Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médecine et hôpitaux en Anjou

 | 
Jacques-Guy Petit
, 
Jean-Paul Saint-André

Deuxième partie. Enseignement de la médecine et grandes figures médicales

L’École de médecine, chirurgie et pharmacie d’Angers au début du XIXe siècle

Jacques-Guy Petit

Texte intégral

  • 1 Nous avons repris l’analyse de toutes les archives disponibles. Voir aussi Supiot S., L’École de m (...)

1Supprimée par la Révolution, la faculté de médecine d’Angers commence à revivre en 1807 comme « cours d’instruction médicale », mais le renouveau de l’enseignement médical en Anjou avait commencé dès 1795. Après les difficultés révolutionnaires, comment s’est organisée l’École de médecine et quelle fut la qualité de sa formation1 ?

Les incertitudes révolutionnaires

  • 2 Faure O., Histoire sociale de la médecine (XVIIIe-XXe siècles), Anthropos, 1994, p. 60-65.
  • 3 Archives départementales de Maine-et-Loire (ADML), 1 L 934/2, Rapport du 26 février 1791.
  • 4 ADML. 1 L 933, Lettre de Guillotin, 17 août 1791 et Rapport de Guérin, 17 septembre 1791.

2Pendant la Constituante, les comités de mendicité et de santé préparent la réforme des études médicales proposée par Vicq d’Azyr suivant les acquis des Lumières : fusion de la médecine et de la chirurgie, création de quatre écoles de santé pour former à la clinique, développement des secours à domicile et création de médecins cantonaux2. Ce projet de l’été 1791 s’accompagnait d’une enquête nationale sur les facultés de médecine. Michel Chevreul, docteur en médecine et maître chirurgien, dresse ainsi pour le directoire du département, en février 1791, le tableau de l’enseignement médical et de la pratique en Anjou : en dehors d’Angers (8 docteurs en médecine, 15 chirurgiens et 9 pharmaciens), les campagnes de Maine-et-Loire ne disposent que de deux médecins et de 40 chirurgiens. Il réclame la réunion de la médecine et de la chirurgie, les deux arts de guérir3. En septembre, Guérin, autre professeur de la faculté, rédige un rapport cosigné par ses collègues : Tessié (doyen), Berger, Choudieu et Pantin. Le chiffre de 15 à 20 étudiants qu’il avance montre que l’ancienne faculté a perdu de sa superbe4.

  • 5 Rapport du 7 frimaire an III, p. 3.
  • 6 Foucault M., Naissance de la clinique, PUF, 1988, p. 69-72 (1re édition, 1963) et Faure O., op. ci (...)

3Au nom de la liberté d’entreprendre (loi d’Allarde en mars 1790 puis Le Chapelier en juin 1791) et avec la volonté de détruire les privilèges et monopoles de l’Ancien Régime, les assemblée révolutionnaires suppriment les corporations, puis les académies en novembre 1792 et en août 1793, enfin les collèges et facultés en septembre 1793. Cette destruction de l’ancien régime médical est aggravée par la perte des propriétés des hôpitaux devenus biens nationaux et elle laisse provisoirement la place au libre exercice de la médecine moyennant patente. Cette table rase prépare le nouveau système élaboré un an plus tard par la Convention et décrété le 4 décembre 1794, à l’instigation du médecin député Antoine F. Fourcroy. Dans son rapport préalable, celui-ci considérait que la suppression des anciennes facultés permettait une réforme en profondeur de l’art de guérir dont la pratique devait se baser sur « l’observation au lit des malades5 ». Trois écoles de santé (écoles de médecine en 1795, puis facultés en 1808) sont créées à Paris, Montpellier et Strasbourg, pour former des médecins, alors appelés officiers de santé, pour toute la France, chaque district devant envoyer un élève. Leur programme de trois ans est novateur, insistant sur la pratique, l’anatomie pathologique (illustrée à Paris par Bichat), de même que sur un approfondissement théorique et sur les sciences expérimentales (botanique et physique). Michel Foucault discerne ici la véritable naissance de la clinique moderne6.

  • 7 Boquel A., La Faculté de médecine de l’Université d’Angers, 1433-1792. Son évolution au cours des (...)
  • 8 Chassagneserge, in Lebrun F., Histoire d’Angers, Toulouse, Privat, 1975, p. 164 et Port C., Dictio (...)

4Les années 1792-1794 furent particulièrement difficiles dans un Anjou très marqué par la contre-révolution vendéenne. Fin 1792-début 1793, quand la faculté de médecine disparaît, dernière des facultés de l’ancienne université7, c’est un des anciens docteurs-régents, Charles-Jacques Berger, qui accepte courageusement de devenir maire de la ville d’Angers au sortir des élections municipales de décembre 1792. C’est la première fois qu’un membre de la moyenne bourgeoisie accède à cette charge8.

  • 9 Bibliothèque municipale d’Angers (BMA), manuscrit 1159, médecine et hospices, folio 141 (réclamati (...)
  • 10 ADML. 1 L 934/2, Lettre des chirurgiens aux administrateurs du département de M-L, 16 décembre 179 (...)
  • 11 ADML. 1 L 934, Lettre du ministère de l’Intérieur aux administrateurs du département, 19 pluviôse (...)

5L’enseignement de la médecine et de la chirurgie s’est-il maintenu à Angers pendant la Convention et le Directoire ? Pour la pratique, le service médical et chirurgical dans les hospices, malgré l’afflux des blessés et la perte de revenus des hôpitaux, la réponse ne fait pas de doute. Guérin et Esnault effectuent toujours leur service à l’hospice civil et militaire (l’hôpital Saint-Jean, l’ancien hôtel-Dieu plus, pendant la guerre de Vendée, le Ronceray)9. Dès décembre 1792, il est décidé que « serait continué le lieu des écoles de chirurgie », dans l’amphithéâtre Saint Côme, près l’Esvière10. La demande émane surtout des étudiants employés dans les hospices qui s’adressent chaque année au département pour obtenir des cours gratuits et donc une rémunération pour leurs professeurs. Les administrateurs du département établissent dans l’ancienne abbaye Saint-Serge, le 24 décembre 1795, « un cours gratuit et public, d’anatomie, d’opérations et d’accouchement », avec trois professeurs (Chevreul, Mirault et Garnier), deux d’entre eux se partageant la somme annuelle de 1 200 F. Mais le ministre de l’Intérieur refuse de sanctionner cette décision : la République ayant établi trois écoles centrales de médecine, il ne peut autoriser d’autres écoles spéciales de santé à la charge des fonds publics. Il conseille aux étudiants d’obtenir que les officiers de santé à la tête de l’hospice leur donnent, gratuitement et sans reconnaissance officielle, les enseignements nécessaires11.

