Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesse(s) et élites

 | 
Christine Bouneau
, 
Caroline Le Mao

Cinquième partie. Identités de la jeunesse

« Vivre et mourir à l’ombre de Sa Majesté. » Louis de Gonzague, futur duc de Nevers, à la petite cour des Enfants de France

Sylvène Édouard

Texte intégral

  • 1 L’italianisme qui régnait à la cour de France entretint, par les lettres, ce goût pour la chevaler (...)

1Il régnait, dans la cour de France des années 1550, comme un air de chevalerie. Les poètes en chantaient les héros et les gentilshommes se délectaient à lire leurs aventures, s’identifiant à leur geste du don, prêts à en découdre contre l’empereur pour servir leur roi1. Il en allait de même du côté des enfants de la petite cour, réunis le plus souvent à Saint-Germain-en-Laye. Durant près de six ans, entre 1548 et 1554, les Enfants de France furent élevés loin de leurs royaux parents et de Paris, et ils constituèrent une cour, avec ses Maisons, ses officiers et ses pages issus de grandes familles. Cette petite cour fonctionnait sur le modèle de la grande, avec cette particularité d’être un lieu de formation à l’exercice du pouvoir et au service du roi.

  • 2 Cette correspondance est conservée aux archives d’État de Mantoue [ASMa], dans la section Gonzaga (...)

2La correspondance du prince mantouan Louis de Gonzague, âgé de dix ans à peine lorsqu’il rejoint la cour de France en 1549, pour entrer au service du dauphin François, retrace les petits et les grands moments d’une existence qui devait justement le mener à suivre le roi à la guerre2. Ces lettres permettent de saisir le sens du devoir et la culture du don chez un prince, à travers plusieurs de ses apprentissages ; celui du parfait courtisan préoccupé de paraître ce qu’il est, puis celui des armes et des lettres pour se préparer à servir le roi, qui est la vocation ultime et ardemment désirée par le jeune Louis de Gonzague.

Louis de Gonzague ou l’honnête courtisan

3En août 1549, le prince mantouan rejoignait la cour de France pour être intégré dans la Maison du Dauphin François, âgé de 5 ans. Ce dernier, ainsi que ses sœurs Élisabeth, née en 1546, et Claude, en 1547, résidaient loin de leurs royaux parents, le plus souvent à Saint-Germain-en-Laye, dès 1548 et jusqu’en 1554, date de la dissolution de la petite cour dans la grande. Ces rois et ces reines en devenir ainsi que de futurs grands seigneurs furent élevés ensemble, sous la direction du gouverneur Jean d’Humières, en prenant modèle sur la cour des parents.

Le temps des présentations

4La petite cour commença vraiment à fonctionner dès l’été 1548 pour devenir une véritable institution réunissant la fine fleur de l’élite curiale, et comprenant la petite reine d’Écosse Marie Stuart, débarquée en France en septembre 1548. Cette petite cour comptait en son sein des enfants prestigieux, au nombre de vingt-huit en 1551, qui furent par la suite, des acteurs importants des guerres civiles : les deux fils du connétable, ceux du maréchal de La Marck et ceux encore issus des familles de Tende, Brienne, Maillé, Entragues, Guiche, Strozzi, d’autres et en particulier Louis de Gonzague, futur duc de Nevers.

  • 3 Mémoires de M. le duc de Nevers, prince de Mantoue, pair de France, gouverneur et lieutenant génér (...)
  • 4 A. Boltanski, Les ducs de Nevers et l’État royal. Genèse d’un compromis (ca 1550-ca 1600), Genève, (...)
  • 5 A. de Maddalena, M. A. Romani, « Vivre à côté du Roi : Premières expériences et émotions de Louis (...)
  • 6 ASMa, Gonzaga, busta 642, lettres du 02/07 au 15/08/1549, f. 140 r°-253 r°.

5Il était le fils puîné du duc de Mantoue Frédéric II, décédé en 1540, et de Marguerite Paléologue, marquise de Montferrat. Son voyage à la cour de France fut programmé par sa mère et son oncle le cardinal Hercule Gonzague, tandis que la succession au duché était dévolue à son frère Guillaume. Il lui revenait en France, d’entrer en possession des fiefs de sa grand-mère Anne d’Alençon, avec le statut de régnicole accordé aux Gonzague par François 1er en septembre 1539, quelques jours avant la naissance de Louis, et confirmé par Henri II le 15 novembre 15503. Cette stratégie du double jeu obéissait à une politique d’équilibre du duché de Mantoue entre ses puissants rivaux français et espagnols4. Son entrée à la cour fut donc longuement préparée par des émissaires de la duchesse, et en particulier Giovanni Pietro Conegrani auquel avait été confiée la mission délicate de pratiquer une « diplomatie du don », consistant à offrir de nombreux cadeaux à la reine, au roi et à son entourage5. Pour les Mantouans, le don le plus important était l’accession du prince à la Maison du Dauphin pour le servir. À cet effet, Louis de Gonzague quitta Mantoue le 1er juillet, puis il arriva le 28 à Lyon après un itinéraire italien par les villes de Crémone, Pizzighettone, Milan, Casale, Turin, San Michele puis par Chambéry et Pont-de-Beauvoisin, enfin Lyon, Roanne, Moulins, Paris le 14 août, puis Compiègne où se trouvait la reine et enfin Saint-Germain-en-Laye le 15 pour rencontrer le Dauphin François6.

  • 7 ASMa, Gonzaga, busta 642, f. 359 r°.
  • 8 « vivir e morir sotto sombra d’vostra Maiesta, e della sacra corona di franza », ASMa, Gonzaga, bu (...)

6Le premier rite d’intégration du prince à la cour de France fut celui des réceptions dès son arrivée à Lyon, où une foule de gentilshommes et de marchands, dont de nombreux Génois, lui firent leur révérence7. Deux semaines plus tard, à Paris, il se présenta à quelques nobles qui lui manifestèrent bienveillance et amitié, en un mot, le « caressèrent ». Enfin, le moment de rencontrer le Dauphin, alors malade, arriva et le prince se présenta au château de Saint-Germain, pour être introduit. Tandis qu’il attend dans la grande salle du troisième étage réservé aux Enfants, le roi sort de la chambre de François et Louis ne manque pas de lui faire sa révérence de la plus honnête manière, en lui déclarant se donner à son fils, de « vivre et mourir à l’ombre de sa Majesté, et de la couronne sacrée de France8 ». Le gouverneur a cru noter de la satisfaction chez le roi qui aurait trouvé plaisant le visage du prince et lui fit la grande faveur de fort le « caresser » de bon cœur, sur quoi le prince baisa la main du roi.

