Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesse(s) et élites

 | 
Christine Bouneau
, 
Caroline Le Mao

Deuxième partie. Élites et formation de la jeunesse

Officiers et caballeros : l’éducation de la noblesse de robe en Espagne au XVIIIe siècle1

M. Victoria López-Cordón Cortezo

Texte intégral

Introduction : le service administratif, du métier à l’emploi

  • 1 Ce travail a été effectué dans le cadre du Projet de recherche du ministère de l’Éducation et de l (...)
  • 2 Une autre démarche très intéressante eut lieu en 1724, pour s’opposer à la façon dont le nouveau s (...)
  • 3 Le fait que la protestation ait coïncidé avec la prise de fonction d’un nouveau secrétaire d’état, (...)
  • 4 Archivo General de la Administración. Asuntos Exteriores (A.G.A.A.E), caja 39.

1Au début du règne de Charles III, en 1716, un certain nombre de respectables officiers du Secrétariat d’État firent parvenir une demande au roi ; respectueusement, mais résolument, ils exposaient qu’ils se sentaient offensés dans leur dignité et leur office du fait que leurs salaires, « même en termes de l’économie la plus rigoureuse » ne couvraient pas leurs frais2. Ce n’était pas la première revendication professionnelle qui se produisait dans les « covachuelas » du Palais, c’est-à-dire, dans les caves, ou les sous-sols, où se trouvaient les bureaux, et si on satisfit à leurs revendications « dans le plus grand secret » ce fut pour éviter que d’autres puissent se sentir lésés, et fassent à leur tour d’autres pétitions3. En fait, ce ne sont pas les protestations qui m’intéressent, ni même leur succès, mais les raisons qui y sont invoquées et qui révèlent la présence de nouvelles obligations sociales inhérentes aux offices de l’administration. Ils demandent une augmentation afin de pouvoir fréquenter « les gens de classe supérieure » ; d’avoir deux résidences, ce qui était indispensable étant donné les déplacements constants de la Cour ; pour « entretenir une voiture tirée par deux mules » et, enfin, pour représenter dignement leur charge. Et ils prennent comme exemple les hauts fonctionnaires de robe, qui avaient acquis leurs lettres de noblesse4 du fait de leurs études universitaires et de leur relation avec les collèges majeurs. Que s’était-il passé pour que des plumitifs, même de très haut rang, aient voulu se donner des airs de seigneurs ? S’agissait-il d’une revendication de roturiers ou, plutôt, d’une révolte d’« hidalgos » et de membres de la petite noblesse qui auraient revendiqué certains privilèges du fait de leur contribution au bon gouvernement de la Monarchie ?

  • 5 Ils étaient dix, neuf échelons et un deuxième grand officier (Archivo Genaral de la Administración (...)
  • 6 W. Coxe, España bajo el reinado de la Casa de Borbón…, Madrid, Tip. D.F. Mellado, 1846, I, p. 99.
  • 7 P. Mora y Jarabo, La ciencia vindicada…, BN Mss. 10534, f. 7.

2Les officiers qui protestaient ainsi, répondaient parfaitement au profil même des bureaucrates de palais propres à l’administration des Bourbons5. C’étaient des plumitifs héritiers de ceux qui, depuis plus d’un siècle, travaillaient au secrétariat du Bureau Universel, unique jusqu’en 1705, et dont la mission était de transcrire les entretiens (dits de « boca ») entre le titulaire et le Roi6. Mais depuis l’établissement en 1714 d’une division en branches de compétences, deux nouvelles réalités marquèrent les carrières. La première affectait la préparation personnelle car en établissant que « chaque classe d’officiers participe de celle de ses chefs et de ses bureaux », lesdits officiers ne pouvaient se limiter à résoudre les formalités propres à « l’écriture, la rédaction et la dictée » des affaires secrètes et réservées, mais ils devaient aussi être « capables de pénétrer l’âme d’un dossier7 ». La deuxième affectait la structure du bureau puisqu’en organisant le personnel d’après des critères objectifs de catégories et de matières, et en établissant des places fixes et rétribuées, on éveilla une conscience professionnelle claire et une nouvelle façon de s’approprier le poste qui ne reposait pas sur la concession mais sur le mérite. C’est ainsi que des offices qui, à leur origine, étaient exclusivement « de plume », c’est-à-dire « d’écriture », acquirent une grande dignité, et chaque spécialité devait reposer sur des connaissances spécifiques, qu’il fallait donc établir, mais il fallait aussi déterminer la meilleure manière de les acquérir. Les « savoir-faire » dispensés aux jeunes aspirants au sein de leurs propres familles ne suffisaient plus, il fallait maintenant acquérir d’autres savoirs complémentaires, même si, lorsqu’on juge l’ensemble, l’expérience et les diplômes étaient encore à peu près au même niveau. Bien différenciés des magistrats, les officiers formaient un groupe assez compact et qui ne cessait de croître, aussi bien en nombre qu’en poids institutionnel et ils représentaient parfaitement le secteur social sur lequel s’était forgé le réformisme administratif de Philippe V comme de ses successeurs. C’est ce qu’a signalé avec raison le marquis de Saint Philippe :

  • 8 V. Bacallar y Sanna, marquis de Saint Philippe, Comentario a la guerra de España e historia de su (...)

« Les grands étant peu nombreux et insouciants, et la noblesse de second rang étant nombreuse, cultivée et active, les rois s’appuyaient sur la moyenne noblesse pour les postes de la justice et du gouvernement, car ils ne sont, ni détestés par les nobles de haut rang qui en sont proches, ni détestés par ceux des bas rangs dont ils proviennent8. »

3Comme la plus grande partie des administrateurs des Bourbons, ils formaient un véritable instrumento regni, dont l’opposition à la noblesse de premier rang et traditionnelle se manifestait dans les conflits entre les étudiants des collèges et les golillas (bureaucrates porteurs de fraises) dans le domaine universitaire, qui marquait, de façon littéraire, l’opposition entre la noblesse oisive très critiquée et les « hidalgos » éclairés.

