Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesse(s) et élites

 | 
Christine Bouneau
, 
Caroline Le Mao

Cinquième partie. Identités de la jeunesse

Du récit élitaire au roman démocratique : les avatars littéraires du « Grand Tour » dans la France du XIXe siècle

Sylvain Venayre

Texte intégral

  • 1 Daniel Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, (...)

1On sait l’importance du voyage dans le discours pédagogique. Depuis la Renaissance jusqu’aux Lumières, de Montaigne à Rousseau, nombreux furent les instituteurs de la jeunesse à en avoir mis la pratique au centre de leurs principes d’éducation. Au XVIIIe siècle, la forme britannique du « Grand Tour », par laquelle les jeunes élites achevaient leurs études, exprimait cette logique dominante des Temps Modernes, que les Français connurent également, l’Italie s’imposant de plus en plus précisément comme la destination privilégiée des voyageurs1. La fonction éducative d’un tel voyage fut rappelée par de nombreux écrits au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, le plus remarquable étant probablement le Guide des voyageurs en Europe de Hans Ottokar Reichard, publié pour la première fois en 1793 et dont l’introduction était constituée par les célèbres Observations générales et pratiques sur les voyages du comte de Berchtold, lesquelles rappelaient l’ensemble des vertus éducatrices du voyage, telles qu’elles étaient pensées depuis la Renaissance.

  • 2 Nicolas Bourguinat et Sylvain Venayre (dir.), Voyager en Europe de Humboldt à Stendhal. Contrainte (...)

2On sait aussi de quelle façon les guerres de la Révolution et de l’Empire imposèrent un arrêt à la pratique du « Grand Tour ». Au lendemain des deux Restaurations de 1814 et 1815, les voyages d’étude reprirent2, certes ; mais bientôt, sous l’effet peut-être des conséquences idéologiques de la Révolution, plus sûrement sous l’effet de la navigation à vapeur puis, à partir des années 1840, des chemins de fer, les conceptions du voyage d’étude se renouvelèrent. La diffusion massive du vocable « touriste », l’apparition des premières grandes collections de guides (les guides Richard, en attendant les Baedeker et les Joanne) accompagnèrent ces nouvelles pratiques du voyage.

3Un tel renouvellement, toutefois, ne signifiait pas encore la démocratisation de ces pratiques. Celle-ci n’émergea, sinon en fait, du moins dans le discours, que dans les années 1860, inaugurant un nouvel âge du voyage, pour lequel fut bientôt formée la notion englobante de « tourisme ». La réflexion qu’on se propose ici de mener porte sur la période précédant l’émergence du mot d’ordre de la démocratisation du voyage d’étude, mais postérieure à l’âge d’or du « Grand Tour », c’est-à-dire, en gros, les deux premiers tiers du XIXe siècle.

  • 3 Voir Patrick Cabanel, Le Tour de la nation par deux enfants. Romans scolaires et espaces nationaux (...)

4Indépendamment de sa situation générale dans l’histoire du voyage d’étude, cette période se caractérise en effet par une production remarquablement massive d’un type d’ouvrages pédagogiques original : les « tours », dont Patrick Cabanel, qui considère Le Tour de la France par deux enfants comme l’aboutissement de ce mouvement éditorial, a récemment étudié ceux qui prenaient pour cadre l’espace national3. Des années 1800 aux années 1850, on en compte plusieurs dizaines, l’apogée du mouvement de publication se situant sous la monarchie de Juillet. Ce sont ces textes qu’on se propose de relire ici, dans la perspective de comprendre, d’une part, en quoi ils manifestaient l’héritage des théories pédagogiques qui avaient fondé le succès du « Grand Tour » au XVIIIe siècle et, d’autre part, en quoi ils s’en démarquaient pour annoncer d’autres conceptions du voyage d’étude des jeunes gens, dans lesquelles on peut entendre l’écho des préoccupations démocratiques du XIXe siècle. Une telle réflexion, on le verra, nous conduira à penser les mutations du rapport, au sein de ce discours pédagogique, entre le récit et le roman.

La vulgarisation du savoir

5Si la pratique qui sert de modèle à tous ces textes est certainement celle du voyage d’étude tel que le « Grand Tour » a pu en incarner les vertus à la fin du XVIIIe siècle, les références littéraires de ces ouvrages, ainsi que Patrick Cabanel l’a bien vu, ne renvoient pas à l’Europe contemporaine mais à la Grèce antique : il s’agit, principalement, des Aventures de Télémaque, écrites en 1692-93 par le précepteur du duc de Bourgogne, Fénelon, et du Voyage du jeune Anacharsis, publié en 1787 par un savant archéologue, l’abbé Barthélemy. Les deux ouvrages connurent au XIXe siècle d’innombrables rééditions et adaptations et furent jusqu’à la Grande Guerre des classiques de la littérature pédagogique. Ils imposèrent, dans ce genre, le modèle narratif du voyage circulaire et initiatique, mêlant l’exposé des connaissances et le récit des péripéties du voyage. Un tel modèle, cela dit, leur préexistait : il était celui-là même du récit de voyage, dans sa plus grande généralité ; il était, en particulier, celui du récit que les voyageurs devaient impérativement rapporter de leur « Grand Tour », ainsi que le rappelaient avec vigueur, à la fin du XVIIIe siècle, le Guide de Reichard et les Observations de Berchtold.

  • 4 C.-H. de Mirval, L’Ermite du Chimboraço ou les jeunes voyageurs colombiens, Paris, Lehuby, 1837, p (...)

