Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le canton, un territoire du quotidien ?

 | 
Jean-François Tanguy
, 
Jean Le Bihan
, 
Yann Lagadec

Deuxième partie. Le canton, territoire administratif

Une petite ville à la campagne ? Le statut intermédiaire du chef-lieu de canton à travers l’exemple du monde rural aquitain (milieu XIXe-milieu XXe siècle)

Corinne Marache

Texte intégral

  • 1 Arch. dép. de la Dordogne, 39 S 4, plainte de M. Château, concessionnaire du pont à péage de Montp (...)

« Hier, jour de foire au chef-lieu de canton (Montpon), l’affluence était très considérable, des groupes de 10, 20, 30 personnes, je pourrais dire des populations entières, je n’exagèrerais pas, accompagnant leurs paroles de gestes bien compréhensibles m’ont insolemment signifié, que si le 23 courant, jour des élections générales, le passage du pont ne leur était pas livré gratuitement, ils briseraient la barrière et sur le moindre signe de résistance de ma part ils m’égorgeraient dans ma loge1. »

  • 2 Jourdan Jean-Paul, « Les petites villes des Basses-Pyrénées au XIXe siècle », dans Poussou Jean-Pi (...)

1Les chefs-lieux de canton, entités pourtant récentes, sont très vite devenus, dans le premier XIXe siècle, des lieux de rendez-vous pour les populations des alentours, phénomène encore renforcé avec la mise en place du suffrage universel masculin, comme en témoigne cette plainte du concessionnaire du pont à péage de la petite ville de Montpon, en avril 1848. Ils proposent des fonctions et des services qui en font des espaces « centraux ». Il semble dès lors, même si ce n’est pas systématique, que ce nouveau statut génère un dynamisme et attire vers ces bourgs, plus que vers d’autres, de nouvelles activités. Aussi, lorsque ce n’est pas déjà fait, la plupart des chefs-lieux de canton accèdent dans le courant du XIXe siècle, au rang de petite ville, dont la définition demeure longtemps floue. Celle que nous retiendrons et qui semble aujourd’hui la plus consensuelle est essentiellement fondée sur les fonctions de la cité, sur sa centralité : fonctions commerciales avec la présence de foires et de marchés, de commerçants et d’artisans spécialisés ou de petites industries ; fonctions administratives avec le tribunal civil, la justice de paix, la brigade de gendarmerie, la perception, le bureau de poste, etc. ; des services variés avec un encadrement médical comprenant médecin(s), pharmacien(s) et sage(s)-femme(s) voire un petit hôpital, la présence d’officiers ministériels (notaire, huissier) et d’établissements scolaires publics et privés, laïcs et religieux, primaires et éventuellement secondaires. À ces critères s’ajoute l’importance de la population agglomérée, qui doit au moins compter pour la moitié de la population totale2. On peut ainsi considérer que la majorité des chefs-lieux de cantons des trois départements envisagés (Dordogne, Gironde, et Landes) sont de petites villes.

  • 3 Langon devient chef-lieu d’arrondissement en 1926.

2Mais, quel que soit leur niveau d’urbanité, bien des chefs-lieux s’apparentent aux villages environnants, ils s’inscrivent dans un espace rural auquel ils sont intrinsèquement liés et avec lequel ils partagent un grand nombre d’activités. Néanmoins, ils constituent un espace à part, un lieu intermédiaire, une interface entre le rural et l’urbain. Plus que sur les points communs, c’est donc sur les différences que nous nous interrogerons. Au-delà de l’écart numérique, parfois très faible, qui existe entre le chef-lieu et les bourgs les plus importants du canton, qu’est-ce qui le différencie, qu’est-ce qui le caractérise ? Quelles fonctions, quels services, quels événements, quelle morphologie, quelles représentations ? Cette étude sera menée à travers l’exemple de sept chefs-lieux de canton pris dans trois départements aquitains : Montpon et Mussidan en Dordogne ; Saint-Vincent-de-Tyrosse, Villeneuve-de-Marsan et Roquefort dans les Landes ; Coutras et Langon3 en Gironde.

Des activités économiques diversifiées, des lieux de production et d’échange

3La partie non agglomérée du chef-lieu de canton, généralement composée de populations agricoles, participe des liens qui l’unissent à l’espace et à l’économie rurale environnants. Mais le chef-lieu présente d’autres secteurs d’activités rares ou inexistants dans les villages. Sa centralité passe d’ailleurs par sa vitalité économique, elle-même liée à sa fonction de chef-lieu. Ses productions et les échanges qu’il génère en font l’une des « plaques tournantes » du canton, même si son aire d’influence ne se calque pas systématiquement sur les limites administratives de ce dernier.

Quelques fabriques et industries

  • 4 Arch. dép. de la Dordogne, sous-série 3 S.

