Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesse(s) et élites

 | 
Christine Bouneau
, 
Caroline Le Mao

Troisième partie. La jeunesse et le renouvellement des élites

La jeunesse et la question de la rénovation des élites en régime autoritaire et totalitaire

Didier Musiedlak

Texte intégral

  • 1 C. Curcio, « Giovani », in Dizionario di Politica, istituto della Enciclopedia Italiana, a cura de (...)

1La question de la maîtrise de la jeunesse est au centre des préoccupations des régimes autoritaires et totalitaires. De l’efficacité de ce processus dépendait en grande partie le succès de l’entreprise de régénération que les dictatures entendaient mener en forgeant précisément de nouvelles élites. La formation de la jeunesse était ainsi étroitement imbriquée à celle de l’éthique. En 1940, dans le dizionario di Politica, édité par le PNF (Partito Nazionale Fascista) se retrouvait énoncé, à l’entrée Giovani, ce principe essentiel1. Pour ce faire, il était nécessaire de lutter au préalable contre la dissolution morale en développant une plus forte conscience civile auprès des jeunes en les insérant dans l’État. La formation spirituelle devenait ainsi le fondement de la transformation politique et sociale des régimes.

2Sans envisager le problème à l’échelle de l’ensemble des régimes régis par une dictature durant l’entre deux guerres, le propos est d’essayer de prendre la mesure de l’investissement dont la jeunesse européenne a été la victime au moyen de quelques exemples. Le sentiment d’appartenance à une génération, l’intégration au sein de la communauté nationale, et l’ampleur de la rénovation apportée par les jeunes sont successivement examinés.

Le sentiment d’appartenance à une génération

3L’existence d’un mal être au sein de la jeunesse avant la Première Guerre mondiale facilita sans nul doute l’installation des régimes de dictatures. La prise de conscience qu’un monde était en train de finir hante les consciences de la génération des années 1890 bien avant la publication du Déclin de l’Occident d’Oswald Spengler.

  • 2 Z. Sternhell, « Fascist Ideology », in W. Laqueur, Fascism : A reader’s guide, Penguin book, 1979, (...)
  • 3 G. Mosse, The Fascist Revolution, Howard Fertig, New York, 1999, p. 13.
  • 4 F.T. Marinetti, Le Figaro, 20 février 1909.

4L’esprit de révolte d’une génération qui rejette le monde de la matière et de la raison, le matérialisme et le positivisme, la médiocrité de la vie bourgeoise, et le monde issu de la démocratie libérale gagna en réalité l’ensemble du continent européen (Zeev Sternhell). Ce ressentiment intégrait G. d’Annunzio et E. Corradini en Italie, M. Barrès et E. Drumont en France, Julius Langbehn et Moeller van der Bruck en Allemagne pour ne citer que quelques noms2. Selon G. Mosse c’est au moment de cette crise fin de siècle que la rébellion avait pris forme contre les parents, l’école, à travers la perception d’un nouveau sens donné à la communauté3. C’est là que commença à se former une sorte de parti de la jeunesse comme le souligne le poète Filippo Tommaso Marinetti le 20 février 1909, lorsque les Parisiens découvrirent dans Le Figaro le manifeste futuriste : « Les plus âgés d’entre nous ont trente ans ; nous avons donc au moins dix ans pour accomplir notre tâche. Quand nous aurons quarante ans, que de plus jeunes et de plus vaillants que nous veuillent bien nous jeter au panier comme des manuscrits inutiles4 ! »

  • 5 Walter Laqueur, Fascism Past, Present, Future, New York, NY Oxford UP, 1996, p. 29 et suiv.
  • 6 Emilio Gentile, le Origini dell’Ideologia fascista, Bari Laterza, 1975, p. 166.

5La Première Guerre mondiale accéléra cette prise de conscience à travers ceux qui étaient porteurs de l’expérience de guerre. Retournés du front, les démobilisés désiraient prolonger la camaraderie des tranchées qui avaient forgé leur identité, ou bien s’ils ne l’avaient pas connue, ils idéalisaient cette expérience (G. Mosse). L’ancien combattant s’érigeait en guide et en gardien de la nation. La guerre avait fait surgir une nouvelle aristocratie, celle des tranchées pour reprendre l’expression de Mussolini. L’hymne du fascisme italien était Giovinezza rappelle Walter Laqueur5. C’était primitivement celui des Arditi, un vieil air estudiantin adapté aux mythes de la guerre qui exaltait le courage physique, la jeunesse, la passion, le mépris de la mort6.

