Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le canton, un territoire du quotidien ?

 | 
Jean-François Tanguy
, 
Jean Le Bihan
, 
Yann Lagadec

Étude de cas. Canton et maintien de l'ordre au XIXe siècle

Le territoire du métier : réflexions de la Belle Époque sur la cantonalisation de la gendarmerie

Arnaud-Dominique Houte

Texte intégral

  • 1 Voir, supra, la communication d’Aurélien Lignereux, « Un moment 1850 ?… ».

1L’assimilation de la brigade de gendarmerie et du cadre cantonal caractérise la majeure partie de l’époque contemporaine. Ne parle-t-on pas communément de « brigade cantonale » ? L’identification du territoire policier et de la circonscription administrative est un phénomène ancien que l’on peut faire remonter au début du XIXe siècle. Pratiquement acquise au cours de la monarchie de Juillet, la cantonalisation de la gendarmerie est officiellement entérinée par la loi du 29 juillet 18501. À cette date, la plupart des départements comptent déjà au moins une brigade par canton, et le mouvement est achevé après les importantes augmentations d’effectifs votées au début du Second Empire. A-t-on pour autant réfléchi à la signification de cette union ? Rien n’est moins évident : le choix du cadre cantonal est d’abord pensé comme le meilleur moyen d’augmenter rapidement l’effectif du corps tout en garantissant une couverture dense et homogène du territoire national. Avant la fin du XIXe siècle, bien peu se préoccupent, en revanche, d’évaluer les conséquences d’une telle dissémination de la surveillance.

2Les temps changent au moment des noces d’or de la brigade et du canton. Transformations économiques et sociales, modernisation des moyens de communication, mutation des rapports à l’espace, voilà autant de bouleversements qui dénaturalisent l’enracinement cantonal de la gendarmerie. Autour de 1900, on n’a peut-être jamais été aussi près du divorce. L’examen des critiques exprimées, la lecture des projets de réforme et l’analyse de la résistance du modèle traditionnel offrent un vaste champ de recherches pour qui veut comprendre la consistance physique et la réalité sociale d’un cadre géographique. En mesurant la solidité d’une union qui fut d’abord conjoncturelle et en expliquant les ressorts complexes de cet attachement durable, il s’agit ainsi d’apporter une pierre à l’histoire de la territorialisation des administrations.

La gendarmerie et le canton : une union circonstancielle ?

  • 2 Pour une approche détaillée, Lagadec Yann et Le Bihan Jean, « L’espace de l’État. Pour une histoir (...)
  • 3 C’est ainsi qu’est créée la section de Roubaix, dès le milieu du XIXe siècle, pour tenir compte du (...)
  • 4 Chauvaud Frédéric, Le juge, le tribun et le comptable. Histoire de l’organisation judiciaire entre (...)
  • 5 Lors de son bref passage au ministère de la Guerre, en 1887, le général Boulanger réorganise bruta (...)

3Comment peut-on apprécier l’enracinement territorial de la gendarmerie ? La question est très complexe, dans la mesure où l’insertion spatiale du corps fait figure de phénomène naturel à l’aube du XXe siècle. Pour comprendre un peu plus précisément ce qui relève d’une sorte d’impensé du métier, il faut reconstituer l’univers géographique de la gendarmerie. L’arme se construit selon un découpage administratif spécifique, fondé sur l’emboîtement de quatre échelons. Du plus petit au plus grand, on retrouve ainsi la brigade, la section, la compagnie, la légion. Dans les esprits, la brigade correspond au canton, la section à l’arrondissement, la compagnie au département, et la légion préfigure le cadre régional. Dans les faits, d’importantes exceptions compliquent cette superposition des territoires2. Pour tenir compte des commodités de transport, la compagnie des Hautes-Alpes englobe, par exemple, une partie du département des Basses-Alpes. Le cas de la section est encore plus éloquent. Jusqu’à la Troisième République, cet échelon intermédiaire était baptisé « arrondissement », ce qui renforçait naturellement l’idée d’un calque entre le maillage administratif et la géographie institutionnelle. Mais la gendarmerie doit tenir compte de l’urbanisation et des nouveaux moyens de communication. Aussi le ministère de la Guerre décide-t-il de créer des sections qui dédoublent les anciens arrondissements3. Ces modifications sont d’autant plus faciles à adopter que rien dans les textes ne garantit l’homologie entre les découpages administratifs et les divisions professionnelles. Il faut insister sur cet aspect, car la gendarmerie est partagée entre trois modèles géographiques voisins mais bien distincts : celui de la justice, bâti sur la définition des ressorts de cour d’appel4, celui de l’armée, construit autour du système des régions militaires5, et celui de l’administration préfectorale. La carte des circonscriptions de gendarmerie fluctue selon le poids respectif de chacun de ces partenaires. Elle n’est jamais figée.

