Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

IIe Partie. Mottes, châteaux et manoirs

Un manoir seigneurial de l’abbaye de Fécamp, la maison forte d’Écretteville-lès-Baons

Pascal Pradié

Texte intégral

Façade occidentale.

  • 1 C’est à dessein que nous désignerons ainsi dans un premier temps la maison forte d’Écretteville. Q (...)
  • 2 Bulletin de la commission des antiquités de la Seine-Maritime XXX, 1974-1975, p. 48, XXXII, 1978-1 (...)

1Lorsqu’au tournant du XXIe siècle la maison forte d’Écretteville, plus connue sous le nom de manoir du Catel1, fut acquise par son nouveau propriétaire, cet acte, à une date éminemment symbolique, devait la tirer à tout jamais de l’oubli et de l’abandon qui la menaçaient depuis plusieurs années2. En effet, un programme exemplaire de restaurations, animé par la ténacité, l’énergie et un très réel respect du monument, allait contribuer à rendre à cet ensemble unique sa beauté originelle en dépit des pertes accumulées au cours des siècles. Avec l’art des formules qui le caractérise, son propriétaire se plaît aujourd’hui à présenter le Catel sous une triple identité : rural par son implantation, monacal par son histoire et son origine, et enfin féodal par son architecture qui n’est rien d’autre que la traduction dans la pierre de la société à laquelle appartenait naguère ce lieu.

2Cette triple identité orientera notre réflexion ; tout d’abord nous envisagerons l’aspect rural de l’implantation du Catel, au sens étymologique du terme, c’est-à-dire l’histoire et l’étendue de son patrimoine foncier. L’aspect monacal guidera ensuite nos pas pour nous intéresser à la personne des deux abbés de Fécamp qui dirigeaient alors l’abbaye au XIe siècle et au milieu du XIIIe siècle, enfin l’aspect féodal nous permettra, au-delà de la façade aujourd’hui restaurée, d’imaginer quel aspect le Catel présentait au moment de la guerre de Cent Ans.

Essai de reconstitution du patrimoine foncier primitif

  • 3 Citons principalement Léon Fallue, Histoire de la ville et de l’abbaye de Fécamp, Rouen, 1841, p.  (...)
  • 4 The Gesta Normannorum Ducum of William of Jumièges, Orderic Vitalis and Robert of Torigni, éd. Eli (...)
  • 5 Du Monstier, Neustria Pia, Rouen, 1663, p. 208.
  • 6 Dom Pommeraye, Sanctae Rotomagensis ecclesiae concilia, 1677, p. 60-61.

3L’examen des sources écrites confrontées à la topographie et à la toponymie actuelles nous aidera dans notre démarche. Précisons avant toute chose qu’à la fin du XIXe siècle les historiens3 de Fécamp ont littéralement inventé de fausses origines aux terres dépendantes de l’abbaye, à commencer par la terre d’Écretteville-lès-Baons, en s’appuyant sur les Gesta Normannorum Ducum de Guillaume de Jumièges4 qui n’en parle d’ailleurs pas. Léon Fallue va même jusqu’à citer le cartulaire de l’abbaye à l’appui de ses dires, pour la date de 995 qu’il annonce, les trois cartulaires sont muets, les mentions de la terre d’Écretteville étant plus tardives. La seule explication plausible pour tenter de comprendre le raisonnement et les affirmations de Fallue réside dans la discussion qui a existé au XVIIe siècle entre l’auteur de la Neustria Pia, Du Monstier5, et dom Pommeraye6, l’auteur des Sanctae Rotomagensis ecclesiae concilia, à propos de la Chronique de Fécamp du manuscrit 528, notamment des donations de Richard Ier de 990. Dom Mabillon se rallia au point de vue de Du Monstier, et dom Pommeraye et Fallue semblent leur avoir emboîté le pas sur un sujet passablement controversé aujourd’hui encore.

  • 7 Confirmée au palais de Fécamp en août 1025, voir Marie Fauroux, Recueil des Actes des ducs de Norm (...)
  • 8 Toutes les mentions diplomatiques rencontrées désignent Écretteville-lès-Baons de diverses manière (...)
  • 9 « […] aecclesiam Scrotivillae et aliquid terrae arabilis » (Marie Fauroux, ibid., no 9, p. 79-81).
  • 10 « […] et in Scrutavilla duos hospites » (ibid. no 52, p. 165-168).
  • 11 « […] dedi autem terram quae Scrotvilla dicitur cum omnibus appendiciis », (ibid. no 85, p. 223-22 (...)

4Si l’on veut bien s’en tenir aux sources manuscrites, les premières mentions diplomatiques d’Écretteville apparaissent dans une charte de Richard II du 30 mai 10067, jour de l’Ascension, par laquelle il concède à l’abbaye « l’église d’Écretteville8 et quelques terres labourables »9. La seconde mention figure dans une autre charte de Richard II, destinée cette fois à l’abbaye Saint-Wandrille. Datée de 1025-1026, Richard II énumère les dons faits à l’abbaye par son père le duc Richard Ier, parmi lesquels figurent « deux hôtes à Écretteville »10. Et en 1032-1035, Robert le Magnifique accorde ou restitue un certain nombre de terres dont « la terre dite d’Écretteville avec toutes ses dépendances »11. Telles sont les premières mentions qui apparaissent concernant Écretteville. Est-il besoin de préciser qu’il n’est encore nullement question d’un manoir au sens actuel du terme à cette époque ? Il est toutefois intéressant de remarquer que la mention des deux hôtes traduit le peuplement progressif des premiers essarts avant même la constitution d’un village pendant le règne de Richard II. Quant à l’église dont parle la charte de 1006, il est fort probable qu’il s’agisse d’une petite église dépendant désormais de la juridiction ecclésiastique de Fécamp. En effet, ces hôtes sont des hommes étrangers au domaine venus offrir à titre d’hôtes leurs services. Ces hommes seront installés à la lisière des zones cultivées à la limite de la forêt.

  • 12 Nous avons inventorié systématiquement outre les chartes royales (ADSM 7 H 11), les trois cartulai (...)
  • 13 Lucien Musset, « L’aristocratie normande au XIe siècle », La noblesse au Moyen Âge (XIe-XVe siècle (...)
  • 14 Archives départementales de la Seine-Maritime (ADSM), 7 H 9 f° 57 r° (habemus unum campum…).
  • 15 ADSM, 7 H 9 f° 57 r° (habemus totum heditagium…).

5Mais c’est le cartulaire12 de Fécamp de 1324 qui nous fournit des renseignements intéressants et inédits, consacrant ainsi plusieurs pages à Écretteville. Ces énumérations fonctionnent à la manière d’un terrier où les limites de propriétés sont parfaitement précisées, tout comme le nom du vendeur, les redevances attachées à la terre et la date de l’achat. Ainsi trouve-t-on au fo 57 vo, dans une charte datée de décembre 1053, la première mention d’un propriétaire nommé Jean Warinier. Cet acte le désigne comme amicer, déformation d’armiger, c’est-à-dire homme d’armes, qui appartenait à une petite aristocratie locale13, Le texte précise que l’abbaye possède « un champ situé entre la terre de Guillaume Buruel, la terre du seigneur de Bermonville et la terre de Michel Pomier qui touche celle de Guillaume Beur »14. Puis viennent sur ce même folio deux autres actes de peu postérieurs où il est question de « jardins plantés d’arbres »15. Au fo 104 ro, il est désormais question en janvier 1068 de la paroisse d’Écretteville où l’abbaye possède un champ délimité par celui de Renauld Duchamp et de Jean Malviel et par un bois de chêne qu’a vendu Renauld du Bosc.

  • 16 Vaumare, commune de Cleuville et Ancourteville-sur-Héricourt (76).
  • 17 ADSM, 7 H 9 f° 104 v° (item quoddam masnagium…).
  • 18 Lucien Musset, « La vie économique de l’abbaye de Fécamp sous Jean de Ravenne », L’abbaye bénédict (...)

6Entre 1053 et 1072 l’abbaye de Fécamp a procédé à seize achats de terres, le cartulaire fournissant d’utiles détails sur les noms des propriétaires limitrophes. Ainsi voit-on toujours les mêmes noms revenir : Guillaume Roscelin, Guillaume du Val, Jean Engrelart, Guillaume Buruel, Jean Roscelin, Jean Malviel, Jean Garnier, Jean de Vaumare16 Guillaume des Prés et Renault du Bosc. C’est ce dernier qui doit retenir un instant notre attention car c’est précisément lui que l’on voit céder aux moines de Fécamp le plus de terres à Écretteville entre 1068 et 1072. De plus, parmi ces achats, relevons, dans un acte de janvier 1063, la mention suivante : « une tenure avec un jardin et trois acres de terre dans la paroisse d’Écretteville parce que le manoir et le jardin sont établis entre le manoir (manerium) de Guillaume du Val d’une part et touche d’autre part à Guillaume Roscelin »17. On est dès lors en mesure de mieux comprendre cette politique d’achats opérée par l’abbaye de Fécamp qui cherchait à augmenter la réserve foncière de sa curtis d’Écretteville-lès-Baons. Remarquons enfin que les donations ducales de Richard I et de Richard II sont toutes, à l’origine, prélevées sur le domaine direct des ducs18 ; les terres cédées étant essentiellement situées à la périphérie du domaine ducal.

  • 19 Lorsque vers le milieu du XIIe siècle le terme villa perd dans l’usage courant sa signification d’ (...)
  • 20 Jacques Le Maho, « Parcs et courtils, observations sur l’environnement des châteaux de pierre et d (...)
  • 21 Jacques Le Maho, Un domaine normand du XIe au XIIe siècle, Gravenchon, fief des comtes d’Évreux, R (...)
  • 22 Sur l’actuelle commune de Rouville-Bielleville (76).
  • 23 Avec Renault du Bosc, on assiste à l’apparition d’une nouvelle classe sociale, les « chevaliers de (...)
  • 24 Qui appartient en 1035 à Roger de Toëny ; sur la terre des Toëny-Breteuil voir Jacques Le Maho, «  (...)
  • 25 François de Beaurepaire, Les noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, (...)
  • 26 Les chesnaies sont très souvent mentionnées dans les actes du cartulaire.

7De cet inventaire du cartulaire pour la seconde moitié du XIe siècle nous déduisons que l’abbaye de Fécamp possédait un manerium à Écretteville, celui-ci n’étant rien d’autre que le centre d’une exploitation rurale d’un domaine, la curtis, car tel est bien le sens de manerium19 pour cette époque. Mais nous serions tenté de situer cette politique d’achat dans un cadre plus vaste encore en lien avec l’implantation des premières grandes seigneuries laïques ou ecclésiastiques dans le pays de Caux. De l’examen des toponymes conservés aujourd’hui par la carte topographique IGN et qui entourent l’actuel village d’Écretteville-lès-Baons, il nous semble possible d’entrevoir l’existence d’un domaine très précis si l’on se réfère à l’étude consacrée par Jacques Le Maho20 en 1980 à plusieurs témoins anciens tels que les sites de Valmont, Gravenchon21 ou Hallebosc22. Ainsi le parc d’un château ou d’un manoir n’est pas autre chose que l’ensemble des terres de pâtures et des bois destiné à assurer les ressources d’un domaine. Sa superficie peut donc être très étendue. L’importance d’un parc est telle que son lien avec le paysage a pu laisser aujourd’hui encore des empreintes visibles. Pour ce qui est d’Écretteville, on constate que plusieurs seigneuries imposent leurs limites aux quatre coins cardinaux : au nord le fief de Bermonville, à l’est le domaine de Renault du Bosc23 (aujourd’hui le hameau de Bosc-Renault), au sud l’importante seigneurie de Valliquerville24 et à l’ouest celle de Cléville. Les toponymes traduisent presque tous la présence de la forêt : ainsi au nord-est, le bois Delavigne puis le bois de Renault (Bosc-Renault), au sud-est, le bois des Carrières, et la ferme de La Londe, la londe signifiant une forêt déjà essartée ; Yclon25 au sud-ouest désigne un bois de chênes26. Enin à l’ouest, le lieu-dit Le Bosquet puis le hameau de La Faute, dont le nom provient de fagi, faus puis fous qui signifie « le hêtre ». Ainsi, en suivant sur la carte ces différents lieux on parvient sans peine à tracer autour d’Écretteville-lès-Baons une vaste circonférence qui nous donne les limites du parc du manoir gagné progressivement sur la forêt. Les bois périphériques, les haies ou les bosquets généralement situés sur les éminences du terrain pouvant servir de porcheries ou de parc à gibier.

