Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les costumes régionaux

 | 
Jean-Pierre Lethuillier

Première partie. Patrimonialisation et instrumentalisation

Entre enquête statisticienne et parcours sentimental : les costumes régionaux dans les procédés de mise en évidence de la particularité locale, entre la Révolution et le milieu du XIXe siècle

Odile Parsis-Barube

Texte intégral

  • 1 Sur les représentations du territoire à l’œuvre dans la littérature statisticienne, on se reporter (...)
  • 2 Sur le voyage romantique, on se reportera surtout à Voyager en France au temps du romantisme, poét (...)

1Au cours de la première moitié du XIXe siècle, coexistent deux manières d’arpenter, d’observer et de décrire le territoire national. La première, qui s’inscrit dans la généalogie du voyage patriotique dont le modèle s’était forgé dans la France des Lumières, prend corps, sous le Consulat et l’Empire, dans ce que nous appellerons, par souci de commodité, la statistique départementale. Description à visées scientifiques, marquée au coin de l’encyclopédisme, elle recycle, en les adaptant aux nouvelles réalités administratives issues des réformes de 1789, les grilles de déchiffrement du territoire et des hommes, œuvres conjointes des érudits de l’époque moderne, des administrateurs de l’absolutisme puis des enquêteurs révolutionnaires1. La seconde, où la composante sentimentale vient subvertir l’aspiration à l’utilité publique, s’incarne dans les multiples déclinaisons du voyage romantique2. Au quadrillage systématique des territoires administratifs que suppose le voyage d’enquête, il substitue les caprices et les zigzags d’itinéraires aléatoires dont la relation confond qualification des lieux traversés et rendu d’une expérience individuelle.

  • 3 Bourguet M.-N., op. cit., p. 249.

2Le traitement de la particularité locale est au cœur des enjeux idéologiques et esthétiques qui sous-tendent ces deux modes d’approche et d’écriture du territoire. Destinée à démontrer que la Révolution n’a ni ruiné ni dépeuplé le pays, la littérature statisticienne des premières années du siècle consacre le département et ses subdivisions internes comme les cellules de base de la mesure du progrès. Animée par la passion de la taxinomie en même temps qu’attentive aux signes par lesquels se manifestent les effets de la dynamique unificatrice et égalitaire issue de 1789, elle s’installe dans cette « paresse de la distinction3 » qui conduit à ravaler les diversités locales au rang de menues variations d’une unité fondamentale, d’anomalies destinées à se dissoudre inéluctablement dans la marche de l’histoire. Installé dans la dialectique de la contemplation et de l’évasion, le voyage sentimental, dont l’une des matrices serait bien à chercher du côté des récits de retour d’émigration, consacre, au contraire, l’attitude rétrospective. Il inscrit ses circonvolutions dans une France provinciale appréhendée comme un champ de ruines, dans des campagnes regardées comme les conservatoires de ces mœurs et usages populaires où viennent se nourrir et se féconder mutuellement le sens romantique du relatif et du particulier, l’idée du genius loci, le désir de couleur locale. Les particularismes de la société paysanne deviennent ici l’objet d’une quête parce qu’ils sont perçus par le voyageur-écrivain, non comme un surplus d’archaïsme, mais comme les témoins précieux de l’unité perdue d’un monde primitif, glorieusement jeune et pur.

  • 4 « On peut, écrit Abel Hugo dans son Prospectus, réduire à de justes proportions la description d’u (...)

3Pousser plus loin l’opposition entre ces deux manières de penser et d’organiser la particularité conduirait toutefois à une impasse. La frontière, nettement lisible au début du siècle, entre voyage d’enquête et parcours sentimental, tend en effet à se brouiller chaque fois que la pratique inventoriale s’empare des objets et des lieux sur lesquels se fonde l’expérience romantique du temps. Cela se voit, dès 1807, lorsque le questionnaire de l’Académie celtique, tente de canaliser, dans le cadre rigide de l’enquête centralisée, les représentations fantasmatiques que la génération des Cambry, des Johanneau, des Millin et des Lenoir avait forgées de la primitivité celte. Cela se voit encore, après 1830, lorsque la statistique historique et archéologique de la France rattrape les ruines et que le parcours sentimental, insensiblement, se fige dans les figures convenues du voyage pittoresque et romantique. Voyage virtuel dans la statistique départementale, la France pittoresque d’Abel Hugo s’installe, en 1835, sur cette lisière devenue définitivement indécise entre observation scientifique et contemplation, recensement des ressources et délectation des beautés naturelles, utilité et curiosité4.

4Les notations relatives aux manières autochtones de se vêtir – expression que, pour l’instant, je préfère à celle de « costumes régionaux » – participent de cette fluidité qui peu à peu s’installe entre les différents systèmes de représentation de la particularité locale. L’intérêt que leur portent observateurs sociaux, érudits et voyageurs s’explique aussi par le fait que l’époque est celle d’un premier déploiement de la curiosité ethnographique : entre les projets de l’anthropologie naissante, codifiés, entre 1799 et 1804, par l’éphémère Société des observateurs de l’homme et les questionnements romantiques sur l’origine des peuples, des langues et des croyances, se dessine un espace où s’inscrivent les premiers tâtonnements d’une recherche encore mal dégagée de la perspective archéologique, mais qui, peu à peu, s’attache à l’observation du vivant.

Le traitement statisticien de la diversité des manières de se vêtir

  • 5 Cité dans Margairaz D., François de Neufchâteau. Biographie intellectuelle, Publications de la Sor (...)

