Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesse(s) et élites

 | 
Christine Bouneau
, 
Caroline Le Mao

Deuxième partie. Élites et formation de la jeunesse

Être un jeune marchand dans les villes de la Hanse (XVe-XVIIe siècle)

Marie-Louise Pelus-Kaplan

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Alexander Francis Cowan, The urban Patriciate. Lübeck and Venice, 1580-1700, Köln-W (...)

1Les villes commerçantes du Moyen Âge et de l’époque moderne ont pour trait caractéristique d’être dominées, le plus souvent, par de puissantes oligarchies marchandes. Dans ces villes, dont certaines sont les capitales de petites républiques urbaines (Lübeck, Danzig…), et parfois même commandent de véritables empires à la fois commerciaux et territoriaux (Venise, Gênes…), les élites se confondent en général avec la couche la plus riche du monde des marchands, que celle-ci soit ou non considérée comme un « patriciat », voire comme une sorte de noblesse. Des parallèles ont pu être ainsi établis, à bon droit malgré les différences évidentes, entre les élites des villes hanséatiques et celles des républiques marchandes italiennes1.

  • 2 Philippe Dollinger, La Hanse (XIIe-XVIIe siècles), Paris, 1964, rééd. 1988 ; Rolf Hammel-Kiesow, D (...)

2Rappelons que la Hanse se définit comme l’organisation des marchands d’Allemagne du Nord unis pour la défense de leurs intérêts à l’étranger, dans le cadre d’un grand commerce essentiellement maritime (pas totalement) entre l’est et le nord d’une part, l’ouest et le sud de l’Europe d’autre part. En tant qu’organisation politico-commerciale, la Hanse a perduré du milieu du XIIe siècle au milieu du XVIIe siècle, son souvenir survivra très longtemps ensuite – jusqu’au début du XXe siècle – à travers l’association des trois « villes hanséatiques » de Brême, Hambourg et Lübeck. S’il est vrai que la défense des intérêts commerciaux des hanséates a été prise en mains par les villes à partir des XIIIe -XIVe siècles, il serait faux de considérer la Hanse d’abord comme une ligue urbaine : en dépit du vieux mythe de « la ligue hanséatique », les villes de la Hanse n’ont jamais formé une ligue durable mais, à plusieurs reprises, elles ont mis sur pied des ligues de courte durée (quelques années) et rassemblant quelques villes ; jamais une de ces ligues n’a englobé la totalité des villes considérées comme faisant partie de la Hanse2.

  • 3 Ahasver von Brandt, « Die gesellschaftliche Struktur des spätmittelalterlichen Lübeck », in Unters (...)

3Quelles que soient leur taille et leur place au sein de l’organisation (qui compte autour de soixante-dix villes principales, et autour de deux cents villes si l’on prend en compte les petites cités représentées par les précédentes au sein des diètes hanséatiques), quel que soit également leur statut politique (villes libres du Saint Empire comme Lübeck, Cologne, Goslar, Magdebourg, et, reconnues plus tard comme telles, Hambourg et Brême, villes indépendantes au sein de la « république » polono-lituanienne ou des États de l’Ordre Teutonique, comme Danzig, Riga ou Reval, ou encore villes relevant de divers princes territoriaux, tels par exemple les ports de Wismar, Rostock, Stralsund soumis aux ducs de Mecklembourg et de Poméranie), les villes hanséatiques présentent des structures sociales inégalitaires, même si les contrastes sociaux y étaient, au XVe siècle en tout cas, beaucoup moins marqués que dans les grandes villes commerçantes et « industrielles » du centre ou du sud de l’Allemagne comme Göttingen, Nuremberg ou Augsbourg3.

  • 4 Cf. notamment, Jürgen Asch, Rat und Bürgerschaft in Lübeck, 1598-1669. Die verfassungsrechtlichen (...)

4Les ordonnances somptuaires qui fleurissent dans les villes hanséatiques à la fin du Moyen-Age et au début de l’époque moderne veulent à la fois souligner et renforcer les barrières entre les élites et les autres catégories sociales : au sommet, un « patriciat » ou plutôt une couche dirigeante (Führungsschicht) assez étroite, regroupée souvent au sein d’associations corporatives à caractère plus ou moins exclusif, telles, à Lübeck, la « Société du Cercle » (Zirkelgesellschaft) et la « Compagnie des Marchands » (Kaufleutekompanie) ; viennent ensuite les marchands moyens regroupés au sein de diverses corporations de spécialistes d’une route commerciale donnée (Fahrerkompanien), ainsi que des catégories intermédiaires entre marchands et artisans, comme les « merciers » (Krämer), les marchands de draps (Gewandschneider), les brasseurs (Brauer), et les capitaines de navires (Schiffer). Toutes ces catégories peuvent théoriquement participer au pouvoir urbain même si, souvent, la réalité est différente : c’est notamment le cas à Lübeck, où celui-ci est quasiment monopolisé par les membres de la « Société du Cercle » et de la « Compagnie des Marchands ». Il n’en va pas de même pour les nombreux artisans, eux aussi regroupés de manière corporative au sein de guildes ou métiers (Ämter), mais qui n’ont droit qu’à une participation très limitée à la vie politique de la ville par le biais des assemblées de la bourgeoisie, rarement convoquées, et au sein desquelles ils ne disposent que d’une très faible influence. Le pouvoir dans les villes hanséatiques, tant au Moyen Âge qu’à l’époque moderne, est donc aux mains des marchands (surtout des plus riches) et, de plus en plus à partir de la fin du XVIe siècle, des juristes étroitement apparentés aux dynasties marchandes. Ces deux catégories socio-professionnelles occupent de façon quasi exclusive les sièges sénatoriaux dans les villes, auxquels on accède en général par la voie de la cooptation4. Ces sociétés cependant ne sont nullement bloquées ; il est toujours possible pour des hommes nouveaux, même issus du monde des artisans, de percer jusque dans les hautes sphères, par le biais de la réussite économique et du « beau mariage » qui en est la conséquence logique. Inversement, les faillites et cas de régression sociale ne sont pas rares.

