Desktop versionMobile Version

Madrid

 | 
Christine Mazzoli-Guintard

Conclusion

Volltext

1L’histoire de Madrid au temps de l’Islam appartient, pour l’essentiel, à l’histoire de la frontière, tant Mağrīṭ a été fondamentalement conçue comme une ville-frontière. Les pages qui précèdent ont tenté d’envisager Mağrīṭ en suivant le fil directeur suggéré par al-Idrīsī qui en fait une « petite ville » d’al-Andalus ; les présupposés méthodologiques élaborés par l’histoire des petites villes ont fourni les postulats de départ et trois voies de réflexion ont été explorées, celle de la fondation, celle du développement urbain et celle de la projection de la ville dans l’espace, au-delà de ses murailles, et dans le temps, au-delà de la conquête chrétienne de 1085 et du terme politique de son histoire islamique.

2Trois éléments sont essentiels pour comprendre la genèse de Mağrīṭ, le site où la ville est créée, le nom que reçoit la localité, l’homme qui ordonne la construction de la place-forte. Mağrīṭ naît sur le rebord d’un plateau, au pied des derniers contreforts de la Sierra de Guadarrama qui constitue une frontière naturelle au cœur de la Meseta ; elle sépare les hauts plateaux du nord de la barrière montagneuse des plateaux méridionaux, d’altitude plus modeste. L’islam est présent dans la région madrilène dès le début du VIIIe siècle et ses représentants en sont les Berbères Banū Sālim, qui s’y installent vraisemblablement dès le temps de la conquête.

3Quant au nom de la petite ville, Mağrīṭ, le débat sur l’origine latine ou arabe du toponyme reste ouvert ; latine pour les érudits du XIIIe siècle et jusqu’au milieu du XVIe siècle, arabe pour les savants du second XVIe siècle et jusqu’au XVIIIe siècle, à nouveau latine pour les lettrés du XIXe siècle, elle partage toujours les arabisants espagnols : aux tenants de la théorie arabe, développée par J. Oliver Asín et soutenue par Ma J. Rubiera Mata, s’opposent ceux de la thèse latine, développée par J. Coromines et suivie par F. Corriente et M. Marín. Le débat a toutefois oublié l’élément fondamental du peuplement du Madrid primitif, la présence des Berbères : installés dans la région au moment de la fondation, leur souvenir paraît avoir été totalement occulté par la décision émirale de fixer par un terme arabe, mağrā, le fil d’eau qui court, l’installation des hommes.

4L’émir Muḥammad Ier (852-886), qui fonde la petite ville sans doute avant 865, est un émir bâtisseur, à l’origine de nombreux ouvrages dans les domaines militaire, religieux et civil : il ordonne la construction (banā) d’une fortification (ḥiṣn) qu’il appelle Mağrīṭ, « le lieu où l’eau court en abondance », afin de protéger la région des incursions chrétiennes et de couper la rebelle Tolède des secours envoyés par le roi d’Oviedo ; mais l’émir veut aussi implanter parfaitement l’administration omeyyade dans la région, afin de bien percevoir la rente sur ses sujets et de faire rentrer régulièrement l’impôt.

5La naissance de Madrid se situe dans la période de renouveau qui touche la vie urbaine d’al-Andalus et, plus largement d’ailleurs, l’ensemble du monde musulman. Les signes de l’expansion urbaine restent difficiles à percevoir : ils doivent être cherchés dans le développement de l’administration urbaine, qui fait passer d’un simple représentant de Cordoue assisté d’une garnison à une structure plus complexe, où le gouverneur, agent de l’administration fiscale et chef militaire le cas échéant, est assisté d’un cadi. Ils doivent être cherchés aussi dans le développement des quatre noyaux d’habitat extra-muros, situés à l’extérieur de l’enceinte urbaine et des quatre hectares qu’elle a délimités dès l’origine, anticipant la venue des hommes. La question majeure posée par la croissance urbaine demeure celle des apports démographiques qui la soutiennent : quel rôle y joue l’exode rural qui pousse les paysans des campagnes voisines vers la ville ?

