Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

IIIe Partie. Les villes

Des maisons au château : le château de Caen, une paroisse urbaine

Laurence Jean-Marie

Texte intégral

  • 1 À ce sujet voir Jean Chapelot, Florence Mazzella, Les sources de l’histoire du château de Caen : M (...)

1Les publications concernant le château de Caen sont déjà nombreuses mais les recherches archéologiques récentes et l’attachement d’Anne-Marie Flambard à l’archéologie et à l’histoire castrales ont naturellement suscité le thème de ma contribution à ces mélanges. Certes, le sujet n’est pas nouveau, les écrits concernant le château sont abondants, depuis Michel de Boüard qui a montré toute l’importance de cette forteresse. Toutefois une étude globale reste à faire tant du point de vue des sources écrites que de l’archéologie1.

  • 2 Michel de Boüard, Le château de Caen, Caen, CRAM, 1979.

2Le sujet sera ici modeste et rouvrira un dossier déjà abordé mais qui n’est pas épuisé : celui de la paroisse Saint-Georges et de l’habitat qui en dépend. Les fouilles de Michel de Boüard ont permis de bien comprendre l’organisation de la partie de l’enceinte qui correspond à la résidence ducale et au donjon2. Les fouilles plus récentes de Bénédicte Guillot ont révélé, entre la salle de l’Échiquier et le mur de Cavalier, un espace plus artisanal mais le reste de la surface enceinte est bien mal connu tant du point de vue archéologique que des sources écrites. La maigreur des sources des XIe-XIIIe siècle et leur extrême dispersion pour les deux siècles suivants expliquent que le thème de la population du château n’ait pas été traité en tant que tel ; question liée à l’existence d’une paroisse et à la vaste superficie de la fortification (5 ha) occupée pour une faible part par les bâtiments du pouvoir, espace à même d’accueillir un habitat relativement important.

  • 3 Ibid., p. 23 ; Léopold Delisle (éd.), Actes normands de la Chambre des comptes sous Philippe de Va (...)

3C’est à la lumière d’interrogations suscitées par les découvertes des fouilles de 2005 et de quelques textes que je voudrais reprendre le dossier. Il n’est pas question ici de traiter des lieux de résidence des administrateurs : l’Hôtel du bailli sur l’emplacement de l’actuel musée de Normandie apparaît dans les sources au XIVe siècle, le châtelain ou capitaine du château est logé dans le donjon3. Toutefois, un certain nombre de maisons qui seront évoquées peuvent être occupées par des individus remplissant des fonctions de service dans le château.

4Dans l’angle nord-ouest du château, une opération d’archéologie a été menée sous la direction de Bénédicte Guillot en 2005. « Au sud-ouest du chantier a été dégagé le mur nord d’un grand édifice, se développant vers le sud. Le module des pierres, ainsi que la présence des contreforts plats, permet de proposer une datation du XIIe ou XIIIe siècle. » Au XIVe siècle :

  • 4 Bénédicte Guillot, « Notice scientifique », Bulletin scientifique régional, 2005 ; pour des détail (...)

[…] une maison vient s’appuyer contre l’édifice. Elle comprend au moins deux niveaux (mesures internes 7 m x 4,80 m). L’étage bas semi-enterré sert dans un premier temps de cellier et possède une porte et deux fenêtres étroites dans le mur ouest. En face, une porte cintrée donne accès à une cave, installée dans une ancienne carrière de pierre. Au premier étage, il semble exister deux accès, à l’ouest et à l’est. Une cheminée est présente dans l’angle nord-est. On pourrait y voir la pièce à vivre d’un habitat privé. Une autre hypothèse consiste à interpréter cette pièce comme la cuisine annexe de l’édifice à contrefort auquel elle est accolée4.

5S’il est difficile de prétendre identifier ces bâtiments, puisque le premier, situé en limite de fouilles, n’est connu que par l’un de ses murs, cet ensemble mérite que l’on s’interroge sur l’habitat dans le château. Plus largement, l’ensemble des découvertes (en particulier des installations destinées aux activités métallurgiques) souligne, si cela est nécessaire, l’intérêt des recherches archéologiques dans un tel lieu.

  • 5 Michel de Boüard, Le château de Caen, p. 100-101.
  • 6 Jean-Yves Marin, Erik Calvet, Rapport de sondage archéologique préliminaire. Extension du musée de (...)

6Déjà, Michel de Boüard, lors des fouilles des substructions du donjon, avait pu reconnaître, sur cet emplacement et dans son voisinage immédiat, des constructions antérieures à l’édification du donjon par Henri Ier. Les assises de pierre mises au jour indiquent vraisemblablement des murs de charpente d’une hauteur ne dépassant pas un mètre. La couche d’occupation leur correspondant a livré un denier datable de la seconde moitié du XIe siècle5. D’autres traces d’habitat ont été relevées, ainsi à l’emplacement du musée des Beaux-Arts, les restes d’un mur de construction assez grossière, pouvant dater des XIIIe-XIVe siècles6.

  • 7 Lucien Musset (éd.), « Actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes c (...)
  • 8 Élizabeth Zadora-Rio, « Construction de châteaux et fondation de paroisses en Anjou aux XIe-XIIe s (...)
  • 9 Jean Fournée, « Le culte de saint Georges en Normandie », Annuaire des cinq départements de la Nor (...)
  • 10 À Saint-Lô, il existe une paroisse Notre-Dame dans le château dont on ne connaît pas l’étendue : m (...)

