Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

IIIe Partie. Les villes

Les débuts de la commune de Rouen et les milieux dirigeants rouennais (seconde moitié du XIIe siècle)

Alain Sadourny

Texte intégral

  • 1 Alain Sadourny, « Les grandes familles rouennaises au XIIIe siècle et leur rôle dans la cité », da (...)
  • 2 Les chartes d’Henri Plantagenêt, de Richard Cœur de Lion et de Jean sans Terre ont été publiées pa (...)
  • 3 Thomas Stapleton, Magni Rotuli Scaccarii Normanniae sub regibus Angliae, Londres, Société des anti (...)
  • 4 Thomas Duffus Hardy (éd.), Rotuli litterarum patentium in turri londinensi asservati, v ° I, pars (...)

1Il n’est pas aisé de connaître les milieux dirigeants rouennais dans la seconde moitié du XIIe siècle ainsi que leur rôle dans la naissance et le développement de la commune1 : cela en raison de problèmes évidents de documentation. À côté des grands textes fondateurs de la commune (chartes des souverains anglo-normands depuis Henri II jusqu’à Jean sans Terre, Établissements de Rouen2) qui sont bien connus des chercheurs mais qui ne renseignent pas sur les acteurs, existe peu de chose. On peut se référer aux comptes de l’Échiquier de Normandie publiés par T. Stapleton3 ou aux Rotuli chartarum4. Les séries G et H aux archives départementales de Seine-Maritime et les deux cartulaires de la cathédrale de Rouen conservés à la bibliothèque municipale de Rouen (manuscrits Y 44 et Y 52) contiennent une cinquantaine de chartes qui peuvent nous intéresser, réparties chronologiquement depuis le moment où apparaît le premier maire Barthélemy Fergant (vers 1171) et 1204. Ces documents nous révèlent les noms d’un nombre important de témoins (j’en ai dénombré 432). C’est à partir de ces listes que je voudrais essayer de mieux appréhender les milieux dirigeants de la ville en tenant compte des recherches précédemment citées.

Les Sources

Les actes

  • 5 Bibliothèque municipale de Rouen (abrégé plus loin en BMR), manuscrit Y 44 f° 125 ; Y 44 f ° 76.

2Les actes dénombrés ici sont des actes passés devant la commune de Rouen représentée par son maire et les pairs exerçant le pouvoir de juridiction gracieuse au même titre à l’époque que l’official de l’archevêque de Rouen5.

  • 6 BMR, manuscrit Y 52 f° 105.

3Les formules utilisées à la fin des actes sont presque toujours identiques : « Actum fuit coram X tunc maiore et sigillo communie Rothom. », ou bien : « In presentia X qui tunc erat major communie Rothomagi et parium ipsius civitatis », ou encore : « Fuit hac conventio in plena communia coram Luca de Donjon tunc maiore et coram paribus et aliis civibus congregatis »6.

  • 7 BMR, manuscrit Y 44, acte 183.

4Quelques actes seulement présentent le maire en début : « Sciant omnes […] quod in presentia Bartholome Fergant qui tunc erat major communie Rothomagi et parium ipsius civitatis […] »7.

5Aucun acte n’est daté à la différence de ce qui se passera dans les premières décennies du XIIIe siècle.

Les listes de témoins

  • 8 Archives municipales de Rouen, tiroir 412 (réserve). Alfred Cerné, Les anciens hôtels de ville de (...)

6À la suite des formules vues précédemment, suivent des noms de témoins en plus ou moins grand nombre selon les actes : on en compte de 2 à 27 ; la plupart des actes comprennent entre 6 et 15 témoins. Un des actes les plus importants étudié, celui de la probable création du premier hôtel de ville dans la halla mercatorum, est passé devant 27 personnes8. Nous pouvons distinguer quatre sortes de témoins.

7Des clercs d’abord, surtout dans des actes concernant les maisons religieuses de Rouen et des environs ; les chanoines de la cathédrale de Rouen sont les plus nombreux dans ce groupe.

