nuisance liée à la saleté et le mot infection n’était pas utilisé. Progressivement pourtant, la mauvaise odeur devint une cause d’« infection », c’est-à-dire d’atteinte à la santé. La chose apparaît d’abord en mars 1455. Quand les moines jacobins demandèrent à la ville l’autorisation de construire des latrines donnant sur les fossés, les autorités envoyèrent un conseiller pour étudier la situation de manière à éviter les problèmes d’« infection ». Plus tard, en juillet 1476, au moment de rappeler la nécessité pour chacun de jeter ses ordures dans les dépotoirs extérieurs à la ville, les conseillers établirent une différence qui n’avait jamais été aussi explicite jusqu’alors, entre les immondices solides comme les gravats qui pouvaient éventuellement être jetés dans les jardins et les autres ordures « biodégradables » qui nous sembleraient peut-être aujourd’hui moins encombrantes mais qui devaient, au contraire, être absolument évacuées hors les murs à cause des risques d’« infection »92 provoqués par leur odeur. De même, quand les paroissiens de Saint-Michel demandèrent à pouvoir ordonner le déplacement des marchands de viande et de poisson installés jusqu’alors à proximité de l’église, ils justifièrent leur requête par le fait que cela permettrait d’« esquiver aux inconvénients qui peuvent advenir sur les marchandises illec exposées et vendues, les infections des ordures qui descendent et viennent devant icelle église des rues dont les eaux y descendent » et ils ajoutaient qu’« au temps de l’été la viande est tôt gâtée par les chaleurs du temps »93.

  • 94 AMR, A10 fos 177v° et 180. Des arguments analogues sont avancés par la municipalité de Mâcon à l’e (...)

37À partir de cette date, toutes les discussions consacrées à la saleté contiennent le mot « infection » pour indiquer une source de pollution provoquée par l’odeur. Toutes les odeurs, en effet, surtout lorsqu’elles étaient nouvelles, étaient devenues insupportables parce qu’elles étaient considérées comme dangereuses. En juillet 1510, Artus Fillon, chanoine de la cathédrale et curé de l’église Saint-Maclou, se plaignit auprès des responsables de la ville de la « puanteur » provoquée par les fumées issues de la forge d’un serrurier de la paroisse qui utilisait du « charbon de terre », autrement dit de la houille, comme combustible. Une première délibération considéra qu’il s’agissait d’une nouveauté dangereuse et on ajouta à ce problème celui posé par « d’aucuns qui fondent graisse et autres choses défendues » qui sentaient également mauvais. La discussion fut reprise en septembre lors d’une assemblée élargie, à laquelle participaient notamment cinq médecins dont on voulait avoir l’avis. Ces derniers n’étaient pas tous d’accord. Si l’un d’eux ne voyait pas « advenir dommagement pour user dud. charbon de terre », les autres y étaient hostiles. Guillaume Morrelet, par exemple, considérait que la fumée issue de la combustion du charbon de terre était mauvaise et dangereuse, « en ce qu’elle sent le soufre » et il était possible qu’« aucunes personnes […] ne pourraient supporter lad. odeur et à cause de cela pourraient tomber en un spasme et mourir soudainement ». C’était donc bien l’odeur qui était mise en cause comme le disait aussi un autre médecin, Robert Malaprins, qui estimait, lors de cette discussion, que « les membres nobles », c’est-à-dire le cœur et les poumons, « souffrent de sentir mauvaises odeurs »94.

  • 95 Le mot est issu du latin inficere qui signifie, notamment, « imprégner ». Voir Alain Rey (dir.), D (...)

38Ainsi, en ce début de XVIe siècle, dans le contexte de recrudescence de la peste et d’apparition de nouvelles maladies comme le mal de Naples, les débats concernant la pollution changeaient de nature. Il ne s’agissait plus d’éliminer ou de déplacer des ordures visibles et, de ce fait, déplaisantes, il fallait mettre fin aux « infections » invisibles qui en émanaient, ce que traduit assez bien le mot infection, avec sa double signification de mauvaise odeur et de maladie. Face à ces problèmes de santé publique, la solution se trouvait certes, comme le proposait un des conseillers en 1499, dans les prières et les processions, mais aussi dans la nécessité de « faire tenir les rues plus nettement qu’elles n’ont été par ci devant » et de ne plus y jeter aucune matière fécale « dont puisse venir puanteur pour les dangers » que cela pouvait entraîner. L’air vicié par les mauvaises odeurs pénétrait dans les corps, en atteignait les membres nobles et affaiblissait les individus qui ne résistaient plus aussi vigoureusement à l’épidémie95.

  • 96 AMR, A11 f° 185v°.
  • 97 AMR, A11 f° 222.