7En dehors de la taille de l’espace enceint, plusieurs éléments plaident en faveur du développement de l’habitat à l’intérieur du château. En premier lieu, une paroisse y a son siège. L’église Saint-Georges est attestée dans les actes du duc Guillaume le Conquérant et de la duchesse Mathilde pour les abbayes caennaises. Dans ces actes le terme paroisse n’est pas employé, il s’agit de l’ecclesia Sancti Georgii. Les églises et les dîmes de Saint-Martin et Saint-Étienne-le-Vieux, paroisses caennaises probablement antérieures au XIe siècle, et l’église Saint-Georges, appartenant jusqu’alors à la cathédrale de Bayeux, sont alors acquises par Guillaume et Mathilde et cédées à l’abbaye de la Trinité7. N’est-ce pas un indice de l’antériorité de l’église par rapport au château : si la fondation de l’église et probablement de la paroisse était contemporaine de la construction du château par Guillaume, ne l’aurait-elle pas été par le duc qui en aurait conservé les droits avant d’en faire don à la Trinité ? À la même époque en Anjou, lorsque le comte Geoffroi Martel construit le château de Durtal, un texte montre clairement qu’« il a le pouvoir de décider seul, sans intervention de l’évêque, de constituer une nouvelle paroisse, et que le ressort territorial de celle-ci est limité au périmètre des fortifications »8. À Caen, l’antériorité de la paroisse impliquerait alors l’existence d’un habitat structuré avant la construction du château. La topographie du site, naturellement défensive, plaide d’ailleurs pour la présence d’une occupation ancienne même si aucun indice archéologique n’a pu jusqu’à maintenant l’établir. Par ailleurs, les dédicaces d’églises à saint Georges pourraient avoir un lien avec l’arrivée miraculeuse des reliques du saint à Portbail au milieu du VIIIe siècle mais il ne s’agit pas d’un critère absolu de datation en dehors d’autres indices concordants9. Les rapports entre fortifications, fondations d’églises et circonscriptions paroissiales mériteraient sans doute d’être analysés de façon plus large10.

  • 11 Auguste Longnon (éd.), Pouillé de la province de Normandie, Paris, 1903, p. 127, p. 139 (dans le p (...)
  • 12 Louis Gosselin, « L’église Saint-Georges-du-Château », Bulletin de la Société des antiquaires de N (...)
  • 13 Plusieurs des exemples cités par Élisabeth Zadora-Rio (art. cité) pour l’Anjou montrent l’extensio (...)

8L’histoire de la paroisse est malheureusement mal connue : simple mention dans le pouillé de 1350 et, avec la plus petite des impositions des paroisses caennaises, dans le compte de la débite de 1494, actes de la fin du XVe siècle mentionnant des biens de la paroisse à Vaucelles et les trésoriers de cette paroisse11. Des sépultures ont été mises au jour lors de travaux de reprise dans les fondations des murs de l’église, elles sont semble-t-il antérieures aux reconstructions du XVe siècle12. Les limites de la paroisse ne sont pas connues pour la période mais elles correspondent probablement à l’espace enceint, aucune preuve d’extension extérieure n’existe13.

  • 14 Michel de Boüard, Le château de Caen, p. 110.
  • 15 Ibid., p. 21 et mentions infra.
  • 16 Léopold Delisle, Actes normands…, p. 174-180.
  • 17 Léon Mirot, « Paiements et quittances de travaux exécutes sous le règne de Charles VI (1380-1422)  (...)

9En outre, le fait que le donjon avec sa chemise devienne véritablement un château dans le château au XIIIe siècle (ce qui n’exclut pas qu’il y ait eu auparavant une première délimitation14), rend plus plausible encore le développement de l’habitat dans le reste de l’enceinte, espace mentionné sous le nom de « belle »15. Le compte des travaux au château de 1338 évoque ainsi la « la forteresche dudit chastel »16. Dans les paiements et quittances une distinction est faite entre petit et grand château17.

  • 18 Lucien Musset (éd.), « Actes de Guillaume le Conquérant… », no 6, 1080-1082.
  • 19 Amédée-Louis Lechaudé d’Anisy, « Grands rôles des Échiquiers de Normandie », Mémoires de la Sociét (...)

10Venons-en à l’habitat attesté par les sources écrites. Les indications pour la période ducale sont maigres et bien connues : une maison est mentionnée en 1080-1082 dans un acte de Guillaume le Conquérant en faveur de l’abbaye Saint-Étienne18. Elle est tenue par Odon Sailiultre, chapelain du duc dans le Cotentin. Un siècle plus tard, des maisons sont citées dans les comptes de l’Échiquier, maisons qui sont donc entre les mains du duc et dont les détenteurs acquittent des redevances. Ces derniers appartiennent au personnel du château (garde des oiseaux) ou sont peut-être artisans au service du duc (un boucher et un forgeron probablement). Deux autres maisons sont tenues en 1195 et 1198 par Guillaume et Aelis de Hampton (de Hantona), d’une famille probablement originaire de Southampton et servant peut-être le duc19.

  • 20 Archives du Calvados, abbaye de la Trinité de Caen, H non coté, Cartulaire de Calix, f° 50 v° ; et(...)
  • 21 Arch. dép. Calvados, abbaye d’Ardenne, H218, 1206.
  • 22 Amédée-Louis Lechaudé d’Anisy, « Grands rôles des Échiquiers de Normandie », p. 18.