  • 9 BMR, manuscrit Y 44, acte 191.

8Quelques milites difficiles à identifier. Geoffroy dit « fils de la Vicomtesse », personnage bien connu dans la ville, est qualifié une fois de miles9 ; son frère Hugues ne l’est jamais.

  • 10 Archives départementales de Seine-Maritime (abrégé plus bas en ADSM), 53 H (carton).
  • 11 BMR, manuscrit Y 44, actes 175 et 191.

9Des officiers du duc-roi : Hugues le vicomte10, et un autre Hugues dit janitor, bailli du roi11.

  • 12 A. Chéruel, op. cit., t. I, pièces justificatives, p. 241, 249, 250. Notons que Chéruel traduit sy (...)
  • 13 A. Giry, Les Établissements…, op. cit., p. 55 sq. Dans sa traduction, Chéruel utilise toujours le (...)

10Le plus grand nombre, de loin, est constitué par les cives. Le terme de civis revient très fréquemment, notamment en fin de liste. C’est celui qui est utilisé par les rois-ducs dans leurs chartes de privilèges ; « concessi civibus Rothomagi » dit Henri Plantagenêt dans sa charte des environs de 1150 ; il en est de même pour celles de Richard Cœur de Lion et de Jean sans Terre (« sciatis nos concessisse civibus nostris de Rothomago »)12. Dans les « Établissements de Rouen », le mot de civis n’est jamais utilisé ; c’est celui de juratus qui l’est constamment. Mais un juré est obligatoirement un citoyen de Rouen. Le même mot de civis est employé neuf fois par Philippe Auguste dans sa charte de privilèges de 120713.

  • 14 L’acte de capitulation a été publié dans H. F. Delaborde, C. Petit-Dutaillis, J. Boussard et M. No (...)

11Mais dans l’acte de capitulation de Rouen en juin 1204, Philippe Auguste n’emploie que le mot de burgensis ou de juratus (« et juratos et communiam civitatis Rothomagensis »14).

12Nous disposons de 188 noms de témoins pour 389 occurrences. Nous les avons divisés en quatre groupes en fonction de l’importance du nombre de leurs apparitions : le premier groupe en compte plus de 10, le second de 5 à 10, le troisième de 2 à 5 et le quatrième ne compte qu’une apparition.

13Ainsi nous nous apercevons grâce au tableau ci-dessus que 23 personnes représentent 50,6 % des occurrences et 165, 49,3 %. Quels enseignements pouvons-nous tirer de ces données ?

Les institutions de Rouen

  • 15 L. Musset, art. cité ; A. Giry, Les Établissements…, op. cit., article 30.
  • 16 L. Musset, art. cité ; Chéruel, op. cit. t. I, p. 176 ; E. Le Parquier, L’organisation municipale (...)
  • 17 Ce texte qui est connu par de nombreuses copies et dont l’original est perdu pose de nombreux prob (...)
  • 18 Raymonde Foreville, « Guildes, franchises et chartes urbaines », Les origines des libertés urbaine (...)
  • 19 Par exemple : « sigillum communie », (mairie de Raoul de Cotevrart, ADSM, 25 H carton I) ; « Sigil (...)
  • 20 A. Chéruel, op. cit., p. 254 : « […] concedimus etiam et confirmamus eisdem civibus Rotmomagi comm (...)

14La cité est une commune. Cette commune est une véritable personne morale formée par l’association de citoyens liés entre eux par un serment mutuel15. Les origines de la commune restent mystérieuses et controversées16. J. Boussard estimait que la commune pouvait avoir été créée en 1174 après l’échec du roi de France devant Rouen ; mais nous pensons que lorsque les Établissements de Rouen sont reconnus par Henri II (probablement entre 1160 et 1170), la commune existe17 et qu’il ne s’agit point d’une communauté de citoyens, contrairement à ce que pensait Raymonde Foreville18. Par ailleurs, dans la plupart des actes étudiés dans cet article est mentionné le sceau de la commune qui est apposé pour confirmation. Seule une commune et non une simple communauté pouvait avoir un sceau19. Tous les actes la mentionnent. Jean sans Terre, dans sa charte du 21 mai 1199, emploie une formule dénuée d’ambiguïté : confirmamus20. Cela signifie très clairement que la commune existe auparavant. Deux expressions différentes sont utilisées par Richard Cœur de Lion : « de communione Rothomagi » et « pro consilio civium » mais sa charte reprend presque mot pour mot celle d’Henri Plantagenêt et donc ces deux termes. Dans la charte de 1207, Philippe mentionne expressément la commune de Rouen.

