Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesse(s) et élites

 | 
Christine Bouneau
, 
Caroline Le Mao

Troisième partie. La jeunesse et le renouvellement des élites

Lorsque la politique devient une affaire de famille : renouvellement et/ou reproduction des élites gouvernantes ? L’exemple des dynasties électives sous la Ve République

Gwénael Lamarque

Texte intégral

  • 1 Lamarque (G.), Histoire, mémoire et cultures politiques : essai d’analyse à partir de l’exemple fr (...)

1L’élection du fils de l’actuel président de la République dans le canton de Neuilly-Sud lors des dernières élections cantonales, au-delà des multiples rebondissements médiatiques qu’il a pu susciter ça et là, a surtout mis en lumière une pratique somme toute courante – pour ne pas dire banale – sous la Ve République : celle d’une succession politique à l’intérieur d’une même famille. En reprenant l’un des corpus opératoires de travaux précédents1, recensant près de quatre cent personnalités politiques françaises de toutes tendances confondues, ayant toutes eu en commun d’exercer des responsabilités nationales, on se rend compte que presque un quart d’entre elles possède un parent préalablement engagé dans la vie publique, ce qui les fait donc perpétuer une certaine tradition familiale.

2Dans un colloque qui se donne pour objectif de comprendre et d’analyser les relations complexes qui existent entre les élites et la jeunesse ; et dans un atelier plus spécifiquement consacré aux problématiques du renouvellement, cette communication se propose de nuancer la dichotomie plus ou moins sous entendue dans le synopsis scientifique de cette rencontre entre renouvellement et reproduction. À travers effectivement la notion de « dynasties » ou de « lignées » républicaines, il conviendra de montrer les liens complexes unissant renouvellement des élites et autoreproduction socioculturelle dans le contexte familial, et voir comment le premier peut d’une certaine manière provenir du second.

  • 2 On pense par exemple au livre de Paul Baquiast sur la Dynastie de la bourgeoisie républicaine des (...)
  • 3 Voir à ce propos l’article de Louis Chauvel, L’âge de l’Assemblée (1946-2007), dans le magazine en (...)

3Le concept dynastique, qu’il faut manier avec précaution, n’est pas neuf en histoire politique, même s’il a plutôt tendance à s’appliquer à des périodes plus reculées ou des domaines différents (histoire économique, culturelle etc.). Cependant, même en démocratie des lignages républicains existent et perdurent, comme le confirme une littérature de plus en plus abondante à cet égard, dont on peut seulement regretter qu’elle ne s’intéresse pas assez à l’époque très contemporaine2. Dans sa définition littérale, une dynastie est la succession des membres d’une même famille à la tête de la même fonction ou d’un même poste. Relativement large et ouverte, cette définition ne précise pas à partir de combien de personnes commencent en réalité ce qu’on entend par dynastie. Si l’on s’en tient aux différents ouvrages à ce sujet, on peut avancer l’idée qu’en République, une dynastie commence à partir de deux membres engagés simultanément ou successivement dans l’action publique, ce qui offre un panel assez large d’exemples et autant d’études de cas potentielles. La notion de jeunesse reste aussi floue puisqu’elle est susceptible d’interprétations différentes. Si dans un sens biologique, elle désigne le moment particulier compris entre l’enfance et la maturité supposée de l’âge adulte ; dans un sens plus sociologique, elle peut aussi désigner une génération par rapport à une autre. Dans une vie publique française réputée pour sa moyenne d’âge relativement élevée3, cette nuance polysémique revêt une réelle importance, puisqu’il n’est pas rare de considérer un quadragénaire ou un quinquagénaire comme jeune ; alors qu’au regard du reste de la société, il serait plutôt dans la force de l’âge. Au fond – on le comprend bien – cette notion de jeunesse est relativement subjective et fluide, surtout lorsqu’on l’anticipe dans une optique purement politique.

4C’est en prenant en compte l’ensemble de ces pesanteurs qu’il s’agit d’aborder les relations qu’entretiennent jeunes et anciennes élites à travers le prisme si particulier des dynasties électives à la française, en s’intéressant dans un premier temps aux linéarités et aux complexités de la transmission des valeurs dans ce cadre précis ; puis ensuite aux diverses modalités du passage de témoin c’est-à-dire lors de la succession à un poste, une fonction ou un fief entre deux membres d’une même famille.