11Les trois maisons données à l’abbaye de la Trinité par Thomas d’Anguerny sont tenues de lui en fief par Richard Jouin pour 46 sous angevins, six chapons et 90 œufs20. Ces maisons avaient été achetées à un certain Mobert et faisaient partie du « fief Mobert ». L’acte non daté mais que l’on peut situer au tournant des XIIe et XIIIe siècles est attesté par des témoins dont Jourdain de Troismonts plusieurs fois témoin d’actes de la Trinité, Guillaume du Cellier qui fut maire de Caen21. Thomas d’Anguerny est par ailleurs mentionné comme fauconnier22 et c’est peut-être à ce titre qu’il possède des biens dans le château.

  • 23 Arch. dép. Calvados, abbaye de la Trinité de Caen, Recueil de mémoires et d’extraits, f° 43 vo.

12On trouve des biens de la même abbaye en 1277. À cette date Guillaume dit Ferdine reconnaît devoir à la Trinité deux sous, un chapon et 30 œufs de rente annuelle en raison d’un « masnage » qu’il tient en fief des religieuses dans le château du roi. Ce « masnage » est placé entre le chemin du roi et un autre « masnage » appartenant au même individu et situé à côté de l’église Saint-Georges. L’acte est passé coram parocchia Sancti Georgii de castello Cadomensis23.

  • 24 Laurence Jean-Marie, Caen aux XIe et XIIe siècles…, p. 128-130 ; Lucien Musset, « Voie publique et (...)
  • 25 Bernard Gauthiez, Atlas morphologique des villes de Normandie, Lyon, École d’architecture de Lyon- (...)
  • 26 Laurence Jean-Marie, Caen aux XIe et XIIe siècles..., p. 172-173.
  • 27 Mathieu Arnoux, « Essor et déclin d’une forme diplomatique : les actes coram parrochia (Normandie, (...)

13Malheureusement l’anthroponyme Ferdine n’apparaît pas dans les sources conservées de cette époque, mais ce document est intéressant à plusieurs titres. Il montre clairement qu’il existe un habitat organisé à proximité de l’église Saint-Georges, le long d’une voie. L’appellation « chemin le roi » est attribuée à plusieurs voies de la ville, en général importantes, et dont le roi conserve sans doute la juridiction, ce qui n’a rien d’étonnant à l’intérieur du château24. Est-ce une voie desservant l’habitat dans le château ou est-ce la trace de l’existence d’un ancien parcours à travers la forteresse permettant de relier la porte Saint-Pierre à celle qui se situait au nord et que la construction de la chemise du donjon a fait disparaître ? Pourrait-on avoir là le témoignage d’un ancien tracé, antérieur au château, que Bernard Gauthiez évoque sur la foi d’arguments fondés sur le cadastre napoléonien25, tracé se situant dans le prolongement de la rue Exmoisine (rue Saint-Jean), elle-même dénommée chemin du roi et correspondant à une voie ancienne ? Dans cet acte, les biens sont qualifiés de masnages, ce sont donc probablement des ensembles constitués d’une maison d’habitation et de dépendances sur une parcelle26. Enfin, l’acte est lu devant les paroissiens réunis à l’église, ce qui correspond à une procédure d’authentification fréquente en Normandie à cette époque27 et qui témoigne de l’existence d’une vie paroissiale. Dans divers actes cités plus loin, des individus sont dits « de Saint-Georges-du-Château », à l’image d’autres paroisses de la ville.

  • 28 Arch. nat., JJ56, f° 135 r°-v°, no 301, juin 1318 ; Registres du Trésor des chartes, inventaire an (...)
  • 29 Arch. dép. Calvados, abbaye d’Ardenne, H218, 1308 ; H107, 1308.
  • 30 Arch. dép. Calvados, abbaye de la Trinité, H non coté, Copie de lettres de la déclaration de cens… (...)

14En 1318, Guillaume du Plessis, chevalier, procède à un échange de revenus avec le roi : il cède des redevances à percevoir en divers lieux de la ville dont plusieurs dans le château, ceci contre des revenus à Damigny28. Ainsi donne-t-il 27 sous à percevoir sur une domus regia dans le château, 8 sous et 16 deniers (pour 2 chapons) et 4 deniers (pour 30 œufs) à percevoir sur le manoir d’Henri dit Champion, situé à côté de la maison d’Aelipdi (?) dite la Blonde et encore 8 sous (pour 2 chapons), 5 deniers (pour une géline) et 4 deniers (pour 30 œufs) sur le manoir d’Aelipdi (?) dite la Blonde situé à côté de la maison des héritiers d’Henri Champion d’une part et la maison de Colin Gegoy d’autre part, 6 sous sur les manoirs de Guillaume Ausout à côté de la maison de Guyot (?) Tavernier d’une part et la maison Rougebet d’autre part, 2 sous de Guyot (?) le tavernier sur son manoir devant l’église Saint-Georges. Une dizaine d’habitations sont ainsi citées, en partie voisines les unes des autres. L’utilisation des termes « manoir » et « maison » indique probablement des différences dans la qualité et l’importance des constructions. Guillaume du Plesseis est par ailleurs mentionné comme seigneur de Damigny29. Un Lucas du Plesseis est bourgeois de Caen30. En dehors d’eux et des Campion, les noms mentionnés ne sont pas connus dans les sources concernant Caen jusqu’en 1346, très largement dépouillées. Est-ce le signe que des populations modestes ayant peu recours à l’écrit peuvent résider dans le château ou/et est-ce lié au fait que les sources concernant des biens de laïcs et de la royauté n’ont pas été conservées ? On ne connaît rien par exemple du « fief Mobert » cité dans l’acte précédent.

