Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunesse(s) et élites

 | 
Christine Bouneau
, 
Caroline Le Mao

Première partie. Discours des élites sur la jeunesse

Des manuels d’éducation des pères pour leurs fils : étude de quelques mémoires de la génération de Bassompierre

Mathieu Lemoine

Texte intégral

  • 1 Philippe Ariès, « Pourquoi écrit-on des Mémoires ? » in Les Valeurs chez les mémorialistes françai (...)
  • 2 Philippe Ariès, art. cit., p. 18.

1« Pourquoi écrit-on des Mémoires ? » Voilà une question qui a été posée par Philippe Ariès en 19781 en préliminaire à un colloque qui inaugurait tout un renouveau, surtout du point de vue littéraire, sur ce genre assez protéiforme qui oscille entre l’écriture de soi et l’écriture du roi et dans lequel se sont illustrés nombre de nobles à partir du XVIe siècle. Cette question, aux réponses souvent plurielles, voire contradictoires parfois, ne peut évidemment trouver de solution ferme et définitive ; bien plus, elle est le fil conducteur et l’arrière-plan de la plupart des recherches qui s’effectuent de manière récurrente sur ce genre, quel qu’en soit le thème abordé. Dans sa communication, Philippe Ariès passait en revue un certain nombre de raisons qui s’inscrivent dans la logique des recherches actuelles sur l’histoire des comportements et des représentations nobiliaires : il insistait évidemment sur le besoin d’inscription du mémorialiste noble au sein de toute une lignée d’ancêtres qui justifiait et légitimait sa valeur propre ainsi que sur le souci de s’assurer une célébrité aux yeux de la postérité au sens large du terme. Il y voyait aussi la nécessité pour le mémorialiste d’offrir sa vie et celle de ses ancêtres en exemple, d’abord et avant tout à ses descendants, ce qui contribue à faire des Mémoires un maillon dans la chaîne du temps entre les générations en substitution aux antiques portraits qui ornaient les châteaux familiaux2. Cependant, bien qu’il l’évoque, Philippe Ariès ne fait qu’entrevoir ce rôle éducatif que peuvent revêtir les Mémoires d’Ancien Régime. Or, une lecture un peu attentive de ces textes laisse entrevoir que cet aspect semble bien plus important qu’on a l’habitude de le dire.

  • 3 Nadine Kuperty-Tsur, Se dire à la Renaissance. Les Mémoires au XVIe siècle, Paris, Vrin, 1997 et « (...)

2En effet, les préambules aux Mémoires, que l’on a souvent qualifiés de tribunes autojustificatrices légitimant le projet d’écriture d’un homme qui cherche un moyen de se dire alors qu’il n’en a pas le droit3, ne cessent d’invoquer l’argument de la transmission d’un patrimoine identitaire d’un père à ses enfants. Si Agrippa d’Aubigné est sans équivoque avec Sa Vie à ses enfants, la plupart des autres mémorialistes s’inscrivent dans la même lignée que lui, à commencer par Henri de Campion qui paraît le plus explicite de tous. Il commence son œuvre ainsi :

« Le déplaisir que j’ai ressenti de ne pouvoir être instruit des principales actions de mes ancêtres, sur lesquelles j’aurois pu, dans ma jeunesse, régler mes mœurs et ma conduite, m’engage à donner aujourd’hui à mes enfans cette satisfaction que j’ai souhaitée inutilement. Si mon dessein étoit d’écrire pour le public, je choisirois un sujet plus intéressant que celui de ma vie ; mais comme ce n’est que pour ma famille et mes amis, je crois que je ne puis rien faire de plus agréable pour eux et de plus commode pour moi, que de leur raconter naïvement les divers événemens qui me sont arrivés […].

  • 4 Henri de Campion, Mémoires, Marc Fumaroli (éd.), Paris, Mercure de France, rééd. 2002, p. 45.

Si je ne puis donner moi-même à mes enfans de bonnes instructions, je veux du moins leur laisser les fruits de mon expérience, ce qui est le seul motif du travail que j’entreprends4. »

