Presses universitaires de Rennes https://books.openedition.org/pur CC0 pur@univ-rennes2.fr La France, la guerre froide et la Méditerranée Dans une historiographie de la guerre froide largement consacrée aux rapports entre les États-Unis et l’URSS, la France a longtemps fait figure de parent pauvre. Pourtant, elle a bel et bien vécu « sa » guerre froide et ne s’est pas contentée de jouer les seconds couteaux. Mieux, sur l’un des principaux théâtres de l’opposition Est-Ouest que fut la Méditerranée, elle est devenue un acteur incontournable du jeu bipolaire entre les années 1960 et la décennie 1980. Seul État riverain de cette mer à disposer de l’arme nucléaire, à être membre permanente du Conseil de sécurité des Nations unies et à bénéficier d’une forte influence en Europe méridionale comme dans le monde arabe, la France de la Ve République a cherché à s’imposer comme un trait d’union entre l’Orient et l’Occident, entre l’Est et l’Ouest, entre le Nord et Sud ; elle s’est également efforcée de lutter contre la pénétration de l’URSS dans un espace considéré comme vital pour la sécurité de l’Europe occidentale.

En proposant une analyse décloisonnée des politiques soviétique, transatlantique, arabe et européenne de la France et en portant une attention aux évolutions sociétales du bassin méditerranéen (questions identitaires, religieuses, environnementales) et à leur impact sur l’évolution des rapports de force internationaux, cet ouvrage montre combien la compétition entre les blocs a permis l’émergence d’une véritable doctrine française pour la Méditerranée. 

]]>
https://books.openedition.org/pur/196554 2024-03-28 Nicolas Badalassi Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
Objets de désir dans la littérature et les arts de l’image Cet ouvrage a pour objectif d’offrir une approche originale non pas du désir, qui a été souvent et largement étudié, mais de ses objets, dans leur diversité, leur complexité, leur ambivalence, et leurs variations dans le temps. L’ouvrage est pluridisciplinaire, ce qui permet d’aborder des objets très divers (de la relique à l’âme comme objet de désir), et parfois paradoxaux (du bien connu désir de mort au désir de désastre ou au désir du désir) quand ce n’est pas à l’inverse le désir de ne plus rien désirer ou la disparition complète de l’objet du désir. Les domaines d’analyse sont aussi larges et abordés selon des perspectives croisées qui enrichissent l’approche des « objets de désir » : littéraires, artistiques, philosophiques, cinématographiques, religieuses, historiques…

L’originalité de ce volume international (Angleterre, Danemark, Roumanie, Australie, Afrique du Sud…) tient aussi à son bilinguisme, la moitié des textes étant rédigée en anglais.

]]>
https://books.openedition.org/pur/196431 2024-03-22 Cécile Meynard et Gérald Préher Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
Hérésies chrétiennes dans l’Orient médiéval (<span style="font-variant:small-caps;">iv</span><sup>e</sup>-<span style="font-variant:small-caps;">xv</span><sup>e</sup> siècle) Puisant ses racines dans les sources médiévales elles-mêmes, une longue tradition fait de l’Orient une terre peuplée d’hérétiques : gangrenées par l’erreur doctrinale, les contrées orientales seraient aussi le berceau de l’hérésie occidentale. Ce livre remet en cause cette construction séculaire. Cheminant d’Asie Mineure vers l’Arménie, d’Éthiopie vers l’Extrême-Orient, quatre études enquêtent sur des affaires d’hérésie entre le ive et le xve siècle. En mobilisant des sources nombreuses et variées, écrites et iconographiques, elles démontrent la fragilité des accusations et éclairent les enjeux politiques ou sociaux de ces dénonciations. Ces affaires d’hérésie géographiquement et chronologiquement éloignées fournissent en outre la matière pour une approche comparatiste inédite : les analogies des discours, riches en poncifs polémiques, révèlent la part de construction des accusations ; la similarité des contextes politiques et sociaux prouve la relativité du concept d’hérésie et son instrumentalisation au sein des conflits de pouvoir. 

]]>
https://books.openedition.org/pur/196491 2024-03-22 Alessia Trivellone Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
La Bretagne et la guerre d’Écosse Focalisés sur les événements de Picardie et d’Italie, les historiens ont négligé le rôle joué par la Bretagne durant les guerres qui opposent, de 1510 à 1570, la France à l’Angleterre et à l’Empire. L’affaire d’Écosse, récurrente durant cette période, révèle au contraire le rôle majeur joué par elle, avant comme après sa réunion définitive au royaume, dans le dispositif militaire, naval et diplomatique français. Elle en subit les effets sur son sol : ses rivages sont attaqués et ravagés. Ses ports accueillent d’imposantes concentrations navales, de nombreuses troupes y embarquent. Cette mobilisation guerrière oubliée est ici révélée autant qu’éclairée par d’abondantes archives étrangères. Son analyse montre la transformation de ce duché souverain en province du royaume. Elle fait avancer la connaissance d’un xvie siècle breton encore trop méconnu, et elle intéresse les spécialistes de l’histoire militaire. 

