Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesse(s) et élites

 | 
Christine Bouneau
, 
Caroline Le Mao

Première partie. Discours des élites sur la jeunesse

Le savant, le jeune et le politique. Les sociologues « de la jeunesse » entre neutralité et engagement

Ludivine Bantigny

Texte intégral

1Depuis la Libération et dans le prolongement de la Révolution nationale prônée par le régime de Vichy, les jeunes, comme métonymie symbolique plus que comme groupe social, n’ont cessé de faire l’objet de discours de la part des élites, que celles-ci appartiennent au milieu politique, au champ médiatique ou à la sphère savante. Ces discours n’ont eux-mêmes pas cessé d’osciller entre deux pôles désormais classiques : une jeunesse « saine » et porteuse d’avenir et une jeunesse inquiétante, déviante, voire délinquante.

  • 1 En effet pour Durkheim, les jeunes générations ne sont « pas mûres pour la vie sociale » (Éducatio (...)

2Parmi les élites savantes en particulier, les sociologues français ne se sont intéressés que tardivement à la jeunesse. Une explication se trouve chez l’un des pères fondateurs de la sociologie en France, Émile Durkheim, qui n’accordait guère de réelle personnalité sociale aux enfants et aux jeunes et préférait en abandonner l’étude aux psychologues1. Pareille position eut pour corollaire la toute-puissance des sciences du psychisme dans l’étude de l’enfance et de l’adolescence, tout au long du premier XXe siècle et au-delà. C’est aussi, et par là-même, la légitimité de l’objet « jeunesse » qui fut longtemps en cause. À cet égard, l’influence d’une pensée marxiste ou marxisante ne doit pas être négligée ; elle éclaire en partie l’indifférence dont la discipline sociologique témoigna durablement à l’encontre d’une catégorie considérée comme « a-classiste ». La véritable émergence d’une sociologie de la jeunesse en France ne date que des années 1960, quelque trente ans après son homologue anglo-saxonne. Si elle est devenue une véritable spécialité, comme elle l’est aux États-Unis ou au Royaume-Uni notamment, une permanente interrogation sur sa pertinence demeure. Cette position largement critique va au-delà d’une réflexivité élémentaire sur la science de la science ; elle soulève un vrai problème scientifique.

  • 2 Pour cette tripartition, cf. Gérard Mauger, « Pour une sociologie de la sociologie. Notes pour une (...)
  • 3 Max Weber, « Essai sur le sens de la “neutralité axiologique” dans les sciences sociologiques et é (...)
  • 4 Dans les années 1980, « une nouvelle figure professionnelle entre sur la scène du travail sociolog (...)
  • 5 Pierre Bourdieu, « Le sociologue en question », in Questions de sociologie, Paris, Éditions de Min (...)
  • 6 Pierre Bourdieu, Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons d’agir, 2001, p. 172.

3Dans la mesure où « la jeunesse » constitue pour les élites médiatiques et politiques un objet de haute densité, les sociologues ne peuvent s’engouffrer sur ce terrain sans se poser la double question de la concurrence – par rapport aux autres émetteurs de discours sociaux – et de leur propre intervention – dans le champ médiatico-politique tout particulièrement. À cet égard, trois positions sont envisageables, qui se révèlent souvent davantage complémentaires que contradictoires2. La première repose sur l’autonomie du savant, au sens de la neutralité axiologique telle que l’entendait Max Weber3 ; elle suppose, par l’objectivation et le contrôle des concepts, une mise à distance du sociologue à l’égard de son sujet et le préserve, ou du moins tend à le préserver, de toute implication. La deuxième réside dans l’expertise, considérée comme mise en forme de problèmes sociaux susceptibles ensuite d’être traités par des politiques publiques ou des dispositifs d’ordre administratif ; le savant se mue alors en expert, voire en consultant, en tout cas en praticien4, faisant de sa discipline une science d’intervention. Enfin, la troisième hypothèse – qui peut tout à fait être une conséquence de la précédente – est celle de l’engagement ; de fait, les énoncés sociologiques sont souvent prédictifs, surtout dans le domaine de la jeunesse, source de discours prophétiques par excellence, et même parfois normatifs, lorsque des constats de faits produisent des jugements de valeurs ; aussi le pas est-il vite franchi d’une position sociologique à un positionnement civique et même ouvertement politique. Il faut de ce point de vue se rappeler, après Pierre Bourdieu, ce que fut la genèse de la discipline : « La sociologie est, dès l’origine, dans son origine même, une science ambiguë, double, masquée, qui a dû se faire oublier, se nier, se renier comme science politique pour se faire accepter comme science universitaire5 » ; et l’on suivra encore volontiers Bourdieu lorsqu’il note : « La sociologie est partie prenante des luttes qu’elle décrit6. » Dès lors, la question de l’engagement se fait au minimum sous-jacente des discours sociologiques sur les jeunes et la jeunesse, et parfois même éclatante.

4Cet article entend ainsi étudier comment une catégorie sociale aux contours flous, la jeunesse, est devenue un problème scientifique et, par là, un objet de sociologie. La démarche demande donc d’être attentif à la constitution d’un nouveau savoir, aux controverses qu’il a provoquées et aux usages sociaux qu’il a engendrés. Trois thématiques méritent de ce point de vue qu’on s’y attarde. Elles correspondent pour partie à des moments chronologiques spécifiques ; pour partie aussi, elles s’entremêlent et s’imbriquent. Il s’agit en premier lieu du débat autour du culturalisme, qui marqua principalement les années 1960 et 1970 ; ensuite des rapports entre contestation juvénile et sociologie critique, typique des années post-68 ; enfin de la crise économique associée à une crise des représentations, des années 1980 à nos jours. Il y a lieu en somme de placer au cœur de la réflexion les débats scientifiques et les projets politiques à l’égard des jeunes engageant une fraction des élites savantes – en l’occurrence les sociologues – en ce second XXe siècle.

