Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesse(s) et élites

 | 
Christine Bouneau
, 
Caroline Le Mao

Quatrième partie. Jeunesse, élites et contestations

Être femme, jeune et noble pendant la Révolution française ou le destin de quelques anciennes demoiselles de Saint-Cyr

Dominique Picco

Texte intégral

  • 1 G. Levi et J.-C. Schmitt, Histoire des jeunes en Occident, t. I, Paris, Seuil, 1996, p. 7.
  • 2 J.-C. Schmitt, « L’invention de l’anniversaire », Annales HSS, juillet-août 2007, p. 793-835.

1Aborder l’histoire de la jeunesse française à l’époque moderne conduit à se plonger au cœur des représentations des âges de la vie dans les traces de Giovanni Levi et Jean-Claude Schmitt qui, en 1996, écrivaient dans la préface de leur Histoire des jeunes en Occident : « Comme les autres âges de la vie, plus que les autres peut-être, la jeunesse est une construction sociale et culturelle »1. Dix ans plus tard, dans un article des Annales, Jean-Claude Schmitt revient sur cette question des représentations qu’une société se fait d’elle-même et en particulier des rythmes des vies humaines comme participant de la construction de sa propre perception du temps2. Ces représentations changent, selon les civilisations, selon les époques, ne sont plus les mêmes aujourd’hui qu’hier et rendent délicate toute analyse par l’historien.

2Ainsi, dans la société française du XVIIIe siècle, le regard du chercheur peine à cerner la perception qu’avaient les contemporains de la jeunesse, en particulier pour le sexe féminin, et ce même si la figure de la jeune fille et le temps qui lui appartient s’autonomisent progressivement au cours de cette période. L’objectif de cet article sera donc d’étudier la jeune fille au sein des élites nobiliaires, en un moment particulier – celui de la Révolution française – à partir du corpus des demoiselles élevées à Saint-Cyr jusqu’à sa fermeture en mars 1793 par la Convention nationale qui met alors un terme, après un peu plus d’un siècle d’existence, à l’expérience éducative de cette fondation louis-quatorzienne.

3Plusieurs générations de jeunes filles venant de la France entière, issues de la noblesse et ayant reçu, derrière la clôture, la même éducation voient leur existence bouleversée. Qu’elles soient encore élèves et obligées de retourner précipitamment dans leurs provinces, qu’elles soient déjà sorties à l’issue d’une scolarité normale et aient déjà opté – ou non – pour un « état », le parcours individuel de ces demoiselles, jusque-là balisé par des décisions familiales, achoppe en apparence sur la Révolution, un bouleversement politique, social, religieux et culturel d’une envergure inégalée. Croiser cet échantillon avec les diverses problématiques de l’histoire de la jeunesse, de celle des femmes et du genre ou encore propres à la période révolutionnaire permet à la fois une étude quantitative mais aussi d’entrevoir des trajectoires individuelles afin de brosser un tableau, certes incomplet, de ce que signifiait « être femme, jeune et noble pendant la Révolution Française ».

Quand un objet d’étude croise de multiples problématiques

À la croisée de multiples interrogations

  • 3 O. Christin, « L’enfance, temps délicat et changeant », dans O. Christin et B. Hours, Enfance, ass (...)
  • 4 O. Christin, op. cit., p. 8.
  • 5 L’expression « lorsque l’enfant grandit » a été choisie comme titre d’un colloque consacré à cet â (...)

4Plus de dix ans après la réflexion menée par Giovanni Levi et Jean-Claude Schmitt, l’historien ne peut pas donner une définition monolithique de la jeunesse, un âge de la vie dont il ne parvient pas à dessiner les contours tant ils sont flous. Le caractère ondoyant de l’historicité de la jeunesse mêle en effet, selon les époques, réalités biologiques, rôles sociaux et élaborations symboliques. Il s’avère en particulier très difficile de déterminer les limites de la jeunesse : où commence-t-elle et ou finit-elle ? Certes, elle fait suite à l’enfance, mais à quel moment cette dernière se termine-t-elle ? On rejoint ici le problème de la limite supérieure de l’enfance qui varie elle aussi selon les civilisations et les époques. Pour Olivier Christin3, si dans l’Europe moderne la limite supérieure de l’enfance oscille entre sept/huit ans et douze ans, elle s’établit plus souvent vers douze ans. Commence alors un moment, plus où moins long, où « l’enfant devient adolescent, jeune homme ou jeune femme4 ». Sans rite de passage décisif, la sortie de l’enfance n’est donc pas seulement une affaire d’âge mais d’expérience et génère des rythmes différents selon l’appartenance sociale mais aussi d’un individu à un autre. Le recours à la lexicographie ne permet guère de clarifier la définition de la jeunesse. Pour le Dictionnaire de l’Académie (éd. 1762) elle regroupe : « Ceux qui sont dans l’âge de la jeunesse ; et même il se dit pareillement des personnes qui sont encore dans l’enfance », mais le terme désigne aussi « ceux qui sont de l’âge de vingt ans à trente-cinq ou environ ». Voilà donc bien pour les contemporains, un âge évanescent, flottant entre enfance et âge adulte, où l’enfant grandit5, apprend et se construit jusqu’à son émancipation de diverses tutelles, passant de l’état de dépendance à celui d’individu autonome. Dans l’article de l’Encyclopédie, Jaucourt ajoute des éléments physiologiques pour délimiter cette période : « […] on donne le nom de jeunesse au temps de la vie pendant lequel le corps, après avoir acquis les dimensions qui lui conviennent, achève de se perfectionner en acquérant toute la force et la solidité nécessaire à sa conservation : par conséquent la durée de la jeunesse s’étend depuis environ 21 ans jusqu’à 35 que commence la virilité ».

  • 6 « Jeunesse, cette partie de la vie de l’homme, qui est entre l’enfance et l’âge viril. »
  • 7 Voir M. Perrot, « La jeunesse ouvrière : de l’atelier à l’usine », in G. Levi et J.-C. Schmitt, op (...)
  • 8 En particulier dans l’École des femmes et dans Le malade imaginaire. Voir M. Bernos, « La jeune fi (...)

5L’allusion à la virilité, présente également dans le Dictionnaire de l’Académie (éd. 1762)6, suggère qu’à l’époque moderne, comme souvent encore au siècle suivant, la jeunesse est uniquement pensée au masculin7. Cependant, même si les filles sont absentes des formes d’intégration civique et rarement présentes dans les formes d’expression contestataire des jeunes dans la cité, la « jeune fille » existe pourtant, en littérature notamment. Elle se rencontre encore peu au Grand siècle ; présente chez Molière8, elle devient, au siècle suivant, un personnage essentiel du théâtre de Marivaux ou de Beaumarchais, une héroïne dont la grande affaire est le mariage.

  • 9 Y. Knibiehler, M. Bernos, E. Ravoux-Rallo, E. Richard, De la pucelle à la minette. Les jeunes fill (...)
  • 10 Une partie des communications proposées lors de ce colloque a été publiée sous le titre : Girls, g (...)
  • 11 Clio, no 4/1996.
  • 12 Voir Cathy Mac Clive, « L’âge des fleurs : le passage de l’enfance à l’adolescence dans l’imaginai (...)
  • 13 Voir J.-P. Bardet, « Qui étaient ces filles qui se mariaient jeunes ? », in J.-P. Bardet, J.-N. Lu (...)
  • 14 Y. Knibiehler, « État des savoirs. Perspectives de recherche. », Clio no 4/1996, http//clio.revues (...)

6La jeune fille est un centre d’intérêt assez récent pour l’histoire des femmes. Depuis 1983, date de la publication d’un ouvrage pionnier, De la pucelle à la minette. Les jeunes filles de l’âge classique à nos jours9, les chercheurs réfléchissent sur la manière de cerner cet objet historique. Que ce soit au fil du colloque d’Amsterdam de 199210 ou du numéro spécial de la revue Clio, « Le temps des jeunes filles11 », les mêmes interrogations reviennent : la jeune fille est-elle appréhendable par le langage, le regard du médecin, les rituels ou encore par la naissance du sentiment amoureux et l’éveil au désir ? Si ces questions demeurent ouvertes, une certitude s’est imposée, celle de l’existence d’un temps propre à la jeune fille, une période allant de la puberté à la défloration, la jeune fille étant donc virtuellement procréatrice. Néanmoins, deux incertitudes liminales demeurent. L’une est d’ordre physiologique : l’âge des premières règles varie dans l’espace et dans le temps or, selon les démographes, il serait tardif à l’époque moderne, soit vers 15 ou 16 ans12. La seconde concerne la perte de la virginité qui est liée, dans les sociétés modernes, au mariage. Or si, en droit, ce dernier est possible à partir de douze ans (nubilité juridique), en réalité les unions précoces restent marginales, en dehors des catégories sociales les plus élevées et de cas particuliers13. Il paraît donc impossible de poser des limites précises au temps de la jeune fille. Si la jeunesse masculine se croise dans tous les milieux sociaux, la jeune fille n’existe, à l’époque moderne, qu’au sein des élites où ce temps qui lui est propre précède son établissement et constitue une période plus ou moins autonome entre la sortie de l’enfance et l’insertion dans la société par le mariage. Ce temps de l’oisiveté et de la construction d’une identité féminine, ce temps magnifié par la beauté d’un corps jeune se dilate au fil du XVIIIe siècle avec le recul de l’âge au mariage (26/27 ans contre 23/24 ans au siècle précédent). Marcel Bernos voit en ce mécanisme démographique l’origine, mais uniquement au sein des élites sociales, de la figure de la jeune fille. Seule, en effet, « c’est la demoiselle qui est jeune fille14 » ; une profonde inégalité sociale est ici perceptible car dans les couches populaires, le travail précoce des jeunes rend inexistante cette période de l’entre-deux.

