Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesse(s) et élites

 | 
Christine Bouneau
, 
Caroline Le Mao

Troisième partie. La jeunesse et le renouvellement des élites

« Ce jeune homme a beaucoup de capacités et de sagesse1. » La transmission des charges dans la diplomatie au XVIIIe siècle : consuls et ambassadeurs de France à Rome

Albane Pialoux

Texte intégral

  • 1 AN, AE, BI, 965, f° 284, Nivernais à Rouillé, Rome, 21 mai 1749.
  • 2 Cf. la synthèse de Géraud Poumarède : « Le consul dans les dictionnaires et le droit des gens : ém (...)

1On pourrait être surpris, à juste titre, de voir les consuls du XVIIIe siècle, chargés essentiellement de la défense des négociants, associés aux ambassadeurs de France auprès du pape, ayant pour mission de porter le caractère royal dans la première ambassade de la Chrétienté. Il est vrai que ce rapprochement peut étonner, et il n’est pas question ici d’assimiler deux fonctions bien différentes, mais de voir en quoi par leurs différences mêmes, elles sont toutes deux, et en étroite union, au service de la France à Rome. Différence de nature, bien que le sujet fasse débat même dans le droit des gens2, mais aussi différence de durée et d’implantation locale, qui fait des consuls des agents permanents du roi : cette permanence s’accomplit par l’ancrage dans un port de véritables dynasties familiales, avec une transmission héréditaire de la charge de consul, et une vraie formation des jeunes gens pour qu’ils succèdent à leur père.

  • 3 On peut tout de même citer quelques dynasties ou familles qui se sont consacrées à la diplomatie, (...)
  • 4 Président de Brosses, Lettres familières, Paris, Club Français du Livre, 1961, p. 194-195.
  • 5 Le duc de Nivernais, fils du duc de Nevers, petit-neveu de Mazarin, épouse le 17 décembre 1730 Hél (...)
  • 6 AN, 257 AP 26.

2En effet, le temps des ambassadeurs n’est pas celui des consuls. Ceux-ci s’installent, demeurent, alors que ceux-là passent et repartent vite. On ne trouve pas à Rome de dynasties d’ambassadeurs, mais le phénomène est général3. Dans la capitale de la Chrétienté, le choix du roi est très clair : on n’envoie quasiment auprès du pape que des ducs et pairs ou des cardinaux. À Rome, seuls les frères d’Estrées, le duc et le cardinal, mettent en œuvre une collaboration familiale au début du XVIIIe siècle. En revanche, les réseaux familiaux et amicaux, au sens large, fonctionnent très bien : le cardinal de Polignac est issu d’une des plus anciennes familles de France, le duc de Saint-Aignan, un Beauvilliers, n’est autre que le « frère du vieux duc de Beauvilliers, gouverneur du roi d’Espagne et fils de cet ancien paladin qui figurait dans le tournoi de la Princesse d’Élide, au temps du mariage de Louis XIV4 ». Le duc de Nivernais et le cardinal de La Rochefoucauld – d’abord archevêque de Bourges – qui se succèdent à Rome, appartiennent au même cercle, celui du duc de Nevers, des Maurepas, des Pontchartrain5. Nous disposons de la correspondance échangée entre La Rochefoucauld et son cousin Maurepas6, ainsi que de quelques lettres échangées entre La Rochefoucauld et Nivernais, qui, toutes, montrent une volonté de transmission des informations sur la cour de Rome et de conseils sur l’attitude à adopter. La notion de cercle est donc beaucoup plus pertinente que celle de filiation dans le cas des ambassadeurs à Rome qui ne sont pas des diplomates de carrières mais des grands à qui le roi a confié une mission d’éclat temporaire.

  • 7 Archives du Vicariat de Rome, Stati delle anime, Registres paroissiaux des paroisses Saint-Apolina (...)

3Parmi les collaborateurs de l’ambassadeur, il en va bien différemment. Les stati delle anime, conservés dans les archives du vicariat de Rome7, nous permettent de reconstituer le personnel du palais de l’ambassadeur : secrétaires, cuisiniers, valets, s’installent en famille et il arrive souvent que les enfants reprennent les charges de leurs parents. Mais, puisqu’il s’agit ici d’interroger les relations entre la jeunesse et les élites, nous allons nous concentrer sur le cas des consuls, personnages forts d’un prestige social indéniable et d’une autorité politique certaine, en collaboration avec les ambassadeurs. En effet, dans les milieux consulaires, la transmission héréditaire est réellement fréquente et tout à fait encouragée.

  • 8 Marc Bélissa, « Diplomatie et relations “internationales” au 18e siècle : un renouveau historiogra (...)
  • 9 Ibid.

4Il ne s’agit pas ici de s’étonner de ce type de transmission, somme toute fort banale dans l’administration d’Ancien Régime, mais bien de se demander de quelle façon cette transmission s’effectue à l’étranger en accord avec les diplomates successifs, entre interventions des ministres français, formation des jeunes et accords avec les autorités locales. À travers l’étude des ambassadeurs et des consuls à Rome et alentours, des débuts de l’ambassade du cardinal de Polignac (1724) à la fin de celle du comte de Choiseul-Stainville (1757), cette enquête portera donc essentiellement sur le soutien actif apporté par les ambassadeurs à la famille des consuls, et particulièrement à leurs fils au moment où ceux-ci atteignent l’âge de trouver un emploi. Il semble bien qu’il y ait là un lien fort, professionnel mais aussi personnel, entre deux agents de la France à l’étranger que l’on a bien souvent tendance à étudier séparément, en isolant la diplomatie des réseaux consulaires. Or, pour le XVIIIe siècle, ce lien est à ce point essentiel qu’il permet de penser les consuls comme des « objets à part entière de l’histoire diplomatique8 » : Marc Bélissa parle même du « temps des consuls9 ».

5Nous nous demanderons donc quel est le parcours de formation de ces jeunes gens destinés à poursuivre la mission de leur père, quelles sont les compétences qu’on leur demande pour leur conférer la survivance de la charge de consul.