Le maire

  • 21 A. Giry, Les Établissements, op. cit., articles 1, 2, 3, 29 (notamment pour la partie antérieure à (...)
  • 22 L. Musset, art. cité, p. 63. Les cas d’adultère sont traités dans un article de la seconde partie (...)
  • 23 Sydney Raymond Packard, « Les communes normandes sous Richard et Jean, 1189-1204 » dans Charles Ho (...)
  • 24 Les maires cités dans les actes étudiés dans cet article sont les suivants : Barthélemy Fergant (7 (...)

15Le maire apparaît de façon évidente dans les formules vues plus haut comme le premier personnage de la commune. Son rôle est bien défini par les Établissements de Rouen qui lui consacrent plusieurs articles21. Ce rôle exceptionnel joué par le maire donne à la commune de Rouen (et par la suite aux communes régies par les mêmes Établissements) un caractère particulier. Le maire est le seigneur de sa commune, il convoque et préside toutes les réunions ordinaires des divers conseils ; il est le responsable militaire de la cité et il détient probablement la direction des finances (le texte des Établissements est muet à cet égard mais d’autres documents permettent de l’affirmer, comme nous le verrons). Il est surtout juge avec une compétence totale à l’exception de la haute justice réservée au duc et des cas d’adultère jugés par l’Église22. Mais nous le voyons aussi tenir une cour avec le justicier du duc23. C’est au titre de juge qu’il exerce la juridiction gracieuse, aidé en cela par les pairs24.

Les pairs

  • 25 A. Giry, Les Établissements, op. cit., articles 1, 2, et 3.

16Les pairs sont fort mal connus. Dans les actes étudiés ici, ils apparaissent toujours avec le maire. Les Établissements de Rouen nous disent qu’ils sont cent, qu’ils présentent au duc comme candidat à la mairie trois noms et qu’ils se réunissent en conseil tous les quinze jours25. Mais qui sont-ils ? Pourquoi sont-ils cent ? Comment le groupe se renouvelle-t-il ? autant de questions qui restent encore aujourd’hui quasiment sans réponse.

  • 26 « Homines de Rothomago qui de ghilda sunt mercatorum sint quieti de omni consuetudine apud Londini (...)
  • 27 Suzanne Deck, « Les marchands de Rouen sous les ducs », Annales de Normandie, VI, 1956, p. 245-254 (...)
  • 28 A. Sadourny, « Les grandes familles », p. 270.

17Il est certain que le groupe existait au moment de la reconnaissance des Établissements par Henri II. Nous savons que depuis quelque temps existait une ghilda mercatorum ; celle-ci est attestée dans la charte déjà citée d’Henri Plantagenêt26. Cette ghilde jouit de privilèges tant à Londres que dans les foires d’Angleterre. Ses membres sont ainsi les grands marchands de Rouen. Jean sans Terre, dans la charte de 1199, ne mentionne plus la ghilde à propos des privilèges à Londres mais simplement les cives de Rouen. Faut-il en conclure qu’elle a disparu ? C’est probable car nous n’en entendons plus parler au cours des décennies voire des siècles suivants. Le commerce avec l’Angleterre était primordial pour Rouen et il est probable qu’une partie de la richesse des marchands et donc des pairs en provenait27. Notons que l’article 5 des Établissements de Rouen prévoit le voyage en Angleterre des échevins ; la cause ne peut en être que le commerce puisque sont mentionnés aussi les pèlerinages. Ces grands marchands représentent certainement la première élite municipale et il est permis de penser qu’ils ont formé le premier groupe des pairs. Mais le mystère demeure autour du nombre de cent ; comme nous le verrons plus tard, il apparaît invraisemblable qu’ils aient atteint ce nombre considérable. Les quelques renseignements que nous possédons pour le XIIIe siècle montrent que le nombre des pairs est très inférieur28. On peut également penser, mais sans aucune preuve tangible, que, comme dans de nombreuses villes d’Occident, le groupe se renouvelle par cooptation.