3La lecture de cet incipit révèle à la fois un manque, une erreur qu’il s’agit de ne pas répéter pour la génération suivante ainsi que la nécessité de se trouver une bonne excuse pour entreprendre une telle œuvre : la gêne de Campion semble plus que manifeste. Il est, en effet, une tradition rhétorique depuis déjà avant Montaigne que de donner sa famille et ses amis proches pour alibis à l’acte d’écriture. Il n’est pas séant de parler de soi, alors on biaise en transposant sur le papier une valeur fondamentale de la noblesse de la première modernité : celle de l’exemplarité donnée à voir uniquement à un cercle restreint de familiers afin de mieux se faire connaître d’eux et de les conseiller dans leur vie future. Et si cet alibi n’en était pas un ? Et si le souci d’éduquer sa postérité constituait même la raison première et profonde de l’écriture des Mémoires, loin des manuels théoriques qui pullulèrent sous la plume de robins scribouillards ou même des exercices pratiques qui forment traditionnellement le gentilhomme ? La question serait ainsi de savoir si la visée des Mémoires n’est pas plus concrète et inscrite plus résolument vers l’avenir qu’on ne l’a souvent dit ; en d’autres termes, les Mémoires de ces nobles d’épée de la première moitié du XVIIe siècle sont-ils le bilan d’une vie ou le programme balisé d’une future ? Il s’agira ainsi de voir, à travers l’espace de cette communication, en quoi ces textes peuvent bel et bien être considérés comme des testaments pédagogiques pratiques que les pères offrent à leurs enfants. À côté donc du souci de gloire jamais revendiqué par leurs auteurs et pourtant toujours souligné – à juste titre – par leurs commentateurs, voyons si la visée domestique ne peut pas être bien plus essentielle qu’on ne le pense et si le pacte de lecture qui y est engagé n’est pas plus sincère qu’on ne le croit. Je fonderai mon propos sur cette première moitié du XVIIe siècle car elle correspond, selon moi, à une explosion du genre qui s’inscrit dans le cadre d’une mutation de la faveur royale sous le règne de Louis XIII, avec l’émergence progressive de la figure du principal ministre qui dérouta les gentilshommes et qui les obligea à un repositionnement identitaire. J’aborderai quelques exemples de Mémoires, mais je m’arrêterai plus spécialement sur ceux du maréchal de Bassompierre en ce sens qu’ils constituent comme le parangon de cette noblesse d’épée disgraciée qui n’a d’autre solution face à la situation que de prendre la plume.

Les descendants, véritables destinataires des Mémoires

  • 5 Robert Arnauld d’Andilly, Mémoires, Michaud et Poujoulat (éd.), Paris, Firmin Didot, t. 9, 1838, p (...)
  • 6 Ibid.
  • 7 Pierre de La Porte, Mémoires, Michaud et Poujoulat (éd.), Paris, Firmin Didot, t. 8, 1838, p. 21.
  • 8 Nicolas de Brichanteau de Beauvais-Nangis, Mémoires, Monmerqué et Taillandier (éd.), SHF, Paris, R (...)

4Comme nous l’avons souligné, un grand nombre de mémorialistes de la première moitié du XVIIe siècle, nobles d’épée ou nobles de robe, usent du sempiternel thème familial dans les premières lignes de leurs Mémoires pour légitimer leur acte d’écriture. Henri de Campion est peut-être le plus clair à ce sujet car il inscrit dès les premiers mots son projet dans une visée exclusivement familiale ; il en va de même pour Arnauld d’Andilly qui, bien que s’excusant – dans une rhétorique toute janséniste – de parler de lui, explique qu’il a dû se mettre à la tâche sur les instances pressantes de son fils, M. de Pomponne5, qui voulait qu’il écrivît « quelque chose qui puisse servir à [s]es enfans6 ». Si d’autres auteurs commencent à inscrire leur texte dans le vaste projet suprapersonnel d’écrire une histoire des règnes des souverains qu’ils ont côtoyés, la destination familiale de l’œuvre n’y est cependant retardée que de quelques lignes : proche de la reine Anne d’Autriche, Pierre de La Porte, après avoir justifié son acte en tant qu’il fut un témoin de la grande histoire aux côtés de la souveraine, s’inscrit malgré tout dans la même logique que ses congénères en affirmant que « [s] on intention n’est pas d’écrire pour le public, mais seulement de laisser à [s] a famille un portrait de [s] a vie7 ». Et si M. de Beauvais-Nangis, après avoir établi un historique de sa famille, ne s’adresse pas explicitement à son fils en le nommant, il est aisé de comprendre que c’est à ce dernier que son œuvre est destinée car lorsqu’il raconte la vie de son propre père, il écrit à son destinataire qu’il vient de lui brosser le portrait de son grand-père8. Les enfants et héritiers sont donc bien la plupart du temps les principaux destinataires revendiqués de ces œuvres.

  • 9 Ibid.
  • 10 Henri de Campion, op. cit., p. 45.
  • 11 Ellery Schalk, L’Épée et le sang Une histoire du concept de noblesse (vers 1500-vers 1650), Seysse (...)

5Il est une chose d’être le destinataire d’une œuvre, il en est une autre de ne pas sombrer dans l’oubli une fois le préambule passé. Cependant, la plupart des mémorialistes, après avoir désigné les personnes à qui ils s’adressent en privé, soulignent leur but : offrir un modèle à leurs descendants. Ainsi M. de Beauvais-Nangis écrit à ses enfants qu’ils doivent imiter les vertus de leur grand-père9, et Henri de Campion met l’accent sur l’importance de l’expérience qu’il laisse à ses descendants dans leur future formation d’adulte10. Nous touchons là une des caractéristiques essentielles de la noblesse française de ce premier XVIIe siècle dont les membres se devaient d’abord et avant tout de fournir des exemples à la postérité familiale tout en imitant eux-mêmes leurs ancêtres dans le but de poursuivre la chaîne de toute une lignée et de fournir les armes nécessaires à la connaissance de leur famille qui étaient ainsi transmises de génération en génération. À côté des galeries de portraits qui ornaient les murs des châteaux familiaux pour s’en inspirer et s’y référer, les nobles mémorialistes offraient par leurs textes des portraits plus vivants qui étaient autant d’exemples survalorisés que la suite de la lignée pouvait et devait capitaliser. Nous sommes à l’essence même de l’action au XVIe siècle et au début du XVIIe siècle qui n’est elle-même qu’une réactivation d’actions passées à intégrer en soi et à adapter aux situations présentes en fonction de ce qu’on avait appris du passé. C’est pourquoi la plupart des mémorialistes entament leur œuvre par une énumération de leurs ancêtres qui doit remonter le plus loin possible dans le temps : c’est peut-être pour légitimer leur propre action dans un vaste mouvement identitaire11, c’est assurément pour se faire le détenteur de la mémoire familiale à fournir à la descendance en tant que les ancêtres sont tous plus valeureux les uns que les autres et donc dignes d’être imités. Le mémorialiste revêt alors par son œuvre la dimension de tremplin au socle assez solide pour propulser sa postérité vers l’avenir.