6Dans les deux premiers tiers du XIXe siècle, on multiplia les variations sur les livres de Fénelon et de Barthélemy. De nouveaux ouvrages proposèrent des figures explicitement renouvelées de Mentor et d’Anacharsis – pour ce qui est de ce dernier, les titres en témoignent d’ailleurs, de L’Anacharsis français, en 1823, à L’Anacharsis indien, en 1838. S’inspirant de leurs deux illustres devanciers, les auteurs de ces livres avaient le même but qu’eux : diffuser des connaissances ; faire, au jeune lecteur, une leçon. La nouveauté était que cette leçon ne concernait plus l’histoire de l’Antiquité (et les exemples qu’on pouvait en tirer), mais la géographie du temps présent. Il s’agissait de faire connaître non seulement sa propre patrie, mais également, selon les principes renouvelés du « Grand Tour », les États voisins – ceux de l’Europe de l’Ouest – et même, en accord avec le mouvement des voyages savants de ce temps, le monde entier. En 1837, un de ces ouvrages, L’Ermite du Chimboraço, entendait faire ainsi, pour l’Amérique, la même chose que ce qu’avait fait, quarante ans plus tôt, le « savant et aimable auteur du Voyage du jeune Anacharsis4 ».

7En ce sens, la logique de vulgarisation du savoir rejoignait cette fois un autre courant pédagogique : celui qui, depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle, prétendait enseigner les connaissances nouvelles apportées par ces voyageurs dont la gloire avait été augmentée de celle de Cook et de Bougainville. La monumentale Histoire générale des voyages, que l’abbé Prévost entreprit de traduire de l’anglais dans les années 1750, avant d’en poursuivre seul le travail, constituait ici un point de départ ; et l’histoire de la vulgarisation du savoir géographique à l’usage de la jeunesse peut commencer à se lire dans l’histoire de la vulgarisation de l’œuvre de l’abbé Prévost. Tout, ici, n’est qu’une répétition et un approfondissement de la pensée du premier vulgarisateur de Prévost, c’est-à-dire La Harpe. La Harpe proposa en effet, à la fin du XVIIIe siècle, un Abrégé de l’Histoire générale des voyages, dans lequel il avait supprimé « toutes les répétitions, toutes les superfluités, toutes les circonstances indifférentes » rapportées à son avis par Prévost. La Harpe conservait certes le principe d’une compilation des récits originaux des voyageurs, mais il en critiquait la méthode :

« On a surtout entassé les uns sur les autres de simples journaux de navigation, qui n’ont d’autre objet que de nous dire qu’un tel jour on partit de tel lieu très connu, pour arriver à tel autre qui ne l’est pas moins, qu’on prit hauteur à tel degré, qu’on jeta la sonde à tant de brasses, qu’on aperçut des poissons volants, qu’on eut tel vent, etc. Cette profusion de circonstances, purement nautiques, accumulées et répétées dans le livre de l’abbé Prévost jusqu’à l’extrême satiété, est bonne à insérer dans un dépôt de connaissances maritimes où l’on voudrait apprendre le pilotage ; mais comme la plupart des lecteurs n’ont ni le besoin ni la curiosité de ces détails de marine, ils ne servent qu’à grossir inutilement des volumes déjà trop remplis d’autres inutilités, et augmentent le dégoût et l’ennui. »

  • 5 J.-F. La Harpe, Préface à l’Abrégé de l’Histoire des voyages, t. I, Paris, Ménard et Désenne fils, (...)

8Et La Harpe de résumer ses propres objectifs : « On a voulu rendre propre à toutes les classes de lecteurs un livre qui est en effet de nature à être lu par quiconque veut s’amuser ou s’instruire5. »

9Tout est dit ici, dans la préface à ce livre qui fut régulièrement réimprimé, dans tous les formats (in-4°, in-8°, in-12, in-18), tout au long du XIXe siècle. La vulgarisation du savoir géographique passait par des livres expurgés de leurs considérations indissolublement inutiles et – c’est essentiel – ennuyeuses. Ce faisant, La Harpe rejoignait un impératif pédagogique qui fondait également les livres de Fénelon et de Barthélemy et qui avait été formulé, dès l’Antiquité, par Horace : la nécessité de joindre l’utile à l’agréable.

10Bien d’autres, par la suite, poursuivirent l’œuvre de La Harpe. Dans la première moitié du XIXe siècle, le plus célèbre de ces vulgarisateurs fut certainement Pierre Blanchard, auteur en 1804 du Voyageur de la jeunesse dans les quatre parties du monde, cinq fois réédité – jusqu’à sa réécriture par Champagnac et Olivier pour tenir compte, en 1850, de l’évolution des connaissances (une évolution que traduisit d’ailleurs le changement de titre, lequel devint Le Voyageur de la jeunesse dans les cinq parties du monde). Blanchard fut aussi l’auteur d’un livre intitulé Aventures les plus curieuses des voyageurs, lequel fut également réécrit, en 1847, par un officier de marine ayant autrefois accompagné Dumont d’Urville dans les mers du Sud, Hombron. Mais Blanchard ne fut pas le seul. On pourrait citer bien d’autres titres, depuis l’Abrégé du Voyageur français, en 1812, jusqu’au Bougainville de la jeunesse, en 1834, en passant par le Petit Atlas de toutes les parties du monde à l’usage de la jeunesse, en 1820, le Jeune Voyageur dans les cinq parties du monde, en 1829 – ou les volumes de Jules Dufay qui, en 1825-26, se présentaient eux-mêmes comme des abrégés de La Harpe, des abrégés de l’abrégé de l’abbé Prévost, en quelque sorte.

