Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Jeunesse(s) et élites

 | 
Christine Bouneau
, 
Caroline Le Mao

Quatrième partie. Jeunesse, élites et contestations

Une élite contestée par ses pairs : les étudiants de Paris à la Belle Époque

Pierre Moulinier

Full text

  • 1 Ce siècle voit émerger « l’étudiant moderne » comme je l’ai démontré dans mon livre : Pierre Mouli (...)
  • 2 Op. cit., p. 15-29.

1Dès le Moyen Âge, les étudiants, la tête émergée de l’iceberg de la jeunesse et sa minorité visible, font l’objet de critiques : classe bruyante, turbulente, sans foi ni loi, insouciante, paresseuse, voire dangereuse. Mais c’est au XIXe siècle que la contestation de la jeunesse des Écoles se structure et s’affine1. L’analyse de contenu de la littérature journalistique et de fiction consacrée aux étudiants de Paris et au Quartier latin que je présente dans un prologue à mon étude de la jeunesse parisienne des Écoles au XIXe siècle2 permet de distinguer trois étapes dans l’affirmation sociale des élèves des facultés : après avoir été encensés comme proches du peuple et héroïques sous la Restauration – c’est la période épique –, ils subissent les foudres de la réprobation sous la Monarchie de Juillet et surtout le Second Empire, qui fustigent leur paresse et leur veulerie (c’est la période critique). Avec les réformes de l’Université de la IIIe République et l’apparition des premières associations d’étudiants qui ont pour conséquence de rendre socialement et politiquement visible le monde estudiantin – c’est la période corporative –, les opinions se partagent entre louanges et critiques.

2Ces trois moments, qui accompagnent le développement quantitatif de la jeunesse des Écoles, scandent l’affirmation des étudiants en tant qu’élite intellectuelle. Si la Révolution consacre l’émergence et le triomphe de la bourgeoisie, le Consulat et l’Empire donnent à cette classe sociale les outils pour se développer avec les possibilités d’ascension sociale offertes par la création des facultés et des grandes écoles, puis la mise en place en 1808 de l’Université impériale. La figure de l’étudiant s’impose alors dans l’opinion parisienne en profitant de cinq phénomènes dans les premières décennies du XIXe siècle : l’augmentation des effectifs estudiantins de l’enseignement supérieur, le développement de l’influence culturelle de Paris, l’accroissement des professions libérales, l’essor de la presse et de l’édition, notamment des romans, et l’afflux des étudiants provinciaux au Quartier latin, lequel accentue son rôle de centre de la vie intellectuelle et de lieu de vie des jeunes praticiens de la pensée. L’étudiant devient la figure emblématique de l’ascension de la bourgeoisie.

L’âge d’or du Quartier latin : l’étudiant proche du peuple

  • 3 Olivier Galland, Les jeunes, Paris, La Découverte, 1985, p. 15.
  • 4 Stendhal, Le rouge et le noir. Paris, Folio-Gallimard, 1972, p. 105 et 475.

3L’affirmation de cette jeunesse au début du siècle n’est pas aisée. Elle se forge dans un combat pour les places, caractéristique des années de la Restauration. Comme l’écrit Olivier Galland, ce sont les idées révolutionnaires qui, « en prônant la destruction des distinctions sociales fondées sur la naissance et en proclamant le principe de l’égalité de tous, exaltent le désir d’ascension individuelle et avec lui, la projection sur les enfants, par le biais de l’éducation, des projets de promotion sociale de ceux qui ne sont parvenus au rang qu’ils escomptaient ou qui en visent un toujours plus élevé3 ». De nombreux textes de la Monarchie de Juillet protestent contre le statut défavorable offert à la jeunesse par les classes dirigeantes et décrivent les espérances parfois folles des parents quant à la réussite de leurs enfants ainsi que les obstacles placés devant les ambitions des jeunes bourgeois et les attentes de leurs pères par l’existence d’une gérontocratie en place animée d’un esprit de revanche antirévolutionnaire, par la rareté des emplois et la fermeture des professions. À quoi s’ajoute pour des parents moyennement fortunés le coût des études. Les classes riches, déclare Stendhal en parlant de Julien Sorel, « doivent surtout avoir peur de cette classe d’hommes de cœur qui, après une bonne éducation, n’a pas assez d’argent pour entrer dans une carrière4 ».

  • 5 George Sand, Horace, p. 68-69, p. 71 et p. 112.
  • 6 Auguste Luchet, « Physiologie du Quartier latin », Almanach dramatique… pour 1845, Paris, 1845.

4La jeunesse étudiante de la Restauration en retire une image héroïque qui culmine avec les Trois Glorieuses auxquelles elle participe en assez grand nombre. L’étudiant est alors vu comme « proche du peuple ». George Sand, dans son roman Horace qui devait s’intituler L’Étudiant (1841), tient à défendre l’étudiant de 1830. Selon elle, on caricature le peuple étudiant, lequel est très divers : si l’on trouve en son sein « des oisifs et des paresseux, voire des mauvais sujets et des idiots », il comporte aussi « un très grand nombre de jeunes gens actifs et intelligents ». Selon elle, l’étudiant a plus de travers et de ridicules que de vices, et, s’il a des vices, ils proviennent de l’éducation « superficielle et pédantesque » qu’il a reçue. Quant au rôle de cette jeunesse en 1830, il fut positif, elle « s’est montrée brave et franchement républicaine ». S’il y a un procès à faire, c’est donc à la société bourgeoise, et non à la jeunesse, car « ce qu’il y a de meilleur dans le bourgeois, c’est encore l’étudiant5 ». Un certain Auguste Luchet affirme encore en 1845 que « le Pays latin est peuple et n’est que peuple d’un bout à l’autre », car « l’étudiant vit au milieu du peuple : sa première amitié lui vient du peuple, et son premier amour aussi ». Mais hélas, ajoute-t-il, à cause de la pipe et de la bière, il devient sage, renonce aux affaires publiques, se contente « des oraisons de table d’hôte et des suppliques d’estaminet » et ne fait plus peur à personne6.

