Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les costumes régionaux

 | 
Jean-Pierre Lethuillier

Préface. Traditions et inventions, les costumes régionaux

Daniel Roche

Texte intégral

1Dans les années soixante-dix et quatre-vingt du siècle dernier, chercheurs et amateurs de l’histoire du vêtement n’avaient pas à lire grand-chose de neuf. Quicherat, Racinet, Boucher livraient une information admise, les conservateurs des musées spécialisés heureusement conservaient, les collectionneurs collectionnaient, les historiens lisaient Braudel sans trop en tirer immédiatement les conséquences qui s’imposaient : replacer les comportements vestimentaires dans les contextes matériels et intellectuels de leur production et de leur consommation et, nécessairement, redéfinir ce qu’ils entendaient par la vie quotidienne. Dans les décennies suivantes, une fois encore, le dialogue interdisciplinaire a entraîné un changement d’attitude et déplacé les interrogations. Le costume régional jusque-là confondu dans l’imprécise définition des habitudes populaires – il en allait du vêtir comme du lire –, proposé à l’admiration ambiguë des amateurs du folklore et de ses richesses esthétiques, commençait à poser un problème à ceux qui s’interrogeaient sur la Culture des apparences et sur son histoire. Philippe Perrot, avec Les dessus et les dessous de la bourgeoisie, traçait en ce domaine une voie nouvelle. Lecteur de Roland Barthes, il appelait à comprendre la différence et l’identité dans les rapports vestimentaires à partir du moment où l’essor de l’industrie textile, le développement du marché de la confection, l’impact des grands magasins tendent à l’uniformisation des apparences due à l’accélération, à tous les mouvements qui se dessinaient clairement dans le creuset de la capitale. En 1982-1983, un colloque organisé par les anthropologues avec Yves Delaporte, rassemblait historiens, sociologues, ethnologues et donnait un premier écho au renouvellement des manières de voir.

2Nicole Pellegrin dans sa communication, Ordre et désordre des images, les représentations et les classifications des costumes régionaux d’Ancien Régime replaçait le questionnaire par rapport à l’analyse des systèmes vestimentaires, manières propres de se vêtir des groupes sociaux dans l’histoire, dans la géographie des provinces, confrontant l’agencement des pièces que dirigent des relations d’exclusion ou de tolérance, des façons de mode, à la dynamique diverse des composantes liées à la vie individuelle et sociale de chaque élément qui peut avec le temps changer de fonction ou de signification. Protection, parure, interdit, pudeur, forces de la distinction sociale, intensité de la pulsion des modes posaient, partout, en ville et en campagne, dans la capitale comme dans les provinces, des interrogations à leur documentation.

3Les travaux initiés à Rennes par Jean-Pierre Lethuillier à travers journées d’études, séminaires, cours, expositions, colloques, révèlent pleinement le chemin parcouru. Ils reposent sur la volonté de discussion entre les disciplines, ils reconnaissent leur dette envers l’apport de l’anthropologie et de la psychanalyse, ils assument pleinement le risque d’une histoire consciente du lien changeant qui s’établit entre la différenciation vestimentaire constante et la distinction sociale variable quand les conditions historiques changent elles aussi. Ils arrivent aussi à leur heure pour prouver la présence de la recherche française à un moment où le panorama mondial est fortement dominé par l’édition et le travail du monde anglo-saxon. On en prend conscience à la lecture du catalogue de l’éditeur Berg, actuellement sans doute le plus spécialisé à l’échelle internationale : Fashion Catalogue 2009. Essentiel pour l’information sur la mode et son histoire, indispensable pour avoir accès aux ouvrages consacrés à la pédagogie, à l’histoire du XXe siècle, aux références méthodologiques fondamentales, à l’histoire des techniques, des styles, des métiers, on est surpris d’y voir combien peu d’ouvrages remontent en amont du XIXe siècle et échappent à la domination d’une histoire culturelle plus sensible aux représentations et aux textes qu’à l’histoire sociale et aux archives matérielles et écrites. Si ces publications apportent beaucoup d’un point de vue de la conception des genres, des styles, des jeux formels, des modes et souvent des transferts culturels, elles livrent moins quant à la sociologie historique de la culture matérielle ancienne. Fashion Critical and Primary Sources, publié cette année en souscription, pour 895 livres, propose à lire une histoire des différentes manières d’écrire l’histoire du changement vestimentaire dans le monde, en quatre volumes du Moyen Âge au XXe siècle, rassemblant textes et études théoriques, exemples de la pratique historique mondialisée. Aucun doute à avoir, le travail de Jean-Pierre Lethuillier et de ses coéquipiers devrait y prendre place pour équilibrer le panorama de l’approche historienne contemporaine. Ce serait rendre justice à la manière de déblocage d’un sujet majeur de l’histoire des manières de vivre, des choses banales en société qu’ils nous donnent à lire aujourd’hui.