4Si les chefs-lieux de cantons aquitains ne se distinguent pas par leur spécialisation industrielle, la plupart se dotent néanmoins de fabriques ou d’usines. Ainsi, à partir des années 1880, les petites villes périgourdines de Montpon et Mussidan, situées sur les rives de l’Isle, voient se substituer aux traditionnels moulins de véritables petites usines spécialisées dans la production de tissus, de feutres, de papier ou de constructions métalliques. Certaines comptent 70 à 80 ouvriers et sont encore très actives à la veille de la Seconde Guerre mondiale4. Il en va de même pour Coutras, en Gironde, où s’installent une capsulerie métallique en 1904, une minoterie en 1914, une importante distillerie en 1925 et une manufacture de feutres, comme à Mussidan et Saint-Vincent-de-Tyrosse. À Roquefort, au nord des Landes, l’installation des Papeteries landaises, rachetées en 1934 par La cellulose du pin et rebaptisées Société des Papeteries de Roquefort, transforme la vie locale.

5Ces industries fixent la population, permettant à la majorité des chefs-lieux de canton d’échapper temporairement à l’exode rural, voire d’attirer de nouveaux habitants. Surtout, elles offrent des emplois aux petits paysans des environs pour lesquels la pluriactivité est souvent vitale. De nombreuses paysannes du Montponnais travaillent par exemple dans la papeterie locale à la fin du XIXe siècle ; plusieurs métayers du canton de Roquefort sont également employés à la papeterie. Ceci renforce les liens entre le chef-lieu et son hinterland.

Diversification et adaptation de l’artisanat

6Dans les villages, on ne trouve guère plus de quatre ou cinq activités artisanales essentiellement liées à l’activité agricole : forgeron, maréchal-ferrant, charron… Seuls quelques tisserands et tailleurs produisent des biens destinés à la personne, tandis que l’artisanat de bouche est inexistant. Certes, de nombreuses familles rurales produisent et fabriquent elles-mêmes leur nourriture, leurs vêtements et de nombreux objets de la vie courante (paniers, outils…), mais le savoir-faire familial a ses limites. En outre, l’augmentation progressive du numéraire et l’amélioration des voies de communication et des moyens de transport incitent les ruraux à aller dans les petites villes voisines acheter des produits artisanaux toujours plus diversifiés.

  • 5 Arch. dép. de la Dordogne, 6 M 45, 6 M 123, 6 M 334 et 6 M 417.

7En 1851, les 1 919 habitants de Mussidan profitent de 51 activités artisanales différentes employant 381 personnes5. Le savoir-faire de ces artisans est généralement plus raffiné qu’au village : ainsi, les tailleurs, imitant la mode citadine et utilisant des étoffes plus nobles, créent des tenues plus sophistiquées que leurs homologues villageois façonnant grossièrement le droguet. Possédant une part importante de leur population dans le secteur agricole, les chefs-lieux présentent la même gamme d’activités artisanales qu’au village. Mais on y trouve en outre des métiers qui attestent la présence d’un public aisé, « mondain », à la mesure du lieu. On rencontre ainsi des charcutiers et des pâtissiers, témoignant d’habitudes alimentaires délicates et variées pour l’époque. Dans le domaine de l’habillement et des biens de la personne, la présence de chapeliers, de coiffeurs, de modistes, de perruquiers et de teinturiers laisse imaginer des silhouettes, des coiffures et des tenues plus élégantes et recherchées que dans les campagnes. Par ailleurs, la présence de maréchaux-ferrants spécialisés, de bourreliers, de selliers et de charretiers témoigne de l’importance des chevaux et voitures hippomobiles, apanage des notables, essentiellement rassemblés dans les petites villes. L’offre répond à une demande certes timide en comparaison d’autres lieux, mais pourtant réelle et composite.

8La concurrence faite à ces artisans par les produits industriels moins onéreux ou les produits de luxe vendus en boutiques explique que Mussidan compte toujours 51 activités différentes en 1936, qui n’emploient cependant plus que 305 personnes. Pourtant, si les productions des forgerons ou sabotiers sont largement concurrencées par des produits fabriqués industriellement, d’autres en revanche s’adaptent ou apparaissent au début du XXe siècle. Ainsi voit-on augmenter le nombre de pâtissiers, de bouchers, de charcutiers ou encore de coiffeurs. Plutôt que de fermer leur atelier, certains forgerons se reconvertissent en réparateurs de cycles, mécaniciens ou garagistes dans l’entre-deux-guerres, à l’instar de Dudreuil, forgeron qui devient, dans le dernier tiers du XIXe siècle, l’un des fabricants de machines agricoles les plus en vue de l’arrondissement, maintes fois primé dans les comices agricoles et décoré du Mérite agricole, comme le seront ses fils et petit-fils. De nouveaux artisans s’installent enfin, tels que les carrossiers, les électriciens ou les plombiers, à l’heure où l’artisanat rural traditionnel agonise.