5Toute une littérature pittoresque de la monarchie de Juillet évoque un âge d’or du « Pays latin » où la jeunesse des Écoles combine trois images passablement contradictoires : celle du pauvre étudiant studieux et néanmoins heureux dans sa mansarde ; celle du comploteur républicain membre des sociétés secrètes ; et celle du joyeux drille qui ne songe qu’aux plaisirs, au vin et aux grisettes.

L’étudiant retourne à sa classe

  • 7 La Voix des Écoles, 21 février 1857, no 1.
  • 8 Jean-François Destigny, Némésis incorruptible, satires de mœurs, Paris, chez l’auteur, 1838-1839, (...)

6Après 1830, cette représentation mythique se désagrège et l’on parle du vieux Quartier latin comme d’un paradis perdu. La grisette devient vénale et l’étudiant un enfant gâté irrémédiablement éloigné de ses racines populaires. C’est le revers du triomphe économique et culturel de la bourgeoisie porté par la révolution industrielle du milieu du siècle. Entrés dans des professions prestigieuses grâce à leurs diplômes de l’enseignement supérieur, accédant aux professions libérales dont les effectifs et l’autorité se développent, ils parviennent à un rang social désormais non contesté et intègrent l’élite. L’étudiant devient un emblème de la réussite de la bourgeoisie, un professionnel compétent et peut étaler ses capacités, aspirer aux plus hautes fonctions politiques, sociales ou économiques. De nombreux textes du Second Empire signalent un changement dans les mœurs étudiantes. Un nouveau type d’étudiant remplace le bohème chevelu de la Restauration et de la Monarchie de Juillet, dont il convient désormais de se gausser : le gandin bien nippé qui refuse tout signe d’appartenance au monde étudiant. C’en est bien fini de l’étudiant « peuple », de la lune de miel avec les ouvriers, de la « misère en habit noir », il convient de paraître élégant et fashionable. Autrement dit, la jeunesse des Écoles s’intègre à la société parisienne, tandis que le Quartier latin perd une partie de son identité, notamment du fait de l’haussmannisation. Du coup, les jeunes élèves des facultés subissent des critiques sévères. Le journal étudiant La Voix des Écoles remarque en 1857 que « c’est à peine si l’on parviendrait à distinguer un étudiant de nos jours d’un apprenti agent de change » ou encore : « Qu’est devenu l’étudiant vrai, l’étudiant individualité ? Nous nous sommes tellement fondus dans notre entourage que nous y avons disparu à peu près totalement : nous avons tout taillé, costumes et mœurs, dans le goût banal de l’époque7. » À en croire nombre d’écrits du milieu du siècle, les étudiants plongeraient tous dans le stupre et la paresse. Les étudiants déçoivent ceux qui ont mis tant d’espoirs en eux ! Une satire en vers d’un certain Destigny fustige en 1839 aussi bien l’immoralité des étudiants que leur compromission dans les « discordes civiles ». « Aujourd’hui, affirme-t-il, la jeunesse n’a que des amours infâmes. » Il s’en prend aux bals qui sont un véritable « égout » avec leurs « lubriques ébats » et leurs « rondes sataniques » et s’émeut de voir l’étudiant en vacances ou après avoir eu son diplôme contaminer la vertueuse province. « Ces ignorants drapés d’une morgue de prince/Vont de leur vain clinquant éblouir la province. » Ou mieux : « Le moderne Esculape, évadé de sa couche, propage le poison dans les départements8. »

  • 9 Arthur Ranc, Sous l’Empire. Roman de mœurs, Paris, 1872, p. 31.
  • 10 Henry Murger, Le Pays latin, Paris, Classiques Garnier, s. d., p. 432.
  • 11 Jules Michelet, Le Peuple, Paris, Julliard-Littérature, 1965, p. 120 et p. 154-155.

7Sans craindre la contradiction, d’autres voix soulignent au contraire que les étudiants sont devenus des bûcheurs aveugles aux réalités sociales. Il en découle une image contrastée de la jeunesse des Écoles, accusée dans le même temps d’être trop sérieuse et travailleuse parce qu’avide de réussite, et par contrecoup, égoïste, cynique, indifférente ; et par ailleurs d’être immorale, corrompue et paresseuse parce que plus riche. Selon le républicain Arthur Ranc, on trouverait chez les étudiants du Second Empire « une élite d’esprits généreux au milieu d’une foule d’indifférents et d’égoïstes, notaires et substituts de l’avenir. L’étudiant en médecine d’ordinaire vaut mieux, d’abord parce qu’il est de famille moins riche, ensuite parce qu’il travaille pour une carrière plus indépendante9 ». Par contre Henry Murger, dans une de ses nouvelles intitulée La Scène du gouverneur, déclare que « les jeunes gens sont tristes et froids comme un brouillard de la Toussaint. […] En arrivant au monde, ils se sont heurtés la poitrine à l’angle le plus aigu de l’égoïsme. Ils n’aiment pas la vertu qu’ils ignorent, et ils ne peuvent pratiquer le vice qu’en le rapetissant10 ». Cette démission de la jeunesse étudiante incite Michelet à l’apostropher : dans Le Peuple, écrit en 1845, il place l’ouvrier « au dessus des classes que l’on croit supérieures », classes qui « ont tout, livres, loisir, que la science vient chercher, et qui pourtant, une fois quittes de l’éducation obligée, laissent l’étude, ne se soucient plus de la vérité. Je vois tel homme, sorti avec honneur de nos premières écoles, qui, jeune encore et déjà vieux de cœur, oublie la science qu’il cultiva, sans même avoir l’excuse de l’entraînement des passions, mais s’ennuie, s’endort, fume et rêve ». Et d’appeler de ses vœux l’union des étudiants et du peuple : « Qu’elle n’oublie pas, cette jeunesse riche, qu’elle porte un poids lourd, la vie de ses pères qui, en si peu de temps, ont monté, joui et déchu ; elle est lasse en naissant et, toute jeune qu’elle est, elle a grand besoin de rajeunir en recueillant la pensée populaire. Ce qu’elle a de plus fort, c’est d’être encore tout près du peuple, sa racine, d’où elle est à peine sortie. Eh bien, qu’elle y retourne, de sympathie et de cœur11 ! »