Tracé du grand essart ovalaire autour d’Écretteville.

À gauche, la disposition des courtils de part et d’autre d’un axe principal. À droite, contigu à l’église, l’emplacement présumé du manerium de Robert d’Écretteville.

  • 27 Lucien Musset, « Essai sur le peuplement de la Normandie (VIe-XIIe siècle) », Les mondes normands (...)
  • 28 Jacques le Maho, « Parcs et courtils », p. 179-181.
  • 29 BM Rouen, Y 51 fo 77 r° ; Nous tenons ici à remercier tout particulièrement Nicolas Leroux qui nou (...)

8Pour ce qui est de la constitution progressive du village lui-même, il est aisé de voir d’après la carte topographique IGN que le village d’Écretteville, notamment dans sa partie occidentale jusqu’au hameau de La Faute, est constitué selon la forme des villages-rues si typique de nombreux villages médiévaux du pays de Caux. Apparaît également, aujourd’hui encore, l’existence de deux pôles à Écretteville : le premier autour de l’église paroissiale, le second à l’ouest qui ne fait que traduire le regroupement d’habitations le long de la route entre Écretteville et Yclon. Ceci correspond aux vestiges du premier peuplement27 du XIe siècle, constitué par des rangées d’enclos ou de courtils28 comprenant les masures paysannes et leurs jardins très souvent gagnés sur des friches et desservis par des chemins d’exploitation disposés en arêtes de poisson. C’est probablement dans cette partie du village qu’il conviendrait de situer les habitations des hôtes mentionnés dans la charte de 1025-1026. L’autre pôle d’Écretteville établi au centre du village, à proximité de l’église paroissiale, est intéressant. En effet, un acte du cartulaire de 129129, sans date, mais se référant à l’abbé Raoul d’Argences, nous permet de situer cet acte entre 1190 et 1219. Il y est question d’un moulin (nous en reparlerons par la suite) et d’un certain Robert d’Écretteville (Robertus de Escrutevilla) qui reçoit de l’abbaye de Fécamp un champ de 4 acres sur lequel se trouve un moulin. Le fait qu’un petit seigneur local porte le nom du village plaide en faveur de la réelle ancienneté de son lignage. Toutefois ce lignage dut très rapidement entrer dans la mouvance et la dépendance de l’abbaye de Fécamp.

  • 30 Une petite chapelle ou une modeste église servant d’oratoire pour le manerium devient l’église par (...)

9De ces différents éléments, une certaine logique semble s’imposer : Richard Ier fait don de la terre d’Écretteville à l’abbaye de Fécamp, donation confirmée par son fils Richard II. Puis, sous les débuts quelque peu hésitants de son règne, le jeune duc Robert le Magnifique parvient à stabiliser sa situation et à restaurer son autorité tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du duché. S’il avait repris beaucoup de terres données par ses prédécesseurs pour les accorder à un groupe de fidèles dans le but d’asseoir son pouvoir et constituer une milice, on assiste soudain vers 1031-1035 à une série de restitutions ducales en faveur de différents établissements monastiques, encourageant ses vassaux à faire de même ; ce revirement d’attitude du jeune Robert n’étant qu’un acte d’amende honorable pour certaines erreurs de jeunesse. Une fois leurs possessions restituées, les moines de Fécamp continuèrent leurs acquisitions de terres, ce qui est attesté par la première politique d’achat de la seconde moitié du XIe siècle. Il n’y aurait alors rien d’étonnant à ce qu’ils aient établi un premier manerium à proximité de l’église paroissiale, ce qui est typique des habitations seigneuriales30. Aussi n’y aurait-il rien de contradictoire à voir aujourd’hui dans la survivance d’une ferme et d’un manoir à pans de bois du XVIe siècle les vestiges de ce premier manerium des moines de Fécamp.

  • 31 ADSM, 7 H 614.
  • 32 Jean Peignart est un seigneur laïc ayant la jouissance du fief d’Allouville, quoique ne portant pa (...)
  • 33 ADSM, 7 H 9 f° 106 r°.
  • 34 ADSM, 7 H 9 f° 106 v°.

10Puis deux actes marquent le début du XIIIe siècle, le don par le chevalier (miles) Pierre Récuchon en 122031 d’une terre à Fécamp et l’acte de concession du moulin à Robert d’Écretteville entre 1190 et 1219. Après une certaine interruption, les achats se multiplient de nouveau autour du milieu du XIIIe siècle, et c’est alors que le transfert du manerium aurait été décidé en fond de vallée, en marge du terroir, afin de le rapprocher de la réserve seigneuriale. Ceci expliquerait la deuxième grande politique d’achat (et de donation) de terres menée par l’abbaye de Fécamp à partir de la deuxième moitié du XIIIe siècle et attestée dans le cartulaire par dix-neuf actes passés entre février 1264 et décembre 1270. Pour la seconde moitié du XIIIe siècle, le premier acte de 1264 est un don de Jean Peignart32 originaire de la paroisse Saint-Vincent de Rouen d’une « pièce de jardin située le long de notre manoir (manerium) d’Écretteville d’une part et le reste de son jardin d’autre part […] comme les bornes posées là et les fossés quadrangulaires s’étendent et se divisent de part et d’autre »33. En 1267 l’abbaye achète « une pièce de terre avec des maisons et constructions entre la terre de notre manoir (manerium) et la clôture de Guillaume fils de Michel et qui aboutit à la terre de Robert Duval par un côté et de l’autre au chemin qui mène à l’église d’Écretteville »34. Les autres actes sont relativement secondaires dans la mesure où ce sont des énumérations d’achats de terres sans plus de détail. Remarquons la précision intéressante dans l’acte de février 1264. Si l’on accepte que le terme fossata signifie les fossés, au sens de douves, et non pas une levée de terre entourant une parcelle, il semblerait qu’à côté de la pièce de terrain achetée et voisine d’un jardin, le manoir soit présenté comme entouré de « fossés quadrangulaires » et qu’il offre l’aspect qu’on lui connaît aujourd’hui. En effet, à plusieurs reprises, il a été question d’un manerium, mais c’est le seul texte du cartulaire où apparaît, pour Écretteville, l’expression « fossata ad modum quadrature ».

  • 35 ADSM, 12 FI 292 et Plan géométrique du dîmage d’Écretteville de 1759 (12 FI 177).

11Ce qui pourrait confirmer notre hypothèse, c’est l’examen de deux plans de la seconde moitié du XVIIIe siècle35 qui montrent très clairement un très grand ensemble organisé d’allées plantées d’arbres et créé autour de cette grosse ferme contiguë à l’église paroissiale. Une partie de ce tracé subsiste encore qu’il est aisé de reconnaître sur le site. Or une telle organisation menant uniquement à une ferme ne peut se concevoir compte tenu de l’ampleur du tracé. De plus, il est aisé d’après le plan ci-dessous de voir comment s’organise ce dispositif tout à fait cohérent qui jouxte l’actuel manoir du Catel tout en y conduisant. En outre, ces deux domaines sont mitoyens et certaines allées sont interrompues par les terres périphériques au manoir du Catel, comme une enclave dans le dispositif d’allées.

Tracé d’un système d’allées mettant en relation le site du manerium de Robert d’Écretteville devenu le centre d’une exploitation rurale de Fécamp et le manerium des moines de Fécamp, délocalisé par rapport au centre du bourg (ADSM 12 FI 292).

  • 36 « […] apud Grunvillam et Escrutevillam et Heudebouvillam aediicia maxima aediicari fecit », E Chro (...)
  • 37 Canton de Saint-Romain-de-Colbosc, voir Jacques Le Maho, « L’apparition des seigneuries », p. 88-8 (...)
  • 38 Véronique Gazeau, Normannia monastica, prosopographie des abbés bénédictins (Xe-XIIe siècle), Caen (...)
  • 39 Véronique Gazeau, op. cit., p. 116-121.

12Il reste toutefois une interrogation : Richard de Trégots est-il le fondateur du Catel ? En effet, la Chronique des abbés de Fécamp précise que Richard de Trégots it construire trois « très grandes maisons »36 parmi lesquelles figure celle d’Écretteville. Mais ne serait-il pas plutôt celui qui aurait donné à un site déjà existant la forme que nous connaissons aujourd’hui, excepté la porterie fortifiée postérieurement ? Ce maximum aedificium dont parle le chroniqueur convient tout à fait au genre laudatif d’un auteur ayant pour but de faire connaître ce qu’il y eut de marquant dans un abbatiat. D’autres exemples de sites existent où des constructions quelque peu notoires sont mises en valeur par telle personne ne mentionnant pas qu’une autre en est le fondateur. Par ailleurs, dès la seconde moitié du XIIe siècle, et le début du XIIIe, on voit apparaître dans le Grand-Caux un nouveau type de constructions annonciateur de la maison forte, mais qui n’est déjà plus une motte à tronc de cône de la période précédente. Tel est le cas à Gommerville37 avec la motte de Rames des environs de 1180 : motte rectangulaire haute de 3 m munie d’un fossé à fond de cuve. Le Catel ne serait-il pas alors un exemple de plus, dans la région, d’un site antérieur modifié et fortifié ? Dans ce cas, quel abbé de Fécamp pourrait être à l’origine de la première fondation en fond de vallée ? Il nous semble possible de formuler une hypothèse à partir de l’acte de concession du moulin passé entre Robert d’Écretteville et l’abbaye de Fécamp entre 1190 et 1219. En effet, le fait de cette concession mais surtout la mention d’Écretteville comme patronyme de ce Robert sous-entendent que les moines sont seigneurs d’Écretteville et qu’ils habitent déjà le Catel. Aussi, l’association patronymique de la terre au nom signifie que Robert d’Écretteville occupe désormais le site primitif du manerium près de l’église, comme le montrent de nombreux autres exemples. Toujours est-il que le lignage, obscur et inconnu, des sires d’Écretteville est définitivement intégré dans la dépendance de l’abbaye puisque celle-ci lui concède la gestion du moulin ; cet acte étant la preuve indirecte de l’existence d’un « contrat de fieffe » antérieur (aujourd’hui disparu). Cet acte a été passé pendant les vingt-neuf années d’abbatiat de Raoul d’Argences38. Faute de preuves, il serait possible que cet abbé ait été le fondateur du Catel, toutefois la physionomie et l’influence de son prédécesseur cadreraient tout à fait avec un tel acte. En effet, l’abbé Henry de Sully39 (1139-1187), tant par son origine aristocratique comme cousin d’Henri II Plantagenêt que par son autorité, pourrait très bien avoir délocalisé le manerium primitif au fond de la vallée, l’installant sur une terrasse quadrangulaire entourée de fossés en eau. De plus, cette première installation pourrait correspondre au besoin d’établir, dans un domaine limitrophe avec le domaine ducal, un lieu d’étape lorsque Henry de Sully et après lui les abbés de Fécamp se rendaient dans leur hôtel particulier de Rouen. Ce ne serait que soixante-dix ans plus tard que Richard de Trégots aurait fortifié une place qui devait certainement déjà l’être, mais de façon insuffisante, afin d’assurer plus certainement encore la fonction représentative du pouvoir abbatial.

Jean de Ravenne et Richard de Trégots, deux personnalités monastiques dans l’histoire du Catel

13Les deux périodes d’intense politique d’achat que nous avons relevées dans le cartulaire pour les XIe et XIIIe siècles correspondent à deux abbatiats importants, quoique différents, dans l’histoire de l’abbaye de Fécamp, l’un sous les premiers ducs normands avec Jean de Ravenne, l’autre une fois la Normandie devenue française avec Richard de Trégots. Ces deux personnalités monastiques traduisent, à deux siècles d’écart, les préoccupations abbatiales à l’égard du patrimoine foncier de l’abbaye et nous permettent de comprendre les qualités de gestionnaire tant du spirituel que du matériel que saint Benoît attend de l’abbé.

