Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesse(s) et élites

 | 
Christine Bouneau
, 
Caroline Le Mao

Cinquième partie. Identités de la jeunesse

Une jeunesse militaire sous Louis XIV : les gardes de la marine

Michel Vergé-Franceschi

Texte intégral

1Jusqu’en 1626-1627, l’état de marin est pratiquement un état uniquement « privé » même s’il y a eu quelques capitaines des vaisseaux du Roi au XVIe siècle, rares et uniquement en Ponant. Le marin est alors un véritable « aventurier » et l’aventure, par définition, ne s’enseigne point. Elle se vit. Les marins sont des praticiens de la mer, fils de capitaines, de marins, d’armateurs et de marchands entourés sur leur bord de jeunes gens issus de leur race, fils ou neveux, à qui ils enseignaient la mer sous une double férule : celle de la tradition orale et celle de l’apprentissage familial. Le 28 janvier 1627 en revanche, Richelieu – le premier – jette les bases d’une première École navale : les « Seize jeunes gentilshommes », premiers Français à être officiellement destinés par l’État « à être instruits au fait de la marine et de la navigation ». Pour la première fois en France, trois maîtres seront « entretenus » à cet effet. Quant aux élèves, le Roi offre à chacun 400 livres (puis 324 seulement) de pension annuelle. Sous le nom de « Gardes du cardinal » (octobre 1626), ou de « Gardes du Grand-Maître », ils sont à l’origine des Gardes de la marine qui vont exister jusqu’en 1786.

Les gardes du Grand-Maître, 1626-1669

Période

Nom du Grand-Maître

Nombre de gardes à 324 livres par an

1626-1642

Richelieu

46

1642-1646

Maillé-Brézé

46

1646-1660

La Reine-régente

93

1661-1665

Le duc de Vendôme

93 en 1661-1663
47 en 1664-1665

1666-1669

Le duc de Beaufort

63 en 1666
67 en 1667
70 en 1668
56 en 1669 dont 3 Irlandais anciens capitaines réformés et un Allemand de Cologne
Leur commandant est alors le chevalier de La Fayette, beau-frère de Mme de La Fayette

2Dès le 29 juillet 1669, alors que Beaufort vient de disparaître (juin), Colbert souhaite créer en France les bases d’une authentique École navale et envisage de créer des collèges maritimes à Saint-Malo (c’est fait en 1669), Bordeaux (1669), Montpellier (1671) et Paris (1677). Dès 1669, cette idée ne fait pas l’unanimité. Guillaume d’Alméras, chef d’escadre (qui va tuer Ruyter en 1676), pense qu’il serait vain de « tirer les enseignes du collège ou de l’académie ». Pour lui, l’homme de mer doit subir un triple enseignement : 1° apprentissage à la mer ; 2° leçons d’escrime ; 3° maniement du mousquet. L’intendant Arnoul soutient cette idée : il faut recruter les marins comme en Angleterre et en Hollande c’est-à-dire choisir des hommes « sur la réputation qu’ils s’étaient acquise dans les vaisseaux marchands où il se trouve quelque fois des occasions aussi chaudes que dans la guerre ». Néanmoins, Colbert persiste et crée (24 décembre 1669) les « Gardes de la marine » – appelés « les Vermandois » –, jeunes gens plus destinés à combattre sur mer qu’à servir de véritables gardes à l’Amiral de France, comte de Vermandois, alors âgé de deux ans. Recrutés uniquement parmi les Français (à l’exclusion de tout mercenaire étranger) au nombre de 200, et rémunérés 360 livres par an (au lieu de 324), les Vermandois n’ont encore ni maîtres, ni professeurs. Ce sont de jeunes militaires, apprentis/officiers. Pas des élèves. Ils n’ont ni programme d’enseignement, ni cours, ni écoles, ni salles de classes. Ce sont de jeunes militaires sans casernes, logés à Toulon (100 d’entre eux) ou à La Rochelle (100 autres) chez l’habitant dans l’attente de s’amariner. Mais leur turbulence est telle que le Roi est contraint de licencier cette première compagnie de gardes fort indisciplinés dès le 18 décembre 1671. Cependant, les nécessités de la guerre de Hollande (1672-1678) puis les opérations de Méditerranée (Alger, Gênes, Tripoli) obligent Colbert à conserver au service certains de ces « anciens gardes ». Et, à partir de 1672 (et jusqu’en 1686), le Roi est même contraint de recruter un assez grand nombre de jeunes gens (plus de 500) appelés – dès leur entrée au service – « anciens » gardes de la marine. À partir de 1681, ceux-ci sont en outre dotés d’un petit état-major d’encadrement : un commandant des gardes à Brest, un autre à Rochefort ; un dernier à Toulon ; et 4 lieutenants sont adjoints à chacun d’eux. À partir de 1682, Colbert énonce à leur sujet « les devoirs des gardes à bord des vaisseaux du Roi ». Et, embarqués au cours d’une croisière d’expérience, ces gardes apprennent leur métier à la mer : ils font le quart à tour de rôle, s’adonnent à l’hydrographie, au pilotage (une heure chaque matin). En deuxième heure, ils pratiquent l’art des évolutions militaires et tirent au mousquet, bien que les plus jeunes éprouvent des difficultés à soulever les mousquets, trop lourds pour leur âge. L’exercice du canon leur est enseigné en troisième heure et les deux dernières heures de la matinée sont consacrées à la manœuvre.