8Sous le Second Empire, la montée des idées socialistes, y compris au sein de la jeunesse des Écoles, accentue la critique de leur position sociale. Au lendemain du premier congrès international d’étudiants tenu à Liège en 1865, Félix Pyat adresse de Londres une Lettre aux étudians (sic) où il se moque des « voyages d’opposition » et constate la fin de la fraternisation de l’étudiant et de l’ouvrier. Selon lui, les étudiants n’ont, depuis longtemps, rien fait de révolutionnaire contre le pouvoir :

  • 12 Félix Pyat, Lettre aux étudians, Londres, 1866, p. 3, p. 28 et p. 32.

« Fils de la bourgeoisie, de la seconde noblesse, petits-fils du privilège, espoirs du droit, leur lance-t-il, vous êtes, grâce à la révolution, les médiateurs nés du capital et du travail. Étudians de toutes sciences, depuis les abstraites et les transcendantes jusqu’aux arts et métiers, vous êtes les médiateurs du savant et de l’ouvrier.[…] Quittez votre manteau de touristes et votre politique d’amateurs, rentrez dans le peuple. Assez de science, agissons12. »

9Jules Vallès, décrivant en 1867 la rentrée des facultés, revient sur la solidarité qui aurait jadis existé dans les facultés et il a ces mots cinglants :

« Ils ne voient pas, les enfants, que cette solidarité des écoles n’était qu’une sottise […]. Que signifiait tout ce tapage ? Il signifiait simplement qu’il y avait alors en France une classe privilégiée, la bourgeoisie, dont les fils pouvaient crier et même rosser le guet sans danger. »

  • 13 Jules Vallès, « Chroniques parisiennes », La Situation, 17 novembre 1867, Paris, Œuvres complètes,(...)

« Il est temps, conclut l’auteur de L’Insurgé, qu’on ne fasse plus consister l’esprit d’indépendance dans l’amour des brûlots, la manie des chansons, et qu’on ne croie pas avoir préparé l’avenir de l’humanité quand on a simplement attrapé en commun des extinctions de voix et des indigestions13. »

La naissance des AGE n’atténue pas le procès fait aux étudiants

10Les 35 ans qui précèdent la Première Guerre mondiale cristallisent ce que l’on peut appeler un paradoxe étudiant. C’est au moment où l’associationnisme étudiant naissant provoque l’enthousiasme des autorités universitaires et du monde politique, où la corporation étudiante voit le jour et s’autonomise dans l’Université, où les étudiants accèdent au rang d’avant-garde de la jeunesse, donnant du corps à l’idée d’une parole des jeunes, où l’un des leurs (Henry Bérenger) parle même à leur propos d’« aristocratie intellectuelle », que les accusations pleuvent sur eux de toutes parts, de gauche comme de droite, et les étudiants sont les plus virulents. Ainsi, au lieu de se féliciter de compter désormais dans la société française – ce qui fut le combat de leurs aînés durant plus des trois-quarts du siècle –, on les voit s’entre-déchirer et devenir la cible des critiques les plus véhémentes.

  • 14 Jules Simon, Discours… à l’assemblée générale des délégués des sociétés savantes réunis à la Sorbo (...)
  • 15 Le Boul-Mich, 1883, no 4.
  • 16 L’Écho de la Rive gauche, 24 avril 1887, no 1.
  • 17 Jules Vallès, Souvenirs d’un étudiant pauvre, Paris, Gallimard, 4e éd., 1930, p. 173.
  • 18 Léon Blum, cité dans O. Barrot, P. Ory, La Revue blanche, Paris, 1989, coll. « 10-18 », p. 253.

11La critique de la médiocrité, du conformisme, de la cupidité, de l’arrivisme, de l’indifférence politique et sociale de la jeunesse des Écoles, reprend de plus belle après la Commune. En 1873, dans un discours aux sociétés savantes, Jules Simon regrette le Quartier latin des années 1830 où « des luttes s’engageaient dans tous les lieux où les étudiants se rassemblaient » et s’en prend à la froideur des relations entre professeurs et élèves. « Malheur aux époques, ajoute-t-il, où la jeunesse n’a d’entraînement que vers le succès et de goût que pour le lucre ! Ce sont ces époques-là qui préparent les hommes de concession et les gouvernements de décadence14 ! » C’est évidemment dans la presse de gauche du Quartier latin que le procès en « bourgeoisisme » est le plus constant, même si l’étudiant trouve des défenseurs. Le Boul-Mich socialiste de Jacques Trémora est sans appel : « L’étudiant actuel a troqué sa vieille gaîté d’antan pour le boudinisme le plus complet. […] Le bourgeoisisme a envahi le Quartier latin15. » L’Écho de la Rive gauche, également d’inspiration socialiste, s’en prend aux privilèges accordés aux jeunes rejetons de la bourgeoisie qui osent réclamer en 1887 la gratuité des inscriptions alors que ce sont les classes moins aisées qui payent les impôts, donc l’enseignement supérieur16. Jules Vallès, dans ses Souvenirs d’un étudiant pauvre, écrits en 1883, affirme que « c’est dans ce Quartier latin qu’a poussé la graine des politiciens lâches de la radicaille hypocrite, des gloires niaises, des réputations bouffies17 ». Dans la Revue blanche, lors des manifestations anti-boulangistes, le jeune Léon Blum doute « qu’en la jeunesse des Écoles soit vraiment l’élite intellectuelle de la nation et que les manifestations, pour bruyantes qu’elles fussent, aient relevé d’un sincère et réel enthousiasme politique », mais plutôt du goût du chahut18.