5On ne s’étonnera pas d’apprendre que, dans une ville hanséatique, les marchands sont la catégorie sociale la mieux connue, celle qui a laissé, aux époques anciennes, le plus de documents. Vouloir étudier la jeunesse dans une ville hanséatique, c’est donc se pencher avant tout sur celle des marchands, étant donné que le monde des artisans et plus encore celui des couches populaires ont laissé assez peu de traces écrites.

  • 5 Sur la place des femmes dans la société hanséatique, voir notamment Militzer, op. cit., p. 437-442

6Cette jeunesse « visible » des villes hanséatiques est, par ailleurs, un groupe essentiellement masculin. Les jeunes femmes apparaissent dans les documents, très brièvement en général, au moment de leur mariage et de la naissance de leurs enfants ; plus tard, elles sont mentionnées au moment de leur veuvage et de leur mort ; les femmes restées célibataires (souvent des servantes) n’apparaissent la plupart du temps qu’à ce stade ultime du décès. D’une manière générale, les femmes, tout comme les humbles, sont les parentes pauvres de notre documentation, d’où le titre volontairement limitatif de cette contribution sur la jeunesse et les élites5.

  • 6 Longtemps considérée comme une longue et progressive phase de déclin pour la Hanse, cette période (...)
  • 7 Ces deux manuels ont été publiés : L.L. Hammerich, Roman Jakobson et alii (éd.), Tönnies Fenne’s L (...)

7Pour compléter la bibliographie disponible sur la question, je me suis servie pour l’essentiel de documents de l’époque tardive de la Hanse (Hansische Spätzeit6) c’est-à-dire des XVIe et XVIIe siècles, tels que livres de comptes, correspondances, testaments et comptes d’exécution de testaments (Testamentbücher), inventaires après décès ou autres, et même parfois, très rarement conservés il est vrai, mémoires et livres de raison, la plupart de ces documents provenant des archives de la ville de Lübeck. J’ai également utilisé deux manuels d’apprentissage des langues vivantes en usage dans les villes hanséatiques au début du XVIIe siècle, ceux de Tönnies Fonne (ou Fenne) et de Nikolaus Volckmar7.

8La première question à poser est celle des limites de la jeunesse : à partir de quand, et jusqu’à quand est-on « jeune » ?

  • 8 À propos de ce que l’on peut tirer de ces inventaires lübeckois, cf. Marie-Louise Pelus-kaplan, «  (...)
  • 9 Manfred Gläser, « Mittelalterliche Spielzeugfunde », in Bracker, Henn, Postel, op. cit., p. 599.
  • 10 Klaus Arnold, « Kinderspiel und Kinderspielzeug », in Bracker, Henn, Postel, op. cit., p. 598.
  • 11 Ibid., p. 599.

9Avant d’être jeune, le futur marchand commence par être un enfant. Le terme « enfant » (Kind) apparaît dans les textes : dans l’inventaire du contenu des pièces des maisons lübeckoises, on trouve fréquemment mentionnés des lits d’enfants, et même (au XVIIIe siècle) des chambres d’enfants et des jouets d’enfants8. Les archéologues ont, d’ailleurs, découvert dans les villes hanséatiques de nombreux jouets datant du Moyen Âge9. Étant donné les fréquentes absences du père, les enfants étaient habituellement élevés par leur mère10. Les jeux d’enfants prennent-ils fin vers l’âge de sept ans, ou plutôt entre dix et quinze ans11 ? C’est tout le problème de la limite incertaine entre l’enfance et la jeunesse.

10Un des paradoxes de cette question est que le terme « jeune » (jung, jong), à l’époque, n’est guère employé en tant qu’adjectif, mais plutôt comme un substantif servant à désigner deux catégories bien précises. La première est celle, très nombreuse, des fils portant le même prénom que leur père, et qui sont généralement surnommés « le jeune » (de jonge, de junge) ; le terme ici ne désigne donc pas un âge particulier, mais sert à distinguer deux générations au sein d’une même famille. Il est, d’une manière générale, difficile de connaître précisément l’âge des marchands rencontrés au hasard des documents, sauf indications exceptionnelles ; des recoupements sont toutefois possibles avec les registres paroissiaux, mais avec de forts risques d’erreur liés à la fréquence des mêmes patronymes et des mêmes prénoms. Au même moment, dans une même ville, on peut avoir plusieurs individus portant les mêmes noms et prénoms, des études minutieuses sont donc nécessaires pour identifier les personnages.

  • 12 Carsten Müller-Boysen, « Die “Deutsche Brücke” in Bergen und die Niederlassungen in Oslo und Tönsb (...)

