Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

IIe Partie. Mottes, châteaux et manoirs

Inventaires après décès et archéologie des séjours nobles

Données croisées dans la Normandie médiévale

Marie Casset

Texte intégral

  • 1 Jean-Marie Lescuyer et Jean-Michel Poisson, « Fonctions des pièces dans les châteaux bressans au X (...)

1Le croisement des données de l’archéologie médiévale avec celles qui sont contenues dans les inventaires après décès est un exercice déjà ancien et bien connu pour certaines régions du territoire métropolitain, en Bourgogne, Lyonnais, Genevois et Provence, en particulier1. Ces travaux ont amplement démontré les richesses et limites de ces sources dans leur rapport avec l’archéologie du bâti comme de la vie matérielle.

  • 2 Inventaire de Déville, Arch. dép. Seine-Maritime, G 438 ; inventaire de Gaillon, Arch. dép. Seine- (...)

2Les inventaires ne sont pas si fréquents en Normandie et il m’a semblé intéressant d’offrir à Anne-Marie Flambard Héricher une comparaison des trouvailles faites sur les sites d’habitat aristocratique avec les objets que dévoilent les inventaires mobiliers des résidences des archevêques de Rouen à Déville, Paris et Gaillon en 1388 et aux Andelys en 1493, ceux qui furent réalisés au manoir de Chailloué après la mort en 1416 de Blanche de Harcourt, veuve de Yves de Vieuxpont et de Chailloué, baron du Neubourg, et ceux qui furent réalisés à Quatremares lors de la confiscation des biens de la comtesse d’Artois en 13352.

3Les objets qui sont énumérés dans ces documents présentent un état de l’équipement du logis occupé, alors que la fouille met au jour les vestiges d’un édifice qui a été vidé de tous ses objets et meubles par les derniers occupants au moment de leur départ. Les sols d’occupation, les dépotoirs, les latrines ou les remblais ne révèlent que des objets égarés ou des fragments mis au rebut. Au-delà des artefacts qui ont été déménagés, l’inventaire dévoile l’existence d’objets en matériaux périssables, meubles, vaisselle d’étain et plus rarement de bois à moins qu’il ne soit exceptionnel, linge et vêtements, mais il ne signale ni la vaisselle de terre et de verre ni les luminaires fichés dans les murs.

4Le bâti n’est pas décrit non plus et les salles sont simplement nommées, mais certaines formulations et ce que l’on peut déduire du cheminement de ceux qui établissent l’inventaire révèlent l’existence d’espaces mal connus, en particulier les espaces intermédiaires ou annexes (galeries, garde-robes, « dressoirs »), mal identifiables dans les vestiges bâtis mis au jour par l’archéologie, parce que situés en élévation et souvent absorbés par des restructurations postérieures. Lorsque l’inventaire est effectué pièce par pièce, l’on peut jusqu’à un certain point restituer l’environnement mobilier des salles en fonction de leur usage dans le cérémonial, alors que l’archéologie n’en met au jour que des fragments d’éléments métalliques : clés, gonds, serrures et ferrures.

Dans l’intimité des cœurs et des corps

5C’est à l’inventaire de Chailloué que nous devons les plus riches informations, quelques fois confirmées par l’archéologie, sur ces nombreux objets plus ou moins imposants, en matériaux souvent précieux dont s’entourent ou se parent hommes et femmes du Moyen Âge finissant.

Les objets de la piété

  • 3 Certaines perles de corail ou d’os retrouvées en fouille pourraient provenir de chapelets.
  • 4 L’agnus dei est un médaillon rond ou ovale fait tous les sept ans à partir de la cire des cierges (...)

6La religiosité de feu la dame de Chailloué et de son époux éclate dans l’énumération des objets à vocation religieuse et liturgique que souvent l’on porte sur soi ou que l’on protège dans des coffrets. Il s’agit de deux pièces d’or qui « ont touche aux saintes reliques », d’au moins quatre chapelets (« patenostres », « fillez de patrenostres ») aux perles d’or, de corail ou d’os « toutes noires »3, de deux petites croix d’argent dorées, d’une bague dont le chaton émaillé porte l’image de saint Laurent, de plusieurs agnus dei qui n’ont pas été enchâssés dans un médaillon ou une monstrance4, et enfin d’un petit sac brodé (« bourcete faicte de point ») contenant des reliques en vrac (« bureletes qui ne sont point eschassees »). Pour le service des offices dans la chapelle, le mobilier liturgique est tout compte fait réduit : un calice démontable en trois parties, une petite sonnette, deux vases liturgiques (« vaisseaulx »), quatre bénitiers et un grand chandelier de fer. Cette religiosité familiale sans véritable ostentation a cependant développé de grands élans de pèlerinage dont il subsiste un bouquet de muguet (« muguelias ») rapporté de Saint-Jacques-de-Compostelle par le seigneur du lieu.

