Version classiqueVersion mobile

Madrid

 | 
Christine Mazzoli-Guintard

Troisième partie. Madrid et les autres, d'hier à aujourd'hui

Chapitre IX. D’hier à aujourd’hui, les prolongements du Madrid musulman (XIIe-XXIe siècles)

Texte intégral

  • 1 C. Segura Graiño, « A modo de introducción a la historia del Madrid medieval », El Madrid medieval (...)
  • 2 Ma del C. Cayetano Martín, «Fuentes para la historia del Madrid medieval en el Archivo de Villa», (...)

1La conquête militaire d’Alphonse VI rattache immédiatement Madrid d’un point de vue politique au royaume castillan, ce qui va se traduire, entre autres, par de nouvelles formules juridiques : Madrid reçoit, en 1118, le fuero de Tolède, avant d’être dotée, en 1202, d’une réglementation qui lui est propre, couramment appelée Fuero de Madrid, même s’il ne s’agit pas à proprement parler d’un fuero, mais plutôt d’une série de règles relatives à la répression des délits et aux relations entre membres des diverses communautés confessionnelles dans la ville1. Madrid va être dotée, également, de nouvelles institutions urbaines : le premier document conservé dans l’Archivo de la Villa date de 1152, ce qui peut être considéré comme la date de fondation du conseil de ville, puisque les Archives Municipales naissent en même temps que les conseils2.

  • 3 C. M. Vera Yagüe, « El concejo y la villa de Madrid como centros de poder y las consecuencias en l (...)
  • 4 C. Segura, « Les monopoles féodaux des aménagements hydrauliques dans le bas Moyen Âge castillan » (...)
  • 5 J. Rodríguez Morales et F. Sáez Lara, « Las atalayas entre Talavera y Talamanca : ¿un limes de épo (...)

2Le changement de domination politique entraîne aussi des modifications territoriales et la mise en place de nouvelles frontières : Madrid cesse d’appartenir à l’espace tolédan et les terres de la ville sont partagées en quatre sexmos ou regroupements de communes, celui d’Aravaca situé à l’ouest-nord-ouest de Madrid, celui de Vallecas à l’est-nord-est, celui de Villaverde au sud et le sexmo de Madrid même avec ses faubourgs3. Les territoires de l’ancien royaume de la taifa de Tolède, en particulier la zone située entre le Système Central et le Tage dans laquelle se trouvait Madrid, sont aussi partagés entre plusieurs juridictions4 : à celle du roi reviennent Madrid et son territoire municipal, à celle du Conseil de Ségovie la région occidentale, à celle de l’Ordre militaire de Saint-Jacques la partie méridionale, à celle de l’archevêque de Tolède la zone orientale, autour d’Alcalá de Henares. Tracer une frontière entre Madrid et Ségovie suscite d’ailleurs bien des difficultés, qui ne seront résolues qu’au XIIIe siècle avec la création du Real de Manzanares, comme État tampon entre les territoires des deux villes5.

  • 6 Pour reprendre le titre, très suggestif, de l’ouvrage de Y. Courbage et E. Todd, Le rendez-vous de (...)

3L’histoire du Madrid musulman se prolonge toutefois au-delà de 1085 : si l’époque des Empires berbères est celle de vaines tentatives pour repousser la frontière au-delà du Tage, les mudéjars puis les morisques madrilènes maintiennent le souvenir de Mağrīṭ jusqu’au début du XVIIe siècle. Aujourd’hui, les traces laissées dans la capitale espagnole par le moment où Madrid fit partie de la dār al-islām font partie du patrimoine urbain, dont la valorisation doit se poursuivre sans relâche : dans la Méditerranée du XXIe siècle qui se construit, une capitale européenne fondée au Moyen Âge par un émir omeyyade a pour devoir d’entretenir la mémoire d’un passé qui fut au « rendez-vous des civilisations6 ».

Au temps des souverains berbères, fictions et réalités des démonstrations de force devant Madrid

  • 7 Ces événements sont rapportés par Ibn Abī Zar`, Rawḍ al-Qirṭās, trad. A. Huici Miranda, Valencia, (...)
  • 8 Ibn Abī Zar`, Rawḍ al-Qirṭās, op. cit., t. I, p. 313-314.
  • 9 A. Huici Miranda, dans sa traduction d’Ibn Abī Zar`, p. 314, note 12 ; L. Torres Balbás, « Complut (...)
  • 10 J. Vallvé Bermejo, « Compluto en la Edad Media », Boletín de la Real Academia de la Historia, 1990 (...)

4Les Almoravides ont-ils tenté de reprendre Madrid ? C’est ce que peut laisser croire la chronique d’un compilateur tardif de Fès, Ibn Abī Zar` (m. v. 1310-1320) : en 503 (1109-1110), `Alī b. Yūsuf vient mener le ğihād en al-Andalus ; il quitte Marrakech au printemps 1109, passe le détroit depuis Ceuta à la mi-août, fait une pause d’un mois à Cordoue avant de venir assiéger Talavera, dont il s’empare par la force7. À en suivre Ibn Abī Zar`, après la conquête de Talavera, l’émir « s’empara de 27 forteresses dans le territoire de Tolède ; il prit également Madrid et Guadalajara et il parvint à Tolède qu’il assiégea un mois durant, lui causant de grands ravages8 ». Ce chroniqueur, qui mêle trop souvent informations précises et données fantaisistes, a amplifié l’écho de la victoire de Talavera, comme l’a montré A. Huici Miranda, suivi sur ce point par L. Torres Balbás9 : si l’émir almoravide, après son succès contre Talavera, vient mener un raid rapide d’une semaine à peine contre Tolède, il ne s’empare en effet que d’une seule forteresse, celle de Canales10.

5À la fin du siècle, fort de sa victoire remportée à Alarcos, le 19 juillet 1195/9 ša`bān 591, le calife almohade al-Manṣūr dirige deux campagnes successives en al-Andalus, qui le mènent dans la région madrilène. De l’expédition du printemps 1196/592, Ibn Abī Zar` rapporte ce qui suit :

  • 11 Ibn Abī Zar`, Rawḍ al-Qirṭās, op. cit., t. II, p. 446-447 et trad. Ma J. Viguera Molins, « Madrid (...)

« En 592/1196, l’émir des croyants entreprit sa troisième campagne militaire ; il s’empara de Calatrava, de Guadalajara, de Madrid, du Ğabal Sulaymān, d’Uclés et de nombreux territoires tolédans. Il vint se placer devant Tolède, où se trouvait [le roi] Alphonse [VIII], et l’assiégea ; il le harcela, taillant les arbres, brûlant les faubourgs de la ville, l’humiliant et dressant contre elle des machines de guerre. Il partit de Tolède pour la ville de Talamanca où il entra par la force des armes ; il n’y laissa vivant aucun homme, s’empara de toutes les femmes et prit comme butin ses richesses ; il l’incendia et détruisit ses murailles11. »

  • 12 A. Huici Miranda, Las grandes batallas de la Reconquista durante las invasiones africanas, Madrid, (...)

6Le chroniqueur donne, cette fois aussi, un écho démesuré à l’expédition de 1196 ; un examen attentif des sources arabes et latines a permis à A. Huici Miranda de reconstituer le déroulement de la campagne : les troupes almohades entrent en Castille par l’Estrémadure où elles attaquent Montánchez, Trujillo, Plasencia, avant de se déplacer vers l’est et d’atteindre Talavera, dont les campagnes sont dévastées, sans que l’armée ne puisse assiéger la ville ; une brève diversion vers le nord, jusqu’à Santa Olalla, Escalona et Maqueda, précède la démonstration de force devant Tolède, qui dure dix jours, au cours desquels l’armée dévaste les plantations12. Ainsi, non seulement Madrid n’est pas prise par les Almohades en 1196, mais encore ceux-ci n’ont même pas approché ses campagnes, filant au plus court d’Escalona à Tolède.

  • 13 Ma J. Viguera Molins, «Madrid en al-Andalus», op. cit., p. 19.

7Quant à la campagne de 1197/593, Ibn Abī Zar` n’en dit rien, peut-être parce qu’il mêle la deuxième et la troisième expédition d’al-Manṣūr en al-Andalus, faisant de la campagne de 1196/592 la troisième du calife, alors qu’en réalité, la troisième et dernière expédition du calife almohade al-Manṣūr en al-Andalus a lieu en 1197/593. Elle est rapportée par un autre compilateur du Maghreb, Ibn `Iḏārī, qui rédige au XIVe siècle ; il raconte qu’au moment où il est en train d’assiéger Tolède, le calife apprend que le roi d’Aragon est venu en aide à Alphonse VIII avec ses troupes13 :

  • 14 Id.

« Ils étaient dans le château de Madrid (ḥiṣn Mağrīṭ) et tantôt ils avançaient, tantôt ils reculaient, entamant des opérations sans les mener à bien. Al-Manṣūr se dirigea contre eux, avec la fermeté de celui qui a foi dans le Très-Haut, comptant qu’ils feraient un faux pas et que peut-être l’échéance fatale les surprendrait. Les musulmans se retrouvèrent ainsi en vue du château de Madrid ; ils l’entourèrent comme le halo enveloppe la pleine lune et ils rendirent gloire au Très-Haut, multipliant les oraisons jaculatoires et les louanges, de telle sorte que les entrailles des rochers furent sur le point de s’ouvrir et que leur clameur fit s’agiter les os déposés dans les tombes. Les troupes d’Alphonse se dispersèrent, ses alliés l’abandonnèrent et il se réfugia dans ses montagnes avec sa douleur et sa frayeur. Quand al-Manṣūr parvint à obtenir plus qu’il n’eût cru contre le château de Madrid, il se mit en route vers l’est, laissant Madrid pour se diriger vers Guadalajara14. »

  • 15 Ibid., p. 19-20.
  • 16 Al-Ḥimyarī, La péninsule ibérique au Moyen Âge d’après le Kitāb ar-Rawḍ al-mi`ṭār, trad. É. Lévi-P (...)