  • 40 Parfois aussi Jean D’Ally ou Dalye (E Chronica abbatum Fiscannensium, voir note 36) ; Véronique Ga (...)
  • 41 Véronique Gazeau, « Les abbés bénédictins dans la Normandie ducale : des abbés étrangers ? », L’ét (...)
  • 42 Epistolae, Patrologie latine (maintenant PL), t. 147, (1844-1891), 463-476.
  • 43 Chronicon Fiscamnense, PL 147, 480.
  • 44 Catalogus Abbatum Fiscamnensium, PL 147, 483.
  • 45 Véronique Gazeau, « Guillaume de Volpiano et le monachisme normand » La Normandie vers l’an mil, R (...)
  • 46 Chronicon, PL 147, col. 480.
  • 47 Ibid.
  • 48 PL 141, col. 846.
  • 49 Dom Jean Leclercq et Jean-Paul Bonnes, Un maître de la vie spirituelle au XIe siècle : Jean de Féc (...)
  • 50 Lucien Musset, « La vie économique de l’abbaye de Fécamp », p. 67-79 ; Yannique Cadiou, Jean, abbé (...)
  • 51 Bernard Leblond, L’accession des Normands de Neustrie à la culture occidentale (Xe-XIe siècles), P (...)
  • 52 Lucien Musset, « Actes inédits du XIe siècle. Une nouvelle charte de Robert le Magnifique pour Féc (...)
  • 53 Marie Fauroux, Recueil des Actes, p. 223-226, no 85.
  • 54 Ibid., p. 228-229, no 87.
  • 55 Ibid., p. 245-247, no 94.
  • 56 Ibid., p. 263-264, no 105.
  • 57 Pierre Chaplais, « Une charte originale de Guillaume le Conquérant pour l’abbaye de Fécamp : la do (...)

14Jean de Ravenne, connu également sous le nom de Jean de Fécamp40, naquit vers 990 en Lombardie41. À l’exception de ses écrits spirituels et d’une partie de sa correspondance42, les détails le concernant sont infimes tant dans la Chronique de Fécamp43 que dans le Catalogue abbatial44. Assez vite son existence va être orientée par la présence de l’abbé Guillaume de Volpiano45, célèbre réformateur monastique devenu abbé de Saint-Bénigne de Dijon. À la demande de Richard II, l’abbé de Dijon fut invité à restaurer l’abbaye de Fécamp dont il devint abbé à partir de 100146. On ne sait exactement à quelle date le moine Jean de Ravenne arriva à Fécamp. Toujours est-il qu’il fut prieur de Fécamp jusqu’en 1028, date à laquelle il succéda à son maître Guillaume à la tête de l’abbaye47. La Chronique de Saint-Bénigne dit de lui : « Jean, le vénérable, homme sage et religieux d’une extrême ferveur, gouverna le monastère pendant cinquante et un ans. »48 Qu’il nous soit ici permis de ne pas aborder la question de la réforme monastique ni la physionomie spirituelle49 de Jean de Ravenne, largement traitée par ailleurs, pour nous attacher essentiellement au gestionnaire actif du temporel50 qu’il fut. Concernant son abbatiat, la documentation ne manque pas, puisque trente-cinq documents environ (chartes, diplômes, lettres) nous renseignent sur son activité économique pendant son très long abbatiat. Outre d’abondantes possessions en Basse-Normandie dues à une active politique d’achat et de dons rétribués, il importe de signaler une source tout à fait exceptionnelle de revenus pour l’abbaye par le biais du commerce. En effet, Richard II accorda à Caen la dîme du tonlieu, et en 1025, la dîme des profits de la monnaie ainsi que la dîme des droits ducaux sur les achats de terres, les amendes ainsi que la dîme des dons gratuits. Tout cela peut s’expliquer en partie par les liens étroits qui existèrent sous Richard I et Richard II avec Fécamp, résidence ducale dont l’abbaye était la nécropole. C’est surtout Richard II qui noua des rapports nombreux avec les centres monastiques, cette politique de piété et de générosité étant liée à une propagande calculée51. À partir de 1030-1040, les donations et toutes sortes de revenus ducaux commencèrent à se raréfier au profit de restitutions. Paradoxalement, l’abbaye continua sa politique d’achat notamment en Haute-Normandie, comme l’attestent les actes cités plus haut pour la constitution de la réserve foncière d’Écretteville. Remarquons qu’au début du règne de Robert le Magnifique l’abbé Jean de Fécamp dut affronter, comme d’autres abbés normands, une série de spoliations de la part du duc en faveur des chevaliers de son entourage. Cela explique avant 1035 la série de chartes de Robert par lesquelles le duc restitue ou confirme des listes de terres à Fécamp52, Saint-Wandrille ou Jumièges. Telle est pour Fécamp la charte de 1032-1035 par laquelle le duc Robert, outre plusieurs dons comme la « terre d’Écretteville et toutes ses dépendances, restitue la moitié de Bernay ainsi que la dîme des foires de Caen »53. En 1034-1035, Robert donna à l’abbé Jean, en échange du monastère de Montivilliers, celui de Saint-Taurin d’Évreux54. Le jeune duc Guillaume donna la Forêt-Verte près de l’église de Fontaine-le-Bourg aux environs de 1035-104055, qu’il reprit aux moines de Fécamp vers 1047-1048 pour la donner aux moines de Saint-Ouen contre 5 livres d’or56. Il est intéressant de noter qu’à compter de 1040 jusqu’à la veille de 1066, Fécamp n’est plus guère concerné par les donations de Guillaume le Bâtard. Lors de la conquête de l’Angleterre, l’abbaye dut fournir un navire avec vingt chevaliers et la bienfaisance ducale se manifestera de nouveau au lendemain de la bataille de Hastings par des dons de terres prises aux vaincus. Citons en particulier la charte de 1085 par laquelle le Conquérant faisait don à Fécamp des deux manoirs de Steyning et de Bury57. Le 22 février 1078, l’abbé Jean de Fécamp s’éteignait après un long abbatiat de cinquante années.

  • 58 Leroux de Lincy, Essai historique et littéraire sur l’abbaye de Fécamp, Paris, 1840, p. 302-304 ; (...)
  • 59 Du Monstier, Neustria Pia, p. 237.
  • 60 RHF, t. XXIII.
  • 61 Archives Musée Bénédictine, Fécamp.
  • 62 Du Monstier, Neustria Pia, p. 252.
  • 63 Ibid., p. 252-253.

15Originaire de Trégots dans la Manche au diocèse de Coutances, l’abbé Richard succéda à l’abbé Guillaume de Vaspail (1227-1259) vers 1259. Élu par sa communauté, selon le droit restauré par Philippe Auguste au lendemain de 1204, pour « sa piété, sa sagesse, et sa modération »58, cet abbé fut très agréable à sa communauté. Au lendemain de son abbatiat, Richard vit un de ses moines, Gabriel, élu abbé d’Ivry, alors entré à l’abbaye sous l’abbé Guillaume de Ros, lui-même moine de Saint-Étienne de Caen. Son amour de la paix et son administration paternelle le portèrent, dès le début de son abbatiat, à terminer au mois d’avril 1260 un différend opposant l’abbaye aux chanoines réguliers de Beaulieu à propos d’un droit de dîme que ces derniers prétendaient avoir sur un fief appartenant à Fécamp dans la paroisse d’Eugleville59. Dans les années qui suivirent, on assiste à une véritable reprise en main de l’abbaye tant au point de vue temporel que spirituel de la part de l’abbé Richard. L’an 1265, Richard de Trégots acheta du seigneur d’Heugleville, Nicolas Hotot, les vallées de Veulettes, de Paluel et de Vittefleur, et fit établir le port de Claquedent, à l’endroit où la rivière de Paluel se jette dans la mer. On lui attribue également beaucoup de travaux dans le port de Fécamp. À la même époque, les habitants de Veulettes s’obligèrent envers le monastère à construire « un havre audit lieu à condition de la remise des droits de pêche, de ventes, et autres redevances auxquelles ils étaient tenus envers l’église de Fécamp ». Vers 1269, la Chronique des abbés de Fécamp précise que l’abbé de Trégots, afin d’asseoir l’autorité de l’abbaye sur les terres éloignées de l’abbaye, fit construire dans un but tant stratégique que juridictionnel, trois « très grandes maisons »60 respectivement situées à Gruville (Thiergeville, canton de Valmont), Écretteville-lès-Baons et Heudebouville (Eure). On remarquera que, de cette époque, datent diverses confirmations royales adressées à l’abbé Richard par saint Louis en décembre 126761, qu’il nomme « notre bien-aimé et fidèle Richard », concernant le plaid de l’épée sur l’étendue des terres de l’abbaye accordé par le roi Philippe Auguste, et la haute justice de Fécamp sous les réserves de la charte de Philippe Auguste de 121162 (Melun, mars 126963).

  • 64 ADSM, 7 H 51.
  • 65 Henri Platelle, « La place de l’abbaye de Fécamp parmi les sociétés de prières de l’abbaye de Sain (...)

16Du point de vue spirituel, l’abbatiat de Richard de Trégots semble avoir été en partie consacré à développer des unions de prières entre l’abbaye de Fécamp et d’autres monastères. Ces confraternités spirituelles entre monastères concernent essentiellement la prière pour les défunts. Les monastères associés s’engageaient à célébrer un certain nombre de messes ou à réciter certaines oraisons à l’annonce d’un décès survenu dans le monastère de la confraternité. Ainsi, le 2 juin de l’an 127064 qui était cette année-là le lundi de Pentecôte, l’abbé Richard adressa à l’abbé Hugues du monastère flamand de Saint-Amand65 une lettre par laquelle il l’invitait à restaurer la société de prières jadis passée entre les deux communautés, et désormais négligée : « Au vénérable Père et ami très cher dans le Christ […] Richard, par la divine miséricorde, humble abbé de Fécamp envoie le salut et, avec une sincère charité en Notre-Seigneur, l’assure d’une volonté toute disposée à ce qu’il lui plaira ». Puis Richard rappelle les liens qui unissent les deux abbayes : « C’est pourquoi depuis le temps immémorial où votre monastère et le nôtre sont unis par le lien solide de la confraternité, comme l’attestent nettement nos livres anciens et notre martyrologe, dont on faisait ces jours-ci lecture au chapitre. » Son but n’est autre que de renouveler une pieuse pratique apparemment abandonnée par le monastère de Saint-Amand mais dont la mémoire reste vive à Fécamp : « chez nous cependant, le témoignage de nos livres qui font l’autorité, l’atteste, ainsi que celui de religieux anciens, qui mérite créance ». À l’égard des moines flamands, Richard fait preuve de grande compréhension puisqu’il n’hésite pas à leur écrire : « S’il arrivait peut-être que vous n’ayez plus un souvenir assez net de cette convention, ou que vous hésitiez à la remplir pour un motif quelconque. » Enfin l’abbé de Trégots avance un argument d’ordre spirituel auquel des moines peuvent difficilement être insensibles :

Les contemplatifs qui, pour le prix de la vie éternelle, luttent contre les difficultés de la vie régulière, et désirent être utiles non seulement à eux-mêmes mais à leur prochain, connaissent bien et peuvent suffisamment apprécier le fruit des pieuses oraisons des frères qui servent Dieu en combattant les ennemis spirituels, au profit de ceux qui reposent dans le Christ ; ils savent aussi combien il leur est possible de diminuer les peines de ceux qui, soustraits à cette lumière, se trouvent en purgatoire, et de les faire parvenir plus vite au lieu du rafraîchissement. [Ainsi, à Fécamp] chaque fois qu’arrive de votre monastère l’annonce du décès de l’un de vos frères, nous célébrons conventuellement huit messes et autant d’offices des défunts, et pendant dix jours les psaumes Verba mea, Domine ne in furore tuo, Dilexi quoniam, Credidi propter quod, De profundis sont chantés avec l’oraison dominicale et l’oraison pour les défunts.

  • 66 ADSM, 7 H 51.
  • 67 ADSM, 7 H 51.

17La lettre précise en dernier lieu que « les messes dites pour ce motif seront annoncées par la sonnerie des cloches ». Deux ans plus tard, Richard conclut une nouvelle alliance de prières avec des abbayes uniquement bénédictines comme celles du Bec-Hellouin en 127266, de Saint-Valéry et de Saint-Josse-sur-Mer en 128067.

  • 68 « […] ante nec post regimen divitiarum abundantiam nec pecuniae copiam similem non habuerit aequal (...)