Princes de la jeunesse ?

12La prétention des étudiants à représenter la jeunesse est contestée. En 1896, l’initiative prise par quelques étudiants d’élever une statue à Henry Murger en tant que « poète de la jeunesse des Écoles », alors qu’il fut le poète de la guenille, indigne Charles de Ricault d’Héricault :

  • 19 Charles de Ricault d’Héricault, Murger et son coin, Paris, L. Trémaux, 1896, p. 12-13.

« Murger, écrit-il, n’est pas l’homme de la jeunesse des Écoles. Il faut, ou que le niveau de la classe étudiante se soit abaissé depuis le temps de ma jeunesse, ou que le moutonisme, docile aux aspirations de vulgaires meneurs, se soit développé, ou que la division mise par la République entre les diverses classes soit atténuée jusqu’à l’incohérence dans le Quartier latin, pour qu’on ait accepté Murger comme le poëte (sic) des écoliers19. »

13L’année suivante, un article du Gaulois provoque une polémique. Un certain M.V. Émile-Michelet y conteste que les étudiants appartiennent à une élite, en dépit de ce qu’en disent ceux qui les courtisent.

« Quand, il y a quelques années, on constata un réveil de l’étudiant, quand on vit qu’il cherchait à affirmer son existence, sa personnalité, son esprit de collectivité et de solidarité, quand on le vit, emporté par le courant d’idées, créant les syndicats et les corporations, former des associations, on voulut immédiatement capter ce mouvement dans un canal opportuniste. Il n’y eut pas assez de flagorneries pour les étudiants. On leur affirma solennellement qu’ils constituaient une aristocratie, qu’ils étaient les princes de la jeunesse. Princes de la jeunesse ! C’était une formule chère à Maurice Barrès qui en voulut être, et qui en fut un. »

  • 20 Émile-Michelet, « L’Étudiant », Le Gaulois, 26 février 1897, p. 1-2.
  • 21 Le Boul’Mich, mi-carême 1897, no 2.

14En fait, réplique l’auteur, les jeunes gens qui sont l’élite de la nation sont une infime minorité, les autres ne sachant guère que vider des bocks et piocher leurs examens. Mais les politiciens s’inquiètent d’eux, car ils constituent une masse et parce que leurs successeurs viendront de leurs rangs : on a des égards pour « l’apprenti-politicien20 » ! Le journal Le Boul’Mich ne laisse pas passer cet article et réplique : « Parce que l’étudiant est devenu plus raffiné dans ses goûts, dans son costume, est-il devenu moins intelligent, moins actif, moins travailleur ? On me dira peut-être qu’il s’est embourgeoisé, est-ce un mal21 ? »

L’AGEP en question

  • 22 Lucien-Victor Meunier, « Pauvre jeunesse des Écoles », Le Cri du peuple, 7 décembre 1883, no 41.
  • 23 Émile Massard, « Les Fils de la bourgeoisie », et L.-V. Meunier, « Le Monde où l’on gueule », Le C (...)

15Ce sont des critiques violentes de la jeunesse des Écoles dans le journal de Jules Vallès qui provoquent la création de l’Association générale des étudiants de Paris en janvier 1884. Le déclic fondateur provient de trois articles publiés dans Le Cri du peuple en décembre 1883. Le préfet de police Camescasse ayant annoncé son intention de fermer les brasseries de femmes, qui sont de véritables nids de prostitution dans le Quartier latin, un rédacteur du journal, Lucien-Victor Meunier, s’apitoie sur le sort d’esclaves des femmes exploitées dans ces lieux et critique l’indifférence des étudiants à leur égard. Ce qui le pousse à conclure : « Si l’on voulait sérieusement – tâche impossible d’ailleurs – “épurer” le Quartier latin, ce ne serait pas la suppression des brasseries qu’il faudrait demander, mais la suppression des étudiants22. » Vingt jours plus tard, le secrétaire de rédaction Émile Massard récidive en opposant les sains plaisirs du dimanche ouvrier aux mœurs stupides de la « jeunesse intelligente des Écoles ». « Ce n’est pas la sève de la jeunesse qui coule dans les artères de tous ces ahuris de faculté, c’est le pus de la corruption sociale. Pourris physiquement, décomposés moralement, ils ne sont que les fruits légitimes des classes moyennes ou élevées, déjà gangrenées par le luxe et l’oisiveté. » Deux colonnes plus loin, Lucien-Victor Meunier s’en prend aux « fils idiots d’une bourgeoisie en pourriture » et à la « rengaine usée de l’alliance entre les travailleurs révolutionnaires et la jeunesse des Écoles » ! Non, proteste-t-il, « imbus d’esprit réactionnaire, trop ineptes d’ailleurs pour comprendre les idées nouvelles, de sang trop pauvre et de cœur trop vide, héritiers de tous les vices de leurs parents, ils sont nos adversaires ! […] Les laisser vivre serait perpétuer la race maudite des exploiteurs du peuple23 ». Ces attaques sont mal perçues par un groupe d’étudiants qui organisent diverses manifestations de protestation devant le journal. Le groupe de manifestants (200 personnes sur 8 000 étudiants à Paris, remarque le journal) publie une adresse qui paraîtra dans le numéro du 28 décembre du Cri : « Vous nous appelez les fils de la bourgeoisie. Nous ne sommes ni les enfants de l’aristocratie, ni les fils du prolétarisme (sic), ni les descendants de la bourgeoisie. Partis de bas ou descendus de haut, nous saurons toujours relever une injure. » Dans le numéro du 31 décembre, Jules Guesde déclare que, dans la révolution sociale qui a succédé à la révolution politique, les étudiants sont « l’ennemi, une fraction de l’ennemi » et qu’une alliance avec eux, « si elle n’était pas impossible, serait le dernier mot de la duperie pour l’atelier et pour le bras ». Au terme de ces péripéties, un meeting organisé le 30 décembre à Bullier débouche sur la décision de créer une association. La nouvelle Association générale des facultés et écoles supérieures de Paris est autorisée le 2 avril 1884.