6Enfin, il faudra étudier de quelle façon, grâce à cette transmission héréditaire ainsi favorisée, s’installe une permanence visible de la défense des intérêts français, incarnée dans une famille bien insérée dans la société locale, habituée à traiter avec les autorités, même si les conflits sont fréquents. De ce fait, cette transmission constitue également un atout pour les ambassadeurs et la diplomatie française, dans la mesure où elle instaure une grande stabilité, alors même que leurs propres missions sont assez courtes. Installées dans la durée, ces familles incarnent la permanence de la présence ordinaire de la France en Italie, là où les ambassadeurs, « extraordinaires » par nature, porteurs du « caractère » qui les distingue par essence montrent davantage les évolutions de la diplomatie française en Europe et à Rome.

  • 10 Anne Mézin, Les consuls de France au siècle des Lumières, Paris, Ministère des Affaires étrangères (...)

7Pour mener à bien cette étude, différents types et dépôts d’archives ont été mis à profit : les correspondances diplomatiques du Ministère des Affaires Étrangères, les correspondances consulaires conservées aux Archives Nationales, mais aussi les billets échangés entre les ambassadeurs et le secrétaire d’État du Pape conservés au Vatican, ainsi que quelques correspondances privées. Nous disposons par ailleurs d’un outil essentiel et fort commode, l’ouvrage d’Anne Mézin, prosopographie des consuls de France au siècle des Lumières10.

8Nous nous attacherons donc à l’étude des dynasties consulaires soutenues activement par les ambassadeurs, avant de nous interroger sur les avantages et les modalités d’une telle succession héréditaire.

Les consuls dépendants de Rome : des dynasties familiales soutenues par l’ambassadeur

Présentation des postes et des familles

9Dans l’État ecclésiastique, ne réside qu’un seul ambassadeur mais plusieurs consuls sont en fonction, à Rome et dans les ports voisins : Civitavecchia, Ancône, Neptune, Senigaglia. Jusqu’en 1738, le consulat de Rome supervise deux vice-consulats, celui de Civitavecchia et celui du port moins important de Neptune. En 1738, le vice-consulat de Civitavecchia est érigé en consulat, ce qui représente pour le consul de Rome une redéfinition des tâches : son activité va se concentrer sur Rome, grâce aussi à sa charge supplémentaire de garde des archives de l’ambassade.

10Dans chaque consulat, de véritables dynasties familiales vont se mettre place, après la réorganisation du système consulaire effectuée par l’ordonnance sur la Marine d’août 1681. Celle-ci requiert une condition d’âge minimum de trente ans. Or, parmi les six consuls qui prennent leurs fonctions avant l’âge de 25 ans, identifiés par Anne Mézin, on trouve trois cas de survivance familiale, dont deux concernent la famille Benincasa à Ancône. Voici une présentation rapide de ces dynasties :

La famille Digne à Rome11

  • 11 Voir Anne Mézin, op. cit., p. 248-249.
  • 12 Voir AN, AE BI 43-27.11.1760 ; 963 à 967, CC Rome ; AN AE BIII 193 IV pièce ; 394, 2.8.1758 ; AN M (...)

11Joseph Digne, né en 1694, déjà expéditionnaire en Cour de Rome, est nommé garde des archives en 1732 et consul par brevet du 10 juillet 1733, les deux charges étant liées. Il prête serment le 10 août suivant entre les mains du duc de Saint-Aignan. Il perd en 1738 l’exercice du vice-consulat de Civitavecchia. Lorsqu’il meurt, le 16 juin 176012, son fils Louis-Dominique-Honoré né à Rome en 1735, a déjà obtenu un brevet de survivance daté du 1er octobre 1757 et reçoit donc ses provisions de consul le 14 juillet 1760. Il conserve ses fonctions jusqu’à la Révolution et fut nommé en 1762 directeur des postes à Rome sans cesser d’être consul et garde des archives.

La famille Vidau à Civitavecchia13

  • 13 Voir Anne Mézin, op. cit., p. 584-586.

12Le vice consulat de Civitavecchia dépend du consulat de Rome jusqu’en 1738, puis il est érigé en consulat et se trouve exercé pendant tout le XVIIIe siècle par la famille Vidau, très bien intégrée dans la ville. Jean-Antoine Vidau succède à son père Étienne en qualité de vice-consul de France à Civitavecchia en 1710, ne touchant ni appointements ni gratification jusqu’à la fin de sa carrière, et devant donner la moitié des revenus du vice-consulat au consul de France à Rome jusqu’à ce qu’il devienne consul de France à Civitavecchia par provisions du 22 mars 1738. Il collabore avec son fils Étienne dans les années 1740. À la suite de « faux rapports de la Cour de Rome », il est destitué de son consulat de juin 1744 à août 1745, mais le roi le fait pourtant chevalier de Saint-Lazare au début de l’année 1750 grâce à l’appui du duc de Nivernais, alors ambassadeur. Il se retire le 3 novembre 1749 au profit de son fils Jean-Baptiste-François, lui aussi chevalier de Saint-Lazare, nommé par provisions du même jour et qui restera en charge jusqu’à sa révocation en 1793.

La famille Évangéliste à Nettuno14

  • 14 Voir Anne Mézin, op. cit., p. 611.
  • 15 Voir AN, AE, BI 960, f° 74, lettre de La Chausse du 7 mai 1720, citée par Christine Grell, Le rôle (...)

13Le vice-consulat de Neptune ou Nettuno est lui aussi sous la juridiction du consulat de Rome. Il est doublé du port d’Ance ou Anzio qui en dépend, situé à une soixantaine de kilomètres au sud de Rome. La proximité des ports de Nettuno et d’Anzio explique que l’un ou l’autre des termes soit employé indifféremment dans les correspondances : en réalité, Neptune est le lieu d’établissement du vice-consulat et Ance le port qui y est attaché15. Dominique Évangéliste y succède à son père en 1720.

La famille Beliardi à Senigaglia16

  • 16 Voir Anne Mézin, op. cit., p. 136-137.

14Le consulat de Senigallia ou Senigaglia est créé en 1711 en raison de la foire annuelle de juillet et en faveur de Jacques I Beliardi. Il reste en possession de sa famille jusqu’à la fin du XVIIIe siècle : Jacques I Beliardi, nommé par provisions de juillet 1711, décède à Senigallia le 4 juin 1763 et son fils, François-Ange-Paul-Émile Beliardi, nommé par provisions du 30 avril 1763, reste en place jusqu’à sa mort le 20 novembre 1792.

