Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des châteaux et des sources

 | 
Jean-Louis Roch
, 
Bruno Lepeuple
, 
Élisabeth Lalou

IIe Partie. Mottes, châteaux et manoirs

Entre chambre et forêt : comment peut-on vivre dans un château en 1300 ?

Élisabeth Lalou

Texte intégral

  • 1 BnF, Lat. 10919 f° 104, éd. Étienne Baluze, Vitae paparum Avenionensium, nouv. éd. par Guillaume M (...)

1En mai 1307, Philippe IV le Bel rencontre le pape Clément V à Poitiers. Les deux souverains sont entourés chacun de leur cour et c’est probablement plus d’un millier de personnes qui se trouvent à Poitiers. Il faut loger et nourrir cette foule, ce qui n’est pas facile et nécessite une organisation préalable. Le roi et les officiers royaux qui ont en charge l’organisation des résidences auraient préféré que la rencontre ait lieu à Tours. C’est ce que nous apprend une lettre1 du roi de janvier 1307 :

[…] dum consideramus attentius quod propter nostre vestreque magnitudinem comitive ac cardinalium et curialium aliorum sequelam ad locum viste confluet undique magnatum et populi multitudo, inter alia loca que multitudinis tante capacia et alias pro vista congrua reputantur, civitas Turonensis, locus quasi communis et a Pictavis non multum remotus, accomoda nostris considerationibus se presentat. Est enim inibi et in circumpositis partibus fluviorum navalium copia, quorum suffragio possunt ad locum victualia undique levi facilitate deduci. Est ibidem habunda domorum habilitas, villarum insignium copiosa vicinitas, victualium et aliorum necesserariorum fertilitas, incolarum mansueta benignitas, et quod nostrum precipue invitat affectum, temperati aeris puritas, cujus votivo beneficio et vestra veneranda persona ab egritudinibus variis que ipsam.. diutius afflixerunt, divina favente elementia respirare et grati resumere poterit incrementa vigoris.
Castrum quoque nostrum aliquantulum a villa sepositum, quod prospectus supra Ligerim suos habet, vestre valde videtur accomodum mansioni ; ad quod ex hospitio quod ex parte alia haberemus per aquam ad vos accessum habere possemus liberum et secretum.

2Le texte met bien en valeur la foule attendue (multitudo) constituée des suites du pape et des cardinaux et les conditions pour qu’une résidence soit accueillante : les bateaux sur le fleuve peuvent y apporter facilement des victuailles en abondance, l’air y est pur, les habitants y sont accueillants et surtout on y trouve un grand nombre de maisons (domus) et un grand nombre de domaines (villae) très proches. Le château du roi (castrum) est proche de la ville, regarde la Loire et le roi peut l’atteindre ou en sortir par le fleuve, ce qui garantit à ses déplacements liberté et discrétion.

  • 2 Ibid., éd. Heinrich Finke, Papsttum und Untergang des Templerordens, 2 vol., Münster, 1907, II, no(...)

3Le pape répond2 dans une lettre du 9 février 1307 datée de Pessac qu’il préfère Poitiers et fixe la date approximative du milieu du mois d’avril.

  • 3 Itinéraire de Philippe IV le Bel (1285-1314), éd. Élisabeth Lalou, Paris, Institut de France, (Mém (...)

4Ce texte permet de constater que le roi et son hôtel pensent aux lieux de résidence non comme à un château unique à l’intérieur duquel tous s’entassent mais comme à un espace assez vaste où chacun peut trouver un logement dans le voisinage (vicinitas). Ce texte est une preuve, à côté de celle apportée par l’itinéraire royal3, que le roi raisonnait en termes d’espace résidentiel et non plus en terme de château unique.

  • 4 Voir aussi l’article de Jean Chapelot « Les résidences de Philippe le Bel », dans 1300… : L’art au (...)
  • 5 L’espace résidentiel de la forêt de Lyons apparaîtra certainement dans la thèse de Bruno Nardeux s (...)

5Grâce à l’itinéraire de Philippe IV le Bel, on distingue facilement les résidences favorites du souverain4. Il s’agit de Vincennes, Fontainebleau, Saint-Germain-en-Laye, Poissy ou encore Pontoise et l’abbaye proche de Maubuisson. Cette série est constituée d’anciennes résidences royales dotées chacune d’un château, dans lequel le roi fit faire des travaux. À côté de ces résidences « à l’ancienne », on peut voir apparaître des « espaces résidentiels », qui réunissent dans un massif forestier plusieurs bâtiments, châteaux, maisons ou manoirs dans lesquels le roi et sa cour trouvent suffisamment d’espace pour se loger. Ces espaces sont celui de la forêt de Lyons, celui de la forêt des Loges (aujourd’hui d’Orléans) ainsi que celui de la forêt de Cuise, Retz et Halatte. Nous allons ici prendre l’exemple de l’espace résidentiel de la forêt des Loges5.