  • 6 Au reste, Patrick Cabanel souligne bien de quelle façon les contenus de ces livres témoignent du m (...)
  • 7 Voir par exemple P.C. Briand, Les Jeunes Voyageurs en Europe, Paris, Thiériot, 1823 ou le Nouveau (...)
  • 8 Ce dont témoignait alors la vogue des albums, tels Les Merveilles de la France ou le vade-mecum du (...)
  • 9 Edouard Charton, Prospectus du Magasin pittoresque, 9 février 1833.

11Ces ouvrages, ainsi que La Harpe l’écrivait déjà, prétendaient s’adresser « à toutes les classes de lecteurs ». Entendons-nous bien : postulant des individus qui savaient lire et qui étaient susceptibles de se procurer leurs livres, les auteurs ne s’adressaient évidemment qu’à l’élite du pays – une élite qu’on définira, de manière volontairement tautologique, comme étant celle, précisément, qui lisait et éventuellement achetait ces livres6. La clause de style selon laquelle les auteurs s’adressaient « à toutes les classes de lecteurs » doit se comprendre autrement que par la volonté de s’adresser à toute la nation. Il s’agissait en fait de toucher la totalité des individus appartenant à l’élite, c’est-à-dire, en particulier, au sein de cet ensemble réduit, les plus jeunes. Ainsi les auteurs insistaient-ils sur le fait que leurs livres n’étaient ni politiques, ni contraires aux bonnes mœurs, et qu’on pouvait donc les mettre entre toutes les mains7. De même soulignaient-ils tous le « style simple et sans prétention », « le langage familier » qu’ils avaient adopté, et leur rejet des « termes techniques ». À partir des années 1830, ils vantèrent également les avantages des illustrations qui, grâce au développement de la gravure sur bois, accompagnaient de plus en plus fréquemment leurs textes et devaient attirer les jeunes vers la lecture8. Si tous ces auteurs ont soutenu que, de cette façon, les avantages du voyage s’étendaient aux plus jeunes, certains allèrent néanmoins plus loin, espérant que la nouvelle technique de l’illustration mettrait aussi le voyage d’étude à la portée des classes sociales qui jusque-là ne pouvaient pas en bénéficier. On sait que le saint-simonien Édouard Charton s’est réclamé d’un tel objectif en 1833, au moment de la création du Magasin pittoresque, périodique illustré qui faisait une large place aux récits de voyage et souhaitait exercer son influence « à la manière de cette éducation générale que les classes de la société riches en loisirs doivent à des relations habituelles avec les hommes distingués, à des lectures variées, choisies, et aux souvenirs de voyages9 ».

  • 10 Sur ce point, voir Sylvain Venayre, « Au-delà du baobab de madame Livingstone. Réflexions sur le g (...)

12Enfin, ces livres s’adressaient volontiers aux jeunes filles. La chose est remarquable, tant la pratique du « Grand Tour », telle que la définissaient encore le Guide de Reichard et les Observations de Berchtold, était réservée aux jeunes hommes – et tant les voyageurs, dont les récits fondaient l’Histoire de l’abbé Prévost et ses abrégés ultérieurs, étaient presque tous des hommes. L’Anacharsis français était ainsi « destiné, par sa nature, aux dames, aux demoiselles, à la jeunesse » ; Les Jeunes voyageurs dans Paris était dédié « à la jeunesse des deux sexes » ; Les Jeunes Voyageurs en Asie offrait « à la jeunesse des deux sexes une ample matière d’instruction mêlée à beaucoup d’amusement ». Les auteurs de ces ouvrages, du reste, depuis madame Guénard jusqu’à madame de Flesselles en passant par Élisabeth de Bon, madame Tardieu-Denesle et Catherine Woilliez, étaient volontiers des femmes. La vulgarisation des voyages et de la géographie s’autorisait du précédent fameux du manuel de madame de Genlis, Le Voyageur, publié à Berlin en 1800. On répétait volontiers la phrase de l’ancienne préceptrice des enfants du duc d’Orléans, selon laquelle « on pourrait faire de la géographie une étude charmante », l’adjectif « charmante » venant ici féminiser une science qui, depuis les virils marins jusqu’aux graves savants, était, comme toutes les sciences, l’apanage des hommes. La vulgarisation de la science à destination de la jeunesse, elle, par contre, pouvait être l’affaire des femmes10.

La nécessité de l’anecdote

  • 11 Anecdotes intéressantes, Paris, 1800, p. 2.
  • 12 C.-H. de Mirval, op. cit, p. 3.

13Parmi les formes qui permettaient cette vulgarisation, il convient de s’arrêter un instant sur le cas de l’anecdote. Celle-ci est en effet présente dans tous ces livres destinés à la jeunesse – de la même façon qu’elle est présente dans tous les récits de voyages dont ces livres se réclament. Plusieurs titres expriment directement le grand cas qu’en faisaient alors les auteurs : les volumes de Jules Dufay, par exemple, en 1825-26, étaient sous-titrés : « Guerres, mœurs, produits, anecdotes ». En 1800, un petit ouvrage intitulé Anecdotes intéressantes relatives aux peuples de l’Asie, de l’Afrique, de l’Amérique, etc. ; aux voyageurs, et à l’histoire naturelle des pays qu’ils ont visités exposait clairement le lien que l’usage des anecdotes nouait avec les principes pédagogiques hérités d’Horace : « À la description des mœurs et du caractère des nations qui peuplent l’Asie, l’Afrique, l’Amérique et les terres australes, joindre quelques anecdotes où ces mœurs se trouvent mises en action et développées d’une manière piquante, nous a semblé le vrai moyen de joindre l’agréable à l’utile11. » Ainsi l’anecdote servait tout à la fois d’illustration de la connaissance qui l’accompagnait, en même temps qu’elle offrait, au milieu de la leçon de géographie, une pause divertissante. En cela, elle aidait l’auteur à lutter contre l’ennui susceptible de saisir le jeune lecteur, et participait donc de l’entreprise d’éducation. L’Ermite du Chimboraço soulignait que, des traités élémentaires de géographie, lesquels n’étaient qu’« énumération fastidieuse », ne résultait que « de l’ennui, et partant fort peu d’instruction12 ». L’anecdote, qui rompt l’énumération, avait donc un rôle pédagogique à jouer (de même d’ailleurs que le code esthétique du pittoresque, lui aussi issu du récit de voyage et qui, par sa célébration de l’imprévu, aidait également à maintenir l’attention en éveil). L’anecdote s’inscrivait donc pleinement dans la théorie générale de l’éducation de cette période, que tous ces auteurs résumaient par la formule alors indéfiniment ressassée : « instruire en amusant ».