39Si les odeurs étaient aux yeux des responsables, et particulièrement des médecins, une cause de transmission de la maladie, elles en étaient une manifestation perceptible. Mais dans d’autres cas, on devinait que l’air était malsain sans qu’on puisse le sentir réellement. C’est pourquoi on se mit à laver, puis à brûler les vêtements des pestiférés, à isoler par des signes les maisons dans lesquelles la maladie s’était déclarée. Ces mesures assez brutales furent dans un premier temps considérées comme « cruelles » par certains des conseillers, surtout par ceux qui appartenaient à l’Église, mais elles finirent par s’appliquer et, en août 1518, lors d’une délibération faisant intervenir plusieurs médecins pour discuter des moyens de limiter l’épidémie de peste qui frappait à nouveau la ville, l’un des médecins, après avoir décrit les différentes sortes de pestes (parmi lesquelles il plaçait les catarrhes et la coqueluche), celles qui n’étaient pas mortelles comme la vérole ou la rougeole et les autres qui se manifestaient en particulier par de la fièvre, expliqua aux conseillers présents quels étaient les cas où on pouvait « croiser » sans danger quelqu’un et ceux où il était préférable de l’éviter. Ce faisant, il mettait donc en cause, une fois de plus, l’air comme vecteur de l’épidémie, et ce, avec d’autant plus de virulence qu’il était plein d’« infection »96. On peut supposer que, même si cela n’était pas aussi net dans son esprit, c’est ce que ressentait cette jeune femme qui mourut subitement, sans doute d’une crise cardiaque, lorsqu’elle entendit des voituriers crier, tout près d’elle : « Fuyez ! Voici les habits des morts de la peste »97.

  • 98 En août 1518, le médecin qui explique aux conseillers les différents types de peste et les précaut (...)
  • 99 Si ce n’est à propos de latrines ou de planches que certains riverains avaient installées pour le (...)
  • 100 AMR, A10 fos 66 et 69.

40Ces « infections » provenaient surtout de la corruption des produits biodégradables. C’est pourquoi l’ingestion de ces produits « infects », comme la viande avariée ou les fruits gâtés, favorisait une puanteur interne qui ne pouvait qu’être néfaste à l’homme98. Si l’air devait être purifié, parce qu’il était ingéré involontairement, la boisson devait l’être également. C’est pourquoi alors que les mesures concernant la pollution du Robec s’étaient faites assez rares dans les registres de délibérations99, en juin, puis en juillet 1507, des délibérations, dirigées par l’avocat du roi, Nicolle Karadas, reposèrent le problème de cette rivière, non plus pour savoir si son cours était convenable pour faire fonctionner les moulins et les autres installations qui la bordaient, mais à cause des « dangers qui peuvent chacun jour advenir à raison des brasseurs qui brassent de l’eau de lad. rivière, laquelle est pleine d’ordures et d’immondices »100. Ainsi, ce n’était pas vraiment la pollution de la rivière, son aspect sans doute répugnant, qui motivaient l’intervention du représentant du roi, mais, là encore, un problème de santé publique car la bière ou la cervoise fabriquée avec cette eau polluée risquait d’empoisonner les consommateurs. C’est pourquoi il fut décidé de visiter les maisons des brasseurs afin de savoir s’il était possible d’y faire des puits dont ils tireraient une eau moins mauvaise. Dans tous les cas, l’assemblée décida de leur interdire de continuer à utiliser l’eau de la rivière.

  • 101 AMR, tiroir 75, liasse 1.
  • 102 On rappela qu’il était interdit qu’on « ne lave ou face laver aucunes lessives, drappeaux, bonnetz (...)
  • 103 AMR, A10 f° 161.
  • 104 AMR, A10 f° 303.
  • 105 Bibliothèque nationale de France, Réserve, Lk 7 [37633], p. 1. Voir aussi, Le « Livre enchaîné » o (...)
  • 106 AMR, A13 f° 187. Déjà, en 1531, certains parlementaires s’étaient émus de la situation de ceux qui (...)