8L’expédition de 1197 contre Madrid est aussi mentionnée, très brièvement, par Ibn Ḫaldūn15 : « Apprenant que le seigneur de Barcelone aidait le fils d’Alphonse avec ses troupes, et qu’ils se trouvaient tous dans le château de Madrid (ḥiṣn Mağrīṭ), [al-Manṣūr] marcha contre eux. » Al-Ḥimyarī signale également la démonstration de force devant la ville, à l’entrée al-Arak (Alarcos) de son dictionnaire géographique, en mêlant toutefois les expéditions postérieures à la victoire de juillet 1195/ša`bān 59116 :

« Al-Manṣūr retourna ensuite en triomphateur à Séville. Il y séjourna quelque temps, puis fit une expédition vers le nord. Il investit Trujillo et alla mettre ensuite le siège devant Plasencia, qu’il enleva de vive force : il y fit prisonniers le gouverneur et cent cinquante notables infidèles, et il les envoya travailler à la construction de la grande-mosquée de Salé avec les captifs faits à Alarcos. Puis il gagna Talavera et Maqueda, ruina ces villes et vint faire une démonstration devant Tolède, contre laquelle il lança des incursions. Il assiégea ensuite Madrid et prit le chemin du retour. Après avoir traversé Jaén, Cordoue, Ecija et Carmona, il arriva à Séville, en ramaḍān [591] (9 août-7 septembre 1195). »

  • 17 A. Huici Miranda, Las grandes batallas de la Reconquista durante las invasiones africanas, op. cit (...)

9En 1197, les troupes almohades atteignent bien Madrid, comme l’indique A. Huici Miranda : apprenant la jonction entre les troupes du roi d’Aragon et celles du roi de Castille, et pensant qu’ils se trouvaient à Madrid, al-Manṣūr en fit le siège pendant plusieurs jours, espérant leur livrer bataille. En réalité, les rois avaient quitté Madrid pour la Sierra de Guadarrama et ils avaient confié la garde de la petite ville à une troupe commandée par Diego López de Haro. Protégée par sa muraille, énergiquement défendue, Madrid n’est pas reprise ; renonçant à s’en emparer, al-Manṣūr poursuit son expédition vers l’est, en direction d’Alcalá de Henares et de Guadalajara17.

  • 18 Ma J. Viguera Molins, «Madrid en al-Andalus», op. cit., p. 18.

10Ibn Abī Zar` fait allusion à une dernière opération militaire menée, au cours de l’été 1282/681, jusqu’aux portes de Madrid18 ; le sultan mérinide Abū Yūsuf Ya`qūb (1258/656-1286/685) vient alors dans la Péninsule pour prêter main forte à Alphonse X contre son fils Sanche : pendant l’expédition dite de Talavera, les troupes mérinides assiègent Cordoue où Sanche est retranché. Puis, raconte Ibn Abī Zar`, Abī Yūsuf

  • 19 Ibn Abī Zar`, Rawḍ al-Qirṭās, op. cit., t. II, p. 636; Ma J. Viguera Molins, «Madrid en al-Andalus (...)

« envoya des détachements contre Jaén et en détruisit les récoltes ; ensuite, l’émir des musulmans se dirigea vers le territoire de Tolède, tuant, faisant des prisonniers, détruisant des cultures et des châteaux jusqu’à atteindre Madrid, qui appartenait au territoire de Tolède. Mais les mains des musulmans étaient alors si pleines de captifs et de butin que l’émir s’en retourna à Algeciras [novembre 1282]19 ».

  • 20 Ma J. Viguera, « La intervención de los benimerines en al-Andalus », Relaciones de la Península Ib (...)

11Cette attaque contre Madrid semble bien peu vraisemblable, comme le signalent Ma J. Viguera Molins et M. A. Manzano20 : si les expéditions des Mérinides atteignent Montiel et Almedina, elles n’ont, en revanche, pas touché Madrid.

  • 21 Une bonne mise au point sur ce mouvement d’expansion des royaumes chrétiens se trouve dans le volu (...)
  • 22 M. Á. Ladero Quesada, « La “Reconquête”, clef de voûte du Moyen Âge espagnol », op. cit., p. 31.

12En somme, au moment où débute la grande expansion des royaumes chrétiens vers le sud de la Péninsule, Madrid se trouve à l’écart des multiples opérations militaires qui vont susciter un complexe mouvement de flux et de reflux de la frontière21 : elle est annexée au royaume de Castille par Alphonse VI dans le cadre des négociations entre le roi castillan et le roi tolédan, c’est-à-dire qu’elle n’est pas investie par la force des armes et que sa conquête ne résulte pas d’un siège ; elle n’apparaît sur la « frontière de guerre » entre al-Andalus et la Castille qu’à une seule occasion, lors de la campagne menée par le calife almohade al-Manṣur en 1197. L’affrontement entre al-Andalus et les royaumes chrétiens à partir du second XIe siècle est en effet, pour M. Á. Ladero Quesada, « une frontière de guerre qui laissait peu de chance à la coexistence entre les deux sociétés22 » : quel a été le sort des mudéjars dans une petite ville où la « frontière de guerre » était si peu active ?

Mudéjars et morisques à Madrid (v. 1202-v. 1610)

  • 23 J. C. de Miguel Rodríguez, La comunidad mudéjar de Madrid : un modelo de análisis de aljamas mudéj (...)

13Les sources relatives aux mudéjars de Madrid, à ces musulmans reconnus comme tels, qui conservent le droit de pratiquer leur culte et maintiennent leur organisation communautaire, la aljama, ont été soigneusement étudiées par J. C. de Miguel Rodríguez23. Sa belle monographie sur cette communauté a mis en lumière non seulement le fonctionnement de la aljama madrilène, mais encore la diversité sociale des mudéjars qui vivent à Madrid et l’évolution de cette minorité religieuse, du début du XIIIe siècle jusqu’au début du XVIe siècle.

Origines, effectifs et évolution de la communauté mudéjare de Madrid

  • 24 J. González, Repoblación de Castilla la Nueva, Madrid, Universidad Complutense, 1975-1976, t. I, p (...)
  • 25 J. C. de Miguel Rodríguez, « La población mudéjar madrileña entre la conquista cristiana y el sigl (...)
  • 26 Id.

14Durant un peu plus d’un siècle, entre la conquête de Madrid et le Fuero de 1202, les musulmans de la ville sont totalement absents des sources ; les capitulations de Tolède, appliquées également à Madrid, permettaient pourtant à ceux qui le souhaitaient de demeurer dans la localité et de conserver leurs biens, leur organisation interne et leur religion. Que deviennent donc les musulmans de Madrid après 1085 ? Ont-ils tous choisi l’émigration vers le sud de la Péninsule, comme le suggère J. González24 ? J. C. de Miguel Rodríguez se prononce plutôt pour un départ d’une partie de la population musulmane de la ville et le maintien d’un petit groupe d’individus, les plus mal lotis économiquement : ces musulmans, doublement affaiblis par la perte de leurs cadres dirigeants et leur appartenance aux catégories les plus humbles, n’auraient laissé aucune trace dans les sources écrites25. Les membres de la communauté musulmane qui choisissent de rester sont donc ceux qui n’ont rien à gagner à l’émigration, parce que leur situation économique demeurera la même, voire même ceux qui n’ont pas les moyens d’entreprendre un tel déplacement. En revanche, l’élite politique et intellectuelle, qui va perdre tous ses pouvoirs dans la ville avec la transformation radicale du groupe dirigeant, saisit l’opportunité qui lui est donnée de partir librement pour émigrer26.

15Tout au long du XIIe siècle, la communauté mudéjare de Madrid a dû recevoir des apports démographiques venus de l’extérieur, en l’occurrence des captifs amenés dans la ville par les milices urbaines, de telle sorte que la croissance de la communauté entraîne la mise en place de son organisation interne, la aljama, sans doute dans le second XIIIe siècle. Autrement dit, la communauté mudéjare de Madrid naît comme les autres communautés musulmanes du royaume de Castille : elles sont le résultat d’un processus d’

  • 27 J.-P. Molénat, « Communautés musulmanes de Castille et du Portugal. Les cas de Tolède et de Lisbon (...)

« immigration forcée […] leurs membres sont majoritairement les descendants des captifs ramenés d’Andalousie lors de la grande avancée de la conquête du XIIIe siècle, tout au moins de ceux qui ne purent être rachetés et furent juridiquement libérés quand leur force de travail fut épuisée, sans possibilité de retour vers le territoire de l’Islam, par suite de l’éloignement croissant de la frontière et des dangers encourus à vouloir parcourir ce chemin27 ».

  • 28 J. C. de Miguel Rodríguez, «Minorías religiosas en el medievo madrileño: la comunidad mudéjar», op (...)

16Les seules données précises dont nous disposons pour estimer le poids démographique des mudéjars de Madrid ne concernent que les dernières années de la vie de la communauté, puisqu’il s’agit des listes fiscales établies au moment de la guerre de Grenade28. À partir de celles-ci, J. C. de Miguel Rodríguez donne les estimations suivantes, en nombre d’individus :

1495 : 250

1499 : 260

1496 : 255

1500 : 260

1498 : 255

1501 : 255

  • 29 Document en date du 26 janvier 1495, publié par J. C. de Miguel Rodríguez, La comunidad mudéjar de (...)