  • 12 Arlette Jouanna, « Recherche sur la notion d’honneur au XVIe siècle », in Revue d’histoire moderne (...)
  • 13 Nicolas de Brichanteau de Beauvais-Nangis, op. cit., p. 61. Il parle des « défauts que vous trouve (...)

6Cependant, comme l’a très bien souligné Philippe Ariès dans son article, on observe, à partir du XVIe siècle, une mutation progressive qui s’opère entre un héroïsme chevaleresque, que caractérisent les ancêtres, et une quotidienneté de l’action qui tend plutôt vers cette valeur suprême de la noblesse à l’époque moderne qu’est l’honneur12. Avec la présentation de soi, le noble offre le tableau d’une vie qui, si elle comporte des actes héroïques, n’en demeure pas moins ancrée dans le réel, avec les aléas que la fortune peut faire peser sur elle. Il s’agit donc de laisser un témoignage à ses enfants de la vie que l’on a menée avec le maximum d’authenticité possible, dans les « bon-heurs » comme dans les « mal-heurs » : de modèle sublimé, le noble devient au fur et à mesure de l’écriture à la fois modèle et anti-modèle, un exemple dans toutes les virtualités positives ou négatives que ce terme peut comprendre. M. de Beauvais-Nangis le démontre très bien lorsqu’il écrit qu’il se donne à voir à ses enfants afin qu’ils ne réitèrent pas les mêmes fautes ou défauts que lui13 : s’il est digne d’être connu de ses successeurs, c’est peut-être plus pour qu’ils ne reproduisent pas son exemple que pour qu’ils suivent son parcours. Il en va de même pour le portrait – pourtant plus valorisé – qu’il dresse de son père, dont il conclut l’évocation en ces termes :

  • 14 Ibid.

« Le commencement de la fortune de vostre grand-pere n’a esté que prospérité, faveur et bienfaits de son maistre, et la fin n’a esté que nécessité ; jamais d’appui ny d’assistance de personne, esloigné des charges et de la faveur14. »

  • 15 François de Bassompierre, Mémoires, Chantérac (éd.), Paris, Renouard, SHF, 1870, t. 1, p. 2.
  • 16 Par exemple, L’Histoire des favoris françois [texte attribué traditionnellement à Nicolas de Beauv (...)
  • 17 Marc Fumaroli, « Les Mémoires, ou l’historiographie royale en procès » in La Diplomatie de l’espri (...)

7Car les Mémoires ont ceci de particulier qu’ils construisent et façonnent un personnage qui est déhéroïsé du fait même de l’écriture dans la mesure où l’usage de la plume en substitution de l’épée est l’aveu d’un échec au monde. En effet, la plupart des Mémoires sont écrits à la suite d’une disgrâce royale ou tout au moins d’un éloignement du pouvoir. Songeons par exemple au maréchal de Bassompierre qui entama la rédaction du Journal de [s]a vie dans le loisir forcé de la Bastille où il avait été enfermé au lendemain de la journée des Dupes, de la disgrâce de Marie de Médicis et du départ fracassant de Gaston d’Orléans du royaume, en février 1631 : s’il écrit ses Mémoires, c’est, suivant ses termes, « pour remarquer le temps de [s] es accidents et juger quelles années [lui] ont esté sinistres ou heureuses15 ». En aucun cas il ne s’agit de se donner en modèle idéal. Les mémorialistes de la première moitié du XVIIe siècle revendiquent un parcours à ne pas suivre. Ce n’est cependant pas une façon de se dévaloriser ; bien au contraire, c’est un moyen détourné de mettre en garde ses successeurs contre les aléas de la faveur royale16, donc, dans un revirement de situation, de faire le procès d’un roi ingrat face à une noblesse qui, puisant sa légitimité dans un passé héroïque et valeureux, reproduisant sans cesse les mêmes vertus, n’est pas altérée. En ce sens, nous pouvons comprendre les réflexions de Marc Fumaroli qui fait des Mémoires un lieu en marge du pouvoir, où s’élabore le procès de l’historiographie officielle17 et du pouvoir royal. Véritable mise en garde contre un monde changeant et incompréhensible, les Mémoires sont des manuels concrets d’éducation de pères pour leurs fils, qui se fondent sur une expérience de la disgrâce à ne pas renouveler. Dès lors, ils renferment toute une série de conseils voilés et distillés derrière le masque du récit de la vie de leurs auteurs. À leurs héritiers de comprendre quel sens donner à ce qu’ils leur écrivent.