  • 29 AMR, tiroir 417, réserve. Et A. Cerné, op. cit., p. 17-18.

18Maires et pairs doivent disposer d’un local appelé halla mercatorie, situé paroisse Saint-Éloi près des quais de Seine. Celui-ci est considéré comme le premier hôtel de ville de Rouen. L’acte conservé aux Archives municipales de Rouen est passé devant Jean Fessart qui semble avoir été maire en 1192-119329. Ce serait donc dans ce local qu’à partir de cette date se tiendront les réunions de la commune de Rouen, au cours desquelles s’exerce la juridiction gracieuse.

  • 30 A. Giry, Les Établissements…, op. cit., articles 2, 3, 4, 5, 6, 7 notamment.
  • 31 BMR, manuscrit Y 44, actes 76 et 191.

19Il faut noter que dans aucun des actes étudiés ne sont mentionnés les échevins ni les conseillers qui d’après les Établissements semblent jouer un rôle important notamment sur le plan judiciaire30. Nous constatons aussi la présence d’un auditoire plus large qualifié de « plena communia » ou d’« aliis civibus congregatis »31.

L’élite urbaine

  • 32 L. Musset, art. cité, p. 64.
  • 33 A. Sadourny, « Les grandes familles… », p. 268-269.

20Qui sont donc ces témoins cités dans les actes ? Essayons aussi de dégager parmi eux l’élite qui gouverne Rouen. Lucien Musset, dans l’Histoire de Rouen parle d’« une douzaine de lignages et à peu près autant de personnalités isolées »32. Dans l’article sur les grandes familles, nous en comptions aussi une petite douzaine33. D’après les comptes de témoins cité plus haut, 13 noms représentent la moitié des occurrences. Parmi eux des maires : Mathieu Le Gros (13 occurrences), Raoul de Cotevrart (11), Barthélemy Fergant (10), Nicolas de Dieppe (10), Raoul de Cailly (6), Raoul Groignet (7), Jean Fessart (7), Enart de Rive (6) et Lucas du Donjon (9).

  • 34 Sur Emma voir S. Deck, art. cité, p. 250 ; A Sadourny, « Les grandes familles… », p. 270, note 23  (...)

21Nous retrouvons au moins trois lignages cités par Lucien Musset et moi-même : les Groignet, les du Donjon et les Le Gros. Y figurent aussi les deux fils d’Emma la Vicomtesse, personnage bien connu de la seconde moitié du XIIe siècle, Hugues (8 occurrences) et Geoffroy (11)34.

  • 35 L. Musset, art. cité, p. 63.
  • 36 T. Stapleton, op. cit., t. I, p. CXLVI, et p. 156.
  • 37 Ibid., membrane 7.

22Les plus connus sont également fermiers de la Vicomté de Rouen ; en effet, comme en Angleterre, les habitants de Rouen se chargent eux-mêmes d’exploiter les revenus que le duc possède sur le territoire de la commune en y incluant la banlieue. Ce sont les officiers municipaux qui rendent compte à l’Échiquier de la gestion de la vicomté appartenant au duc. La commune, en tant que groupe, collecte et verse à l’Échiquier les sommes représentant ses obligations financières à l’égard du duc35. Prenons seulement quelques exemples. Ainsi, en 1195, Raoul de Cotevrart est associé au maire Mathieu Le Gros pour la ferme de la vicomté de Rouen pour la somme de 2 200 livres36. En 1180, Barthélemy Fergant, comme maire, associé à un Hugues Wastel rend compte pour eux et la commune de l’ancienne ferme et de 3 000 livres pour la nouvelle37.