6Le cadre de vie de Mağrīṭ est borné par le quadrilatère irrégulier de l’enceinte de pierre de taille, percée de portes droites ouvertes entre deux tours. Une autre fortification, de dimensions plus réduites que la muraille urbaine, se dressait-elle dans la petite ville pour abriter le gouverneur et les siens ? S’il est logique de supposer que le représentant de Cordoue disposait d’un réduit fortifié en périphérie de l’enceinte urbaine, à l’instar de la configuration des espaces observable dans les autres petites villes de la Marche moyenne, aucun indice n’atteste l’existence de cette fortification et, par ailleurs, il est loin d’être certain que les gouverneurs de l’époque omeyyade aient tous disposé, dans la ville, d’un quartier fortifié leur servant de résidence. Des lieux du vivre ensemble de Mağrīṭ, les sources ont conservé le souvenir des systèmes d’approvisionnement en eau, qanāt et puits, mais aussi du réseau viaire, dont l’axe majeur traverse la ville d’ouest en est, prolongement intra-muros de la route Mérida-Saragosse sur laquelle Madrid est placée ; les sources ont aussi perpétué la mémoire de la grande-mosquée, placée sur la grande rue, au sud-est de la ville, à l’emplacement qu’occupera l’église Nuestra Señora de la Almudena jusqu’en 1868. Ces dernières années, la mise au jour de quelques vestiges de maisons a permis de parfaire le cadre de vie de Mağrīṭ : elles répondent au schéma traditionnel de l’architecture domestique d’al-Andalus en milieu urbain, où la maison à cour centrale constitue le noyau d’une vie familiale introvertie.

7La société madrilène est placée sous l’autorité du gouverneur, le `āmil, représentant de l’autorité de Cordoue dans les provinces, chargé tant des levées fiscales que des opérations militaires ; de la fondation de la ville jusqu’à la proclamation du califat, Madrid est gouvernée par les Berbères Banū Sālim, avant que Cordoue ne lui impose des gouvernants extérieurs à la région et fréquemment nommés et destitués. Le cadi, qui rend la justice, et dont l’œil vigilant inspecte les rues, veillant ainsi à la bonne marche des affaires urbaines, contribue également à la gestion de Mağrīṭ. Au sommet de la société, se trouve le groupe des notables, dont les sources écrites n’ont transmis que l’image du monde des ulémas ; les recueils biobibliographiques, ont conservé les noms d’une vingtaine d’individus ayant exercé leurs talents dans le domaine du savoir tout au long de l’histoire de la ville, depuis le temps de sa fondation jusqu’à la conquête chrétienne. Dans le monde diversifié de l’artisanat, se côtoient les potiers, à l’origine d’une production locale qui répond aux goûts et aux besoins des Madrilènes, les fileuses, tisserands et teinturiers, et les hommes qui travaillent les métaux. Mais la classe laborieuse comprend aussi une part non négligeable de paysans, trait caractéristique de la petite ville.

8Enfin, au-delà d’une diversité propre aux mondes urbains, la société madrilène se distingue par un trait particulier aux hommes de la frontière, la présence de pieux musulmans venus faire le ribāṭ : Mağrīṭ apparaît ainsi sous de multiples visages, celui d’une ville en armes où des troupes partent en expédition en territoire chrétien et celui d’une ville où des chrétiens et des juifs coexistent aux côtés de la majorité musulmane, celui d’une ville où des musulmans mènent le ğihād en combattant et celui d’une ville où des musulmans font le ribāṭ en multipliant les activités de dévotion et d’ascèse spirituelle.

9Au-delà de sa muraille, Mağrīṭ prolonge son territoire, territoire nourricier qui alimente la ville, tout d’abord : l’approvisionnement quotidien provient de la plaine qui, en contrebas du plateau qui porte la ville, longe le Manzanares, ainsi que du Faḥṣ Mağrīṭ et du Faḥṣ al-Madīna, situés à une quinzaine de kilomètres au sud-est de Madrid, à la confluence du Manzanares et de l’Henares. Des forêts, des pâturages et des cultures entourent la ville ; des vergers lui fournissent toutes sortes de fruits, les terres cultivées l’alimentent en choux et navets, en fèves et en orge. Mağrīṭ relève, d’un point de vue administratif, du district de Guadalajara au Xe siècle, puis du royaume de taifa de Tolède au siècle suivant ; elle est elle-même le centre d’un petit district religieux et judiciaire, dont le pivot est sa grande-mosquée à minbar. Madrid appartient, enfin, au territoire militarisé de la Marche moyenne, zone hérissée de fortifications en limite du monde chrétien.

10Placée sur un grand axe ouest-est, la route Mérida-Saragosse, et sur la route de Tolède, mais aussi en relation commode avec le chemin qui mène vers Somosierra, Mağrīṭ se trouve au contact du Même, au-delà des territoires dont elle fait partie. Elle est, en effet, sous la domination culturelle et économique de Cordoue à l’époque omeyyade, puis sous celle de Tolède au XIe siècle. Mağrīṭ entretient également des relations plus épisodiques avec les espaces lointains du Maghreb et de l’Orient : des musulmans partent de la petite ville de la Marche pour effectuer le pèlerinage, d’autres viennent du Maghreb jusqu’à elle pour y effectuer le ğihād.