  • 12 Ibid. Lettre de Chevreul aux administrateurs du département, 9 messidor an IV (27 juin 1796).
  • 13 ADML. 5 L 31. Lettre des administrateurs du département de M-L au district de Cholet, 22 nivôse an (...)

6Depuis la suppression de la faculté, les enseignements théorique et surtout pratique ont donc continué pour les étudiants qui assistent les médecins des hôpitaux d’Angers. De même, Chevreul semble avoir continué de donner son cours d’accouchement jusqu’en 1795, dans un amphithéâtre construit par le département12. De plus, à partir de 1795, le Maine-et-Loire envoie à l’École de Paris, selon les dispositions de la loi de frimaire an III, un élève par district pour devenir officier de santé, âgé de 16 à 30 ans et choisi par un jury de deux médecins et un citoyen. Il s’agit de former rapidement des officiers de santé pour les armées et les départements, de lutter contre le charlatanisme et de régénérer l’art de guérir. Ces élèves peuvent être déjà officiers de santé, ou avoir étudié dans les anciennes facultés ou avoir reçu une formation en hôpital13.

  • 14 Rapport de J.-M. Calès sur les Écoles spéciales de Santé, 12 prairial an V. Voir Foucault M., op. (...)

7Cependant, à la fin de la Convention et surtout pendant le Directoire, les représentants des départements, faisant remonter les doléances locales, remettent en cause la trop grande centralisation des écoles de santé et ils plaident pour la création d’autres écoles, mieux réparties sur l’ensemble du territoire. En 1796-1798, les rapports se succèdent au Conseil des Anciens et aux Cinq-Cents sur les écoles de médecine et sur la profession médicale. Début juin 1796, le projet de Calès, soutenu par des députés médecins comme Baraillon et Vitet, préconise cinq écoles spéciales de santé : à Paris, Montpellier, Nancy, Bruxelles et Angers14. Pendant quelque temps, par sa situation géographique, Angers semble avoir une bonne chance d’obtenir un enseignement supérieur médical complet.

  • 15 ADML. 1 L 933. Pétition des élèves en chirurgie, 22 vendémiaire an V ; Lettre de Vallée, secrétair (...)
  • 16 ADML. 1 L 933, Mamert-Couillon aux administrateurs du département de M-L, 14 brumaire an V. Victor (...)

8Ce projet est porté localement par les officiers de santé et les édiles et surtout, le 13 octobre 1796, par les élèves de « l’École de médecine et de chirurgie d’Angers », demandant que les cours de Saint-Serge (ils semblent interrompus) deviennent une École centrale de santé. 18 élèves (dont Guépin) signant cette pétition, le nombre des étudiants en médecine et chirurgie à Angers est donc le même que celui de la fin de l’Ancien Régime. Le département ayant appuyé cette demande auprès de l’Angevin La Révellière Lépeaux, un des trois directeurs à la tête du gouvernement, celui-ci répond par son secrétaire, le 4 novembre 1796. Il y est favorable mais, au corps législatif, les Bretons qui veulent l’École de l’ouest pour Rennes sont bien plus actifs que les Angevins. Il regrette que les médecins n’aient pas continué gratuitement leurs cours, car il fallait montrer qu’on « demande pour Angers la continuation d’une École dont elle est en possession et pour laquelle elle conserve constamment des professeurs instruits et désintéressés et toujours en activité15 ». Mamert-Couillon qui fait pression avec les députés d’Angers auprès du ministère de l’Intérieur et des commissions législatives est encore plus explicite. Les Bretons semblant l’emporter, les députés d’Angers vont tout faire pour retarder la décision. L’École d’Angers n’a pas besoin de décret pour continuer ses cours et la ville reste géographiquement et historiquement la mieux placée dans l’ouest. Encore faut-il que les médecins acceptent d’interrompre « des occupations lucratives pour se livrer à une instruction presque gratuite16 ».

  • 17 Foucault M., op. cit., p. 74.
  • 18 BMA, mss 1159, folio 72 ; ADML. 1 L 933 et 392 T (Liste des présidents et membres de la Société de (...)
  • 19 ADML. 1 l 933. Lettre du ministre de l’Intérieur, 3 pluviôse an V (22 janvier 1797).

9Le 2 décembre 1796, les professionnels de la santé d’Angers se mobilisent en créant une Société de médecine, après celles de Lyon, Nancy, Bordeaux, Grenoble et Paris17. Parmi les 20 à 25 « officiers de santé de la commune d’Angers » de la Société, on retrouve les membres de l’ancienne faculté (Berger, Chevreul, Choudieu, Guérin, Pantin) et de l’ancienne communauté de chirurgiens (Aveneau, Bachelier, Mirault) ; des pharmaciens et botanistes comme Renou et Merlet de la Boulaye, ainsi que des professeurs de l’École centrale (Héron). Guérin est président et Maillocheau, un des derniers docteurs de la faculté (reçu en janvier 1792), un révolutionnaire actif, est secrétaire avec Hossard. La Société se réunit deux fois par mois dans la maison de Saint-Serge et s’occupe « de la salubrité publique, de l’instruction des élèves et du soulagement des indigents auxquels elle donne des consultations gratuites deux heures tous les duodis18 ». Le ministre de l’Intérieur loue le zèle des officiers de santé qui donnent maintenant des cours gratuits à Saint-Serge, mais il ne veut pas confirmer cet établissement, le corps législatif n’ayant pas encore choisi l’emplacement des futures écoles spéciales de santé. Cependant, il reconnaît qu’Angers possède de bons arguments19.

  • 20 BMA, mss 115. Folios 142-144. Pétition aux citoyens représentants, 18 floréal an V et note annexe.

10Le choix devant se faire, pour l’ouest, entre Angers, Nantes et Rennes, les Angevins mettent en valeur leur position centrale, l’ancienneté de l’ex-faculté et la réputation de ses chirurgiens, le jardin botanique où l’on a toujours donné des cours. Ils ne demandent pas un nouvel établissement, car, contrairement aux deux autres villes, leurs cours ont toujours existé depuis la Révolution. Une note sur les cours de Saint-Serge veut préparer les intitulés des futures chaires20. Mais le Directoire ne se décide pas à créer les écoles de santé supplémentaires, les députés des villes concernées étant en désaccord. Pendant des années, se succéderont en vain les pétitions des médecins et des élèves d’Angers relayées par les autorités locales, toujours avec les mêmes arguments.