  • 6 Le Congrès archéologique de France d’Orléans, en 1930, consacre des articles uniquement aux église (...)
  • 7 Lorris, Loiret, arr. Montargis. Châteauneuf, Loiret, arr. Orléans. Les Villiers, comm. Vennecy, ar (...)
  • 8 Comptes royaux (1285-1314), éd. Robert Fawtier et François Maillard, Paris, Académie des inscripti (...)
  • 9 Michel de La Torre, Loiret, le guide complet de ses 334 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, 1989, s (...)

6Dans la forêt des Loges6, le roi possédait et utilisait plusieurs résidences : Lorris, le château de Châteauneuf-sur-Loire et la maison des Villiers. Il faut compter aussi avec les lieux de Fay-aux-Loges, Boiscommun, Choisy aux-Loges ou Neuville aux Bois où le roi séjourne couramment. Seules les églises de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle témoignent encore aujourd’hui de la présence importante du roi en ces localités, les châteaux ayant presque tous disparu7. À Lorris, l’ancien château capétien datait du XIe siècle mais il reçut des aménagements. Des travaux y furent faits en 1298 et en 13058. D’après les comptes royaux, le château qualifié de domus regis, avait un chapelain ainsi qu’un garennarius. Le roi séjourne à Lorris 23 fois, donc presque tous les ans de son règne et en toutes saisons. Philippe le Bel se rendit très fréquemment dans la maison des Villiers. Sept séjours de 1305 à 1314 presque toujours l’été. Il n’en reste rien. La résidence fut probablement détruite pendant la guerre de Cent Ans. Des vestiges datés du XVIe siècle peuvent se voir toutefois dans la ferme des Villiers9.

  • 10 CR 5835 ; Les Journaux du Trésor de Philippe IV le Bel, éd. J. Viard, Paris, 1940 ; René de Maulde (...)
  • 11 CR 2706.
  • 12 CR 5835-46 et 6449-6459.

7Le château de Châteauneuf était probablement une des résidences préférées du roi. Il y fit vingt séjours au moins de 1293 à 1314. D’après les comptes et d’après le Journal du Trésor, on sait que le roi y dépensa des sommes d’argent assez importantes10. Le maître des œuvres est Guillaume Rebrachen, qui reçoit d’après les Journaux du Trésor 7 700 livres parisis de 1298 au 17 février 1300, et encore 4 800 livres parisis dans lesquelles sont comptées des dépenses pour le château de Montargis. Dans les comptes, il touche 4 079 livres 9 sous 4 deniers à la Toussaint 129911, puis à l’Ascension 1305, le même Guillaume Rebrachien touche 770 livres 15 sous 10 deniers et le compte détaille des travaux de charpente, de couverture, de peinture et parle du jardin et du potager12.

  • 13 « Pro operibus minutis in domibus », CR 2639.

8D’après les comptes royaux, on sait que la résidence – qui est appelée d’ailleurs « maisons » au pluriel13 – comprenait, en plus du bâtiment sur lequel les renseignements sont assez maigres, puisqu’il disparut rapidement avec la guerre de Cent Ans puis les guerres de Religion, un jardin (avec un jardinarius), un potager (avec un ortolanus), une garenne et une chapelle. Reste ce vignoble nommé « La Rochelle » qui pourrait être le nom d’un lieu-dit proche de Châteauneuf. Il existe encore aujourd’hui un bâtiment octogonal qui contenait des bains mais probablement plus tardif.

  • 14 Vitry-aux-Loges, arr. Orléans, cant. Châteauneuf. Neuville aux-Bois, arr. Orléans. Ne pas confondr (...)
  • 15 CR 2642 et 2644.

9En forêt des Loges, des travaux sont aussi faits dans les maisons du roi à Vitry-aux-Loges où l’on paye 40 sous « pro vitrearis in capella Regis », pour des vitraux donc, à l’Ascension 130514, ainsi qu’à Orléans et La Neuville15.

  • 16 45 livres, CR 5708.

