Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les costumes régionaux

 | 
Jean-Pierre Lethuillier

Deuxième partie. Sources anciennes et modernes

De l’identification régionale et sociologique : les levées de cadavres à Lyon, en Lyonnais et en Beaujolais aux XVIIe et XVIIIe siècles

Françoise Bayard

Texte intégral

  • 1 Archives départementales du Rhône, 11 G 312, 24 avril 1676.
  • 2 L’étude est encore en cours. Aux Archives Municipales de Lyon, tous les papiers judiciaires (série (...)

1En France, sous l’Ancien Régime, lorsqu’une personne meurt subitement, on appelle les autorités judiciaires de la région. Accompagnées d’un chirurgien, elles viennent sur place pour reconnaître le corps, l’identifier, donner les causes de la mort et autoriser, ou non, la sépulture. Sur un procès-verbal appelé levée de cadavre, sont alors portés le sexe, les mensurations, l’âge approximatif de la dépouille, les principales caractéristiques de son visage, la situation, l’attitude et les plaies de son corps. Sont aussi décrits ses vêtements et les objets qui se trouvent dans ses poches, la fouille devant permettre de trouver « quelques papiers qui peuvent faire connaître quelle était la personne du cadavre et quelques heures ou chapelet qui justifiât de sa religion1 ». Commence ensuite une enquête de voisinage qui permet ou non l’identification du défunt. Ces dossiers sont en cours d’exploitation pour les XVIIe et XVIIIe siècles, dans les différentes justices de la ville de Lyon et des campagnes lyonnaises et beaujolaises2. En ont été extraits les 136 (103 hommes ; 33 femmes) qui, d’une manière ou d’une autre, mentionnent l’appartenance sociologique et locale des défunts.

2Car, sans être les seuls à permettre cette reconnaissance, les vêtements peuvent y participer. Certaines pièces de costumes, nommément citées, ou leur totalité, font dire au juge que la personne « paraît » être de telle région, de telle profession ou de tel état. Même si les autorités ne signalent pas cette origine, l’inventaire des habits distingue socialement et économiquement le cadavre. On peut néanmoins s’interroger sur la précision de ces sources pour une histoire du costume.

Les vêtements, signes parmi d’autres

  • 3 7 B 8, 14 septembre 1723.
  • 4 2 B 196, 12 octobre 1774.

3Que les vêtements permettent de reconnaître un individu est une évidence. Le 14 septembre 1723, Jean-Marie Dupeuble et Vincent Marinier, cordonnier et journalier de Saint-Laurent-de-Chamousset, se rendent à Boussoure, un hameau de Saint-Genis-l’Argentière, pour chercher du fruit chez Coquard. « Au milieu du grand chemin allant de Saint-Laurent à Yzeron », devant la maison de Jean Guillot, ils aperçoivent « une figure d’homme couché de tout son long ». « Ils ont reconnu par les habits que c’était Jean-Baptiste Garel3. » Le 1er octobre 1774, à Condrieu, Catherine Gravier lavait du linge dans le Rhône. « Elle tomba et s’y noya. » Onze jours plus tard, un corps « a été par hasard retiré et abordé à la Maladière dans la même paroisse ». Sa mère vient aux nouvelles et affirme que « c’est bien sa fille qu’elle reconnaît par ses traits de physionomie, couleur de cheveux et vêtements4 ».

  • 5 4 B 118, 1er juin 1787.
  • 6 2 B 386, 31 mars 1781.

4Pourtant, bien d’autres éléments conduisent aux mêmes résultats. En juin 1787, un noyé parvient au pont de Belleville-sur-Saône. Ses poches contiennent, entre autres, une tasse d’argent marquée Jo Galle, ce qui permet d’identifier le corps de Joseph Galle, laboureur de Saint-Didier-de-Valeine ( ?) qui s’est noyé en passant le bac de Saint-Romain le 24 mai 17875. Six ans plus tôt, un cadavre est arrêté à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or. Une petite clé d’armoire, cinq livres en argent et des outils en fer servant aux scieurs de long sont extraits des poches de ses habits. Des témoins affirment qu’il s’agit de Janin, scieur de long à Châlon6.

  • 7 B. P. 3016, 21 mars 1725.
  • 8 B. P. 3201, 24 juillet 1751.
  • 9 2 B 368, 11 juillet 1763.
  • 10 11 G 314, 2 janvier 1778.
  • 11 2 B 82, 25 mars 1779.
  • 12 11 G 313, 8 mai 1764.

5Les papiers portés par les défunts s’avèrent particulièrement utiles. Il peut s’agir d’un arrêté de compte – « avec Maître Vincent forgeur de la ville », signé Perricaud, qui permet de reconnaître Vincent Privas, maître forgeur dont la femme était sans nouvelles depuis onze jours7 – ou d’un extrait baptistaire (comme pour Joseph Soulier8). Joseph Béraud dit Delort9 est reconnu grâce à « deux cahiers de géographie et une petite feuille avec permission de saigner, assister aux pansements et raser dans les hôpitaux de Lyon » qui sont portés à l’assemblée des maîtres de chirurgie. François Colomb, l’un d’entre eux, et la demoiselle Pugnere, caution de l’apprenti, se rendent alors au bord de la Saône, où l’on a trouvé ses vêtements. Pour Jean-Marie Thyon, une commission d’employé aux fermes est décisive10 ; pour Pierre Bourgeat, un congé de forçat11. Ces objets ou papiers sont appréciés puisqu’ils sont systématiquement inventoriés et permettent aux autorités judiciaires de se livrer à quelques conjectures. En 1764, un noyé dont « la tête est bouffie par l’eau », aborde, à Lyon, au port de l’abreuvoir. Après la description de ses vêtements et du contenu de ses poches, le lieutenant particulier conclut qu’« il paraît avoir péri dans un bateau chargé de blé car ses vêtements sont imprégnés de blé. On présume que c’est un homme de Tarascon dont on ignore le nom12 ».

6Le plus souvent, pourtant, ce sont certaines pièces de vêtements ou des costumes entiers qui laissent supposer l’origine géographique, les professions et l’état des personnes inconnues.

Lieux, professions et états

  • 13 B. P. 3051, 27 juin 1729.
  • 14 B. P. 3252, 17 juin 1758.