41La nécessité de boire une eau propre, sans infection, se traduit aussi, au début du XVIe siècle par la multiplication des fontaines destinées à alimenter un quartier ou une paroisse. Il en existait déjà auparavant mais jusqu’alors, elles avaient souvent été utilisées sans véritables précautions. En 1450, par exemple, une ordonnance municipale dénonçait les abus commis dans la fontaine du Gros-Horloge, construite initialement « pour user aux corps humains » et qui était utilisée par des lavandières pour faire leur travail, non pas toujours dans la cuve elle-même mais dans leurs propres « cuves ou autres grands vaisseaux », alimentés par des « petites gouttières de bois », ce qui, évidemment, réduisait l’eau disponible101. Les bouchers, les chapeliers et les bonnetiers n’hésitaient pas, eux, à laver leurs produits directement dans l’auge qui, de ce fait, était « pleine jusqu’au bord d’immondices et ordures ». On ignore si l’interdiction qui suivit la dénonciation de ces pratiques fut véritablement respectée mais elle dut être reprise en 1489102. À cette date, ce n’était plus seulement l’insuffisance d’eau qui était dénoncée mais aussi sa nocivité pour la santé. Désormais, chacun voulait avoir une fontaine d’eau propre à proximité de chez lui. En août 1500, l’archevêque de Rouen Georges d’Amboise demanda à la ville l’autorisation de prendre l’eau pour placer une fontaine dans la cour de l’archevêché. En 1505, il fut décidé qu’une fontaine serait installée au Vieux Marché, non seulement pour les habitants du voisinage mais aussi pour nettoyer la place où étaient installés les bouchers et les poissonniers. En novembre 1509, la discussion porta sur la fontaine Saint-Maclou103, puis en 1513 ce furent les jacobins qui réclamèrent une prise d’eau sur le conduit de la fontaine du château104. En 1528, les habitants de la paroisse Saint-Vivien, qui ne voulaient plus prendre d’eau « infecte », dans le Robec demandèrent l’autorisation d’installer une fontaine prenant l’eau sur les conduits qui allaient de Darnétal jusqu’à l’archevêché. Le Livre des Fontaines offert à la ville par le conseiller Jacques Le Lieur en 1524 ou 1525 traduit bien cette importance nouvelle prise par l’eau dans le maintien de la salubrité publique. Dès l’introduction, son auteur y note en effet que l’eau « est très décente et convenable pour rendre la vie humaine plus délectable, plus gaie et en meilleure disposition, en mundifiant, purgeant et nettoyant les infections des lieux et places où il flue et abonde, dont l’air est fait plus salutaire et moins corruptible »105. Cet argument liant d’une manière apparemment inséparable l’abondance de l’eau propre et la pureté de l’air fut encore utilisé, en 1532, par les représentants de la paroisse Saint-Étienne-des-Tonneliers lorsqu’ils demandèrent, eux aussi, à pouvoir installer une prise d’eau pour leur future fontaine. Selon eux, cette dernière servirait « au grand profit de lad. ville, de la santé des habitants et de la salubrité de l’air »106.

  • 107 AMR, A11 f° 8v° et suiv.
  • 108 AMR, A13 f° 252v°.
  • 109 Dans le même ordre d’idée, on notera que l’on se rend désormais « honteusement » dans les maisons (...)

42Dès lors, le moyen le plus simple pour atteindre ce triple résultat consistait à éloigner les causes de l’insalubrité et, tandis qu’au début du XVe siècle la lutte contre les immondices et les autres ordures consistait avant tout à les éloigner en organisant le nettoyage des lieux les plus souvent pollués et en créant des dépotoirs situés hors de la ville, ce furent désormais les sources mêmes des « infections » que l’on décida d’éliminer des « bonnes rues ». On commença par éloigner du centre les commerces polluants ou nauséabonds. Le marché aux veaux dont on se contentait d’organiser le nettoyage en 1408 fut augmenté d’une halle pour recevoir les vendeurs de poissons. À partir de 1516, le déplacement du Neuf-Marché, parce qu’il était trop près du nouveau parlement que l’on venait de faire construire, fit l’objet de discussions interminables portant sur le lieu où il faudrait l’installer107. Après cela, ce furent les artisanats polluants qui durent quitter les rues centrales. Les bouchers durent désormais emmener les bêtes dans les tueries rétablies à partir de 1500 et, au cours du débat sur l’utilisation du charbon de terre, la première solution envisagée par la plupart des conseillers et par les médecins consista à envoyer les métiers qui s’en servaient « es lieux remotz et lointains ». Enfin, en 1533, les autorités municipales, à l’instigation de l’avocat du roi, Jacques Byot, décidèrent de déplacer les tanneurs que l’on avait trop longtemps tolérés en ville, même s’ils pouvaient encore habiter dans leurs maisons des bords de la Renelle108. Dans le même temps, on discutait de la construction d’un hôpital spécialement réservé aux pestiférés, qui serait évidemment éloigné du centre, à proximité duquel se trouvait alors l’Hôtel-Dieu. Le temps n’était pas loin où les pauvres eux-mêmes, de plus en plus rejetés et regardés avec méfiance, y seraient enfermés. L’évolution de la lutte contre la pollution traduisait en fait une transformation sensible de la vision de la société que se faisaient les élites rouennaises et les représentants du roi. Il fallait éloigner ou cacher ce qu’on ne voulait plus voir, parce que c’était à la fois gênant et dangereux109.

43De ce qui précède découlent plusieurs conclusions. La première est la place très secondaire occupée par les problèmes d’environnement, au moins dans les préoccupations des édiles, ce qui traduit sans doute plus ou moins fidèlement l’opinion du reste de la population, assez réticente face aux mesures prises par les autorités dès lors que cela représentait une dépense supplémentaire. De ce fait, beaucoup de ces assemblées municipales n’étaient pas spontanées mais répondaient à des plaintes émanant de notables. On notera, par ailleurs, le rôle primordial joué, dans ces assemblées et dans les décisions qui y étaient prises, par le bailli du roi, puis, à partir de la fin du XVe siècle, par son lieutenant et les avocats du roi, qui proposaient des solutions souvent déjà appliquées à Paris.