10Ensemble important aussi à Boiscommun où des travaux sont faits « pro aula, camera Regis, magna coquina, fourreria, stabulis merrenandis et apparandis » à l’Ascension 130516. La rubrique du compte est du plus grand intérêt car elle montre la façon dont l’espace intérieur d’un château était appréhendé avec donc la salle, le « hall », la chambre du roi et certains services de l’Hôtel : la cuisine (ici grande), la fourrière et les étables. Ne manque que la place de l’échansonnerie avec une cave pour conserver les tonneaux de vin, la paneterie peut-être annexe de la cuisine où se trouvait une cheminée et probablement un four. Il ne reste rien de ce château dont la construction avait été commencée par Philippe III.

  • 17 Itinéraire de Philippe IV le Bel, t. I, p. 224.

11L’espace résidentiel formé par les différents lieux de séjour se trouvant dans la forêt des Loges est un espace relativement récent et les importants travaux menés par Philippe le Bel sont le signe de l’appropriation par le roi de ce nouvel espace. Le versement des dîmes du pain et du vin consommés à l’hôtel en est un autre indice. Le séjour dans l’ensemble des résidences de la forêt n’est pas sujet à versement au même établissement religieux ; comme c’est le cas dans les résidences plus anciennes dont dispose le roi, mais au contraire à plusieurs. Et Philippe le Bel légifère lui-même sur ce point : ainsi la perception de la dîme du pain et du vin17 revient par un acte de 1300 aux religieuses de Voisins pour le séjour à Saint-Ay, Montpipeau, Bucy-Saint-Liphard, Meung et Chaingy, tandis que le séjour à Lorris implique un versement au chapelain de Lorris ainsi qu’aux lépreux de Chaumontois et Brandelou, le séjour à Orléans à l’hôpital d’Orléans ainsi qu’au chapitre de Saint-Vincent et le séjour à Châteauneuf au prieur du Gué-de-l’Orme.

  • 18 É. Lalou, « Les abbayes fondées par Philippe le Bel », Revue Mabillon, no 2 (t. 63), 1991, p. 143- (...)
  • 19 Flotin, Loiret, comm. Nibelle, arr. Pithiviers, cant. Beaune-la-Rolande.
  • 20 Chappes-en-bois, Loiret ; Brandelou, Loiret, comm. Moulinet, arr. Montargis, cant. Gien ; Gué-de-l (...)

12Dans le même espace résidentiel se trouvent en effet des établissements religieux. La grande abbaye proche de la forêt des Loges est bien évidemment Saint-Benoît-sur-Loire, dans laquelle Philippe le Bel entend fréquemment la messe. Le roi a fondé de plus dans la forêt un prieuré de célestins à Ambert et Chanteaux18. Dans la forêt se trouvaient aussi le prieuré de Flotin19 ou celui de Chappes20 et aussi ces lépreux de Brandelou, le prieuré du Gué-de-l’Orme ou l’abbaye de Chaumontois ou des Nonnains, bénéficiaires de la dîme du pain et du vin.

  • 21 René de Maulde, Étude sur la condition forestière de l’Orléanais au Moyen Âge et à la Renaissance, (...)
  • 22 R. de Maulde, Ibid., p. 62-64.

13Le roi et sa cour se déplaçaient à l’intérieur du massif forestier des Loges21. Celui-ci couvrait une grande superficie. Il était partagé sous Philippe le Bel en six ou sept gardes22. La garde du Chaumontois correspondait aux bois aux alentours de Lorris, la garde du Milieu s’étendait de Châteauneuf à Boiscommun. La garde de Vitry confinait à la garde du Milieu par Châteauneuf, Combreux, Nesploy et Boiscommun et se séparait à Courcelles, Ingrannes, Fay et Pont-aux-Moines de la garde de Courcy et Nibelle. Le bois ou garde d’Orléans ou de Neuville occupait une superficie considérable contenant le noyau le plus compact du massif forestier jusqu’à la route de Paris. Enfin à l’ouest se trouvaient les bois de Gomez et Melleroy. Les gardes de Vitry et de Courcy formaient le cœur de la forêt.

  • 23 R. de Maulde, Ibid., p. 239.
  • 24 Arthur Beugnot, Les Olim ou registres des arrêts rendus par la cour du roi, 3 vol. en 4 parties, P (...)
  • 25 R. de Maulde, Étude sur la condition forestière …, p. 236, cite un acte de 1291 dans lequel est me (...)
  • 26 Ibid., p. 237 : « Item asinos monachorum qui de nemore domine Beatricis ligna afferent, cum tali c (...)
  • 27 Ibid., p. 238. Un acte de Philippe le Bel de mai 1296 indique que le bois de Saint-Euverte « sine (...)