  • 9 Bibliothèque nationale de France [BNF], ms fr. 3120, f. 3 r°.
  • 10 Lettres de Catherine de Médicis, op. cit., p. 32 : Lettre de Catherine de Médicis à Louis de Gonza (...)

7Les jours suivants, Louis rencontra les personnages principaux de la cour, des Guises aux Vendôme, d’Enghien au prince de La Roche-sur-Yon. Lorsqu’il fut présenté à la reine, il se déclara son obligé et le plus simplement du monde entama avec elle une partie de « palamaglio », ou palemaille, se montrant ainsi bon courtisan. À la fin du mois d’août, Henri II écrivait à Humières d’accueillir le frère du duc de Mantoue, « Ludovic de Gonzague », afin que sa suite fût logée au village de Saint-Germain-en-Laye et que lui se trouvât au château « en quelque bonne et commode chambre9 ». Dans le même temps, Catherine de Médicis le pressait de se remettre de sa maladie causée par le voyage, pour « retourner incontinent devers mon filz » qui lui avait fait « très bonne chère et bon recueil10 ».

Une cour princière

  • 11 Trésorerie de Messeigneurs les enfants de France pour l’année 1550 et 1551. Transcript de l’estat (...)

8Une fois arrivé à la petite cour des Enfants, le prince devait rejoindre le groupe des garçons d’honneur en charge de servir le Dauphin en sa chambre et à sa table, selon l’ordre de sa Maison. Au gré des naissances successives et du fait de la présence de jeunes seigneurs, la petite cour était composée de plusieurs Maisons, multipliant à l’envi tout un aréopage de domestiques sous l’autorité de gouverneurs et de gouvernantes, de chambellans et de maîtres d’hôtel, lesquels dirigeaient une domesticité consacrée aux repas, à l’entretien des chambres des enfants et à l’habillement, aux soins du corps et à ceux de l’âme11.

  • 12 ASMa, Gonzaga, busta 625, f. 37 r°, et à titre indicatif mais jugé de peu d’intérêt par A. de Madd (...)

9La Maison de Louis était placée sous l’autorité de son gouverneur Leonardo Arrivabene, longtemps au service des ducs de Mantoue comme ambassadeur, qui était alors responsable des dépenses de la chambre et de l’équipement du cheval, dépenses consignées par le trésorier Francesco Borsieri, également aumônier12. Sa famiglia s’étendait ensuite au personnel de sa chambre, avec Constanzo de Preti qui avait reçu des ordres pour servir le prince avec diligence, prévenance et assidûment, ainsi qu’un barbier, et pour le service de sa table, il lui fut adjoint Hieronimo da Castello, servant en alternance avec Conegrani, aidé de l’écuyer. La Maison de Louis s’agrandit par la suite à l’approche de son intégration dans la grande cour. Dès 1553-1554, s’ajoutèrent aux précédents, Francesco Agnelli, servant autant à la table du prince que comme chapelain ; un médecin ; quatre estafiers et des nobles appartenant à de célèbres parentèles comme le comte Gambara, Giovanni Pietro Gonzaga ou encore Giovanni Giorgio della Rovere, représentant un total de quinze personnes fournies en chevaux et en mules pour les plus humbles.

  • 13 ASMa, Gonzaga, busta 625, f. 37 v : « Si ha da avvertire anco nella tavola a farla con una honesta (...)
  • 14 Officiers domestiques ordonnez pour le service de Messeigneurs les Dauphin de Viennois, Ducs d’Orl (...)
  • 15 BNF ms fr. 3120, lettre d’Henri II au gouverneur du 2 avril 1548, fol. 51 r° et celle de Catherine (...)
  • 16 A. Boltanski, op. cit., p. 45.

10Pour l’office de garçon d’honneur, l’instruction de la mère précisait que Louis devait servir le Dauphin à sa table en veillant à n’y admettre aucune personne non autorisée, de même qu’il devait le servir dans sa chambre mais sans jamais s’attarder au-delà de son service13. Il est surprenant, d’après l’état des officiers domestiques couvrant la période 1548-1559, de ne pas retrouver le duc de Longueville, Léonor d’Orléans et Louis de Gonzague comme garçons d’honneur14. De même que sont absents de l’état, le fils du comte de la Mirandole et le neveu du maréchal de Saint André, pourtant recommandés par le roi et la reine au gouverneur en 154815. En dépit de cette absence du prince dans l’état des gentilshommes, qu’explique la tenue parfois aléatoire des états, il est certain que Louis servit le Dauphin et que sa fidélité à la royauté française se forgea dans cette commensalité16.

Le parfait courtisan

  • 17 Sylvène Edouard, Le Corps d’une reine. Histoire singulière d’Élisabeth de Valois (1546-1568), Renn (...)

11La correspondance du prince et de ses proches avec la duchesse fait souvent mention de son devenir courtisan et comment les vertus doivent le conduire sur le chemin de l’honnête homme, « gientile e cortese ». Louis, comme tout bon courtisan, devait se montrer digne de son rang et les enfants, déjà, pratiquaient les manières de cour, concernant tant l’être que le paraître17.

  • 18 ASMa, Gonzaga, busta 625, fol. 144 r°, lettre de la duchesse et du cardinal à Arrivabene, du 29 ju (...)
  • 19 Baldassar Castiglione, Il Libro del Cortegiano, 1528. Marc Smith, « Familiarité française et polit (...)

12Lorsque Louis était en service auprès du Dauphin, il devait toujours être élégant mais sans trop, portant souliers et hauts de chausse, pourpoint et casaque à larges manches, en veillant à ne pas être trop parfumé. Tout dans son apparence devait faire l’éloge de sa modestie mais aussi de son honnêteté, si bien qu’il ne restait jamais seul mais toujours en compagnie d’une personne respectable. Les instructions pour la petite cour faisaient surtout état des préoccupations d’une mère pour la respectabilité de son fils et sa formation. Or, le passage à la cour du roi posait d’autres exigences de savoir paraître, et à cet effet, la duchesse commit auprès de son fils pour le servir à sa table mais surtout comme précepteur des usages de cour, Francesco Agnelli, un gentilhomme de bonne manière qui était resté longtemps à la cour d’Urbin et devait guider les pas du prince, pour « l’esperienza che havete della Corte, conscete quello che sia da farle seguire, et quello che da evitare18 ». Les Italiens avaient su développer un art de cour, un art savamment élaboré autour de la notion de distance, se formalisant avec l’étiquette, mais aussi à travers la dissimulation de ses propres passions, comme un détachement de soi pour paraître naturellement le plus honnête des courtisans, sans affectation. Cette sprezzatura, point d’orgue de l’esthétique courtisane chez Castiglione, était très éloignée des mœurs familières de la cour de France, laissant au prince mantouan toute latitude pour briller de son précieux éclat italien19.