17Il s’agit donc d’une toute petite communauté, qui s’est considérablement amoindrie au cours des années 1480, certains estimant que le nombre des mudéjars est alors divisé par deux. En 1495, les mudéjars de la ville sont si peu nombreux et si affaiblis économiquement que les rois décident de les exempter partiellement de taxes29 :

« Sachez que la aljama des deux quartiers musulmans de cette ville nous a informés du petit nombre de ses habitants et de la pauvreté de ceux-ci ; elle a dit que, de manière continuelle, les musulmans sont soumis au droit de gîte et à la fourniture de vêtements pour la justice de cette ville et pour d’autres personnes, ce qui leur cause une grande peine et leur fait du tort. »

  • 30 J. C. de Miguel Rodríguez, «Minorías religiosas en el medievo madrileño: la comunidad mudéjar», op (...)
  • 31 Voir, ci-dessus, « Madrid et ses territoires ».

18Les mudéjars, dans les années 1490, représentent ainsi entre 2 % et 6 % de la population de Madrid : selon M. Á. Ladero Quesada, la petite ville compte environ 4 000 habitants en 1492 ; selon Ma Monturiol, Madrid est peuplée de 8 800 personnes en 1483 et de 12 000 habitants en 149630. S’il est impossible de trancher entre ces deux estimations, comme le souligne J. C. de Miguel Rodríguez, il convient en revanche de noter que ces valeurs restent en harmonie avec l’estimation qu’il est possible de faire pour le Madrid musulman : à partir des propositions de L. Torres Balbás, nous avons signalé que le seul Madrid intra-muros a pu compter 1 400 habitants31.

  • 32 J. C. de Miguel Rodríguez, «Minorías religiosas en el medievo madrileño: la comunidad mudéjar», op (...)
  • 33 P. A. Porras Arboledas, «La documentación del derecho de propiedad y el delito de estelionato (Cas (...)

19Par un décret en date du 12 février 1502, les Rois Catholiques obligent tous les mudéjars de la Couronne de Castille à quitter le royaume dans les trois mois, à moins qu’ils n’adoptent le christianisme ; ceux qui restent en acceptant formellement le baptême sont désormais qualifiés de morisques. À Madrid, les conversions précèdent la promulgation du décret de 1502, sans doute parce que l’imminence de la mesure se fait sentir, les mudéjars de Grenade ayant subi la même pression quelques mois auparavant ; la conversion des musulmans de Madrid se fait en bloc, au moyen d’un pacte, les mudéjars acceptant la conversion contre des avantages fiscaux, judiciaires et matériels32. S’ils obtiennent, par exemple, de conserver la propriété de leur boucherie et de leur cimetière, les clauses du pacte sont très rapidement malmenées, puisque dès 1502, l’épouse du secrétaire du roi tente de mettre la main sur le cimetière ; en 1557, la nécropole musulmane a définitivement disparu et son emplacement est occupé par des maisons : dans un document en date du 9 août 1557, cité par P. A. Porras Arboledas, Lorenzo de la Parra reconnaît devoir le cens sur un terrain que lui vendit Diego de Madrid, en échange de « un solar y casa que está en el arraval desta villa, fuera de la puerta de moros, en lo que hera osario de moros33 ».

  • 34 J. C. de Miguel Rodríguez, «Minorías religiosas en el medievo madrileño: la comunidad mudéjar», op (...)

20Une partie des morisques quitte Madrid vers 1514, de telle sorte que le conseil de ville interdit aux membres de la communauté de sortir de la ville ; à partir de 1571, en revanche, un groupe de morisques grenadins vient s’installer dans la jeune capitale : « Il est possible, note pour finir J. C. del Miguel Rodríguez, que les morisques qui restent à Madrid se fondent dans la population chrétienne et que leurs descendants n’aient pas eu à abandonner la ville en 1610 », au moment de l’expulsion qui vise tous les morisques du royaume34.

Une société hétérogène

  • 35 Sur les activités économiques des mudéjars, voir J. C. de Miguel Rodríguez, « Minorías religiosas (...)
  • 36 J. C. de Miguel Rodríguez, « La población mudéjar madrileña entre la conquista cristiana y el sigl (...)

21Les premiers mudéjars de Madrid, ceux qui sont présents dès la fin du XIe siècle, appartiennent vraisemblablement aux catégories les plus défavorisées de la population ; ils travaillent dans deux secteurs, celui de l’agriculture et celui de l’artisanat35. Pour les derniers siècles du Moyen Âge, en revanche, la situation est plus complexe ; les mudéjars ne forment plus un groupe homogène d’un point de vue économique : ils exercent diverses activités, plus ou moins lucratives et, par conséquent, ils appartiennent à des catégories sociales diversifiées. De plus, à côté des mudéjars vivent d’autres musulmans, des prisonniers de guerre, au statut d’esclaves, et des hommes libres, affranchis, qui sont d’anciens captifs restant unis à leur maître par des liens de clientèle : tout au long du XIIe siècle et surtout au siècle suivant, ces musulmans captifs, puis affranchis, s’émancipent de leur maître et deviennent des mudéjars libres36.

  • 37 J. C. de Miguel Rodríguez, «Los alarifes de la villa de Madrid en la Baja Edad Media», IV Simposio (...)

22Les mudéjars restent très présents dans le secteur artisanal, en particulier dans les métiers de la construction et dans le travail du fer. Les artisans les plus qualifiés de la aljama travaillent comme maîtres maçons, c’est-à-dire comme de véritables architectes ; certains exercent leurs talents auprès de la cour et leur prestige professionnel l’emporte sur leurs collègues chrétiens, comme l’indique le fait que le maître maçon du conseil de ville est en général un mudéjar37. De 1452 à 1478, la charge est occupée par Abdallá de San Salvador, auquel succède son fils, Abrahem de San Salvador ; en 1480, le maître maçon chrétien qui secondait Abdallá est remplacé par Mahomad de Gormaz. À la mort de ce dernier, en 1490, son frère Abrahem de Gormaz le remplace puis, quelque temps plus tard, un autre frère des deux premiers, Yuçuf.

23Le maître maçon qui exerce ainsi une charge municipale a plus de chance de se voir confier les grands chantiers municipaux ; il est, en outre, chargé de l’inspection des chantiers en cours. L’importance sociale des maîtres maçons se vérifie aussi dans le rôle de témoin qu’ils sont amenés à jouer auprès de familles nobles de Madrid : parmi les documents analysés par P. A. Porras Arboledas pour brosser les grands traits de la fortune et de l’infortune des Las Risas, famille de l’aristocratie du second XVe siècle, figure le témoignage de deux musulmans de la ville. Veuve du comendador Pedro de Las Risas, Francisca Bernal fait évaluer la dot reçue par son époux, afin de récupérer son patrimoine ; deux maîtres maçons viennent attester de la valeur de certaines maisons relevant de cet héritage :

  • 38 P. A. Porras Arboledas, «La aristocracia urbana de Madrid: el linaje Las Risas (1445-1507)», Merid (...)

« À Madrid, le septième jour dudit mois de cette année-là [avril 1486], en présence de moi-même, le scribe, et des témoins souscrits, García Alvarez a reçu le serment, selon sa loi, de maître Haçán, grand-maître, et de maître Hoçeyne, maçons musulmans, habitants de cette ville. Sur son ordre, ils sont allés voir et évaluer les maisons de cette femme, celles où elle demeure maintenant, maisons qui avaient appartenu à Diego de Hita, comme les autres maisons où Maître de Las Risas, son grand-père, avait vécu. Les maîtres maçons attestèrent, sous serment, avoir vu et mesuré ces maisons et ils affirmèrent que celles qui avaient appartenu à Diego de Hita pouvaient valoir, sans les travaux qu’y fit faire ladite Françisca, soixante mille maravédis et les autres maisons où avait vécu Maître de Las Risas soixante-dix mille maravédis, et ils jurèrent que cela était la vérité38. »

  • 39 Sur l’art mudéjar, en particulier le concept et l’historiographie sur le thème, voir la mise au po (...)
  • 40 Ibid., p. 83.
  • 41 Ma E. Díez Jorge, El arte mudéjar: expresión estética de una convivencia, Granada, Universidad de (...)
  • 42 M. Borrás Gualis, El arte mudéjar, op. cit., p. 79.
  • 43 Sur ces deux églises, voir le bilan historiographique et bibliographique de G. Esparraguera Calvo, (...)

24Les marques laissées par ces maîtres maçons mudéjars dans le paysage madrilène d’aujourd’hui sont à chercher dans l’architecture religieuse ; deux églises de la capitale espagnole sont, en effet, représentatives de l’art mudéjar, expression artistique nouvelle, tout à la fois distincte de la musulmane et de la chrétienne, mais aussi à la frontière de ces deux cultures39 : l’art mudéjar apparaît comme la conséquence esthétique de conditions socioculturelles particulières, en clair « la convivencia sociale des trois religions du livre40 », c’est-à-dire que l’art mudéjar est, pour reprendre le titre de l’ouvrage d’E. Díez Jorge, « l’expression esthétique d’une convivencia41 ». L’art mudéjar n’est certes pas l’art des mudéjars, car des chrétiens et des juifs y œuvrent aux côtés des musulmans eux-mêmes42, mais le rôle fondamental qu’y jouent les maîtres maçons mudéjars incite à rappeler ici l’existence des églises San Nicolás et San Pedro ou, plus exactement d’ailleurs, des clochers-tours de celles-ci43.

  • 44 Telle est la lecture de M. Gómez-Moreno, « La torre de San Nicolás en Madrid », Archivo Español de (...)
  • 45 G. Esparraguera Calvo, «Las iglesias mudéjares madrileñas: estado de la cuestión», op. cit., p. 32 (...)
  • 46 M. Tezanos Gandarillas, «El mudéjar religioso madrileño», Cristianismo en Madrid, XX Siglos, 1992 (...)