14La forêt était loin d’être un massif impénétrable. Entre Châteauneuf ou Lorris, Nibelle et Boiscommun, des routes importantes et fréquentées existaient de toute Antiquité. Si l’on laisse parler l’érudition du XIXe siècle23, « ces voies d’intérêt commun, le génie même de César, avait pris soin d’en tracer les lignes principales : quatre grandes voies romaines traversaient la forêt de part en part ». Il existait ainsi, dès le XIIe siècle, de Lorris à Orléans « une grande route praticable aux voitures », nommée dans un arrêt du Parlement « magnum cheminum qui vadit de Lorriaco usque ad Castrum Novum »24. À ces grandes routes s’ajoutaient d’innombrables chemins, d’importance moyenne ou serpentant dans le sous-bois. Ces chemins étaient utilisés par les nombreux forestiers et tous ceux dont la forêt constituait le revenu, à un titre ou à un autre. Il ne faut pas négliger le fait que la forêt des Loges constituait un pôle économique très important, notamment par l’exploitation du bois qui trouvait avec la proximité de la Loire une voie d’accès facile pour le transport de cette marchandise. La forêt était peuplée de potiers, tuiliers, de charrons et de forestiers qui empruntaient avec leurs charrettes les chemins du sous-bois. Ces chemins, surtout l’hiver, étaient parfois peu praticables et il fallait combler les ornières avec des fagots ou des bûches25. C’est le cas en 1291 pour la route entre Lorris et Le Coudray. Les charrettes même avaient du mal à passer et beaucoup d’usagers allaient chercher leur bois avec des ânes. Les ânes de l’abbaye de Saint-Mesmin d’Orléans bénéficièrent ainsi de la « garde » de Simon de Beaugency en 115026. D’autres mentions encore parlent du mauvais état des chemins surtout l’hiver ; il fallait ainsi atteler trois chevaux pour tirer une charrette sur la chaussée de Cercottes en hiver27 du milieu de septembre jusqu’au mois de mars.

15Philippe le Bel, familier du lieu, empruntait donc les grandes routes entre Lorris et Châteauneuf, Châteauneuf et Orléans, Nibelle et Saint-Ay, mais il devait aussi se perdre par les chemins lorsqu’il s’adonnait à sa passion de la chasse. L’itinéraire lui-même n’est que d’un maigre secours pour montrer les routes empruntées par le roi. Toutefois l’itinéraire de juin 1307 est plus intéressant : le roi séjourne à Châteauneuf du 12 au 15, puis se déplace aux Villiers « in domo nostra » où il reste du 16 au 18 avant de se retrouver à Châteauneuf le 18, à Mareau aux Bois les 19-20, à Nibelle les 21 et 22, de retour à Châteauneuf le 22, à Lorris du 23 au 25 puis Montargis et Paucourt. On voit donc nettement le roi se déplacer à l’intérieur du massif forestier sans distinguer de logique rationnelle à ces micro-déplacements.

  • 28 Ainsi en mars 1302 : voir É. Lalou, Les comptes sur tablettes de cire de la chambre aux deniers de (...)

16La raison doit certainement être trouvée dans le fait que la cour investissait plusieurs demeures à la fois. On sait pour d’autres lieux et d’autres années que le roi et sa cour en déplacement empruntaient des routes différentes afin de pouvoir avancer sans créer de bouchons28. En forêt des Loges, on peut fort bien imaginer que la chancellerie s’installait à Châteauneuf, la chambre aux deniers à Lorris et que le roi, tout en chassant, se rendait de l’un à l’autre des lieux de séjour en y passant la nuit au hasard de l’heure ou du temps.

17L’espace de la forêt doté de tous les bâtiments dont peut disposer le roi doit donc se comprendre comme un tout, un ensemble résidentiel. Cette conception de la résidence royale, est à mon sens, une nouveauté qui date précisément du règne de Philippe le Bel. Nouvelle parce que Philippe le Bel ; non content d’entreprendre des travaux dans les châteaux dont il avait hérité, fit construire de nouveaux manoirs et même de nouveaux établissements ecclésiastiques. On sent que le roi investit l’espace de la forêt où il apprécie fort de chasser. Peut-être la passion de Philippe le Bel pour la chasse fut-elle pour beaucoup dans cette réorganisation des résidences royales.