]]>
https://books.openedition.org/pur/197322 2024-03-22 Hervé Le Goff Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
L’art des jeux vidéo Le jeu vidéo est l’un des phénomènes technologiques et culturels les plus importants de ces dernières décennies. Il continue pourtant d’avoir mauvaise presse, étant fréquemment perçu comme un divertissement abrutissant ou même comme une pratique nocive pour les joueurs et la société.

Dans cet ouvrage, le philosophe néo-zélandais Grant Tavinor s’attaque à ces clichés dans le but de montrer que le jeu vidéo est philosophiquement et artistiquement intéressant. Après avoir proposé une définition du jeu vidéo, Tavinor analyse la relation que ce dernier entretient à d’autres formes de fictions, de médias, de jeux, et d’art. Il examine également la nature des fictions et des récits vidéoludiques, ainsi que les problèmes éthiques soulevés par la violence récurrente des représentations vidéoludiques. Il défend enfin que le jeu vidéo peut être compris comme une nouvelle forme d’art, riche de possibilités encore imparfaitement exploitées.

C’est donc une étude philosophique transversale, sans cesse ponctuée d’exemples et d’anecdotes de gameplay, que propose ici Grant Tavinor.

]]>
https://books.openedition.org/pur/195161 2024-03-21 Grant Tavinor et Alexandre Declos Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
Un nouveau départ « Ils ont des droits sur nous ! » Comme le rappelle cette formule célèbre de Georges Clemenceau, les anciens combattants français jouissent après la Première Guerre mondiale d’une supériorité morale fondée sur une victoire obtenue au prix de lourds sacrifices. Une catégorie de vétérans ne partage cependant pas ce prestige. Les Alsaciens-Lorrains, en effet, ne sont devenus français qu’au terme du traité de Versailles, à la faveur du retour de l’Alsace-Lorraine à la France. Avant cela, ils ont vécu la guerre dans les rangs de l’armée allemande. Après l’armistice, leur retour dans une province désormais française s’apparente à un nouveau « parcours du combattant ». Aux difficultés du passage de la vie militaire à la vie civile s’ajoute la nécessité d’apprendre à vivre avec le poids de ce passé encombrant, voire stigmatisant. Ils n’éprouvent pas moins la volonté de faire valoir leur propre droit à reconnaissance car, s’ils n’ont pas combattu du côté des vainqueurs, ils ont en commun avec eux d’avoir partagé les mêmes souffrances. Ce qui se joue en toile de fond n’est rien de moins que leur intégration à la nation française, et celle-ci passe par l’élaboration de nouvelles normes sociales. 

]]>
https://books.openedition.org/pur/196172 2024-03-07 Raphaël Georges Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
Le Paradis en boutique Kitsch, industrielle, mièvre, sulpicienne... Autant de qualificatifs péjoratifs appliqués depuis longtemps à la statuaire religieuse d’édition du xixe siècle, qui déterminent encore notre regard sur ce patrimoine. En grande partie conservés dans les lieux de culte, les témoignages matériels de cette production se dégradent bien souvent dans l’indifférence ou subissent des interventions de restauration inadaptées. Au-delà des a priori, l’ouvrage entreprend de sortir cette statuaire de l’impasse de la critique héritée de l’entre-deux-guerres pour la réinsérer dans le contexte professionnel, technique, artistique et spirituel qui l’a vue naître, et en renouveler la compréhension. À partir de l’étude d’un fabricant parisien emblématique, la maison Raffl, il s’attache à poser les jalons d’une histoire de l’édition de sculptures religieuses entre le Concordat et le concile Vatican II. De multiples angles d’analyse sont adoptés pour mieux documenter cette activité et apporter un nouvel éclairage sur les liens qui unissent son développement aux enjeux contemporains de l’Église catholique. L’ouvrage met en lumière ces relations complexes et montre l’évolution des regards que le catholicisme a portés sur cet art religieux moderne, exporté aux quatre coins du monde. 

]]>
https://books.openedition.org/pur/196246 2024-03-07 Pauline Carminati Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
De Rosa Parks au Black Power Le récit du mouvement pour les droits civiques aux États-Unis a longtemps été écrit au travers des figures de ses leaders. Ce livre propose au contraire d’aborder cette histoire par en bas, en donnant la parole à ses activistes afin de mettre au jour les tensions qui traversaient le mouvement noir dans les décennies d’après-guerre. Les besoins de la lutte tendaient à minorer les clivages de classe et de genre ainsi que les tensions générationnelles. Le maccarthysme a marginalisé la gauche noire et a relégué les femmes à l’arrière-plan, les effaçant du récit historique. Ainsi par exemple, Rosa Parks a souvent été réduite à son seul refus de céder sa place dans un bus ségrégué en 1955, alors qu’elle fut une militante active sa vie durant.

