Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesse(s) et élites

 | 
Christine Bouneau
, 
Caroline Le Mao

Tables rondes

Table ronde no 2. Enjeux transversaux

Texte intégral

1Intervenants :

  • Christophe Bouneau, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bordeaux 3.
  • Yolande Cohen, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université du Québec à Montréal.
  • Jean Garrigues, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Orléans.
  • Sylvie Guillaume, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bordeaux 3, membre de l’IUF.
  • Nicole Pellegrin, chargée de recherches à l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine, École Normale Supérieure Paris.

Christine Bouneau annonce la 2de table ronde en remarquant que le découpage est un peu artificiel puisque certaines passerelles ont déjà été faites du point de vue transversal mais que cela présente néanmoins l’avantage de pouvoir relancer plus vite la discussion. Elle présente les intervenants.

  • 1 Yolande Cohen, Les jeunes, le socialisme et la guerre. Histoire des mouvements de jeunesse en Fran (...)
  • 2 Yolande Cohen, Profession : infirmière, Les Presses de l’Université de Montréal, 2000 ; Les scienc (...)

Yolande Cohen, Professeur à l’Université du Québec à Montréal, elle a été responsable du Centre de coopération interuniversitaire franco-québécois de 2004 à 2007. Comme Patrizia Dogliani, elle a beaucoup enseigné à l’étranger en Europe et aux Etats-Unis. Ses spécialités incluent l’histoire des jeunes, de la jeunesse, des femmes en Europe au XXe siècle ; les mouvements sociaux, les mouvements identitaires en France, en Europe et au Canada. Parmi ses ouvrages principaux, on peut citer Les jeunes, le socialisme et la guerre. L’histoire des mouvements de jeunesse en France1 ainsi que plusieurs ouvrages sur l’histoire des métiers féminins, en particulier sur l’histoire de la professionnalisation des infirmières2. Elle a également travaillé sur les migrations post-coloniales (Juifs marocains à Montréal, 1987, et Itinéraires sépharades, 1992).

  • 3 Jean Garrigues, Les grands discours parlementaires de la Troisième République, vol. 1, « De Victor (...)
  • 4 Jean Garrigues, La République des hommes d’affaires 1870-1900, Aubier, 1997 ; Les Patrons et la po (...)
  • 5 Jean Garrigues, « Le Quartier Latin à la Belle-Époque : un lieu privilégié de l’engagement », in F (...)
  • 6 « Jeunes en politique », Parlement[s], revue d’histoire politique, no 8, 2007.

Jean Garrigues est Professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Orléans, Président du Comité d’histoire parlementaire et politique, directeur de la revue Parlement[s], revue d’histoire. On peut dire qu’il est spécialiste du pouvoir, à la fois du pouvoir politique et du pouvoir économique donc spécialiste des élites. Parmi ses travaux, compte tenu de ses responsabilités à la tête du CHPP, il faut rappeler qu’il a contribué, pour les sources, à la publication des Grands discours parlementaires et à une Histoire du Parlement3. Citons encore La République des hommes d’affaires, Les Patrons et la politique, les groupes de pression4, plus spécifiquement sur notre thématique il a écrit un article sur « La jeunesse, le Quartier latin à la Belle-Époque : un lieu privilégié de l’engagement5 » et puis la revue Parlement[s], a consacré un de ses derniers numéros à « La place de la jeunesse en politique6 ».

  • 7 Sylvie Guillaume, Histoire politique comparée Grande-Bretagne, RFA, France, Nathan Université, 199 (...)
  • 8 Avec Pierre Guillaume, Nouveaux regards sur les francophonies torontoises, MSHA, 2003.
  • 9 Sylvie Guillaume (dir.) Le centrisme en France aux XIXe et XXe siècles : un échec ?, MSHA, 2005, 1 (...)
  • 10 Sylvie Guillaume, Les classes moyennes au cœur du politique sous la IVe République, MSHA, 1997, 25 (...)
  • 11 Sylvie Guillaume (dir.), Les Élites Fins de Siècles XIXe-XXe siècles, MSHA, 1992, 224 p.
  • 12 Sylvie Guillaume, Konrad Adenauer, Ellipses, 2007.
  • 13 Sylvie Guillaume (dir.), Penser et construire l’Europe de 1919 à 1992, Ellipses, 2007, 300 p.

Sylvie Guillaume est Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bordeaux 3, membre de l’IUF, directrice du CEMMC. Elle est à la fois spécialiste de l’histoire politique comparée des pays européens7, en particulier France/Allemagne, de l’histoire du Canada8 mais aussi du centrisme9, des classes moyennes10 et des élites. Je rappelle qu’elle a initié le colloque de l’Équipe de Recherche en Histoire Politique Contemporaine, lointain ancêtre du Centre d’Études des Mondes Moderne et Contemporain, sur Les élites fins de siècles. XIXe-XXe siècles11. Parmi ses derniers ouvrages, citons Konrad Adenauer12, Penser et construire l’Europe13.

  • 14 Christophe Bouneau, Modernisation et territoire. L’électrification du grand Sud-Ouest de la fin du (...)
  • 15 Christophe Bouneau, Michel Derdevet, Jacques Percebois, Les réseaux électriques au cœur de la civi (...)

Christophe Bouneau est Professeur d’histoire économique contemporaine, directeur de la MSHA, expert pour les sciences humaines et sociales à la Commission européenne au titre du réseau des MSH, il pourra ainsi peut-être nous dire ce qui se fait au niveau européen. Il est spécialiste des réseaux : énergie, transports14. Son dernier ouvrage d’ailleurs porte sur Les réseaux électriques au cœur de la civilisation industrielle15. Spécialiste des entreprises, du développement régional, de l’innovation, bref des élites économiques : c’est à ce titre là qu’il participe cet après-midi à cette table ronde.

  • 16 Réédition et présentation du Dictionnaire historique, littéraire et bibliographique des Françaises (...)
  • 17 Nicole Pellegrin, Les bachelleries : organisations et fêtes de jeunesse dans le Centre-Ouest, XVe- (...)
  • 18 Nicole Pellegrin, « Représentations de la jeunesse dans le Centre-Ouest du XVe au XVIIIe siècle »,(...)

Caroline Le Mao : Et enfin il m’appartient de vous présenter Nicole Pellegrin, que je tiens à remercier très fortement car elle a accepté de nous rejoindre pour nous renforcer et tiendra ici le rôle terrible de la seule moderniste contre tous ces contemporanéistes ! Elle est chargée de recherches à l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine de l’ENS Paris. Si, aujourd’hui, ses travaux concernent plus spécifiquement l’histoire des femmes16, on rappellera que sa thèse portait sur les organisations de jeunesse à l’époque moderne17, sujet auquel elle a par ailleurs consacré de nombreux articles18.

