Version classiqueVersion mobile

Madrid

 | 
Christine Mazzoli-Guintard

Troisième partie. Madrid et les autres, d'hier à aujourd'hui

Chapitre VIII. Madrid dans la tourmente du XIe siècle

Texte intégral

1Qu’elle le nomme virage, tournant, phase nouvelle, l’historiographie s’accorde à faire du XIe siècle le temps de la rupture des équilibres dans la Péninsule ibérique et, au-delà, en Méditerranée ; en ce siècle marqué par de profonds bouleversements politiques, qui consacrent des mutations démographiques et des transformations économiques, sociales et technologiques, Madrid change par deux fois de mains : avec la disparition du califat omeyyade de Cordoue, elle retrouve une autorité berbère, par son rattachement à la taifa des Banū Ḏī l-Nūn, qui semble effectif dans les années 1020 ; au milieu des années 1080, Madrid quitte la dār al-isām pour être incorporée au royaume de Castille.

2Ce siècle aux inflexions majeures comporte, pour Madrid, trois périodes distinctes : celle de la fin du califat, entre 1009 et le milieu des années 1020, ponctuée par de graves perturbations et des mouvements armés ; celle de la stabilité du règne d’al-Ma’mūn, marquée toutefois par les premières offensives sérieuses de la part des rois castillo-léonais ; celle des difficultés croissantes au temps d’al-Qādir, en particulier à partir des années 1080, qui en finiront avec Mağrīṭ.

Madrid dans les heurts et malheurs du califat : de la bataille du Jarama (1009/399) à la révolte d’Ibn al-Mahdı (1025/416)

De la Révolution de Cordoue à la bataille du Jarama : Madrid dans la fitna

  • 1 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. 2 : Le califat umaiyade de Cordoue (912-103 (...)

3La succession d’événements complexes qui, depuis la Révolution de Cordoue, mène à la disparition du califat omeyyade avait été bien exposée par É. Lévi-Provençal, de telle sorte que les publications postérieures n’apportent guère de modifications à son récit1. Pour comprendre dans quelle tourmente Madrid se trouve prise dans les années 1010-1020, il est inutile de revenir sur les maladresses du second successeur d’al-Manṣūr, Sanchuelo, qui déclenche contre lui la Révolution de Cordoue, le 15 février 1009/16 ğumādā II 399. Très rapidement, la scène des événements se déplace des rives du Guadalquivir vers la région madrilène : à Cordoue, les révoltés s’étaient groupés derrière un arrière-petit-fils de `Abd al-Raḥmān III, Muḥammad b. Hišām b. `Abd al-Ğabbar, qui s’empare du pouvoir, invite le calife Hišām II à abdiquer en sa faveur et devient calife avec le surnom honorifique d’al-Mahdī bi-llāh. Sanchuelo, qui se trouve à Tolède, s’apprête à revenir à Cordoue à l’annonce de la nouvelle du coup d’état et du pillage d’al-Madīna al-Zahīra ; mais il est abandonné par ses troupes, arrêté, puis exécuté par des hommes d’al-Mahdī, le 3 mars 1009/3 rağab 399.

4Muḥammad al-Mahdī ne tarde pas à s’attirer l’animosité des Berbères qui se sont pourtant ralliés au nouveau pouvoir : un jour, l’un de leurs chefs est rudoyé par la garde palatine, le lendemain, le quartier où ils sont installés est victime d’une tentative de pillage. Le nouveau calife s’attire aussi l’antipathie des Marwānides, en voulant faire croire aux Cordouans que le calife Hišām vient de mourir : il exhibe le cadavre d’un individu qui ressemble au calife déchu et fait emprisonner les Omeyyades qui ne sont pas dupes du stratagème. Les Berbères, qui ont comploté avec un descendant de `Abd al-Raḥmān III, sont déclarés hors-la-loi au début de juin 1009/ šawwal 399 ; désormais, ils ne souhaitent plus qu’une chose, se débarrasser d’al-Mahdī. Ils se regroupent autour d’un prétendant au trône, Sulaymān b. al-Ḥakam, arrière-petit-fils du premier calife de Cordoue, dont ils font le chef du parti berbère. Avec lui, ils se dirigent vers la Marche moyenne, peuplée de Berbères, qu’ils comptent rallier à leurs troupes ; s’ils prennent Calatrava et Guadalajara, ils sont repoussés de Medinaceli par Wāḍiḥ, le gouverneur de la Marche moyenne, qui est resté fidèle à al-Mahdī.