18Excellent administrateur, l’abbé Richard entreprit de restaurer les finances68 de l’abbaye apparemment délaissées par son prédécesseur Guillaume de Vaspail. Pour cela, il s’employa à faire payer régulièrement les dîmes et à restituer certains revenus détournés de leur première attribution. Pour découvrir les détenteurs de tous ces biens, des brefs pontificaux et des monitoires furent lancés dans tous les lieux dépendants de l’abbaye. Le pape Urbain IV enjoignit à l’abbé de Valmont de faire publier dans ses églises que les habitants avaient à restituer dans un délai fixé ce qu’ils retenaient au monastère de Fécamp sous peine d’excommunication. Les évêques d’Évreux et d’Avranches, le doyen de Lisieux, l’abbé de Saint-Étienne de Caen, le prieur du Mont-aux-Malades reçurent des bulles dans le même sens. L’abbé de Jumièges fut invité à publier des monitoires contre ceux qui retenaient les biens, les vases sacrés, les ornements et les chartes de l’abbaye de Fécamp. Pour mettre un terme à toutes ces contestations, qui allèrent jusqu’à de nombreux excès contre les biens, les animaux, et même les religieux, il fallut l’intervention du pape Martin IV par une bulle datée de 1282.

  • 69 Catalogus Abbatum fiscamnensium, PL 147, col. 484 ; Leroux de Lincy cite l’épitaphe suivante qui d (...)
  • 70 Gallia Christiana, Paris, 1874, t. 11, 210 B ; ADSM 7H10 bulles des papes.

19Les différentes seigneuries, qu’elles soient laïques ou ecclésiastiques, devaient en règle générale fournir une aide militaire en hommes. Ainsi, de nombreux hommes d’armes et chevaliers normands furent envoyés pour occuper le comté de Toulouse qui revenait à la couronne de France après le décès du comte de Poitou, Alphonse, mort en 1272 sans postérité. Parmi ceux qui devaient fournir un chevalier équipé pendant quarante jours au titre du fief de haubert qu’ils détenaient, on remarque : Henri de Grandcour qui se présenta pour Jean de Rovre, pour Guillaume de Fécamp et pour Ricard d’Yvetot ; Guillaume de Briençon et Robert de Bondeville, pour Jean et Henri de Fécamp. Enfin parmi les chevaliers qui avaient reçu l’ordre de se trouver à Tours l’année suivante, on trouve l’abbé de Fécamp, Richard, avec les Godard de Goderville, Henri de Crasménil, Louvel de Trémauville, Nicolas Bellet de Fécamp, Mathieu de Moy, Richard de Houdetot, Jehan Malet, Richard de Criqueboeuf et d’Estouteville, grands noms normands qu’on rencontrait sur tous les champs de bataille. Lorsque le pape Grégoire X convoqua à Lyon en 1277 le concile qui devait décider la dernière croisade, Richard de Trégots y fut appelé, fit vœu de prendre la croix et de se joindre au premier départ qui aurait lieu pour Jérusalem. Le pape Jean XXII qui succéda à Grégoire confirma à Richard son désir de le voir partir pour la Palestine, et par une bulle datée de Viterbe, il déclara placer le monastère de Fécamp et tous les biens dépendants sous la protection de l’Église et en nomma administrateur provisoire Jean de Paris, chanoine de Boulogne. On ignore toutefois si l’abbé de Trégots partit réellement en croisade. Richard de Trégots s’éteignit le 17 septembre 1284 ; il fut inhumé au côté gauche de la chapelle de la Vierge69, dans l’Église abbatiale de la Trinité de Fécamp. En 1496, à la suite de travaux dans la chapelle, ses ossements furent déplacés ailleurs70.

La maison forte du Catel, une architecture signifiante au service d’un domaine monastique

  • 71 Henri Navel, « Recherches sur les institutions féodales en Normandie », Bulletin de la Société des (...)
  • 72 Un évêché pouvait également dépendre du duc, et devenir baronnie, comme ce fut le cas de Bayeux, v (...)
  • 73 Ainsi Fécamp possédait un très vaste territoire réparti sur les actuels départements normands : le (...)

20Nous venons de voir comment, en deux grandes périodes, s’est constitué le domaine foncier d’Écretteville, puis comment le terme de manerium est progressivement apparu dans les actes du cartulaire. Mais avant tout, il importe de resituer brièvement la place qu’occupait l’abbaye de Fécamp dans la hiérarchie féodale. Les institutions monastiques de la Normandie ducale se trouvèrent, à maints égards, étroitement liés à la société laïque. Pilier de l’État normand, l’Église locale a pour protecteur officiel le duc. À ce titre, et nous l’avons vu avec Richard I, Richard II, Robert le Magnifique et Guillaume le Conquérant, les ducs s’employèrent à la création ou la restauration des monastères. Cette bienveillance n’était toutefois pas gratuite puisque les abbayes se trouvaient ainsi incluses dans le système féodal71, et devaient fournir des services tels que procurer des troupes pour l’ost. La plupart des abbayes ducales comme Fécamp, Saint-Wandrille ou Jumièges furent élevées au rang de baronnies72. Ce système permettait de regrouper dans une même juridiction (celle de l’abbaye) un patrimoine foncier dispersé, par suite de l’éclatement des grands domaines anciens. Toutefois, la volonté ducale s’employa, la plupart du temps, à éviter que ces seigneuries ne constituent un seul bloc au sein du duché et à éparpiller leurs territoires. Telles sont, entre autres, les raisons de l’éclatement et de l’éloignement du domaine monastique de Fécamp73. Toute baronnie avait un centre administratif, à Fécamp même pour l’abbaye ; les autres domaines dépendants furent également élevés au rang de baronnies, comme Écretteville, Vittefleur ou Heudebouville avec tous les droits afférents.

  • 74 Edward Impey, « Seigneurial domestic Architecture in Normandy », dans M. Jones et G. Meirion-Jones (...)

21Baronnie à part entière, Écretteville était dès lors en mesure d’établir un centre administratif visible et correspondant à son rang. De plus, le choix de son site n’est pas un hasard mais correspond à une décision délibérée. Car l’emplacement du Catel en fond de vallée peut étonner au premier abord. Mais c’est oublier un peu rapidement les larges fossés en eau qui l’entouraient et qui le mettaient à l’abri d’un coup de main important, et qui furent asséchés ou qu’on laissa se combler, lorsque l’ensemble devint une propriété agricole. Cela nous amène à définir précisément ce que jusqu’à présent nous avons tenu à nommer le Catel ou le manoir du Catel. En effet, la société féodale si fortement hiérarchisée a, du même coup, imposé une distinction spécifique selon les types de constructions. En règle générale, on distingue le manoir, la maison forte et le château. Parler de manoir pour le Catel est tout à fait impropre, même si l’appellation commune prédomine aujourd’hui ; car un manoir74 n’est nullement équipé pour résister à un véritable assaut, au mieux trouve-t-on une enceinte sommaire et une porte renforcée, surmontée ou non d’un petit système défensif.

  • 75 Michel Bur, « Pourquoi un colloque sur la maison forte au Moyen Âge ? », La maison forte au Moyen (...)
  • 76 Ces caractéristiques se retrouvent également à Vittefleur, Fontaine-le-Bourg, ou le Bec-Crespin ma (...)
  • 77 La maison forte constitue un maillon évolutif dans la transformation des édifices fortifiés. Hérit (...)

22La maison forte, dont la limite avec le petit château est finalement incertaine75, et dont la terminologie varie selon les textes, concerne directement le Catel ; en outre, le nom de Catel, dérivé de Châtel, signifie en cauchois le petit château. Par ailleurs, ce type de construction devient typique de la deuxième moitié ou de la fin du XIIIe siècle, ce qui est tout à fait en accord avec les dates fournies par le cartulaire. Or, la maison forte76 répond à une typologie77 précise : souvent installée en fond de vallée dans un site facilement inondable, un tertre de faible ou moyenne élévation, entouré de douves en eau à fond de cuve aux fossés parementés, elle possède, flanquée de tours d’angle, une enceinte quadrangulaire sur laquelle s’appuient quatre ailes. Sur l’entrée se trouve un premier logis qui a son pendant en fond de pourpris et qui constitue le logis principal d’habitation. De part et d’autre de l’enclos se trouvent des bâtiments de service.

Plan géométrique de dimage fin XVIIIe siècle (ADSM, 12FI 292).

  • 78 D’après le plan de 1759 ; la largeur moyenne des douves fossoyées était d’environ 12,50 m encore q (...)
  • 79 ADSM, 7 H 504 Pitancier, acte de 1580 d’après copie de 1616.

23Le Catel répond tout à fait aux différents éléments constitutifs de la maison forte indépendamment des destructions ou modifications subies : installé au point bas d’un vallon sur lequel débouche le « Fonds des Linquettes » (encore mentionné sur la carte topographique IGN), le site pouvait devenir facilement inondable, en dépit de l’actuel assèchement du terrain. Nous en voulons pour preuve les larges78 douves alimentées par un ruisseau approvisionnant un chapelet de mares et provenant du « Fonds des Linquettes ». L’autre plan du XVIIIe siècle nous livre un détail intéressant, puisque les douves étaient plantées d’arbres destinés probablement à retenir les berges. Le Pitancier d’Écretteville, par un acte de 158079 de la vicomté de Caudebec, nous apprend l’existence d’une taxe (de closage) à payer par les moines pour l’entretien par des paysans des arbres autour du clos masure. De plus, on voit encore devant le flanc sud de la maison forte les restes d’un chenal d’alimentation qui contourne aujourd’hui l’ensemble par l’arrière à l’est. On peut aisément comprendre que le niveau en eau des fossés pouvait être régularisé et s’écouler vers un point bas du domaine selon la pente du terrain. Ainsi le site du Catel pouvait aisément se transformer en ce que les archéologues allemands appellent un Wasserburg.

  • 80 Compte tenu des mouvements de terrains inhérents à une exploitation agricole et à la pente naturel (...)
  • 81 L’examen des archères basses de la tour sud-ouest révèle que l’angle de tir devait être très limit (...)
  • 82 C’est également la seule que le plan de 1759 reproduit. Menaçant ruine, elle avait été cerclée de (...)

24L’édifice repose sur une terrasse quadrangulaire (38 × 38 m environ et 46 × 46 m avec les tours) légèrement surélevée80. De hauts murs parementés d’un petit appareil de silex irrégulier, renforcés de contreforts saillants et flanqués de tours d’angle à archères81 ferment l’ensemble. Sur les quatre tours d’origine, seule la tour sud-ouest avec son caisson des latrines est parvenue jusqu’à nous82. Il est probable que ces tours et les corps de logis aient été recouverts de tuiles vernissées à la glaçure verte comme le prouvent les quelques témoins exhumés à proximité de la base de la tour nord-ouest. Afin de rendre sa symétrie à la façade, la tour nord-ouest, sa jumelle, a été restituée, sa base ayant été révélée lors des sondages archéologiques effectués en 2001 sous la direction de Dominique Pitte. L’existence des tours nord-est et sud-est flanquant la façade arrière est attestée par la présence des ouvertures (aujourd’hui obturées) du rez-de-chaussée et du premier étage encore visibles dans ce qui subsiste du logis arrière.

  • 83 Jacques Le Maho, « La date de la construction », p. 152.
  • 84 Éric Follain et Dominique Pitte, « Le manoir du Catel », p. 44.