25Les historiens de l’art font de l’église San Nicolás de los Servitas une construction du XIIe siècle44 et de celle de San Pedro un édifice postérieur, du XIIIe ou du XIVe siècle45, construit à l’emplacement de l’ancienne mosquée de la morería ; le clocher de la première, belle tour ornée de séries d’arcatures superposées, a davantage retenu l’attention que celui de San Pedro, plus sobre, où le rythme uni et lisse de la tour de brique est tout juste rompu par de rares et minuscules ouvertures, petites fenêtres ouvertes par un arc outrepassé ; seule la partie supérieure, qui abrite les cloches, est ornée de vastes ouvertures géminées46.

Figure 25. – Le clocher de l’église San Pedro (cliché A. Voivenel, mars 2008).

  • 47 Id.
  • 48 A. de La Morena, «Historia de las Iglesias donde rezaba San Isidro», San Isidro labrador, patrono (...)

26La tour de San Nicolás, de plan carré, possède un corps inférieur de maçonnerie, surmonté d’une partie construite en brique47 ; elle comporte trois ensembles d’arcs décoratifs, le premier avec des arcs trilobés, le deuxième avec trois arcs à cinq lobes et le dernier avec quatre arcs en fer à cheval ; le clocher ajouré qui coiffe la tour est un ajout du XVIIe siècle48.

Figure 26. – Le clocher de l’église San Nicolás (cliché Chr. Mazzoli-Guintard, déc. 2008).

  • 49 J. C. de Miguel Rodríguez, La comunidad mudéjar de Madrid : un modelo de análisis de aljamas mudéj (...)
  • 50 Ibid., pièce no 25.

27Dans le secteur de la construction, les mudéjars exercent également leurs talents dans le secteur de la charpente, où les sources attestent leur présence à partir du début du XVe siècle : dans un contrat de vente en date du 1er mai 1403, une certaine « donna Fatima, muger de maestro Ali, carpentero, fijo de maestro Hayete » achète une maison dans la paroisse de San Salvador49. Quant au travail des métaux, en particulier le fer, les mudéjars sont principalement des forgerons, qui fabriquent et réparent les outils agricoles, mais aussi des chaudronniers ou des couteliers : dans une affaire judiciaire de la fin de l’année 1494, sont cités « Mahomad, calderero, e Hamad Robledo e maestre Alli, cuchillero, vesinos de esta villa de Madrid50. »

28D’autres membres de la aljama travaillent en tant que petits commerçants, marchands d’huile, de fruits, de miel ou de cire, auxquels est appliquée, en février 1492, la loi de Jean II interdisant que juifs et musulmans vendent des produits alimentaires :

  • 51 Ibid., pièce no 23.

« D. Ferdinand et Dña Isabelle […] à vous le corregidor ou juge de la ville de Madrid, ou à votre magistrat dans cette charge, salut et grâce. Sachez que nous avons été informés, alors que les lois de nos royaumes interdisent aux musulmans et aux juifs de vendre des denrées alimentaires que, maintenant, dans cette ville, un grand nombre de musulmans et de juifs, sans craindre les peines qu’ils encourent, vendent beaucoup de denrées, des médecines et d’autres choses. […] le seigneur D. Jean […] fit et établit une loi dont la teneur est la suivante : « qu’aucun juif ni qu’aucune juive, qu’aucun musulman ni qu’aucune musulmane ne soit épicier, ni apothicaire, ni chirurgien, ni ne vende du vin, de l’huile, du beurre, ni aucune autre denrée à des chrétiens ou à des chrétiennes, ni ne possède des boutiques ou des apothicaireries ou des auberges, en public ou en secret, pour vendre quelque nourriture que ce soit51. »

  • 52 J. C. de Miguel Rodríguez, «Minorías religiosas en el medievo madrileño: la comunidad mudéjar», op (...)
  • 53 J. C. de Miguel Rodríguez, La comunidad mudéjar de Madrid: un modelo de análisis de aljamas mudéja (...)
  • 54 Voir, ci-dessus, « Être Mağrīṭ¦ : diversité des types sociaux, spécificité d’une société de fronti (...)
  • 55 J. C. de Miguel Rodríguez, «Minorías religiosas en el medievo madrileño: la comunidad mudéjar», op (...)

29Des données plus éparses, enfin, indiquent une présence furtive des mudéjars dans le secteur de la poterie ou du textile52 : dans un contrat de vente en date du 29 juin 1402, figure « maestro Hamete, tondidor, alcalde del aljama de los moros desta dicha villa [Madrit]53 ». Alors que les potiers mudéjars sont très nombreux à Tolède, alors que les potiers sont les artisans qui ont laissé les traces les plus abondantes d’une activité artisanale dans le Madrid musulman54, J. C. del Miguel Rodríguez n’a découvert l’existence que d’un seul artisan mudéjar sachant travailler l’argile et pour l’année 150255 : faut-il voir, derrière ce bilan pour le moins surprenant, une lacune documentaire ou une tradition rompue avec le mouvement d’émigration qui suit la conquête ?

  • 56 Ibid., p. 64.
  • 57 La morería vieja se trouve sur la colline de Las Vistillas, c’est-à-dire à l’intérieur de l’encein (...)
  • 58 J. C. de Miguel Rodríguez, « Minorías religiosas en el medievo madrileño : la comunidad mudéjar »,(...)

30Les mudéjars madrilènes appartiennent ainsi à des catégories sociales bien différentes : une minorité, composée en partie par les maîtres maçons, propriétaire de maisons dans la ville, jouit d’une situation très confortable. La majorité des mudéjars, en revanche, appartient aux catégories sociales les moins bien dotées de Madrid ; entre ces deux groupes, il a pu exister une classe moyenne urbaine, à laquelle doivent appartenir certains artisans du travail des métaux, qui exercent parfois la fonction d’alcalde de la aljama56. À compter du XVe siècle, cette stratification sociale se reflète dans le paysage urbain : vers 1450, une partie des mudéjars commence à peupler une zone alors inoccupée des faubourgs de la ville, auprès de l’actuelle Plaza Mayor, donnant ainsi naissance à la morería nueva. Or, cette installation ne répond en rien à une mesure de discrimination spatiale qui aurait déplacé extra-muros les mudéjars, la morería vieja continuant à exister57 ; ceux qui viennent vivre au plus près de la place font partie du groupe le plus riche : ils recherchent non seulement la proximité du centre vital de l’économie urbaine, mais encore la possibilité d’acquérir des propriétés plus spacieuses que celles qu’ils peuvent acheter intra-muros, où ils ne peuvent rivaliser avec l’oligarchie urbaine58.

  • 59 Ibid., p. 69-70.

31Hétérogène, enfin, la société mudéjare l’est dans ses contacts avec les chrétiens de la ville : la minorité dirigeante de la aljama entretient de bonnes relations avec l’oligarchie urbaine et elle domine économiquement les groupes inférieurs de la société chrétienne, ayant à son service des domestiques chrétiens ou louant des maisons à des chrétiens59. En effet, si les mudéjars forment une minorité religieuse, comme le note fort justement J. C. de Miguel Rodríguez,

  • 60 Ibid., p. 70.

« leurs relations socio-économiques avec la population chrétienne transcendent la sphère du religieux […] les lignes directrices qui régissent les relations entre chrétiens et mudéjars ne sont pas de caractère religieux, mais socio-économique, même si elles sont fortement médiatisées par cette différence de religion60 ».

L’organisation religieuse, juridique et administrative

  • 61 Ibid., p. 47-56.

32Comme les autres communautés mudéjares de la Couronne de Castille, celle de Madrid est pourvue d’une aljama, c’est-à-dire d’une organisation spécifique qui sert autant à gérer et à administrer la communauté qu’à la représenter à l’extérieur61. S’il est légitime de supposer qu’au cours du second XIIIe siècle les mudéjars de Madrid se dotent d’institutions communautaires, la première mention d’une aljama à Madrid n’apparaît toutefois que dans un document de 1329. À la tête de l’aljama, se trouve celui qui la représente vis-à-vis de l’extérieur, l’alcalde ; il exerce des fonctions judiciaires, avec l’aide de spécialistes du droit musulman, les alfaquíes, afin de régler les affaires civiles opposant des membres de la communauté. Les sources conservent d’ailleurs les noms de certains alcaldes et alfaquíes pour le Madrid du bas Moyen Âge. À côté de ses attributions judiciaires, l’aljama gère la vie religieuse et l’enseignement : l’unique mosquée de la ville, qui se trouve dans la morería vieja, est le lieu du culte et elle sert aussi d’école, sous la responsabilité de l’aljama. Toutefois, il ne faut pas se méprendre sur le rôle de l’aljama :

  • 62 Ibid., p. 49.

« Loin de garantir l’indépendance du groupe, l’aljama facilite surtout son contrôle. Elle est le moyen d’insertion des communautés mudéjares dans le système administratif castillan et la clé du fonctionnement du système fiscal qui repose sur les mudéjars. En somme, elle est le principal moyen de contrôle de la population mudéjare de la part des autorités castillanes62. »

  • 63 J. C. de Miguel Rodríguez, La comunidad mudéjar de Madrid : un modelo de análisis de aljamas mudéj (...)

33Pour mieux superviser les aljamas de la Couronne, les rois vont créer une magistrature spéciale, celle d’alcalde mayor de las aljamas de los moros de Castilla, ultime instance du système judiciaire mudéjar ; le titulaire, nommé directement par le roi, a parfois été un Madrilène, comme celui qui apparaît dans un acte royal en date du 9 février 1480, « maestre Lope, moro, vezino de la villa de Madrid, nuestro alcalde mayor de las aljamas de los moros destos nuestros regnos e nuestro obrero mayor de nuestras obras63 ».

