Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Médecine et hôpitaux en Anjou

 | 
Jacques-Guy Petit
, 
Jean-Paul Saint-André

Introduction

Jacques-Guy Petit et Jean-Paul Saint-André

Texte intégral

1L’université d’Angers, progressivement organisée entre la fin du XIe et le milieu du XIVe siècle, est l’une des plus anciennes de France. Elle fut complétée par une faculté de médecine en 1432-1433. Cette dernière ayant été supprimée par la Révolution en 1792-1793 comme toutes les institutions à monopole royal, elle renaîtra dès 1807 comme École de médecine, chirurgie et pharmacie, sous le nom officiel de Cours pratiques d’instruction médicale. Jusqu’à la réorganisation complète de l’université d’Angers en 1970-1971, cette formation assurera ainsi la permanence de l’enseignement supérieur public en Anjou.

  • 1 Les travaux nationaux et régionaux sur l’histoire hospitalière, de même que sur la médecine, se so (...)

2En décembre 2007, le bicentenaire de cette École de médecine fut l’occasion de tenir un colloque scientifique résolument pluridisciplinaire auquel collaborèrent historiens et médecins, géographes, archéologues et spécialistes du patrimoine. Cet ouvrage qui présente les actes du colloque n’étudie pas seulement l’histoire des institutions hospitalières, de l’enseignement de la médecine, chirurgie et pharmacie ainsi que des principales figures médicales de l’Anjou depuis le Moyen Âge, il a aussi l’originalité d’être ancré dans le temps présent. Sont ainsi abordés les aspects sociaux et politiques de la médecine, le poids actuel du CHU d’Angers dans l’économie locale, les développements récents de la faculté de médecine et de la recherche, de même que les évolutions de la sociologie des étudiants. Toutes ces questions permettent de dresser un panorama relativement complet des évolutions, d’hier à aujourd’hui, tout en ouvrant des pistes de travail, par exemple en ce qui concerne la sociologie des malades ou la féminisation du corps médical1.

3Trois parties thématiques permettent de suivre ces mutations. Nous les présentons schématiquement, laissant le soin à Olivier Faure, spécialiste de l’histoire de la médecine, d’en faire l’étude synthétique approfondie dans un chapitre de conclusion qui dégage de grandes lignes de réflexion et qui propose des ouvertures de recherche.

Les hôpitaux dans l’histoire

4L’assistance hospitalière en Anjou est déjà bien étudiée, surtout grâce à l’inventaire que Célestin Port a consacré en 1870 aux archives de l’hôpital Saint-Jean d’Angers. Complétées par divers apports, ces archives anciennes sont particulièrement riches jusqu’au XIXe siècle. Il en est résulté une importante historiographie, centrée surtout sur les établissements urbains des XIIe-XIIIe siècles. Prolongeant les travaux de Jean-Marc Bienvenu et de François-Olivier Touati qui dépassent les études monographiques pour situer cette affirmation charitable dans le cadre général de l’épanouissement hospitalier dont les origines sont monastiques, Frédéric Chaumot présente ici une enquête poursuivie jusqu’au XVIe siècle, et pour la totalité de l’Anjou. En insistant sur la diversité des 144 établissements recensés, il repère des cycles correspondant aux phases d’expansion économique, tandis que les implantations paraissent les plus nombreuses là où la population et les moyens sont les plus importants. Pour la seule ville d’Angers et jusqu’au XVIIe siècle, à partir de ses travaux d’archéologue et de la documentation fiscale, François Comte élargit notablement la topographie hospitalière et médicale connue jusqu’alors. Il met en évidence l’activité de soins (plus largement que pour les seuls moines et moniales) des infirmeries des cinq abbayes et du prieuré bénédictin, dont les premiers médecins sont des moines ou des chanoines. Outre le grand hôtel-Dieu Saint-Jean l’Évangéliste créé vers 1175, on connaît aussi, pour le XIIe siècle, cinq aumôneries et deux léproseries établies dans les faubourgs de la ville sous la tutelle d’un établissement religieux. Ces aumôneries se multiplient et se spécialisent aux XIVe-XVe siècles tandis que commence un véritable enseignement médical. Pour le siècle des Lumières, F. Comte donne aussi des informations sur la diversification de l’enseignement et des locaux, et il présente une très neuve topographie des lieux de résidence des praticiens angevins qui complète celle des nombreux établissements hospitaliers qu’il a recensés pour l’ensemble de la période.