25À l’ouest, on arrive vers un grand corps de logis d’un étage sur lequel est venue se greffer une porte fortifiée, seul accès à la cour intérieure. La maison forte a dû posséder dès l’origine une porte certes fortifiée mais moins imposante que l’actuelle. Cette dernière, en appareil de pierre calcaire, commande un pont levis dont les flèches trouvaient place dans des loges encore visibles. Ce type de pont-levis ne semble pas être antérieur aux années 1360, si l’on se réfère aux premiers témoins connus que furent ceux de Vincennes et du Louvre83. Dans la cour intérieure, des communs du XIXe siècle s’appuient sur le mur est. Selon la typologie des maisons fortes, un second corps de logis résidentiel faisait face à l’entrée s’appuyant sur la courtine est. C’est ce qu’ont révélé les sondages réalisés en 200484. Sur la face intérieure du mur sud, un chaînage d’environ 1,20 m de largeur atteste la présence d’un mur occidental qui fermait le logis principal. De plus, il est intéressant de remarquer que les deux logis, tant celui de la courtine ouest que de la courtine est, avaient la même profondeur. En l’absence de témoignages tant écrits qu’architecturaux, il est difficile de dire quelles sortes d’édifices s’appuyaient contre la courtine sud. On peut penser qu’il s’agissait de remise ou d’écuries. En revanche, il est possible de formuler l’hypothèse selon laquelle s’appuyait un grand bâtiment contre la face intérieure de la courtine nord. Nous en voulons pour preuve les traces d’un chaînage d’une largeur moyenne de 1,23 m qui revenait en équerre depuis le logis d’entrée. Ce bâtiment ne devait pas rejoindre le corps de logis résidentiel du fond de la cour, car les traces d’un contrefort saillant sur la face extérieure de la courtine nord est visible. Ce contrefort était certainement destiné à contrebuter la poussée due à l’extrémité de cette aile.

  • 85 Qu’il nous soit ici permis de remercier Jean Mesqui pour son aide apportée dans la datation des fe (...)

26De même, pour quelles raisons le logis principal disparut-il ? Rien dans le fonds d’archives de Fécamp concernant Écretteville ne permet de formuler d’hypothèse. Toujours est-il qu’après sa disparition, la partie résidentielle dut se déplacer dans le logis d’entrée, ce qui expliquerait les remaniements de la façade intérieure avec les percements de fenêtres à meneaux de pierre et la construction d’un nouvel escalier à vis faisant saillie à l’intérieur du bâtiment et non pas à l’extérieur, ainsi que l’aménagement intérieur des étages. En effet, une très grande cohérence se fait jour tant en façade qu’à l’intérieur à partir de l’examen des fenêtres et des cheminées, ce qui nous permettrait de dire que le bâtiment de façade a été réaménagé dans la seconde moitié du XVe siècle85. De plus, un examen de la façade intérieure permet de reconstituer une chronologie relative à partir des différents changements d’appareil. Ainsi, l’intégralité de la partie centrale présente, tant au rez-de-chaussée qu’à l’étage jusqu’à la dernière série de fenêtres proches des courtines nord et sud, un appareil caractéristique et régulier de moellons de silex aux joints très fins, alors que la partie gauche, côté sud, présente un appareil plus grossier, très certainement du XIIIe siècle, si on le compare à la face extérieure de la courtine est, restée préservée dans sa quasi-totalité, ou encore à la tour sud-ouest.

La zone détourée à gauche délimite l’appareil du XIIIe siècle.

  • 86 Une porte similaire se trouve à Provins, voir Olivier Deforge, Pierre Garrigou Granchamp et Jean M (...)
  • 87 ADSM, 7 H 614.
  • 88 ADSM, 7 H 614.

27De plus, on remarque à l’extrémité du logis ouest, près de la courtine sud, une petite porte du XIIIe siècle surmontée d’un linteau reposant sur des coussinets moulurés86, restée intacte lors des remaniements du XVe siècle. Ce même type de percement, quoique remanié au XVe siècle, se retrouve à l’opposé en symétrie contre la courtine nord. Il semblerait ainsi que les percements primitifs aient été conservés, celui contre la courtine nord ouvrant sur le grand bâtiment dont nous avons parlé plus haut. C’est probablement lors du remaniement de la façade intérieure et du percement de toutes les fenêtres que ce dernier a été démoli. En outre, on remarquera que c’est également pendant cette campagne d’aménagement que les latrines, dont on peut supposer l’existence sur la face nord du logis ouest, ont été supprimées ; les traces du caisson restant visibles au niveau du premier étage. L’intérieur du logis d’entrée a été entièrement réaménagé au XVe siècle. Le réaménagement intérieur n’a pas eu d’autre but que de fournir un logement et un lieu d’accueil aux dignitaires de Fécamp. Ainsi trouve-t-on mention le 5 août 1536 de la visite de Jean, cardinal de Lorraine, alors abbé de Fécamp (1525-1550), pour recenser les terres de la paroisse d’Écretteville87, et le 1er janvier 1605, la visite du cardinal François de Joyeuse, également abbé de Fécamp (1603-1615), pour empêcher les religieux de reconstruire la « volière à pied » qui n’est autre que le colombier88.

Emplacement d’un caisson des latrines supprimé au XVe siècle.

Porte du XIIIe siècle près de la courtine sud.

  • 89 Site internet de l’INRAP, David Jouneau et Marc Guillon, « À Romilly-sur-Andelle, le prieuré et le (...)

28De part et d’autre de l’entrée, on trouve à droite l’escalier intérieur desservant les étages. Au rez-de-chaussée, deux salles de taille moyenne communiquant entre elles et dont le seul décor est une cheminée monumentale au manteau de brique et aux jambages moulurés. Dans la première salle à fonction utilitaire ont été trouvé sous un carrelage du XXe siècle, un sol en terre battue et dans l’angle sud-ouest trois grosses dalles de grès, d’une épaisseur de 20 cm, rainurées perpendiculairement au mur vers une évacuation rectangulaire aménagée dans le mur de façade sur la douve occidentale. Il nous semble possible de rapprocher ces dalles de celles découvertes à Romilly-sur-Andelle et au château de Vatteville-la-Rue par Anne-Marie Flambard-Héricher ; ces dalles de grès ceinturées par une margelle constituant un large évier bas médiéval89. Au Catel, on serait alors en présence des parties fragmentaires d’un évier datable entre les XIIIe et XVe siècles, juxtaposé à un massif de terre à la surface rougie qui pourrait être les traces d’anciens foyers.

29À droite du passage donnant accès à la cour intérieure, se trouvent deux salles au sol en terre battue dont seule la première est pourvue d’une cheminée. Dans la seconde, le mur mitoyen avec la cheminée présente la trace d’un ancien fournil démoli et comblé. La seconde débouche dans l’angle sud-ouest sur la tour ancienne, et dans l’angle sud-est, la petite porte du XIIIe siècle permet d’accéder à la cour. Dans la première salle, en raison de la disparition de l’enduit, il est intéressant de remarquer à la base du mur la trace d’un chaînage distant de l’angle nord-ouest de la salle de 1,76 m. Ce chaînage est dans l’alignement de celui qui est visible sur la façade intérieure et distant du mur nord-ouest de 1,76 m également. Il serait dès lors possible qu’un mur intérieur ait existé au XIIIe siècle, délimitant une pièce annexe ou un passage pour un escalier.

  • 90 Signalé par Yves Lescroart dans le Bulletin de la commission des antiquités de la Seine-Maritime, (...)

30L’escalier ouvre à l’étage, à droite, sur deux salles de taille moyenne équivalentes aux deux salles du rez-de-chaussée. L’une et l’autre possèdent une cheminée monumentale au manteau de stuc mouluré90 sur des jambages sculptés. À gauche de l’escalier, on accède à une grande salle qui ouvre sur une autre salle plus petite, chacune étant équipée d’une cheminée comme les deux salles précédentes. L’angle sud-ouest permet d’accéder au premier étage de la tour. De ce premier étage un escalier dessert l’accès aux latrines. Toutes les salles sont éclairées par des fenêtres à coussièges. Dans la grande salle de l’étage un passage permet d’accéder au premier étage de la tour porte, un escalier en vis permettant d’accéder au dernier étage de celle-ci.

  • 91 Sur ce point le plan du manoir de Sorquainville (dont nous reparlerons plus loin) est intéressant (...)
  • 92 ADSM, 7 H 614 pièce de 1589.

31Quels étaient la fonction et le rôle d’une telle maison à la fois comme centre de la baronnie d’Écretteville et extension de celle de Fécamp ? Plusieurs aspects sont à considérer. Tout d’abord, il importe de ne pas oublier qu’il s’agissait d’un lieu monastique où vivait un petit groupe de moines régissant et travaillant dans le domaine, même si l’existence d’une chapelle n’est attestée nulle part. En revanche, il n’y aurait rien d’improbable que l’église paroissiale ait servi de lieu de rassemblement liturgique pour la petite communauté. Tel était le cas dans beaucoup d’autres manoirs monastiques91. Le 22 mars 158992, un contrat eut lieu entre le curé de la paroisse Notre-Dame d’Écretteville et les moines de Fécamp pour que les moines d’Écretteville participent « à l’office et à la grand messe paroissiale dudit lieu ».

  • 93 Michel de Boüard, « Le duché de Normandie », p. 20.
  • 94 À titre de comparaison il est utile de voir comment la fortification d’une maison forte était déci (...)
  • 95 ADSM, 7 H 614 : « la châtellenie et seigneurie d’Écretteville sur les Baons, membre dépendante de (...)

32Par ailleurs, l’aspect défensif et donc militaire du Catel ne dépendait nullement du bon plaisir de celui qui présidait à sa construction mais de sa place dans la société féodale et des droits s’y rattachant, à commencer par les différents degrés de justice (basse, moyenne et haute justice93) confiés par le suzerain à l’abbé de Fécamp sur l’intégralité des terres de l’abbaye. De plus, la fortification de la maison d’un vassal, qu’il soit laïc ou ecclésiastique, était soumise à l’agrément du suzerain94, ce dernier pouvant ordonner le démantèlement d’une maison fortifiée sans autorisation. À titre d’exemple, la présence d’un pont-levis était le privilège des seigneurs haut justiciers, les vassaux inférieurs ne pouvant posséder des défenses aussi puissantes. Précisons toutefois que, si la baronnie d’Écretteville possédait les trois degrés de justice, une des particularités du Catel était de ne pas avoir de sénéchal, ce qui signifie que, si les causes de haute justice (crimes de sang, vols dans le manoir ou sur ses terres) pouvaient être jugées au Catel, les exécutions capitales avaient toujours lieu à Fécamp. C’est ce qui se pratiquait encore au XVIIIe siècle, comme le précise un acte du 6 juillet 177395 où il est question de « la châtellenie et seigneurie d’Écretteville sur les Baons, membre dépendante de la baronnie et haute justice de Fécamp » où se tiendront « les pleds seigneuriaux le jeudi 27 [juillet] en présence du sénéchal de la haute justice de Fécamp ». L’acte est de Jean Duménil, sergent de la châtellenie d’Écretteville. Enfin, la grande salle de l’étage a toujours été appelée la salle de l’audience : doit-on y voir un vestige du lieu où se tenait la justice au Catel ?

  • 96 ADSM, 7 H 614.
  • 97 ADSM, 7 H 614, copie de 1535.
  • 98 ADSM, 7 H 614, pièce de 1592.
  • 99 ADSM, 7 H 614, pièce de 1541.
  • 100 ADSM, 7 H 614, pièce de 1583.
  • 101 ADSM, 7 H 614, pièce de 1545.

33Centre d’un domaine rural, telle était l’autre fonction de la maison forte du Catel. C’est ce qui ressort de l’examen d’un bon nombre de pièces d’archives qu’il serait trop long d’énumérer ici. Mentionnons toutefois quelques points significatifs. Indépendamment de son aspect défensif, le Catel fonctionna comme une grosse ferme, exploitant des terres agricoles, des forêts et pratiquant l’élevage. Pour les besoins de bois des moines du Catel, le comte d’Évreux leur avait fait don dès 1087 de 7 arbres (5 chênes et 2 hêtres) à prélever dans la forêt du Trait-Maulévrier96. Cette donation n’ayant jamais été révoquée, un acte du 8 octobre 140297 autorise la vérification par Jean de Garancières, chevalier et seigneur de Croisy, maître enquêteur des eaux et forêts, pour savoir si les moines ont bien le droit de prélever du bois pour « maisonner [construire], arder [chauffer] et pour pasturage [enclos] de leur manoir d’Escruteville ». Le 15 mai 1559, avait eu lieu une déclaration devant le tabellion parce que les moines d’Écretteville avaient empiété sur des terres voisines. Une nouvelle déclaration eut lieu le 27 juillet 1592 pour la même raison. Il s’agit cette fois des terres d’Antoine Lemelle, laboureur, qui souhaitait les donner à son fils Charles habitant à Lillebonne. La déclaration a lieu, bien que l’empiétement ait déjà eu lieu. Le Catel fut condamné à restituer les terres et à verser une amende98. Différents échanges et achats de terres s’effectuèrent au cours du XVIe siècle (en 1533, 1545, etc.) tendant à accroître ou enrichir le patrimoine foncier. Ainsi, le 21 avril 1541, la terre d’Écretteville est érigée en châtellenie avec tous les droits et devoirs afférents99. La conséquence normale est qu’à partir du 5 mai 1583100 le Catel est obligé de livrer des mesures de blé au roi, le même acte précisant qu’une pièce de terre labourable de deux acres, une verge, était venue accroître le patrimoine foncier. Un acte du mercredi 22 octobre 1545 nous livre la description de la nouvelle châtellenie : « tant en masures qu’en terres labourables avec champs logés (comprenant une maison et un fournil), clos plantés » ; suit l’énumération des propriétaires limitrophes, « une fontaine à côté de la chesnaie et la terre de la seigneurie de la Londe […], le chemin de Grainville à Caudebec […] sous la juridiction et la sieurie et châtellenie d’Écretteville »101.