44Deuxièmement, le caractère assez répétitif des discussions et surtout des décisions prises prouve que ces dernières étaient mal appliquées, non pas du fait d’un quelconque laxisme, mais plutôt par manque de moyens. Il aurait fallu des sergents chargés en permanence de faire respecter ces ordonnances. Or, lorsqu’on en mit en place, cela ne fut jamais que d’une manière sporadique et sans doute peu efficace, ne serait-ce qu’à cause de la faiblesse des rémunérations. Seul le responsable du Robec, parce que c’était sur cette rivière que se trouvaient les moulins fournissant la farine indispensable à l’alimentation de la ville et de nombreuses installations textiles, avait un emploi permanent qui se maintint pendant toute la période que nous avons étudiée et bien au-delà. Pour le reste, il fallait soit clouer les textes des ordonnances dans les lieux concernés, soit, comme le souhaitaient les conseillers en 1499, les faire connaître par l’intermédiaire des prêtres lors des messes. Dans tous les cas, les décisions ne pouvaient être « gardées » durablement et devaient donc être reprises lorsque la situation redevenait intolérable.

45Enfin, on notera l’évolution des préoccupations des autorités et sans doute de la majorité de la population. À la fin du XIVe siècle et tout au long du siècle suivant, on chercha à éliminer les « fiens et immondices » de toutes sortes afin d’améliorer la circulation et le commerce dans et aux abords de la ville, et dans une moindre mesure, pour améliorer la beauté d’une ville enfermée dans ses murailles récemment refaites à neuf. À partir des années 1450 et surtout au tournant du siècle, ce sont des préoccupations d’hygiène publique, axées principalement sur la pureté de l’air et, par conséquent, sur l’élimination des « infections » qui sont le plus souvent à l’origine de la lutte contre la pollution. En voulant éloigner, rejeter, éliminer les causes des impuretés de l’air et de l’eau, les représentants du roi et de la ville s’inscrivaient dans une politique plus générale de rejet de l’autre, de l’impur, c’est-à-dire du malade, du pauvre et bientôt du protestant.

Notes

1 N. B. En dehors des notes, les textes cités ont été modernisés.

2 Sur cette question outre les ouvrages et articles cités plus bas (note 11), voir Mary Douglas, Purity and Danger, nouv. éd., Londres, 1992, trad. française, De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, 1992, rééd. Paris, La Découverte, 2001.

3 Chronique normande de Pierre Cochon, éditée par Charles de Beaurepaire, Rouen, 1870.

4 Deux chroniques de Rouen : 1o des origines à 1554 ; 2o de 1559 à 1569, publiées par A. Héron, Rouen-Paris, 1900.

5 Histoire et cronique de Normandie, receueüe et augmentée outre les precedentes impressions : finissant au Roy très Chrestien Henry troisieme de ce nom, roy de France et de Polongne à present regnant, Rouen, 1578.

6 Lorsqu’il raconte, par exemple, les inondations de 1396 à Rouen, l’auteur de l’Histoire et cronique de Normandie explique que le niveau de l’eau atteignait alors les étaux des lingères dans la halle, il montre les difficultés de déplacement en bateau ou en charrette à travers les rues de la ville, il déplore aussi les « grans maulx comme rompre maisons, gaster labours, hommes et femmes preitz et aultres maulx dont on n’a pas la congnoissance », mais il n’évoque pas les ordures ou les boues qui ont dû envahir les rues et s’y déposer lors de la baisse des eaux. Par contre, il ne manque pas de décrire avec force détails, la beauté des rues lorsqu’elles sont décorées à l’occasion de l’entrée d’un personnage important (op. cit., p. 332).

7 En 1370, lors de la construction du grand moulin, des charretiers sont payés pour aller porter dans la Seine les terres des fondations : Archives municipales de Rouen (maintenant AMR), tiroir 55.

8 Philippe Lardin, « L’archevêché de Rouen au XVe siècle. Transformations et réparations courantes », Bulletin des Amis des monuments rouennais, oct. 1992-septembre 1993, p. 63-75.

9 Archives départementales de Seine-Maritime (maintenant ADSM), G 7366, cité par Paul Le Cacheux, Rouen au temps de Jeanne d’Arc et pendant l’occupation anglaise (1419-1449), Rouen-Paris, 1931, doc. L, p. 111-116. De même, en 1436, une décision municipale autorisa un marchand de fruits à avoir une fenêtre dans sa maison proche du Neuf-Marché pour y exposer ses marchandises, à la condition qu’elle soit fermée la nuit avec des chaînes : AMR, tiroir 239, liasse 3.