  • 38 Ibid., 1198, p. 303.

23En 1198, on retrouve Mathieu Le Gros comme maire associé à Raoul Groignet, futur maire, et Raoul de Cailly, futur maire aussi, gestionnaire de la vicomté38. Deux d’entre eux ont des relations particulièrement étroites avec les ducs Richard et Jean : Laurent du Donjon (6 occurrences) et Geoffroy dit le Changeur (6 occurrences).

  • 39 A. Sadourny, « Une famille rouennaise… », p. 185. Sur le vicomte de Rouen, voir J. Boussard, Le go (...)
  • 40 Rotuli litterarum patentium…, Jean, 5, p. 107.
  • 41 Ibid., Jean, 4, p. 48.
  • 42 Ibid., Jean 4, p. 15b.
  • 43 Ibid., Jean 4, p. 25.
  • 44 Ibid., Jean 5, p. 106.

24Le premier39 est qualifié de vicomte de Rouen40 dans un acte de Jean sans Terre daté de 1202. Laurent est l’homme de confiance du duc effectuant des achats pour celui-ci ou pour la reine ; il fournit en vivres les garnisons de Normandie (notamment en vin et blé)41 ; il lui prête de l’argent et reçoit parfois des remboursements42. Il joue aussi le rôle d’intermédiaire entre les officiers de l’Échiquier anglais et la cité de Rouen en transférant des fonds destinés à financer les fortifications de la ville43. Pour le remercier ou plutôt pour le dédommager, Jean lui inféoda les droits sur la vente du bois et du charbon dans la ville de Rouen44.

  • 45 A. Sadourny, « Les grandes familles… » ; voir aussi E. Cadiou, Une grande famille rouennaise du XI (...)
  • 46 T. Stapleton, op. cit., XIII et p. 33.
  • 47 Ibid., XIII, membrane 2.
  • 48 AMR, tiroir 158 (réserve) ; même acte dans Rotuli litterarum patentium, Jean 1, p. 5a.
  • 49 Ibid., Jean, 1202, p. 49.
  • 50 Alain Sadourny, « Les grandes familles… », p. 271, et AMR, Reg. T 3, f° 22.

25Le second est Geoffroy le Changeur, ancêtre de la grande famille des Val Richer45. Utilisé de façon permanente comme agent financier, il est cité très souvent dans les comptes de l’Échiquier de Normandie, notamment pour l’année 1198 ; il débourse des sommes importantes pour la défense de la frontière orientale de la Normandie (on pense alors à la construction du Château Gaillard) et pour payer un grand nombre de mercenaires46. En 1195, il levait au nom du duc les taxes sur les cuirs, la laine et le sel depuis la Saint-Nicolas jusqu’à la Pentecôte suivante, le tout pour 632 livres 9 sous 4 deniers47. Il continue à jouer le même rôle sous Jean, mais jamais il n’aura le titre de vicomte de Rouen ; en 1199, Jean lui donne pro servitio suo 50 livres de rentes sur les étaux royaux du marché de Rouen en échange de 50 livres, que lui avait données Richard II, sur les essarts de la forêt de Lillebonne48. En 1202 il reçoit 7 000 marcs qu’il avait avancés auparavant49. Enfin il obtient du roi les moulins de Martainville50. Désormais les moulins allaient devenir une des principales sources de richesse de la famille.

  • 51 Voir note 14 ; les 7 sont les suivants : Mathieu Le Gros (13 occurrences), Hugues fils de la Vicom (...)

26Parmi les 33 bourgeois signataires de l’acte de capitulation de Rouen en juin 1204, nous retrouvons sept des personnes faisant partie de ce premier groupe51.

  • 52 ADSM, G 2094, f° 72, 88, 153, 60, 154, 124.

27Enfin, selon l’expression de Lucien Musset, une « situation sociale est consacrée pour les plus marquants par une inscription à l’obituaire de la cathédrale » ; nous y retrouvons Mathieu Le Gros, Emma la Vicomtesse (don de son fils Hugues), Barthélemy Fergant, Lucas du Donjon et Raoul de Cailly52.