5Quelqu’un observe d’un œil attentif les événements, le comte de Castille Sancho García (995-1017), sollicité qu’il l’est par les protagonistes de la crise politique andalusí : Sulaymān lui envoie une ambassade pour lui réclamer son aide, Wāḍiḥ fait de même, ainsi qu’al-Mahdī ! Il choisit le clan des Berbères, négociant son aide contre des places fortes de la vallée du Duero, et commence par fournir à Sulaymān le ravitaillement indispensable à des troupes en campagne. De son côté, Wāḍiḥ mobilise ses hommes et, fort des renforts arrivés de Cordoue, il se prépare à la bataille rangée : celle-ci a lieu entre Madrid et Alcalá de Henares, dans la vallée du Jarama, en août 1009/ḏū l-hiğğa 399 et elle s’achève par la victoire des troupes berbères de Sulaymān.

6Al-Mahdī a perdu la partie, Sulaymān est proclamé calife le 9 novembre/17 rabī` I. Mais seules les provinces méridionales le reconnaissent, tandis qu’al-Mahdī trouve refuge à Tolède qui le considère comme le souverain légitime ; la Marche moyenne, tenue en main par Wāḍiḥ, reste fidèle à al-Mahdī. Ce dernier se prépare à aller reprendre le pouvoir à Cordoue, en s’alliant deux comtes catalans : il entre dans la ville en mai 1010/šawwal 400, pour un règne de quelques semaines seulement. Wāḍiḥ, qui le soutenait, trame contre lui un complot et le remplace par Hišām II. Pendant que Cordoue sombre dans la guerre civile et les intrigues, la région de Madrid et, plus largement, l’ensemble de la Marche moyenne retrouvent un climat plus serein : le comte Sancho García, qui a obtenu les places fortes promises, s’engage à ne pas attaquer la région.

La révolte de Ġulām al-`Aṭṭār et le rattachement de Madrid à la taifa de Tolède

  • 2 Sur la taifa de Tolède, voir Ma J. Viguera Molins, Los reinos de taifas y las invasiones magrebíes (...)
  • 3 En 1018 pour D. Wasserstein, The Rise and Fall of the Party-Kings, Politics and Society in Islamic (...)

7Face aux incertitudes cordouanes, les provinces du califat omeyyade prennent en main leurs destinées : à Tolède, des notables de la ville assument d’abord la direction des affaires, le cadi Abū Bakr Ya`īš b. Muḥammad et des personnages dont on ne connaît guère que le nom, Ibn Masarra, `Abd al-Raḥmān, `Abd al-Malik b. Matiyo2. Puis les Tolédans font appel au maître de Santaver, le Berbère `Abd al-Raḥmān b. Ḏī l-Nūn, qui leur envoie son fils Ismā`īl al- Ẓāfir, alors installé à Uclés, en 1018/408 ou en 1026/4173.

  • 4 Ma J. Viguera Molins, Los reinos de taifas y las invasiones magrebíes, op. cit., p. 57.

8Ismā`īl est le premier souverain de la taifa des Banū Ḏī l-Nūn de Tolède, qu’il gouverne jusqu’à sa mort, en 1043-44/435. Son fils Yaḥyā, dit al-Ma`mūn (1043-44/435-1075/467), est le plus brillant souverain de la taifa tolédane : prince mécène, il réunit autour de lui de nombreux savants et il embellit Tolède ; son activité politique extérieure le mène à s’emparer de Cordoue. Son petit-fils, al-Qādir (1075/467-1085/477), est loin d’avoir les qualités de son prédécesseur : pris dans l’étau économique de la Castille et dans les intrigues de la cour, il en vient à pactiser avec Alphonse VI la remise de Tolède4.

  • 5 M. `A. Makkī, «A propósito de la revolución de `Ubayd Allāh b. al-Mahdī en Madrid», Revista del In (...)

9Madrid va suivre le destin de Tolède, vraisemblablement après avoir connu une dernière année agitée en 1024-1025, marquée par la révolte politico-religieuse d’un individu qui prétend ni plus ni moins qu’au califat, comme le rapporte Ibn Ḥazm5 :

« À propos de ceux qui prétendirent au califat, mais sans succès : [...parmi eux] `Ubayd Allāh b. al-Mahdī ; il se révolta contre al-Mustakfī à Madrid, mais il fut trahi et mis à mort. Abū Muḥammad [Ibn Ḥazm] dit : ce que nous savons avec certitude, c’est que le rebelle n’était pas `Ubayd Allāh b. al-Mahdī, mais Ġulām al-`Aṭṭār, dit al-Faṣīḥ, qui tenta de se faire passer pour `Ubayd Allāh b. al-Mahdī. »

  • 6 Id.
  • 7 Ibid., p. 259.