L’AGEP, antichambre des cabinets ministériels

  • 24 Paul Melon, « Associations générales d’étudiants, maisons d’hospitalisation, union universitaire » (...)
  • 25 Tybalt, L’Écho de Paris, 27 juin 1895.
  • 26 Maurice Barrès, Toute licence, sauf contre l’amour, Paris, 1892, passim.
  • 27 Le Réveil des jeunes, 1903, no 74.

16Très vite, l’AGEP (« l’A »), qui reçoit le soutien enthousiaste de nombreuses personnalités du monde universitaire et du pouvoir républicain, est critiquée pour le carriérisme de ses membres. Le poids de ses parrains républicains, notamment du groupe opportuniste, donne aux responsables de l’A une image d’ambitieux et de médiocres, avides de places dans les allées du pouvoir, même si certains voient dans l’AGEP un lieu de formation à la gestion pour ceux qui la dirigent. Par exemple, Paul Melon, pourtant secrétaire général du Comité de patronage des étudiants étrangers, ne craint pas d’affirmer que « chez nous, la salle de délibérations des étudiants a été trop souvent l’antichambre des cabinets ministériels où l’on est entré de plein pied, comme secrétaires ou secrétaires adjoints, tandis que la masse des étudiants restait à la porte24 ». En juin 1895, L’Écho de Paris s’attire une manifestation devant son siège et l’auteur un duel avec le président de l’Association générale des étudiants de Paris (AGEP) pour avoir publié un article de Laurent Tailhade, alias Tybalt, où il s’en prend tant aux membres de l’AGEP qu’aux étudiants antisémites et au Cercle catholique du Luxembourg. Il déclare par exemple préférer la compagnie des garçons tripiers et des gâcheurs de plâtre à celle des plus glorieux membres de l’Association étudiante, et il décrit les étudiants comme ne s’affirmant guère « que par une indécence de babouins greffée sur une bêtise de rhinocéros. Tous les sales instincts : bassesse, couardise, improbité, mensonge, et la haine du Pauvre, et l’exécration du Beau, se font voir, à l’état brut, chez ce jeune pied-plat25 ». Les critiques viennent aussi de la droite nationaliste. L’adversaire le plus acharné des AG est Maurice Barrès, qui a pourtant été le sous-bibliothécaire de celle de Nancy. Selon lui, ces associations « enrégimentent la jeunesse » et on n’y trouve que de médiocres petits-bourgeois « qui mettent en commun leur misérable expérience de lycéens, leur timidité héréditaire et leur tapage de basochiens ». L’AGEP n’est rien d’autre qu’une « organisation de brigues parlementaires, de papotages veules et d’hommages au monde officiel26 ». Le Réveil des jeunes nationaliste fustige les arrivistes qui ont fait de l’A « une sorte de Parlement au petit pied où ils s’entraînaient à leur futur métier de politicien27 ».

  • 28 L’Association des étudiants protestants de Paris 1892-1895, Paris, AEPP, 1959, 104-20 p.
  • 29 Le Cercle catholique des étudiants (Cercle du Luxembourg), Paris, F. Levé, 1894, p. 16.
  • 30 Bulletin de l’ACJF, septembre 1888, no 9, p. 286-296.

17Les organisations confessionnelles manifestent une égale hostilité, et même les protestantes qui ont pourtant donné l’un des leurs, Henri Monnier, à la présidence de l’A28. Les catholiques pour leur part font flèche de tout bois contre l’association. En 1894, c’est le cercle du Luxembourg qui lui reproche d’accueillir dans ses banquets des ennemis de la religion, de Zola à Renan, de n’offrir que des avantages matériels. « Il faut autre chose pour relier les âmes de la jeunesse française. Les mécomptes lamentables et retentissants qu’elle a connus depuis en sont une preuve évidente29. » L’Association catholique de la jeunesse française (ACJF) n’est pas en reste, qui s’en prend à la prétention de l’A de représenter l’ensemble des étudiants parisiens. En 1888, son bulletin publie deux articles très documentés sur la vie du Quartier latin, occasion pour elle de montrer comment l’AGEP « groupe, enrégimente, organise la jeunesse » dont elle prétend prendre « la direction intellectuelle et morale » en usant d’avantages matériels, de contester sa neutralité, qui est une « hostilité aux idées chrétiennes » et que contredisent ses positions anti-boulangistes, de constater les dissensions internes qui la minent, le tout avec l’appui de l’État et de la Ville de Paris dont la majorité est révolutionnaire et athée. Il lui manque, conclue l’ACJF, « l’idée et la direction morales30 ».

Les étudiants comme aristocratie intellectuelle

  • 31 L’Université de Paris, juin 1889, no 26, p. 164-165.
  • 32 Cité par le pasteur Charles Wagner, Jeunesse, Paris, 1892, 5e éd., p. 192 et p. 194.
  • 33 Henry Bérenger, L’Aristocratie intellectuelle…, Paris, 1895.
  • 34 Henry Bérenger, La Proie, Paris, A. Colin, 1897, p. 2-4.