  • 102 ADSM, 7 H 504, Pitancier d’Écretteville, pièce de 1539.

34Toujours à propos du domaine agricole du Catel, revenons un instant sur l’acte passé sous l’abbatiat de Raoul d’Argences entre Fécamp et Robert d’Écretteville à propos de la concession, sa vie durant, d’un moulin. Cette date très précoce, entre 1190 et 1219, est intéressante quant à l’existence d’un moulin à Écretteville, dans la mesure où il s’agit d’un des plus anciens moulins à vent de Normandie. De plus, la mention finale de l’acte, précisant que « l’intégralité de notre chapitre [conventuel] de Fécamp » était témoin de la concession, atteste l’importance de la décision quand on sait les revenus que générait l’exploitation d’un moulin. Ainsi Robert d’Écretteville doit en échange acquitter une redevance annuelle de 10 sous et la dîme à Fécamp. Ce moulin primitif, que l’on retrouve en graffiti sur les murs intérieurs de la maison forte, était établi à un lieu aujourd’hui inconnu. Celui reconstruit à partir de 1539 était sur la petite croupe située à l’ouest du Catel et dominant le « Fonds des Linquettes », sa présence étant encore attestée sur les deux plans du XVIIIe siècle. Toutefois, il semble que ce moulin eut à subir des vicissitudes pendant la guerre de Cent Ans puisqu’un acte du 26 mai 1539 consistant en un échange de pièces de terres pour sa reconstruction, précise qu’il avait été détruit par les religieux pour récupérer le bois en vue de la fortification du manoir pendant l’occupation anglaise102.

  • 103 Abbé Cochet, Les églises de l’arrondissement d’Yvetot, Paris, 1852, p. 370.
  • 104 Commune de Saint-Wandrille-Rançon, sur le plateau.
  • 105 Les murs extérieurs de cette grange dîmière sont du XIIIe siècle, sa poutraison d’origine a dispar (...)
  • 106 ADSM, 7 H 361.

35L’abbé Cochet, dans sa notice consacrée à Écretteville-lès-Baons103, mentionne : « la grange des dîmes faisait suite à l’habitation monastique. » C’est assurément ce grand bâtiment qui a perduré jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, et que l’on voit très nettement sur le plan de 1759. Cette grange devait ressembler de toute évidence à celle qui existe encore au manoir d’Abbeville104, qui dépendait de l’abbaye Saint-Wandrille, à l’actuelle église abbatiale de Saint-Wandrille105. Face à elle, on voit également sur le plan deux plus petits bâtiments annexes à l’exploitation. Ainsi lorsque l’on est face au manoir, deux rangées de bâtiments avec le colombier s’offraient au regard. Il est intéressant de remarquer que cette disposition est tout à fait typique des manoirs monastiques, comme si cet agencement des constructions correspondait à un schéma donné. De plus, une mare était toujours à proximité ; elle existe encore aujourd’hui dans le virage du chemin communal. Cette organisation se retrouve tant dans les manoirs monastiques de Saint-Wandrille (Rançon, Abbeville, Betteville) que dans ceux de Fécamp comme à Sorquainville, tel qu’on peut le voir sur un très beau plan annoté de 1461106.

La collection de graffitis

36Notre présentation de la maison forte du Catel ne saurait être complète si nous ne parlions pas de la très riche collection de graffitis qui se trouve essentiellement dans les deux salles du rez-de-chaussée à droite de la porterie ainsi que dans toutes les salles du premier étage. Une campagne de relevés à échelle réelle sur rhodoïde a été effectuée au cours de l’année 2004 par Dominique Pitte et plusieurs stagiaires des services d’archéologie de la DRAC de Seine-Maritime. Les graffitis sont de tout genre, mais peuvent cependant être classés en plusieurs catégories : les mentions d’un passage dans la maison forte (mention d’un nom accompagné d’une date, ou une date seule) sont la plupart du temps des XIXe et XXe siècles, à l’exception de dates isolées des XVII et XVIIIe siècles. Les dessins sont très nombreux, parfois élaborés, parfois très sommaires : nous proposons de les classer de manière non exhaustive selon trois types : les symboles religieux (croix, calvaires, ostensoirs) ; les bâtiments sont de deux ordres avec une prédominance pour les édifices religieux comme les églises dont certaines sont aisément identifiables comme l’église voisine de Valliquerville, l’abbatiale de la Trinité de Fécamp ou même la cathédrale de Rouen dans son état du XVIe siècle. Pour ce qui est des édifices civils, on reconnaît deux reproductions simplifiées du Catel avec ses deux tours de façade, la tour François Ier à l’entrée du port du Havre, un moulin à vent, enfin d’autres lieux non identifiables.

Le Catel vu de façon approximative mais possédant encore ses tours de façade.

37La dernière catégorie de graffitis est quant à elle importante, il s’agit de reproductions de bateaux. Malgré un réel éloignement de la Seine ou de la mer, cela n’a rien d’étonnant si l’on veut bien se rappeler que dans le pays de Caux, il n’était pas rare de voir les paysans louer l’hiver leurs services pour la pêche à Terre-Neuve et à la belle saison travailler la terre. Les navires représentés peuvent aller de simples barques de pêche, telles qu’on pouvait en voir sur la Seine, jusqu’à des navires représentant l’équipage à son bord. Toutefois ces représentations, malgré une taille parfois importante sur la surface des murs et des détails tels que les ancres, les gréements et les poulies et parfois la présence d’un château arrière, le tout monté sur un demi-cercle en guise de coque, restent d’un caractère fruste, ne permettant guère une identification précise du type de navire. Mentionnons pour terminer quelques dessins atypiques tels qu’un certain nombre de pendus à leur potence, deux hommes stylisés comme dansant les mains sur les hanches dans l’embrasure d’une coussiège, les armes de France sommées de la couronne royale, ou deux intéressantes lettrines, sans parler de labyrinthes ou d’animaux parfois étranges.

38Les graffitis fascinent par les témoignages qu’ils nous livrent sur leur époque. Toutefois, le risque est de vouloir leur faire dire plus qu’ils ne peuvent par des interprétations subjectives qui frisent parfois l’anachronisme ou le ridicule. Qu’il nous soit permis ici d’insister sur les représentations de pendus. Certes, ce supplice a existé, toutefois, compte tenu de ce que nous venons de dire ci-dessus, aucune exécution capitale n’eut lieu à Écretteville. Par ailleurs, lorsqu’on regarde attentivement certaines scènes de pendaisons à proximité d’un navire, il s’agit en fait des potences établies au dessus des bateaux en construction. Deux hommes grimpaient par une échelle en haut d’une très haute potence pour aider à l’installation des mâts. L’un était sur les épaules de l’autre, ce qui change totalement le prisme d’analyse ; certains voulaient y voir un démon sur les épaules du pendu…

  • 107 À ce titre, nous tenons à remercier tout particulièrement Mme Anne-Sophie Sergent qui avait consac (...)
  • 108 C’est à Olivier Diard, musicologue et paléographe, que nous sommes redevable de cette précision.

39D’autre part, une approche superficielle de l’ensemble des graffitis risquerait de les enfermer dans une datation trop globale, car il est bien évident qu’une stratification des dessins s’est opérée au cours des siècles. Si l’on veut bien excepter les graffitis datés, compris entre les XVIIe et XIXe siècles, il se pose alors la question de la datation basse pour beaucoup d’entre eux. Toutefois, l’apparence assez fruste d’un bon nombre ne doit pas les faire rejeter ou mépriser, mais bien plutôt les faire considérer comme l’expression des différentes mains qui les ont tracés et de leur contexte culturel. Comme nous l’avons dit plus haut, il est bien évident qu’il importe de les resituer dans l’enveloppe architecturale qui les abrite, avec ses remaniements, notamment lors des réaménagements de la seconde moitié du XVe siècle à la suite de la destruction du corps de logis résidentiel au fond de la cour. Une assez grande cohérence dans une partie de la façade intérieure du logis occidental se faisant jour et permettant de le dater de la deuxième moitié du XVe siècle, rien ne s’opposerait dès lors à dater certains graffitis de cette époque. C’est également dans ce sens que se sont orientées les conclusions des différents spécialistes107 de graffitis venus au Catel : malgré l’absence de détails spécifiques à plusieurs navires représentés, rien ne s’opposerait à une datation de la fin du XVe siècle pour certains. De plus, les deux lettrines sur la cloison en colombage dans la première salle du premier étage à droite de l’escalier ne peuvent manifestement être le travail d’un garçon de ferme mais sont bien d’un spécialiste en calligraphie. Sinon, pour quelle raison aurait-il auparavant placé la lettre d’attente, telle qu’on la voit dans certains manuscrits, comme aide-mémoire avant de tracer la lettrine et son décor ? Or ces deux lettrines sont manifestement de la fin du XVe siècle ou du début du XVIe siècle108.

Lettrines D avec leur lettre d’attente au centre (XVe-XVIe siècles).

  • 109 Nous renvoyons sur ce sujet à l’excellente étude d’Élisabeth Desvaux-Marteville, « Les manoirs du (...)
  • 110 Paris, J. Bonhomme, 1486.
  • 111 Paris, J. du Puis, 1564.
  • 112 ADSM, 7 H 614, pièce du mardi 14 juillet 1772.
  • 113 Même si cette mention est tardive, la gestion désormais confiée à un cultivateur est la conséquenc (...)

40D’autres aspects intéressants concernant la maison forte d’Écretteville mériteraient encore d’être abordés, comme la comparaison du Catel avec les autres manoirs dépendants de Fécamp ou la confrontation des données architecturales et archivistiques avec les sources littéraires109 du début du XIVe siècle, comme le Livre des prouffitz champestres et ruraulx110 de Pierre de Crescens, ou postérieures au XVe siècle, comme les écrits de Charles Estienne, L’agriculture et maison rustique de Monsieur Charles Estienne en laquelle est contenu tout ce qui peut estre requis pour bastir maison champestre, nourrir et medeciner bestail et volaille111. L’ouvrage de Pierre de Crescens est capital à plus d’un titre, car il esquisse la silhouette de la maison forte des champs, l’assiette de la maison rustique, l’orientation des bâtiments, etc. Cette étude nous rapprocherait de ce que le Catel était devenu depuis 1740112, une grosse exploitation agricole confiée à un fermier laïc113 dont le nom apparaît en 1772, François Levaillant. Au cours des deux siècles suivants, la maison forte du Catel allait voir ses éléments défensifs ainsi que ses bâtiments domestiques disparaître progressivement. Malgré quelques pertes, seul le site resterait en partie intact, témoignant de la pérennité de ses structures et rappelant aux hommes du XXIe siècle l’importance de l’écrin végétal autour des monuments majeurs d’une région.

Notes

1 C’est à dessein que nous désignerons ainsi dans un premier temps la maison forte d’Écretteville. Qu’il me soit ici permis de remercier tout particulièrement Jacques Le Maho qui a bien voulu relire ce travail et me prodiguer des remarques toujours très utiles, ainsi que Nicolas Leroux pour son aide précieuse lors du dépouillement des pièces d’archives.

2 Bulletin de la commission des antiquités de la Seine-Maritime XXX, 1974-1975, p. 48, XXXII, 1978-1979, p. 24, XXXIII, 1980-1981, p. 52, 94, 104, XXXIV, 1982-1983, p. 24, XXXVI, 1986-1987, p. 21, 113-114, XXXVII, 1988-1989, p. 86, XLI, 1993, p. 21, XLIII, 1995, p. 45, XLIV, 1996, p. 19, 23, 26.