  • 7 Italo Balbo, Diario 1922, Mondadori, Milano, 1932, p. 6.

6L’idée que les vraies élites avaient été forgées au front fit son chemin durant tout l’entre deux guerres. Pour reprendre la formule utilisée par Léon Degrelle, l’élite de demain devait émerger du séminaire du front. Cette nouvelle élite issue de la nation combattante était assimilée à la jeunesse. Pour Italo Balbo, l’organisateur de la Marche sur Rome, la guerre future était « La guerre des jeunes. Il y avait Fiume, Mussolini, Il Popolo d’Italia. Il avait l’intuition que pour aller loin les jeunes devaient combattre à fond, sans rémission contre l’Italie décrépie du gouvernement, du parlement7. »

  • 8 Karl Christoph Lingelbach, Erziehung und Erziehungstheorien im nationalsoziallistischen Deutschlan (...)

7La jeunesse signifiait vigueur et action. Les héros de la Première Guerre mondiale étaient tombés à un âge, comme le souligne G. Mosse, où ils pouvaient accéder au panthéon. En outre, la jeunesse était associée à la beauté qui était érigée en stéréotype. Ainsi dans l’esprit du philosophe nazi Alfred Baemler, la sève de la jeunesse reposait sur une origine commune (Urverwandschaft) de l’Aryen et du « Grec Héroïque et actif8 ». Le culte de la jeunesse rejoignait le culte de la nation et de l’action.

  • 9 Roger Griffin, The nature of Fascism, London, New York, Routledge, 1991, p. 33.

8Cette recherche de nouvelles valeurs était adossée au mythe de la rédemption, à une renaissance qui serait effectuée par les jeunes. Selon Roger Griffin, le fascisme disposait d’une matrice palingésique, caractérisée par une volonté d’opérer un vrai commencement qui suit une période de destruction ou de dissolution9.

  • 10 Sur l’introduction du concept de Kulturkreis et son emploi par Leo Frobenius et Spengler, Detlev F (...)
  • 11 B.H.F. Taureck, Nietzsche und der Faschismus, Ein Politikum, Leipzig, Reklam Verlag, 2000, p. 92. (...)
  • 12 D. Falken, Oswald Spengler., op. cit., p. 160.
  • 13 Z. Sternhell (dir.), L’éternel retour. Contre la démocratie l’idéologie de la décadence, Paris, PF (...)

9Cette rédemption était rendue nécessaire en raison de la décadence qui avait atteint l’ensemble du monde occidental. La culture était considérée comme menacée dans ses fondements10. Le déclin affectait plus ou moins toutes les sociétés. À des degrés divers, l’ensemble du corps politique et du corps social était atteint. L’avenir de la race était considéré comme menacé. Cette décadence était selon Nietzsche le fruit d’un cycle purement naturel et en conséquence inéluctable11. Selon sa célèbre formule extraite du fragment du printemps de 1888, « l’homme ne progresse pas12 ». Il en résultait un processus d’amoindrissement de l’homme lié à la modernité qui avait été également dénoncé par Barrès, Sorel, Maurras13.

10Garante de l’avenir et considérée comme pure, la jeunesse fut en conséquence particulièrement convoitée par les dictatures. Elle fit l’objet de tout un programme d’encadrement dont la forme la plus achevée fut sans doute le nazisme. Dans son discours de Reichenberg tenu le 2 décembre 1938, Hitler avait rappelé que cette jeunesse constituait l’enjeu principal de la formation :

  • 14 A. Hitler, Discours de Reichenberg, 2 déc. 1938, in H. Michaelis, E. Schraepler, Ursachen und Folg (...)

« Cette jeunesse doit apprendre uniquement à penser allemand et à agir en allemand. Quand ces jeunes garçons et ces jeunes filles entrent dans nos organisations à l’âge de dix ans, ils reçoivent et sentent un air frais, souvent pour la première fois, quatre ans après ils passent de la Jungvolk à la jeunesse hitlérienne et là nous les tenons encore pour quatre ans. Ils ne retomberont pas dans les mains des anciens représentants des différents groupes et classes car nous les prendrons immédiatement dans le parti, dans le Front du travail, dans la SA ou dans la SS, dans la NSKK, etc. Et si après avoir passé là encore deux ans ou deux ans et demi, ils ne sont pas encore devenus de vrais nationaux-socialistes alors nous les soumettrons au service du travail obligatoire afin qu’ils soient en six ou sept mois remodelés à l’enseigne d’un unique symbole, la bêche allemande. Et si après six à sept mois subsiste çà et là un peu de conscience de groupe, l’armée aura pour mission de la traiter durant deux autres années. Ainsi quand, après deux, trois ou quatre ans ils en sortiront, ils rentreront immédiatement dans la SA ou la SS, car nous n’avons en aucun cas de récidive, ainsi ils ne seront jamais plus libres pour toute leur vie14. »

11L’État devenait le maître d’œuvre d’une communauté nationale que les jeunes étaient appelés à revivifier.