La création des cours d’instruction médicale

  • 21 BMA, mss 1159. Mémoires sur les revenus des hospices d’Angers, an VIII, IX et X.
  • 22 Chevreul, Guérin et Esnault, trois anciens de la faculté et futurs professeurs des cours de 1807, (...)
  • 23 ADML. 392 T 49 et Port C., op. cit., t. 1, notice de Frédéric-Marie-Pierre Courant.
  • 24 Ibid. Extrait du registre des délibérations du conseil municipal d’Angers, 7 messidor an XI.
  • 25 Ibid. La pression de la Société de médecine d’Angers qui se réorganise en 1806 ne sera pas efficac (...)
  • 26 Chassagne S., op. cit., p. 191-193.

11Pendant le Consulat, la situation se stabilisant, les hôpitaux commencent à retrouver leurs ressources, le service médical s’améliore21 et la médecine est réorganisée par la grande loi du 10 mars 1803 (19 ventôse an XI). La municipalité d’Angers (avec 4 médecins parmi ses conseillers en 1800 et 5 en 1806), le conseil général et le préfet continuent d’entretenir une correspondance active avec Fourcroy et les bureaux de l’Instruction publique, d’autant plus que la loi prévoit (art. 5) l’ouverture de 6 écoles spéciales de santé22. L’an XI (2e jour complémentaire), la maison Saint-Serge avait été désignée par le préfet pour l’implantation de l’École, avec des salles de dissection. Le chirurgien Courant y poursuit les leçons d’anatomie avec 17 élèves en 1804-180523. En 1803, le corps législatif hésitant entre Poitiers et Angers pour l’École de l’ouest, le conseil municipal avait décidé, à l’unanimité, de prendre en charge les frais nécessaires à son établissement24. Mais les choses traînent encore et Fourcroy laisse même croire que la ville a des chances d’obtenir une faculté25. Angers obtient bien une cour d’appel en 1800, la transformation de son école centrale en lycée en 1803-1804, l’une des 28 académies impériales en 1807, mais pas d’École de droit (contrairement à Poitiers et Rennes) ni de faculté de médecine26.

  • 27 Faure O., op. cit., p. 80-83. Il s’agit officiellement, alors, de cours pratiques. La dénomination (...)

12L’Empire centralisateur en restera aux trois écoles de 1794, et de grandes villes comme Lyon, Marseille, Toulouse et Bordeaux n’en obtiendront pas. Il en résultera un décalage entre le droit et le fait, Lyon organisant l’enseignement avec des chirurgiens, des internes et externes hospitaliers choisis par concours. Mais l’Empire établira dans quelques villes, sous l’appellation de cours pratiques de médecine, de chirurgie et de pharmacie (ou cours d’instruction médicale), un enseignement destiné à former les officiers de santé dans les grands hôpitaux. En 1806, sont ainsi créés les cours d’Amiens, Besançon, Clermont, Poitiers, Grenoble et Toulouse. En 1807, Angers obtient la septième création, avec Bordeaux, ce qui est honorable car l’Empire n’accréditera que 13 cours. Plus qu’à une volonté étatique, ces cours répondent surtout aux besoins locaux et à l’énergie des groupes de pression27.

  • 28 Ibid., p. 71-75 ; p. 242-245. La profession d’officier de santé sera supprimée en 1892, la médical (...)
  • 29 Bouclé E., Les officiers de santé au XIXe siècle dans le Maine-et-Loire, Angers, maîtrise, 2002, p (...)

13La loi de 1803, compromis entre l’Ancien Régime et la Révolution, fait de la profession médicale une activité libérale mais fermée (examens et conditions de réception). Elle fusionne la médecine et la chirurgie, mais crée une hiérarchie avec deux corps de médecins. Les docteurs, après quatre années d’études dans une des trois écoles spéciales (facultés) puis la soutenance d’une thèse, peuvent exercer dans toute la France. Les officiers de santé (pas des militaires, contrairement à ceux des armées de la Révolution et de l’Empire) sont des médecins de second ordre pour la France rurale. Formés soit par trois années d’études en École, soit par une pratique de cinq années consécutives en hôpital ou de six années auprès d’un médecin, ils n’ont pas de diplôme d’École, un jury médical départemental leur donnant le droit d’exercer uniquement dans le département où ils sont reçus. Ils ne peuvent pratiquer d’opérations chirurgicales compliquées sans le contrôle d’un docteur et n’ont pas le droit, en principe, d’être médecins hospitaliers. Cette médecine subalterne qui va perdurer près d’un siècle suscitera parfois le mépris (voir le Charles Bovary de Flaubert). Cependant, la loi de 1803 ne mettra pas seulement fin à l’accès sans contrôle à la profession, elle améliorera aussi la formation des chirurgiens des campagnes et elle ouvrira la profession médicale aux enfants de la petite bourgeoisie ne pouvant supporter les études longues et coûteuses en faculté. Dans une France encore massivement rurale, elle facilitera donc la démocratisation de la médecine et la médicalisation des campagnes28. Ainsi, pendant le XIXe siècle, 332 médecins officiers de santé exerceront dans le Maine-et-Loire29.

  • 30 Faure O., « Cours pratiques et Écoles secondaires de médecine en France au début du XIXe siècle : (...)

14C’est dans le cadre de la formation des officiers de santé en trois années que s’inscrit la création des cours d’instruction médicale qui prolongent les enseignements de la période révolutionnaire. Mais les décrets de création qui s’échelonnent de 1806 à 1809 sont sommaires et n’apportent pas de financement par l’État, laissant la rétribution des professeurs aux hôpitaux. Ils refusent même à ces cours le nom d’écoles. Cette interprétation restrictive de la loi montre que le pouvoir central n’avait pas la volonté de mettre en place un réseau d’écoles de médecine quadrillant le territoire pour compléter les trois facultés30.

  • 31 ADML. 392 T 49. Création du cours d’instruction médicale. Lettre du ministre de l’Intérieur au pré (...)
  • 32 Ibid. Le décret impérial prévoit le nombre de professeurs (6 au plus), les frais d’inscription des (...)

15Les cours médicaux d’Angers illustrent cette politique. Début janvier 1807, répondant au préfet Nardon qui avait transmis la demande du conseil général (pour une Académie de médecine !), le ministre de l’Intérieur écrit ne pouvoir instituer dans l’hôpital, comme dans les autres villes, que « des cours pratiques et théoriques de médecine, de chimie et de physique […] pour l’instruction des jeunes gens qui se destinent à la profession d’officier de santé ». Il exige une nouvelle enquête et souhaite que les frais soient limités. Les notables de l’administration des hospices donnent toutes les garanties. L’hôpital civil et militaire est vaste, avec des locaux disponibles, dont l’amphithéâtre des cours d’accouchement. Les professeurs qui assurent le service médical enseignaient déjà dans l’ancienne faculté : deux médecins, deux chirurgiens et un professeur d’accouchement. Il suffit de compléter par un professeur de chimie pharmaceutique31. Le décret de création donné par l’Empereur depuis l’Allemagne, le 31 mai 1807, est transmis au préfet par Champagny, ministre de l’Intérieur, le 27 juin. Les cours dépendant de la commission administrative des hospices ne peuvent avoir de directeur, mais tout au plus un secrétaire choisi parmi les professeurs. Ce n’est pas une école de médecine mais des « “cours élémentaires” destinés à former des officiers de santé qui n’ont besoin […] que de connaître les parties les plus simples de l’art de guérir32 ». Malgré tout, comme dans les autres villes, les professeurs et les hospices continueront de donner à ces cours le titre d’École, ce qu’ils sont en réalité, et la circulaire du ministre interdisant cet usage en octobre 1808 devra être réactivée en 1809.