Christine Bouneau : On va peut-être vous demander dans votre spécialité, dans votre période, quels sont les grands chantiers de recherche, quelles sont les sources possibles, les lacunes, etc. Peut-être aussi en même temps pourra-t-on dégager une dimension européenne, transversale dans cette thématique ?

  • 19 Le Poro est une structure qui prend en charge l’initiation de tous les jeunes garçons dès l’âge de (...)

Nicole Pellegrin : Je suis la baby-boomer, c’est-à-dire la plus vieille mais aussi une de celles qui ont participé à un certain « mouvement », celui des jeunes des années 1970, et je crois que, comme on l’a dit tout à l’heure, il est très important de nous positionner face à nos recherches. J’appartiens à une génération, qui, avec Yves-Marie Bercé et beaucoup d’autres, et dans la lignée des travaux de Dumazedier et Cacérès, ont travaillé sur la relation entre jeunesse, révolte(s) et fêtes, ce qui veut dire que je suis une historienne moderniste mais que je suis aussi une anthropologue et que je me suis beaucoup intéressée, dans mon extrême jeunesse, à des jeunesses dont on n’a pas parlé véritablement, me semble-t-il, dans ce colloque, c’est-à-dire des jeunesses appartenant aux élites rurales. Le cas des bachelleries – qui étaient à la fois le nom qu’on donnait aux fêtes et aux organisations de la jeunesse masculine dans le grand Centre-Ouest – est très intéressant puisqu’il réunissait à la fois les nobles du coin mais aussi tous les garçons valides du village tant qu’ils n’étaient pas mariés. Ce qui veut dire que j’aurais eu envie de proposer d’autres définitions de la jeunesse que celles qui ont été données ici puisque d’une part l’entrée en jeunesse faisait l’objet d’un rituel précis, proche de ce qui se passe dans le Poro Senoufo en Afrique autour de 10-12 ans19 et que, d’autre part, la sortie de la communauté des jeunes, dans le cas des bachelleries poitevines, c’était ou bien le mariage ou bien la naissance du premier enfant. D’où mon intérêt pour les rituels d’entrée et de sortie de la Jeunesse qui sont des sujets qui, me semble-t-il, concernent tous les jeunes des élites dans les différents pays d’Europe et la définition de cet âge de la vie n’a pas été évoquée. J’ai travaillé aussi bien sûr sur les apprentissages et se pose à mes yeux, mais aussi aux yeux de toute cette assemblée, un autre problème de définition, celui d’élites non reconnues, rurales comme citadines. Le cas évoqué par Marie-Louise [Pélus] des jeunes gens qui vont travailler dans les comptoirs d’Italie, d’Espagne ou de la Hanse, est un problème général qu’il faudrait repenser puisque ces fils des élites négociantes mais aussi manufacturières et corporatives ont des destins qui, au fil des générations, vont les faire passer dans ce que vous vous appelez les élites dans un sens restrictif. Il y a un troisième aspect tout à fait central de nos débats – même si malheureusement me semble-t-il c’était trop peu explicite dans nos propos, du moins dans ceux auxquels j’ai assisté – c’est le problème des filles. Toutes les questions que nous nous sommes posées, nous aurions dû les envisager en termes genrés, c’est-à-dire en termes de relations sociales de sexe. C’est-à-dire que la définition de l’observatoire d’où je parle, pourquoi je parle et comment je parle, il faut aussi le coupler avec la mise au clair des statuts et des appartenances de fortune et de sexe. Sommes-nous des élites ? J’ai adoré cette question. Est-ce que, ce matin, vous avez pensé à envisager le point de vue des « femmes » autant que celui des « hommes ». Ainsi le problème de l’éducation différentielle des filles et des garçons est crucial, y compris en matière de négoce. Il y a de grandes négociantes et cependant il n’y a nul cursus officiel qui leur soit destiné. Mais, éventuelles propositions, je crois qu’il nous faut travailler sur d’autres lieux, en particulier le spirituel et notamment les lieux de la spiritualité. Dominique [Picco] nous a offert une occasion ce matin de penser aux lieux, là aussi genrés, où la religion forme les jeunes gens, femmes et hommes des élites. Et le rôle du couvent pour les filles, dans la formation des élites femmes mais aussi hommes, mériterait d’être relu dans ce sens.

Autre lieu central qui n’a pas été abordé, me semble-t-il, c’est le problème du service. Que veut dire « être page » ou « être gouvernante » ? Nous avons ici un ami qui vient de Neuchâtel et il me fait rêver de travaux qui nous éclaireraient toutes et tous sur les gouvernantes et les gouverneurs suisses qui, dans toute l’Europe d’Ancien Régime mais aussi au XIXe siècle, ont appris le français aux enfants du privilège et gagné ainsi dignement leur vie. Le précepteur, le mentor, celui qui accompagne lors du Grand Tour, le porteur de livres dans les milieux du négoce, tous sont des figures importantes de la formation des élites anciennes. Alors, cela implique de travailler bien sûr sur d’autres sources et comme moderniste, je pense qu’on n’a pas assez travaillé sur les comptes de tutelle, sur les contrats d’apprentissage (ils ne concernent pas seulement le niveau le plus bas de l’artisanat), et je fréquente aujourd’hui avec infiniment de bonheur une source qui est un peu trop oubliée, celle des biographies et autobiographies spirituelles. En ce qui concerne l’Ancien Régime, garçons et filles, lorsqu’ils ont une vocation religieuse, sont conviés à écrire leur vie et la période de la jeunesse est toujours présente dans des narrations, certes hagiographiques mais réalistes, et il faudrait, je crois, reprendre systématiquement, parallèlement aux journaux de raison, aux mémoires, aux correspondances, cette source littéraire, fictionnalisée bien évidemment comme tout récit de voyage, mais qui me paraît central. Excusez-moi d’être longue.

Christine Bouneau : À propos de Neuchâtel, la question hier, a été abordée dans la discussion, notamment avec Pierre Guillaume qui avait évoqué le rôle des gouvernantes.

À propos de Saint Louis de Gonzague aussi, cela a été abordé. On retrouve toujours la difficulté de définir. Définir la jeunesse, définir les élites en fonction de l’endroit où on met le seuil et on retombe toujours sur ces problèmes de seuils, seuil de la jeunesse mais aussi seuil des élites. On l’a vu tout à l’heure avec François et avec Michel qui ont évoqué les différents niveaux des élites. Peut-être que pour le genre puisque vous avez beaucoup insisté sur les genres, va-t-on donner la parole à Yolande Cohen qui est aussi spécialiste des deux avant de rebondir sur d’autres problématiques.