4Ressort majeur de cette entreprise, animant directement toute une partie du recueil consacrée aux sources anciennes et modernes, mobilisé dans la plupart des textes, la question documentaire est exactement posée, entre la dynamique d’une histoire de l’objet lui-même et celle des observateurs du costume, historiens d’hier, conservateurs d’hier, amateurs d’hier et analystes ou médiateurs, spécialistes d’aujourd’hui. La vie d’abord, l’histoire du costume régional ensuite, sont faites de ce dialogue entamé depuis longtemps entre les auteurs de toute espèce ; voyageurs, littérateurs, enquêteurs, collectionneurs, premiers érudits des sociétés académiques et savantes, et la population des utilisateurs moins soucieux de patrimonialisation que d’instrumentalisation. L’histoire vivante du costume régional est issue de ce mélange où ceux qui ont porté les costumes sont des acteurs incertains, et ceux qui les regardent des témoins sûrs de leur valeur et de leurs fins, scientifiques, politiques, voire commerciales, quand le tourisme mobilise tous les ingrédients de l’intérêt. Ce mouvement que l’on voit s’amplifier au temps du romantisme avec les voyageurs affamés de pittoresque que Stendhal remet à leur place dans les Mémoires d’un touriste, construit, invente une tradition en donnant au costume régional le statut d’un objet intemporel, et tiraille observateurs et collectionneurs entre la curiosité et le mépris. L’intérêt sélectif l’emportera pour le meilleur et pour le pire, quand le mouvement régionaliste découvre l’importance politique du folklore.

5Dans quelques provinces privilégiées, Bretagne, Provence, Normandie, Alsace, le mouvement de découverte diffusée par les récits, par les recueils d’images, par les romanciers et les peintres, s’accélère dans l’enquête, dans la volonté de sauvegarder et de faire connaître, classer et analyser. L’histoire de l’ethnographie vestimentaire de l’Alsace ou de la Bretagne montre ce qu’elle doit à la passion des amateurs et ce qu’elle enclenche dans la patrimonialisation même. La reconstruction du costume fait alors partie de la publicité des identités locales. Celles-ci dépendent de la médiation technique et de l’histoire des communications, celles des circulations, celles des échanges touristiques, celles des métiers du livre et de l’image, celles de la lithographie qui élargit la diffusion des observations, celles des cartes postales, celles des affiches. À chaque étape, avec chaque médium, c’est un niveau d’abstraction, de simplification et en même temps de mise en scène qui apparaît et élargit le cercle de l’interrogation. La chanson ou la danse, l’analyse documentaire et la pratique festive entraînent de nouvelles questions, révélant aux acteurs les limites de l’authenticité, la permanence des conventions et la nécessité d’en apprendre les codes pour donner au spectacle le style de sa vérité probable.

6De la même manière, la gestion des collections, leur fragilité face au temps, entraînent le décryptage des façons de faire, une ethno-technologie du minuscule, qui restitue les données matérielles des costumes et de leurs utilisations. Reconstituer les costumes menacés, ainsi en Bourgogne, permet de penser le costume régional dans ses fonctions, son histoire et l’attente d’un public soucieux de s’instruire ou préoccupé de renouveler son inspiration formelle au plus haut niveau de la création de mode. L’imaginaire du costume régional construit la réalité d’un rapport matériel et intellectuel. Elle est faite de la capacité des classes populaires à organiser des manières de vie et de rêve, elle est faite aussi de la force d’appropriation des détails qui, pièces de vêtement, formes, couleurs, motifs du décor, vont traduire les codes locaux de reconnaissance. Les exemples proposés sur la broderie, la dentelle, la coiffe, valorisent par l’analyse économique et sociale la production des choses, le rôle que la publicité, l’affiche, ont conféré aux représentations régionales stéréotypées dès la fin du XIXe siècle.