Les Vermandois : créés le 24 décembre 1669-supprimés le 18 décembre 1671

Années

Nombre de gardes admis à 360 livres annuelles

1669

278 (dont 35 seulement seront promus officiers en 1671-1673)

1671

58 (dont 19 seulement seront promus officiers)

Total

336 (dont 54 en tout seront promus officiers)

Les anciens gardes de la Marine : créés le 18 décembre 1671-supprimés le 16 mars 1686

Années

Nombre de gardes admis à 360 livres annuelles

1672-1678

204 durant la guerre de Hollande

1679-1686

325 avant la guerre de la Ligue d’Augsbourg

Total

529 dont 297 seront promus officiers

3Ces 865 gardes (Vermandois et « Anciens » gardes) embarquèrent à maintes reprises entre 1669 et 1686 ; ils combattirent à la mer – généralement avec bonheur – et surent souvent mourir à l’ennemi adolescents ou jeunes gens, à Messine (1674-1678), Alger (1682-1683), Cayenne (1677-1678), Gênes (1684) ; sur les récifs des Avès (1678) ou dans le naufrage du Sans-Pareil (1679) aux ordres de Tourville. Plusieurs même trouvèrent la mort au Siam (1685) en cette longue expédition qui fit de Forbin le Grand Amiral de la flotte siamoise ! Tous furent avant tout de jeunes soldats, non des « savants ». Et le premier enseignant connu auprès de ces gardes n’est du reste ni un père jésuite, ni un professeur d’hydrographie ou de mathématiques ; c’est un malheureux maître d’escrime tué malencontreusement par l’un de ses trop fougueux élèves, le jeune chevalier de La Perrière, reçu ancien garde-marine le 30 janvier 1686.

4L’enseignement maritime – théorique – commence toutefois à percer en cette fin du XVIIe siècle en une Académie militaro/maritime installée à Indret en 1681 à l’initiative du duc de Luynes et des États de Bretagne qui offrent 3 000 livres annuelles à ce collège. Cet établissement peu connu faute d’archives est destiné à recruter quarante jeunes calvinistes dans un triple objectif : 1° les convertir ; 2° les instruire ; 3° les amariner. Le Roi leur verse 400 livres de pension annuelle à chacun et, pour la première fois en matière d’enseignement maritime, il est fait mention de « maîtres » chargés de leur enseigner « l’écriture, les mathématiques, la navigation, les exercices militaires ». Il n’est pas inintéressant de constater encore une fois l’étroitesse du rapport qui existe en France au XVIIe siècle entre mer et protestants, rapport que la France majoritairement catholique va s’acharner à casser ce qui peut expliquer en partie l’échec global de la colonisation française par rapport à la hollandaise et à l’anglaise, calviniste et anglicane. Au lendemain de la Révocation, l’existence de l’Académie d’Indret ne se justifiant plus, le Roi la supprima le 5 janvier 1686 en même temps que les Anciens gardes de la marine. Existaient en effet depuis trois ans une nouvelle structure créée par Seignelay au lendemain de la mort de son père (6 septembre 1683) : les « Nouveaux » gardes de la marine, projetés par Colbert dès le 12 juin 1683 et créés le 18 novembre suivant. Académie et Anciens gardes s’avéraient donc inutiles.

Les nouveaux gardes de la Marine : créés le 18 novembre 1683-supprimés le 16 mars 1686

Années

Nombre de nouveaux gardes recrutés à 216 livres annuelles

1683

571

1684

345

1685

113

1686

26

Total

1055

5Toutefois, en supprimant les gentilshommes d’Indret et les Anciens gardes, le Roi supprime aussi en ce 16 mars 1686 les Nouveaux gardes de la marine afin d’unifier la pépinière du corps de la marine à travers une seule structure : trois compagnies de Gardes de la marine (ni nouveaux, ni anciens), lesquels vont exister de 1686 à 1786, année de leur suppression par le maréchal de Castries. Ce sont elles qui vont être la pépinière du corps de la marine de la guerre de la Ligue d’Augsbourg à la guerre d’indépendance américaine inclue. L’unification est structurelle. Très rapidement, elle devint pédagogique. Dès 1685, G. Coubard publie à Brest un Abrégé de pilotage qui passe immédiatement aux « salles » des gardes de la marine afin de servir aux « conférences d’hydrographie » que le Roi commence à instituer dans les ports pour la formation des gardes et l’approfondissement des connaissances des jeunes officiers. Dès les années 1680, les ouvrages d’un jésuite de Chambéry – le Père Claude-François Milliet de Châles – (L’Art de naviguer démontré par principes, 1677, et Les principes généraux de la géographie, 1677) deviennent livres de référence auprès des gardes de l’étendard réal des galères de Marseille créés en 1665, jeunes homologues des gardes de la marine toulonnais. En cette fin du XVIIe siècle, le « traité » évolue vers le « cours » et c’est du reste son Cursus mathematicus (Lyon, 1674) qui a attiré l’attention de Colbert sur le Père Milliet de Châles, nommé aussitôt « Professeur royal d’hydrographie » à Marseille. « Professeur » (1674) alors que le Père Denis n’avait été nommé que « maître » d’hydrographie à Dieppe en 1666. « Professeur » sous-entend rapidement jésuites, savants, auteurs de renom qui publient beaucoup à Paris ou Lyon alors que leurs prédécesseurs, simples « maîtres », souvent pilotes et marins empiriques ne publiaient que dans leurs ports d’origine : Dieppe. L’écrit permet de faire souffler l’air du large profondément dans les terres.

L’essor de l’enseignement maritime (1665-1716)

1665

Dieppe

Colbert dote le port d’une « escolle publique » pour y former 200 pilotes sous la férule de l’abbé Denis.

Marseille

Création des gardes de l’étendard réal des galères pépinière des officiers des galères levantines.

1669

Saint-Malo

Un collège de marine y fonctionne.

La Rochelle, Toulon

Création des gardes de l’Amiral comte de Vermandois.

1670

Première croisière d’instruction imposée aux gardes sous les ordres de Vivonne en Levant et de d’Estrées en Ponant.

1671

Nantes

Colbert crée une chaire d’hydrographie.

