Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesse(s) et élites

 | 
Christine Bouneau
, 
Caroline Le Mao

Deuxième partie. Élites et formation de la jeunesse

La reproduction des élites au miroir du collège : fusion intégratrice ou juxtaposition conflictuelle ?

Étienne Broglin

Texte intégral

1Avec sa finesse coutumière, Tocqueville faisait remarquer que, les différences étant d’autant plus perceptibles qu’elles se dessinent sur un fond prédominant de ressemblance, les distinctions, les privilèges et les inégalités juridiques étaient devenus d’autant plus insupportables à la veille de 1789 qu’il ne s’agissait guère plus que de survivances, de « détails » relativement mineurs dans un processus de disparition de leurs justifications et raisons d’être. La fusion entre les sommets des noblesses et les élites des rotures faisait paraître comme absurde et obsolète ce qui demeurait des structures anciennes et des hiérarchies traditionnelles.

  • 1 Voir E. Broglin, De l’Académie Royale à l’Institution : le collège de Juilly (1745-1828), Univ. de (...)
  • 2 L’établissement fut ainsi titré quasiment dès la prise en main de l’abbaye par l’Oratoire. Il étai (...)
  • 3 Au XVIIIe siècle, les bourgeoisies sont loin d’être les seules couches sociales à recourir à la no (...)

2À Juilly1 se côtoient dans l’Académie Royale2 les différents ordres, les rangs hiérarchisés entre lesquels, traditionnellement, se classifie et se divise la société dite d’Ancien Régime, hiérarchie quasi sacrale (comme l’indique l’étymologie) de fonctions sociales classées selon leur plus ou moins d’honorabilité, celle-ci dépendant de la proximité au pouvoir de commandement et à l’arche (ou l’arc) qui maintient l’ordre social de notre microcosme, comme Dieu garantit l’ordonnance, la pérennité et la stabilité du macrocosme. En ce lieu stratégique de reproduction de la stratification sociale, de formation aux valeurs et aux comportements des couches dirigeantes, on n’a guère l’impression de voir fonctionner un conflit irréconciliable entre les noblesses et les bourgeoisies sommitales constituant les élites ; on contemple plutôt en apparence au moins une fusion, une composition, au sens d’une sorte de précipité chimique, dans un partage harmonieux de la même formation et d’une identique idéologie aristocratique et méritocratique3, un alignement des différentes fractions de l’élite sur des conduites similaires et des comportements communs. Nobles des différentes catégories de noblesse et anoblis des diverses filières semblent partager avec les couches supérieures des bourgeoisies une même conception et un même projet d’organisation et de fonctionnement du corps social ? Ne voit-on pas, dans l’institution oratorienne, s’évanouir jusqu’à disparaître la sacro-sainte déchirure, la mythique fracture entre noblesse (ou, mieux, noblesses) et bourgeoisie (ou, mieux, bourgeoisies) et pointer à l’horizon l’unité ou à tout le moins l’alliance, plus ou moins solidement cimentée, des élites de la richesse et des capacités, qui va structurer la société des notables du premier XIXe siècle ? À son apogée de la fin du siècle des Lumières, ce type d’institution éducative, qui à la fois reflète les mutations des rapports entre les élites plurielles du vieux royaume et témoigne d’une certaine unité de leurs besoins, attentes et visées, ne cherche-t-il pas à assurer non pas une simple reproduction de la société englobante mais, en faisant puiser sa « noria » dans divers bassins de recrutement, une reproduction élargie et intégratrice des strates supérieures du corps social, un renouvellement et une fusion au-delà des lignes de fracture partageant la société des « dominants » ? En fondant dans le même creuset éducatif d’une culture de base humaniste mais modernisée les rejetons des différentes catégories de noblesse et de haute bourgeoisie, n’institue-t-il pas une circulation sociale, soigneusement réglementée mais créatrice d’une élite élargie et unifiée autour de valeurs communes ? Ne contribuerait-il pas à une dynamique constituant la société des notables ? L’Académie Royale fonctionnerait donc comme un pensionnat d’élite assurant la fusion des élites.

3Mais si cette fusion des élites était totale et parfaite, si le passage par le collège permettait de fondre les différents statuts sociaux dans une « masse de granit » et de transcender les clivages de rangs et de hiérarchie des fonctions sociales, la Révolution n’eût-t-elle pas été improbable et inutile ? Si elle a eu lieu et sous la forme qu’elle prit, ne serait-ce pas que la fusion fut incomplète ? Les stratégies éducatives et les tactiques scolaires (et post-scolaires) ne témoignent-elles pas d’une fusion imparfaite et de comportements encore déterminés par les hiérarchisations sociales et mentales d’une société de rangs et par les règles d’une mobilité sociale dont il faut respecter l’ascension en marches d’escalier ? Ainsi un pensionnat d’élite mais pour des élites encore nettement différenciées et hiérarchisées. On ne pourrait donc conclure de cette cohabitation juvénile et fraternelle à une fusion des élites créatrice (sans affrontements) et accoucheuse (sans difficultés) des masses de granit napoléoniennes et de la France balzacienne des notables. Au-delà des apparences d’un « tronc commun » créant une classe unifiée de notables, on décèle à Juilly des utilisations du pensionnat d’élite(s) très différenciées selon les carrières professionnelles programmées, visées et accessibles, des stratégies et des tactiques familiales qui restent commandées par la hiérarchie des fonctions et des statuts propre à une société holiste et inégalitaire, des cursus scolaires obéissant à des logiques déterminées par les filières d’ascension qui restent loin d’être ouvertes à égalité à tous les « petits Messieurs » de la bonne société. Fusion et intégration, mais entravées voire bloquées par ce qui restait des barrières du privilège et de la « cascade des mépris », insatisfaisantes donc, voire frustrantes ?

4Quand la fusion juridique et l’élargissement du bassin de recrutement de l’élite ont été assurés et inscrits dans les principes d’organisation sociale par la Révolution, et confirmés, par-delà les lignes de fracture idéologiques et politico-religieuses des deux premiers tiers du XIXe siècle, par les mutations de la Restauration moins restauratrice que son nom ne l’indique, l’originalité et la spécificité du pensionnat d’élite s’estompe, sa nécessité et son utilité historiques s’atténuent. Dans la période 1796-1828, les caractéristiques élitistes de l’institution s’affaiblissent tant dans le recrutement géographique et sociologique que dans les originalités des contenus éducatifs, des méthodes pédagogiques, du niveau des études, des stratégies familiales et des parcours scolaires. Tout se passe comme si le modèle du pensionnat d’élite avait vu largement reprises et généralisées ses particularités et ses innovations dans une sorte de processus de démocratisation, limitée toutefois aux quelques 40 000 garçons qui constituent la population des collèges et lycées jusqu’au milieu du XIXe siècle. Les « carrières écolières » des enfants des notables se sont faites de plus en plus similaires et obligées, différenciées davantage par les aptitudes que par les milieux d’origine et les stratégies d’utilisation qu’ils commandaient. Du coup, la mobilité sociale se fait moins réglementée et plus brouillonne ; elle cesse d’obéir à une logique d’ascension lente et par étapes et résulte de plus en plus de mouvements browniens à l’intérieur d’une société des notables dont les rejetons peuvent aspirer à toutes les fonctions et carrières ouvertes à ces privilégiés, de quelque origine qu’ils soient. Ainsi l’apparente continuité de l’établissement par-dessus la fracture de la révolution serait une continuité à la fois réelle et fausse : l’institution est devenue une structure utilisée de façon beaucoup plus uniforme par les différentes catégories de l’élite, vivier commun où les différents statuts d’une société de rangs en sont venus à se confondre et se brouiller dans la relative homogénéité d’une société des notables fusionnant sommets des noblesses et sommets des différentes bourgeoisies.

Un pensionnat d’élite ?

  • 4 Voir E. Broglin, op. cit., chap. i.

5Au XVIIIe siècle, tout un ensemble de caractères distingue l’Académie Royale du type courant et ordinaire des collèges urbains, même de plein exercice. L’évolution conjoncturelle elle-même est originale4. Le mouvement des effectifs et des entrées paraît bien peu sensible aux difficultés économiques conjoncturelles, les projets éducatifs et les ambitions sociales des parents, à ce niveau de la hiérarchie sociale, ne semblant guère affectés ni par les crises de subsistance ni par les fluctuations des revenus et de l’aisance financière. Ainsi, la relative stagnation de la seconde moitié du XVIIe siècle jusqu’en 1693 (une cinquantaine d’élèves tout au plus), plus qu’à la prétendue « crise du XVIIe siècle », est sans doute davantage due aux difficultés de la Congrégation incapable d’épargner pour investir dans l’agrandissement et l’adaptation de bâtiments trop exigus et non conçus pour servir de lieux d’éducation. Après le décollage de 1693-1710 qui porte les effectifs au niveau de la centaine, puis l’explosion de 1710 à 1725, année où l’on atteint un premier apogée autour de trois cents pensionnaires, la conjoncture morose des années 1725-1745 (crise qui abaisse de moitié ce niveau moyen suivie de dix années de langueur où l’on oscille autour d’une sorte de niveau d’équilibre à un étiage d’environ 160 élèves) est probablement à lier aux remous suscités par la lutte menée par l’État et la hiérarchie de l’Église contre un jansénisme dont l’Oratoire passe pour être gangrené. Quant à l’apogée de la seconde moitié du siècle des Lumières (vive récupération qui permet en 1755 de retrouver le niveau de 1725 puis « riches moissons » et années de prospérité entre 1755 et 1785 avec l’apogée de 1780-1783 où l’on culmine à quelque 350 « Petits Messieurs »), il nous semble correspondre, plus qu’à un effet de « phase A », au moment où le modèle d’éducation procurée dans les pensionnats d’élite atteint son point de perfection et peut satisfaire les attentes nobiliaires tout comme les ambitions bourgeoises. Cet apogée contraste avec la crise bien connue de nombre de grands collèges urbains affectés par l’expulsion des Jésuites et les difficultés de reprise par un nouveau corps professoral mais aussi durement concurrencés par la densification du réseau et la multiplication des collèges de moyennes et petites villes, par le développement des institutions privées, et… par le succès du modèle du pensionnat et en particulier du pensionnat d’élite et des Écoles Militaires, où les programmes et les contenus d’enseignement sont plus sensibles aux mutations de la modernité et aux nouveaux besoins.