Autour du culturalisme

  • 7 Edgar Morin, L’Esprit du temps, Paris, Grasset, 1962.
  • 8 Edgar Morin, « La commune étudiante » [1968], in Edgar Morin, Claude Lefort, Cornélius Castoriadis (...)
  • 9 Edgar Morin, L’Esprit du temps, op. cit., p. 47 et 49.
  • 10 Jean-Claude Chamboredon, « La société française et sa jeunesse », in Darras, Le Partage des bénéfi (...)
  • 11 Ibidem, p. 167.

5La thèse que l’on nommera, en première hypothèse, « culturaliste », est développée en France pour la première fois par Edgar Morin, depuis L’Esprit du temps en 19627 jusqu’à son étude de la « commune juvénile » en 19688. E. Morin est de ceux, parmi les premiers et en véritable pionnier, qui voient émerger dans les années 1960 une classe d’âge adolescente, trouvant son unité relative grâce à sa culture spécifique, une classe juvénile, donc, capable à l’occasion de s’ériger en acteur historique, comme elle le prouve selon lui en mai-juin 1968. E. Morin observe à quel point ce qu’il nomme la « nouvelle culture » – dite encore « tierce culture » ou « culture de masse » – est fondée sur la « dominante juvénile » et comment elle est susceptible de transcender les appartenances sociales, la « culture industrielle » étant le « seul grand terrain de communication entre les classes sociales9 ». Or cette approche est très vite récusée par des sociologues proches de la démarche bourdieusienne, et d’abord par Jean-Claude Chamboredon. Celui-ci, dénonce, en 1966, une « illusion culturaliste10 », peu soucieuse de sociologie différentielle, trop indifférente à l’égard des contrastes socio-économiques et socio-scolaires à l’œuvre dans les cultures juvéniles émergeant à cette époque. La « culture adolescente ne constitue jamais le tout de la culture des adolescents11 », insiste J.-Cl. Chamboredon, jugeant que les cultures de classe ne s’effacent jamais tout à fait devant la culture « jeune ». Cette dernière, finalement, serait un masque qui ne saurait subsumer les sous-cultures des différents groupes sociaux. J.-Cl. Chamboredon étaie sa démonstration en puisant à la source d’enquêtes et de sondages : les adolescents des classes aisées écoutent moins fréquemment la radio que les jeunes des classes populaires ; le parangon des supports médiatiques de la culture « jeune », Salut les copains, est lu par 62 % des fils d’ouvriers mais par seulement 34,5 % des fils de cadres supérieurs et professions libérales ; les bals et fêtes enfin continuent d’attirer les jeunes des classes populaires et n’ont que peu à voir avec les affinités électives des réunions entre amis, si spécifiques aux catégories sociales aisées. L’argumentation de J.-Cl. Chamboredon se fonde sur un refus fondamental, qui relève aussi du positionnement politique : il s’agit de rejeter une idéologie qui assurerait de la fin des classes sociales et de leurs luttes.

  • 12 Edgar Morin, « Adolescents en transition. Classe adolescente et classes sociales, aspirations au d (...)
  • 13 Ibidem, p. 444.
  • 14 Ibidem, p. 454.
  • 15 On peut rapprocher cette analyse de celle proposée par le sociologue Georges Lapassade. Lui aussi (...)

6Toutefois, affirmer qu’Edgar Morin n’aurait accordé d’importance qu’à une prétendue homogénéisation culturelle et omis de s’attarder aux divergences sociales serait caricaturer sa pensée. De fait, il est lui aussi sensible au clivage de classe. Il entend même l’habiller des catégories qu’emploient les jeunes pour l’incarner : les « populaires » d’un côté, les « aristos » de l’autre ; soit les jeunes salariés, les apprentis, les élèves de collège d’une part, les fils et filles des professions libérales et de la moyenne bourgeoisie de l’autre ; ce qu’E. Morin décline encore dans la dichotomie « blousons noirs »/« élite dolcevitesque » au « négligé pré-beatnikien », dont les divertissements opposent juke-boxes et baby-foot là, boîtes « sub-tropézo-germano-pratines » ici12. Ces termes mêmes dénotent l’auto-position du sociologue ; son implication s’y dit. En évoquant avec humour sa « compétence en “jukeboxologie” » et sa « bonne volonté en “babyfootologie”13 », ce qui lui permet de correspondre, aux yeux des jeunes, au « modèle adulte acceptable », il va au-delà de la seule observation participante : bien plus, il se place du côté des adolescents, et de ce fait affirme une empathie, sans doute même une réelle sympathie à leur égard. Ceci ne l’empêche pas d’ailleurs de rester un être à part, au-dehors de l’univers qu’il observe, position assez typique de l’élite savante en général et du sociologue en particulier. Mais sa disposition se lit aussi dans le style prédictif dont il use. Il écrit ainsi : « […] il est possible que se développent, dans une phase ultérieure, des forces de ségrégation voire de désintégration » parmi les jeunes, soit dans des attitudes libertaires et communautaires, soit dans des formes diverses de non-conformisme, soit dans le nihilisme14. Quelques années avant Mai 68, il devine donc dans l’attitude des adolescents observés des états latents pouvant entrer en turbulence et mener à la contestation révolutionnaire. C’est donc aussi d’une interpellation politique qu’il s’agit, lorsque Morin se fait Cassandre15.