5La littérature statisticienne du premier XIXe siècle constitue un genre foisonnant. Dans sa forme la plus connue, définie par la circulaire du 19 germinal an IX (9 avril 1801) adressée par Chaptal à tous les préfets, elle prend corps dans les annuaires départementaux, ouvrages dont François de Neufchâteau avait prescrit la rédaction dès floréal an VII dans le but de « répandre dans la grande masse du peuple des principes républicains et des connaissances utiles5 ». Version locale de la statistique générale destinée au ministère de l’Intérieur, ils constituent surtout un instrument destiné à familiariser les populations avec les nouveaux repères spatio-temporels installés par la Révolution et, à ce titre, peuvent être regardés comme les instruments privilégiés de l’exercice intellectuel que constitue, dans les premières années du siècle, l’invention du département.

  • 6 Il n’est d’ailleurs pas inutile de rappeler ici que l’idée initiale de François de Neufchâteau ava (...)
  • 7 Archives parlementaires, op. cit., t. 2, p. 204.

6Cette statistique dite « des préfets » a, à la fois, des ancêtres et des enfants naturels. En amont, elle se rattache aux voyages d’enquêtes commandés par les administrations révolutionnaires dans le but de procéder à l’appropriation symbolique d’un territoire national en pleine mutation politique. Illustrés, entre autres, à partir de 1792, par les Voyages dans les départements de la France par une société de gens de lettres de Lavallée et Brion, ils poussent à l’extrême les limites d’un genre où la description de l’espace se fait déchiffrement de la nouvelle logique des équilibres physiques et humains nés de la Révolution. En aval, elle étend ses ramifications dans les descriptions – souvent qualifiées de « générales et statistiques » ou de « géographiques, physiques et politiques » – dont un certain nombre de départements font l’objet et qui paraissent, en marge de l’annuaire, sous forme d’ouvrages autonomes6. Œuvres de préfets, tel Jacques Cambry, manifestement plus tentés par des courses à travers leur circonscription que par le travail administratif que suppose leur mission, elles mobilisent aussi, comme c’est par exemple le cas avec Amans-Alexis Monteil dans l’Aveyron en 1802, les professeurs des Écoles centrales auxquels François de Neufchâteau avait enjoint de ne pas regarder comme une tâche indigne la rédaction d’un ouvrage « consacré à [leur] département, et destiné à faire connaître tout ce qui doit contribuer aux progrès de la morale publique7 ».

7C’est à ces trois niveaux de l’écriture statisticienne que nous puiserons afin de mettre en évidence les stratégies discursives par lesquelles les administrateurs du Consulat et de l’Empire s’efforcent de conjurer la diversité locale et mettent en œuvre de nouvelles manières de penser la variété du peuple.

Conjurer la diversité locale : une rhétorique de l’insignifiance

8Le traitement statisticien de la diversité des manières de se vêtir participe de la nouvelle représentation du territoire à l’œuvre dans la France révolutionnée : le département étant la projection, au sol, d’une structure juridique unique, indéfiniment transposable sur la totalité du territoire national, la statistique générale de la France est censée accoucher de sa propre cohérence par la seule vertu de la juxtaposition des enquêtes émanant de chaque circonscription. La description des peuples, dans ces conditions, est un outil à double tranchant : instrument destiné à révéler tout ce qui écarte encore certains d’entre eux de la société moderne, homogène et amie du progrès, elle sert aussi à conforter l’administrateur dans sa foi en l’irréversibilité de la dynamique unificatrice.

9La proclamation de l’insignifiance de la particularité s’inscrit dans un jeu d’échelles qui traduit les degrés divers de la pénétration de l’œuvre révolutionnaire :

  • 8 Lavallée J. et Brion de la Tour L., Voyages dans les départements de la France, Paris, Brion, 1792 (...)

« Depuis quatre ans de révolution, écrit Lavallée au terme de son voyage dans le département de l’Aube, ces nuances de caractères entre provinces et provinces s’effacent insensiblement. On est tout étonné de retrouver, dans l’habitant du département du nord, cette activité, cette chaleur, ce genre de saillies même que l’on n’accordoit jadis qu’aux peuples français méridionaux8. »

  • 9 Ibid., Calvados, p. 8.

10Subtile partition qui renvoie le particulier aux micro-espaces où il peut, sans danger, être toléré : « La race humaine étant générale, écrit-il en 1792 dans sa description du Calvados, il ne peut y avoir qu’un caractère d’espèce et des habitudes de localité9. » Ainsi la particularité du costume des Arlésiennes peut-elle sans danger être intégrée à un discours sur l’homogénéité des manières de se vêtir à la surface de l’espace national, ravalée qu’elle est au rang de simple déclinaison d’un goût commun pour la variété :

  • 10 Ibid., Bouches-du-Rhône, p. 19.

« Quoi qu’elles soient, écrit-il, comme toutes les femmes de tous les pays, avides de toutes les modes, et qu’Arles, à cet égard, se modèle sur Paris, comme les autres villes de France et même de l’Europe, cependant les femmes d’Arles ont un costume qui leur est particulier, et dont on retrouve toujours les nuances à travers les innombrables variétés qu’éprouvent la parure et l’élégance des Françaises10. »

11Pour Jacques Cambry, qui explore le Finistère au cours de l’année 1794, la survivance de la particularité vestimentaire bretonne est indissociable d’un état de la société paysanne dont l’analyse mêle appréciations sur le niveau de pauvreté et considérations sur l’état moral. Il fait ainsi du costume du paysan du district de Morlaix l’un des indicateurs de la misère dans laquelle se débat la société rurale bretonne :

  • 11 Cambry J., Voyage dans le Finistère ou état de ce département en 1794 et 1795, Imprimerie-Librairi (...)