  • 20 Ludovico Arrivabene (1530-1597), avait rejoint son père en France entre 1555 et 1559, tandis que l (...)
  • 21 Stefano Guazzo (1530-1593), originaire du Montferrat, entra au service des Gonzague pour accomplir (...)
  • 22 ASMa, Gonzaga, busta 643, lettre d’Arrivabene à la duchesse, depuis Saint-Germain-en-Laye, le 19 m (...)
  • 23 Marc Smith, art. cit., p. 232.

13L’honnêteté et la dignité du courtisan étaient perçues autant à travers les manières du corps que par la parole, or le prince ne manqua pas de maîtres pour apprendre l’éloquence. En 1555, le fils du gouverneur, Ludovico Arrivabene, auteur en 1597 de Il magno Vitei, avait rejoint la cour de France et entrait au service du prince, enrichissant de la sorte le cercle des érudits italiens dont la présence massive commençait à froisser certaines susceptibilités20. La même année 1555, Stefano Guazzo entrait au service des Gonzague, et sa première mission fut de rejoindre le prince Louis à la cour de France21. Sans doute, à son contact, le prince perfectionna sa civilité qui le distinguait déjà à 11 ans, son gouverneur écrivant à son propos qu’il était si aimable, courtois et de si heureuse humeur que quiconque le rencontrait était forcé de l’aimer éternellement22. Son autre maître et serviteur, Stefano Guazzo, confiait dans ses dialogues, que le prince Louis avait « sur son front certains traits de gravité qui laissent voir qu’il n’est pas tout français…, une humanité qui laisse voir qu’il n’est pas tout italien23 ».

  • 24 ASMa, Gonzaga, busta 625, fol. 36 r°.

14Les qualités du prince, décrites par son gouverneur, avaient quelque chose à voir avec les principes de la civile conversation de Guazzo, qui utilisait l’art oratoire du dialogue pour démontrer toutes les vertus de la conversation qui chasse l’ennui et la mélancolie et ouvre sur le Savoir. Surtout, la conversation devait rimer avec courtoisie, en évitant la médisance qui est une chose vulgaire. La duchesse elle-même avait noté dans ses instructions d’inciter le prince à avoir des propos toujours honnêtes, d’éviter les bouffonneries et de ne pas prêter l’oreille aux messes basses. De même que Guazzo préconisait un propos noble, accompagné d’une voix douce et articulée, ainsi que des gestes polis, la duchesse avait conseillé que l’on enseignât à son fils de parler avec un débit « piano24 » : l’éloquence de la parole mesurée devant ainsi rejoindre l’éloquence du corps dans une parfaite harmonie, mais sans affectation.

15Le parfait courtisan ne faisait pas la démonstration de sa civilité par sa seule et aimable éloquence, il devait aussi savoir manifester et user des « techniques corporelles » pour dire la maîtrise de ses passions et son habileté, soit une harmonie propre à signifier sa beauté intérieure. Les occasions de paraître étaient alors nombreuses.

16Entre 1550 et 1553, temps béni de la petite cour, Louis semble s’être distingué dans l’organisation des divertissements. Plusieurs témoignages attestent de l’ambiance enjouée de la petite cour. Ainsi Torsay, gouverneur du jeune Philippe Strozzi qui a rejoint le Dauphin vers 1547, évoque les jeux des enfants, surtout ceux des garçons, sous la houlette des trois gentilshommes portés à la gaieté et aux exercices, Louis de Gonzague et les deux frères de La Marck, simulant des combats de chevaliers dans le parc du château, des combats et des aventures dignes de chevaliers errants, tirés de l’Amadis de Gaule, la Table ronde, Roland furieux, Giron le Courtois, etc. Ces romans de chevalerie les préparaient à leur propre renommée. En reconstituant ces univers imaginaires au fond du parc de Saint-Germain-en-Laye, les gentilshommes intériorisaient cette culture de la quête de soi pour révéler le bien qui les anime, et faire de leur sacrifice possible voire désiré, une condition de leur fama. Ils recherchaient à démontrer leur bravoure dans ces bravades d’enfants.

À l’école de la petite cour

  • 25 E. Schalk, L’épée et le sang. Une histoire du concept de noblesse (vers 1500-vers 1650), Seyssel, (...)

17La culture du don, repérée de façon certaine dans la correspondance du prince, fut le fruit d’une éducation partagée entre les nombreux enfants présents à la petite cour. La reconstitution d’univers chevaleresques leur permettait de s’entraîner autant aux combats qu’à l’exercice de la vertu, qui étaient alors la condition de leur noblesse25.

« Une véritable escole de gentillesse et de généreux exercices »

18Le gouverneur de Philippe Strozzi, Torsay, écrivait que la petite cour de Saint-Germain-en-Laye « estoit d’ailleurs une vraye escole de gentillesse et généreux exercices ; mesmement, après que monseigneur le Daufin et cette jeune noblesse commençèrent à avoir de la force, y ayant maistres enseignans à danser, à voltiger et tirer des armes, sans les particulières estudes des lettres, musique, mathématiques, voire la peinture ; mesmemant pour l’ingenierie, et semblables sciences bien séantes, voire necessaires à tels escoliers ». La petite cour n’est pas sans rappeler l’abbaye de Thélème comme lieu d’apprentissage de gens bien nés, par le plaisir et le jeu, un « passe-temps de roi » selon la formule de Rabelais, pour acquérir la majesté au sens même de la maiestas antique, cette autorité publique qui les rend tout à la fois supérieurs et dévoués.

  • 26 ASMa, Gonzaga, busta 642, f. 363 r°-364 v°, lettre d’Arrivabene du 25 septembre 1549.
  • 27 ASMa, Gonzaga, busta 643 (s.f.), lettre du 15 janvier 1550. Voir J. F. Dubost, La France italienne (...)
  • 28 Ibid, p. 50-52.

