Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesse(s) et élites

 | 
Christine Bouneau
, 
Caroline Le Mao

Troisième partie. La jeunesse et le renouvellement des élites

L’implication sportive dans les clubs universitaires et l’accès aux élites sociales

Jean-Paul Callède

Texte intégral

1En France, l’apparition du sport étudiant et sa diffusion progressive peuvent être envisagées comme un aspect du changement social et un trait de la modernisation des universités. L’objectif de l’étude est d’examiner le processus d’intégration de cette catégorie de la jeunesse, que constituent les étudiants « sportifs », à la sphère des élites sociales. Les matériaux exploitables figurent dans des articles de presse, les journaux de clubs ou les plaquettes éditées à l’occasion des dates anniversaires, les dictionnaires biographiques locaux et nationaux, etc. Une série d’entretiens semi dirigés a permis de compléter l’information utile, au niveau des itinéraires individuels.

2C’est Vilfredo Pareto qui, dans son Traité de sociologie générale (1916), a élaboré les premières études de référence sur les élites, avec deux conceptions différentes mais complémentaires l’une de l’autre, que les spécialistes d’aujourd’hui considèrent comme encore pertinentes :

  1. l’élite désigne une catégorie sociale composée d’individus ayant la note la plus élevée dans leur branche d’activité (hommes d’État, savants, artistes, officiers supérieurs…) ;
  2. l’élite est constituée par les individus qui exercent des fonctions dirigeantes. Pareto distingue deux groupes : l’élite gouvernementale (en prise sur la direction de l’État) et l’élite non gouvernementale (dont le pouvoir, la compétence et l’influence s’exercent dans différents domaines de l’activité sociale1).
  • 2 Ibid., p. 231.
  • 3 Mohamed Cherkaoui, « Élite », in Raymond Boudon et al., Dictionnaire de la sociologie, Paris, Laro (...)

3La seconde perspective est mieux adaptée à notre étude. En privilégiant la prise en compte de différents domaines de l’activité sociale, elle est bien ajustée aux sociétés modernes et démocratiques. Raymond Boudon insiste sur le fait que « dans les sociétés industrielles libérales, les élites sont à la fois fragmentées et hétérogènes2 ». « Cette multiplicité des centres d’intérêt et de décision plus ou moins autonomes est un gage de modération et d’équilibre, celui-ci résultant non pas d’un artifice constitutionnel mais de réalités socio-économiques », souligne pour sa part Mohamed Cherkaoui à propos des élites sociales3. Ajoutons que le pouvoir qu’exercent ces élites sociales sportives repose sur l’exploitation d’acquisitions et de compétences individuelles qui s’inscrivent essentiellement dans le cadre de mandats limités dans le temps, propices au renouvellement des élites. Ces deux traits distinguent les personnes concernées d’une sorte d’« aristocratie » qui reposerait sur une transmission statutaire.

4L’analyse qui suit est structurée en trois parties. Après avoir dégagé les grandes lignes d’évolution du sport à l’Université, nous proposerons un cadre de référence permettant d’aborder la succession de « générations » d’élites sociales issues du sport universitaire.

Rapide périodisation du sport universitaire

  • 4 Jean-Paul Callède, « Des premiers clubs étudiants à l’Union Nationale des Clubs Universitaires. Ra (...)

5Nous avons proposé ailleurs une étude détaillée de l’évolution du sport à l’Université4. Rappelons les grandes phases de développement du sport universitaire en France. Quatre périodes peuvent être identifiées.

Les années de fondation : de 1884 à 1914

6La création des Associations Générales d’Étudiants (Paris, 1884 ; Bordeaux, 1887…) est à l’origine de la pratique sportive organisée et diversifiée au sein de l’Université. Ces groupements sont les ancêtres des clubs universitaires. À Bordeaux, par exemple, c’est à l’issue de l’année 1897-98 que la section sportive de l’AGEB prend l’appellation de Bordeaux Université Club (décembre 1898) pour se reconstituer sous l’appellation de Bordeaux Etudiants Club (en 1903). Le Paris Université Club est fondé en 1906. Quelques années plus tard, les jeunes qui ont exercé des responsabilités sportives dans le cadre de ces clubs sont devenus souvent des personnalités sociales bien en vue, dans la vie locale. Cependant, c’est à l’évidence l’appartenance des étudiants (médecine, droit) à des milieux familiaux plutôt aisés et non directement l’implication dans le sport qui explique ce phénomène. La structuration de l’UNEF, en 1907, renforce l’identité étudiante tandis que les premières « sections sportives » des A. G. des étudiants s’étoffent.

7Certains des étudiants en médecine impliqués dans le sport des clubs, qui soutiennent une thèse portant sur le thème des sports et/ou de l’éducation physique, vont devenir à leur tour des enseignants universitaires reconnus comme fort compétents dans la médecine du sport tout en contribuant à la propagation, voire à la légitimation des sports athlétiques en France. C’est sans doute à ce niveau qu’on peut identifier l’ébauche d’un mécanisme d’ascension sociale, de promotion individuelle et d’acquisition d’une notoriété publique, en repérant la trajectoire de quelques rares sportifs étudiants. De même, à Bordeaux et à Paris, des professeurs d’université, dont on se souvient qu’ils se sont intéressés à la campagne de lutte contre le surmenage scolaire (dans les années 1880-90) ou à la question du sport étudiant, sont sollicités pour occuper une vice-présidence du club ou une présidence de section. Composé de deux classes d’âge (des jeunes et des adultes d’âge mûr), cet ensemble constitue la « première génération » de dirigeants du sport universitaire français.