5Sous l’Ancien Régime, ces établissements hospitaliers furent-ils des mouroirs, des lieux d’accueil charitables, des espaces d’enfermement ou des institutions de soins des malades pauvres ? On sait que ces débats relancés par les ouvrages de Michel Foucault sont loin d’être clos et que toute généralisation serait abusive. L’étude de l’accueil des malades à l’hôpital Saint-Jean au XVIIIe siècle réalisée par Jacques Maillard, très nuancée, est donc précieuse. Au XVIIe siècle, Saint-Jean accueille les malades pauvres, y compris les étrangers à l’Anjou. Mais après la banqueroute de 1720 et jusqu’à la Révolution, il n’est plus possible d’accueillir tous les pauvres, la priorité étant donnée aux malades payants. De plus, en 1780, le nombre de lits passe de 300 à 120. Par manque de moyens ou de volonté politique, la fonction charitable traditionnelle de l’hôtel-Dieu est donc remise en question. Étienne Vacquet montre que les soins donnés dans les hôpitaux peuvent en partie se comprendre par la variété des anciens pots à pharmacie et du mobilier. Ce patrimoine hospitalier qui se retrouve actuellement à Angers et dans plusieurs hôpitaux ruraux comporte aussi des trousses de médecins et de chirurgiens, des tables à dissection, etc. La conservation de ce patrimoine est difficile, mais quelques réalisations récentes, comme celle de la chapelle du CHU d’Angers, sont encourageantes.

6À l’époque contemporaine, les établissements hospitaliers se sont diversifiés et ont connu de profondes mutations. L’asile départemental d’aliénés de Sainte-Gemmes-sur-Loire, ouvert en 1844 et devenu récemment le Césame (Centre angevin de médecine mentale) est, selon Vincent Guérin, un hôpital comme les autres au XXe siècle. Malgré des tentatives pour limiter l’internement des indigents et favoriser les placements dits libres, donc payants, cet hôpital est encore, dans les années 1930 un espace d’enfermement, encombré, sans thérapeutiques efficaces et tout s’aggrave pendant l’Occupation. Mais les neuroleptiques permettent une première évolution à partir de 1953 avec la possibilité du retour des malades dans la société. Cependant, les plus grands changements interviennent avec la psychothérapie institutionnelle, autour de 1968, qui facilite l’amélioration des relations malades/soignants, puis par la sectorisation, mise en place à partir de 1971, ce qui permettra de développer les soins extra-hospitaliers.

7Quant à l’hôpital, reconstruit un peu plus à l’est de la ville et agrandi depuis le Second Empire, il est devenu CHU (Centre hospitalier universitaire) par l’ordonnance de 1958 qui réforme les études médicales et crée le plein-temps hospitalier. Gilles Guy et Matthieu Gérain retracent les évolutions du CHU d’Angers depuis la parution du texte fondateur qui rapproche l’enseignement médical, la recherche en santé et les activités de soin. Ils montrent qu’à Angers, la création d’un véritable CHU a été laborieuse, pour de multiples raisons, mais que progressivement, à la faveur de quelques grands projets immobiliers, de l’autonomisation progressive des grandes spécialités médicales et chirurgicales, de la montée en puissance de la recherche clinique, et d’abord grâce à l’action de quelques acteurs majeurs, le CHU d’Angers a su trouver une position reconnue au sein du réseau des Hôpitaux universitaires du grand Ouest.