  • 16 Edgar morin, « Culture adolescente et révolte étudiante », Annales ESC, no 3, mai-juin 1969, p. 76 (...)
  • 17 Idem.
  • 18 Jean Monod, « Un air marginal », L’Homme et la société, no 16, avril-juin 1970, p. 316-317.

7Au-delà toutefois de la controverse entre ces deux courants sociologiques, leur point commun réside dans la dénonciation de la récupération dont la culture des jeunes est l’objet. Edgar Morin critique le système productiviste à visées consuméristes qui utilise la créativité des jeunes tout en lui imposant accommodements et censures. Il théorise en conséquence la dialectique entre création de la culture par l’adolescence et production de la culture par le système économico-culturel. Il n’a de cesse, dans ce contexte, d’ironiser sur les « néotroubadours du néoconformisme16 » qu’il repère dans les vedettes et autres idoles « yéyés », et n’hésite pas à distinguer dans la culture musicale propre aux jeunes une « aile droite », « presque entièrement intégrée et intégrationniste », cultivant la vénération des vedettes et l’absence de dissonance, et une « aile gauche », œuvrant à la dénonciation des valeurs et à la contestation politique17. Il y a bien là, de sa part, une manière de politiser la culture et de la resituer dans le cadre d’une fabrique idéologique. E. Morin ne s’inscrit nullement dans un consensus culturaliste, mais s’impose bien plus dans la prise en compte du conflit socio-politique. C’est ce qui le rapproche, par exemple, d’un Jean Monod, fin connaisseur des bandes de jeunes. J. Monod vitupère en effet, lui aussi, l’aliénation créée autour de la sous-culture juvénile, envisagée comme soupape permettant d’éviter la contestation. À ses yeux, la commercialisation de la culture adolescente est une autre façon d’instaurer sur les jeunes un contrôle social, sous l’apparence d’une tutelle culturelle. C’est une manière pour lui de mettre en exergue des rapports de domination, dans le fonctionnement même de la culture juvénile18. Dans les deux cas, il y a bien un engagement, qui dépasse la seule description axiologique des faits.

Les « années 68 » : contestation juvénile et sociologie critique

  • 19 Alfred Sauvy, « Les jeunes dans une société en développement », Le Surveillant général, no 11, sep (...)

8Cet engagement des sociologues dans le champ de « la jeunesse » passe aussi par la condamnation de la relégation dont seraient victimes les jeunes, au tournant des années 1960 et 1970. Ils critiquent de ce point de vue tout aussi bien les restrictions civiques et politiques qui handicapent l’expression des jeunes – en raison de l’âge de la majorité électorale notamment – que leur dépendance financière à l’égard des adultes. Alfred Sauvy en est le chantre le plus virulent et fait de cette dénonciation une spécialité. Ce sont de véritables reproches qu’il formule à l’attention des générations aînées, coupables d’adopter des positions trop défensives vis-à-vis des jeunes, ce qui expliquerait leur besoin de révolte – A. Sauvy assure voir dans les « yéyés » et par exemple dans les Élucubrations du chanteur Antoine des « accents tragiques19 ». Cette sentence contre les « adultes », qui s’accompagne d’une sommation à leur égard, témoigne, en ce domaine encore, d’un réel positionnement pratique et politique, par-delà la mise au jour de données socio-économiques.

  • 20 Edgar Morin, « Culture adolescente et révolte étudiante », art. cit., p. 776.
  • 21 Nicole de Maupéou-Abboud, Les Blousons bleus. Étude sociologique des jeunes ouvriers de la région (...)
  • 22 Nicole Abboud, « Les étudiants comme force de rupture dans la société française (1960-1970) », L’H (...)
  • 23 Ibidem, p. 124.

9Pour contrer ce qui est considéré comme une apathie, voire une culpabilité aînés, certains sociologues en viennent à assigner aux jeunes un rôle social. En cela, leur discipline se fait normative. Ainsi Edgar Morin discerne-t-il dans la révolte étudiante de Mai « quelque chose de “pythique” » ; il la déchiffre à la manière d’un message codé, « obscur », que le sociologue aurait pour rôle de décrypter20. À ses yeux – et c’est là qu’il se fait prophète en son pays –, la révolution abolira non seulement les frontières de classe mais les barrières d’âge. C’est une analyse plus explicitement marxiste encore que proposent les sociologues s’inscrivant dans la mouvance d’Alain Touraine, en ces années de l’après-Mai. Nicole de Maupéou-Abboud, tout particulièrement, se distingue par ses travaux précocement consacrés aux jeunes, qu’ils soient travailleurs ou étudiants, ce qui fait d’elle l’une des premières sociologues de la jeunesse en France21. Or, son cadre de références conceptuelles est toujours explicitement posé : c’est une société et un système mus par la lutte de classes et, partant, par l’existence d’institutions dominantes, piliers pratiques et symboliques de la classe dominante – l’Université par exemple. Quelques mois après les « événements » de mai-juin 1968, N. Maupéou-Abboud fait ainsi le départ entre le temps de la guerre d’Algérie, durant lequel l’UNEF aurait contribué à consolider l’institution universitaire – en agissant au nom de ses valeurs universelles et humanistes – et une seconde période, à compter de 1963, au cours de laquelle la contestation étudiante aurait bien davantage désacralisé et démystifié l’Université22. La sociologue y voit une force de rupture décisive de la part des étudiants, une « capacité de dévoiler les faux semblants, les fausses cohérences et les faux ordres sociaux23 ». Par là, elle assigne à ces jeunes un rôle politique, celui de révélateur-catalyseur du système, qui est aussi un rôle révolutionnaire.