11Employé comme substantif, le vocable « jeune » désigne également un apprenti (de junge), donc, ici, une fonction, un stade de la carrière, mais de nouveau, pas véritablement un âge, même si on sait que l’apprentissage du jeune marchand débutait vers douze ou treize ans, et pouvait se prolonger jusqu’au moment où le « junge » devenait « commis » (diener, dener), soit autour de dix-sept à vingt ans. Les documents concernant la vie au comptoir hanséatique de Bergen montrent l’importance de la division en catégories correspondant plus ou moins à des classes d’âges : les « anciens » ou « doyens » (Älterleute) sont des adultes, généralement bourgeois de la ville de Lübeck, ils dirigent le comptoir, établissent les règlements et représentent les marchands allemands face aux autorités, tant locales qu’hanséatiques ; à côté d’eux, les simples « marchands » (Kaufleute) sont soit des hommes plus jeunes, soit des gens plus modestes, souvent associés avec un marchand plus riche ; en dessous, les « compagnons » ou « compagnons-marchands » (Gesellen, Kaufgesellen) aident à l’administration du comptoir, à la tenue des livres. Aux « jeunes » apprentis-marchands incombent les tâches subalternes ; les « Schutenjungen » déchargent et rechargent les navires, gèrent les entrepôts, les « Stubenjungen » font la cuisine et le ménage12.

  • 13 Arnold, op. cit., p. 597.
  • 14 Sur ce personnage, voir Marie-Louise Pelus-Kaplan, « Das Geschäftsbuch von Hans Moller (1575-1612) (...)
  • 15 Cowan, op. cit., p. 143-144.
  • 16 Arnold, op. cit., p. 597.

12La fin de la jeunesse est marquée d’abord par le mariage, qui conditionne l’indépendance familiale ; le jeune homme quitte alors la maison de ses parents pour habiter avec son épouse une autre maison, soit en location, soit en toute propriété. L’âge au premier mariage pour les jeunes gens tourne autour de vingt-cinq ans13, mais il était courant qu’un marchand se marie assez tard, beaucoup dépassaient la trentaine avant de convoler (ainsi le lubeckois Hans Moller célèbre-t-il son premier mariage à l’âge de trente-huit ans14). Ces mariages très tardifs sont habituels au sein de la « couche dirigeante » (Führungsschicht), où beaucoup de fils, surtout ceux qui séjournent à l’étranger, se marient tard, voire pas du tout15. Les marchands épousent souvent des femmes beaucoup plus jeunes, un bon nombre d’entre eux se remarie ensuite plusieurs fois du fait, principalement, de la surmortalité des femmes en couches. La différence d’âge entre époux se situe en moyenne entre six et huit ans, elle est souvent de plus de dix ans16. Inversement, les femmes ont aussi fréquemment plusieurs époux successifs, conséquence de la grande différence d’âge au premier mariage entre hommes et femmes.

  • 17 Militzer, op. cit., p. 419.

13Outre le mariage, la fin « juridique » de la « jeunesse » est marquée par l’acquisition du « droit de bourgeoisie » (Bürgerrecht), formalité quasi automatique et gratuite pour les fils de bourgeois (Bürgersöhne), assez facile également pour les jeunes hommes venus d’autres villes hanséatiques, à condition toutefois qu’ils puissent payer la somme requise, trouver deux ou trois garants parmi les bourgeois de la ville, et s’offrir les armes nécessaires au service de guet. La condition essentielle, plus que la possession d’une maison ou d’un terrain à l’intérieur la de ville, est l’indépendance économique – le nouveau bourgeois doit être à la tête de sa propre entreprise, donc ne pas être salarié – ; c’est donc principalement un critère de richesse, et de place dans l’économie urbaine, qui est déterminant pour l’accès au droit de bourgeoisie17.

  • 18 Cf. Marie-Louise Pelus, Wolter von Holsten, marchand lübeckois dans la seconde moitié du XVIe sièc (...)

14Avant de devenir « bourgeois » d’une ville et d’acquérir ainsi le droit de participer à la vie municipale et au cursus honorum, le jeune marchand est désigné soit comme « fils de bourgeois » (Bürgersohn), soit sous le vocable de « compagnon-marchand » (Kaufgeselle) ; ces deux termes désignent un marchand, installé dans la ville et jouissant de ses privilèges, mais qui – pour des raisons diverses- n’a pas encore acquis le droit de bourgeoisie et ne peut pas, de ce fait, siéger dans les assemblées urbaines18.

15Si l’on ne peut pas définir clairement la « jeunesse » en termes d’âge, il est certain que celle-ci correspond plutôt à une étape de la vie civique et professionnelle, et qu’elle dure plus ou moins longtemps selon les individus, sans doute moins longtemps pour les fils de bourgeois que pour les jeunes marchands arrivant d’une autre ville, moins longtemps pour les aînés que pour les cadets, moins longtemps, également, pour les juristes, plus vite sédentaires, que pour les marchands, condamnés à voyager plus longtemps.

  • 19 Marie-Louise Pelus, « Investitionsformen in Lübeck und ihre Rolle in der Vermögensbildung », in St (...)

16Un bourgeois, marié et installé dans une ville hanséatique, peut-il encore être « jeune » un certain temps, et jusqu’à quand ? Si l’adjectif « jeune », on l’a vu, n’est guère employé dans les documents au sens où nous l’entendons, des signes de jeunesse se manifestent néanmoins à travers les formes d’activité économique, sociale et politique du jeune marchand : pour lui, l’âge des responsabilités politiques, des honneurs municipaux arrive le plus souvent assez tard, car ces fonctions prenantes et non lucratives demandent du temps, de la disponibilité et de l’argent, ce qui suppose une carrière commerciale déjà bien avancée, condition pour accéder à une certaine sédentarité. Certains, il est vrai, tel le lübeckois Hinrich Köhler dans la première moitié du XVIe siècle, continuent leurs déplacements à l’étranger pour affaires, tout en siégeant au Sénat. Ce n’est qu’en fin de carrière que ce marchand, devenu vieux, peut-être aussi malade ou impotent, semble avoir renoncé à la mobilité qui fait partie intégrante de la culture d’entreprise des marchands de la Hanse19. D’autres ne cessèrent jamais de se déplacer tout au long de leur vie. C’est le cas de Hans Moller qui, même après son mariage tardif, poursuit ses voyages entre Lübeck et la Livonie, sans doute parce qu’il ne parvient pas à faire fortune, jouissant ainsi, bien malgré lui, d’une « jeunesse » prolongée…