8Aujourd’hui, quand on évoque la santé, la médecine et les hôpitaux, il est toujours question des problèmes de l’État-providence et de la Sécurité sociale, avec les énormes coûts induits par les progrès médicaux et techniques ainsi que le vieillissement de la population, d’où les difficultés collectives et individuelles de financement et les déficits qui se creusent. Or, Sébastien Fleuret le rappelle opportunément, l’offre de soins ne doit pas seulement se mesurer en terme de coûts. Elle est aussi une activité économique importante qui compte pour 7 % dans la création de la richesse nationale de la France, les hôpitaux y contribuant pour plus de la moitié. Dans l’agglomération angevine, le secteur de la santé vient en deuxième rang, après le végétal, et le CHU d’Angers est même le principal employeur du département. Par les salaires qu’il distribue, les multiples biens qu’il consomme, les investissements, la formation de près de 3 500 étudiants, de même que par les nombreux laboratoires de recherche qu’il abrite, le CHU, acteur majeur de l’économie locale, contribue fortement à l’attractivité et au rayonnement de la ville. Il n’est donc pas étonnant qu’il influence les projets actuels d’aménagement du territoire urbain comme l’implantation de la ligne de tramway.

Enseignement de la médecine et grandes figures médicales

  • 2 L’étude la plus complète sur la faculté d’Ancien Régime est encore celle d’André Bocquel, La Facul (...)
  • 3 Lebrun François, Les hommes et la mort en Anjou aux 17e et 18e siècles, Paris-La Haye, Mouton, 197 (...)

9Bien avant le XVe siècle, l’enseignement médical existait à Angers, assuré d’abord par des moines puis par des prêtres séculiers, mais il ne devint officiel qu’avec la création de la faculté de médecine en 1432, comme le rappelle Alice Lamy. Les Statuts de 1484 donnent des informations précises sur son fonctionnement. Neuf à dix docteurs régents y enseignaient en latin, de façon très théorique, principalement à partir des traités d’Hippocrate et de Galien. Il semble cependant que des chirurgiens furent acceptés dans l’université d’Angers à partir de 1464. La faculté qui fut réformée en 1494 connut un développement plus important au XVIe siècle2. Longtemps, les chirurgiens accoucheurs furent des théoriciens sans véritable expérience. François Lebrun, auteur d’une grande thèse de démographie historique sur l’Anjou3, resitue l’action de la célèbre Madame du Coudray dans le contexte du milieu du XVIIIe siècle. Ce n’est qu’autour de 1760 que l’on prit conscience de la nécessité d’assurer une formation solide aux sages femmes afin de limiter la forte mortalité périnatale. Madame du Coudray, la plus réputée des formatrices, vint assurer son enseignement pratique à Angers en juin et juillet 1778, non seulement pour plus de 100 femmes, mais aussi, grande nouveauté, pour une dizaine de chirurgiens, dont le jeune Michel Chevreul qui sera le pilier de l’École de médecine pendant presque toute la première moitié du XIXe siècle. La pédagogie de Mme du Coudray s’appuie sur son ouvrage (Abrégé de l’art des accouchements…) et sur un mannequin, reliant ainsi théorie et pratique. Elle s’efforcera aussi de former des formateurs locaux capables de continuer son œuvre.

  • 4 Voir Legludic Henry (dir.), École de médecine et de pharmacie d’Angers, Centenaire 1807-1907, Ange (...)

10L’étude de Jacques-Guy Petit souligne qu’en 1791 la faculté de médecine, avec moins de 20 étudiants, est nettement sur le déclin et, en dehors des 9 docteurs et 15 chirurgiens d’Angers, les campagnes angevines sont un désert médical. Après la suppression de l’ancien système d’enseignement, en 1792-1793, une réforme importante, dès 1794-1795, réunit la médecine et la chirurgie en privilégiant la clinique, l’observation au lit du malade. Malgré la situation désastreuse des hôpitaux en Anjou depuis la guerre de Vendée, l’enseignement de la médecine et de la chirurgie continue. Angers n’obtiendra pas une des nouvelles écoles de santé (futures facultés), mais des cours d’instruction médicale qui, en 1807, officialisent cet enseignement. La plupart des professeurs, comme Michel Chevreul, sont les anciens docteurs régents. Ne formant que des officiers de santé en trois ans, l’École d’Angers voit ses meilleurs étudiants aller faire une quatrième année à Paris pour y devenir docteurs. Une pléiade de grands médecins dont la formation a commencé à Angers assurent la renommée de l’École : les Béclard, Billard, Bérard, Ollivier, Menière, etc. École secondaire en 1820 puis École préparatoire de médecine et de pharmacie en 1840, l’enseignement supérieur de la médecine se développera à Angers tout au long des XIXe et XXe siècles, jusqu’à devenir École nationale en 1951 puis faculté à partir de 1965 et surtout en 1969-19704.