La parure

  • 5 Sandrine Berthelot, Jean-Yves Marin et Monique Rey-Delqué (dir.), Vivre au Moyen Âge. Archéologie (...)
  • 6 À Rubercy, les têtes des épingles sont ornées d’incisions : Claude Lorren, « Le château de Rubercy (...)

7Le décor du vêtement comme de ses accessoires est sans doute ce sur quoi les données de l’archéologie renseignent le mieux par les nombreux clous, rivets et plaques d’ornement de tôle d’argent, de bronze ou de cuivre, ornés d’incisions et qui peuvent avoir conservé leur placage en or5. Dans les inventaires, ces objets sont rarement mis en scène sur les vêtements, mais le plus souvent mentionnés à part, conservés dans des bourses (« bourcetes ») et des écrins de cuir bouilli ou enveloppés dans des tissus précieux. Il s’agit de boutons de perles ou d’argent, de « semence de perles », d’épingles (500 à Chailloué) qui sont habituellement gardées dans un petit sac (« peloton ») que la dame de Chailloué conserve dans un écrin « ferré » avec son miroir et qui servaient à ajuster les postiches de sa coiffure, ses voiles et coiffes6. À Chailloué ne sont inventoriés que les accessoires dotés d’une certaine valeur dont plusieurs ceintures garnies de plaques et de « roses » d’argent doré, de nombreux lacets (« esguiletes ») de soie terminés par des ferrets d’argent doré.

La toilette et la beauté

  • 7 La chaufferette est toujours associée à un bassin et il faut imaginer une espèce de brasero. J’ign (...)
  • 8 Sandrine Berthelot, Jean-Yves Marin et Monique Rey-Delqué (dir.), op. cit., p. 217 et 292.
  • 9 Claude Lorren, « Le château de Rubercy… », art. cité, p. 170.
  • 10 Vicomte de Blangy, Journal des fouilles de Saint-Vaast. Siège de 1356, Caen, Valin, 1889, pl. 94.
  • 11 Deux à Quatremares et quatre à Chailloué.
  • 12 Élisabeth Sirot, Noble et forte maison. op. cit., p. 100-101.
  • 13 Marie Leenhardt, Danièle Foy et alii, « L’évolution des vaisselles médiévales à Arles : l’exemple (...)
  • 14 Sandrine Berthelot, Jean-Yves Marin et Monique Rey-Delqué (dir.), Vivre au Moyen Âge, op. cit., p. (...)