17Si, donc, la jeunesse est, semble-t-il, moins un âge qu’un temps de la vie, ce temps se divise en plusieurs parties : temps de l’apprentissage et de la formation, la jeunesse est ensuite un temps de tribulations, d’audaces aussi, de coups risqués permettant d’atteindre les objectifs, avidement recherchés mais pas toujours obtenus, que sont la fortune, et une relative sédentarisation.

  • 20 Martin Kintzinger, « Schule und Bildung », in Bracker, Henn, Postel, op. cit., p. 590-596.
  • 21 Cf. Pierre Jeannin, « Distinction des compétences et niveaux de qualification : les savoirs négoci (...)
  • 22 Voir à ce sujet Marie-Louise Pelus-Kaplan, « L’apprentissage et la pratique des langues étrangères (...)
  • 23 Pierre Jeannin, « Das Handbuch in der Berufsausbildung des hansischen Kaufmanns », in Hansische Ge (...)
  • 24 Kintzinger, op. cit., p. 595.

18La formation du futur marchand commence dès l’enfance, où il acquiert dans les écoles d’écriture (Schreibschulen) et les « écoles allemandes » des villes les premiers rudiments de lecture, écriture, calcul et comptabilité20 ; très certainement, l’enfance est également la première étape de l’apprentissage pratique du métier de marchand, par la fréquentation du comptoir et des entrepôts familiaux qui lui permet les premiers contacts avec les partenaires commerciaux et, fondamental, le contact physique et technique avec les marchandises21. Les années d’apprentissage (cinq à six ans, voire plus) se passent souvent au loin, soit dans une autre ville hanséatique, soit chez des Allemands résidant dans une ville étrangère, soit directement dans une famille étrangère, où le jeune garçon apprend à la fois la langue du pays et la pratique commerciale. Les futurs marchands danzigois sont ainsi envoyés, au XVIIe siècle, dans des familles de la noblesse polonaise pour y apprendre la langue, tandis qu’au même moment les bourgeois de Lübeck envoient volontiers leurs fils chez leurs correspondants russes de Pskov ou de Novgorod22. La formation pratique, acquise ainsi « sur le tas », est complétée par la lecture des manuels de pratique marchande (mentionnés dans les listes de livres des inventaires après décès), qui informent sur les places commerciales, les cours du change, proposent des modèles de lettres et de tenue des livres de comptes23. Les études secondaires et universitaires concernent peu les marchands, tandis que leurs frères ou parents qui embrassent une carrière de juriste y consacrent de longues années. Pour ces lettrés, destinés à une carrière diplomatique et politique, le voyage à l’étranger qui termine les études universitaires prend, à partir du XVIIe siècle surtout, l’allure d’un « grand tour » de l’Europe occidentale, accompli souvent avec un ou deux compagnons, nobles ou bourgeois. Autant et plus que les marchands, ces juristes maîtrisent plusieurs langues vivantes, outre le latin24.

  • 25 Volker Henn, « Das Brügger Kontor », in Bracker, Henn, Postel, op. cit., p. 222.
  • 26 Müller-Boysen, op. cit., p. 231-232.
  • 27 À propos de Tönnies Fonne (ou Fenne) et de son manuel (supra, note 7), voir également : Pierre Jea (...)
  • 28 Stuart Jenks, « Leben im Stahlhof », in Bracker, Henn, Postel, op. cit., p. 212-213.

19Le temps des tribulations fait suite à celui de la formation. Les débuts dans la carrière commerciale sont le plus souvent pénibles : son apprentissage terminé, le jeune marchand devient commis ou employé (Diener, Knecht, Geselle) au service d’un riche marchand ; pendant de nombreuses années, il voyage sans cesse, effectue de fréquents et longs séjours à l’étranger, en dépit de conditions souvent difficiles, voire périlleuses, surtout en Livonie au temps de l’invasion russe et des conflits entre Russes et Suédois. Il fréquente bien sûr les comptoirs, où les hanséates célibataires vivent entre eux : le règlement du comptoir d’Anvers en interdit l’accès aux hommes mariés, qui doivent envoyer à leur place un commis célibataire25. Les règlements sont à peu près les mêmes au comptoir de Bergen en Norvège, mais il s’y pratique en outre, à l’encontre des novices, des formes violentes et cruelles de bizutage26, autre forme de l’apprentissage de la vie… Même sans cela, il n’est pas forcément facile pour un jeune homme de vivre dans une ville étrangère : le jeune marchand mis en scène dans le manuel de conversation russe de Tönnies Fonne regrette notamment, en Russie, la bonne cuisine allemande27 … On apprend, grâce aux règlements des comptoirs, à quels passe-temps se livraient les jeunes commerçants durant leur séjour. Ainsi, au Stahlhof (Steelyard) de Londres, il leur est interdit de jouer au football dans le grand hall, de grimper aux arbres du jardin pour en cueillir les fruits, de jeter des pierres contre les fenêtres, de jouer aux dés, d’amener des prostituées dans les chambres28

  • 29 Marie-Louise Pelus-Kaplan, « Raumgefüge und Raumnutzungen in Lübecker Häusern nach den Inventaren (...)
  • 30 Pelus, Wolter von Holsten, op. cit., p. 50-61.