  • 13 Sur cette notion, voir Frances Yates, L’Art de la mémoire, Paris, Gallimard, 1975.

14La fonction de l’anecdote, cela dit, ne se réduisait pas à celle d’illustration du propos principal et à celle de divertissement destiné à éperonner l’intérêt du jeune lecteur. Elle participait aussi d’un « art de la mémoire » en aidant à l’apprentissage13. Un des manuels, Le Voyageur anglais l’exposait ainsi en 1826 :

  • 14 Le Voyageur anglais autour du monde habitable, Paris, Eymery, 1826, p. 1.

« Dans le cours de ce voyage, l’auteur fait connaître à ses petits compagnons toutes les nations, toutes les peuplades du monde ; il leur indique leur position sur la mappemonde, leurs limites respectives, leurs fleuves, leurs rivières, leurs montagnes, etc., et charmant l’ennui, la longueur du voyage par le récit d’anecdotes qui ont rapport à leurs coutumes particulières, par quelques traits intéressants de leur histoire naturelle, civile ou politique, il offre à l’écolier le moyen d’acquérir sans peine, sans même s’en apercevoir, une instruction agréable […]14. »

15Là où la désignation de tel lieu, de tel peuple, de telles mœurs peut donc ne laisser aucun souvenir, son redoublement par une anecdote était censé faciliter la mémorisation.

Le refus ambigu du roman

  • 15 Madame de Genlis, Le Voyageur, Berlin, La Garde, p. XXV.
  • 16 Pierre Blanchard, op. cit.
  • 17 Hombron, Aventures les plus curieuses des voyageurs, Paris, Belin-Leprieur et Morizot, 1847, p. 5.
  • 18 Sur cette question, de façon plus générale, voir Anne-Gaëlle Weber, A beau mentir qui vient de loi (...)

16Cette célébration des anecdotes, toutefois, s’accompagnait du refus du roman. Quel que soit le récit de voyage, madame de Genlis enjoignait ainsi son auteur, en 1800, à refuser « les lieux communs romanesques15 ». Pierre Blanchard, en 1804, se méfiait des volumes de l’abbé Prévost et de ceux de La Harpe dans la mesure où, écrivait-il, « on sait aujourd’hui que plusieurs relations analysées dans cette Histoire ne sont que des espèces de romans16 ». Quarante ans plus tard, Hombron, continuateur de Blanchard, assurait « faire attention à ne point laisser entrevoir les faits historiques, comme à travers un prisme mensonger et romantique » et récusait pour cela certains passages de celui-là même dont il actualisait le travail : « Nous n’avons admis dans notre recueil que les articles les plus intéressants de l’ouvrage de Pierre Blanchard, parce que l’esprit progressif de notre siècle n’accepte que les faits les plus authentiques, et repousse comme sans intérêt tout ce qui paraît avoir l’allure de contes de fées17. » Tous ces auteurs affirmaient ainsi, avec force, l’existence d’une frontière étanche entre, d’un côté, la réalité, dont la description devait être enseignée à la jeunesse (sous le nom de géographie), et de l’autre côté le roman, lequel, quelle qu’en fût la définition exacte, ne pouvait être qu’une altération de cette réalité et devait donc, à ce titre, être récusé. Pourtant, le recours aux anecdotes, tant recommandé, brouillait la frontière entre les deux. En témoigne d’ailleurs, l’insistance avec laquelle tous ces auteurs rappelaient, comme l’écrivait l’un d’entre eux, que, « dans les anecdotes que nous mettons sous les yeux du public, nous nous sommes bornés aux choses authentiquement prouvées ». Une telle précision indique que la chose n’allait pas de soi ; et nous devons la tenir pour l’indice d’un doute – quant à la netteté de la séparation entre le récit de vulgarisation géographique et le roman18.

17Au fur et à mesure du XIXe siècle, quoi qu’il en fût de la réitération régulière de la condamnation du roman, ce doute s’approfondit. C’est que deux évolutions majeures tendirent alors à effacer la frontière, déjà mal défendue, entre ces récits et l’univers du roman.

  • 19 Parmi les livres construits sur ce modèle, citons Le Tour du monde (1838), Les Petits Voyageurs en (...)
  • 20 Pierre Blanchard, op. cit.
  • 21 G.-B. Depping, Les Jeunes voyageurs en France ou Lettres sur les départements (1821), 4e éd., Pari (...)
  • 22 Madame de Flesselles, Les Jeunes Voyageurs en France, Paris, Lehuby, 1822. Voir aussi V. -A. Malte (...)
  • 23 Ernest et Fortunat ou les jeunes voyageurs en Italie, Paris, Lehuby, 1837. Voir aussi Madame de Fl (...)