Les boutiques du chef-lieu de canton

  • 6 Annuaire de la Gironde et des départements circonvoisins, Bordeaux, s. n., 1931.

9C’est également au chef-lieu que les paysans doivent se rendre pour trouver des boutiques absentes de l’espace villageois et qui le distinguent de ce dernier. En effet, ces petites villes, pour la plupart en plein essor, étalent leurs boutiques qui se diversifient et se multiplient entre le milieu du XIXe siècle et la fin des années 1930. Le nombre des personnes travaillant dans le commerce à Montpon augmente ainsi de 667 % en un siècle et de 83 % à Mussidan. On compte respectivement 18 sortes de commerces à Mussidan pour 5 à Montpon en 1851, et 41 à Mussidan pour 31 à Montpon en 1936. À l’aube du Second Empire, la plupart des commerces concernent la restauration ou l’alimentation : les aubergistes, cafetiers, épiciers, marchands de fruits ou de grains sont légion. Toujours nombreux à la veille de la Seconde Guerre mondiale, ils voisinent alors avec des mareyeurs, des fromagers, mais aussi des fleuristes, des libraires, des photographes, des marchands de nouveautés, de journaux, de chaussures, de vêtements… La commune de Langon, rassemblant 4 600 âmes en 1936 est encore mieux pourvue et compte parmi ses commerçants des marchands d’articles de sports, d’antiquités, d’automobiles, de denrées coloniales, de cycles, de lampes, de machines à coudre, de porcelaines6

10Les tentations sont donc nombreuses pour les habitants de ces petites villes comme pour ceux de leurs « hinterlands ». Mais, plus encore que les petits commerces, ce sont les foires et les marchés qui attirent prioritairement les habitants du canton vers le chef-lieu.

Foires et marchés, trait d’union entre le canton et son chef-lieu

11La foire et le marché sont par excellence les événements qui lient les campagnes à leur chef-lieu. Certes, au XIXe siècle, grâce au désenclavement routier, de nombreux villages se dotent de petites foires. Mais ces dernières ne peuvent rivaliser avec celles qu’organisent les chefs-lieux, beaucoup plus importantes. Leur fréquence, variable selon les localités, connaît une augmentation générale dans la période envisagée. Coutras passe ainsi de huit foires annuelles sous la monarchie de Juillet à vingt-quatre à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Certaines, comme les foires aux veaux, sont très spécialisées. Roquefort passe dans le même temps de trois à quatre foires et Montpon de six à dix-huit. Si la plupart ne durent qu’une journée, certaines, comme les foires de juin et septembre de Villeneuve-de-Marsan, durent trois jours. Parmi les chefs-lieux observés, seul Saint-Vincent-de-Tyrosse ne possède pas de foire, certainement parce que la commune voisine de Saint-Geours-de-Marenne en organise, preuve que certaines fonctions et activités, généralement assumées par le chef-lieu, peuvent être le fait d’autres communes du canton. Toutes ces petites villes tiennent également un marché hebdomadaire dont l’existence contribue à les différencier des bourgs. Leur fréquentation tend à s’intensifier au fil des décennies. Les délibérations des conseils municipaux s’en font souvent l’écho, les édiles tirant une grande fierté du succès de ces rendez-vous commerciaux témoins de l’attractivité et du rayonnement de leur cité.

  • 7 Arch. dép. de la Dordogne, 8 M 10, enquête sur les foires et marchés, 1902.
  • 8 Arch. dép. de la Dordogne, 12 O 333.
  • 9 Arch. dép. des Landes, 2 O 1765.
  • 10 Arch. dép. des Landes, 2 O 1877.

12Les paysans des environs viennent en effet y vendre leurs surplus (volailles, œufs, légumes…), s’approvisionner en denrées diverses ou encore effectuer de gros achats, comme de nouvelles bêtes de travail. Lors des foires de printemps à Mussidan, en 1902, ce sont quelque 300 bœufs, 400 vaches, 150 veaux et 305 porcelets qui se pressent sur les places de la ville7 ! Devant l’affluence croissante d’exposants et de visiteurs, les chefs-lieux ont progressivement aménagé et agrandi leurs places et leurs champs de foire, attribuant à chaque espace des produits spécifiques dans le cadre des règlements de polices de foires. Ainsi, à Mussidan dans la deuxième moitié du XIXe siècle, la place Morand accueille les vaches et les veaux ; l’avenue Gambetta, dotée en 1874 d’un poids public8, reçoit les bœufs et les chevaux ; la place de la République réunit les porcs, les noix et les châtaignes ; la place Beaupuy, les moutons et les agneaux ; la place Victor-Hugo, les volailles ; tandis que la halle, reconstruite en 1866, abrite les forains et le marché aux grains et aux pommes de terre. Roquefort construit sa halle en 18429, Saint-Vincent-de-Tyrosse érige la sienne en 1852 et l’agrandit en 1888 « à cause du développement toujours croissant du marché de la localité, […] de la quantité considérable de céréales exposées en vente dans la halle », pour finalement construire un marché couvert en 193810.