  • 31 Arch. dép. Calvados, abbaye d’Ardenne, H348, 1285 ; H332, 1298.
  • 32 Michel Nortier (éd.), Documents normands du règne de Charles V (1364-1380), Paris, Bibliothèque na (...)
  • 33 Gervais de La Rue, Essais historiques sur la ville de Caen et son arrondissement, Caen, Poisson, 1 (...)
  • 34 Michel de Boüard, Le château de Caen, p. 21.
  • 35 Dictionnaire de Godefroy : « assemblée des officiers justiciers, auditoire des juges du seigneur o (...)
  • 36 Victor Hunger, Le siège et la prise de Caen par Charles VII en 1450, Paris, Champion et Pailhé, 19 (...)

15La famille Campion apparaît à la fin du XIIIe siècle, Thomas et Henri Campion sont qualifiés de bourgeois de Caen31. C’est après le milieu du XIVe siècle qu’elle connaît une ascension importante, ses membres sont des proches du pouvoir : Raoul est sergent d’armes du roi et receveur des aides en la ville et vicomté de Caen sous Charles V32. Michel de Boüard évoque l’hôtel occupé à la fin du XIVe siècle par Bertrand Campion, fils de Raoul33, et disposant d’un jardin et d’un puits34. Ses biens ayant été confisqués parce qu’il avait embrassé le parti d’Orléans, cet hôtel est baillé à ferme. Difficile de dire s’il s’agit de la même habitation que celle mentionnée dans l’acte de 1318. Le souvenir de l’ancien propriétaire de cet hôtel est conservé dans les mandements et quittances pour travaux au château de l’époque de l’occupation anglaise. Dans un devis de 1435, il est fait allusion à un mur à faire « par dedens le jardin Campion, à l’endroit de la Cohue »35, la même année est construit un sollier « en l’ostel qui fut Bertran Campion », c’est le trésorier du duc de Normandie qui réside alors dans l’hôtel. Cette résidence bénéficie de l’un des puits du château, les deux autres étant situés dans l’enceinte du donjon et dans le « belle »36.

  • 37 Arch. dép. Calvados, abbaye de la Trinité de Caen, H non coté, Plusieurs droitz et coppies de char (...)
  • 38 Voir infra.
  • 39 Arch. dép. Calvados, Carmes de Caen, H non coté, carton 2/1, 1337 et 1345 ; paroisse Saint-Jean de (...)

16Une autre famille importante de Caen a des biens dans le château. En 1356, Jean du Ponteaudemer, chevalier, sire du Quesney, reconnaît devoir aux deux filles de Pierre Campion, jadis bourgeois de Caen, la somme annuelle de 15 livres tournois – somme considérable pour une rente – en raison d’une grange, avec cour et jardin, située à côté d’un autre de ses biens d’une part et le chemin du roi d’autre part37. Jean du Ponteaudemer est à nouveau cité comme voisin dans un acte du tabellionage de 138238. Les Ponteaudemer sont une famille puissante de Caen depuis la fin du XIIe siècle au moins. Jean du Ponteaudemer a des biens ailleurs dans la ville, d’autres membres de la famille sont dits bourgeois de Caen39.

17Ces textes posent le problème de la propriété de l’espace et des maisons situés dans le château ; il ne semble pas que le duc puis le roi disposent de l’ensemble des droits. Les maisons citées dans les rôles de l’Échiquier constituent des biens ducaux tenus contre redevance (2 sous en remplacement d’une livre de poivre pour celles des Hampton et pour celle de Gautier fils Richard Minutor/Le Saigneur). Dans l’acte de 1318 est mentionnée une domus regia, ce qui montre indirectement que toutes ne le sont pas. Dès 1080-1082 le duc avait aliéné en faveur de l’abbaye Saint-Étienne la maison tenue de lui par Odon Saliultre. Quand Thomas d’Anguerny cède trois maisons à l’abbaye de la Trinité pour le salut de son âme, ces dernières sont tenues en fief de lui par Richard Jouin et le roi n’apparaît pas dans l’acte comme dominus capitalis qui autoriserait la cession. En 1277 encore, c’est bien de la Trinité que Guillaume Ferdine tient son « masnage ». Difficile toutefois de reconstituer les niveaux de propriété. Il est aussi intéressant de noter, que les deux abbayes caennaises, par la volonté ducale, pour l’une d’entre elles au moins, ont des biens dans l’enceinte castrale, manifestation de leur importance dans la ville et de leur proximité avec le pouvoir ; les autres établissements ecclésiastiques de Caen ne semblent pas être dans le même cas.

18Les sources concernant le château sont plus nombreuses à partir du milieu du XIVe siècle en partie à cause des travaux qu’entraîne la guerre, certaines ont déjà été évoquées. On se contentera ici d’en mentionner quelques autres sans épuiser le sujet qui mériterait pour les XIVe et XVe siècles une étude approfondie.

  • 40 Léopold Delisle (éd.), Actes normands…, p. 175. Ces comptes comportent des allusions aux résidence (...)
  • 41 Ibid., p. 180.
  • 42 Amédée-Louis Lechaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles des Échiquiers de Normandie », p. 52-56, p. 91 (...)
  • 43 Par exemple Léopold Delisle, Chronologie des baillis…, preuves, 161 (1267), 163 (1268) ; Amédée-Lo (...)
  • 44 Daniel Power, The Norman Frontier in the Twelfth and Early Thirteenth Centuries, Cambridge, Cambri (...)
  • 45 Arch. dép. Calvados, abbaye de la Trinité de Caen, Recueil de mémoires et d’extraits, fo 38ro ; Ca (...)
  • 46 Léopold Delisle, Actes normands…, no 84.
  • 47 Ibid., no 184, p. 329.