  • 53 A. Sadourny, « Les grandes familles… », p. 270-271.

28Une seule famille nous échappe complètement : celle des Du Châtel ; or celle-ci compte parmi les grands lignages : elle a donné un maire, Robert, en 1181 ; elle est apparentée à d’autres familles ; elle fait des affaires sans apparaître toutefois dans les rôles de l’Échiquier. Un Robert est aussi signataire de l’acte de capitulation. Cette absence est difficile à expliquer53.

29Restent 165 personnes dont certaines peuvent appartenir au groupe des pairs. Mais peu sont connues. Nous y voyons quelques membres des grands lignages déjà étudiés : des Groignet, un Val Richer. Apparaissent aussi quelques hommes dont la carrière sera éminente après 1204. Un bon exemple est celui de Jean Luce (2 occurrences) qui sera maire en 1206, en 1207, puis six fois encore. On trouve aussi des signataires de l’acte de capitulation : Ricart de Saint-Wandrille (3 occurrences), Jean Lucas (1), Jean Batiecoc (3), Walon de Rive (2).

  • 54 Arch. nat., S 5199, numéro 65.

30Nous pouvons donc conclure à l’existence au sein de la cité de Rouen d’une élite très restreinte, soudée par des liens matrimoniaux (par exemple, les deux fils de la Vicomtesse sont apparentés aux Le Gros et aux Du Châtel)54. Cette élite forme le groupe des pairs qui domine la commune mais il est permis de douter qu’ils soient bien cent, car les chiffres obtenus dans les différents documents utilisables ne dépassent guère la trentaine.

31De ces noms de famille retenus ici comme témoins bien peu vont franchir les premières décennies du XIIIe siècle. Mais, parmi la foule des témoins anonymes, nous n’avons relevé que peu de personnes pouvant assurer la relève.

Notes

1 Alain Sadourny, « Les grandes familles rouennaises au XIIIe siècle et leur rôle dans la cité », dans Pierre Bouet et François Neveux (éd.), Les villes normandes au Moyen Âge : renaissance, essor, crise, Caen, Presses universitaires, 2004, p. 267-278 ; id., « Une famille rouennaise à la fin de la période ducale : les Du Donjon », dans P. Lardin et J.-L. Roch (dir.), La ville médiévale en deçà et au-delà de ses murs. Mélanges Jean-Pierre Leguay, Mont-Saint-Aignan, Publications de l’université de Rouen, 2000, p. 183-188 ; Lucien Musset, « Rouen au temps des Francs et sous les ducs (Ier siècle-1204) », dans Michel Mollat (dir.), Histoire de Rouen, Toulouse, Privat, 1979, p. 59-60.

2 Les chartes d’Henri Plantagenêt, de Richard Cœur de Lion et de Jean sans Terre ont été publiées par Adolphe Chéruel, Histoire de Rouen pendant la période communale, Rouen, N. Périaux, 1843-1844, p. 241-248, 249 et 250-255 ; Arthur Giry, Les Établissements de Rouen. Études sur l’histoire des institutions municipales de Rouen, Falaise, Pont-Audemer, Verneuil, La Rochelle, Saintes, Oléron, Bayonne, Tours, Cognac, Saint-Jean-d’Angély, Angoulême, Poitiers, etc., Paris, 1883-1885, 2 tomes.

3 Thomas Stapleton, Magni Rotuli Scaccarii Normanniae sub regibus Angliae, Londres, Société des antiquaires de Londres, 1840-1844, 2 tomes.

4 Thomas Duffus Hardy (éd.), Rotuli litterarum patentium in turri londinensi asservati, v ° I, pars I, ab anno 1201 ad annum 1216, Public records, Londres, 1835.