19Cet apprentissage passait d’abord par leur corps que l’on exerce depuis l’âge le plus tendre. Trois pratiques en façonnaient tout particulièrement le maintien et la grâce, à savoir l’équitation, les armes et la danse. Le prince possédait une écurie pour lui-même et sa famiglia et ce fut à cheval que le chétif garçon fit le voyage de Mantoue à Paris entre le 1er juillet et le 14 août 1549, ce qui ne fut pas sans le fatiguer au point de tomber malade en parvenant enfin à destination. Par ailleurs, le prince devait exceller dans sa profession de noble, exigeant la maîtrise des armes, celles-là mêmes qu’il avait amenées d’Italie avec lui et que le Dauphin demanda à voir peu de temps après son installation à la petite cour26. Dès le début de l’année 1550, d’après une lettre d’Arrivabene à la duchesse de Mantoue, Henri II avait commis un maître d’armes mantouan, « Ettore » en réalité Hector Didasson, pour enseigner le maniement de toutes les armes à Louis et aux autres pages27. La maîtrise de cette discipline représentait un véritable enjeu social pour la noblesse qui se démarquait ainsi de l’usage populaire des armes. L’épée était par-dessus tout le signe évident de la profession nobiliaire, autant pour faire don de son sang que par mesure de prudence28.

  • 29 Léonor d’Orléans devint duc de Longueville en 1551, après la mort de François d’Orléans son cousin (...)

20Les divertissements des enfants nécessitaient par exemple la maîtrise de la pique pour la course de bague ou encore de l’estoc pour les combats singuliers, d’abord contre La Marck en 1550 puis contre le duc de Longueville en 155329.

  • 30 Henri-Robert (1540-1574) et Charles-Robert (1541-1622), fils de Robert IV de La Marck, duc de Boui (...)
  • 31 ASMa, Gonzaga, busta 643, lettre du 23 février 1550.

21En février 1550, l’aumônier Borsieri raconte à la duchesse les festivités du carnaval à Saint-Germain-en-Laye, durant lesquelles douze cavaliers coururent la bague. Louis, montant un cheval caparaçonné d’écarlate, fut évidemment le capitaine de huit ou dix enfants tous vêtus à la mode suisse et portant des masses. Par la suite, ils jouèrent une mascarade de six étrangers choisis dans l’entourage du prince, dont son gouverneur Arrivabene, et les deux fils du Maréchal de La Marck30. Ils étaient tous habillés de velours noir doublé de toile d’argent, avec une cape et des chausses assorties, en toile d’or. Grands et petits portaient également des flacons d’eau parfumée et des inscriptions latines dédiées à l’Amour31. Après cette mascarade, Louis, Élisabeth et Marie Stuart aspergèrent les demoiselles et les gentilshommes présents. Le Dauphin semblait tout particulièrement apprécier ces jeux et, comme spectateur, il commanda à Louis une autre course de bagues entre deux équipes de cinq garçons d’honneur menés par le prince de Gonzague et Henri-Robert de La Marck. Les deux garçons se retrouvaient souvent dans des simulacres de combat portant les couleurs du Dauphin ou encore se faisant le champion d’Élisabeth.

22Durant ces trois ou quatre années, il avait souvent eu l’occasion de démontrer son habileté dans les combats à la lance ou à l’épée mais aussi lors des danses qui concluaient ces jeux guerriers. Bien souvent alors, le jeune Louis recevait l’insigne honneur d’être le cavalier d’Élisabeth de Valois, de presque sept ans sa cadette. La première fois, elle n’avait que trois ans et demi et fit cet honneur au prince de lui confier son voile pendant le tournoi, après quoi, il la fit danser. C’était en janvier 1550 et d’autres bals furent encore l’occasion de les réunir comme en février, lorsque les garçons les plus âgés et les plus éminents comme les deux La Marck et Louis, accompagnés du gouverneur, firent danser les plus éminentes demoiselles de la cour, à savoir Marie Stuart, Claude et Élisabeth. Henri II, désireux de former ici l’élite de ses officiers, pourvut la petite cour des maîtres nécessaires à leur épanouissement. Pour les garçons, comme pour les filles, il avait commis le maître de danse Paul de Rege afin de préparer cette jeunesse à paraître dignement à la cour des grands en temps voulu. Si les garçons apprirent à exercer leur corps, pour intégrer la cour un jour, et surtout pour devenir de bons soldats, ils formèrent aussi leur esprit par la lecture.

Des études de prince

23Il est possible d’affirmer que Louis de Gonzague connaissait parfaitement les romans de chevalerie mais on ne sait rien de ses autres lectures qui furent certainement nombreuses car il était réputé pour avoir un bel esprit, comme le soulignent les dédicaces successives de Guazzo à son ancien maître.

  • 32 ASMa, Gonzaga, busta 625, fol. 36 v°.
  • 33 ASMa, Gonzaga, busta 645 (s.f.), lettre d’Arrivabene du 22 février 1553.
  • 34 ASMa, Gonzaga, busta 645 (s.f.), lettre de Borsieri du 4 juillet 1553.

24Ses études avaient été assurées par son gouverneur Arrivabene qui ne précise malheureusement pas le contenu de ses leçons ni les livres achetés. Seule une lettre de la duchesse suggèrait de toujours le pourvoir en bons livres, « e per haver Lodovico semper documenti buoni32 ». Il faut attendre 1553 pour en apprendre davantage, sachant qu’à cette date, le prince a désormais treize ans et que son éducation est en voie d’achèvement pour honorer le roi à son service. Tandis que la Cour se trouve à Amboise avec les enfants, Arrivabene rend compte à la duchesse d’événements importants qui se sont produits lors des réjouissances pour la prise de Metz auxquelles participèrent le Dauphin et les garçons d’honneur sous le regard expert du roi. Un matin, précédant le départ d’Amboise, Henri II convoqua d’Urfé, le gouverneur, et Danès, le précepteur du Dauphin pour que celui-ci donnât une leçon en français sur les commentaires de César. Le roi pria ensuite le prince de réciter cette leçon, ce qu’il fit bien, aux dires de son gouverneur, mais en mélangeant un peu le français et l’italien33. Le roi venait de s’assurer de l’esprit du jeune homme dont il avait pu apprécier l’habileté physique. Il le jaugeait et ne tarderait pas à prétendre l’incorporer dans ses troupes. Les pratiques du corps comme celles de l’esprit avaient ainsi une dimension fortement guerrière puisque les commentaires de César, en latin, furent sans doute au cœur des leçons données au prince durant cette période. Depuis Paris, début juillet 1553, Borsieri écrit au duc que son frère étudie un peu l’ouvrage tous les jours « egli studia qualchi poco ogni di Cesari34 ».

  • 35 Sur la base du témoignage de Jean Touchard, plusieurs fois précepteur de jeunes seigneurs, J. Bouc (...)
  • 36 ASMa, Gonzaga, busta 625, fol. 37 v° : « che in camera di Monsignor delphino sta il Signore Ludovi (...)
  • 37 BNF, Latin réserve ms 8660, Lettres latines de Marie Stuart, f. 61 v°.