À partir d’une étude de récits de militants et militantes et d’archives photographiques, ce livre propose une histoire des actrices et des acteurs oubliés des mouvements de libération noire, les femmes et les militants de gauche. Il replace les luttes des années 1950-1960 dans la longue durée des années 1930 à la période du Black Power des années 1970 et apporte un éclairage nouveau sur une période encore peu abordée en France.

]]>
https://books.openedition.org/pur/194642 2024-02-15 Olivier Mahéo Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
Du beau jeu En tant que joueur ou joueuse, il arrive de s’exclamer en plein milieu d’une partie de jeux vidéo : « C’est beau ! » Certaines de ces expériences ne diffèrent pas essentiellement de celles éprouvées face aux objets habituels de l’esthétique, mais d’autres présentent des caractéristiques sensibles et attentionnelles qui résistent à la manière philosophique traditionnelle de penser l’expérience esthétique. Partant de cette difficulté, ce livre propose de rendre compte de la richesse sensible et du caractère hétérogène de l’expérience vidéoludique. Il conduit à considérer que certaines de nos exclamations expriment une beauté technique qui s’ancre dans nos efforts ludiques. Ainsi, à travers les jeux et quelques autres pratiques, il espère montrer – sur un plan philosophique plus large – que notre faculté de juger esthétique est complétée par une autre faculté qui s’exprime au moyen de jugements d’appréciation sensible technique. Par là, il tente de prouver qu’il y a une grande nécessité pour la culture en général de cultiver cette seconde faculté.

]]>
https://books.openedition.org/pur/195041 2024-02-15 Thomas Morisset Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
L’ingouvernabilité en questions Qu’advient-il quand « gouverner devient difficile » ? Si le gouvernement et l’acte de gouverner ont déjà bien été étudiés, il n’en va pas de même de l’ingouvernabilité. Le but de cet ouvrage est dès lors de se pencher sur les limites, les oppositions et les dysfonctionnements en matière de gouvernement entendu dans un sens large. Il est de comprendre les acteurs qui en sont responsables, les causes qui les expliquent, les aspects sous lesquels ces anomalies se manifestent. Il permet d’entrevoir de quelle façon les appareils de gouvernement tentent de répondre à leurs difficultés avec plus ou moins de succès. La zone géographique retenue est composée certes de territoires variés, tant du point de vue de la géographie que des populations qui y vivent, pour autant cette diversité garantit le comparatisme dans un espace où la question institutionnelle et gouvernementale est centrale et les freins, les limites ou les difficultés sont légitimement des pistes de réflexion qu’il fallait explorer. À la lumière de dossiers documentaires riches et variés, ce livre a pour ambition de questionner très largement le sens de l’acte de gouverner avec l’objectif de proposer des clés de lecture qui pourraient être transposées à d’autres périodes. 

]]>
https://books.openedition.org/pur/195847 2024-02-15 Isabelle Mathieu et Isabelle Ortega Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
L’amitié en révolution, 1789-1799 Valeur héritée, valeur refondée à l’aune de la régénération, de l’unité et de la fraternité espérées, quel est le statut de l’amitié dans les projets républicains et les communautés utopiques ? Que deviennent dans la Révolution la culture salonnière et l’idéal maçonniques qui reposent ô combien sur l’entrelacs des relations individuelles ? Comment se nouent, se dénouent ou, au contraire, résistent sur le long terme, les solidarités amicales (dont la camaraderie scolaire ou estudiantine, le compagnonnage professionnel, les réseaux familiaux hérités) confrontées aux événements révolutionnaires ou contre-révolutionnaires, à l’interdiction ou aux remodelages des réseaux, aux choix politiques enfin ? Quelle est la part de la mixité, de la virilité, voire de la sexualité dans ces relations privilégiées en une société misogyne ? Peut-on mesurer comment s’associent selon les temps, raisons, obligations, peurs et sentiments ? Par quelles preuves, quels mots, quels gestes, se déclare et vit une relation amicale ? Dans le sillage ouvert par l’histoire des émotions et des sensibilités, il s’agit ici d’apporter de nouvelles réponses et de nouveaux éclairages. 

]]>
https://books.openedition.org/pur/196017 2024-02-15 Phillippe Bourdin et Côme Simien Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
Cartographier le parcellaire rural dans l’Europe d’Ancien Régime Comment cartographiait-on les parcellaires ruraux avant la généralisation des cadastres géométriques d’État ? Si certaines représentations datant du xve au xviiie siècle relèvent indéniablement d’une approche scientifique, la plus grande part se rattache à une époque où les cartes n’ont pas le degré d’abstraction qui triomphera ensuite. Utilisant le langage des artistes peintres, elles servent à montrer et à expliquer. Et elles n’en sont que plus significatives.

Trois questions sous-tendent l’analyse de nombreux corpus spécifiques au sein de l’Europe moderne : celle de la genèse de ces cartes (contexte de leur création, commanditaires, réalisateurs, utilisateurs) ; celle de leur transmission et de leur classement par les archivistes ; celle enfin de leurs exploitations par les chercheurs, avec ce que permettent aujourd’hui les méthodes des disciplines historiques, géographiques et archéologiques. Plus d’une centaine de cartes en couleur ont été reproduites à l’appui de cette étude. 