7Non pas, là encore, que ces indications soient exclusives et se limitent à ne faire présumer que ces données. Catherine, la cuisinière du marchand épicier en gros Bonnet, descend tirer du vin à la cave de son maître. Au bas des escaliers, elle trouve un cadavre. Le précepteur des cinq enfants Bonnet descend à son tour accompagné de ceux des enfants Raynaud et Desmartin. Ils relèvent que les cheveux du défunt sont en partie gris, qu’il a environ 50 ans, des habits cannelle, un chapeau, une blessure à la tempe et qu’il a « les mains noires, surtout en dedans, ce qui leur a fait croire qu’il est teinturier ou chapelier ». Leurs déductions s’avèrent puisqu’il s’agit de Jean Estraignet, « anglais de nation » et garçon chapelier chez Jean Mazard, rue du Plat d’argent13. François Barmond, charretier du bureau des coches, a reçu, rue Sala, un coup d’épée ou de couteau de chasse, de particuliers qui faisaient du scandale et chantaient des chansons obscènes avec des filles de joie, sous ses fenêtres. Il vient de recevoir l’extrême-onction quand le commissaire enquêteur vient l’interroger. La description qu’il fait de ses agresseurs est très sommaire : l’un était vêtu de gris et portait un chapeau à ganse d’argent ; l’autre était en marron. Mais « à leur langage, il croit que le premier est parisien et le deuxième italien14 ».

  • 15 11 G 311, 4 juillet 1665.
  • 16 11 G 312, 30 juillet 1686.
  • 17 11 G 311, 16 juin 1669.

8Le vêtement permet aussi de déterminer l’âge : Claude Goumon, maître passe-mentier à Lyon « a été averti qu’il a été trouvé » un enfant « au-dessous du pont du Rhône, sur le bord de l’eau, derrière la Charité » et qu’il porte une chemise et une robe de droguet grise. Il pense qu’il s’agit de son fils Jean-François, âgé de sept ans (qui porte donc encore la robe de l’enfance) qui, « en se lavant les pieds, tomba la tête la première dans le Rhône et ne parut plus » dimanche dernier15. Il livre également le sexe des cadavres puisque les hommes et les femmes ne revêtent pas les mêmes habits : en 1686, « quelques particuliers allant vers 6 heures du matin à la première messe à l’Aumône générale, ont trouvé sous des poutres, place Bellecour, au bout du côté du matin, plusieurs nippes à usage de filles, femmes et hommes16 ». Du coup, lorsqu’au port Saint-Michel, on retire un corps en partie pourri, on déclare qu’il s’agit « d’une femme ou fille reconnue par ses habits17 ». La détermination des lieux d’origine, des professions et des états n’est donc, qu’une donnée parmi d’autres.

  • 18 B.P. 2909, 25 mai 1686.
  • 19 15 G 475, 1er mars 1789.
  • 20 B.P. 3156, 16 juillet 1748.
  • 21 4 B 117, 15 mai 1783.
  • 22 B.P. 2986, 8 octobre 1721.
  • 23 11 G 312, 17 septembre 1699.
  • 24 B. P. 3180, 16 juillet 1748.
  • 25 7 B 88, 29 mars 1785.
  • 26 4 B 139, 19 décembre 1740.

9Il est clair, qu’à l’époque, les autorités judiciaires savent reconnaître l’origine géographique des hommes et des femmes grâce à leurs vêtements. Ceux qui viennent de la campagne ou y vivent sont vite repérés. À Lyon, un noyé inconnu est identifié comme « habillé en paysan18 ». En rentrant chez eux, cinq habitants de Bans aperçoivent un chapeau, « ce qui leur a fait présumer qu’il y avait un homme tombé du côté du Rhône et, en cherchant, ils ont trouvé un homme habillé en paysant19 ». Les femmes sont parfois qualifiées d’emblée de « paysannes », ainsi l’une des quatre victimes féminines de l’éboulement d’une maison sur le pont de pierre du côté du Change20. D’autres, ainsi Marie Duperet, assassinée par son amant à Belleville, sont « habillées en paysanne21 » ou vêtues « à la paysanne », à l’instar de Catherine, la servante du marchand Guillaume Poirier22. Pour la plupart, cependant, c’est l’habit – ainsi pour Simonde, la servante du pelletier Claude Jarrasson23 – ou la robe – comme pour Jeanne Blanc, domestique chez le tireur d’or Flacheron24 ou Marie Berne à qui ses assassins en dérobent douze25 – qui sont ainsi désignés. À l’inverse, l’appartenance au milieu urbain n’est pratiquement pas signalée : seule l’inconnue qui s’est noyée avec son enfant à l’écluse de Saint-Jean-d’Ardières est décrite comme portant « une robe faite en habit de ville26 ».

  • 27 4 B 139, 27 mai 1741.
  • 28 4 B 115, 11 mars 1775.
  • 29 11 G 311, 29 juin 1668.
  • 30 B.P. 3242, 11 mars 1757.
  • 31 4 B 176, 23 décembre 1773.
  • 32 4 B 175, 13 novembre 1769.
  • 33 2 B 190, 28 avril 1768.

10Dans huit cas, l’appartenance géographique précise est indiquée. La noyée que la rivière amène sur la rive à Saint-Jean-d’Ardières est « habillée à la mâconnaise27 » tout comme celle qui « d’après ses habillements paraît être une paisanne de la province de maconnais28 ». La nièce d’Antoinette Bertrand dont le bateau a fait naufrage est reconnue « au moyen de ses habits à la mode de Savoie29 ». La cabaretière Marguerite Pouchel retrouvée morte dans sa boutique, porte « un habit à la Lyonnaise30 » comme Jeanne Giraud épouse Chopin, morte d’inanition sur le chemin de Lamure31, tandis qu’Antoinette Bost, tombée dans la Rhins, est revêtue d’une « robe à la Lyonnaise32 ». Des pièces de vêtements sont caractérisées par leur appartenance géographique : le cou du cadavre féminin qu’on a retrouvé à Condrieu est pourvu « d’un reste de collet ou petit manteau qui ressemble à une coiffe à la mode allemande33 ».

  • 34 B.P. 3156, 10 novembre 1744.
  • 35 11 G 312, 18 août 1676.
  • 36 12 G 419, 5 janvier 1691.
  • 37 11 G 314, 19 juin 1781.
  • 38 B.P. 2365, 29 mars 1708.
  • 39 10 G 3811, 25 juin 1742.
  • 40 B.P. 3152, 29 avril 1744.
  • 41 B.P. 3168, 8 juin 1746.
  • 42 11 G 314, 20 mars 1781 ; 5 avril 1781.