  • 11 Expression empruntée à Ronald Hubscher, dans Lequin Yves, Histoire des Français, XIXe-XXe siècles  (...)

13Aussi long que puisse être le voyage, les ruraux s’y rendent en nombre. Car aller à la foire, c’est aussi se divertir, faire des rencontres ou revoir des connaissances, discuter, marchander, échanger, s’amuser. Certains paysans ne vont d’ailleurs au chef-lieu que les jours de foire. Cet événement est donc un moment clé de l’ouverture au monde des campagnes, de leur intégration au national. En effet, les foires attirent bien sûr des marchands locaux mais aussi d’autres, plus « exotiques ». Ainsi, dans les années 1900-1914, les foires et marchés du Périgord sont régulièrement fréquentés par un marchand venu de Nantes qui vend du chocolat et des articles de Paris, un marchand turc et un marchand roumain qui proposent tous deux des dentelles et des soieries, un marchand de vêtements de nationalité russe, une marchande de bonneterie espagnole, un horloger-bijoutier suisse, un rétameur parisien, un marchand de jouets venu du Cher ou encore une mercière d’origine belge, mais aussi des marchands venus de Bordeaux, des Landes, de la Vendée, du Nord, de la région toulousaine, de la région parisienne… C’est souvent à la foire ou au marché que l’on apprend des nouvelles importantes, que l’on est obligé, pour se comprendre, d’utiliser le français (cette région est en effet traversée par la limite entre la langue d’oc et la langue d’oïl) ou les nouvelles unités de mesure nationales (tout le monde n’utilisant pas forcément les mêmes mesures locales), que l’on peut observer les vitrines et ce qu’elles donnent à voir d’un monde urbain et d’un « au loin11 » largement méconnus.

Les services et les structures sociétales du chef-lieu de canton

Les services d’une ville… à la campagne

14Outre leurs fonctions productives et commerciales, les chefs-lieux de canton dispensent des services quasi absents des villages, qui participent de leur attractivité et expliquent, sur le long terme, leur développement. Les habitants du canton doivent par exemple se rendre au chef-lieu pour rencontrer le juge de paix, le notaire, l’huissier ou l’avocat, pour effectuer une opération postale ou déposer une plainte à la gendarmerie. Il faut en effet attendre la deuxième moitié du XIXe siècle pour que les bureaux de postes apparaissent dans d’autres bourgs du canton. C’est aussi là que se trouvent les établissements de crédits qui apparaissent au début du XXe siècle. Grâce à la réunion de ces services, le chef-lieu exerce une inévitable emprise sur l’espace rural environnant qui se matérialise, entre autres, par les gendarmes, à pied ou à cheval, qui quittent quotidiennement leur brigade pour « quadriller » les campagnes alentour.

15Le chef-lieu de canton se distingue aussi par la multiplicité de ses établissements scolaires dans lesquels les notables villageois prennent l’habitude d’envoyer leurs enfants, avant même que les villages ne se dotent d’écoles primaires. Tous les enfants souhaitant fréquenter des établissements secondaires, privés ou publics, doivent au minimum aller au chef-lieu de canton, voire plus loin. Une pension secondaire libre est par exemple fondée à Mussidan dès 1815 par un laïc, M. Labraud, et acquiert très vite une excellente réputation. Certains chefs-lieux possèdent même des structures plus importantes encore. Ainsi, l’école primaire supérieure de jeunes filles qui voit le jour à Mussidan dans les années 1900, constitue une véritable vitrine pour la commune qui en tire fierté et prestige.

  • 12 Capbreton est une petite ville balnéaire qui compte environ 1 500 habitants à la veille de la Prem (...)
  • 13 Arch. dép. de la Dordogne, 1 X 34, lettre de l’inspection générale des services administratifs au (...)
  • 14 Notamment après la loi de 1905 qui impose aux communes l’assistance aux vieillards, infirmes et in (...)