La famille Benincasa à Ancône17

  • 17 Voir Anne Mézin, op. cit., p. 137-139.

15La création du consulat d’Ancône date du XVIe siècle. Ses titulaires en furent toujours des Italiens et la famille Benincasa l’occupe de 1671 à 1792. Mais le 17 février 1730, à la mort du marquis Luciano-Louis-Philippe de Benincasa, nommé en 1719, son fils est encore mineur, et un vice-consul, Charles-Gaëtan Aubert puis Jean-Baptiste Bonnevie, va exercer l’intérim. Jusqu’en août 1749. Ensuite, le marquis Joseph de Benincasa, est nommé par provisions du 29 juin 1749, puis consul général par provisions du 30 octobre 1752. Son fils Louis-Lucien lui succède, et devient consul général par provisions du 15 avril 1754, jusqu’à sa destitution le 4 juin 1793.

16Cette grande différence de durée et d’implantation entre ambassadeur et consul correspond bien sûr à une différence de fonction. L’ambassadeur est nommé pour une mission diplomatique temporaire auprès de la Cour de Rome. On attend de lui qu’il représente officiellement et avec éclat le roi de France à Rome. Le consul, agent du secrétariat d’État à la Marine, doit faire preuve d’une connaissance précise de la population française dans les États ecclésiastiques et de l’évolution des enjeux économiques et commerciaux, ce qu’il ne peut réaliser que sur le long terme. Pour l’ambassadeur, le poste de Rome représente souvent une étape brillante vers des fonctions plus importantes, à la Cour comme pour le cardinal de Tencin appelé au Conseil en 1741, ou dans une ambassade plus politique, comme pour Choiseul nommé à Vienne après le renversement des alliances. Pour le consul, sa charge est un métier durable, exercé le plus souvent au même endroit jusqu’à la mort, ce qui favorise une installation familiale sur place. Chacun a donc grand intérêt à travailler en accord avec l’autre agent de la France.

Les ambassadeurs, appuis constants des familles de consuls : une collaboration à repenser

17De fait, il existe la plupart du temps une véritable estime entre les deux agents de la France à Rome, née d’une collaboration quotidienne, d’échanges de billets incessants, de la nécessité de présenter souvent un front commun en Cour de Rome. Les consuls, et au premier chef celui de Rome, constituent de véritables assistants, très précieux pour les ambassadeurs, d’autant qu’ils ne peuvent guère compter sur leurs propres descendants, soit qu’ils soient inexistants, soit qu’ils ne s’intéressent absolument pas à la diplomatie. En effet, lorsque les jeunes gens accompagnent leurs parents, et qu’ils sont en âge de choisir une carrière, ils choisissent fort traditionnellement les armes ou l’Église. Ainsi, le duc de Saint-Aignan voit l’un de ses fils devenir abbé et faire scandale en enlevant une jeune fille, et l’autre partir pour Toulon servir comme enseigne. Du reste, ce dernier avait forcé le respect du cardinal Corsini, neveu du pape Clément XII, qui appréciait fort peu l’ambassadeur mais qui aurait bien vu le jeune homme rester comme conseiller auprès de son père. Il écrit au cardinal de Fleury :

  • 18 Accademia Nazionale dei Lincei, Cors. 1175, f° 255, Corsini à Fleury, minute, s.l.n.d.

« Quoique personne ne m’ait demandé de rendre un témoignage à la vérité, je me pique de l’aimer autant que je la puis connaître, de manière qu’au départ de M. le Comte de Saint-Aignan fils aîné de M. l’Ambassadeur, je ne puis m’empêcher de lui rendre justice auprès de V.E., sur ses rares qualités. Je n’ai jamais vu un jeune seigneur avec autant de piété qu’il en a ny avec autant de sagesse […]. Il a fait l’admiration de ce pays-cy et il en a certainement emporté les cœurs et l’estime. Je plains M. son Père d’avoir perdu une aussi bonne compagnie18. »

18En revanche, les ambassadeurs suivent attentivement les affaires familiales des consuls. Le duc de Nivernais intervient même auprès du secrétaire d’État du Pape, le cardinal Valenti, pour une affaire privée, où, à la demande du consul Vidau, il sollicite un ordre d’enfermement : turbulent, un des fils du consul risque de discréditer la réputation de son père, agent officiel de la France. Nivernais écrit immédiatement à Valenti :

  • 19 Archivio Segreto Vaticano, Segretaria di Stato, Francia, 479, f° 91, mémoire à Valenti, sans date.

« Le S. Vidau cy-devant consul de France à Civitavecchia ayant des sujets essentiels de mécontentements de son second fils nommé Melchior, dont la conduite pourrait déshonorer sa famille si l’on n’y mettait ordre a prié fortement l’ambassadeur de France de solliciter un ordre de Sa Sainteté pour faire arrêter ce jeune homme et le mettre au Château de Civittavecchia. Ledit ambassadeur persuadé que cette punition pourra corriger ce jeune homme prie M. le cardinal Secrétaire d’État de vouloir lui faire donner un ordre au gouverneur de Civittavecchia pour que le S. Melchior Vidau soit arrêté et conduit au Château de cette ville où il sera entretenu par son père de tout ce qui lui sera nécessaire19. »

  • 20 CADN, Rome Saint-Siège, 89, f° 45.
  • 21 Jean-Antoine Vidau, vice-consul en 1710, puis consul de Civitavecchia par provisions du 22 mars 17 (...)

19Pour donner une leçon à son fils, le consul n’hésite donc pas à faire intervenir l’ambassadeur, le Secrétaire d’État et le pape. À l’inverse, l’ambassadeur peut être sollicité pour défendre un membre de la famille du consul et intercéder en cour de Rome : l’abbé de Canilliac, auditeur de Rote et momentanément chargé des affaires du roi, relate20 une agression contre l’abbé Vidau, fils de « notre consul et agent à Rome de Civitavecchia21 ». Le jeune homme a le visage coupé par un homme déguisé qui l’attendait à sa porte. Canilliac a été alerté deux jours plus tard par le père qui s’est adressé à lui pour faire justice à son fils, sans oublier d’informer parallèlement le cardinal Valenti, secrétaire d’État, et le pape. L’affaire se révèle d’autant plus délicate que le suspect se trouve être commandant des armes à Civitavecchia.