3 Citons principalement Léon Fallue, Histoire de la ville et de l’abbaye de Fécamp, Rouen, 1841, p. 60.

4 The Gesta Normannorum Ducum of William of Jumièges, Orderic Vitalis and Robert of Torigni, éd. Elisabeth M. C. Van Houts, 2 vol. , Oxford, Clarendon Press (Oxford Medieval Texts), 1992-1995.

5 Du Monstier, Neustria Pia, Rouen, 1663, p. 208.

6 Dom Pommeraye, Sanctae Rotomagensis ecclesiae concilia, 1677, p. 60-61.

7 Confirmée au palais de Fécamp en août 1025, voir Marie Fauroux, Recueil des Actes des ducs de Normandie de 911 à 1066, Caen, 1961, Société des antiquaires de Normandie, no 34, p. 124-127. À propos de cette confirmation, voir l’étude sur le faux de l’abbaye de Fécamp dans Jean-François Lemarignier, Étude sur les privilèges d’exemption et de juridiction ecclésiastique des abbayes normandes depuis les origines jusqu’en 1140, Paris, 1937, p. 50-63.

8 Toutes les mentions diplomatiques rencontrées désignent Écretteville-lès-Baons de diverses manières : Scrotivilla, Scrutavilla, Escrettevilla, Escrottevilla, Escrutevilla (voir dom Jean Laporte, Dictionnaire topographique du département de Seine-Maritime, t. 1, Paris, 1982, p. 325).

9 « […] aecclesiam Scrotivillae et aliquid terrae arabilis » (Marie Fauroux, ibid., no 9, p. 79-81).

10 « […] et in Scrutavilla duos hospites » (ibid. no 52, p. 165-168).

11 « […] dedi autem terram quae Scrotvilla dicitur cum omnibus appendiciis », (ibid. no 85, p. 223-226).

12 Nous avons inventorié systématiquement outre les chartes royales (ADSM 7 H 11), les trois cartulaires de l’abbaye ; tous ont été réalisés aux XIIIe et XIVe siècles : le premier date de 1291 (BM Rouen Y 51 [ms. 1207]), le deuxième de 1324 (ADSM 7 H 9), le troisième enfin de 1379 (BM Rouen, Y 188) ; sur les sources perdues de l’histoire de Fécamp, voir Lucien Musset, « Notules fécampoises », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, LIV, 1957-58, séance du 6 décembre 1958.

13 Lucien Musset, « L’aristocratie normande au XIe siècle », La noblesse au Moyen Âge (XIe-XVe siècle). Essai à la mémoire de Robert Boutruche, Ph. Contamine (éd.), Paris, PUF, 1976, p. 90-93.

14 Archives départementales de la Seine-Maritime (ADSM), 7 H 9 f° 57 r° (habemus unum campum…).

15 ADSM, 7 H 9 f° 57 r° (habemus totum heditagium…).

16 Vaumare, commune de Cleuville et Ancourteville-sur-Héricourt (76).

17 ADSM, 7 H 9 f° 104 v° (item quoddam masnagium…).

18 Lucien Musset, « La vie économique de l’abbaye de Fécamp sous Jean de Ravenne », L’abbaye bénédictine de Fécamp, ouvrage scientifique du XIIIe centenaire 658-1958, Fécamp, 1959, t. 1, p. 137-141, t. 1, p. 67-79 ; Jacques Le Maho, « L’apparition des seigneuries châtelaines dans le Grand-Caux à l’époque ducale », Archéologie médiévale, VI, 1976, p. 9.

19 Lorsque vers le milieu du XIIe siècle le terme villa perd dans l’usage courant sa signification d’exploitation rurale, une expression nouvelle s’impose pour qualifier cette réalité, c’est le mot manerium. Orderic Vital, qui écrivait vers cette époque, assimilait villa et manerium, leur donnant un sens synonymique. Mais en admettant que le mot manoir ait ainsi correspondu, vers le milieu du XIIe siècle, à un domaine rural et coïncidé peut-être avec le territoire d’un village actuel, il est certain toutefois qu’il a suivi l’évolution des possessions terriennes. Le sens du mot manerium a vite signifié une exploitation disséminée sur un territoire plus vaste que celui de l’ancienne villa mais aussi de moindre étendue que celle-ci. En définitive, manerium a servi à désigner l’ensemble des dépendances relevant d’un même seigneur et rattachées pour leur administration à un centre commun. Du Cange en donne la définition suivante : « […] fieri potuit ex pluribus villis, vel una : plures enim villae possunt esse in corpore manerii. »

20 Jacques Le Maho, « Parcs et courtils, observations sur l’environnement des châteaux de pierre et de bois en pays de Caux aux XIe et XIIe siècles », 105e congrès national des sociétés savantes, (Caen, 1980), Paris, 1980, p. 171-181.

21 Jacques Le Maho, Un domaine normand du XIe au XIIe siècle, Gravenchon, fief des comtes d’Évreux, Rouen, Publications du centre de recherches archéologiques de Haute-Normandie, 1986.

22 Sur l’actuelle commune de Rouville-Bielleville (76).

23 Avec Renault du Bosc, on assiste à l’apparition d’une nouvelle classe sociale, les « chevaliers de villages » qu’un certain nombre de chartes vont mentionner, et c’est un fait nouveau, comme portant le nom de leurs terres.

24 Qui appartient en 1035 à Roger de Toëny ; sur la terre des Toëny-Breteuil voir Jacques Le Maho, « L’apparition des seigneuries », p. 46-47.

25 François de Beaurepaire, Les noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, Picard, 1979, p. 96.

26 Les chesnaies sont très souvent mentionnées dans les actes du cartulaire.

27 Lucien Musset, « Essai sur le peuplement de la Normandie (VIe-XIIe siècle) », Les mondes normands (VIIIe-XIIe siècle), actes du IIe congrès international d’Archéologie médiévale (Caen 1987), Caen, Société d’archéologie médiévale, 1989, p. 97-102 ; Mathieu Arnoux, « Classe agricole, pouvoir seigneurial et autorité ducale. L’évolution de la Normandie féodale d’après le témoignage des chroniqueurs (Xe-XIIe siècle) », Le Moyen Âge, t. 98, no 1, 1992, p. 35-60.

28 Jacques le Maho, « Parcs et courtils », p. 179-181.

29 BM Rouen, Y 51 fo 77 r° ; Nous tenons ici à remercier tout particulièrement Nicolas Leroux qui nous a indiqué l’existence de ce document.

30 Une petite chapelle ou une modeste église servant d’oratoire pour le manerium devient l’église paroissiale, la basse-cour devenant une exploitation agricole.

31 ADSM, 7 H 614.

32 Jean Peignart est un seigneur laïc ayant la jouissance du fief d’Allouville, quoique ne portant pas le nom de la terre, et présentant à la cure. Il appartient à une famille mentionnée avant 1076 à Allouville-Bellefosse (cant. Yvetot) et qui s’est emparée du fief d’Allouville aux dépens de l’abbaye Saint-Wandrille alors possesseur du fief à l’époque troublée du règne de Robert Courteheuse. Sur les Peignart, voir Jacques Le Maho, « L’apparition des seigneuries », p. 76-77.

33 ADSM, 7 H 9 f° 106 r°.

34 ADSM, 7 H 9 f° 106 v°.

35 ADSM, 12 FI 292 et Plan géométrique du dîmage d’Écretteville de 1759 (12 FI 177).

36 « […] apud Grunvillam et Escrutevillam et Heudebouvillam aediicia maxima aediicari fecit », E Chronica abbatum Fiscannensium, Recueil des historiens des gaules et de la France, (maintenant RHF), t. XXIII, 1876, Paris, Imprimerie nationale, éd. Natalis de Wailly, L. Delisle, Jourdain ; voir Jacques Le Maho, « La date de la construction de la maison forte d’Écretteville-lès-Baons », Bulletin de la commission départementale des antiquités de la Seine-Maritime, t. XLVIII, 2000, p. 151-152.

37 Canton de Saint-Romain-de-Colbosc, voir Jacques Le Maho, « L’apparition des seigneuries », p. 88-89 et 128-129.

38 Véronique Gazeau, Normannia monastica, prosopographie des abbés bénédictins (Xe-XIIe siècle), Caen, CRAHM, 2007, p. 121-124.

39 Véronique Gazeau, op. cit., p. 116-121.

40 Parfois aussi Jean D’Ally ou Dalye (E Chronica abbatum Fiscannensium, voir note 36) ; Véronique Gazeau, « Les abbés bénédictins de la Normandie ducale », Anglo-Norman Studies, XXVI, Proceeding of the Battle Conference 2003, J. Gillingham (éd.), Wood bridge, The Boydell Press, 2004, p. 75-86 ; Prosopographie, p. 105-110.

41 Véronique Gazeau, « Les abbés bénédictins dans la Normandie ducale : des abbés étrangers ? », L’étranger au Moyen Âge, XXXe congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Göttingen, 3-6 juin 1999, Paris, Publications de la Sorbonne, 2000, p. 245-258.

42 Epistolae, Patrologie latine (maintenant PL), t. 147, (1844-1891), 463-476.

43 Chronicon Fiscamnense, PL 147, 480.

44 Catalogus Abbatum Fiscamnensium, PL 147, 483.

45 Véronique Gazeau, « Guillaume de Volpiano et le monachisme normand » La Normandie vers l’an mil, Rouen, Société d’histoire de la Normandie, 2000, p. 132-136.

46 Chronicon, PL 147, col. 480.

47 Ibid.

48 PL 141, col. 846.

49 Dom Jean Leclercq et Jean-Paul Bonnes, Un maître de la vie spirituelle au XIe siècle : Jean de Fécamp, Paris, Vrin, 1946 ; dom Jean Leclercq, « Écrits spirituels de l’école de Jean de Fécamp », Analecta Monastica, I, Rome, 1948, p. 92-93 ; Gérard Mathon, « Jean de Fécamp, théologie monastique : notes de lecture de la Confessio fidei, III, 36-40 », La Normandie bénédictine au temps de Guillaume le Conquérant, Lille, Facultés catholiques, 1967, p. 485-500.

50 Lucien Musset, « La vie économique de l’abbaye de Fécamp », p. 67-79 ; Yannique Cadiou, Jean, abbé de Fécamp (1028-1078). Un demi-siècle de gestion des biens de l’abbaye, maîtrise d’histoire médiévale sous la direction de Jean-Pierre Leguay, université de Rouen, année 1988-1989 ; Jean de Fécamp, La Confession théologique, introduction, traduction et notes par dom Philippe de Vial, Paris, Cerf, 1992.

51 Bernard Leblond, L’accession des Normands de Neustrie à la culture occidentale (Xe-XIe siècles), Paris, Nizet, 1966.

52 Lucien Musset, « Actes inédits du XIe siècle. Une nouvelle charte de Robert le Magnifique pour Fécamp », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. 52, années 1952-1954, 1955, p. 117-155.

53 Marie Fauroux, Recueil des Actes, p. 223-226, no 85.

54 Ibid., p. 228-229, no 87.

55 Ibid., p. 245-247, no 94.

56 Ibid., p. 263-264, no 105.

57 Pierre Chaplais, « Une charte originale de Guillaume le Conquérant pour l’abbaye de Fécamp : la donation de Steyning et de Bury (1085) », L’abbaye bénédictine de Fécamp, t. 1, p. 93-101 ; Marjorie Chibnall, « Fécamp and England », ibid., p. 127-135.

58 Leroux de Lincy, Essai historique et littéraire sur l’abbaye de Fécamp, Paris, 1840, p. 302-304 ; H. Gourdon de Genouillac, Histoire de l’abbaye de Fécamp et de ses abbés, Fécamp, 1872, p. 221-222.

59 Du Monstier, Neustria Pia, p. 237.

60 RHF, t. XXIII.

61 Archives Musée Bénédictine, Fécamp.

62 Du Monstier, Neustria Pia, p. 252.

63 Ibid., p. 252-253.

64 ADSM, 7 H 51.

65 Henri Platelle, « La place de l’abbaye de Fécamp parmi les sociétés de prières de l’abbaye de Saint-Amand », L’abbaye bénédictine de Fécamp…, p. 137-141.