Les jeunes et la formation de la nouvelle communauté nationale

  • 15 Sur ces questions voir les contributions de Laura Mavano, Éric Michaud, Luisa Passerini, dans Giov (...)

12Pour parvenir à cette fin, les régimes de dictature mirent sur pied toute une politique qui visait à mieux former la jeunesse à la fois physiquement et intellectuellement pour mieux servir les intérêts supérieurs de la nation15. Mais cette politique différait cependant sur le plan de ses finalités. Dans le cadre des expériences totalitaires, la formation de l’homme nouveau requérait de la part des jeunes un processus intense de mobilisation sous le contrôle du parti unique. Dans le cadre des régimes autoritaires (Régime de Salazar, Franquisme, régime de Vichy), le programme était perçu comme plus défensif, plus national que révolutionnaire, en raison de l’absence ou de la plus faible emprise du parti unique et de la doctrine.

13Dans cette formation, l’intérêt porté au corps jouait un rôle déterminant. L’éducation physique et le sport furent mis à contribution dans ce processus de régénération. Il est vrai qu’il existait dans la plupart des pays européens un héritage important lié la pratique physique.

14En Italie et en Allemagne, ces pratiques physiques, et notamment la gymnastique, étaient considérées comme un devoir patriotique que ce soit dans l’Italie libérale ou durant le Kaiserreich. Pendant la Première Guerre mondiale, en Italie la fédération de Gymnastique nationale avait encouragé la création de cours de préparation militaire sous la direction du ministre de la Guerre et on avait demandé aux enseignants d’être les relais de la propagande militaire dans les zones rurales et chez les ouvriers. Dans la tradition allemande, l’épanouissement du corps et de l’âme n’était guère séparé (leibesübung). De même en France, il existait un terreau existant. Les congés payés du front populaire, les colonies de vacances, les auberges de jeunesse (1930, fondation de la Ligue française des auberges de jeunesse, Marc Sangnier) et les méthodes du naturisme (Georges Hebert, L’éducation physique et morale par la méthode naturelle, Paris, 1936) avaient modifié la perspective avec les valeurs de la santé, d’hygiène, et de virilisation corporelle.

  • 16 Sur ces questions, Jean Saint Martin, L’éduction physique à l’épreuve de la nation, 1918-1939, Vui (...)
  • 17 Blandine Ollivier, Jeunesse fasciste, Gallimard, Paris, 1934, p. 35. R. Nicolai, « Sport », in Diz (...)
  • 18 Arnd Krüger, « Der Einfluss des Fasschistischen Sport modells Italiens aud dem nationalsozialistis (...)

15Pour les dictatures, l’Italie fasciste servit incontestablement de modèle en intégrant le sport et l’endoctrinement au sein de nouvelles associations de jeunesse16. Dès 1934, Blandine Ollivier soulignait l’exemplarité du modèle dans son ouvrage intitulé Jeunesse Fasciste17. L’influence de l’organisation italienne fasciste du sport et de la jeunesse sur l’Allemagne nazie fut décisive18. En France, la médiation s’est effectuée essentiellement par l’Allemagne nazie. On peut citer à cet égard l’association « Camp franco-allemand » fondée en décembre 1937 par Marcel Ribaldière, ancien combattant et avocat qui tendait à rapprocher les deux jeunesses. En août 1938, une délégation est reçue par A. Hitler à Berchtesgaden. Si on se réfère en revanche au Portugal de Salazar et à l’Espagne de Franco, la matrice originelle est italienne.

  • 19 PNF, Foglio di Ordine, Anno IV, 1926, « Per la preparazione dei giovani », p. 2.
  • 20 Carmen Betti, L’Opera Nazionale Ballilae l’educazione fascista, Firenze, La Nuova Italia, 1984, p. (...)
  • 21 Sandro Setta, Renato Ricci. Dalo squadrismo ala Republica Sociale Italiana, Bologne, Il Mulino, 19 (...)
  • 22 Luca La Rovere, Storia dei GUF (1919-1943), Bollati Boringheri, Torino, 2003.