Yolande Cohen : Merci Christine ; merci de nous avoir invités à partager nos réflexions sur des sujets qui nous sont chers. Il y a beaucoup de choses qui ont été dites durant ces deux jours qu’il serait difficile de résumer, aussi ajouterais-je tout simplement ma petite pierre à cet édifice.

Quelques précisions d’abord : on parle indifféremment des jeunes et des jeunesses, or il me semble que durant ce colloque nous avons plutôt étudié l’histoire des jeunes, comme un état, pour qualifier un rituel de passage, une transition dans la vie avec toutes les approximations et nuances qui s’imposent. Etablir ces faits, identifier cet état est certainement une tâche dont les historiens doivent s’acquitter si l’on veut avancer dans la connaissance d’un sujet qui reste encore relativement marginal, disons-le franchement. Or il me semble que cette approche doit être complétée par une histoire des jeunesses. Car il y a plusieurs jeunesses, et plusieurs façons de se représenter cet état. L’histoire des jeunesses montre en fait comment elles se constituent, à partir de regroupements spécifiques en classes d’âge, issues de catégories sociales particulières, rassemblant des jeunes hommes et des jeunes femmes d’origine ethnique et religieuses différentes, qui définissent différentes modalités d’entrée dans la vie adulte. Ainsi, en mettant l’accent sur les jeunes des élites, ce colloque fait le pari d’une reproduction de ces élites dont les jeunes seraient la courroie de transmission (éducation, formation, apprentissage, etc.) et prend le risque de gommer les processus de construction plus autonome des groupes de jeunesse. Or je pense précisément que ce sont deux étapes chronologiquement distinctes de l’histoire des jeunes : à l’époque moderne correspond la reproduction/héritage des élites qui modulent l’être jeune (l’hérédité en est le passage obligé) ; à l’époque contemporaine, correspondent plutôt des constructions multiples de la jeunesse et des formes différentes d’accès aux élites (méritocratie républicaine par exemple).

Ainsi il y a un avant et un après que la chronologie montre à partir de cette histoire des jeunes et des jeunesses, qui marque cette grande rupture dans les modes de socialisation de la jeunesse. La rupture, qui a été bien indiquée pour l’époque moderne, témoigne du changement dans le recrutement des élites : on passe des élites établies, avec un processus de reproduction, des formes d’éducation et de socialisation de la jeunesse. C’était une reproduction héréditaire inscrite dans les règles de la société moderne.

Or – et on l’a vu à travers les différentes interventions –, l’élite n’est plus, et de moins en moins, une élite qui se reproduit de façon héréditaire. À ce titre, les rites de passage qui montrent ces transformations profondes dans la socialisation des jeunes le montrent éloquemment. Marie-Louise en a parlé, notre ami de Neuchâtel aussi ; il nous a montré comment un des fils de bourgeois comprend qu’il ne peut plus participer à la vie de son père et est obligé d’aller s’expatrier à Manchester. Devenu émigrant, il est en rupture véritablement avec le milieu de son père et de sa famille, doit faire ses preuves en allant s’établir ailleurs. Cet apprentissage de la vie, en dehors de son milieu d’origine, et sans les soutiens traditionnels de la fratrie et du milieu social d’origine, témoigne des nouvelles formes de socialisation qui mettent l’accent sur la réussite individuelle et sur le mérite acquis par chacun. Et même si l’on peut penser que ce sont des formes très protestantes d’éducation des jeunes, on ne peut s’empêcher de voir dans cet exemple l’annonce du modèle contemporain de socialisation de la jeunesse.

  • 20 John Gillis, Youth and History. Tradition and change in European Age Relations 1770-Present, New Y (...)

C’est à l’époque contemporaine que sont repensées toutes les instances de socialisation des jeunes, comme les systèmes d’éducation, les systèmes familiaux, l’école, l’armée et la famille. Or l’historiographie de la jeunesse a abordé ces questions de façon diverse. Je distinguerai trois différentes approches. La première est celle de l’établissement de cette nouvelle catégorie dans l’histoire : on voit ainsi émerger la catégorie de la jeunesse (au singulier), à partir d’études empiriques où les jeunes sont identifiés et leurs mouvements catégorisés. Le livre pionnier de John Gillis20 illustre bien cette approche. Il montre bien que toutes ces instances de socialisation, et en particulier les mouvements de jeunesse vont pousser à la construction de catégories sociales et sexuées de la jeunesse : « boys will be boys » ; il déplorait déjà qu’on ne parle que des boys et pas de girls bien qu’il y avait déjà des guides, des filles scouts, etc. Plus fondamentalement, il conclut à la naissance de la jeunesse moderne en Occident, à partir de l’histoire sociale comparée des jeunesses allemande et britannique au début du XXe siècle.

La seconde approche, qui a donné naissance à des ouvrages plus théoriques, est celle qui reconnaît à la jeunesse une place, mais minorisée et dominée. Inspirée des travaux de Bourdieu, cette historiographie n’accorde qu’une autonomie relative à la jeunesse, et considère qu’elle participe à la reproduction des élites (les travaux de Gérard Mauger sur la sociologie de la jeunesse en sont un bon exemple).

L’histoire spécifique des jeunes en est presque la première victime. Bourdieu parle de la jeunesse comme d’un non-état. C’est un état qui est somme toute passager, et qui est donc hérité, imprimé, imbriqué dans ce mouvement de reproduction et de distinction, les deux vont ensemble ; c’est aussi un état mais en même temps il n’a pas d’autonomie.

La troisième approche, qui a envahi le champ de l’histoire des jeunes – et qui est resté forcément absente d’un colloque consacré aux élites –, c’est celle qui est inspirée (de loin ou de près) des travaux de Michel Foucault. Ce sont les théories du contrôle social ou de la régulation qui ont envahi le champ de l’histoire des jeunes et l’ont en quelque sorte transformé en une histoire de la délinquance, de la jeunesse déviante, etc. Jeunesse objet plutôt que sujet, elle alimente une historiographie importante de la jeunesse comme objet de contrôle social.