10 Ainsi, parmi beaucoup d’autres exemples semblables, on lit dans un acte du 17 mai 1464 que l’étaimier Simon le Boulenger qui avait pris à rente une maison située près de celles qu’occupaient les moines de l’abbaye de Saint-Ouen ne pouvait « avoir nouvelles veues sur les heritaiges des dis religieux sinon à voirre dormant » (ADSM, 2E1/193). En décembre 1473, de la même manière, le rapport de visite rédigé à l’occasion de la mise en place d’une halle en la Basse-Vieux-Tour indiquait que les preneurs de quatre places qui y étaient installées pourraient seulement « faire vues vers icelles ruelles à treillis ou voirre dormant s’il plaist aux conseillers ».

11 Sur cet aspect de la perception et de la lutte contre la pollution à Paris par les autorités de natures diverses, voir Katia Weidenfeld, La police de la petite voirie à Paris à la fin du Moyen Âge, LGDJ, Travaux et recherches Panthéon-Assas Paris II, 1996 ; A. Higounet-Nadal, « Hygiène, salubrité, pollution au Moyen Âge, l’exemple de Périgueux », Annales de démographie historique, 1975, p. 81-92 ; L. Broche, « Un règlement de police pour la ville de Laon au Moyen Âge (XIVe ou XVe siècle) », Bulletin historique et philologique, 1905, p. 52-71 ; Jean-Pierre Leguay, La rue au Moyen Âge, Presses universitaires de Rennes, 1984 ; « La rue : élément du paysage urbain et cadre de vie dans les villes du royaume de France et les grands fiefs aux XIVe et XVe siècles », Le paysage urbain au Moyen Âge, actes du XIe congrès des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Presses universitaires de Lyon, 1982, p. 23-60, et surtout La pollution au Moyen Âge, Paris, J. -P. Gisserot, 1999 (avec bibliographie). Voir aussi, du même auteur, « La laideur de la rue polluée à la fin du Moyen Âge : “immondicités, fiens et bouillons” accumulés sur les chaussées des villes du royaume de France et des grands fiefs au XVe siècle », Le laid et le beau au Moyen Âge, CUER MA université de Provence (Centre d’Aix), Senefiance, no 43, 2000, p. 301-317. De manière plus générale, voir aussi Bernard Chevalier, Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, Aubier-Montaigne, 1982.

12 Les années allant 1412 à 1447 ne nous sont connues que par les documents conservés dans le chartrier.

13 Soit un peu plus de 10 000.

14 C’est-à-dire les lignes intitulées « curage, nettoyage » et « immondices ».

15 AMR, A7 f° 73.

16 AMR, A7 fos 88v° et 93v°. Un article déclassé, placé à la fin du registre, évoque pour avril 1447 la ferme du pain de dehors, c’est-à-dire de la vente de pain fabriqué par des boulangers extérieurs à la ville qui devaient, eux aussi, maintenir la halle nette en la vidant de temps en temps (f° 96v°).

17 AMR, A8 f° 15v°.

18 AMR, A6 f° 23v°.

19 AMR, A9 f° 82v°-83.

20 À Dieppe, le Coutumier de la ville rédigé en 1396 interdisait à tous de « faire fumier sur le pavement en aucune rue », et si quelqu’un déposait des fiens, il lui fallait les enlever dès le lendemain. Les maisons devaient être closes sur la rue pour éviter les jets qui s’y font de nuit. Par ailleurs, le pavement devant chacune des maisons devait être nettoyé une fois par semaine. Aucune sanction n’était toutefois prévue. Guillaume Tieullier, Le Coustumier de la vicomté de Dieppe, éd. Emmanuel Coppinger, Dieppe, 1883, p. 18-19.

21 AMR, A5 f° 97.

22 AMR, A5 f° 135vo.

23 Notons toutefois que la propreté de la Seine n’est pas encore considérée comme indispensable. En effet, le 18 février précédent, un marché fait par le conseiller Michel du Tot et le maître des œuvres de charpenterie de la ville Jehan de Sotteville avec le voiturier Jean Le Mitre pour « abastre un costé de mur de la salle du conseil du manoir de la ville ainsi qu’il sera bourné par les maistres des euvres » prévoyait qu’il serait « tenu de eslire toute la bonne pierre et bloc à remettre en euvre et le demourant de gravois vuidier et porter à son benel en Sayne » (AMR, A5 f° 78).