11Très peu de femmes sont identifiées par leur profession (4 cas). Dans une des deux maisons éboulées du pont de pierre, une des femmes décédées « a paru être une revenderesse34 ». Le meunier Benoît Tournier a vu une femme « vêtue en servante » tomber de la planche d’un moulin sur le Rhône35. La femme dont on a trouvé le corps entre les deux portes de Saint-Georges a « l’air d’une servante36 » et celle qui s’est noyée dans le Rhône vers les moulins de la Charité est revêtue d’un mantelet bleu « comme l’est ordinairement une fille domestique37 ». Il n’en va pas de même des hommes (57 cas) dont on détermine souvent l’activité. Lorsqu’un jeune homme se noie, à Lyon, en 1708, le procès-verbal conclut : « Nous nous sommes aperçus que ce pouvait être un valet d’officier38. » Quand, dans la même ville, le batelier Laurent Riche repêche un cadavre dans la Saône, les gens de justice trouvent qu’il « a la figure d’un maçon39 ». Le noyé inconnu dont le cadavre dégage « une puanteur insupportable » est examiné par le chirurgien Horsel qui déclare : « par les vêtements duquel nous avons reconnu être, suivant toutes les apparences, un voiturier par eau40 ». Il en est de même pour un noyé qui se trouve au bord de la Saône. Son visage est « gâté » et il n’a « aucuns traits connaissables ». Personne ne sait qui il est « mais, suivant ses habillements, il paraît être un valet de bateau41 ». À un mois d’intervalle, le pêcheur Fallet retire deux hommes de la Saône. Dans les deux cas, le procès-verbal porte la même et unique mention « vêtu comme le sont ordinairement les gens de rivière42 ».

  • 43 B.P. 2983, 17 mars 1721.
  • 44 4 B 25, 8 décembre 1768.
  • 45 12 G 941, 3 août 1753.
  • 46 11 G 314, 12 décembre 1766.
  • 47 B.P. 3042, 23 juillet 1728.
  • 48 B.P. 3191, 9 avril 1750.

12À défaut de définir la profession précise des défunts, les autorités discernent facilement leur richesse et état. La pauvreté se voit d’emblée : la femme retirée de l’eau au port Saint-Vincent « est très mal vêtue et paroissait être une mendiante43 » ; celle qui est tombée et morte de froid « paraissoit, par son habillement, pauvre44 » ; l’homme qu’a trouvé le jardinier Claude Fayolle dans un chenevier « lui parut être un mendiant45 » ; le tombereau d’un asnier se renverse sur « un particulier vêtu en mendiant46 ». À l’inverse, le mercier et colporteur Dubouchard déclare que les deux hommes qui l’ont agressé étaient « habillés en bourgeois de couleur claire » et que leur compagne était « en bourgeoise47 ». La femme qui vient de périr dans le naufrage d’un bateau à la Quarantaine « a paru être de marque par ses habillements48 ».

  • 49 4 B 117, 15 mai 1783.
  • 50 12 G 941, 11 janvier 1782.

13Des initiales sont parfois brodées sur les chemises des hommes et des femmes, ce qui peut aider à l’identification. La chemise de grosse toile que porte le cadavre d’une femme assassinée est « marquée vis-à-vis la gorge en Limoge bleu par les deux lettres M. D » : il s’agit de Marie Duperet49. La chemise du défunt qu’on retrouve au milieu du grand chemin du Bourbonnais est « marquée avec deux initiales de limoge rouge L. R. » : Requier est identifié50.

  • 51 Voir à ce sujet, Deslandres Y., Le costume, image de l’homme, A. Michel, 1976, particulièrement le (...)
  • 52 11 G 313, 3 mars 1720.
  • 53 B.P. 3198, 18 janvier 1751.
  • 54 8 B 730-20, 25 août 1771 : « Je vous averti de faire quitte l’habit d’homme que la dame qui est en (...)

14Ainsi, en les regardant, les contemporains sont-ils capables de déceler les conditions sociales, les métiers et l’origine géographique des corps qu’ils retrouvent et donc des personnes qu’ils rencontrent. Le fait est parfaitement conforme à ce que l’on sait de l’Ancien Régime où chacun doit rester à sa place et porter les vêtements de sa condition51. Encore faut-il que personne ne brouille les pistes et ne transgresse ces normes. Le col de mousseline de Requier est « marqué de deux lettres de Limoge rouge F.C. », ce qui ne peut qu’introduire de la confusion sur son identité exacte si l’on compare avec celles qui sont brodées sur sa chemise. Des déguisements viennent bouleverser les conditions : le cadavre retrouvé sur les graviers du Rhône et qui porte « un habillement de masque “à la romaine” garni d’argent faux et de gros souliers de plâtre » est vraisemblablement un crocheteur qui a souvent travaillé aux basses œuvres52 ; après une soirée très arrosée, le crocheteur Nesme est attaqué, place des carmes, par « quatre particuliers masqués en Turcs53 » ; le jeune homme qui accompagne quelques jours le voyageur de commerce Bonaventure Carret est, en réalité, une femme portant des vêtements d’homme54. Quelques siècles plus tard, il est donc légitime que les historiens du costume s’interrogent sur la précision des levées de cadavres en ce domaine.

De l’utilisation sociologique et régionale des levées de cadavres

15La détermination des origines sociales et géographiques des individus par les vêtements portés pose deux séries de questions : en premier lieu, quels habits ou pièces de vêtements permettent d’aboutir à ces conclusions ? En second lieu, peut-on faire une confiance absolue à ces descriptions et à ces déductions ?

  • 55 11 G 312, 24 avril 1676.
  • 56 Serge en laine à deux endroits.
  • 57 3 B 1107, 16 novembre 1754.
  • 58 11 G 312, 24 avril 1676.
  • 59 4 B 140, 17 mars 1748.
  • 60 12 G 941, 3 août 1753 ; 3 B 1107, 16 novembre 1754.
  • 61 4 B 81, 3 juillet 1776 ; 4 B 267, 14 avril 1786.
  • 62 4 B 140, 17 mars 1748.
  • 63 2 B 114, 21 novembre 1781.