20Même lorsqu’il séjourne dans sa propre ville, le jeune marchand vit dans des conditions matérielles assez spartiates. Le plus souvent, apprentis et commis sont logés dans la maison de leurs employeurs, ils dorment sur un des « bancs à coucher » (Schlafbank) de la grande pièce à tout faire du rez-de-chaussée (Diele), parfois ils peuvent avoir droit à une chambre dans un grenier ou dans une annexe de la maison29. Le « compagnon-marchand » (Kaufgeselle) célibataire, mais indépendant financièrement, loue fréquemment une chambre chez un bourgeois de sa ville : ainsi Wolter von Holsten, âgé d’environ trente-cinq ans en 1575, a d’abord longtemps habité dans la maison de son ancien patron (Herr), le sénateur lübeckois Johann Kampferbeke, où il conserve encore quelques éléments de literie ; il entrepose par ailleurs ses marchandises, ainsi que du mobilier et de la literie, chez son associé Albert Reimers qui, lui, est marié et bourgeois de Lübeck. Au moment de sa mort (1575), Wolter von Holsten réside dans la demeure de son ami Detmar Middeldorp, où il occupe une simple pièce au mobilier assez réduit, mais avec une belle garde-robe30.

  • 31 Au sujet de la « Widerlegung », voir notamment : Albrecht Cordes, Spätmittelalterlicher Gesellscha (...)

21Pour préparer son accès à l’indépendance économique, le jeune commis (Diener) bénéficie souvent d’une aide de sa famille ou de son patron (Herr) : la « Widerlegung » (« wedderlegginge » en bas-allemand), forme traditionnelle de la commandite dans le monde hanséatique, est une association entre un « capitaliste » qui fournit l’argent, et un jeune marchand qui fournit seul le travail, bénéfices et pertes étant partagés en deux parts égales. Il serait faux de voir ici une forme d’exploitation éhontée de la main d’œuvre par le capital : la « Widerlegung » est plutôt, dans le monde hanséatique, la forme habituelle du « coup de pouce » donné aux jeunes, surtout s’ils ne sont pas « fils de bourgeois », pour les aider à monter leur propre entreprise. Les sommes avancées peuvent être importantes : Wolter von Holsten a ainsi reçu de Johann Kampferbeke 1 000 Reichsthaler (soit 2 000 Marks de Lübeck), qui n’ont toujours pas été remboursés à la mort du jeune marchand ; moins richement doté par son oncle maternel, Hans Moller lui aussi fait longtemps traîner le remboursement de sa Widerlegung, peut-être avec l’assentiment tacite de son créancier31.

  • 32 Voir notamment : Gunnar Mickwitz, « Neues zur Funktion der hansischen Handelsgesellschaften », in (...)

22À la maturité du marchand correspond celle de l’entreprise : après en avoir fini avec sa Widerlegung, le marchand développe son commerce en compte propre et préfère d’autres formes, plus égalitaires, d’association, comme la société en nom collectif (vullkommene masschopei) avec un ou plusieurs bourgeois d’autres villes hanséatiques, souvent très éloignées de celle où il réside : c’est la fameuse « société à longue distance sur la base de la réciprocité » (Ferngesellschaft auf Gegenseitigkeit) caractéristique de l’époque tardive de la Hanse32.

23Le passage de la jeunesse à l’âge mûr se lit également dans la forme prise par les investissements : alors qu’un jeune marchand, tel Wolter von Holsten à sa mort, possède la presque totalité de son capital sous forme de marchandises, créances commerciales, parts de société et parts de navires, les marchands âgés, tel Hinrich Köhler, ont au moment de leur décès largement investi dans les biens durables tels qu’immeubles, argenterie et bijoux, ainsi que dans des parts d’entreprises protoindustrielles, dans des rentes sur les villes ou sur les maisons, et dans les prêts à des particuliers. Ces dernières formes de l’investissement comportent, certes, toujours une part de risque, mais sans commune mesure avec les véritables coups de poker que sont les premières expéditions du jeune marchand : envoyer des soieries et des épices à Narva dans les années 1560 peut aussi bien rapporter gros qu’entraîner des pertes sévères. Prudent, Wolter von Holsten choisit alors, au début des années 1570, de recentrer son commerce livonien sur Riga, où les aléas sont moindres, mais au même moment il se lance dans l’aventure du commerce ibérique (Spanienfahrt), lui aussi hautement spéculatif étant donné les fluctuations des prix du sel. L’audace, la prise de risques sont l’apanage de la jeunesse ; plus tard, le marchand qui a fait fortune suit plus volontiers les voies déjà bien tracées.

  • 33 Pour ces aspects de la vie quotidienne, voir, notamment : Gisela Jaacks, « Bekleidung in den Hanse (...)

24Si la vie quotidienne du jeune marchand se déroule, nous l’avons vu, dans un cadre assez spartiate, il ne faudrait pas imaginer pour autant que son existence est faite uniquement de privations. La riche garde-robe de Wolter von Holsten, avec l’importance du linge de corps, des coiffures, la qualité des tissus dont sont faits ses vêtements, celle des fourrures et autres garnitures qui les ornent, rappelle les élégants portraits des jeunes marchands du Steelyard peints par Holbein. Ce qu’on aperçoit des dépenses de nourriture et de boisson du jeune marchand montre que celui-ci vivait bien, buvait volontiers du vin et de l’alcool, outre la bière quotidienne, et mangeait de la viande ; l’ameublement de sa chambre, plutôt coquet et confortable, conforte cette impression33.