7Les vieux paysans de Provence disaient en regardant les exhibitions des Félibriges Tuttu, PanPan, Felibre, galéjades. C’est peut-être qu’ils avaient pleinement conscience de la limite d’authenticité franchie par le mouvement régionaliste. C’est à mes yeux l’un des intérêts des communications qui l’évoquent que de dévoiler en clair le sens politique de l’invention du costume régional. Elle pose à tous la question de l’identité locale telle que nous l’a léguée le XIXe siècle. Elle coïncide avec une patrimonialisation générale des composantes culturelles, monuments, mobiliers, costumes, et met à jour dans les intentions muséales et celles des collectionneurs, la volonté de sauver et apprivoiser des manifestations d’une culture supposée menacée et parfois menaçante dans sa différence. C’est le fondement d’une archéologie morale des provinces qui a toute sa place dans la constitution de l’identité nationale. Elle postule un ordre éternel des champs qui est opposé à l’évolution redoutée depuis longtemps des villes et des populations ouvrières. Avec plus ou moins d’intensité et de clarté, c’est aussi la proclamation d’un double attachement, celui qui lie les notables nouveaux des sociétés démocratiques aux temps anciens de la société organique des ordres, celui qui imagine une société plus riche et plus cohérente dans le passé disparu. Pour le dire vite, c’est un conservatisme français qui se nourrit dans la patrimonialisation du costume, témoin des origines mythiques régionales. De la Ligue des Patriotes à l’affirmation théâtrale parisienne, de Botrel à Pétain, traditions, visage de la France, authenticité emportent le discours identitaire et fournissent les ingrédients d’une utilisation festive des costumes. À revoir les bandes d’actualités projetées entre 1940 et 1944, on comprend aisément comment la Révolution nationale a eu besoin du costume régional. Les costumes régionaux sont le produit de ces multiples sociabilités qui enchaînent leurs effets, dont les moindres ont été de nourrir une conscience régionaliste ambiguë, partagée entre la volonté de sauver et moderniser les manifestations d’un régionalisme de la différence où l’entreprise anthropologique va interroger l’exemplarité, et la différence, et dont les pires ont été lancés dans une régionalisation instrumentale qui va en politiser les manifestations ou en commercialiser les effets.

8Les Costumes régionaux donnent ainsi à voir les vraies et les fausses continuités, les vraies et les fausses ruptures dans l’histoire des apparences locales comme l’avait enseigné à lire Jean Cuisenier dans L’art populaire en France, dès 1975. Les historiens d’aujourd’hui mettent en évidence la vraie continuité d’un intérêt saisi à travers ces multiples manifestations qui peuvent toutes révéler un aspect de l’évolution des coutumes et des costumes. Ils invitent à la vigilance par l’information et par l’interrogation des traditions. Ils montrent aussi que la création authentique de notre temps, celle qui inspire en ce domaine de vrais artistes-artisans, doit intégrer la sensibilité historique dans ses productions identitaires déco ratives. Ils donnent enfin matière à réflexion sur tous les usages qui nous paraissent familiers du matériau vestimentaire, la typographie, la bande dessinée – que l’on songe à Joseph Pinchon et à Bécassine dès 1905 –, le cinéma, et disent comment une simplification, un stéréotype, ont une valeur pour interroger les variations plastiques de formes plus authentiques.