L’entre-deux-guerres : des années fastes pour le militantisme sportif

8Le sport étudiant gagne du terrain durant cette période avec la création de seize nouveaux clubs. Un autre trait important est l’ouverture internationale du sport universitaire, largement inspirée par un pacifisme déclaré. En 1919, à Strasbourg, se met en place la Confédération Internationale des Étudiants dont la présidence échoit à Jean Gérard, président de l’UNEF. Avec l’aide du puciste Jean Petitjean, il structure au sein de l’UNEF un Commissariat International des Sports Universitaires (CISU) présidé par Petitjean. Cette structure facilite l’organisation de Jeux universitaires dans diverses villes de l’Europe (Paris, 1923, 1928, 1937, par exemple). Au milieu des années 1930, la question du sport scolaire et universitaire voit s’opposer les tenants de deux conceptions : à droite, un patronage (par des adultes) de la jeunesse sportive scolarisée et, à gauche (avec des acteurs engagés dans la franc-maçonnerie), une conception plus souple de sport scolaire et universitaire qui doit former ses propres dirigeants. Cette question sera définitivement tranchée en 1938-1939 sous l’impulsion de Jean Zay, ministre de l’Éducation nationale, avec la mise en place de l’Office du Sport Scolaire et Universitaire. Léo Lagrange en est le président, Jean Petitjean le secrétaire général, assisté de deux adjoints : Raymond Boisset (du PUC) pour le sport étudiant et Jacques Flouret (un autre puciste) pour le sport scolaire.

De la Libération jusqu’aux années 1960. Un nouvel élan et des tensions

  • 5 Pierre Rostini, qui a siégé dans cette commission, a pu s’indigner d’un rapport anonyme, adressé a (...)
  • 6 Roch Campana, « The history of the International University Sports Federation », Forum 92, Nicosia (...)

9À la Libération, il s’agit de restaurer ce que l’État français de Vichy avait détruit ou détourné de son sens… Une commission d’épuration du sport universitaire va juger quelques pétainistes5. Au niveau international, des Jeux Universitaires Mondiaux, dits « de la réconciliation » se déroulent à Paris, fin août 1947 sous l’égide de l’UNEF et de la nouvelle Union Internationale des Étudiants (International Union of Students). Les maîtres d’œuvre en sont J. Petitjean, P. Rostini et H. Calvé, tous pucistes. Jugée trop « politisée », l’UIE va conduire à une scission puis à l’autonomisation du sport universitaire. En septembre 1949 est créée la Fédération Internationale du Sport Universitaire à laquelle se rallient bientôt toutes les unions nationales du sport universitaire6.

10Le puciste Pierre Rostini, vice-président de l’UNEF, responsable des relations internationales et du sport universitaire, va, selon ses propres termes, « réintégrer l’OSSU à l’UNEF ». Au début des années 1950, l’éducation physique et sportive devient obligatoire dans l’enseignement supérieur (décret du 27 février 1953 complété par l’arrêté du 5 novembre 1953).

  • 7 Entretien avec Robert Denel.

11En 1960, l’OSSU est menacé de disparaître. On lui reproche d’être trop lié à l’UNEF (près de 100 000 adhérents en 1961), qui dénonce avec virulence la guerre en Algérie et la colonisation… Un véritable bras de fer est engagé entre le Haut-commissaire à la Jeunesse et aux Sports Maurice Herzog et le président de l’OSSU, Jacques Flouret. Herzog impose finalement l’ASSU qui consacre une nouvelle organisation du sport des scolaires et des étudiants. Les tensions du moment vont conduire les clubs universitaires, à l’instigation du professeur André Veraeghe, du Lille Université Club, et de quelques autres dirigeants, à se regrouper en 1959 en une Union des clubs universitaires (UCU) qui deviendra, deux ans plus tard, en 1961, l’Union Nationale des Clubs Universitaires (UNCU)7.

  • 8 Détaillons à titre d’exemple les réalisations qui, en 1965, peuvent être mises à l’actif de l’AGE (...)

12Entre 1945 et 1968, douze nouveaux clubs universitaires voient le jour, unifiant souvent, dans une seule association, des activités sportives étudiantes déjà organisées. Deux modes d’accès aux élites peuvent être dégagés. Ils témoignent d’une certaine continuité avec la période antérieure. L’un des deux concerne les acteurs qui sont des militants culturels du sport universitaire (Boisset, Flouret…) et l’autre des militants investis à la fois dans le syndicalisme étudiant (AGE, UNEF) et dans les relations internationales au niveau du sport universitaire (Petitjean, Rostini…). Quelques-uns, parmi les derniers cités, sont également engagés dans la franc-maçonnerie. Dans l’ensemble, il s’agit d’une « deuxième génération » de dirigeants du sport à l’Université. Leur capacité d’initiative et d’innovation est peu contestable8. À l’évidence, il faudrait reprendre méthodiquement la problématique Jeunesse(s) et élites, en rapport avec l’engagement sportif au contact de l’UNEF et des AGE, depuis les années 1920 jusqu’à la veille des années 1970, pour mieux apprécier l’efficacité de ces « écoles de formation » et, le cas échéant, celle des réseaux qui les sous-tendent.

Un sport universitaire profondément remodelé (1970-2005)

  • 9 La « loi Faure » prévoit une plus grande participation des étudiants et entend faciliter les activ (...)

13À la charnière des années 1960-1970, trois conceptions de l’Université se précisent. Une option plutôt classique et traditionnelle est affirmée au regard de ce que doit être la mission de l’Université servie exclusivement par son corps enseignant. Une autre option vise à un ajustement séculier de l’Université, qui doit faire face à un effectif croissant. Elle s’incarne dans la nouvelle loi d’orientation de l’enseignement supérieur, dite « loi Faure », du 12 novembre 19689. Une troisième sensibilité est exprimée par des minorités actives (principalement dans les facultés des Lettres et Sciences humaines). Cette dernière se traduit par une mobilisation conflictuelle, politisée, dénonçant une université perçue comme un appareil élitiste et reproducteur des inégalités sociales. Les étudiants sportifs n’appartiennent pas à la dernière tendance indiquée. L’accès aux élites sociales – par le sport universitaire – concerne majoritairement la deuxième tendance. Pour autant, celle-ci n’exclut pas une attitude militante et critique à l’égard d’une mission d’ouverture sociale et d’implication active des étudiants que n’assure(rait) pas ou insuffisamment l’Université.