Entre continuités et ruptures familiales : la transmission d’une culture politique en question

  • 4 Chantal Rodet, La Transmission dans la famille : secrets, fictions et idéaux, Paris, L’Harmattan, (...)

5En dirigeant courant 2003 une vaste recherche européenne sur la notion de transmission dans la famille, réunissant autant de chercheurs en sciences humaines et sociales qu’en médecine ou encore en psychologie, Chantal Rodet a particulièrement bien mis en perspective les complexités et les méandres liés à la transmission « des secrets, des fictions et des idéaux » à l’intérieur de la cellule familiale4. Environnement originel de l’individu, la famille joue un rôle structurant de première importance dans la construction de sa personnalité et au-delà de son identité politique, en lui fournissant plus ou moins implicitement, plus ou moins volontairement des normes sociales à travers son éducation, qui deviennent à terme son héritage culturel. Cette transmission des valeurs peut non seulement s’étendre dans le temps, mais aboutir à des résultats parfois contradictoires. On répertorie ainsi trois grands cas de figures : d’une part des transmissions de type rectiligne, où le descendant épouse la totalité ou du moins l’essentiel des valeurs de son ascendant parental ; d’autre part, des transmissions plus en nuances et plus conflictuelles se déroulant par opposition aux valeurs véhiculées par le microcosme familial ; enfin des transmissions partielles qui ne se bornent qu’à la diffusion d’un certain savoir faire ou d’un sens de l’État, qui exclut toute référence idéologique.

  • 5 Pour une vision globale de ce phénomène est à mentionner l’excellent ouvrage encyclopédique de Bri (...)

6Le premier cas précité est de loin le plus répandu – dans le corpus étudié – puisqu’il concerne en moyenne plus de 85 % des lignées républicaines, et touche toutes les grandes cultures politiques françaises sans exception. Les exemples sont légions tant à droite avec les Debré, les Poniatowski, les de Gaulle ou encore les Giscard ; mais aussi au centre avec les Barrot, Méhaignerie ou Robien ; ainsi qu’à gauche avec les Masse, Madrelle, Mitterrand, Thorez ou encore Gosnat dans la région parisienne. Il ne convient pas d’en proposer ici une liste exhaustive, mais seulement de donner quelques témoignages pertinents, symboles de l’intégration de cet héritage familial5. Lors d’un échange par exemple avec Jean-Louis Debré, ce dernier stipule sans détour :

  • 6 Courrier du 2/12/2004.

« Naturellement, le poids de ma famille a joué un rôle très important dans mon engagement politique. Ma famille a été marquée par des moments importants de notre histoire nationale (Affaire Dreyfus, défaite de 1870 et humiliation de 1940). C’est l’histoire d’une famille marquée non pas par le nationalisme, mais par un authentique patriotisme […]. Cette rencontre avec l’histoire de notre pays, ces personnalités qui furent des proches de mon grand père paternel (Péguy-Valéry-Mauriac…) l’engagement de mon père dans la Résistance intérieure puis sa rencontre avec De Gaulle, dès le lendemain de la guerre, ont naturellement marqué mon enfance et influencé mon itinéraire politique6. »

  • 7 Philippe de Gaulle, De Gaulle mon père, Paris, Plon, 2003, 578 p.
  • 8 Renaud Muselier, L’amiral Muselier, Paris, Perrin, 2000, 260 p.

7Les livres récents de Philippe de Gaulle sur son père7 ou de Renaud Muselier sur son grand père8 sont aussi les reflets parmi tant d’autres de cette parenté mémorisée. Mais c’est aussi le cas pour des familles peut-être moins connues comme celle du centriste Pierre Méhaignerie ou du socialiste Jean Glavany, dont les grands-parents respectifs ont occupé des fonctions électives au niveau local. Pierre Méhaignerie évoque ainsi sa filiation dans les premières pages d’un ouvrage qu’il publie à la veille de l’élection présidentielle de 1995 :

  • 9 Pierre Méhaignerie, Aux Français qui ne veulent plus être gouvernés de haut, Paris, Plon, 1995.