16L’appartenance sociologique est la mieux saisie par les autorités judiciaires55. Les mendiants serviront d’exemples de pauvres. On les identifie grâce à leurs sacs, accessoires indispensables à ceux qui n’ont aucun domicile fixe : « un havresac à la ceinture de cuir passé au col » dans lequel on inventorie du pain en morceaux, un petit pot de terre dans lequel se trouvent quelques morceaux de viande cuite, une vieille nappe de toile, une guêtre de bourrat56, une poche de peau avec trois deniers pour le mendiant mort sur un chemin de Gleizé57. Certaines pièces de leur costume les font également reconnaître, notamment les chaussures : le voiturier Mousnier présente les chaussures et les bas du noyé qu’il a repêché aux autorités à qui « elles paraissaient être des souliers d’une basse condition attachés par des courroies de cuir58 ». Le plus souvent d’ailleurs, ils n’en ont pas (« sans souliers59 ») ou les ont remplacés par des galoches60 ou des sabots61. L’état des vêtements est également observé : « une très mauvaise veste et culotte d’un vieux drap couleur marron tout en lambeau » pour l’ancien forçat Jacques Malury62 ; « une paire de bas l’un noir, l’autre gris » pour Marie Carrabin veuve Martin63. Certains n’en portent que très peu : « les jambes nues » pour le mendiant mort de froid. Les étoffes dans lesquelles ils sont taillés les font également remarquer : les chemises sont « en toile de ménage », « toile étoupière », « grosse toile », en « toile presque rousse » ; les vestes, culottes et habits, en « grosse étoffe de laine », en drap souvent qualifié de gros, en toile souvent grosse, en bourrat, en serge de pays, en ratine ; pour les femmes, les habits sont en bourrat, les jupons, en coton, les robes, en laine, les tabliers, en coton ou en bourrat. Sauf exceptions – un tablier en coton rayé blanc et bleu pour Marie Carrabin –, les couleurs sont sombres : gris, marron, brun, noir.

  • 64 2 B 446, 12 juin 1705.
  • 65 B.P. 3019, 4 septembre 1725.
  • 66 B.P. 3120, 23 décembre 1740.
  • 67 B.P. 3155, 9 septembre 1744.
  • 68 2 B 86, 17 janvier 1784.

17À l’inverse, les riches se remarquent par de nombreux accessoires très particuliers. Pour les hommes, ce sont des boutons précieux (argent pour M. de Laurencin64 ou Prieur de la Morangerie65 ; or pour le musicien Chambord66 et le maître chandelier Lapérouse67 ; « façonnés à pointe de diamants » pour le receveur général des postes de Lyon, Joseph Moreau68), des boucles de chaussures et de jarretières en métal précieux (souvent dérobées avant l’arrivée des officiers) comme pour Moreau, une épée (dont la poignée est garnie d’argent pour Laurencin, Chambord et Prieur), une canne (« à pommeau d’or » pour Chambord ; « à pomme de cuivre » pour Prieur), un chapeau orné de matières précieuses (« bordé en argent à point d’Espagne » pour Chambord ; « bordé d’or » pour Lapérouse), des gants (en soie violette fourrée pour Moreau), des bas (de soie noire pour Moreau), une perruque à la mode, des manchettes soignées (de mousseline pour Laurencin et Moreau), un jabot (de mousseline à festons pour Lapérouse). Surtout, les vêtements sont nombreux – un justaucorps, une veste, une culotte, des bas, une cravate, des manchettes, un mouchoir, une chemise, des chaussettes, des chaussons, des souliers pour Laurencin – et à la mode – un habit à l’anglaise, une veste brodée pour Moreau, un mouchoir d’indienne pour Laurencin. Les étoffes dans lesquelles ils sont taillés sont solides pour les vêtements de dessus, précieuses pour les doublures – soie pour l’habit de Chambord et la veste de Moreau, serge pour les vestes de Chambord et de Lapérouse, serge de soie pour l’habit de Moreau – et fines pour les chemises. Leurs couleurs sont souvent claires : gris, blanc (Laurencin), cannelle (Prieur), gris doublé de soie aurore, doublure de veste blanche pour Chambord, habit ventre de biche, écarlate et serge blanche pour Lapérouse, habit pou de Paris doublé de soie bleue, veste de soie blanche pour Moreau. Enfin certains, ainsi Moreau, portent des caleçons, sous-vêtement qu’on ne trouve pas chez les pauvres.

  • 69 12 G 419, 31 octobre 1729.

18Pour les femmes, l’abondance des vêtements, la solidité et la préciosité des étoffes et l’importance de la mode sont les mêmes signes de richesse, ainsi qu’on peut l’apprécier à travers la description des vêtements de madame Lantillon, l’épouse du substitut du procureur général de la sénéchaussée de la ville, décédée lors d’un naufrage. Ses cheveux sont couverts « d’une adrienne ( ?) de satin à grandes rayes couleur verdâtre et jonquille à fleurs ». « Au-dessous du col, elle porte un bagnolet noir attaché par un cordon. » Son corset est en damas à fleurs, son jupon, en gros de Tours noir, sa criarde et son second jupon, en ratine musc. Sa chemise est garnie, ses bas, jaspés de serge à fleurs, ses jarretières, de soie faites à l’aiguille en partie rose et verte et ses souliers, gris69. La confrontation des vêtements de Marguerite Romanet et de la servante Marie qui ont toutes deux péri dans le sac des latrines de leur maison est très éclairante. Marguerite a 17 ans et porte une robe de soie brune ; Marie a 80 ans et est vêtue d’un corset de molleton gris et d’un jupon noir.

  • 70 B.P. 2979, 31 mai 1719.
  • 71 2 B 77, 12 mai 1766.
  • 72 3 B 1107, 4 septembre 1779.
  • 73 11 G 313, 14 mai 1733.
  • 74 11 G 311, 25 juin 1656.
  • 75 11 G 314, 7 juin 1785.
  • 76 4 B 267, 10 novembre 1784 ; 4 B 231, 29 mars 1787.
  • 77 7 B 58, 30 avril 1766.
  • 78 B.P. 3082, 12 mars 1735.
  • 79 15 G 475, 3 août 1787.
  • 80 4 B 195, 22 janvier 1762.
  • 81 4 B 126, 25 mars 1763.
  • 82 B.P. 3192, 20 juin 1750.
  • 83 11 G 314, 30 mars 1788 ; 2 B 250, 2 avril 1788.
  • 84 B.P. 3213, 8 avril 1753.
  • 85 11 G 314, 8 mai 1772 ; 10 G 3811, 25 juin 1774.
  • 86 B.P. 3045, 4 octobre 1728.
  • 87 B.P. 2987, 27 novembre 1721.
  • 88 4 B 53, 17 août 1721.