34Sur les membres de l’aljama pèsent de nombreuses impositions, puisqu’aux impôts royaux et municipaux que versent tous les Madrilènes, s’ajoutent des taxes spécifiques aux mudéjars : la cabeza de pecho et le servicio y medio servicio signent en quelque sorte la protection personnelle que le roi leur accorde, tandis que le tribut pour la guerre de Grenade vise à compenser l’absence des mudéjars dans l’armée. En mai 1482, Ferdinand et Isabelle adressent aux « aljamas de los judíos e moros de la villa de Madrid » l’ordre de verser une imposition pour financer la guerre :

  • 64 Ibid., no 14.

« Pour cette guerre et les coûts qu’elle implique, de grands frais et de grandes dépenses sont nécessaires, auxquels nos rentes ordinaires ne suffisent pas. Il nous faut donc nous servir de tous nos sujets et de tous nos habitants, de leurs personnes, avec leurs maisons et leurs gens, et des autres, en prélevant d’autres redevances, contributions et services. Et, dans une telle nécessité, il est de notre grâce et de notre volonté de prélever un castillan d’or ou 480 maravédis, ce qui est sa juste valeur, sur chaque juif ou musulman marié ou veuf ou veuve des aljamas de juifs ou de musulmans de nos royaumes et seigneuries, parce que nous les entretenons, les défendons et les protégeons comme nos propres serfs et notre propre patrimoine royal64. »

  • 65 J. C. de Miguel Rodríguez, «Minorías religiosas en el medievo madrileño: la comunidad mudéjar», op (...)
  • 66 J. C. de Miguel Rodríguez, «La población mudéjar madrileña entre la conquista cristiana y el siglo (...)
  • 67 L. Torres Balbás, Algunos aspectos del mudejarismo urbano medieval, Madrid, Imprenta y Editorial M (...)
  • 68 R. Salicrú i Lluch, « Crossing Boundaries in Late Medieval Mediterranean Iberia: Historical Glimps (...)

35Au total, la communauté musulmane est bien plus fortement imposée que les chrétiens de la ville65. Par ailleurs, la discrimination des mudéjars est également juridique ; dans le Fuero de 1202, les peines visant à punir les délits varient considérablement en fonction du statut de l’individu : un mudéjar surpris à voler est condamné à la pendaison ; un mudéjar doit verser une amende correspondant à 60 gages s’il agresse un chrétien, mais d’un seul maravédi si la victime est un musulman66. Les mudéjars de Madrid subissent en effet, comme l’ensemble de la communauté mudéjare de Castille, une législation royale anti-musulmane, qui les oblige par exemple à suivre les coutumes religieuses des chrétiens, à observer le repos dominical ou à intervenir lors de cérémonies rituelles : en 1481, les mudéjars de Madrid sont tenus de participer aux célébrations liées à la fête du Corpus Christi, afin d’apporter à celles-ci un peu de vivacité par « leurs jeux et leurs danses67 ». L’ambivalence de la disposition réside dans le contact ainsi établi avec l’Autre ; comme le remarque R. Salicrú i Lluch, « intercultural contacts and crossing of boundaries – mental ones included – entail neither understanding nor dialogue. But, at least, they constitute, as they did in the Middle Ages, the first step towards getting to know and being able to understand and accept the “Other”68 ».

  • 69 J. C. de Miguel Rodríguez, «Minorías religiosas en el medievo madrileño: la comunidad mudéjar», op (...)
  • 70 Une présentation du personnage et de ses écrits figure dans J. Oliver Asín, « Aḥmad al-Ḥağarī Beja (...)

36Peu à peu, les mudéjars perdent l’usage de l’arabe, à tel point que l’alfaquí de Ségovie Içe de Gebir doit traduire en castillan, en 1462, la Ley e Çunna. La communauté madrilène fait-elle exception, du moins en partie ? J. C. de Miguel Rodríguez mentionne, en effet, un document de 1499 où un maître maçon, Maestre Abraen, déclare et jure « en su ley69 ». Par ailleurs, une référence aux morisques madrilènes a été récemment sortie de l’oubli par Ma J. Viguera Molins ; elle figure dans l’œuvre que le morisque Bejarano rédige à Tunis en 1641. Ce personnage, qui signe ses écrits sous le nom d’Ehhmed bencaçim ben Ehhmed ben el alfaquí Caçim ibnu el sayg el Hachari el andaluz ou, plus simplement, sous celui d’Ehhmed bBencaçim Bejarano, se trouve à Grenade en 1590, où il officie comme traducteur de l’arabe à l’espagnol auprès de l’archevêque de la ville70. Expulsé d’Espagne en 1609, il passe l’essentiel de sa vie au Maroc et il œuvre en Europe et au Maghreb en faveur de la communauté morisque : à Paris, en 1612, il est ambassadeur du roi du Maroc ; à Leyde, il entretient de cordiales relations avec les arabisants hollandais. En revenant de La Mecque dans les années 1640, c’est à Tunis qu’al-Ḥağarī rédige une œuvre dans laquelle il relate ce qui lui est arrivé lorsqu’il se trouvait encore à Grenade, à traduire de l’arabe pour des chrétiens ; à l’un d’eux qui lui demande où il a appris l’arabe, al-Ḥağarī répond :

  • 71 Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 30-31 : Ma J. Viguera fait remarquer (...)

« Tu dois savoir, seigneur, que je suis andalusí, d’al-Ḥağar al-aḥmar, et que notre langue là-bas est l’arabe ; ensuite, j’ai appris à lire en castillan (al-`ağamiyya) et, par la suite, je suis allé à Madrid [Maḏrīl], siège du pouvoir ; j’ai rencontré là-bas un médecin andalusí, de Valence, qui s’appelait Un Tel, et qui m’apprit à lire en arabe […] tout ce que je lui racontai à propos du médecin, en particulier sur son origine valencienne, était faux : pour les gens de Valence, en effet, il était permis de lire l’arabe, sur des thèmes non relatifs à la religion de l’islam, tandis qu’il était interdit de lire l’arabe pour toutes les autres personnes d’al-Andalus71. »

  • 72 J. C. de Miguel Rodríguez, «Minorías religiosas en el medievo madrileño: la comunidad mudéjar», op (...)

37L’existence de relations entre morisques grenadins et morisques madrilènes est avérée, un groupe venu de Grenade s’installant à Madrid en 1571 ; la situation d’al-Ḥağarī ne paraît donc pas exceptionnelle. En revanche, elle est remarquable sur le plan du maintien des traditions culturelles arabo-musulmanes à Madrid : qu’al-Ḥağarī ait appris la langue arabe à Madrid, au début du XVIIe siècle encore, atteste bel et bien de l’enracinement de la culture musulmane dans celle qui est alors devenue la résidence de la monarchie espagnole. Même s’il est vraisemblable que le castillan, langue véhiculaire, est alors devenue aussi la langue quotidienne de l’aljama, une partie des mudéjars madrilènes a maintenu l’usage et la connaissance de la langue arabe72.

Madrid musulman au début du XXIe siècle : pour une pleine reconnaissance patrimoniale

38En quelques lignes, C. Segura Graiño brosse ce que représente, au début du XXIe siècle, le passé musulman de la capitale espagnole ; il convient, note-t-elle, de

  • 73 C. Segura Graiño, « El origen islámico de Madrid y las relaciones con los reinos cristianos », Tes (...)

« reconnaître que l’Islam fut essentiel pour le développement de cette Villa et nous devons, hommes et femmes du Madrid d’aujourd’hui, être conscients que notre ville a une origine islamique et que l’influence de l’Islam a été très forte et qu’elle a marqué des éléments aussi importants que l’organisation de l’espace dans le centre historique, l’hydraulique et le nom de la Villa. De plus, la patronne de la ville, la Vierge de la Almudena, a un nom arabe qui fait référence à une zone du centre urbain, la Almudayna. Et, même si les restes matériels de cette époque sont rares, la présence du legs islamique est fort et important. Elle doit être reconnue et valorisée73 ».

  • 74 Ma I. Pérez de Tudela y Velasco, Madrid, castillos y plazas fuertes, Alicante, Rembrandt Éditions, (...)

39Est-ce à dire que la reconnaissance du legs islamique, en ce début du XXIe siècle, n’est pas encore pleine et entière ? Certes, les présupposés de l’époque moderne ont définitivement été écartés et oubliés : les hommes des XVIe et XVIIe siècles, pour fuir sans doute un passé médiéval envisagé comme peu glorieux, avaient voulu donner à la Mère de l’Empire de brillantes origines, c’est-à-dire des racines puisant dans l’Antiquité, afin de renouer avec les mythes fondateurs de la culture méditerranéenne74. Mais d’autres intérêts ont parfois remplacé les vieilles spéculations mythiques, intérêts qui semblent ignorer ou feindre de ne pas savoir que les occasions perdues de l’archéologie le sont à tout jamais.

  • 75 C. Segura Graiño, « El origen islámico de Madrid y las relaciones con los reinos cristianos », op. (...)
  • 76 M. Retuerce Velasco, «Testimonios materiales del Madrid andalusí», Testimonios del Madrid medieval (...)
  • 77 L. Doncel et G. di Bella, « Madrid, de espaldas a su muralla. Los restos visitables del muro medie (...)