  • 29 Édition de ces ordonnances : http://www.cn-telma.fr/corpus/ordonnances/ (juillet 2008).

18Il faut aussi y déceler la multiplication des personnes présentes à la cour. Les ordonnances de l’hôtel29 du règne de Philippe le Bel tentent déjà – cela ira ensuite en s’accentuant – de rester maître de la foule des gens qui sont au service du roi et ont le droit d’entrer dans la salle (l’aula). L’existence du « Commun », ensemble des serviteurs au service du roi, n’est pas nouvelle : on le distingue déjà nettement sous saint Louis au milieu du XIIIe siècle. Les ordonnances ont le soin de faire la liste des personnes ayant le droit de « manger a cour » et de celles – beaucoup moins nombreuses – disposant d’une chambre (une camera) pour y prendre leurs repas ou y dormir. Il ne s’agit plus seulement de trouver un lieu de séjour dans un bâtiment différent mais de partager l’espace intérieur de la résidence. On retrouve la vieille distinction entre la salle, le « hall » anglais et la chambre.

  • 30 Mary Whiteley, « L’aménagement intérieur des résidences royales et princières en France à la fin d (...)
  • 31 Jean Guerout, « Le palais de la Cité à Paris des origines à 1417 », Mémoires de la Fédération des (...)
  • 32 Voir Augustin Berque, « Qu’est-ce que l’espace de l’habiter ? » Habiter, le propre de l’humain. Vi (...)

19Dans cet espace intérieur précisément, on a décelé à la fin du XIVe siècle une évolution dans la dévolution de l’espace dédié au roi30. À côté de la « chambre du roi » apparaissent la « chambre de retrait » et la « chambre à parer ». Il semble que, même lors de la reconstruction du palais de la Cité31, Philippe IV le Bel n’ait pas encore conçu ainsi l’espace privé dont il disposait. Philippe IV le Bel demeure encore dans sa « chambre », l’espace le plus privé et tient sa cour dans la salle, l’aula. Mais ces pièces privées sont reproduites dans des demeures multiples qui se trouvent dans des espaces résidentiels de plus en plus vastes que le premier souverain français du XIVe siècle invente d’habiter32.

Notes

1 BnF, Lat. 10919 f° 104, éd. Étienne Baluze, Vitae paparum Avenionensium, nouv. éd. par Guillaume Mollat, Paris, 1916, III, 71.

2 Ibid., éd. Heinrich Finke, Papsttum und Untergang des Templerordens, 2 vol., Münster, 1907, II, no 21.

3 Itinéraire de Philippe IV le Bel (1285-1314), éd. Élisabeth Lalou, Paris, Institut de France, (Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, XXXVII), 2007.

4 Voir aussi l’article de Jean Chapelot « Les résidences de Philippe le Bel », dans 1300… : L’art au temps de Philippe le Bel, actes du colloque international, Galeries nationales du Grand Palais 24 et 25 juin 1998 publiés sous la direction de Danielle Gaborit-Chopin, François Avril, avec la collaboration de Marie-Cécile Bardoz, Paris, École du Louvre, 2001.

5 L’espace résidentiel de la forêt de Lyons apparaîtra certainement dans la thèse de Bruno Nardeux sur le pays de Lyons.

6 Le Congrès archéologique de France d’Orléans, en 1930, consacre des articles uniquement aux églises de Bellegarde (Choisy), Montargis, Ferrières-en-Gâtinais, Meung (château), Fay, Boiscommun, Beaune-la-Rolande, Boësse, Puiseaux, Yèvre-le-Châtel, Pithiviers.

7 Lorris, Loiret, arr. Montargis. Châteauneuf, Loiret, arr. Orléans. Les Villiers, comm. Vennecy, arr. Orléans, cant. Neuville-aux-Bois. Choisy-aux-Loges, auj. Bellegarde, Loiret, arr. Montargis. Boiscommun, arr. Pithiviers, cant. Beaune-la-Rolande. Fay-aux-Loges, arr. Orléans, cant. Châteauneuf-sur-Loire.

8 Comptes royaux (1285-1314), éd. Robert Fawtier et François Maillard, Paris, Académie des inscriptions et belles lettres, 1956 (plus bas abrégé CR), 2663-6, 5719-22, spécialement 48 livres en 1305.

9 Michel de La Torre, Loiret, le guide complet de ses 334 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, 1989, sous « Vennecy ».