]]>
https://books.openedition.org/pur/195139 2024-02-14 Annie Antoine et Benjamin Landais Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
Boris de Schlœzer, un intellectuel européen Né en 1881 en Biélorussie, beau-frère du compositeur Alexandre Scriabine, émigré en France à l’âge de 40 ans, auteur jusqu’à sa mort en 1969 d’une œuvre considérable et multiforme, écrivant aussi aisément en français qu’en russe, Boris de Schloezer est une figure typique d’intellectuel européen. L’ouvrage explore tous les aspects de son œuvre et de son activité : traduction des grands écrivains russes (Dostoievski, Tolstoi, Chestov, Pouchkine, Gogol, Leskov, Bounine, Leonov, Lermontov, Rozanov) et du philosophe religieux Léon Chestov ; philosophie de l’art et de la musique ; critique littéraire ; critique musical. Intellectuel européen, Boris de Schloezer l’est par l’ampleur de ses curiosités, par son insatiable appétit de lire et d’entendre, par son goût de la transmission, par son refus de s’enfermer dans une langue, une culture, ou une spécialité académique. Il mérite d’être redécouvert et reconnu à sa juste valeur. La collection « &AElig;sthetica » s’y emploie en republiant également la totalité de son œuvre de critique et d’esthétique de la musique.

]]>
https://books.openedition.org/pur/194841 2024-02-09 Pierre-Henry Frangne et Bernard Seve Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
Transparence / Transparaître Exaltée par certaines utopies modernistes au xxe siècle, à la fois désirée et crainte au xxie siècle dans nos sociétés de la communication et de l’exposition de soi mais aussi de la surveillance, la transparence est l’objet de discours critiques divers qui en déploient les significations métaphoriques, notamment dans le domaine social et politique. Ces discours se focalisent sur ses effets, le plus souvent jugés pervers, mais n’examine pas la transparence pour elle-même. Tout en rappelant l’éventail des approches critiques, ce volume recentre le regard sur le phénomène de la transparence tel qu’il est mis en œuvre par les artistes dans des œuvres qui, le plus souvent, interrogent notre rapport au monde. Il apparaît alors que la notion de transparence gagne à être perçue à travers le prisme du transparaître qui, en mettant l’accent sur la phénoménalité sensible et instable de la transparence, permet d’en étendre le champ de questionnement à des pratiques artistiques plus diverses et à des interrogations esthétiques moins contraintes par l’idéologisation dont la transparence fait souvent les frais.

Composé d’études rédigées par des philosophes, esthéticiens, historiens ou théoriciens de l’art, de la musique, du cinéma ou de l’architecture, le livre comprend également les interventions d’artistes qui intègrent la transparence et le transparaître dans leur réflexion et leur pratique.

]]>
https://books.openedition.org/pur/195616 2024-02-09 Charlotte Beaufort et Bertrand Rougé Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
Ruines politiques L’émotion romantique et la fièvre de la restauration ont fait négliger à quel point la ruine est bien plus qu’un vestige du passé en voie de disparition. La ruine est en réalité une construction symbolique qui s’impose dans le paysage au moment où elle est considérée, non plus comme un amas de pierres, mais comme un reste du passé dont il s’agit d’honorer les bâtisseurs, de rappeler les usages, de conserver ou de rétablir le souvenir d’événements mémorables.

Les ruines sont des objets dont la valeur ne se définit donc pas exclusivement à l’aide de critères esthétiques ou épistémologiques. Elles sont des lieux de mémoire dont la valorisation, qu’elle soit propre à certains groupes sociaux particuliers ou qu’elle concerne la société à part entière, est profondément négociée. Elles sont sujettes au changement historique. Aussi, c’est dans ces différents aspects que réside la nature politique des usages des ruines qui est objet de ce livre.

]]>
https://books.openedition.org/pur/194258 2024-02-07 Albrecht Burkardt et Jérôme Grévy Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
Canada/États-Unis : les enjeux d’une frontière Cet ouvrage donne à voir comment la frontière américano-canadienne s’est construite et est devenue, à l’aube du 11 septembre 2001, « la plus longue frontière non-défendue au monde ». Il analyse ensuite le concept de frontière intelligente et le faisceau de forces qui ont sous-tendu sa mise en place afin de réfléchir, enfin, sur ce que cette frontière nous apprend sur la relation soi-disant spéciale que partagent les États-Unis et le Canada.