19Certaines maisons continuent à relever du roi, en témoignent les comptes de travaux qui y sont effectués. Dans le compte de 1338, il est ainsi question de l’aménagement de fenêtres et d’un huis à la maison « de dessus la porte des Champs » dont il faut aussi appareiller « le degrey »40. Dans la rubrique « la forteresche dudit chastel », qui désigne le donjon entouré de sa chemise, figure l’indication suivante : « pour fére closture entre les diz fossés en droit la maison Laurent d’Argences » ; il semble qu’il s’agisse des fossés entre la chemise et le « belle »41. Le nom « d’Argences », paroisse voisine de Caen, figure dans les sources caennaises depuis la fin du XIIe siècle, Richard d’Argences prélève la contribution des Caennais à la rançon pour la libération de Richard Cœur de Lion en 1195 (deux Caennais du même nom font partie de la liste), il participe à des assises avant et après 120442 de même que d’autres individus du même nom au cours du XIIIe siècle43. Il s’agit probablement du Richard d’Argences fortement implanté en Normandie orientale44. Un Geoffroi d’Argences est bourgeois de Caen en 1278. Laurent d’Argences est indirectement connu par la mention de Cécile, sa veuve, qui approuve la vente d’une rente à Caen en 133045. La possession d’une résidence dans le château pourrait s’expliquer par la proximité avec le pouvoir bien que les sources caennaises mentionnent beaucoup moins fréquemment la famille après le dernier tiers du XIIIe siècle. Par ailleurs, un charpentier demeure au château à proximité de la porte des Champs46. Dans le compte de 1345, est mentionnée la « maison de dessus la prison aux fames »47.

  • 48 Je remercie Thomas Jarry de m’avoir fourni les références de ces mentions.
  • 49 Arch. dép. Calvados, 7 E 86, f° 78, 27 janvier 1382.
  • 50 Ibid., fo 96 v°, 22 juin 1382.

20Il existe des mentions de maisons dans le tabellionage, conservé pour Caen à partir de 1381. Elles sont toutefois difficiles à repérer48. En 1382, Colin Baillehache l’aîné, de Saint-Georges-du-Château, donne à ses enfants, Colin et Jeanne, une maison avec le jardin dans cette paroisse, située à côté de monseigneur Jean du Ponteaudemer d’une part et le « baille » du château d’autre part49. Pierre d’Eschallons, lui aussi de Saint-Georges-du-Château, fieffe à Gautier Robert, de la même paroisse, pour 23 sous 6 deniers, un chapon et 22 œufs annuels, une portion de jardin de 18 pieds de large et 22 de long, située dans le jardin dudit Pierre, jouxtant le belle du château et aboutant au jardin du roi et d’autre bout à Cardin Homo. Pierre fieffe également à Richard Homo et sa femme, de la paroisse Saint-Georges, une portion équivalente de son jardin, voisine de la première. Il est précisé qu’un mur devra être aménagé entre les deux portions et que Richard n’aura « point de veue » sur le jardin de Pierre50. Le tout représente, en dehors du jardin que semble se réserver Pierre d’Eschallons, une superficie que l’on peut estimer à 80 m2.

  • 51 Voir Michel de Boüard, Le château de Caen, p. 15 ; Léon Mirot, « Paiements et quittances de travau (...)
  • 52 BnF, ms fr. 26025, no 154, 1356 ; cité par Cécile Léon p. 15.
  • 53 BnF, ms fr. 26025 no 1724, 28 janvier 1392 ; BnF, ms fr. 26054 no 1511, 18 février 1431 (pour ces (...)
  • 54 BnF, ms fr. 26032 no 3327, 21 mai 1402 ; BnF, ms fr. 26036 no 4132, 1er février 1408 ; Michel de B (...)
  • 55 « […] l’ostel où demeure l’artilleur du roi » (Michel de Boüard, Le château de Caen, p. 147 ; BnF, (...)

21Les pièces issues de la Chambre des comptes conservées à la Bibliothèque nationale contiennent nombre de comptes et quittances concernant le château de Caen51. En 1356, est mentionnée une maison au-dessus de la porte Saint-Pierre qui donne vers la ville52, ce pourrait être celle qui est ensuite citée comme maison du portier53. Des maisons jumelles sont mentionnées à plusieurs reprises, elles sont démolies en 1409 mais encore citées en 149054. Dans ces documents il s’agit de bâtiments appartenant au roi qui en paie les réparations et aménagements et qui sont occupés spécialement par des individus au service du pouvoir et la garnison55.

  • 56 BnF ms fr. 26054 no 1511, 18 février 1431 (construction de deux fenêtres à la maison du portier, e (...)
  • 57 Victor Hunger, Le siège et la prise de Caen, P.J. XXI, 16 avril 1142.
  • 58 Ibid., P.J. XXIV, 17 mars 1444 ns.
  • 59 Ibid., P.J. XXV, 11 avril 1444 ns.
  • 60 Ibid., P.J. XXVI, 23 mars 1445 ns.