8Si la présence d’étuves n’est pas attestée dans les sites que nous considérons, les soins de toilette et de beauté ne sont pas pour autant négligés et se déroulent dans la chambre tiédie par des chaufferettes (« chauffetez »)7. Notons l’existence de récipients spécialisés, mentionnés comme tels et qui doivent se distinguer par leur taille et leur forme adaptées à des fonctions précises : bassins de bronze pour apporter l’eau chaude (« couches d’airain a mettre eaue »), petit bassin pour se laver le visage (« petit basin a teste »), plat à barbe (« bassin a barbier » à Quatremares et aux Andelys). Les soins du corps continuent par des opérations de décrassage des dents, des oreilles et du nez et par l’épilation des poils et des cheveux en particulier pour les femmes qui tiennent à suivre la mode des fronts très dégagés et bombés. La dame de Chailloué dispose ainsi de deux curettes, l’une en or et l’autre en argent, pour se nettoyer les dents et les oreilles (« feurgetez a feurgier dens et orailles »). L’archéologie fournit de nombreux exemples de cet attirail, dans des matériaux certes moins précieux, le bronze, se présentant sous forme de plusieurs curettes suspendues à un anneau8. Les tiges peuvent être torsadées et ornées d’incisions en entrelacs9. La toilette se poursuit par la coiffure avec des peignes et, dans les logis nobles, ils sont en ivoire, comme celui mis au jour au château de Saint-Vaast-sur-Seulles10 et protégés par des étuis de cuir où ils côtoient des miroirs. L’étui de la dame de Chailloué contient deux peignes d’ivoire, une paire de ciseaux, un poinçon (« graveur ») et un miroir d’ivoire. Elle porte aussi un autre miroir attaché à la ceinture par une chaîne. La présence chez les dames de Quatremares et de Chailloué de « chapelles a eaue de rose » en plomb indique la fabrication à domicile et la consommation d’eau de rose11, réputée éclaircir le teint, freiner la chute des cheveux et soigner les affections oculaires. Ces alambics ne sont pas rares dans les inventaires12 et plus souvent en plomb qu’en terre cuite ou en verre, ils sont mieux connus dans la France du Sud où ils sont généralement mis au jour dans des contextes urbains ou monastiques13 ; en Normandie, on n’en connaît qu’un exemplaire réduit au chapiteau en terre cuite vernissée daté du XIVe siècle14. Tous ces soins du corps ne sont sans doute pas suffisants pour prévenir la maladie et à Chailloué on tient à des protections d’un niveau supérieur rassemblées dans une bourse de drap d’or ; les deux pièces d’or qui ont « touché aux saintes reliques » voisinent avec « la bonne pierre », « deux petitez piesses de liquorne », un « anel d’argent ou il y a de la liquorne » et une « pierre rouse a guerir du fleu de ventre ».

Les distractions

  • 15 Claude Lorren, « Le château de Rubercy… », art. cité, p. 170.

9Je suis portée à inclure la couture et la broderie dans les distractions de la dame de Chailloué. Elle possède deux dés (« deel »), un d’argent et l’autre de cuivre, et un crochet d’argent monogrammé de son initiale, B. Cette caractéristique n’a été que rarement attestée sur les ustensiles de couture mis au jour sur tous les types de sites, à l’exception d’un dé monogrammé d’un H mis au jour sur le site de la maison forte de Rubercy15. La dame de Chailloué ne coud et ne brode pas seulement pour elle et sa maisonnée, ses travaux alimentent les cadeaux entre femmes qu’elle-même reçoit comme cette « bource faicte aux mestiers que mademoyselle de Serquigny » lui donna. Les pièces de jeu (échecs, tables) sont souvent retrouvées en fouille en particulier sur les sites d’habitat noble. Ces dés et jetons circulaires en os ou bois de cerf gravés de motifs géométriques ne sont pas mentionnés dans les inventaires à cause sans doute, dans les cas qui nous concernent, de leur faible valeur. En revanche les supports du jeu sont inventoriés avec précision pour leur caractère précieux et leur fabrication exceptionnelle ; à Paris chez l’archevêque de Rouen et à Chailloué on joue sur des tables à « esches » en cyprès et à abattants (« a chinieres brisans », « fermant a couplez »).

  • 16 L’inventaire de la maison forte de la Bathie Dardel en 1350 signale une javeline et cinq épieux «  (...)

10Les armes et objets liés à la chasse, à proprement parler, ont laissé peu de traces dans le matériel archéologique à moins de considérer que les innombrables pointes de flèches et lames de coutelas et les rares épieux mis au jour en soient les témoins communs aux activités militaires propres à la noblesse16. L’absence dans les inventaires de tout objet lié à la chasse n’est pas surprenante chez les prélats, qui n’ont en principe pas le droit de chasser, elle est en revanche plus difficilement explicable à Chailloué où ne sont signalées qu’une « dague garnie d’argent doré », une gibecière de « toille » et cinq paires de grelots (« sonnetes ») à faucon. La dame de Chailloué n’aurait conservé près d’elle que les instruments propres aux chasses féminines, la chasse au vol, et les armes de chasse de son défunt époux seraient revenues à son fils après la mort d’Yves de Vieuxpont. C’est ainsi qu’il faut sans doute interpréter l’absence d’armes de guerre dans ce manoir occupé par une veuve.

  • 17 Guimbarde de Cany-Barville (XIVe-XVe siècles) : Patrick Halbout, Christian Pilet et Catherine Vaud (...)

11De la même façon, l’absence d’instruments de musique est étonnante. On comprend seulement que l’inventaire néglige, s’ils existent, les instruments modestes et ordinaires de métal (guimbarde) et de terre cuite ou d’os (flûte) assez bien connus par l’archéologie17.