20Le soutien et les interventions de l’ambassadeur en faveur des consuls s’étendent donc bien à la famille de ces derniers. Le fils de Beliardi, consul de France à Senigaglia, fait l’objet d’une lettre de recommandation adressée sous forme d’un mémoire par Choiseul au cardinal Valenti :

  • 22 Né à Senigallia le 28 août 1723, il fut auditeur général de la nonciature par intérim en mai 1754. (...)
  • 23 ASV, S.S., Francia, 479, f° 293, s.l.n.d.

« Mémoire. Les services de l’abbé Beliardi abbréviateur de la nonciature d’Espagne, doivent être connus de M. le cardinal Secrétaire d’État, surtout pour le temps où cet abbé s’est trouvé chargé de l’auditorat22. L’ambassadeur de France qui a beaucoup entendu parler du mérite et des services de cet abbé, mais qui doit aussi s’intéresser à lui, parce qu’il est fils du Consul de Sa Majesté à Sénigaglia, a l’honneur de recommander à Son Éminence cet abbé, en faveur duquel il la prie de vouloir bien obtenir de Sa Sainteté une pension ou gratification. Cette grâce sera pour l’abbé Beliardi une marque flatteuse de la satisfaction que le S. Père a de ses services, et l’ambassadeur sera très obligé à Son Éminence de vouloir bien tâcher de la procurer à cet abbé23. »

  • 24 AN, Mar C7 23, dossier Beliardi.

21On peut raisonnablement penser que ce type de parrainage dépasse la simple entraide naturelle entre deux agents du roi à l’étranger. Dans le cas présent, le jeune abbé Beliardi avait été distingué dès son arrivée à Rome en 1743 par le cardinal de La Rochefoucauld, puis présenté à Nivernais en septembre 1748. Nommé à Madrid, il a continué à correspondre avec Choiseul et restera un ami de la famille Choiseul après Chanteloup24.

  • 25 ASV, SS, Francia, 479, f° 59 et f° 60, Canilliac à Valenti : « Monseigneur, c’est avec bien de l’e (...)
  • 26 Christian Windler le déplorait en introduction à son ouvrage La diplomatie comme expérience de l’a (...)

22De ce fait, lorsqu’il s’agit de favoriser un fils de consul pour qu’il remplace son père, l’ambassadeur se montre tout à fait actif si le candidat lui paraît convenir, ce qui est le cas pour la période et les postes étudiés. La Rochefoucauld puis Nivernais soutiennent le fils Vidau et le fils Benincasa25, Choiseul le fils Digne. Ces interventions décisives nous permettent de comprendre toute l’importance du point de vue de l’ambassadeur dans le choix des consuls de France, mais aussi tout l’intérêt que trouve le service de la France dans l’installation de ces lignées, par le recrutement des jeunes gens pour remplacer leur père. L’historiographie s’est encore très peu penchée sur ces questions26 et l’on voudrait ici tenter d’explorer les conditions de ces processus de transmission qui mettent en interaction les réseaux diplomatiques et consulaires.

Choisir une transmission héréditaire pour les postes consulaires : compétences requises, processus de formation et avantages pour la France

Une jeunesse studieuse ?

  • 27 V. Vittalini, op. cit., p. 155.

23Succession héréditaire ne signifie pas passage de relais sans formation. Au contraire, les jeunes candidats à la succession doivent convaincre non seulement leur père mais aussi le secrétaire d’État à la Marine à Versailles et l’ambassadeur à Rome. Il s’agit d’un véritable parcours d’apprentissage et d’initiation pour les jeunes gens. Si l’on étudie en détail l’accès au consulat de Jean-Baptiste Vidau en 1749, on constate qu’il a d’abord accompli plusieurs expériences et remplacé son père à diverses reprises. En 1745, il a dû accueillir l’archevêque de Bourges, futur cardinal de La Rochefoucauld arrivant de France pour rejoindre son ambassade à Rome. Son père absent, il reçoit l’ambassadeur en compagnie de Louis Toret, chancelier du consulat, du gouverneur de la ville et des autres autorités locales27 : l’idée que le fils peut faire fonction à la place du père pour une fonction officielle paraît tout à fait naturelle. Cet intérim constitue donc à la fois une marque de confiance et une étape dans l’apprentissage du métier.

  • 28 AN, AE, B1, 965, f° 130, La Rochefoucauld à Maurepas, 10 août 1745 : « J’ai reçu, Monsieur, le 4 d (...)
  • 29 AN, AE, B1, 965, f° 210, La Rochefoucauld à Maurepas, Rome, 24 septembre 1745 : « Le fils du Sieur (...)

24Ainsi, pendant ce remplacement qui va finalement durer environ deux ans, il est observé attentivement par l’archevêque de Bourges, qui se charge d’envoyer lui-même à Maurepas des documents de travail rédigés par le jeune homme. À cet égard, on ne saurait trop souligner l’importance des correspondances échangées entre les ambassadeurs et le secrétaire d’État à la Marine, qui traitent d’affaires consulaires et prouvent par leur existence même l’attention portée par les diplomates à ces questions. La Rochefoucauld suit ainsi régulièrement les occupations du jeune Vidau28, au point de s’inquiéter de son sort, une fois le consul en titre de retour et de demander un emploi pour lui à Maurepas, en soulignant ses capacités29.