22Pendant l’occupation de la ville par les Anglais entre 1417 et 1450, des travaux de réparations sont effectués dans le château ; en dehors de l’hôtel appartenant auparavant à Bertrand Campion déjà cité, d’autres maisons sont mentionnées. Des maisons existent à l’intérieur de l’enceinte du donjon56, des cheminées sont réparées dans l’hôtel où naguère demeurait Guillaume Brown dans le « belle » et dans celui d’un nommé Semarth près de la porte devers la ville (porte Saint-Pierre)57. Une maison est construite devant l’hôtel qui appartint à Bertrand Campion pour le maître des œuvres du roi58. À l’occasion de la venue du duc d’York, des meubles sont installés dans le logis qu’occupera le trésorier du duc (l’ancien hôtel de Bertrand Campion) et dans l’hôtel « des estuves »59. Une « maison tournée en ruyne estant dessus le four du danjon, devers la garenne » est réparée60.

23Quel bilan peut-on tirer de ces indications fragmentaires ? Les informations topographiques recueillies mettent en lumière plusieurs secteurs de concentration de l’habitat : à proximité de l’église Saint-Georges – vraisemblablement le long du chemin du roi –, dans le secteur de la porte Saint-Pierre (les substructions mises au jour sur l’emplacement du musée des Beaux-Arts pourraient correspondre à ces édifices), et enfin entre le donjon et la porte des Champs. On pourrait émettre l’hypothèse que l’habitat groupé autour de l’église paroissiale est hors des mains du prince, alors que le secteur voisin du donjon dépend de lui.

  • 61 Gervais de La Rue, Essais historiques..., p. 89-90 (il s’appuie sur un acte du tabellionage de 141 (...)

24Si dans les actes cités, il apparaît que les détenteurs de maison dans le château sont des proches du pouvoir ou des officiers au service du prince, il semble aussi que des notables de la ville aient cherché à résider dans le château. Les mentions de manoirs et d’hôtels attestent la qualité des constructions. De même, l’existence de plusieurs chapelles dont certaines paraissent aux mains de résidents du château montre la richesse des habitants. L’abbé de La Rue cite en particulier une chapelle fondée par Pierre Droulin et son épouse Jeanne Campion en 141061. L’espace enceint abrite-t-il d’autres populations ? Il est bien difficile de répondre même si un certain nombre d’individus cités dans ces actes ne semble pas appartenir à un cercle étroit de proches du pouvoir. Le dépouillement des riches fonds des deux abbayes caennaises pour la deuxième moitié du XIVe et le XVe siècle et des nombreux registres du tabellionage permettrait probablement de compléter ces mentions et de mieux définir les populations résidant dans le château.

25Dans la même optique, il faut souhaiter ardemment que, dans le cadre des futurs aménagements du château, les investigations archéologiques soient poursuivies, en particulier dans l’espace entre la zone fouillée en 2005 et l’actuel musée de Normandie ou encore autour de l’église Saint-Georges.

Notes

1 À ce sujet voir Jean Chapelot, Florence Mazzella, Les sources de l’histoire du château de Caen : Mémoires du château de Caen, textes réunis par Jean Yves-Marin et Jean-Marie Lévesque, Paris, Skira/Seuil, 2000, p. 93-98 ; Céline Léon, Les sources de l’histoire des travaux au château de Caen, mémoire de DEA, EHESS, Jean Chapelot (dir.), 2002.

2 Michel de Boüard, Le château de Caen, Caen, CRAM, 1979.

3 Ibid., p. 23 ; Léopold Delisle (éd.), Actes normands de la Chambre des comptes sous Philippe de Valois, Rouen, 1871, p. 174-180 et p. 325-331.

4 Bénédicte Guillot, « Notice scientifique », Bulletin scientifique régional, 2005 ; pour des détails supplémentaires concernant cette construction, voir Bénédicte Guillot, Caen, le château, abords de l’enceinte nord, rapport final de fouille, décembre 2006, Inrap, multigraphié, v° 1, p. 51-61.

5 Michel de Boüard, Le château de Caen, p. 100-101.

6 Jean-Yves Marin, Erik Calvet, Rapport de sondage archéologique préliminaire. Extension du musée des Beaux-Arts de Caen, service archéologique du musée de Normandie, Caen, 1992.

7 Lucien Musset (éd.), « Actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. XXXVII, 1967, nos 8 (1082) et 11 (1066-1083) ; Laurence Jean-Marie, Caen aux XIe et XIIe siècles. Espace urbain, pouvoirs et société, Paris, La Mandragore, 2000, p. 52-53 ; les autels de Saint-Martin et Saint-Étienne-le-Vieux avec les sépultures sont affectés à la sacristie de la Trinité (Lucien Musset, no 12, 1066-1083).

8 Élizabeth Zadora-Rio, « Construction de châteaux et fondation de paroisses en Anjou aux XIe-XIIe siècle », Archéologie médiévale, t. IX, 1979, p. 115-123 (p. 116).

9 Jean Fournée, « Le culte de saint Georges en Normandie », Annuaire des cinq départements de la Normandie, Congrès de Louviers, 1986, p. 105-127 ; Pierre Bauduin, Thomas Jarry, Claude Lorren, La Normandie avant les Normands, Rennes, Éditions Ouest France, 2002, p. 342, p. 356.