  • 5 Voir E. Broglin, op. cit., chap. ii : « Une entreprise saine et prospère ? »
  • 6 Voir E. Broglin, op. cit., chap. iii : « L’encadrement : structure, fonctions, évolution. »
  • 7 Elle se marque aussi par le fait que les Confrères hésitent de plus en plus à sauter le pas de l’e (...)
  • 8 J. Maillard, L’Oratoire à Angers aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Klincksieck, s.d. [1975].

6Le succès éclatant de l’Académie Royale dans la seconde moitié du XVIIIe siècle se traduit par une prospérité matérielle5 qui permet à Juilly d’assurer aux écoliers un « niveau de vie » plus que satisfaisant et correspondant aux milieux sociaux d’origine des élèves, et d’entretenir un encadrement de remarquable densité, voire pléthoriqu6. Le taux d’encadrement est en effet nettement plus élevé que dans le commun des collèges. Malgré la crise de recrutement7 qui frappe l’Oratoire à partir du milieu du siècle, à Juilly le rapport enseignants/enseignés ne tombe qu’exceptionnellement au-dessous de un pour dix quand à Angers8 l’on comptait au début du XVIIIe siècle environ 12 enseignants pour quelque 600 écoliers. Les « Petits Messieurs », pensionnaires de l’Académie Royale, bénéficient de la sollicitude et de l’enseignement éclairé d’un régent par classe comme c’est la règle, mais aussi de professeurs spécialisés (pour les mathématiques, pour l’histoire, grande nouveauté,…), de sous-préfets ou préfets de chambre, de répétiteurs suppléants de classe et de pension, de maîtres pour les arts d’agrément (maîtres d’écriture, de danse, de musique, de dessin) ; en outre, certains élèves, en général du plus haut niveau social, peuvent disposer de préfets particuliers. Avec le Père supérieur de la communauté oratorienne et le Père préfet, plus quelques Pères âgés plus ou moins retraités qui néanmoins continuent à s’occuper des enfants, l’on compte à Juilly en moyenne 13 à 15 Pères, 24 à 28 Confrères et quelques laïcs. Dans un collège ordinaire, en général l’on compte tout au plus deux à trois Pères et dix à onze Confrères, une quinzaine d’Oratoriens. Ce rapport exceptionnel d’environ un enseignant pour dix élèves, propre à la « vitrine de prestige » de la Congrégation, n’a guère varié au cours du siècle. Quant à la quantité des domestiques, l’évolution de sa courbe est grossièrement parallèle à celle des écoliers, les laïcs venant compenser la tendance à la baisse du nombre des Frères. L’on compte environ un domestique pour 5 à 7 élèves : ils sont 70 en 1788.

7Ce corps enseignant, si on laisse de côté les fonctions de direction (Supérieur, Père Préfet) et les professorats spécialisés, est extrêmement jeune. C’est que le métier et la carrière de professeur n’existent pas encore véritablement, même si on tend de plus en plus à les définir et instituer. L’âge moyen des préfets de chambre oscille entre 21 et 24 ans, celui des régents de sixième entre 20 ans et demi et 22 ans, et celui des régents de cinquième s’établit à 21-22 ans. Il croît ensuite de façon à peu près régulière d’un an par classe en raison de la pratique coutumière assez régulièrement suivie de faire monter les régents de classe en classe avec leurs élèves, au moins jusqu’à la classe d’humanités qui correspond à notre seconde. L’âge moyen à la sortie de fonction enseignante est dans la quasi-totalité des cas inférieur à 31 ans, même pour les régents de rhétorique. À l’Oratoire, l’on est enseignant entre 20 et 30 ans, pour se consacrer ensuite à d’autres fonctions et d’autres tâches. Donc des enseignants nombreux, jeunes, sans doute dynamiques et enthousiastes, gardés de la sclérose par un turn-over fort élevé et quasi systématique. À en juger par les notes par lesquelles le Père Mayneaud, à la Maison centrale d’Institution de la rue Saint-Honoré, évaluait les qualités intellectuelles, morales et spirituelles des jeunes membres de l’Oratoire, à en juger aussi par le grand nombre de professeurs de Juilly qui figurèrent au nombre des personnalités très remarquables de la Congrégation, il semble bien que l’on essayait d’envoyer à Juilly l’élite des Pères et surtout des Confrères. L’Oratoire semble avoir, dans la composition du corps professoral, veillé avec une sollicitude extrême sur l’institution qui faisait beaucoup pour sa réputation de congrégation enseignante.

  • 9 Voir E. Broglin, op. cit., chap. ii, partie 5, « Le cadre matériel », et chap. vii, « Vivre au col (...)
  • 10 Voir E. Broglin, op. cit., partie 5 du chap. vii : « Le prix de la vie au pensionnat : le coût d’u (...)

8Un autre trait signale le pensionnat d’élite9. Certes, l’atmosphère et le décor d’un pensionnat, même d’élite, relèvent davantage de l’austérité jansénisante que du luxe oriental et des aménités amollissantes. Mais le « niveau de vie » des Petits Messieurs reste fort aristocratique, conforme à celui des milieux sociaux dont proviennent en écrasante majorité les pensionnaires et justifiant le titre prestigieux d’Académie Royale, même si Juilly n’est pas à proprement parler une Académie nobiliaire. Très logiquement, la qualité de la vie au pensionnat et le niveau élevé de l’enseignement se traduisent par un coût élevé du séjour à l’Académie Royale10. Il ne faut guère se fier aux seuls prix de pension indiqués par les prospectus : ils ne représentent que le coût de base, le prix plancher en quelque sorte. De 400 livres tournois par an entre 1720 et 1768, il passe ensuite, hausse des prix de « phase A » oblige, à 440 puis 500 à la rentrée 1786. C’est relativement modique et la hausse est assez faible. Mais il faut tenir compte des fournitures. Les comptes particuliers des Petits Messieurs permettent quelques conclusions fondamentales. D’abord un éventail fort ouvert des coûts réels et une hiérarchie très étirée. C’est que l’on peut disposer, en payant les suppléments, d’une chambre particulière ou même d’un appartement particulier, venir avec son gouverneur et/ou un valet de chambre, que l’on peut ou non faire appel à un préfet particulier : tous privilèges qui toutefois diminuent progressivement en fréquence et importance au cours du siècle. Mais l’on peut aussi acheter plus que d’autres les diverses fournitures procurées par le collège (plumes, écritoires, livres, jeux…), l’on peut s’habiller et se chausser plus ou moins abondamment et richement, et avec une fréquence de renouvellement plus ou moins élevée, l’on peut prendre ou non du vin. Les leçons des maîtres d’agrément sont, bien entendu, facultatives, et enfin les sommes d’argent, accordées par les parents mais versées par l’économat de l’institution, pour l’argent de poche et les « menus plaisirs » peuvent être plus ou moins élevées. Au total, le coût moyen d’une année au pensionnat tourne autour de 600 livres tournois en 1745 puis s’accroît de 180 à 240 livres au cours de la seconde moitié du siècle : hausse de 30 à 40 %, modérée et sans doute plus faible que celle des revenus non salariaux, ce qui a pu jouer pour la très relative démocratisation du recrutement qui se fait jour à la fin du siècle mais s’affirmera surtout au siècle suivant. Le coût qui a augmenté le plus est celui des fournitures, le prix de pension ayant, on l’a vu, connu une hausse modérée. Ce sera le contraire au XIXe siècle (plus 50 % pour la pension, plus 30 % pour les fournitures) : conséquence de l’alourdissement des frais d’enseignement et, en sens inverse, de la baisse relative des coûts de l’habillement, des livres et du matériel scolaire. Le phénomène le plus intéressant du point de vue de l’hypothèse de la « fusion des élites » même incomplète est le brouillage croissant du parallélisme de la hiérarchie des dépenses et de la hiérarchie des rangs sociaux. Si, au début du siècle, les fils de négociants et riches marchands, l’un des plus bas rangs représentés au collège, se situent quasi exclusivement dans les tranches les plus basses de la dépense et les rejetons de la haute noblesse dans les plus hautes, à la fin, la dispersion, réduite, se distribue sans tenir compte de façon aussi systématique des origines sociales, même si le coût moyen de l’année au pensionnat reste moins élevé pour les négociants que pour les nobles (mais seulement de 13 livres par mois de séjour). Fusion certes, mais fusion incomplète, comme le révéleront d’autres variables.