« J’avais 5 ans quand la politique s’est introduite pour la première fois dans ma vie. C’était au sortir de la guerre à l’été 1945. Pierre Henri Teitgen alors ministre de la Justice passa toute une journée à la maison pour convaincre mon père – le fils du Maire de la commune, mon grand-père – de s’engager dans la vie politique et de rejoindre la liste MRP à l’occasion des élections législatives. […] Mon père très réticent finit par se laisser convaincre. Il fut élu député quelques mois plus tard. Il devait rester l’élu de la même circonscription jusqu’en 19689. »

  • 10 Robert Hue, Il faut qu’on se parle, Paris, Stock, 1997, 177 p.
  • 11 Daniel Vaillant, C’est ça ma gauche, Paris, Plon, 2001, 220 p.
  • 12 Claude Estier, La plume au poing, Paris, Stock, 1977, 364 p.

8En dépassant le cadre étroit des dynasties politiques, on peut avancer l’idée que la famille reste le lieu privilégié de transmission d’une culture politique et de valeurs qui s’y rattachent et ce dès le plus jeune âge. L’ancien Premier secrétaire du PCF, Robert Hue rappelle ainsi dans l’un de ses livres « être issu d’une famille de militants communistes » lui ayant permis « de prendre naturellement le chemin d’abord des jeunesses communistes puis du Parti10 ». Daniel Vaillant, ancien ministre et député socialiste de Paris, revendique quant à lui très ouvertement ses origines prolétaires à la base même de son engagement à gauche11 ; tout comme Claude Estier qui évoque « son père et ses cousins », alors « adhérents à la SFIO parlant avec respect de Léon Blum12 ». Max Gallo, lui aussi, évoque constamment l’importance de son père italien, socialiste et pacifiste dans son engagement :

  • 13 Max Gallo, La gauche est morte. Vive la gauche !, Paris, Odile Jacob, 1990, 223 p.

« Je porte en moi une mémoire. Celle des enthousiasmes de mon père, fils d’émigré italien, ouvrier à onze ans – c’était en 1904 – défendant Jean Jaurès contre ceux qui voulaient l’empêcher de prendre la parole à Nice – c’était en 1914 – membre du Parti socialiste à la veille de la Première Guerre mondiale, puis l’un de ces révoltés anonymes de la flotte de la mer Noire, qui en 1919 affirmèrent leur solidarité avec la Révolution russe. […] Je suis le fils d’un homme humilié. Le plus juste, le plus généreux des pères. Un ouvrier. Un militant. Avec la foi, dans la tête et le cœur, qu’un jour enfin les hommes seraient libres. […] Il était la gauche. […] Ma vie, si elle a un sens, ce fut de lui être fidèle. D’effacer ses humiliations de pauvre et de lui montrer que celui auquel il avait donné son nom, raconté tant de fois les histoires de son enfance, de sa guerre, expliqué le monde, montré l’injustice et enseigné la lucidité et la révolte, pouvait lui rendre une fierté de père ce qu’il avait payé depuis sa jeunesse13. »

9Dans ce cas de figure très précis, la jeunesse fait donc figure d’un moment d’apprentissage, qui par la suite agit telle une caisse de résonance par rapport aux valeurs et conceptions de la/ou des génération(s) précédente(s). Le renouvellement générationnel des élites ne s’accompagnant donc aucunement d’une évolution idéologique ou politique, mais plutôt d’une certaine fidélité.

  • 14 Jean-Paul Huchon, Jours tranquilles à Matignon, Paris, Grasset, 1993, 279 p.
  • 15 Anicet Le Pors, Contradictions, Paris, Messidor, 1984, 247 p.

10Ces transmissions ne sont cependant ni automatiques, ni rectilignes. Sans pour autant tenter d’appliquer à la politique le complexe d’Œdipe, il arrive pourtant qu’une affirmation identitaire se réalise par opposition à son milieu initial. Les exemples dans ce sens sont là aussi assez nombreux, même s’ils ne représentent en réalité qu’une faible minorité des cas répertoriés (moins de 15 % en moyenne). Le socialiste Jean-Paul Huchon, actuel président du Conseil régional d’Île-de-France, évoque ainsi souvent « sa route brinquebalante », alors « que son grand-père maternel, militant du Sillon, était secrétaire perpétuel de l’Association des Amis de Marc Sangnier » et que le reste de sa famille était séduite par les feux du gaullisme14. Le communiste Anicet Le Pors le rejoint d’une certaine manière en rappelant dans un essai qu’il fait paraître en 1984 son enfance bretonne baignée par le militantisme chrétien de sa famille15. L’écologiste Noël Mamère évoque lui aussi assez facilement l’ambiance relativement conservatrice de son foyer familial et ses nombreuses polémiques avec ses parents :

  • 16 Noël Mamère, Mes vertes années, Paris, Fayard, 2002, 250 p.