Porquerolles

Vivonne envisage d’y créer une « école de marine ».

France

Création des Anciens gardes de la marine.

1673

Bretagne

Colbert crée (à Rennes) une chaire d’hydrographie.

1681

Indret (Basse-Loire)

Création à l’initiative du duc de Luynes (1620-1690) – beau-père depuis 1667 d’une fille de Colbert, duchesse de Chevreuse – d’une Académie pour 40 jeunes nouveaux convertis destinés à l’état d’officier des vaisseaux du Roi.

Brest, Rochefort, Toulon

Armement de 3 frégates d’instruction de 18 à 20 canons, montées de 50 hommes d’équipage destinées à faire manœuvrer les anciens gardes par temps ordinaire, par mauvais temps, dans les conditions de combat.

1683

Brest, Rochefort, Toulon

Création des nouveaux gardes de la marine.

1686

Indret

Suppression de l’Académie et des Anciens et Nouveaux gardes de la marine.

Brest, Toulon, Rochefort

Création de trois Compagnies de gardes de la marine.

1716

Création par le Régent des Gardes du Pavillon Amiral, compagnie commandée par le chevalier de Luynes (1674-1734), second fils du duc.

6À partir des années 1660-1670, se met donc en place en France tout un système scolaire étatique et centralisé, dirigé depuis la Cour, soutenu par des publications parisiennes ou lyonnaises, destiné au monde des futurs officiers de marine : système complètement nouveau et novateur qui va former pour un siècle l’essentiel des cadres de la marine jusqu’à la Révolution française.

Total des gardes de la Marine louis quatorziens

Années

Nombre de gardes recrutés

1669

56 gardes de M. de Beaufort, Grand-Maître

1669-1671

336 Vermandois au service de l’Amiral de ce nom

1672-1686

529 anciens gardes

1681-1686

40 gentilshommes d’Indret nouveaux convertis

1683-1686

1055 nouveaux gardes

Total

2827 gardes recrutés en temps de guerre :
– 204 : guerre de Hollande
– 1655 : guerre de la Ligue d’Augsbourg
– 968 : Succession d’Espagne
2061 en temps de paix relative

7Le garde-marine devient un étudiant spécifique. Le contenu de son apprentissage a été en fait défini très tôt par un jésuite, le Père Fournier, qui écrit en 1643 : « Le capitaine doit entendre la sphère et la carte de navigation afin qu’un pilote ne lui en puisse faire accroire. Il doit bien placer sa mousqueterie, manier avec jugement les voiles pour gagner l’avantage du vent » (Hydrographie contenant la théorie et la pratique de toutes les parties de la navigation, 1643, dédiée à Louis XIII). L’enseignement de base doit reposer sur la cartographie, l’hydrographie, le canonnage, le gréement et l’art de la construction navale sans oublier le maniement du mousquet et l’art des fortifications terrestres. À partir de 1678, Louis XIV et Colbert commencent à mettre en place dans les ports un véritable programme d’enseignement maritime : septembre 1678, Colbert souhaite qu’un Traité de manœuvres et qu’un Manuel de construction soient rédigés et il sollicite pour cela Abraham Duquesne. Décembre 1678, le Roi accorde 10 livres mensuelles d’augmentation de solde aux anciens gardes qui acceptent de suivre dans les ports les premières « écoles d’hydrographie et de canonnage » instaurées par Colbert. L’instruction apparaît comme un plus qui doit être récompensé. Juin 1680, les premières « conférences » concernant la construction des vaisseaux sont inaugurées dans les ports de guerre. 1682, un véritable emploi du temps à vocation « nationale » est mis en place pour tous les gardes de la marine de Toulon, Brest et Rochefort avec toutes les astreintes d’un authentique système scolaire : recrutement de professeurs et maîtres de qualité ; obligation d’assiduité pour les maîtres et élèves ; appel quotidien des gardes par une sentinelle chaque matin et au début de chaque cours ; notification des absences en Cour ! En quatre ans (1678-1682), l’instruction a perdu son statut facultatif initial : on ne récompense plus dorénavant les gardes qui assistent volontairement aux cours d’hydrographie et de canonnage ; au contraire, on punit les absents et les 10 livres mensuelles de supplément de solde accordées naguère aux présents sont remplacées par une retenue sur la solde des absents !

Rochefort, 1682, premier emploi du temps connu d’un garde de la Marine

Jour

Heures

Lecons ou exercices

Lundi

6 à 9
13 à 16

Exercice du canon
Hydrographie

Mardi

8
14 à 16

Exercice du mousquet
Cours de construction

Mercredi

6 à 9
13 à 16

Exercice du canon
Hydrographie

Jeudi

8
14 à 16

Exercice du mousquet
Cours de construction

Vendredi

6 à 9
13 à 16

Exercice du canon
Hydrographie

Samedi

8
14 à 16

Exercice du mousquet
Cours de construction

Dimanche

matin
après-midi

Messe
Vêpres puis spectacle de tir

Un garde n’a jamais la même matière deux jours consécutifs afin d’avoir le temps d’assimiler ses cours le soir dans sa chambre d’auberge et d’y apprendre ses leçons.

Brest, 1682 : autre exemple d’emploi du temps d’un garde

Lundi

13 à 16

Mathématiques ; hydrographie

Mardi

Seul cours hebdomadaire de construction

Mercredi

13 à 16

Mathématiques ; hydrographie

Jeudi

Seul cours hebdomadaire de canonnage

Vendredi

13 à 16

Mathématiques ; hydrographie

Samedi

Conférences avec les maîtres.
Visite des vaisseaux en chantiers

Dimanche

Aucune obligation

8C’est à Rochefort, port colbertien par excellence grâce à Colbert du Terron, Michel Bégon et Chertemps de Seuil, tous cousins du ministre, que la recherche pédagogique fut la meilleure. Le maître d’hydrographie sut y gérer son temps avec intelligence en divisant son Cours en 7 petits cahiers de 10 feuillets in-quarto chacun au maximum et en confiant à un adjoint le soin d’instruire les rudiments, se réservant la trigonométrie et l’usage des sinus, ainsi que les six livres d’Euclide.