En fait il me semble que – et j’en terminerai avec cela – on est un peu coincé dans ce type d’historiographie. Les mouvements de mai 68-Patrizia en parlait tout à l’heure-vont transformer radicalement ces approches et cela me semble être le second grand moment de rupture qui a débloqué toute cette historiographie. Elle a permis de réviser notre interprétation de l’histoire des jeunes et de mieux comprendre combien cette historiographie a contribué à montrer principalement l’instrumentalisation de la jeunesse. Ainsi l’histoire aurait redoublé la domination des jeunes en identifiant les partis politiques, les Eglises, les patronages etc. qui dans les sociétés démocratiques se sont appuyés sur la jeunesse comme ses principaux acteurs mais pour l’instrumentaliser. Le moment où l’instrumentalisation de la jeunesse atteint son paroxysme est celui où les régimes totalitaires ou staliniens font des jeunes le prolongement de l’état et du parti. L’essentialisation ou la naturalisation de la jeunesse par les régimes totalitaires va paradoxalement conduire à ouvrir aux jeunes un espace nouveau parce que c’est un espace public, en leur octroyant a contrario un rôle politique. Je dis bien a contrario parce que finalement c’est un peu à leur corps défendant.

Ainsi, dans l’ensemble, la jeunesse a été une catégorie dominée et doublement instrumentalisée dans l’histoire et dans le rapport à son passé. Et c’est peut-être aussi comme cela qu’on peut expliquer la révolte de la jeunesse de mai 68 : révolte des jeunes et des étudiants qui cherchent à établir des liens nouveaux, égalitaires avec la classe ouvrière et à s’approprier leur propre histoire. Mais on a encore beaucoup oublié dans ces commémorations du 40e anniversaire de 68 que ce fut d’abord et avant tout une révolte des jeunes, je dirais donc de la jeunesse. Cette jeunesse s’affirme de façon extrêmement forte dans les années 60 et transforme d’une certaine façon l’historiographie, la perspective et la manière dont on en fait l’histoire. J’espère que ces nouvelles approches seront prises en compte dans les travaux à venir sur ce sujet passionnant à bien des égards.

Christine Bouneau : Merci de cet apport ; en plus vous avez tout à fait éclairé le jeu sur « jeunes/jeunesse ». D’emblée nous avions mis le « s » entre parenthèses pour voir si c’était justement la jeunesse, la figure métaphorique de la jeunesse, l’état de la jeunesse ou les jeunesses. On pourrait rajouter aussi les jeunes puisqu’on a parlé des jeunes ; alors catégorie sociale, processus… on retombe toujours sur les mêmes problèmes de définition pour cerner ce groupe qui se transforme en figure, etc.

  • 21 Sylvie Guillaume, Antoine Pinay, la confiance en politique, Presses de la FNSP, 1984.
  • 22 Sylvie Guillaume, « Le CNIP et les classes moyennes », in François Roth, Les modérés dans la vie p (...)
  • 23 Sylvie Guillaume, La Confédération générale des petites et moyennes entreprises, un autre syndicat (...)

Sylvie Guillaume : Je suis très libre de mon propos dans la mesure où je n’ai pas travaillé sur les jeunes étant donné que je suis auteur de deux biographies, une sur Antoine Pinay21, l’autre sur Konrad Adenauer. On ne peut pas dire que ces deux personnages ont connu la notoriété dans leur plus tendre jeune âge ! J’ai aussi travaillé sur le Centre national des Indépendants et Paysans22, Gilles Richard n’est pas là aujourd’hui mais il aurait pu confirmer que le CNIP n’était pas caractérisé par un recrutement de jeunes ! Enfin j’ai travaillé sur le syndicalisme patronal mais sur le syndicalisme petit et moyen patronal, la CGPME23 et là aussi au sein même de la CGPME ce sont plutôt des personnalités d’un âge certain et non pas des jeunes. Donc les thèmes « jeunes et jeunesse » n’ont pas été à proprement parler des objets spécifiques de mes recherches. Simplement je les ai rencontrés à maintes occasions. C’est la raison pour laquelle cette présentation très courte part d’une hypothèse : l’hypothèse que les jeunes en tant qu’âge de la vie n’existent que sous la forme de relations que la société et aussi le politique entretiennent avec eux. En gros les jeunes sont à la fois objets et sujets de conduites et de politiques spécifiques.

  • 24 Voir les travaux de Jean-François Sirinelli cités dans l’introduction de cet ouvrage.

Pour m’expliquer j’ai rencontré ces jeunes et cette jeunesse par deux biais. Premier biais : les usages sociaux de la jeunesse et deuxième biais : les usages politiques de la jeunesse. Je ne suis donc pas partie des jeunes ou de la jeunesse en tant qu’objets spécifiques mais je les ai rencontrés d’une manière indirecte. Je vais peut-être déjà devancer un peu le propos sur la transversalité interdisciplinaire car si l’on prend les usages sociaux de la jeunesse, on se rend compte de tout l’apport de la sociologie. Je ne vais pas reprendre la communication excellente de Ludivine Bantigny d’hier où elle a montré effectivement comment les produits des sociologues ont évolué selon une périodisation et comment se distingue une sociologie qui veut insister sur une uniformisation de la jeunesse par le biais d’une culture, culture jeune avec des mêmes référents et une sociologie plus contemporaine, un peu post-marxiste, qui elle ne fait pas de la jeunesse, un objet spécifique mais qui remet dans la course les différenciations sociales et qui distingue donc plusieurs jeunesses. Comme il a été rappelé au colloque « Pompidou et mai 68 », Georges Pompidou dans un discours au moment des événements de mai 68, distinguait, lui, parfaitement les étudiants, jeunes privilégiés dans son esprit, de la jeunesse paysanne et de la jeunesse ouvrière qui, elles, étaient une jeunesse souffrante. Donc l’apport de la sociologie est à mon avis extrêmement important. Au fond l’historien et l’historiographie ont repris un peu les conclusions des sociologues pour relancer en quelque sorte la donne et l’apport le plus intéressant dans cette histoire socio-culturelle est la variable générationnelle. Je renvoie évidemment aux travaux de Jean-François Sirinelli24, qui aurait dû être présent mais qui pour des raisons d’emploi du temps n’a pas pu venir. La variable générationnelle est un critère de l’évaluation d’une identité jeune, d’une culture jeune – la génération de la culture pop, la génération du disco, etc. – qui peut être opératoire pour l’historien à partir du moment où il distingue une périodisation. C’est vrai aussi que toute cette histoire socio-culturelle a généré un certain nombre de travaux ; je ne vais pas y faire référence ici, beaucoup les connaissent.

  • 25 Anne Muxel, L’expérience politique des jeunes, Presses de Sciences Po, 2001, 190 p.
  • 26 Janine Mossuz-Lavau, Les jeunes et la gauche, Presses de Sciences Po, 1979.