  • 6 Voir, infra, la communication de Jean-François Tanguy, « Un essai cohérent mais avorté de police r (...)
  • 7 Dans le canton de Solre-le-Château (Nord), par exemple, le commissaire cantonal et la brigade de g (...)
  • 8 Lamy Louis de, Essai de critique juridique. Réformes de la police judiciaire. La police judiciaire (...)

4Que reste-t-il de ces débats byzantins à l’échelle locale ? La complexité du découpage institutionnel conforte d’abord l’indépendance du corps. Grâce à son assise nationale, le gendarme ne se pense pas comme un agent local, mais bien comme le dernier maillon d’une administration répartie sur l’ensemble du territoire. Comme le montre clairement le circuit des rapports, la brigade communique directement avec l’arrondissement, sans rendre compte aux instances civiles. Libéré de toute tutelle officielle qui ne relèverait pas de sa hiérarchie, le chef de brigade doit toutefois cohabiter au quotidien avec des pouvoirs locaux qui savent imprimer la marque de leurs préoccupations et de leurs cadres de réflexion. De ce point de vue, le canton semble plutôt mal représenté. Quelles sont les instances susceptibles de l’incarner aux yeux des gendarmes ? Passons sur la figure du conseiller général, pratiquement absente des rapports et des correspondances de la Belle Époque. Peut-être plus directement perçu comme maire d’une commune que comme représentant du canton, ce personnage ne constitue pas un interlocuteur habituel de la brigade de gendarmerie. Sous le Second Empire, en revanche, les commissaires de police cantonaux, complices ou adversaires des gendarmes selon les lieux, offraient une consistance physique immédiate au territoire cantonal6. Encore faudrait-il savoir si ces fonctionnaires vivement critiqués parcouraient réellement l’ensemble de leur circonscription ou s’ils ne se limitaient pas plutôt à la police du chef-lieu7. En définitive, seul le juge de paix parvient à représenter l’échelon cantonal auprès de la brigade de gendarmerie. Mais quel est son poids réel ? Dans un ouvrage publié au début de la Troisième République, Louis de Lamy, juge de paix du canton de Verfeuil, déplore longuement l’éparpillement des efforts policiers et l’incapacité à les organiser dans le cadre cantonal, faute d’une structure de concertation collective8. Ce témoignage désolé rappelle que le canton subit la très vive concurrence de la commune. Pour le juge de paix et plus encore pour les gendarmes de la fin du XIXe siècle, les maires et les gardes champêtres sont en effet des partenaires – et parfois des adversaires – quotidiens.

  • 9 En Sologne, dans le Nord, dans l’Hérault, ce sont plus de 60 % des procès-verbaux qui sont consacr (...)
  • 10 Service historique de la Défense (désormais SHD)-Gendarmerie, 35E 18. Relevé des services accompli (...)

5Que le cadre communal paraisse plus réel et plus concret que le cadre cantonal, voilà qui se confirme à la lecture des états de service. Pour chaque rapport récapitulatif, les chefs de brigade sont ainsi invités à distinguer ce qui a été fait au chef-lieu – « service à la résidence » – et ce qui a été fait dans les autres communes – « services externes ». Cette comptabilité séparée commande naturellement l’organisation du travail, et les sous-officiers apprennent à répartir les missions de telle sorte que chaque gendarme parcoure le maximum de communes. Pris très au sérieux et parfois respecté jusqu’à l’absurde, le lissage des services garantit d’abord la plus parfaite couverture du territoire. Sauf très rares exceptions, les brigades surveillent l’ensemble de leur circonscription. Comme les y obligent les textes réglementaires, chaque commune est visitée au moins deux fois par mois. Et ce seuil minimal fixé au début du XIXe siècle est très souvent dépassé grâce aux nouvelles facilités de transport. Il faut surtout préciser que ces visites régulières ne sont pas de pure forme. Meilleure preuve de l’activité réelle des brigades et de leur investissement, au moins la moitié – et parfois jusqu’aux deux tiers – des contraventions sont constatées dans les communes externes9. Pour parvenir à ces équilibres qui témoignent de la réalité policière du territoire cantonal, les commandants de brigade doivent toutefois passer par des grilles de lecture communales10. Travaille-t-on de la même manière « à la résidence » ou dans un village périphérique ? Y sanctionne-t-on les mêmes délits ? Il n’est pas possible de répondre à ces questions, mais il est évident que les gendarmes raisonnent au moins autant en fonction des fi nages communaux qu’en fonction des frontières cantonales.

  • 11 Chaque dépôt d’archives départementales conserve plusieurs liasses de ces courriers ou pétitions t (...)
  • 12 À la modeste échelle des bourgs, on retrouve toute la gamme des arguments employés par les villes (...)
  • 13 Les propositions de déménagement des brigades sont généralement liées à la médiocrité des casernem (...)