Le cours d’hydrographie à Rochefort, fin XVIIe siècle

1er cahier :

Arithmétique. Calculs nécessaires à la navigation.

2e cahier :

Géométrie. Principales définitions « et la construction de la rose ».

3e cahier :

Abrégé de la sphère.

4e cahier :

Cartographie. Nature des différentes cartes et leur usage.

5e cahier :

Le nombre d’or, l’épacte, les marées.

6e cahier :

La latitude, l’estime, les dérives d’un navire, la variation de la boussole.

7e cahier :

Le calcul des routes par le quartier de réduction.

9Au lendemain de la Révocation, Seignelay, afin de faire appliquer cet ambitieux programme dans chacun des trois ports, décida de faire appel aux meilleurs scientifiques de son temps : les Jésuites. Ceux-ci ont alors un triple avantage : 1° grands voyageurs et missionnaires jusqu’en Chine, ils connaissent mieux le monde que la plupart de leurs contemporains ; 2° excellents astronomes et hydrographes, ils peuvent communiquer une partie de leur immense savoir aux jeunes gardes ; 3° piliers de la Contre-Réforme, ils savent mieux que quiconque dénicher les restes de protestantisme endormis au fond des consciences des gardes (nombreux) issus de familles huguenotes (notamment en Poitou-Saintonge, Aunis et Normandie, initiales pépinières du corps des vaisseaux du Roi). L’instauration d’un séminaire royal des Jésuites à Toulon (1685) procure un dernier avantage : l’établissement fournit dorénavant des aumôniers de marine à bord des vaisseaux du Roi. Le résultat de ces initiatives ne va pas toutefois être aussi bénéfique pour le royaume qu’on aurait pu l’espérer. Ce que voulait Colbert pour la France, dans la tradition de Richelieu, c’était une grande politique maritime. Mais qui dit marine, dit dépenses. Or, tant que Colbert a vécu, il a pu disposer des fonds nécessaires à sa politique en tant que contrôleur général des finances et la formation des officiers de vaisseau put se faire – comme en Angleterre – à la mer (ce qui est coûteux), par exemple en 1670 sous Vivonne (en Levant) et d’Estrées (en Ponant) et, la paix revenue, en 1681 par exemple sur trois frégates d’instruction armées à cet effet à Brest, Rochefort et Toulon. Mais dès la mort de Colbert, le garde spécialement embarqué pour être amariné au cours d’une croisière d’expérience spécifique disparaît et le garde conçu par Colbert comme un jeune marin évolue dangereusement vers un autre statut – qui sera le sien au cours du XVIIIe siècle – : celui d’élève terrien, sagement assis en classe à terre devant ses professeurs jésuites et ses maîtres d’écriture ou de dessin. Il en résulte que les gardes embarqués sur l’escadre de Tourville en 1692, ne furent d’aucun secours à La Hougue, malgré leur très (trop) grand nombre : 995 !