16La séduction exercée par le modèle italien tint au fait que le sport devint à partir de 1926 un outil de propagande et de préparation militaire au sein de l’Opera Nazionale Ballila (ONB) fondée en 1926. Dès cette date, les jeunes encadrés dans l’ONB dépendaient du PNF19. L’organisation comprenait trois buts, éducation morale, éducation physique et discipline, en vue de promouvoir l’homme nouveau. L’ONB reçut en réalité la mission ambivalente de former les jeunes recrues conformément au credo fasciste et dans le même temps de favoriser le consensus de masse20. À la fin de 1937, outre le forum Mussolini, l’ONB avait créé 890 maisons du Ballila, 1 470 gymnases, 2 568 terrains de sport et 22 piscines21. Au sein de l’ONB, la militarisation atteignait en priorité les jeunes garçons, plus exactement les Avant-gardistes. Rappelons qu’en Italie, les jeunes étaient enrôlés dès l’âge de quatre ans dans les Fils de la Louve, puis intégraient les Ballila jusqu’à 14 ans et enfin les Avanguardisti jusqu’à 18 ans. À partir de 1929, 20 000 jeunes issus de ces rangs se retrouvaient une fois par an sur le Campo Dux. Les faisceaux de Jeunesse de combat furent créés le 8 octobre 1930 pour les jeunes adultes de moins de 21 ans qui ne fréquentaient pas l’université (Fasci Giovanili di Combattimento). L’objectif recherché était la mise en place d’une structure unique qui aurait permis de prendre en charge l’ensemble de la jeunesse italienne pour la diriger vers le parti. L’accentuation de cette politique se poursuivit à la fin des années trente. À l’automne 1937, les organisations de jeunesse (GUF exclus) furent refondues dans la GIL (Gioventu italiana del Littorio) prise en main par Achille Starace, le secrétaire général du PNF22.

  • 23 Günter Kaufmann, Das kommende Deutschland : Die Erziehung der Jugend im Reich Adolf Hitlers, Junke (...)
  • 24 Karl O. Paetel, Jugend in der Entscheidung 1913-1933-1945, Bad Godesberg, Voggenreiter, 1963, p. 1 (...)
  • 25 Arno Bernett, Nationalsozialistische Leibeserziehung, op. cit., p. 142.

17En Allemagne, dès 1933 l’intérêt pour la jeunesse se concrétisa dans la création d’un ministère spécifique. L’éducation physique et le sport furent regroupés au sein du Reichsportamt, avec à sa tête un Reichsportfürher, qui dépendait du ministère de l’Intérieur. Les deux principales associations étaient le Jungvolk de 10 à 14 ans et les HitlerJugend de 14 à 18 ans23. Pour la Jeunesse hitlérienne fondée dès 1926, l’inscription devient obligatoire à partir de 1936. En 1933, ses effectifs grossirent très fortement sous la poussée du ralliement de la plupart des associations de jeunesse24. Les effectifs passent de 120 000 membres au début de 1933 à plus de 2 millions à la fin de la même année. On estime que 82 % des jeunes allemands ont appartenu aux Jeunesses Hitlériennes. Dès 1934, un brevet de performance est délivré au jeune nazi qui doit prouver non seulement sa capacité de défense mai également son aptitude à penser et à agir comme national socialiste25.

18Cette volonté de former une nouvelle jeunesse, virile, pure, nationale et sportive est partagée par les régimes autoritaires mais dans une perspective plus limitée, celle de la régénération et de la défense de la nation.

  • 26 Juan Saez Marin, El Frente de Juventudes. Politica de Juventud en la Espagna de la postguerra (193 (...)