  • 24 Ludivine Bantigny, « Que jeunesse se passe ? Discours publics et expertises sur les jeunes après M (...)

10Pour autant, les nombreux sondages fleurissant sur le sujet à cette époque tendent à montrer au contraire une volonté d’intégration des jeunes dans la société et à mettre en évidence l’existence chez eux d’un système de valeurs guère éloigné de celui prôné par leurs aînés24. On comprend dès lors les railleries dont fait preuve, à l’extrême droite, un Lucien Rebatet, qui s’autorise à titrer dans Rivarol le 27 février 1969 : « Quand la jeunesse contredit les sociologues ». L. Rebatet se réjouit fort de trouver, dans les résultats de tels sondages, « une société de petits bourgeois français très positifs, fort rangés », « flanqu[ant] par terre toute la littérature politico-sociologique du printemps dernier, annonçant des soulèvements gigantesques et je ne sais combien d’irréversibilités ». On découvre ainsi sous sa plume un discours idéologique ironisant sur le positionnement lui-même idéologique – et opposé – de certains sociologues : c’est, au fond, la réponse du berger à la bergère.

  • 25 Selon Pierre Bourdieu, la sociologie ne peut être qu’une « science critique » ; elle « désenchante (...)
  • 26 Pierre Bourdieu, « La jeunesse n’est qu’un mot » (Entretien avec Anne-Marie Métailié, 1978), in Qu (...)
  • 27 Ibidem, p. 151.
  • 28 Ibidem, p. 145.
  • 29 Pierre Bourdieu, « De quoi parle-t-on quand on parle du “problème de la jeunesse” ? », in François (...)
  • 30 Ibidem, p. 229-234.

11Mais cette façon de conférer à la jeunesse un véritable rôle social, qui confine à l’assignation statutaire, fait l’objet de débats et de controverses y compris au sein de la discipline elle-même. En effet, la sociologie se fait, pour une part, critique, et d’abord critique à son propre égard25. C’est l’époque au cours de laquelle Pierre Bourdieu théorise la réflexivité indispensable à toute science et au savoir sociologique en premier lieu. Dès novembre 1964, dans un entretien au journal La Croix, P. Bourdieu était intervenu sur la question des jeunes, soulignant que « plus un sociologue s’aventure sur le terrain des mass media ou de la jeunesse, plus il risque de dire des choses peu scientifiques » ; mais, confirmant en quelque sorte cette hypothèse, il tenait dans cette interview un discours somme toute convenu sur la capitulation générale des adultes et le manque de rites de passage dans les sociétés occidentales contemporaines. Il y campait donc assez typiquement le rôle d’expert, sortant de la sphère savante pour intervenir dans les médias et y inscrire un propos mêlant observation et déploration. C’est en 1978, avec le désormais très célèbre article – en fait, là encore, un entretien – « La jeunesse n’est qu’un mot26 », que Pierre Bourdieu s’attelle à observer et dénoncer dans la classification par âge – mais aussi par sexe ou classe – la production d’un ordre social. Il y considère l’âge comme une donnée socialement manipulée et manipulable. Ce sont le « racisme anti-jeunes27 », le contrôle policier et l’appareil d’État qu’il attaque avec le plus de pugnacité, en évoquant « ces gamins mal habillés, avec des cheveux trop longs qui, le samedi soir, baladent leur petite amie sur une mauvaise mobylette » ; « ce sont ceux-là, poursuit-il, qui se font arrêter par les flics28 ». Ici, le style fait relâche comme pour mieux correspondre au hors-jeu social des jeunes issus des classes populaires qu’il entend décrire. Dès lors, l’auteur de Science de la science et réflexivité invite autant qu’il le peut les spécialistes et autres experts ès jeunesse à une socioanalyse, ce qu’il appelle parfois encore une « thérapeutique29 ». « De quoi parle-t-on quand on parle du problème de la jeunesse ? », s’interroge-t-il30. Peut-être de la légitimité de sa propre position, lorsque l’on est chercheur, syndicaliste, ou travailleur social. La réponse suppose en tout cas une vigilance épistémologique, qui incite chacun à réfléchir à ses choix d’objet.

Crise économique, crise de légitimité et moyens d’y remédier

  • 31 Il est directeur de recherche au CNRS et directeur adjoint du Centre de Sociologie Européenne.
  • 32 Gérard Mauger, « Formes et fonctions des discours sociaux sur la jeunesse. La jeunesse mauvais obj (...)
  • 33 Gérard Mauger, Les Jeunes en France, état des recherches, Paris, La Documentation française, 1994.
  • 34 Expression de Gérard Mauger, in Françoise Battagliola, Paul Bouffartigue, Yves Clot, Francis Godar (...)
  • 35 Gérard Mauger, Les Bandes, le milieu et la bohème populaire. Études de sociologie de la déviance d (...)
  • 36 Gérard Mauger, Les Bandes, le milieu et la bohème populaire, op. cit., notamment le chapitre 2, «  (...)

