Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

IIe Partie. Mottes, châteaux et manoirs

À propos de l’acte de vente de janvier 1291 : Neuf-Marché-en-Lyons, radiographie d’une châtellenie normande

Bruno Nardeux

Texte intégral

Les quatre châtellenies-verderies de la forêt de Lyons aux XIIIe-XIVe siècles.

1Encore identifiable sur la carte de Cassini par la mention « un des quatre anciens châteaux de Lyons », la châtellenie du Neuf-Marché – à la différence de celle de Lyons, de Beauvoir ou encore celle de Longchamps – n’a pas toujours relevé au Moyen Âge du domaine royal de Lyons-la-Forêt. Ainsi s’explique cet acte de vente de la châtellenie du Neuf-Marché qui permet, à son acquéreur le roi de France Philippe le Bel, de reconstituer l’intégrité de la grande forêt royale de Lyons mise à mal par les guerres franco-normandes des années 1193-1204.

  • 1 Léopold Delisle, Catalogue des actes de Philippe-Auguste, réédition Slatkine, 1975, acte no 444.

2Rappelons brièvement les faits. La longue captivité de Richard Plantagenêt au retour de la croisade donne à son rival, Philippe Auguste, une occasion unique de se saisir, à peu de frais, d’une grande partie du glacis défensif du duché de Normandie. L’affaire fut rapidement menée. À titre d’exemple, dans le bailliage de Gisors, tous les châteaux du plateau du Vexin normand : Gisors, Neaufles, Château-sur-Epte, Gamaches, etc. comme ceux de la forêt de Lyons, à commencer par le castrum de Neuf-Marché, basculent dans le camp français dès les premiers mois de l’année 1193. C’est dans ce contexte que Philippe Auguste démembre le domaine royal de Lyons pour remettre dans les mains de Guillaume de Garlande, son familier, la châtellenie du Neuf-Marché1. Un siècle plus tard, c’est tout naturellement que l’on retrouve cette possession dans le patrimoine de Jean de Tournebus qui par son mariage avec l’arrière-petite-fille de Guillaume de Garlande – Isabelle de Beaumont, dame du Neuf-Marché – en est devenu le nouveau seigneur.

  • 2 Élisabeth Lalou, Itinéraire de Philippe IV le Bel (1285-1314), 2 volumes, Mémoires de l’Académie d (...)

3Quelles raisons ont pu conduire Philippe le Bel à recouvrer Neuf-Marché ? L’acte de vente, bien sûr, n’en dit mot mais l’on sait le vif intérêt que manifeste déjà ce grand chasseur pour la forêt de Lyons. Il suffit d’observer son itinéraire2 pour découvrir que depuis son avènement en 1286, le roi de France a toujours réussi à séjourner au moins une dizaine de jours dans la forêt, entre le 15 août et le 30 septembre de chaque année. Mais quel intérêt d’acquérir une nouvelle résidence alors que le roi dispose déjà de deux castra : Longchamps et Lyons, et vient d’achever la construction d’un manoir au nord de la forêt, à la Feuillie ? Il faut sans doute penser qu’un réseau de trois résidences était encore jugé insuffisant pour traquer le gibier sur plusieurs jours dans un périmètre de chasse qui, à l’époque, devait atteindre 300 km². Philippe le Bel n’a d’ailleurs pas attendu l’automne 1291 pour faire étape à Neuf-Marché. Deux chartes de 1288, l’une signée en septembre, l’autre en novembre, révèlent l’intérêt qu’il paraît déjà accorder à ce grand castrum.

4Quel prix dut consentir le roi pour obtenir Neuf-Marché ? La question est sans réponse car comme souvent avec Philippe le Bel, l’acquisition n’a pas résulté ici d’un achat, mais d’un échange avec Jean de Tournebus et son épouse. Ce mécanisme destiné à ménager le Trésor royal nous est bien connu. L’on procède à un relevé systématique des rentes produites par tous les biens et droits féodaux constitutifs du fief afin de vérifier l’équité de la transaction. Une telle logique intéressante pour faire ressortir la structure féodale de la châtellenie convoitée, laisse paradoxalement dans l’ombre le siège monumental du pouvoir local. Du château en lui-même, faute de pouvoir traduire en termes financiers son rendement militaire, nous ne saurons donc rien ou pas grand-chose. Tout au plus apprend-on l’existence de six tourelles qu’il faut bien recenser et nommer pour inventorier le service féodal d’estage sans que l’on nous précise s’il s’agit de services rendus au château, au sens strict, ou sur la muraille urbaine.

5Il n’empêche que ce document est plus détaillé qu’un acte d’« aveu et dénombrement », plus synthétique, et que l’on dispose ainsi d’un magnifique inventaire des biens et droits féodaux constitutifs d’une châtellenie normande de la fin du XIIIe siècle, évalués au denier près.

6Rédigé vraisemblablement par des notaires particulièrement attentifs à la qualité exceptionnelle de l’acheteur, l’acte se présente sous la forme d’un document soigné, à l’écriture cursive régulière et à la structure parfaitement lisible. Il commence par une introduction rappelant l’identité des vendeurs, entre autres celle d’Isabelle de Beaumont par laquelle le bien est entré dans le patrimoine du couple. Il se poursuit par l’estimation précise des droits et services attachés à la châtellenie du Neuf-Marché et présentés selon un plan bi-partite : d’abord la partie non fieffée de la châtellenie – champs, prés, villages et bois – suivie par l’énoncé des fiefs et des services d’estage au château du Neuf-Marché. Il se prolonge par l’évaluation globale des biens cédés par le roi dans le bailliage de Rouen pour vérifier l’équilibre de la transaction et s’achève par les formules juridiques d’usage qui garantissent la solidité de l’acte.

7Il faut le redire ici, la nature particulière de notre document conditionne le type d’informations que l’on peut y relever. Il n’est pas surprenant, par exemple, de découvrir peu de mentions de superficie dans un acte avant tout conçu pour estimer la valeur du bien échangé. À l’acre ou l’arpent, ses rédacteurs ont manifestement préféré une autre unité de mesure, d’un emploi pourtant assez rare en Normandie : la livrée subdivisée elle-même en soudée puis en denrée qui permet de traduire immédiatement en livre, sou et denier le revenu annuel de la terre fieffée ou non fieffée ainsi estimée. Pour autant, cette volonté de simplifier la lecture de l’acte n’a pas empêché ses auteurs d’utiliser les deux principales monnaies de compte de l’époque : la livre tournois et la livre parisis. Si un tel emploi est évidemment lié à la localisation frontalière du Neuf-Marché, l’absence d’opérations de conversion peut aussi signifier que l’on s’est contenté de recopier des actes antérieurs. Ces précautions prises n’altèrent en rien l’intérêt d’un texte pour apprécier la consistance économique, juridique et même sociale d’une châtellenie normande au début du règne de Philippe le Bel.