24 ADSM, G39 f° 57v°.

25 ADSM, G51 f° 21.

26 AMR, tiroir 75.

27 AMR, A9 f° 318.

28 AMR, A9 f° 347v° et suiv.

29 AMR, A9 f° 318.

30 AMR A9 f° 351v°.

31 C’est ce que disent les maçons et paveurs, après avoir visité la place de la Vieille-Harenguière : « avons trouvé que il estoit besoing pour le bien du Roy, de la chose publique et de lad. ville, atendu que c’est la place du marché et l’avenue des kays de la rivière de Sayne, en recouvrant les eaues des ruez qui y dechendent et sera prins et mis oudit pavement le pavement qui y est de present. » AMR, A6 f° 193. Le devis prévoyait qu’il y serait mis « bonne pente suffisante afin de mener les eaues jusques à la rivière de Sayne » (AMR, A6 f° 6).

32 Il ne semble pas y avoir eu à Rouen un système d’égout comparable à celui décrit à Riom par Josiane Teyssot, Riom 1212-1557. Capitale et bonne ville d’Auvergne, Nonette, Éditions Créer, 1999, p. 364-376.

33 AMR, A1 f° 124. Apparemment, les pavés furent achetés par la ville à Saint-Leu-d’Esserent dans le banc-le-roy (f° 149v°).

34 AMR, A2 f° 1v°.

35 AMR, A2 fos 68 et 105v°.

36 En mai 1396, toutefois, une longue discussion décrit les pavés à utiliser pour refaire les quais devant la tour Guillaume Lion afin d’essayer de se procurer les moins chers car ces travaux semblent être entièrement à la charge de la municipalité : AMR, A4 fos 4 et 11.

37 AMR, A4 f° 46v°.

38 Le détail des taxes de pavage se trouve dans AMR, tiroir 335, copie de 1738 du tarif de 1481.

39 AMR, A4 f° 2.

40 AMR, U2 f° 116-v°.

41 AMR, A5 f° 112v°.

42 AMR, A5 f° 118.

43 À la place de l’actuel Clos Saint-Marc.

44 AMR, A5 f° 119v°.

45 AMR, A5 f° 125v°.

46 AMR, A5 f° 193. Il n’y avait que deux bourgeois pour se la partager.

47 ADSM, G24 f° 34v°. Quelques années auparavant, un nouveau mur avait été édifié à cet endroit et le pavage avait dû être détérioré. ADSM G11.

48 AMR, A5 f° 185v° et A6 f° 14.

49 Ils font nettoyer la halle aux blés, la halle aux cordonniers, le pont de Seine, certains fossés devant les remparts et la place de la Rouge-Mare, après avoir organisé « l’assise » des dépenses à engager, c’est-à-dire leur répartition entre les riverains : AMR A6 fos 11, 19v°, 24 et 154.

50 AMR, A10 f° 44v° et 161.

51 AMR, A10 f° 200.

52 AMR, tiroir 16, liasse 3, no 9, 10, 11 et 12.

53 AMR, A5 f° 96.

54 AMR, A5 f° 129.

55 « Et est ladite Renelle un cours descouvert, servant aux tanneurs ; et part ledict cours de ladicte cuve descouverte » (Le « Livre Enchainé » ou Livre des Fontaines, manuscrit de la bibliothèque de Rouen 1524-1525 par Jacques Le Lieur, seigneur de Bresmetot et Bosc-Bénar-Commun, ancien échevin de Rouen, notaire et secrétaire du roi, prince des Palinods, publié intégralement par M. l’abbé Victor Sanson chapelain d’honneur à la métropole de Rouen, Rouen, 1911, p. 11).

56 AMR, A5 f° 122.

57 AMR, tiroir 16, liasse 3, no 15.

58 AMR, tiroir 26.

59 AMR, A1 f° 133v°.

60 AMR, A5 f° 129 et 157v°.

61 AMR, XX1 fos 94 et 161, entre autres mentions. En 1482, une décision de la municipalité, après une visite sur place, rappelle aux riverains la nécessité de nettoyer le cours et d’entretenir les talus ; la décision est rappelée en 1520 : AMR, tiroir 30, liasses 1 et 2.

62 AMR, tiroir 304 et XX2 f° 65v°. Les frais de curage étaient à la charge des riverains et donnaient lieu à une répartition établie par les autorités municipales. Sur cette visite, voir Alfred Cerné, Les moulins à eau de Rouen, Rouen, 1936, p. 44-47.

63 Sur cette question, voir Alfred Cerné, Les anciennes sources et fontaines de Rouen, Rouen, 1930.

64 AMR, A3 f° 17.

65 AMR, A3 f° 57.

66 AMR, A5 f° 78.

67 AMR, A8 f° 15v°.

68 AMR, A13 f° 252v°.

69 AMR, A3 f° 34v°. En 1503, encore un marchand de bois fut sanctionné parce que ses marchandises gênaient la « descente des vins » destinés à la foire qui allait avoir lieu. La même ordonnance interdisait aux « benneliers de ne apporter aucuns creons [gravats], terres et autres immondices sur lesd. kays sur le dangier de forfaiture de leurs chevaulx et beneaulx. » (AMR, tiroir 35 liasse 3).