]]>
https://books.openedition.org/pur/43669 2024-02-01 Pierre-Alexandre Beylier Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
S’approprier l’eau Le Chili constitue un laboratoire de la néo-libéralisation des ressources en eau depuis l’application du Code de l’eau de 1981 et de la Constitution de 1980 aujourd’hui contestés. Cet ouvrage reconstitue les transformations des pratiques d’accès à l’eau dans la vallée semi-aride d’Elqui située au nord du pays, aux abords du désert d’Atacama, depuis la seconde moitié du xxe siècle. Il révèle les stratégies déployées par les entreprises agricoles, minières et immobilières pour s’approprier l’eau. À partir d’une enquête empirique, il présente le rôle des organisations chargées du partage quotidien de l’eau dans ces stratégies et dans la construction de résistances à celle-ci. Au sein du cadre de la géographie juridique, il revient sur les conditions d’expansion de l’extractivisme, sur la construction sociale de la pénurie d’eau et sur la complexité des processus de libéralisation des ressources. Dans le contexte actuel du changement constitutionnel et de sécheresse que traverse le Chili, il propose une lecture critique du droit de l’eau, du droit à l’eau.

]]>
https://books.openedition.org/pur/194591 2024-02-01 Chloé Nicolas-Artero Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
Témoigner de la Shoah Comment lire les récits de vie déposés au centre d’archives (CDJC) du Mémorial de la Shoah à Paris ? La question est ici abordée par une double analyse dont les deux aspects suivants sont mêlés : 1) l’analyse de ces récits eux-mêmes en nouant les approches linguistiques, littéraires, historiques qui rendent compte, ensemble, du fonctionnement du genre testimonial par rapport au lieu de production, de diffusion et de réception dans lequel il s’inscrit ; 2) l’analyse de l’espace institutionnel qui conserve et met à disposition ces récits aux multiples fonctions, heuristique, pédagogique, esthétique et éthique. Initialement écrits dans l’intimité des familles, ces textes changent en effet de statut lorsqu’ils sont déposés dans un centre d’archives comme celui du Mémorial. Cette institution leur confère une visibilité potentielle et elle offre aux scripteurs la possibilité de se réclamer d’une appartenance collective. Elle engendre donc un surcroît de significations tant pratiques que théoriques que l’ouvrage tente de démêler. 

]]>
https://books.openedition.org/pur/194738 2024-02-01 Olivia Lewi Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
« J’ay grand envie de veoir assaillir » À la fin du Moyen Âge, la guerre est au centre des préoccupations de la plupart des principautés européennes. Sans faire exception, les États de Savoie sont impliqués dans maintes opérations militaires, que cela soit dans le but d’acquérir un espace territorial homogène ou en vue d’augmenter leur prestige international. Si le xive siècle est caractérisé par d’importantes victoires face aux rivaux régionaux traditionnels, les premiers ducs de Savoie doivent par la suite s’incliner devant les puissances du nord de l’Italie. Le mercenariat tout comme l’avènement des armes à feu mettent à rude épreuve les ressources de cette petite principauté alpine qui, à l’aube des Temps modernes, doit affronter l’une des crises financières et dynastiques les plus marquantes de son histoire.

Ouvert à des perspectives comparatistes, ce livre étudie l’évolution de la pratique de la guerre depuis les origines de la Maison de Savoie jusqu’au principat de Louis Ier (1440-1465), se focalisant en particulier sur les structures de commandement et l’organisation administrative, financière et socio-militaire des armées savoyardes. Pour ce faire, il s’appuie sur un corpus de sources extraordinaire : les comptes des trésoriers des guerres conservés aux Archives d’État de Turin, soit, pour ce type de documents, une des séries les plus riches et complètes du Moyen Âge occidental.

]]>
https://books.openedition.org/pur/194407 2024-01-30 Roberto Biolzi Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
Le pilori au Moyen Âge dans l’espace français Au milieu du xiie siècle, au cœur de villes de la France septentrionale rendues prospères par les développements économiques, apparaît un nouvel édifice qui rend visible l’autorité du seigneur local et son devoir de protéger l’espace urbain. Planté au centre du marché, ce signe de justice porte d’emblée le nom de « pilori » et est resté dans les mémoires comme l’un des symboles majeurs du Moyen Âge. Le pilori est à la fois un édifice public et la peine infamante la plus répandue de la fin du Moyen Âge. En exposant des condamnés sur la place publique, les officiers les livrent aux injures et jets d’ordures des passants, rassemblés pour mener à bien un rituel minutieusement codifié. Une telle humiliation publique trouve son sens politique lorsqu’on l’articule à la culture de l’honneur. En retournant son scandale contre le condamné, en le marquant comme infâme, le rituel réduit sa personnalité juridique et redéfinit les contours de la communauté des bonnes gens.

À partir de sources inédites, l’ouvrage trace le portrait d’une institution judiciaire de la vie quotidienne, au service de la paix du marché, de la loyauté des transactions et, plus largement, de l’équilibre des communautés civiques. Il invite ainsi à une lecture anthropologique et culturelle des institutions judiciaires afin d’en saisir les ramifications sociales et politiques, bien au-delà de leur champ juridique.