  • 9 Deux d’entre eux étaient entrés au Secrétariat à l’époque de Sébastien de la Cuadra, Marquis de Vi (...)
  • 10 Archivo Historico Nacional (AHN). Estado, Leg. 3416.

4Les dossiers retraçant l’évolution professionnelle des dix officiers qui soutenaient cette demande montrent parfaitement les changements qui se sont produits dans la carrière administrative depuis l’arrivée de Philippe V. Il s’agit d’abord d’hommes choisis par leurs chefs, et pour lesquels ce point de départ est donc un élément fondamental9. Certains d’entre eux font valoir de nombreuses années d’expérience dans l’administration, alors que les plus jeunes qui n’en ont pas, mettent en avant leurs études « adaptées » aux postes qu’ils allaient occuper. Elles comprenaient une « éducation soignée » impliquant la maîtrise de l’écriture, des connaissances générales en géographie, en histoire, en latin, et parfois, en « langues étrangères ». Quelquefois, ils avaient fréquenté un collège majeur, ou fait une année universitaire ; dans le cas contraire, ils avaient été entretenido (occupé), c’est-à-dire, apprenti dans un secrétariat10.

  • 11 A.H.N. Hacienda General. Leg. 649.
  • 12 V. Cadenas, Extractos de los expedientes de la Orden de Carlos III (1771-1847), Madrid, Instituto (...)
  • 13 J. M. Imizcoz, « El patrocinio familiar. Parentela, educación y promoción de las élites vasco-nava (...)

5Ce profil s’ajuste assez bien aux compétences requises à l’entrée, même si dans ces cas-là, pour répondre aux exigences de la branche dans laquelle ils voulaient servir, leurs précisions sont plus explicites : les langues pour celle de l’État, les études juridiques pour celle de Grâce et Justice11, les grades militaires pour la Guerre et la Marine, et l’expérience des comptes pour les Finances. En ce qui concerne leurs origines familiales, ils étaient tous, évidemment, des « hidalgos » c’est-à-dire des petits nobles, en grande partie originaires des provinces du nord, de première ou deuxième génération, puisque dès la fin du XVIe siècle, ces nobliaux avaient déjà une grande tradition de services bureaucratiques, et pouvaient compter sur de nombreux parents proches liés à l’administration, parfois dans la même institution. Le cas de fils ou petits-fils de régisseurs12 était aussi très fréquent. Il est clair qu’il existait une politique de placement consciente comme l’a prouvé Imizcoz pour les familles de Baztan13, et le cas des Asturiens est également bien connu, depuis Campillo jusqu’à Jovellanos. L’apprentissage aussi en fait partie, et tout au long du siècle la préoccupation pour l’organiser de façon adéquate fut croissante.

Éducation domestique et collèges de latinité

  • 14 La base de données Fichoz, fruit d’un long travail d’équipe de chercheurs françaises et espagnols, (...)
  • 15 Un décret du 26 juin 1747 interdisait l’enseignement du latin dans les bourgs de moins de 3 000 ha (...)
  • 16 En 1754, le procureur du Consejo de Castille accueillit favorablement cette pétition. Voir F. Agui (...)

6Mais il convient de mener notre étude par étapes et d’envisager tout d’abord les connaissances enseignées et les établissements où elles étaient dispensées, d’après les données qualitatives apportées par certaines autobiographies et d’autres plus générales de la base de données Fichoz14 sur le personnel de l’administration espagnole au XVIIIe siècle. Commençons par les plus élémentaires, spécialement l’écriture et la calligraphie, essentielles pour tout officier de l’administration. Ni la Hermandad (ou Confrérie) de San Casiano, ni plus tard le Collège Académique qui la remplaça en 1780 ne durent guère compter dans leurs écoles de membres de la classe noble, même parmi les couches les plus basses. Les plus favorisés étudiaient normalement chez eux, avec un ou plusieurs précepteurs ou maîtres, s’ils en avaient les possibilités financières, ou avec un clerc, un proche ou un parent, suivant les règles de l’éducation domestique. Les références relatives à l’éducation intermédiaire, qu’une loi du premier mai 1802 qualifiait pour la première fois d’enseignement secondaire, sont plus fiables. Avant d’y entrer, il fallait, bien sûr, savoir déjà lire et écrire mais on n’atteignait pas le niveau universitaire. Le latin y était fondamental même si la concurrence avec le castillan fut remportée par ce dernier dans un Brevet Royal de Charles III du 23 juin 1768. Cet enseignement se limitait aux villes et bourgades les plus peuplées15, où les précepteurs de grammaire étaient payés à la fois par la commune et par les habitants qui recouraient à leurs services ; leur statut social et leur niveau de connaissances étaient bien entendu supérieurs à celui des maîtres. Dans le Catastro d’Ensenada, recensement fait en 1749, ils sont définis sous le nom de maîtres de Latinité et Rhétorique ou maîtres d’Humanités, ce pouvaient être des prêtres ou des membres d’un ordre religieux dont les couvents offraient ce type d’enseignement. Mais les précepteurs séculiers étaient nombreux aussi. Célibataires ou mariés, ils recevaient chez eux des pupilles ou bien résidaient chez leurs pupilles les plus distingués. On calcule qu’au milieu du XVIIIe siècle, il y avait environ 4 000 précepteurs de latinité, qui, dans les centres urbains les plus peuplés comme Madrid, réussirent à se constituer en corps de métier spécifique, à l’image des maîtres ; ils obtinrent que personne ne puisse enseigner le latin à la Cour sans leur consentement et à condition de former une Académie16. Certains futurs membres de l’administration y étudièrent, même s’ils fréquentaient le plus souvent les collèges de grammaire et de latinité régentés par des ordres religieux, en particulier les jésuites, les piaristes et les dominicains. En 1767, au moment de leur expulsion, les jésuites avaient 112 collèges en Espagne et 120 en Amérique, et d’après la base de données Fichoz, nombre d’entre eux accueillirent dans leurs classes de futurs officiers des secrétariats, des intendants et des membres de la magistrature. On y cite, pour les premiers : les collèges jésuites d’Alicante, Séville, Lima, Saragosse, Léon, Orduña, Cadix, Manresa, Valence, Pampelune, Grenade et l’impérial de Madrid. Le cas de ce dernier est très représentatif puisqu’il avait été fondé par l’impératrice Marie d’Autriche en 1603 et refondé par Philippe IV en 1625. Les études y étaient organisées de façon ambitieuse et visaient à éduquer les fils de la noblesse en tant que futurs dirigeants du pays et modèles de sujets.