6Bien conscientes de cette distinction qui oppose encore le chef-lieu de brigade au reste de la circonscription, les municipalités n’hésitent pas à batailler pour obtenir l’installation de la gendarmerie sur leur territoire. Quand on observe, en effet, les discours qui accompagnent les propositions de création ou de déplacement des brigades dans la seconde moitié du siècle11, on est immédiatement frappé par la disparition de la référence cantonale. En dépit des variations locales, ce sont presque toujours les mêmes arguments qui s’expriment : étendue du territoire, présence d’une gare ou d’un important carrefour routier, croissance d’une population ouvrière turbulente, facilités de casernement12, etc. En appliquant la loi de 1850 et en assignant à chaque canton une brigade, le Second Empire a déplacé les termes du débat. Il ne s’agit désormais plus de faire venir la brigade dans l’espace cantonal, mais bien de rapprocher son chef-lieu et de bénéficier ainsi d’une garnison à demeure, voire d’une petite population de consommateurs supplémentaires. En vertu de cette nouvelle logique, le patriotisme communal l’emporte sur l’identité cantonale. Seuls les chefs-lieux de canton utilisent encore l’argument de leur statut administratif, d’abord quand on menace de déplacer la brigade et de la loger dans une autre commune de la circonscription13, ensuite et plus rarement, quand la brigade avait été installée dans une autre commune du canton et que le chef-lieu voudrait la rapatrier. Même dans ces situations, les maires concernés préfèrent toutefois évoquer le poids démographique ou la centralité de leur commune : quand elle est citée, la qualité administrative ne vient jamais qu’en complément de l’argumentation.

La cristallisation des critiques

7Fragile et circonstancielle, menacée par la montée des patriotismes municipaux, l’union de la brigade et du canton connaît une grave crise à la charnière du XIXe et du XXe siècle. Face aux transformations d’une délinquance itinérante et de plus en plus mobile, mais aussi face aux nouvelles contraintes du maintien de l’ordre, le cadre cantonal fait figure d’archaïsme. On peut reprendre l’image mythologique du lit de Procuste pour caractériser les reproches qui lui sont adressés : trop grand ou trop petit selon les cas, mais toujours trop contraignant, il ne peut plus répondre aux besoins du service.

  • 14 Le député Lebrun parle d’une « seconde Calabre » où les crimes et délits seraient quotidiens (Le G (...)
  • 15 SHD-Gendarmerie, 5E 1, Note du chef d’escadron des Hautes-Alpes, 19 mars 1899.

8Le canton est trop grand, premier cas de figure, quand il abrite des communes ouvrières turbulentes, à Jœuf, par exemple, où la brigade de gendarmerie bat tous les records de productivité répressive et où l’on doit installer des renforts permanents14. Il est également trop grand dans le Briançonnais, considérablement étendu et parsemé de cols difficilement accessibles, sinon par « de très mauvais chemins bordés de ravins ou de précipices, où il est impossible de trotter15 ». Pour faire face à ces fréquentes difficultés, l’institution utilise traditionnellement le système des postes provisoires : deux ou trois gendarmes sont logés dans une commune externe, ils sont officiellement rattachés à la brigade cantonale, mais ils disposent d’une autonomie opérationnelle presque totale. Cette dissémination des gendarmes n’est pas sans déplaire aux officiers, qui redoutent un affaiblissement de la discipline militaire et qui craignent de voir leurs hommes soumis aux demandes municipales ou aux requêtes patronales. Aussi les responsables de la gendarmerie s’efforcent-ils de contrarier les vœux exprimés par les maires ou par les conseils généraux, quand ils ne s’y opposent pas ouvertement. Les réalisations restent donc assez limitées et toujours précaires. On retrouve des unités temporaires en été, dans les principaux cols alpins ou dans les stations balnéaires naissantes. On peut également en identifier le long des chantiers de chemin de fer ou à proximité des grandes extensions industrielles. Mais ces postes provisoires sont soumis à des consignes très strictes qui ne leur permettent pas d’exercer toutes les attributions d’une brigade de plein exercice. L’émiettement du réseau de surveillance reste sévèrement contenu.

  • 16 Devilliers Maurice, Le bon gendarme, comédie en un acte, Paris, Libraire Théâtrale, 1905, 31 p. Ci (...)
  • 17 Parmi de nombreux exemples, citons la résidence de Marsillargues, dans l’Hérault, « réservée aux v (...)
  • 18 Coupable de mener une vie plutôt dissolue, le gendarme Legrand est ainsi muté à Saint-Christophe-d (...)

9En sens inverse, le canton est parfois un cadre géographique trop étriqué, en particulier dans les régions rurales les plus paisibles et les moins peuplées. La parfaite tranquillité de certains postes de gendarmerie fait les délices des humoristes, et les vaudevilles à succès de la Belle Époque mettent parfois en scène des brigadiers paniqués par leur inactivité qui finissent par arrêter leurs propres gendarmes pour remplir les cellules et les statistiques16. Le cliché est outré, n’en doutons pas, mais ces situations de repos forcé sont bien identifiées par les officiers, qui épluchent les décomptes du service effectué pour évaluer la charge de travail respective de leurs hommes. Tous déplorent le maintien de ces brigades inutiles, mais la plupart apprennent à intégrer ces caractéristiques dans la gestion des personnels. Les vieux gendarmes incapables de mener un service actif bénéficient ainsi de ces « résidences de repos17 », où ils retrouvent parfois les mauvais chefs de brigade, que l’on ne peut pas dégrader mais que l’on veut éloigner des postes sensibles. Ces déserts des Tartares accueillent enfin les jeunes gendarmes trop sensibles aux tentations de la vie urbaine18.