16Les chefs-lieux présentent en outre un solide encadrement médical. Parmi les trois communes landaises étudiées, deux d’entre elles réunissent, dès les années 1840, médecin, sage-femme et pharmacien. Roquefort s’offre même le luxe de posséder un dentiste à la fin des années 1930. Saint-Vincent-de-Tyrosse accuse un certain retard en ce domaine qu’elle ne comble que dans l’entre-deux-guerres, alors que sa population dépasse celle de Roquefort dès 1906. Ce retard est dû à l’existence d’autres bourgs importants qui lui font concurrence dans ce canton de plus de 21 000 hectares : Benesse-Marenne, Capbreton12, Labenne et Sainte-Marie-de-Gosse. Outre la présence de médecins, d’officiers de santé, de sages-femmes et de pharmaciens, dont le nombre augmente progressivement au cours de la période, Roquefort, Villeneuve-de-Marsan, Montpon et Mussidan disposent également d’un hôpital. Tour à tour qualifiés d’hospices ou d’hôpitaux, ces établissements apparaissent relativement dynamiques eu égard à la taille des communes. La plupart s’agrandissent et se modernisent, se dotant, au début du XXe siècle de salles de bains, de l’électricité, du chauffage, de salles d’opérations ou encore de matériel de radiologie. Toutefois, leur capacité d’accueil oscillant entre quinze et trente lits, comme les soins prodigués, restent limités. Ces structures s’avèrent notamment insuffisantes en période d’épidémie. Elles rendent néanmoins « quelques services dans les cas bénins13 » ou pour les accouchements qui s’y pratiquent plus couramment à partir des années 1930. Elles apportent enfin un soutien indéniable aux miséreux et aux vieillards, auxquels une partie de la structure est généralement réservée14.

17Enfin, les stations de monte ou les abattoirs présents dans certains chefs-lieux, directement liés à l’économie rurale, contribuent à leur complémentarité avec le canton, au statut intermédiaire de ces petites villes à la campagne. Cette complémentarité se retrouve avec la présence au chef-lieu de structures de réunion, d’association et de défense professionnelle agricoles.

Le chef-lieu de canton et ses notables à l’initiative du progrès agricole

  • 15 Arch. dép. de la Gironde, 7 M 55 et 56 ; Arch. dép. de la Dordogne, 7 M 58 ; Arch. dép. des Landes (...)
  • 16 Arch. dép. de la Dordogne, 7 M 7 à 11 et 4 Z 135.

18En effet, les chefs-lieux remplissent un rôle essentiel de rassemblement, de formation et d’information dans les campagnes. La plupart possèdent des comices agricoles créés par les notables locaux : Montpon, Mussidan, Roquefort, Saint-Vincent-de-Tyrosse et Villeneuve-de-Marsan15. Pour encourager et motiver les paysans, ils organisent un concours agricole annuel. De même, si l’on considère la chronologie d’apparition des syndicats et caisses mutuelles agricoles en milieu rural, le rôle moteur du chef-lieu de canton apparaît incontestable. Ainsi, dans le canton de Mussidan, sur les treize structures syndicales et mutuelles créées entre 1902 et 1939, le chef-lieu en a non seulement l’initiative, mais il réunit quatre des cinq premiers organismes établis16. Les notables locaux jouent un rôle pionnier en la matière, incitant leurs homologues villageois à les imiter. Il existe donc une véritable emprise urbaine sur les associations agricoles jusqu’à la fin du XIXe siècle. On mesure ici une autre manifestation des liens étroits tissés avec la campagne, grâce à quelques notables qui incarnent les chefs-lieux de cantons, y vivent, et sont par ailleurs de grands propriétaires fonciers dans les villages voisins, même si cela ne doit pas pour autant faire oublier le rôle important joué par les notables, fort nombreux, vivant en dehors de ces chefs-lieux.

Le chef-lieu de canton : un lieu d’échanges culturels

  • 17 Arch. dép. de la Dordogne, 4 M 103 à 107.

19Ces liens se manifestent également au sein des nombreux cercles et clubs qui se multiplient dans les petites villes d’Aquitaine à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle et dont les villages sont totalement dépourvus. Pas moins de cinq cercles sont ainsi créés à Mussidan entre 1842 et 1923, parmi lesquels le cercle de la Concorde, le cercle républicain ou le cercle de la libre pensée17. Ces espaces de réflexion et de réunion rassemblent ruraux et habitants du chef-lieu (le plus souvent des notables), comme en témoignent les rares listes de membres conservées.

20Pour toutes ces raisons, les chefs-lieux de canton, comme l’ensemble des petites villes, constituent de véritables passerelles entre les cultures et les pratiques urbaines et rurales, encore profondément distinctes à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Par leurs fonctions économiques, administratives, sociales ou culturelles, ils constituent pour les populations locales le premier niveau urbain connu (parfois le seul !), impression encore accentuée par les transformations spatiales et architecturales qu’ils connaissent dans la période et qui les différencient matériellement des villages.

Des chefs-lieux de canton en voie d’« urbanisation » ?

De nouveaux « marqueurs architecturaux »

  • 18 Loupès Philippe, « Restauration et reconstruction d’églises dans le diocèse de Bordeaux au XIXe si (...)
  • 19 Ibid.