Une éducation d’élite ?

  • 11 Le contenu de l’éducation et l’« esprit » de la pédagogie juliacienne sont abordés dans E. Broglin (...)
  • 12 Idée exprimée dans Chartier, Compère, Julia, L’éducation en France…, op. cit., p. 145.

9Si l’idéal de pédagogie et d’éducation11 de l’humanisme et des Réformes est de former des sujet policés, instruits et chrétiens12, l’on peut se demander si cet idéal n’atteint pas l’apogée de sa réalisation dans le modèle du pensionnat d’élite où les valeurs d’ordre rigoureux et d’organisation stricte mais fondés en raison et sans violence ni brutalité sont remarquablement mises en œuvre. La vie des Petits Messieurs est constamment encadrée et surveillée, et le temps scolaire est découpé de façon extrêmement rigide et réglementée. Le prospectus de 1781 fait valoir comme un argument majeur auprès des parents que « jamais on ne les perd de vue ». La semaine et la journée sont rigoureusement découpées en séquences temporelles. Cloisonnement du temps mais aussi des espaces selon les âges, malgré, dans les classes, une hétérogénéité que les maîtres peinent à éradiquer, cloisonnement obtenu en-dehors des classes par la séparation stricte des « chambres » ou divisions. Le règlement du collège, manuscrit d’une longueur assez impressionnante, témoigne d’une volonté de « civilisation des mœurs » très caractéristique, dans un constant souci de l’ordre et de la mesure, de l’intériorisation raisonnée de normes de comportement, d’urbanité et de courtoisie, de politesse mondaine, de réserve et de décence, d’humanité pour tout dire. L’enseignement n’est pas le dernier mot de l’idéal de Juilly : il s’agit aussi, peut-être surtout, d’éduquer. Dans cette éducation qui vise une sorte de perfection idéale, le contenu de l’enseignement s’efforce de répondre aux attentes et aux exigences des différentes fractions et composantes de l’élite sociale, ce qui semble la cause majeure du grand succès du modèle pédagogique de ce type d’institution. L’éventail des disciplines enseignées ne cesse de s’élargir et de se diversifier, proposant, mais de façon souple et en quelque sorte à la carte, selon les besoins, les désirs et les visées des élèves… ou de leurs parents, une instruction et une formation larges et complètes. La modernisation des cursus, indispensable pour répondre aux attentes nouvelles de la société des élites et aux mutations de l’architectonique des savoirs, pour constituer la matrice de connaissances prenant en charge les nécessités du corps social et assurant l’efficacité de capacités professionnelles et d’aptitudes à l’exercice de pouvoirs, se marque par la place croissante faite au français, évolution lente, sage et prudente, qui se fait sans renoncer aux vertus formatrices et éducatives des humanités classiques. Le français est d’abord utilisé comme auxiliaire puis fondement de l’apprentissage du latin ; la version progresse aux dépens du thème. Mais la discipline progresse aussi vers une réelle autonomie par rapport au primat des langues anciennes : de plus en plus on apprend la langue et la littérature françaises pour elles-mêmes, et en toute fin de siècle la rhétorique française se fait sa place à côté de la latine. Les collégiens des classes d’humanités et de rhétorique puisent alors leur connaissance des tropes et des figures autant dans les auteurs français et le célèbre traité de Dumarsais que dans les classiques Cicéron et Quintilien.

10Mais l’éducation procurée par le modèle du pensionnat d’élite s’émancipe aussi du monopole des humanités littéraires et de la visée exclusive de la pietas litterata par l’introduction progressive et à la carte des sciences, mathématiques et physique expérimentale (celle-ci toutefois réservée à l’année de philosophie, car, à Juilly, autre signe de modernité, l’on fait sa philosophie en un an et non en deux comme dans les collèges à cursus classique et non modernisé). Non seulement les mathématiques au fil du temps accroissent leur présence, leur part, leur importance et leur vogue auprès des élèves et des parents, mais, bien plus, de matière à option enseignée dans le cadre de la chambre et non de la classe, elles accèdent peu à peu au statut de discipline à part entière, intégrée dans les cursus normaux et dans les horaires proprement scolaires. De plus, l’initiation aux mathématiques, au début réservée aux grands élèves et aux programmes de fin d’études, remonte de plus en plus vers l’amont et le jeune âge. Ainsi les cours de mathématiques, encore indépendants et autonomes par rapport à la structure des classes, sont néanmoins de plus en plus nombreux, progressifs et hiérarchisés, et attirent un pourcentage d’élèves sans cesse croissant. Quant à l’histoire (avec le blason, science indispensable à proposer dans un collège à recrutement aussi nobiliaire) et à la géographie, elles ont toujours été enseignées à Juilly, mais dans le cadre de la chambre et quasiment comme une sorte d’art d’agrément, réservé souvent à l’amusement des jours de congé et des temps de loisir. Cependant la faveur de l’histoire est spectaculaire : dans chaque classe en 1789, l’on attribue un prix d’histoire, et aux exercices publics de fin d’année la participation des élèves dans cette discipline est massive : 118 Petits Messieurs en 1776, 122 en 1777.

  • 13 Cf. les travaux de G. Vigarello, Le corps redressé : histoire d’un pouvoir pédagogique, Paris, J. (...)

11Autre caractéristique d’une éducation d’élite : l’initiation aux arts d’agrément, tout à fait nécessaire pour des écoliers qui sont destinés pour beaucoup d’entre eux à « figurer dans le monde » et qui doivent donc acquérir les talents requis par les valeurs mondaines et l’aisance indispensable pour bien se comporter dans la société aristocratique et policée. Les cours de danse attirent un grand nombre de pensionnaires, près de la moitié vers 1720. Mais cet engouement semble régresser. La danse aura disparu au XIXe siècle au profit des leçons du maître d’armes dont la vogue s’accroît. Impact de la France en guerre (il existe effectivement une certaine militarisation de l’éducation des adolescents, dont Juilly fournit quelques exemples pendant la Révolution et dont le lycée napoléonien sera un assez bon archétype) ? Sans doute aussi, voire plutôt, déclin des valeurs aristocratiques de grâce et d’aisance corporelle, signes de luxe, d’« efféminement » et de décadence, et montée des valeurs de force, d’énergie, de virilité dans la société des citoyens égaux, vertueux et « républicains », mais aussi dans une noblesse soucieuse de se reforger une identité et de retrouver ses racines fondatrices ? La substitution à la danse des exercices physiques (aux leçons d’armes s’ajoutent au XIXe siècle la gymnastique et la natation pratiquée dans l’étang du parc) est une mutation fort significative13. L’attention au corps et aux attitudes physiques relevait du code de l’élégance, des bonnes manières et de l’aisance en société, et devait se traduire par la perfection du contrôle des gestes et des mouvements (d’où la vogue du théâtre scolaire cependant peu à peu banni chez les Oratoriens de Juilly et remplacé par les exercices publics). Le but était la décence et la grâce dans le paraître de la personne donnée en représentation et en spectacle à autrui. Ce code aristocratique des postures et attitudes mondaines est de plus en plus vu, dans une perspective quelque peu rousseauiste, comme artificiel, fabriqué, éloigné et éloignant de la vérité originelle et de la source de l’énergie vitale de l’homme « naturel ». Le culte de la vigueur physique, de l’ordre de la robustesse et de la souplesse, et du corps propre à l’effort se substitue à celui des belles manières et les manuels d’hygiène et de gymnastique démodent quelque peu les traités de civilité puérile et honnête. La musique connaît, elle, un succès croissant, vogue sans doute favorisée par la diversification des instruments proposés car au violon prédominant voire quasi exclusif s’ajoutent le pianoforte dès la fin du XVIIIe siècle, puis les instruments à vent et, au XIXe siècle, la formation à la musique chorale. La faveur du dessin est beaucoup plus constante, même si elle aussi tend à se faire plus prégnante. Le dessin supplante peu à peu l’apprentissage de l’écriture et de ses normes et diverses formes auprès du maître-écrivain, dont les leçons étaient encore jusqu’au troisième quart du XVIIIe siècle, fort prisées et fort courues. Là encore la mutation est significative, qui substitue aux codes sociaux des formes d’écriture obligées et uniformes la prétendue expression spontanée de l’individualité dans une écriture personnalisée et « authentique ». L’expression de soi supplante la représentation de soi dans et selon le cadre préformé et structuré par l’ordre social commun codifié.

12Dans cette Académie Royale, il semble bien que l’on ait affaire à une éducation aristocratique et élitiste mais où les valeurs éducatives nobiliaires et quasi chevaleresques d’une part, et, de l’autre, les attentes intellectuelles, scientifiques et de technicité professionnelle propres à certaines catégories de noblesse et aux bourgeoisies s’apparient harmonieusement pour aboutir à une éducation encyclopédique donnant une formation valable et monnayable tous azimuts, permettant de demeurer ou d’entrer dans les élites dirigeantes et motrices du royaume. Signe de la fusion et de la réconciliation au siècle des Lumières des différentes formes et sortes de noblesse, ainsi que de la prégnance du modèle s’exerçant sur des bourgeoisies plus avides d’imiter et d’intégrer l’aristocratie que de la détruire et d’inventer quelque chose de radicalement neuf ?