12Pareille interpellation ne va pas sans provoquer un véritable trouble scientifique, chez ceux qui la prennent avec le sérieux qu’elle exige. Il en va ainsi pour l’un des cofondateurs et naguère président du réseau « Jeunesses et sociétés », Gérard Mauger, l’un des sociologues « de la jeunesse » parmi les mieux reconnus. Or, G. Mauger, malgré sa position prééminente, tant scientifique qu’institutionnelle31, dans cette branche de la sociologie, est conduit à souligner combien la jeunesse peut être un « mauvais objet32 ». De fait, si la sociologie de la jeunesse existe, alors la jeunesse est plus « qu’un mot ». G. Mauger n’en disconvient pas mais il s’attache, dans ses études théoriques33, à la déconstruction et même à la « démolition34 » de la notion et, dans ses analyses de terrain35, à privilégier les jeunes des classes populaires. Dans le sillage de P. Bourdieu, ses travaux sont exemplaires d’une réflexion précise sur sa position de sociologue, sur ses rapports avec les jeunes – « de banlieue », « de cité » – qu’il étudie36, sur les raisons qui le poussent à ces choix-là. Ferraillant contre tout essentialisme, il pose et invite à poser les bonnes questions sur la scientificité de son objet et sur sa propre légitimité. En réponse, on peut observer trois types de positions, chez les sociologues s’intéressant à la jeunesse, qui sont autant de propositions.

  • 37 Olivier Galland, Document de synthèse en vue de l’habilitation à diriger des recherches à l’IEP de (...)
  • 38 Olivier Galland, Marie-Victoire Louis, « Les jeunes chômeurs », Esprit, no 7-8, juillet-août 1979.
  • 39 Olivier Galland, « Précarité et entrées dans la vie », Revue française de sociologie, XXV-1, janvi (...)
  • 40 Olivier Galland, « Un nouvel âge de la vie », Revue française de sociologie, 4, 1990.

13Afin de sortir de ce malaise épistémologique, éthique et politique, d’aucuns, tel Olivier Galland, font le choix explicite et revendiqué de l’autonomie scientifique, autrement dit de la neutralité axiologique, pour faire face aux « critiques et mises en garde37 » sur le sujet. O. Galland s’oriente ainsi très vite vers l’étude des entrées dans la vie adulte, des seuils de passage selon l’appartenance sociale et le sexe, ce qui impose des comparaisons sociales et permet donc une sociologie réellement différentielle. Il se penche d’abord sur les jeunes chômeurs38, puis sur la précarité39, enfin sur les reports différenciés de l’accès à la « vie adulte » en fonction des calendriers professionnels, familiaux et matrimoniaux40. À l’appui de cette approche aux ambitions d’impartialité, les données quantifiables sont autant de supports offrant d’objectiver la démarche.

  • 41 Jean-Claude Chamboredon, « Adolescence et post-adolescence : la “juvénisation”. Remarques sur les (...)
  • 42 Thierry Blöss, « Une jeunesse sur mesures. La politique des âges », Cahiers internationaux de soci (...)
  • 43 Francine Labadie, « L’évolution de la catégorie jeune dans l’action publique depuis vingt-cinq ans (...)
  • 44 François de Singly, « Penser autrement la jeunesse », Lien social et politiques, no 43, printemps (...)
  • 45 « Conformément à la valorisation de l’indépendance du jeune adulte, précise François de Singly, la (...)

14Un deuxième choix se repère chez les sociologues qui réfléchissent à la réification des tranches d’âge qu’engendre l’instauration de politiques publiques spécifiques. Jean-Claude Chamboredon y perçoit très tôt, dès les premières années de la crise économique frappant les jeunes au premier chef, une façon d’institutionnaliser la concurrence des âges ; il tient par là même à étriller l’« idéologie du stage41 » réduisant les jeunes au statut de précaires par essence. Thierry Blöss est aussi de ceux qui voient dans les modalités de l’intervention publique à l’égard des jeunes une manière de fabriquer des « statuts d’attente légalisés42 », l’État contribuant de cette façon au sous-emploi juvénile. Dans cette mouvance, certains sociologues ont à cœur de juger l’usage qui est fait de l’âge dans les politiques publiques ; Francine Labadie relève par exemple que, dans le « Pacte de relance pour la ville » en 1996, un « indice synthétique d’exclusion » est élaboré pour classer les quartiers à l’échelle nationale en fonction du poids démographique des jeunes : de ce point de vue, « jeunesse » devient donc synonyme de « facteur absolu de handicap43 », ce que la sociologue ne manque pas de dénoncer. S’impliquant plus directement encore dans le cadre de l’action publique, le sociologue spécialiste de la famille François de Singly se soucie de l’accomplissement-épanouissement du jeune comme « individu individualisé », c’est-à-dire bénéficiant à la fois d’autonomie – au sens de la « capacité d’un individu à se donner sa propre loi » et la « maîtrise des règles de sa vie » – et d’indépendance – entendue ici comme accès à l’autosuffisance grâce à des ressources propres44. Dans cette optique, il suggère le transfert des aides publiques des parents au jeune en proposant une « allocation de soutien au jeune adulte45 ». Par une telle recommandation, Fr. de Singly se place au plus près de la situation d’expertise, en assumant la formulation d’une intervention concrète dans la vie sociale, par le biais d’une mesure administrative et politique.