19En Espagne, le programme à l’égard des jeunes est avant tout pensé comme une entreprise de restauration de la tradition, de l’autorité et de la discipline. Pour le régime l’épisode républicain de 1931 avait porté à l’école une subversion des valeurs. Il était nécessaire de restaurer la formation catholique de la jeunesse. En 1937, au moment où commence à émerger le franquisme apparut l’Organisation Juvénile (O. J.) dont l’ambition était de former intégralement le jeune. Mais c’est surtout à partir de la loi du 6 décembre 1940 sur l’organisation d’El Frente de Juventudes que le système prit corps. Sa mission reposait sur la formation politique, l’éducation physique, sportive et pré militaire de la jeunesse espagnole jusqu’à 21 ans. Le syndicat universitaire espagnol (SEU) est intégré à la structure. Les Phalanges Juvéniles de Franco encadraient sous forme d’engagement volontaire la jeunesse en plusieurs groupes, flechas (10 à 13 ans), cadets (14-16 ans) et guias (Guides, 17 à 20 ans). Mais cette organisation fut davantage conçue comme un moyen de soumettre les jeunes plus qu’un instrument du parti Phalangiste26.

  • 27 Limoré Yagil, L’homme nouveau et la Révolution nationale de Vichy, Septentrion, Lille, 1997.

20Cette préoccupation de restaurer les valeurs est également au cœur du projet de la Révolution nationale porté par le régime de Vichy. La loi sur l’organisation de la jeunesse française de décembre 1940 avait pour ambition de former un homme nouveau27.

  • 28 B. Comte, Une utopie combattante, Fayard, Paris, 1991, p. 370-374.

21Deux tendances s’affrontèrent sur ce point avec d’un côté les partisans du maréchal qui revendiquaient une jeunesse unie mais pluraliste et de l’autre celle des collaborateurs qui se référaient au modèle totalitaire avec un parti unique28. Le 5 mars 1942, Pétain avait réaffirmé le maintien des mouvements existants. Le maréchal préférait parler de redressement physique plutôt que de sport. Ce programme de redressement physique de la France s’adressait aux organisations de jeunesse et autres mouvements à sa gloire comme la légion des Combattants.

22Vichy créa un nouvel organisme pour le sport, le CGEGS, Commissariat Général à l’Éducation Générale et aux Sports, le 7 août 1940, rattaché au secrétariat à la jeunesse et à la Famille, puis au Ministère de l’Éducation Nationale à partir de septembre 1940. L’organisation des Chantiers de la Jeunesse (30 juillet 1940 puis revue le 18 janvier 1941) dirigée par le général de La Porte du Theil, se proposait de revitaliser les corps et les âmes avec un modèle syncrétique mêlant vie collective, discipline, plein air, travail, marche, hygiène, sport, hébertisme. Il s’adressait initialement aux jeunes démobilisés désœuvrés. Il s’agissait d’intérioriser les valeurs de la Révolution nationale durant huit mois afin de former une jeunesse nouvelle, virile, obéissante, saine et chrétienne, totalement dévouée au Maréchal. Les Chantiers de jeunesse ne concernèrent que la zone sud et une partie de la jeunesse (400 000 jeunes).

23Ce processus d’embrigadement devait permettre l’éclosion d’une nouvelle élite apte idéologiquement mais aussi physiquement à conduire les destinées de la nation. Les élites politiques se sont-elles ouvertes aux jeunes ? Il convient de prendre la mesure de la rénovation entreprise.

L’ampleur de la rénovation

  • 29 W. Laqueur, Fascism, op. cit., p. 30.

24Les jeunes ont sur ce point davantage pénétré les institutions des régimes totalitaires que les régimes autoritaires tout simplement en raison de leur caractère subversif. Les exemples sur ce point abondent. Goebbels était le chef de l’organisation nazie à Berlin à 28 ans, ministre de la propagande à 35 ans. Himmler devint le chef de la SS à 29 ans, Hitler chancelier à 43 ans. En Italie, Balbo était ministre à 33 ans, Dino Grandi, 34 ans, Mussolini président du Conseil à 39 ans29. Ces carrières rapides sont-elles représentatives ? Pour tenter de répondre à cette question, il est nécessaire d’interroger plusieurs structures décisionnelles des États considérés.

  • 30 D. Musiedlak, Parlementaires en chemise noire, 1922-1943, Presses universitaires de Franche-Comté, (...)

25Le Parlement fasciste offre en Italie un bon exemple de cette politique de rajeunissement30. À la fin de l’Italie Libérale, la moyenne d’âge des députés était de 46 ans. Les probabilités d’y voir figurer les membres de l’élite combattante étaient fort minces. La Chambre élue en 1919 accusait un net vieillissement qui tenait en fait à la volonté de reconduire les élites et les comportements d’avant guerre.