Un recrutement élitaire ?

  • 14 Voir E. Broglin, op. cit., chap. iv, partie 2 (« Sociologie du recrutement »).
  • 15 Cf. D. Julia et P. Pressly, « La population scolaire en 1789. Les extravagances statistiques du mi (...)

13La sociologie14 du recrutement de l’Académie Royale est spectaculairement aristocratique. L’on sait que la clientèle des collèges d’Ancien Régime et même des deux premiers tiers du XIXe siècle exclut largement les enfants issus des couches populaires15. Mais le recrutement de Juilly est encore plus fortement élitiste. L’on ne devient un Petit Monsieur de l’Académie Royale que si l’on est issu au minimum de la moyenne, voire même de la haute, bourgeoisie urbaine. Mais les élites des différentes sortes de bourgeoisie sont loin de constituer un vivier de recrutement comparable à leur importance quantitative dans la société globale. Car à Juilly le poids de la noblesse, des noblesses, est tout à fait considérable, ce qui suffit à mettre en question, si l’on accepte l’idée que le pensionnat d’élite constitue une structure éducative moderne, la caricature d’une noblesse d’Ancien régime archaïque, féodale et réactionnaire, conservatrice et hostile ou étrangère aux Lumières. Le pourcentage de fils de nobles est de l’ordre du tiers sur la totalité des pensionnaires (de 1745 à 1794) mais dépasse la moitié (54 %) sur l’échantillon des élèves identifiés : 13,6 % de noblesse titrée et 16 % de noblesse ancienne, 20,6 % de nobles « ordinaires » et 3,8 % de secrétaires du Roi, très majoritairement de noblesse récente. Collège de noblesses et non collège de noblesse : la présence noble se retrouve dans toutes les catégories socioprofessionnelles : gros fermiers-laboureurs de la région acheteurs d’une charge de secrétaire du roi, négociants anoblis ou nobles négociants des grands ports et grandes villes de négoce du royaume, noblesse de robe, ancienne ou plus récente, et noblesse « administrative » souvent en symbiose avec la précédente, couvrant tout l’éventail de la hiérarchie des charges depuis les présidents et conseillers au Parlement et les intendants de généralité jusqu’aux conseillers aux bailliages ou aux élections, noblesse de finance des receveurs et fermiers généraux jusqu’aux receveurs des tailles, noblesses terrienne et militaire depuis les plus prestigieux lignages du royaume jusqu’aux hobereaux fortunés.

14Dans ce collège élitaire, les catégories socioprofessionnelles dessinent une image inversée de leurs proportions dans la société globale et une représentation conforme à la hiérarchie de l’honneur et des statuts. Quasiment pas de représentants de milieux en dessous de la marchandise, le dernier rang, selon Charles Loyseau, à porter, et encore à certaines conditions et à un certain niveau, qualité d’honneur. Malgré la proximité des zones de « grande culture », même les très aisés représentants de la « fermocratie » du Bassin parisien, souvent receveurs de seigneurie, n’envoient guère encore au XVIIIe siècle leur progéniture à Juilly : le pourcentage global ne dépasse pas 1 % même dans la période 1775-1784, la mieux documentée. Le bond à 2,1 % en 1785-1794 est largement tributaire des perturbations révolutionnaires et le pourcentage est à relativiser en regard de la baisse drastique des effectifs. Pour ce que l’on nommera, en langage contemporain, les professions du commerce et de l’industrie, la part, bien que non négligeable, reste faible : 15,4 % au total, malgré les pointes de 1745-1754 (20,6 %) et de 1785-1794 (26,7 %), la première explicable sans doute par le hasard de sources peu précises, la seconde par les mêmes raisons que pour la catégorie « agriculteurs ». De plus, au moins jusqu’en 1785-1794, la représentation dans cette catégorie est littéralement phagocytée par les négociants, les négociants-armateurs et les négociants-banquiers : le négoce du haut du pavé.

15Notre troisième catégorie de regroupements socioprofessionnels (officiers moyens, professions libérales et « bourgeois ») fournit un pourcentage respectable des Petits Messieurs : plus du quart (27,5 %) sur l’ensemble de la période 1745-1794, avec une grande permanence autour de 27 % sauf en 1765-1774 (23,6 %) et en 1785-1794 (poussée à 32,2 %). Mais les professions libérales (métiers du droit et de la justice où les avocats dominent largement, médecins et autres professions de santé beaucoup moins présents, savants, ingénieurs, professeurs et maîtres de pension, architectes, peintres et graveurs, tous ces derniers fort peu nombreux) sont beaucoup moins fréquentes, malgré une certaine tendance à l’accroissement, que les titulaires d’offices, de ces offices qui représentent souvent l’horizon d’ascension sociale des avocats, avoués, procureurs, notaires, et autres bourgeois en mal de statut, d’honneur, de pouvoir et de prestige. Facteur sans doute lié à la proximité de Paris, les offices de finance, à ce niveau moyen, l’emportent largement sur les offices de justice (8,5 % contre 2,6 %) si l’on exclut les procureurs très nombreux (2,2 %), les greffiers (1 %) et les notaires (1,9 %). Les rejetons de payeurs des rentes parisiens affluent à Juilly davantage que ceux de conseillers au Châtelet ou aux bailliages même voisins.

  • 16 Sur la géographie du recrutement, voir E. Broglin, op. cit., chap. iv, partie 1 : « Le rayonnement (...)
  • 17 Sorèze, pourtant de clientèle fortement aristocratique, ne recrute guère au-delà d’une frontière N (...)

16Ainsi l’accès au prestigieux collège oratorien, sans être verrouillé, est dominé par la bonne noblesse d’épée, de robe et de plume, et de finance : officiers aux armées, ministres du Roi et membres de ses Conseils, maîtres des requêtes et intendants, membres des Parlements, conseillers au Grand Conseil, titulaires d’offices des Chambres des comptes, Cours des aides, Cours des monnaies, receveurs généraux et trésoriers généraux des finances, fermiers généraux. Les Petits Messieurs appartiennent à ces milieux d’origine pour nettement plus de la moitié : 56,2 % avec selon les tranches décennales entre 1745 et 1784 : 50,2 %, 59,1 %, 67 % ( !), 57,5 %. Il faut attendre la période 1785-1794 pour voir le pourcentage tomber, logiquement, en dessous de la moitié. Dès 1787 dans une sorte d’évolution prémonitoire, accédaient au collège des enfants qui n’auraient guère pu y prétendre auparavant : signe d’un changement de stratégies éducatives, d’ambitions et d’espérances accrues, d’une sorte de déblocage des appétits de culture et de pouvoir, quelque peu permis par la fuite des rejetons des hautes noblesses ? Mais même en cette période troublée de la Pré-Révolution puis de la crise révolutionnaire qui conduit à l’émigration, la catégorie représente encore 39,1 % des pensionnaires. Inévitablement cette sociologie entraîne, pour les horizons géographiques du recrutement16, une amplitude nationale, voire internationale. Malgré la proximité de Paris et de son vivier d’élites qui fournit à lui seul près de 30 % des élèves, le cercle de cinquante kilomètres de rayon autour de Juilly, qui représente à l’époque la zone d’attraction de l’immense majorité des collèges, ne procure (Paris compris) que moins de 40 % du recrutement des Petits Messieurs. Bien plus, l’aire située entre 50 et 250 kilomètres de rayon n’ajoute que 16 %. Ainsi 44 % des pensionnaires proviennent de lieux de naissance situés à plus de 250 kilomètres de l’Académie Royale. La totalité de l’espace de l’hexagone est concernée : même si la France au nord de la Loire domine, Juilly recrute près de 25 % de ses élèves au sud d’une ligne Nantes-Besançon17. L’aire d’attraction déborde même largement l’espace national : après Paris et banlieue qui fournissent 28,4 % des enfants, puis l’Île-de-France, la Brie et la Beauce avec 9,55 %, viennent en effet au troisième rang les établissements coloniaux, où dominent de façon écrasante mais logique les Antilles : 9,53 %. En outre, plus de 4,5 % des pensionnaires sont originaires de pays étrangers. Ainsi la zone proche n’est pas la zone principale de recrutement. La carte du recrutement est largement déterminée par la localisation des grandes villes multifonctionnelles où se regroupent les différentes composantes de l’élite sociale. Au total les huit plus grandes villes du royaume (Paris, Marseille, Bordeaux, Rouen, Nantes, Toulouse, Lyon, Lille) fournissent 42,63 % des 2559 pensionnaires dont nous connaissons l’origine. 65 % proviennent de villes de plus de 10 000 habitants. Avec les presque 10 % de « coloniaux » et les près de 5 % d’« étrangers », il ne reste que 20 % environ pour les campagnes et les bourgs.

Pensionnat d’élite mais stratégies éducatives différenciées ?

  • 18 Voir E. Broglin, op. cit., chap. v.
  • 19 Dans les stratégies scolaires et les tactiques éducatives, et non pas dans les aptitudes et capaci (...)