Un territoire bien identifiable

  • 3 Exemple de Thomas de Lausnay pour Launay (Seine-Maritime), de Hue D’ernemont pour Ernemont (Seine- (...)
  • 4 Le géopatronyme d’un feudataire ne nous garantit pas à coup sûr la localisation de son fief. Le ri (...)

8L’ensemble des biens fieffés et non fieffés de la châtellenie du Neuf-Marché constitue un territoire d’un seul tenant, aisément localisable à l’angle nord-est du pays de Lyons. Comme souvent, l’acte comptable commence par inventorier le domaine du seigneur établi sur les terres les plus riches et les mieux situées lorsque celles-ci n’ont pas été loties sous forme de tenures paysannes ou cédées à des fermiers. Considérons d’abord la réserve seigneuriale dont la partie cultivée en faire-valoir direct constitue encore une composante essentielle. Concentrée, semble-t-il, aux abords immédiats du château du Neuf-Marché, elle cohabite avec les différentes formes de concessions habituellement rencontrées pour cette époque dans la documentation : tenures à cens, tenures à champart. Mais si la réserve seigneuriale contribue pour plus de la moitié aux revenus tirés par le châtelain de la paroisse du Neuf-Marché, elle a presque entièrement disparu des trois autres paroisses : Bézu-la-Forêt, Martagny, Mesnil-sous-Vienne, qui complètent l’assise du domaine. Viennent ensuite les bois de la châtellenie qui nous rappellent l’importance de la forêt de Lyons, alors étendue sur plus de 20 000 hectares. Certes le recul forestier a déjà bien commencé, en particulier sur la rive gauche de la Lévrière, mais certains secteurs forestiers sont encore bien préservés comme la Haye du Neuf-Marché qui doit sans doute son nom à la palissade qui la protégeait ou encore certaines collines boisées dont les toponymes : mont Renout, mont des Tyrs ou mont Mirel annoncent déjà les premières hauteurs du pays de Bray. L’inventaire s’achève logiquement par la description du domaine fieffé. Selon les fiefs, au nombre ici de 17, auxquels il faut ajouter une dizaine d’arrière-fiefs, les précisions données pour les identifier sont plus ou moins explicites. Deux localités seulement sont citées : Mainneville et Talmontiers, mais dans sept cas, lorsque le feudataire est désigné du nom de son village3, l’information peut être jugée suffisante4 pour esquisser les contours de la châtellenie.

9Comment à la fin du XIIIe siècle faut-il se représenter une châtellenie à la frontière des deux Vexins ? Car même si de nombreuses zones d’ombre subsistent, l’information glanée au fil du texte donne quelque consistance à une réalité féodale, on le sait, alors en pleine évolution.

Un domaine bien typé

10Concernant d’abord la partie non fieffée de Neuf-Marché, plusieurs caractères peuvent être dégagés.

11– La cohésion géographique du territoire resté dans la main du châtelain. Les quatre paroisses sur lesquelles s’étend le domaine de Jean de Tournebus : Neuf-Marché, Bézu-la-Forêt, Martagny et Mesnil-sous-Vienne sont attenantes les unes aux autres. Structurées par deux axes, la haute vallée de la Lévrière et la lisière sud-est de la forêt de Lyons, elles constituent le prolongement des riches terres à blé du Vexin normand.

  • 5 Guy Bois, Crise du féodalisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2(...)
  • 6 Nombreuses mentions de vignes dans les aveux et dénombrements des XIVe-XVe siècles à Étrépagny, Ne (...)
  • 7 Empiétant largement sur le plateau du Vexin normand, le finage de Bézu-la-Forêt auquel corresponde (...)
  • 8 Si l’addition effectuée masque la part respective des deux redevances, il est hautement probable q (...)

12– La richesse économique de la châtellenie. Elle ressort très clairement des banalités perçues par le châtelain mais aussi des taxes sur les transports et le commerce des marchandises. Pour une fois, en Haute-Normandie, la trilogie des banalités se trouve respectée. Contrairement par exemple au pays de Caux5, la vigne n’est pas rare dans le Vexin normand et sur la vallée de l’Epte6, mais la modicité du banvin nous interdit tout excès d’enthousiasme. Seconde surprise, le four banal du Neuf-Marché rapporte à son seigneur une somme substantielle de 14 livres parisis par an, soit 3,5 livres de plus que le moulin. Un tel résultat s’explique sans doute par l’importance du marché tenu localement. Malgré tout à l’échelle du domaine, les revenus tirés des moulins constituent la première source de redevances banales, et ce grâce à deux importants moulins, ceux de Bézu-la-Forêt et de Viseneuil situés sur la Lévrière7. Un autre prélèvement paraît encore mieux révéler le rayonnement économique de la châtellenie. Il apparaît sous l’expression « travers et coustume du marchié du Neuf Marchié ». L’inventaire des droits et biens du châtelain l’évalue à 50 livres parisis. Contrairement aux 2,5 livres rapportées par le péage de Talmontiers, la somme n’est pas anodine. Elle procède, pour Neuf-Marché, de l’addition des droits seigneuriaux sur les foires et marchés (« coutumes ») et sur le péage perçu à l’entrée du bourg8. Ce niveau élevé des échanges locaux rend compte aussi bien de la richesse du terroir que de la situation de carrefour occupée par Neuf-Marché, sur la vallée de l’Epte, aux confins de la France, de la Normandie et de la Picardie.

13– La mainmise très inégale du châtelain sur son domaine. Selon les paroisses, nous observons en effet une grande diversité des droits et biens détenus, mais une seigneurie se détache parmi toutes, le Neuf-Marché. L’éventail des droits détenus et des modes d’exploitation y est très riche. À la réserve toujours exploitée en faire-valoir direct et aux deux types traditionnels de tenures – à cens et à champart – sont venus s’ajouter des terres arrentées – champs ou près – d’un rendement financier beaucoup plus élevé. Les autres revenus correspondent à un éventail large de droits seigneuriaux qui concernent aussi bien les banalités que les droits de justice ou les droits commerciaux. Vis-à-vis de cette localité éminente représentée par Neuf-Marché, les autres paroisses font figure de seigneuries incomplètes. Seul le Mesnil-sous-Vienne dépourvu de péage et de droits sur les marchés et foires mais doté de tous les autres droits seigneuriaux peut supporter la comparaison, mais à des niveaux de revenus quatre à cinq fois moindres.