  • 15 « Le politique au féminin est une figure de l’impensé ou, plus précisément de l’impensable pour la (...)
  • 16 Voir, par exemple, O. Blanc, Marie-Olympe de Gouges : une humaniste à la fin du XVIIIe siècle, Par (...)
  • 17 D. Godineau, Citoyennes tricoteuses : les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française(...)
  • 18 J.-C. Martin, La révolte brisée. Femmes dans la Révolution française et l’Empire, Paris, Armand Co (...)
  • 19 G. Murphy, Rose Lauray, religieuse poitevine, 1752-1835 : féminité, religion et Révolution dans le (...)
  • 20 I. Soulard, Les femmes dans les Guerres de Vendée, La Crêche, Geste, 2006.

7En 2004, lors des Rendez-vous de l’histoire de Blois, portant sur le thème Femmes et histoire, Michèle Riot-Sarcey animant un débat intitulé Les absentes du politique déplora que les femmes ne trouvent toujours pas leur place dans cette partie de la discipline historique15. Des études sur le rôle des femmes dans la Révolution Française existent néanmoins, mais privilégient seulement quelques axes. Le premier porte sur les grandes figures et égéries, sous forme de biographies16 ; le second s’attache à la participation des femmes au champ politique, à leur apport au discours et à l’action – et ce uniquement du côté des adeptes de la Révolution – sous la forme d’études collectives en particulier sur les pétitionnaires ou encore sur les « citoyennes tricoteuses17 ». Enfin, depuis peu, certains historiens interrogent la place dévolue aux femmes dans la société nouvelle issue du processus révolutionnaire, que ce soit dans l’ensemble du corps social, comme Jean-Clément Martin dans son dernier ouvrage18, ou pour certaines catégories spécifiques, comme les anciennes religieuses étudiées par Gwénael Murphy19. Cependant, il est indéniable qu’en dehors de quelques individualités membres de ces communautés, les femmes des élites d’Ancien régime n’attirent guère l’attention des historiens actuels, hormis l’historiographie des guerres de l’Ouest20.

  • 21 Voir J.-F. Sirinelli, Les babys-boomers, Paris, Fayard, 2003, Avant-propos, p. 9-27.
  • 22 Ibidem, p. 18-19.

8Les spécialistes d’histoire contemporaine mènent depuis déjà plusieurs décennies – Jean-François Sirinelli en particulier21 – une réflexion sur le concept de « génération » se rattachant à l’interrogation de l’ensemble des sciences sociales sur la légitimité de l’usage d’une telle notion et sur son caractère opératoire. Pour ces historiens, « une génération n’existe que lorsque la classe d’âge qui la constitue est devenue un alliage forgé par l’histoire22 ». Bien plus que du nombre, l’identité naît donc en elle d’une confrontation à l’histoire, des évènements vécus comme acteurs, adversaires ou témoins, des transformations voulues ou subies. Dans le cas présent, celui de jeunes filles issues des élites sociales confrontées à la Révolution française, le chercheur peut-il légitimement raisonner en termes de « génération » ? Qu’elles aient été actrices ou témoins, qu’elles aient été impliquées par choix ou par force dans les évènements, qu’elles aient subi ou adhéré aux transformations politiques, sociales, culturelles et religieuses induites par le processus révolutionnaire, ces femmes ont-elles une identité commune ? En résumé, une unité générationnelle se dégage-t-elle parmi les jeunes femmes dont la destinée a rencontré la période révolutionnaire ? Peut-on repérer, par exemple, une modification sensible de leurs trajectoires individuelles, jusque-là strictement cadrées par les générations précédentes. Autrement dit, les problématiques valables en histoire contemporaine sur la « génération », sont-elles opératoires en histoire moderne, dans ce champ spécifique des jeunes filles nobles ?

9Reste à confronter ces multiples problématiques avec un groupe numériquement solide de femmes issues des élites d’Ancien régime dont la jeunesse a eu pour cadre chronologique la Révolution française.

Rencontre avec un objet : le corpus des demoiselles de Saint-Cyr

  • 23 Les règlements autorisent l’admission entre 7 et 12 ans, mais dans la pratique, l’âge moyen à l’en (...)
  • 24 414 décès en un peu plus d’un siècle, soit une demoiselle sur huit. Voir D. Picco, « Vivre et Mour (...)
  • 25 Voir D. Picco, « Les Dames de Saint-Louis, maîtresses des Demoiselles de Saint-Cyr », in I. Brouar (...)

10L’objet sollicité pour cette confrontation est le corpus des demoiselles de Saint-Cyr. Entre 1686 et 1793, plus de trois mille jeunes filles d’origine noble ont fréquenté cette maison d’éducation fondée par Louis XIV et située à proximité de Versailles. Entrées petites filles23, elles en ressortent, dotées par le roi, à l’âge de vingt ans : leur séjour, d’une durée d’environ dix ans commence donc dans le temps de l’enfance et se poursuit dans celui de la jeunesse. D’emblée, trois remarques liminaires s’imposent : certaines de ces fillettes ne sont jamais sorties de l’établissement, soit parce qu’elles y sont mortes24, soit parce qu’elles sont devenues Dames de Saint-Louis, c’est-à-dire religieuses à Saint-Cyr et, pour la plupart d’entre elles institutrices des générations suivantes25. D’autres ne sont pas restées dix ans ; il y eut des départs anticipés pour diverses raisons (maladies, renvois, reprises par les familles) et surtout, pour la période révolutionnaire, des scolarités écourtées pour plus de deux cents élèves en raison de la fermeture de la maison.

  • 26 Jamais de vacances, quatre visites autorisées par an de leurs parents au parloir, surveillance de (...)
  • 27 Pour la cartographie du recrutement, voir D. Picco, « Origines géographiques des demoiselles de Sa (...)

11Ce corpus de sexe féminin présente des éléments de cohérence, qui justifient son utilisation ici comme base d’expérimentation. La plus forte est d’ordre culturel. Toutes de confession catholique, ces jeunes filles ont reçu la même instruction religieuse, la même éducation intellectuelle, manuelle et artistique. Cette formation acquise au cours d’une scolarité inhabituellement longue pour l’époque a eu pour cadre une institution confortable coupée du monde par la clôture et l’absence de retour dans les familles26. Elles sont donc toutes passées par le même « moule » d’une éducation socialement et sexuellement distinctive, tant en termes d’objectifs, de contenus ou de devenirs. Un peu plus faible est l’identité sociale car si, théoriquement, elles sont toutes issues d’une noblesse pauvre, la réalité fut bien plus nuancée. À côté de familles aisées usant de leurs relations pour obtenir une place, la pauvreté de la plupart est toute relative. Il ne s’agit pas de familles misérables mais de lignages désargentés – souvent des branches cadettes – qui se sentent dans la gêne par rapport à d’autres, ce qui renvoie plus à un problème de représentation intra-nobiliaire que d’indigence réelle. Enfin, l’identité la plus faible au sein du groupe est d’ordre géographique car si dans les premières décennies suivant la création de l’institution, l’écrasante majorité des admises est originaire du quart nord-ouest de la France (Bassin parisien, Normandie et Picardie), avec le temps, le recrutement se déplace des territoires proches de l’institution et du centre du pouvoir politique, à la France entière – y compris aux régions périphériques et frontalières27. Au XVIIIe siècle, la situation de Saint-Cyr est donc exceptionnelle sur ce point puisque seuls les plus prestigieux des collèges de garçons, tel Juilly, ont un recrutement aussi large. Un tout petit groupe de fillettes – moins de 3 % – est même né hors de France métropolitaine, dans des enclaves territoriales, aux colonies ou encore dans des pays étrangers. La rapidité avec laquelle les élites nobiliaires des territoires annexés – Lorraine et Corse – y envoient leurs filles suggère que placer une fille dans cette école permettait aux familles de montrer leur fidélité à leur nouveau prince et/ou de s’intégrer plus rapidement à la noblesse française.