  • 33 ADML. 392 T 50. Organisation du cours d’instruction médicale. Proposition de nomination du maire e (...)
  • 34 Les médecins du XIXe siècle recherchent des postes dans les institutions publiques (facultés, lycé (...)

16Les cours devant commencer à l’automne 1807, les professeurs pressentis et la CA des hospices travaillent tout l’été, sous le contrôle étroit du préfet et du ministre, afin d’établir le programme et le règlement. Malgré le nombre limité de six postes de professeurs défini par l’arrêté impérial, l’accord se fait rapidement. En juillet, le maire Joubert-Bonnaire et l’ensemble des administrateurs des hospices choisissent trois médecins (Delaunay, Guérin et Esnault) et trois chirurgiens (Chevreul, Garnier et G. Lachèse). Mais le 1er août, le ministre nomme Delaunay, Lachèse et Maillocheau pour la médecine, Mirault, Chevreul et Grenier pour la chirurgie. Donc Guérin, médecin-chef de l’hôpital et membre du conseil municipal, de même qu’Esnault, sont écartés au profit de Maillocheau et de Mirault qui s’étaient fait appuyer par des relations parisiennes. À la suite des réclamations des exclus qui rappellent leurs états de service en affirmant que le ministre a été « abusé par la faveur et l’intrigue », celui-ci ajoute Guérin à la liste définitive du 12 septembre. 7 professeurs (4 médecins et 3 chirurgiens) devront donc se partager le salaire prévu pour six33. Esnault, seulement médecin des hospices, puis adjoint de Guérin (sans salaire), ne sera professeur qu’en en 1812, quand il héritera de la chaire de pathologie libérée par le décès de Delaunay. Cette dure compétition n’est pas liée au salaire de professeur, qui est faible (400 francs par an), mais au prestige d’une fonction qui attire la clientèle privée et permet de demander des honoraires élevés34.

  • 35 Voir les notices de ces professeurs dans Célestin Port. Pour Garnier : Fauchet C., « Un philanthro (...)

17Ces nominations prolongent l’Ancien Régime, ce qui n’est pas étonnant puisqu’il faut utiliser les compétences et l’expérience, et le nombre des professeurs est identique à celui de l’ancienne faculté. On retrouve trois des docteurs-régents, Delaunay, Chevreul et Guérin, plus Mirault, ancien professeur du collège de chirurgie. Mirault et Garnier sont depuis longtemps attachés au service des hospices d’Angers et Maillocheau est président de la Société de médecine. Presque tous ont participé aux cours de Saint-Serge. Mis à part le septuagénaire Delaunay (ex-doyen de la faculté) et Guérin (66 ans), ils ont autour de la cinquantaine (Chevreul : 53 ans ; Mirault : 57 ; Maillocheau : 49 et Garnier : 48). Seul Grégoire Lachèse incarne le rajeunissement avec ses 34 ans. Appartenant à une importante lignée de médecins et chirurgiens angevins, il a une expérience de chirurgien-major depuis les guerres de la Révolution et du Consulat et il sera directeur de l’École de 1838 à 1842. Le courant de la médecine des Lumières est incarné par Chevreul et Mirault, tous les deux maîtres-chirurgiens et docteurs en médecine. Ils sont aussi les plus connus : Michel Chevreul par ses cours d’accouchement et son Précis de l’art des accouchements (Angers, 1782), Jean-Baptiste Mirault par une habileté de chirurgien qui lui valut des prix nationaux. François Claude Garnier, lui, se fera connaître comme le médecin des pauvres de La Doutre35.

  • 36 ADML. 392 T 50. Programme des cours pratiques de médecine, de chirurgie et de pharmacie, établis d (...)

18Le programme présenté par Chevreul au nom des « professeurs de l’École de médecine d’Angers », le 18 novembre, approuvé par la CA des hospices et le préfet le 28 novembre, manifeste l’importance de la clinique et de l’anatomie. Guérin et Maillocheau sont chargés, tous les jours de l’année, du cours de clinique interne (médicale) prolongeant la visite du matin au lit des malades. Cet enseignement se fonde sur l’observation des faits, avec le malade comme sujet. Il en est de même pour le cours de clinique externe (chirurgicale) qui prolonge, le soir, la visite des chirurgiens Mirault et Garnier. Chevreul assure chaque jour la clinique de la maternité. Matin et soir, les étudiants qui suivent les visites doivent remplir des cahiers d’observation. Le cours d’anatomie et de physiologie est confié à Mirault et Garnier (cours semestriel d’hiver). Pendant le cours d’été, interviennent Delaunay (pathologie médicale) et Maillocheau (thérapeutique et matière médicale). Chevreul donne aussi un cours d’opération plus un double cours d’accouchement et maladie des femmes, le ministre ayant exigé que les étudiants et les sages-femmes soient séparés36.

  • 37 Chauvaud F., Les experts du crime. La médecine légale en France au XIXe siècle, Aubier 2000, p. 30 (...)

19Si l’anatomie, comme le revendique Chevreul, est la base de l’enseignement médical, il s’agit ici plutôt, comme dans la faculté de Paris, du triomphe de l’anatomo-clinique. La place de Chevreul (quatre cours) montre le nouvel intérêt pour la survie des nouveaux-nés et marque une des spécificités de l’enseignement d’Angers. Le double cours confié à Grégoire Lachèse (médecine légale et hygiène), est aussi significatif, car il n’existe pas dans toutes les écoles. En utilisant les compétences de Lachèse (thèse à Paris sur l’hygiène) Angers s’inscrit encore dans le courant novateur de la fin des Lumières et du premier courant hygiéniste soucieux de l’environnement. De plus, les réformes pénales de l’Empire demandent que le médecin serve l’humanité comme expert auprès des tribunaux37. Maillocheau donne un cours de pharmacie (matière médicale et usage des médicaments), mais l’École, malgré son titre de cours pratiques de médecine, chirurgie et pharmacie, n’a pas encore d’étudiants en pharmacie, ceux-ci ne s’inscrivant qu’à partir de 1842. Les piliers des cours sont attachés à l’hôpital et professeurs de clinique : Guérin, Mirault, Garnier et Chevreul. Ils obtiennent un double salaire : 500 francs pour le service médical plus 400 francs pour les cours, soit 900 francs (et 1 200 pour Chevreul qui cumule avec les cours d’accouchement). Ce sont trois chirurgiens et un seul médecin, Maillocheau ayant été privé du salaire médical au profit de Chevreul, l’homme fort du corps professoral, élu secrétaire début novembre, donc de fait directeur de l’École, ce qu’il ne sera officiellement qu’en 1820.