  • 19 Les grandes grèves de 1902 accablent ainsi les brigades du Nord, réduites à un ou deux hommes, mai (...)

10Ces décalages anciens entre des brigades surchargées et des brigades inactives sont la rançon d’une couverture à peu près uniforme du territoire. Sans doute s’aggravent-ils à la Belle Époque, mais c’est surtout le principe de sédentarité du métier qui fait débat à l’heure des grandes recompositions policières. Du côté du maintien de l’ordre, d’abord, rien n’est plus flagrant que l’inadéquation entre les besoins de surveillance et la forme cantonale. Face aux grandes grèves de la fin du XIXe siècle et de la Belle Époque, que peuvent faire cinq ou six gendarmes ? Il faut évidemment procéder à des regroupements pour obtenir des effectifs de plusieurs centaines d’hommes. Ces gendarmes qui sont mobilisés à Carmaux, à Armentières, à Rennes pour le procès Dreyfus, et partout où on les appelle, il faut les prélever sur l’effectif ordinaire des brigades. Avec un double inconvénient : d’une part, les brigades cantonales sont dépeuplées, réduites à un ou deux hommes quelquefois19 ; d’autre part, les contingents de maintien de l’ordre sont composés de gendarmes provenant de toutes les origines, qui ne se connaissent pas ou peu et qui sont commandés par des officiers inconnus. Le modèle de la brigade cantonale ne semble pas plus efficace en matière de police judiciaire. Que peuvent faire des gendarmes vissés à leur canton quand les criminels prennent le train, sinon l’automobile ?

  • 20 Le projet le plus abouti est présenté dans Le Phare de la Gendarmerie du 18 juillet 1912. Il propo (...)

11De manière plus générale, c’est tout le système de la surveillance territoriale qui est remis en cause au début du XXe siècle. Le policier moderne doit être mobile, c’est le maître mot du nouveau siècle, il ne peut plus être enfermé dans une circonscription réduite. L’affaire Vacher, en 1897, du nom de ce tueur en série qui parcourt le pays sans être inquiété par la gendarmerie, scelle la condamnation médiatique du modèle archaïque de la brigade cantonale. On lui oppose une double alternative qui fait l’objet de vifs débats à la Belle Époque. Au niveau de la police judiciaire, ce sont les brigades du Tigre qui complètent et concurrencent l’action des brigades. Pour une minorité de gendarmes qui s’exprime dans la presse des retraités, ces brigades mobiles de police judiciaire sont érigées en modèle à suivre. Certains rêvent de monter des sections de recherche, d’autres veulent centraliser les principales affaires criminelles auprès de brigades urbaines spécialisées20. Rien n’aboutit, mais les officiers sont sensibles à l’air du temps et ils se montrent certainement plus tolérants lorsque leurs hommes font preuve d’initiative. Comme l’écrit l’un d’entre eux :

  • 21 « Réponse », L’Écho de la Gendarmerie, 24 mai 1908.

« Le gendarme qui peut vraiment faire un service de police générale est celui qui a l’esprit libre, celui qui n’est pas enfermé dans un itinéraire obligatoire et qui peut, suivant les renseignements reçus, aller là où les besoins de l’enquête le poussent21. »

  • 22 Jauffret Jean-Charles, « Armée et pouvoir politique. La question des troupes spéciales chargées du (...)
  • 23 SHD-Gendarmerie, 35E 5, Lettre du chef d’escadron de l’Ille-et-Vilaine au préfet, 16 septembre 190 (...)

12À cette petite inflexion qui aménage le modèle strict de la brigade cantonale, fait face une remise en cause beaucoup plus brutale dans le domaine du maintien de l’ordre : le projet de constitution d’une gendarmerie mobile. L’idée n’est pas neuve, mais elle revient au goût du jour après le massacre de Fourmies, en 1891. Pendant les vingt années qui suivent, une dizaine de projets plus ou moins détaillés en défendent le principe auprès des parlementaires et de l’opinion publique. Tous échouent, pour des raisons financières, politiques ou stratégiques. Peu importe le détail22, mais il est essentiel de comprendre que les officiers et les gendarmes manifestent de vives réticences à l’égard de cette gendarmerie mobile. Parmi d’autres, le chef d’escadron de l’Ille-et-Vilaine s’y déclare hostile, et il recommande simplement d’augmenter l’effectif des brigades. Capables de fournir des renforts en cas de besoin, ces unités agrandies pourraient « rendre des services, y compris en temps habituel23 ». Le modèle d’une brigade territoriale implantée dans le cadre du canton reste donc très largement prédominant malgré les critiques qui l’assaillent. Reste à savoir quel sens il faut accorder à cette continuité.