Les descendants, objet de discours dans les Mémoires

8Et c’est peut-être là la chance de ces mémorialistes disgraciés sur l’autel de la volonté royale ou ministérielle : le pouvoir, en leur ôtant tout moyen d’agir par l’épée, leur offrait sur un plateau le moyen d’agir par la plume. Certes, ils n’éduquaient plus l’arme à la main leurs héritiers, mais ils leur offraient des conseils encore plus importants : savoir faire carrière et se maintenir dans les bonnes grâces du souverain afin de pouvoir s’illustrer. Dans ses Mémoires, François de Bassompierre – qui n’a pas eu d’enfant légitime – se plaît à faire la biographie de son neveu et héritier Anne-François qui, né en 1612, lui fut envoyé à la cour de France par son frère cadet en 1624 afin qu’il le nourrît, comme il était d’usage. Le regard qu’il porte sur ce neveu et héritier du titre familial est assez révélateur du rôle que les mémorialistes d’épée s’assignent et assignent à leurs descendants.

  • 18 François de Bassompierre, op. cit., t. 1, p. 34.
  • 19 Ellery Schalk, L’Épée et le Sang…, op. cit., p. 143-162 ; Marie-Madeleine Compère et Dominique Jul (...)
  • 20 Philippe Ariès, L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1973, p. 213 sq. (...)
  • 21 François de Bassompierre, op. cit., t. 1, p. 49. Voir l’analyse d’Ellery Schalk, op. cit., p. 150.

9Pour lui, l’éducation devait commencer par les études universitaires. Il écrit en effet qu’après avoir fait venir auprès de lui le jeune Anne-François, « je le renvoyay estudier, et apprendre la langue allemande, à Fribourg en Briscau, où il fut recteur18 » ; il le rappela ensuite auprès de lui pour le mettre à l’académie de Benjamin de Hannique19 où il resta près de deux ans, avant de rejoindre son oncle au siège de La Rochelle en 1628 et non sans l’avoir suivi, entre Fribourg et Paris, à Soleure pour une ambassade extraordinaire qu’il avait à mener en 1626. Bassompierre semble brosser ici en quelques lignes l’éducation idéale du parfait gentilhomme qui veut et doit marier les armes et les lettres : dans sa jeunesse, le mémorialiste lui-même avait aussi fréquenté les universités lorraines et allemandes20 et il avait fait le voyage d’Italie, où il s’était inscrit à l’école d’équitation de Pignatelli, à Naples, puis à celle de Mirabello dans cette même ville21. Cependant, ces écoles d’équitation italiennes étaient des institutions où l’on apprenait presque exclusivement l’art de la chevalerie, alors que les académies françaises, dont le parangon fut celle de Pluvinel, fondée en 1594, réservait certes une bonne part à l’éducation militaire, mais se proposait surtout d’offrir une formation en matière de belles lettres. Elles remplaçaient, en outre, les traditionnels voyages de formation par-delà les Alpes que tout gentilhomme qui voulait réussir se devait d’entreprendre. Le fait que Bassompierre y ait placé Anne-François témoigne d’un nouveau regard que les élites nobiliaires portent à cette époque sur la jeunesse, et par là même sur leur ordre : si elles revendiquent l’exclusivité du métier des armes dans un besoin d’auto-définition de l’ordre, elles ne rejettent pas pour autant un des aspects qui fondent le monde des robins : sans aller jusqu’à parler d’érudition, disons un vernis de savoir livresque et scientifique. Si l’oncle a reçu une éducation qui mêlait déjà armes et lettres, mais de manière empirique et assez originale pour sa génération, le neveu, trente années après, a bénéficié d’un modèle plus achevé qui l’inscrivait dans une logique à la fois de renforcement identitaire et d’ouverture vers une nouvelle forme de culture qui permettait, en retour, un renforcement de cette identité : ce ne fut donc pas par amour des lettres que la noblesse s’ouvrit à elles, mais par nécessité afin d’avoir le bagage minimal pour vivre en société et se défendre face à ce qui était perçu comme des attaques de la part des robins, jugés conquérants et sûrs d’eux-mêmes.

  • 22 François de Bassompierre, op. cit., t. 1, p. 37.
  • 23 Id., p. 254.
  • 24 P. Louis Jacob, Traité des plus belles bibliothèques publiques et particulières qui ont esté et qu (...)
  • 25 Louis-Henri de Loménie de Brienne, Mémoires, Paris, Paul Bonnefon (éd.), Renouard, SHF, 1916, t. 1 (...)