]]>
https://books.openedition.org/pur/194506 2024-01-30 Isabelle d'Artagnan Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
Sartre et l’URSS En Occident, Sartre a été le maître à penser d’une génération où les rapports avec le communisme se trouvaient au cœur des débats intellectuels et politiques. Or, si le philosophe a eu des relations souvent mauvaises avec le PCF, il a revendiqué ses liens avec l’URSS entre 1952 et 1968, malgré une pause provoquée par l’intervention militaire soviétique à Budapest. Sartre s’est même rendu onze fois en URSS, le plus souvent avec Simone de Beauvoir, et ces séjours, qui allaient de quelques heures à plus d’un mois, sont au cœur de ce livre grâce aux rapports rédigés par les accompagnateurs soviétiques du couple. Le philosophe y rencontrait des auteurs officiels qu’il considérait parfois comme des amis et dont les parcours permettent de dresser les contours d’une histoire culturelle de l’URSS. Mais ces voyages et ces contacts s’inscrivaient aussi dans des pratiques établies par Moscou dès le début des années 1920 pour influencer, séduire et manipuler des Occidentaux. Le cas de Sartre est d’autant plus intéressant que le philosophe a créé et incarné la théorie de l’engagement : pour lui, chacun a la responsabilité de changer le monde et doit agir en ce sens ; chacun est responsable de ses actes et sera jugé sur ceux-ci. La question se pose donc : avec l’URSS, pour quoi Sartre s’engageait-il et avec qui ?

]]>
https://books.openedition.org/pur/194118 2024-01-19 Cécile Vaissié Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
Servir le prince en temps de guerre civile Le service implique une hiérarchie et se fonde sur une réciprocité : il revient au sujet de satisfaire et d’assister les détenteurs du pouvoir, comme aux détenteurs du pouvoir de reconnaître, d’accréditer et de récompenser le service rendu. Le service s’accompagne d’un discours mettant en exergue le dévouement voire le sacrifice, tout en demandant à être confirmé en actes. Ainsi est-il un fondement de la fidélité aux princes, doit-il être profitable à chacun, et ouvre-t-il la porte à la négociation.
Comment comprendre, dans une perspective européenne et au sein de la première modernité, le service comme ce lien fondamental qui innerve tous les rapports d’autorité ? La réponse ne tient pas à une construction hiérarchique décidée du sommet mais à des interactions entrecroisées. Elle ne tient pas seulement à des éléments de discours, mais à des comportements individuels et collectifs entre les sujets et leurs dirigeants. Elle ne se limite pas aux élites sociales sur lesquelles l’historiographie a jusqu’ici concentré son attention, mais elle concerne l’ensemble des acteurs qui invoquent leur attachement indéfectible à un prince ou à une communauté quelle qu’elle soit (une République, une Église, une ville, etc.).
Au-delà de ces rapports vécus sur un mode personnel et même charnel avec les dirigeants, le service met en concurrence les convictions politiques et religieuses. Alors que nombre d’États s’affirment au cours de la première modernité comme des entités autonomes, le service rendu à la personne du dirigeant et les obligations ressenties envers l’État, le bien commun ou l’Église, tendent à se dissocier, voire à entrer en conflit dans le cadre de guerres civiles et de guerres de Religion. C’est au cœur de ces périodes de déchirures que le service et la relation au service vivent une mutation décisive. C’est en leur sein que s’éclairent le plus vivement les pratiques et les conceptions politiques fondées sur le service dans ses différentes formes, dans ses actes, dans les imaginaires qu’il met en jeu, dans les négociations et les conflits qu’il suscite.

]]>
https://books.openedition.org/pur/194271 2024-01-19 Matthieu Gellard, Bertrand Haan et Jérémie Foa Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
Le marché et le mérite Quels rapports ont entretenu l’idéal républicain et la science économique tout au long du xixe siècle, sur fond de révolution industrielle ? Cet idéal est-il uniquement politique ou implique-t-il de donner aux rapports économiques et sociaux une forme spécifiquement républicaine ? Doit-il nécessairement se soumettre au fonctionnement autonome de l’économie, marque des sociétés modernes ? N’est-il pas porteur d’exigences propres, de principes et de valeurs ? Ces derniers n’invitent-ils pas au contraire à façonner les rapports économiques autrement qu’ils ne l’ont été dans l’histoire récente du capitalisme ? Retracer la trajectoire intellectuelle de l’économiste Léon Walras – ardent républicain et démocrate, considéré aujourd’hui comme le père fondateur de l’économie scientifique, théoricien de la concurrence pure et parfaite et de l’équilibre général des marchés – permet de répondre à ces questions.

Ce livre cherche à comprendre la pensée économique de Léon Walras à l’aune, non plus de l’histoire de l’analyse économique, mais de celle du républicanisme. L’idée d’un marché juste parce que méritocratique est la principale contribution de Walras au républicanisme français après l’échec de la Révolution de 1848. Égalité des conditions, inégalités des positions, telle est la formule qu’il a défendue et dans laquelle est encore enfermé notre imaginaire social républicain. Encore faut-il en éclairer la genèse afin d’en comprendre les limites.