  • 46 Gérard Mauger, L’Émeute de novembre 2005. Une révolte protopolitique, Paris, Éditions du Croquant, (...)
  • 47 François Dubet, La Galère. Jeunes en survie, Paris, Fayard, 1987.
  • 48 Stéphane Beaud et Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de (...)

15Enfin, la troisième proposition pour faire face au défi que constitue la sociologie « de la jeunesse » revient à placer la question des jeunes dans une réflexion plus vaste sur les classes populaires. On l’a vu, c’est dans cette direction que travaille Gérard Mauger depuis le milieu des années 197046. C’est également ce à quoi s’est attelé François Dubet avec la parution, entre autres, de La Galère47. C’est aussi la position qu’adoptent Stéphane Beaud et Michel Pialoux : l’un de leurs ouvrages majeurs, Violences urbaines, violence sociale, prend la stricte succession de leur Retour sur la condition ouvrière48. Au rebours des théories sécuritaires coupées de toute réflexion sociale et sociologique, ils analysent l’émeute urbaine provoquée par les jeunes « des cités », non en soi, mais comme un « symptôme » social. Pareille démarche suppose de réintroduire le « rapport de classes » dans l’analyse savante sur les jeunes. Et dès lors, en affirmant résolument l’ancrage socio-politique de leur objet, c’est bien un engagement que les deux sociologues donnent à voir et à lire.

  • 49 Jean Duvignaud, Entretien, Le Figaro, 14 février 1975.
  • 50 Jean Duvignaud, La Planète des jeunes, Paris, Stock, 1975, 348 p.
  • 51 Catherine Pugeault-Cicchelli, Vincenzo Cicchelli, Tariq Ragi (dir.), Ce que nous savons des jeunes (...)
  • 52 Idem.
  • 53 Gérard Mauger, Les Jeunes en France, état des recherches, op. cit., p. 273.

16Le parcours de près d’un demi-siècle de « sociologie de la jeunesse » ne va pas sans laisser poindre un sentiment de trouble, et ce à deux titres. D’une part, et quand bien même ils se sentiraient particulièrement proches de leurs sujets d’étude, manifestant à leur égard une certaine proximité, voire une véritable empathie, les sociologues demeurent irrémédiablement dans une position d’extériorité, comme savants mais aussi comme « non-jeunes ». La jeunesse demeure un monde à part, une sorte de continent étranger à explorer. La suggestion méthodologique formulée en son temps par Jean Duvignaud – analyser les jeunes « comme une population au milieu de nous, et […] procéder exactement comme si elle avait été Bororo ou Bambara49 », au moyen d’une démarche proprement anthropologique – est fort significative de ce rapport d’étrangeté – pour Jean Duvignaud, il y a bel et bien une « planète des jeunes50 »… Du fait de cette « altérité générationnelle indépassable », « les sociologues [de la jeunesse] appréhendent leur objet avec appréhension51 ». D’autre part, « la jeunesse » demeure pour nombre d’entre eux un objet sociologique mal identifié, et beaucoup le manipulent avec force précautions, le problème épistémologique fondamental restant celui de l’objectivation. Peut-être cette situation scientifique explique-t-elle en partie une certaine condition académique : « faible structuration » et « institutionnalisation inachevée52 » indiquent que les sociologues de la jeunesse font parfois figure d’« outsiders » dans la discipline, et que leurs recherches sur des mineurs peuvent y apparaître elles-mêmes comme « mineures53 ».

  • 54 Gérard Houdeville, Le Métier de sociologue en France depuis 1945. Renaissance d’une discipline, Re (...)
  • 55 Pour un exemple de ce traitement médiatique, cf. Laurent Mucchielli, « Misère de la télévision spe (...)
  • 56 Laurent Mucchielli, Le scandale des « tournantes ». Dérives médiatiques et contre-enquête sociolog (...)
  • 57 « Une interview de François Dubet », Le Monde de l’Éducation, no 225, avril 1995, p. 30-31.
  • 58 « Olivier Galland, sociologue, directeur de recherche au CNRS : “Les étudiants restent attachés à (...)

17Cependant, ce positionnement institutionnel contraste avec les sollicitations médiatiques dont ces sociologues font l’objet, à proportion de l’intérêt accordé aux jeunes dans notre société. Leur intervention, « la part qu’ils prennent au débat public », le fait qu’ils soient ainsi rendus « attractifs aux yeux de l’extérieur54 », convient à s’interroger sur les points de passage entre discours scientifique et parole médiatico-politique. La ligne de partage des eaux est d’autant plus difficile à respecter que les médias, tout en les conviant d’abondance, malmènent parfois les sociologues, par la simplification et la schématisation qu’ils réservent à leurs propos55. Ainsi le spécialiste des déviances juvéniles Laurent Mucchielli, invité pour évoquer son ouvrage sur « les tournantes56 » lors d’un journal radiodiffusé sur France Culture, est-il également sommé de donner son point de vue sur le traité constitutionnel européen du 29 mai 2005 et le référendum afférent. Ainsi encore, la volonté de neutralité n’empêche-t-elle nullement François Dubet ou Olivier Galland de se faire, de temps à autre, experts. Le premier déclare ainsi : « Si, dès que 30 IUT font grève, le gouvernement cède, le système éducatif n’évoluera jamais. […] En fait, les jeunes constituent une masse très manipulable et ce peut être dangereux57. » Lorsqu’il s’exprime dans Le Monde au moment des mobilisations étudiantes contre la loi dite « de liberté et d’autonomie des universités » (LRU), à l’automne 2007, le second s’y montre clairement favorable à la loi, estimant qu’elle aurait même pu intervenir plus tôt, « au moment de la mise en place du système licence-master-doctorat (LMD) » « mais, ajoute-t-il pour le déplorer, l’occasion a été ratée par manque de courage politique58 ». De tels cas de figure pointent des moments de basculement : du savant au politique.