40Retenons-en quelques exemples, parmi les plus représentatifs du mépris avec lequel ont parfois été considérés, ou sont toujours traités, les vestiges de Mağrīṭ. L’une des grandes inconnues de Mağrīṭ reste celle du qaṣr primitif ; or, les fouilles menées Plaza de Oriente sous la direction de M. Retuerce Velasco, lors de la construction d’un parking et d’un passage souterrains, entre 1994 et 1996, ont été « une occasion perdue et, même si quelques questions ont été résolues, bien d’autres sont restées en suspens car, peut-être, leur réponse n’aurait pas été au goût de certains75 ». De même, les travaux effectués dans le marché de la place de la Cebada auraient-ils pu permettre d’apporter de précieuses indications sur la nécropole de Mağrīṭ ; mais « parce que la découverte fut cachée, elle ne put jamais être confirmée », et il est même impossible de dire si le cimetière était celui des musulmans de Mağrīṭ ou celui des mudéjars de Madrid76. Enfin, la muraille de Muḥammad Ier a toujours été particulièrement malmenée : dans les années 1950, déjà, la construction d’un immeuble rue Bailén avait entraîné la destruction d’un long secteur de la muraille, y compris une tour. Par ailleurs, l’état d’abandon dans lequel se trouvent aujourd’hui les vestiges de la muraille, quoique régulièrement dénoncé par les médias, demeure77 ; la courtine mise au jour Cuesta de la Vega offre régulièrement aux passants un spectacle bien affligeant : encombré d’ordures, ce qui reste de l’enceinte du IXe siècle sert de campement de fortune à des sans-abri de la capitale.

  • 78 Journées publiées dans la collection Laya (no 29) : La organización social del espacio, III, Madri (...)
  • 79 La Villa de Madrid en los albores de la capitalidad (siglos XIV-XVI), XII Jornadas de Historia Med (...)

41Face à ceux qui tentent de faire disparaître Mağrīṭ, il convient de rappeler l’existence d’initiatives qui, au contraire, s’efforcent de redonner au passé médiéval de la ville toute la place qu’il mérite. En 1985, C. Segura a créé, au sein de la Facultad de Geografía e Historia de la Universidad Complutense, un groupe de travail dont le but est double, promouvoir les études sur le passé médiéval de Madrid et sur l’histoire des femmes ; rassemblant des étudiants et des chercheurs, ce groupe s’est intitulé Al-Mudayna, ce qui lui a permis de revendiquer le passé andalusí de la ville, tout en se donnant un “air madrilène”. Les travaux réalisés par les membres de la Asociación Cultural Al-Mudayna sont publiés dans deux séries d’ouvrages, les Cuadernos de Investigación Medieval et la collection Laya. La première, qui publie des états de la question, a consacré son no II (1985) à un bilan bibliographique sur le Madrid médiéval, intitulé Madrid en la Edad Media. Dans la collection Laya, ont ainsi vu le jour La comunidad mudéjar de Madrid : un modelo de análisis de aljamas mudéjares castellanas (J. C. de Miguel Rodríguez, 1989, no 4), El Madrid medieval, Sus tierras y sus hombres (J. C. de Miguel Rodríguez, 1990, no 6), Caminos y caminantes por las tierras del Madrid medieval (C. Segura éd., 1994, no 12). L’association organise régulièrement des séminaires autour de ses deux thèmes de recherche : les 19 et 20 juin 2007, les XI Jornadas de Historia Medieval de la Asociación Cultural Almudayna ont été consacrées à La Villa y las tierras de Madrid en el tránsito de la Edad Media a la Edad Moderna, y su influencia en la formación de la actual comunidad Autónoma de Madrid78. En juin 2008, la thématique retenue fut celle des précédents médiévaux de la décision prise par Philippe II d’installer sa cour à Madrid79.

  • 80 Sur cette ample thématique, voir deux études récentes : E. Andreu Mediero, « La conservación de lo (...)

42Parallèlement, le Museo de San Isidro a récemment inauguré un cycle de cours et de conférences intitulée « Testimonios del Madrid medieval » ; la première séance, en mai-juin 2002, a été consacrée au Madrid musulman, ce qui a permis de dresser un bilan de la recherche, en particulier sur le plan archéologique. En effet, si certains textes arabes méritent d’être relus à la lumière des nouvelles propositions méthodologiques de l’histoire des mentalités, si d’autres ont été récemment découverts et arrachés à l’oubli par Ma J. Viguera, notre connaissance du Madrid islamique ne progressera qu’au rythme des sondages et des campagnes de fouilles, ainsi que de l’application raisonnée des mesures de conservation et de protection des vestiges découverts80, auxquels ont œuvré M. Retuerce, O. Vallespín, E. Serrano, M. Torra, P. Mena, Ma E. Nogueras, D. Pérez, E. Andreu, J. Ortega, A. Fernández, F. J. Marín, A. Soler del Campo, A. Turina, M. García Muñoz et tant d’autres.

  • 81 Dans ce débat sur les racines de l’Europe, le récent ouvrage de S. Gouguenheim (Aristote au Mont S (...)
  • 82 Y. Courbage et E. Todd, Le rendez-vous des civilisations, op. cit., p. 5. Le « choc des civilisati (...)

43La présence du legs islamique à Madrid doit donc être pleinement reconnue et valorisée, car Madrid est un bel exemple de petite ville de l’Islam médiéval, mais aussi parce que Madrid est la seule capitale européenne à avoir déjà été, au Moyen Âge, au « rendez-vous des civilisations ». Le débat sur les racines de l’Europe ne peut en rester, il me semble, à la culture, c’est-à-dire aux seuls aspects intellectuels de sa civilisation, mais il doit faire intervenir tous les aspects de celle-ci, dont l’histoire urbaine : dans ce domaine, al-Andalus peut nettement revendiquer, face aux royaumes chrétiens du nord, la paternité d’un essor urbain plus précoce et plus profond81. Au-delà de la thématique, aujourd’hui un peu vieillie, de la convivencia, il s’agit de rappeler, comme se plaisent à l’écrire Y. Courbage et E. Todd, que « le “choc des civilisations” n’aura pas lieu. L’examen d’indicateurs sociaux et historiques profonds impose au contraire l’idée d’un “rendez-vous” des civilisations82 ». L’analyse, menée par ces auteurs en termes démographiques, est riche d’enseignements :

  • 83 Ibid., p. 159-160.

« Aujourd’hui, la tentation est grande, dans un monde rendu anxieux par la globalisation économique, de classer, de séparer et bien sûr de condamner. Certaines puissances et certains chercheurs ont d’ailleurs intérêt à ce que s’installe dans les esprits la représentation d’un conflit de civilisation, qui masque la violence latente des conflits économiques. La démographie libère de cette paranoïa instrumentalisée et permet d’aller plus loin. Les populations du monde, de civilisations et de religions différentes sont sur des trajectoires de convergence. La convergence des indices de fécondité permet de se projeter dans un futur, proche, dans lequel la diversité des traditions culturelles ne sera plus perçue comme génératrice de conflits, mais témoignera simplement de la richesse de l’histoire humaine83. »

44Laissons, pour terminer, la parole à J. Oliver Asín, auquel la préservation du Madrid musulman doit tant :

  • 84 J. Oliver Asín, « Nuevos apuntes en torno a “Madrid” y al distrito de “Guadalajara” », Conferencia (...)

«Madrid, la única fundación del emir Muýammad conservada, renovada y ampliada por los cristianos, quizá como consecuencia del sumo acierto de sus constructores, tanto en la elección del emplazamiento, como en los medios o elementos excepcionales de que supieron dotarla84.»

45Illustration visionnaire d’un rendez-vous à ne pas manquer celui-là, le rendez-vous des civilisations de la Méditerranée au XXIe siècle…

Notes

1 C. Segura Graiño, « A modo de introducción a la historia del Madrid medieval », El Madrid medieval, Sus tierras y sus hombres, J. C. de Miguel Rodríguez (éd.), Madrid, Asociación Cultural Al-Mudayna, 1990, p. 19. Le Fuero de Madrid a suscité de très nombreuses publications ; parmi les plus récentes : Fuero de Madrid, Madrid, Ed. La Librería-Ayuntamiento de Madrid, [2002] ; E. L. Huertas Vázquez, Principios y valores del Fuero de Madrid : introducción al derecho foral madrileño, Madrid, La Librería, 2002 ; E. de Aguinaga, Los madrileños del fuero, Madrid, Artes Gráficas Municipales, 2003 ; L. M. Aparisi Laporta, El Fuero de Madrid de 1202, primer estado de autonomía, Madrid, Artes Gráficas Municipales, 2003 ; A. Ma Barrero García, El contexto jurídico del fuero de Madrid, Madrid, Artes Gráficas Municipales, 2003 ; Ma del C. Cayetano Martín, ¿Alarma social ?, delitos y penas en el fuero de Madrid, Madrid, Artes Gráficas Municipales, 2003 ; J. Fradejas Lebrero, La lengua del « Fuero » de Madrid, Madrid, Artes Gráficas Municipales, 2003 ; M. Montero Vallejo, Un plano del Madrid en el siglo XII : localizaciones topográficas del Fuero, Madrid, Artes Gráficas Municipales, 2003 ; A. Sánchez Álvarez-Insúa, El fuero y el huevo : economía y vida cotidiana en el Madrid de 1202, Madrid, Artes Gráficas Municipales, 2003 ; Jornadas sobre el fuero de Madrid : ciclo de conferencias, M. Montero Vallejo (éd.), Madrid, Instituto de Estudios Madrileños, 2004 ; M. Asenjo González, « El fuero de Madrid. Desarrollo histórico de un proceso normativo », Jornadas sobre el Fuero de Madrid, Madrid, Instituto de Estudios Madrileños, 2004, p. 37-72 ; Fuero de Madrid en su octavo centenario : ciclo de conferencias, Madrid, Ayuntamiento de Madrid, 2005.

2 Ma del C. Cayetano Martín, «Fuentes para la historia del Madrid medieval en el Archivo de Villa», El Madrid medieval, Sus tierras y sus hombres, op. cit., p. 24.