  • 17 J. Simón Díaz, Historia del Colegio Imperial de Madrid, 2 ª, Madrid, Instituto de Estudios Madrile (...)

« Considérant que toutes les républiques bien gouvernées ont forgé la meilleure partie de leur bonheur grâce à l’éducation de la jeunesse, et même si on se préoccupe pour que cette bonne éducation s’étende aux gens du peuple, il est encore plus important qu’elle ne manque pas aux enfants des princes et des nobles, parce que c’est la partie la plus importante de la république17. »

  • 18 Ibid, p. 152.

7Mais plus encore que cette déclaration de principe, il me semble important de signaler surtout le raisonnement consciencieux sur lequel est fondé tout le plan. On constate que les parents « obligent la Couronne à reconnaître à leurs enfants la succession des offices et des charges », mais aussi que certaines connaissances spécifiques sont indispensables comme « les lettres ou les disciplines libérales » et aussi les langues, que l’Université n’enseigne pas, surtout lorsqu’elle n’y accueille que des puînés qui, « n’étant pas maîtres chez eux, doivent avoir recours aux lettres pour gagner leur pain18 ». Malgré les bonnes intentions du roi et d’Olivares, c’était sans compter sur la méfiance des Universités et les réticences de la première noblesse. C’est pourquoi, un siècle plus tard, l’organisation des études restait totalement inadaptée et en dépit des bonnes intentions initiales, les fils de la petite et moyenne noblesse, et même ceux d’une certaine bourgeoisie, avaient accaparé les salles de classe.

  • 19 Il fut construit entre 1763 et 1791 et on y remarque le P. Scio qui fut le précepteur des enfants (...)
  • 20 Un panorama general dans B. Delgado Criado (coord.), Historia de la educación en España y América. (...)

8Bien que moins nombreux, beaucoup d’autres ordres eurent aussi leurs collèges. Parmi les plus importants, on mentionnera le collège bénédictin de Espinardo, celui de San Fulgencio de Murcie, celui des Piaristes de Zaragosse, et deux à Madrid : celui de San Antón et, plus tard, celui de San Fernando19. Celui des augustins de Ciudad Rodrigo, et ceux de l’ordre de Saint Dominique de Valladolid, Ávila et Seville, ainsi que celui de Saint Thomas de Madrid, sont aussi cités20.

  • 21 Ce fut le cas de Sebastián de la Cuadra, futur ministre, qui fut page de Grimaldo et s’initia aux (...)

9Indépendamment de la qualité de l’enseignement et de la présence de ce groupe social dans les établissements, il est évident que les études étaient peu adaptées aux attentes professionnelles d’un jeune qui aspirait au service de l’État, à moins de passer par l’Université. C’est pourquoi, leurs études à peine terminées, de nombreux jeunes gens, préféraient se placer comme pages chez un noble21, ou comme meritorios, c’est-à-dire stagiaires dans les institutions qui le permettaient, afin d’acquérir de l’expérience et de la pratique en vue de leur futur emploi. La vieille coutume de passer d’un maître ou d’un collège de grammaire au bureau d’un greffier, était tombée en désuétude, car la dignité croissante des officiers se consolidant, ils s’éloignèrent de ce qui, au départ, était leurs origines. Cependant, la calligraphie resta pendant longtemps un critère de compétence pour ceux qui travaillaient dans un bureau.

Les nouvelles institutions : séminaires, académies et études royales

10Un corps dignifié et un système d’apprentissage ambigu, quand il n’était pas inapproprié, n’étaient pas une bonne combinaison, si l’on en juge par les critiques et les suggestions que le problème soulève. Il est clair que les jeunes officiers n’étaient pas préparés à leurs fonctions qui n’étaient plus simplement celles d’un employé aux écritures. On critiquait leur « ignorance », leur « ineptie » et leur « manque de savoir vivre » qui étaient un véritable boulet pour la Monarchie. De sorte que la Couronne se proposa de corriger le covachuelista (bureaucrate) ignorant et ce fut un objectif supplémentaire à ajouter aux aspirations réformistes des dirigeants. L’ancien objectif capital de former une noblesse qui serait utile à l’État, fut repris, reformulé et on lui donna de meilleures chances de succès. Ce but était déjà devenu primordial avec Philippe V qui fixa aussi un deuxième objectif : l’introduction dans les études, des matières « civiles » et des « savoir-faire » grâce auxquels les aspirants, deviendraient des « caballeros » et non plus seulement des plumitifs.

  • 22 J. Simón Díaz, op. cit., p. 239.
  • 23 Marin et scientifique espagnol (1713-1773). Il a effectué une expédition scientifique en Amérique (...)
  • 24 Constituciones del Real Seminario de Nobles de Madrid, Madrid, Imprenta Real, 1799 ; Simón Díaz, o (...)