21Pour conforter leur statut et soutenir la reconquête catholique, les chefs-lieux de canton apportent, à l’instar de toutes les communes, un soin tout particulier à la restauration ou à la reconstruction de leurs églises. Certains se contentent de transformer et d’agrandir l’ancien édifice vétuste, tandis que, sous le Second Empire, les plus fortunés et hardis, comme Saint-Vincent-de-Tyrosse ou Mussidan, l’abandonnent pour construire de nouveaux sanctuaires de style néo-gothique, fort imposants, pour la plus grande fierté des édiles et des habitants du canton. Langon voit même dans son église « un magnifique monument qui fait honneur à la Gironde18 ». Ces transformations et reconstructions s’inscrivent, selon Philippe Loupès, dans de véritables « projets urbanistiques19 » qui comprennent également la restauration, l’agrandissement ou la construction d’autres édifices majeurs.

  • 20 Arch. mun. de Mussidan, délibérations du conseil municipal, 29 mars 1880.
  • 21 Auparavant, des maisons louées, mal adaptées, faisaient le plus souvent office de mairie.
  • 22 Arch. dép. de la Dordogne, 4 N 68.
  • 23 Arch. dép. de la Gironde, 4 N 174.

22Ainsi, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, certaines municipalités, à l’instar de Mussidan en 187720, acquièrent des immeubles qu’elles a ménagent pour y installer leur hôtel de ville21. D’autres construisent d’imposants bâtiments à cet effet, comme Roquefort en 1850, mais aussi Montpon en 1892 ou Coutras, à une époque où la République se donne à voir dans le bâti. Des efforts financiers considérables sont également accordés aux bâtiments scolaires à partir de la Troisième République. Montpon érige par exemple une nouvelle école de filles en 1896. Ces groupes scolaires, souvent monumentaux, abritent éventuellement des salles servant aux associations de la ville (syndicats, fanfares…). Ils répondent généralement au même plan : un bâtiment central imposant, abritant soit la mairie, soit le logement des instituteurs, auquel sont accolées deux ailes où se trouvent les salles de classe. De nouvelles gendarmeries sont également construites en 1881 à Montpon22 ou en 1909 à Coutras23 ; elles rem placent d’anciennes maisons louées, vétustes et très peu fonctionnelles. Avec les bureaux de poste, les hôpitaux, les gares et les foyers municipaux, elles viennent s’ajouter à l’ensemble de ces marqueurs architecturaux identitaires qui symbolisent matériellement la petite ville en mutation qu’est le chef-lieu et le différencient des autres communes du canton, même s’il arrive que la morphologie d’un gros bourg voisin d’importance vienne lui faire ombrage, comme c’est le cas pour Saint-Vincent-de-Tyrosse qui subit la concurrence de Capbreton, petite cité balnéaire en expansion. Certains de ces nouveaux édifices, établis dans un lieu relativement excentré de la ville, contribuent à sa réorganisation spatiale, attirant peu à peu la construction de nouvelles maisons d’habitation. C’est par exemple le cas de la gare qui contribue souvent à étendre la surface agglomérée sur de nouveaux axes et à complexifier la configuration de l’espace bâti. Spacieux, dotés d’un ou plusieurs étages, de grandes ouvertures, et, pour certains, d’horloges ou de balcons, construits dans un style architectural « moderne », ces nouveaux bâtiments, beaucoup plus imposants que ceux des villages moins riches, participent de la monumentalité (certes relative) du chef-lieu, même si certains, comme Roquefort, disposant d’une faible population agglomérée et donc d’un bâti assez lâche, ressemblent plus à de gros bourg qu’à de véritables petites villes.

Les petits aménagements : se démarquer du rural ?

23Parallèlement à ces constructions, les édiles des chefs-lieux de canton réalisent divers aménagements pour s’adapter à un trafic croissant et se démarquer des villages, en se dotant, à leur manière, d’un véritable « paysage urbain ».

24Dès les années 1830, des ponts sont construits, gratuits ou à péage, remplaçant le plus souvent d’anciens bacs. Le port de Langon est sans cesse réaménagé, tandis que ceux de Coutras, Montpon et Mussidan sont créés après la mise en navigation de l’Isle sous la monarchie de Juillet.

  • 24 Arch. dép. de la Gironde, 2 O 1492, dossier d’étude pour les travaux d’adduction d’eau, 1933.