19Pour discerner les professions, les autorités judiciaires disposent également d’éléments clés. Les plus facilement identifiables sont ceux qui portent un uniforme, ainsi les militaires ou les religieux. Pierre Voisin, capitaine au régiment d’infanterie de la compagnie du sieur de Belmont, est reconnu à son habit blanc et à sa veste rouge avec des galons blancs70. Des sandales de cuir font identifier le frère Hiacinthe Marie, carme déchaussé71. Bien d’autres uniformes sont reconnus, ceux des postillons (« une veste courte de drap blanc avec un parement, un collet et un revers rouge72 »), d’un pensionnaire de l’hôpital de la Charité (« une veste à matelote blanche, un habit de toile musc, une culotte bleue73 »), des laquais (« la Jeunesse », au service du comte de Nerestang est vêtu « d’un pourpoint et d’un haut de chausse gris garnis des couleurs et livrées de son maître74 »). Si « une veste de travail » désigne un ouvrier75, les tabliers de peau sont portés par plusieurs professions : vigneron76, maréchal forgeur77, compagnon ébéniste78, compagnon chapelier79, maçon80. Pour ces derniers, les guêtres (« de laine grise de masson » pour Léonard Cornette81) et la perruque (« de maçon » pour Maurice Drillon82) sont aussi révélateurs. La « grande » culotte d’« étoffe grossière83 » et la matelote en marinier84 distinguent les gens de rivière. D’autres ouvriers sont identifiés par les instruments de leur métier. Naulet Rustique et Louis Girard ont chacun un compas de fer et le second, en plus, un pied ou petite règle de bois commun85 : ce sont donc des charpentiers. Claude Pomiane a des bretelles de porteur de chaise86 ; le corps du crocheteur Michel est « ceinturé d’une sangle au bout de laquelle est attaché un anneau de cuivre tels que ceux dont se servent tous les gagne-deniers87 » ; l’inconnu du grand chemin de Chénelette avait « un bâton fourchu propre à un mercier pour soutenir sa balle88 ».

  • 89 11 G 311, 25 juillet 1666.
  • 90 2 B 470, 29 avril 1784.
  • 91 B.P. 3160, 2 juillet 1745.
  • 92 11 G 313, 24 mars 1705.

20De telles levées de cadavres où des arguments justifient les conclusions pourraient conduire l’historien à penser que l’on peut constamment se fier à ces documents. Il n’en est pourtant pas toujours ainsi. Dans certains cas, les rédacteurs ne donnent aucune justification à leur identification. En 1666, Charles Adam dit Lespine, âgé de 15 ans, déclare qu’« il a vu un petit laquais se baignant pour la troisième fois, qu’il s’est noyé sans qu’on puisse le secourir et qu’il a été repêché par un batelier ». Sa mère le reconnaît. Aucune description du cadavre et de ses vêtements n’est réalisée89. En d’autres occasions, la description est tellement sommaire qu’on peut se demander comment s’est opérée la déduction. Les frères Chamarron, bateliers de Sainte-Colombe, ramènent un cadavre au bord du Rhône. Sa culotte et sa veste de bourrat et sa chemise « bien grossière » sont « extrêmement pourris ». Pourtant, le procès-verbal conclut : « Il est à présumer que c’était un ouvrier90. » Alphonse Comte, voiturier par eau, sort un cadavre de l’eau : il est nu, sauf un bonnet rouge qu’il porte sur la tête, « ce qui lui fait dire que c’est un ouvrier qui se baignait91 ». Enfin, les éléments décrits sont parfois tellement semblables à d’autres qui pourtant n’ont pas abouti à la même identification qu’on peut légitimement s’interroger sur la validité de la source. Étienne Charpentier porte « un justaucorps ou veste de serge couleur de vin avec des boutons jaune laiton, une culotte de peau jaune rapiécée en plusieurs endroits, des bas d’étame gris, une chemise de grosse toile et un tablier de peau92 », ce qui est assez semblable aux vêtements de Jean-Marie Duchampt (« deux vestes d’étoffe grise, un gilet cottone indienne, une culotte de peau jaune, des guêtres de bourrat, des souliers avec boucles de cuivre, une chemise, une ceinture de soie verte, un chapeau et un tablier de peau »). Pour les autorités, le premier est charpentier et le second, vigneron. L’environnement est alors déterminant : un paquet de sarments se trouvait à côté du vigneron Jean Chevalier, qui portait un tablier de peau, et il est rare de trouver des vignerons en ville.

  • 93 7 B 69-70, 3 décembre 1772.
  • 94 15 G 475, 1er mars 1789.
  • 95 B.P. 3210, 9 novembre 1752 ; 4 B 187, 22 décembre 1750 ; B.P. 2986, 8 octobre 1721.
  • 96 B.P. 3180, 16 juillet 1748.
  • 97 Tissu d’armure toile, très populaire.
  • 98 2 B 190, 10 mai 1768.
  • 99 Passement très étroit qu’on met sur les coutures des habits pour les marquer en guise de passepoil
  • 100 4 B 141, 12 septembre 1761.
  • 101 Ou calmande ou calamande : étoffe de laine solide et populaire.
  • 102 4 B 117, 15 mai 1783.