25Cette période de formation et de responsabilité semble tout à fait probante, il est à la fois surveillé et encouragé par l’ambassadeur, et cette tutelle bienveillante se poursuit, au point que le duc de Nivernais, successeur de La Rochefoucauld, en fait un véritable éloge à Maurepas puis à Rouillé. D’après lui, il serait fort dommageable pour le service du roi de perdre un tel sujet, qui se trouve également courtisé par la Cour de Rome :

« Cet homme a un fils dont je n’ai entendu dire ici que du bien. Ce jeune homme a beaucoup de capacités et de sagesse. Je crois qu’il serait avantageux au service du roi de le donner pour adjoint à son père. Par là on s’attacherait un très bon sujet qui est fort aimé et estimé ici, ce qui pourrait lui donner les moyens d’être plus utile qu’aucun autre. Il fut presque assassiné il y a environ un an, sans qu’on ait jamais pu découvrir les auteurs de cette action. Le père a fait les démarches que le premier mouvement inspire dans ces occasions, c’est-à-dire les plus ardentes, pour obtenir justice, et dans les divers soupçons que la douleur lui a fait prendre pour des indices, il a presque impliqué des personnes qui sont ici de grande naissance et considération, ce qui lui a fait quelques ennemis. Mais dans ce même temps le fils offensé et grièvement blessé s’est conduit avec tant de modération, de douceur, d’impartialité, dans sa propre cause, et de circonspection à n’accuser personne qu’il s’est acquis pour amis ceux mêmes qui se tenaient offensés des soupçons du père, et s’est concilié une bienveillance et une considération générales. M. le cardinal Valenti, secrétaire d’État, l’aime et l’estime, et je crois qu’il me serait aisé de lui faire avoir quelque emploi honorable dans cet état-ci, mais je pense qu’il vaut mieux acquérir et garder un tel sujet pour nous.

  • 30 AN, AE, BI, 965, f° 284, Nivernais à Rouillé, Rome, 21 mai 1749.

Je ne dois pas négliger de vous dire que ce gouvernement n’a aucune notion de ce qui convient au commerce ; il se fait souvent ici bien des règlements dont l’exécution le détruirait, et c’est aux différents consuls à faire alors les démarches et représentations que le bien du commerce exige. Il est important qu’ils s’y conduisent de manière à ne point aigrir les esprits au lieu de les convaincre ; et le consulat de Civitavecchia est souvent dans le cas de ces sortes de négociations parce que les franchises du port y attirant plus de bâtiments, y rend plus sensible le préjudice qu’on pourrait apporter à leurs privilèges. C’est par toutes ces raisons que je me suis déterminé à penser que le fils du consul présent serait excellent pour remplir cette place en le donnant pour adjoint à son père, et j’en avais écrit à M. de Maurepas qui avait approuvé cette idée ainsi que l’arrangement que j’ai l’honneur de vous proposer30. »

  • 31 Cité par Roger Boppe, Stendhal à Rome. Les débuts d’un consul. 1831-1833, Paris, Horizon de France (...)

26Cette lettre nous permet aussi de comprendre quelles sont les compétences requises chez ces apprentis consuls : sérieux et discrétion semblent dominer. Au fond, c’est un peu le contre-exemple de Stendhal, fameux consul de Civitavecchia, qui effraie Rome près d’un siècle plus tard en parlant trop et dont Mérimée écriera : « Il a ébaubi toute la société romaine par ses dits étranges ; on en a conclu que c’état un agent provocateur et on l’évite en tout lieu31. »

27Pour Choiseul, ambassadeur à Rome à partir de 1754, le consul doit être le fonctionnaire idéal, d’une intelligence pratique et apte à la routine, en somme l’anti-Stendhal justement. Il reconnaît ainsi les mérites du consul Digne et de son fils dans le mémoire qu’il rédige à l’intention de son successeur, mérites qu’il replace pourtant dans leur juste champ de compétence :

« Le consul de France, nommé Digne, est, en même temps, expéditionnaire ; on peut même dire que c’est le seul qui vaille quelque chose, car, dans ce genre-là, nous sommes très mal à Rome. Je me suis toujours servi de Digne pour les détails des bénéfices, et je l’ai trouvé très honnête homme, très zélé pour la France, et autant d’intelligence, qu’un homme qui n’a que de la routine sans esprit peut avoir. »

  • 32 Jean Baillou (éd.), Les affaires étrangères et le corps diplomatique français, t. I : De l’ancien (...)

28Il ne voit que son fils pour lui succéder dans cette tâche. Le jugement du diplomate, par sa franchise même, nous permet de mieux cerner ce que l’on attend réellement d’un jeune homme candidat au poste de consul : honnête homme, zélé pour la France, intelligent mais appliqué plutôt que brillant. Ce sont des qualités que l’on retrouve mises en avant lors de chaque succession. En somme, on attend d’un candidat un calme, une modération et une « routine » qui ne sont peut-être pas les qualités habituellement mises en avant pour promouvoir un « jeune ». Il est vrai qu’il s’agit d’une mission de confiance, qui vise à la défense des intérêts politiques et commerciaux de la France, et que l’on ne saurait la confier à un jeune homme inexpérimenté. C’est bien là l’évolution montrée également par Christian Windler pour les consuls au Maghreb, qui culmine avec l’ordonnance de la Marine de 1781 : en précisant les qualifications professionnelles des candidats à l’administration consulaire, elle accorde une préférence aux fils et neveux de consuls ou de drogmans dans le recrutement des élèves. On connaît en effet des dynasties de drogmans dans l’empire ottoman (comme les Fornetti ou les Ruffin), où l’hérédité se trouve favorisée par la création du système de formation des « jeunes de langues » doté d’une véritable école dont les anciens élèves sollicitent très souvent l’entrée pour leur fils. Pour eux, l’ordonnance de la Marine codifie la carrière des drogmans au point de réserver l’accès à cette formation aux enfants des trois secrétaires-interprètes du ministère et à ceux des drogmans des Échelles32.

  • 33 Ch. Windler, op. cit., p. 48.

29De fait, « c’est à partir d’un modèle familial d’autorité que les consuls […] se constituèrent en un corps dont la légitimité reposait sur les services rendus au souverain ou à l’État33 ».

Assurer la permanence des intérêts français à l’étranger : une transmission facilitée, une insertion réelle dans la société locale

  • 34 Archives des Pieux Établissements de France à Rome, Décrets de la Congrégation, registre 43, Ricor (...)
  • 35 Ibid., f° 118 v°, vendredi 21 juillet 1730 « 8° Feu M. le Chevalier Jean de Pressiat vivant député (...)

30De façon générale, la durée de la mission des consuls leur permet une réelle implantation locale, au service de la France. À ce titre, ils occupent également des places importantes dans les institutions de France à Rome, à l’image de Saint-Louis-des-Français. Ainsi, Lucien Benincasa est administrateur des biens de l’œuvre pie française de Lorette et Digne est reçu dans la congrégation de Saint-Louis34. Le consul Pressiat fut à ce point impliqué et heureux dans cette même congrégation qu’il lui légua sa bibliothèque35.