Notes

1 En effet pour Durkheim, les jeunes générations ne sont « pas mûres pour la vie sociale » (Éducation et sociologie [1922], Paris, PUF, 1966, p. 41). Paul Fauconnet, disciple de Durkheim, insiste : « Seule la psychologie, appuyée sur la biologie, élargie par la pathologie, permet de comprendre pourquoi l’enfant humain a besoin d’éducation, en quoi il diffère de l’adulte […] » (Paul Fauconnet, « Introduction », ibidem, p. 8). Cf. Olivier Galland, Sociologie de la jeunesse, Paris, Armand Colin, 1997, p. 43-44.

2 Pour cette tripartition, cf. Gérard Mauger, « Pour une sociologie de la sociologie. Notes pour une recherche », L’Homme et la société, no 131, janvier-mars 1999, p. 104.

3 Max Weber, « Essai sur le sens de la “neutralité axiologique” dans les sciences sociologiques et économiques » (1917), in Essais sur la théorie de la science, Paris, Presses Pocket, 1992, p. 395.

4 Dans les années 1980, « une nouvelle figure professionnelle entre sur la scène du travail sociologique, le sociologue “praticien”, qui renouvelle les rôles (expert, consultant, chef de service, partenaire social, chargé d’étude…) et les exercices de sociologie en termes d’observation, de consultation, de management, d’expérimentation, d’évaluation de politiques, etc. » (Odile Piriou, « La sociologie : métier ou profession ? », L’Homme et la société, no 131, janvier-mars 1999, p. 61.)

5 Pierre Bourdieu, « Le sociologue en question », in Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 48.

6 Pierre Bourdieu, Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons d’agir, 2001, p. 172.

7 Edgar Morin, L’Esprit du temps, Paris, Grasset, 1962.

8 Edgar Morin, « La commune étudiante » [1968], in Edgar Morin, Claude Lefort, Cornélius Castoriadis, Mai 68 : La Brèche, Bruxelles, Complexe, 1988, p. 20.

9 Edgar Morin, L’Esprit du temps, op. cit., p. 47 et 49.

10 Jean-Claude Chamboredon, « La société française et sa jeunesse », in Darras, Le Partage des bénéfices. Expansion et inégalités en France, Paris, Éditions de Minuit, 1966, p. 156.

11 Ibidem, p. 167.

12 Edgar Morin, « Adolescents en transition. Classe adolescente et classes sociales, aspirations au divertissement et aspiration à la vie bourgeoise dans une commune du Sud-Finistère », Revue française de sociologie, VII-4, octobre 1966, p. 437-442.

13 Ibidem, p. 444.

14 Ibidem, p. 454.

15 On peut rapprocher cette analyse de celle proposée par le sociologue Georges Lapassade. Lui aussi estime que les jeunes témoignent d’une volonté de détruire l’ordre social (Georges Lapassade, L’Entrée dans la vie, Paris, Éditions de Minuit, 1963, p. 192-193).

16 Edgar morin, « Culture adolescente et révolte étudiante », Annales ESC, no 3, mai-juin 1969, p. 767.

17 Idem.

18 Jean Monod, « Un air marginal », L’Homme et la société, no 16, avril-juin 1970, p. 316-317.

19 Alfred Sauvy, « Les jeunes dans une société en développement », Le Surveillant général, no 11, septembre 1967, p. 7.

20 Edgar Morin, « Culture adolescente et révolte étudiante », art. cit., p. 776.

21 Nicole de Maupéou-Abboud, Les Blousons bleus. Étude sociologique des jeunes ouvriers de la région parisienne, Paris, Armand Colin, 1968.

22 Nicole Abboud, « Les étudiants comme force de rupture dans la société française (1960-1970) », L’Homme et la société, no 16, avril-juin 1970, p. 115-116.

23 Ibidem, p. 124.

24 Ludivine Bantigny, « Que jeunesse se passe ? Discours publics et expertises sur les jeunes après Mai 68 », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 98, avril-juin 2008, p. 7-18.

25 Selon Pierre Bourdieu, la sociologie ne peut être qu’une « science critique » ; elle « désenchante » (« Une science qui dérange » [1980], in Questions de sociologie, op. cit., p. 20 et 21).

26 Pierre Bourdieu, « La jeunesse n’est qu’un mot » (Entretien avec Anne-Marie Métailié, 1978), in Questions de sociologie, op. cit.

27 Ibidem, p. 151.

28 Ibidem, p. 145.

29 Pierre Bourdieu, « De quoi parle-t-on quand on parle du “problème de la jeunesse” ? », in François Proust (coord.), Les Jeunes et les autres. Contributions des sciences de l’homme à la question des jeunes, Vaucresson, CRIV, 1986, tome II, p. 230.

30 Ibidem, p. 229-234.

31 Il est directeur de recherche au CNRS et directeur adjoint du Centre de Sociologie Européenne.

32 Gérard Mauger, « Formes et fonctions des discours sociaux sur la jeunesse. La jeunesse mauvais objet », ibidem, tome I, p. 87.