« Imaginez la malpropreté, l’odeur, l’humidité, la boue qui règnent dans ces demeures souterraines, l’eau de fumier, qui souvent en deffend l’entrée […] ajoutez-y la malpropreté, la galle originelle héréditaire […] la malpropreté d’individus qui ne se baignent, qui ne se lavent jamais, qui sortent des fossés, des mares, des cloaques où l’ivresse les avait précipités ; peignez-vous ces cheveux plats et longs, cette barbe épaisse, ces figures chargées de raies crasseuses, les courts gilets, les culottes énormes, les petits boutons, les guêtres, les sabots qui forment leur habillement, et vous aurez l’idée d’un paysan breton11. »

  • 12 Ibid., p. 50.

12Cambry, pourtant, ne veut pas croire à l’esprit de localité. Plus qu’aux déterminismes naturels, l’observateur révolutionnaire est tenté d’imputer les particularités locales au poids de l’histoire. Les diversités que la Bretagne de 1794 lui révèle seraient ainsi le reflet des effets délétères des logiques politiques et institutionnelles de l’Ancien Régime : « En ces contrées, écrit-il, il y a beaucoup plus de variété dans le caractère des habitans, que dans la température de l’air et le climat ; ce qui démontre que les institutions civiles, les formes du gouvernement influent sur l’homme, autant au moins que sa position sur le globe12. » Ainsi, la singularité du costume des paysans bretons serait-elle à imputer aux séculaires et barbares pratiques d’asservissement auxquelles la féodalité les aurait soumis :

  • 13 Ibid., p. 10.

« Il m’est démontré, écrit Cambry, que ce costume si gênant, que ces culottes de Quimper et des environs, qui ne couvrent que la moitié des fesses, qui ne permettent pas à l’homme de se baisser sans courir le risque d’offrir aux yeux ce qu’ils veulent cacher ; que les sabots qu’ils portent habituellement et de préférence ; que leur costume enfin, fut inventé sous le gouvernement féodal, par des seigneurs impérieux, intéressés à les contenir, à comprimer toute espèce d’élan, à les mettre hors d’état de résister, de fuir quand les soldats lestes et façonnés leur intimoient les ordres de leurs maîtres13. »

  • 14 Ibid., p. 67.
  • 15 Ibid., p. 114.
  • 16 Ibid., p. 237.

13Dans ces conditions, moins que la traduction d’une fatalité géographique, d’une prédisposition inscrite dans le caractère autochtone, la particularité du costume n’est plus que le résultat, rattrapable, d’un déficit d’éducation, qu’un indice de l’inachèvement de l’œuvre libératrice : « Pourroit-on les punir d’une ignorance qu’on a pas su détruire, de désordres qu’on n’a pas prévenus ? Ils sont foibles, soutenez-les ; ignorans, donnez-leur vos lumières ; égarés, essayez de les ramener14. » Ainsi dédouanée de tout caractère d’irréversibilité, inscrite dans la liste d’attente de la modernité, l’étonnante diversité des costumes locaux peut advenir à la surface de la description. Cambry ne s’en prive pas qui peut, par exemple écrire, sans autre forme de commentaire, que les femmes de l’île de Batz, « vêtues d’un jupon et d’un casaquin, portent, sur une première coëffe de toile, une coëffe de laine ou d’étoffe assez forte ; les hommes des gilets de toile ou de gros drap et de longues culottes à la matelotte15 » et, finalement, conclure que « le costume des hommes varie dans tous les cantons du Finistère et de la Bretagne ; celui des femmes dans chaque commune16 ».

Une nouvelle manière de penser la variété du peuple

14Le tableau des usages différentiels du costume qui s’élabore en filigrane dans la littérature statisticienne du début du siècle propose un nouveau système explicatif de la diversité, où les contraintes exercées sur le monde paysan par le genre de vie et la société englobante l’emportent sur les déterminismes naturels. Le costume, dès lors, est moins le signe visible de l’esprit des lieux que celui des codes d’une société traditionnelle, hiérarchisée, où la position de chaque individu est définie en fonction de critères universellement transposables tels que l’âge, le sexe, la position sociale, voire les goûts et la perméabilité à la mode.

  • 17 De Verneilh, Statistique du département du Mont-Blanc, Testu, 1807, p. 290.
  • 18 Description du département de l’Aveiron par Amans-Alexis Monteil, Rodez, Carrer, an X, seconde par (...)

15Encore se résume-t-il souvent à un simple détail, moins clairement différenciateur des espaces que la coupe proprement dite. Ainsi de la couleur qui, sous la plume du préfet du département du Mont-Blanc, en 1807, sert à atténuer les marques vestimentaires de l’esprit de localité : « La distinction qui se rencontre d’une commune à l’autre est plutôt marquée par le choix des couleurs que par une différence dans la forme des vêtements », écrit-il. Au niveau départemental, elle demeure le seul signe visible par lequel s’exprime, à peine lisible, la distinction entre pays : « Cet habillement ne varie guère que par la couleur : en Tarentaise, le bleu et le brun dominent, tandis qu’en Maurienne, c’est le blanc garni d’un liseré bleu. Dans les autres parties du département, la ratine blanche est d’un usage presque général17. » Dans l’Aveyron, observé en 1802 par Amans-Alexis Monteil, la couleur du vêtement se fait, en dehors de toute référence localiste, l’indicateur de la classe d’âge : « La jeunesse aime l’éclat du rouge ou la douce teinte du vert ; l’âge moyen adopte volontiers le bleu ; le brun minime est laissé à la vieillesse18. »

  • 19 De Verneilh, op. cit., p. 290.
  • 20 Monteil A.-A., op. cit., p. 32.