  • 36 Vittalini, op. cit., I, p. 112.
  • 37 Ibid.

31À ces activités administratives qui les ancrent durablement dans les institutions françaises, les consuls joignent bien souvent une très bonne insertion dans les villes qui les accueillent. À Civitavecchia, la famille Vidau s’est attirée une bienveillance presque générale. Vittorio Vitalini Sacconi, dressant à partir d’archives très précises un vaste tableau de la ville du XVIIe au XIXe siècle, cite très fréquemment les membres de la famille Vidau, qu’il qualifie ainsi : « Fidèle par tradition aux souverains français, elle avait des liens étroits avec Civitavecchia, où elle était arrivée, venant de Provence à la fin du XVIIe siècle36. » Le père Labat, qui resta six ans à Civitavecchia évoque lui aussi Stéphane Vidau, « honnête homme et bon chrétien37 ».

  • 38 Fils naturel du régent et de mademoiselle de Serri, ensuite comtesse d’Argenson, légitimé en 1706, (...)
  • 39 Cité par Jean Hanoteau, Gabriel Hanotaux, Recueil des Instructions données aux ambassadeurs et min (...)
  • 40 R. Boppe, op. cit., p. 8.

32La transmission héréditaire est l’instrument de ces succès et de leur continuité. Les enfants ont été confrontés tout jeunes au travail de leur père. En 1727, à 7 ans, le jeune Stéphane Vidau, aux côtés de son père, dîne avec le duc Jean-Philippe d’Orléans38, qui vient prendre la tête des galères de France et plaisante avec l’enfant, l’invitant à sa table à Paris, dès qu’il pourra s’embarquer sur une galère de France. De plus, ces jeunes gens ont appris à connaître les interlocuteurs habituels de leurs pères, négociants et marins comme autorités locales, sbires ou agents de la Curie. Appelé à s’occuper par intérim de la fourniture en bois de l’arsenal de Toulon, le fils Vidau correspond tout naturellement avec la famille Di Pietro, père et fils, qu’il paraît bien connaître39. Là encore, cette bonne intégration dans la longue durée répond bien à un reproche plus tard adressé par Stendhal : « Le malheur de nos agents est de vivre isolés. Ils ne voient que des gens de très bonne compagnie, par conséquent étiolés40. » Il est vrai qu’il ajoutait : « Civitavecchia, ennuyeux comme la peste… »

  • 41 AE, CP, Rome, 829, f° 58, Rochechouart à Choiseul, 23 juillet 1760.

33En 1760, au moment d’envisager la succession de Joseph Digne, consul de Rome, l’ambassadeur duc de Rochechouart écrit au ministre : « Je ne vois que M. Digne le fils capable de remplacer son père pour s’opposer aux entreprises journalières des officiers de la Daterie : tous les autres correspondants de nos expéditionnaires sont italiens et sont les plus employés. M. Digne le fils trouvera dans les registres de son père, qui sont en très bon ordre, une grande facilité de s’instruire de nos usages. Je le tiendrai en haleine tant sur cet objet que sur celui des archives, lesquelles, véritablement, ont été fort négligées41. » Il est vrai que le consul de Rome s’occupe moins d’affaires commerciales et bien davantage d’affaires ecclésiastiques que ses homologues des ports alentour, il traite donc plutôt avec la Daterie pour des affaires bénéficiales qu’avec la Consulte, chargée des questions de commerce et interlocuteur habituel des consuls. Mais toutes deux sont complexes et le consul doit en connaître le fonctionnement, sans compter les pressions diverses qu’il faut savoir faire jouer. Il est donc bon d’avoir des agents dans chacune et d’y cultiver des appuis sur le long terme, outre le soutien généralement acquis de l’ambassadeur. Les consuls sont des hommes de dossiers et d’archives là où les ambassadeurs passent des heures à rédiger des dépêches qui doivent vite être remises aux courriers et ont donc absolument besoin de cette assistance et de cette connaissance profonde des matières traitées en Cour de Rome.

34De plus, à la familiarité avec les affaires et les interlocuteurs, français et italiens, acquise au fil des ans, à la connaissance des arcanes des congrégations romaines, s’ajoute la facilité de la transmission elle-même. La maîtrise du français, argument qui revient à plusieurs reprises, mais aussi l’idée que le fils n’aura pas de mal à s’approprier les papiers de son père, sont des atouts décisifs.

35Ainsi, la question de la transmission permet d’aborder plusieurs champs de réflexion. Elle nous montre d’abord à quel point Rome demeure une place particulière en Europe, un poste où la représentation joue un rôle essentiel et où, de ce fait, l’on n’envoie que des personnalités de tout premier plan. On ne saurait donc parler de transmission familiale ou de formation des plus jeunes en vue de cet objectif, ce qui, de toutes façons, est bien rare dans la diplomatie, mais il existe à coup sûr des cercles et des réseaux tissés pour transmettre une expérience, favoriser l’ascension d’un membre de la famille ou du clan.

36En revanche, cette approche est beaucoup plus pertinente dans le cas des consuls. On rencontre de véritables dynasties et, cette fois, le cas des consulats de la région romaine peut prendre valeur d’exemple. En effet, dans les milieux consulaires, le choix de privilégier sciemment une transmission héréditaire permet de consolider la présence française à l’étranger et la défense des intérêts marchands. De père en fils, la transmission est plus facile, mais elle est aussi le gage d’une bonne connaissance des autorités locales, des négociants, des administrations avec lesquelles il faut savoir négocier, parfois âprement.

37L’âge minimum de trente ans comme le fait que cette transmission héréditaire n’est absolument pas automatique mais doit être méritée, obligent les jeunes à une bonne formation. Ils doivent réellement faire preuve de leurs talents et gagner une certaine expérience, sous le regard attentif des ambassadeurs. Cette étude permet donc également d’insister sur le lien finalement assez méconnu entre ambassadeurs et consuls, lien de collaboration étroite autant que lien d’autorité, qui fait de l’ambassadeur l’observateur attentif de ses consuls mais aussi le relais bienveillant des intérêts de ces derniers auprès du secrétaire d’État à la Marine et auprès de la Cour de Rome.