Commandants des compagnies de gardes de la marine : 1683-1715

Toulon

M. de Sartous

1683-1697

Le chevalier de Beaujeu

1698-1714

Le chevalier Aubery de Vatan

1714-1728

Brest

Le chevalier de Flacourt

1683-1684

M. de Coulombe

1684-1705

M. de Chavagnac

1705-1714

M. de Nogent

1714-1731

Rochefort

M. Des Nos

1683-1684

M. de La Baume

1684-1688

Le chevalier de Perrinet

1688-1705

Le marquis de Courbon-Blénac

1705-1714

Le comte de Chavagnac

1714-1727

10Jusqu’en 1715, les officiers généraux du Roi qui ont gagné la guerre de Hollande (Duquesne), qui se sont illustrés au Spitzberg ou au Texel (Jean Bart, 1694, 1696) durant la guerre de la Ligue d’Augsbourg, qui se sont illustrés à Rio de Janeiro (Duguay-Trouin, 1711) ou à côté des flibustiers des Antilles (Ducasse) durant la guerre de Succession d’Espagne sont tous des hommes dont la formation n’a pas été assurée par l’État : venus de l’Ordre de Malte (Tourville, Valbelle, le chevalier Paul, le commandeur Des Gouttes appelé jadis « le Père de la mer » par Richelieu), de la course (Duquesne, Trouin, Cassard, Ducasse), de la pêche (Bart), ils ont tous eu une formation personnelle, différente, inculquée par le père (Duquesne), le frère aîné, les oncles et cousins (Trouin), ou de vieux commandeurs (Tourville). En 1715, Louis XIV qui a recruté au cours de son long règne 4 888 gardes de la marine en laisse un trop grand nombre au service. Or, l’absence de guerre maritime de 1713 à 1744 prive ces gardes trop nombreux d’avancement. Par conséquent, ils vieillissent à la compagnie, à Brest, Rochefort ou Toulon. Ils y répètent des années durant les mêmes leçons, les mêmes exercices parfois pendant dix, quinze ou même dix-sept ans (le futur lieutenant général des armées navales de Glandevez-Castellet). Et ils ne forment que des cadres médiocres et aigris, de par le manque de débouchés et d’avancement rapide. À partir de 1715, la marine n’est plus une carrière porteuse d’avenir comme du temps des Colbert et du premier Pontchartrain. Agosta avait permis d’éliminer Ruyter (1676) d’où les gigantesques espoirs maritimes et déjà « nationaux » de toute une génération. D’où du reste l’essor des recherches en matière de cartographie, d’astronomie et de calcul de la longitude. Mais l’impossibilité de déloger l’Anglais de Gibraltar à partir de 1704 ruina au contraire les espoirs de la génération suivante. En outre, afin de ne point indisposer l’Angleterre d’une part, et afin de désengorger les compagnies de gardes de la marine louis-quatorziennes devenues pléthoriques d’autre part, le Régent tarit petit à petit le recrutement des compagnies. Les gardes qui étaient 995 au service à La Hougue en 1692, ne sont plus que 366 en 1723 l’année de la mort du duc d’Orléans et 196 en 1743 à la veille de la guerre de Succession d’Autriche ! Il est du reste permis de penser que, privés d’avenir, les meilleurs éléments ont dû être les premiers ou à quitter la marine ou à ne plus y entrer au profit d’autres carrières, soit militaires (cavalerie, infanterie), soit robines ou littéraires, soit ecclésiastiques, d’où ce corps « abâtardi » dont parle Choiseul. Ceci permettrait de mieux comprendre l’incapacité de certains officiers français entre 1756 et 1763, leurs erreurs notoires : sabords de la batterie basse non fermés, en pleine tempête, dans l’escadre de Conflans lors du combat des Cardinaux ; d’où des vaisseaux qui se remplissent d’eau et qui coulent rapidement ; célébration de la messe avec tir au canon (habituel) au moment de l’élévation de l’hostie, mais avec des canons chargés de boulets ( !) qui tuent plusieurs matelots en prière sur le vaisseau voisin ; ceci à bord même d’un vaisseau de La Clue-Sabran, le futur vaincu de Lagos ; ceci pourrait contribuer à expliquer cela et notamment l’ironie mordante des officiers anglais à l’égard des officiers français particulièrement décriés dans l’Espion Anglais. À la fin du XVIIIe siècle par exemple, ce n’est plus un marin qui illustre les Riqueti-Mirabeau, mais le tribun, neveu de capitaine de vaisseau. Il se peut qu’il y ait eu fuite d’une partie des élites vers d’autres carrières. Chateaubriand né en 1768 et qui faillit lui-même être garde-marine à Brest dont il s’échappa – et qui est donc un bon exemple de cette fuite vers d’autres carrières –, affirme du reste qu’il ne restait à la noblesse pauvre de Bretagne qu’un seul débouché : la marine royale qui, de son propre aveu, ne se recrutait plus durant sa propre enfance que parmi les cadets désargentés de familles peu à leur aise incapables d’offrir à leurs fils un débouché autre que celui d’aller étudier leur Bezout au sein de cette marine, sinistrée certes, mais toujours sans vénalité.

11Mais la perversion du système réside surtout dans le fait que le garde de la marine conçu par Colbert pour être rapidement amariné avant d’être promu enseigne de vaisseau s’est transformé peu à peu sous Maurepas en étudiant confiné à terre aux « salles » des gardes de la marine où il demeure en moyenne une dizaine d’années (de 15 à 24-25 ans environ) avant d’être promu enseigne de vaisseau. De marin, né au port – Duquesne (Dieppe), Bart (Dunkerque), Trouin (Saint-Malo), Cassard (Nantes), Ducasse (près de Bayonne), les Gabaret (La Rochelle), Paul (château d’If), Pannetié (Boulogne) –, le futur officier de vaisseau de la première moitié du XVIIIe siècle (1715-1763) s’est transformé en candidat-mathématicien qui s’éloigne de ce qui aurait dû être son élément naturel – la mer – pour s’asseoir – non plus sur un inconfortable banc de quart – mais dans l’un des fauteuils de l’Académie de marine dont la création par Rouillé en 1752 précède de peu les plus grands malheurs de la guerre de Sept Ans (1759) sous Berryer. Et il faut attendre Choiseul et la signature du traité de Paris (1763) pour que les responsables « politiques » prennent le problème à bras le corps en voulant renvoyer les futurs officiers dans les ports marchands (La Ciotat, Lorient, Le Havre) – projets qui germent entre 1767 et 1773 et dont le troisième du reste aboutit – afin qu’ils s’y forment au contact des « vrais » marins, c’est-à-dire des fils d’armateurs, de marchands, de négociants ou de capitaines de la Compagnie des Indes, moins bons mathématiciens certes, mais bien meilleurs navigateurs. Tout se passe comme si la mutation du littoral français entre le XVIIe et le XVIIIe siècle avait fini par nuire à la marine française : en formant des officiers, payés par l’État (plus à l’ancienneté qu’au mérite), à Toulon, Brest et Rochefort, au sein d’une structure étatique (les Compagnies de gardes), hiérarchisée et contrôlée par des sous-brigadiers des gardes, des brigadiers des gardes, des enseignes, lieutenants et capitaine de la compagnie, le XVIIIe siècle français hérité de la bureaucratie colbertienne a peut-être fini par détruire dans le « corps » des vaisseaux du Roi l’esprit d’aventure et le goût du risque qui existaient chez les marins nés et élevés jadis à Dieppe (Duquesne), Dunkerque (Bart), Saint-Malo (Trouin), Brouage (Champlain), Boulogne (Pannetié) ou Nantes (Cassard). Tout à coup, après la signature du désastreux traité de Paris (1763), tout se passe comme si les responsables prenaient soudain conscience d’avoir fait fausse route depuis 1683 d’où cette volonté soudaine de retourner au cœur des espaces maritimes non militarisés et traditionnellement marchands que sont Le Havre, Lorient ou La Ciotat.