10 CR 5835 ; Les Journaux du Trésor de Philippe IV le Bel, éd. J. Viard, Paris, 1940 ; René de Maulde, Étude sur la condition forestière de l’Orléanais au Moyen Âge et à la Renaissance, Orléans, s. d.

11 CR 2706.

12 CR 5835-46 et 6449-6459.

13 « Pro operibus minutis in domibus », CR 2639.

14 Vitry-aux-Loges, arr. Orléans, cant. Châteauneuf. Neuville aux-Bois, arr. Orléans. Ne pas confondre avec La Neuville en Hez. CR 2642 et 5705.

15 CR 2642 et 2644.

16 45 livres, CR 5708.

17 Itinéraire de Philippe IV le Bel, t. I, p. 224.

18 É. Lalou, « Les abbayes fondées par Philippe le Bel », Revue Mabillon, no 2 (t. 63), 1991, p. 143-165.

19 Flotin, Loiret, comm. Nibelle, arr. Pithiviers, cant. Beaune-la-Rolande.

20 Chappes-en-bois, Loiret ; Brandelou, Loiret, comm. Moulinet, arr. Montargis, cant. Gien ; Gué-de-l’Orme, prieuré de Saint-Euverte d’Orléans ; Chaumontois, Loiret.

21 René de Maulde, Étude sur la condition forestière de l’Orléanais au Moyen Âge et à la Renaissance, Orléans, 1871 ; site de la Société des amis de la forêt d’Orléans : http://www.safo.asso.fr/bibliographie.html

22 R. de Maulde, Ibid., p. 62-64.

23 R. de Maulde, Ibid., p. 239.

24 Arthur Beugnot, Les Olim ou registres des arrêts rendus par la cour du roi, 3 vol. en 4 parties, Paris, 1839-1848, I, 127. Il existait aussi une route dite strata publica de Lorris à Saint-Benoît.

25 R. de Maulde, Étude sur la condition forestière …, p. 236, cite un acte de 1291 dans lequel est mentionné le bois nécessaire « pro reficiendis malis passibus vie que est inter Lorriacum et Coudretum ».

26 Ibid., p. 237 : « Item asinos monachorum qui de nemore domine Beatricis ligna afferent, cum tali consuetudine qualem ibi habebat prius, in custodia mea […] accipio » ; « scilicet ut nemo mihi amplius illos capere sive disturbare presumat ».

27 Ibid., p. 238. Un acte de Philippe le Bel de mai 1296 indique que le bois de Saint-Euverte « sine magnis difficultate et expensis […] presertim hyemali tempore, tam propter viarum incommodum quam nemorum ipsorum distanciam, ad abbatiam ipsam adduci non poterat ». Et en 1228, « a medio septembri usque ad medium marcii tertium equum poterit mittere in succursum et auxilium, aliorum duorum obviam, usque ad calciatam de Sarcotis et non ultra. Alio vero tempore non poterit ponere nisi tantum duos equos ad quadrigam ».

28 Ainsi en mars 1302 : voir É. Lalou, Les comptes sur tablettes de cire de la chambre aux deniers de Philippe III le Hardi et Philippe IV le Bel (1282-1309), sous la dir. de Robert-Henri Bautier, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 1994, p. 612-616.

29 Édition de ces ordonnances : http://www.cn-telma.fr/corpus/ordonnances/ (juillet 2008).

30 Mary Whiteley, « L’aménagement intérieur des résidences royales et princières en France à la fin du XIVe et au début du XVe siècle », Vincennes aux origines de l’État moderne, actes du colloque scientifique « Les Capétiens et Vincennes au Moyen Âge », Jean Chapelot et É. Lalou (dir.), juin 1994, Paris, PENS, 1996, p. 299-304.

31 Jean Guerout, « Le palais de la Cité à Paris des origines à 1417 », Mémoires de la Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Île-de-France, t. 2, 1950, p. 21-104, t. 3, 1951, p. 7-101.

32 Voir Augustin Berque, « Qu’est-ce que l’espace de l’habiter ? » Habiter, le propre de l’humain. Villes, territoires et philosophie, Thierry Paquot, Michel Lussault, Chris Younès (dir.), Paris, La Découverte, 2007, p. 53-68.

Auteur

Professeur d’histoire médiévale à l’université de Rouen, directrice du GRHIS. Son habilitation à diriger des recherches portait sur La royauté française de Louis IX à Philippe de Valois : les tablettes de cire, les comptes, l’Hôtel (2003). Dernier ouvrage publié : Itinéraire de Philippe IV le Bel, Paris, 2007 (Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 37).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540