  • 9 À en croire le chroniqueur Henry de Huntingdon dans son Historia Anglorum, éd. D. Greenway, Oxford (...)
  • 10 Bellozanne, Brémontier-Merval, Seine-Maritime, arr. Dieppe, cant. Gournay-en-Bray.

14– La place insigne des eaux et forêts. Autre atout économique de la châtellenie, les bois et eaux pèsent pour près de 60 % de l’ensemble des revenus tirés de l’exploitation du domaine. Un tel poids économique de la sylviculture ne doit pas nous surprendre, à proximité immédiate de l’une des plus importantes forêts du royaume, pour le Moyen Âge. Qu’il s’agisse du bois de construction, du bois de chauffage ou de la production du charbon de bois pour alimenter les bas fourneaux de la région de Beauvoir-en-Lyons ou de Forges, les débouchés de la forêt de Lyons sont multiples. C’est d’ailleurs sans doute à un déboisement excessif que l’on doit aujourd’hui la difficulté d’identifier certains bois comme ceux de Hupeaumont ou encore ceux des Tyrs et du mont Mirel, aujourd’hui totalement oubliés. D’importance secondaire, les eaux sont une autre spécialité économique de la région, moins connue certes, mais qu’il convient de souligner. On se contentera ici de rappeler l’existence dans la vicomté de Gisors de nombreux viviers, suffisamment réputés pour approvisionner la table d’un roi comme Philippe le Bel ou de son épouse, Jeanne de Navarre, à l’image de ceux des Andelys (Eure), de Lyons9 (Eure), de Gournay-en-Bray (Seine-Maritime), ou encore de Bellozanne (Seine-Maritime)10.

15– Une organisation sociale à peine esquissée. Si l’on ne s’en tient qu’au domaine de Jean de Tournebus, c’est la principale lacune de cette première partie de la charte. L’exploitation paysanne se trouve en effet noyée dans une présentation comptable qui se contente d’énumérer les rentes en deniers ou en nature, attachés aux tenures ou aux fermes. Des bordiers, des vilains, des fermiers comme des métayers, il n’en sera donc pas question. Tout au plus, voit-on surgir sur le ressort de la paroisse de Neuf-Marché des vavasseurs (« frans hommes ») dont les « ostages », plutôt que d’être classés avec les estages dus par les feudataires, chevaliers ou écuyers, sont comptabilisés comme simple composante de la rente seigneuriale.

Un bel exemple normand de service féodal : les estages du Neuf-Marché

16C’est en bonne logique féodale que la charte, après avoir énuméré les différents droits et biens attachés au domaine du Neuf-Marché, procède au recensement de la partie fieffée. Les précisions apportées sur l’identité du feudataire, la quotité des fiefs et du service d’estage qui lui est attaché confèrent à notre document un intérêt tout particulier. Et ce d’autant plus qu’une charte inédite conservée dans le fonds français à la cote fr 6538 nous permet de confronter à cinquante ans de distance deux listes complètes des services d’estage du Neuf-Marché.

  • 11 Le document n’est pas daté mais une comparaison de cette liste seigneuriale avec le pouillé d’Eude (...)

Les estages du Neuf-Marché au milieu du XIII e siècle (BnF fr 6538) 11

17À deux générations de distance, la liste de 1250 s’accorde assez bien avec celle de l’acte de 1291. À titre d’exemple, la moitié des lignages cités sous le règne de Philippe le Bel sont attestés quarante ans plus tôt. Le fait que ce soient plutôt les miles désignés du nom de leur localité d’origine qui se maintiennent davantage laisse à penser que les familles les plus anciennes, bien ancrées sur leur territoire d’origine ou à proximité immédiate, connaissent une plus forte stabilité géographique que celles constituées d’hommes nouveaux.

18Ces deux documents nous montrent que pour une châtellenie de l’importance du Neuf-Marché, le service de garde continue d’être assuré tout au long du XIIIe siècle. Certes, le nombre total de jours de garde assurés par les vassaux du châtelain du Neuf-Marché diminue de moitié pour passer de 300 jours vers 1250 – vraisemblablement un an en tenant compte des lacunes du document – à environ 150 en 1291, comme d’ailleurs le nombre de feudataires concerné – de 24 à 17 – mais l’obligation d’estage reste une réalité encore bien pesante pour un siècle souvent présenté comme apaisé. Contrairement à ce qui est parfois avancé, le nombre de jours de garde attaché à un fief en 1250 atteint en effet le nombre élevé de 60 jours pour se maintenir encore à 40 jours à la fin du siècle. Bien sûr une telle durée se concilie avec le principe de divisibilité qui permet en cas de partage du fief d’assurer un service de garde proportionné à la part détenu. On sait que ce principe aura tendance à se distendre à la fin du Moyen Âge, ce que semble déjà annoncer les deux cas particuliers de l’acte de 1291 illustrés par Pierre Clignet (un quart de fief pour 5 jours de garde) et Enguerrand de Marigny (un demi fief pour 10 jours de garde) à moins que la durée réglementaire ne soit tombée à 20 jours pour deux fiefs qui ont pu être concédés plus tardivement que les autres. Quant à l’abonnement qui permet de remplacer cette obligation féodale par une somme d’argent fixée une fois pour toutes, il n’en est guère question contrairement à ce qui semble se pratiquer depuis longtemps dans d’autres régions du Bassin parisien.

19Nous manquons d’éléments de comparaison à l’échelle de la Normandie pour pouvoir évaluer avec précision le poids économique de la châtellenie du Neuf-Marché. À quelques kilomètres seulement des riches terres à blé du Vexin normand, sans doute se place t-elle dans une honnête moyenne. Plus significative en revanche nous paraît être l’organisation féodale qui s’en dégage. Même si le système féodal commence manifestement de s’éroder à la fin du XIIIe siècle, « tenir en fief », du moins au Neuf-Marché, suppose encore au début du règne de Philippe le Bel le maintien d’un devoir vassalique contraignant. Particularisme normand ou originalité locale ? À l’appui de cette seconde hypothèse, il suffit de rappeler le rôle éminent joué par les grands châteaux du Vexin normand au siècle précédent : Neaufles, Gisors, Lyons, Château-Gaillard dans les guerres franco-normandes. Et de se représenter la charge symbolique qu’ont dû continuer de représenter ces lieux de pouvoir pour la population locale, jusqu’à la fin du Moyen Âge, et sans doute au-delà.