9Le rapport au temps qui supporte la pertinence de l’étude des apparences régionales s’établit dans ce sens à deux niveaux. Il semble désormais acquis que l’identification de quelques types de costumes régionaux, valable pour des régions bien précises, soit un fait de modernité et d’ouverture. Ils se laissent voir à la fin du XVIIIe siècle et ils s’accentuent au XIXe siècle quand l’opposition de l’urbanité et du rural, de l’instabilité et de la tradition pérenne, de l’indivisibilité et de la diversité admissible s’accuse. Des modes provinciales se dévoilent alors dans la nouveauté des pratiques, dans le choix des motifs, des pièces qui peuvent venir d’ailleurs. Des poussées nationalistes tendues entre nostalgies et revendications peuvent entretenir ces mouvements, on le voit en France aux frontières de l’Est, on le retrouve du XIXe siècle au XXe siècle en Méditerranée ou en Europe orientale. C’est une forme de comportement qui perdure, on le voit encore au Québec, certainement parce qu’elle sait utiliser avec profit le deuxième niveau temporel où se donne à lire l’usage des vêtements provinciaux, celui des cycles de vie et des fêtes qui en marquent les moments forts, celui des conjonctures civiques et sociales des commémorations, qui en mobilisent le spectacle. Là se sont dévoilées les modes locales, qu’on songe aux grands pardons du Léon, qu’on pense aux rassemblements provençaux ou berrichons, aux fêtes alsaciennes, partout ces événements dévoilent un rapport au passé, suggérant ainsi une identité.

10La force de la relation costumière est ainsi directement associée à des espaces précis et la communauté est d’abord celle des pays, des bourgs, des paroisses, soit toujours un ensemble géographique localement maîtrisé, et que définit le réseau des habitudes démographiques et des relations proches, d’échange, les brassages anciens conflictuels, souvent relationnels plus encore. Ce modèle conquiert d’abord les élites qui se distinguent dans les manifestations où dès le XVIIIe siècle les prédicateurs dénoncent le danger de la coquetterie et des colifichets. L’histoire régionale du costume ouvre ainsi un chapitre inédit de celle des mobilités et des transferts. Haut lieu de la découverte élitiste des coutumes et de l’exotisme provincial, valeur-refuge de l’exaltation passéiste patrimoniale ou politique, c’est aussi la pierre de touche des mouvements les plus divers où le commerce et l’économie artisanale et manufacturière retrouvent toute leur importance. Ils entraînent des savoirs techniques locaux, ils diffusent habitudes textiles locales et confrontation aux manières étrangères. Les inventaires de Landerneau, le rôle de la Compagnie des Indes, la généralisation des productions types comme les coiffes ou les broderies lorraines ou tourangelles, montrent que l’ouverture fait autant le régional que le cloisonnement, que les procédures de la proto-industrialisation et le rôle du commerce local ou du colportage ont été des mécanismes efficaces. Le monde du costume régional n’a jamais été un monde totalement distinct et entièrement immobile. Il est profondément lié au marché des biens culturels et à celui de ses mécanismes distinctifs.

11C’est pourquoi il faut souligner tout ce que les participants à l’enquête suggèrent et précisent en ce domaine. L’offre des costumes suppose une transmission et un renouvellement des savoirs techniques où interviennent différents niveaux de production, de la fabrication domestique à l’atelier et à la fabrique. Comme l’ont noté les ethnologues, les conditions de travail correspondent à une structure d’ordre qui repose sur la relation familiale et hiérarchique, facteur d’inertie et source de difficultés à intégrer les savoirs nouveaux venus souvent de l’extérieur, que l’on songe pour d’autres domaines aux pérégrinations de l’étaminier Simon ou du vitrier Ménétra. Mais l’atelier artisanal n’est toutefois pas fermé sur lui-même, et incapable d’innovation, car il est sensible à l’attente de la demande, ou de la commande, qui apparaît dans les pratiques liant le costume local à l’organisation des fêtes et aux rituels sociaux et civiques. Le costume régional s’affiche dans les foires et parfois devient un élément d’unité générationnelle comme dans les fêtes de conscrits quand la loi établit le tirage au sort ou instaure le conseil de révision. Les conditions de la production et de la demande ont certainement longtemps favorisé la stabilité des formes, mais leur mutation apparaît très tôt avec les matières nouvelles que font circuler les réseaux d’échanges. Ils peuvent inverser les effets de mode qui percolent alors des habitudes populaires aux pratiques des élites, l’anglophilie diffuse le kilt, le canotage les habits du marin, le sport les tenues recherchées. Le rôle de la pacotille du matelot met en valeur cette fonction des intermédiaires au même titre que celle des colporteurs et des artisans nomades qui circulent partout au XVIIIe et au XIXe siècle. Ils entretiennent l’interrogation novatrice où une part des costumiers régionaux trouvent leur inspiration. Ils compliquent la relation traditionnelle où le producteur et le consommateur se font face, le tailleur, plus tard la couturière, les lingères, les chapeliers, en ajustant la proposition des uns et des autres, en accélérant en même temps la diffusion des instruments et des moyens par lesquels se modifient les détails significatifs, les images du monde extérieur, l’invitation au changement par le vu, le miroir. Le colportage modifie le jeu subtil des apparences à l’instar du Mont-de-Piété d’Avignon où l’on voit, grâce à Madeleine Ferrières, les tissus se renouveler, les formes changer, les coupes se transformer, et où indiennes et piqués, couleurs et accessoires esquissent dès le XVIIe siècle les traits caractéristiques du costume provençal féminin, un nouveau style vestimentaire.