  • 28 Les Dames de Saint-Louis ont accepté en avril 1791 des prêtres jureurs en remplacement des lazaris (...)
  • 29 Le décret de l’Assemblée constituante du 26 septembre 1791 maintient les établissements d’éducatio (...)

12Dans les premiers mois de la Révolution, la Maison de Saint Louis jouit d’une tranquillité relative et se croit à l’abri des vicissitudes du temps grâce à la protection royale. Pourtant dès 1790, les nuages s’accumulent : les vœux de religion sont supprimés en février, les preuves de noblesse indispensables à l’admission, en mars ; les biens fonciers de la communauté sont mis en vente à partir d’octobre. Privé de ressources, Saint-Cyr subsiste pourtant28, en tant qu’institution éducative en une période où la création d’une instruction publique piétine29. Le 9 août 1792, Louis XVI signe le dernier brevet d’admission de Françoise Félicité de Michaut Montespin, née à Toulon en 1782 : elle ne reste que quelques mois dans la maison.

  • 30 Jusqu’au 10 août, Saint-Cyr pouvait compter sur le soutien de la municipalité et, dans une moindre (...)
  • 31 Voir en particulier le mémoire qu’il adresse le 5 décembre 1792 au Comité d’instruction publique. (...)

13L’avenir s’assombrit rapidement après la chute de la monarchie. Le 18 août, un décret de la Convention abolit les dernières congrégations, même enseignantes, tout en encourageant les personnels à continuer, à titre individuel, à instruire les enfants et en conservant des places gratuites pour des élèves des deux sexes. Quelques jours plus tard, l’administration du district de Versailles place des gardes à l’entrée des bâtiments, exige la remise des registres de preuves de noblesse des demoiselles et fixe la procédure de sortie30. Six mois durant, Astruc, intendant de la maison, tente de convaincre le ministre de l’intérieur Roland et le Comité d’instruction publique de la nécessité de maintenir cet établissement au nom de son utilité31. Rien n’y fait : le 16 mars 1793 le décret de suppression tombe avec ordre d’évacuation des locaux. La dernière élève part le 27 avril et les Dames restantes quelques jours plus tard.

Les apports d’une étude quantitative

Détermination de l’échantillon

  • 32 52 décès à Saint-Cyr même et quatre à l’extérieur.

14Au sein du corpus des demoiselles, ont été retenues toutes les demoiselles ayant été « jeunes filles » pendant la Révolution française, en optant pour la période comprise entre 15 et 25 ans. Quinze ans correspond, selon les démographes, à l’âge moyen de la puberté au XVIIIe siècle, vingt-cinq à la majorité d’alors mais également à l’âge médian au mariage des anciennes demoiselles de Saint-Cyr, tout au long du siècle d’existence de la maison. Entre 1789 et 1799, 514 fillettes, nées entre 1764 et 1782 – et non 1784 à cause de l’arrêt du recrutement en août 1792 – répondent à ce critère. Ont été exclues celles qui sont mortes pendant leur scolarité, sur place ou dans leur famille où quatre étaient retournées pour raison de santé32 : subsiste donc un échantillon dénommé « Génération Révolution » composé de 448 individus. Comme les plus jeunes sortent de l’enfance au fil des dix années révolutionnaires, tandis que, dans le même temps, d’autres accèdent à l’âge adulte, la multiplication des angles d’observations était nécessaire afin de déterminer d’éventuelles différences entre elles, en fonction de leur âge précis au moment des événements, qu’ils soient nationaux ou internes à l’histoire de la maison.

15Pour retrouver le rythme décennal d’une génération, trois groupes ont été délimités en fonction de trois moments de l’histoire nationale ou propre à l’institution. La génération de 1789 est composée des 254 qui, nées entre 1764 et 1774, ont, cette année-là, entre 15 et 25 ans. Celle de 1793, année de la fermeture de Saint-Cyr mais aussi de la Grande terreur, rassemble 261 demoiselles nées entre 1768 et 1778. Enfin, la génération de 1799 est constituée des 224 jeunes filles qui ont, au moment où la Révolution se termine, entre 15 et 25 ans. Pour retrouver les cadences spécifiques à l’institution, trois autres groupes ont été déterminés. Le premier, correspondant aux sorties à la suppression, de septembre 1792 à mars 1793, rassemble 247 jeunes filles et fillettes nées entre 1772 et 1782. Le deuxième réunit toutes celles qui ont effectué une scolarité complète à Saint-Cyr : sont dans ce cas 224 fillettes, nées entre 1764 et 1773 ; à une année près, elles coïncident avec la génération 1789. Le troisième est formé des 224 qui ont connu une scolarité plus courte (de quelques mois à moins de dix ans) en raison de la fermeture de la maison : nées entre 1774 et 1782, elles sont identiques aux membres de la génération 1799. Au total, l’échantillon « Génération Révolution » peut donc être étudié à partir de six approches différentes, en totalité ou à travers cinq groupes de taille à peu près similaire.

Nom du groupe

Effectif

Années de naissance

Génération Révolution

448

1764-1782

Génération 1789

254

1764-1774

Génération 1793

261

1768-1778

Génération 1799 et scolarité incomplète

224

1774-1782

Sorties à la suppression*

247

1772-1782

Scolarité complète

224

1764-1773

* Ce groupe contient des enfants de moins de 15 ans
Tableau 1. – Angles d’observation du corpus « Génération Révolution ».

  • 33 J.-F. Sirinelli, Les babys-boomers…, op. cit., p. 16.

16In fine, et à des fins de comparaison, il a été nécessaire de constituer des groupes de taille analogue parmi les générations précédentes. Deux ensembles de jeunes filles ont été retenus, les générations 1715 et 1763 ; la première rassemble 286 demoiselles nées entre 1690 et 1700 et la seconde, un peu plus abondante, 301 nées entre 1738 et 1748. Le choix de 1715, année charnière dans l’histoire du royaume, répond à la volonté d’exclure la période où l’établissement vécut à l’ombre de Versailles, tout en incluant une époque où l’influence de Madame de Maintenon, morte en 1719, est prégnante. Celui de 1763 est à la fois significatif dans l’histoire du royaume mais également dans celui de l’institution : en cette année de la signature du traité de Paris, la présentation des états de service du père dans les armées royales devient obligatoire pour toutes des candidates à l’admission à Saint-Cyr. L’objectif est ici de distinguer d’éventuelles mutations à long terme – de type structurel – de celles qui résultent du seul épisode révolutionnaire et, de reconstituer, comme le suggère Jean-François Sirinelli, « une démarche à chronologie variable, réinsérant les objets étudiés dans plusieurs temporalités imbriquées33 ».

De maigres informations

  • 34 54 % très exactement.

17Si le destin de plus de la moitié de l’ensemble des anciennes demoiselles a laissé une trace dans les archives34, les différences sont sensibles d’une période à une autre : ainsi, au XVIIIe siècle, les générations de la Révolution sont les plus mal connues.

Graphique 1. – Informations disponibles sur le devenir des anciennes demoiselles de Saint-Cyr au cours du XVIIIe siècle.

18En observant les échantillons internes à la Révolution, la chute des indications relatives au sort des anciennes pensionnaires est très nette.

Graphique 2. – Informations disponibles sur le devenir des anciennes demoiselles selon les générations de la Révolution.

  • 35 Ces registres s’accompagnent de nombreux documents justificatifs. ADY, D 177 à 180 et D 183 à 201.
  • 36 Les registres couvrant les années 1786-1791 ayant été perdus, il faut s’appuyer, pour cette périod (...)
  • 37 Ces dossiers, rassemblant les papiers afférant à la procédure de départ des élèves, ont été consti (...)
  • 38 F. Vindry, Les demoiselles de Saint-Cyr (1686-1793), Paris, Champion, 1908.