La châtellenie du Neuf-Marché : domaine et fiefs.

Annexes

Annexes

I

L’acte signé en janvier 1291 [n.st.] donne lieu à un inventaire détaillé des deux parties non fieffées et fieffées constitutives de la châtellenie. À quelques livres près, les 718 livres tournois de revenus domaniaux que l’on peut espérer tirer de la châtellenie de Neuf-Marché correspondent bien aux 711 livres tournois assurées par le roi. L’écart plus important qui sépare les évaluations respectives des deux ensembles fieffés, 928 livres tournois pour Neuf-Marché contre 893 livres tournois pour l’apport royal n’est pas pour autant de nature – il ne s’agit pas de revenus à percevoir – à mettre en cause l’équilibre financier de la transaction.

Inventorié au Trésor des chartes des Archives nationales sous la cote J 217, no 3, cet acte original sur parchemin (535 × 430 mm), parfaitement conservé est scellé de deux sceaux de cire verte, celui de Jean de Tournebus (sceau équestre) et celui d’Isabelle de Beaumont (sceau en navette). Léopold Delisle qui en donne une transcription partielle (BnF Naf 21 812, p 520 à 423 v °) – les noms propres sont pour la plupart laissés en blanc – l’avait déjà repéré à la fin du XIXe siècle, sans pour autant l’éditer. L’information historique recueillie à propos d’un mémoire de Master sur le Pays de Lyons du Xe au XVe siècle, soutenu à l’Université de Rouen en octobre 2006 devant Anne-Marie Flambard Héricher et Élisabeth Lalou, nous donne ici l’occasion d’en proposer une édition critique.

Janvier 1291 [n.st.]

Jean de Tournebus, chevalier, échange la châtellenie de Neuf-Marché sur Epte qu’il détient, en raison de sa femme Isabelle de Beaumont, dame de Neuf-Marché, avec des biens appartenant au roi de France, situés dans le bailliage de Rouen.

A touz ceus qui ces presentes lettres verront et orront, je, Jehen de Tournebusc, chevalier, seigneur du Bec Thommas, et je, Ysabel de Beaumont, fame d’iceli chevalier saluz. Sachent touz presenz et a venir que nous, de nostre commun assentement et de nostre bonne volenté sanz nul constraignement et pour le profit de nous et de nos heirs, avons donné, octroié, quitié et delessié a touz jourz a tres excellent prince, nostre chier seigneur, le roi de France et a ses successeurs toutes les choses et chascunes qui ci desouz ensuivent, les queles sont toutes et moevent d’un propre heritage de moy dite Ysabel.

Cest assavoir le chastel et la garenne du Noef Marchié sur Eithe, par pris de sept vinz livrees de terre a tournois chascun an.

Item les cens du Noef Marchié en deniers chascun an, ala feste saint Remy [1er oct.], treize livres et quinze soulz parisis.

Item trente et sis chapons de rente a nouel, par dis et huit soulz parisis.

Item quatre vinz gelines deues a nouel au Noef Marchié, par vint sis soulz et huit deniers parisis.

Item trente et sis mines d’avoine de rente a nouel, par sexante soulz parisis.

Item les tournois deuz a nouel au Noef Marchié, par sexante quatre soulz parisis d’anuel rente.

Item le ban des vins venduz au Noef Marchié, par quarante soulz parisis de rente.

Item le moulin du Noef Marchié, par pris de sept muis de blé de la value de dis livres et dis soulz parisis.

Item le four du Noef Marchié, par pris de quatorze livres parisis de rente par an.

Item vint acres de terre gaaignable en la parroisse du Noef Marchié par pris de huit livres parisis de rente.

Item dis et huit arpenz de prez en icelle parroisse, par dis et huit livres parisis de rente.

Item les ventes et la basse justice du Noef Marchié, par pris de dis livres parisis.

Item la seiche moulte, par vint soulz parisis.

Item le travers et la coustume du marchié du Noef Marchié, par pris de cinquante livres parisis.

Item trois muys de champart, par pris de quatre livres et dis soulz parisis.

Item trois cenz oes, par trois soulz parisis.

Item au Noef Marchié, le gardin de Roye, la prise du poisson, l’usage que le manoir de Combelert a en la forest de Lions, cest assavoir ardoir, hebergier, pasturage, pasnage et quatre acres et demie de terre en la parroisse du Noef Marchié et les ostages que les frans hommes doivent au chastel du Noef Marchié, par pris de douze livres quinze soulz et un denier parisis.

Item a Besu en la forest, les champarz, par pris de cent soulz parisis.

Item le travers de cette ville, par sexante soulz parisis.

Item le ban de cette ville, par vint soulz parisis.

Item le moulin de Besu et le moulin de Viseignoil, par pris de quarante deus livres parisis.

Item a Talemonstier, le travers de cette ville, par pris de cinquante soulz parisis.

Item au Mesnil souz Viane, le moulin de cette ville, par trois muys et demi de blé de la value de cent et cinq soulz parisis.

Item un muy de champart, par trente soulz parisis.

Item les cens en deniers deuz au Mesnil sexante et dis noef soulz parisis.

Item dis et huit capons, par noef soulz parisis.

Item une piece de pré, par douze soulz parisis.

Item les ventes, les servises, les amendes, de cette ville, seize soulz parisis.

Item le ban de cette ville, par dis soulz parisis.

Item a Marteigny trente et huit mines d’avoine, par pris de sexante trois soulz et quatre deniers parisis.

Item trente et huit gelines, par pris de douze soulz et huit deniers parisis.

Item trente et huit pains, par sis soulz et quatre deniers parisis.

Item sept vinz et dis oes, par dis huit deniers parisis.

Item quinze garbes et deus capons, par pris de sept soulz parisis.

Item les amendes, par seize soulz parisis.

Item menuz cens et les rentes, par sexante trois soulz parisis.

Item deus acres de terre, par douze deniers parisis.

Item le vivier de Besu et le vivier de Viseignoel et les autres eaues de la chastelerie du Noef Marché, par pris de dis livres et dis soulz parisis.

Item les conquéz que nous avons faiz de nouvel en la dite chastelerie, par sexante douze soulz et quatre deniers parisis.

Item quatorze mines davoine de rente, par pris de vint trois soulz et quatre deniers parisis.

Item les bois de la haye du Noef Marchié en la quele il a dis sept cenz sexante et sept arpenz de bois aveques le fonz de la terre, par pris de sept vinz sept livres et cinq soulz parisis.

Item les bois du mont Renout sis vinz quatorze arpenz, par pris de seize livres et quinze soulz parisis.