  • 34 Rudolf Holbach, « Feste und freie Zeit », in Bracker, Henn, Postel, op. cit., p. 600-609.
  • 35 Cf. Marie-Louise Pelus, « Niederdeutsch-westfälische Einwanderer in Lübeck 1500-1570. Formen und B (...)
  • 36 Voir notamment, à propos des contacts avec les Russes, Harder-Gersdorff, Datt harte brendt my…, op (...)

25En dehors des heures de travail, le jeune marchand s’adonnait à divers types de loisirs : les jeux d’argent et de hasard, la danse, et surtout, semble-t-il, les sports, lui donnaient l’occasion de se distraire en compagnie d’autres jeunes gens de son âge34. La sociabilité urbaine, tant dans les villes de la Hanse qu’à l’étranger, faisait naître des liens d’amitié, tout aussi forts que les liens de parenté, susceptibles de favoriser la carrière du jeune homme en lui procurant, par exemple, une bonne place chez un marchand en vue, voire un mariage avantageux. Si le sentiment d’une identité commune pouvait favoriser de tels liens35, l’attitude à l’égard de l’« autre », de l’étranger, n’était pas pour autant hostile, et pouvait même s’avérer cordiale, en dépit des différences ressenties et soulignées36.

  • 37 Voir notamment Rainer Postel, « Kirche und religiöses Leben », in Bracker, Henn, Postel, op. cit.,(...)

26Le sentiment d’une appartenance religieuse commune jouait également un rôle non négligeable dans le choix des relations sociales du jeune marchand. La jeunesse est, c’est bien connu, prompte à se révolter, et il est clair que les jeunes générations, notamment à Lübeck aux alentours de 1530 et peu après, du temps de Wullenwever, ont joué un rôle essentiel dans le basculement de la ville vers le luthéranisme et vers de nouvelles formes, plus démocratiques, de vie politique. À la fin des années 1530 pourtant, tout rentre dans l’ordre, et les jeunes marchands, dans la ville devenue un bastion du luthéranisme, semblent avoir oublié toute velléité de révolte, ne songeant plus qu’à profiter des occasions de faire fortune37.

  • 38 Holbach, op. cit., p. 605 ; voir également le passage du manuel de conversation russe de Tönnies F (...)
  • 39 Müller-Boysen, op. cit., p. 232.
  • 40 Militzer, op. cit., p. 441.
  • 41 Müller-Boysen, op. cit., p. 232 ; Jenks, op. cit., p. 212.
  • 42 Marie-Louise Pelus-Kaplan, « Gdansk dans les échanges commerciaux et culturels de la Pologne avec (...)

27La question de la vie sexuelle du jeune marchand avant son premier mariage, qui pouvait être fort tardif, nous l’avons vu, est aisément résolue : la fréquentation des prostituées est attestée, tant dans la ville de résidence du négociant qu’à l’étranger. Les établissements de bains (Badstuben) favorisaient les rencontres, on en trouvait aussi bien dans les villes hanséatiques qu’à Londres ou à Novgorod38 ; à Bergen, le quartier des « lumières rouges » proche de la Deutsche Brücke (le comptoir hanséatique) rassemblait les prostituées39. Après l’adoption de la Réformation toutefois, les villes hanséatiques ferment les bordels (Frauenhäuser) et interdisent la prostitution, ce qui crée un réel problème pour les jeunes célibataires une fois de retour au bercail40. Le concubinage, fréquemment pratiqué par les jeunes hanséates lors de leurs séjours à l’étranger41, offrait une solution, mais seulement temporaire puisque, si l’on connaît des cas d’enfants illégitimes ramenés de l’étranger, on a peu d’exemples de femmes étrangères ramenées par les marchands dans les villes hanséatiques. En revanche, ils pouvaient ramener des fillettes : c’est ainsi sans doute qu’il faut interpréter la mention dans le testament de Wolter von Holsten (1575) des deux « petites servantes suédoises » qu’il avait « achetées » (de ick gekofft hebbe) et qu’il place à sa mort dans deux honorables familles de Lübeck, tout en léguant à chacune une somme capable de constituer une dot. Pays sous-développé de l’époque, la Suède exporte vers les villes hanséatiques sa main d’œuvre tant masculine que féminine. Les servantes suédoises mortes célibataires à Danzig dans les premières décennies du XVIIe siècle42 ont-elles été, elles aussi, achetées petites filles par des marchands Danzigois qui en ont fait à la fois leurs servantes et leurs concubines ? Ou sont-elles arrivées, adultes, de leur plein gré dans le grand port de la Vistule pour y être placées comme servantes ?

  • 43 Ce phénomène est très courant dans l’Europe de la fin du Moyen Âge. Cf. Mireille Vincent-Cassy, «  (...)

28Quoi qu’il en soit, et quelle que soit l’origine géographique des servantes, le concubinage de celles-ci avec les jeunes maîtres a pu servir de volant de régulation des mœurs, dans ce monde où le mariage tardif des jeunes marchands était une clé essentielle de la réussite sociale43.

29Pour conclure, il faut convenir du fait que la condition du jeune marchand à l’époque tardive de la Hanse n’était pas forcément facile ; toutefois les perspectives d’enrichissement et d’ascension sociale étaient réelles pour les fils de la bourgeoisie (marchande et artisanale) des villes de la Hanse, et justifiaient bien des sacrifices ; au terme d’une jeunesse prolongée, à la fois rude et passionnante, le marchand pouvait aspirer à une vraie vie conjugale et à une vie professionnelle plus stable, voire à une participation à la vie politique de sa cité. Ainsi se reproduisait le modèle social hanséatique, au détriment toutefois des catégories inférieures de la population : salariés, immigrés, servantes, tous ces « manants » et « manantes » que les villes n’intégraient pas vraiment, mais auxquels elles procuraient, en ces temps difficiles, l’essentiel : la protection de leurs solides murailles, et un gagne-pain.