10La révolte a lieu, ainsi que M. `A. Makkī l’a bien montré, au temps du calife Muḥammad III al-Mustakfī qui règne entre janvier 1024/414 et mai 1025/4166. De Ġulām al-`Aṭṭār, homme de lettres et poète, nous conservons des vers dans lesquels il pleure la grandeur passée de Cordoue7 :

« Oh, Alcázar de Cordoue ! Avec quelle tristesse
je te vois en ruine et je me souviens du temps où
tant de belles dames te parcouraient !
Des lieux où notre royaume fut florissant,
arrosé par la générosité de nos mains,
quand al-Mahdī exerçait une ferme autorité,
que reste-t-il aujourd’hui ? Des images
d’un rêve estompé par la lumière du jour.
Nonobstant, si Dieu me prête vie,
je le pleurerai avec le sang qui coule de
mon épée et de ma lance,
brillantes comme des rayons de feu. »

11Le Madrilène tente de se faire passer pour un fils du calife Muḥammad II al-Mahdī, `Ubayd Allāh, assassiné à Cordoue, et qui n’a pas laissé de descendance ; M. `A. Makkī explique le projet d’usurpation par les liens entre al-Mahdī et Madrid :

  • 8 Ibid., p. 260.

« Le faux `Ubayd Allāh put d’autant plus facilement tromper beaucoup de gens dans la région madrilène et les convaincre qu’il était réellement le fils d’al-Mahdī que ce dernier a parcouru à plusieurs reprises les terres qui entourent Madrid et qu’il est mort dans la Marche tolédane, où eurent lieu d’âpres combats entre lui et Sulaymān al-Musta`īn8. »

  • 9 Ma J. Viguera Molins, Los reinos de taifas y las invasiones magrebíes, op. cit., p. 54.
  • 10 J. J. Alonso, C. Emperador et C. Travesi, Patrimonio histórico-artístico en la confluencia de los (...)

12Si la fidélité de Wāḍiḥ à al-Mahdī a pu retarder de quelques mois l’entrée de Madrid dans la fitna, en revanche, à partir de mai 1010, la petite ville de la Marche moyenne dut rompre définitivement ses liens avec Cordoue. Quand est-elle rattachée à la taifa de Tolède ? Sans doute dès le règne d’Ismā`īl, qui pose les bases d’une vaste taifa9, et peut-être seulement une fois la révolte de Ġulām al-`Aṭṭār vaincue, à partir donc de mai 1025. En revanche, sous al-Ma’mūn, qui freine les prétentions de Saragosse vers l’ouest et récupère la vallée de l’Henares et Medinaceli entre son avènement et 104710, Madrid est intégrée à la taifa de Tolède et elle doit servir de base arrière aux opérations contre Saragosse.

13Les sources restent laconiques sur les liens entre Madrid et sa nouvelle capitale, tout comme elles restent muettes sur le gouvernement – pleinement autonome ? – de Madrid pendant les années de transition entre domination omeyyade et domination berbère. Après 1025, la petite ville est rattachée à Tolède, dont elle devient l’une des villes dotées d’une mosquée à minbar, comme le signale al-Idrīsī.

Madrid face à l’expansion chrétienne : des prémices à Alphonse VI, roi de Castille et de León (1072)

Les prémices : les raids des IXe-Xe siècles

  • 11 C. Segura Graiño, « El origen islámico de Madrid y las relaciones con los reinos cristianos », Tes (...)

14Avant même la fondation de Madrid, la région subit des raids venus du nord, comme celui qui, en 859, conduit le roi d’Oviedo Ordoño Ier (850-866) à mettre à sac Talamanca. Au Xe siècle, les habitants de Madrid se trouvent en permanence sous la pression du Léon et de la Castille ; la frontière du Duero est consolidée et la zone comprise entre le Duero et le Système Central est progressivement occupée11.

  • 12 Id.
  • 13 É. Lévi-Provençal, Le califat umaiyade de Cordoue (912-1031), op. cit., p. 52-53; C. Segura Graiño (...)

15Deux épisodes marquent ce siècle de l’histoire madrilène : le comte de Castille Fernán González (931-970) est sans doute le premier à diriger ses troupes contre Madrid, dans une opération vaine et dont la véracité est douteuse12. Puis, le roi de Léon Ramire II (930-950) occupe une partie des faubourgs de Madrid en 932/320, mais il ne peut entrer dans la forteresse ni maintenir bien longtemps cette position13 ; Lucas de Tuy, qui s’inspire de l’Historia Silense, rapporte ainsi l’épisode :

  • 14 Lucas de Tuy, Chronicon Mundi, éd. E. Falque, Turnhout, Brepols, 2003, p. 258, livre IV, 31. Il su (...)