12Le siècle de l’Émile juge en effet sévèrement l’éducation théorique dispensée à ces futurs officiers de vaisseau qui en bons lecteurs de Jean-Jacques devraient être formés, comme les Anglais, au contact de la nature, c’est-à-dire en ce qui les concerne, au contact de l’eau. Entre l’enseignement prôné par Colbert qui était un véritable enseignement idéal alliant formation théorique et pratique, à terre et à la mer, et la réalité de l’enseignement telle qu’elle exista au cours du premier XVIIIe siècle de par l’insuffisance budgétaire et le manque d’armements (donc d’apprentissage des jeunes recrues), un véritable fossé s’est ouvert lequel a transformé l’idéal colbertien en un enseignement perverti, peut-être trop étouffé par l’autorité militaire qui aurait gelé toute initiative et toute tentative d’aventure personnelle de même que le sacro-saint principe du combat en ligne a pareillement gelé toute initiative en matière de tactique.

L’enseignement proposé d’après les ordonnances face aux réalités portuaires d’après les archives
Messe quotidienne, chaque matin en début de journée : 6 heures du matin en été (1689). 7 heures du matin en hiver (1689). En fait : gardes turbulents ou absents. Ébats dans les confessionnaux de la cathédrale de Toulon avec des prostituées pendant l’office. Rendez-vous galants dans la cathédrale de Saint-Malo derrière le maître-autel (1687-1688). Oranges et fruits pourris lancés à Toulon sur une procession de capucins. Professeurs de mathématiques qui ne communient pas (M. de La Monstre, pendant un an, à Rochefort en 1684) et qui ne se confessent plus.
Salles de cours spécifiques, réservées à l’enseignement : en fait, locaux sans caractère scolaire, froids, non chauffés, dépourvus de cheminées, mal éclairés, intenables en hiver ; anciens « magazins obscurs » d’où un maniement des armes difficile ; un apprentissage du tir impossible. Il aurait fallu dans chaque port un semblant de Bibliothèque pour y recevoir les ouvrages destinés à l’enseignement des gardes et les instruments achetés par le Roi, mais ils disparaissent au fur et à mesure car volés. Il aurait fallu rémunérer un « gardien des livres ».
Accueil quotidien des gardes aux « salles » : en fait, nombre d’entre eux sont absents car leurs familles préfèrent les nourrir à la maison car cela revient moins cher plutôt que de leur verser leur pension annuelle (450 livres à partir de 1689). La guerre les contraint à embarquer sans avoir suivi leur formation théorique.
Entretien de nombreux maîtres rémunérés par le Roi : il s’agit de maîtres compétents, savants jésuites, tels les disciples et continuateurs du Père Fournier (1595-1652) connu pour son Traité de la sphère (1643), ses Commentaires géographiques (1643), sa Description géographique des rivages (1648, 1651), sa Nouvelle description de l’Asie (posthume, 1656) et surtout son Hydrographie (1643). Ses livres de géométrie euclidienne (Paris 1644, 1654), traduits en Angleterre, y donnèrent lieu à trois éditions successives, preuve de la circulation des savoirs en Europe en plein milieu du XVIIe siècle. Parmi ses continuateurs, il faut retenir le Père Paul Hoste (1652-1700), professeur de mathématiques des gardes qui laissa plusieurs ouvrages : Observation de l’éclipse de soleil du 12 juillet 1684 faite à Lyon dans le grand collège des Jésuites. Traité des évolutions navales (1691). Recueil des traités de mathématiques qui peuvent être les plus nécessaires à un gentilhomme pour servir par mer ou par terre (Paris, 1692, 3 vol. ). Traité des signaux et des évolutions navales (Toulon, 1696, avec 32 planches coloriées). L’Art des armées navales (Lyon, 1697), réédité en 1727 avec l’Histoire de la marine depuis Lépante jusqu’à Louis XIV. Théorie de la construction des vaisseaux (Lyon, 1697). Mais souvent maîtres et professeurs s’épuisent au travail et meurent prématurément : Fournier à 57 ans ; Hoste à 48. D’autres vieillissent dans leur emploi, d’où des difficultés pour l’enseignement de l’escrime ou de la danse. De surcroît, à la veille de se retirer du service, ils obtiennent que leur place soit donnée à leur fils, à leur petit-fils, à un neveu ou parent, parfois moins compétent qu’eux. À Toulon, les La Rose enseignent le dessin à partir de 1668, mais seul le premier des quatre est un maître de notoriété. Enfin, tous ne sont pas compétents.
Des disciplines variées, intellectuelles ou sportives
Anglais : les gardes marine n’apprirent pendant longtemps aucune langue vivante. L’espagnol semble être apparu à la compagnie de Toulon quelque temps, lors de la guerre de succession d’Espagne.
Autorité : la finalité de l’enseignement dispensé aux gardes doit être de leur apprendre à commander. Sur un vaisseau, il y a jusqu’à 1000 hommes d’équipage qui devaient obéir. Rien n’est prévu toutefois pour inculquer aux jeunes gens cette autorité supposée naturelle en raison de leur « naissance ». Il y eut du reste peu de mutineries même s’il fut donné à Duguay-Trouin de tuer un mutin à son bord ( 1695).
Canonnage : en théorie, il est enseigné, à terre puis à bord, par le maître-canonnier ou par le commissaire d’artillerie. Mais à terre, celui-ci est souvent absent, car il doit régulièrement aller visiter forges et fonderies fort éloignées des ports. Et l’exercice qui devrait se faire sur une petite batterie dans l’enceinte de l’arsenal en souffre. À la mer, les gardes embarquant en fait en période de guerre, le cours de canonnage se transforme en combat réel par la force des choses et nombre de gardes sont tués lors de leurs premières campagnes.