À la table et à la cuisine

  • 18 Deux écuelles d’étain à Cany-Barville, Patrick Halbout, Christian Pilet et Catherine Vaudour, Corp (...)

12La vaisselle de métal, de fer, étain, bronze et cuivre ou de métal précieux est rarement retrouvée, on imagine aisément qu’elle a été l’objet de refonte et l’on sait bien que l’étain, souvent utilisé, se désintègre dans le sol. Il existe cependant de rares exemples de récipients métalliques mis au jour, pour la plupart sur des sites d’habitat noble18.

À table

  • 19 Vicomte de Blangy, Journal des fouilles de Saint-Vaast, op. cit., pl. 31-fig. 2.

13À Chailloué, avant de passer à table, on présente aux convives deux petits bassins « a laver mains sur table » et sur la nappe sont disposées des tasses en argent (10), deux paires de petits couteaux pliants (« a vereulles d’argent ») que l’on peut rapprocher de ceux de Saint-Vaast-sur-Seulles dont un possédait un manche d’ivoire19. Le service est fait dans des plats (15 grands, 24 petits) et des écuelles en étain (8 douzaines). Si les verres à boire sont exceptionnellement mis au jour, les inventaires ne les mentionnent pas plus et à Chailloué on ne signale qu’un hanap « de madre » à « pié d’argent dore », suffisamment précieux pour être conservé dans un étui. Il faut sans doute ajouter à ce service de table une petite cuillère en argent, deux paires de couteaux et cinq salières en étain.

À la cuisine

  • 20 Danièle Alexandre-Bidon, Une archéologie du goût. Céramique et consommation, Paris, Picard, 2005, (...)
  • 21 9 « paelles » de bronze et 3 « paelles » de fer à Chailloué ; 5 grandes « paelles », 6 petites « p (...)
  • 22 4 pots de cuivre à Paris ; 8 pots de cuivre à Chailloué ; 8 pots de cuivre et 5 pots de bronze à Q (...)

14C’est le lieu de toutes les opérations qu’énumèrent les recueils de recettes (bouillir, rôtir, tremper, étuver, braiser) qui précisent quelque fois comment certaines cuissons en deux étapes doivent alterner un récipient métallique puis un pot de terre20. Ces pots de terre (oules, coquemars, marmites, lèchefrites, plats, jattes), leurs formes, leur décor, leur contenance et les modalités d’utilisation sont bien connus et analysés alors que les récipients métalliques ont pratiquement disparu du paysage archéologique où les écuelles et pichets en étain ou chaudrons et brocs de bronze se comptent sur les doigts de la main. Les inventaires en revanche, les révèlent nombreux et divers par la taille et le degré d’usure qui sont généralement précisés, par la présence ou non de pieds, d’une queue, d’anneaux de préhension ou d’anses et de couvercles. Il s’agit de « paelles » de bronze ou de fer21, de « paelle perchee a couller poix », de pots de cuivre, d’étain et de bronze22, de marmites (6 « chaudieres » à Quatremares), de fers à gaufres (Quatremares), de lèchefrites de fer ou de bronze qui ne doivent pas être très différentes de leurs sœurs en terre cuite vernissée bien connues par les fouilles, de chopines et pintes rondes et carrées le plus souvent en étain. À Chailloué, on confectionne la moutarde dans un moulin et elle est ensuite conservée dans un pot qui lui est spécialement destiné.

  • 23 Des fragments de broches et de crémaillère ont été mis au jour à Saint-Vaast-sur-Seulles (XIVe siè (...)

15La cheminée de la cuisine est dotée de landiers ou de chenets de fer, de trépieds (2 à Quatremares), de grills (2 à Paris, 2 à Chailloué, 4 à Quatremares), et comme l’archéologie ne le confirme que rarement de rôtissoires (Andelys), de broches de fer et d’un « tournoer » (Quatremares)23.

  • 24 Sandrine Berthelot, Jean-Yves Marin et Monique Rey-Delqué (dir.), Vivre au Moyen Âge, op. cit., p. (...)