21La confusion la plus irritante concerne les habits régionaux. Les autorités judiciaires distinguent les campagnards des urbains par leurs chaussures : sur les lieux de l’assassinat du notaire Aubernon, on découvre deux empreintes de pieds, « une de ces impressions étaient des souliers avec des clous tels que les paysans les portent et les autres sans clous comme les bourgeois s’en servent93 ». Les habits des paysans sont rarement décrits, les mentions « habillé en paysan » ou « un habit paysan » semblant suffire. Dans le seul cas (sur 7) où ils le sont, Ogier porte « une grande veste, une petite veste, une culotte et des guêtres de drap de ménage couleur noisette, un chapeau, des souliers presque neufs et des boucles de cuivre jaune94 », ce qui, les guêtres exceptées, ne le distingue guère d’un citadin moyen. Ceux des campagnardes sont plus souvent inventoriés (9 sur 11), même s’ils le sont parfois sommairement. Les couleurs peuvent compléter la mention « robe de paysanne ». Elles sont alors « cannelle », « couleur brun », « bleue95 ». La « robe paysanne » de Jeanne Blanc est en cadis noir mais l’ensemble de ses vêtements est décrit : une chemise de toile de ménage, un jupon, un tablier de coton, des bas jaspés, des souliers bouclés. On s’étonne qu’elle ne porte pas de coiffure, ce qui prouve que les paysannes devaient en mettre96. La « robe façon paysanne » de la noyée qui aborde à Semons est en demi-étamine97 couleur cannelle. Elle recouvre une chemise de toile de ménage, des bas de laine blanche tenant par des jarretières « rubantées » et se complète d’« un vestige de corset » cannelle98. Celle de Philiberte Perrachon est en cadis bleu. Elle est « garnie de tavelles99 rouges et le bas, d’une bande de cadis rouge ». « Une partie des devants du corset est d’une grosse étoffe brune garnie d’une tavelle bleue, le surplus du devant et le derrière étant d’une grosse toile bourrat. » Un tablier devait les recouvrir puisqu’on retrouve « deux bouts de cordelière rouge ayant servi d’attache de tablier ». Sous la robe, elle porte « une chemise de grosse toile garnie d’une dentelle autour de la gorge » et une paire de chaussettes de fil. Elle devait avoir des souliers puisqu’une petite boucle de cuivre jaune est à ses côtés100. Marie Duperet « habillée à la paysanne » est revêtue d’une chemise de grosse toile, d’un jupon de calamandre101 à raies rouges, d’une robe d’étoffe bleue garnie de tavelles bleues, d’un tablier de coton rayé, d’un mouchoir de soie à fond rouge et à raies blanches, d’une coiffe garnie de dentelles et d’un chapeau de laine noire. Elle porte des souliers de cuir à talons de bois avec des boucles de métal blanc102. Aucune unité ne se lit ni dans les couleurs, ni dans les matières utilisées, si ce n’est qu’il s’agit toujours de textiles grossiers.

  • 103 4 B 143, 23 juin 1777.
  • 104 Sans doute mis pour cannetille, fil de métal enroulé en spirale, utilisé en broderie.
  • 105 4 B 139, 27 mai 1741.
  • 106 Drap commun.
  • 107 4 B 115, 11 mars 1775.
  • 108 B.P. 3242, 11 mars 1757.
  • 109 4 B 176, 23 décembre 1773.
  • 110 Ou barracan, baracan, barragan : sergé serré à chaîne double ou triple, en laine parfois additionn (...)
  • 111 4 B 175, 13 novembre 1769.
  • 112 Un disque très vaste surmonté d’un cône en laiton ou en fer et entouré à la base d’une étoffe ou d (...)

22On se heurte à la même difficulté lorsque l’on veut déceler les différences des vêtements régionaux. La confusion pouvait d’ailleurs exister à l’époque, puisqu’à l’issue de la description des habits d’un noyé – « une chemise de grosse toile, une petite matelote de molleton blanc, une blaude ou habit de bourrat noir avec de petits boutons d’étain, une culotte et des guêtres de bourrat roux, un tablier de basanne, des gros souliers ferrés avec des boucles en fer » – on conclut « nous a paru être un particulier ou cultivateur de la province du Mâconnais ou de la Bresse103 ». Les cinq exemples de costumes féminins décrits et signalés comme régionaux (deux Mâconnaises, trois Lyonnaises) en témoignent. En 1741, la première Mâconnaise est revêtue d’une robe de grosse toile de bourrat noir garnie sur le corps de « canilles104 » rouges, d’une chemisette dont les manches sont « d’une mauvaise étoffe bleue ». Sa chemise et sa coiffe ronde sont en grosse toile mais garnies l’une et l’autre d’une grosse dentelle. Ses bas sont en laine blanche et ont été confectionnés à l’aiguille. Entre la robe et la chemisette, on trouve un vieux mouchoir de coton rouge et bleu. Elle n’a ni souliers ni sabots aux pieds mais peut-être les a-t-elle perdus en se noyant105. La deuxième Mâconnaise, également noyée, ne porte pas de robe, mais « deux chemises de grosse toile garnie de grosse dentelle, une chemisette de molleton vert garnie de deux pièces d’étoffe noire garnie en petits galons faux, garnie de trois rangs de tavelles vertes, un mouchoir de coton à petits carreaux bleu et rouge, une petite coiffe de toile garnie de grosse dentelle ». Sa jambe gauche est gainée d’un bas de laine et chaussée d’un chausson de sardis106 bordé d’une cordelière rouge et d’un sabot107. À l’exception des deux mouchoirs et des décorations (cannetilles ; tavelles), les costumes n’ont aucun point commun ni aucune couleur semblable sauf les bas, les coiffes et les chemises par ailleurs semblables à celles d’autres provinces françaises. À Lyon, « l’habit à la Lyonnaise » de Marguerite Pouchel est en drap brun. Elle a un mouchoir bleu au cou, un tablier devant elle, des bas et des souliers et une coiffure à côté de la tête puisqu’on l’a découverte gisant à côté de son lit108. Celui de Jeanne Giraud est en étoffe de laine couleur cannelle. Son jupon est en droguet de pays noir. Son corset est en laine et sa chemise, en toile de ménage. Un mouchoir de toile blanche entoure son cou. Sa tête est recouverte d’une coiffe surmontée d’un mouchoir de toile de lin. Ses bas sont en laine blanche. Elle porte des sabots109. La « robe à la Lyonnaise » d’Antoinette Bost est en bouracan110 de pays de couleur verte. Son corps est garni de tavelles de même couleur. Ses bas sont en laine blanche ; ses souliers ont une boucle d’acier. Sa chemise est en toile de pays. Elle n’a ni coiffure ni mouchoir de col, pièces qu’elle a sans doute perdues en se noyant111. Dans ces trois cas encore, on relève très peu de points communs. On ne distingue pas non plus de différences criantes entre les costumes des femmes de ces deux provinces : mêmes pièces de vêtements, couleurs semblables (noire et verte notamment) alors que des gravures – du début du XIXe siècle il est vrai – les montrent, ainsi pour la Lyonnaise et la Mâconnaise112. On est même étonné que certains éléments caractéristiques ne soient pas mentionnés, ainsi les chapeaux si particuliers des bressanes dont on sait qu’ils existaient dès le XVIe siècle, comme le présente le Recueil de la Diversité des habits qui sont de présent en usage, de Desprez (1562, 1567), et se sont maintenus ensuite, comme en attestent les Recherches faites en diverses villes du Royaume de Moléon (1718) et Le costume français (édition Martinet) du début du XIXe siècle. Serait-ce alors que l’essentiel échappe à la description des magistrats ? Rien en effet n’est dit de la coupe de ces habits : pour eux, une robe est une robe, un jupon, un jupon, une coiffe, une coiffe, etc.