18Dans son bulletin, l’A se défend en se présentant comme une « association universitaire » ayant pour idéal la science, la pensée libre, la haute culture intellectuelle, et comme une « association nationale, donc patriotique, quoique neutre au plan politique et religieux31 ». Parmi les dirigeants de l’Association, Henry Bérenger est sans doute celui qui défendra le plus vivement la cause de l’union des étudiants. En 1891, alors président de l’AGEP, il justifie au cours de son banquet annuel l’apolitisme de l’association et affirme qu’elle doit « rester avant tout, sans distinction d’étiquette, la jeunesse française et, dans la jeunesse française, la jeunesse universitaire. Nous sommes et voulons rester des étudiants, c’est-à-dire des jeunes gens fidèles à l’esprit scientifique, qui est un esprit de tolérance désintéressée, et à l’esprit démocratique, qui est un esprit de justice et de bonté32 ». Quelques années plus tard, le même Bérenger plaide pour que l’Université assume un rôle d’« aristocratie intellectuelle », de « pouvoir spirituel », au service des deux mêmes valeurs : la science et la démocratie. L’étudiant, affirme-t-il, sera « l’élite de la race, le pouvoir de demain ». Mais pour cela, il faudrait que l’Université en fasse un esprit libre, voué à l’effort personnel et non à « la servitude des examens et des formules », apte à réviser les doctrines reçues au lycée, à manier le « doute raisonné », à s’intéresser à l’histoire comme à la vie sociale et à la solidarité humaine, à devenir un vrai individu33. Dans un roman de la fin du siècle, Henry Bérenger met en scène un étudiant anti-boulangiste qui devient député du Quartier latin à 26 ans sur fond d’antiparlementarisme viscéral. C’est l’occasion de remarquer que, « si médiocres fussent-ils pour la plupart, [les étudiants] étaient des intellectuels, ils avaient la fierté que donne la culture de l’esprit, et ce mauvais soldat [Boulanger] les humiliait par ses complaisances pour l’imbécillité populacière34 ».

La place des étudiants dans le combat socialiste

  • 35 Alexandre Zévaès, Sur l’écran politique, Paris, 1928, p. 72-73. Voir Jean Maitron, « Le Groupe des (...)
  • 36 Alexandre Zévaès, Notes et souvenirs d’un militant, Paris, 1913, p. 85. L’Étudiant, 15-22 juillet (...)

19Chez les étudiants socialistes, la question est de savoir si les étudiants sont les fils irrécupérables de la bourgeoisie ou s’ils sont susceptibles d’apporter leur soutien à la classe ouvrière, voire pour certains de faire partie de celle-ci. L’indifférence politique des camarades de faculté est critiquée autant que leur arrivisme. Les Étudiants socialistes révolutionnaires internationalistes (ESRI), qui se sont créés en 1891 pour « bousculer les satisfaits et les profiteurs de l’Association et implanter le socialisme au cœur du Quartier latin », jugent « l’A » aussi réactionnaire que l’Institut catholique et asservie au gouvernement et à l’idéologie régnante35. Lors des émeutes du Quartier latin consécutives à la mort de Nuger le 1er juillet 1893, les étudiants collectivistes recréent le Comité de la Source, du nom du café où ils se réunissent, en vue de contrecarrer l’influence de l’A, qui « au plus fort de la tourmente, avait désapprouvé les manifestations du Quartier et s’était solidarisée avec le gouvernement ». « L’A » est accusée d’être une « sous-préfecture de police » et de diviser les étudiants36.

20En décembre 1891, a eu lieu à Bruxelles un premier congrès international d’étudiants socialistes où la France n’est représentée que par un seul délégué, Jules-Louis Breton. Lors du second congrès à Genève en décembre 1893, la délégation du Groupe des étudiants collectivistes français (GEC) demande que le congrès n’ait pas lieu au motif que

  • 37 Alexandre Zévaès, Notes…, op. cit., p. 95-96.

« les étudiants ne constituent pas une catégorie professionnelle et sociale déterminée, qu’ils n’ont pas, par suite, d’intérêts spéciaux à défendre ni de revendications spéciales à formuler (et que) la tenue de congrès exclusivement composés d’étudiants aboutirait à la constitution d’une sorte d’aristocratie intellectuelle dans le parti socialiste, qui ne doit pas distinguer entre les travailleurs du cerveau et les travailleurs des bras, […] le devoir des groupes d’étudiants socialistes et de travailleurs intellectuels est de se rallier, dans leurs pays respectifs, au parti ouvrier, c’est-à-dire au parti des travailleurs socialistes, constitué pour la conquête du pouvoir politique37 ».

  • 38 Ibid., p. 91 sq.
  • 39 Le Mouvement socialiste, 1er décembre 1900, p. 625-679.

21La motion refusant le congrès est repoussée38. Au cours du troisième congrès, qui a lieu à Paris en septembre 1900, les débats portent sur la propagande en milieu universitaire, sur le rôle des étudiants socialistes dans le mouvement ouvrier, et notamment sur les universités populaires et sur le « prolétariat intellectuel ». Ce dernier point est crucial pour le mouvement socialiste. À propos de la propagande socialiste, une motion « considère que, tout en faisant appel aux intérêts de classe des futurs prolétaires intellectuels, la propagande socialiste dans les milieux universitaires doit s’adresser plus particulièrement à l’esprit scientifique, aux sentiments de solidarité et aux aspirations démocratiques des étudiants ». Une autre motion adoptée à l’unanimité demande qu’une enquête soit faite dans tous les pays sur le prolétariat intellectuel. La question des universités populaires divise le congrès : à la motion du « camarade Polack (Paris) » qui sera refusée et qui demandait aux étudiants socialistes de « créer des universités socialistes plus populaires et mieux universitaires que les U. P. bourgeoises actuelles », plusieurs orateurs répondent en refusant cette thèse, dont Jean Jaurès « qui montra qu’il était aussi absurde de conseiller aux prolétaires de s’instruire eux-mêmes : le capital intellectuel de l’humanité doit être pris par eux, comme le capital économique de la bourgeoisie. Aucun grand mouvement révolutionnaire n’a hésité à se servir de toutes les forces intellectuelles du passé ». Et Boucher, au nom du Groupe des étudiants collectivistes, invitera « les étudiants socialistes à pénétrer dans toutes les U. P., même bourgeoises, soit comme professeurs, soit comme contradicteurs39 ».