Combat naval : les gardes doivent apprendre à combattre à la mer un adversaire. Curieusement, Anglais et Français ne se combattent pas de la même façon. En France, les officiers donnent ordre aux canonniers de profiter du roulis pour faire partir le coup, c’est-à-dire lorsque la pièce se relève (un coup par cinq minutes). Par conséquent les Français cherchent surtout à démâter (le boulet va jusqu’à 4000 mètres mais la portée efficace se situe à 5 ou 600 mètres). Les Anglais eux font tirer au contraire lorsque la pièce s’abaisse et ils tirent donc « en plein bois » où leurs boulets font en moyenne des trous de 17 cm pour un boulet de 36. Ceci n’est pas suffisant pour couler l’adversaire mais le tir en plein bois est plus efficace : 1) le boulet peut ricocher sur l’eau ; 2) la surface à atteindre est plus vaste que les mâts ; 3) les esquilles de bois qui s’envolent de la coque française une fois touchée multiplient à bord les blessés, d’où les linges autour du front que portent les matelots durant les combats et les filets qu’ils tendent de sabord à sabord pour se protéger.
Construction navale : elle est enseignée dans la salle de construction par le maître-constructeur du port. Le maître dispose pour faire son cours de modèles réduits de bâtiments, des maquettes, très recherchées et que la Marine essaie ensuite de racheter à leurs veuves. En théorie, à l’issue de leur journée de cours, les gardes devraient le soir s’intéresser aux vaisseaux en construction sur les chantiers. Mais jeunes gens de 15 à 25 ans, les gardes semblent surtout pressés de sortir de l’arsenal, attirés par les tripots et cabarets du port (ils y jouent à la bassette et au pharaon), les rues chaudes et les amours vénales, les rixes et bagarres en tout genre, notamment avec les écrivains de la marine futurs commissaires.
Danse : son enseignement est obligatoire car l’officier de vaisseau français se doit d’être l’ambassadeur de la France partout dans le monde. Mais les maîtres à danser restent longtemps au service. Agés, ils deviennent moins alertes et les secrétaires d’État s’en plaignent.
Dessin : il est enseigné par des maîtres de dessin qui sont souvent des peintres et artistes de renom tel Jean-Baptiste de La Rose apprécié de Mignard et auteur (1668) des Tableaux de l’armée navale pour Versailles. Mais ces artistes apprennent surtout à peindre et à reproduire uniquement des paysages, des vues de rades ou de côtes et non le « dessin technique », qui serait pourtant plus utile aux gardes une fois adultes.
Escrime : exercice obligatoire, l’escrime est souvent enseignée par un capitaine d’armes ou un maître d’armes du port qui loue ses services réguliers à la marine moyennant finances (comme le maître à danser) pour compléter les revenus que lui procure sa clientèle « privée ». Parfois le ministre envoie au port un bon maître d’escrime parisien. Trop jeune, inexpérimenté, ce maître court le risque d’être tué par un garde vigoureux. Trop vieux, il devient peu agile. En outre, son matériel souffre beaucoup. En moyenne, un garde casse 6 fleurets par an (Toulon, 1710). Les peaux de mouton trop usagées viennent à manquer. Et il n’est pas rare de voir le commandant de la compagnie des gardes écrire : « le maître d’escrime n’a plus que deux fleurets et point de sandales en sorte que les gardes rompent leurs souliers ». Outre l’escrime, le garde doit aussi apprendre « le maniement de la pique » (ordonnance de 1689) qui devient pourtant de moins en moins utile à bord
 ! Écriture : elle est obligatoire dans l’enseignement des gardes. Il s’agit surtout de calligraphie. Mais la compagnie n’emploie pas toujours de maître d’écriture, faute de ressources financières, ainsi à Toulon en 1717. En outre, plutôt mal rémunéré, le maître d’écriture est assez souvent accablé de tâches annexes qu’il recherche financièrement : ainsi le secrétariat de la compagnie.
Évolutions militaires (Tactique navale) : en théorie, elles sont enseignées tous les jours dans une salle de l’arsenal « porte fermée et sans tambours », puis à bord par le commandant des gardes. Mais il faut que le temps s’y prête. En outre le « maître de manœuvre » est parfois « homme de routine ». La tactique du reste est assez simple car elle a décliné à partir du milieu du XVIIe siècle en raison de la puissance de feu de l’artillerie qui permet un meilleur emploi des canons : au combat, il faut respecter, à l’image des Anglais, le sacro-saint principe de la ligne de file ou ligne de bataille (d’où le nom même du vaisseau : vaisseau de ligne). « Beaupré sur poupe ». Il faut donc apprendre aux futurs commandants à éviter les abordages (du reste fréquents) avec le vaisseau d’avant comme avec le vaisseau d’arrière. Pendant le combat, il faut éviter à tout prix à un vaisseau de l’adversaire de « couper la ligne », ce qui séparerait l’escadre en différentes portions, plaçant certains vaisseaux en mauvaise posture car « entre deux feux ». Seul un vaisseau désemparé, pire « rasé comme un ponton », peut être autorisé à quitter la ligne pour ne pas être pris par l’adversaire. Cette tactique a un inconvénient majeur : elle gèle toute initiative personnelle.
Fortification (Art des) : en théorie, les gardes devaient s’entraîner quatre fois par an au port à attaquer et à prendre « une redoute… sur un lieu sur le bord de la mer qui puisse être attaqué et défendu ». Pour cela, de la poudre et des outils devaient leur être délivrés. Mais l’organisation de ces quatre journées annuelles s’avère particulièrement lourdes et lorsque les archives s’ouvrent sur les activités physiques des gardes, c’est plutôt pour parler des chasses qu’ils font dans la campagne proche du port, armés de fusils et accompagnés de chiens ; ou encore des parties de pêche qu’ils organisent de leur propre chef, assis dans de petites barques, dans la rade !
Gréement : il s’agit d’un cours de manœuvres enseigné à bord.
Histoire : elle n’est point enseignée aux gardes.