La brigade cantonale, un modèle bien ancré

  • 24 Lettre du sous-préfet de Saint-Calais au préfet de la Sarthe, 11 décembre 1911, citée par Houte Ar (...)
  • 25 En 1887 et en 1894, le ministère de la Guerre supprime le cinquième gendarme dans les brigades les (...)

13Comment expliquer la résistance durable de ce modèle cantonal désuet sinon périmé aux yeux de la plupart des observateurs influents ? L’argument décisif se situe certainement du côté des conseils généraux et des élites politiques locales. Toute réforme du système dresse contre elle l’ensemble des territoires qui craignent d’être lésés. Comme le rappelle, par exemple, un sous-préfet de la Sarthe, « les corps mobiles sont nécessaires, c’est d’évidence », mais, et la formule est éloquente, il n’est pas question de les installer « au détriment des intérêts ruraux24 ». Les simples municipalités sont encore plus combatives : beaucoup se sont endettées pour financer la construction d’une caserne qui est ensuite louée à la gendarmerie, le départ de la brigade serait donc une lourde perte. Quand on sait que la Troisième République accorde le plus grand intérêt à ce type de revendications, on imagine bien qu’il ne pouvait pas être question de réformer trop brutalement la carte des implantations de gendarmerie25.

  • 26 SHD-Armée de terre, 1 N 11, Note préparatoire à la séance du Conseil supérieur de la Guerre, 24 av (...)
  • 27 On se permettra de renvoyer à notre thèse : Le métier de gendarme national au XIXe siècle. Pratiqu (...)

14À ces considérations politiques s’ajoutent toutefois des raisons sociologiques profondes qui sont résumées par le général Bridoux en 1913, au terme d’un énième débat sur la mise en place d’une gendarmerie mobile : « Ce qu’il faut au gendarme, c’est la brigade, le mariage et un logement26. » L’institution éprouve déjà des difficultés à recruter son personnel, surtout après 1905, lorsque le service militaire est réduit à deux ans. Plus que jamais, il lui faut tenir compte des motivations de ses hommes. Or, ceux-ci se sont manifestement approprié le système de la brigade territoriale. Beaucoup d’entre eux se marient avec des jeunes filles du canton, quitte à être mutés au lendemain des noces. Si leur uniforme les éloigne parfois de la population du bourg, si les règlements leur recommandent de maintenir leurs distances, ils savent s’intégrer à la société locale. Attachés à ces usages qui se sont construits tout au long du XIXe siècle27, les gendarmes ne veulent certainement pas se retrouver dans de grandes casernes urbaines coupées des populations. Ils le disent très clairement dans la presse des retraités :

  • 28 Le Progrès de la Gendarmerie, 5 janvier 1912.

« Les soldats que vous voulez créer n’auront que le costume et le nom de gendarmes, car le gendarme, on ne saurait assez le répéter, se forme au contact des populations, et certainement pas enfermé dans des quartiers28. »

  • 29 Précisons que ce débat naît d’abord dans l’armée de conscription, où il n’aboutit d’ailleurs pas ((...)
  • 30 SHD-Gendarmerie, 3804, Rapport du lieutenant de Lesparre au chef d’escadron de la Gironde, 9 août (...)
  • 31 Ibid., 39E 47, Rapport du capitaine de Saint-Claude, 14 septembre 1910.
  • 32 Journal de la Gendarmerie, 2 janvier 1910.

15Les officiers ne partagent pas forcément cette opinion. Au contraire, depuis le début du XIXe siècle, un courant d’opinion majoritaire évoque la nécessité de dépayser le gendarme si l’on ne veut pas qu’il cesse d’être un véritable militaire inflexible et indépendant. C’est pour cette raison que l’on interdit aux gendarmes d’exercer dans leur canton de naissance ou dans celui de leur épouse. Définitivement fixée par la circulaire du 13 juin 1868, cette règle n’est pas toujours respectée à la lettre, et une véritable offensive s’engage, en 1907, contre les « attaches de famille des gendarmes ». Après la mutinerie du 17e d’infanterie29, les officiers redoutent que des conflits d’intérêt n’affectent la gendarmerie. Pour le lieutenant Pontet, il faudrait nommer les gendarmes « à 100 km au moins de tout département où ils pourraient avoir des attaches30 ». Mais cette radicalité verbale n’aboutit pas, et la plupart des officiers saluent, au contraire, l’utilité des gendarmes bien insérés dans leur circonscription. À Saint-Claude, le capitaine exige ainsi de pouvoir conserver ces hommes dont « les nombreuses relations permettent, certains jours d’effervescence, de rendre de grands services31 ». Cette ligne pragmatique l’emporte. Au lieu de stigmatiser « les relations d’alliance, nuisant à l’indépendance », on dénoncera désormais « les relations d’alliance nuisant à l’indépendance32 » : l’abandon de la virgule vaut bien renoncement aux idéaux de dépaysement intégral.