14L’importance du sport universitaire ne décroît pas, au fil des décennies, mais elle se transforme. La création des services d’activités physiques, sportives et de plein air, qui ont en charge l’animation et la gestion de l’ensemble des étudiants, encadrés par des enseignants d’EPS, est réalisée en décembre 1970. La « Loi Mazeaud » de 1975 prévoit de scinder l’ASSU en deux. La séparation de l’UNSS (le sport des collégiens et lycéens) et de la FNSU (le sport des étudiants) est effective en 1978. Certains dirigeants de l’UNCU critiquent avec vigueur Jean Talbot, alors président du PUC, pour avoir contribué activement à la création de la FNSU dont il va occuper le siège de président pendant dix ans… Entre 1972 et 1984, neuf nouveaux clubs universitaires affiliés à l’UNCU se mettent en place, dont trois dans les départements d’Outre-Mer.

15Les effectifs d’étudiants sont en augmentation, le nombre de clubs universitaires aussi, tandis que l’offre associative du sport, en dehors de l’Université est en plein essor. Néanmoins, en importance relative, le sport des clubs universitaires – à l’exception de quelques sites comme Paris, Lille, Grenoble, Montpellier… – cède du terrain. Les acteurs qui opèrent durant cette période constituent une nouvelle génération de dirigeants sportifs (la « troisième », au plan historique), dont bon nombre d’enseignants d’EPS, qui, de par leur engagement local puis national, perpétuent une filière d’ascension sociale et d’accès aux élites.

16Les années qui sont à la charnière de deux siècles (1995-2005) fournissent des données chiffrées qui permettent de bien fixer des ordres de grandeur sur la réalité du terrain. À peine 25 % des étudiants, en moyenne, participent aux activités physiques et sportives organisées par les SUAPS. Un autre quart des étudiants (entre 25 % et 30 %) pratique le sport en dehors de l’Université. La FFSU ne rassemble pas plus de 100 000 étudiants licenciés disputant les championnats de France universitaires. Ces sportifs sont principalement issus de la filière des STAPS (les Facultés des sciences du sport). L’UNCU, le principal « vivier » qui nous intéresse, compte 85 000 membres pour seulement 28 000 étudiants. Quant à l’UNEF, elle revendique actuellement 15 000 adhérents.

17Pour autant, les années récentes paraissent propices, nous semble-t-il, à l’émergence de nouvelles vocations de dirigeants. Depuis 1985, quatre nouveaux clubs universitaires affiliés à l’UNCU se sont constitués. Deux ou trois autres sont en voie de création dans les grandes villes qui abritent plusieurs campus universitaires. Cependant, la relation minimale qu’entretient désormais l’étudiant à son Université produit une « délocalisation » du mode de vie étudiant. L’organisation des études et des examens conduit les étudiants à privilégier des activités sportives récréatives et de détente. La « semestrialisation » et l’encouragement à la mobilité dans les études ne sont pas toujours compatibles avec un ancrage territorial durable, y compris pour les études longues. Le calendrier fédéral des compétitions civiles, auquel participent les clubs universitaires, n’intéresse qu’une minorité de jeunes, scolaires ou étudiants. En outre, un certain nombre d’étudiants exercent ponctuellement des activités rémunérées, peu compatibles avec un engagement associatif dans le sport. Enfin, la condition étudiante, de nos jours, est indissociable d’une certaine incertitude des lendemains, avec la crainte de l’échec et du chômage. La priorité est accordée aux études.

L’accès aux élites sociales. Une succession de « générations »

18Dans les limites de la présente enquête, une méthodologie d’approche peut être exposée et illustrée.

Construction d’un canevas des logiques d’accès aux élites

  • 10 Olivier Galland, Sociologie de la jeunesse (1991), Paris, Armand Colin, 2004 (nouvelle éd.). Olivi (...)

19La notion de génération n’est pas aisée à définir. Selon Olivier Galland10, elle tend à désigner une classe d’âge telle que les intéressés l’appréhendent, rétrospectivement, sur la base d’un événement majeur jugé « impliquant » ou d’une situation et condition communes qui permettent de revendiquer un vécu partagé. S’agissant des générations futures, on les identifie comme telles à partir de ce que seront les conditions d’une expérience commune et l’expérience vécue d’une situation ou de conditions communes.

20Ici, la condition initiale est l’appartenance au sport universitaire, et plus particulièrement au club universitaire. Le tableau ci-après est agencé en fonction de trois séquences biographiques : 1) le temps de la jeunesse et du « premier âge du sport », avec ses critères de base que sont la réussite universitaire (A), la réussite sportive (B) et/ou l’implication associative (C) ; 2) l’enchaînement sur le « deuxième âge du sport », qui suppose l’acquisition de nouvelles compétences dont les principales dimensions sont répertoriées : la réussite professionnelle (A), la compétence technique ou pédagogique (B), l’engagement dans une carrière de dirigeant associatif (C) ; 3) l’accession à de nouvelles charges ou responsabilités dans le sport : des fonctions nationales, voire internationales (indiquées en 3’), dont quelques domaines sont mentionnés. Nous avons distingué ici les fonctions d’expertise intellectuelle (A), les fonctions d’expertise technique (B) et les fonctions de direction de fédération et/ou d’organisateur d’événements sportifs (C) de niveau national ou international. Enfin, la prise en considération des décorations et autres distinctions honorifiques (D) est un aspect important. Nous verrons plus loin que les jalons indiqués 1, 2, 3 et 3’ainsi que les dimensions notées A, B, C et D (ou D ? lorsque nous ne savons rien ou pas grand-chose de ces distinctions) permettent de noter de façon concise et précise des « parcours » conduisant tel ou tel – jeune – acteur du sport universitaire au niveau des élites de société.

De l’implication initiale dans le sport étudiant à l’accès aux élites sociales.

21Encore faut-il préciser quatre points.