3 C. M. Vera Yagüe, « El concejo y la villa de Madrid como centros de poder y las consecuencias en la ordenación del territorio de los cambios políticos en época Trastámara », La ciudad medieval y su influencia territorial, Nájera, Encuentros internacionales del Medievo 2006, B. Arízaga Bolumburu et J. Á. Solórzano Telechea (éd.), Logroño, Instituto de Estudios Riojanos, 2007, p. 55-79.

4 C. Segura, « Les monopoles féodaux des aménagements hydrauliques dans le bas Moyen Âge castillan », Le château et la nature, Actes des Rencontres d’Archéologie et d’Histoire en Périgord, 24-26 septembre 2004, A.-M. Cocula et M. Combet (éd.), Bordeaux, Ausonius, 2005, p. 103.

5 J. Rodríguez Morales et F. Sáez Lara, « Las atalayas entre Talavera y Talamanca : ¿un limes de época andalusí? », Congreso espacios fortificados en la provincia de Toledo (7/9-V-2003), Toledo, Diputación Provincial de Toledo, 2005, p. 500-503.

6 Pour reprendre le titre, très suggestif, de l’ouvrage de Y. Courbage et E. Todd, Le rendez-vous des civilisations, Paris, Seuil-La République des Idées, 2007.

7 Ces événements sont rapportés par Ibn Abī Zar`, Rawḍ al-Qirṭās, trad. A. Huici Miranda, Valencia, Imp. J. Nácher, 1964, t. I, p. 313-314. A. Huici Miranda signale que le Naẓm al-ğumān fournit une chronologie quelque peu différente de l’été 1109, plaçant la conquête de Talavera à la mi-août.

8 Ibn Abī Zar`, Rawḍ al-Qirṭās, op. cit., t. I, p. 313-314.

9 A. Huici Miranda, dans sa traduction d’Ibn Abī Zar`, p. 314, note 12 ; L. Torres Balbás, « Complutum, Qal`at `Abd al-Salam y Alcalá de Henares », Boletín de la Real Academia de la Historia, 1959 (CXLIV), p. 165.

10 J. Vallvé Bermejo, « Compluto en la Edad Media », Boletín de la Real Academia de la Historia, 1990 (CLXXXVII), p. 19, ne tient pas compte des critiques de ses prédécesseurs et il suit fidèlement la notice du Rawḍ al-Qirṭās : « En el año 503 (1109-1110), `Alī ibn Yūsuf conquistó Talavera, Madrid, Guadalajara y otros veintisiete castillos y sitió Toledo. »

11 Ibn Abī Zar`, Rawḍ al-Qirṭās, op. cit., t. II, p. 446-447 et trad. Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », Actas III Jarique de Numismática hispano-árabe (Madrid, dic. 1990), Madrid, Museo Arqueológico Nacional, 1992, p. 17-18 : la traduction d’A. Huici Miranda omet Madrid dans la liste des conquêtes de la troisième expédition du calife almohade.

12 A. Huici Miranda, Las grandes batallas de la Reconquista durante las invasiones africanas, Madrid, CSIC, 1956, 2e éd., Granada, Universidad de Granada, 2000, p. 171-174.

13 Ma J. Viguera Molins, «Madrid en al-Andalus», op. cit., p. 19.

14 Id.

15 Ibid., p. 19-20.

16 Al-Ḥimyarī, La péninsule ibérique au Moyen Âge d’après le Kitāb ar-Rawḍ al-mi`ṭār, trad. É. Lévi-Provençal, Leiden, Brill, 1938, p. 19.

17 A. Huici Miranda, Las grandes batallas de la Reconquista durante las invasiones africanas, op. cit., p. 176-178; L. Torres Balbás, «Complutum, Qal`at `Abd al-Salam y Alcalá de Henares», op. cit., p. 167.

18 Ma J. Viguera Molins, «Madrid en al-Andalus», op. cit., p. 18.

19 Ibn Abī Zar`, Rawḍ al-Qirṭās, op. cit., t. II, p. 636; Ma J. Viguera Molins, «Madrid en al-Andalus», op. cit., p. 18.

20 Ma J. Viguera, « La intervención de los benimerines en al-Andalus », Relaciones de la Península Ibérica con el Magreb, siglos XIII-XVI, Actas del coloquio de Madrid de diciembre del 1987, M. García-Arenal et Ma J. Viguera (éd.), Madrid, Instituto de Filología-Instituto Hispano-Árabe de Cultura, 1988, p. 237-247 ; M. A. Rodríguez Manzano, La intervención de los benimerines en la Península Ibérica, Madrid, CSIC, 1992.

21 Une bonne mise au point sur ce mouvement d’expansion des royaumes chrétiens se trouve dans le volume consacré à L’expansion occidentale (XIe-XVe siècle), Formes et conséquences, XXXIIIe Congrès de la SHMESP (Madrid, Casa de Velázquez, 23-26 mai 2002), Paris, Publ. de la Sorbonne, 2003. Voir, en particulier, M. Á. Ladero Quesada, « La “Reconquête”, clef de voûte du Moyen Âge espagnol », p. 23-45 ; P. Henriet, « Y a-t-il une hagiographie de la “Reconquête” hispanique (XIe-XIIIe siècles) ? », ibid., p. 47-63 ; J. Tolan, « Cel Sarrazins me semblet mult herite, L’hétérodoxie de l’autre comme justification de conquête (XIe-XIIIe siècles) », ibid., p. 65-74 ; Ph. Josserand, « Croisade et reconquête dans le royaume de Castille au XIIe siècle. Éléments pour une réflexion », ibid., p. 75-85.

22 M. Á. Ladero Quesada, « La “Reconquête”, clef de voûte du Moyen Âge espagnol », op. cit., p. 31.

23 J. C. de Miguel Rodríguez, La comunidad mudéjar de Madrid : un modelo de análisis de aljamas mudéjares castellanas, Madrid, Asociación Cultural Al-Mudayna, 1989 ; « La población mudéjar madrileña entre la conquista cristiana y el siglo XIII », Madrid del siglo IX al XI, Madrid, Comunidad de Madrid, Dirección General de Patrimonio Cultural, 1990, p. 309-318 et « Minorías religiosas en el medievo madrileño : la comunidad mudéjar », El Madrid Medieval, Sus tierras y sus hombres, J. C. de Miguel Rodríguez (éd.), Madrid, Asociación Cultural Al-Mudayna, 1990, p. 45-75. Du même, et plus généralement : Los mudéjares de la Corona de Castilla, Madrid, Al-Mudayna, 1988.

24 J. González, Repoblación de Castilla la Nueva, Madrid, Universidad Complutense, 1975-1976, t. I, p. 79.

25 J. C. de Miguel Rodríguez, « La población mudéjar madrileña entre la conquista cristiana y el siglo XIII », op. cit., p. 313.

26 Id.

27 J.-P. Molénat, « Communautés musulmanes de Castille et du Portugal. Les cas de Tolède et de Lisbonne », L’expansion occidentale (XIe-XVe siècle), Formes et conséquences, op. cit., p. 218.

28 J. C. de Miguel Rodríguez, «Minorías religiosas en el medievo madrileño: la comunidad mudéjar», op. cit., p. 57-58.

29 Document en date du 26 janvier 1495, publié par J. C. de Miguel Rodríguez, La comunidad mudéjar de Madrid : un modelo de análisis de aljamas mudéjares castellanas, op. cit., pièce no 26. S. Abboud-Haggar a montré le lien entre les impôts versés par les mudéjars et la fiscalité islamique (« Precedentes andalusíes en la fiscalidad de las comunidades mudéjares », En la España Medieval, 2008 [31], p. 475-512) ; ici, la fourniture de vêtements pour la justice de la ville vient sans doute de la taxe levée pour l’entretien des hauts fonctionnaires (mu’na, « provision »).

30 J. C. de Miguel Rodríguez, «Minorías religiosas en el medievo madrileño: la comunidad mudéjar», op. cit., p. 58.

31 Voir, ci-dessus, « Madrid et ses territoires ».

32 J. C. de Miguel Rodríguez, «Minorías religiosas en el medievo madrileño: la comunidad mudéjar», op. cit., p. 74.

33 P. A. Porras Arboledas, «La documentación del derecho de propiedad y el delito de estelionato (Castilla, siglos XV-XVIII)», Cuadernos de Historia del Derecho, 2004, vol. extraordinario, p. 270.

34 J. C. de Miguel Rodríguez, «Minorías religiosas en el medievo madrileño: la comunidad mudéjar», op. cit., p. 75.

35 Sur les activités économiques des mudéjars, voir J. C. de Miguel Rodríguez, « Minorías religiosas en el medievo madrileño : la comunidad mudéjar », op. cit., p. 59-64.

36 J. C. de Miguel Rodríguez, « La población mudéjar madrileña entre la conquista cristiana y el siglo XIII », op. cit., p. 315-318.

37 J. C. de Miguel Rodríguez, «Los alarifes de la villa de Madrid en la Baja Edad Media», IV Simposio Internacional de Mudejarismo: Economía (Teruel, 17-19 sept. 1987), Teruel, Instituto de Estudios Turolenses, 1992.

38 P. A. Porras Arboledas, «La aristocracia urbana de Madrid: el linaje Las Risas (1445-1507)», Meridies, 1997 (IV), p. 142.

39 Sur l’art mudéjar, en particulier le concept et l’historiographie sur le thème, voir la mise au point de G. M. Borrás Gualis, El arte mudéjar, Zaragoza, Instituto de Estudios Turolenses, 1990.

40 Ibid., p. 83.

41 Ma E. Díez Jorge, El arte mudéjar: expresión estética de una convivencia, Granada, Universidad de Granada-Instituto de Estudios Turolenses, 2001.