  • 33 « La bourgeoisie se moque totalement des délinquants », explique Foucault, mais elle s’intéresse à (...)
  • 34 Sur ces distinctions, on lira avec beaucoup d’intérêt l’article posthume de Monjardet Dominique, « (...)

16Si la plupart des officiers rejoignent plus ou moins timidement les gendarmes dans la défense du modèle cantonal, c’est aussi parce que ce système traditionnel préserve l’intérêt du service. On a dit que la surveillance territoriale était médiatiquement condamnée à l’aube du XXe siècle. Cela ne signifie pas que l’action des gendarmes soit inutile – au contraire. Il est vrai que le cadre cantonal complique le travail proprement répressif, mais il est très bien adapté au travail préventif qui constitue l’essence du métier de gendarme. La territorialisation du métier offre d’abord la garantie d’une surveillance continue et effective. On l’a dit, les brigades patrouillent et agissent dans l’ensemble de leur ressort sans se limiter à leur commune de résidence. Le balayage du territoire est complet, la surveillance est omni présente. Est-elle efficace ? C’est une autre question, et les critiques ont beau jeu de faire remarquer que les gendarmes patrouillent sans voir grand-chose. Mais peu importe, à vrai dire, et on serait tenté de paraphraser Michel Foucault en expliquant que la gendarmerie se moque des délinquants33. Sa vocation est certainement moins de réprimer le crime que de montrer l’uniforme et de maintenir le calme34. Par sa présence dissuasive d’abord, mais aussi par son action réfléchie : les officiers de la fin du XIXe siècle rappellent régulièrement que la surveillance ne doit jamais être tracassière, que la répression doit rester humaine, « intelligente », etc. Ils insistent beaucoup sur la dissuasion et sur l’intimidation, en police ordinaire comme en maintien de l’ordre. Le commandant de l’Ille-et-Vilaine résume très clairement cette théorie, en 1911 :

  • 35 SHD-Gendarmerie, 35E 25, Rapport du chef d’escadron de l’Ille-et-Vilaine au chef de légion, 5 déce (...)

« Qu’une grève ou des troubles quelconques se produisent, aussitôt la brigade à cheval intervient, et sa concentration rapide, sa masse et en même temps sa mobilité, enfin, le respect que par la dignité habituelle de son attitude elle a su inspirer déjà à une population au milieu ou dans le voisinage de laquelle elle vit constamment, produisent un effet moral indiscutable. Ce même effet serait-il produit par l’arrivée, toujours tardive, d’une troupe quelconque qui ne connaîtrait rien de la ville, rien du caractère, rien de l’esprit, rien du tempérament, rien des mœurs des habitants qu’elle aurait pour mission de ramener au calme35 ? »

17Opposée au modèle de la mobilité policière, la défense de l’en racinement cantonal garantit un traitement policier humain et personnalisé qui s’adapte parfaitement à la politique rurale de la Troisième République. Elle est renforcée, dans le même temps, par une profonde transformation du métier de gendarme. Depuis les années 1870 et depuis l’instauration d’un service militaire universel, les casernes ont dû s’ouvrir. Auparavant destinées à protéger le secret des opérations, elles se dotent désormais de bureaux et de salles d’attente afin d’accueillir les conscrits ou les réservistes qui viennent chercher quelque renseignement. Discréditée par son attachement au régime impérial déchu, la gendarmerie en a profité pour faire la démonstration de son utilité. En se mettant à l’écoute des populations, en accueillant beaucoup plus facilement les plaintes et les requêtes, les gendarmes de la fin du XIXe siècle se placent explicitement au service du peuple souverain et témoignent de leur conversion aux nouveaux principes républicains. Pour toutes ces raisons, la brigade de gendarmerie a changé de nature. Elle n’est plus cette structure exogène et plutôt menaçante qui surveillait la population rurale ; elle devient vraiment un service public auquel chacun doit pouvoir accéder sans procéder à de trop longs déplacements.

*

  • 36 Laffont Hubert, Meyer Philippe et Virilio Paul, Le nouvel ordre gendarmique, Paris, Seuil, 1980 et(...)