19Avant d’analyser les informations recueillies, quelques remarques sur les sources s’imposent. Pour suivre ces jeunes filles après leur sortie de Saint-Cyr au moment où, au fil de la période révolutionnaire, elles s’établissent, plusieurs types de documents sont disponibles. Les premiers sont les registres de dotation notifiant le versement par l’établissement d’une dot de 3 000 livres à chaque ancienne élève, théoriquement à l’âge de 20 ans, mais parfois avec plusieurs années de retard35. Ces documents mentionnent l’état de l’ancienne élève au moment où elle-même, sa famille, son époux, son couvent ou son chapitre, reçoit la dot. Or, cette source d’information disparaît au milieu de l’année 1791, puisque, faute de moyens, la maison ne peut plus verser cette somme36. Les dossiers des demoiselles sorties au moment de la suppression de l’institution ou dans les mois précédents – à partir de l’automne 1792 – n’indiquent jamais de projet d’établissement, mais fournissent en revanche des renseignements inconnus pour les périodes précédentes, c’est-à-dire le lieu de retour de chacune et le nom de la personne qui la prend en charge37. À la fin du XIXe siècle, un historien, Fleury Vindry, a mené une grande enquête auprès des familles des anciennes élèves qui lui permit de faire figurer, dans son ouvrage prosopographique sur les demoiselles, des informations inédites, en particulier sur le devenir des anciennes38. Les grands dictionnaires de la noblesse, nombre de monographies familiales et autres ouvrages de généalogie complètent parfois la documentation. Au total, la moisson s’avère pourtant relativement pauvre : si le destin de certaines demoiselles retenues pour la présente étude est partiellement connu, pendant et après la Révolution, cela se limite le plus souvent au mariage (date, nom de l’époux), à l’engagement religieux (date des vœux, nom du couvent), au célibat et/ou au décès (date, lieu).

20À côté de la disparition de la dot liée à la perte des revenus de la maison à cause de la vente de ses propriétés foncières comme biens nationaux, bien d’autres facteurs internes à la Révolution peuvent expliquer la faiblesse des informations disponibles sur ces générations-là. À la fermeture de l’établissement – s’accompagnant donc de la fin de la tenue de ses archives –, et à la désorganisation administrative entraînant la dispersion des registres existants, vient s’ajouter la situation nouvelle née de la suppression de la noblesse. Le départ de certains de ses membres en émigration, l’engagement de nombre d’entre eux dans les révoltes de l’Ouest, les persécutions, les exécutions brisèrent bien des familles dans leur chair, mais aussi dans leur mémoire. Autant d’éléments qui ne facilitent pas le travail de l’historien cherchant à reconstituer ces destinées féminines dans une période aussi troublée.

Quelques résultats

  • 39 Rappelons qu’à côté d’un peu moins de deux tiers de jeunes filles, ce groupe comprend des fillette (...)

21Après leur sortie, les élèves dont la trajectoire est la mieux connue ont quitté Saint-Cyr entre juillet 1792 et avril suivant, soit lors de la fermeture de l’établissement ou dans les mois précédents39. La procédure administrative prévoit qu’elles soient reprises par leur famille et, par conséquent, quel que soit leur âge, elles ne partent jamais seules ; l’institution ne fait donc aucune différence à ce moment-là entre celles qui sont encore enfants et les jeunes filles. Près de la moitié des démarches de sorties est effectuée par des parents proches le plus souvent le père ou la mère.

Graphique 3. – Liens entre les demoiselles et leur accompagnateur (juillet 1792-avril 1793).

  • 40 Pour plus de détails sur le départ des dernières demoiselles, se reporter à D. Picco, « Le retour (...)

22Si aucun des deux parents ne peut se déplacer, un tiers – dit procurateur externe – issu ou non du milieu familial, muni d’une procuration, est autorisé à prendre la demoiselle en charge et à la raccompagner à son domicile, le plus souvent là où elle est née ou non loin de là40.

Graphique 4. – Destinations des demoiselles à leur sortie de Saint-Cyr (juillet 1792-avril 1793).

  • 41 36 % de destins connus au sein de l’échantillon « Génération Révolution ». Voir graphique 1.
  • 42 Les autres destins figurent sur le graphique no 5.

23Les informations relatives aux destins des autres demoiselles se limitent, le plus souvent, à de bien maigres éléments. Plus de la moitié des jeunes filles nées entre 1764 et 1774 dont le destin est connu41 ont choisi de se marier, 15 % ont pris le voile et autant sont restées célibataires42.

Graphique 5. – Destins des demoiselles de Saint-Cyr nées entre 1764 et 1774.

24Par rapport à la répartition valable pour l’ensemble du corpus des pensionnaires de Saint-Cyr, où certes plus de la moitié des destins est connu, le contraste est frappant : 43 % de religieuses pour 35 % de mariées.

Graphique 6. – Destins des demoiselles de Saint-Cyr (1686-1793).

25Cette nette différence ne saurait uniquement être imputée aux multiples aléas de la période révolutionnaire, elle s’inscrit dans la longue durée, comme le montrent les graphiques valables pour les générations 1715 et 1763.

Graphique 7. – Évolution des destins des demoiselles de Saint-Cyr entre 1715 et la Révolution.

26L’étude comparée entre ces trois groupes montre que les femmes mariées qui passent de 30 % en 1715 à 43,5 % en 1763 augmentent à peine, en proportion, pour la génération Révolution. Dans le même temps, la place des religieuses chute de plus de vingt points entre le début et le milieu du siècle pour ne représenter que 15 % du dernier groupe, certes à une époque où les ordres religieux ont disparu. La désaffection pour la vie monacale, une meilleure prise en compte des aspirations personnelles des jeunes filles par leur famille, ou encore la baisse du nombre des filles en surnombre à placer au couvent en raison du fléchissement de la natalité, se conjuguent pour expliquer une telle évolution. En revanche, imaginer que les jeunes demoiselles de Saint-Cyr aient pu attirer de plus en plus d’hommes à marier au cours du XVIIIe siècle paraît peu crédible : le montant de leur dot, fixé à 3 000 livres en 1686 et jamais réévalué, est devenu bien dérisoire au fil du siècle suivant.

27Au sein des jeunes filles qui ont connu la Révolution, on peut affiner l’observation selon les sous-groupes.

Graphique 8. – Évolution des destins des demoiselles de Saint-Cyr pendant la période révolutionnaire.

28Le mariage continue à progresser, passant de 44 % pour la génération 1789 à plus de 67 % des destins connus pour celle de 1799. La suppression des ordres religieux dès 1790 explique l’effondrement de la proportion des religieuses, celle-ci étant en partie compensée par la hausse du célibat laïc. Les sources, certes lacunaires, ne révèlent qu’un tout petit nombre de célibataires qui, sous la Restauration, prirent le voile.

  • 43 Entre la moitié, pour la génération Révolution, et les trois quarts, pour celle de 1715, des dates (...)

29L’âge au mariage, fin du temps de la jeune fille, est parfois connu43. L’âge moyen est de 26,5 ans pour l’échantillon révolutionnaire, soit identique à celui de l’ensemble du corpus. Les générations 1715 et 1763 semblent pourtant indiquer qu’il y eut des variations dans le temps, mais, il faut se garder d’en tirer des conclusions hâtives en raison de la faiblesse des données.

Nom du groupe

Nombre d’unions observables

Âge moyen au mariage

Génération Révolution

46

26,5 ans

Ensemble du corpus

333

26,5 ans

Génération 1715

26

29 ans

Génération 1763

53

25,5 ans

Tableau 2. – Évolution de l’âge moyen au mariage des anciennes demoiselles de Saint-Cyr.

30Grâce aux trois générations internes à la décennie révolutionnaire, les observations peuvent être plus fines, à condition d’interpréter avec précaution les rares renseignements récoltés.

Nom du groupe

Nombre d’unions observables

Âge moyen au mariage

Génération Révolution

46

26,5 ans

Génération 1789

27

28 ans

Génération 1793

22

27,5 ans

Génération 1799

20

24,5 ans

Tableau 3. – Évolution de l’âge moyen au mariage des anciennes demoiselles de Saint-Cyr au cours de la période révolutionnaire.

  • 44 Cinq unions avant 1789 et vingt-sept après 1799.

31D’après ces chiffres, les générations 1789 et 1793 auraient donc vu une accentuation du retard de l’âge au mariage, peut-être imputable aux circonstances. Les unions apparaissent plus précoces dans le dernier groupe. S’agit-il là encore d’un signe des temps, notamment d’une émancipation des unions par rapport aux contraintes familiales ? Rappelons aussi que la génération 1799 correspond à celle des demoiselles qui ont vécu une scolarité incomplète : les sept admises de 1792 ont, par exemple, séjourné moins d’un an dans l’institution. Déjà peu marquées par l’éducation reçue derrière ces murs, elles n’ont sans doute pas fréquenté ensuite d’autres structures ni même bénéficié des leçons d’un précepteur à domicile, compte tenu des évènements politiques et familiaux liés à la Révolution : elles pouvaient donc convoler rapidement. Les dates de mariage disponibles révèlent aussi que si la période révolutionnaire n’a pas empêché quatorze jeunes filles de prendre époux, plus de la moitié d’entre elles l’ont fait entre 1800 et 182544. Les événements auraient donc été peu propices aux unions matrimoniales, les retardant dans le temps. Mais, là encore, cela n’est peut-être qu’un effet de source, les dates postérieures à la tourmente étant mieux conservées que les précédentes.