Notes

1 Voir notamment Alexander Francis Cowan, The urban Patriciate. Lübeck and Venice, 1580-1700, Köln-Wien, 1986.

2 Philippe Dollinger, La Hanse (XIIe-XVIIe siècles), Paris, 1964, rééd. 1988 ; Rolf Hammel-Kiesow, Die Hanse, Munich, 2000 ; Volker Henn, « Was war die Hanse? », in Jörgen Bracker, Volker Henn, Rainer Postel (éd.), Die Hanse. Lebenswirklichkeit und Mythos, Lübeck, 1998, p. 14-23.

3 Ahasver von Brandt, « Die gesellschaftliche Struktur des spätmittelalterlichen Lübeck », in Untersuchungen zur gesellschaftlichen Struktur der mittelalterlichen Städte in Europa, IX (Reichenau Vorträge), Stuttgart, 1966, p. 215-239 ; Klaus Militzer, « Die soziale Gliederung in den Hansestädten », in Bracker, Henn, Postel, Die Hanse…, op. cit., p. 411-446.

4 Cf. notamment, Jürgen Asch, Rat und Bürgerschaft in Lübeck, 1598-1669. Die verfassungsrechtlichen Auseinandersetzungen im 17. Jahrhundert und ihre sozialen Hintergründe, Lübeck, 1961 ; Antjekatrin Grassmann (dir.), Lübeckische Geschichte, Lübeck, 1988.

5 Sur la place des femmes dans la société hanséatique, voir notamment Militzer, op. cit., p. 437-442.

6 Longtemps considérée comme une longue et progressive phase de déclin pour la Hanse, cette période qui couvre un siècle et demi est à présent revalorisée et envisagée comme une époque de restructuration et de transition. Cf. Antjekatrin Grassmann (dir.), Niedergang oder Übergang ? Zur Spätzeit der Hanse im 16. und 17. Jahrhundert, Köln-Weimar-Wien, 1998.

7 Ces deux manuels ont été publiés : L.L. Hammerich, Roman Jakobson et alii (éd.), Tönnies Fenne’s Low German manual of spoken Russian, Pskov, 1607, vol. I : Facsimile Copy, Copenhague, 1961 ; vol. II : Transliteration and translation, Copenhague, 1970 ; Edmund Kizik (éd.), Volckmar, Viertzig Dialogi, 1612, Gdansk, Wydawnictwo Gdanskiego, 2005.

8 À propos de ce que l’on peut tirer de ces inventaires lübeckois, cf. Marie-Louise Pelus-kaplan, « Die Lübecker Inventare des 16. bis 18. Jahrhunderts als Quelle für die Geschichte des Hauses, der Gesellschaft und der Wirtschaft Lübecks in der frühen Neuzeit. Versuch einer methodischen Annäherung », in Rolf Hammel-Kiesow (dir.), Wege zur Erforschung städtischer Häuser und Höfe. Beiträge zur fächerübergreifenden Zusammenarbeit am Beispiel Lübecks im Spätmittelalter und in der frühen Neuzeit, Neumünster, 1993, p. 301-326.

9 Manfred Gläser, « Mittelalterliche Spielzeugfunde », in Bracker, Henn, Postel, op. cit., p. 599.

10 Klaus Arnold, « Kinderspiel und Kinderspielzeug », in Bracker, Henn, Postel, op. cit., p. 598.

11 Ibid., p. 599.

12 Carsten Müller-Boysen, « Die “Deutsche Brücke” in Bergen und die Niederlassungen in Oslo und Tönsberg », in Bracker, Henn, Postel, op. cit., p. 227-230.

13 Arnold, op. cit., p. 597.

14 Sur ce personnage, voir Marie-Louise Pelus-Kaplan, « Das Geschäftsbuch von Hans Moller (1575-1612) », in Rolf Hammel-Kiesow et Michael Hundt (dir.), Das Gedächtnis der Hansestadt Lübeck. Festschrift für Antjekatrin Grassmann, Lübeck, 2005, p. 535-544.

15 Cowan, op. cit., p. 143-144.

16 Arnold, op. cit., p. 597.

17 Militzer, op. cit., p. 419.

18 Cf. Marie-Louise Pelus, Wolter von Holsten, marchand lübeckois dans la seconde moitié du XVIe siècle, Paris-Köln-Wien, 1981, p. 15-18.

19 Marie-Louise Pelus, « Investitionsformen in Lübeck und ihre Rolle in der Vermögensbildung », in Stuart Jenks et Michael North (dir.), Der hansische Sonderweg ? Beiträge zur Sozial-und Wirtschaftsgeschichte der Hanse, Köln-Weimar-Wien, 1993, p. 106 ; Marie-Louise Pelus-kaplan, « Migrations, mobilité et culture d’entreprise dans le monde hanséatique au XVIe siècle. L’exemple des entreprises commerciales lubeckoises », in Migrations – Société, vol. 18, 2006, p. 47-62.

20 Martin Kintzinger, « Schule und Bildung », in Bracker, Henn, Postel, op. cit., p. 590-596.

21 Cf. Pierre Jeannin, « Distinction des compétences et niveaux de qualification : les savoirs négociants dans l’Europe moderne », in Daniel Roche (dir.), Cultures et formations négociantes dans l’Europe moderne, Paris, EHESS, 1993, p. 363-399 ; texte reproduit dans Pierre Jeannin, Marchands d’Europe, pratiques et savoirs à l’époque moderne, Paris, École Normale Supérieure de la Rue d’Ulm, 2002, p. 309-340.