Item les bois de Hupeaumont treize arpenz et demi, par quatorze soulz sept deniers et maaille.

Item les bois Bosquentin vint cinq arpenz et demi et dis perches, par pris de vint et un soulz et quatre deniers parisis.

Item les bois de Viane vint deus arpenz et demys perches, par pris de vint trois soulz et onze deniers parisis de rente.

Item les bois du mont des Tynz et du mont Mirel quatre vinz et huit arpenz et vint et cinq perches, par pris de huit livres seize soulz et sis deniers parisis.

Item les bois de la Perruche vint deus arpenz, par pris de vint et trois soulz et sis deniers parisis.

Item les bois des monz de Talemonstier trois cenz cinquante et noef arpenz, par pris de trente et huit livres dis sept soulz et dis deniers parisis.

Item les fyez monseigneur Jehen de Roye, chevalier, cest assavoir quatre vinz livrees de terre a tournois, que il tient par le quart d’un membre de haubert et en doit dis jourz de garde au chastel du Noef Marchié, en la tourelle Pierres Le Prevost, et sexante livrees a tournois, que il tient par demy fyé et en doit vint jourz de garde au lieu desus dit.

Item le fyé monseigneur Thommas de Lausney, chevalier, c’est assavoir sexante deus livrees et dis soudees de terre a tournois que il tient par le tierz dun membre et en doit treize jourz et demi de garde au dit chastel, en la tourelle qui fu Pierres Loiseleur.

Item le fyé Pierres de Lausney, escuier sexante deus livrees et dis soulz a tournois, que il tient par le tierz dun membre et en doit treize jourz et demi de garde, en la tourele qui fu au dit Pierres Loiseleur.

Item le fyé Nichole Bosquentin, escuier trente et sept livrees de terre a tournois, que il tient et son demaigne et treize livrees a tournois que ses freres et ses suers tiennent de lui, et cent soudees a tournois, que Guillaume Lucas tient du dit Nichole, et quinze livrees a tournois que Robert de Grainville, escuier, tient d’iceli Nichole par lignage, et de tout ce doit le dit Nichole, vint jourz de garde en la tourele Raoul Le Queu.

Item le fyé Henri Haubergon, escuier, trente livrees a tournois que il tient par le quart dun membre et en doit dis jourz de garde au dit chastel, en la tourelle Pierres Le Prevost.

Item le fyé Jehan de Saint Pierre Eschans, escuier, douze derrees a tournois et en doit cinq jourz de garde, en la tourelle Godefroi Le Tavernier.

Item le fyé Pierres de Saint Cire, escuier, douze soudees et demie a tournois, que il tient par luitieme d’un membre et en doit cinq jourz de garde, en la tourele Gautier de Henaut.

Item le fyé Dreu de Bouchevillier, escuier, c’est assavoir sexante et quinze livrees a tournois et dis livrees, que monseigneur Hue de Boucheviller, prestre, tient pour les queles choses le dit Dreu doit dis jourz de garde, en la tourele Pierres Loiseleur.

Item le fyé Pierres Clignet, escuier, trente livrees a tournois qu’il tient par le quart d’un membre et en doit cinq iourz de garde, en la tourele Pierres Le Prevost.

Item le fyé Pierres Labbe treize livrees sis soudees et huit derrees a tournois et sis livrees treize soudees et quatre derrees tournois, que ses freres et ses suers tienent de li par lignage et tient le dit Pierres par l’uitieme d’un membre, et en doit cinq jourz de garde, en la tourele sus la bove Gautier de Henaut.

Item le fyé Jehen Boudet vint deus livrees et dis soudees a tournois, qu’il tient par serianterie.

Item le fyé Guillaume de Besu, escuier, cinquante livrees a tournois, qu’il tient par un quart de membre et en doit dis jourz de garde, en la tourele Marie de Mortemer.

Item le fyé Jehen de Beaumont, escuier cest assavoir sept vinz arpenz de bois es monz de Talemonstier, en pris de dis sept livres et dis soulz tournois, q’il tient par la coustume de Veguessin le franceis.

Item le fyé monseigneur Jourdain de Frontebosc, chevalier, dis livrees a tournois et quarante livrees a tournois, que monseigneur Hue d’ernemont, chevalier, tient de li les queles choses le dit mestre Jourdain tient par le tierz dun membre et en doit treize jourz et demi de garde, en la tourele qui fu Pierres Loiseleur.

Item le fyé de Meenneville cent livrees a tournois que Engueren de Marreigny, escuier, tient par demi membre et en doit dis jourz de garde en une des toureles du dit chastel au Noef Marchié.

Item le fié Giles de Gamaches, escuier, c’est assavoir huit vinz deus livrees et dis soudees a tournois a Talemonstier en Veguessin le franceis, et cinq arrerefiez dont chascun vaut quant il eschient cent soulz tournois, et sont tenus ces fyez et ces arrierefyez par l’usage et par la coustume de Veguessin le franceis, et doivent toutes ces gardes et chascune estre faites chascun an, se il plest au seigneur du Noef Marchié.

Les queles choses toutes et chascunes, si comme elles sont desus dites et devisees aveques tout quanque nous avion de heritage en la baillie de Gisorz, nous devant diz Jehen de Tournebusc, chevalier, et Ysabel de Beaumont, fame d’iceli chevalier, avon donné, quitié et delessié au devant dit nostre seigneur le roy, pour certain eschange et pour certain restor, c’est assavoir pour sept cenz onze livrees et quatre derrees a tournois de rente par an en demaigne, et pour sept cenz quatre vinz treize livrees et dis soudees et deus derrees a tournois de fiez, et pour cent livrees d’arrerefyez. Les queles choses escange et restor nostre seigneur le roy a donné quitié et delessié a touz jourz a nous et a nos heirs, en la baillie de Rouen, si comme il apert pleinement par les lettres du dit nostre seigneur le roy scelees de son scel que nous en avons et dont nous nous tenons pour bien paiez. Et sommes tenuz et seron a touz jourz a garantir et a deffendre envers touz a notre seigneur le roy, et a ses successeurs toutes les dites choses et chascune dicelles que nous li avon donné en escange, si comme desus est dit de touz encombremenz, de touz empeschemenz et de toutes autres choses bien et paisiblement. Et prometons en bonne foy chascun de nous que jamés au dit escange du Noef Marchié ne es autres choses toutes ne en aucunes dicelles nous ne demanderon, ne reclameron, ne feron demander, ne reclamer par reison nulle, quele que elle soit ou puisse estre. Et meimement je, devant dite Ysabel, par reison d’eritage, d’eschaance, de conquest, de douaire, de mariage encombre de don pour noces, ne par nulle autre reison, quele que elle soit ou puisse estre. Et sommes tenuz a rendre a nostre seigneur le roy toutes les lettres et touz les garnissemenz que nous avon de touz ceus des quels nous avon causes en toutes les dites choses et en chascune que nous avon escangees a nostre sire le roy, si comme desus est dit. Et pour toutes ces choses tenir fermement et aemplir, nous obligeons nous et nos heirs, et touz nos biens et touz les biens de nos heirs, muebles et non muebles, presenz et a venir, en quicumcque lieu quil soient ou puissent estre trouvez. Et renunchons quant a ce, a tout privilege de croiz, donné et a donner, a toute aide de droit, escript et non escript, de ley, de fait, et de coustume, a toutes excepcions, deffenses, allegacions et a toutes autres choses queles que elles soient ou puissent estre par quoi nous puisson jamés de riens venir contre les choses desus dites.