32Dernière information exploitable, la date du décès, avec comme présupposé qu’étant nobles, ces anciennes demoiselles de Saint-Cyr auraient pu alors périr jeunes dans les prisons ou sous le couperet de la guillotine. Or, si la Révolution paraît avoir influer sur l’âge au mariage, il n’en est rien pour les décès.

Nom du groupe

Nombre de décès observables

Âge moyen au décès

Génération Révolution

75

63,5 ans

Ensemble du corpus

216

59,5 ans

Génération 1715

37

55,5 ans

Génération 1763

57

55,5 ans

  • 45 Ont été exclues toutes les élèves mortes au cours de leur scolarité.

Tableau 4. – Évolution de l’âge moyen au décès des anciennes demoiselles de Saint-Cyr45.

  • 46 Elles sont mortes entre 18 et 32 ans.
  • 47 Elle avait épousé en 1809, Théophile Prosper Lecoy de la Manche. Cf. F. Vindry, op. cit., p. 217 ; (...)

33La période révolutionnaire s’inscrit dans la continuité d’un siècle d’allongement de la durée de la vie et aucune différence n’est perceptible au sein des trois générations internes à l’échantillon global. Dans ce dernier, et parmi les soixante-quinze décès répertoriés, seuls six interviennent entre 1791 et 179846 – dont un seul en 1794 – alors que la moitié des autres se situe entre 1837 et 1869. Trente anciennes élèves de Saint-Cyr sont mortes à plus de 80 ans, dont Charlotte Éléonore de Haly la Thomasserie, dernière survivante connue des demoiselles, morte à Château-Renault en septembre 1869, à plus de 90 ans47. Compte tenu des informations disponibles, l’incidence de la Révolution semble donc avoir été faible sur la mortalité de ces femmes.

34Pour une étude sérielle, même partielle, les informations s’arrêtent là. Ce que les demoiselles sont devenues ensuite reste un mystère pour les trois quarts d’entre elles. Pour en savoir plus, une longue enquête de terrain serait à mener à travers les dépôts d’archives départementaux et des fonds privés pouvant être détenus par les familles de descendants.

Des trajectoires individuelles

  • 48 J.-F. Sirinelli, Les babys-boomers, op. cit., p. 14.

35Si, faute de sources suffisantes, l’étude sérielle des destins des élèves de Saint-Cyr devenues jeunes filles pendant la Révolution donne des résultats somme toute assez limités, le corpus peut se prêter à une autre forme d’histoire faite de juxtaposition de cas individuels. Comme le postule cette méthode, utilisée aussi en histoire contemporaine, grâce à ces « agrégats de vies privées48 », et si la documentation le permet, il est possible de rapprocher des récits en pointillé, avec le dessein d’y trouver les traces d’une identité générationnelle.

Le mariage ou rien d’autre ?

  • 49 Née à Tourville en Auge en janvier 1777, elle y meurt en 1856. Elle quitta Saint-Cyr au début du m (...)
  • 50 Cf. F. Vindry, op. cit., p. 319-320, et Abbé Tricoire, « Maillou et ses possesseurs depuis le XVe (...)

36Sur les quatre-vingt-six mariages répertoriés avant, pendant et après la Révolution, trois ont été multiples. Jeanne de Pellegars Malortie, une normande âgée de seize ans au moment de la suppression de Saint-Cyr, se marie une première fois en 1808, à 31 ans, avec Charles Michel de Roussel du Pré puis, une seconde fois, sept ans plus tard avec Jean-Baptiste Couyère49. Adélaïde de Juglard Limerac (1779-1865) quitte quant à elle Saint-Cyr en décembre 1792 en compagnie de sa petite sœur et d’un administrateur des messageries et maître des postes d’Angoulême ; elle épouse en premières noces Mathurin Rambaud de la Brunelière en 1813, puis – veuve depuis six ans – elle se remarie avec Philippe de Saint-Gresse50.

  • 51 Quatre-vingt-quatre patronymes pour soixante-douze prénoms.
  • 52 Quarante-six exactement.
  • 53 On connaît cette information pour douze individus seulement.
  • 54 Cf. F. Vindry, op. cit., p. 400.
  • 55 Cf. F. Vindry, op. cit., p. 30.
  • 56 Généalogie et histoire de la Caraïbe, bulletin no 7, juillet-août 1989, p. 46.

37À côté de l’identité de l’époux – nom et moins souvent prénom51 – la date de plus de la moitié des mariages est connue52 et, très rarement, l’âge du marié ou sa date de naissance53. La faiblesse des informations incite donc à la plus grande prudence au regard des remarques suivantes. Au moment de la cérémonie nuptiale, l’âge moyen de ces hommes est de 32 ans et demi – soit six ans de plus que leurs épouses – avec un écart moyen entre les conjoints de onze ans, chiffre qui masque de profondes différences entre les unions. Adélaïde de Juglard Limerac, déjà citée, a vingt-deux ans de moins que son époux ; Anne Marie Henriette de Tilly (1771-1838) cousine du mémorialiste, sortie de Saint-Cyr en 1791, épouse en 1810, Clair de La Touche, un noble normand de onze ans son aîné54. La même différence d’âge sépare Louise Marie Jeanne de Bailly Saint Marc (1778-1859) de Louis Charles de Longueval d’Haurecourt (1769-1863)55. L’union de Louise Charlotte de La Broue Vareilles (1769-1829) avec Pierre Alexandre de Céris (1771-1850), de trois ans son cadet, semble donc très originale56.

  • 57 Parmi eux, figurent trois comtes, un marquis, un baron et trois chevaliers de Saint Louis.
  • 58 Cette information provient d’une lettre de Mlle Louise du Pac à Mme du Chassan. Cf. F. Vindry, op. (...)
  • 59 Selon une lettre datée du 10 mai 1801de Mlle Louise de Pac à Mme du Chassan et citée par F. Vindry (...)
  • 60 Les deux autres sont les cousines Casabianca : Marie Anne née en 1777 épouse de Philippe Jean Suzz (...)
  • 61 Grande duchesse de Toscane en 1809, elle meurt non loin de Trieste en 1820 après avoir eu au moins (...)

38Soixante-dix patronymes des maris contenant une particule laissent augurer d’une extraction noble : la plupart de ces femmes auraient donc choisi leur conjoint, pendant ou après la Révolution, dans les anciennes élites nobiliaires57. Parmi la minorité, sans doute d’origine roturière, retenons un cabaretier épousé par une demoiselle bretonne, Charlotte de Baudéan58. Quant à Marie Anne Adélaïde de Forbin Gardanne (1766-1801), de bonne noblesse provençale, sortie de Saint-Cyr en 1788, elle épouse, à l’âge de 28 ans, peu après Thermidor, un négociant de Carcassonne, payeur général, connu en la ville pour ses 24 000 livres de rente, Louis Vincent Roux Peyrusse59. Trois demoiselles corses ayant quitté la maison royale lors de sa fermeture ont épousé des Corses ; parmi elles, Marie-Anne (Élisa) Bonaparte (1777-1820)60. En 1797, alors âgée de 20 ans, elle épouse Félix Bacciochi, un pauvre capitaine de quinze ans de plus qu’elle : un mariage d’amour peu au goût de son frère61.

  • 62 Cf. F. Vindry, op. cit., p. 255, et AD Vienne, État civil de Poitiers.
  • 63 Cf. F. Vindry, op. cit., p. 285, et AD Vienne, État civil de Poitiers.
  • 64 En 1789, deux Bretonnes d’à peine vingt ans entament un noviciat, Émilie Collas de la Baronnais le (...)
  • 65 Six demoiselles ont pris le voile dans la décennie 1780. Toutes ont plus de vingt-cinq ans en mars (...)
  • 66 En 1794, 1799 et 1801, la date du mariage des trois autres étant inconnue.

39Exceptionnelles sont les anciennes demoiselles qui, comme Marie de Liniers du Breuil (1765-1824) visitandine à Poitiers jusqu’à son décès, ont repris le voile après la Révolution62. C’est en la même ville que mourut en 1867 sans alliance et en odeur de sainteté, à 90 ans, Marie Madeleine de Mondion ; elle avait quitté Saint-Cyr à 17 ans en 179363. Aucune information n’est disponible sur le destin des dernières novices64, à peine plus sur les toutes jeunes religieuses65. Enfin, les sources attestent que trois des six chanoinesses de fraîche date se marièrent pendant la Révolution66 ce qui n’est pas propre à cette période : déjà auparavant, il était fréquent que les chanoinesses se marient.

Vivre la Révolution

  • 67 Cf. F. Vindry, op. cit., p. 340 et archives de la famille d’Iray.