10Car force est de constater que le mémorialiste ne fait qu’évoquer ces quatre années de formation intellectuelle et physique de son neveu, alors qu’il est bien plus éloquent et prolixe pour présenter la suite de sa carrière, qui fut exclusivement consacrée au métier des armes : après avoir rejoint son mentor à La Rochelle (1628), Anne-François l’accompagna dans la première guerre contre la Savoie et dans celle que Louis XIII conduisit contre les huguenots du Languedoc (1629). Ces trois événements constituent vraisemblablement trois temps dans l’apprentissage du métier des armes, combinant sièges et assauts, décisions mûrement réfléchies et coups du hasard glorieux. Dès lors, il pouvait voler de ses propres ailes et s’en aller défendre et reconquérir pour le roi d’Espagne la ville de Bois-le-Duc, que les Hollandais avaient prise (1629), puis accompagner Louis XIII dans son « voyage de Bourgogne » face à Monsieur qui venait de quitter le royaume (1631). La preuve la plus évidente de cette autonomisation fut qu’il poursuivit par lui-même sa carrière militaire malgré la disgrâce du maréchal son oncle. Ce dernier, on le voit bien, passe beaucoup plus de temps à énumérer ses exploits militaires que sa formation intellectuelle à proprement parler. Dans le débat traditionnel qui oppose schématiquement le noble d’épée – présenté comme ignare et revendiquant cette absence de culture livresque – au noble de robe – beaucoup plus tourné vers l’érudition –, nous voyons bien, à travers l’exemple de Bassompierre, que, si certains aspects tendent à nuancer cette image en montrant qu’au contraire, la noblesse d’épée peut être aussi tournée vers les lettres, ne serait-ce que pour servir le roi, par bien d’autres, elle reste fixée encore et toujours sur le métier des armes. Et s’il faut former théoriquement le jeune noble, il faut aussi lui apprendre sur le terrain, auprès d’un homme expérimenté, tous les aspects pratiques de ce métier exclusivement noble. D’autres passages de ses Mémoires le soulignent : Bassompierre ne prend pas la peine, par exemple, de présenter ses deux autres neveux sous prétexte qu’« ils sont encores jeunes et aux estudes pendant qu’à la Bastille j’escris cecy22 », comme s’ils étaient inintéressants du simple fait qu’ils étaient en apprentissage purement théorique, fort probablement au collège. Surtout, il refuse lui-même de faire montre d’une quelconque érudition à travers tout l’ensemble de son texte, allant même jusqu’à écrire : « je ne me mêlais pas de bien dire et moins de bien écrire, l’un et l’autre n’étant pas de ma profession23 », alors qu’il était un fervent lecteur, à tout le moins un grand collectionneur, qui possédait, selon Louis Jacob, une des plus riches bibliothèques particulières dans les années 1630, qui le positionnait juste derrière Richelieu, Mazarin et Gaston d’Orléans24. On voit bien que le métier des armes reste essentiel dans le discours qu’il a à tenir sur soi et sur son ordre ; et si des lettres on a, il vaut mieux, suivant les recommandations du comte de Brienne qui en a pâti dans sa carrière, savoir ne pas en faire montre25.

  • 26 François de Bassompierre, op. cit., t. 4, p. 237.
  • 27 Id., p. 331.

11Or ce métier n’est pas le seul qu’il faille apprendre. Il est plutôt à replacer dans le service du roi en général, véritable triptyque qui passe certes par la guerre, mais aussi par les ambassades – en tant que représentant du souverain à l’étranger – et le conseil du monarque. Pour ce qui est d’Anne-François, même si le maréchal n’a visiblement pas eu le temps de lui inculquer tous les rudiments, notamment en ce qui concernait l’aspect de conseiller du roi, on peut dire qu’il avait réussi à faire en sorte qu’il pût voler de ses propres ailes. Il n’en est pas allé de même, en revanche, avec le frère cadet d’Anne-François, Charles, baron de Dommartin, qui s’est retrouvé comme livré à lui-même à une époque où le duché de Lorraine était pris en étau entre la France et l’Empire, en pleine guerre de Trente Ans, de telle sorte qu’il participa activement à plusieurs reprises au pillage et à la dévastation des terres familiales de Haroué et de Bassompierre. Durant toute la dernière partie de ses Mémoires, au moment où le temps du vécu rejoint le temps de l’écriture, le maréchal de Bassompierre ne cesse de se lamenter sur le comportement de ce neveu qui « ne se gouvernoit pas comme il le devoit26 ». Son impuissance à pouvoir agir sur lui est plus que patente puisque d’acteur potentiel de son éducation il en est réduit, du fait de sa disgrâce, à être le spectateur malheureux de ses actions. Et le mémorialiste de conclure en avril 1640 que Charles était « un desbauché quy m’avoit offensé27 ». Il ne reste plus alors à Bassompierre qu’à tenter de reprendre les choses en main, en tant que chef de famille, et à essayer de lui apporter par un autre biais que les moyens traditionnels ce qu’il n’a pas eu le temps ou l’occasion de transmettre de vive voix à l’un et de poursuivre ce qu’il avait entamé avec l’autre de ses neveux. L’acte de naissance des Mémoires de Bassompierre se trouve fort probablement là.