12En façonnant des identités collectives reconnaissables, le vêtement régional a tout autant contribué aux manifestations hiérarchiques de la distinction sociale, qu’à la capacité de la fabrication de soi. On voit ainsi comment, à différents niveaux, se fait la lecture compréhensive pour tous de ces différenciations de la richesse et du goût, les mécanismes de l’appropriation locale et des contraintes de la réalité. Les rangs de la société alsacienne, bretonne, provençale peuvent apparaître à certains moments aussi fixés que ceux des couches citadines ou aristocratiques, même s’ils ne sont pas aussi figés et stabilisés que le suggèrent les observateurs. Le jeu personnel ou collectif peut intervenir comme le montrent les effets d’imitation dans des populations précises, la classe d’âge, le groupement professionnel ou associatif. La redécouverte du costume régional a été profondément associative, son histoire repose sur une sociabilité.

13Voici donc un travail collectif caractéristique sur deux points : les pays, les régions existent, mais d’une manière différente quant à leur mobilisation savante et à leur façon de démontrer la diversité du paraître local ; les auteurs sont entraînés par le renouvellement de la réflexion, par l’apport croisé de différentes disciplines avec plus ou moins de force, mais aussi désignés par un intérêt sexualisé. La première interrogation renvoie à la concentration toujours affirmée de la fabrique provinciale des apparences : un quatuor solide domine avec la Bretagne, la Provence, l’Alsace et la Normandie que suivent des études locales plus dispersées, dont le Berry, le Lyonnais, la Bourgogne, les pays de la Loire, la Lorraine, voire l’Île-de-France. D’un espace à l’autre, la cohérence du costume et sa continuité ne sont pas les mêmes, il y a des régions plus régionales que d’autres, filles d’une conscience identitaire liée à l’histoire et à la géographie, à la mesure de la différence de l’altérité, dictée par une conscience différente de l’influence des lieux et le choix offert par la gamme des particularités locales. On y enregistre plus vivement le dilemme du progrès et de la tradition, le rapport entre le centre et la périphérie. Paris fait les régions comme celles-ci font la capitale, le mouvement des hommes accompagne celui des choses et des idées, l’histoire des costumes régionaux est alors inséparable de celle des relations de fidélité et d’hostilité qui ont construit le territoire national principalement après la Révolution française. Avant et après, la façon de penser et de voir les différences n’est plus la même. Quant à la seconde question, elle naît du constat que, sur les quarante-six textes rassemblés, sept seulement sont le fait d’auteurs masculins. Nous voilà replacés autrement au cœur de la culture des apparences, on sait le rôle qu’y jouent les femmes, de la production textile à la couture, de la confection à la consommation ordinaire et à la mode. Si, comme le rappelle Françoise Frontisi-Ducroux dans Ouvrages de dames, les femmes depuis l’Antiquité sont programmées pour ses travaux vestimentaires et que leur valeur, en plus de la beauté, se mesure leur adresse dans ses beaux travaux, on peut dire que le bonheur du lecteur et son enrichissement tiennent certainement à cette dimension spécifique de la création historique.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540