11À cet effet, on créa en 1725 le Séminaire Royal de Nobles de Madrid. Il dépendait du Collège impérial des Jésuites et avait pour but de former les fils de l’aristocratie espagnole en régime d’internat, en essayant d’y regrouper les fils de ces gens importants qui préféraient encore apprendre avec des précepteurs. Sur des bases pédagogiques traditionnelles où l’enseignement du latin restait capital, on introduisait des disciplines comme le français et l’anglais, la philosophie ou la physique qui ouvraient l’esprit à d’autres perspectives, on y donnait la possibilité de faire des activités propres au groupe social auquel elles étaient destinées, comme la musique, la danse, l’escrime, ou l’équitation. Sa Charte de Constitution approuvée en 1730 exprimait clairement ses objectifs : instruire la « noble jeunesse espagnole » en « vertu, lettres et savoir-faire » pour qu’elle puisse servir « la patrie avec prestige et savoir faire22 ». L’expulsion des jésuites n’interrompit pas les enseignements ; des professeurs séculiers et un maréchal de camp en furent chargés, sauf pour une brève période au cours de laquelle le marin et cosmographe Jorge Juan assuma cette charge23. Mais ils ne respectèrent probablement pas les intentions premières. On était très exigeant quant à la généalogie du candidat : hijosdalgos (fils de nobles) reconnus suivant les lois de Castille, purs de sang et de travail manuel, pouvant prouver leur noblesse par les deux lignées. Cependant, à la fin du siècle, ces conditions s’étaient beaucoup assouplies puisqu’on avait ajouté au mot « nobles » celui de « gens aisés » qui permettait d’inclure les secteurs émergents. Il fallait y ajouter des prix de pensionnat très élevés chaque semestre, ainsi que des uniformes, du linge et un trousseau qui suffisaient à dissuader les « hidalgos » moins fortunés. C’était pourtant un bon investissement car de nombreux membres de la moyenne noblesse provinciale du pays basque ou des vice-royautés américaines y envoyaient leurs fils à la recherche d’un emploi. On y enseignait le catéchisme de Fleur et l’art d’écrire de Palomares, puisque les élèves y entraient à 7 ou 8 ans, puis, plus tard, la grammaire espagnole et latine, l’histoire universelle de Bossuet, et la géographie. Le français était obligatoire, l’italien en option, et à partir de 1785, on introduisit l’anglais qui faisait concurrence au grec et à l’hébreu. On essaya bien d’élever cet enseignement au rang d’études universitaires qu’elles auraient remplacées, mais on préféra l’idée qu’elles se limitent à des « connaissances préliminaires24 ».

  • 25 Soubeyroux, op. cit., p. 210.
  • 26 Trois majordomes et employés au Palais, un gentilhomme et un page. Le reste est réparti comme suit (...)
  • 27 F. Andujar, « El Seminario de nobles de Madrid. Un estudio social », dans Cuadernos de Historia Mo (...)

12Un Décret Royal de Ferdinand VI en 1755 concédait aux élèves du Séminaire Royal de Nobles trois privilèges importants : être « entendus et préférés respectivement pour occuper les emplois qui vont être attribués » ; que ceux qui suivraient la carrière des armes « seraient admis directement comme cadets de n’importe quel régiment » ; d’entrer à l’université avec des équivalences très avantageuses25. Mais malgré cela, les études de Soubeyroux, sur les données de la section Universités de l’A.H.N. (Archivo Histórico Nacional, à Madrid), entre 1727 et 1752, révélèrent que 60 % en sortirent sans occuper aucun emploi, 30 % choisirent la carrière des armes, et à peine 4 % entrèrent dans l’administration. Et de façon plus spécifique, des 13 cas sur 361 qui correspondent à ce pourcentage, seuls trois furent officiers de secrétariat. La Maison du Roi en accueillit aussi certains, à des postes très variés qui allaient du majordome au page26. Mais il ne s’agit que d’à peine 2 % du total, c’est à dire seulement 7 individus. Cette tendance s’accentue dans les données de la fin du siècle où sur 56 séminaristes, 18 n’occupèrent aucun poste et des 38 restants, 32 embrassèrent la carrière militaire. Malgré les bonnes intentions de la Couronne, le séminaire, non seulement attira de plus en plus la moyenne noblesse provinciale que celle de première classe, mais il favorisa l’incorporation de ses étudiants à la carrière militaire, en particulier à ce qu’il est convenu d’appeler « l’armée de Cour », formée de Gardes Royaux et de Gardes du Corps, qui comportait de nombreux privilèges et un avancement plus rapide pour atteindre le grade de général. En revanche, dans la magistrature, dans les institutions provinciales ou dans les bureaux des secrétariats et des conseils où l’avancement était plus lent et plus réglementé et les récompenses moindres, les postes étaient moins convoités. Il faut aussi signaler que dans ces cas-là, il fallait faire des études plus poussées et posséder un savoir-faire complémentaire pour pouvoir accéder au poste. Les caballeros de la Maison des Pages, qui jusque-là dépendaient du grand palefrenier – le caballerizo mayor – furent admis comme élèves, ce qui accentua encore plus cette militarisation croissante des effectifs. De la même manière, jusqu’au milieu du siècle, ceux qu’on appelle les « périphériques », c’est-à-dire en particulier les Basques et les Navarrais, étaient très bien représentés ; ensuite, les élèves sont plutôt originaires de la Cour27.

  • 28 Ibidem, p. 215.
  • 29 Le cas de José Caamaño, compagnon du Comte de Fernán Nuñez, qu’il avait accompagné dans son voyage (...)

13D’après les données élaborées par F. Andujar pour les périodes comprises entre 1727 et 1765, et entre 1770 et 1790, donc avant et après l’expulsion des jésuites, même s’il y a une petite reprise des débouchés bureaucratiques au cours de la deuxième période, jusqu’à un maximum de 14,50 %, la différence avec le pourcentage de ceux qui s’engagent dans l’armée, 70 %28, s’agrandit donc. Malgré cette disparité, il est clair que l’armée et la bureaucratie étaient les principaux débouchés des jeunes « hidalgos » espagnols, même si on ne peut éviter de remarquer que la formation acquise était plus une base sur laquelle s’appuyer qu’une condition, car c’était encore grâce aux relations, familiales ou non, que débutait toute carrière29.