Notes

1 AN, AE, BI, 965, f° 284, Nivernais à Rouillé, Rome, 21 mai 1749.

2 Cf. la synthèse de Géraud Poumarède : « Le consul dans les dictionnaires et le droit des gens : émergence et affirmation d’une institution nouvelle (XVIe-XVIIIe siècles) », in La fonction consulaire à l’époque moderne, s.d., Jörg Ulbert et Gérard Le Bouëdec (dir.), Rennes, PUR, 2006, p. 23-36. Un mémoire conservé en double exemplaire dans un dossier commercial de l’ambassade de France à Rome et datant vraisemblablement des années 1730 montre cette ambiguïté et les prétentions consulaires aux prérogatives diplomatiques : « Prérogatives de Mrs les consuls. L’emploi de consul est si honorable que des personnes revêtues du caractère d’ambassadeur n’ont pas refusé de le remplir, il y a plus d’un siècle. […] Mrs les consuls sont confirmés dans tous les pays comme ministres publiques […]. Le roi reconnaît ce caractère dans Mrs ses consuls, et en conséquence Sa Majesté a toujours prétendu avec justice qu’ils jouissent du droit des gens, et que les hôtels qu’ils habitent ne sont sujets à aucune visite ni exécution de la part du gouvernement où ils résident ; et selon l’usage établi en Italie, en faveur des autres ministres publics, il sont en possession d’avoir les armes du roi sur la porte de leur hôtel aussi bien à Naples qu’ailleurs. Par le même principe, leurs vice-consuls établis avec patentes dans les autres ports de leur département, comme gens absolument nécessaires à l’exercice de leur emploi, jouissent aussi du droit des gens et des franchises et privilèges de la nation, ainsi que leurs autres officiers et domestiques. Mrs les consuls sont aussi francs des droits d’entrée pour tout ce qu’ils font venir pour leur usage en marchandises ou vivres […]. Ceux du roi ont encore une pleine et ample juridiction tant criminelle que civile sur tous les Français qui ont des discussions entre eux, et les appels de leurs jugements ne peuvent être portés qu’au Parlement d’Aix. Ils ont aussi la prérogative de se choisir un chancelier pour dresser les procédures qui concernent leur juridiction, et recevoir les testaments et autres actes de toute espèce qui intéressent les sujets du roi, et c’est à eux qu’il appartient de les légaliser. Le gouverneur du lieu de leur résidence doit leur donner main-forte pour faire arrêter les Français qu’ils leur indiquent, et il suffit pour cela qu’ils lui rapportent les raisons qu’ils ont de faire arrêter ou embarquer pour France les personnes indiquées. » CADN, Rome-Saint-Siège, 79, fos 158-160.

3 On peut tout de même citer quelques dynasties ou familles qui se sont consacrées à la diplomatie, auprès du Secrétariat d’État des Affaires Étrangères, ou dans des ambassades : les Pomponne, avec trois générations – le secrétaire d’État, son père et son fils, l’abbé de Pomponne, ambassadeur à Venise (1705-1710) – ou les d’Argenson, avec quatre générations. Plus rares sont les dynasties d’ambassadeurs, même si l’on peut citer Louis-Antoine d’Husson, marquis de Bonnac, qui a fait son apprentissage dans les ambassades de son père, Salomon d’Usson de Baurepaus, au Danemark (1692-1697) et en Hollande (1698-1699). De même, Roland des Alleurs occupe en Turquie (1747-1754) le poste d’ambassadeur qui avait été celui de son père, Pierre des Alleurs de 1709 à 1716.

4 Président de Brosses, Lettres familières, Paris, Club Français du Livre, 1961, p. 194-195.

5 Le duc de Nivernais, fils du duc de Nevers, petit-neveu de Mazarin, épouse le 17 décembre 1730 Hélène de Pontchartrain, petite-fille du chancelier et demi-soeur du comte de Maurepas, mariage célébré par le cardinal de La Rochefoucauld, ami et cousin des deux familles, car la mère de Maurepas était Eleonore-Christine de La Rochefoucauld. Maurepas a certainement joué un rôle dans la nomination de Nivernais à l’ambassade de Rome, au moment du départ du cardinal de La Rochefoucault. Du reste, Nivernais aurait aimé retrouver La Rochefoucauld à Rome pour une sorte de passation des pouvoirs, mais cela lui fut refusé car on ne voulut pas faire la dépense d’un double traitement d’ambassadeur.

6 AN, 257 AP 26.

7 Archives du Vicariat de Rome, Stati delle anime, Registres paroissiaux des paroisses Saint-Apolinaire, Saints-Apôtres, Saint-Nicolas-aux-Cesarini.

8 Marc Bélissa, « Diplomatie et relations “internationales” au 18e siècle : un renouveau historiographique ? », Dix-Huitième Siècle, no37, 2005, p. 41.

9 Ibid.

10 Anne Mézin, Les consuls de France au siècle des Lumières, Paris, Ministère des Affaires étrangères, 1998, 974 p.

11 Voir Anne Mézin, op. cit., p. 248-249.

12 Voir AN, AE BI 43-27.11.1760 ; 963 à 967, CC Rome ; AN AE BIII 193 IV pièce ; 394, 2.8.1758 ; AN MAR C7 87, dossier Digne.

13 Voir Anne Mézin, op. cit., p. 584-586.

14 Voir Anne Mézin, op. cit., p. 611.

15 Voir AN, AE, BI 960, f° 74, lettre de La Chausse du 7 mai 1720, citée par Christine Grell, Le rôle et l’activité du consul de France à Rome (1715-1738), mémoire de DEA sous la direction d’Yves-Marie Bercé, Université Paris IV-Sorbonne, 1995, p. 23-24.

16 Voir Anne Mézin, op. cit., p. 136-137.

17 Voir Anne Mézin, op. cit., p. 137-139.

18 Accademia Nazionale dei Lincei, Cors. 1175, f° 255, Corsini à Fleury, minute, s.l.n.d.

19 Archivio Segreto Vaticano, Segretaria di Stato, Francia, 479, f° 91, mémoire à Valenti, sans date.

20 CADN, Rome Saint-Siège, 89, f° 45.

21 Jean-Antoine Vidau, vice-consul en 1710, puis consul de Civitavecchia par provisions du 22 mars 1738.

22 Né à Senigallia le 28 août 1723, il fut auditeur général de la nonciature par intérim en mai 1754. L’abbé Beliardi restera proche de Choiseul. Cf. A. Mézin, op. cit., p. 135.