5 Bibliothèque municipale de Rouen (abrégé plus loin en BMR), manuscrit Y 44 f° 125 ; Y 44 f ° 76.

6 BMR, manuscrit Y 52 f° 105.

7 BMR, manuscrit Y 44, acte 183.

8 Archives municipales de Rouen, tiroir 412 (réserve). Alfred Cerné, Les anciens hôtels de ville de Rouen, Rouen, Lestringant, 1934, p. 26.

9 BMR, manuscrit Y 44, acte 191.

10 Archives départementales de Seine-Maritime (abrégé plus bas en ADSM), 53 H (carton).

11 BMR, manuscrit Y 44, actes 175 et 191.

12 A. Chéruel, op. cit., t. I, pièces justificatives, p. 241, 249, 250. Notons que Chéruel traduit systématiquement civis par « bourgeois » ; à l’époque les deux termes ne sont pas totalement équivalents.

13 A. Giry, Les Établissements…, op. cit., p. 55 sq. Dans sa traduction, Chéruel utilise toujours le mot de bourgeois.

14 L’acte de capitulation a été publié dans H. F. Delaborde, C. Petit-Dutaillis, J. Boussard et M. Nortier (éd.), Recueil des actes de Philippe Auguste, t. II, Paris, Imprimerie nationale, 1943, acte 803, traduction française dans Chéruel, op. cit., p. 89 sq.

15 L. Musset, art. cité ; A. Giry, Les Établissements…, op. cit., article 30.

16 L. Musset, art. cité ; Chéruel, op. cit. t. I, p. 176 ; E. Le Parquier, L’organisation municipale de Rouen depuis le XIIe siècle jusqu’en 1449, Rouen, Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen, 1932, p 20 sq.

17 Ce texte qui est connu par de nombreuses copies et dont l’original est perdu pose de nombreux problèmes. Il semble qu’il s’agisse d’un document élaboré par la municipalité de Rouen dans lequel étaient rédigées des coutumes urbaines reconnues par Henri II. On admet généralement comme date de rédaction la décennie 1160-1170. Il est certain aussi que les vingt-neuf premiers articles représentent le texte en usage avant 1204 ; les derniers ont dû être compilés peu après la conquête de Philippe Auguste. Voir A. Sadourny, « Rouen face à Philippe Auguste », dans A.-M. Flambard Héricher et V. Gazeau (dir.), 1204, La Normandie entre Plantagenêts et Capétiens, Caen, Publications du CRAHM, 2007, p. 280-282 ; Jacques Boussard, Le gouvernement d’Henri II Plantagenêt, Paris, D’Argences, 1956, p. 187.

18 Raymonde Foreville, « Guildes, franchises et chartes urbaines », Les origines des libertés urbaines, actes du XVIe congrès des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur, Rouen, 7 et 8 juin 1985, Publications de l’université de Rouen, 1990, p. 170.

19 Par exemple : « sigillum communie », (mairie de Raoul de Cotevrart, ADSM, 25 H carton I) ; « Sigillo communie confirmatum » (mairie de Raoul Groignet, 53 H.) ; « Sigillo communie urbis Roth. » (mairie J. Fessart ; Arch. municip. de Rouen [désormais AMR], tiroir 412).

20 A. Chéruel, op. cit., p. 254 : « […] concedimus etiam et confirmamus eisdem civibus Rotmomagi communiam suam cum omnibus libertatibus suis. » Voir aussi un acte de Henri II, BMR, manuscrit Y 44, acte 184, ainsi qu’une lettre au maiori et communie Roth dans E. Berger et L. Delisle, Recueil des actes d’Henri II, roi d’Angleterre et duc de Normandie concernant les provinces et les affaires de France, Paris, Imprimerie nationale, 1909-1920, t. 2, p. 50.

21 A. Giry, Les Établissements, op. cit., articles 1, 2, 3, 29 (notamment pour la partie antérieure à 1204).

22 L. Musset, art. cité, p. 63. Les cas d’adultère sont traités dans un article de la seconde partie des Établissements (article 32).

23 Sydney Raymond Packard, « Les communes normandes sous Richard et Jean, 1189-1204 » dans Charles Homer (dir.), Mélanges Haskins, Boston et New York, 1929, p. 251.