  • 30 La Representación de la Compañía de Jesús a la Monarquía de España sobre la educación de la juvent (...)
  • 31 C’est ainsi que le reconnaît un autre écrit intitulé Memoria Histórica de la Fundación del Real Se (...)
  • 32 J. Martínez Escalera, « Los seminarios de nobles », op. cit., p. 854-861, et F. Aguilar Piñal, « L (...)

14Bien que ce soit l’établissement le plus étudié, le Séminaire Royal ne fut pas le seul en son genre. En effet, beaucoup d’autres furent fondés à son image pour accueillir la noblesse provinciale. Comme lui, ils s’inspiraient tous d’établissements analogues que les jésuites avaient à Vienne et dans d’autres villes importantes30 et, bien sûr, de celui de Paris : le Collège Louis-le-Grand, fondé par le grand-père du monarque31. Il s’agissait d’internats où on entrait lorsqu’on savait lire et écrire et où dans l’enseignement, tout allait de pair : le latin et les langues modernes, le français et l’italien, les règles et la philosophie, les mathématiques et la physique, et où la « pratique » de la musique, de la danse, et de l’escrime conservaient toute leur importance32.

  • 33 M.D. Herrero, La enseñanza militar ilustrada. El Real Colegio de artillería de Segovia, Segovia, A (...)

15Les Collèges de Gardes-marine de Cadix, du Ferrol ou Marín et plus tard le Collège Royal d’Artillerie de Ségovie, avaient pour but d’amener ce même groupe social à occuper les postes de cadres dans une armée plus professionnelle. Il est impossible d’en parler ici, mais on peut cependant remarquer que même si certains jeunes qui s’y sont formés ont ensuite servi dans l’administration, ce transfert fut moins important que celui qui s’était produit à partir des Séminaires vers les classes militaires33.

De l’apprentissage in situ au vivier universitaire

16On en déduit que même si les vieilles institutions s’avéraient peu appropriées à la formation d’un officier distingué, les nouvelles ne l’étaient pas non plus, c’est pourquoi la polémique entre ceux qui défendaient l’éducation théorique, et ceux qui préféraient la pratique n’a jamais pu être tranchée. De plus, de nombreux fils de familles nobles qui ne disposaient que de ressources limitées et qui voulaient se rendre à la Cour pour y chercher un emploi dans l’administration, n’avaient pas assez de revenus pour entrer dans ces institutions ou ne voulaient pas y entrer si jeunes, comme ils y étaient obligés. Ils essayaient donc de le faire à moindre frais et plus sûrement, comme assistant d’un membre de leur famille déjà bien placé dans l’administration, et pour apprendre avec lui. Ainsi, le nombre de ceux qu’on appelait les meritorios, les stagiaires ou apprentis, ne cessait d’augmenter, si l’on en juge par l’évolution de plusieurs carrières. Mais si on voulait accéder à un poste, c’était un choix plus sûr que de passer des années dans un internat. En effet, les compétences exigées étaient si variées que beaucoup préféraient débuter au plus bas de l’échelle en cherchant des appuis et des occasions de l’intérieur. Il fallait y ajouter un autre élément important : le comportement des officiers des secrétariats eux-mêmes, qui refusaient d’ouvrir l’institution à des gens qui venaient de l’extérieur, qui n’avaient aucune expérience et à qui il fallait tout apprendre ; ils préféraient accueillir des hommes jeunes, formés sur place, qui ne causaient aucune rupture dans la chaîne d’avancement. Dans la pratique, les titulaires eux-mêmes, étaient enclins à ce système qui renforçait la cohérence du bureau et leur permettait de considérer leurs membres comme leurs propres « œuvres » ou leurs « enfants ». Dans un certain sens, la confrontation entre ceux qui provenaient des collèges et les golillas ressemblait beaucoup à l’opposition plus silencieuse mais tout aussi profonde qui régnait chez ceux qui revendiquaient les services rendus et ceux qui défendaient la préparation préalable dans des institutions et des établissements prestigieux.

  • 34 M.V. López-cordón, « Las secretarías de Estado y del Despacho : características y problemas », dan (...)
  • 35 C’est le cas de l’économiste Jerónimo de Uztariz, de son frère Casimiro et du ministre Juan Bautis (...)

17Si l’expulsion des jésuites et les réformes des collèges et des universités réussirent à atténuer en grande partie le premier antagonisme, pour le second la solution fut plus lente et on ne réussit jamais à obtenir qu’il soit indispensable d’avoir fait des études spécialisées avant de pouvoir accéder aux offices bureaucratiques, on y préféra une formation universitaire malgré le manque de confiance en cette institution. Elle permettait de reculer l’installation à la Cour et aussi d’élargir les possibilités de poste, en même temps qu’elle assurait avec le diplôme un rang nobiliaire avec lequel la pratique de bureau semblait en contradiction. Ainsi, l’université et plus concrètement les études de Droit, finirent par être le creuset préféré, non seulement des ministres, mais aussi des autres membres de l’administration civile. Elle remplissait donc une fonction semblable à celle des académies dans cette même branche34. La formation des aspirants était aussi renforcée par des études ou des séjours à l’étranger, dont les frais étaient à la charge de la famille, bien qu’à partir du milieu du siècle, et pour certaines branches, ils reçurent une pension. En même temps, et en réponse à une pratique difficile à déraciner, de nombreux bureaux régulèrent avec précision la figure de l’entretenido, le stagiaire, qui, dans certains cas, était devenu un passage obligé. Et lorsque ce poste, qui était le dernier de l’échelle et qui n’était pas rémunéré, mais ne recevait qu’une gratification, fut régulé, l’institution devint une alternative à l’établissement éducatif. On y apprenait les tâches bureaucratiques avec des « maîtres » spécialisés qui n’étaient autres que les officiers les plus anciens et le Secrétaire d’État lui-même35.

Conclusion : du « covachuelista » instruit au « covachuelista » éclairé

  • 36 On peut en savoir plus sur ses contributions grâce à l’information fournie par la Bibliografía de (...)