25Les garçons se forgeaient une culture d’un type très chevaleresque, apprenant et pratiquant les valeurs du combattant35. La duchesse de Mantoue avait cependant exigé que son fils se consacrât à ses études en sa chambre, après son service36. Les lettres concernant Louis et les exercices latins de Marie Stuart, rédigés entre juillet 1554 et janvier 1555, permettent d’entrevoir les conditions matérielles de l’éducation des enfants de la petite cour même lorsque celle-ci a rejoint la grande. La possession de livres était sans doute individuelle. Ce fut le cas du prince de Mantoue et de Marie Stuart et dans ce cas les ouvrages étaient sans doute plutôt d’un format portatif comme l’Officinae de Jean Tixier, sorte d’encyclopédie abrégée des personnes illustres. Ils disposaient aussi d’une bibliothèque qui fut probablement constituée pendant le temps de la petite cour à Saint-Germain-en-Laye, et depuis laquelle Marie écrit à Élisabeth à la fin du mois de novembre 155437. Ces lettres nous apprennent encore que les ouvrages de référence, ceux de leur bibliothèque, étaient le plus souvent en latin, faute de traductions françaises, surtout en ce qui concerne les œuvres de Plutarque et d’Érasme, glosées dans les nombreux miroirs des Princes par Guillaume Budé ou encore Jean Brèche.

  • 38 ASM, Gonzaga, busta 625, fol. 36 r° : « Á non dare orecchia à gli adulatori. »
  • 39 ASMa, Gonzaga, busta 642, fol. 435 r° : « Illustrissima et Eccellentissima Madama Madre… la di vos (...)
  • 40 ASMa, Gonzaga, busta 625, fol. 35 v° : « La mattina ad udirse la sua messa standoni con la attenti (...)

26Il arrivait fréquemment que les précepteurs fussent aussi aumôniers, et donc également en charge de l’éducation morale des enfants pour les guider sur le chemin des vertus. C’est en substance ce que Marguerite de Mantoue avait préconisé à son fils dans ses instructions, lui confiant aussi, comme Guazzo, de se méfier des adulateurs et de ne pas trop rechercher la faveur du roi. La présence des flatteurs, voire du mauvais précepteur, posait un vrai problème pour le prince dans le gouvernement de lui-même et par conséquent dans le gouvernement des autres. L’enjeu était de ne pas entrer dans le « mal », comme l’écrit la duchesse à son fils, en prêtant l’oreille aux adulateurs38. Les lettres de Louis de Gonzague témoignent de sa piété et de son solide attachement à la religion catholique. La duchesse de Mantoue était régulièrement informée de sa bonne conduite et celui-ci ne manquait jamais, dans ses courtes lettres autographes, de se montrer aimant, respectueux et dévot. Il le lui avait d’ailleurs promis dans une lettre à la calligraphie hésitante, datée du 13 juillet 1549, depuis Casale39. La duchesse avait confié cette tâche principale au gouverneur, de « ritenerlo nella via dalle virtu, et no lo lasciai entrare in quella de vicii ». Elle évoquait ensuite son « zèle maternel » pour amener son fils à se perfectionner en faisant ses dévotions tous les matins au lever, surtout à la Madone de la Corona, en se recommandant à Dieu et en assistant à l’office tous les jours40. Arrivabene, mais aussi Borsieri, l’aumônier et confesseur du prince, font état de sa bonne pratique et de ses dévotions. Or, les offices devaient être rigoureusement tenues à la petite cour en ces temps d’incertitudes confessionnelles. Le jeune Louis conserva sa foi catholique pour la mettre au service des rois de France dont il fut l’indéfectible serviteur.

L’école du don de soi

Le service au roi

  • 41 Foreign correspondence with Marie de Lorraine Queen of Scotland from the originals in the Balcarre (...)

27Henri II veilla à parfaire l’éducation de ses futurs lieutenants, par une école de la guerre où leur corps pratiquait le combat, tandis que l’esprit se forgeait dans l’imitation des hommes illustres de l’Antiquité et des chevaliers du cycle breton. Ces garçons, élevés dans le service princier ou dans l’idée que leur haute naissance devait les encourager à la bravoure, recherchaient avant tout à servir et suivre le roi à la guerre. Le jeune François d’Orléans, duc de Longueville et demi-frère de Marie Stuart, avait très tôt exprimé ce désir lorsque Henri, encore Dauphin, lui avait « fait assez bonne chère et m’a commandé de me faire grant pour luy faire service, chose que je désire fort ». Six mois plus tard, en mai 1547, il écrivait encore à sa mère qu’il est très aise de voir le roi à Saint-Germain « pour le désir que j’ay, Madame, commancer faire service au Roy qui me faict bien bonne chere », au point de le faire grand chambellan à son sacre le 29 juillet suivant41. Il n’eut pas l’occasion de le servir davantage, mourant prématurément en 1551 à l’âge de seize ans, et laissant ainsi son titre à son cousin Léonor d’Orléans qui devait rejoindre plus tard la petite cour, avec le même désir de se donner au roi.

  • 42 ASMa, Gonzaga, busta 645 (s. f.), lettre d’Arrivabene du 19 janvier 1553.

28L’année 1553 fut décisive pour les garçons d’honneur les plus aguerris. L’année précédente, Henri II s’était emparé des évêchés de Metz, Toul et Verdun, et l’empereur Charles Quint venait d’échouer à reprendre Metz en janvier 1553. La retraite de l’empereur fut l’occasion de réjouissances auxquelles participèrent les enfants parmi lesquels Louis de Gonzague et le duc de Longueville, tous deux âgés de treize ans. Le prince mantouan s’illustrait déjà depuis quelques années dans l’art de mener les troupes dans des simulacres de combat et ses proches témoignaient auprès de sa mère de ses progrès. En janvier 1553, tandis que la cour s’impatiente du retour du roi, les enfants participent à un tournoi avec le Dauphin, et combattent à la hache et à l’épée. D’après Arrivabene, Louis « non ha mancato farsi honore, e in vero ogni giorno va megliorando di forza, e dico di manera42 ». En février 1553, le gouverneur écrit à la duchesse que son fils est décidément en pleine forme et qu’il a encore participé à un tournoi à la tête de neuf enfants contre Longueville. Il combattit à l’épée et se montra fort habile. Le gouverneur note d’ailleurs qu’il est de plus en plus fort et que le roi l’attend.