22L’Étudiant socialiste publié à Bruxelles précise en 1900 dans un article intitulé « Notre programme » :

« Certains socialistes croient peut-être possible d’amener en foule les étudiants au socialisme, soit en faisant appel à leur intelligence, soit en s’adressant à leur cœur. […] Nous ne croyons guère à la conversion, ni même à l’adhésion durable au socialisme de la majeure partie des élèves de nos facultés et de nos écoles. Dans l’organisation sociale actuelle, en effet, ceux qui accèdent aux universités et aux écoles supérieures sont le plus souvent des fils de capitalistes. […] Quand les étudiants deviennent des hommes, ils acquièrent vite la notion de leurs intérêts de classe. »

  • 40 L’Étudiant socialiste, 15 octobre 1900, 11e année, no 1.
  • 41 Manifeste du Groupe des étudiants socialistes révolutionnaires, Villeneuve-Saint-Georges, 1911, 32 (...)

23Toutefois, parmi les élèves des facultés, il convient de distinguer les noceurs et les « travailleurs studieux, imperméables aux idées politiques et qui n’aspirent qu’au diplôme » des « étudiants d’élite » dont « l’esprit, avide de connaître, veut toujours savoir davantage, généraliser, coordonner, systématiser, comparer, critiquer. » Souvent, « des pensées de révolte naissent en eux. Pour en faire des socialistes conscients, il suffit peut-être d’un mot. Ce mot, nous le leur donnons40 ». Bien avant la Charte de Grenoble, le Manifeste du Groupe des étudiants socialistes révolutionnaires (1911) affirme que les étudiants sont des « jeunes intellectuels » et appelle ceux-ci « à se dévouer pour la cause au lieu de mener la vie de jeunes privilégiés41 ».

Les enquêtes sur la jeunesse

  • 42 Agathon, Les Jeunes gens d’aujourd’hui. Le goût de l’action, la foi patriotique, une renaissance c (...)
  • 43 P. Bénéton, « La génération de 1912-1914. Image, mythe ou réalité ? », Revue française de science (...)

24L’affirmation d’un élitisme jeune trouve un écho peu avant la Grande Guerre grâce à la curieuse épidémie qui se répand entre 1911 et 1914, celle des enquêtes sur la jeunesse, dont la plus célèbre, sous le nom d’Agathon (Alfred de Tarde et Henri Massis), paraît dans L’Opinion du 13 avril au 29 juin 1912 et sous la forme d’un livre en 1913 sous le titre Les Jeunes gens d’aujourd’hui42. D’autres enquêtes paraissent dans le même temps dans diverses revues. Ces entretiens avec les jeunes leaders intellectuels de l’époque, âgés de 18 à 25 ans, extrapolent de la jeunesse intellectuelle à l’ensemble de la génération et donnent une vue partiale de l’opinion des jeunes. La visée de ces enquêtes, très engagée, est plus politique que scientifique et privilégie outrageusement le milieu étudiant ou les jeunes intellectuels, sans doute parce que, comme le remarque Philippe Bénéton, la jeunesse intellectuelle est la seule véritablement autonome par rapport au monde adulte : « Hors le milieu étudiant, il n’est pas de jeunes hommes, il n’est que des hommes jeunes43. » Il s’agit de montrer les immenses qualités de la jeune élite intellectuelle qui, contrastant avec la génération de 1885-1890 marquée par les Taine, Renan et autres Auguste Comte et plus encore avec les caciques de la « vieille Sorbonne » soumise à la culture allemande (Seignobos, Brunot, Durkheim), est passée du pessimisme, de l’intellectualisme, de l’agnosticisme, de l’antipatriotisme, à une saine attitude marquée par le goût de l’action, la foi patriotique, la vie morale, la renaissance catholique, le goût du sport, le réalisme politique.

25La jeunesse étudiante se constitue tout au long du XIXe siècle dans le procès qui lui est fait. Passant d’un âge héroïque où elle représente le progrès, l’audace, la lutte pour les idéaux démocratiques, à une période noire qui en fait l’ennemie du peuple, une classe paresseuse et cependant avide de pouvoir, elle prend une place désormais définitive dans l’agenda politique comme dans l’espace public. Du coup, cette jeunesse est en permanence interpellée : on lui fait savoir, à l’instar de Jules Michelet et des socialistes, que ses privilèges impliquent en retour des devoirs à l’égard de la société et du peuple.

26Les étudiants de la Belle Époque sont placés dans une situation inconfortable. Dans les trente années qui précèdent la Grande Guerre, ils sont ballottés entre deux notions totalement contradictoires : constituant une « aristocratie intellectuelle », une élite qui doit montrer l’exemple, ils sont aussi menacés de devenir un « prolétariat intellectuel », des déclassés ; et leurs camarades socialistes ne cessent de leur crier que le salut viendra de la fraction pauvre de la classe étudiante. Ils doivent donc travailler pour faire partie du peuple…

  • 44 Christophe Prochasson, Les années électriques 1880-1910, Éditions La Découverte, 1991, 488 p.

27Il ne faut toutefois pas oublier les côtés positifs du Quartier latin de la fin du siècle. Les années « électriques44 » qui précèdent et suivent 1900 sont aussi celles de l’Affaire Dreyfus où les étudiants ne sont pas absents, des écoles libres de sociologie, des Universités populaires, du Sillon, du renouveau catholique à l’Université, des associations protestantes d’étudiants, des débuts du syndicalisme étudiant et des sections jeunes des partis politiques, d’une presse étudiante dynamique, mais aussi de l’animation des nuits parisiennes par les étudiants, des bals, monômes et autres carnavals. Toutes initiatives qui montrent que le monde estudiantin est devenu un acteur actif et innovant de la vie sociale, comme le confirmeront les grands combats du siècle suivant.

Notes

1 Ce siècle voit émerger « l’étudiant moderne » comme je l’ai démontré dans mon livre : Pierre Moulinier, La naissance de l’étudiant moderne (XIXe siècle), Paris, Belin, 2002, 330 p.