16Les couverts de cuisine sont généralement absents des inventaires, et si on le comprend pour des instruments comme les cuillères en bois très ordinaires, l’affaire est plus étonnante pour les couverts de métal à l’exception des deux « fourches de fer » mentionnées à Paris que l’on peut rapprocher de celle de Saint-Vaast-sur-Seulles et de la fourchette à chaudron à la tige torsadée et terminée à une extrémité par un anneau et à l’autre par deux dents pointues rentrantes mise au jour à Grentheville24. Dans la cuisine ou ses annexes, des pots et bassins de bronze sont précisément mentionnés comme destinés à la lessive (Quatremares, Andelys).

Le cadre matériel

Les espaces annexes dans le logis

  • 25 John Blair, « Hall and chamber: English Domestic Planning (1000-1250) », dans Gwen Meirion-Jones e (...)

17Il ne s’agit pas ici de reprendre avec force détails une description architecturale des salles nobles (grande salle, chambre) à usage des occupants du manoir, mais plutôt d’extraire des inventaires des informations concernant des dispositifs de passage et certaines annexes à vocation domestique ou intime, que l’archéologie sédimentaire comme l’archéologie du bâti ne peuvent que rarement déceler. Le cheminement suivi par les scribes chargés de l’inventaire du manoir des archevêques de Rouen à Déville en 1388 laisse bien percevoir l’organisation interne d’un bâtiment dont l’étage est dévolu au logement des prélats. Au débouché de l’escalier extérieur, se déploient d’un côté la grande salle d’apparat (« tinel ») prolongée par les deux chambres de l’archevêque (« chambre de parement », « chambre ») et une chapelle privée (« chapelle de haut ») et de l’autre côté deux pièces de service (« despense », « drecheur ou on dreche la viande ») où l’on parfait la présentation des plats provenant de la cuisine. Ces deux pièces ouvrent sans doute sur la galerie (« allee ») qui unit le bâtiment du « tinel » à la cuisine élevée un peu à l’écart. La vraisemblance de cette restitution est fondée sur des dispositifs identiques attestés dans certaines résidences de grands laïcs ou ecclésiastiques en particulier en Angleterre, où l’on a observé, à partir de la fin du XIIe siècle, l’installation à une extrémité de la grande salle (lower end) de petites pièces de service plus ou moins isolées de la salle et communiquant avec les bâtiments du pôle domestique25.

18D’autres espaces annexes émergent des inventaires, les garde-robes. Ces pièces sont mentionnées immédiatement après la chambre la plus privée (« chambre ou gesoit led. archevesque » à Paris, « chambre ou couchait mond. Sr. de Rouen » aux Andelys). On y dispose la chaise percée (« chaiere perchee » à Gaillon) et elles sont meublées de coffres et d’armoires (« huche » et « aumaire » à Paris) où l’on conserve la literie.

L’apparat des salles seigneuriales

19La solennité des salles seigneuriales n’est pas à rechercher seulement dans leurs dimensions en longueur et en élévation ou leurs fenêtres à vitraux, mais aussi dans les meubles, en particulier les meubles d’apparat qu’on y dispose. Il ne faudra retenir ici que les plus remarquables et les inventaires archiépiscopaux en fournissent de bons exemples à Déville, Gaillon, Paris et aux Andelys. Les contenants sont nombreux, peu variés et signalés sans grandes précisions à l’exception de leur taille. Alors que les coffres et les huches sont d’un usage universel, la présence d’un type de meuble à la mode signale un niveau certain d’aisance et de volonté d’ostentation, l’armoire (« aumaire ») de la chambre à coucher parisienne qui ferme à clé.

20Deux salles se distinguent nettement par la présence d’un mobilier quasiment identique et d’un grand prestige : la grande salle (« tinel ») et la chambre de parement. Outre une ou plusieurs tables et leurs tréteaux et des bancs dont certains sont sur une estrade (« marchepied »), on y dispose des chaises à dossier ouvragé (« a dos ouvre »), des dressoirs (« drecheur ») sculptés où l’on expose la vaisselle précieuse. C’est dans la relative intimité de la chambre de parement parisienne que se trouvent des petits meubles précieux (« table a chinieres brisans ») et que l’on joue aux échecs sur la « table de cypres à esches ». Enfin c’est dans le calme de sa chambre de retrait que l’archevêque lisait, le livre déposé sur un « lutring ».

  • 26 Claude Lorren, « Le château de Rubercy… », art. cité, p. 109-178.