23Les historiens du costume doivent-ils alors se priver de la consultation des levées de cadavres ? Sans doute pas, même si la source a ses limites. Les levées de cadavres prennent toute leur ampleur si, au lieu de se contenter des affirmations des autorités, on les utilise de manière statistique. L’étude de 90 costumes féminins et de 442 costumes masculins atteste que l’habillement des citadins diffère de celui des ruraux et que les Beaujolais se distinguent bien des Lyonnais. En ville comme dans les campagnes de ces deux régions, les femmes portent une coiffe, une chemise, un jupon, un corset, une robe, un tablier, un mouchoir de col, des bas et des souliers et les hommes, un bonnet ou un chapeau, une chemise, une veste, une culotte, des bas, des guêtres ou des gamaches et des souliers, des galoches ou des sabots. Mais en ville, les premières sont moins nombreuses à revêtir coiffe, robe et chemise alors qu’elles endossent davantage corset, jupon, tablier, mouchoir de col, bas et souliers et les seconds délaissent bonnets, chapeaux, guêtres, gamaches, sabots et galoches, revêtent moins la chemise et la veste et préfèrent les bas et les souliers. À l’inverse, les Beaujolaises arborent plus volontiers coiffes, robes, bas et chemises, mais refusent le corset et portent moins souvent jupons, tabliers, mouchoirs de col et souliers ; les Beaujolais se coiffent davantage de bonnets et de chapeaux, enfilent plus de guêtres, de gamaches, de sabots et de galoches mais dédaignent les bas et les souliers. Quant aux Lyonnaises, elles prisent peu le mouchoir de col, mais raffolent du corset tandis que les Lyonnais portent plus de bonnets, de chapeaux et de gamaches que les citadins mais moins que les Beaujolais. En revanche, ils mettent plus souvent des guêtres et des galoches que ces derniers et surpassent les citadins pour le port des chemises, des vestes et des culottes. Certaines pièces de vêtements sont spécifiques à l’une ou l’autre de ces régions : les blaudes de bourrat noir sont typiquement beaujolaises ; les tabliers masculins sont plus beaujolais que lyonnais ; les galoches plus lyonnaises que beaujolaises ; les sabots plus beaujolais que lyonnais. Les citadins suivent davantage la mode : c’est à Lyon que se trouvent, pour les femmes, les uniques devant, criarde et mules, les deux cotillons et les quatre déshabillés et pour les hommes, les dix anglaises et le seul frac recensés.

  • 113 Bayard F., « Régions et morts subites en Lyonnais et Beaujolais aux XVIIe et XVIIIe siècles », Du (...)

24Les matières et les couleurs des costumes permettent également de situer la région où vivaient les cadavres. Les culottes des hommes (300 cas étudiés) sont en général en peau, en drap, en bourrat et en toile, gris, noir et de différents tons de brun. En ville, le drap l’emporte sur la peau et le gris sur les autres couleurs alors qu’en Lyonnais, le drap est talonné par la peau, la toile et la ratine et le gris par les bruns et le noir et qu’en Beaujolais, le bourrat et la peau sont à égalité et le marron triomphe du gris. Les tabliers féminins (42 cas) sont pour l’essentiel en coton, en indienne, en lin, en bourrat et en toile. 9 sont rayés, 5, bleus, 4, rouges, 3, noirs et 3, blancs. À Lyon, le coton domine toujours mais la toile peinte, le lin et les rayures sont surreprésentés. En Lyonnais, le coton prédomine largement, mais le bleu est la couleur préférée ; en Beaujolais, la toile bourrat et le noir l’emportent113.

25Sans multiplier les exemples, on peut donc conclure que certains vêtements, étoffes et couleurs et certaines façons de les agencer sont caractéristiques de chaque région, ce qui doit être relié à des productions et à des usages locaux, et que la ville reçoit davantage les nouveautés, ce qu’il faut comprendre par les fonctions commerciales et le brassage humain qui sont les siens.

*

26Les levées de cadavres sont donc une source importante pour les historiens du costume. Elles permettent d’appréhender ou de confirmer de multiples données : existence d’uniformes spécifiques, de vêtements professionnels ou régionaux ; juxtaposition et opposition des vêtements de riches et de pauvres ; adoption de la mode pour certains, impossibilité de le faire pour les autres. Leur problème essentiel est toujours, quelques précautions que l’on prenne, qu’on doit s’en remettre totalement à l’œil des gens de justice qui rédigent le procès-verbal. Hommes issus de milieux aisés, ils connaissent mal les noms des pièces de vêtements surtout féminines et populaires, et des étoffes, surtout campagnardes, et ne disent rien des formes adoptées. Aussi doit-on travailler sur des stocks importants et hétérogènes pour faire des comparaisons et les comprendre. Elles ne dispensent donc pas d’autres sources plus visuelles tels que les œuvres d’art, les estampes ou les recueils de costumes qu’elles complètent cependant.

Notes

1 Archives départementales du Rhône, 11 G 312, 24 avril 1676.

2 L’étude est encore en cours. Aux Archives Municipales de Lyon, tous les papiers judiciaires (série FF) ont été dépouillés sur toute la période moderne. Aux Archives départementales du Rhône, tous les documents issus des justices ecclésiastiques de la ville (séries G et H), des justices seigneuriales du Lyonnais et du Beaujolais (séries 2B, 3B et 4B), de la maréchaussée (série 7B) ont été analysés. Les archives criminelles de la Sénéchaussée (série BP) ont été fichées jusqu’à l’année 1752. Dans les notes qui vont suivre, seuls seront mentionnés les dépôts autres que les Archives départementales du Rhône.

3 7 B 8, 14 septembre 1723.

4 2 B 196, 12 octobre 1774.

5 4 B 118, 1er juin 1787.

6 2 B 386, 31 mars 1781.

7 B. P. 3016, 21 mars 1725.

8 B. P. 3201, 24 juillet 1751.

9 2 B 368, 11 juillet 1763.

10 11 G 314, 2 janvier 1778.

11 2 B 82, 25 mars 1779.

12 11 G 313, 8 mai 1764.

13 B. P. 3051, 27 juin 1729.

14 B. P. 3252, 17 juin 1758.

15 11 G 311, 4 juillet 1665.

16 11 G 312, 30 juillet 1686.

17 11 G 311, 16 juin 1669.

18 B.P. 2909, 25 mai 1686.

19 15 G 475, 1er mars 1789.

20 B.P. 3156, 16 juillet 1748.

21 4 B 117, 15 mai 1783.