40L’impact direct des événements révolutionnaires sur la vie de ces jeunes filles est cependant peu mesurable. Un certain nombre d’anciennes demoiselles ont sans doute émigré à l’instar de Geneviève le Prévost d’Iray (1764-1829) et de son incroyable destin. Avec une de ses sœurs, elle a parcouru une partie de l’Europe déguisée en paysanne afin de rejoindre en Prusse son père et ses deux frères, officiers de Condé. Elles y ont vécu dans les privations et ne sont rentrées en France qu’en 1802 date à laquelle elles ont retrouvé leur mère et deux autres de leurs sœurs, Marie Félicité, née en 1778 – elle aussi ancienne demoiselle – et Henriette Scolastique, éduquée à la maison noble de Vernon. Entre-temps, ces dernières avaient fondé un petit pensionnat, sans doute à Châteaudun67.

  • 68 Cf. F. Vindry, op. cit., p. 41 et 42.
  • 69 Le père avait émigré, son épouse choisit de demander la dissolution de leur mariage – ce qu’elle o (...)
  • 70 Cf. F. Vindry, op. cit., p. 102 et 103.
  • 71 Idem p. 188.

41Le plus souvent, semble-t-il, les anciennes demoiselles n’ont pas quitté la France. Native de Béthune, Isabelle de Beaulaincourt (1764-1802) se marie quatre ans après sa sortie de Saint‑Cyr, en 1788, avec Louis François de Paule Tillette de Mautort. La Révolution venue, son mari émigre seul, à une date inconnue. En 1794, l’un de ses cousins, Théodore Jean Joseph de la Porte Remaisnil, l’épouse après l’avoir persuadée de la mort de Monsieur de Tillette. De cette nouvelle union naissent deux enfants avant le retour d’émigration du premier mari en 180268. En tant que parentes d’émigrés, certaines de ces demoiselles ont été par ailleurs arrêtées et incarcérées. Ainsi, Marguerite Thérèse de Vassal Montviel, revenue en Périgord au printemps 1793 à l’âge de dix-huit ans a-t-elle passé un an et demi dans les prisons de Bergerac avec sa mère, Marie de Raoul, et quatre de ses frères et sœurs69. Quant à Jeanne de Cardaillac (1768-1837) elle connut pendant la Terreur les prisons de Martel, avec son frère, cinq de ses sœurs et plusieurs cousins70. Cependant, parmi les jeunes filles de la génération étudiée, une seule exécution, quelques jours avant Thermidor, est attestée : celle de Marie de Frasans, épouse de Villard, 30 ans71. Le chef d’accusation demeure inconnu : parenté avec des émigrés, engagement dans la contre-révolution ou encore simple suspicion comme membre de la noblesse ?

  • 72 Cf. F. Vindry, op. cit., p. 45, et Amédée de Béjarry, Souvenirs vendéens, Janzé, Y. Salmon, 1981, (...)

42Aucun témoignage ne subsiste de la vie – clandestine, si elles étaient à leurs côtés – des femmes ou sœurs de militaires des armées de l’Ouest comme l’étaient les frères d’Agathe et Émilie Collas de la Baronnais. On en sait un peu plus sur Françoise de Bejarry (1774-1846), sœur d’Amédée, officier aux côtés de Royrand puis de Charrette. Il vient lui-même la chercher à Saint-Cyr en septembre 1792 ; elle et ses sœurs le suivent lorsque l’armée vendéenne passe la Loire. Elle réussit à se cacher après la bataille de Savenay puis revient en Vendée après la signature du traité de la Jaunaye en février 1795, dont son frère est l’un des négociateurs. Elle s’installe ensuite avec lui au château de la Roche Louherie près de Luçon où elle passa le reste de ses jours sans contracter d’alliance72.

  • 73 Ch. Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, Par (...)
  • 74 Cf. Séquestres révolutionnaires, ADY 3Q 80.
  • 75 Cf. Ch. Mullié, op. cit., notice Sainte Suzanne, t. II, p. 520-521.
  • 76 Cf. F. Vindry, op. cit., p. 91, et AD Aube, État civil de Poivres.
  • 77 En particulier le père de Marie Anne, Raphaël de Casabianca (1738-1825). Cf. Ch. Mullié, op. cit.,(...)

43Parmi ces femmes, rares ont été celles que l’on peut classer aujourd’hui dans le camp des partisans de la Révolution, non pas tant d’ailleurs en fonction de leurs choix personnels que de ceux des hommes de leur famille. Sophie de Hédouville (1765-1823), a-t-elle partagé l’engagement de son frère, Gabriel Marie (1755-1825), célèbre général qui s’illustra à Valmy et connut les prisons de la Terreur avant d’accomplir une brillante carrière militaire jusqu’à la Restauration73 ? On peut en douter, car ayant pris le voile à Saint-Cyr en 1788, elle fait sans doute partie des défenseurs de la vieille religion. Après la fermeture de Saint-Cyr, retirée à Laon, arrêtée, elle se fait connaître des autorités par de multiples demandes d’assistance : en 1793, son indigence est même signalée par un représentant en mission74. Même interrogation en ce qui concerne Geneviève Françoise (1765-1855) et Angélique Sophie (1774-1825) Bruneteau de Sainte Suzanne toutes deux sorties de Saint-Cyr en mars 1793 et sœurs du général des armées révolutionnaire, consulaire et impériale, rallié à Louis XVIII75. Avec de maigres ressources, l’aînée vécut, célibataire, en compagnie d’une autre sœur, Rose, à Poivres (Aube), son village natal ; la seconde s’était mariée, à une date inconnue, avec Charles de Baleine Ambreville76. Les hommes de la famille des cousines Casabianca, déjà citées, ont été généreusement récompensés, par Napoléon, comme nombre de nobles corses, pour les services rendus aux armées77. On peut penser que les femmes en étaient également redevables à l’Empereur, mais ce ne sont ici que des suppositions. La tradition de service de l’État aux armées fut en tout cas perpétuée puisqu’un des fils de Marie-Anne, Pierre Jean Suzzoni (1818-1870) mourut à la bataille de Reichshoffen.

  • 78 Marie Florence de Valori, épouse de Mazin (1727-1794) exécutée comme mère d’émigré ; Marie Marthe (...)
  • 79 Marguerite Charlotte de Houx Hauterive, née en 1750, mariée depuis 1788 à Maurice Louis Joseph d’É (...)
  • 80 Marie Élisabeth, née à Périgueux en 1748, sauva une seconde fois, après sa mère (née du Lau d’Alle (...)
  • 81 Cf. F. Vindry, op. cit., p. 302.

44Il faudrait bien sûr comparer les effets de la Révolution sur les générations ayant quitté antérieurement Saint-Cyr ce qui suppose une étude de grande envergure très éloignée du propos sur la jeunesse des années révolutionnaires. Signalons cependant, au vu des maigres informations disponibles, que l’impact des évènements paraît avoir été plus fort sur les femmes adultes. Quatre têtes d’anciennes demoiselles sont tombées en 1794, celles de femmes âgées de 44 à 67 ans78, dont l’épouse du général vendéen d’Elbée79. Une autre y échappa de justesse : Marie Elizabeth Chevalier de Cablant a 43 ans en 1792 lorsqu’elle fait un long séjour en prison comme sœur d’émigré80. À côté des effets de la guillotine, les troubles religieux expliquent bien des parcours de ces femmes dont le mariage, en 1794, de Marie de Mussey Pathay (1760-1847) une ancienne chanoinesse – et tante du poète – avec un prêtre oratorien défroqué natif de la Rochelle, Paul Rodrigue, son cadet de cinq ans. Une union sans doute mal assortie qui se solda, quelques années plus tard, par un divorce81.

45En s’appuyant sur des sources diverses, cette proposition d’étude de jeunes filles nobles, sorties de la Maison royale de Saint-Cyr et confrontées à la période révolutionnaire, montre les limites de l’application de problématiques d’histoire contemporaine aux périodes antérieures et cela principalement en raison de sources trop lacunaires. On retiendra tout de même qu’au-delà de cas isolés, l’impact du processus révolutionnaire semble faible dès que les échantillons sont numériquement significatifs. La Révolution ne paraît pas avoir notablement modifié les trajectoires traditionnelles de ces jeunes filles nobles. Certes, elle accentue les évolutions en cours par la fin momentanée de la vie religieuse et offre quelques originalités quant aux âges au mariage et aux dates d’union. Certaines anciennes élèves se sont mariées plus jeunes mais plutôt après la Révolution que pendant, ce qui n’est pas forcément contradictoire compte tenu des écarts d’âge au sein de l’échantillon retenu.