16Le costume se fait ainsi volontiers le signe du passage ritualisé des étapes de la vie, comme si l’inscription dans des temporalités villageoises supposées universellement partagées devait définitivement abolir les distinctions liées à la géographie. Dans les vallées inférieures du département du Mont-Blanc, « presque tous les enfants portent un bonnet de laine, ordinairement de couleur rouge ; ils ne prennent le chapeau que lorsqu’ils ont atteint l’âge de puberté19 ». C’est également à leur manière de porter le chapeau que les villageoises de l’Aveyron suggèrent le stade de la vie amoureuse qu’elles ont atteint : « Pendant les années des amours ou des prétentions, la coquetterie ou le caprice le poussent tantôt sur une oreille, tantôt sur l’autre ; tantôt en avant, tantôt en arrière ; mais après quarante ans il ne penche plus d’aucun côté, il demeure pour toujours horizontalement placé20. »

  • 21 Cambry J., op. cit., t. I, p. 76.
  • 22 De Verneilh, op. cit., p. 289.
  • 23 Ibid., p. 289.

17Quelque démembrement de la vêture peut encore, dans son aspect parcellaire, suggérer la persistance d’un rite, d’un de ces usages témoins de l’immobilisme où s’encalmine la culture populaire. Ainsi Cambry remarque-t-il que les femmes en deuil du district de Morlaix portent « une espèce de capuchon à queue [tandis que] les hommes, aux enterremens, sont vêtus de manteaux bleus21 ». En Tarentaise, la dot de la mariée s’affiche et se mesure au nombre de rubans dont elle orne le bas de sa robe : « Les rubans sont ainsi plus riches et la coiffure plus distinguée à mesure que la dot est plus considérable22. » Cette inscription dans les temporalités clairement circonscrites du deuil ou de la fête, rend acceptables, donc enregistrables dans la statistique officielle, les particularités vestimentaires qui s’affichent en ces occasions, la norme étant marquée par le retour à un habillement neutre, simplement adapté aux nécessités de la vie agricole et proportionné, dans sa déroutante simplicité, aux moyens de la paysannerie : « Cette coiffure est celle des jours de fêtes, écrit de Verneilh dans sa Statistique du Mont-Blanc, après avoir détaillé la parure des habitantes de la Maurienne et de la Tarentaise ; aux jours ouvriers, les femmes ont la tête enveloppée d’un simple mouchoir23. »

  • 24 Monteil, op. cit., p. 11.
  • 25 Lavallée, op. cit., p. 19.

18La littérature statisticienne, toutefois, laisse planer une ambiguïté fondamentale sur les partages sociaux de la particularité vestimentaire. Si Jacques Cambry associe clairement costumes, misère et arriération, Amans-Alexis Monteil peut écrire, en 1802, qu’en Aveyron « comme partout ailleurs, il n’y a que les classes aisées où l’on trouve la variété des habillements24 ». Seules femmes dont la parure ait retenu l’attention de Lavallée en 1792, les Arlésiennes sont non seulement représentatives d’un éternel féminin dont les goûts ne seraient que le reflet de ceux de la capitale, mais encore les héritières d’une culture vestimentaire venue en droite ligne de la Cité antique : « Elles ont retenu des femmes romaines l’usage fastueux de porter aux bras presque nuds de grands anneaux d’or. La coupe de leurs habits a quelque chose encore de l’ancienne Grèce. […] Elles portent encore de ces robes ou stoles des Lacédémoniennes25… »

  • 26 Hugo A., op. cit., Bouches-du-Rhône, p. 210.
  • 27 Ibid., Creuse, p. 299.
  • 28 Ibid., Bouches-du-Rhône, p. 211.

19Ultime avatar de la statistique départementale, la France pittoresque d’Abel Hugo, en 1835, tranche la question : « En parlant des costumes, écrit-il, nous n’avons jamais l’intention d’indiquer ceux des classes élevées de la société, qui s’attachent dans tous les départements à suivre promptement les modes adoptées à Paris. […] Le costume populaire est partout le seul qui conserve quelque originalité26. » Populaires, les costumes de la France pittoresque le sont en ce qu’ils attestent l’absence de frivolité et le goût du travail de la paysannerie : « Pourvu que l’habillement soit sain et commode, le paysan le trouve suffisamment à son goût. […] Le costume du cultivateur tend toujours à s’harmoniser avec ses travaux et ses besoins27. » La variété est féminine et méridionale et, libéré des contraintes idéologiques qui faisaient obligation aux observateurs du début du siècle d’inscrire la diversité locale dans une logique intégrative, Abel Hugo peut exprimer le vœu de la voir perdurer : « Le costume des femmes varie selon les localités, écrit-il à propos de celui des Bouches-du-Rhône. Celui des contrées d’Aix, d’Arles et de Tarascon a toujours été fort piquant. Nous espérons que dans leur intérêt les beautés arlésiennes et tarasconnaises le conserveront longtemps28. »

Les notations vestimentaires dans la littérature romantique du voyage

20Parce qu’elles relèvent d’un autre imaginaire de l’espace et du temps et qu’elles participent de procédés d’écriture totalement différents, les notations relatives aux costumes régionaux jouent, dans le voyage romantique, un tout autre rôle que dans la littérature statisticienne. Inscrites dans une poétique de la spontanéité, de la discontinuité et du caprice, elles opposent aux descriptions départementales, tantôt le flou de notations impressionnistes uniquement destinées à suggérer l’atmosphère d’un lieu, tantôt le piquant d’une description destinée à exacerber le pittoresque d’un paysage ou d’une scène de genre. Toujours, elles visent à matérialiser dans la particularité locale l’analogie harmonieuse qui, pour les romantiques, fonde le rapport de l’homme à la nature, harmonie que seraient venu perturber la Révolution et la dynamique de progrès qu’elle a initiée.