18Qu’ils soient venus des Collèges ou soient des « golillas », la curiosité intellectuelle des officiers ne venait pas des études préliminaires, ni du diplôme universitaire, mais de l’influence de l’esprit du siècle atténuée, le plus souvent par la mode à la Cour. Certaines bibliothèques le prouvent ainsi que leur étroite relation administrative et personnelle avec la presse. Des institutions aussi importantes que les Académies ou les Sociétés économiques, acceptèrent les officiers comme membres sans hésiter, et parmi eux on retrouve quelques figures caractéristiques des sciences et de la littérature du moment, entre autres : Iriarte, Azara, Llaguno o Urquijo36.

  • 37 P. Mora y Jarabo, Definición de lo que son y de lo que deben ser las seis secretarías del Despacho (...)

19Ils étaient presque tous nobles et formaient une élite dirigeante qui déplaça peu à peu la noblesse traditionnelle et dont le comportement et la sociabilité s’inscrivent dans le cadre de règles qu’on pourrait plutôt définir comme bourgeoises. En effet, au-delà de leur activité professionnelle, il est difficile de les caractériser en tant que groupe social car, le plus souvent, la diversité de leurs activités complémentaires, richesse et relations, ne correspond à aucune définition stricte. Ce problème apparaît aussi lors de l’apprentissage, à cause des difficultés que pose sa régulation ou son adaptation à des fonctions qui, elles aussi, changèrent. Les critères de compétence restèrent limités et précis, une bonne connaissance du castillan, de la lecture, de l’écriture, et des connaissances approfondies en arithmétique, car on faisait beaucoup de comptes dans les bureaux. De plus, même si cela fut moins important, il valait mieux être revêtu du prestige universitaire, car le contexte dans lequel ils évoluaient, leur origine et la distinction croissante accordée aux personnes qui avaient poursuivi ces études les y obligeaient. De toute façon, avec ou sans études supérieures, il est clair qu’ils devaient tous faire un apprentissage court, mais indispensable, qui constituait le point de départ de ce qui était normalement une longue carrière, mais sans soubresauts. Lorsqu’on étudie les Secrétariats, on se rend compte qu’ils sont de plus en plus « politisés », et on peut observer les mécanismes de préparation et d’entrée des jeunes aspirants ainsi que l’évolution de leur profil : ils eurent tendance à se spécialiser et à perdre leur caractère de chargés d’écritures pour devenir plus techniques, mais sans réussir à trouver un juste milieu entre la longue expérience imposée du collège et les dures années d’apprentissage du travail d’écriture37.

  • 38 Ils furent créés par R.D. de 18-IV-1763. La citation est du Reglamento para el gobierno del Monte (...)
  • 39 Le premier, José Joaquín de Montealegre (1692-1771) était bibliothécaire à la Bibliotheque Royale, (...)
  • 40 Real Decreto de 17/07/1816, en Colección de Decretos, 1816.

20De toute façon, et même si c’était par des chemins différents, la promotion qu’apportaient l’éducation et la compétence pour ce qui était des savoir-faire plus sociaux que professionnels devinrent indispensables et renforcèrent le sentiment de dignité personnelle. L’esprit de corps se consolida, favorisé par une série de mesures complémentaires de caractères très différents, des systèmes de promotion aux « Montepíos » – mutualités – et de l’alternance de services aux collèges pour l’éducation d’enfants dans les « Sitios Reales38 ». Le fait que nous trouvions des titres comme celui du duc de Montealegre, du Marquis de Hinojosa, ou celui du Comte de Yoldi39, en bas de l’échelle lorsqu’ils y sont entrés, prouve que le travail dans les bureaux n’entachait en rien le lignage, si on cumulait les études et les connaissances spécifiques. Et nous retrouvons l’un des aboutissements de ce processus dès le début du XIXe siècle lorsque certains corps, comme le corps diplomatique, établirent leurs études spécifiques40.

Notes

1 Ce travail a été effectué dans le cadre du Projet de recherche du ministère de l’Éducation et de la Science espagnol FFI2008-022276.

2 Une autre démarche très intéressante eut lieu en 1724, pour s’opposer à la façon dont le nouveau secrétaire des Finances Verdes Montenegro, recrutait du personnel pour les postes vacants, et une autre ayant un caractère plus résolutif que revendicatif, et qui fut envoyée par Sebastián de la Cuadra en 1738, afin de réguler la complexité des avancements (Archivo Histórico Nacional [AHN]. Estado, Leg. 3497). Sur ces questions, on peut voir M.V. López-Cordón, « Oficiales y caballeros : la carrera administrativa en la España del siglo XVIII » en El mundo Hispánico en el Siglo de las Luces, Madrid, Universidad Complutense, 1996, p. 843-853.

3 Le fait que la protestation ait coïncidé avec la prise de fonction d’un nouveau secrétaire d’état, Grimaldi, qui gagna la confiance de ses subalternes en satisfaisant à leur prétention, n’est pas le fait du hasard.

4 Archivo General de la Administración. Asuntos Exteriores (A.G.A.A.E), caja 39.

5 Ils étaient dix, neuf échelons et un deuxième grand officier (Archivo Genaral de la Administración AGA. A.E. Sección. I, caja 39). M.V. López-Cordón, « Secretarios y secretarías en la Edad Moderna : de las manos del príncipe a relojeros de la Monarquia » en Studia Historica. Historia Moderna, vol. 15, 1996, p. 107-134.

6 W. Coxe, España bajo el reinado de la Casa de Borbón…, Madrid, Tip. D.F. Mellado, 1846, I, p. 99.

7 P. Mora y Jarabo, La ciencia vindicada…, BN Mss. 10534, f. 7.

8 V. Bacallar y Sanna, marquis de Saint Philippe, Comentario a la guerra de España e historia de su rey Phelipe V, el animoso…, Genova, Mateo Garvizza (17. ?), vol. II, p. 127. Il existe une autre édition plus moderne de C. Seco Serrano, Madrid, BAE, 1957.