« Année DCCCC.LX.VIII. Ramire, qui régnait paisiblement, consulta tous les magnats de son royaume pour savoir comment envahir la terre des Chaldéens et il réunit une armée qu’il dirigea contre la ville qu’on appelait Madrid (Maierita) ; il en détruisit les murs, l’incendia et fit beaucoup de ravages chez les Sarrasins14. »

L’offensive de Ferdinand Ier au début des années 1060

  • 15 C. González Mínguez, « La multiplicación de los reinos (1035-1072) », Historia de España de la Eda (...)
  • 16 Ma J. Viguera Molins, Los reinos de taifas y las invasiones magrebíes, op. cit., p. 55; C. Gonzále (...)

16Durant les années 1040-1060, Ferdinand Ier, roi de Castille (1035-1065) et roi de León (1037-1065), s’attache à coloniser les terres du Duero, tandis que les dix dernières années du règne sont marquées par une expansion de la Castille, en particulier à l’ouest du royaume, avec la conquête de Lamego en 1057, celle de Viseu en 105815. Si l’information relative à l’occupation de Madrid en 1047 n’est guère fiable, en revanche, Ferdinand lance une razzia contre le nord de la taifa de Tolède dès 1058 et la prise de Viseu, puis de nouveau après 1060, jusqu’à ce qu’al-Ma’mūn achète la paix au moyen du versement de parias16.

  • 17 Sur cette opération militaire, voir l’analyse des textes relatifs à cette campagne dans L. Torres (...)

17Les chroniques chrétiennes conservent la mémoire de la campagne dévastatrice menée par Ferdinand Ier contre Madrid, à l’occasion de la seconde razzia, celle du début des années 1060, traditionnellement placée à l’été 106217 ; le chapitre 808 de la Primera Crónica General, intitulé « sur la manière dont le roi Ferdinand le Grand fit des incursions en territoire musulman et détruisit le royaume de Tolède » rapporte ceci :

  • 18 Primera Crónica General de España que mandó componer Alfonso el Sabio y se continuaba bajo Sancho (...)

« Alors que le roi Ferdinand le Grand régnait depuis XXV ans-et ceci en l’année 1078, année 1040 de l’Incarnation du Seigneur et la VIIe année du règne de Henri, empereur de Rome-, il réunit une très grande armée et s’en alla ravager la terre des musulmans18. »

  • 19 Lexikon des Mittelalters, München, Artemis-Verl., 1987-1989, vol. 4, col. 2039-2041 : Henri III fa (...)

18L’écart des computs entre l’ère espagnole 1078 et l’année de l’Incarnation 1040 est cohérent. Les indications des autres calendriers, en années de règne, coïncident à peu près entre elles, mais non avec le comput précédent : Ferdinand entre en possession du comté de Castille en 1029 et il est couronné roi de Léon le 22 juin 1038 ; la 25e année de son règne commence donc en juin 1062. L’empereur Henri IV est couronné à Aix-la-Chapelle le 17 juillet 1054, du vivant de son père Henri III, qui décède le 5 octobre 105619 : l’an VII du règne couvre donc la période juillet 1060-juillet 1061, en comptant à partir du couronnement, ou bien les mois qui s’écoulent entre octobre 1062 et octobre 1063, si le point de départ est la disparition du souverain précédent.

19Le roi de Castille et Léon place ainsi sous son autorité des forteresses et des zones montagneuses, situées en des régions parfois bien éloignées les unes des autres, de Gormaz à Medinaceli, de la vallée du Tage aux montagnes d’Oca et d’Onna, dans la région de Logroño. Et la chronique de poursuivre, pour cette même expédition militaire :

  • 20 Primera Crónica General de España que mandó componer Alfonso el Sabio, op. cit., t. II, p. 489.

« Quand il eut fait cela, et malgré toutes ses conquêtes, il ne se donna point pour satisfait ; il s’en fut alors du côté de Tolède où il brûla et détruisit Talamanca, Alcalá [de Henares], Madrid (Madrit). Il tua un nombre incalculable de musulmans et il détruisit de nombreuses autres localités du royaume de Tolède20. »

20À la suite de cette campagne militaire menée par Ferdinand Ier, le roi de Tolède al-Ma’mūn commence à verser des parias au roi de Castille et León ; sous l’héritier de Ferdinand, Alphonse VI, l’étau se resserre contre Madrid et l’ensemble du royaume des Banū Ḏī l-Nūn.