Une fonction poétique

  • 29 Hugo V., Voyages, dans Œuvres complètes, Paris, Laffont, coll. « Bouquins », 1987, p. 699.
  • 30 Flaubert G., Voyages aux Pyrénées et en Corse, in Œuvres complètes, présentation et notes de Berna (...)

21À la différence du voyage d’enquête, le parcours sentimental s’inscrit dans une poétique de la spontanéité qui fait se succéder les impressions visuelles dans une apparente absence d’ordre. Surprise au détour du chemin, la rencontre fortuite avec l’autochtone participe de ce vagabondage convenu de l’esprit et de l’écriture. L’indication vestimentaire ne relève plus, dans ce cas, de la prétention ethnographique mais de l’artifice littéraire. Réduite à une fonction métonymique, la coiffure suffit à évoquer les figures de l’apparition subreptice : « Après Cuges, la route gravit des hauteurs assez âpres, écrit Victor Hugo. […] De temps en temps, on y rencontre une paysanne avec son vaste feutre noir, ou un gendarme à cheval, ou un mulet bâté, chargé de ballots, coiffé de grelots et de touffes de laine rouge29… » L’excursion hugolienne aux gorges d’Ollioules fixe, en 1839, une figure de style que reprend l’année suivante Flaubert lors de son voyage en Corse où, au revers d’un coteau, il voit sortir du bois une paysanne montée sur un petit cheval noir, coiffée d’un « grand chapeau de paille plat [qui] lui couvrait la tête et [dont] les jupes relevées en arrière par la croupe du cheval laissaient voir [les] pieds nus30 ».

  • 31 Flaubert G., Par les champs et par les grèves, ibid., p. 492.

22La spontanéité d’un genre qui emprunte à la promenade n’exclut cependant pas la tentation du tableau. On la trouve, chez Flaubert encore, dans les notes qui scandent la relation de son errance bretonne de 1847, quand la coiffe paysanne vient, en touches impressionnistes, cristalliser les souvenirs du voyage : « Carnac. […] Femme en casaquin rouge, nu-pieds avec son long bonnet qui volait au vent ; c’était vigoureux et hardi. » Puis, plus loin : « Froid des soirs d’été, crépuscule vert, bonnets se levant au vent31. »

  • 32 Flaubert G., Voyage aux Pyrénées et en Corse, op. cit., p. 426.
  • 33 « Les femmes sortent de leurs maisons blanches en robe noire avec un voile pour aller à la messe. (...)

23Ce pouvoir suggestif du détail isolé permet d’inscrire le costume dans les procédés d’exotisation du territoire national chers à la génération qui, à la suite de Théophile Gautier, invente la poétique de la demi-teinte. Accueillant à l’esprit des lieux, le voyageur romantique sent venir de loin la terre étrangère, le moment où la couleur du pays d’où l’on vient se teinte progressivement de celle du pays où l’on va. Dans cette progression chromatique, la vêture ou l’un de ses détails emblématiques – la coiffure, toujours – joue un rôle essentiel. En route pour les Pyrénées, Flaubert, en 1840, sent ainsi venir le Midi à la vue des « larges bonnets » des paysans des environs de Poitiers, impression confirmée par celle du « béret rouge des basques » dont sont coiffés les postillons de la région d’Angoulême32. C’est le voile noir dont les Biarrotes couvrent leurs cheveux pour se rendre à la messe du dimanche qui, en 1855, fait ressentir à Hyppolite Taine la proximité de l’Espagne33. C’est encore le port de la mantille par les habitantes de Saint-Sébastien qui fait prendre conscience à Hugo que le pays basque est l’antichambre de la péninsule Ibérique :

  • 34 Hugo V., op. cit., p. 780.

« On est à peine espagnol à Saint Sébastien ; on est basque […] Les femmes ont la mantille, mais elles n’ont pas la basquine, et encore cette mantille que les madrilènes portent avec tant de coquetterie et de grâce jusque sur les yeux, les guipuzcoanes la relèguent sur l’arrière sommet de la tête, ce qui ne les empêche pas d’ailleurs d’être très coquettes et très gracieuses34. »

Une fonction rétrospective

  • 35 Flaubert G., Par les champs et par les grèves, op. cit., p. 473.
  • 36 Nizard D., Souvenirs de voyage. France, Belgique, Prusse rhénane, Angleterre, [1838], Librairie no (...)

24Au fil de ces « sentiers vagabonds faits pour les pensées flâneuses et les causeries à arabesques » évoqués sur le mode de la dérision par Flaubert dans Par les champs et par les grèves35, le voyageur romantique entreprend une quête qui, pour avide qu’elle soit de découvertes déstabilisantes est d’abord un voyage intérieur destiné à le révéler à lui-même. La recherche de « l’impression immédiate et vive36 », l’affrontement à la sublime horreur, le ravissement devant l’infinie déclinaison des touches de couleur locale et la survivance d’archaïsmes notoires, témoignent d’un désir d’évasion du réel qui contribue à renforcer l’effet d’opposition avec le voyage d’enquête.

  • 37 Flaubert G., op. cit., p. 472.