17Ainsi l’Académie Royale est indubitablement un pensionnat d’élite et d’élites. Mais l’analyse approfondie des cursus scolaires18 révèle que les composantes de cette élite, hiérarchisées selon rangs et statuts d’Ancien Régime, utilisent le collège de façon différente selon leurs visées de reproduction professionnelle ou d’ascension sociale. Si, donc, dès la seconde moitié du XVIIIe siècle existe un projet éducatif idéal assez nettement partagé par les différentes fractions de la classe dirigeante, révélant une tendance à la fusion, existent aussi dans les stratégies scolaires19 des divergences d’attitudes (liées à la prégnance de la structure d’ordres ?) qui perdurent jusqu’à la brisure révolutionnaire, bien qu’elles tendent dès avant à s’effacer progressivement. Les rejetons de la noblesse terrienne et militaire entrent plus jeunes au pensionnat et plus fréquemment avant la sixième, dans ces classes de « mise à niveau » que les pédagogues se sont peu à peu résolus à constituer ; ils sont fort précoces, l’âge moyen d’entrée en sixième ne dépassant guère 10 ans (10,05 ans). Ils redoublent moins, une fois engagé leur cursus « secondaire », mais ils partent fréquemment avec des cursus inachevés : ils ne sont que 56 % puis même 40 % à faire au moins la classe d’humanités. Plus que toutes les autres catégories sociales, ils refusent la classe de philosophie : 21 % puis 10 % seulement vont jusqu’à ce couronnement des études classiques. Leur durée moyenne de scolarité à l’Académie Royale est donc relativement courte : 4,53 années. Serait-ce que le passage à Juilly n’est destiné qu’à leur procurer la formation générale et l’aisance mondaine indispensables à leur rang, avant de se diriger précocement vers des filières de formation mieux adaptées à leurs visées socioprofessionnelles (Écoles militaires spécialisées, compagnies de Gardes de la Marine, formations pratiques « sur le tas ») et qu’ils monopolisent fortement ? Des exemples fort nombreux plaident en faveur de cette hypothèse.

18Quoi qu’il en soit, les enfants issus de la grande robe des titulaires des hautes charges administratives et des grands offices de justice et des gestionnaires, au sommet, des finances du Roi, montrent en majorité un comportement différent. S’ils sont tout aussi précoces (même âge moyen à l’entrée en sixième), ils entrent rarement à Juilly avant la sixième : les parents se sont-ils davantage souciés de leur procurer les bases nécessaires ? Ils sont beaucoup plus nombreux à effectuer un cursus complet : 70 % puis encore 66 % vont au moins jusqu’à la classe d’humanités, et 42,7 % puis 30,4 % font leur classe de philosophie à l’Académie Royale.

19Enfin, sans qu’il faille y voir un signe d’échec, les pédagogues faisant redoubler même des élèves satisfaisants voire excellents, ils redoublent bien davantage l’une ou l’autre des classes : souci d’une éducation classique parfaite en fonction d’une visée professionnelle où serviront les humanités ? Du coup leur durée de séjour à l’Académie Royale est plus élevée : 5,1 années. Les pensionnaires appartenant aux milieux des offices moyens et des professions libérales obéissent à une stratégie scolaire bien proche, ce qui au fond est logique puisque leur visée de reproduction ou d’ascension sociale vers le rang des offices plus prestigieux commande une utilisation assez identique du pensionnat d’élite. Les différences ne sont guère que des nuances : ils entrent plus tardivement et sont moins précoces dans les basses classes. Mais ils sont aussi nombreux à aller au moins jusqu’à la rhétorique (non comprise) et à faire leur philosophie, et leur durée moyenne de scolarité est exactement la même. En revanche, les écoliers issus des milieux du négoce se singularisent par des entrées relativement tardives (comme la catégorie précédente mais se distinguant ainsi des deux premières), par une moindre précocité à l’entrée en sixième, et par un refus très marqué de la classe de philosophie (28 % puis 17 % seulement vont jusque-là). Quant aux rares fils de gros fermiers-laboureurs, aux cursus fort hétérogènes, le trait le plus saillant est leur faible durée de scolarité juliacienne : 3,8 années.

Reproduction et ascension sociales conformes à une logique de rangs hiérarchisés ?

20Cette logique pourrait bien expliquer les différences sociologiques de stratégies éducatives et de tactiques scolaires. Le pensionnat d’élite, s’il assure au mieux la reproduction et la perpétuation de la classe dirigeante, permet aussi une mobilité sociale ascensionnelle. Globalement, les Petits Messieurs reproduisent les carrières et les statuts de leurs pères. Ainsi, 75 % des élèves ayant fait une carrière militaire sont fidèles au modèle paternel ou familial. Mais, malgré le passage par l’Académie Royale, les enfants issus des troisième et quatrième catégories socioprofessionnelles n’ont guère de chances d’accéder à ce sommet de la hiérarchie. Les 25 % de carrières militaires d’enfants non issus de pères déjà officiers dans les armées du Roi proviennent essentiellement de la grande robe. Si la mobilité sociale existe et se révèle très clairement ascensionnelle, elle est soigneusement réglementée : lente, à étapes, et toujours hiérarchisée selon la logique « Ancien Régime » des statuts et de l’honneur des fonctions. La circulation des élites s’opère toujours dans le même sens et avec fort peu de « sauts de rang ». Certes, les pensionnaires issus d’officiers moyens et des professions libérales restent dans leur milieu à 70 % mais avec, dans la moitié des cas, une charge ou un statut professionnel d’un niveau supérieur. Certes, 70 % des fils de négociants ont quitté le négoce, pour la grande majorité par le droit et les offices. Mais on ne compte qu’un quart d’enfants de la deuxième catégorie à avoir une chance (ou le désir ?) d’accéder à la première ; moins du quart des élèves de la quatrième catégorie sont parvenus aux grands officiers, et un tiers seulement de ceux de la troisième. Le pensionnat d’élite(s) ne fait sans doute pas que reproduire la hiérarchie sociale existante. Il contribue, en facilitant un certain mouvement d’ascension sociale, à renouveler les strates dirigeantes ; il assure à l’intérieur d’une élite, homogène par ce qui l’unit, la circulation entre les rangs, au-delà de ce qui les sépare, divise et hiérarchise. Mais il ne brouille pas encore totalement la hiérarchie des statuts et des fonctions : l’« élite » reste, au XVIIIe siècle, une notion – et une réalité – ambiguë et trompeuse, car elle est encore loin d’être homogène et indifférenciée. La fusion des élites est restée incomplète.

L’impact de la Révolution : homogénéisation des comportements et brouillage de la hiérarchie des rangs ?

  • 20 Voir E. Broglin, op. cit., chap. v, surtout les parties 4-B et 5-B.

21Quand l’on se penche sur les stratégies éducatives et les cursus scolaires des pensionnaires de la période 1796-182820, on est frappé par la réduction des différences ci-dessus exposées et par le brouillage des anciennes différenciations de l’utilisation du pensionnat d’élite. Le comportement spécifique de la noblesse terrienne et militaire vis-à-vis de la classe de philosophie a changé : désormais un cinquième à un quart des écoliers, quelle que soit la catégorie, achèvent leur cursus. Les différences de précocité se sont énormément atténuées : l’âge moyen à l’entrée en sixième, oscille entre 10,4 et 10,8 ans, sauf pour les fils de cultivateurs (11,3). Les écarts dans les pourcentages de redoublants (qui témoignaient davantage de la stratégie et du type d’exigences des parents en fonction d’une visée professionnelle que des capacités proprement scolaires des enfants) ont à peu près disparu. Les différenciations de cursus ne semblent plus s’opérer en fonction d’usages différents de la structure éducative mais en fonction des aptitudes écolières qui se distribuent de façon à peu près semblable entre les différentes catégories sociales (sauf pour la catégorie, rurale, des cultivateurs). La logique de l’éventail des comportements vis-à-vis du pensionnat d’élite qui semblait bien obéir à une logique de hiérarchie sociale semble brouillée. De même la différenciation des cursus entre aînés et cadets, phénomène assez net dans la noblesse traditionnelle et militaire, semble s’effacer. Pour la formation aux arts d’agrément, les écarts selon l’origine sociale n’existent pratiquement plus (sauf au détriment, là encore, de la cinquième catégorie) : faire du dessin ou de la musique semble relever désormais, à ces niveaux sociaux, de choix individuels et d’aptitudes personnelles plus que de la nécessité de tenir son rang en se distinguant des autres par ce type de supériorité. Suivre un cursus complet, engranger les mêmes connaissances et la même culture fondamentale serait-il désormais un projet et un but partagés par toutes les strates qui auraient fusionné pour former les « masses de granit » de la classe dominante ?

De la hiérarchie des rangs à la classe des notables ?

  • 21 Voir E. Broglin, op. cit., chap. viii, partie 2.
  • 22 L’autoreproduction de la catégorie II ne concerne plus que moins d’un tiers des cas.