Le deuxième biais pour aborder les jeunes et la jeunesse, c’est celui des usages politiques de la jeunesse. Là aussi on constate une transversalité, une interdisciplinarité ; cette fois c’est la sociologie politique qui est d’un grand apport mais c’est aussi la science politique. Je me réfèrerai là aux travaux qui ont insisté notamment sur l’instrumentalisation de la jeunesse et en tout cas sur l’intérêt que la jeunesse pouvait avoir – les usages politiques de la jeunesse – pour un parti politique dans le cadre des élections. Je renvoie effectivement aux travaux d’Anne Muxel sur « l’expérience politique des jeunes25 », aux travaux de la politiste Janine Mossuz-Lavau sur « Les jeunes et la gauche26 ». Il est vrai que la science politique a donné de très nombreux travaux essentiellement sur le vote. Mais l’historien a bien repris ces problématiques. Je l’ai dit hier à propos de la communication de François Audigier, où il montre comment le renouvellement des partis politiques s’est fait par des approches catégorielles, on revient à la gender, avec les jeunes avec les femmes. Cette réappropriation est bien souvent synonyme d’instrumentalisation ; hier François Audigier nous a fait une très brillante démonstration de l’instrumentalisation de la jeunesse à travers l’image et notamment le jeunisme giscardien.

Par ce biais des usages sociaux ou des usages politiques de la jeunesse, l’historien du contemporain est finalement à la rencontre d’autres disciplines : la sociologie, la science politique. Mais, autant on peut se nourrir d’autres disciplines autant faut-il aussi garder son identité ; aussi l’historien va conserver son identité disciplinaire en mettant l’accent sur notamment les grands moments de ces usages sociaux ou de ces usages politiques de la jeunesse. Je pense à mai 68 et aux guerres ; on peut ainsi penser à différents moments. On peut aussi évoquer la variable, très importante dans ces moments, de la contextualisation entre les jeunesses, les mouvements de jeunesse, les organisations de la jeunesse, l’instrumentalisation de la jeunesse par le politique dans les États totalitaires et je renvoie à la communication de Didier Musiedlak. On peut aussi voir comment cette jeunesse peut être instrumentalisée dans une démocratie. Donc l’historien va avoir une démarche empirique qui s’appuie sur la chronologie, sur une périodisation ce qui ne l’empêche pas bien évidemment de se nourrir aussi des conclusions, de la conceptualisation, des typologies qui relèvent davantage de la sociologie ou de la science politique. Ainsi, bien que mes recherches ne soient pas spécifiquement orientées vers l’objet jeunes, jeunesse, j’ai pu rencontrer ces jeunes et cette jeunesse à travers les usages sociaux et les usages politiques de la jeunesse.

  • 27 Voir la présentation supra.

Jean Garrigues : Je n’aurais pas du laisser mon tour à Sylvie parce que je voulais dire un certain nombre de choses qu’elle a dites mais je vais les pondérer et éventuellement modifier un tout petit peu son regard d’autant que je me demande si on n’est pas en ce moment en train de dévier insensiblement d’une réflexion sur jeunesse et élites vers une réflexion sur la jeunesse. Je rappelle quand même me semble-t-il que ce qui fait l’articulation de ce colloque, c’est précisément cette articulation. Il se trouve que je travaille moi, non pas tellement sur la jeunesse mais un peu d’ailleurs comme Sylvie, plutôt sur les élites qu’elles soient économiques et politiques27, et sur l’articulation entre ces deux types d’élites. Qu’est-ce que je pourrais dire de neuf et d’original après tout ce qui a été dit ?

  • 28 Olivier Dard, Le rendez-vous manqué des relèves des années trente, PUF, 2002, et avec Étienne Desc (...)
  • 29 Olivier Dard, Jean Coutrot, de l’ingénieur au prophète, Presses universitaires franc-comtoises, 19 (...)

D’abord souligner que en ce qui concerne aussi bien l’histoire politique, l’École de l’histoire politique française depuis une vingtaine d’années et les recherches sur l’articulation précisément entre l’économie et la politique, nous avons un certain nombre de travaux qui semble-t-il sont pionniers et qui peuvent nous apporter grand champ de réflexion. Sans vouloir le faire rougir, je pense que le travail qu’Olivier Dard a mené sur les relèves des années 3028 et ensuite en le prolongeant à l’échelle européenne, ce travail là, à la charnière de l’histoire culturelle, de l’histoire économique et de l’histoire politique, – je rappelle qu’Olivier Dard était aussi le biographe de Jean Coutrot29 – constitue me semble-t-il, dans la problématique qui nous intéresse, une piste à suivre. Avec ce que nous a donné Olivier Dard sur l’entre-deux-guerres, on est dans une perspective qui est tout à fait intéressante parce qu’il s’agit à la fois d’un renouvellement générationnel qui secrète une régénération culturelle qui va avoir des implications sociales et politiques. La confluence de plusieurs champs de l’histoire me paraît une piste très intéressante et qui n’a pas toujours été suivie pour d’autres périodes, soit qui l’ont précédée ou qui l’ont suivie.

  • 30 Christine Bouneau, Figures et métamorphoses du groupe au croisement du politique, du social et du (...)

Evidemment il y a d’autres directions qui ont été suivies. Il faudrait souligner aussi le caractère tout à fait exceptionnel et original de la recherche qu’a mené notre meneuse de jeu ici, Christine Bouneau. C’est vrai que pour avoir participé à son jury de HDR30, j’ai été tout à fait passionné par la façon dont elle a essayé précisément de suivre cet itinéraire d’une famille politique confrontée à ses relèves générationnelles et surtout aux clivages, je dirais à l’impossibilité précisément de ce renouvellement ou en tout cas à l’extrême complexité des relations qui se sont nouées entre précisément cette nécessité de mobiliser des nouvelles générations et la difficulté à intégrer ces générations dans un discours politique plus ou moins rénové. Je pense que là il y a aussi une piste à suivre pour les historiens et qu’il y a encore des champs tout à fait neufs à aborder pour les politiques.

  • 31 Jacques Lagroye, La politisation, Belin, 2003, 564 p.
  • 32 Pascal Perrineau, « Les renouveaux de l’action politique », Vingtième Siècle, no 60, octobre-décem (...)