25Les rues sont progressivement pavées, alignées et élargies et, pour les plus passagères, dotées de trottoirs. Elles reçoivent souvent de nouveaux noms et des plaques y sont apposées. Des réseaux d’égouts sont construits dans la plupart des localités étudiées entre la deuxième moitié du XIXe siècle et le début du XXe siècle, tandis que les municipalités somment leurs administrés de respecter des mesures d’hygiène élémentaires pour que les rues ne ressemblent plus à des cours de ferme : interdiction de laisser volailles et cochons errer dans les rues, de jeter des détritus et des eaux usées. Le simple fait que ces demandes se poursuivent dans l’entre-deux-guerres souligne que cela ne va pas encore de soi et montre combien la population de ces petites villes en devenir est encore empreinte d’habitudes rurales. Le chef-lieu de canton et ses villages ont encore beaucoup de ressemblances ! En outre, les autorités apparaissent de plus en plus soucieuses de la quantité et de la qualité de l’eau distribuée. Les fontaines souillées sont comblées ; partout, de nouveaux puits et abreuvoirs sont construits, généralement sur les champs de foire, des lavoirs sont couverts pour faciliter le travail des ménagères et des lavandières. Pourtant, les états des lieux dressés dans les années 1920-1930 dans le cadre de projets d’adduction d’eau potable montrent que la situation n’est guère plus brillante que dans les villages voisins. C’est par exemple le cas de Coutras en 1933, alors « alimentée en eau potable par des puits, dont certains sont contaminés24 ».

26Enfin, la nuit est progressivement apprivoisée, comme pour arracher les petites cités à l’obscurité des campagnes environnantes. Ainsi, à Mussidan, en 1852, l’installation de huit nouvelles lampes à huile élargit l’espace éclairé. En 1883, 40 lampes à pétrole les remplacent, avant que ne soit installé l’éclairage électrique en 1893, fourni par une usine hydroélectrique voisine. Les rues se voient également « harnachées » de câbles télégraphiques à la fin du siècle, puis téléphoniques dans les années 1910, bien avant les villages.

Des espaces de loisir pour le chef-lieu de canton

27Enfin, ces communes sont aussi des lieux de loisir, surtout à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle. Les fêtes patronales, les courses hip piques, les courses landaises, les courses cyclistes ou l’apparition de clubs sportifs (gymnastique, rugby, football, basket-ball, cyclotourisme…) contribuent à l’attraction du chef-lieu de canton sur les populations voisines, même si les ruraux les plus pauvres et les plus éloignés sont peu concernés. Les cinq fanfares ou sociétés musicales créées à Mussidan entre 1879 et 1923 animent par exemple les fêtes de la ville et des villages alentour. Les cinémas « Nouveauté » et « Commercial » de Langon, ceux de Roquefort, Mussidan, Villeneuve-de-Marsan ou encore le dancing « Chez Max » de Saint-Vincent-de-Tyrosse sont autant de lieux de rencontre et d’évasion où l’on se rend plus facilement tandis que le nombre de bicyclettes augmente dans les campagnes.

  • 25 Arch. dép. de la Gironde, 7 M 275, sociétés hippiques de Langon.
  • 26 Arch. dép. de la Dordogne, 7 M 74 et 4 Z 117.
  • 27 Arch. dép. des Landes, 2 O 2048. Il s’agissait jusqu’alors d’arènes en bois démontables.

28Dans ce contexte d’institutionnalisation et de popularisation des loisirs, des espaces spécifiquement voués au sport ou au jeu voient le jour. Des hippodromes sont ainsi aménagés à Langon et Montpon en 186425 et 190526. Des stades de football et de rugby sont établis dans la plupart des chefs-lieux de canton dans la première moitié du XXe siècle. Avant que les municipalités ne se lancent dans de telles dépenses à partir des années 1910-1920, ce sont souvent des particuliers qui prêtent leurs terrains : c’est par exemple le cas de l’hippodrome de Montpon installé sur la propriété agricole de Pomarède ou du stade de rugby de Mussidan, tracé sur un terrain prêté par M. Lacoste. Les arènes de Villeneuve-de-Marsan sont construites en 191227, tandis que le stade de tennis de Roquefort est installé et financé par les Papeteries landaises de la ville dans l’entre-deux-guerres. Ce type d’infrastructure, s’il n’est pas forcément présent dans tous les chefs-lieux, est en revanche absent des villages alentours, sauf rare exception.

29S’apparentant à de gros bourgs au début de la période, les chefs-lieux de canton connaissent donc, à leur échelle, une véritable « révolution urbaine » en quelques décennies. Dès la seconde moitié du XIXe siècle, leur paysage architectural se densifie, se complexifie, en faisant de véritables petites entités urbaines ou semi-urbaines soucieuses de répondre par leur morphologie aux fonctions qui leur incombent.