22Ce brouillage des différences de stratégies éducatives ne renvoie-t-il pas à un autre brouillage, celui de la hiérarchie des rangs et des rôles sociaux créant des inégalités de statuts et de privilèges à l’intérieur même de la classe dirigeante ? À en juger par les carrières suivies au XIXe siècle par nos juliaciens21, le phénomène semble bien enclenché. Une carrière dans l’armée n’est plus ni l’horizon ni le privilège quasi exclusifs de la noblesse ancienne, terrienne et militaire. Nombre des fils de cette noblesse, refusant les nouveaux régimes politiques et la nouvelle structure sociale se « réfugient » désormais dans la vie de gentilhomme campagnard et l’exercice de responsabilités de niveau simplement local. On note donc une baisse sensible du taux de reproduction sociale dans la première catégorie : la moitié seulement des officiers aux armées ou dans la marine provient d’une famille traditionnellement vouée à ces carrières. C’est dire que, si cette voie reste fondamentale et conforme aux valeurs et idéaux de l’ancienne noblesse, celle-ci en a perdu le quasi monopole. Certes, le milieu des grandes charges civiles de l’État, qui fournit plus de 25 % des vocations guerrières des juliaciens du XIXe siècle, ne fait que suivre une tradition d’ascension bien ancrée au siècle des Lumières, voire avant. Mais des pensionnaires issus de niveaux plus modestes (fonctionnaires de niveau provincial et moyen, avocats, négociants, entrepreneurs, et même cultivateurs) mèneront, souvent par la grâce du passage par l’École Polytechnique, des carrières militaires, parfois glorieuses et pas seulement par la vertu de la « démocratisation » militaire de la Révolution et de l’Empire. Si l’armée auparavant quasi fermée aux ambitions de la petite robe et de la bourgeoisie moyenne s’entrouvre quelque peu, il en va de même, et plus encore, pour la haute administration et les postes majeurs de la fonction publique où les phénomènes dynastiques sont désormais beaucoup moins nombreux22 puisque dans l’ensemble l’on n’hérite plus d’une charge ou d’un office. Phénomène encore plus significatif : ces carrières civiles attirent désormais en nombre non négligeable les fils de la gentilhommerie terrienne et militaire traditionnelle. Mais néanmoins c’est par la mobilité ascendante (mais peut-on encore parler de mobilité ascendante unidirectionnelle et hiérarchisée à l’ancienne, quand des ingénieurs passés par les écoles des Mines ou des Ponts et Chaussées tiennent le haut du pavé ou quand des banquiers ont plus d’importance que des courtisans ?) que se renouvelle notre deuxième catégorie. Enfin, si les charges et les professions libérales fournissent encore deux fois plus de cadres de l’État que le comptoir, l’entreprise ou la boutique, la « marchandise », même de niveau relativement modeste, parvient de mieux en mieux à tirer son épingle du jeu et à réaliser par le biais du droit et de la magistrature le plus souvent, de fort belles ascensions sociales.

  • 23 Ainsi comme l’on peut s’y attendre, les milieux de la marchandise et de l’agriculture se renouvell (...)
  • 24 Reste que le corps social reste longtemps, en fonction d’une sorte de rémanence, influencé par les (...)

23La mobilité sociale semble donc bien obéir de moins en moins à la logique de la hiérarchie d’honneur des fonctions, des rangs et des statuts. D’autant que les phénomènes que l’on aurait jugé au XVIIIe siècle être de mobilité descendante se multiplient : repli sur la terre et la vie de hobereau de nobles devenant simples (?) propriétaires terriens (mais souvent maires ou conseillers généraux), adoption d’une vie de bourgeois rentier par des fils d’administrateurs de haut rang. Mais l’on sera plus frappé encore par les cas de rejetons d’anciennes familles nobles de bon rang ou de cadres de l’État (républicain, impérial ou monarchique) s’orientant vers des activités plus lucratives mais qui eussent été jugées moins honorables au XVIIIe siècle : carrières administratives relativement modestes dans l’intendance militaire, les douanes ou les services fiscaux, professions de la banque ou de l’industrie, professions libérales, (avocats, médecins, notaires ou avoués) mais aussi ingénieurs ou négociants. L’éventail des professions exercées par nos petits pensionnaires s’est considérablement ouvert pour toutes les catégories sociales, et, surtout, la mobilité est beaucoup moins nettement orientée par la prégnance du modèle hiérarchique issu des valeurs d’« Ancien Régime », même s’il en perdure encore quelques échos23. Alors qu’au XVIIIe siècle, les cas de passage de la catégorie III à la catégorie IV étaient rarissimes voire inexistants, ils sont plus nombreux au siècle suivant : plus grande homogénéité à l’intérieur de la moyenne bourgeoisie et circulation professionnelle moins commandés par la hiérarchie des statuts et fonctions ? Est-ce là le signe d’un passage d’une société de rangs à une société de classes où le statut et l’honorabilité de la fonction importent moins que la réussite professionnelle et la fortune ? En tout cas, le recul (seulement si l’on s’en tient à juger selon les anciens critères de classification) des chances de monter dans la hiérarchie traditionnelle du pouvoir, des rangs et des statuts semble révéler que la course à l’honneur est peut-être morte de sa belle mort. Les projets d’ascension sociale ne peuvent plus être unidirectionnels ou univoques. Au XVIIIe siècle, il nous a semblé que l’ascension sociale obéissait largement à une règle du jeu immuable qui promeut du négoce aux offices, des offices moyens et modestes vers les offices anoblissants, et de la robe, plume ou finance vers le genre de vie du gentilhomme terrien et militaire et vers la noblesse de Cour. Le projet éducatif largement commun permettait d’assurer ce mouvement et ce renouvellement. Mais la noria, si elle puisait dans différents bassins, accomplissait toujours le parcours dans le même sens monotone. Au siècle « bourgeois », la structure de la pyramide des élites aurait changé : les voies d’ascension se sont diversifiées, en quelque sorte égalées, et n’exigent plus forcément un changement de rôle et de statut. Pourquoi quitter le négoce quand il peut mener non seulement au summum de la fortune mais aussi au faîte des honneurs, du pouvoir et de l’estime sociale ? Et le genre de vie du gentilhomme a perdu bien de son aura et de son attrait. Nul ne peut plus être assuré de sa place hiérarchique par la seule fonction sociale exercée pas plus que par l’héritage d’un nom ou le prestige quasi racial d’un lignage : la société est devenu un champ de bataille et de compétition où toutes les fractions de l’élite ne combattent certes pas à armes parfaitement égales mais où tous au moins combattent dans la même arène. Il ne s’agit plus de tenir son rang ou d’accéder à un rang supérieur, mais d’acquérir une place : or, les meilleures ne sont plus forcément liées à telle fonction sociale ou tel statut professionnel. Les principes qui fondent l’ordre social, les valeurs selon lesquelles une société se construit et distribue estime et pouvoir, semblent bien avoir été bouleversées24. Les élites fractionnées et divisées selon la hiérarchie des rangs ont fait place à une société des notables beaucoup plus homogène ou du moins polycentrique et multivectorielle, égalitaire et concurrentielle. Le parcours orienté et obligé de l’ascension sociale s’efface dans un univers de compétition généralisée. Le monde enchanté des élites, d’échelle verticale, est devenu cercle parcouru de mouvements en tous sens.

Généralisation et banalisation du modèle du pensionnat d’élite ?

  • 25 On découvre ici les phénomènes déjà mis au jour il y a bien longtemps par Ph. Ariès dans L’enfant (...)
  • 26 Les pédagogues semblent avoir travaillé en ce sens dès le XVIIIe siècle car d’une part la dispersi (...)

24La mutation des principes d’organisation sociale semble s’accompagner d’un relatif alignement de Juilly sur les contenus, les méthodes et les pratiques pédagogiques d’autres établissements secondaires. Ou plutôt n’est-ce pas l’inverse ? Le succès du modèle a entraîné son imitation (parfois à distance quelque peu respectueuse !) par les institutions d’enseignement secondaire du XIXe siècle, accompagnée par une homogénéisation du réseau scolaire à destination des enfants de l’élite et des contenus de l’enseignement de plus en plus déterminés et contrôlés par un centralisme sourcilleux qui semble rejoindre les préoccupations d’homogénéité et d’égalité des familles. Si l’Institution de 1796-1828 nous semble beaucoup moins originale et particulière que l’Académie Royale, n’est-ce pas parce que les innovations, avantages et privilèges de celle-ci ont été désormais largement adoptées et banalisées, mais sans doute en les échenillant quelque peu et en les rigidifiant dans un système éducatif moins souple et moins personnalisé, plus uniforme et plus rigide ? En même temps que le corps enseignant se professionnalise avec des professeurs spécialisés, à temps complet, à carrières stables et à vocation unique jusqu’à la retraite ou la mort, les cursus des élèves se rigidifient, s’uniformisent, s’alignent sur les moyennes idéales des pédagogues25, phénomènes qui avaient tendanciellement commencé dans la seconde moitié du XVIIIe siècle mais atteignent alors leur plénitude. Les entrées précoces ou tardives se raréfient et l’on entre désormais à l’Institution entre 8 et 12 ans : 82,3 % contre 60,6 % seulement en 1745-1794. L’âge moyen dans les classes tend à augmenter car l’on n’accepte plus les précocités excessives, et pas davantage la dispersion des âges dans une même classe26. Désormais à telle classe tel âge (ce qui se traduit par une répugnance à trop faire redoubler). D’où une régularisation des cursus qui va jusqu’à la rigidité. Normalisation de plus en plus contraignante d’un parcours scolaire imposé et uniformisé ? Tous les enfants susceptibles d’une scolarité secondaire doivent désormais se plier à un modèle conventionnel, à un type idéal. Intolérance à la diversité et souci d’égalitarisme méritocratique, mais aussi cristallisation d’un univers de la compétition où tous doivent lutter à armes idéalement et illusoirement égales ?