2 Op. cit., p. 15-29.

3 Olivier Galland, Les jeunes, Paris, La Découverte, 1985, p. 15.

4 Stendhal, Le rouge et le noir. Paris, Folio-Gallimard, 1972, p. 105 et 475.

5 George Sand, Horace, p. 68-69, p. 71 et p. 112.

6 Auguste Luchet, « Physiologie du Quartier latin », Almanach dramatique… pour 1845, Paris, 1845.

7 La Voix des Écoles, 21 février 1857, no 1.

8 Jean-François Destigny, Némésis incorruptible, satires de mœurs, Paris, chez l’auteur, 1838-1839, 2 vol., 416 p. et 144 p. Voir dans le vol. 1 les satires 26 « l’étudiant », p. 201-208, 30, « la grisette », p. 233-240, et 36, « les vacances », p. 281-288.

9 Arthur Ranc, Sous l’Empire. Roman de mœurs, Paris, 1872, p. 31.

10 Henry Murger, Le Pays latin, Paris, Classiques Garnier, s. d., p. 432.

11 Jules Michelet, Le Peuple, Paris, Julliard-Littérature, 1965, p. 120 et p. 154-155.

12 Félix Pyat, Lettre aux étudians, Londres, 1866, p. 3, p. 28 et p. 32.

13 Jules Vallès, « Chroniques parisiennes », La Situation, 17 novembre 1867, Paris, Œuvres complètes, La Pléiade, 1975, t. I, p. 1007-1011.

14 Jules Simon, Discours… à l’assemblée générale des délégués des sociétés savantes réunis à la Sorbonne le 19 avril 1873, Paris, Lib. Hachette, 1873, p. 37-40.

15 Le Boul-Mich, 1883, no 4.

16 L’Écho de la Rive gauche, 24 avril 1887, no 1.

17 Jules Vallès, Souvenirs d’un étudiant pauvre, Paris, Gallimard, 4e éd., 1930, p. 173.

18 Léon Blum, cité dans O. Barrot, P. Ory, La Revue blanche, Paris, 1989, coll. « 10-18 », p. 253.

19 Charles de Ricault d’Héricault, Murger et son coin, Paris, L. Trémaux, 1896, p. 12-13.

20 Émile-Michelet, « L’Étudiant », Le Gaulois, 26 février 1897, p. 1-2.

21 Le Boul’Mich, mi-carême 1897, no 2.

22 Lucien-Victor Meunier, « Pauvre jeunesse des Écoles », Le Cri du peuple, 7 décembre 1883, no 41.

23 Émile Massard, « Les Fils de la bourgeoisie », et L.-V. Meunier, « Le Monde où l’on gueule », Le Cri du peuple, 27 décembre 1883, no 61.

24 Paul Melon, « Associations générales d’étudiants, maisons d’hospitalisation, union universitaire », Revue internationale de l’enseignement, 1901, p. 36-41.

25 Tybalt, L’Écho de Paris, 27 juin 1895.

26 Maurice Barrès, Toute licence, sauf contre l’amour, Paris, 1892, passim.

27 Le Réveil des jeunes, 1903, no 74.

28 L’Association des étudiants protestants de Paris 1892-1895, Paris, AEPP, 1959, 104-20 p.

29 Le Cercle catholique des étudiants (Cercle du Luxembourg), Paris, F. Levé, 1894, p. 16.

30 Bulletin de l’ACJF, septembre 1888, no 9, p. 286-296.

31 L’Université de Paris, juin 1889, no 26, p. 164-165.

32 Cité par le pasteur Charles Wagner, Jeunesse, Paris, 1892, 5e éd., p. 192 et p. 194.

33 Henry Bérenger, L’Aristocratie intellectuelle…, Paris, 1895.

34 Henry Bérenger, La Proie, Paris, A. Colin, 1897, p. 2-4.

35 Alexandre Zévaès, Sur l’écran politique, Paris, 1928, p. 72-73. Voir Jean Maitron, « Le Groupe des étudiants socialistes révolutionnaires internationalistes de Paris (1892-1902). Contributiuon à la connaissance des origines du syndicalisme révolutionnaire », Le Mouvement social, janvier-mars 1964, no 46, p. 3-26.

36 Alexandre Zévaès, Notes et souvenirs d’un militant, Paris, 1913, p. 85. L’Étudiant, 15-22 juillet 1893, no 60. Voir Marie-Christine Bouneau-Bouillare, « Élites étudiantes et socialisme : le Groupe des étudiants collectivistes de Paris à la fin du XIXe siècle », in Sylvie Guillaume, (dir.), Les élites fin de siècle, Bordeaux, Éd. de la MSHA, 1992, p. 127-139, et du même auteur, Socialisme et jeunesse en France, 1879-1969 – Acteurs – Discours – Moments et lieux, MSHA, Pessac, 2009, 662 p.

37 Alexandre Zévaès, Notes…, op. cit., p. 95-96.

38 Ibid., p. 91 sq.

39 Le Mouvement socialiste, 1er décembre 1900, p. 625-679.

40 L’Étudiant socialiste, 15 octobre 1900, 11e année, no 1.

41 Manifeste du Groupe des étudiants socialistes révolutionnaires, Villeneuve-Saint-Georges, 1911, 32 p.

42 Agathon, Les Jeunes gens d’aujourd’hui. Le goût de l’action, la foi patriotique, une renaissance catholique, le réalisme politique, Paris, Lib. Plon, 1913, 289 p.

43 P. Bénéton, « La génération de 1912-1914. Image, mythe ou réalité ? », Revue française de science politique, octobre 1971, vol. XXI, no 5, p. 981-1009.

44 Christophe Prochasson, Les années électriques 1880-1910, Éditions La Découverte, 1991, 488 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Terms of use: http://www.openedition.org/6540