26Le véritable changement s’effectue avec l’arrivée au pouvoir et l’application de la loi Acerbo lors des élections de juin 1924. Devancés seulement par les sept candidats républicains (38 ans), les députés fascistes placés en seconde position avec une moyenne d’âge de 42 ans incarnaient par conséquent le parti de la jeunesse. Si l’on songe que l’ensemble des députés se situait autour de 43 ans, il en découle que les élus non fascistes étaient plus âgés. Les socialistes avaient supplanté les libéraux, pourtant en pleine crise, à la dernière place avec des députés âgés de plus de 50 ans.

  • 31 Cf. Dietrich Orlow, History of Party Nazi, II, Pittsburg, 1969, p. 305 ; M. Kater, The Nazi Party  (...)
  • 32 Gerhard Rempel, The Hitler Youth and the SS, University of Carolina Press, Chapel Hill, 1989.

27En Allemagne, lorsqu’on examine les carrières de ceux qui étaient issus des jeunesses hitlériennes, on remarque d’une façon générale la faible attractivité des carrières ouvertes au sein du parti durant les années trente31. Ce que l’on relève en revanche en particulier à la lumière de l’étude de Gerhard Rempel, c’est l’intensité des relations existant entre la SS et les jeunesses Hitlériennes. L’âge moyen au sein de la SS au 1er janvier 1934 était de 26 ans et 8 mois. Il s’éleva au 1er septembre 1937 à 29 ans32.

  • 33 Daniel Lerner, The Nazi Elite, Stanford, Stanford University Press, 1951, p. 86.

28L’étude déjà ancienne de Daniel Lerner menée sur 1 600 personnes formant l’élite nazie en 1934 allait déjà dans le sens de cette hypothèse du rajeunissement avec une moyenne pour le groupe se situant en dessous de 50 ans (48,5)33.

29Le membre du Parti Nazi en moyenne était 7 ans plus jeune que son expression dans la moyenne nationale de la population masculine. Dans sa totalité, le groupe dirigeant était cinq ans plus jeune que celui rapporté au sein de l’ensemble de la population allemande. Répartie en trois ensembles, Propagandistes, Administrateurs et Militaires, l’étude démontre la prééminence sur le plan de la jeunesse du groupe des Propagandistes qui avaient en 1934 un peu plus de 38 ans (38,9) et s’apparentaient ainsi à la génération qui avaient en 1914 un peu plus de 18 ans (18,9). Le groupe des Administrateurs se situait en seconde position (42,2) devançant le groupe des Militaires.

  • 34 Paul H. Lewis, Latin Fascist Elites. The Mussolini, Franco, And Salazar Regimes, Praeger, Wesport, (...)

30L’enquête faite par Paul Lewis en 2002 sur la comparaison des élites ministérielles latines portant sur le régime fasciste italien, le régime de Salazar, et le régime franquiste permet de corroborer cette hypothèse du rajeunissement provoqué par le passage à la dictature. L’âge moyen d’un ministre était de 47 ans pour l’Italie, 45 ans pour le Portugal, par comparaison cet âge était de 51 ans dans l’Espagne de Franco. Dans chacun des régimes, les plus vieux étaient issus des rangs des militaires, 55 ans pour le régime fasciste, 56 pour Franco, 54 pour Salazar, ce qui n’est guère étonnant en raison du poids représenté par la hiérarchie. Les plus jeunes provenaient des rangs du politique (43 ans pour l’Italie fasciste, 46 pour Franco, 44 pour Salazar). Les ministres techniciens forment le groupe médian, 52 ans sous Mussolini et Franco, 44 sous Salazar34.

31L’élite ministérielle nazie était également plus jeune avec un âge moyen situé en dessous de 50 ans. Selon Karl Dietrich Bracher, les membres du gouvernement nazi étaient plus jeunes que ceux des États-Unis (56 ans) et du Royaume-Uni (53 ans).

32Cette tendance au rajeunissement des cadres mérite cependant d’être atténuée.

33Pour l’Italie fasciste, la montée des jeunes au sein du Parti, que réclamait Mussolini, ne s’est pas concrétisée dans la durée. À la fin des années trente, on constate le maintien dans la structure de l’État de la génération qui a été à l’origine du Mouvement. La même pesanteur prévaut au sein des corporations avec un personnel qui a plus de 50 ans en moyenne. Le « second fascisme » n’a pas réussi sa percée. Même si le principe de la Rivoluzione continua a bel et bien été appliqué, sa portée en a été amoindrie en raison des résistances apportées par les anciennes élites fascistes. En 1942, Mussolini ne cachait pas son amertume devant la dégradation de la situation :

« C’est seulement à travers les jeunes que peut se perpétuer notre credo. Ceux de soixante ans qui ont épuisé leur fonction devraient être exclus des rangs du Parti, en leur disant : “Vous avez bien travaillé. Descendez maintenant de la scène vers les spectateurs et observez les protagonistes.”