  1. En fonction de la mobilité des personnes (pour les études supérieures, pour des raisons professionnelles ou autres…), certains « sportifs » des clubs étudiants ont pu concrétiser leur engagement ultérieur pour le sport dans un autre cadre (club civil, comité, élu politique local…), en dehors des clubs universitaires et de l’Université. Il conviendra de ne pas négliger ce cas de figure.
  2. De même, les aléas de la vie peuvent être à l’origine d’un abandon des engagements associatifs, d’une bifurcation ou d’un réajustement de trajectoire, avec les justifications exprimées qui s’y attachent.
  3. L’appartenance initiale à un club universitaire n’est pas une condition indispensable pour accéder à des responsabilités sportives (sociales ou politiques) et, par la suite, exercer des fonctions nationales ou internationales.
  4. Le sport universitaire et le sport des clubs universitaires ne sont jamais qu’un des foyers associatifs parmi d’autres susceptibles de produire des élites11.
  • 12 Ce trait confirme d’ailleurs une remarque formulée par Raymond Boudon dans l’article cité : « le c (...)

22Bien des noms qui vont être mentionnés sont peu connus du grand public. Certaines personnalités de jadis sont totalement oubliées. C’est logique. En fait, hormis quelques rares cas de personnes ayant accédé provisoirement à une notoriété publique, le fait d’appartenir aux élites sociales (sportives, culturelles en particulier) ne permet pas d’échapper à une certaine confidentialité. En recoupant les témoignages oraux rassemblés avec les informations consignées dans les bulletins de clubs, dans la presse locale et dans les dictionnaires biographiques, des noms s’imposent de manière incontestable. Toutefois, les dictionnaires « locaux » montrent une évolution qui ne facilite pas la tâche. Aujourd’hui les célébrités du sport professionnel et du sport spectacle bénéficient de rubriques fournies12 tandis que des carrières de dirigeants sont des plus concises, voire laconiques, ou disparaissent d’une édition à l’autre.

Une enquête exploratoire. Quelques résultats

23Nous avons concentré nos efforts sur trois sites et clubs universitaires : Bordeaux, Paris et Lille.

24Bordeaux et le BEC

  • 13 Jean et Bernard Guérin, Des hommes et des activités autour d’un demi-siècle, Bordeaux, éd. BEB, 19 (...)
  • 14 Patrick Epron, Ces Bordelais qui font Bordeaux et sa région, s. l., éd. PPC Bordeaux, 1979 (non pa (...)
  • 15 Mario Graneri-Clavé (dir.), Le Dictionnaire de Bordeaux, Portet-sur-Garonne, Loubatières, 2006.

25Considérons trois dictionnaires relatifs à Bordeaux, publiées respectivement en 195713, 197914 et 200615. Dans le premier, quatre noms de dirigeants s’imposent. Pour deux d’entre eux, cependant, ce sont plutôt les charges universitaires qui les ont conduit à renouer avec le sport étudiant, à remplir les fonctions de président ou vice président du BEC et à accepter des charges nationales dans le domaine du sport. Il s’agit de François Sauvaire-Jourdan (1869-1938), professeur d’économie politique à la Faculté de droit de Bordeaux, membre fondateur et vice-président du BEC, véritable apôtre du sport dans les milieux universitaire, et de Michel Juglart de Lardinie (né en 1911), professeur à la Faculté de Droit de Bordeaux, président du BEC et de l’Office du sport universitaire français (OSU). Deux ou trois autres noms d’universitaires pourraient être mentionnés comme celui de Georges Portmann (1890-1985), par exemple. Les deux autres notices biographiques sont plus directement liées à nos préoccupations. Il s’agit de celle de René Labbe (1892- ?), dirigeant du BEC, journaliste sportif de rayonnement international, et celle de Pierre Skawinski (né en 1912), international d’athlétisme, cofondateur du journal L’Équipe, impliqué dans plusieurs instances sportives nationales.

  • 16 Martine Reneaud, « Sport de haut niveau à l’Université : du réseau associatif au réseau inter-inst (...)

26Passons maintenant au dictionnaire suivant, publié en 1979. Cinq noms se dégagent aisément : Colette Besson (1946-2005), Jacques Latrille (1933-2005), Nelson Paillou (1924-1997) et Raymond Pautrizel (1916-2000). Si l’on rapproche ces noms de ceux qui figurent dans le récent dictionnaire publié, en 2006, on retrouve le nom de C. Besson, qui s’est vue confiée en 2002 la présidence du conseil d’administration du laboratoire de lutte contre le dopage de Chatenay-Malabry et qui a participé activement à la campagne « Paris 2012 » pour l’attribution des Jeux olympiques, et ceux de J. Latrille et N. Paillou. Ce dernier a quitté la présidence de la Fédération Française de Handball en 1982 en accédant à la présidence du CNOSF. En revanche, Jean Broussin (aujourd’hui décédé) n’est pas mentionné alors qu’il a joué un rôle majeur dans trois domaines : la création du CROS d’Aquitaine, en liaison avec la mise en place de la décentralisation16, par son activité au sein de Conseil économique et social et à propos de l’évolution de la problématique du sport de haut niveau auprès du président du CNOSF. Ce dernier étant son compatriote handballeur du BEC, N. Paillou, président du CNOSF de 1982 à 1993, puis président du Comité d’organisation du Congrès olympique du centenaire (Paris) en 1994. Aujourd’hui, on pourrait ajouter le nom de Dominique Ducassou (né en 1943), président général du BEC en exercice (initialement sociétaire du club, inscrit en pelote basque, professeur de médecine, ancien président de l’Université Bordeaux 2 et maire adjoint de Bordeaux, en charge de la culture), qui a un profil assez comparable à celui de J. Latrille.

  • 17 Dictionnaire Who’s who in France, Paris, éd. Jacques Lafitte, 1984. Voir aussi les notices suivant (...)

27L’examen de l’annuaire 1984-1985 du Who’s who in France17 permet de retrouver le nom de P. Skawinski et d’ajouter, en toute logique, le nom de Christian Dubreuil (1921-2003), ancien élève de l’ENSEPS, Directeur technique national (DTN) de l’athlétisme (1973-1976), vice-président de la Fédération Française d’Athlétisme à partir de 1977.

28Paris et le PUC

  • 18 Les principales sources utilisées pour le PUC sont les suivantes. Bulletin officiel du Paris Unive (...)