18Quand le législateur de la Seconde République avait décidé de systématiser l’union de la brigade et du canton, son intention était double : il s’agissait de garantir le contrôle du territoire et d’améliorer l’action policière de la gendarmerie. De ce point de vue, le succès n’est pas complet, un demi-siècle plus tard. Mais il n’est pas possible de divorcer pour autant, car l’union de la gendarmerie et du cadre cantonal a engendré un double mouvement de territorialisation et de banalisation de la surveillance. En s’inscrivant dans l’espace du canton, l’arme se fond dans le paysage, elle s’intègre à la société, elle devient, à proprement parler, un service public. C’est ce modèle de community policing qui définit le métier de gendarme pendant la majeure partie du XXe siècle. Il est vrai que le principe de territorialisation est battu en brèche à partir des années 1920. Dès 1921, la création d’une « garde républicaine mobile », ancêtre de la gendarmerie mobile, rompt avec le modèle de la brigade. La spécialisation discrète et progressive de certaines unités complète ce processus de différenciation fonctionnelle qui aboutit, après la Seconde Guerre mondiale, à la création de « brigades de recherches » ou encore de « brigades motocyclistes ». Encore définie à l’échelon cantonal dans les années 1950, l’organisation du service se joue bientôt à l’échelle départementale36. Dans la seconde moitié du XXe siècle, le cadre cantonal ne correspond plus tout à fait à l’expérience vécue des gendarmes ; il reste néanmoins constitutif de l’image publique du métier, comme le montrent encore récemment les très vifs débats provoqués par les recompositions de la carte policière. Véritable lieu de mémoire de l’institution mais aussi de la société française, la brigade de gendarmerie aura ainsi été l’une des principales incarnations concrètes du territoire cantonal.

Notes

1 Voir, supra, la communication d’Aurélien Lignereux, « Un moment 1850 ?… ».

2 Pour une approche détaillée, Lagadec Yann et Le Bihan Jean, « L’espace de l’État. Pour une histoire des circonscriptions administratives (Ille-et-Vilaine, XIXe siècle) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 2003-4, p. 81-93.

3 C’est ainsi qu’est créée la section de Roubaix, dès le milieu du XIXe siècle, pour tenir compte du poids démographique de l’arrondissement de Lille. À la fin du siècle, la naissance de la section de Maubeuge répond aux mêmes besoins.

4 Chauvaud Frédéric, Le juge, le tribun et le comptable. Histoire de l’organisation judiciaire entre les pouvoirs, les savoirs et les discours (1789-1930), Paris, Anthropos/Economica, 1995.

5 Lors de son bref passage au ministère de la Guerre, en 1887, le général Boulanger réorganise brutalement la carte des légions pour la faire correspondre à celle des régions militaires. En supprimant onze légions – et autant d’emplois de colonels – d’un trait de plume, il s’attire l’hostilité précoce du Journal de la Gendarmerie. Dès son départ, sept légions renaissent de leurs cendres sous l’appellation de « légions-bis » ou de « légions-ter ».

6 Voir, infra, la communication de Jean-François Tanguy, « Un essai cohérent mais avorté de police rurale… ».

7 Dans le canton de Solre-le-Château (Nord), par exemple, le commissaire cantonal et la brigade de gendarmerie procèdent à un véritable partage des compétences – les gendarmes s’occupant surtout des communes externes quand le commissaire se consacre presque exclusivement à la police du chef-lieu (Houte Arnaud-Dominique, « Ordre et proximité. Gendarmes et société dans le département du Nord au milieu du XIXe siècle », Armée et société dans le Nord de la France, Revue du Nord, 350, 2003, p. 333-346).

8 Lamy Louis de, Essai de critique juridique. Réformes de la police judiciaire. La police judiciaire dans les campagnes, Toulouse, Privat, 1879, 340 p.

9 En Sologne, dans le Nord, dans l’Hérault, ce sont plus de 60 % des procès-verbaux qui sont consacrés aux communes périphériques. À Villers-Cotterêts, en 1885, les gendarmes constatent au moins une infraction dans 15 des 17 communes du canton (Arch. dép. de l’Aisne, 282 U 316, procès-verbaux du tribunal de simple police de Villers-Cotterêts).

10 Service historique de la Défense (désormais SHD)-Gendarmerie, 35E 18. Relevé des services accomplis par le brigadier Guilbert à l’automne 1909.

11 Chaque dépôt d’archives départementales conserve plusieurs liasses de ces courriers ou pétitions transmis aux conseils généraux (sous-séries 1 N pour les synthèses préfectorales et 5 R pour le détail des revendications).

12 À la modeste échelle des bourgs, on retrouve toute la gamme des arguments employés par les villes désireuses d’accueillir une garnison dans les années 1870 (Chanet Jean-François, Vers l’armée nouvelle. République conservatrice et réforme militaire, 1871-1879, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 174-180).

13 Les propositions de déménagement des brigades sont généralement liées à la médiocrité des casernements et à la mauvaise volonté des autorités municipales.

14 Le député Lebrun parle d’une « seconde Calabre » où les crimes et délits seraient quotidiens (Le Gendarme, 1er mars 1906).

15 SHD-Gendarmerie, 5E 1, Note du chef d’escadron des Hautes-Alpes, 19 mars 1899.

16 Devilliers Maurice, Le bon gendarme, comédie en un acte, Paris, Libraire Théâtrale, 1905, 31 p. Citons aussi une nouvelle d’Octave Mirbeau qui dépeint des gendarmes uniquement préoccupés de développer leurs jardins, « Un gendarme », nouvelle reprise dans Contes cruels, Paris, Séguier, 1990 [1re éd. 1889], p. 361-368.