*

30Une étude fine des caractéristiques des chefs-lieux de canton à travers l’exemple aquitain met donc en lumière leur statut particulier face aux autres villages du canton. Certes, ces petites villes à la campagne partagent avec les autres communes du canton des activités liées à la terre (agriculture, artisanat…). Mais toutes sont en outre des centres de production et d’échange qui surpassent largement les communes rurales, toutes dis pensent des services inexistants dans leur hinterland, toutes sont des lieux de rencontre, de regroupement, toutes sont enfin l’un des premiers espaces urbains de référence pour les populations voisines. Les chefs-lieux de canton constituent des pôles de dynamisme, des lieux d’émulation, de découverte, d’interconnaissance, d’ouverture à l’autre et au monde. Loin d’être un territoire du quotidien pour tous les habitants du canton, ils n’en restent pas moins un territoire de référence. Leur statut contribue, du moins dans les cas étudiés, à leur essor. Ils sont intimement liés à leur canton, mais ils s’en démarquent en se posant comme des intermédiaires géographiques, économiques, administratifs, sociaux et culturels entre les campagnes et le reste du département, de la région ou du pays. À ce titre, ils peuvent être considérés comme de véritables interfaces entre les villes plus importantes et les campagnes. Mais ils ne sont pas les seuls. En l’absence d’administration propre au chef-lieu, d’autres gros bourgs ou petites villes peuvent jouer le même rôle et les concurrencer. Enfin, la vitalité et l’influence des chefs-lieux de canton comme de l’ensemble des petites villes du monde rural aquitain doivent être nuancées. Certains ruraux n’y viennent encore qu’exceptionnellement à la veille de la Seconde Guerre mondiale. De plus, les difficultés naissantes de l’artisanat de ces communes, même si elles sont contournées pour un temps, ne sont que les prémices d’une situation qui s’assombrit après-guerre dans la plupart des cas.

Notes

1 Arch. dép. de la Dordogne, 39 S 4, plainte de M. Château, concessionnaire du pont à péage de Montpon, 6 avril 1848.

2 Jourdan Jean-Paul, « Les petites villes des Basses-Pyrénées au XIXe siècle », dans Poussou Jean-Pierre et Loupès Philippe (dir.), Les petites villes du Moyen Âge à nos jours, Bordeaux, CNRS Éditions, 1987, p. 227-254.

3 Langon devient chef-lieu d’arrondissement en 1926.

4 Arch. dép. de la Dordogne, sous-série 3 S.

5 Arch. dép. de la Dordogne, 6 M 45, 6 M 123, 6 M 334 et 6 M 417.

6 Annuaire de la Gironde et des départements circonvoisins, Bordeaux, s. n., 1931.

7 Arch. dép. de la Dordogne, 8 M 10, enquête sur les foires et marchés, 1902.

8 Arch. dép. de la Dordogne, 12 O 333.

9 Arch. dép. des Landes, 2 O 1765.

10 Arch. dép. des Landes, 2 O 1877.

11 Expression empruntée à Ronald Hubscher, dans Lequin Yves, Histoire des Français, XIXe-XXe siècles : la société, Paris, Armand Colin, 1983.

12 Capbreton est une petite ville balnéaire qui compte environ 1 500 habitants à la veille de la Première Guerre mondiale.

13 Arch. dép. de la Dordogne, 1 X 34, lettre de l’inspection générale des services administratifs au ministre de l’Intérieur, 26 février 1904.

14 Notamment après la loi de 1905 qui impose aux communes l’assistance aux vieillards, infirmes et incurables.

15 Arch. dép. de la Gironde, 7 M 55 et 56 ; Arch. dép. de la Dordogne, 7 M 58 ; Arch. dép. des Landes, 7 M 75 et 76.

16 Arch. dép. de la Dordogne, 7 M 7 à 11 et 4 Z 135.

17 Arch. dép. de la Dordogne, 4 M 103 à 107.

18 Loupès Philippe, « Restauration et reconstruction d’églises dans le diocèse de Bordeaux au XIXe siècle : le cas des petites villes », dans Plessix René et Poussou Jean-Pierre (dir.), Les petites villes françaises du XVIIIe au XXe siècle, Actes du colloque de Mamers, 1991, Société d’histoire des petites villes, Mamers, 1998, p. 375.

19 Ibid.

20 Arch. mun. de Mussidan, délibérations du conseil municipal, 29 mars 1880.

21 Auparavant, des maisons louées, mal adaptées, faisaient le plus souvent office de mairie.

22 Arch. dép. de la Dordogne, 4 N 68.

23 Arch. dép. de la Gironde, 4 N 174.

24 Arch. dép. de la Gironde, 2 O 1492, dossier d’étude pour les travaux d’adduction d’eau, 1933.

25 Arch. dép. de la Gironde, 7 M 275, sociétés hippiques de Langon.

26 Arch. dép. de la Dordogne, 7 M 74 et 4 Z 117.

27 Arch. dép. des Landes, 2 O 2048. Il s’agissait jusqu’alors d’arènes en bois démontables.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540