70 AMR, A5 f° 98v°.

71 AMR, A5 f° 126v°.

72 AMR, A8 f° 71.

73 AMR, tiroir 35, liasse 2. L’application de la mesure est difficile à apprécier. Toujours est-il que dès l’année suivante des maçons furent menacés de sanctions s’ils ne faisaient pas enlever dans un délai de quelques jours les pierres qu’ils y avaient laissées parce qu’elles gênaient le déchargement des marchandises amenées par le fleuve.

74 AMR, A9 f° 371.

75 AMR, A5 f° 23v°.

76 AMR, tiroir 35, liasses 3 et 9. En 1528, une nouvelle ordonnance prévoyait des sanctions contre ceux qui ne jetteraient pas leurs ordures dans les remparts « pour l’emparement d’iceulx ». Il n’était pas question de la gêne éventuellement occasionnée au cours de la Seine. Un maçon qui avait déposé ses gravats dans le dépotoir de la porte Cauchoise fut condamné à aller les rechercher et à les amener dans les fossés : AMR, tiroir 75, liasse 3.

77 Pierre Cochon, op. cit., p. 325.

78 ADSM, 2E1/167 f° 38v°. Le fait est confirmé par ce que dit un chroniqueur dieppois du XVIIe siècle, lorsqu’il écrit à propos des travaux de fortifications du tournant du XVe siècle : « Dieppe estant […] rendue plus forte et plus redoutable, il estoit nécessaire de la rendre plus belle et plus commode. Pour cet effet, on entreprit de paver ses rues et de construire des édifices sur les places vuides et ruinées, ou du moins d’y faire des clôtures » (David Assouline, Les antiquités et chroniques de la ville de Dieppe, 1682, publiées par MM. Hardy, Guérillon et l’abbé Sauvage, t. 1, Dieppe-Paris-Rouen, 1874, p. 137). Le pavage en grès des rues de la ville fut décidé en 1396 et « on obligea les propriétaires qui avaient des places vagues sur les rues de les bâtir ou au moins de les fermer ; en sorte que par ce moyen la ville se trouvait plus belle et plus commode » (Michel-Claude Guibert, Mémoires pour servir à l’histoire de la ville de Dieppe, manuscrit de 1740, éd. Michel Hardy, Dieppe-Paris-Rouen, 1878, p. 28).

79 Sur cette question, voir Robert Delort, « Les animaux dans la ville occidentale à la fin du Moyen Âge », Villes, bonnes villes, cités et capitales. Mélanges offerts à B. Chevalier, Publications de l’université de Tours, 1989, p. 343-350.

80 AMR, A8 f° 90vo.

81 AMR, A8 f° 81.

82 AMR, A9 f° 318. Il ajoutait aussi la nécessité de rappeler l’interdiction de jeter des immondices dans les rues.

83 En 1429 avait été édicté un règlement touchant la vente de gibier et de volaille qui ne faisait pas mention de risques de pollution. AMR, tiroir 66, liasse 1, no 3.

84 AMR, A10 f° 177v°.

85 AMR, A4 f° 69.

86 AMR, A5 f° 146.

87 AMR, tiroir 305, autorisation de latrines sur le Robec en janvier 1433.

88 AMR, tiroir 164 pour les années 1459 et 1460 et tiroir 186 pour une interdiction en 1460.

89 AMR, A10 f° 119. En 1517, le devis décrivant les tours qui devaient être construites à l’entrée du nouveau port du Havre prévoyait l’installation de « latrynes au lieu plus propre que on verra » (Stephano de Merval, Documents pour servir à l’histoire du Havre, Paris, 1875, p. 35).

90 Insupportable aux yeux d’un propriétaire ou d’un locataire, le fait d’uriner contre un mur de la maison pouvait aboutir au meurtre de l’indélicat, Nicole Gonthier, Cris de haine et rites d’unité. La violence dans les villes, XIIIe-XVIe siècle, Louvain-la-Neuve, Brépols, 1992, p. 88-89.

91 Sur cette question de vocabulaire, voir Michel Pastoureau, Jésus chez le teinturier. Couleurs et teintures dans l’Occident médiéval, Paris, Le Léopard d’or, 1997, p. 85-86. Sur cette question pour les XVIIIe-XIXe siècles, voir A. Corbin, Le Miasme et la Jonquille, Paris, Aubier-Montaigne, 1982, réed. Flammarion, Champs-Histoire, 2008.

92 AMR, tiroir 75, liasse 2.

93 AMR A9 f° 106v°.

94 AMR, A10 fos 177v° et 180. Des arguments analogues sont avancés par la municipalité de Mâcon à l’encontre d’un verrier qui voulait installer un atelier en ville : Michel Philippe, « Le verrier dans la cité », dans Mathieu Arnoux et Pierre Monnet, Le technicien dans la cité en Europe occidentale, 1250-1650, Rome, Collection de l’École française de Rome, no 325, 2004, p. 199-200.