29Mais en révélant à la mère les progrès accomplis par son fils dans l’exercice même fictif de la guerre, ils réveillèrent ses craintes. Dans ses premières instructions, elle avait conseillé à son fils de ne pas trop rechercher la faveur du roi, encore moins de s’en enticher. Elle aurait préféré le voire ménager ses ambitions mais c’était sans compter sur l’inclination du prince pour la guerre. Ses lettres en témoignent, passant avec l’âge, d’un style convenu et déférent à l’affirmation de ses désirs qui sont de servir le roi. L’écriture, dans le même temps, prit de l’assurance.

30Son destin devait être déterminé par ses fameuses journées de février 1553 pour fêter la victoire de Metz.

La faveur du roi

31Le second jour des festivités de ce fameux mois de février, ce fut au tour des enfants de simuler des combats entre bandes de garçons d’honneur sous le commandement du Dauphin, de Louis et de Longueville pour combattre à la « sbara », avec piques et estocs. Le roi a choisi ce jour pour montrer sa faveur au jeune Gonzague. Tandis qu’il passe en revue les bandes armées, il s’attarde auprès de Louis et lui fait cet insigne honneur de rabaisser lui-même sa visière : « Volse il Re di sua mano abbassar la visera al signor moi, facendole gli maggiori favori dil mondo. » Il ne fut plus question que de démonstrations de faveur de la part d’Henri II à son égard et le gouverneur insiste alors bien sur le fait que cette faveur n’échappa à personne à la cour. Après le tournoi, les enfants devaient s’emparer d’un bastion et c’est Louis le premier qui y entra, mais sans doute, l’action finale et décisive revint au Dauphin. Le lendemain, le roi l’emmena à la chasse et le garda à ses côtés pendant une heure pour chasser à la broche des animaux rabattus contre une palissade. Le jour d’après, le jeune prince fut encore remarqué, simulant des combats en maniant l’épée, puis le dernier jour, le roi le fit mander pour réciter la leçon tirée des commentaires de César, évoquée plus haut.

  • 43 ASMa, Gonzaga, busta 625, fol. 102 r°-104 v° : Instruttione a my Domenico d’Achille spedito alla c (...)
  • 44 Ibid., fol. 103 v° : « il caso della successione dl Signore Lodovico con la persona sua contro l’i (...)

32Henri II avait été manifestement séduit par Louis et l’inévitable se produisit : le 25 avril 1553, Arrivabene informait la cour mantouane des ordres donnés pour préparer le prince à suivre le roi. La réponse arriva le 29 mai sous la forme d’une longue instruction apportée par l’émissaire extraordinaire Domenico d’Achille43. Il était important de remercier le roi pour « il favor che la Maiesta del re dissegna di fare al Signore Lodovico, di condurlo seco sulla guerra », mais de le convaincre ensuite des inconvénients multiples que cela entraînerait, surtout concernant la santé du prince. L’émissaire devait parler au nom de la mère soucieuse de préserver son fils qui se trouvait encore, selon elle, dans un âge tendre et pas encore prêt physiquement, de « poca complessione » pour mener la vie d’un soldat. L’autre crainte était politique car au même moment, le duc de Mantoue était au plus mal et Louis pouvait se retrouver dans la nécessité de succéder à son frère. Il ne fallait pas mettre inutilement sa vie en danger. Elle demandait donc à Henri II de lui faire la faveur de reporter à un moment plus opportun la compagnie de son fils, en d’autres termes d’attendre qu’il devienne un homme : « A suplicare a sua Maiesta che il favor che di presente Ella designava di fare a questo figliolo, la voglia degnassi de differirlo a tempo piu opportuno. » Elle chargea aussi d’Achille de solliciter la bonté de la reine de garder son fils à ses côtés pour qu’il continue de servir le Dauphin qui n’a pas encore l’âge de suivre la cour et encore moins d’aller à la guerre : « Su Alteza per l’eta non e anchora in termino di poter seguir la Corte, non che di uscir’alla guerra. » Enfin, l’émissaire devait flatter le connétable de Montmorency pour qu’il intercédât auprès du roi en faveur de la duchesse et du duché pour des raisons diplomatiques essentielles et pourtant évoquées seulement en dernier lieu. Louis ne pouvait pas prendre le risque de servir le parti de la France contre Charles Quint si jamais il devait devenir duc et donc vassal de l’empereur qui jugerait alors du manque de parole du prince et pourrait l’empêcher de recouvrer son duché en cas de succession44.

  • 45 Brantôme, 1665, t. 1, p. 139 : « Mais il n’estoit pas possible de voir un Prince [Longueville] plu (...)
  • 46 É. Picot, op. cit., p. 45.

33De son côté, le roi était pressé de former les rangs pour rejoindre son camp en Picardie dès le mois de juillet, après la prise de Hesdin par les Impériaux. Les supplications de la duchesse eurent raison des desseins de Henri II et le jeune Louis ne participa pas à la démonstration de force qui suivit et s’acheva en septembre. Il attendrait son heure, malgré les craintes avérées de sa mère, jusqu’aux premiers combats réels. Fut-il autorisé à accompagner l’une des trois armées en campagne mobilisées pour la bataille des Ardennes et du Brabant au printemps 1554 ? Ou fut-ce l’année suivante sous le commandement de Jacques de Savoie toujours en Picardie, ou plus tôt sous les ordres de Strozzi en Italie ? Louis prit les armes de façon certaine en 1557 pour défendre Saint-Quentin, menacée par les armées d’Emmanuel-Philibert de Savoie, au service du nouveau roi d’Espagne Philippe II. Il se distingua pendant le siège mais comme tant d’autres, il fut pris et confié aux soins de son parent Ferrante Gonzague. Son compagnon d’armes Leonor d’Orléans, duc de Longueville, servit aussi brillamment le roi qui en fit un pair du royaume en 1571 mais mourut à Blois, sous des rumeurs d’empoisonnement, de retour du siège de La Rochelle en 1573 auquel il participa au côté de Gonzague. Brantôme évoqua dans ses Mémoires le caractère courtois et honnête de ces deux enfants meneurs de bande qui devinrent de grands capitaines45. Quant à Philippe Strozzi, le fils du Maréchal, qui fut placé à la petite cour avec sa sœur Clarisse dès 1547, il prit les armes pour servir le roi alors qu’il était à peine âgé de quinze ans en 1556. Il se distingua au côté du duc de Guise lors de la prise de Calais et de Guines en 1558, et poursuivit sa carrière des armes pendant les guerres civiles, fidèle à sa religion et au roi46.