21L’archéologie ne met au jour que des vestiges infimes, fragments souvent peu identifiables de serrures, de ferrures et d’ornements métalliques provenant de ces meubles. Le nombre des clés mises au jour sur un site noble tout au long de son occupation est largement inférieur à celui que laissent soupçonner les inventaires pour un épisode donné. Aux Andelys en 1398, on peut compter au moins 30 clés dont 13 pour des grands contenants (coffres, « aumaires », dressoir, autel, assise de chaise) et 17 clés de porte correspondant aux pièces inventoriées du manoir. L’inventaire de Chailloué laisse ignorer les salles mais on connaît au moins 10 coffrets et écrins fermant sans doute à clé. La confrontation de l’inventaire des Andelys avec deux sites archéologiques permet d’évaluer le degré de fuite des informations suivant qu’il y eut déménagement ou abandon brutal. Dans la haute cour du château de Saint-Vaast-sur-Seulles ravagée par le siège de 1356 et jamais réoccupée par la suite, les fouilles ont mis au jour un nombre de clés, tout compte fait, comparable à celui des Andelys, 27 dont une petite clé de coffret et une très grande. En revanche le sol de la maison forte de Rubercy occupée entre 1150 et 1204 n’a donné que 4 clés de fer identifiées comme des clés de coffre26. Ce petit nombre de clés pourrait être aussi l’indice qu’à cette date on utilise peu les serrures pour tenir les portes fermées.

Le confort

  • 27 Sandrine Berthelot, Jean-Yves Marin et Monique Rey-Delqué (dir.), Vivre au Moyen Âge, op. cit., p. (...)
  • 28 Ibid., p. 119.

22Le confort des salles d’apparat et des pièces plus privées est obtenu par de nombreuses tapisseries, tentures et « chambres » énumérées dans les inventaires et abondamment représentées par l’iconographie. D’autres éléments surviennent çà et là, tel ce paravent ou pare-feu d’osier (« escrain ») chez l’archevêque de Rouen à Paris. L’archéologie et les sources écrites se rejoindraient dans la relative ignorance où elles nous laissent en ce qui concerne l’éclairage. Le manoir de Chailloué est doté de 19 chandeliers de fer (5 à double mèche, 7 sans mèche et 7 petits) que la formulation ne permet pas de rapprocher des bougeoirs et des chandeliers zoomorphes en bronze conservés au musée de Rouen, ni davantage des chandeliers à broche en fer mis au jour sur de nombreux sites autant nobles que non nobles (village abandonné de Saint-Ursin, château de Saint-Vaast-sur-Seulles)27. Il faut sans doute envisager de nombreux dispositifs d’éclairage en terre cuite, aux formes plus ou moins sophistiquées, comme cette lampe à huile en terre cuite glaçurée en forme de bélier mise au jour au château de Bretoncelles28.

  • 29 Patrice Beck, Une ferme seigneuriale au XIVe siècle. La grange du Mont (Charny, en Côte-d’Or), Par (...)
  • 30 Jules Félix (éd.), Inventaire de Pierre Sureau, receveur général de Normandie, Rouen, A. Lestringa (...)

23Ces inventaires croisés ont révélé l’abondance et souvent la richesse de l’équipement matériel des maisons nobles et cela est généralement considéré comme caractéristique du cadre de vie de l’aristocratie à tous les niveaux. Il convient cependant d’apporter quelques nuances dans la mesure où de tels équipements, dans leurs grandes lignes, sont constatés et par l’archéologie et dans les sources écrites à propos de sites non nobles comme à la grange du Mont en Côte-d’Or, où un mobilier métallique très abondant a été mis au jour et il ne s’agit pas seulement d’outils29. Le très riche inventaire établi en 1435 après le décès de Pierre Sureau ne le cède en rien à ce que l’on constate dans les maisons de la plus haute aristocratie30. L’« orloge sonnante toute fournie » du manoir de Chailloué comme le sceau de la dame du lieu ne peuvent pas non plus être considérés comme des indices suffisants. En revanche, les maisons seigneuriales détiennent d’indiscutables signes de la noblesse de leurs tenants, certains que l’archéologie peut dévoiler tels les éperons dorés du seigneur de Chailloué, d’autres que le temps fait disparaître, les deux « estendars aux armes de Monsr de Vieupont » et une « baniere semblable des diz estendars ». Au-delà de la vaisselle cassée, les inventaires restituent l’atmosphère bruyante et chaude de la cuisine, l’intimité émouvante de la chambre et l’apparat impressionnant de la grande salle.