18La première est la diffusion progressive du modèle du « tour ». La Harpe s’en était pris à l’anarchie de l’Histoire générale des voyages de l’abbé Prévost et lui avait imposé un ordre ; mais cet ordre était une stricte classification, distinguant les voyages en Afrique, les voyages en Asie, les voyages en Amérique, les voyages vers les Pôles et les voyages autour du monde. Beaucoup imitèrent La Harpe, de Pierre Blanchard à Jules Dufay et aux continuateurs de Blanchard : Hombron, Champagnac et Olivier19. Ce système classificatoire, qui par ailleurs laissait la parole aux voyageurs eux-mêmes – fût-ce sous la forme du style indirect libre –, s’opposait à la part romanesque de la méthode prônée par Fénelon et Barthélemy. Blanchard était explicite : « La supposition d’une personne qui voyage et fait le récit de ce qu’elle a vu, comme dans le Voyageur français de l’abbé de Laporte, me plaisait assez ; mais elle entraîne dans un grand nombre de paroles inutiles, et détruit, par son cadre romanesque, la confiance que le lecteur doit prendre en ce qu’on lui raconte20. » Or, au fur et à mesure du XIXe siècle, de telles préventions furent de moins en moins répandues. Nombre d’auteurs, en effet, adoptèrent alors la forme du « tour ». Celle-ci pouvait mettre en scène un jeune homme faisant le tour de France et écrivant, de chaque préfecture, une description statistique et historique du département à sa fiancée21 ; ce pouvait être un négociant veuf retiré des affaires pour éduquer ses enfants, et racontant à ceux-ci ses voyages de jeunesse22 ; ce pouvait être le voyage en Italie d’un père et de ses fils, tandis que sa femme malade se soignerait, à Nice, en compagnie de sa fille23, etc.

  • 24 Voir aussi Alfred ou le jeune voyageur en France (1835), Oscar ou le jeune voyageur en Angleterre (...)

19Il est remarquable de constater que tous ces livres, pourtant explicitement adressés aux filles aussi bien qu’aux garçons, on l’a vu, mettaient systématiquement en scène l’exclusion de la femme – à tel point que, bien souvent, c’était même la mort de la mère qui permettait aux enfants et au père de réaliser enfin leur désir de voyage24.

  • 25 J.-F. La Harpe, op. cit.

20Une seconde évolution majeure du XIXe siècle tendit à effacer la frontière entre le récit de vulgarisation géographique et le roman : le glissement progressif du registre des anecdotes à celui des aventures. Les anecdotes, traditionnellement, concernaient d’abord les mœurs et les coutumes des peuples visités et ne nécessitaient pas nécessairement la mise en scène du voyageur. Quand celui-ci était mis en scène, on parlait plus volontiers d’aventures – à l’image du recueil de Pierre Blanchard de 1815. La Harpe, déjà, expliquait avoir placé le plus souvent possible « un voyage d’aventures après des descriptions de mœurs et de lieux. Cette partie romanesque des voyages, quelquefois supérieure à tous les romans pour l’intérêt et le merveilleux, est fait pour reposer l’attention du lecteur en flattant l’imagination25 ». On voit comment les aventures du voyageur jouaient le même rôle, tout pédagogique, que les anecdotes.

  • 26 Pierre Blanchard, Aventures les plus curieuses des voyageurs, Paris, Le Prieur, 1815, p. 2.
  • 27 Monique Brosse, La Littérature de mer en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis. 1829-1870, (...)
  • 28 A. Antoine, Beaux Traits de l’histoire des naufrages, Paris, 1836, p. 1.
  • 29 Cette fonction de l’anecdote, notons-le, pouvait entrer en contradiction avec l’impératif de conna (...)

21À la vérité, elles ajoutaient même une fonction éducative supplémentaire à celles déjà reconnues aux anecdotes, en ce qu’elles permettaient de mettre en évidence un certain nombre de vertus morales. Telle était notamment la pensée qui présidait aux Aventures les plus curieuses des voyageurs de Pierre Blanchard, si souvent imitées : « Ces récits ne sont pas seulement propres à piquer la curiosité et à inspirer le goût de la lecture, ce sont encore d’excellentes leçons de philosophie-pratique : ils nous font sentir combien il est essentiel que l’homme se prémunisse contre le malheur, et que ce n’est que par le travail et par le courage qu’il parvient à surmonter les plus grands obstacles. Que seraient devenus la plupart des voyageurs dont nous allons raconter les étonnantes aventures, si le courage et l’industrie leur eussent manqué ? ils seraient morts dans les déserts, au milieu des glaces ou des sables brûlants ; par la force de leur âme, ils ont vaincu le sort et sont revenus parmi les hommes pour leur servir de modèles sous ce rapport26. » Une telle conception du rôle des aventures contribue d’ailleurs à expliquer l’incroyable fascination de l’époque pour les naufrages, dont les récits étaient volontiers proposés à la jeunesse27. Pour le dire comme l’auteur des Beaux Traits de l’histoire des naufrages, en 1836 : « Quoi de plus admirable en effet, que ces actes d’intrépidité, de dévouement, par lesquels des braves affrontent les plus grands périls pour le salut de leur compagnon d’infortune28 ! » De telles lectures, là encore, pour ces raisons éminemment morales, étaient recommandées tout autant aux jeunes filles qu’aux jeunes garçons29.

  • 30 C.-H. de Mirval, op. cit., p. 2.