« De politique, il n’était rarement question chez nous, car mes parents, de droite, n’en avait pas la culture. Ils achetaient que Sud-Ouest, dont ils se servaient ensuite pour nettoyer les carreaux de la vitrine. […] Les Mamère une famille idéale ? Sûrement pas. Des polémiques, il y en avait, sur de nombreux sujets. Tous plus futiles les uns que les autres. Il ne se passait pas un dimanche sans qu’il y ait un drame […]16. »

11Plus subtil et pendant longtemps beaucoup plus discret à cet égard, François Mitterrand évoque seulement à la fin de sa vie son véritable univers familial, en confiant par exemple à Élie Wiesel, être issu « d’un milieu de la droite traditionnelle ». Bref, nouant le plus souvent une conflictualité dans les relations familiales, ce genre de transmission prend donc les aspects d’une rupture générationnelle et même d’une cassure avec la tradition familiale : jeunesse rimant de ce point de vue avec contestation plus ou moins feutrée et plus ou moins assumée.

  • 17 Michel Poniatowski, Cartes sur table, Paris, Fayard, 1974, 251 p.
  • 18 Gilles de Robien, Atout cœur, Amiens, Éditions républicaines, 1988.

12La transmission à l’intérieur d’une famille peut être aussi, celle du sens de l’engagement et/ou du service de l’État, comme auprès de certaines grandes lignées aristocratiques. Michel Poniatowski évoque ainsi assez facilement ses « ancêtres », qui depuis 1040 servent la France et l’Europe17 ; tout comme d’ailleurs mais de manière plus anecdotique, Gilles de Robien, qui aime rappeler que « sa famille a servi le pays dès le XVIIe siècle18 ». Plus que du sens de l’État, il peut aussi s’agir de la transmission d’un certain savoir faire. Jean-Marcel Jeanneney ancien ministre du général de Gaulle l’évoque parfaitement dans ses Mémoires, lorsqu’il se penche sur les destins croisés de son père et de son fils tous deux engagés en politique :

  • 19 Jean-Marcel Jeanneney, Une mémoire républicaine, Paris, Seuil, 1997, 353 p.

« C’est utile lorsque, avec un intervalle de temps, un fils ayant déjà fait ses preuves autrement se consacre à des tâches politiques comme son père l’avait fait avant lui, en ayant eu le privilège d’une grande intimité avec celui-ci. Ainsi, peut-il connaître par avance ce que sont les arcanes de la vie politique, être prévenu de ses tentations, de ses dangers, de ses servitudes. Lorsque, en janvier 1959, je suis entré au gouvernement du général de Gaulle, mon père était malheureusement mort depuis un peu plus d’un an. Bien souvent, j’ai regretté de ne pouvoir lui demander conseil. Mais dans mon action gouvernementale et politique, j’ai toujours eu son exemple présent dans mon esprit19. »

13La famille demeure donc un lieu privilégié de transmission de certaines valeurs politiques ou à défaut d’un certain savoir faire politique, que cela se réalise d’ailleurs par adhésion ou en opposition avec le microcosme familial.

Le moment de la succession : les dynasties électives à la française sont-elles de nouvelles féodalités républicaines ?

14Dans les rapports existant entre « jeunes » et « anciennes » élites à l’intérieur des dynasties républicaines, un deuxième moment important s’ouvre lors du passage de témoin, c’est-à-dire lors de la succession à proprement parler à une fonction ou à un fief entre les deux membres d’une même famille.

15Multiforme dans ses expressions, les modalités de cette succession varient considérablement selon qu’il y ait ou non une onction électorale immédiate. Dans un premier cas, on peut répertorier des successions se déroulant dans les sphères dorées et feutrées des palais de la République, où le simple tissu relationnel permet d’imposer sa progéniture. Hubert Védrine raconte ainsi son entrée dans le cercle rapproché de François Mitterrand :

  • 20 Hubert Védrine, Les mondes selon François Mitterrand, Paris, Fayard, 1996, 784 p.