Notes

1 Jean-Marie Lescuyer et Jean-Michel Poisson, « Fonctions des pièces dans les châteaux bressans au XIVe siècle : l’apport des textes pour l’archéologie », dans Jean-Michel Poisson dir., Le château médiéval forteresse habitée (XIe-XVIe siècle). Archéologie et histoire : perspective de la recherche en Rhône-Alpes, Paris, DAF, 1992 ; Françoise Piponnier, « Vivre noblement en Bourgogne au XIVe siècle », Mélanges d’archéologie et d’histoire médiévales en l’honneur du doyen Michel de Boüard, Genève, Droz, p. 309-318 ; Élisabeth Sirot, Noble et forte maison. L’habitat seigneurial dans les campagnes médiévales du milieu du XIIe au début du XVIe siècle, Paris, Picard, 2007, p. 177-189 ; Christine Barnel et Henri Bresc, « La maison et la vie domestique : l’apport des inventaires », Matériaux pour l’étude de la vie domestique et de la culture matérielle en Provence aux derniers siècles du Moyen Âge, Paris, « Cahiers du Centre d’études médiévales », 13, 1993, p. 7-46.

2 Inventaire de Déville, Arch. dép. Seine-Maritime, G 438 ; inventaire de Gaillon, Arch. dép. Seine-Maritime, G 9 fos 7vo -8 ; inventaire des Andelys, Arch. dép. Seine-Maritime, G 865 ; inventaire de Paris, Arch. dép. Seine-Maritime, G 9. Charles de Beaurepaire (éd.), Inventaire du château de Chailloué (Orne) en 1416, Rouen, Société des bibliophiles normands, 1866 ; « Inventaire des biens de Jeanne comtesse d’Artois en 1335 à Quatremares », dans Léopold Delisle, Actes normands de la Chambre des comptes sous Philippe de Valois (1328-1350), Paris, A. le Brument, 1871.

3 Certaines perles de corail ou d’os retrouvées en fouille pourraient provenir de chapelets.

4 L’agnus dei est un médaillon rond ou ovale fait tous les sept ans à partir de la cire des cierges pascals des basiliques romaines. Sur une face figurent l’année et le nom du pape qui l’a bénit et sur l’autre des figures de saints ou les armoiries du pape.

5 Sandrine Berthelot, Jean-Yves Marin et Monique Rey-Delqué (dir.), Vivre au Moyen Âge. Archéologie du quotidien en Normandie (XIIIe-XVe siècle), catalogue de l’exposition du même nom (musée de Normandie, Caen, 2002), Caen, 2002, p. 206-207, 211-214, 219-220, 223, 288 et 290-293. Anne-Marie Flambard Héricher, « Aspects de la vie quotidienne : les apports de l’archéologie », La Normandie au XVe siècle. Art et histoire, actes du colloque du même nom (Saint-Lô, 1998), Saint-Lô, Archives départementales de la Manche, 1999, p. 105-129.

6 À Rubercy, les têtes des épingles sont ornées d’incisions : Claude Lorren, « Le château de Rubercy (Calvados) c. 1150-1204 », Archéologie médiévale, VII, 1977, p. 109-178 (p. 170).

7 La chaufferette est toujours associée à un bassin et il faut imaginer une espèce de brasero. J’ignore comment se présentent dans les détails les « deux chauffetes à la nouvelle facon ».

8 Sandrine Berthelot, Jean-Yves Marin et Monique Rey-Delqué (dir.), op. cit., p. 217 et 292.

9 Claude Lorren, « Le château de Rubercy… », art. cité, p. 170.

10 Vicomte de Blangy, Journal des fouilles de Saint-Vaast. Siège de 1356, Caen, Valin, 1889, pl. 94.

11 Deux à Quatremares et quatre à Chailloué.

12 Élisabeth Sirot, Noble et forte maison. op. cit., p. 100-101.

13 Marie Leenhardt, Danièle Foy et alii, « L’évolution des vaisselles médiévales à Arles : l’exemple du dépotoir des Prêcheurs », Archéologie du Midi médiéval, XIV, 1996.