9 Deux d’entre eux étaient entrés au Secrétariat à l’époque de Sébastien de la Cuadra, Marquis de Villarias, José Agustín de LLano y Juan Chindurza Goitia ; quatre, San Martín Cueto, Bernardo de Campo, Sebastían del Llano y Bernardo Iriarte, étaient des hommes de Carvajal, alors que Magallón, Azara et Casa, étaient entrés avec Wall. Suivant le moment, leur profil professionnel variait. Parmi les plus anciens, l’un provenait du même bureau, et l’autre d’une mutation parrainée par le Marquis de la Ensenada, depuis le Secretariat de la Marine, ils accumulaient donc de nombreuses années de service avant d’accumuler de nombreux services préalables aux plus de vingt ans qu’ils mirent à atteindre le poste de grand officier. Llano le fit en 1758, et fut nommé en 1762 secrétaire du Conseil d’État, et en 1771 Ministre Plenipotentiaire avec l’Infant de Parma ; il reçut ainsi le titre de Marquis. Chindurza mourut en janvier 1763, peu après sa nomination. San Martín provenait de la milice et gravit très lentement les échelons dans le même bureau, mais les autres de son groupe étaient déjà des « hommes de la carrière », c’est-à-dire qu’ils avaient de l’expérience en diplomatie, car ils étaient passés par le service extérieur.

10 Archivo Historico Nacional (AHN). Estado, Leg. 3416.

11 A.H.N. Hacienda General. Leg. 649.

12 V. Cadenas, Extractos de los expedientes de la Orden de Carlos III (1771-1847), Madrid, Instituto Salazar y Castro, vols. vv. 1979-1985.

13 J. M. Imizcoz, « El patrocinio familiar. Parentela, educación y promoción de las élites vasco-navarras en la Monarquía Borbónica », dans F. Chacón et J. Hernandez (éd.), Familias, poderosos y oligarquías, Murcia, Servicio de Publicaciones de la Universidad, 2001, p. 93-130.

14 La base de données Fichoz, fruit d’un long travail d’équipe de chercheurs françaises et espagnols, peut être consultée sur clio.ish-lyon.cnrs.fr.

15 Un décret du 26 juin 1747 interdisait l’enseignement du latin dans les bourgs de moins de 3 000 habitants. Voir F. Aguilar Piñal, « Entre la escuela y la Universidad : la enseñanza secundaria en el siglo XVIII », dans Revista de educación, no extra. La educación en la Ilustración española, 1988, p. 229.

16 En 1754, le procureur du Consejo de Castille accueillit favorablement cette pétition. Voir F. Aguilar, « Entre la escuela y la universidad », art. cit., p. 229.

17 J. Simón Díaz, Historia del Colegio Imperial de Madrid, 2 ª, Madrid, Instituto de Estudios Madrileños, 1992, p. 150-151.

18 Ibid, p. 152.

19 Il fut construit entre 1763 et 1791 et on y remarque le P. Scio qui fut le précepteur des enfants du Roi.

20 Un panorama general dans B. Delgado Criado (coord.), Historia de la educación en España y América. La educación en la España moderna (Siglos XVI-XVIII), Madrid, S.M. 1993, vol. 2, et B. Bartolomé Martinez, Historia de la acción educadora de la Iglesia en España, vol. I, Edades Antigua, Media y Moderna, Madrid, B.A.C. 1995.

21 Ce fut le cas de Sebastián de la Cuadra, futur ministre, qui fut page de Grimaldo et s’initia aux tâches administratives à l’âge de 16 ans seulement. Voir A. Zuluaga Citores, Sebastián de la Cuadra. Primer marqués de Villarías : secretario de estado en el reinado de Felipe V (1687-1766), Santander, América Grafoprint, 1999. De même, d’autres élèves suivirent différents chemins : voir J.L. Peset, « Ciencia, nobleza y ejército en el Seminario de Nobles de Madrid (1770-1788) », dans Mayans y la Ilustración. Simposio Internacional en el Bicentenario de la muerte de Gregorio Mayans, Valencia, Ayuntamiento de Oliva, 1981, p. 519-535.

22 J. Simón Díaz, op. cit., p. 239.

23 Marin et scientifique espagnol (1713-1773). Il a effectué une expédition scientifique en Amérique du Sud (1734-1744) pour prouver que la Terre était ellipsoïde. Il a voyagé en Grande-Bretagne pour étudier les méthodes de construction navale. Il fut aussi ambassadeur extraordinaire au Maroc (1767-1770) et directeur du Séminaire de Nobles (1770-1773). Voir J.-L. Pando, Jorge Juan y Santacilia, Madrid, Pando, 1984 ; J. Pimentel, Jorge Juan, Mutis y Malaespina, viajeros científicos, Madrid, Nívola, 2001 ; E. Soler Pascual, Viajes de Jorge Juan Santacilia en la España del siglo XVIII, Barcelona, Ediciones B, 2002. Pour l’enseignement du Séminaire, A. Viñao, « Por un análisis socio-cultural de la élite intelectual y académica : los profesores y bibliotecarios de los Reales estudios de San Isidro (1770-1808) », dans Bulletin Hispanique, t. 97, 1995, p. 299-315, et « Les origines du corps professoral en Espagne : les Reales Estudios de San Isidro, 1770-1808 », en Paedagogica Historica, na XXX, 1994, p. 119-174.

24 Constituciones del Real Seminario de Nobles de Madrid, Madrid, Imprenta Real, 1799 ; Simón Díaz, op. cit., p. 237 et suiv., et J. Soubeyroux, « El Seminario de Nobles de Madrid y la formación de las elites en el siglo XVIII », dans Bulletin Hispanique, no 97, 1995, p. 208-209.

25 Soubeyroux, op. cit., p. 210.

26 Trois majordomes et employés au Palais, un gentilhomme et un page. Le reste est réparti comme suit : 2 oidores (juges qui entendaient les deux parties) et pour le reste, l’un fut gouverneur de la maison du roi et de la Cour, gouverneur de l’Audience Royale, gouverneur de la Chancellerie, comptable, « corregidor », ambassadeur et juge. Ibidem, p. 211.