11Il est donc pertinent de présenter quelques-unes de ces grandes fi gures médicales, ce que fait d’abord Yves Denéchère pour Charles-Michel Billard (1800-1832). Orphelin pauvre, boursier, ancien interne de l’École d’Angers, celui-ci commença une carrière prometteuse à Paris dans l’hospice des Enfants-trouvés, se faisant connaître par des publications novatrices sur les maladies infantiles, si bien qu’il est considéré actuellement comme un des pères de la néonatalogie. Refusant les offres de chaires parisiennes, il revint s’installer à Angers où il acquit rapidement une importante clientèle. Bien informé des expériences étrangères par ses connaissances linguistiques et par ses voyages, il fut aussi un médecin très engagé au service de sa cité. Soutien très actif de l’Institution des sourds-muets, il fut surtout le principal organisateur du dépôt de mendicité de la ville. Il décéda en 1832, emporté par la tuberculose à l’âge de 32 ans.

12Frédéric Dubas nous rappelle que Charles-Prosper Ollivier, né à Angers en 1796, très proche de son cousin Billard, a débuté sa formation à Angers avant de la poursuivre à Paris où il entreprend sa thèse sur l’anatomie et les vices de conformation de la moelle épinière. C’est dans cet ouvrage qu’apparaît le terme de « syringomyélie », forgé par Ollivier, célèbre pour avoir défriché la pathologie médullaire avec les moyens de son époque, puis, dans une seconde phase de sa carrière, pour avoir été l’un des grands précurseurs de la médecine légale moderne. L’élection à l’Académie royale de médecine en 1825 consacre l’ensemble de son œuvre. Il meurt en 1845, à l’âge de 49 ans.

13François Legent retrace la carrière de l’un de ses plus illustres prédécesseurs, Prosper Menière (1799-1862), angevin dont le nom est connu dans le monde entier. Sa célébrité vient d’une communication à l’Académie de médecine en 1861, dans laquelle il montre que des troubles de l’audition et de l’équilibre sont dus à une affection de l’oreille interne et non à une « congestion cérébrale » comme on le pensait à l’époque. F. Legent rappelle le parcours exceptionnel de P. Menière, depuis l’École de médecine d’Angers jusqu’à l’Institution royale des sourds-muets. Il montre enfin l’éclectisme de sa culture, qui l’a conduit à publier des textes sur des sujets aussi divers que l’emprisonnement de la duchesse de Berry, les salons du Second Empire, Cicéron… Dans le chapitre consacré à une autre grande figure locale, Henri Legludic (1840-1917), Laurent Ferron relève que ce médecin hygiéniste, directeur de l’École de médecine d’Angers de 1890 à 1910, acquit une renommée nationale par ses travaux de médecine légale, en particulier par son livre sur les attentats aux mœurs en 1896, puis par celui sur les blessures en 1905. Républicain engagé et conseiller municipal de 1871 à 1884, il s’efforça de promouvoir l’assistance publique. Maître d’œuvre de l’ouvrage du centenaire de l’École de médecine, il y mit en valeur tous les progrès réalisés depuis 1807, dont beaucoup à la fin du siècle sous son impulsion : organisation d’un service de radiologie, augmentation des chaires, ouverture de laboratoires modernes (physique en 1890, bactériologie en 1891), clinique ophtalmologique en 1902, délivrance du PCN à Angers depuis 1895, etc. Pasteurien passionné par les progrès scientifiques et bon administrateur, il assura le développement de l’École de médecine et fut une des personnalités marquantes d’Angers au tournant du siècle.