  • 28 Id., t. 1, p. 2.
  • 29 Michel Prigent, Le Héros et l’État dans la tragédie de Pierre Corneille, Paris, PUF, 1986.

12Les commentateurs ont longtemps glosé sur leur destinataire, le mémorialiste n’évoquant qu’au détour d’une phrase du préambule un « vous qui estes un second moy mesme28 ». Certains pensent qu’il s’agit du duc de Créquy, cousin éloigné du maréchal, dont il était proche et qui avait fait de nombreuses campagnes militaires à ses côtés ; d’autres suggèrent plus volontiers que c’est le comte de Cramail, petit-fils de Monluc, qui lui aurait demandé de s’atteler à la tâche lorsqu’ils étaient tous deux à la Bastille. Or, si l’on se replace dans la logique mimétique de l’époque et dans les représentations traditionnelles qui font des aînés mâles au sein d’une famille un continuum ininterrompu, il y a de grandes chances que ce « second moy mesme » soit son neveu et héritier, celui qui, à sa mort, est destiné à porter son nom et ses titres et à devenir le chef de famille et, par ricochet, son cadet. Les Mémoires de Bassompierre ont ceci de paradoxal qu’alors qu’ils ne s’adressent pas explicitement à un héritier, ils permettent d’accréditer, par les interrogations qu’ils posent, cette idée selon laquelle les Mémoires sont un autre moyen pour leurs auteurs d’éduquer leurs enfants. Ils sont alors à considérer comme de véritables manuels d’éducation qui emploient la forme d’un récit de vie familière pour donner un exemple sur le long terme à la fois de ce qu’il faut faire et de ce qu’il ne faut pas faire. L’écrit, dans cette perspective, est le seul moyen de rendre pérenne une pensée et un mode d’action qui vole trop en éclat au sein de ce qu’on appelle le monde, vu comme mouvant et insondable, à l’image de Louis XIII lui-même, roi énigmatique s’il en fut. Qui plus est, le récit d’une vie qui s’étale sur plusieurs décennies, qui a connu plusieurs rois et qui a participé aux grandes et aux petites actions de leurs règnes, devient le terreau favorable pour offrir aux enfants des sujets de méditation à remâcher sans cesse. En s’offrant en exemples et non en modèles, les mémorialistes de la première moitié du XVIIe siècle sanctionnent la mort du héros29 et disent l’impossibilité de continuer à agir comme leurs ancêtres ont pu agir de génération en génération, en se fondant sur les modèles passés. Il y a bien la nostalgie de cette approche du monde, comme en témoignent les arbres généalogiques qui inaugurent nombre de Mémoires, mais il y a surtout l’amer constat qu’entre Henri IV, qui, par la reconquête de sa noblesse, s’était imposé, et Louis XIII qui, secondé par Richelieu, en disposait, la donne politique est différente. Faire de soi un portrait tel qu’en soi-même – même si cette sincérité répond évidemment à des codes qui la trahissent – c’est ainsi répondre à l’histoire certes, mais surtout proposer la seule alternative possible au changement du monde, donc une nouvelle voie d’éducation qui se fonde sur les thèmes nobiliaires traditionnels, mais qui prend la forme d’un testament programmatique.

Les descendants, élèves de leurs pères

  • 30 Emmanuele Lesne-Jaffro, op. cit.

13Ainsi les mémorialistes de la première moitié du XVIIe siècle suivent, à quelques exceptions et nuances près, un schéma assez similaire, comme l’a bien montré Emmanuele Lesne-Jaffro pour ceux de la génération de Louis XIV30 : inscription au sein de la lignée familiale, enfance, premiers pas et premières expériences, temps de la faveur et temps de la disgrâce. Ils n’offrent cependant plus uniquement des modèles à réutiliser, mais des situations à méditer.

  • 31 Jean-Marie Constant, La Vie quotidienne de la noblesse en France, XVIe-XVIIe siècle, Paris, Hachet (...)

14Parmi les modèles à réutiliser, il faut évidemment s’inspirer des actions militaires car c’est encore et toujours par les armes que l’on acquiert gloire, renommée et honneur31. C’est pourquoi plus de la moitié des Mémoires de Bassompierre et de Fontenay-Mareuil est consacrée aux guerres qu’ils ont vécues, que ce soit les guerres contre les huguenots et le duc de Savoie pour l’un ou les guerres de Lorraine pour l’autre. Il ne faut pas nier le souci de la quête de la gloire, mais il faut y voir aussi des méthodes éducatives pour apprendre à sa descendance à savoir faire la guerre, à savoir diriger des hommes, à savoir prendre les bonnes décisions au bon moment, surtout à savoir induire des stratégies par le récit concret de l’histoire d’une vie. Le maniement des armes constitue véritablement la chaîne de transmission entre les générations car il paraît une réalité immuable et il serait inconcevable que les enfants ne reproduisent pas le modèle paternel et ancestral.