29Pour le PUC18, il est évident que les exemples d’anciens sociétaires ayant pratiqué le sport au sein du club, et devenus par la suite des personnalités universitaires ayant conservé le contact avec le sport étudiant, sont assez nombreux. Plus déterminant cependant est l’effet de situation dont jouit le PUC. En effet, le club parisien bénéficie de son implantation dans la capitale, propice à l’organisation d’actions d’envergure nationale ou internationale dont la reconnaissance et la pérennisation permettent d’accéder aux élites. Au lendemain du premier conflit mondial, Jean Petitjean, ingénieur chimiste, contribue à la création d’un Commissariat International du Sport Universitaire. Nous avons déjà mentionné ces faits. Le stade du PUC, le stade de la Porte dorée, accueille les premiers Jeux Universitaires d’Athlétisme sous l’égide de cette confédération qu’est la CISU, en mai 1923. Lorsque Jean Zay, ministre de l’Éducation nationale restructure l’Office du Sport Scolaire et Universitaire, placé sous la présidence de Léo Lagrange, trois pucistes occupent les postes à responsabilité : Jean Petitjean, Jacques Flouret (sport scolaire), Raymond Boisset (sport étudiant). Boisset (1912-1991) est un ancien élève de l’ENS, agrégé de Lettres classiques, homme de lettres, ancien international d’athlétisme. Il sera directeur de l’ENSEPS et Inspecteur général de l’Instruction publique. À la Libération, le nouvel élan du sport universitaire doit beaucoup aux dirigeants du PUC : à Pierre Rostini, publiciste, vice-président de l’UNEF, futur président de l’UNCU et président d’honneur du PUC, à René Ricard, au professeur Michel Macheboeuf, à Jacques Flouret, etc. On se souvient du conflit opposant Maurice Herzog à Jacques Flouret, inspecteur général de l’Éducation nationale.

  • 19 Ancien international d’athlétisme et d’haltérophilie, Raymond Thomas fut professeur des Université (...)
  • 20 Voir PUC – Cité internationale universitaire de Paris, Le sport à l’Université, spécial centenaire (...)

30Pour la période récente, on peut mentionner, dans des registres différents, les professeurs Raymond Thomas19 (1931-1999), Claude-Louis Gallien (né en 1942), ancien athlète, professeur de médecine émérite à l’Université Paris V, ancien président du PUC, déterminant pour faire abriter le club dans le nouveau stade de Charléty, actuellement vice-président du CNOSF et vice-président de la FISU, ou encore Daniel Morvan20, puciste depuis 1971, professeur des universités, viceprésident du PUC omnisports et président de la section football. Dans la mesure où le club parisien forme toujours des champions qui se hissent au niveau international et qui possèdent des diplômes de l’enseignement supérieur, le PUC reste potentiellement un foyer d’accès aux élites sociales.

31Lille et le LUC

32Le Lille Université Club a connu des dirigeants de grande qualité, comme le professeur de médecine André Veraeghe (1910-1970), issu de la section d’aviron du LUC. Il est l’un des fondateurs d’une première Union des clubs universitaires qui deviendra peu après l’UNCU. Dans un périmètre d’influence plus limité, citons le professeur de médecine (parasitologie) Jean Biguet (1920-2001) (« deuxième génération » tous les deux). Ces dirigeants-militants ont permis d’assurer l’éclosion d’une génération suivante de militants du sport universitaire et de dirigeants « modernisateurs ». Robert Denel et José Savoye sont de ceux-là.

33Examinons quelques « parcours » significatifs pour cette « troisième génération ». José Savoye (né en 1942) a été président de la corpo de droit (Université de Lille) jusqu’en 1964 et il a toujours défendu l’identité du club universitaire comme composante de l’AGEL. À deux reprises président de l’Université de Lille 2, ayant conçu et encouragé « l’ouverture des installations sportives universitaires », il est actuellement président de la Fédération Française du Sport Universitaire. André Leclercq (né en 1946) a franchi les étapes successives d’un parcours classique. Sociétaire du LUC (volley-ball), dont il fut joueur, entraîneur, arbitre, dirigeant, puis président du CROS du Nord-Pas-de Calais, cet enseignant du secondaire (maths-physique) a accédé ensuite à la présidence de la Fédération Française de Volley-Ball puis à la vice-présidence du CNOSF. Il fut un des membres actifs du Centre lillois de recheche en analyse du sport fondé à l’Université de Lille III par le philosophe Bernard Jeu. Actuellement, il est l’un des vice-présidents du Conseil National de la Vie Associative et il préside l’Académie nationale olympique française. Il est l’auteur en 2007 d’un rapport sur Le sport au service de la vie sociale, pour le compte du Conseil Économique et Social.

  • 21 Entretien avec Colette Andrusyszyn.

34Au niveau des dirigeants actuels du LUC, pour la période contemporaine, quelques noms se dégagent qui conjuguent des responsabilités locales avec des engagements nationaux, au sein de l’UNCU ou dans d’autres instances : R. Denel, C. Andrusyszyn, Claude Thévenon… Ils sont à l’origine de « l’ouverture du sport universitaire sur la Cité », « par la médiation du club universitaire », et d’innovations diverses qui ont été diffusées dans d’autres clubs universitaires ou reprises par le Mouvement sportif. Évoquons ces personnalités du club lillois de manière à synthétiser leur « parcours » selon une formule établie en fonction des éléments traités dans le tableau de la page 179. Robert Denel (né en 1939), professeur agrégé d’EPS, est entré au LUC (section handball) tout en exerçant les fonctions de vice-président de l’AGEL (section locale de l’UNEF). Il est secrétaire général de l’UNCU, vice président de la FNOMS et longtemps directeur de la revue Sport dans la Cité ; c’est un des membres fondateurs des Assises Nationales du Sport (R. Denel. 1ABC2BC3BCD). Colette Andrusyszyn (née en 1944) a découvert le LUC en tant qu’étudiante syndicaliste, militante à l’UNEF, puis professeur d’EPS. Enseignante à la Faculté des Lettres de Lille, elle a fondé les sections danse et voile au sein du club, afin d’accueillir les étudiants et elle a contribué à « l’ouverture des installations universitaires par la médiation du club », dès 1968 (avec la création du LUC-Vacances)21. Elle est actuellement présidente déléguée du LUC, membre du CA de l’UNCU, et elle vient d’être distinguée par le Comité International Olympique (C. Andrusyszyn. 1ABC2BC3BCD ?). Claude Thévenon (né en 1954) s’est inscrit à la section rugby du LUC en même temps qu’il accomplissait ses études de médecine. Il est aujourd’hui professeur de médecine, médecin conseil de l’UNCU, et il a mis en place au sein du LUC un accueil-découverte des activités sportives et un suivi personnalisé des handicapés dont s’inspirent d’autres clubs. Ce dernier préfigure déjà la génération montante, la « quatrième génération » de dirigeants formés dans le cadre des clubs universitaires et susceptibles d’accéder au niveau des élites sociales nationales issues de ce secteur associatif.