Hydrographie : il s’agit d’une science complexe qui regroupe des connaissances variées définies par la grande ordonnance de 1689 : configuration des côtes, topographie, voisinage immédiat du littoral, mention des îles, signalisation des écueils, récifs et rochers, étude des profondeurs de la mer, de l’amplitude des marées, des courants océaniques. Les gardes sont donc divisés en 4 classes : 1) Gardes de première classe « qui commencent et qui n’ont aucuns principes » : Arithmétique pour les calculs nécessaires (hauteur de la marée en un lieu donné ; calcul du point en mer). Les principales définitions des termes de la géométrie dont on se sert dans la navigation et le pilotage : triangle, cercle, propriété des angles pour pouvoir tracer une route sur une carte ou observer les astres. 2) Gardes de seconde classe « un peu plus avancés » : Un abrégé de la sphère (la cosmographie). La nature des différentes cartes (géographiques, marines, cartes des courants, portulans) ; leurs usages dans la navigation. La division des temps, le nombre d’or, le cycle solaire, l’épacte. Les courants et marées ; l’usage des compas et les principes de la boussole. 3) Gardes de troisième classe : Les instruments qui servent à observer les astres, leur « fabrique et leur usage » d’où de bonnes connaissances en optique, physique, astronomie. Les moyens de faire une bonne estime. La dérive d’un navire. La variation de la boussole et la manière de l’observer et la corriger. 4) Gardes de quatrième classe : ce sont ceux « qui auront fait le plus de progrès » : Calcul des routes par le quartier de réduction. En théorie, il s’agit de la plus noble des matières enseignées aux gardes de la marine, la seule qui ne le soit pas par des maîtres mais par des « professeurs », le plus souvent Jésuites. Mais parfois, « le maître d’hydrographie n’a plus de sphère, plus de compas ni de cartes… Il n’a pas de quartier de réduction ». Il n’a plus « de cercles » (Brest, 1718) ; manque de papier, de crayons, de canifs pour les tailler, d’encre, de plumes et de cartes de géographie ! En outre, l’enseignement à terre de l’Hydrographie aurait dû être poursuivi à la mer par les pilotes des vaisseaux mais ce fut rarement le cas.
Mathématiques : science noble, les mathématiques sont aussi enseignées par le maître d’hydrographie, sauf l’arithmétique, laissée au pauvre maître d’écriture. Elles sont donc généralement confiées à un Père jésuite. Lorsqu’elles sont confiées à un professeur laïc, cet enseignement fait courir de grands dangers au salut des gardes car ces professeurs de mathématiques des gardes sont souvent accusés d’incroyance religieuse (1684).
Mousquets : En théorie, il s’agit d’un apprentissage de qualité enseigné par le maître canonnier, à terre puis à la mer. Mais parfois « la compagnie est armée de 200 vieux mousquets sur lesquels on a mis des platines… (Résultat) : ils sont si lourds que la plupart des gardes ne peuvent les soulever et de plus ils sont très mauvais ». Et à la mer, les gardes embarquant le plus souvent « en guerre » ce qui devrait être un apprentissage et un cours théorique se transforme le plus souvent en combat réel et meurtrier. En outre, le fusil d’un garde coûte cher (34 livres, 10 sols en 1720). Il faut de l’huile pour les nettoyer, de la graisse pour les entretenir, des munitions et tous ne peuvent en avoir un.
Natation : Elle n’est point enseignée aux gardes. Il n’y a environ que 1 à 2 % des officiers qui savent nager : ainsi Tourville et ses neveux, sauvés du naufrage du Sans Pareil en 1679 ; le vieux commandeur de Verdille, sauvé du naufrage de la Lune en 1664, malgré son grand âge, ce qui laisse supposer que les Maltais apprenaient à nager à la différence des Bretons (Duguay-Trouin jeune tombe parfois à la mer mais toujours accroché à un cordage).
Pilotage : En théorie, il doit être enseigné aux gardes, à la mer, par le pilote du vaisseau sur lesquels ils sont embarqués pour effectuer une croisière d’expérience. Mais ces croisières sont rarissimes : 1670, 1682.
Stratégie : Le mot n’existe même pas et la stratégie de l’ensemble des opérations navales, en cas de conflit, échappe aux officiers de vaisseau qui ne sont que les exécutants des décideurs « politiques ». Ceux-ci d’ailleurs s’en tiennent surtout à ce que l’on appelle la « stratégie des accessoires » : attaque du commerce ennemi par des frégates armées en course, attaque des colonies, prises de gages, « descentes » sur le sol national de l’adversaire pour provoquer des paniques au sein des populations : Le Havre (1694), Camaret, Saint-Cast, Dunkerque, Saint-Malo, Dieppe (1694).
Une discipline de fer : tout garde qui n’obéit point aux prescriptions des ordonnances doit se retrouver pour un certain temps en prison « aux Tours » (à Toulon, à La Rochelle) ou « à l’Amiral », c’est-à-dire le vaisseau-amiral qui sert en rade de prison. Mais le commandant de la Compagnie n’a pas toujours les moyens financiers de nourrir les gardes en prison car, en ville, ils se nourrissent eux-mêmes à l’auberge sur la pension versée par leurs familles. Or, en prison, leur nourriture est à la charge du Roi, d’où un « élargissement » volontiers accordé d’autant plus que les gardes bénéficient au port de nombreuses « complicités » : des médecins et chirurgiens qui cachent leurs blessures par duels pour ne point casser prématurément leurs carrières ; de leurs familles qui cherchent à peser de tout leur poids social pour obtenir le pardon des incartades si celles-ci parviennent jusqu’à elles ; des officiers de la compagnie eux-mêmes qui cherchent à minimiser les désordres portuaires pour ne pas montrer en haut lieu combien leur autorité est bafouée ; d’où l’intérêt des intendants et commissaires qui révèlent en Cour les désordres de l’épée alors que le commandant de la marine et les capitaines ne dénoncent que ceux des jeunes écrivains.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540