  • 35 Mussolini, Opera Omnia, XXXI, p. 68.

Nous sommes persuadés que c’est le meilleur moyen de faire la fameuse fusion entre les deux générations. Et qu’on ne pense plus que notre mouvement a un avenir s’il a contre lui la masse des jeunes. Par conséquent il est clair que nous devons faire tout ce qui est possible, naturellement avec méthode, discipline et avec la plus grande sévérité pour que ces jeunes représentent notre continuité idéale et physique. […] Il serait vraiment curieux qu’un mouvement qui est né avec l’hymne Giovinezza doive se convertir en l’hymne opposé, celui de la vieillesse35. »

  • 36 Kater, The Nazi Party, op. cit., p. 141-145.

34Le nazisme n’échappa pas à cette tendance lourde comme le montre l’évolution de la structure du Parti. On constate un vieillissement net à la fin des années trente jusqu’en 1942-194336. Les nouvelles filières de formation nazie, (les instituts élitistes de formation politique, les Napola (Nationalpolitische Anstalten), les A. Hitler Schulen fondées en 1936, tout comme les Ordensburgen (Citadelles de l’Ordre) ne permirent pas de résoudre la question du renouvellement des dirigeants dont le manque avait été dénoncé par Rudolf Hess en 1936.

  • 37 Sur l’identité des équipes ministérielles en Italie, au Portugal et en Espagne, cf. Portuguese Jou (...)

35Le vieillissement du groupe au pouvoir est aussi perceptible dans le cadre des régimes autoritaires. Le premier franquisme (1938-1945) fut apparemment plus ouvert aux jeunes que le franquisme exprimé dans sa totalité (1938-1975)37.

36Traumatisée par la crise fin de siècle et la Première Guerre mondiale, la jeunesse européenne s’est laissé en partie séduire par la dictature qui a pu fournir l’illusion d’une forme nouvelle de modernité politique. Elle a subi l’embrigadement au nom de la nation et du mythe de la refondation politique. Mais, cette jeunesse n’est cependant pas parvenue, malgré une certaine percée au sein des élites, à modifier les structures politiques dans la durée.

Notes

1 C. Curcio, « Giovani », in Dizionario di Politica, istituto della Enciclopedia Italiana, a cura del Partito Nazionale Fascista, vol. II, Anno XVIII, p. 295-296.

2 Z. Sternhell, « Fascist Ideology », in W. Laqueur, Fascism : A reader’s guide, Penguin book, 1979, p. 360 et suiv.

3 G. Mosse, The Fascist Revolution, Howard Fertig, New York, 1999, p. 13.

4 F.T. Marinetti, Le Figaro, 20 février 1909.

5 Walter Laqueur, Fascism Past, Present, Future, New York, NY Oxford UP, 1996, p. 29 et suiv.

6 Emilio Gentile, le Origini dell’Ideologia fascista, Bari Laterza, 1975, p. 166.

7 Italo Balbo, Diario 1922, Mondadori, Milano, 1932, p. 6.

8 Karl Christoph Lingelbach, Erziehung und Erziehungstheorien im nationalsoziallistischen Deutschland, Weinheim-Berlin-Basel, 1970, p. 84-86.

9 Roger Griffin, The nature of Fascism, London, New York, Routledge, 1991, p. 33.

10 Sur l’introduction du concept de Kulturkreis et son emploi par Leo Frobenius et Spengler, Detlev Falken, Osvald Spengler. Konservative Denker zwischen Kaiserreich und Diktatur, Verlag Beck, Munchen, 1988, p. 61.

11 B.H.F. Taureck, Nietzsche und der Faschismus, Ein Politikum, Leipzig, Reklam Verlag, 2000, p. 92. Rappelons que Nietzsche utilisait le terme français.

12 D. Falken, Oswald Spengler., op. cit., p. 160.

13 Z. Sternhell (dir.), L’éternel retour. Contre la démocratie l’idéologie de la décadence, Paris, PFSNSP, 1994, p. 14 et suiv.