95 Le mot est issu du latin inficere qui signifie, notamment, « imprégner ». Voir Alain Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, 1993, t. 1, p. 1022. Si les médecins avaient bien senti le rôle de l’air dans la transmission des maladies avant 1450, ils attribuaient sa nocivité à des causes diverses telles que les influences astrales, mais ils ne mettaient jamais en cause sa pollution du fait des mauvaises odeurs provenant des immondices ; Danièle Jacquart, La médecine médiévale dans le cadre parisien, Paris, Fayard, 1998, p. 229-265. Voir aussi, François-Olivier Touati, « Un mal qui répand la terreur ? Espace urbain, maladies et épidémies au Moyen Âge », Peurs citadines, Histoire urbaine, no 2, décembre 2000, p. 11-38. Lorsque le comte de Tancarville s’excusa auprès du roi Charles V de ne pas être venu à Paris alors qu’il avait été mandé plusieurs fois, il répondit que « pour le trop long sejour fait à Paris, pour cause du mauvais air avoit esté malade » ; le roi considéra toutefois que c’était là une mauvaise excuse parce que « bien lui sembla que partout où il estoit et demouroit, que ses subgiez ne devoient mie ressoigner pour air ne autre cause aler vers lui », et il ajouta avec humour que le comte de Tancarville aurait alors aussi bien pu évoquer les nombreuses charrettes dont il ne pouvait se garder à cause de sa mauvaise vue (Christine de Pisan, Le livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V, éd. S. Solente, Paris, Société de l’histoire de France, 1931, t. II, p. 68).

96 AMR, A11 f° 185v°.

97 AMR, A11 f° 222.

98 En août 1518, le médecin qui explique aux conseillers les différents types de peste et les précautions à prendre pour éviter la contagion, considère que « les fruitages sont dangereux et principallement fruictz gardez plus de 24 heures » (AMR A11 f° 186).

99 Si ce n’est à propos de latrines ou de planches que certains riverains avaient installées pour le traverser plus commodément. Les problèmes d’« aisements de corps » furent évoqués en 1433, 1459, 1460, 1464, 1473 et 1479 : AMR, tiroirs 164, 186, 305 et 338.

100 AMR, A10 fos 66 et 69.

101 AMR, tiroir 75, liasse 1.

102 On rappela qu’il était interdit qu’on « ne lave ou face laver aucunes lessives, drappeaux, bonnetz ne chappeaulx » (cité par Lucien-René Delsalle (éd.), Vivre à Rouen, 1450-1550, Rouen, CRDP, 1975, p. 41).

103 AMR, A10 f° 161.

104 AMR, A10 f° 303.

105 Bibliothèque nationale de France, Réserve, Lk 7 [37633], p. 1. Voir aussi, Le « Livre enchaîné » ou Livre des Fontaines, op. cit., p. 1. Le Livre des Fontaines a été étudié par Udwina Sowina, « Woda dla Miasta : Jacques Le Lieur, Livre des Fontaines de Rouen, 1524-1525 (De l’eau pour la ville…) », Aetas Media Aetas Moderna, Études offertes au professeur Henri Samsonowicz, Varsovie, Institut historique universitaire de Varsovie, 2000, p. 94-110 (traduction dans Études normandes, 2002).

106 AMR, A13 f° 187. Déjà, en 1531, certains parlementaires s’étaient émus de la situation de ceux qui croupissaient dans la prison voisine du parlement parce qu’ils n’avaient pas « leurs necessitez de fontaine pour leur boyre et leur laver » : ibid., fos 123vo-124.

107 AMR, A11 f° 8v° et suiv.

108 AMR, A13 f° 252v°.

109 Dans le même ordre d’idée, on notera que l’on se rend désormais « honteusement » dans les maisons closes alors qu’auparavant on ne se cachait pas pour aller aux étuves : Jacques Rossiaud, La prostitution médiévale, Paris, Flammarion, 1988, p. 161 et suiv. La disparition de ces installations qui servaient aussi à l’hygiène du corps peut peut-être expliquer l’importance prise par les fontaines dont le rôle dans l’hygiène corporelle est fréquemment mis en avant.

Table des illustrations

Titre Fréquence des délibérations municipales consacrées aux problèmes de pollution (source : AMR A1 à A13)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10029/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 365k

Auteur

Université de Rouen, GRHIS
Maître de conférences habilité à l’université de Rouen, a publié Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale (XIVe-XVIe siècle) : les matériaux et les hommes (Villeneuve-d’Ascq, Presses du Septentrion, 1998) son habilitation portait sur Dieppe pendant la guerre de Cent Ans : un problème de sources, 2004. Il a publié Entre tradition et modernité. Les premières années du Havre (1517-1541), Rouen, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2003.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540