34Les jeunes aristocrates de la petite cour, dont les corps étaient entraînés à la guerre et les esprits forgés par les romans de chevalerie, devenaient des chevaliers prêts au sacrifice de leur personne pour leur plus grande gloire. Ils se définissaient, comme l’illustre bien Louis de Gonzague, par leur capacité d’intégration à la cour pour y tenir leur rang, mais aussi pour servir le roi et ne point déroger à leur devoir nobiliaire. En ce milieu du XVIe siècle, l’aristocratie avait encore une finalité guerrière, et l’expérience de Louis de Gonzague confirme la thèse d’Ellery Schalk sur cette noblesse d’un type médiéval, faisant profession des armes et de vertu.

Notes

1 L’italianisme qui régnait à la cour de France entretint, par les lettres, ce goût pour la chevalerie, et en 1542, le Vénitien Gabriel Giolito de Ferrari dédiait au dauphin une édition de l’Orlando furioso, puis en 1547, ce fut Luigi Alemanni qui inscrivit le nom d’Henri II à la tête de son poème épique Girone il Cortese. Voir É. Picot, Les Italiens en France au XVIe siècle, Bordeaux, Gounouilhou, 1901-1918.

2 Cette correspondance est conservée aux archives d’État de Mantoue [ASMa], dans la section Gonzaga des affaires étrangères, dans les boîtes 625 et 642 à 651.

3 Mémoires de M. le duc de Nevers, prince de Mantoue, pair de France, gouverneur et lieutenant général pour les rois Charles IX, Henri III et Henri IV, en diverses provinces de ce royaume, enrichis de plusieurs pièces du temps, Paris, T. Jolly, 1665.

4 A. Boltanski, Les ducs de Nevers et l’État royal. Genèse d’un compromis (ca 1550-ca 1600), Genève, Droz, 2006, p. 42.

5 A. de Maddalena, M. A. Romani, « Vivre à côté du Roi : Premières expériences et émotions de Louis Gonzague à la Cour de France (1549) », dans La France d’Ancien Régime : Études réunies en l’honneur de Pierre Goubert, Toulouse, Privat, 1984, t. 2, p. 443-452, p. 445. Le 21 avril 1549, Catherine de Médicis écrivait au duc de Mantoue que son frère « est le bienvenu pour l’amytié que je porte à vous et à luy, comme parents du Roy et de moy », in Lettres de Catherine de Médicis, t. 1., Paris, Imprimerie Nationale, 1880, p. 30.

6 ASMa, Gonzaga, busta 642, lettres du 02/07 au 15/08/1549, f. 140 r°-253 r°.

7 ASMa, Gonzaga, busta 642, f. 359 r°.

8 « vivir e morir sotto sombra d’vostra Maiesta, e della sacra corona di franza », ASMa, Gonzaga, busta 642, f. 363 r°-364 v°, lettre d’Arrivabene du 25 septembre 1549.

9 Bibliothèque nationale de France [BNF], ms fr. 3120, f. 3 r°.

10 Lettres de Catherine de Médicis, op. cit., p. 32 : Lettre de Catherine de Médicis à Louis de Gonzague, le 31 août 1549.

11 Trésorerie de Messeigneurs les enfants de France pour l’année 1550 et 1551. Transcript de l’estat du payement des gaiges et estats des gentilshommes, dames et damoiselles et officiers domestiques de messeigneurs les Dauphin et duc d’Orléans mes dames Elizabeth et Claude leurs sœurs une année entière, commencée le premier jour de janvier mil cinq cens cinquante et suivye le dernier jour de décembre mil cinq cens cinquante ung signé de la propre main du roy, BNF, ms fr. 11 207.

12 ASMa, Gonzaga, busta 625, f. 37 r°, et à titre indicatif mais jugé de peu d’intérêt par A. de Maddalena et M.A. Romani, art. cit., A. Luzio, Leonardo Arrivabene alla Corte di Caterina de’Medici (1549-1559), Bergamo, 1902.

13 ASMa, Gonzaga, busta 625, f. 37 v : « Si ha da avvertire anco nella tavola a farla con una honesta mediocrita, et non ni ritenere a mangiare persone se non honorate […] Che in camera di Mons. Delphino sta il S. Ludovico quel tempo che basta par far la servita che deve. »

14 Officiers domestiques ordonnez pour le service de Messeigneurs les Dauphin de Viennois, Ducs d’Orleans, d’Angoulesme et d’Anjou Enfans du roy Henri II, BNF ms fr. 7856, fol. 1247 r°. Marguerite Paléologue, dans ses instructions pour l’établissement de son fils dans la Maison du Dauphin, précise bien qu’il doit le servir comme les autres enfants d’honneur « che sono presso il serenissimo Delphino, et servir come gl’altri la pragmatica », ASMa, Gonzaga, Busta 625, fol. 37 r°.

15 BNF ms fr. 3120, lettre d’Henri II au gouverneur du 2 avril 1548, fol. 51 r° et celle de Catherine de Médicis, du 21 juillet 1548, fol. 60r., pour placer le fils et la plus petite fille du comte de la Mirandole dans la petite cour, ajoutant de les traiter selon leur rang : « que je vous les recommande et que les faciez traicter selon que cognoissez la maison dont ils sont ».

16 A. Boltanski, op. cit., p. 45.

17 Sylvène Edouard, Le Corps d’une reine. Histoire singulière d’Élisabeth de Valois (1546-1568), Rennes, PUR, 2009, chap. 1.

18 ASMa, Gonzaga, busta 625, fol. 144 r°, lettre de la duchesse et du cardinal à Arrivabene, du 29 juillet 1554 ; le 7 juillet précédent, ils rappelaient au gouverneur de convaincre le roi de ne pas mener Louis au combat, d’attendre encore un peu et que pour lui montrer leur bonne volonté et le désir de le servir, ils lui envoyaient d’Achille et Agnelli.

19 Baldassar Castiglione, Il Libro del Cortegiano, 1528. Marc Smith, « Familiarité française et politesse italienne au XVIe siècle. Les diplomates italiens juges des manières de la cour des Valois », in Revue d’Histoire Diplomatique, no 3-4, 1988, p. 200-232.

20 Ludovico Arrivabene (1530-1597), avait rejoint son père en France entre 1555 et 1559, tandis que la présence des Italiens créait des tensions et des heurts de plus en plus fréquents à la cour. Il participa lui-même à l’une de ces querelles, en publiant, en 1555, un dialogue satirique, le Sylvius ocreatus contre le médecin français Jacques Dubois, dit Sylvius, et contre Rabelais, en soutenant la suprématie des Italiens dans le domaine de la médecine.