23 ASV, S.S., Francia, 479, f° 293, s.l.n.d.

24 AN, Mar C7 23, dossier Beliardi.

25 ASV, SS, Francia, 479, f° 59 et f° 60, Canilliac à Valenti : « Monseigneur, c’est avec bien de l’empressement que j’ay l’honneur de répondre au billet que je viens de recevoir de votre éminence, et par lequel elle a la bonté de m’apprendre la grâce que Sa Sainteté vient d’accorder, à la recommandation de M. le Cardinal de La Rochefoucault, au fils de M. de Benincase de la charge du consulat Leventin d’Ancône ; la part que cette éminence prend à tout ce qui regarde cette maison lui fera partager bien vivement cette grâce, surtout Monseigneur, ne pouvant pas douter qu’il ne peut la devoir qu’aux bons témoignages que vous avez bien voulu rendre à Sa Sainteté de M. de Benincase et de M. son fils, dont je suis persuadé qu’ils conserveront toute la vie une éternelle reconnaissance. Recevez-en même temps je vous supplie Monseigneur les assurances du très respectueux attachement avec lequel j’ay l’honneur d’être, etc. »

26 Christian Windler le déplorait en introduction à son ouvrage La diplomatie comme expérience de l’autre. Consuls français au Maghreb (1700-1840), Genève, Droz, 2002. Un colloque s’est intéressé en 2003 à la fonction consulaire mais dans une perspective plus strictement institutionnelle, sans évoquer les liens entre les différents agents à l’étranger : La fonction consulaire à l’époque moderne. L’affirmation d’une institution économique et politique (1500-1800), s.d., Jörg Ulbert et Gérard Le Bouëdec (dir.), Rennes, PUR, 2006. Pour les perspectives actuelles de la recherche, voir Marc Bélissa, art. cit.

27 V. Vittalini, op. cit., p. 155.

28 AN, AE, B1, 965, f° 130, La Rochefoucauld à Maurepas, 10 août 1745 : « J’ai reçu, Monsieur, le 4 de ce mois votre lettre du 18 juillet. Le Sieur Vidau était arrivé ici la surveille, je l’ai présenté au cardinal Valenti un jour que j’avais rendez-vous chez lui […]. Je crois qu’il vous demandera permission de retourner pendant quelques jours en Toscane, pour mettre ordre à nombre d’affaires que lui a occasionnées une entreprise de mines d’alun qu’il a fait en ce pays, et il vous priera de trouver bon qu’en son absence, qui pourrait être de quatre ou cinq mois, il fasse exercer son fils à sa place. Le fils paraît ne pas manquer d’esprit, et être assez bon sujet, au reste il se conformera exactement aux ordres que vous lui donnerez. »

29 AN, AE, B1, 965, f° 210, La Rochefoucauld à Maurepas, Rome, 24 septembre 1745 : « Le fils du Sieur Vidau, Monsieur, consul à Civitavecchia qui a fait les fonctions pendant un an ou deux en l’absence de son père et qui l’année dernière vous a rendu compte de l’exécution de vos ordres pour le bois de la forêt de la fayola désirerait extrêmement pouvoir être employé à quelque chose dans la plume de la Marine ou de toute autre espèce de façon que vous jugeriez à propos. Il a 27 ou 28 ans, écrit assez bien, ne parle pas mal français et il a de l’intelligence et de la bonne volonté. Voyez, je vous supplie, si vous pouvez faire quelque chose pour lui. Son père étant revenu fixe à Civitavecchia, il voit avec peine qu’il demeure sans occupation et qu’il perd un temps pendant lequel il pourrait se rendre capable de quelque chose. »

30 AN, AE, BI, 965, f° 284, Nivernais à Rouillé, Rome, 21 mai 1749.

31 Cité par Roger Boppe, Stendhal à Rome. Les débuts d’un consul. 1831-1833, Paris, Horizon de France, 1944, p. 50.

32 Jean Baillou (éd.), Les affaires étrangères et le corps diplomatique français, t. I : De l’ancien régime au second empire, Paris, éditions du CNRS, 2 vol., coll. « Histoire de l’administration française », 1984, p. 184.

33 Ch. Windler, op. cit., p. 48.

34 Archives des Pieux Établissements de France à Rome, Décrets de la Congrégation, registre 43, Ricordi de la congrégation, f° 113 v°, « le mardy 13 juin 1730 3° On a balloté M. Joseph Digne pour être admis dans notre Congrégation, les balles blanches étant les favorables. Il n’en a eu aucune noire, et est admis nemine diserepante ».

35 Ibid., f° 118 v°, vendredi 21 juillet 1730 « 8° Feu M. le Chevalier Jean de Pressiat vivant député de notre Congrégation ayant voulu laisser des marques de sa bonne affection à notre église, maison et hôpital a légué à lad. maison par son dernier testament toute sa bibliothèque et Mr Joseph Digne ayant été député par Mgr le card de Polignac pour exécuter led. testament, led. Sr Digne a consigné tous les livres de lad. bibliothèque à notre Congr. laquelle lui en fait bonne et valable quittance et charge moy sec. de la lui expédier au nom d’icelle Congr. ».

36 Vittalini, op. cit., I, p. 112.

37 Ibid.

38 Fils naturel du régent et de mademoiselle de Serri, ensuite comtesse d’Argenson, légitimé en 1706, devient général des galères en 1716 puis grand prieur de France. Cf. Vittalini, op. cit., p. 175.

39 Cité par Jean Hanoteau, Gabriel Hanotaux, Recueil des Instructions données aux ambassadeurs et ministres de France depuis les traités de Westphalie jusqu’à la Révolution française, Paris, Alcan, Rome III (1724-1791), p. 214.

40 R. Boppe, op. cit., p. 8.

41 AE, CP, Rome, 829, f° 58, Rochechouart à Choiseul, 23 juillet 1760.

Auteur

Université Paris IV-Sorbonne

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540