15C’est hélas pratiquement le seul domaine dans lequel le noble puisse se donner en modèle car il constitue l’un des deux éléments qui fondent l’essence de la noblesse d’épée et qui lui permettent de cultiver son identité d’exception. L’autre grand élément fondateur est la famille, dans laquelle il faut s’inscrire, qu’il faut illustrer et qu’il faut savoir diriger tant dans les aspects de personnes que dans la gestion du patrimoine foncier : la guerre, la famille et la terre sont les priorités au caractère essentiel et stabilisateur qu’il faut préserver et continuer à enrichir. Tel est un des principaux messages qui se dégage des Mémoires dans la mesure où ces valeurs permettent de s’assurer honneur et considération aussi bien à l’égard des contemporains que de la postérité.

  • 32 Natalie Zemon-Davis, Essai sur le don dans la France du XVIe siècle, Paris, Seuil, 2003.
  • 33 François de Bassompierre, op. cit., t. 4, p. 130-134.
  • 34 Ibid., p. 132.
  • 35 Arlette Jouanna, Le Devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne (15 (...)

16Pour ce qui est des autres domaines d’action, les nobles d’épée en sont réduits à une description de l’histoire de leur vie qui flirte avec la mise en garde. Car cet honneur, qui doit s’entretenir, est obligatoirement lié à la médiation du roi, dans une logique du don et du contre-don32. Or les nobles ont le sentiment que le contrat implicite est rompu du fait que le souverain ne leur reconnaît plus le rôle qu’ils estiment leur être dévolu. Ils ne peuvent donc plus que conseiller leur progéniture. Dans les Mémoires du maréchal de Bassompierre, il est un passage quasi autonome qui révèle bien la nécessité nouvelle d’avoir des mentors expérimentés qui puissent guider les jeunes gens : au moment où il apprit qu’il allait être arrêté, le vieux duc d’Épernon lui tint un discours sur les aléas du métier de courtisan33. L’ancien « Archimignon » d’Henri III se disait « mal habile de venir encor faire le courtisan à son eage34 » et conseillait au maréchal de fuir pour conserver sa liberté et négocier le temps qu’il faudrait avec le roi un retour en grâce, selon les schémas traditionnels mis en évidence par Arlette Jouanna35. Bassompierre offre peut-être là à Anne-François de bénéficier d’une expérience que son père n’avait pas pu lui enseigner et que lui-même n’avait pas eu le temps de lui transmettre avant sa disgrâce. L’écrit pallie ainsi la quotidienneté de l’apprentissage tout en la complétant. Les Mémoires sont ainsi l’aveu de ce que le pratique ne suffit plus, de même que le théorique, et qu’il faut une troisième voie en continuité avec ces enseignements : ils sont à considérer comme des manuels à méditer sans cesse tout au long d’une vie, qui sont non seulement le prolongement de l’épée, mais aussi un versant nouveau exigé par la nécessité des temps qui a besoin d’une fixation durable par ce vecteur qu’est l’écrit.

17Alors, à la question de savoir pourquoi on écrit des Mémoires, il est difficile de répondre de manière univoque et assurée, qui plus est en l’espace d’une communication. Mais à la question de savoir pour qui on les écrit, la réponse, si souvent cherchée, est très probablement bien plus facile à trouver, surtout si l’on considère qu’à l’époque, l’écriture relève tout aussi bien du privé que du public, de l’être que du paraître, tant la distinction entre ces deux sphères est minime. Les descendants et héritiers sont donc les destinataires de ces textes protéiformes, à la pluralité des significations, comme le revendiquent la plupart des mémorialistes dans une optique d’éducation de leur progéniture en suivant une pédagogie de l’exemple familial qu’aucun enseignement ne peut fournir. De plus, les Mémoires d’Ancien Régime faisant partie des rares textes à ne pas avoir de dédicataire, on peut encore plus les concevoir comme des objets à usage d’abord et avant tout privé ; à moins que destinataires et dédicataires ne fassent qu’un.

18Mais, justement parce que les sphères privées et publiques s’entrecroisent sans cesse, les Mémoires cachent en eux un appel à la postérité en tant qu’ils sont un véritable programme alternatif à l’action traditionnelle. Précisément, ils sont un manuel d’éducation pour la génération qui suit leur auteur ; et ce n’est qu’à la génération d’après que le mémorialiste passe à la postérité, souvent par la publication, en acquérant le statut qu’il accordait jadis à ses ancêtres au sein de la famille. Mais comme il avait failli à sa mission héroïque, le mémorialiste la transcendait par l’écriture, moyen original et beaucoup plus efficace de s’illustrer durablement, donc de remplir son devoir nobiliaire.

Notes

1 Philippe Ariès, « Pourquoi écrit-on des Mémoires ? » in Les Valeurs chez les mémorialistes français du XVIIe siècle avant la Fronde, actes du colloque de Strasbourg et Metz des 18-20 mai 1978, Paris, Klincksieck, 1979, p. 13-20. Pour une approche définitionnelle du genre, voir, entre autres : Pierre Nora, « Les Mémoires d’État, de Commynes à De Gaulle », in Les Lieux de Mémoire. La Nation II, Paris, Gallimard, 1986, p. 355-400 ; Madeleine Bertaud et François-Xavier Cuche, Le Genre des Mémoires, essai de définition, actes du colloque international des 4-7 mai 1994, Paris, Klincksieck, 1995.