22Or, avec le genre des « tours », ces aventures des voyageurs furent redoublées par celles prêtées aux protagonistes du récit imaginaire. Même si ces aventures étaient bien plus souvent évoquées que narrées, elles n’en acquirent pas moins, progressivement, une dignité nouvelle. Le modèle est ici Fénelon – à l’image de ce que dit l’auteur de L’Ermite du Chimboraço, prenant en 1837 le contre-pied de Pierre Blanchard : « Nous avons cru avoir une heureuse idée en choisissant pour nos héros deux jeunes gens qui, mus par le même sentiment que Télémaque, vont comme lui à la recherche de leur père qu’une révolution terrible a forcé de fuir pour échapper à une mort certaine30. » En 1836, la préface des Vies et aventures des plus célèbres voyageurs, par J.-B.-J. de Chantal, semble un manifeste pour l’usage des aventures dans ce type d’ouvrages :

« Il faut au lecteur des émotions ; plus ces émotions sont fortes, plus il s’intéresse à celui qui les lui fait éprouver. Cook et La Peyrouse, malgré leurs utiles et pénibles travaux, n’exciteraient pas une aussi vive sympathie, sans la catastrophe qui termina leur glorieuse vie. Si le voyageur n’entretient le vulgaire que de météorologie, que de climatologie ou autre science, objet de ses études favorites, le vulgaire, qui n’est point initié à ces mystères, ferme le livre et reconnaît en bâillant qu’il n’a point été fait à son usage.

Mais que de curieux incidents viennent se mêler aux savantes explorations du voyageur ; alors l’attention du lecteur s’éveille ; il suit avec un véritable intérêt l’homme intrépide qui, soutenu par le seul amour de la science, ne craint pas de braver les plus grands dangers pour arriver au but de ses infatigables recherches. Il s’associe pour ainsi dire à ses courses aventureuses ; tantôt il l’accompagne, au milieu des feux, des torrents de soufre et de lave bouillante, jusque sur les bords du cratère d’un volcan enflammé ; tantôt il affronte avec lui la faim, la soif et mille autre privations, au sein des solitudes sablonneuses du grand désert, et s’arrête sur les ruines désolées de la fameuse Palmyre. Ou bien, si son héros voyage parmi les tribus sauvages de l’Amérique, il aime à trembler que la massue de quelque Iroquois irrité ne lui brise le crâne, et se plaît même à le voir exposé à servir de festin à quelque horde de cannibales. La scène est-elle dans les montagnes du Kourdistan ou dans celles de Kachemyr, on n’est pas fâché de voir le voyageur aux prises avec les brigands qui infestent ces contrées, et l’on triomphe avec lui, s’il fait bonne contenance et parvient à mettre en fuite ces farouches bandits.

  • 31 J.-B.-J. de Chantal, Vies et aventures remarquables des plus célèbres voyageurs modernes, Paris, F (...)

Enfin si le héros est un navigateur, on ne lui fera fidèle compagnie qu’autant qu’il aura à parler de trombes dissipées à coup de canon, d’insurrections à bord, de tempête, de famine ou de naufrage31. »

  • 32 Ibid.

23Reprenant par ailleurs toutes les données, que nous avons rappelées ici, de la littérature pédagogique sur le voyage depuis le XVIIIe siècle, l’auteur ajoute enfin : « Cet ouvrage nous semble surtout convenir merveilleusement à la jeunesse ; aussi est-ce pour elle principalement que nous le publions. Au lieu de lui offrir des exemples imaginaires comme dans Robinson Crusoé, et autres livres du même genre, il nous a paru bien plus convenable et plus avantageux de lui présenter des exemples réels, tous palpitants d’actualité32. » La référence à Robinson Crusoé, ici, est essentielle. Le livre de Daniel Defoe, qui datait certes du début du XVIIIe siècle donnait à ce moment-là naissance au genre de la « robinsonnade », illustré, dès 1812, par le Robinson suisse de Wyss. Comparant ce genre florissant au XIXe siècle avec celui des récits de vulgarisation géographique, l’auteur des Vies et aventures des plus célèbres voyageurs supposait donc un principe de comparaison qui reposait sur les similitudes des deux types d’ouvrages. Certes, fidèle à la ligne fixée par La Harpe, il privilégiait les récits aux romans ; il n’en postulait pas moins leurs évidentes affinités.

  • 33 Patrick Cabanel, op. cit.

24Bien sûr, il est loisible de voir avec Patrick Cabanel, dans le Tour de la France par deux enfants, ce fabuleux succès de l’édition française, l’aboutissement du mouvement de publication des « tours », entamé dans les premières décennies du XIXe siècle33. On proposera néanmoins, pour conclure, une autre interprétation, laquelle permet de rendre compte de l’étonnant écart entre le moment de l’apogée de ce mouvement (la monarchie de Juillet) et celui de la parution du livre de madame Fouillée, en 1877 – un écart qui correspond, en gros, aux années du Second Empire.

25Nul doute que le succès du Tour de la France par deux enfants ne s’inscrive, fort logiquement, dans l’évolution générale du XIXe siècle, qui avait vu, d’une part, triompher la forme du « tour » et, d’autre part, se déplacer la leçon des auteurs, depuis l’histoire antique, enseignée par Fénelon et Barthélemy, jusqu’à la géographie de la France contemporaine. Néanmoins, deux autres aspects de cette évolution n’apparaissent pas dans le livre de madame Fouillée : d’une part, l’élargissement considérable des horizons concernés par les « tours », lesquels étaient loin de ne concerner que la France ; d’autre part, l’importance accrue, dans ces livres, d’un modèle romanesque qui, certes, demeurait décrié au milieu du XIXe siècle, mais qui n’en commandait pas moins, de plus en plus nettement, on l’a vu, la structure narrative de tous ces livres.

  • 34 Sylvain Venayre, « Les motifs du retour dans les Voyages extraordinaires : étude des fins de roman (...)