Des cours à l’École préparatoire (1807-1840)

  • 38 ADML. 392 T 49. Règlement pour les élèves internes, externes et expectants de l’hospice civil et m (...)

20La scolarité et les fonctions des élèves dans l’hôpital font l’objet du long règlement établi par la commission administrative le 2 avril 1808. Le baccalauréat n’étant pas encore exigé pour les futurs officiers de santé, les candidats « étudiants » doivent avoir 16 ans, présenter un certificat de bonne vie et mœurs, prouver qu’ils parlent et écrivent correctement la langue française, savoir l’arithmétique et posséder quelques rudiments de latin. Leurs droits d’inscription (pour les salaires des professeurs et les frais divers) s’élèvent à 100 francs par an, payables d’avance, en quatre trimestres (titre second, art. 1 à 4)38.

  • 39 Ibid.

21Les étudiants sont classés en quatre ordres : 3 internes, 6 externes, 6 expectants, enfin les simples étudiants. Internes et externes « auront le tablier et seront obligés de se fournir à leurs frais d’une trousse complète ». Les internes, dispensés de droits d’inscription, sont logés en chambre individuelle, nourris, chauffés et blanchis aux frais de l’hôpital. Ils logent dans les locaux de l’École qui jouxtent l’hôpital Saint-Jean, mis à disposition par la CA. Ils prennent le service de garde par 24 heures, reçoivent et examinent les malades et délivrent, si besoin et selon les places disponibles, un billet de salle. Sont exclus les vénériens, les incurables, les malades de moins de 3 ans et de plus de 60, mais sont acceptées les grandes urgences « d’accidents graves et extraordinaires ». L’un des internes accompagne les visites des médecins et tient un registre nominatif d’observations clinique. Il s’occupe des pansements des blessés, recevant de la sœur de charité le linge et les médicaments. Répétiteurs des leçons pour les élèves, les internes changent de service tous les trois mois pour suivre la clinique des professeurs et ne peuvent rester en fonction plus de trois ans. Les externes suivent les visites et, sous la surveillance des internes, font les petits pansements et entretiennent les appareils. Les expectants suivent aussi la visite et aident les internes et les externes. Tous doivent obéir aux médecins et chirurgiens, se comporter avec décence, respecter la supérieure et les sœurs, les malades et les domestiques et déposer chez le portier « leurs cannes et autres armes39 ».

  • 40 ADML. 392 T 49. Liste des élèves de 1807. Cette liste de 13 étudiants est incomplète, tous n’ayant (...)
  • 41 Faure O., « Cours pratiques… », op. cit., p. 16.
  • 42 ADML. 392 T 204. Mémoire du directeur de l’École, en 1850, pour le recteur d’académie.
  • 43 ADML. 392 T 51. État des cours d’instruction médicale du département de Maine-et-Loire […], de 180 (...)

22La première promotion ne compte que 17 élèves, âgés de 16 à 24 ans (moyenne 19 ans)40. Le nombre augmente à partir de 1809, faisant plus que doubler, car alors les cours sont bien connus et la troisième année est ouverte : 36 en 1809-1810, 41 en 1811, 48 en 1812. Puis le nombre tombe à 33 en 1814, suite à la mobilisation de nombreux étudiants comme officiers de santé dans les guerres de la fin de l’Empire. La remontée du retour de la paix (41 en 1816) ne se confirme pas et l’on retombe à 23-24 en 1819 et 1820. De 1809 à 1820, le nombre moyen d’étudiants est de 35, ce qui est tout juste honorable. Si les cours les moins importants, comme à Reims, ont à peine 30 élèves, les plus importants en inscrivent de 80 à 100 (Lyon, Marseille et Toulouse) et la plupart, comme Rennes, Poitiers, Grenoble et Dijon, en comptent plus de 4041. Le nombre d’étudiants remontera autour de 1830 avec un pic en 1833-1835 (63, 56 puis 61), mais les années 1840, pourtant celles de l’École préparatoire, ne compteront en moyenne que 30 inscrits42. Ce succès quantitatif limité de l’École d’Angers s’explique par l’attrait et la proximité de la faculté de médecine de Paris vers laquelle se dirigent de suite, sans s’inscrire à Angers, les futurs docteurs dont les familles peuvent payer les coûts élevés de scolarité. Parmi ceux qui se destinent à l’officiat (trois années d’études à Angers), quelques-uns vont aussi compléter leur formation à Paris. Surtout, la majorité des élèves d’Angers, parfois après une seule année d’inscription, continue à Paris, souvent pour obtenir le doctorat. En octobre 1812, alors que 121 étudiants ont déjà quitté l’École d’Angers, Chevreul relève que 4 seulement ont été reçus officiers de santé « civils », 10 sont aux armées comme officiers de santé et « les autres sont presque tous à Paris et suivent les cours de la faculté de médecine pour finir leurs études médicales et se faire recevoir docteurs43 ». Les cours d’Angers, comme tous les autres, sont pénalisés par le fait que la loi de 1803 stipule que leurs inscriptions ne comptent que pour moitié quand on poursuit en faculté.

  • 44 P.-H. Bérard, né à Chalonnes en 1797. Après ses trois années d’études médicales à Angers (il est i (...)
  • 45 ADML. 392 T 70. Registre des étudiants 1807-1845 et 392 T 71. Registre d’inscription des élèves, 1 (...)
  • 46 Faure O., op. cit. C’est particulièrement le cas pour Auguste Béclard issu d’une famille pauvre, q (...)

23L’École d’Angers se signale rapidement par des étudiants qui compteront parmi les meilleurs médecins de leur temps. Auguste Béclard (Pierre-Augustin), âgé de 22 ans, appartient à la première promotion de 1807. À la fin de la première année, il poursuit à Paris où il réussit tous les concours et obtient de nombreux prix. Professeur de chirurgie à la Pitié en 1816, d’anatomie à la faculté de médecine en 1818, secrétaire de l’Académie de médecine dès sa création en 1820, ses cours et publications lui valurent une grande réputation. Entrent encore à l’École d’Angers, Charles-Prosper Ollivier en 1814 ; Prosper Menière et Victor Laroche en 1816 ; Pierre-Honoré Bérard44 en 1817 ; Charles-Michel Billard en 1819. Ollivier (qui reste 4 ans dans l’École), Menière et Bérard sont donc condisciples et internes en même temps et Billard est interne avec Menière en 182045. Ces trajectoires très réussies d’Angers à Paris, comme le grand nombre d’Angevins moins connus qui continuent leur formation dans la capitale, montrent bien que les cours permettent l’ascension sociale des classes moyennes des villes provinciales et du monde rural46.