« D’une certaine façon, mes relations avec François Mitterrand remontent à plusieurs années avant ma naissance, quand mon père et lui se sont liés d’amitié, une amitié fraternelle et pure. […] C’est grâce et avec lui que je l’ai rencontré […] quoi qu’il en soit être avec François Mitterrand devenait une fin en soi, le fil d’Ariane de ma vie20. »

16Martine Aubry doit aussi beaucoup à son père, Jacques Delors, dans son entrée en 1975 au ministère du Travail et des Affaires Sociales ; tout comme Dominique de Villepin, lorsque Alain Juppé le choisit – sur proposition de son père – pour devenir son directeur de cabinet au Quai d’Orsay en 1993. Bref parmi les grands commis de l’État et dans les couloirs des ministères règne une ambiance assez mandarinale.

17Le deuxième modèle existant résulte quant à lui de la transmission d’un fief électoral. Dans un schéma traditionnel, il peut s’agir d’une circonscription électorale plus spécifiquement législative. Quelques exemples sont bien connus, comme la troisième circonscription du Puy-de-Dôme en Auvergne, où se succèdent presque sans interruption depuis quatre générations la famille Giscard d’Estaing et ses branches collatérales : Agénor Bardoux, Jacques Bardoux, puis Valéry Giscard d’Estaing et enfin son fils Louis. Juste à côté, la première circonscription de Haute Loire, est celle où s’est succédé sans discontinuer de 1945 à 2004 la famille Barrot père et fils. C’est aussi le cas de la huitième circonscription des Bouches-du-Rhône, où le député socialiste Marius Masse, ayant lui-même succédé à son père Jean Masse, cède en 2002 sa place à son fils Christophe. Mais c’est aussi le cas du XVIIe arrondissement de Paris, où Françoise de Panafieu devient députée de la même circonscription électorale que ses deux parents François et Hélène Missoffe. Lorsqu’il n’existe pas à proprement parler de fief électoral certains bénéficient des réseaux et de l’influence d’une parenté au niveau local ou national. Ainsi, Jean-Pierre Raffarin doit beaucoup à son père, député de la Vienne et secrétaire d’État à l’agriculture sous la IVe République, pour son implantation dans le paysage politique poitevin. C’est notamment grâce à lui qu’il devient en 1977 conseiller municipal de Poitiers, puis qu’il entame sa carrière régionale. Dans une autre mesure, Jean-Louis Debré n’a pas trop de mal à obtenir en 1986 une circonscription d’adoption dans l’Eure ; tout comme Gilbert Mitterrand, qui se fait élire député de la Gironde dans la foulée de l’élection de son père en juin 1981. On retrouve bien entendu de telles pratiques à tous les niveaux de la vie publique comme à l’échelle des municipalités, la notion de fief se transformant ici plutôt en celle de charge élective. Il n’est ainsi pas rare de retrouver sur les listes municipales les membres de dynasties municipales, même si le code électoral français (article L228, alinéa 3) en limite le nombre, les cas parisiens et marseillais devant être de ce point de vue examinés à la loupe.

18Conformément aux grandes caractéristiques de notre vie publique, le moment de la succession est quant à lui généralement tardif. Si la plupart des héritiers ont effectivement une sensibilisation précoce à la chose publique, qui se concrétise dans moins d’un cas sur deux par l’engagement dans un parti politique aux alentours de la vingtaine, ils n’accèdent véritablement aux responsabilités grosso modo qu’à la quarantaine. En reprenant ainsi l’exemple de la dynastie socialiste des Masse à Marseille, Jean – le grand-père – a été élu député pour la première fois à l’âge de 45 ans en 1954, son père alors conseiller d’arrondissement et adjoint au Maire l’ayant propulsé à sa place ; Marius – le père – devient quant à lui député à 40 ans en 1981 ; Christophe – le fils – lui succède en 2002 alors qu’il est âgé de 39 ans. Si on voit bien à travers cet exemple qu’il y a une diminution graduelle de l’âge auquel les héritiers arrivent aux responsabilités, il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’un âge relativement avancé dans l’optique particulière de ce colloque sur la jeunesse, mais qui confirme bien les difficultés à manier ce concept en politique. Cependant, même avancée, cette moyenne d’âge reste d’une dizaine d’années plus précoce que celle répertoriée chez celles et ceux qui ne bénéficient pas d’un parent engagé préalablement en politique. Certaines exceptions comme Laurent Dominati ou avant lui Jacques Barrot, tous deux députés à la trentaine, confirment à leur manière cette mobilité intergénérationnelle plus rapide que dans le reste de la vie publique.

19Dans les successions, rien n’est aussi rectiligne qu’on veut bien l’entendre et plusieurs cas de figure sont aussi possibles.

