Version classiqueVersion mobile

Médecine et hôpitaux en Anjou

 | 
Jacques-Guy Petit
, 
Jean-Paul Saint-André

Troisième partie. Aspects sociaux et politiques

La féminisation des études et de l’exercice de la médecine à Angers, de 1898 à nos jours

Christine Bard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La féminisation de la médecine française suscite peu de commentaires dans les médias, dans les instances de décision et de régulation de la profession et dans les travaux de recherche. L’universalisme républicain conduit en effet à négliger la variable de la différence de sexes. Et puis, si les femmes sont aujourd’hui plus nombreuses que les hommes dans les facultés à réussir des concours difficiles, n’est-ce pas parce qu’elles se montrent meilleures ? La méritocratie coupe court au débat. L’approche sexuée, quand elle est suggérée aux actrices et acteurs du monde médical, dans le cadre d’interviews, ouvre vite la porte aux vieux préjugés, qu’ils soient misogynes ou philogynes, renvoyant tous à des caractéristiques qualités pensées comme innées. Les rares débats sur la féminisation aboutissent à des conclusions contradictoires : vision pessimiste de ceux qui y voient une dévalorisation de la profession1 ou, constat optimiste d’un simple « rattrapage » historique, qui apporte de surc...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search