  • 47 ADML. 392 T 51. État des cours […], op. cit. Le tableau dressé par Chevreul ne tient pas compte du (...)
  • 48 ADML. 392 T 59. Le conseil général accorde 2 000 francs en 1807 pour les frais de premier établiss (...)
  • 49 En novembre 1812, la CA refuse d’admettre gratuitement le jeune Brangé de Beaufort dont le père, o (...)
  • 50 ADML. 392 T 46. Registre des séances de l’École, 25 juin 1812. Les conflits sont fréquents entre i (...)

24De 1807 à 1820, les cours restent sous l’autorité de la commission administrative des hospices dominée par les grands notables angevins, dont le maire et l’évêque. La CA finance les locaux et les salaires des professeurs plus, pour quatre d’entre eux, leur service auprès des malades (total 4 200 francs) ; elle loge les internes (800 francs) et fournit quelques livres et instruments (600 francs)47. Ne recevant en recette que les inscriptions des élèves (autour de 3 000 francs), elle gémit sur son déficit et demande l’aide du conseil général car elle forme les officiers de santé du département48. Mais elle ne finance que chichement l’École et les soins49, alors que les hospices d’Angers, parmi les plus riches de France, ont retrouvé leurs biens d’avant la Révolution, qu’ils s’enrichissent encore de dons et legs et que les hôpitaux ne pourraient pas fonctionner sans le travail gratuit des internes, des externes et des expectants. À la fin de l’Empire, la commission se plaint que les élèves renâclent à faire leur service au lit des malades et que les internes ne sont pas toujours assidus. Les professeurs gèrent les conflits avec diplomatie, reconnaissant quelques torts chez les élèves. Mais ils les soutiennent, relevant qu’ils suivent régulièrement les cours malgré la lourdeur du service hospitalier et que ce sont plutôt les internes qui ont à se plaindre du fait que les religieuses, sur les instructions de la commission, délivrent peu de médicaments et de linge50.

  • 51 Ibid. Séances des 8 août 1808, 12 juillet et 10 septembre 1809, 13 septembre 1812, 5 septembre 181 (...)
  • 52 ADML. 392 T 68. Lettre du préfet, le baron de Wismes, 5 septembre 1811. Il interdit aussi à Guérin (...)
  • 53 ADML. 392 T46 Registre des séances de l’École […], 10 septembre 1810, avec le discours de Chevreul (...)

25Pourtant, les relations entre l’École et l’administration ne font pas l’objet de conflit majeur. La commission accorde des prix aux meilleurs élèves et les lauréats, choisis par les enseignants, sont récompensés lors des séances solennelles de septembre, sous la présidence du préfet. Les auteurs des ouvrages offerts (Bichat, le plus souvent, mais aussi Cabanis, Pinel et Vicq d’Azyr) montrent l’influence de Paris sur les médecins angevins. Les discours de ces séances donnent l’occasion de mettre en valeur l’École d’Angers, son rayonnement, la qualité de ses anciens étudiants qui brillent à Paris. On y remarque qu’à la fin de l’Empire de nombreux étudiants, officiers de santé dans l’armée, sont décédés51. Préparant le discours de septembre 1811, Guérin veut faire « un sermon sur l’hygiène » et, osant avancer que « la médecine gouverne le législateur, l’homme d’État, le philosophe », il est censuré par le préfet52. Mais Chevreul, surtout, est l’auteur de discours prisés53.

  • 54 ADML. 392 T 49 et 132. Ordonnances royales du 18 mai.
  • 55 École de Médecine et de Pharmacie d’Angers. Centenaire 1807-0907, Angers, 1907, 30-32 ; et notices (...)

26La reconnaissance officielle des cours d’Angers comme École secondaire de médecine est obtenue en 1820, avec ceux des autres villes. Ces écoles, rattachées à la commission d’instruction publique, font alors partie de l’université, leurs élèves se destinant à poursuivre en faculté pour le doctorat devant être bachelier ès lettres (ès sciences en 1823)54. L’École d’Angers est donc placée sous l’autorité du recteur d’Académie Delisle qui s’impose, à la place du préfet, pour présider les cérémonies des prix. L’enseignement médical à Angers peut prendre un nouveau départ, mais il est handicapé par le vieillissement du corps professoral dont se plaignent les élèves en 1822-1823, quand enseignent encore Chevreul, G. Lachèse, Esnault et Guérin âgé de 83 ans. Depuis 1815, un seul professeur a été nommé, Casimir Lachèse, âgé de 70 ans en 1823. Quant à Chevreul, il restera directeur de l’École jusqu’à 84 ans, en 1838. Le renouvellement s’effectuera à partir de 1827, avec l’arrivée des professeurs Ouvrard et Logerais et des adjoints V. Laroche, T. Bigot, Jouvet et A. Lachèse55.

  • 56 AD 49. 392 T 49. Lettre du maire Alexandre Joubert-Bonnaire au préfet, 15 avril 1831.
  • 57 Ibid., Organisation de l’École 1838-1841.
  • 58 ADML. 392 T 28. Rapport du recteur Henry, 26 juillet 1853.

27À partir de 1830, la réorganisation de l’enseignement médical étant encore à l’ordre du jour, la municipalité d’Angers revient à la charge pour obtenir une faculté. Chevreul, reprenant son exposé bien rodé depuis 1792, l’adapte en insistant sur le fait qu’avec plus de 4 000 ouvriers dans les ardoisières, l’hôpital Saint-Jean d’Angers est un des plus importants de la province pour la chirurgie, avec de nombreuses grandes opérations pour les blessures graves56. Orfila, doyen de la faculté de médecine de Paris, est chargé de l’inspection des écoles secondaires de médecine, alors que de nombreux docteurs, craignant pour leur clientèle, veulent leur suppression. Son rapport au roi préparant la réorganisation de 1840 montre qu’aucune des 18 Écoles ne dépasse les 50 élèves en moyenne, quelles n’ont ni les mêmes financements ni les mêmes droits d’inscription, que beaucoup de professeurs ne reçoivent aucun traitement, que les amphithéâtres de dissection sont souvent insuffisants, que beaucoup d’hospices s’opposent même à l’établissement de la clinique57. L’École d’Angers n’est pas mal lotie et Orfila lui est particulièrement favorable En 1853, il lui léguera des collections pour les étudiants, ce qu’il n’accordera qu’à Angers et Bordeaux58.