21 Stefano Guazzo (1530-1593), originaire du Montferrat, entra au service des Gonzague pour accomplir quelques missions diplomatiques, puis dans la suite de Louis, de 1555 à 1562. En 1561, il fonda l’Académie des Illustrati, puis en 1574, il publiait à Brescia, La Civil Conversazione. En 1585, il achevait son livre dédicacé à Louis, les Dialoghi piacevoli, publiés en 1586 à Venise dans un format in-4°.

22 ASMa, Gonzaga, busta 643, lettre d’Arrivabene à la duchesse, depuis Saint-Germain-en-Laye, le 19 mars 1550 : « qual tanto gientile, cortese et disposto riesse, che qualonque e sforzzato etternalmente amarlo ».

23 Marc Smith, art. cit., p. 232.

24 ASMa, Gonzaga, busta 625, fol. 36 r°.

25 E. Schalk, L’épée et le sang. Une histoire du concept de noblesse (vers 1500-vers 1650), Seyssel, Champ Vallon, 1996 [Princeton University Press, 1986].

26 ASMa, Gonzaga, busta 642, f. 363 r°-364 v°, lettre d’Arrivabene du 25 septembre 1549.

27 ASMa, Gonzaga, busta 643 (s.f.), lettre du 15 janvier 1550. Voir J. F. Dubost, La France italienne, Paris, Aubier, p. 108. P. Brioist, H. Drévillon, P. Serna, Croiser le fer. Violence et culture de l’épée dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècle), Seyssel, Champ Vallon, 2002, p. 63 et suiv.

28 Ibid, p. 50-52.

29 Léonor d’Orléans devint duc de Longueville en 1551, après la mort de François d’Orléans son cousin, qui était le fils de Louis d’Orléans et de Marie de Lorraine, et donc le demi-frère de Marie Stuart. Léonor rejoignit la petite cour sans doute après 1551 mais il n’apparaît pas dans l’état des garçons d’honneur, bien qu’il fût de tous les combats fictifs de janvier et février 1553. Longueville et Gonzague ont sans entretenu alors une véritable amitié qui se manifesta par la suite, avec l’union, en février 1588, de leurs enfants Catherine (de Nevers) et Henri d’Orléans, duc de Longueville dès 1573. Cependant, ils apparaissent aussi comme des rivaux à la cour de Charles IX, le prince témoignant une susceptibilité certaine quant à la question du rang, voir Nicolas Le Roux, La faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-vers 1589), Seyssel, Champ Vallon, 2000, p. 116.

30 Henri-Robert (1540-1574) et Charles-Robert (1541-1622), fils de Robert IV de La Marck, duc de Bouillon et Maréchal de France, et de Françoise de Brézé, apparaissent sous le nom de « La Marche » dans l’état des garçons d’honneur (BNF, ms fr. 7856), de même que les Italiens au service de Louis de Gonzague écrivent « La Marscia ». Henri devint prince de Sedan et dès 1562, avec son épouse Françoise de Bourbon-Vendôme, ils se convertirent au protestantisme et instaurèrent la liberté de culte à Sedan qui devint le refuge de nombreux protestants. Quant à Charles-Robert, il entra plus tard au service de Henri III en le servant dans sa Maison, voir Nicolas Le Roux, op. cit.

31 ASMa, Gonzaga, busta 643, lettre du 23 février 1550.

32 ASMa, Gonzaga, busta 625, fol. 36 v°.

33 ASMa, Gonzaga, busta 645 (s.f.), lettre d’Arrivabene du 22 février 1553.

34 ASMa, Gonzaga, busta 645 (s.f.), lettre de Borsieri du 4 juillet 1553.

35 Sur la base du témoignage de Jean Touchard, plusieurs fois précepteur de jeunes seigneurs, J. Boucher en a conclu que la jeune noblesse qui se destinait aux armes répugnait à se cultiver, prétendant que c’était là plutôt la vocation des futurs ecclésiastiques, « L’éducation en milieu royal français dans la seconde moitié du XVIe siècle », dans L’éducation au XVIe siècle, Actes du colloque du Puy-en-Velay, septembre 1993, p. 80.

36 ASMa, Gonzaga, busta 625, fol. 37 v° : « che in camera di Monsignor delphino sta il Signore Ludovico quel tempo che basta par far la servita che deve, el resto del tempo lo dispensi in imparare, et in altri esserciti che à lui si convengono ».

37 BNF, Latin réserve ms 8660, Lettres latines de Marie Stuart, f. 61 v°.

38 ASM, Gonzaga, busta 625, fol. 36 r° : « Á non dare orecchia à gli adulatori. »

39 ASMa, Gonzaga, busta 642, fol. 435 r° : « Illustrissima et Eccellentissima Madama Madre… la di vostra eccellentissima mi fu sopra ogni cosa carissima et io le prometto di no mancare di esseguir la sua voluntade et massime in tutto que lo che e d’honor del signor Dio et faro ogni possibile per che ella no senti mai se no bene di me et avisandola che l’eccellentissima Madama con tutti noi sta benissimo le bacio le mani et in sua bona gracia… »

40 ASMa, Gonzaga, busta 625, fol. 35 v° : « La mattina ad udirse la sua messa standoni con la attention et divotion che si deve. Et il tempo che gli avanza dalla servitù del Patrone, alla quale no hà mancare alle sue hore ocuparlo nello essercitio dalle virtù. » Quant à la « Madonna della Corona », les Mantouans lui vouaient un culte sur le Mont Baldo où avait été érigé un sanctuaire au XIVe siècle.

41 Foreign correspondence with Marie de Lorraine Queen of Scotland from the originals in the Balcarres papers 1537-1548, Marguerite Wood (éd.), Edinburgh, 1923.

42 ASMa, Gonzaga, busta 645 (s. f.), lettre d’Arrivabene du 19 janvier 1553.

43 ASMa, Gonzaga, busta 625, fol. 102 r°-104 v° : Instruttione a my Domenico d’Achille spedito alla corte di Francia per le cose dello Ill Signore Lodovico Gonzaga il 29 di Maggio del 53.

44 Ibid., fol. 103 v° : « il caso della successione dl Signore Lodovico con la persona sua contro l’imperator, seria cosa picolosa che non se dessignasse di privarnelo ».

45 Brantôme, 1665, t. 1, p. 139 : « Mais il n’estoit pas possible de voir un Prince [Longueville] plus brave, vaillant et genereux que celuy-là, ny moins hypocrite en guerre, tant homme de bien et d’honneur, au reste, qui ne fit jamais tort ny deplaisir a aucun, tant doux, tant gracieux, tres-beau et de fort bonne grace, adroit à toutes choses, bref ce fut un tres grand dommage de sa mort. »

46 É. Picot, op. cit., p. 45.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540