42 M. Borrás Gualis, El arte mudéjar, op. cit., p. 79.

43 Sur ces deux églises, voir le bilan historiographique et bibliographique de G. Esparraguera Calvo, « Las iglesias mudéjares madrileñas : estado de la cuestión », Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. 319-328. Avec l’arc outrepassé qui se trouve Plaza de la Villa, les deux tours de ces deux églises sont les seuls vestiges du mudéjar madrilène ; dans le volume de la collection Musée Sans Frontières consacré à L’art mudéjar, l’esthétique islamique dans l’art chrétien, Aix-en-Provence, Edisud, 2000, le circuit d’art mudéjar à Madrid ne passe d’ailleurs que par deux musées, le Musée Archéologique National et l’Institut de Valence de Don Juan, les deux églises n’étant mentionnées que pour mémoire.

44 Telle est la lecture de M. Gómez-Moreno, « La torre de San Nicolás en Madrid », Archivo Español de Arte y Arqueología, 1927 (8), p. 129-132 et de B. Pavón Maldonado, « Arqueología y urbanismo medieval en Madrid. De la Almudayna árabe a la torre mudéjar de San Nicolás », Awrāq, 1984-85 (7-8), p. 231-278. D’autres auteurs voient dans la tour San Nicolás le minaret d’une mosquée, comme E. Tormo y Monzó, Las iglesias del antiguo Madrid : notas de estudio, Madrid, Imp. de A. Marzo, 1927, réimpr. Madrid, Instituto de España, 1972 ou J. Riosalido Gambotti, « El alminar de San Nicolás de Madrid », Awrāq, 1984-85 (7-8), p. 279-283 pour lequel il s’agit d’une construction édifiée à la charnière des XIe et XIIe siècles.

45 G. Esparraguera Calvo, «Las iglesias mudéjares madrileñas: estado de la cuestión», op. cit., p. 326.

46 M. Tezanos Gandarillas, «El mudéjar religioso madrileño», Cristianismo en Madrid, XX Siglos, 1992 (11), p. 43.

47 Id.

48 A. de La Morena, «Historia de las Iglesias donde rezaba San Isidro», San Isidro labrador, patrono de la Villa y Corte, IX Centenario de su nacimiento, Madrid, Academia de Arte e Historia de San Damaso, 1983, p. 108-110.

49 J. C. de Miguel Rodríguez, La comunidad mudéjar de Madrid : un modelo de análisis de aljamas mudéjares castellanas, op. cit., pièce no 9.

50 Ibid., pièce no 25.

51 Ibid., pièce no 23.

52 J. C. de Miguel Rodríguez, «Minorías religiosas en el medievo madrileño: la comunidad mudéjar», op. cit., p. 62.

53 J. C. de Miguel Rodríguez, La comunidad mudéjar de Madrid: un modelo de análisis de aljamas mudéjares castellanas, op. cit., pièce no 8.

54 Voir, ci-dessus, « Être Mağrīṭ¦ : diversité des types sociaux, spécificité d’une société de frontière ».

55 J. C. de Miguel Rodríguez, «Minorías religiosas en el medievo madrileño: la comunidad mudéjar», op. cit., p. 63.

56 Ibid., p. 64.

57 La morería vieja se trouve sur la colline de Las Vistillas, c’est-à-dire à l’intérieur de l’enceinte d’époque chrétienne ; l’actuelle rue de la Morería en perpétue le souvenir.

58 J. C. de Miguel Rodríguez, « Minorías religiosas en el medievo madrileño : la comunidad mudéjar », op. cit., p. 67.

59 Ibid., p. 69-70.

60 Ibid., p. 70.

61 Ibid., p. 47-56.

62 Ibid., p. 49.

63 J. C. de Miguel Rodríguez, La comunidad mudéjar de Madrid : un modelo de análisis de aljamas mudéjares castellanas, op. cit., pièce no 12.

64 Ibid., no 14.

65 J. C. de Miguel Rodríguez, «Minorías religiosas en el medievo madrileño: la comunidad mudéjar», op. cit., p. 65-66.

66 J. C. de Miguel Rodríguez, «La población mudéjar madrileña entre la conquista cristiana y el siglo XIII», op. cit., p. 314.

67 L. Torres Balbás, Algunos aspectos del mudejarismo urbano medieval, Madrid, Imprenta y Editorial Maestre, 1954, p. 79; A. Echevarría Arsuaga, «Política y religión frente al islam: la evolución de la legislación real castellana sobre musulmanes en el siglo XV», Qurṭuba, 1999 (4), p. 69-70.

68 R. Salicrú i Lluch, « Crossing Boundaries in Late Medieval Mediterranean Iberia: Historical Glimpses of Christian-Islamic Intercultural Dialogue », International Journal of Euro-Mediterranean Studies, 2008 (I-1), p. 45.

69 J. C. de Miguel Rodríguez, «Minorías religiosas en el medievo madrileño: la comunidad mudéjar», op. cit., p. 71.

70 Une présentation du personnage et de ses écrits figure dans J. Oliver Asín, « Aḥmad al-Ḥağarī Bejarano. Apuntes biográficos de un morisco notable residente en Marruecos », Conferencias y apuntes inéditos, D. Oliver (éd.), Madrid, Agencia española de cooperación internacional, 1996, p. 151-164.

71 Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 30-31 : Ma J. Viguera fait remarquer que le morisque reflète ainsi la prononciation de son temps.

72 J. C. de Miguel Rodríguez, «Minorías religiosas en el medievo madrileño: la comunidad mudéjar», op. cit., p. 71.

73 C. Segura Graiño, « El origen islámico de Madrid y las relaciones con los reinos cristianos », Testimonios del Madrid medieval : el Madrid musulmán, A. Turina Gómez, S. Quero Castro et A. Pérez Navarro (éd.), Madrid, Museo de San Isidro, 2004, p. 20.

74 Ma I. Pérez de Tudela y Velasco, Madrid, castillos y plazas fuertes, Alicante, Rembrandt Éditions, 1989, p. 27.

75 C. Segura Graiño, « El origen islámico de Madrid y las relaciones con los reinos cristianos », op. cit., p. 20. Les travaux réalisés Plaza de Oriente représentent la découverte et l’occultation volontaire de nombreux restes, ce qui a vainement été dénoncé ; sur les destructions survenues lors de cette fouille, voir M. Retuerce Velasco, « Excavaciones en la Plaza de Oriente-Calle de Bailén (Madrid) », Qurṭuba, 1998 (3), p. 261-264.

76 M. Retuerce Velasco, «Testimonios materiales del Madrid andalusí», Testimonios del Madrid medieval: el Madrid musulmán, op. cit., p. 86.

77 L. Doncel et G. di Bella, « Madrid, de espaldas a su muralla. Los restos visitables del muro medieval se conservan descuidados a mal señalizados », El País, 20/03/2006 : « Une trentaine d’immigrés dort dans le parc de l’Émir Mohamed Ier, situé sur l’un des flancs de la cathédrale de la Almudena et en face de la partie la plus importante et la mieux conservée du mur califal (sic) de la ville […] les mauvaises herbes et les détritus ne respectent pas les briques du mur de l’an 800 qui, au XIe siècle, entourait les 40 000 m2 de l’enceinte arabe […] ceci reflète le laisser-aller dans la conservation des vestiges archéologiques qui, selon le Patrimonio de la Comunidad, incombe pourtant à la municipalité. »

78 Journées publiées dans la collection Laya (no 29) : La organización social del espacio, III, Madrid en tránsito de la Edad Media a la Edad Moderna, S. Muriel et C. Segura (éd.), Madrid, Asociación Cultural Al-Mudayna, 2008.

79 La Villa de Madrid en los albores de la capitalidad (siglos XIV-XVI), XII Jornadas de Historia Medieval de la Asociación Cultural Almudayna (11 de junio de 2008, Universidad Complutense de Madrid), s. p.

80 Sur cette ample thématique, voir deux études récentes : E. Andreu Mediero, « La conservación de los restos en la arqueología urbana : la Plaza de Oriente de Madrid », Actas XXV Congreso Nacional de Arqueología (Valencia, 24-27 de febrero del 1999), Valencia, 1999, p. 320-324 ; P. Mena Muñoz et Ma E. Nogueras Monteagudo, « La arqueología urbana en Madrid. Su gestión y su protección en el planeamiento urbano », Boletín de la Asociación Española de Amigos de la Arqueología, 1999-2000 (39-40), p. 327-343.

81 Dans ce débat sur les racines de l’Europe, le récent ouvrage de S. Gouguenheim (Aristote au Mont Saint-Michel, Les racines grecques de l’Europe chrétienne, Paris, Seuil, 2008) conteste la thèse « qui confère à l’Islam médiéval la paternité de l’essor de la civilisation européenne » (p. 14). L’ouvrage a suscité une vive polémique qui devrait nous inciter, une fois encore, à revenir sur le sens des mots, en particulier ceux de culture, de civilisation et de patrimoine qui sont loin d’être interchangeables.

82 Y. Courbage et E. Todd, Le rendez-vous des civilisations, op. cit., p. 5. Le « choc des civilisations » a suscité de nombreuses publications ; parmi ceux qui défendent l’idée d’un affrontement permanent et sans merci entre chrétienté et islam, en termes parfois très radicaux : J.-P. Roux, Un choc de religions : la longue lutte de l’islam et de la chrétienté 622-2007, Paris, Fayard, 2007.

83 Ibid., p. 159-160.

84 J. Oliver Asín, « Nuevos apuntes en torno a “Madrid” y al distrito de “Guadalajara” », Conferencias y apuntes inéditos, D. Oliver (éd.), op. cit., p. 217.

Table des illustrations

Légende Figure 25. – Le clocher de l’église San Pedro (cliché A. Voivenel, mars 2008).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99054/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende Figure 26. – Le clocher de l’église San Nicolás (cliché Chr. Mazzoli-Guintard, déc. 2008).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99054/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 269k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search