Esquisse de généralisation

35Au-delà des quelques profils biographiques établis, peut-on définir à la fois des générations et des types de profils ? En référence à la grille d’analyse présentée plus haut et dans les limites de l’information traitée, ces deux opérations sont réalisables. Ainsi, le « parcours » d’André Leclerc (« troisième génération ») peut se résumer de la façon suivante : A. Leclercq. 1AB2AC3ACD ?. Il est assez logique que son profil rappelle celui de Raymond Boisset (« deuxième génération ») : R. Boisset. 1AB2A3ABD ?. L’un et l’autre ont un profil qui inclut une dominante intellectuelle. En revanche, Pierre Rostini (avec une longévité qui l’inscrit à la fois dans la « deuxième » et dans la « troisième génération ») témoigne d’un « parcours » de dirigeant-organisateur : P. Rostini. 1C2C3C3’CD. Colette Besson illustre le « parcours » de l’athlète d’exception, médaillée d’or aux JO de Mexico (1968), liée à jamais à la noble cause du sport : C. Besson. 1BD2B3B3’B. Quelquefois, ce n’est pas tant le palmarès sportif individuel que la compétence technique de l’entraîneur qui prime comme chez Christian Dubreuil. 1AB2AB3BD ?. Ces quelques profils nous laissent penser qu’une étude reposant sur un effectif plus fourni permettra, au-delà du simple renouvellement des générations, de dégager des tendances, des types, avec des itinéraires spécifiques (de type A, B ou C) d’accès aux élites sociales.

36Indiquons un ordre de grandeur pour évaluer le « vivier » que représentent actuellement les « responsables » de clubs, à partir de l’examen des rapports d’assemblées générales annuelles de l’UNCU : une quarantaine de personnalités impliquées dans des clubs, dont une moitié d’entre elles sont engagées au titre du sport dans des mandats nationaux ou dans des relations internationales.

  • 22 Geneviève Poujol, Des élites de société pour demain ?, s.l., Erès, 1996.

37Les élites sportives varient d’une époque historique à une autre. Ces époques correspondent à l’évolution du système social et à celle, moins centrale, du système sportif national et international, justifiant ainsi l’utilisation du terme « génération(s) ». Geneviève Poujol a réalisé plusieurs recherches sur le rôle des élites « intermédiaires » et sur leur renouvellement au sein de la société française, en particulier celles qui ont pu se former dans le cadre de l’Éducation populaire et de la culture22. Elle s’est interrogée à ce propos sur un risque de non renouvellement de ce type d’élite sociale. La professionnalisation des postes, l’affaiblissement du lien social, le soutien très relatif de la puissance publique aux structures associatives dans lesquelles s’acquiert la formation à l’engagement social, la diversité grandissante de l’offre individuelle de loisirs, etc., sont des facteurs qui pèsent sur cette dynamique…

38Dans l’ensemble, les personnalités identifiées comme des jeunes sportifs/sportives ayant accédé aux élites sociales se répartissent selon des générations singulières, en fonction des conjonctures sociales et de la périodisation du sport universitaire proposée plus haut. Cependant, ces « générations » successives possèdent aussi des points communs.

  • 23 Gilles Vieille-Marchiset (dir.), Des femmes à la tête du sport. Les freins à l’investissement des (...)

39La « double carrière » est le premier trait à mentionner, soit une implication sportive durant la jeunesse (premier âge de la personne) et l’accès à des engagements avec un cursus (deuxième âge) qui permet d’accéder aux élites. Si les hommes issus du sport universitaire bénéficient de cette filière d’accès aux élites, les femmes y sont également représentées mais tardivement (pas avant la « troisième génération ») et par quelques fortes individualités. Ces femmes sont dotées d’atouts peu contestables (palmarès sportif, diplômes et compétences professionnelles, capacités d’organisation…), comme cela a été déjà constaté dans d’autres enquêtes sociologiques traitant de l’accès des femmes aux responsabilités sportives23.

40Le deuxième trait est la continuité qui s’observe entre les deux séquences biographiques. Les intéressé(e) s n’ont jamais perdu le contact avec l’univers familier du sport lié au cadre universitaire. Cette « fidélité », bien circonscrite au club universitaire, permet de comprendre l’importance d’un troisième trait qui concerne le rapport aux valeurs.

41Le système de valeurs – l’esprit du sport universitaire – s’appuie sur l’engagement bénévole, inscrit dans la durée, dont la gratification symbolique est souvent modeste et aléatoire, tournée d’abord vers l’intérieur de l’institution. Le « souci d’indépendance vis-à-vis du politique » fait que la probabilité d’accès à la notoriété publique au moyen de ce type d’implication sportive est plutôt restreinte.

  • 24 Damien Bardot, « Marie-Claire Restoux-Gasset, une femme à l’Élysée », Sport U (revue officielle de (...)