  • 59 La ville d’Angers, Farran étant maire, accordera un budget annuel de 13 000 francs.
  • 60 Régnier J.-C., « Médecine et pharmacie », in Maillard J. (dir.), Angers XXe siècle, 2000, p. 202-2 (...)

28Le 13 octobre 1840, les Écoles sont réorganisées, devenant des écoles préparatoires de médecine et, pour la première fois, de pharmacie. Ce sont des établissements communaux dont les salaires (six professeurs à 1 500 francs plus deux adjoints à 1 000 francs) et les divers frais sont mis à la charge des municipalités. Les professeurs, fonctionnaires de l’université, ont droit à une retraite. Pour les étudiants, deux années d’inscriptions équivalent maintenant à celles des facultés59. Une nouvelle ère s’ouvre alors pour l’École d’Angers. À la fin du Second Empire, après la construction d’un nouvel hôpital et l’abandon de Saint-Jean, elle bénéficiera de locaux plus vastes et mieux adaptés, boulevard Daviers actuel, où la pharmacie demeure encore et la médecine obtiendra de nouveaux bâtiments en 197260.

  • 61 Séance de rentrée des deux Écoles préparatoires à l’enseignement supérieur d’Angers, Angers, 1862, (...)

29En 1869, dans son éloge de Charles Négrier, ancien directeur de l’École et successeur réputé de Chevreul dans la chaire d’accouchement et maladies des femmes, l’inspecteur d’Académie Lens remarquait que, depuis 1807, l’École de médecine avait sauvé, dans un nouveau système très centralisé, ce qu’il était possible de sauver de l’ancienne université61. Cette École a effectivement assuré la permanence de l’enseignement supérieur public à Angers, tout au long des XIXe et XXe siècles. Logiquement, en 1971, au moment de la refondation de l’université avec toutes les facultés, René Rouchy, gynécologue et ancien doyen de médecine, fut choisi comme son premier président.

Notes

1 Nous avons repris l’analyse de toutes les archives disponibles. Voir aussi Supiot S., L’École de médecine d’Angers : genèse et premiers développements (1795-1840), maîtrise sous la direction de J.-G. Petit, université d’Angers, 1995, 153 pages, ainsi que le livre Centenaire 1807-1907 sous la direction d’Henry Legludic.

2 Faure O., Histoire sociale de la médecine (XVIIIe-XXe siècles), Anthropos, 1994, p. 60-65.

3 Archives départementales de Maine-et-Loire (ADML), 1 L 934/2, Rapport du 26 février 1791.

4 ADML. 1 L 933, Lettre de Guillotin, 17 août 1791 et Rapport de Guérin, 17 septembre 1791.

5 Rapport du 7 frimaire an III, p. 3.

6 Foucault M., Naissance de la clinique, PUF, 1988, p. 69-72 (1re édition, 1963) et Faure O., op. cit., p. 67-69.

7 Boquel A., La Faculté de médecine de l’Université d’Angers, 1433-1792. Son évolution au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, Angers, 1951, p. 210-212.

8 Chassagneserge, in Lebrun F., Histoire d’Angers, Toulouse, Privat, 1975, p. 164 et Port C., Dictionnaire historique de Maine-et-Loire, t. 2.

9 Bibliothèque municipale d’Angers (BMA), manuscrit 1159, médecine et hospices, folio 141 (réclamation de MM. Guérin et Esnault).

10 ADML. 1 L 934/2, Lettre des chirurgiens aux administrateurs du département de M-L, 16 décembre 1792.

11 ADML. 1 L 934, Lettre du ministère de l’Intérieur aux administrateurs du département, 19 pluviôse an IV.

12 Ibid. Lettre de Chevreul aux administrateurs du département, 9 messidor an IV (27 juin 1796).

13 ADML. 5 L 31. Lettre des administrateurs du département de M-L au district de Cholet, 22 nivôse an III (11 janvier 1795). Fin 1794, un élève en pharmacie et 6 élèves en chirurgie des hôpitaux militaires d’Angers demandent à bénéficier d’une place à l’École de Paris : 1 L 911. École de Santé de Paris, 29 frimaire an III.

14 Rapport de J.-M. Calès sur les Écoles spéciales de Santé, 12 prairial an V. Voir Foucault M., op. cit., p. 76.

15 ADML. 1 L 933. Pétition des élèves en chirurgie, 22 vendémiaire an V ; Lettre de Vallée, secrétaire du citoyen Lépeaux, 14 brumaire an V.

16 ADML. 1 L 933, Mamert-Couillon aux administrateurs du département de M-L, 14 brumaire an V. Victor Dauphin a abordé sommairement cette question : La rivalité entre Rennes et Angers pour la création d’une École de médecine, 1796, dactyl. ADML, BiB 5013.

17 Foucault M., op. cit., p. 74.

18 BMA, mss 1159, folio 72 ; ADML. 1 L 933 et 392 T (Liste des présidents et membres de la Société de médecine depuis sa fondation, le 12 frimaire an V).

19 ADML. 1 l 933. Lettre du ministre de l’Intérieur, 3 pluviôse an V (22 janvier 1797).

20 BMA, mss 115. Folios 142-144. Pétition aux citoyens représentants, 18 floréal an V et note annexe.

21 BMA, mss 1159. Mémoires sur les revenus des hospices d’Angers, an VIII, IX et X.

22 Chevreul, Guérin et Esnault, trois anciens de la faculté et futurs professeurs des cours de 1807, sont membres du conseil municipal (voir infra J.-L. Marais). Chaque année, de l’an VIII à l’an XI, le conseil général de Maine-et-Loire demande « le rétablissement » de l’École de santé et les mémoires du conseil municipal se multiplient en octobre et novembre 1802. ADML. 392 T 49. Mémoires du conseil municipal, 8 brumaire et 3 frimaire an XI et extraits des PV du conseil général.

23 ADML. 392 T 49 et Port C., op. cit., t. 1, notice de Frédéric-Marie-Pierre Courant.

24 Ibid. Extrait du registre des délibérations du conseil municipal d’Angers, 7 messidor an XI.

25 Ibid. La pression de la Société de médecine d’Angers qui se réorganise en 1806 ne sera pas efficace. Mémoire du 19 juillet 1806. ADML. 392 T 31.

26 Chassagne S., op. cit., p. 191-193.

27 Faure O., op. cit., p. 80-83. Il s’agit officiellement, alors, de cours pratiques. La dénomination d’écoles secondaires ne sera effective qu’au début de la Restauration.

28 Ibid., p. 71-75 ; p. 242-245. La profession d’officier de santé sera supprimée en 1892, la médicalisation de la France ayant beaucoup progressé et les docteurs craignant l’encombrement médical.