46Finalement, à de rares exceptions près – mais nous passons là dans l’anecdotique –, ces femmes dont la jeunesse et/ou le début de l’âge adulte s’est déroulé pendant les années révolutionnaires ne semblent pas avoir connu un destin fondamentalement différent de celui des générations précédentes de demoiselles sorties de Saint-Cyr au terme d’une scolarité complète. L’éducation reçue qui, pour certaines, s’est limitée aux quelques bribes apportées par un bref séjour dans l’institution, est-elle responsable de cette stabilité, comme pourrait le laisser croire certains auteurs du XIXe siècle ? N’est-ce pas plutôt un effet de source ou encore un indice supplémentaire des pesanteurs sociales qui pèsent sur le statut et la place des femmes dans la société française de part et d’autre de l’épisode révolutionnaire ? L’enquête reste à poursuivre, en particulier du côté des archives familiales, mais à une échelle plus vaste permettant de dépasser la juxtaposition de monographies afin d’approfondir la réflexion sur un possible « effet de génération » parmi les femmes nobles ayant vécu la période révolutionnaire.

Notes

1 G. Levi et J.-C. Schmitt, Histoire des jeunes en Occident, t. I, Paris, Seuil, 1996, p. 7.

2 J.-C. Schmitt, « L’invention de l’anniversaire », Annales HSS, juillet-août 2007, p. 793-835.

3 O. Christin, « L’enfance, temps délicat et changeant », dans O. Christin et B. Hours, Enfance, assistance et religion, Hommages à Jean-Pierre Gutton, Lyon, Chrétiens et Sociétés, Documents et Mémoires, no 4, 2006, p. 7 à 16. Voir aussi l’étude pionnière de J.-R. Gillis, Youth and history : tradition and change in European age relations, 1770-present, New York, Academic Press, 1974.

4 O. Christin, op. cit., p. 8.

5 L’expression « lorsque l’enfant grandit » a été choisie comme titre d’un colloque consacré à cet âge de la vie qui s’est tenu en Sorbonne en 2000. J.-P. Bardet, J.-N. Luc, I. Robin-Romero et C. Rollet (dir.), Lorsque l’enfant grandit. Entre dépendance et autonomie, Paris, PUPS, 2003.

6 « Jeunesse, cette partie de la vie de l’homme, qui est entre l’enfance et l’âge viril. »

7 Voir M. Perrot, « La jeunesse ouvrière : de l’atelier à l’usine », in G. Levi et J.-C. Schmitt, op. cit., t. II, p. 122.

8 En particulier dans l’École des femmes et dans Le malade imaginaire. Voir M. Bernos, « La jeune fille en France à l’époque classique », Clio, no 4/1996.

9 Y. Knibiehler, M. Bernos, E. Ravoux-Rallo, E. Richard, De la pucelle à la minette. Les jeunes filles de l’âge classique à nos jours, Paris, Messidor/Temps Actuels, 1983.

10 Une partie des communications proposées lors de ce colloque a été publiée sous le titre : Girls, girlhood and girls’s studies, Amsterdam, Het Spinhuis publishers, 1994.

11 Clio, no 4/1996.

12 Voir Cathy Mac Clive, « L’âge des fleurs : le passage de l’enfance à l’adolescence dans l’imaginaire médical du XVIIe siècle », in A. Defrance, D. Lopez, Fr-J. Ruggiu (dir.), Regards sur l’enfance au XVIIe siècle, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2007, p. 172-185, et du même auteur Bleeding Flowers and Warning Moons : A History of Menstruation in France, c. 1495-1761, Université de Warwick, avril 2004.

13 Voir J.-P. Bardet, « Qui étaient ces filles qui se mariaient jeunes ? », in J.-P. Bardet, J.-N. Luc, I. Robin-Romero et C. Rollet, Lorsque l’enfant grandit, op. cit., p. 33-54.

14 Y. Knibiehler, « État des savoirs. Perspectives de recherche. », Clio no 4/1996, http//clio.revues.org/document439.html.

15 « Le politique au féminin est une figure de l’impensé ou, plus précisément de l’impensable pour la plupart des contemporains. » Le texte intégral de ce débat a été publié dans Les femmes dans l’histoire, Les Rendezvous de l’histoire, Blois, 2004, Éd. Pleins Feux, 2005. Voir aussi M. Riot-Sarcey, « Les femmes dans l’histoire ou la représentativité en question » dans Avenirs et avant-gardes en France (XIXe-XXe), Hommage à Madeleine Reberioux, Paris, La Découverte, 1999, p. 109, et N. Zemon-Davis, « La femme au politique », dans G. Duby, M. Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, t. III : XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Perrin, 2002, p. 213-232.

16 Voir, par exemple, O. Blanc, Marie-Olympe de Gouges : une humaniste à la fin du XVIIIe siècle, Paris, Éditions René Viénet, 2003.

17 D. Godineau, Citoyennes tricoteuses : les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution française, Paris, Perrin, 2004.

18 J.-C. Martin, La révolte brisée. Femmes dans la Révolution française et l’Empire, Paris, Armand Colin, 2008.

19 G. Murphy, Rose Lauray, religieuse poitevine, 1752-1835 : féminité, religion et Révolution dans le Poitou, La Crêche, Geste, 2002 ; Les religieuses dans la Révolution française, Paris, Bayard, 2005, et Le peuple des couvents : religieuses et laïques du diocèse de Poitiers sous l’Ancien régime, La Crêche, Geste, 2007.

20 I. Soulard, Les femmes dans les Guerres de Vendée, La Crêche, Geste, 2006.

21 Voir J.-F. Sirinelli, Les babys-boomers, Paris, Fayard, 2003, Avant-propos, p. 9-27.

22 Ibidem, p. 18-19.

23 Les règlements autorisent l’admission entre 7 et 12 ans, mais dans la pratique, l’âge moyen à l’entrée est de 10 ans.

24 414 décès en un peu plus d’un siècle, soit une demoiselle sur huit. Voir D. Picco, « Vivre et Mourir à Saint‑Cyr de 1686 à 1793 », Lorsque l’enfant grandit…, op. cit, p. 135-156.

25 Voir D. Picco, « Les Dames de Saint-Louis, maîtresses des Demoiselles de Saint-Cyr », in I. Brouards-Arends et M.-E. Plagnol-Dieval (dir.), Femmes éducatrices au Siècle des Lumières, Rennes, PUR, 2007, p. 273-287.

26 Jamais de vacances, quatre visites autorisées par an de leurs parents au parloir, surveillance de la correspondance à l’entrée et à la sortie.

27 Pour la cartographie du recrutement, voir D. Picco, « Origines géographiques des demoiselles de Saint-Cyr (1686-1793) », in C. Grell et A. Ramière de Fortanier (dir.), L’éducation des jeunes filles nobles en Europe XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, PUPS, 2004, p. 107-126.

28 Les Dames de Saint-Louis ont accepté en avril 1791 des prêtres jureurs en remplacement des lazaristes attachés à la maison qui refusaient de prêter serment. L’institution n’a pas échappé cependant à une perquisition, au lendemain de la fuite à Varennes, car la rumeur prétendit que la reine y avait caché des bijoux. Voir Th. Lavallée, Histoire de la maison royale de Saint-Cyr (1686-1793), Paris, Furne, 1853.

29 Le décret de l’Assemblée constituante du 26 septembre 1791 maintient les établissements d’éducation dans leur situation. Voir D. Julia, Les trois couleurs du tableau noir, la Révolution, Paris, Belin, 1981, préface, p. 5 à 17.

30 Jusqu’au 10 août, Saint-Cyr pouvait compter sur le soutien de la municipalité et, dans une moindre mesure, du directoire du district de Versailles. La chute de la monarchie et la proclamation de la République y entraînent un changement rapide de personnel et les hommes nouveaux ne lui sont guère favorables. Voir Th. Lavallée, op. cit., p. 257 et suiv.

31 Voir en particulier le mémoire qu’il adresse le 5 décembre 1792 au Comité d’instruction publique. Mémoire donné au Ministre de l’intérieur par le citoyen Astruc Intendant de la Maison de St Louis à St Cyr pour satisfaire à la demande du Comité d’instruction publique de la Convention nationale, décembre 1792. Séquestres révolutionnaires, Archives départementales des Yvelines (ci-après ADY), 3Q80.

32 52 décès à Saint-Cyr même et quatre à l’extérieur.

33 J.-F. Sirinelli, Les babys-boomers…, op. cit., p. 16.

34 54 % très exactement.

35 Ces registres s’accompagnent de nombreux documents justificatifs. ADY, D 177 à 180 et D 183 à 201.

36 Les registres couvrant les années 1786-1791 ayant été perdus, il faut s’appuyer, pour cette période, sur d’autres archives du fonds Saint-Cyr des Archives départementales des Yvelines attestant du paiement de la dot.