25Il nous semble aussi que la souplesse du pensionnat d’élite qui introduisait les disciplines nouvelles « à la carte », à la demande individuelle, voire parfois comme un jeu ou une récréation, fait place à la rigidité croissante des programmes et des méthodes : intégration de toutes les disciplines « à option » (auxquelles s’ajoutent d’ailleurs les langues vivantes) dans le cadre de la classe proprement dite, des horaires, des programmes identiques pour toute la classe. Les activités de loisir (« d’agrément » !) tendent même à devenir elles aussi un objet d’enseignement et de compétition. Le temps scolaire s’est aussi régularisé et homogénéisé, les pédagogues parvenant à mieux faire respecter les dates officielles d’entrée, de sortie et de vacances. Enfin, logiquement, la banalisation et la normalisation du pensionnat autrefois d’élite se traduisent par la disparition des « privilèges » de niveau de vie dont bénéficiaient certains élèves : l’Institution apparaît plus uniforme et austère, mais plus égalitaire que l’Académie Royale.

Démocratisation et « régionalisation » du pensionnat d’élite ?

  • 27 Pour la sociologie du recrutement entre 1796 et 1828, voir E. Broglin, op. cit., chap. v, partie 2 (...)

26Tout à fait logiquement, la dialectique entre école et société fait correspondre aux changements scolaires et pédagogiques certaines mutations des caractéristiques du recrutement. Le modèle du pensionnat d’élite s’étant banalisé, généralisé et vulgarisé, il risque bien d’avoir multiplié des institutions qui désormais attireront des couches sociales plus nombreuses et quelque peu plus modestes. La clientèle potentielle s’est élargie socialement mais trouve sans doute à sa porte des établissements qui peuvent la satisfaire. Du coup, les aires de recrutement risquent de se réduire comme peau de chagrin et le pouvoir d’attraction géographique pourrait bien se réduire. L’hypothèse est confirmée par les faits27. Certes l’Institution reste un collège socialement de « haut de gamme » et les fils de nobles, anciens, confirmés ou récents, continuent d’y affluer. Mais ils ne représentent plus qu’un quart des effectifs au lieu de plus de la moitié. Même après 1815 le pourcentage ne remonte pas au-dessus de 28,34 %, ce qui reste bien inférieur à la plus « mauvaise » période du XVIIIe siècle, 1785-1794 (37,9 %). Ce qui frappe, outre le déclin de la noblesse militaire et terrienne (31,3 % au lieu de 37 %) et des titulaires de grandes charges et hauts postes d’administration civile (11,04 % contre 19,2 % : impact probablement de la suppression des offices anoblissants), c’est, au-delà du maintien de la bourgeoisie moyenne des rentiers, des officiers ou fonctionnaires et des professions libérales, la remarquable percée des professions du commerce et de l’industrie (33,03 % contre 15,4 %) et des agriculteurs (6,5 % contre 0,9 %), ceux-ci de recrutement essentiellement local et régional.

27Une sorte de basculement semble s’être opéré de part et d’autre de la catégorie centrale et charnière. Sans aucun doute le recrutement s’est « démocratisé ». Il laisse toujours de côté les couches populaires et les milieux de l’artisanat, mais la part de la moyenne et petite bourgeoisie urbaine, urbaine et rurale, est devenue largement majoritaire. D’autant plus qu’à l’intérieur de nos catégories trop grossières, des mutations importantes ont eu lieu. Ainsi, la progression des marchands est plus rapide que celle des négociants et, même si les fils de marchands, négociants et manufacturiers (fabricants et entrepreneurs en progression spectaculaire) appartiennent pour la plupart à la moyenne voire parfois à la haute bourgeoisie, et si leurs familles sont souvent en plein processus d’ascension économique et sociale et font partie de l’aristocratie bourgeoise de leur ville d’origine, l’on note quelques fils de boutiquiers voire d’artisans : boulangers, confiseurs, tanneurs, selliers.

28Dans la troisième catégorie, la même démocratisation relative et ambiguë se fait jour. La progression des propriétaires, bourgeois et rentiers est spectaculaire et continue. Dans les professions juridiques toujours aussi bien représentées s’est opéré un chassé-croisé entre avocats en déclin et notaires en forte ascension. Mais le fait le plus marquant est la diversification des professions libérales : si les ingénieurs restent rares ainsi que les artistes et écrivains, journalistes ou publicistes, si la croissance des fils de « professeurs » doit beaucoup aux maîtres laïcs de Juilly eux-mêmes, les médecins sont en progression marquée et les officiers de santé et apothicaires qu’on commence à appeler pharmaciens sont sur une pente nettement ascendante. Si les fonctionnaires sont moins nombreux que les officiers moyens d’Ancien régime (mais c’est toujours la finance et la fiscalité qui dominent), l’on voit apparaître de plus en plus les employés : caissiers de banque, employés des postes ou de préfecture. Au total, la majorité des parents d’élèves de cette troisième catégorie nous semble appartenir à une bourgeoisie plus modeste qu’au siècle des Lumières et ils proviennent plus souvent de plus petites villes relativement proches. Ainsi, sur tous les plans, l’originalité du recrutement social de l’Académie Royale tend à s’estomper au temps de l’Institution.

29Ce phénomène s’accompagne fort logiquement d’une considérable réduction de l’amplitude géographique du recrutement. Moins du tiers des pensionnaires viennent désormais de zones situées à plus de 250 km. Les véritables étrangers (si l’on élimine les naissances à l’étranger dues aux hasards de l’émigration et des carrières militaires et administratives au temps de l’Empire) sont devenus assez rares. Les origines coloniales se sont nettement réduites (4,56 % contre 9,53 %) avec l’effondrement de Saint-Domingue et Martinique et Guadeloupe ne sortant du marasme qu’après 1805 et surtout 1817. Le caractère « national » du recrutement tend à s’estomper : moins de 20 % des élèves sont désormais originaires de zones situées au sud d’une ligne Brest-Besançon (recul très net de l’Ouest et des grands ports de l’Atlantique), alors que 24,5 % de nos écoliers proviennent de la France du Nord sans compter la zone, proche, de rayon de 50 kilomètres. Ces deux derniers pourcentages inversent exactement ceux du XVIIIe siècle. La « provincialisation » est nette : Paris et l’Île-de-France, Brie et Beauce fournissent désormais plus de la moitié des pensionnaires. Le recrutement est certes encore bien loin d’être très majoritairement local, mais les zones proches ont fortement progressé. Autre mutation majeure : la ruralisation des origines. Certes, Paris accroît encore sa représentation et fournit plus du tiers des élèves. Mais en-dehors de ce cas particulier, le poids des grandes villes diminue nettement, confirmant la croissance de la gentilhommerie repliée sur ses châteaux de campagne et le niveau plus modeste des bourgeoisies présentes au collège. Si Marseille se maintient bien, si Lille, Roubaix et Dunkerque font mieux encore, les autres grandes cités portuaires et négociantes et les capitales judiciaires et administratives, sièges de Cours souveraines et/ou d’Intendances, déclinent. De sorte que la part des grandes villes hors Paris a chuté de 14,62 % à 8 %. Au total, les villes de plus de 10 000 habitants ne donnent plus à l’Institution que 54,3 % de ses pensionnaires : la baisse est de plus de dix points et même de plus de quinze en excluant Paris. Deux traits majeurs donc : le poids croissant de Paris (et sa région) et la progression des tout petits centres urbains et des modestes bourgs ruraux, outre celle des villages relativement proches du collège. Le dernier phénomène renvoie sans aucun doute au caractère moins aristocratique du recrutement social.

30La réduction de l’aire d’où le collège attire ses élèves n’est pas compensée par les effets de la relative « démocratisation » des origines sociales, trop faible encore avant le dernier tiers du XIXe siècle. L’Institution ne retrouve donc pas dans la période 1796-1828 le niveau des trois cents élèves qui constituait la norme de l’Académie Royale dans la seconde moitié du siècle des Lumières. Il faudra attendre 1885 pour que Juilly retrouve à nouveau ce niveau d’apogée. Après la brutale poussée à la réouverture qui porte les effectifs à quelque 230 en janvier 1799, la crise de la fin du Directoire ramène à 170 pensionnaires au 1er octobre 1800. Une fois les difficultés passées, l’on oscillera entre 200 et 240 jusqu’aux événements de 1814-1815 qui font chuter les effectifs à environ 150 enfants. La reprise lors de la Restauration est quelque peu apathique et languissante. Les effectifs jusqu’en 1828 ne dépasseront qu’épisodiquement deux cents. Vers la fin de la période, le collège commence à décliner et à s’abîmer dans les difficultés financières, de direction et de personnel. En 1828, les héritiers des anciens Oratoriens passent la main aux abbés de Scorbiac et Salinis.