14Si l’histoire de l’enseignement médical et pharmaceutique à Angers est très ancienne, sa renaissance, au début du XIXe siècle fut un événement majeur. Puis, l’évolution de l’école de médecine d’Angers, malgré des vicissitudes, a permis, dans les années 1960, la création d’une faculté de médecine et de pharmacie, d’abord bicéphale (Nantes-Angers), puis de plein exercice. Cette faculté, comme le soulignent Hélène Guinaudeau et Jean-Paul Saint-André a participé activement à la création de l’université d’Angers en 1971, puisque c’est René Rouchy, professeur de gynécologie-obstétrique qui en fut le premier président. Depuis 40 ans, l’histoire de l’enseignement médical et pharmaceutique à Angers est très liée aux grandes évolutions nationales. Une originalité est la création, dans les années 1980, de filières professionnalisantes par les enseignants de pharmacie. Les évaluations récentes, en particulier le classement des facultés selon leurs résultats aux épreuves nationales classantes, montrent qu’Angers propose un enseignement médical et pharmaceutique d’excellente qualité.

15Pour compléter ce panorama de la situation actuelle, Michel Baslé rappelle que la recherche est une mission fondamentale de l’université. À Angers, la recherche en santé s’est structurée progressivement à partir du début des années 1970. Elle est devenue l’un des pôles d’excellence de l’université d’Angers. La reconnaissance de 11 équipes de recherche et d’un Institut fédératif de recherche en est la traduction administrative. D’autres indicateurs présentés par M. Baslé confirment la bonne tenue de la recherche en santé à Angers, dont il ne faut pas méconnaître toutefois la relative fragilité, en dépit du soutien sans faille des collectivités territoriales.

16Ce bilan très satisfaisant, aussi bien dans le domaine de l’enseignement que dans celui de la recherche, compte tenu de la taille du pôle santé d’Angers, devrait permettre d’assurer la pérennité de l’enseignement supérieur médical et pharmaceutique au moment où de nouvelles réformes sont en préparation.

Aspects sociaux et politiques

17La médecine, toujours au centre des préoccupations des individus et des sociétés, mais longtemps ignorante et inefficace face aux maladies, a mis des siècles à se dégager de la magie. Patricia Gaillard-Seux montre la permanence des pratiques magiques antiques dans la médecine populaire d’Anjou jusqu’au XXe siècle. La taupe est un des animaux les plus utilisés dans ces rites et recettes médico-magiques bien connus par les travaux des folkloristes angevins. Les rituels mimétiques (le transfert de la maladie à une substance) concernent principalement la guérison des verrues et des dartres. Quant aux rites oraux, en fait des conjurations, ils sont surtout liés au christianisme, la plupart d’entre eux invoquant Dieu, le Christ, les saints ou se ponctuant par des Pater et des Ave. Malgré leur ressemblance avec les rites magiques antiques collectés par Pline l’Ancien et Marcellus, cette médecine populaire angevine ne semble cependant pas se situer dans leur continuité directe, car il est probable qu’elle a été principalement diffusée, comme dans les autres campagnes françaises et avec quelques spécificités locales, par la littérature de colportage de l’époque moderne. Pour les deux derniers siècles, Sylvain Sionneau reprend cette question de la médecine populaire, mais du côté de ses acteurs, à partir des conflits judiciaires entre médecins et empiriques, après la nouvelle législation de 1803 qui définit comme guérisseurs illégaux, donc condamnables, tous ceux qui ne sont pas autorisés à exercer officiellement. Les guérisseurs illégaux sont encore pourtant nombreux dans l’Anjou du XIXe siècle : empiriques « généralistes », jugeurs d’eau et rebouteux, de même que faux chirurgiens, dentistes, herboristes ou vétérinaires, etc. Les médecins, surtout là où ils sont les plus nombreux, comme dans le Saumurois, donc davantage soumis à la concurrence, ne se privent pas de dénoncer les illégaux au préfet et à la justice. Certains guérisseurs aux pratiques dangereuses, mal aimés ou redoutés par la population, sont condamnés. Mais les rebouteux compétents sont très prisés par la population rurale qui les soutient dans leurs démêlés avec les médecins et la justice. Les religieuses distributrices de remèdes de leur composition sont aussi dans la ligne de mire d’un corps médical soudé contre la concurrence de tous les empiriques de proximité et qui s’appuie sur les progrès scientifiques et médicaux du siècle pour affirmer sa légitimité.