26De ce point de vue, il semble que l’aboutissement logique de ce mouvement de publication de récits de vulgarisation géographique est peut-être moins le Tour de la France par deux enfants de madame Fouillée (qui ne concerne que l’espace national et dont la trame romanesque est indigente) que les Voyages extraordinaires de Jules Verne. Ces voyages, rappelons-le, se concluent toujours par le retour au pays natal de leurs principaux protagonistes et ne s’éloignent ainsi pas tant que cela, de ce point de vue, de la forme du « tour34 ». Prétendant enseigner la géographie du monde entier à la jeunesse, ils poussent jusqu’à son terme le mouvement qui, depuis le début du XIXe siècle, tendait à ajouter les aventures aux anecdotes et à assumer ainsi la part romanesque de l’écriture pédagogique. On a souvent souligné la parenté de l’œuvre de Verne avec la robinsonnade (L’Île mystérieuse est une robinsonnade). Mais il faut également souligner sa parenté avec les récits de vulgarisation géographique que nous avons analysés ici (la trame des Enfants du capitaine Grant, par exemple, rappelle celle de L’Ermite du Chimboraço).

  • 35 Rappelons que, la première année (1864), le Magasin d’éducation et de récréation était offert aux (...)
  • 36 « Le Temps sera ce que doit être un journal sous le suffrage universel » (Prospectus de 1861).

27Or Jules Verne publia le premier de ses romans, Cinq semaines en ballon, pour Noël 1862, c’est-à-dire quinze ans avant Le Tour de la France par deux enfants, au cours de ces années du Second Empire qui, si l’on introduit Jules Verne dans notre raisonnement, ne sont plus des décennies creuses entre l’apogée de la publication des « tours » et le livre de madame Fouillée, loin de là. Les « tours » de la première moitié du XIXe siècle s’adressaient, on l’a vu, à une élite sociale ; or l’œuvre de Jules Verne, dans les années 1860, prétendait toucher bien davantage de monde. On sait que Verne et Hetzel utilisèrent pour cela toutes les ressources de l’affiche, de la presse et de l’illustration. Même si, dans les faits, les jeunes lecteurs des Voyages extraordinaires étaient pour beaucoup les enfants des lecteurs du journal Le Temps35, et que ces lecteurs peuvent sans doute être intégrés dans une certaine définition de l’élite sociale, il convient de ne pas oublier que Le Temps se voulait le journal d’une ère démocratique ouverte en 184836 – une démocratie qui ne concernait que les hommes. Le choix de Jules Verne d’assumer le glissement de la littérature pédagogique vers le roman – et un roman qui d’ailleurs, dans la logique des « tours », n’accordait aux jeunes filles qu’une place secondaire –, en même temps qu’il exprimait le désir de toucher un public bien plus large que ne le faisaient les ouvrages antérieurs, ce choix, ne pourrait-on pas le considérer comme la reconnaissance d’un caractère démocratique du roman, caractère de plus en plus affirmé, dans la littérature pédagogique que j’ai étudiée ici, depuis la fin du XVIIIe siècle ? Dans l’histoire des avatars littéraires du « Grand Tour » au XIXe siècle, est-ce trop imaginer que d’y voir le travail souterrain effectué par la forme romanesque en faveur d’une démocratie qui serait celle, indissolublement, du voyage et du vote, tous deux réservés aux hommes ?

Notes

1 Daniel Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003 ; Gilles Bertrand, Le Grand Tour revisité. Pour une archéologie du tourisme (Le voyage des Français en Italie, milieu XVIIIe siècle-début XIXe siècle), Rome, École française de Rome, 2008.

2 Nicolas Bourguinat et Sylvain Venayre (dir.), Voyager en Europe de Humboldt à Stendhal. Contraintes nationales et tentations cosmopolites, Paris, Nouveau Monde, 2007.

3 Voir Patrick Cabanel, Le Tour de la nation par deux enfants. Romans scolaires et espaces nationaux (XIXe-XXe siècles), Paris, Belin, 2007.

4 C.-H. de Mirval, L’Ermite du Chimboraço ou les jeunes voyageurs colombiens, Paris, Lehuby, 1837, p. 2.

5 J.-F. La Harpe, Préface à l’Abrégé de l’Histoire des voyages, t. I, Paris, Ménard et Désenne fils, 1825.

6 Au reste, Patrick Cabanel souligne bien de quelle façon les contenus de ces livres témoignent du milieu social dans lequel ils étaient lus : « Ces ouvrages baignent dans une ambiance sociale caractéristique. On se trouve au cœur de cette France des notables qui a fait la Restauration et la monarchie de Juillet : grands propriétaires ou châtelains ruraux ouverts au progrès et à l’instruction, attachés par-dessus tout à la stabilité des structures de la terre et de la famille, en dépit des traverses que la vie peut causer mais dont on finit par triompher. Ce pourrait être un roman de Constant ou Sénancour, un Adolphe ou un Obermann, ou le Balzac du Lys dans la vallée. […] Vastes demeures châtelaines à la manière du Val Richer d’un Guizot : des pères cultivés, voire omniscients, s’y font précepteurs de leurs enfants, des alliances se préparent entre familles voisines. Nous voici aux antipodes de l’école primaire du peuple ; et sans doute les auteurs ne visent-ils que la clientèle des lycées de garçons et des collèges congréganistes, même si le catholicisme est très discret ou presque absent, la morale étant plutôt celle d’un Franklin » (Patrick Cabanel, op. cit., p. 100-101).

7 Voir par exemple P.C. Briand, Les Jeunes Voyageurs en Europe, Paris, Thiériot, 1823 ou le Nouveau Voyageur de la jeunesse, Paris, Langlumé et Peltier, 1830.

8 Ce dont témoignait alors la vogue des albums, tels Les Merveilles de la France ou le vade-mecum du petit voyageur, Paris, Challamel, 1841, ou l’Album du jeune voyageur, Paris, Desesserts, 1853.