66 ADSM, 7 H 51.

67 ADSM, 7 H 51.

68 « […] ante nec post regimen divitiarum abundantiam nec pecuniae copiam similem non habuerit aequalem », (E chronica abbatum Fiscannensium, op. cit., p. 431).

69 Catalogus Abbatum fiscamnensium, PL 147, col. 484 ; Leroux de Lincy cite l’épitaphe suivante qui devait encore exister en 1840 : « Haec te, viator, pauca tacens rogat / Primo sui ne nominis inscius / Et vitae, aberres ; postmodum ut Deum / Ex corde fundas pro misero preces. / Hanc ille quaondam mene bona domum / Rexit, secundi nomine cognitus / Richardi, amorem non monachis pius / Dextrumque solus praefuit, ut suis / Omnes sub aequa concilians manu / Hanc ampliavit ; nec minus aedibus / Terris, amicis, redditibus quoque, / Qui tanta vivens opera contulit, / Paucas, sepultus, forte petit preces / Age, et viator quo properas abi », (Essai historique…, p. 304).

70 Gallia Christiana, Paris, 1874, t. 11, 210 B ; ADSM 7H10 bulles des papes.

71 Henri Navel, « Recherches sur les institutions féodales en Normandie », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, t. 51, 1951 ; Michel de Boüard, « De la Neustrie carolingienne à la Normandie ducale : continuité ou discontinuité ? », Bulletin of the Institute of Historical Research, t. 28, 1955 ; Jean Yver, « Contribution à l’étude du développement de la compétence ducale en Normandie », Annales de Normandie, 8, no 2, 1958, p. 139-183 ; Jean-Michel Bouvris, « Contribution à une étude de l’institution vicomtale en Normandie au XIe siècle. L’exemple de la partie orientale du duché : les vicomtes de Rouen et de Fécamp », Autour du pouvoir ducal normand Xe-XIIe siècle, Caen, « Cahier des Annales de Normandie », no 17, 1985, p. 45-59.

72 Un évêché pouvait également dépendre du duc, et devenir baronnie, comme ce fut le cas de Bayeux, voir Michel de Boüard, « Le duché de Normandie », dans Ferdinand Lot et Robert Fawtier, Histoire des institutions françaises au Moyen Âge, t. 1, Institutions seigneuriales, Paris, PUF, 1957, p. 1-33 ; Lucien Musset, « L’aristocratie normande au XIe siècle », p. 95.

73 Ainsi Fécamp possédait un très vaste territoire réparti sur les actuels départements normands : le Calvados, l’Eure et la Seine-Maritime.

74 Edward Impey, « Seigneurial domestic Architecture in Normandy », dans M. Jones et G. Meirion-Jones (éd.), Manorial Domestic Buildings in England and Northern France, Londres, 1993, p. 82-120 ; « La demeure seigneuriale en Normandie entre 1125 et 1225 et la tradition anglo-normande », dans Maylis Baylé (dir.), L’architecture normande au Moyen Âge, t. 1, Regards sur l’art de bâtir, actes du colloque tenu à Cerisy-la-Salle (28 septembre-2 octobre 1994), Caen, Presses universitaires de Caen, Éditions Charles Corlet, 1997, p. 219-241 ; « Le manoir de Chauvincourt (Eure) : une résidence seigneuriale du XIIIe siècle », Bulletin monumental, Demeures seigneuriales dans la France des XIIe-XIVe siècle, t. 157-1, 1999, p. 63-70.

75 Michel Bur, « Pourquoi un colloque sur la maison forte au Moyen Âge ? », La maison forte au Moyen Âge, Paris, Éditions du CNRS, 1986, p. 7.

76 Ces caractéristiques se retrouvent également à Vittefleur, Fontaine-le-Bourg, ou le Bec-Crespin malgré les destructions inhérentes au temps et aux hommes.

77 La maison forte constitue un maillon évolutif dans la transformation des édifices fortifiés. Héritière de la motte tronconique par l’étalement et l’abaissement de son tertre, elle ajoute un élément nouveau en faisant appel à l’eau comme système de défense ; voir Jacques Le Maho, « L’apparition des seigneuries », p. 83-89 ; Michel de Boüard, « La motte », L’archéologie du village médiéval, Louvain, Centre belge d’histoire rurale, 1967, p. 35-55. Même si les auteurs de l’article suivant consacrent leur étude aux maisons fortes bourguignonnes, ils n’en dégagent pas moins un typologie intéressante et utile pour la Normandie : J-M. Pesez et Fr. Piponnier, « Les maisons fortes bourguignonnes », Château-Gaillard. Études de castellologie médiévale, actes du colloque international tenu à Hindsgavl, Caen, CRAHM, 1972, p. 143-164.

78 D’après le plan de 1759 ; la largeur moyenne des douves fossoyées était d’environ 12,50 m encore qu’en certains endroits marécageux il soit difficile d’en donner une limite précise.

79 ADSM, 7 H 504 Pitancier, acte de 1580 d’après copie de 1616.

80 Compte tenu des mouvements de terrains inhérents à une exploitation agricole et à la pente naturelle du terrain, le comblement des douves a entraîné un raccourcissement du glacis des tours. Selon les différents relevés effectués en façade, le comblement serait d’environ 3 m. Voir à ce sujet la reconstitution virtuelle et l’interprétation qu’en donnent Éric Follain et Dominique Pitte, « Le manoir du Catel à Écretteville-lès-Baons », Patrimoine normand, no 52, nov-déc. 2004 - janvier 2005, p. 44 et 46.

81 L’examen des archères basses de la tour sud-ouest révèle que l’angle de tir devait être très limité : si l’on se réfère au niveau du sol actuel, il serait presque impossible de tirer ; cela confirme l’important remblai de la base de la tour par rapport au niveau haut des douves. Voir sur ce sujet l’intéressant article de Philippe Durand, « L’expérimentation de tir dans les châteaux : de nouvelles perspectives pour la castellologie », Bulletin monumental, t. 156-3, 1998, p. 257-274.

82 C’est également la seule que le plan de 1759 reproduit. Menaçant ruine, elle avait été cerclée de fer il y a une vingtaine d’années par le précédent propriétaire. Cette tour comprend, en plus des deux étages, une salle basse, d’une profondeur approximative de 6 m, qui a été comblée par les précédents propriétaires vers le premier quart du XXe siècle.

83 Jacques Le Maho, « La date de la construction », p. 152.

84 Éric Follain et Dominique Pitte, « Le manoir du Catel », p. 44.

85 Qu’il nous soit ici permis de remercier Jean Mesqui pour son aide apportée dans la datation des fenêtres et de la porterie.

86 Une porte similaire se trouve à Provins, voir Olivier Deforge, Pierre Garrigou Granchamp et Jean Mesqui, « La Bufette, une résidence patricienne des XIIe et XIIIe siècles à Provins », Bulletin monumental, t. 160-1, année 2004, p. 32.

87 ADSM, 7 H 614.

88 ADSM, 7 H 614.

89 Site internet de l’INRAP, David Jouneau et Marc Guillon, « À Romilly-sur-Andelle, le prieuré et le cimetière médiéval exhumé » ; Anne-Marie Flambard Héricher, « Les constructions dans la basse vallée de la Seine : l’exemple du château de Vatteville-la-Rue », Château-Gaillard, XVIII, Caen, 1998.

90 Signalé par Yves Lescroart dans le Bulletin de la commission des antiquités de la Seine-Maritime, XLIV, 1996, p. 27.

91 Sur ce point le plan du manoir de Sorquainville (dont nous reparlerons plus loin) est intéressant car la chapelle n’est autre que l’église paroissiale. En outre la mention de monasterium dans la charte du cartulaire 7 H 9 fo 105 vo signifie non pas le monastère de Fécamp mais l’église paroissiale d’Écretteville.

92 ADSM, 7 H 614 pièce de 1589.

93 Michel de Boüard, « Le duché de Normandie », p. 20.

94 À titre de comparaison il est utile de voir comment la fortification d’une maison forte était décidée dans d’autres régions ; voir Marie-Thérèse Gay, « La maison forte dans le comté de Bourgogne au Moyen Âge : aspects juridiques », La maison forte…, p. 215-227.

95 ADSM, 7 H 614 : « la châtellenie et seigneurie d’Écretteville sur les Baons, membre dépendante de la baronnie et haute justice de Fécamp, tenue au manoir seigneurial de ladite châtellenie ».

96 ADSM, 7 H 614.

97 ADSM, 7 H 614, copie de 1535.

98 ADSM, 7 H 614, pièce de 1592.

99 ADSM, 7 H 614, pièce de 1541.

100 ADSM, 7 H 614, pièce de 1583.

101 ADSM, 7 H 614, pièce de 1545.

102 ADSM, 7 H 504, Pitancier d’Écretteville, pièce de 1539.

103 Abbé Cochet, Les églises de l’arrondissement d’Yvetot, Paris, 1852, p. 370.

104 Commune de Saint-Wandrille-Rançon, sur le plateau.

105 Les murs extérieurs de cette grange dîmière sont du XIIIe siècle, sa poutraison d’origine a disparu probablement à la suite d’un incendie au moment de la guerre de Cent Ans, l’actuelle datant du XVe siècle.

106 ADSM, 7 H 361.

107 À ce titre, nous tenons à remercier tout particulièrement Mme Anne-Sophie Sergent qui avait consacré son mémoire de maîtrise aux graffitis marins de la vallée de la Seine, le docteur Boquet du Musée maritime de Rouen et M Luc Bucherie, Graffiti, mise en scène des pouvoirs et histoire des mentalités (Moyen Âge-XIXe siècle), thèse de doctorat en science politique sous la direction d’A. Castaldo, université de Paris XIII, Villetaneuse, 1982 ; « Graffiti et histoire des mentalités. Genèse d’une recherche », Antropologia Alpina Annual Report 2 (1990-1), Torino, 1992, p. 41-64 ; « Enquêtes sur les Graffitis de marins anglais, prisonniers de guerre en France au XVIIIe siècle » Académie des sciences, arts et belles-lettres de Touraine, 2002, p. 159-187.

108 C’est à Olivier Diard, musicologue et paléographe, que nous sommes redevable de cette précision.

109 Nous renvoyons sur ce sujet à l’excellente étude d’Élisabeth Desvaux-Marteville, « Les manoirs du Perche : d’une image littéraire à la réalité archéologique », Archéologie médiévale, III, IV, 1973-1974, p. 365-392.

110 Paris, J. Bonhomme, 1486.

111 Paris, J. du Puis, 1564.

112 ADSM, 7 H 614, pièce du mardi 14 juillet 1772.

113 Même si cette mention est tardive, la gestion désormais confiée à un cultivateur est la conséquence de l’introduction de la réforme de Saint-Maur dans les abbayes bénédictines à partir du XVIIe siècle, le but recherché étant de regrouper le plus possible les moines isolés afin de leur faire reprendre une vie conventuelle normale.

Table des illustrations

Légende Façade occidentale.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10011/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Tracé du grand essart ovalaire autour d’Écretteville.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10011/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 627k
Légende À gauche, la disposition des courtils de part et d’autre d’un axe principal. À droite, contigu à l’église, l’emplacement présumé du manerium de Robert d’Écretteville.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10011/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Légende Tracé d’un système d’allées mettant en relation le site du manerium de Robert d’Écretteville devenu le centre d’une exploitation rurale de Fécamp et le manerium des moines de Fécamp, délocalisé par rapport au centre du bourg (ADSM 12 FI 292).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10011/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 589k
Légende Plan géométrique de dimage fin XVIIIe siècle (ADSM, 12FI 292).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10011/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Légende La zone détourée à gauche délimite l’appareil du XIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10011/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 695k
Légende Emplacement d’un caisson des latrines supprimé au XVe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10011/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Légende Porte du XIIIe siècle près de la courtine sud.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10011/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Légende Le Catel vu de façon approximative mais possédant encore ses tours de façade.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10011/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Légende Lettrines D avec leur lettre d’attente au centre (XVe-XVIe siècles).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10011/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 312k

Auteur

Moine bénédictin de l’abbaye de Saint-Wandrille. Poursuit des recherches sur l’histoire de la Normandie.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540