18Dans la ville d’Angers, bien que l’hygiène publique soit enseignée aux futurs médecins depuis la période révolutionnaire, l’étude de Sylvain Bertoldi met en évidence le fait que, jusqu’à la Troisième République, la situation sanitaire, marquée par les épidémies, est aussi mauvaise que dans les autres grandes villes de l’Ouest. Mais à la fin du siècle et jusqu’à une période très récente, l’écart se creuse, Angers devenant la ville la plus sale et la plus insalubre de la région, surtout à cause de la situation déplorable de ses quartiers populaires de la Doutre. Le bureau d’hygiène municipal tardivement créé en 1906 sera longtemps inefficace et les bains-douches populaires n’ouvrent qu’en 1926. Pour l’achèvement du tout-à-l’égout, il faudra attendre la fin des années 1970, bien après la plupart des grandes villes françaises. Cependant, depuis cette période, le changement est considérable, Angers ayant fait de l’environnement et du développement durable une de ses principales priorités.

19Comment comprendre, en matière d’hygiène, cette politique municipale très conservatrice pendant la Troisième République, alors que depuis 1800, comme le souligne l’étude de Jean-Luc Marais, on compte toujours entre 1 et 5 médecins au conseil municipal ? Entre 1908 et 1925, ils forment environ 14 % du corps municipal et, de 1888 à 1914, alors que se succèdent cinq maires, trois sont des médecins : Jean Gaignard, Ambroise Montprofit et Louis Barot. Entre 1888 et la Première Guerre mondiale, trois médecins angevins furent élus députés : Bury à Saumur, Bichon puis Montprofit dans la circonscription d’Angers. Mais, à la Chambre, ils ne se manifestent pas dans les débats sur les lois de santé publique. À Saumur, le docteur Peton, maire au tournant du siècle, est très actif dans le domaine de l’hygiène publique, tandis qu’à Angers, de 1908 à 1912, la municipalité du docteur Montprofit, est beaucoup plus conservatrice. J.-L. Marais considère que si les professeurs de l’École de médecine d’Angers sont très présents dans le conseil municipal de leur ville, les questions d’hygiène et de médecine sont peu évoquées lors des campagnes municipales et que leurs propositions d’amélioration sont généralement repoussées par la majorité des conseillers, des commerçants et des entrepreneurs qui refusent les dépenses importantes dans ce domaine.

20C’est une des premières femmes médecins d’Angers, Marguerite Legros, à laquelle Pascale Quincy-Lefebvre consacre son étude, qui réalisera une œuvre sociale véritablement pionnière au service de la médecine scolaire. Cette ancienne interne de l’École de médecine d’Angers qui a complété sa formation d’hygiéniste à Paris est nommée en 1930 par la municipalité comme chef du nouveau Service d’inspection médicale des écoles de la ville. Il s’agit certes de dépasser les politiques de protection charitable traditionnelles et de mieux protéger l’enfance d’âge scolaire. Mais comme le prouve l’appui de la chambre des métiers, il s’agit aussi, dans le contexte de la grande crise et de la montée du chômage, d’organiser rationnellement l’orientation professionnelle des élèves en fin de scolarité. Le syndicat des médecins angevins qui avait aussi d’abord apporté son soutien entre vite en conflit avec les initiatives du Dr Legros, au nom de la défense des familles et de la médecine libérale, contre la pratique « collectiviste » du « médecin fonctionnaire ». Alors que l’on souhaitait la cantonner, comme femme, au domaine de l’enfance et de l’assistance, elle réussira à devenir directrice du Bureau d’hygiène municipal où sa grande capacité de travail et son engagement multiforme, malgré la faiblesse des moyens alloués, marqueront la ville jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