24 Les maires cités dans les actes étudiés dans cet article sont les suivants : Barthélemy Fergant (7 fois maire), Raoul de Cotevrart (2 fois), Mathieu Le Gros (4 fois), Raoul Groignet (2 fois), Lucas du Donjon (2 fois) et Jean Fessart (1 ou 2 fois).

25 A. Giry, Les Établissements, op. cit., articles 1, 2, et 3.

26 « Homines de Rothomago qui de ghilda sunt mercatorum sint quieti de omni consuetudine apud Londinium », (A. Chéruel, op. cit., p. 245) ; A. Prentout, Les origines de la commune et des Établissements de Rouen, Caen, 1929, p. 30-32.

27 Suzanne Deck, « Les marchands de Rouen sous les ducs », Annales de Normandie, VI, 1956, p. 245-254 ; A. Sadourny, « Les marchands normands en Angleterre au lendemain de la conquête de 1204 », Cahiers d’études médiévales de l’université de Rouen, Paris, 1979, p. 133.

28 A. Sadourny, « Les grandes familles », p. 270.

29 AMR, tiroir 417, réserve. Et A. Cerné, op. cit., p. 17-18.

30 A. Giry, Les Établissements…, op. cit., articles 2, 3, 4, 5, 6, 7 notamment.

31 BMR, manuscrit Y 44, actes 76 et 191.

32 L. Musset, art. cité, p. 64.

33 A. Sadourny, « Les grandes familles… », p. 268-269.

34 Sur Emma voir S. Deck, art. cité, p. 250 ; A Sadourny, « Les grandes familles… », p. 270, note 23 ; Léopold Delisle, Recueil des actes, op. cit., t. I, p. 214-215 ; T. Stapleton, op. cit., passim.

35 L. Musset, art. cité, p. 63.

36 T. Stapleton, op. cit., t. I, p. CXLVI, et p. 156.

37 Ibid., membrane 7.

38 Ibid., 1198, p. 303.

39 A. Sadourny, « Une famille rouennaise… », p. 185. Sur le vicomte de Rouen, voir J. Boussard, Le gouvernement, op. cit., p. 334.

40 Rotuli litterarum patentium…, Jean, 5, p. 107.

41 Ibid., Jean, 4, p. 48.

42 Ibid., Jean 4, p. 15b.

43 Ibid., Jean 4, p. 25.

44 Ibid., Jean 5, p. 106.

45 A. Sadourny, « Les grandes familles… » ; voir aussi E. Cadiou, Une grande famille rouennaise du XIIe au XVe siècle : les Val Richer, université de Rouen, mémoire de maîtrise dactylographié, 2001-2002 ; Maurice Powicke, The Loss of Normandy (1189-1204). Studies in the History of the Angevine Empire, University Press Manchester, 1913, passim.

46 T. Stapleton, op. cit., XIII et p. 33.

47 Ibid., XIII, membrane 2.

48 AMR, tiroir 158 (réserve) ; même acte dans Rotuli litterarum patentium, Jean 1, p. 5a.

49 Ibid., Jean, 1202, p. 49.

50 Alain Sadourny, « Les grandes familles… », p. 271, et AMR, Reg. T 3, f° 22.

51 Voir note 14 ; les 7 sont les suivants : Mathieu Le Gros (13 occurrences), Hugues fils de la Vicomtesse (8), Raoul Groignet (7), Enart de Rive (6), Jean Fessart (7), Nicolas de Dieppe (10) ; parmi eux 3 ont été maires ou le seront.

52 ADSM, G 2094, f° 72, 88, 153, 60, 154, 124.

53 A. Sadourny, « Les grandes familles… », p. 270-271.

54 Arch. nat., S 5199, numéro 65.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10026/img-1.jpg
Fichier image/, 136k

Auteur

Université de Rouen, GRHIS
Anciennement doyen de la faculté des lettres de l’université de Rouen, travaille sur la ville de Rouen au Moyen Âge et sur l’Angleterre médiévale.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540