]]>
https://books.openedition.org/pur/194062 2023-12-20 Vincent Bourdeau Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
Faux et usage de faux L’exigence de débusquer la forgerie constitue l’une des missions principales incombant à l’historien du texte. Mémorables pour certaines, telle la dénonciation de la Donation de Constantin, de nombreuses révélations en la matière ont marqué l’histoire de la critique documentaire. Or, ce travail réclame d’être toujours poursuivi tant l’inventivité des faussaires est grande, les motivations diverses et les réalisations habiles. Mieux, les pièces produites, lorsque leur fausseté est avérée, présentent un intérêt renouvelé : elles engagent à étudier les motivations et les intentions qui ont présidé à leur création, les modalités de leur diffusion ou leur appropriation parfois dévastatrice. Ainsi la recevabilité longtemps tenue du faux oblige-t-elle à interroger sa part de vraisemblance ainsi que son adéquation avec les connaissances du moment. C’est à cette enquête diversifiée que procède le présent ouvrage. Il privilégie ainsi une réelle variété de cas étudiés (de l’Antiquité à la période moderne, de l’Arménie jusqu’à la Bretagne) et met l’accent sur les enjeux méthodologiques et épistémologiques de cette problématique.

]]>
https://books.openedition.org/pur/193755 2023-11-10 Philippe Blaudeau et Véronique Sarrazin Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
Le salut par procuration Explorer un terrain de recherche quasiment vierge en faisant sortir de l’ombre un objet religieux mal identifié car souvent confondu avec les confréries, les messes pour les défunts, ou encore les indulgences, tel est ici le projet. Il s’agit plus précisément d’examiner les confraternités ou les affiliations spirituelles nées autour des monastères, couvents, chapitres canoniaux et commanderies hospitalières, de leur apparition en Occident au haut Moyen Âge jusqu’à leurs avatars actuels. À la lumière d’une documentation disséminée, inégalement conservée et rendue invisible par des classements archivistiques aléatoires, l’ouvrage s’attache à caractériser les sources, le vocabulaire et le contenu pastoral de cette formule consistant à partager les bienfaits salvifiques d’une communauté ecclésiastique avec des individus (ou groupes d’individus) extérieurs à celle-ci. Au prix d’un patient travail de contextualisation, les auteurs apportent des éléments nouveaux sur ses usages par les réguliers comme par leurs bienfaiteurs. Ils posent ainsi de précieux jalons pour que s’écrive un jour l’histoire longue de cette pratique religieuse combinant marché du salut et solidarité chrétienne face à l’inéluctable défi de l’au-delà.

]]>
https://books.openedition.org/pur/193896 2023-11-10 Marie-Madeleine de Cevins et Caroline Galland Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
Histoire familiale du prisonnier de guerre Gaston Duplat « Les douleurs d’hommes sont muettes » écrit le comité de rédaction de la revue Maintenir, revue de l’Amicale des anciens des Stalags XVIII, en évoquant le destin tragique des prisonniers de guerre français de la Seconde Guerre mondiale. Gaston Duplat – PG matricule 2677 détenu du 23 juin 1940 au 7 mai 1945 au camp de Coëtquidan (Morbihan), puis au Fronstalag 183 de Vannes, enfin au Stalag XVIII C de Markt Pongau (Autriche) – resta lui aussi pudique sur son histoire : un long silence jamais rompu. Un silence, mais deux carnets de captivité, plus de trois cents lettres, deux albums photographiques et un herbier annoté retrouvés dans les archives familiales après son décès et celui de son épouse. Ces documents furent le point de départ d’une longue enquête sur la vie de cette famille brutalement et durablement touchée par la guerre et la captivité du père.

Essayer de reconstituer la vie de cette famille et de la comprendre au travers de ses mots et des archives, s’intéresser à l’histoire de la Captivité, des Stalags et des Kommandos mais aussi se pencher sur une histoire singulière, évoquer le destin du prisonnier matricule 2677 mais aussi celui de son épouse et de ses enfants, voilà l’objet de cet ouvrage.

]]>
https://books.openedition.org/pur/193616 2023-10-19 Christian Duplat Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
Le mouvement hibiste Au début du siècle dernier, le sultan du Maroc vient de signer un traité qui place désormais son pays sous le protectorat de la France (30 mars 1912). À l’ombre du maréchal Lyautey, un sultan de substitution, totalement soumis aux nouveaux maîtres français, a été proclamé. Cependant, nombreux sont ceux qui, au Maroc, refusent le fait accompli et se révoltent face à la mainmise étrangère sur le pays. Ainsi, dans le Sud marocain, Moulay Ahmed el Hiba, fils d’un marabout ouest-saharien (Ma el Aïnin), se fait proclamer sultan du Jihad en 1912 ; une première fois à Tiznit, la seconde à Marrakech. Ces événements ont donné naissance à un mouvement qui pendant plus de vingt ans (1912-1934) symbolisera pour ces populations berbères et ouest-sahariennes la résistance à l’avancée inéluctable des troupes coloniales françaises et espagnoles.