17 Parmi de nombreux exemples, citons la résidence de Marsillargues, dans l’Hérault, « réservée aux vieux serviteurs fatigués » (SHD-Gendarmerie, 34E 14, Note du chef d’escadron de l’Hérault, 29 août 1912).

18 Coupable de mener une vie plutôt dissolue, le gendarme Legrand est ainsi muté à Saint-Christophe-des-Bois, « brigade très éloignée de tout, il ne mérite que cela » (SHD-Gendarmerie, 35E 4, Note du chef d’escadron de l’Ille-et-Vilaine, 9 septembre 1904).

19 Les grandes grèves de 1902 accablent ainsi les brigades du Nord, réduites à un ou deux hommes, mais aussi celle d’Ille-et-Vilaine, département pourtant éloigné de l’épicentre de la crise, où seuls deux à trois gendarmes restent en poste (SHD-Armée de terre, 7 N 44, Lettre du ministre de l’Intérieur au ministre de la Guerre, 12 mai 1905).

20 Le projet le plus abouti est présenté dans Le Phare de la Gendarmerie du 18 juillet 1912. Il propose la division de « deux services de gendarmerie, [dont] l’un serait uniquement chargé de la partie judiciaire et policière ».

21 « Réponse », L’Écho de la Gendarmerie, 24 mai 1908.

22 Jauffret Jean-Charles, « Armée et pouvoir politique. La question des troupes spéciales chargées du maintien de l’ordre en France de 1871 à 1914 », Revue historique, 1983-1, p. 97-144. Des compléments et des prolongements ont été apportés par Bruneteaux Patrick, Maintenir l’ordre. Les transformations de la violence d’État en régime démocratique, Paris, Presses de Sciences-Po, 1996, p. 34-64.

23 SHD-Gendarmerie, 35E 5, Lettre du chef d’escadron de l’Ille-et-Vilaine au préfet, 16 septembre 1904.

24 Lettre du sous-préfet de Saint-Calais au préfet de la Sarthe, 11 décembre 1911, citée par Houte Arnaud-Dominique et Lignereux Aurélien, « Du bicorne au képi. Les gendarmes de la Belle Époque à la croisée des chemins », dans Gendarmes et gendarmerie du XXe siècle, colloque de la Sorbonne (juin 2003) (actes à paraître sous la direction de Jean-Noël Luc).

25 En 1887 et en 1894, le ministère de la Guerre supprime le cinquième gendarme dans les brigades les plus calmes pour réaffecter ces hommes dans les brigades surchargées. Ce simple aménagement provoque déjà de très vives réactions qui témoignent de la vigilance des municipalités.

26 SHD-Armée de terre, 1 N 11, Note préparatoire à la séance du Conseil supérieur de la Guerre, 24 avril 1913.

27 On se permettra de renvoyer à notre thèse : Le métier de gendarme national au XIXe siècle. Pratiques professionnelles, esprit de corps et insertion sociale de la Monarchie de Juillet à la Grande Guerre, thèse d’histoire, sous la direction de Jean-Noël Luc, université Paris IV, 2006, 978 p.

28 Le Progrès de la Gendarmerie, 5 janvier 1912.

29 Précisons que ce débat naît d’abord dans l’armée de conscription, où il n’aboutit d’ailleurs pas (Boulanger Philippe, La France devant la conscription : géographie historique d’une institution républicaine, Paris, Economica et Institut de stratégie comparée, 2001, p. 249-251).

30 SHD-Gendarmerie, 3804, Rapport du lieutenant de Lesparre au chef d’escadron de la Gironde, 9 août 1910.

31 Ibid., 39E 47, Rapport du capitaine de Saint-Claude, 14 septembre 1910.

32 Journal de la Gendarmerie, 2 janvier 1910.

33 « La bourgeoisie se moque totalement des délinquants », explique Foucault, mais elle s’intéresse à la « micromécanique du pouvoir » qui en découle (Foucault Michel, « Il faut défendre la société » : cours au Collège de France, 1976, Paris, Gallimard/Seuil, 1997, p. 25).

34 Sur ces distinctions, on lira avec beaucoup d’intérêt l’article posthume de Monjardet Dominique, « Comment apprécier une politique policière ? Le premier ministère Sarkozy (7 mai 2002-30 mars 2004) », Sociologie du Travail, 2006-2, notamment p. 200-202.

35 SHD-Gendarmerie, 35E 25, Rapport du chef d’escadron de l’Ille-et-Vilaine au chef de légion, 5 décembre 1911.

36 Laffont Hubert, Meyer Philippe et Virilio Paul, Le nouvel ordre gendarmique, Paris, Seuil, 1980 et Dieu François, Gendarmerie et modernité : étude de la spécificité gendarmique aujourd’hui, Paris, Montchrestien, 1993.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540