10 À Saint-Lô, il existe une paroisse Notre-Dame dans le château dont on ne connaît pas l’étendue : mention dans un acte de Guillaume le Bâtard (1056-1066) de la « parrochia Sancte Marie consistens in castro prediciti Sancti Laudi » (Julie Fontanel, Le cartulaire du chapitre cathédrale de Coutances, Saint-Lô, Archives départementales de la Manche, 2003, no 340) et dans un vidimus d’une bulle d’Eugène III (1146) de l’ecclesia Sancte Marie in castro ejusdem loci [Sancti Laudi] (ibid., no 273) ; à Gallardon (Eure-et-Loir), une église Notre-Dame est située dans le château : Grégory Combalbert, Le gouvernement des paroisses et la vie paroissiale dans les diocèses d’Évreux et de Chartres (Xe-début du XIIIe siècle), mémoire de master 2 sous la direction de V. Gazeau, université de Caen, UFR d’histoire, 2006, annexes, p. XXIV ; je remercie Grégory Combalbert pour les indications fournies.

11 Auguste Longnon (éd.), Pouillé de la province de Normandie, Paris, 1903, p. 127, p. 139 (dans le pouillé de 1350, le chapitre de Bayeux est indiqué comme patron) ; Archives du Calvados, G909.

12 Louis Gosselin, « L’église Saint-Georges-du-Château », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. LI, 1948-1951, p. 280-281.

13 Plusieurs des exemples cités par Élisabeth Zadora-Rio (art. cité) pour l’Anjou montrent l’extension de la paroisse à l’ensemble du village castral. Le cas de Caen est toutefois différent puisque plusieurs paroisses préexistent vraisemblablement à la construction du château et se partagent ensuite le territoire du bourg ducal et de ceux des abbayes.

14 Michel de Boüard, Le château de Caen, p. 110.

15 Ibid., p. 21 et mentions infra.

16 Léopold Delisle, Actes normands…, p. 174-180.

17 Léon Mirot, « Paiements et quittances de travaux exécutes sous le règne de Charles VI (1380-1422) », Bibliothèque de l’École des chartes, t. 81, 1920, p. 183-204 (no 75, 1389, no 79, no 80, 1392).

18 Lucien Musset (éd.), « Actes de Guillaume le Conquérant… », no 6, 1080-1082.

19 Amédée-Louis Lechaudé d’Anisy, « Grands rôles des Échiquiers de Normandie », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. XV, 1845, p. 57, 1195 ; id., « Magni Rotuli Scaccarii Normanniae sub regibus Angliae. Pars secunda », Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, t. XVI, 1852, p. 18, p. 24, 1198 (pour 1198 Amédée-Louis Lechaudé d’Anisy transcrit Walterus) ; Laurence Jean-Marie, « Château, essor urbain et pouvoir dans la ville : l’exemple de Caen au Moyen Âge », dans Le château et la ville, actes des rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord (septembre 2001), Anne-Marie Cocula, Michel Combet (dir.), Ausonius, Bordeaux, 2002, p. 35-52.

20 Archives du Calvados, abbaye de la Trinité de Caen, H non coté, Cartulaire de Calix, f° 50 v° ; et Recueil de Mémoires et d’Extraits, f° 24 r°.

21 Arch. dép. Calvados, abbaye d’Ardenne, H218, 1206.

22 Amédée-Louis Lechaudé d’Anisy, « Grands rôles des Échiquiers de Normandie », p. 18.

23 Arch. dép. Calvados, abbaye de la Trinité de Caen, Recueil de mémoires et d’extraits, f° 43 vo.

24 Laurence Jean-Marie, Caen aux XIe et XIIe siècles…, p. 128-130 ; Lucien Musset, « Voie publique et chemin du roi en Normandie du XIe au XIIIe siècle », Huit essais sur l’autorité ducale en Normandie, Cahiers des Annales de Normandie, no 17, 1985, p. 95-112.

25 Bernard Gauthiez, Atlas morphologique des villes de Normandie, Lyon, École d’architecture de Lyon-Laboratoire d’analyse des formes, 1999, p. 30.

26 Laurence Jean-Marie, Caen aux XIe et XIIe siècles..., p. 172-173.

27 Mathieu Arnoux, « Essor et déclin d’une forme diplomatique : les actes coram parrochia (Normandie, XIIe -XIIIe siècle) », Bibliothèque de l’École des chartes, 154, 1996, p. 325-357.

28 Arch. nat., JJ56, f° 135 r°-v°, no 301, juin 1318 ; Registres du Trésor des chartes, inventaire analytique établi par les Archives nationales, t. II, Règnes des fils de Philippe le Bel, Jean Guérout (dir.), 1966, no 1926.

29 Arch. dép. Calvados, abbaye d’Ardenne, H218, 1308 ; H107, 1308.

30 Arch. dép. Calvados, abbaye de la Trinité, H non coté, Copie de lettres de la déclaration de cens…, 9 r°, 1343.

31 Arch. dép. Calvados, abbaye d’Ardenne, H348, 1285 ; H332, 1298.

32 Michel Nortier (éd.), Documents normands du règne de Charles V (1364-1380), Paris, Bibliothèque nationale de France, 2000, nos 22, 199, 25,6, 513, 576.

33 Gervais de La Rue, Essais historiques sur la ville de Caen et son arrondissement, Caen, Poisson, 1820, p. 110.

34 Michel de Boüard, Le château de Caen, p. 21.

35 Dictionnaire de Godefroy : « assemblée des officiers justiciers, auditoire des juges du seigneur ou des juges royaux » ; à l’appui de cette définition Godefroy cite plusieurs sources dont une ordonnance de 1377 qui évoque la cohue du château de Rouen où comparaissent des membres d’un métier (Ordonnances, VI, 274). Difficile de dire à quel bâtiment du château de Caen renvoie cette mention en 1435.