En tesmoing de ceste chose nous avons mis a cestes presentes lettres nos propres seaus. Ce fu fait lan de grace mil deus cenz quatre vinz et dis au moys de jenvier.

II

Acte d’officialité, 1290 vendredi 12 janvier

Accord préalable donnée par Isabelle de Beaumont, dame de Neuf-Marché, pour autoriser son mari, Jean de Tournebus, chevalier, à vendre au roi de France la châtellenie de Neuf-Marché qu’elle lui avait apportée en dot.

Original, parchemin (235 × 210 mm) scellé d’un sceau de cire brune, sur simple queue de parchemin, Paris, Arch. Nat., J 217, no 4.

Omnibus hoc visuris, officialis Rothomagensis salutem in Domino. Noveritis quod in presencia dilecti nostri Johannis de Maignyaco clerici examinatoris testium curie Rothomagensis iurati a nobis ad hoc specialiter destinati, constituta nobilis mulier domina Ysabellis de Bellomonte, uxor nobilis viri Johannis de Tournebust militis recognovit et confessa fuit coram eodem jurato nostro spontanea voluntate coacta se de assensu predicti militis mariti sui fecisse illustri principi domino regi francorum donationem, concessionem, quitacionem et dimissionem eorum omnium et singulorum de quibus fit mentio in litteris presentibus hiis annexis, secundum convenciones modum et formam in predictis litteris hiis annexis contentos et expressos, juravit insuper dicta nobilis mulier coram eodem intencione spontanea voluntate non coacta ad sancta dei evangelia, quod ipsa contra predictas donationem, concessionem, quitacionem et dimissionem racione hereditagii marita (gi), dotis dotalicii seu donationis propter nuptias vel alia racione quacumque sibi contra potenti vel competitura non veniet in futurum nec in hiis que per easdem litteras hiis annexas dicto domino.. regi dimisit et concessit ut predicitur, quicumque per se vel per alium reclamabit, immo ipsa et heredes sui quos ad hoc specialiter obligat omnia premissa et singula dicto domino.. regi et ejus heredibus garantizabunt et ab omnibus impedimentis et obligationibus liberabunt per ea que dictus dominus.. rex ob premissa in escambium dedit et concessit conjugibus memoratis de quibus etiam fit mentio in litteris antedictis, sub obligationibus et renunciacionibus in sepedictis litteris hiis annexis expressis.

Sicut premissa omnia et singula predictus juratus noster cui fidem plenariam adhibemus nobis retulit viva voce.

In cujus rei testimonium sigillum curie rothomagensis ad relationem predicti jurati nostri presentibus duximus apponendum. Datum anno domini M ° CC ° nonagesimo die veneris ante festum sancti Hilarii.

Glossaire

Acre : Unité de superficie principalement utilisée en Normandie.

Ardoir, chauffage.

Arpent : Unité de superficie réservée le plus souvent en Normandie aux bois, vignes et prés. Voir Léopold Delisle, Études sur la condition de la clase agricole et l’état de l’agriculture en Normandie au Moyen Âge, 1852, p 530 et suiv.

Bove, cave.

Conquéz, acquisition.

Coustume, droit perçu sur les foires et marchés.

Demaigne, domaine. Terres non fieffées.

Frans hommes, vavasseurs.

Garbe, gerbe. Usage ici incertain.

Garnissemenz. Garantie, succession.

Haye, forêt ou bois clôturé.

Hébergier, construction et réparations

Livree, livrée. Désigne une étendue de terre qui rapporte, en une année normale, une livre. Cette unité de mesure plus fréquente, semble-t-il, en Haute qu’en Basse Normandie se décline en soudée pour un sou de rente et en denrée pour un denier de rente. Pour d’autres exemples normands aux Archives Nationales, voir J 216 no 12 et 12bis pour des actes concernant la baillie de Verneuil, respectivement en 1291 et en 1282.

Mine d’avoine : Unité de capacité. Dans le Pays de Lyons comme ailleurs en Normandie, l’on respecte les équivalences suivantes : un muid pour 12 setiers ou pour 24 mines ou encore pour 96 boisseaux. Voir par exemple pour le Pays de Lyons à la fin du XIIe siècle, les Magni Rotuli scaccarii Normanniae édités par Thomas Stapleton en 1840-1844, volume 2, p. 494 et 495.

Nouel pour noël.

Ostages, service militaire dû par les vavasseurs au château dont ils dépendent. Le terme peut aussi être pris pour le paiement de redevances.

Pasnage, droit de faire paître les porcs dans la forêt.

Restor. Dédommagement.

Seiche moulte, droit de mouture acquitté en grain.

Terre gaaignable, terre cultivée ou cultivable.

Tournois. Redevance annuelle. Voir Tournoierie dans F. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française, Paris, 1881-1899.

Travers, péage.

Identification des noms de lieux

Bec Thommas. Bec-Thomas, Eure, arr. Bernay, cant. Amfreville-la-Campagne. Sur le lignage des Tournebu, détenteurs de la seigneurie du Bec-Thomas depuis le XIIe siècle, consulter A. Le Prévost, Mémoires et notes de M Auguste le Prévost pour servir à l’histoire du département de l’Eure, Evreux, Hérissey, 1862, p. 242 et 243, 1er volume.

Besu en la forest. Bézu-la-Forêt, Eure, arr. Les Andelys, cant. Lyons-la-Forêt.

Besu. Bézu-la-Forêt, Eure, arr. Les Andelys, cant. Lyons-la-Forêt. Lignage souvent attesté jusqu’au milieu du XIVe siècle qui tire son nom d’une localité située sur le territoire de la châtellenie du Neuf-Marché.