31Notre conclusion ne paraîtra guère révolutionnaire : la Révolution Française a bien existé. À Juilly, de part et d’autre de cet événement matriciel, système scolaire, principes d’organisation de la société et règle du jeu de la comédie sociale semblent bien avoir profondément changé. Vue du pensionnat d’élite(s), la théorie de la « fusion des élites », réalisée dès le siècle des Lumières et seulement occultée par les troubles politiques, de la « société des notables » en place avant même les bouleversements juridiques, sociaux et mentaux de la révolution, a besoin d’être nuancée et qualifiée. Car l’unité et l’homogénéité des élites au XVIIIe siècle sont à la fois réelles et incomplètes. Dans l’univers de l’Académie Royale et des établissements similaires, nobles et grands, voire moyens, bourgeois partagent une éducation similaire et participent d’un projet éducatif largement commun. Mais cette identité éducative est loin d’être totale et les composantes de l’élite utilisent différemment et avec des visées diverses l’institution commune. La persistance d’une structure sociale et mentale hiérarchique conduit à ce que les stratégies éducatives et les tactiques scolaires ne puissent être parfaitement semblables et parallèles. Les fractures qui divisent encore la classe dirigeante se traduisent par des parcours scolaires différenciés : le temps de la scolarisation totale de tous les modes de formation professionnelle et du principe généralisé de la méritocratie égalitaire n’est pas encore advenu. Les différences de modalités d’accès aux carrières et aux statuts professionnels qui permettent de faire partie de la classe dirigeante se traduisent donc par des utilisations différentes du même type de structure éducative. Les clivages hiérarchiques d’honneur et d’estime qui perdurent, même s’ils faiblissent, pour fractionner les noblesses, séparer les bourgeoisies et faire frontière entre le statut noble et la roture créent des différenciations scolaires que la relative homogénéisation dans le creuset du pensionnat d’élite ne peut à elle seule effacer. Ainsi fusion des élites mais fusion inachevée et incomplète qui n’abolit pas la cascade des mépris, type de fusion qui rend possible mais aussi nécessaire la Révolution, tant les dernières barrières sont les plus insupportables et aussi les plus difficiles à renverser, faute des dernières réformes indispensables mais problématiques. Pour que la Révolution soit pensable et possible, il fallait bien que la structure sociopolitique de la société de rangs hiérarchisés (sur laquelle repose la possibilité de l’absolutisme) soit ébranlée et affaiblie, il fallait bien que la fusion des élites soit en marche. Mais si elle avait été déjà parfaite et totale, la Révolution n’eût point été nécessaire. D’ailleurs, l’homogénéité de la société des notables n’est-elle pas encore parcourue tout au long des deux premiers tiers du XIXe siècle par des conflits et des fissures issues de l’affrontement de l’Ancien Régime et de la Révolution, et de leurs principes respectifs d’organisation sociopolitique ? François Furet n’avait sans doute pas tort en pensant que la Révolution Française n’avait vraiment trouvé sa clôture et son accomplissement que vers 1875. En tout cas, il fallut le cataclysme révolutionnaire et la mutation sociale (et donc éducative) fondamentale qu’il représente pour qu’à Juilly, les comportements scolaires et les stratégies éducatives s’alignent sur un modèle élitaire largement identique et banalisé. Reste que si l’école vécut l’impact de la mutation sociale, il est bien possible qu’elle ait aussi contribué à préparer cette même mutation. Le principe de la seule méritocratie scolaire, défendu, au moins idéalement, par des pédagogues qui considéraient qu’une fois franchies les portes de l’Académie Royale, tous étaient estimés égaux et qu’on ne devait point se prévaloir de la naissance et autres privilèges de la société civile, et vouloir se distinguer d’autrui selon ces critères, n’était-il pas potentiellement destructeur d’un ordre social qu’ils prétendaient et croyaient défendre et préserver ? Oratoriens, Doctrinaires et Jésuites auraient-ils été de remarquables – et involontaires – apprentis sorciers ?

Notes

1 Voir E. Broglin, De l’Académie Royale à l’Institution : le collège de Juilly (1745-1828), Univ. de Paris-Sorbonne, 1978.

2 L’établissement fut ainsi titré quasiment dès la prise en main de l’abbaye par l’Oratoire. Il était fondé à la fois comme séminaire et lieu de retraite pour les ecclésiastiques et comme lieu d’éducation pour les jeunes nobles. Pour l’historique du collège cf. notre thèse et la notice consacrée à l’Académie Royale dans l’ouvrage remarquable de M.-M. Compère et D. Julia, Les collèges français, XVIe-XVIIIe siècles. Répertoire 2. France du Nord et de l’Ouest, Paris, INRP et CNRS, 1988, p. 342-375.

3 Au XVIIIe siècle, les bourgeoisies sont loin d’être les seules couches sociales à recourir à la notion de mérite pour justifier leur place dans la hiérarchie sociale. Cf. G. Chaussinand-Nogaret, La noblesse au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1976, chap. i.

4 Voir E. Broglin, op. cit., chap. i.

5 Voir E. Broglin, op. cit., chap. ii : « Une entreprise saine et prospère ? »

6 Voir E. Broglin, op. cit., chap. iii : « L’encadrement : structure, fonctions, évolution. »

7 Elle se marque aussi par le fait que les Confrères hésitent de plus en plus à sauter le pas de l’engagement dans la prêtrise. Sur ce que sont les Confrères, voir E. Broglin, op. cit., p. 201, qui s’appuie sur Arch. Nat. M 215 et MM 597.

8 J. Maillard, L’Oratoire à Angers aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Klincksieck, s.d. [1975].

9 Voir E. Broglin, op. cit., chap. ii, partie 5, « Le cadre matériel », et chap. vii, « Vivre au collège ».

10 Voir E. Broglin, op. cit., partie 5 du chap. vii : « Le prix de la vie au pensionnat : le coût d’une éducation », et la notice sur Juilly dans le répertoire des collèges français de M.-M. Compère et D. Julia, op. cit. p. 353.

11 Le contenu de l’éducation et l’« esprit » de la pédagogie juliacienne sont abordés dans E. Broglin, op. cit., chap. vi (« Une formation complète ? Le contenu de l’éducation ») et dans les parties 3 et 4 du chap. vii.

12 Idée exprimée dans Chartier, Compère, Julia, L’éducation en France…, op. cit., p. 145.

13 Cf. les travaux de G. Vigarello, Le corps redressé : histoire d’un pouvoir pédagogique, Paris, J. P. Delarge, 1978 ; Le propre et le sale : l’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Éd. du Seuil, 1985 ; Le sain et le malsain : santé et mieux-être depuis le Moyen Âge, Paris, Éd. du Seuil, 1993.

14 Voir E. Broglin, op. cit., chap. iv, partie 2 (« Sociologie du recrutement »).

15 Cf. D. Julia et P. Pressly, « La population scolaire en 1789. Les extravagances statistiques du ministre Villemain », in Annales ESC, t. 30, 1975, p. 1516-1561.

16 Sur la géographie du recrutement, voir E. Broglin, op. cit., chap. iv, partie 1 : « Le rayonnement du collège ».

17 Sorèze, pourtant de clientèle fortement aristocratique, ne recrute guère au-delà d’une frontière Nantes-Toulon. Cf. J. Fabre de Massaguel, op. cit.

18 Voir E. Broglin, op. cit., chap. v.

19 Dans les stratégies scolaires et les tactiques éducatives, et non pas dans les aptitudes et capacités des écoliers qui, à ce niveau de sélection, ne paraissent guère affectées par les origines sociales, sauf peut-être pour les fils de négociants avant 1770 dont l’adaptation à l’enseignement humaniste et du pensionnat d’élite semble plus problématique, au moins pour la majorité.

20 Voir E. Broglin, op. cit., chap. v, surtout les parties 4-B et 5-B.

21 Voir E. Broglin, op. cit., chap. viii, partie 2.

22 L’autoreproduction de la catégorie II ne concerne plus que moins d’un tiers des cas.

23 Ainsi comme l’on peut s’y attendre, les milieux de la marchandise et de l’agriculture se renouvellent bien peu par mobilité descendante, malgré quelques cas de nobles ou de fils de cadres de l’État s’orientant vers le commerce.

24 Reste que le corps social reste longtemps, en fonction d’une sorte de rémanence, influencé par les valeurs aristocratiques et continue à estimer certaines professions plus honorables que d’autres même plus lucratives et source de davantage de pouvoir et d’influence. Serait-ce que le modèle « bourgeois » est beaucoup moins autonome par rapport au modèle nobiliaire et « aristocratique » qu’il ne l’a cru et prétendu ? Alphonse Dupront défendait cette idée dans son cours d’agrégation de 1962-1963, Les lettres, les sciences, la religion et les arts dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, paru en deux fascicules au Centre de Documentation Universitaire, et réédité, avec une préface de F. Furet, sous le titre Qu’est-ce que les Lumières, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1996. Cf. chap. premier et en particulier les pages 35 à 37.

25 On découvre ici les phénomènes déjà mis au jour il y a bien longtemps par Ph. Ariès dans L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien régime, Paris, Éd. du Seuil, coll. « L’Univers Historique », 1973 (cf. en particulier la deuxième partie) et confirmés par W. Frijhoff et D. Julia dans École et société…, op. cit.

26 Les pédagogues semblent avoir travaillé en ce sens dès le XVIIIe siècle car d’une part la dispersion des âges se réduisait au fur et à mesure de la progression dans le cursus et de l’autre les entrants tardifs sont plus concentrés autour de l’âge « normal ».

27 Pour la sociologie du recrutement entre 1796 et 1828, voir E. Broglin, op. cit., chap. v, partie 2-B ; pour la géographie, même chap., partie 1-B.

Auteur

Université de Paris IV-Sorbonne

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540