20Tout d’abord des successions plébiscitées ou du moins avalisées par les électeurs (la majorité des cas) et dont le nouveau titulaire revendique très ouvertement sa filiation avec son prédécesseur. En reprenant l’exemple de la famille Masse à Marseille, Christophe note dans sa profession de foi en 2002 et en 2007 (comme son père vingt-et-un ans plutôt), « être issu d’une famille dont le grand-père et le père furent des parlementaires » et revendique facilement être « fils et petit-fils de député ». On retrouve de telles postures chez les Debré (plutôt Jean-Louis que Bernard), mais aussi dans d’autres dynasties plus locales comme celle des Pintat en Gironde, où le fils Xavier, actuellement sénateur UMP du Médoc, évoque ainsi le prisme paternel :

  • 21 Courrier électronique du 11/05/2007.

« Mon père m’a poussé à me présenter aux élections cantonales de 1988. Dans cette campagne, j’ai bénéficié des conseils de Jean-Pierre Raffarin, ami de longue date de mon père. J’avais un nom. Ma jeunesse et ma personnalité ont fait le reste. […] Dans la suite de ma vie publique, mon père est toujours resté pour moi une référence. […] Sa succession s’est par la suite déroulée sans difficulté particulière. […] Je suis évidemment son héritier sans qu’il ne m’ait à proprement parlé de léguer un fief. Ce n’est pas forcément facile. Quand vous êtes le fils de votre père, vous arrivez avec un nom. L’enjeu est de parvenir à se faire un prénom21. »

  • 22 Propos tenus lors d’un entretien en octobre 2006 sur le site Internet : www.reconstruirelagauche.f (...)
  • 23 Propos recueillis dans la presse locale et repris par la presse nationale, dont L’Humanité en date (...)
  • 24 Voir à ce propos l’article d’Antoine Guiral, « Dominati père et fils, strapontins et prébendes en (...)

21Il arrive cependant qu’une prise de distance volontaire s’opère. Elle peut matérialiser soit un droit d’inventaire politique vis-à-vis de l’héritage familial ; soit plus simplement l’affirmation de sa propre personnalité. Il est d’ailleurs intéressant de constater qu’on retrouve ce phénomène auprès des fils de deux anciens présidents de la République. Gilbert Mitterrand, même s’il est lui-même administrateur de l’Institut François Mitterrand, ne se considère pas comme « la conscience de la pensée mitterrandienne, ni comme le dépositaire de celle-ci22 » ; tout comme Louis Giscard d’Estaing qui répète à qui veut l’entendre « lui, c’est lui et moi, c’est Louis23 ». Il arrive enfin que ces successions se passent plus mal et se placent donc sous le signe de la conflictualité à l’intérieur d’une même famille. L’exemple le plus troublant est celui de la famille Ceccaldi-Raynaud dans la ville de Puteaux dans les Hauts-de-Seine, où la fille Joëlle est en guerre ouverte contre son père Charles, ancien maire de la commune, auquel elle a succédé en 2004 à l’âge de 53 ans, et qui veut lui-même récupérer la mairie bien qu’il soit âgé de 82 ans ; son petit-fils Christophe, âgé de la trentaine se situant en embuscade. On retrouve ce cas de figure mais dans une moindre mesure à Perpignan, où le passage du témoin entre Paul Alduy et son fils Jean-Paul en 1993 s’est déroulé non sans crispation, surtout qu’il s’accompagnait en plus d’un changement d’étiquette politique (de gauche vers la droite) et que le nouveau maire portait un regard critique sur les dernières années de mandature de son père. Il arrive aussi qu’une dynastie républicaine se confonde avec un système et là il faut se tourner vers l’exemple parisien et plus précisément le IIIe arrondissement de la capitale où évolue la famille Dominati. Le journal Libération n’hésite pas à parler à ce sujet de « Dominastie24 », et assimile volontiers ce néologisme à l’histoire d’un clan d’origine corse (Jacques, Philippe et Laurent) faisant régner depuis plus de quatre décennies un ordre électoral basé sur le clientélisme, les emplois fictifs et les faux électeurs.

  • 25 Jean-Patrice Lacam, La France : une république de mandarins ? Paris, Complexe, 2000.