Pour aller très vite, c’est là que je rebondis et renforce ce que disait tout à l’heure Sylvie Guillaume sur le dialogue fructueux entre les autres sciences sociales, avec les sociologues et avec les politistes, on voit très bien notamment que la réflexion sur les processus de politisation, qui concerne soit le jeune citoyen mais aussi l’intégration de ces jeunes citoyens dans les processus de sélection et dans l’espace du politique à travers les partis ou les syndicats, ces processus là ont plutôt étaient étudiés par des politistes. Je pense aux travaux d’Annick Percheron qu’on aurait pu évoquer tout à l’heure qui, avec René Rémond, en 1991, avait publié chez Economica, un ouvrage intéressant pour nous, qui s’appelait Age et politique. Je pense aux travaux plus récents de Jacques Lagroye sur les processus de politisation31 et à un article très intéressant de Pascal Perrineau du CEVIPOF, paru dans Vingtième Siècle, en 1998, sur « Les renouveaux de l’action politique32 », justement à travers ces nouvelles formes de politisation. Il me semble qu’il y a là un enrichissement très important qui nous vient de la part des politistes.

  • 33 Richard Rose, Politics in England, Boston, Little Brown, 1964 and London, Faber, 1965.

J’aurais beaucoup d’autres exemples à citer mais je voudrais justement évoquer les leçons que nous avons à tirer des politistes anglo-saxons. En effet il me semble que sur ce terrain aussi bien du côté britannique que du côté-et sur des axes d’ailleurs très différents-américain, il y a des pistes là encore très fructueuses pour les historiens que nous sommes. Si on prend par exemple un classique de la science politique britannique, l’ouvrage Politics in England de Richard Rose33, on voit très bien que la question notamment du recrutement des leaders politiques, directement au cœur de notre réflexion, est une question qui occupe une partie très importante de cet ouvrage maintes fois réédité. Il développe les notions de pré-conditionnement, de prédispositions, de l’évolution d’une élite du savoir vers une élite méritocratique, d’une élite traditionnelle vers une élite beaucoup plus mitigée, de la démocratisation du parti conservateur opposé au contraire à une sorte de nouvel élitisme travailliste. Il y a beaucoup de notions qui peuvent enrichir notre réflexion.

  • 34 David Truman, The Governmental Process: Political Interests and Public Opinion, Alfred a Knopf Inc (...)
  • 35 Pierre Birnbaum, Les sommets de l’État. Essai sur l’élite du pouvoir en France, Paris, Seuil, 1977

Pour terminer j’évoquerai le travail qui est fait du côté des États-Unis : aussi bien d’ailleurs dans la réflexion menée sur le renouvellement des élites patronales, qui m’intéresse d’ailleurs autant que les élites politiques et plus globalement sur les groupes de pression. On voit très bien que dès les années 1950, dans la filiation de David Truman34, beaucoup de choses ont été faites ; une grande réflexion a été menée sur ces questions, les groupes de pression, réflexion qu’on trouve beaucoup moins en France sur le renouvellement des élites patronales. Là encore on peut se diriger du côté des politistes, de Pierre Birnbaum35 par exemple, pour voir une réflexion globale sur le renouvellement des élites, à travers une technocratie dirigeante à la fois politique et économique, à partir des années 1960. Mais du côté des historiens, j’en parlais tout à l’heure avec Christophe Bouneau, il y a par exemple très peu de choses sur le Centre des Jeunes Patrons dans les années 1960, qui a pourtant joué un rôle très important à la fois dans le renouvellement de la pensée patronale et même dans l’implication politique des patrons dans les grandes évolutions de la société française à cette époque.

Et pour vraiment terminer, du côté de la science politique américaine, un certain nombre de travaux ont été menés notamment sur les generation gaps, sur les fossés générationnels depuis les années 1960, des travaux qui sont menés actuellement et que j’ai retrouvés sur Internet, des travaux menés par un certain nombre de think tanks sur ce qu’on appelle aujourd’hui la millenium generation c’est-à-dire la génération née dans les années 1980-1990 où l’on voit très bien une nouvelle génération émerger en politique avec une sorte de croyance dans l’efficacité du politique, dans le rôle que peut jouer le gouvernement fédéral, le gouvernement central, l’importance aussi des solidarités au point que cette génération on peut aussi la surnommer la « génération Obama ». On est là dans une réflexion théorique qui se mène chez les politistes américains aussi bien sur les phénomènes de politisation de masse et sur le renouvellement des générations que sur la capacité de ce renouvellement générationnel à irriguer, à abonder les nouvelles élites de la vie politique américaine. Il y a là me semble-t-il aussi des pistes très intéressantes à suivre pour nous. Je m’arrêterai là parce que sinon cela nous mènerait trop loin mais voilà quelques pistes que je voulais évoquer.

  • 36 Michel Grossetti, « Réseaux sociaux et territoires : quelques réflexions », Pour, no 134, juin 199 (...)

Christophe Bouneau : Nous allons toujours nous insinuer dans les interstices entre « jeunesse(s) et élites », en se situant dans la sphère du système économique. Nous devons ici insister sur l’articulation – il s’agit presque d’un problème de physique –, entre le statique et le dynamique. Et pour relier notre investigation avec le monde littéraire, comme le fait si bien Michel Figeac, nous pouvons évoquer Le Guépard de Lampedusa, avec cette formule ciselée célèbre : « Il faut que tout change pour que tout puisse rester comme avant. » Pour que tout puisse rester comme avant, nous devons considérer quatre entrées théoriques économiques que nous essayons d’interroger dans un programme de recherche interdisciplinaire de la MSHA consacré aux trajectoires de l’innovation, évoqué précédemment par Jean-Paul Callède : nous y travaillons avec des économistes, avec des sociologues des réseaux sociaux tel que Michel Grossetti36 à Toulouse, avec des géographes spécialistes de la construction des territoires et avec des politistes. Centrons nous sur cette interrelation entre les jeunes élites économiques et les dimensions économiques de la jeunesse et nous débouchons forcément sur ces quatre entrées que sont : les cycles, l’innovation qui va bien au-delà de la dynamique économique, les réseaux sociaux et la question de l’articulation entre proximité et mobilité.

  • 37 Youssef Cassis, Les capitales du capital. Histoires des places financières internationales 1780-20 (...)