37 Ces dossiers, rassemblant les papiers afférant à la procédure de départ des élèves, ont été constitués par un archiviste ou par un érudit sans doute au cours du XIXe siècle. Séquestres révolutionnaires, ADY, 3Q79 et 3Q80.

38 F. Vindry, Les demoiselles de Saint-Cyr (1686-1793), Paris, Champion, 1908.

39 Rappelons qu’à côté d’un peu moins de deux tiers de jeunes filles, ce groupe comprend des fillettes (112 ont moins de quinze ans) qui font partie de la génération 1799.

40 Pour plus de détails sur le départ des dernières demoiselles, se reporter à D. Picco, « Le retour en province des demoiselles de Saint-Cyr (1792-1793) ». À paraître en 2009 dans Provinciales. Mélanges offerts à Anne-Marie Cocula, PUB.

41 36 % de destins connus au sein de l’échantillon « Génération Révolution ». Voir graphique 1.

42 Les autres destins figurent sur le graphique no 5.

43 Entre la moitié, pour la génération Révolution, et les trois quarts, pour celle de 1715, des dates de mariage sont connues. Dans ces cas-là, on peut donc calculer l’âge au mariage de la demoiselle.

44 Cinq unions avant 1789 et vingt-sept après 1799.

45 Ont été exclues toutes les élèves mortes au cours de leur scolarité.

46 Elles sont mortes entre 18 et 32 ans.

47 Elle avait épousé en 1809, Théophile Prosper Lecoy de la Manche. Cf. F. Vindry, op. cit., p. 217 ; Borel de Hauterive, Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines d’Europe, Paris, 1843, et AD Indre-et-Loire, État civil de Château-Renault.

48 J.-F. Sirinelli, Les babys-boomers, op. cit., p. 14.

49 Née à Tourville en Auge en janvier 1777, elle y meurt en 1856. Elle quitta Saint-Cyr au début du mois de mars 1793 en compagnie de trois autres demoiselles originaires des mêmes contrées, accompagnée de la mère de l’une d’entre elles. Cf. F. Vindry, op. cit., p. 319-320, et AD Calvados, État civil de Tourville.

50 Cf. F. Vindry, op. cit., p. 319-320, et Abbé Tricoire, « Maillou et ses possesseurs depuis le XVe siècle », Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente, 1901-1902, p. 70-74.

51 Quatre-vingt-quatre patronymes pour soixante-douze prénoms.

52 Quarante-six exactement.

53 On connaît cette information pour douze individus seulement.

54 Cf. F. Vindry, op. cit., p. 400.

55 Cf. F. Vindry, op. cit., p. 30.

56 Généalogie et histoire de la Caraïbe, bulletin no 7, juillet-août 1989, p. 46.

57 Parmi eux, figurent trois comtes, un marquis, un baron et trois chevaliers de Saint Louis.

58 Cette information provient d’une lettre de Mlle Louise du Pac à Mme du Chassan. Cf. F. Vindry, op. cit., p. 37.

59 Selon une lettre datée du 10 mai 1801de Mlle Louise de Pac à Mme du Chassan et citée par F. Vindry, op. cit., p. 181.

60 Les deux autres sont les cousines Casabianca : Marie Anne née en 1777 épouse de Philippe Jean Suzzoni, président de la Cour de Bastia et Maria Antonia, sa cadette de quatre ans mariée à un de Casella. Cf. F. Vindry, op. cit., p. 106, et généalogie de Suzzoni.

61 Grande duchesse de Toscane en 1809, elle meurt non loin de Trieste en 1820 après avoir eu au moins cinq enfants. Il lui survécut un peu plus de vingt ans.

62 Cf. F. Vindry, op. cit., p. 255, et AD Vienne, État civil de Poitiers.

63 Cf. F. Vindry, op. cit., p. 285, et AD Vienne, État civil de Poitiers.

64 En 1789, deux Bretonnes d’à peine vingt ans entament un noviciat, Émilie Collas de la Baronnais le 27 août et Agathe René Le Mintier de la Motte Basse en novembre. Les pièces de sortie attestent que la première quitte la maison au printemps 1793 en compagnie de sa petite sœur de onze ans, Agathe Renée, élève en la maison ; elles partent en direction de la Baronnais, non loin de Saint-Malo. En avril 1791, une autre jeune fille Marie Hélène Louise de Cairon, est – selon les listes de sortie – « admise à la liste des institutrices », statut qui remplace celui de religieuse après la suppression des ordres. Voir Séquestres révolutionnaires, ADY 3Q79 et 3Q80.

65 Six demoiselles ont pris le voile dans la décennie 1780. Toutes ont plus de vingt-cinq ans en mars 1793. Les deux plus jeunes sont Jeanne de Verteuil Maleret et Sophie Catherine de Hédouville (1765-1823). La première, née à Sainte-Croix-du-Mont en 1764, fille du Baron Marc Antoine de Verteuil, marquis de Maleret (1718-1803), prononça ses vœux en avril 1786 et demeura à Saint-Cyr jusqu’à la fermeture en mars 1793, date à laquelle elle dit se retirer à Versailles. On perd sa trace ensuite. La seconde se retire à Laon, non loin de son lieu de naissance. Voir Séquestres révolutionnaires, ADY 3Q79 et 3Q80.

66 En 1794, 1799 et 1801, la date du mariage des trois autres étant inconnue.

67 Cf. F. Vindry, op. cit., p. 340 et archives de la famille d’Iray.

68 Cf. F. Vindry, op. cit., p. 41 et 42.

69 Le père avait émigré, son épouse choisit de demander la dissolution de leur mariage – ce qu’elle obtint – pour sauver les biens de la famille. Cf. Ch. Dauchez, « Femmes et conservations du patrimoine familial dans le Périgord révolutionnaire », in Le château au féminin, Rencontres d’Archéologie et d’Histoire en Périgord, Périgueux, septembre 2003, Bordeaux, Ausonius, 2004, p. 206-218.

70 Cf. F. Vindry, op. cit., p. 102 et 103.

71 Idem p. 188.

72 Cf. F. Vindry, op. cit., p. 45, et Amédée de Béjarry, Souvenirs vendéens, Janzé, Y. Salmon, 1981, réimpression de l’édition de 1884.

73 Ch. Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, Paris, Poignavant, 1851, notice Hédouville, t. II, p. 55.

74 Cf. Séquestres révolutionnaires, ADY 3Q 80.

75 Cf. Ch. Mullié, op. cit., notice Sainte Suzanne, t. II, p. 520-521.

76 Cf. F. Vindry, op. cit., p. 91, et AD Aube, État civil de Poivres.

77 En particulier le père de Marie Anne, Raphaël de Casabianca (1738-1825). Cf. Ch. Mullié, op. cit., notice Casabianca, t. I, p. 265 et 266.

78 Marie Florence de Valori, épouse de Mazin (1727-1794) exécutée comme mère d’émigré ; Marie Marthe d’Artigues, épouse Maron (1747-1794), Marguerite Scolastique de Cholet Longeaux (1750-1794) guillotinée le même jour que son mari Henri Gédeon de Condé Avocourt à Saint Mihiel, le 1er août 1794. Cf. F. Vindry, op. cit., p. 409, 20 et 126.

79 Marguerite Charlotte de Houx Hauterive, née en 1750, mariée depuis 1788 à Maurice Louis Joseph d’Élbée est morte sur l’échafaud à Noirmoutier en janvier 1794, quelques jours après lui. Cf. F. Vindry, op. cit., p. 227.

80 Marie Élisabeth, née à Périgueux en 1748, sauva une seconde fois, après sa mère (née du Lau d’Allemans) le château de la Pécoulie de la mise sous séquestre en 1793. Cf. Ch. Dauchez, op. cit., p. 216.

81 Cf. F. Vindry, op. cit., p. 302.

Table des illustrations

Légende Graphique 1. – Informations disponibles sur le devenir des anciennes demoiselles de Saint-Cyr au cours du XVIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99188/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Graphique 2. – Informations disponibles sur le devenir des anciennes demoiselles selon les générations de la Révolution.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99188/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Graphique 3. – Liens entre les demoiselles et leur accompagnateur (juillet 1792-avril 1793).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99188/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Graphique 4. – Destinations des demoiselles à leur sortie de Saint-Cyr (juillet 1792-avril 1793).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99188/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Graphique 5. – Destins des demoiselles de Saint-Cyr nées entre 1764 et 1774.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99188/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Graphique 6. – Destins des demoiselles de Saint-Cyr (1686-1793).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99188/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Graphique 7. – Évolution des destins des demoiselles de Saint-Cyr entre 1715 et la Révolution.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99188/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Graphique 8. – Évolution des destins des demoiselles de Saint-Cyr pendant la période révolutionnaire.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99188/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540