Bois de la Perruche. Bois aujourd’hui disparu. Est encore signalé dans une carte du doyenné de Gisors, du milieu du XVIIIe siècle, comme bois de la Perruque à l’emplacement actuel du hameau des Flamands (Commune de Neuf-Marché). Voir BnF, Cartes et plans Ge D 7439.

Bosquentin. Bosquentin, Eure, arr. Les Andelys, cant. Lyons-la-Forêt. Lignage qui tire son nom d’une localité située dans la plaine du Vexin Normand, en dehors du Pays de Lyons.

Bouchevillier. Bouchevilliers, Eure, arr. Les Andelys, cant. Lyons-la-Forêt. Lignage bien attesté dans la documentation depuis la fin du XIIe siècle, tirant son nom d’une localité qui, située sur la rive gauche de l’Epte, n’en dépendait pas moins du Pays de Lyons. Consulter par exemple A. Le Prévost, Mémoires (…), op. cité. vol. 1, p 385.

Cluygnet. Première mention connue d’un lignage encore attesté à Neuf-Marché au XVe siècle par le fief éponyme : le fief Cluygnet qui avait conservé le nom de sa principale famille détentrice. Voir Dom Lenoir, AN 104 MI 37 p. 1567.

Eithe. L’Epte (rivière).

Ernemont. Ernemont-la-Villette, Seine-Maritime, arr. Dieppe, cant. Gournay-en-Bray. Lignage qui tire son nom d’une localité située sur le territoire de la châtellenie du Neuf-Marché

Gamaches. Gamaches-en-Vexin, Eure, arr. Les Andelys, cant. Etrépagny. Un lignage ancien bien implanté dans la région d’Ecouis – Etrépagny qui tire son nom de son fief principal, situé dans les riches plaines à blé du Vexin normand.

Gardin de Roye. Lieu non identifié. Voir Jehen de Roye dans « personnes citées », pages suivantes.

Grainville. Grainville, Eure, arr. Les Andelys, cant. Fleury-sur-Andelle. Lignage qui tire son nom d’une localité située dans la plaine du Vexin Normand, en dehors du Pays de Lyons.

Hupeaumont. Lieu non identifié, voir Arch. nat., J 208 Chambly no 9 (10 novembre 1292).

Lausney. Launay, Seine-Maritime, arr. Dieppe, cant. Gournay-en-Bray, c. Ernemont-la-Villette. Lignage qui tire son nom d’une localité située sur le territoire de la châtellenie du Neuf-Marché.

Manoir de Combelert. Lieu non identifié.

Marteigny. Martagny, Eure, arr. Les Andelys, cant. Gisors.

Meenneville. Mainneville, Eure, arr. Les Andelys, cant. Gisors.

Mesnil souz Viane. Mesnil-sous-Vienne, Eure, arr. Les Andelys, cant. Gisors. Toponyme qui suggère l’existence d’un Viane ou d’un Vien(n)e, si l’on respecte la prononciation normande qui pourrait bien correspondre au château et à l’église, aujourd’hui sur le territoire de la commune de Mesnil-Sous-Vienne, mais situé sur la rive opposée de la Lévrière par rapport au reste du village. Voir aussi ci-dessous Viane.

Mont des Tynz. Lieu non identifié.

Mont Mirel. Lieu non identifié.

Mont Renout. Mont Renoux. Lieu-dit situé dans le bois communal de Neuf-Marché.

Monz de Talemonstier. Mont de Talmontiers.

Noef Marchié. Neuf-Marché, Seine-Maritime, arr. Dieppe, cant. Gournay-en-Bray.

Notre-Dame de Mortemer. Eure, arr. Les Andelys, cant. Lyons-la-Forêt. Abbaye cistercienne de fondation royale, fortement possessionnée dans le Pays de Lyons et la plaine du Vexin normand.

Saint Pierre Eschans. Saint-Pierre-ès-Champs, Oise, arr. Beauvais, acnt. Coudray-Saint-Germer. Lignage souvent cité dans la documentation qui tire son nom d’une localité située sur la rive gauche de l’Epte, en face du Neuf-Marché. Voir par exemple pour le XVe siècle, Catalogue des archive du collège héraldique et historique de France. Vente Techener, 1866. Acte no 1869. Voir aussi dom Lenoir, AN 104 MI 5 p 357, 104 MI 8 p 279, 104 MI 52 p 237.

Talemonstier. Talmontiers, Oise, arr. Beauvais, cant. Le Coudray-Saint-Germer.

Veguessin le franceis. Vexin français.

Viane. Vienne. Lieu confondu depuis le XIVe siècle avec Mesnil-sous-Vienne. Ces bois de Viane sont à nouveau cités dans les comptes de Pierre de Hangest, bailli de Verneuil et de Gisors pour le terme de Pâques 1302. Ils y sont présentés comme dépendant du manoir de Viane, aujourd’hui disparu, mais qui pourrait bien correspondre à l’emplacement actuel du château du Mesnil-sous-Vienne. Consulter R. Fawtier, Comptes royaux (1285-1314), t. II, p. 138, no 15777.

Viseignoil. Viseneuil. Lieu-dit traversé par la Lévrière, Eure, arr. Les Andelys, cant. Lyons-la-Forêt, com. Bézu-la-Forêt.

Personnes citées

Dreu de Bouchevilliers, Bouchevilliers, Eure, arr. Les Andelys, cant. Gisors. Lignage bien attesté dans la documentation depuis la fin du XIIe siècle, tirant son nom d’une localité qui, située sur la rive gauche de l’Epte, n’en dépendait pas moins du Pays de Lyons. Consulter par exemple A. Le Prévost, Mémoires (…), op. cit. vol. 1, p 385.

Engueren de Marreigny, Enguerran de Marigny. Première mention connue du futur chambellan de Philippe le Bel, âgé vraisemblablement d’une vingtaine d’années.

Gautier de Henaut, individu non identifié

Godefroi Le Tavernier, individu non identifié

Guill Lucas, individu non identifié

Henri Haubergon, première mention connue d’un lignage parfois cité dans la documentation, dans les châtellenies de Longchamps et du Neuf-Marché, pour les XIVe et XVe siècles. Voir par exemple Dom Lenoir, AN 104 MI 43 p. 392.