Voyons d’emblée la question des cycles. Les cycles ce sont en particulier les cycles de révolutions industrielles, les cycles d’innovation, dans une corrélation majeure entre les deux premières entrées. C’est là qu’intervient la notion de génération d’entrepreneurs, soulignée par les historiens économistes qui ont identifié un processus dit des « trois générations » : la 1re génération fonde, la 2e gère et la 3e génération ruine. Ce modèle connaît ses détracteurs, en particulier Youssef Cassis37 qui se place dans une perspective internationale, avec une bibliographie centrée sur les élites financières, sur les phénomènes de cities, avec une réflexion stimulante de sociologie économique. Ici le lien n’est pas uniquement un lien d’âge et de génération, il renvoie chaque fois à une logique de déstabilisation. On insistera sur ce qui paraît une nouveauté radicale, les start-up concentrées dans des territoires, technopôles avec l’archétype de la Silicon Valley, où indiscutablement la nouveauté réside dans la concentration territoriale de jeunes élites ayant du capital économique financier, qui peut être découplé par rapport au capital culturel et social, par rapport à une accumulation de formes traditionnelle de capital. Nous retrouvons en même temps la question majeure du gender – je viens d’ailleurs de donner un mémoire de master sur « la place des femmes dans la Silicon Valley » – à la fois sous le registre de l’instrumentalisation et sous celui de la dynamique créative. A priori la place des femmes paraît ici marginale, mais la progression de leur représentation constitue une tendance évidente, que l’on retrouve dans les programmes européens. À la fin du XXe siècle leur place s’est renforcée dans les jeunes élites économiques, au sein en particulier des élites rurales, elles participent pleinement à la redéfinition de l’entreprenariat, avec des nouvelles formes d’entreprises rurales, comme les formes coopératives, renouvelées en Europe centrale et orientale, comme en attestent les programmes de recherche européens.

Les questions des réseaux sociaux et de la proximité sont étroitement liées. Les quatre entrées vont bien de pair : cycles, innovations, réseaux sociaux, proximité/mobilité. Hier Laurent Tissot a fait une magnifique démonstration que ce qui paraît une nouveauté absolue, la Silicon Valley, ne l’est absolument pas : en attestent les formes mêmes de la première révolution industrielle, avec l’articulation Manchester/Liverpool et le mythe de l’industrialisation des États-Unis dès les années 1840 avant même sa diffusion par les différentes expositions universelles. Quand on étudie précisément les trajectoires de la révolution ferroviaire, de la révolution électrique puis de la troisième révolution industrielle, nous voyons à l’œuvre une logique de net rajeunissement des entrepreneurs. Dans un secteur d’innovation radicale comme les constructeurs de locomotives, nous voyons bien l’irruption de jeunes élites économiques dès les années 1830 avec la montée de l’influence et du pouvoir entrepreneurial des premières générations d’ingénieurs au cœur de la dynamique Saint-Simonienne : la lutte des Pereire avec les Rotschild est tout à fait significative de cet affrontement de générations, entre une logique technicienne, censée incarner le progrès, et la logique financière de la Haute Banque.

Je termine cette enquête conceptuelle en retrouvant la communication de Christophe Lastécouères qui présentait bien une typologie des jeunes élites entrepreneuriales, en insistant sur la figure ambiguë des héritiers. La catégorie des héritiers renvoie à la démographie des entreprises, à leur mortalité : Jean-Paul Callède partait ici de la définition de Pareto et rappelait que tout est question de ranking avec l’identification des plus hauts postes dans chaque filière. La deuxième catégorie correspond aux managers, il faudrait ici beaucoup insister sur leur formation dans les grandes écoles et sur les modèles de management. Le renouvellement, l’accession aux fonctions prouvent que la 2de industrialisation s’est épuisée, que par rapport aux débuts, l’âge de prise de fonction a augmenté assez régulièrement. Les catégories les plus intéressantes sont les troisième et quatrième catégories. La troisième correspond aux jeunes élites de la créativité, auxquelles s’est beaucoup intéressée la sociologie de l’innovation, de la créativité : il s’agit ici de toutes les formes de création, en particulier dans les industries culturelles en croisant les perspectives de recherche du luxe mais aussi des gender studies. La quatrième catégorie réside dans la figure du golden boy et du capital risqueur : dans cette perspective le Londres des années 1840-1850 ressemble considérablement au Londres des années 2007-2008, avec un rôle moteur du cosmopolitisme et des communautés de jeunes expatriés à forte qualification.

Christine Bouneau : Merci. On peut certainement se féliciter de la richesse de ce colloque compte tenu de toutes les interventions à la fois celles de cet après-midi dans les tables rondes et de toutes les communications. D’un côté richesse, diversité, d’un autre côté j’ai l’impression que nous sommes un peu confrontés au syndrome du mineur dont parlait Tocqueville c’est-à-dire que plus on creuse, plus on creuse les notions et plus nous sommes confrontés à de nouvelles perspectives de recherche. Alors je crois que c’est un nouveau colloque qu’il faudra faire ou au moins ouvrir un certain nombre de passerelles. Nous avions justement ouvert le colloque en disant que c’était un « essai », que ce colloque était conçu comme un essai, une étape de réflexion, que l’ambition c’était de jeter des ponts, des passerelles inter, trans et là je crois que cet après-midi on l’a clairement vu. C’est à la fois l’idée de jeter des passerelles trans, inter mais également de réaliser des articulations. Cet après-midi la 2e table ronde l’a bien montré, on a tendance à faire souvent un découplage à l’intérieur même de l’histoire – on a posé la question tout à l’heure, de manière un peu iconoclaste, peut-on faire une histoire européenne de la jeunesse ? – et là la nécessité de revenir à une interdisciplinarité, à une vision « internationale » est évidente. Toutes les interventions ont prouvé, par des approches différentes, qu’on arrivait à trouver un certain nombre de transversalités.

Notes

1 Yolande Cohen, Les jeunes, le socialisme et la guerre. Histoire des mouvements de jeunesse en France, L’Harmattan, 1989.

2 Yolande Cohen, Profession : infirmière, Les Presses de l’Université de Montréal, 2000 ; Les sciences infirmières : genèse d’une discipline, avec Jacinthe Pépin, Esther Lamontagne, André Duquette, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 2002, 334 p.

3 Jean Garrigues, Les grands discours parlementaires de la Troisième République, vol. 1, « De Victor Hugo à Clemenceau », et vol. 2, « De Clemenceau à Léon Blum », Armand Colin, 2004, et Les grands discours parlementaires de la Cinquième République, Armand Colin, 2006, et Histoire du Parlement de 1789 à nos jours, Armand Colin, 2007.

4 Jean Garrigues, La République des hommes d’affaires 1870-1900, Aubier, 1997 ; Les Patrons et la politique. De Schneider à Seillière, Perrin, 2002 ; Les groupes de pression dans la vie politique contemporaine en France et aux États-Unis de 1820 à nos jours, PUR, 2002, Les Scandales de la République, Robert Laffont, 2004.

5 Jean Garrigues, « Le Quartier Latin à la Belle-Époque : un lieu privilégié de l’engagement », in Frédéric Attal, Jean Garrigues, Thierry Kouame, Jean-Pierre Vittu, Les Universités en Europe du XIIIe siècle à nos jours, Publications de la Sorbonne, 2005, p. 139-154.

6 « Jeunes en politique », Parlement[s], revue d’histoire politique, no 8, 2007.