11Au XIe siècle, Mağrīṭ est prise dans la tourmente qui met fin au califat omeyyade : elle vit l’une des batailles entre deux prétendants au pouvoir, en 1009, et elle connaît la révolte d’un individu qui prétend au califat, Ġulām al-`Aṭṭār, en 1024-1025. Dès 1010 peut-être, plus sûrement à partir de 1024-1025, Mağrīṭ est rattachée à la taifa des Banū Ḏī l-Nūn. À partir du début des années 1060, Mağrīṭ voit se préciser la menace de l’expansion chrétienne, marquée par la campagne dévastatrice du roi Ferdinand Ier de Castille et León contre la petite ville ; mais c’est Alphonse VI qui va s’emparer de Madrid, en s’immisçant dans le royaume de Tolède, d’abord en venant chercher refuge à la cour du roi al-Ma’mūn en 1072, lorsqu’il est dépossédé de ses terres par son frère, puis en concluant un pacte avec le roi al-Qādir. Celui-ci a en effet tant multiplié les maladresses que son royaume est annexé par le roi de Badajoz en 1080-1081 et que le seul allié qu’il conserve est le roi Alphonse VI : il négocie avec lui, acceptant de lui remettre Tolède contre une aide pour s’emparer de Valence. La conquête de Madrid par le roi de Castille et Léon, sur laquelle les sources écrites sont bien discrètes, paraît bien être la conséquence de la prise de Tolède, en mai 1085 ; c’est l’invention historiographique de la Reconquête, au XIXe siècle, qui se charge de commémorer l’événement, par un poème intitulé Reconquista de Madrid por Alfonso VI.

12Mais l’histoire du Madrid musulman ne prend pas fin en 1085 : au temps des Empires berbères, Madrid se trouve à l’écart du théâtre des opérations militaires et les Almohades ne viennent qu’à une occasion, en 1197, faire une démonstration de force devant la ville. La présence des mudéjars, discrète au lendemain de la conquête, se renforce au XIIe siècle par des apports démographiques venus de l’extérieur de la ville, de telle sorte qu’une aljama se met en place dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Les mudéjars ne représentent plus que 5 % des Madrilènes dans les années 1490 et les conversions commencent avant même le décret de février 1502 rendant obligatoire l’adoption de la foi catholique. Groupe hétérogène, les mudéjars sont très présents dans le secteur de l’artisanat, en particulier celui de la construction, auquel ils donnent ses maîtres maçons et dont les clochers de San Nicolás et de San Pedro perpétuent aujourd’hui encore le souvenir ; charpentiers, forgerons, chaudronniers, mais aussi petits commerçants, voire potiers ou artisans du textile, les mudéjars sont en majorité mal lotis économiquement, une petite minorité aisée fournissant les cadres de la communauté. La tradition culturelle arabo-musulmane se maintient à Madrid jusqu’au premier XVIIe siècle, la langue arabe continuant à y être enseignée.

  • 1 P. Laborde, Les villes espagnoles, Bordeaux, PUB, 2005, p. 7.

13Aujourd’hui, que reste-t-il du Madrid musulman ? Des vestiges de la courtine omeyyade, apparues au niveau de la Cuesta de la Vega et de la Plaza de la Armería, et deux clochers mudéjars. La reconnaissance du legs islamique s’est faite peu à peu, même si la lutte entre intérêts divergents a pu entraîner l’occultation de certains éléments de cet héritage et une perte irréversible d’une partie de ce patrimoine. Fort heureusement, les initiatives en faveur de ce legs se sont multipliées depuis une vingtaine d’années, visant à redonner à la petite ville de l’Islam médiéval la place qui lui revient tant dans l’histoire de la capitale espagnole que dans celle des villes d’al-Andalus. P. Laborde rappelle, en exergue à son ouvrage sur Les villes espagnoles, que « la ville est une œuvre humaine, projection des sociétés qui se sont succédé sur l’espace qu’elle occupe1 » : si Madrid doit son existence à l’émir omeyyade Muḥammad Ier et ses modelages successifs aux souverains et à la foule des anonymes qui y vécurent, la société qui l’occupe aujourd’hui a pour devoir de protéger et de conserver les témoignages des œuvres humaines successives qui ont modelé le paysage de la petite ville, à commencer par celle du temps de sa fondation, son legs islamique.

Anmerkungen

1 P. Laborde, Les villes espagnoles, Bordeaux, PUB, 2005, p. 7.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search