25Les notations relatives aux costumes des autochtones relèvent de cette volonté de dépassement et d’inscription dans un univers où tout est autre : Flaubert et Maxime Du Camp partent ainsi au printemps 1847 « courir les champs pour […] écouter les oiseaux sous les arbres quand il a plu et pour voir, le dimanche, les paysannes sous le porche de l’église sortir de la messe avec leurs grands bonnets blancs et leurs grands jupons rouges37 ». Le voyage romantique est une évasion du réel. Il procède autant du désir d’échapper à soi-même et à la société que de l’attrait pour l’exotique, l’ailleurs et l’autrefois. En ce sens, il est quête d’altérité.

  • 38 Ibid., p. 511., col. 2.
  • 39 Ibid., p. 511, col. 1.

26L’autre du voyageur romantique est d’abord ce paysan que les observateurs moraux du début du siècle tentaient désespérément de faire entrer dans ce « catalogue du même » qu’était destinée à devenir la statistique départementale. Il va le chercher là où le préfet de l’Empire se désespérait de trouver encore autant de marques d’arriération et si peu de signes de conversion au progrès. Flaubert conseille ainsi d’éviter tout ce qui « rappelle les divisions par arrondissements, avec les grandes, moyennes, petites vicinalités, les comités d’instruction primaire, les caisses d’épargne, les conseils généraux et autres inventions modernes qui enlèvent toujours aux lieux qui en sont doués quelque peu de couleur locale pour le voyageur naïf qui la rêve38 ». De fuir les villes où « quoi que la langue persiste, le caractère s’efface, le costume national devient plus rare ». Et de se hâter, même, d’aller chercher ce dernier dans les campagnes où le refoulent déjà « l’envahissement du tailleur et de la couturière » et où, sous l’effet conjoint de la voiture de poste et du journal, l’habitant, progressivement, « se désembretonne39 ».

27Lors de son voyage en Corse de l’été 1840, dans le saisissement de l’apparition d’une paysanne à cheval, l’écrivain s’abandonne à une méditation sur les effets exercés par le temps sur ce qui reste d’une société et de paysages marqués au coin de l’archaïsme :

  • 40 Ibid., p. 449.

« Tout cela était si loin de la France, si loin du siècle, resté à une époque que nous vivons maintenant dans les livres, et je me demandais […] si après tout, quand on voyagera en diligence, quand il y aura au lieu de ces maisons délabrées des restaurants à la carte et quand tout ce pays pauvre sera devenu misérable grâce à la cupidité qu’on y introduira, si tout cela enfin vaudra bien mieux40. »

28Les paysans en costumes s’inscrivent dans un jeu de présence/absence au travers duquel s’exprime la déploration romantique des effets du progrès. Dans les Promenades qu’il effectue entre octobre 1803 et mars 1804 dans la Touraine qui se remet de la secousse révolutionnaire, Amans-Alexis Monteil se désole de ce que, dans les environs de Montbazon, « la proximité des fripiers et des tailleurs de Tours » le prive de la vision du costume traditionnel dont il donne, à cette occasion, une évocation en creux :

  • 41 Monteil A.-A., Promenades dans la Touraine, [1804], Paris, La Découverte, 2006 (reprint de l’éditi (...)

« Je n’y ai pas vu un aussi grand nombre de longs habits mélangés de gris et de bleu, à bouton de fil, à petit collet droit. Les femmes y ont une mise plus élégante ; on ne leur voit pas ces camisoles bleues ou bises dont la taille presque carrée est terminée en bas par une plissure massive et sans grâce. Leur cornette a meilleure façon. […] Jusqu’aux tabliers et aux bavettes dont la coupe est plus élégante41. »

29Suggérant l’idée d’une coïncidence entre le recul du costume tourangeau et l’évolution des mœurs, il fait allusion à la moindre robustesse de la constitution de la jeunesse locale, à l’air « plus éveillé » des jeunes gens et « moins embarrassé et moins timide » de celui des filles. Cette intuition d’une unité fondamentale entre la nature humaine et la marche de l’histoire synthétise la conception romantique de l’homme et la définition de son rapport au monde. Elle explique que les notations à caractère ethnographique exercent, aussi, dans le récit de voyage une fonction analogique.

Une fonction analogique

30La conviction de l’existence d’un lien direct entre l’environnement et le costume régional, qui s’enracine dans la culture d’un siècle marqué par la pensée néo-hippocratique, traverse les récits de voyage au moins jusqu’au milieu du siècle. En 1840, Hugo en a la fulgurante intuition sur le Rhin, qui écrit :

  • 42 Hugo V., op. cit.., p. 903.

« Le costume de l’homme ressemble au milieu dans lequel il est placé. Dans la Champagne pouilleuse où la campagne n’est qu’un rapiéçage hideux de guenilles rousses et grises, le costume du paysan n’est qu’un haillon de plus. […] Dans la Forêt Noire où tout est vie, végétation, ruissellement, parfum, pistil frémissant, corolle ouverte, pétale peinte, la paysanne est habillée comme une fleur, [le costume de l’homme, c’est une fleur de plus]42. »

  • 43 Gengembre G., Le romantisme, Paris, Ellipses, 1995, p. 25.
  • 44 Ibid., p. 126.

31Pour les romantiques, l’analogie harmonieuse matérialise et révèle l’unité profonde de la création43. En 1855, Hyppolite Taine, qui surprend les habitants des Eaux-Bonnes en costume de fête – « grand capuchon écarlate, corsage brodé, argenté à fleurs de soie violette ; châle jaune, à franges pendantes ; jupes noires plissée, serrée au corps ; guêtres de laine blanche… » – s’extasie devant l’accord profond ainsi révélé entre la nature et les peuples locaux : « Y a-t-il une chose ici qui ne soit en accord avec le reste, et dont le soleil, le climat, le sol, ne rende raison ? Ces gens sont poëtes [sic]. Pour avoir inventé ces habits splendides, il faut qu’ils aient été amoureux de la lumière. Jamais le soleil du Nord n’eût inspiré cette fête de couleurs ; leur costume est en harmonie avec leur ciel. » Et d’ajouter : « En Flandre, ils auraient l’air de saltimbanques ; ici ils sont aussi beaux que leur pays44. »

  • 45 Flaubert, Par les champs et par les grèves, op. cit., p. 492.
  • 46 Ibid., p. 499.