Fondée sur une analyse croisée d’archives inédites, aussi bien françaises que marocaines, l’auteur fait la lumière sur un événement fondateur de la conquête coloniale du Maroc. Mythifiée, récupérée ou occultée, la figure fondatrice du mouvement hibiste est encore aujourd’hui le sujet d’un conflit mémoriel ayant pour objet l’Ouest saharien. 

]]>
https://books.openedition.org/pur/193341 2023-10-17 Rachid Agrour Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
Honneur et dignité dans le monde antique Si l’on peine à trouver chez les historiens une définition de la dignité car elle semble relever du domaine de la morale, voire du droit, l’honneur n’est devenu un concept que récemment. Pourtant ce sont deux notions qui font agir a priori les mêmes ressorts psychologiques, l’estime de soi et une forme d’orgueil. Les sciences sociales se sont emparées de la notion d’honneur et l’ont analysée au prisme des « sociétés méditerranéennes », lui donnant une définition anthropologique dont la compétition, l’obsession de la pureté sexuelle féminine et la violence vengeresse sont les principaux aspects. En réponse à l’injure, à la violence, à la séduction et au viol de la femme, ce modèle exigeant un acte réparateur est-il applicable au monde antique gréco-romain ? Y retrouve-t-on cette obsession du sang et du sexe qui est au cœur du « modèle anthropologique » ? L’ouvrage vise à resituer dans leur contexte historique les deux notions d’honneur et de dignité depuis l’époque archaïque jusqu’à celle de l’Antiquité tardive. Il les envisage selon quatre points de vue : le rapport entre l’individu et sa communauté politique, la nature de l’honneur familial et féminin en particulier, la violence, enfin, les formes du déshonneur.

]]>
https://books.openedition.org/pur/193453 2023-10-12 Christophe Badel et Henri Fernoux Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
Le soin des pauvres Soigner les pauvres, telle est la vocation de milliers de jeunes femmes qui, tout au long du xixe siècle, prennent le voile en France et concrétisent ainsi un désir de vie religieuse et de service. Cet engagement ouvre aux femmes des voies pour s’affirmer hors de la famille, dans l’espace public et le monde du travail. Infirmières ou pharmaciennes, responsables de services d’hôpitaux et d’hospices, ou gardes-malades à domicile, ce sont les « bonnes » sœurs du xixe siècle. Figures de la charité, elles sont aussi les chevilles ouvrières du système public de santé dont elles accompagnent la médicalisation. Dans une société confrontée à une nouvelle pauvreté massive et alors que l’Église catholique s’inquiète de la déchristianisation populaire, les sœurs soignantes répondent aux attentes sociales et sanitaires, religieuses et morales de leur temps. La laïcisation républicaine signe-t-elle leur disparition ? Rien n’est moins sûr à en regarder leur présence dans Paris au début du xxe siècle. S’appuyant sur de nombreuses archives des couvents et des institutions hospitalières, cette enquête questionne la vocation des sœurs soignantes dans leur quotidien auprès des pauvres de la capitale. Elle propose une histoire du care qui éclaire les enjeux profanes et spirituels de la relation de soin.

]]>
https://books.openedition.org/pur/193035 2023-09-28 Anne Jusseaume Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes
Le duc d’Étampes et la Bretagne Pendant près de vingt-deux ans (1543-1565), Jean de Bretagne, duc d’Étampes, est à la tête de la Bretagne en tant que gouverneur de la province. Héritier des comtes de Penthièvre, eux-mêmes issus des ducs de Bretagne, il devient un fidèle serviteur des Valois à qui il doit tous ses honneurs. Des sources renouvelées, tant épistolaires qu’administratives, permettent désormais de mieux cerner les contours du métier de gouverneur dans une province en voie d’intégration au royaume de France, soit entre le règne de François Ier et les premières guerres de Religion.

Au quotidien, le gouverneur de Bretagne doit assurer une grande diversité de missions : défense armée d’une imposante frontière maritime en contact permanent avec l’Espagne et les Flandres des Habsbourg ou l’Angleterre des Tudors ; gestion des deniers royaux ; bon respect de la justice du souverain, etc. Avec l’émergence des troubles religieux, c’est aussi à la paix entre les confessions qu’il faut désormais veiller.

Surtout, à la lecture des sources, il est frappant de constater que le gouverneur de Bretagne apparaît très souvent aussi bien comme un relais que comme un intercesseur entre sa province et le roi de France. Trait d’union entre le centre et la périphérie, entre la cour et la province, cet acteur politique de premier ordre a longtemps été mal compris et mal jugé par l’historiographie. L’analyse renouvelée de ses réseaux, de son influence et de son large pouvoir provincial permet de réévaluer le rôle tout à fait particulier de ce type de serviteur du roi dans la France de la Renaissance.

]]>
https://books.openedition.org/pur/193038 2023-09-26 Antoine Rivault Presses universitaires de Rennes fr Presses universitaires de Rennes