22En rejoignant pour conclure les pistes de recherches suggérées dans l’intitulé de cet atelier – la jeunesse et le renouvellement des élites – on peut dire, sans trop de surprise, que les relations qu’entretiennent jeunes et anciennes élites dans le cadre si particulier des dynasties électives à la française, sont généralement bonnes. Elles se placent dans la très grande majorité des cas sous le sceau de la continuité tant idéologique qu’électorale, puisque de nombreux jeunes héritiers reprennent avec succès le fief électif de leur parent. Cependant, là encore il ne s’agit pas non plus de tomber dans une conception trop monolithique de ce genre de transmission-succession, puisqu’elles peuvent s’avérer conflictuelles, surtout lorsqu’elles sanctionnent une évolution politique en rupture avec la tradition familiale ou que se mêle en arrière fond une lutte pour le pouvoir. Si les dynasties électives favorisent donc une mobilité, c’est bien celle des générations, les « jeunes » héritiers ou descendants accédant bien plus tôt que leurs congénères à des responsabilités politiques importantes. Cependant dominées par l’autoreproduction culturelle, elles demeurent l’un des principaux freins à la diversification sociale des élites hexagonales, constat depuis longtemps diagnostiqué par le professeur Jean-Patrice Lacam dans son célèbre ouvrage consacré à la République des mandarins25.

Notes

1 Lamarque (G.), Histoire, mémoire et cultures politiques : essai d’analyse à partir de l’exemple français (de 1974 à nos jours), thèse d’histoire sous la direction de Sylvie Guillaume soutenue à l’université de Bordeaux 3, le 22 juin 2006.

2 On pense par exemple au livre de Paul Baquiast sur la Dynastie de la bourgeoisie républicaine des Pelletan (Paris, L’Harmattan, 2000).

3 Voir à ce propos l’article de Louis Chauvel, L’âge de l’Assemblée (1946-2007), dans le magazine en ligne http://www.laviedesidees.fr/en date du 22/10/2007.

4 Chantal Rodet, La Transmission dans la famille : secrets, fictions et idéaux, Paris, L’Harmattan, 2003.

5 Pour une vision globale de ce phénomène est à mentionner l’excellent ouvrage encyclopédique de Brice Soccol et Patrick Lafarge s’intitulant 577 députés à élire paru chez SGPresse en 2007 (772 pages), et qui passe au peigne fin toutes les circonscriptions françaises en relatant leur histoire et leur sociologie, mais aussi l’ensemble des dynasties qui s’y sont succédé.

6 Courrier du 2/12/2004.

7 Philippe de Gaulle, De Gaulle mon père, Paris, Plon, 2003, 578 p.

8 Renaud Muselier, L’amiral Muselier, Paris, Perrin, 2000, 260 p.

9 Pierre Méhaignerie, Aux Français qui ne veulent plus être gouvernés de haut, Paris, Plon, 1995.

10 Robert Hue, Il faut qu’on se parle, Paris, Stock, 1997, 177 p.

11 Daniel Vaillant, C’est ça ma gauche, Paris, Plon, 2001, 220 p.

12 Claude Estier, La plume au poing, Paris, Stock, 1977, 364 p.

13 Max Gallo, La gauche est morte. Vive la gauche !, Paris, Odile Jacob, 1990, 223 p.

14 Jean-Paul Huchon, Jours tranquilles à Matignon, Paris, Grasset, 1993, 279 p.

15 Anicet Le Pors, Contradictions, Paris, Messidor, 1984, 247 p.

16 Noël Mamère, Mes vertes années, Paris, Fayard, 2002, 250 p.

17 Michel Poniatowski, Cartes sur table, Paris, Fayard, 1974, 251 p.

18 Gilles de Robien, Atout cœur, Amiens, Éditions républicaines, 1988.

19 Jean-Marcel Jeanneney, Une mémoire républicaine, Paris, Seuil, 1997, 353 p.

20 Hubert Védrine, Les mondes selon François Mitterrand, Paris, Fayard, 1996, 784 p.

21 Courrier électronique du 11/05/2007.

22 Propos tenus lors d’un entretien en octobre 2006 sur le site Internet : www.reconstruirelagauche.fr.

23 Propos recueillis dans la presse locale et repris par la presse nationale, dont L’Humanité en date du 23/06/2003.

24 Voir à ce propos l’article d’Antoine Guiral, « Dominati père et fils, strapontins et prébendes en tout genre », dans Libération du 4/10/2006.

25 Jean-Patrice Lacam, La France : une république de mandarins ? Paris, Complexe, 2000.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540