32La spécificité d’un costume régional, défini dans ses moindres détails de la coiffure aux souliers et distingué dans ses formes sexuées, est au cœur du tableau de la Bretagne que dresse en 1847 Gustave Flaubert. L’idée d’une homologie entre le caractère du lieu, la vêture et l’état d’esprit des autochtones le conduit ainsi à suivre les inflexions locales du costume régional breton d’un point à un autre de la province. À Carnac, il note que « depuis Sarzeau jusqu’ici, les femmes portent par-dessus un petit bonnet plissé une ample cape blanche très avançante comme celle des religieuses et retombant sur le dos45 ». Sur Belle-Isle, au Palais, que l’écrivain perçoit comme « une ville assez sotte qui transsude un ennui de garnison », il constate un affadissement de la particularité vestimentaire : « Ici, on ne voit plus les chapeaux de feutre noir du Morbihan. […] Les femmes n’ont pas ces grands bonnets blancs qui s’avancent devant leur visage. […] Leurs robes sont privées du large galon de velours appliqué sur l’épaule46… »

  • 47 Hugo A., Pyrénées, op. cit., p. 765.
  • 48 Hugo A., Alpes, op. cit., p. 662.

33Les voyageurs romantiques, cependant, sont écartelés entre deux tentations : faire, du costume, l’indicateur privilégié du degré de couleur locale dont les lieux sont dépositaires ou l’ériger en emblème de figures archétypales. La référence à une Antiquité mythique vient parfois court-circuiter l’effet de couleur locale. Ainsi Hugo attribue-t-il à la jeune fille entrevue à Bayonne « coiffée d’un madras thé à bordure verte » « un profil virgilien comme on rêve Amaryllis ou la Galatée qui s’enfuit vers les saules47 ». La paysanne rencontrée en septembre 1839 sur les pentes du Rigi lui semble une figure des Églogues de Virgile48. Flaubert peut à la fois suivre les infinies déclinaisons du costume breton et le figer soudain en attribut emblématique du travail paysan :

  • 49 Flaubert G, Par les champs et par les grèves, op. cit., p. 509.

« Ils étaient beaux ces hommes, beaux parce qu’ils étaient vrais et dans la simplicité de leurs costumes faits à leur taille, aptes à leurs corps, pliés selon le travail de leur vie, et dans la bonne foi de leur croyance qui s’exhalait à l’aise dans cette église faite pour elle, restes derniers d’une nationalité qui s’efface sans métamorphoses et disparaît sans transition, ainsi que les feuilles de l’if qui tombent sans jaunir49. »

  • 50 « Les hommes étaient debout, assis, à genoux, à toutes les places, dans tous les sens, comme ils a (...)

34Le costume fait partie d’un ensemble de signes par lequel l’autochtone révèle une aptitude à exprimer d’instinct le sens sacré et à s’inscrire dans une dimension d’éternité. Dans l’église Sainte-Croix de Quimperlé, où Flaubert saisit l’effort des corps paysans pour se plier aux postures du recueillement50, il devient, soudain, le symbole du temps arrêté :

  • 51 Ibid., p. 509.

« Avec leurs costume d’autrefois, leur antique visage et cette religion de leurs ancêtres, ils exhibaient ainsi les générations antérieures et semblaient à eux seul représenter toute leur race. C’est pour cela peut-être qu’ils avaient l’air si pleins et que chacun d’eux paraissait porter plus de choses qu’il n’y en a ordinairement dans un homme51. »

*

35Au terme de cette étude, deux questions méritent d’être posées. La première renvoie à la géographie de la particularité qui ressort de la confrontation des deux types de textes que nous avons ici mis en résonance. L’existence d’un costume clairement perçu comme le marqueur d’une particularité locale ne semble, au cours de la première moitié du siècle, perceptible qu’en certains points du territoire : la Bretagne, d’abord, où même l’observateur le plus acquis qui se puisse imaginer à la cause unificatrice en reconnaît l’infinie variété dès 1794 ; en Arles, où Lavallée le repère dès 1792. Mais aussi dans ces régions de montagne où le romantisme peut pousser à l’extrême sa théorie de l’unité du monde. La seconde nous ramène à la problématique même de ce colloque et nous conduit à nous demander dans quelle mesure ces différents procédés descriptifs de la particularité vestimentaire ont abouti, avant 1830, à un processus de patrimonialisation. L’enregistrement des costumes dans la mémoire des lieux suppose une recension systématique que, ni la statistique départementale qui n’a pas voulu les voir, ni le parcours sentimental qui n’était pas fait pour les compter, n’ont pu accomplir. Relégué dans l’antépénultième question de la dernière rubrique du Questionnaire de l’Académie celtique, noyé au milieu d’interrogations tous azimuts concernant les « autres croyances et superstitions » que l’on avait pas pu caser ailleurs, le costume paysan ne suscite, dans les réponses, qu’un intérêt modéré. Il ne reste apparemment, en ces trente premières années du siècle où s’invente la « France pittoresque et romantique », qu’un détail dans l’archéologie morale des campagnes qui s’amorce alors, une figure de la poétique de la promenade, un point d’ancrage de la théorie des souvenirs de voyage.