21Christine Bard rend compte de cette lente et difficile féminisation du corps médical, l’intérêt de son étude historique résidant notamment dans la comparaison entre les évolutions nationales et locales. En 1911, en France la féminisation des études médicales n’atteignait que 11 % (dans ce domaine, la France était pourtant en avance sur la plupart des autres grands pays), mais la première inscription féminine à Angers n’était apparue qu’en 1910 et, jusque dans les années 1950, le taux de féminisation à l’École d’Angers représente la moitié de celui de l’ensemble du pays. Cependant, la croissance locale est forte à partir de cette période, parallèlement à la meilleure reconnaissance officielle de l’École de médecine d’Angers devenue faculté à part entière. En 2000, tandis que la France, compte 39,6 % de femmes dans le corps médical, ce taux est de 40 % pour le département de Maine-et-Loire et de 42 % pour la seule ville d’Angers. Cette féminisation s’accompagne de mutations qualitatives importantes. Les femmes médecins se dirigent souvent vers la médecine salariée et, quand elles exercent en libéral, majoritairement vers la médecine spécialisée, pour mieux maîtriser leur temps de travail, et plus particulièrement vers la pédiatrie, la gynécologie médicale et la psychiatrie. C. Bard note que si les femmes s’orientent plutôt vers la médecine des femmes et des enfants, la distinction entre la médecine relationnelle qui serait davantage « féminine » et la médecine technique est en voie de disparition. En 3e cycle à Angers, il y a davantage de femmes que d’hommes en chirurgie et beaucoup plus encore en médecine générale. Mais il faut remarquer que dans les principales instances de pouvoir, à Angers comme en France, dans les conseils de l’ordre comme dans les postes de professeurs de faculté et chefs de services de CHU, les hommes sont massivement surreprésentés

22L’étude présentée par Jean-Paul Saint-André et ses collaborateurs sur les évolutions sociologiques des étudiants de la faculté de médecine d’Angers confirme que la féminisation massive du corps médical n’est pas achevée, mais qu’elle a déjà un impact significatif sur l’exercice médical, la gestion des carrières et l’organisation des soins. L’exercice de la médecine de soins primaires est en première ligne, en raison de difficultés d’identification de ce mode d’exercice de la médecine par les étudiants et aussi d’une organisation des soins primaires mal adaptée aux attentes des jeunes médecins. Des possibilités d’évolution professionnelle en cours de carrière, une identification de la médecine générale en tant que discipline universitaire porteuse de projets de recherche, un exercice salarié dans des maisons de santé pluridisciplinaires sont quelques-unes des pistes évoquées pour mieux répondre à l’attente des futurs médecins.

Notes

1 Les travaux nationaux et régionaux sur l’histoire hospitalière, de même que sur la médecine, se sont multipliés depuis les dernières décennies du XXe siècle, en particulier sous l’impulsion de la Société d’histoire des hôpitaux et du comité d’histoire de la Sécurité sociale. Parmi les actes de colloques, relevons une publication récente : Marec Yannick (dir.), Accueillir ou soigner ? L’hôpital et ses alternatives du Moyen Âge à nos jours, Publication des universités de Rouen et du Havre, 2007. Dans les facultés des lettres et sciences humaines, l’histoire sociale de la médecine et des hôpitaux contemporains a connu des développements importants depuis les travaux pionniers de Jacques Léonard poursuivis notamment par Olivier Faure, Pierre Guillaume et Yannick Marec.

2 L’étude la plus complète sur la faculté d’Ancien Régime est encore celle d’André Bocquel, La Faculté de médecine de l’Université d’Angers, 1433-1792, Angers, Éditions de l’Ouest, 1951.

3 Lebrun François, Les hommes et la mort en Anjou aux 17e et 18e siècles, Paris-La Haye, Mouton, 1971.

4 Voir Legludic Henry (dir.), École de médecine et de pharmacie d’Angers, Centenaire 1807-1907, Angers, Germain et Grassin, 1907 et Renier Jean-Claude, Vingt ans d’histoire (1957-1977) du développement universitaire d’Angers, Angers, 1998.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540