Hue d’Ernemont, Ernemont-la-Villette, Seine-Maritime, arr. Dieppe, cant. Gournay-en-Bray. Lignage qui tire son nom d’une localité située sur le territoire de la châtellenie du Neuf-Marché

Isabelle de Beaumont (Beaumont-sur-Oise, Val d’Oise, arr. Sarcelles) a épousé Jean de Tournebus, au plus tard en 1276. C’est ce que nous apprend un registre des Olim qui nous précise que, cette année-là, Jean de Tournebus est déjà seigneur du Neuf-Marché. Les généalogistes présentent, en général, Isabelle de Beaumont comme la fille de Thibaud de Beaumont, lui-même fils de Jean de Beaumont et d’Isabelle de Garlande qui aurait hérité de son père, Guillaume de Garlande, la châtellenie de Neuf-Marché. Ces informations sont en cours de vérification.

Jehen Boudet, individu non identifié. La sergenterie fieffée qu’il détient est vraisemblablement une sergenterie forestière.

Jehen de Beaumont, vraisemblablement un cousin d’Isabelle de Beaumont. Jean de Beaumont est aussi le nom du grand-père d’Isabelle.

Jehen de Roye, lignage rendu célèbre par Barthélemy de Roye, l’un des plus éminents conseillers de Philippe Auguste. Sur ce personnage, consulter John Baldwin, Philippe Auguste, Fayard, Paris, 1991 p. 152 et 153. Originaire de la ville de Roye dans le Vermandois, Barthélémy n’eut pas de fils, mais l’une de ses filles épousa Guillaume Crespin, un puissant seigneur normand, richement possessionné dans le Vexin Normand, y compris au Neuf-Marché que les Crespin tiennent en fief au XIIe siècle. Voir The Red Book of the Exchequer, éd. Hubert Hall, London, 1896.

Jourdain de Frontebosc, lignage attesté au Neuf-Marché du milieu du XIIIe siècle au XVIe siècle.

Pierre Clignet, première mention connue d’un lignage encore attesté à Neuf-Marché au XVe siècle par le fief éponyme : le fief Cluygnet qui avait conservé le nom de sa principale famille détentrice. Voir Dom Lenoir, AN 104 MI 37 p. 1567.

Pierre de Lausney, Launay, Seine-Maritime, arr. Dieppe, cant. Gournay-en-Bray, c. Ernemont-la-Villette. Lignage qui tire son nom d’une localité située sur le territoire de la châtellenie du Neuf-Marché.

Pierre Eschans, Saint-Pierre-ès-Champs, Oise, arr. Beauvais, cant. Coudray-Saint-Germer. Lignage souvent cité dans la documentation qui tire son nom d’une localité située sur la rive gauche de l’Epte, en face du Neuf-Marché. Voir par exemple pour le XVe siècle, Catalogue des archives du collège héraldique et historique de France. Vente Techener, 1866. Acte no 1869. Voir aussi dom Lenoir, AN 104 MI 5 p 357, 104 MI 8 p 279, 104 MI 52 p 237.

Pierre Labbé, individu non identifié

Pierre Le prévost, individu non identifié

Pierre Loiseleur, individu non identifié

Pierres de Saint Cire, individu non identifié

Raoul Le Queu, individu non identifié

Robert de Grainville, Grainville, Eure, arr. Les Andelys, cant. Fleury-sur-Andelle. Lignage qui tire son nom d’une localité située dans la plaine du Vexin Normand, en dehors du Pays de Lyons.

Thomas de Lausney, Launay, Seine-Maritime, arr. Dieppe, cant. Gournay-en-Bray, c. Ernemont-la-Villette. Lignage qui tire son nom d’une localité située sur le territoire de la châtellenie du Neuf-Marché.

Notes

1 Léopold Delisle, Catalogue des actes de Philippe-Auguste, réédition Slatkine, 1975, acte no 444.

2 Élisabeth Lalou, Itinéraire de Philippe IV le Bel (1285-1314), 2 volumes, Mémoires de l’Académie des Inscriptions et belles lettres, Paris, 2007.

3 Exemple de Thomas de Lausnay pour Launay (Seine-Maritime), de Hue D’ernemont pour Ernemont (Seine-Maritime) ou encore de Jehan de Saint Pierre eschans pour Saint-Pierre-ès-Champs (Oise).

4 Le géopatronyme d’un feudataire ne nous garantit pas à coup sûr la localisation de son fief. Le risque existe, en particulier pour les lignages les mieux établis et les fratries les plus fournies, d’une dispersion de leur patrimoine, comme nous le montre ici un Gilles de Gamaches détenteur d’un fief à Talmontiers (Oise) situé à plus de 25 km du château éponyme. L’on considérera toutefois que les sept autres géopatronymes constituent une série statistique suffisante pour en déduire une valeur d’indice.

5 Guy Bois, Crise du féodalisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2e édition 1981, p. 205.

6 Nombreuses mentions de vignes dans les aveux et dénombrements des XIVe-XVe siècles à Étrépagny, Neaufles-Saint-Martin, Gisors.

7 Empiétant largement sur le plateau du Vexin normand, le finage de Bézu-la-Forêt auquel correspondent les deux moulins de Bézu et de Viseneuil porte l’une des plus grandes terres à blé de la région.

8 Si l’addition effectuée masque la part respective des deux redevances, il est hautement probable que l’essentiel des 50 livres corresponde à la taxe perçue sur les foires et marchés. À cet égard, il est significatif de n’avoir pour péage à Talmontiers que la modeste somme de 2,5 livres.

9 À en croire le chroniqueur Henry de Huntingdon dans son Historia Anglorum, éd. D. Greenway, Oxford, Clarendon Press, 1996, p 490, le roi Henri Ier Beauclerc serait mort dans son château de Lyons, d’une indigestion de lamproies. Leur provenance n’est pas indiquée mais l’on comprend ici que les services de l’hôtel royal ne manquaient pas de points d’approvisionnement.

10 Bellozanne, Brémontier-Merval, Seine-Maritime, arr. Dieppe, cant. Gournay-en-Bray.

11 Le document n’est pas daté mais une comparaison de cette liste seigneuriale avec le pouillé d’Eudes Rigaud montre suffisamment de similitudes pour proposer d’adopter la même date de rédaction, soit les années 1240-1250.

Table des illustrations

Légende Les quatre châtellenies-verderies de la forêt de Lyons aux XIIIe-XIVe siècles.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10008/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Légende Les estages du Neuf-Marché au milieu du XIII e siècle (BnF fr 6538) 11
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10008/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende La châtellenie du Neuf-Marché : domaine et fiefs.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/10008/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 496k

Auteur

Doctorant de l’université de Rouen sous la direction d’Élisabeth Lalou. Sa thèse porte sur Le pays de Lyons.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540