Notes

1 Sur les représentations du territoire à l’œuvre dans la littérature statisticienne, on se reportera à l’ouvrage fondamental de Marie-Noëlle Bourguet, Déchiffrer la France. La statistique et France à l’époque napoléonienne, Paris, éd. des Archives contemporaines, 1989.

2 Sur le voyage romantique, on se reportera surtout à Voyager en France au temps du romantisme, poétique, esthétique, idéologie, textes réunis par Alain Guyot et Chantal Massol, Grenoble, Ellug, 2003.

3 Bourguet M.-N., op. cit., p. 249.

4 « On peut, écrit Abel Hugo dans son Prospectus, réduire à de justes proportions la description d’un département, et offrir au public que ce qui est vraiment curieux et utile : c’est à ce plan que je me suis arrêté » (France pittoresque ou description pittoresque, topographique et statistique des départements et colonies de la France par Abel Hugo, tome premier, Paris, Deloye, 1835, p. I).

5 Cité dans Margairaz D., François de Neufchâteau. Biographie intellectuelle, Publications de la Sorbonne, 2005 p. 261 d’après circulaire du 20 floréal an VII, Archives parlementaires. Recueil complet des débats législatifs et politiques des Chambres françaises, première partie, t. 2, p. 203.

6 Il n’est d’ailleurs pas inutile de rappeler ici que l’idée initiale de François de Neufchâteau avait été, dès l’an VI, d’encourager la rédaction de descriptions abrégées des départements, en dehors même de toute préoccupation statisticienne au plein sens du terme (voir, à ce sujet Perrot J.-C., L’âge d’or de la statistique régionale française, an IV-1804, Société des études robespierristes, 1977, p. 236-237 et Margairaz D., op. cit., p. 260).

7 Archives parlementaires, op. cit., t. 2, p. 204.

8 Lavallée J. et Brion de la Tour L., Voyages dans les départements de la France, Paris, Brion, 1792-1802, département de l’Aube, 1792, p. 7.

9 Ibid., Calvados, p. 8.

10 Ibid., Bouches-du-Rhône, p. 19.

11 Cambry J., Voyage dans le Finistère ou état de ce département en 1794 et 1795, Imprimerie-Librairie du cercle Social, an VII, t. I, p. 60.

12 Ibid., p. 50.

13 Ibid., p. 10.

14 Ibid., p. 67.

15 Ibid., p. 114.

16 Ibid., p. 237.

17 De Verneilh, Statistique du département du Mont-Blanc, Testu, 1807, p. 290.

18 Description du département de l’Aveiron par Amans-Alexis Monteil, Rodez, Carrer, an X, seconde partie, p. 11-12.

19 De Verneilh, op. cit., p. 290.

20 Monteil A.-A., op. cit., p. 32.

21 Cambry J., op. cit., t. I, p. 76.

22 De Verneilh, op. cit., p. 289.

23 Ibid., p. 289.

24 Monteil, op. cit., p. 11.

25 Lavallée, op. cit., p. 19.

26 Hugo A., op. cit., Bouches-du-Rhône, p. 210.

27 Ibid., Creuse, p. 299.

28 Ibid., Bouches-du-Rhône, p. 211.

29 Hugo V., Voyages, dans Œuvres complètes, Paris, Laffont, coll. « Bouquins », 1987, p. 699.

30 Flaubert G., Voyages aux Pyrénées et en Corse, in Œuvres complètes, présentation et notes de Bernard Masson, Paris, Seuil, 1964, t. II, p. 443.

31 Flaubert G., Par les champs et par les grèves, ibid., p. 492.

32 Flaubert G., Voyage aux Pyrénées et en Corse, op. cit., p. 426.

33 « Les femmes sortent de leurs maisons blanches en robe noire avec un voile pour aller à la messe. Cette sombre couleur annonce l’Espagne » (Taine H., Voyage aux Pyrénées, op. cit., p. 11).

34 Hugo V., op. cit., p. 780.

35 Flaubert G., Par les champs et par les grèves, op. cit., p. 473.

36 Nizard D., Souvenirs de voyage. France, Belgique, Prusse rhénane, Angleterre, [1838], Librairie nouvelle, 1864 (2e éd.), p. II.

37 Flaubert G., op. cit., p. 472.

38 Ibid., p. 511., col. 2.

39 Ibid., p. 511, col. 1.

40 Ibid., p. 449.

41 Monteil A.-A., Promenades dans la Touraine, [1804], Paris, La Découverte, 2006 (reprint de l’édition de 1861), p. 116-117.

42 Hugo V., op. cit.., p. 903.

43 Gengembre G., Le romantisme, Paris, Ellipses, 1995, p. 25.

44 Ibid., p. 126.

45 Flaubert, Par les champs et par les grèves, op. cit., p. 492.

46 Ibid., p. 499.

47 Hugo A., Pyrénées, op. cit., p. 765.

48 Hugo A., Alpes, op. cit., p. 662.

49 Flaubert G, Par les champs et par les grèves, op. cit., p. 509.

50 « Les hommes étaient debout, assis, à genoux, à toutes les places, dans tous les sens, comme ils avaient pu se mettre ou comme la fantaisie les en avait pris ; ils ne semblaient cependant ni contraints ni distraits, on sentait au contraire qu’ils existaient là comme chez eux, chacun s’isolant dans la solitude de son recueillement ou se réchauffant à l’âme de ses frères, et les attitudes de leurs corps étaient nonchalantes ou majestueuses, selon sans doute leurs lassitudes ou leurs redressements intérieurs » (ibid., p. 509).

51 Ibid., p. 509.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540