27 F. Andujar, « El Seminario de nobles de Madrid. Un estudio social », dans Cuadernos de Historia Moderna, Anejos III. Ingenios para el muno : sociedad, saber y educación en la Edad Moderna, 2004, p. 201-225.

28 Ibidem, p. 215.

29 Le cas de José Caamaño, compagnon du Comte de Fernán Nuñez, qu’il avait accompagné dans son voyage en Europe en tant que secrétaire et que le Comte avait propulsé vers la carrière diplomatique, et celui de Pantaleón Moreno sont très significatifs. Voir D. Ozanam, Les diplomates espagnols du XVIIIe siècle, Madrid, Casa de Velásquez, 1998, p. 200-201 et p. 358-359, et Andujar, op. cit., p. 223-224.

30 La Representación de la Compañía de Jesús a la Monarquía de España sobre la educación de la juventud noble de sus reinos, attribué à Guillermo Clarck est très explicite. Voir Real Academia de la Historia (RAH) Jesuitas et J. Martínez Escalera, « Los seminarios de nobles », dans B. Delgado Criado (coord.), Historia de la educación en España, op. cit., p. 854-855.

31 C’est ainsi que le reconnaît un autre écrit intitulé Memoria Histórica de la Fundación del Real Seminario de Nobles de Madrid, de 1755 : voir Simón Diaz, op. cit., p. 237. Pour le contexte, voir P. Delattre, Les établissements des Jésuites en France, Wetteren, Imp. De Meerter frères, 1955, t. III, et G.P. Brizzi, La formacione Della classe dirigente nel Sei-Settecento. I « seminaria nobilium » nell’Italia centro-settentrionale, Bologna, Il Mulino, 1976.

32 J. Martínez Escalera, « Los seminarios de nobles », op. cit., p. 854-861, et F. Aguilar Piñal, « Los Reales Seminarios de Nobles en la política ilustrada española », dans Cuiadernos hispanoamericanso, no 356, 1980, p. 329-340.

33 M.D. Herrero, La enseñanza militar ilustrada. El Real Colegio de artillería de Segovia, Segovia, Academia de Artillería, 1990, et Ciencia y milicia en el siglo XVIII. Tomas de Morla, artillero ilustrado, Segovia, Patronato del Alcázar, 1992 ; F. Andujar, « La educación de los militares en la España del siglo XVIII », dans Crónica Nova, no 19, 1991, p. 31-55 ; E. Balaguer et E. Gimenez (éd.), Ejército, ciencia y sociedad en la España del Antiguo Régimen, Alicante, Instituto J. Gil-Albert, 1995 ; G. Valdevira González, Los militares ilustrados del siglo XVIII. Su contribución a las ciencias humanas y sociales, Madrid, Ministerio de Defensa, 1996.

34 M.V. López-cordón, « Las secretarías de Estado y del Despacho : características y problemas », dans Chorica Nova, no 22, 1995, p. 204-209 ; « Cambio social y poder administrativo en la España del siglo XVIII : las secretarías de Estado y del Despacho », en J. L. Castellano (éd.), Sociedad, administración y poder en la España del Antiguo Régimen, Granada, Universidad, 1996, p. 111-130.

35 C’est le cas de l’économiste Jerónimo de Uztariz, de son frère Casimiro et du ministre Juan Bautista Oreandain. Sur ces questions, voir T. Nava, « Del colegio a la secretaria : formación e instrucción de ministros y oficiales en el Setecientos español », en E. Martinez Ruiz (éd.), Poder y mentalidad en España e Iberoamérica, Maracaibo, Universidad de Zulia, 2001, p. 441-457.

36 On peut en savoir plus sur ses contributions grâce à l’information fournie par la Bibliografía de autores españoles del siglo XVIII, de F. Aguilar Piñal (Madrid, C.S.I.C. vols. vv.).

37 P. Mora y Jarabo, Definición de lo que son y de lo que deben ser las seis secretarías del Despacho Universal o La ciencia vinticada contra los Plumistas…, BN mss. 10534, ff. 1-36. Publié par M. Martínez Robres, Los oficiales de las secretarías de la Corte bajo los Austrias y los Borbones, Madrid, Instituto de Administración Pública, 1987, p. 249-269. R. D.

38 Ils furent créés par R.D. de 18-IV-1763. La citation est du Reglamento para el gobierno del Monte Pio…, 1763, p. 19.

39 Le premier, José Joaquín de Montealegre (1692-1771) était bibliothécaire à la Bibliotheque Royale, puis traducteur de langue latine au premier Secrétariat d’État. Il sait aussi le français, l’italien, le grec et l’arabe. Secretario de Estado de l’infant Don Carlos, il servit à Naples jusqu’en 1746. Marquis de Salas en 1737 et duc de Montealegre en 1740, il a été nommé ambassadeur à Venise en 1749 (Ozanam, op. cit., p. 354-355). Le deuxième, Fernando Nestares, « paje de bolsa » en 1756, était oficial 6° en Gracia y Justicia en 1763 et « oficial mayor » en 1780. Fait marquis en 1780, il devient ministre de la Cámara de Castilla en 1795 (R. Gómez Rivero, Los orígenes del Ministerio de Justicia [1712-1812], Madrid, Ministerio de Justicia, 1988, p. 111-112). Le troisième, Alfonso Aguirre Yoldi, fils d’un capitaine d’infanterie, reçoit sa première nomination de « joven de lenguas » en 1786. Il fait une rapide carrière et en 1799, il devient « oficial mayor » et comte de Yoldi. En 1808, il prête serment au roi Joseph qui lui confère l’Ordre royal d’Espagne. Au rétablissement de Ferdinand VII, il reste à Copenhague comme grand-maître des cérémonies du roi de Danemark (Ozanam, op. cit., p. 148-149).

40 Real Decreto de 17/07/1816, en Colección de Decretos, 1816.

Auteur

Universidad Complutense

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540