22 Voir à ce sujet Marie-Louise Pelus-Kaplan, « L’apprentissage et la pratique des langues étrangères dans le monde hanséatique (XVIe-XVIIe siècles) », in Marc Zuili (dir.), Apprentissages, usages et pratiques des langues étrangères en Europe (1400-1720), Actes du colloque de Versailles de novembre 2006 (à paraître).

23 Pierre Jeannin, « Das Handbuch in der Berufsausbildung des hansischen Kaufmanns », in Hansische Geschichtsblätter 103 (1985), p. 101-120 ; id., « Les manuels, instruments de formation professionnelle des marchands hanséatiques », in Pierre Jeannin, Marchands d’Europe…, op. cit., p. 353-366.

24 Kintzinger, op. cit., p. 595.

25 Volker Henn, « Das Brügger Kontor », in Bracker, Henn, Postel, op. cit., p. 222.

26 Müller-Boysen, op. cit., p. 231-232.

27 À propos de Tönnies Fonne (ou Fenne) et de son manuel (supra, note 7), voir également : Pierre Jeannin, « Der Lübecker Tönnies Fonne, ein Pionier der Slawistik », in Hansische Geschichtsblätter 91 (1973), p. 50-53 ; Élisabeth Harder-Gersdorff, « Datt harte brendt my tho der wahre ». « Beitrag eines hansischen Sprachführers (1607) zur Zivilität der Umgangsformen zwischen Russen und Deutschen zu Beginn der Neuzeit », in Zeitschrift des Vereins für Lübeckische Geschichte und Altertumskunde 70 (1990), p. 153-173.

28 Stuart Jenks, « Leben im Stahlhof », in Bracker, Henn, Postel, op. cit., p. 212-213.

29 Marie-Louise Pelus-Kaplan, « Raumgefüge und Raumnutzungen in Lübecker Häusern nach den Inventaren des 16., 17. und 18. Jahrhunderts », in Manfred Eickhölter et Rolf Hammel-Kiesow (dir.), Ausstattungen Lübecker Wohnhäuser, Neumünster, 1993, p. 11-39.

30 Pelus, Wolter von Holsten, op. cit., p. 50-61.

31 Au sujet de la « Widerlegung », voir notamment : Albrecht Cordes, Spätmittelalterlicher Gesellschaftshandel im Hanseraum, Köln-Weimar-Wien, 1998 ; cf. également Rolf Sprandel, « Interferenz von Gesellschaften und Genossenschaften im hansischen Handel », in Nils Jörn, Detlev Kattinger, Horst Wernicke (éd.), Genossenschaftliche Strukturen in der Hanse, Köln-Weimar-Wien, 1999, p. 86-87.

32 Voir notamment : Gunnar Mickwitz, « Neues zur Funktion der hansischen Handelsgesellschaften », in Hansische Geschichtsblätter 62 (1937), p. 24-39 ; id., Aus Revaler Handelsbüchern, Helsingfors, 1938.

33 Pour ces aspects de la vie quotidienne, voir, notamment : Gisela Jaacks, « Bekleidung in den Hansestädten », in Bracker, Henn, Postel, op. cit., p. 543-547 ; Johanna Maria Van Winter, « Ernährung und Kochkunst », in Bracker, Henn, Postel, op. cit., p. 547-553.

34 Rudolf Holbach, « Feste und freie Zeit », in Bracker, Henn, Postel, op. cit., p. 600-609.

35 Cf. Marie-Louise Pelus, « Niederdeutsch-westfälische Einwanderer in Lübeck 1500-1570. Formen und Bedeutung einer Emigrationsbewegung in der frühen Neuzeit », in Bernhard Sicken (éd.), Herrschafts-und Verfassungsstrukturen im Nordwesten des Reiches. Beiträge zum Zeitalter Karls V. Franz Petri zum Gedächtnis, Köln-Weimar-Wien, 1994, p. 31-46.

36 Voir notamment, à propos des contacts avec les Russes, Harder-Gersdorff, Datt harte brendt my…, op. cit.

37 Voir notamment Rainer Postel, « Kirche und religiöses Leben », in Bracker, Henn, Postel, op. cit., p. 575-580.

38 Holbach, op. cit., p. 605 ; voir également le passage du manuel de conversation russe de Tönnies Fonne consacré à la fréquentation des prostituées.

39 Müller-Boysen, op. cit., p. 232.

40 Militzer, op. cit., p. 441.

41 Müller-Boysen, op. cit., p. 232 ; Jenks, op. cit., p. 212.

42 Marie-Louise Pelus-Kaplan, « Gdansk dans les échanges commerciaux et culturels de la Pologne avec l’Europe occidentale aux XVIe et XVIIe siècles », in Marie-Louise Pelus-Kaplan et Daniel Tollet (dir.), La Pologne et l’Europe occidentale du Moyen Âge à nos jours, Poznan, 2004, p. 49-62.

43 Ce phénomène est très courant dans l’Europe de la fin du Moyen Âge. Cf. Mireille Vincent-Cassy, « Dedans et dehors : les domestiques à la fin du Moyen Âge », in Gert Melville et Peter Von Moos (éd.), Das Öffentliche und Private in der Vormoderne, Norm und Strukturen, Bd. 10, Köln-Weimar-Wien, 1998, p. 498-527.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540