22 B.P. 2986, 8 octobre 1721.

23 11 G 312, 17 septembre 1699.

24 B. P. 3180, 16 juillet 1748.

25 7 B 88, 29 mars 1785.

26 4 B 139, 19 décembre 1740.

27 4 B 139, 27 mai 1741.

28 4 B 115, 11 mars 1775.

29 11 G 311, 29 juin 1668.

30 B.P. 3242, 11 mars 1757.

31 4 B 176, 23 décembre 1773.

32 4 B 175, 13 novembre 1769.

33 2 B 190, 28 avril 1768.

34 B.P. 3156, 10 novembre 1744.

35 11 G 312, 18 août 1676.

36 12 G 419, 5 janvier 1691.

37 11 G 314, 19 juin 1781.

38 B.P. 2365, 29 mars 1708.

39 10 G 3811, 25 juin 1742.

40 B.P. 3152, 29 avril 1744.

41 B.P. 3168, 8 juin 1746.

42 11 G 314, 20 mars 1781 ; 5 avril 1781.

43 B.P. 2983, 17 mars 1721.

44 4 B 25, 8 décembre 1768.

45 12 G 941, 3 août 1753.

46 11 G 314, 12 décembre 1766.

47 B.P. 3042, 23 juillet 1728.

48 B.P. 3191, 9 avril 1750.

49 4 B 117, 15 mai 1783.

50 12 G 941, 11 janvier 1782.

51 Voir à ce sujet, Deslandres Y., Le costume, image de l’homme, A. Michel, 1976, particulièrement les chapitres 2 (« Évolution des formes du costume ») et 3 (« Le costume signe social ») ; Farge A., Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Archives, 1979, notamment la première partie du chapitre 2 (« Les figures et les gestes ») ; Roche D., Le peuple de Paris ; Essai sur la culture populaire au XVIIIe siècle, Aubier, 1981, surtout le chapitre VI (« Le vêtement populaire ») ; Roche D., La culture des apparences. Une histoire du vêtement XVIIe -XVIIIe siècle, Fayard, 1989, notamment le chapitre V (« La hiérarchie des apparences à Paris de Louis XIV à Louis XVI ») ; Ferrières M., Le bien des pauvres. La consommation populaire en Avignon (1600-1800), Champ Vallon, 2004, surtout la troisième partie (« Vêtures, parures »).

52 11 G 313, 3 mars 1720.

53 B.P. 3198, 18 janvier 1751.

54 8 B 730-20, 25 août 1771 : « Je vous averti de faire quitte l’habit d’homme que la dame qui est en voyage avec vous porte et la faire habiller en feme car les loix de notre païs font que l’on ne peut se deguiser. » Sur le travestissement, voir Steinberg S., La confusion des sexes. Le travestissement de la Renaissance à la Révolution, Fayard, 2001.

55 11 G 312, 24 avril 1676.

56 Serge en laine à deux endroits.

57 3 B 1107, 16 novembre 1754.

58 11 G 312, 24 avril 1676.

59 4 B 140, 17 mars 1748.

60 12 G 941, 3 août 1753 ; 3 B 1107, 16 novembre 1754.

61 4 B 81, 3 juillet 1776 ; 4 B 267, 14 avril 1786.

62 4 B 140, 17 mars 1748.

63 2 B 114, 21 novembre 1781.

64 2 B 446, 12 juin 1705.

65 B.P. 3019, 4 septembre 1725.

66 B.P. 3120, 23 décembre 1740.

67 B.P. 3155, 9 septembre 1744.

68 2 B 86, 17 janvier 1784.

69 12 G 419, 31 octobre 1729.

70 B.P. 2979, 31 mai 1719.

71 2 B 77, 12 mai 1766.

72 3 B 1107, 4 septembre 1779.

73 11 G 313, 14 mai 1733.

74 11 G 311, 25 juin 1656.

75 11 G 314, 7 juin 1785.

76 4 B 267, 10 novembre 1784 ; 4 B 231, 29 mars 1787.

77 7 B 58, 30 avril 1766.

78 B.P. 3082, 12 mars 1735.

79 15 G 475, 3 août 1787.

80 4 B 195, 22 janvier 1762.

81 4 B 126, 25 mars 1763.

82 B.P. 3192, 20 juin 1750.

83 11 G 314, 30 mars 1788 ; 2 B 250, 2 avril 1788.

84 B.P. 3213, 8 avril 1753.

85 11 G 314, 8 mai 1772 ; 10 G 3811, 25 juin 1774.

86 B.P. 3045, 4 octobre 1728.

87 B.P. 2987, 27 novembre 1721.

88 4 B 53, 17 août 1721.

89 11 G 311, 25 juillet 1666.

90 2 B 470, 29 avril 1784.

91 B.P. 3160, 2 juillet 1745.

92 11 G 313, 24 mars 1705.

93 7 B 69-70, 3 décembre 1772.

94 15 G 475, 1er mars 1789.

95 B.P. 3210, 9 novembre 1752 ; 4 B 187, 22 décembre 1750 ; B.P. 2986, 8 octobre 1721.

96 B.P. 3180, 16 juillet 1748.

97 Tissu d’armure toile, très populaire.

98 2 B 190, 10 mai 1768.

99 Passement très étroit qu’on met sur les coutures des habits pour les marquer en guise de passepoil.

100 4 B 141, 12 septembre 1761.

101 Ou calmande ou calamande : étoffe de laine solide et populaire.

102 4 B 117, 15 mai 1783.

103 4 B 143, 23 juin 1777.

104 Sans doute mis pour cannetille, fil de métal enroulé en spirale, utilisé en broderie.

105 4 B 139, 27 mai 1741.

106 Drap commun.

107 4 B 115, 11 mars 1775.

108 B.P. 3242, 11 mars 1757.

109 4 B 176, 23 décembre 1773.

110 Ou barracan, baracan, barragan : sergé serré à chaîne double ou triple, en laine parfois additionnée de chanvre et à trame en fil.

111 4 B 175, 13 novembre 1769.

112 Un disque très vaste surmonté d’un cône en laiton ou en fer et entouré à la base d’une étoffe ou de dentelle. Sur la question voir Jeanton G., Costumes bressans et mâconnais, 1937.

113 Bayard F., « Régions et morts subites en Lyonnais et Beaujolais aux XVIIe et XVIIIe siècles », Du provincialisme au régionalisme XVIIIe-XXe siècle, Actes du Festival d’histoire de Montbrison de 1988, novembre 1989, p. 211-222.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540