14 A. Hitler, Discours de Reichenberg, 2 déc. 1938, in H. Michaelis, E. Schraepler, Ursachen und Folgen Vom deutschen Zusammenbruch 1918 und 1945 bis zur staatlichen Neuordung in der Gegenwart, Band XI, Dokumenten Verlag Wendler & Co, Berlin, p. 138.

15 Sur ces questions voir les contributions de Laura Mavano, Éric Michaud, Luisa Passerini, dans Giovanni Levi, Jean-Claude Schmitt, Histoire des jeunes en Occident, l’époque contemporaine, tome 2, Le Seuil, Paris, 1996.

16 Sur ces questions, Jean Saint Martin, L’éduction physique à l’épreuve de la nation, 1918-1939, Vuibert, Paris, 2000, Daphné Bolz, Les arènes totalitaires, Hitler, Mussolini et les jeux du stade, Éditions du CNRS, Paris, 2008 (fondamental).

17 Blandine Ollivier, Jeunesse fasciste, Gallimard, Paris, 1934, p. 35. R. Nicolai, « Sport », in Dizionario di Politica, istituto della Enciclopedia Italiana, a cura del Partito Nazionale Fascista, vol. II, Anno XVIII, p. 3337-3345.

18 Arnd Krüger, « Der Einfluss des Fasschistischen Sport modells Italiens aud dem nationalsozialistischen Sport », in Morgan A. Olsen, Sport und Politik, 1918-1939/1940, Oslo, Universitetsforlaget, 1986, p. 226-232.

19 PNF, Foglio di Ordine, Anno IV, 1926, « Per la preparazione dei giovani », p. 2.

20 Carmen Betti, L’Opera Nazionale Ballilae l’educazione fascista, Firenze, La Nuova Italia, 1984, p. xvi.

21 Sandro Setta, Renato Ricci. Dalo squadrismo ala Republica Sociale Italiana, Bologne, Il Mulino, 1986, p. 126.

22 Luca La Rovere, Storia dei GUF (1919-1943), Bollati Boringheri, Torino, 2003.

23 Günter Kaufmann, Das kommende Deutschland : Die Erziehung der Jugend im Reich Adolf Hitlers, Junker & Dünnhaupt, Berlin, 1940, A. Klönne, Hitlerjugend. Die Jugend und ihre Organisation im Dritten Reich, Hannover-Frankfurt, 1955, Peter D. Stachura, P. H. Merkl (Einf.), Nazi Youth in Weimar Republic, Clio Books Oxford, 1975, p. 269 et suiv, M. Kater, « Bürgerliche Jugendbewegung und Hitlerjugend in Deutschland von 1926 bis 1939 », in Archiv für Sozialgeschichte, 1977, p. 127-174.

24 Karl O. Paetel, Jugend in der Entscheidung 1913-1933-1945, Bad Godesberg, Voggenreiter, 1963, p. 146-147.

25 Arno Bernett, Nationalsozialistische Leibeserziehung, op. cit., p. 142.

26 Juan Saez Marin, El Frente de Juventudes. Politica de Juventud en la Espagna de la postguerra (1937-1960), Siglo XXI, 1988.

27 Limoré Yagil, L’homme nouveau et la Révolution nationale de Vichy, Septentrion, Lille, 1997.

28 B. Comte, Une utopie combattante, Fayard, Paris, 1991, p. 370-374.

29 W. Laqueur, Fascism, op. cit., p. 30.

30 D. Musiedlak, Parlementaires en chemise noire, 1922-1943, Presses universitaires de Franche-Comté, Besançon, 2007.

31 Cf. Dietrich Orlow, History of Party Nazi, II, Pittsburg, 1969, p. 305 ; M. Kater, The Nazi Party : A Social Profile of Members and Leaders 1919-1945, Oxford, Blackwell, 1983.

32 Gerhard Rempel, The Hitler Youth and the SS, University of Carolina Press, Chapel Hill, 1989.

33 Daniel Lerner, The Nazi Elite, Stanford, Stanford University Press, 1951, p. 86.

34 Paul H. Lewis, Latin Fascist Elites. The Mussolini, Franco, And Salazar Regimes, Praeger, Wesport, Connecticut, 2002, p. 189-191.

35 Mussolini, Opera Omnia, XXXI, p. 68.

36 Kater, The Nazi Party, op. cit., p. 141-145.

37 Sur l’identité des équipes ministérielles en Italie, au Portugal et en Espagne, cf. Portuguese Journal of Social Science, vol. 3, no 2, 2004.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540