2 Philippe Ariès, art. cit., p. 18.

3 Nadine Kuperty-Tsur, Se dire à la Renaissance. Les Mémoires au XVIe siècle, Paris, Vrin, 1997 et « La stratégie des préfaces dans les Mémoires du XVIe siècle », in M. Bertaud et F.-X. Cuche, Le Genre des Mémoires… op. cit., p. 13-25 ; Emmanuele Lesne, La Poétique des Mémoires (1650-1685), Paris, Honoré Champion, 1996 ; et « Les Mémoires et leurs destinataires dans la deuxième moitié du XVIIe siècle », in M. Bertaud et F.-X. Cuche, Le genre…, op. cit., p. 27-44.

4 Henri de Campion, Mémoires, Marc Fumaroli (éd.), Paris, Mercure de France, rééd. 2002, p. 45.

5 Robert Arnauld d’Andilly, Mémoires, Michaud et Poujoulat (éd.), Paris, Firmin Didot, t. 9, 1838, p. 405.

6 Ibid.

7 Pierre de La Porte, Mémoires, Michaud et Poujoulat (éd.), Paris, Firmin Didot, t. 8, 1838, p. 21.

8 Nicolas de Brichanteau de Beauvais-Nangis, Mémoires, Monmerqué et Taillandier (éd.), SHF, Paris, Renouard, 1862, p. 61.

9 Ibid.

10 Henri de Campion, op. cit., p. 45.

11 Ellery Schalk, L’Épée et le sang Une histoire du concept de noblesse (vers 1500-vers 1650), Seyssel, Champ Vallon, 1996.

12 Arlette Jouanna, « Recherche sur la notion d’honneur au XVIe siècle », in Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. XV, oct.-déc. 1968, p. 597-623.

13 Nicolas de Brichanteau de Beauvais-Nangis, op. cit., p. 61. Il parle des « défauts que vous trouverez en ma conduite » ; et, quelques lignes plus loin, il écrit : « je vous advoueray une faute » (p. 62).

14 Ibid.

15 François de Bassompierre, Mémoires, Chantérac (éd.), Paris, Renouard, SHF, 1870, t. 1, p. 2.

16 Par exemple, L’Histoire des favoris françois [texte attribué traditionnellement à Nicolas de Beauvais-Nangis, publié à Paris, chez Cardin Besongne, 1665] est un texte dans lequel un père s’adresse explicitement à son fils en le mettant en garde contre les faux-semblants de la faveur royale et le revers de fortune qui lui est toujours lié. L’ensemble des favoris qui y sont présentés sont autant d’anti-modèles à ne pas imiter.

17 Marc Fumaroli, « Les Mémoires, ou l’historiographie royale en procès » in La Diplomatie de l’esprit. De Montaigne à La Fontaine, Paris, Gallimard, 1998, p. 217-246.

18 François de Bassompierre, op. cit., t. 1, p. 34.

19 Ellery Schalk, L’Épée et le Sang…, op. cit., p. 143-162 ; Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia, L’Éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, société d’édition de l’Enseignement supérieur, 1976.

20 Philippe Ariès, L’Enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1973, p. 213 sq. L’auteur se fonde sur le témoignage de Bassompierre dans ses Mémoires pour dresser le schéma des études et du parcours nobiliaire au tournant des XVIe et XVIIe siècles.

21 François de Bassompierre, op. cit., t. 1, p. 49. Voir l’analyse d’Ellery Schalk, op. cit., p. 150.

22 François de Bassompierre, op. cit., t. 1, p. 37.

23 Id., p. 254.

24 P. Louis Jacob, Traité des plus belles bibliothèques publiques et particulières qui ont esté et qui sont à présent dans le monde, Paris, Rolet Le Duc, 1644, p. 494.

25 Louis-Henri de Loménie de Brienne, Mémoires, Paris, Paul Bonnefon (éd.), Renouard, SHF, 1916, t. 1, p. 44. Il écrit à propos de la langue latine, dont la pratique lui a causé bien des torts et a précipité sa disgrâce : « Il estoit bon de la savoir ; mais il ne falloit pas en faire de montre. »

26 François de Bassompierre, op. cit., t. 4, p. 237.

27 Id., p. 331.

28 Id., t. 1, p. 2.

29 Michel Prigent, Le Héros et l’État dans la tragédie de Pierre Corneille, Paris, PUF, 1986.

30 Emmanuele Lesne-Jaffro, op. cit.

31 Jean-Marie Constant, La Vie quotidienne de la noblesse en France, XVIe-XVIIe siècle, Paris, Hachette, 1985 ; Arlette Jouanna, art. cit.

32 Natalie Zemon-Davis, Essai sur le don dans la France du XVIe siècle, Paris, Seuil, 2003.

33 François de Bassompierre, op. cit., t. 4, p. 130-134.

34 Ibid., p. 132.

35 Arlette Jouanna, Le Devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne (1559-1661), Paris, Fayard, 1989, p. 368-390.

Auteur

Université de Paris IV-Sorbonne

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540