14 Sandrine Berthelot, Jean-Yves Marin et Monique Rey-Delqué (dir.), Vivre au Moyen Âge, op. cit., p. 152 et 272-273.

15 Claude Lorren, « Le château de Rubercy… », art. cité, p. 170.

16 L’inventaire de la maison forte de la Bathie Dardel en 1350 signale une javeline et cinq épieux « ferres en lance » : Élisabeth Sirot, Noble et forte maison, op. cit., p. 181. C’est sans doute un épieu qui a été mis au jour à Saint-Vaast-sur-Seulles : vicomte de Blangy, Journal des fouilles de Saint-Vaast. Siège de 1356, Caen, Valin, 1889, pl. 136-fig. 5.

17 Guimbarde de Cany-Barville (XIVe-XVe siècles) : Patrick Halbout, Christian Pilet et Catherine Vaudour, Corpus des objets domestiques et des armes de fer de Normandie, Caen, « Cahier des Annales de Normandie », no 20, 1986, p. 212. Flûte en os mise au jour à Grentheville (XIIIe-XVe siècle), Sandrine Berthelot, Jean-Yves Marin et Monique Rey-Delqué (dir.), Vivre au Moyen Âge, op. cit., p. 230 et 294.

18 Deux écuelles d’étain à Cany-Barville, Patrick Halbout, Christian Pilet et Catherine Vaudour, Corpus des objets domestiques…, op. cit., p. 213 ; un chaudron de bronze au « Vieux Château » de Vatteville-la-Rue : Anne-Marie Flambard Héricher, « Aspects de la vie quotidienne… », art. cité, p. 114 ; une cruche à couvercle en étain et deux brocs tripodes en bronze de provenance incertaine, quatre assiettes en étain provenant de Duranville (27), trois marmites tripodes en bronze : Sandrine Berthelot, Jean-Yves Marin et Monique Rey-Delqué (dir.), Vivre au Moyen Âge, op. cit., p. 153, 187-189 et 273, 281-282.

19 Vicomte de Blangy, Journal des fouilles de Saint-Vaast, op. cit., pl. 31-fig. 2.

20 Danièle Alexandre-Bidon, Une archéologie du goût. Céramique et consommation, Paris, Picard, 2005, p. 48-51.

21 9 « paelles » de bronze et 3 « paelles » de fer à Chailloué ; 5 grandes « paelles », 6 petites « paelles » de bronze et 1 « paelle » de fer à Quatremares.

22 4 pots de cuivre à Paris ; 8 pots de cuivre à Chailloué ; 8 pots de cuivre et 5 pots de bronze à Quatremares.

23 Des fragments de broches et de crémaillère ont été mis au jour à Saint-Vaast-sur-Seulles (XIVe siècle) et Grimbosq (XIe-XIIe siècles), Patrick Halbout, Christian Pilet et Catherine Vaudour, Corpus des objets domestiques…, op. cit., p. 213-214.

24 Sandrine Berthelot, Jean-Yves Marin et Monique Rey-Delqué (dir.), Vivre au Moyen Âge, op. cit., p. 154 et 273. Vicomte de Blangy, Journal des fouilles de Saint-Vaast, op. cit., pl. 166-fig. 2.

25 John Blair, « Hall and chamber: English Domestic Planning (1000-1250) », dans Gwen Meirion-Jones et Mikael Jones (dir.), Manorial and Domestic Buildings in England and Northern France, Londres, The Society of Antiquaries of London, « 15 of Occasionnal Papers », 1993, p. 1-21.

26 Claude Lorren, « Le château de Rubercy… », art. cité, p. 109-178.

27 Sandrine Berthelot, Jean-Yves Marin et Monique Rey-Delqué (dir.), Vivre au Moyen Âge, op. cit., p. 144-147 et 270 ; Anne-Marie Flambard Héricher, « Aspects de la vie quotidienne… », art. cité, p. 119.

28 Ibid., p. 119.

29 Patrice Beck, Une ferme seigneuriale au XIVe siècle. La grange du Mont (Charny, en Côte-d’Or), Paris, DAF, 1989.

30 Jules Félix (éd.), Inventaire de Pierre Sureau, receveur général de Normandie, Rouen, A. Lestringant, 1892.

Auteur

Maître de conférences en histoire et archéologie médiévales à l’université de Bretagne-Sud (Lorient), mène des recherches sur l’habitat et le cadre de vie de la noblesse au Moyen Âge. A publié Les évêques aux champs. Châteaux et manoirs des évêques normands au Moyen Âge, Caen, PUC, 2008.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540