33 Gérard Mauger, Les Jeunes en France, état des recherches, Paris, La Documentation française, 1994.

34 Expression de Gérard Mauger, in Françoise Battagliola, Paul Bouffartigue, Yves Clot, Francis Godard, Gérard Mauger, « Générations et sociologie de la jeunesse », Société française, no 20, juillet-août-septembre 1986, p. 6.

35 Gérard Mauger, Les Bandes, le milieu et la bohème populaire. Études de sociologie de la déviance des jeunes des classes populaires (1975-2005), Paris, Belin, 2006 ; « Les styles de vie des jeunes des classes populaires (1975-2000) », in Ludivine Bantigny, Ivan Jablonka (dir.), Les jeunes, objets d’histoire, enjeux de savoir, Paris, PUF, 2009, p. 245-261.

36 Gérard Mauger, Les Bandes, le milieu et la bohème populaire, op. cit., notamment le chapitre 2, « Enquêter en milieu populaire », p. 37-52.

37 Olivier Galland, Document de synthèse en vue de l’habilitation à diriger des recherches à l’IEP de Paris, Renaud Sainsaulieu (dir.), tome I, juin 1997, p. 16 sq.

38 Olivier Galland, Marie-Victoire Louis, « Les jeunes chômeurs », Esprit, no 7-8, juillet-août 1979.

39 Olivier Galland, « Précarité et entrées dans la vie », Revue française de sociologie, XXV-1, janvier-mars 1984.

40 Olivier Galland, « Un nouvel âge de la vie », Revue française de sociologie, 4, 1990.

41 Jean-Claude Chamboredon, « Adolescence et post-adolescence : la “juvénisation”. Remarques sur les transformations récentes des limites et de la définition sociale de la jeunesse », in Anne-Marie Alléon, Odile Morvan, Serge Lebovici (dir.), Adolescence terminée, adolescence interminable, Paris, PUF, 1985, p. 25.

42 Thierry Blöss, « Une jeunesse sur mesures. La politique des âges », Cahiers internationaux de sociologie, XCVII, juillet-décembre 1994, p. 267.

43 Francine Labadie, « L’évolution de la catégorie jeune dans l’action publique depuis vingt-cinq ans », Recherches et prévisions, no 65, septembre 2001, p. 25.

44 François de Singly, « Penser autrement la jeunesse », Lien social et politiques, no 43, printemps 2000, p. 12-13.

45 « Conformément à la valorisation de l’indépendance du jeune adulte, précise François de Singly, la contrepartie de l’aide directe de l’État serait d’exiger la séparation des comptes des parents et du jeune adulte, notamment sur le plan fiscal. Le jeune remplirait une déclaration de revenus séparée et ses parents ne bénéficieraient plus d’une demi-part fiscale supplémentaire. […] Cette allocation directe […] ne dépendrait plus du statut de la famille, défini selon le niveau des revenus parentaux […] ou selon le nombre d’enfants à charge » (ibidem, p. 15-16).

46 Gérard Mauger, L’Émeute de novembre 2005. Une révolte protopolitique, Paris, Éditions du Croquant, 2006.

47 François Dubet, La Galère. Jeunes en survie, Paris, Fayard, 1987.

48 Stéphane Beaud et Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Paris, Fayard, 1999 ; Violences urbaines, violence sociale. Genèse des nouvelles classes dangereuses, Paris, Fayard, 2003.

49 Jean Duvignaud, Entretien, Le Figaro, 14 février 1975.

50 Jean Duvignaud, La Planète des jeunes, Paris, Stock, 1975, 348 p.

51 Catherine Pugeault-Cicchelli, Vincenzo Cicchelli, Tariq Ragi (dir.), Ce que nous savons des jeunes, Paris, PUF, 2004, p. 15.

52 Idem.

53 Gérard Mauger, Les Jeunes en France, état des recherches, op. cit., p. 273.

54 Gérard Houdeville, Le Métier de sociologue en France depuis 1945. Renaissance d’une discipline, Rennes, PUR, 2007, p. 59.

55 Pour un exemple de ce traitement médiatique, cf. Laurent Mucchielli, « Misère de la télévision spectacle », 1er août 2005, Observatoire français des médias, http://www.observatoire-medias.info. Ce texte est l’occasion pour le sociologue d’assumer sa position d’intervention : « Il y a quelques années, j’ai choisi d’être non seulement un chercheur en sociologie, mais aussi un intellectuel engagé. À côté de mes activités de recherche et d’enseignement, je consacre donc une partie de mon temps à tenter de faire entendre dans le débat public une autre façon de regarder la société contemporaine. Et j’assume ce choix, notamment en répondant régulièrement aux sollicitations de médias. Avec les journalistes de la presse écrite, il n’est pas difficile de s’entendre et de travailler ensemble. Mais la télévision est un autre monde, où l’on rencontre le meilleur et le pire. » Il y évoque un débat télévisé animé par Paul Amar en présence de Fadela Amara au cours duquel il a eu « l’impression très désagréable de [s]’être fait piéger ».

56 Laurent Mucchielli, Le scandale des « tournantes ». Dérives médiatiques et contre-enquête sociologique, Paris, La Découverte, 2005, 124 p.

57 « Une interview de François Dubet », Le Monde de l’Éducation, no 225, avril 1995, p. 30-31.

58 « Olivier Galland, sociologue, directeur de recherche au CNRS : “Les étudiants restent attachés à une fiction égalitaire” », Le Monde, 27 novembre 2007.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540