42Insistons sur ce souci d’indépendance vis-à-vis du politique qui situe les intéressés parmi les « élites non gouvernementales », selon la terminologie de V. Pareto. Si une réussite sportive d’exception peut être un atout en politique, le club universitaire n’apparaît pas du tout comme un support favorisant l’accès aux élites politiques ou socio-politiques, et ceci autant dans le passé qu’aujourd’hui. Pour les élites dirigeantes, il n’est qu’à identifier le parcours de jeunesse des ministres des sports qui ne sont pas issus de l’élite politique proprement dite et qui doivent leur notoriété à une compétence autre : Léo Lagrange (scoutisme), Roger Bambuck (athlétisme), Alain Calmat (patinage sur glace), Guy Drut (athlétisme), Jean-François Lamour (escrime), Bernard Laporte (rugby)… Certains d’entre eux avaient connu l’épreuve des élections locales avant leur nomination à cette haute charge. Aucun d’eux, cependant, n’a été sociétaire d’un club universitaire. Il en est de même pour ceux et celles qui gravitent aujourd’hui dans la sphère socio-politique proche du pouvoir : David Douillet (judo), Marie-Claire Restoux (judo), conseillère pour le sport auprès du président de la République Jacques Chirac24.

  • 25 Armand de Rendinger, Jeux perdus. Paris 2012, pari gâché, Paris, Fayard, 2006. Patrick Issert et A (...)

43Essayons d’apprécier le rayonnement actuel des élites françaises du sport au niveau international. Siéger dans des instances internationales n’est rien s’il n’est pas possible de peser dans les décisions qui s’y prennent, au besoin en nouant ou renouant des alliances. À l’évidence, cette capacité à rayonner est plutôt limitée si l’on tient compte de l’échec répété de la France pour obtenir l’organisation des Jeux olympiques. D’ailleurs les échecs successifs de « Paris » aux candidatures de 1992, 2008, 2012 ont fait l’objet d’analyses critiques pertinentes, utilisables par le sociologue25. Leurs auteurs mettent l’accent sur des facteurs spécifiques à la France, qui ont fragilisé la candidature pour 2012, au bénéfice de celle de Londres, dont les suivants qui intéressent directement notre thème d’étude : a) au niveau de l’Hexagone la quasi-marginalisation des représentants du sport (les athlètes) au profit des acteurs politiques (dont les divergences idéologiques sont connues…) conseillés les uns et les autres par des énarques, b) une présence française dans les instances sportives internationales qui ne pèse pas beaucoup dans les grandes décisions, c) une efficacité des plus limitées dans le domaine du lobbying, d) une trop forte interférence du « politique » sur l’excellence sportive chez certains de nos représentants « sportifs ».

  • 26 Rappelons que N. Paillou avait été vice-président du CNOSF de 1971 à 1977 (et chef de la délégatio (...)
  • 27 L’Équipe, 18 novembre 1997.
  • 28 Entretien avec Joël Delplanque, Inspecteur général de la Jeunesse et des Sports, ancien Directeur (...)

44Si la candidature de Paris pour obtenir les Jeux d’été de 1992 n’a pas abouti, il faut rappeler que cette idée, lancée par Nelson Paillou pour défier Barcelone, dès son élection à la tête du CNOSF, avait permis, indirectement, d’obtenir l’organisation des Jeux olympiques d’hiver (Alberville, en Savoie, 1992)26. Ceci n’enlève rien au charisme de Jean-Claude Killy, triple médaillé d’or au Jeux de Grenoble (1968), qui a joué lui aussi un rôle déterminant dans ce succès. À l’époque, N. Paillou incarne sans doute la plus grande réussite d’un jeune étudiant sportif, formé au sein du club universitaire, qui est parvenu à se hisser jusqu’aux plus hautes sphères du sport international (N. Paillou. 1C2BC3BC3’CD). Au moment de son décès, Joël Delplanque, son ancien chef de cabinet, rappellera quelle fut sa triple réussite de dirigeant d’exception. « Il avait trois ambitions en arrivant au CNOSF en 1982 : rendre le mouvement olympique indépendant, compétent et représentatif27. » Ajoutons bien sûr « l’accueil des Jeux olympiques d’hiver, à Alberville » (1992)28. Le « parcours » personnel accompli par N. Paillou est encore plus éclatant de réussite si l’on ajoute qu’enfant, il fut aussi… orphelin et pupille de la nation.

Notes

1 Raymond Boudon et François Bourricaud, « Élite(s) », Dictionnaire critique de la sociologie, Paris, PUF, 1994 (4e éd.), p. 225-232.

2 Ibid., p. 231.

3 Mohamed Cherkaoui, « Élite », in Raymond Boudon et al., Dictionnaire de la sociologie, Paris, Larousse, 1996 (1993), p. 87-88.

4 Jean-Paul Callède, « Des premiers clubs étudiants à l’Union Nationale des Clubs Universitaires. Rayonnement d’une sociabilité singulière », dans Pierre-Alban Lebecq (textes réunis par), Sport, Éducation physique et Mouvements affinitaires au XXe siècle, Paris, L’Harmattan (coll. Espaces et Temps du Sport), 2004, t. 2, p. 291-309.

5 Pierre Rostini, qui a siégé dans cette commission, a pu s’indigner d’un rapport anonyme, adressé aux autorités de Vichy, « qui indiquait qu’un franc-maçon, Jean Petitjean, et un juif, Alfred Rosier, ancien chef de cabinet de Jean Zay, ne pouvaient pas être en charge du sport universitaire ». Entretien avec P. Rostini.

6 Roch Campana, « The history of the International University Sports Federation », Forum 92, Nicosia, Cyprus, September 1992 (doc. multigr.).

7 Entretien avec Robert Denel.

8 Détaillons à titre d’exemple les réalisations qui, en 1965, peuvent être mises à l’actif de l’AGE de Lille, affiliée à l’UNEF : « Le restaurant des étudiants, la section locale de la MNEF, la coopérative de vente et de production, le Lille Université Club, l’entr’aide sociale, le ciné-club étudiant, le service des relations internationales, le centre liaison étudiants-entreprises, le cercle universitaire international lillois, la bibliothèque des Étudiants, le journal Lille U. » Bref un foyer dynamique de l’Éducation populaire et de l’Économie sociale. D’après le Bulletin syndical de l’AGEL, mars 1966 (33 p. multigr.).