36 Victor Hunger, Le siège et la prise de Caen par Charles VII en 1450, Paris, Champion et Pailhé, 1912, P. J. XV, XVI, XXIV.

37 Arch. dép. Calvados, abbaye de la Trinité de Caen, H non coté, Plusieurs droitz et coppies de chartes pour Mesdames. A Calix et à Saint-Gilles (« cartulaire de Calix »), f° 88 v°.

38 Voir infra.

39 Arch. dép. Calvados, Carmes de Caen, H non coté, carton 2/1, 1337 et 1345 ; paroisse Saint-Jean de Caen, G911, cartulaire du trésor (fragments), f° xxii r°, 1344 ; exemples de mentions comme bourgeois : prieuré de Sainte-Barbe-en-Auge, 2D89, 1273 ; hôtel-Dieu de Caen, cartulaire, t. II, H non coté 290 f° 8 r° ; paroisse Saint-Pierre de Caen, G982, Cartulaire des chapelains, t. I, f° 258 r°, 1317.

40 Léopold Delisle (éd.), Actes normands…, p. 175. Ces comptes comportent des allusions aux résidences du bailli et du châtelain.

41 Ibid., p. 180.

42 Amédée-Louis Lechaudé d’Anisy (éd.), « Grands rôles des Échiquiers de Normandie », p. 52-56, p. 91 ; Thomas Stapleton (éd.), Magni rotuli scaccarii Normanniae sub regibus Angliae, Londres, 1840-1844, t. I, p. 168-183 ; Léopold Delisle, Chronologie des baillis et sénéchaux royaux depuis les origines jusqu’à l’avènement de Philippe de Valois, dans Recueil des historiens de la France, t. XXIV, Paris, 1904, preuves, 11 (1205), 74 (1223) ; L. Delisle (éd.), « Jugements de l’Échiquier au XIIIe siècle », Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres de Caen, t. 24, Paris, 1864, no 153 (1215).

43 Par exemple Léopold Delisle, Chronologie des baillis…, preuves, 161 (1267), 163 (1268) ; Amédée-Louis Lechaudé d’Anisy (éd.), MSAN, t. XV, p. 204 (1225).

44 Daniel Power, The Norman Frontier in the Twelfth and Early Thirteenth Centuries, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 64, p. 76, p. 429, p. 451; Daniel Power, « The end of Angevin Normandy: the revolt at Alençon (1203) », Historical Research, 74, 2001, p. 444-464 (p. 454-455).

45 Arch. dép. Calvados, abbaye de la Trinité de Caen, Recueil de mémoires et d’extraits, fo 38ro ; Cartulaire des chapelains de Saint-Pierre de Caen, t. I, G 982, f° 299.

46 Léopold Delisle, Actes normands…, no 84.

47 Ibid., no 184, p. 329.

48 Je remercie Thomas Jarry de m’avoir fourni les références de ces mentions.

49 Arch. dép. Calvados, 7 E 86, f° 78, 27 janvier 1382.

50 Ibid., fo 96 v°, 22 juin 1382.

51 Voir Michel de Boüard, Le château de Caen, p. 15 ; Léon Mirot, « Paiements et quittances de travaux… » ; Cécile Léon, Les sources de l’histoire des travaux au château de Caen…

52 BnF, ms fr. 26025, no 154, 1356 ; cité par Cécile Léon p. 15.

53 BnF, ms fr. 26025 no 1724, 28 janvier 1392 ; BnF, ms fr. 26054 no 1511, 18 février 1431 (pour ces références et les suivantes, voir le tableau des sources en annexe du DEA de Cécile Léon).

54 BnF, ms fr. 26032 no 3327, 21 mai 1402 ; BnF, ms fr. 26036 no 4132, 1er février 1408 ; Michel de Boüard, Le château de Caen, p. 147 (Arch. dép. Calvados, A 105, f° 95).

55 « […] l’ostel où demeure l’artilleur du roi » (Michel de Boüard, Le château de Caen, p. 147 ; BnF, ms fr. 26036, no 4132) ; BnF, ms fr. 26032 no 3327, 21 mai 1402 (quittance de charpentiers pour travaux aux maisons jumelles du château et à la maison de la garnison).

56 BnF ms fr. 26054 no 1511, 18 février 1431 (construction de deux fenêtres à la maison du portier, enlèvement d’une échauguette en ruine menaçant les maisons du donjon) ; BnF, ms fr. 26059, no 2502, 14 avril 1434 (1435 ns), Victor Hunger, Le siège et la prise de Caen, P.J. XVI (« maison du parleur d’emprès le donjon »).

57 Victor Hunger, Le siège et la prise de Caen, P.J. XXI, 16 avril 1142.

58 Ibid., P.J. XXIV, 17 mars 1444 ns.

59 Ibid., P.J. XXV, 11 avril 1444 ns.

60 Ibid., P.J. XXVI, 23 mars 1445 ns.

61 Gervais de La Rue, Essais historiques..., p. 89-90 (il s’appuie sur un acte du tabellionage de 1410).

Auteur

Université de Caen, CRHQ
Maître de conférences à l’université de Caen Basse-Normandie. Sa thèse sur Caen aux XIe et XIIe siècles. Espace urbain, pouvoirs et société, a été publiée (Paris, La Mandragore, 2000).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540