7 Sylvie Guillaume, Histoire politique comparée Grande-Bretagne, RFA, France, Nathan Université, 1992, 127 p., et avec Jean-Charles Asselain, Pierre Delfaud, Pierre Guillaume, Jean-Pierre Kintz et François-Charles Mougel, Précis d’histoire européenne. XIXe-XXe siècles, A. Colin, 1993.

8 Avec Pierre Guillaume, Nouveaux regards sur les francophonies torontoises, MSHA, 2003.

9 Sylvie Guillaume (dir.) Le centrisme en France aux XIXe et XXe siècles : un échec ?, MSHA, 2005, 181 p., et avec Jean Garrigues (dir.), Centre et centrisme en Europe aux XIXe et XXe siècles, PIE Peter Lang, 2006, 288 p.

10 Sylvie Guillaume, Les classes moyennes au cœur du politique sous la IVe République, MSHA, 1997, 252 p.

11 Sylvie Guillaume (dir.), Les Élites Fins de Siècles XIXe-XXe siècles, MSHA, 1992, 224 p.

12 Sylvie Guillaume, Konrad Adenauer, Ellipses, 2007.

13 Sylvie Guillaume (dir.), Penser et construire l’Europe de 1919 à 1992, Ellipses, 2007, 300 p.

14 Christophe Bouneau, Modernisation et territoire. L’électrification du grand Sud-Ouest de la fin du XIXe siècle à 1946, FHSO, 1997, 736 p. ; Entre David et Goliath. La dynamique des réseaux régionaux, MSHA, 2008, 557 p. Avec Pierre Lanthier (dir.), Networks of Power, L’électricité en réseaux, Victoires Éditions, 2004, 192 p.

15 Christophe Bouneau, Michel Derdevet, Jacques Percebois, Les réseaux électriques au cœur de la civilisation industrielle, Timée-Éditions, 2007, 173 p.

16 Réédition et présentation du Dictionnaire historique, littéraire et bibliographique des Françaises et des étrangères naturalisées en France, connues par leurs écrits ou par la protection qu’elles ont accordée aux gens de lettres, depuis l’établissement de la monarchie jusqu’à nos jours, de Fortunée B. Briquet (1804), Paris, Champion, à paraître ; Histoires d’historiennes (dir.), Saint-Étienne, PUSE, 2006, 403 p. ; « L’histoire et son annotation. La mise en scène des sources par trois historiennes du XVIIIe siècle : Lussan, Thiroux et d’Arconville », in J.-C. Arnauld et S. Steinberg (éd.), Les femmes et l’écriture de l’histoire sous l’Ancien Régime, colloque de Rouen, Rouen, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2008, p. 269-295 ; « La Clôture en voyage (fin XVIe-début XVIIIe siècles) », Clio, 28/2008, p. 77-98.

17 Nicole Pellegrin, Les bachelleries : organisations et fêtes de jeunesse dans le Centre-Ouest, XVe-XVIIIe siècles, Poitiers, Société des Antiquaires de l’Ouest, 1982. Plusieurs de ses articles s’intéressent directement à la question.

18 Nicole Pellegrin, « Représentations de la jeunesse dans le Centre-Ouest du XVe au XVIIIe siècle », Bulletin de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 2e trim., t. XV, 1980, p. 411-433. « Apprentissages, XVIe-XXe siècles », Revue d’histoire moderne et contemporaine (no spécial), 40/3, juillet-septembre 1993, p. 353-528.

19 Le Poro est une structure qui prend en charge l’initiation de tous les jeunes garçons dès l’âge de 7 ans jusqu’à l’âge adulte, soit 28 ans. On le rencontre dans l’aire culturelle Sénoufo, qui s’étend sur le nord de la Côte d’Ivoire, les frontières du Mali et du Burkina Faso.

20 John Gillis, Youth and History. Tradition and change in European Age Relations 1770-Present, New York and London, Academic Press, 1974.

21 Sylvie Guillaume, Antoine Pinay, la confiance en politique, Presses de la FNSP, 1984.

22 Sylvie Guillaume, « Le CNIP et les classes moyennes », in François Roth, Les modérés dans la vie politique française, Presses Universitaires de Nancy, 2000, pp. 455-467.

23 Sylvie Guillaume, La Confédération générale des petites et moyennes entreprises, un autre syndicat patronal, 1944-1978, PUB, 1987 et Le petit et le moyen patronat dans la nation française de Pinay à Raffarin, 1944-2004, PUB, 2004.

24 Voir les travaux de Jean-François Sirinelli cités dans l’introduction de cet ouvrage.

25 Anne Muxel, L’expérience politique des jeunes, Presses de Sciences Po, 2001, 190 p.

26 Janine Mossuz-Lavau, Les jeunes et la gauche, Presses de Sciences Po, 1979.

27 Voir la présentation supra.

28 Olivier Dard, Le rendez-vous manqué des relèves des années trente, PUF, 2002, et avec Étienne Deschamps (dir.), Les Relèves en Europe d’un après-guerre à l’autre. Racines, réseaux, projets et postérités, PIE, Peter Lang, 2005.

29 Olivier Dard, Jean Coutrot, de l’ingénieur au prophète, Presses universitaires franc-comtoises, 1999.

30 Christine Bouneau, Figures et métamorphoses du groupe au croisement du politique, du social et du culturel. Socialisme et jeunesse, régionalisme et corporatisme en France des années 1880 aux années 1960, dossier d’habilitation à diriger des recherches soutenu à l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3 le 10 décembre 2007, 5 volumes dont le mémoire inédit Socialisme et jeunesse en France des années 1880 à la fin des années 1960 (1879-1969), 3 volumes, 843 p., est paru sous le titre Socialisme et jeunesse en France, 1879-1969. Acteurs – Discours – Moments et lieux, MSHA, Pessac, 2009, 662 p.

31 Jacques Lagroye, La politisation, Belin, 2003, 564 p.

32 Pascal Perrineau, « Les renouveaux de l’action politique », Vingtième Siècle, no 60, octobre-décembre 1998, p. 112-117.

33 Richard Rose, Politics in England, Boston, Little Brown, 1964 and London, Faber, 1965.

34 David Truman, The Governmental Process: Political Interests and Public Opinion, Alfred a Knopf Inc., New York, 1951

35 Pierre Birnbaum, Les sommets de l’État. Essai sur l’élite du pouvoir en France, Paris, Seuil, 1977.

36 Michel Grossetti, « Réseaux sociaux et territoires : quelques réflexions », Pour, no 134, juin 1992.

37 Youssef Cassis, Les capitales du capital. Histoires des places financières internationales 1780-2005, Slatkine, 2006.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540