9 La « loi Faure » prévoit une plus grande participation des étudiants et entend faciliter les activités sociales, culturelles et sportives à l’Université comme outils de formation. Elle séduit la plupart des dirigeants de clubs universitaires. Les élections prévues sont boycottées. Traversées par de fortes tensions, les mobilisations étudiantes vont aboutir peu après à une scission de la « grande UNEF ».

10 Olivier Galland, Sociologie de la jeunesse (1991), Paris, Armand Colin, 2004 (nouvelle éd.). Olivier Galland, Les jeunes (1984), La Découverte, 2002.

11 D’un point de vue historique, on peut mentionner par exemple ce foyer important d’accès des jeunes aux élites qu’a pu être le sport travailliste (au niveau local, par l’engagement syndical, dans les œuvres sociales d’entreprises et au niveau national), au moment du Front populaire, à la Libération et jusque dans les années 1970-1980, à partir des grandes entreprises publiques et dans bon nombre de municipalités communistes. On pourrait citer également la fédération des patronages catholiques, surtout pour la première moitié du XXe siècle. De même, la très laïque Ligue de l’Enseignement a essaimé en de multiples structures associatives d’éducation qui produisent toujours des élites de société.

12 Ce trait confirme d’ailleurs une remarque formulée par Raymond Boudon dans l’article cité : « le champion cycliste peut être un candidat au statut de monstre sacré au même titre que le champion de tennis », op. cit., p. 227.

13 Jean et Bernard Guérin, Des hommes et des activités autour d’un demi-siècle, Bordeaux, éd. BEB, 1957.

14 Patrick Epron, Ces Bordelais qui font Bordeaux et sa région, s. l., éd. PPC Bordeaux, 1979 (non paginé).

15 Mario Graneri-Clavé (dir.), Le Dictionnaire de Bordeaux, Portet-sur-Garonne, Loubatières, 2006.

16 Martine Reneaud, « Sport de haut niveau à l’Université : du réseau associatif au réseau inter-institutionnel régional. Aspect bordelais (1973-1995) », dans Francis Le Dû et Martine Reneaud (dir.), Sport de haut niveau en régionalisation(s). L’Aquitaine exemplaire ?, Talence, éd. MSHA, 1998, p. 185-223.

17 Dictionnaire Who’s who in France, Paris, éd. Jacques Lafitte, 1984. Voir aussi les notices suivantes : Pierre Rostini, p. 1267 ; Alfred Rosier, ancien président de l’AGE de Lyon (1922-27) et vice-président de l’UNEF, p. 1265.

18 Les principales sources utilisées pour le PUC sont les suivantes. Bulletin officiel du Paris Université Club (Section sportive de la Fédération des étudiants de Paris), Le Sport à l’Université. Cinquantenaire, Paris, no 39, 3e trim. 1958. Claude-Louis Gallien, Charléty, la mémoire d’un stade, Paris, éd EPS et PUC, 1994. Claude-Louis Gallien et al., Le PUC (le « livre du Centenaire »), Paris, Atlantica, 2006.

19 Ancien international d’athlétisme et d’haltérophilie, Raymond Thomas fut professeur des Universités en STAPS, à Nanterre-Paris 10, et directeur de collections aux PUF et chez Vigot. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages et articles en sociologie du sport. Dès le milieu des années 1970, il a contribué à faire connaître en France les publications des auteurs américains et allemands.

20 Voir PUC – Cité internationale universitaire de Paris, Le sport à l’Université, spécial centenaire, no 339, juin 2007, p. 26, 22 et 25. Lorsqu’il fut récemment promu Officier dans l’ordre des Palmes académiques dans le grand amphithéâtre de l’École Nationale Supérieure de Chimie de Paris, le récipiendaire n’a pas manqué d’évoquer « la mémoire du professeur Jean Talbot qui avait dirigé l’École et assuré aussi de hautes fonctions dans les instances sportives en qualité de premier président de la FISU, de membre du Comité olympique français et de président du PUC » (p. 26).

21 Entretien avec Colette Andrusyszyn.

22 Geneviève Poujol, Des élites de société pour demain ?, s.l., Erès, 1996.

23 Gilles Vieille-Marchiset (dir.), Des femmes à la tête du sport. Les freins à l’investissement des dirigeantes sportives, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2004.

24 Damien Bardot, « Marie-Claire Restoux-Gasset, une femme à l’Élysée », Sport U (revue officielle de la Fédération Française du Sport Universitaire), no 98, juin 2006, p. 8-10. La judokate fut championne du monde universitaire en 1994, championne du monde en 1995 et 1997, championne olympique en 1996. Elle a été reçue à ses brevets d’État lorsqu’elle était inscrite à l’INSEP et elle est titulaire d’une licence de géographie (par correspondance) délivrée par l’Université de Poitiers.

25 Armand de Rendinger, Jeux perdus. Paris 2012, pari gâché, Paris, Fayard, 2006. Patrick Issert et Alain Lunzenfichter. Malheureux aux Jeux. Paris 1992, 2008, 2012, Paris, éd. Prolongations, 2006.

26 Rappelons que N. Paillou avait été vice-président du CNOSF de 1971 à 1977 (et chef de la délégation française aux J.O. de Montréal), arbitre international de handball, puis président de la Fédération française de ce sport de 1964 à 1982. En ce début des années 1980, Paillou avait hésité entre deux candidatures : faire campagne pour la présidence de la fédération internationale de handball ou pour celle du CNOSF. À l’époque, le crédit de l’intéressé tient surtout au développement spectaculaire du handball en France, en sa qualité de président de la FFHB, de 1964 à 1982.

27 L’Équipe, 18 novembre 1997.

28 Entretien avec Joël Delplanque, Inspecteur général de la Jeunesse et des Sports, ancien Directeur des Sports au ministère.

Table des illustrations

Légende De l’implication initiale dans le sport étudiant à l’accès aux élites sociales.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99173/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540