9 Edouard Charton, Prospectus du Magasin pittoresque, 9 février 1833.

10 Sur ce point, voir Sylvain Venayre, « Au-delà du baobab de madame Livingstone. Réflexions sur le genre du voyage dans la France du XIXe siècle », Clio, no 28, 2008, p. 99-120.

11 Anecdotes intéressantes, Paris, 1800, p. 2.

12 C.-H. de Mirval, op. cit, p. 3.

13 Sur cette notion, voir Frances Yates, L’Art de la mémoire, Paris, Gallimard, 1975.

14 Le Voyageur anglais autour du monde habitable, Paris, Eymery, 1826, p. 1.

15 Madame de Genlis, Le Voyageur, Berlin, La Garde, p. XXV.

16 Pierre Blanchard, op. cit.

17 Hombron, Aventures les plus curieuses des voyageurs, Paris, Belin-Leprieur et Morizot, 1847, p. 5.

18 Sur cette question, de façon plus générale, voir Anne-Gaëlle Weber, A beau mentir qui vient de loin. Savants, voyageurs et romanciers au XIXe siècle, Paris, Champion, 2004.

19 Parmi les livres construits sur ce modèle, citons Le Tour du monde (1838), Les Petits Voyageurs en Chine et au Japon (1841), Les Petits Voyageurs en Perse et en Arabie (1842), Les Petits Voyageurs en Turquie (1842), l’Album du jeune voyageur (1847), Le Voyageur dans les cinq parties du monde (1848), les Aventures de mer (1849), Le Voyageur de la jeunesse (1850), Les Jeunes Voyageurs dans l’Inde (1851), Les Jeunes Voyageurs en Suisse (1852), Le Jeune Voyageur dans la Syrie (1854), les Récréations utiles (1856), le Jeune touriste (1857), Léon et Alice (1858), L’Afrique inconnue (1863)…

20 Pierre Blanchard, op. cit.

21 G.-B. Depping, Les Jeunes voyageurs en France ou Lettres sur les départements (1821), 4e éd., Paris, Ledoux 1834. Voir aussi P. C. Briand, Les Jeunes Voyageurs en Asie, Paris, Hivert, 1829.

22 Madame de Flesselles, Les Jeunes Voyageurs en France, Paris, Lehuby, 1822. Voir aussi V. -A. Malte-Brun, Les Jeunes Voyageurs en France, Paris, Lehuby, 1841.

23 Ernest et Fortunat ou les jeunes voyageurs en Italie, Paris, Lehuby, 1837. Voir aussi Madame de Flesselles, Les Jeunes Voyageurs dans Paris ou les Tablettes de Jules, Paris, Locard et Davi, 1829.

24 Voir aussi Alfred ou le jeune voyageur en France (1835), Oscar ou le jeune voyageur en Angleterre (1841), Firmin ou le jeune voyageur en Égypte (1843), Gustave ou le jeune voyageur en Espagne (1843), Arthur ou le jeune touriste (1847), Léon et Alice. Correspondance d’un jeune voyageur avec sa sœur (1858). Sur le motif de la mort de l’épouse autorisant le voyage, voir entre autres le Guide des voyageurs et des curieux dans Paris (1822), L’Anacharsis indien (1838), Les Jeunes Voyageurs en Palestine (1843) ou Le Jeune Voyageur dans la Terre Sainte (1844). Arthur et Laure ou les petits voyageurs français en Europe (1845) constitue une exception, dans la mesure où le père emmène aussi, avec son épouse malade, outre son fils de 16 ans, sa fille de 15 ans. Sur tout cela, voir Sylvain Venayre, « Au-delà du baobab de madame Livingstone », op. cit.

25 J.-F. La Harpe, op. cit.

26 Pierre Blanchard, Aventures les plus curieuses des voyageurs, Paris, Le Prieur, 1815, p. 2.

27 Monique Brosse, La Littérature de mer en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis. 1829-1870, thèse, Université de Paris-IV, 1978.

28 A. Antoine, Beaux Traits de l’histoire des naufrages, Paris, 1836, p. 1.

29 Cette fonction de l’anecdote, notons-le, pouvait entrer en contradiction avec l’impératif de connaissance qui commandait les trois autres. En effet, pour le dire comme Pierre Blanchard, « il est une multitude d’autres aventures, aussi curieuses que celles que nous présentons au public, mais nous avons pensé qu’un certain nombre suffirait à l’amusement : nous n’eussions fait, en quelque sorte, que nous répéter, en donnant plus d’étendue à notre ouvrage : tous les naufrages se ressemblent du plus au moins, les maux qui attendent les malheureux voyageurs chez les divers peuples sauvages, présentent, à peu de choses près, le même tableau ; nous eussions craint de fatiguer le lecteur » (Aventures les plus curieuses des voyageurs, op. cit., p. 2). Privilégier la dimension morale de l’anecdote pouvait ainsi aller contre le principe de l’exposé total des connaissances.

30 C.-H. de Mirval, op. cit., p. 2.

31 J.-B.-J. de Chantal, Vies et aventures remarquables des plus célèbres voyageurs modernes, Paris, Fruges et Brunet, 1836, p. 3.

32 Ibid.

33 Patrick Cabanel, op. cit.

34 Sylvain Venayre, « Les motifs du retour dans les Voyages extraordinaires : étude des fins de romans de Jules Verne », in C. Reffait et A. Schaffner (dir.), Jules Verne ou les inventions romanesques, Amiens, Encrage Université, 2007, p. 219-232.

35 Rappelons que, la première année (1864), le Magasin d’éducation et de récréation était offert aux dix mille abonnés du Temps.

36 « Le Temps sera ce que doit être un journal sous le suffrage universel » (Prospectus de 1861).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540