29 Bouclé E., Les officiers de santé au XIXe siècle dans le Maine-et-Loire, Angers, maîtrise, 2002, p. 8-16. Avant l’organisation des jurys départementaux, les anciens chirurgiens ruraux, comme tous les praticiens ayant exercé sans diplôme pendant au moins trois ans, furent reclassés comme officiers de santé.

30 Faure O., « Cours pratiques et Écoles secondaires de médecine en France au début du XIXe siècle : une expérience révolutionnaire étranglée ? », Bulletin du Centre Pierre Léon, Lyon, 1998, no 1-2, p. 9-27.

31 ADML. 392 T 49. Création du cours d’instruction médicale. Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet de M-L et séance extraordinaire de la commission administrative des hospices, 31 mars 1807.

32 Ibid. Le décret impérial prévoit le nombre de professeurs (6 au plus), les frais d’inscription des élèves (100 francs par an) et les catégories : 3 internes, 6 externes, 6 expectants.

33 ADML. 392 T 50. Organisation du cours d’instruction médicale. Proposition de nomination du maire et de la CA, 15 juillet 1807. Lettre du frère de Maillocheau (secrétaire du ministre de la Police générale) le 16 juillet et accord du préfet le 18 juillet. Réclamations de Guérin et Esnault, les 24 et 25 août. Arrêté du ministre, 12 septembre.

34 Les médecins du XIXe siècle recherchent des postes dans les institutions publiques (facultés, lycées, prisons, etc.), afin de développer leur clientèle. Léonard J., « Les médecins des prisons », in Petit J.-G. (dir.), La prison, le bagne et l’histoire, Genève, Librairie des Méridiens-M+H, 1984, p. 141-149.

35 Voir les notices de ces professeurs dans Célestin Port. Pour Garnier : Fauchet C., « Un philanthrope républicain : le docteur Garnier », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 99, 1992, 4, p. 423-429.

36 ADML. 392 T 50. Programme des cours pratiques de médecine, de chirurgie et de pharmacie, établis dans l’hospice civil et militaire d’Angers, 28 novembre 1807, 8 pages, imprimé chez Mame.

37 Chauvaud F., Les experts du crime. La médecine légale en France au XIXe siècle, Aubier 2000, p. 301.

38 ADML. 392 T 49. Règlement pour les élèves internes, externes et expectants de l’hospice civil et militaire d’Angers ; arrêté par la CA des hospices d’Angers, 2 avril 1808. Titre I de 36 articles, T 2 de 14 articles. (Grande affiche bleue). Ce règlement remplace celui que le ministre avait approuvé le 24 octobre 1807, qui faisait état de « l’École de Médecine d’Angers ».

39 Ibid.

40 ADML. 392 T 49. Liste des élèves de 1807. Cette liste de 13 étudiants est incomplète, tous n’ayant pas encore pris leurs inscriptions. Mais quelques-uns ne suivront pas les cours.

41 Faure O., « Cours pratiques… », op. cit., p. 16.

42 ADML. 392 T 204. Mémoire du directeur de l’École, en 1850, pour le recteur d’académie.

43 ADML. 392 T 51. État des cours d’instruction médicale du département de Maine-et-Loire […], de 1807 au 1er octobre 1812.

44 P.-H. Bérard, né à Chalonnes en 1797. Après ses trois années d’études médicales à Angers (il est interne en 1819-20 avec Menière), il poursuivit à la faculté de médecine de Paris dont il devint le doyen. Son frère Auguste, né en 1822, étudia à Paris et fut tout aussi célèbre : professeur à la faculté, fondateur de la Société de chirurgie de Paris en 1843, médecin du roi Louis-Philippe en 1845 et auteur de nombreuses publications. Notices dans Port C., op. cit., t. 2. Sur Ollivier, Menière et Billard, voir dans ce volume les textes de F. Dubas, F. Legent et Y. Denéchère.

45 ADML. 392 T 70. Registre des étudiants 1807-1845 et 392 T 71. Registre d’inscription des élèves, 1807 sqq.

46 Faure O., op. cit. C’est particulièrement le cas pour Auguste Béclard issu d’une famille pauvre, qui gagna difficilement sa vie jusqu’à son entrée tardive dans l’École d’Angers.

47 ADML. 392 T 51. État des cours […], op. cit. Le tableau dressé par Chevreul ne tient pas compte du salaire octroyé pour le service médical des hospices, mais il donne un bon ordre de grandeur du « déficit » de 2 000 francs annuels à la charge des hospices

48 ADML. 392 T 59. Le conseil général accorde 2 000 francs en 1807 pour les frais de premier établissement et subventionne, comme toujours, le professeur du cours d’accouchement. Pour obtenir l’aide du conseil général, la CA exagère fortement son déficit, le situant à 6 000 francs. Délibération de la CA, 28 novembre 1807.

49 En novembre 1812, la CA refuse d’admettre gratuitement le jeune Brangé de Beaufort dont le père, officier de santé, a été assassiné en l’an VI dans l’exercice de ses fonctions. ADML. 392 T 51.

50 ADML. 392 T 46. Registre des séances de l’École, 25 juin 1812. Les conflits sont fréquents entre internes et religieuses, celles-ci étant soutenues par l’évêque, membre assidu de la commission administrative des hospices.

51 Ibid. Séances des 8 août 1808, 12 juillet et 10 septembre 1809, 13 septembre 1812, 5 septembre 1813, 22 septembre 1814.

52 ADML. 392 T 68. Lettre du préfet, le baron de Wismes, 5 septembre 1811. Il interdit aussi à Guérin de parler.

53 ADML. 392 T46 Registre des séances de l’École […], 10 septembre 1810, avec le discours de Chevreul sur l’anatomie « base de l’enseignement médical », que les étudiants ne peuvent apprendre qu’en disséquant eux-mêmes. L’administration a financé un deuxième amphithéâtre de dissection.

54 ADML. 392 T 49 et 132. Ordonnances royales du 18 mai.

55 École de Médecine et de Pharmacie d’Angers. Centenaire 1807-0907, Angers, 1907, 30-32 ; et notices dans C. Port.

56 AD 49. 392 T 49. Lettre du maire Alexandre Joubert-Bonnaire au préfet, 15 avril 1831.

57 Ibid., Organisation de l’École 1838-1841.

58 ADML. 392 T 28. Rapport du recteur Henry, 26 juillet 1853.

59 La ville d’Angers, Farran étant maire, accordera un budget annuel de 13 000 francs.

60 Régnier J.-C., « Médecine et pharmacie », in Maillard J. (dir.), Angers XXe siècle, 2000, p. 202-205.

61 Séance de rentrée des deux Écoles préparatoires à l’enseignement supérieur d’Angers, Angers, 1862, p. 7-8.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540