Alphonse VI s’immisce dans le royaume de Tolède : l’année 1072

  • 21 C. González Mínguez, « La multiplicación de los reinos (1035-1072) », op. cit., p. 261.
  • 22 Ibid., p. 271-272.

21Lorsque meurt Ferdinand Ier, le 27 décembre 1065, ses dispositions testamentaires, fidèles aux conceptions patrimoniales de la royauté, entrent en vigueur : son fils aîné Sanche devient roi de Castille, Alphonse obtient la couronne de León, tandis que le dernier-né, García, reçoit la Galice et le comté de Portugal21. Ce partage et les luttes qui s’ensuivent donnent un répit au royaume de Tolède : Sanche II ne tarde pas à rejeter le testament paternel et à tenter de refaire l’unité perdue ; il s’en prend d’abord à García, avant de battre Alphonse à Golpejera en janvier 1072. Sanche II entre dans la ville de León en janvier 1072, où il se couronne lui-même roi de León22.

  • 23 B. Reilly, « The Rediscovery of Count Pedro Ansúrez », Cross, Crescent and Conversion, Studies on (...)
  • 24 Ma J. Viguera Molins, Los reinos de taifas y las invasiones magrebíes, op. cit., p. 56 et « Histor (...)

22Dépossédé de ses biens, fait prisonnier et enfermé dans le château de Burgos, Alphonse est exilé peu de temps après avec une partie de sa cour, dont son précepteur, le comte Pedro Ansúrez (v. 1037-1117), l’un des grands magnats léonais du temps23. Qui peut accueillir un roi déchu et sans terre ? L’un de ses tributaires : le roi de Tolède al-Ma’mūn, qui lui verse régulièrement des parias, l’accueille avec générosité. Alphonse VI reste à la cour de Tolède jusqu’à ce que son frère meure assassiné en octobre 1072, au siège de Zamora, ce qui lui permet de recouvrer l’ensemble des possessions paternelles24.

  • 25 Ma J. Viguera Molins, «Historia política», op. cit., p. 91.

23Les chroniqueurs établissent un lien entre ce séjour tolédan et la conviction, qui s’ancre alors en Alphonse VI, de l’importance de cette grande ville de l’Islam, dont il convient de faire la conquête25. Alphonse VI dut aussi profiter de son séjour sur les bords du Tage pour connaître les défenses de la ville et la situation du royaume des Banū Ḏī l-Nūn ; la légende ne veut-elle pas qu’il entendit par hasard une conversation sur les points faibles de la ville, alors qu’il se trouvait dans les jardins du palais d’al-Ma’mūn ?

La conquête de Madrid en 1085 : préparer ou couronner l’entrée dans Tolède ?

L’annonce du désastre : le règne d’al-Qādir (1075-1085)

  • 26 Ma J. Viguera Molins, Los reinos de taifas y las invasiones magrebíes, op. cit., p. 56-57 et « His (...)
  • 27 J. A. Pacheco Paniagua, «`Umar al-Mutawakkil ibn al-Afṭas de Badajoz, rey de Toledo: crónica de un (...)

24Al-Qādir est décrit comme un souverain faible, affecté d’une maladie chronique, qui ne peut tenir tête aux taifas voisines : le roi de Séville lui reprend Cordoue et toute la région située entre le Guadalquivir et Talavera ; le roi de Saragosse, allié au roi d’Aragon, lui prend également des terres, tandis qu’Abū Bakr de Valence refuse de reconnaître son autorité. Al-Qādir ne peut plus compter que sur Alphonse VI, qui exige des sommes de plus en plus fortes contre son aide. Al-Qādir est tout aussi maladroit à l’intérieur, se mêlant aux intrigues de cour et laissant assassiner le fidèle vizir de la famille, Ibn al-Ḥadīdī, en août 107526. C’est dans ces circonstances que les Tolédans décident de faire appel au roi de Badajoz, al-Mutawakkil, qui entre dans Tolède, détrône al-Qādir, et se maintient à la tête de la taifa de Tolède pendant presqu’un an, de juin 1080 à avril 108127.

25Ibn Bassām (m. 1147-48/542), auteur particulièrement sensible aux luttes entre taifas puisqu’il doit abandonner sa Santarém natale après la conquête d’Alphonse VI, évoque cette révolte tolédane qui entraîne Madrid dans son sillage :

  • 28 Ibn Bassām, Ḏaḫīra fī maḥāsin ahl al-Ğazīra, trad. Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus »,(...)

« Avant la mort d’Ibn Muġīṭ, le chef [des révoltés tolédans], ses fils revinrent [de Castille] et firent éclater la révolte dans la ville de Madrid ; se joignirent à eux les rapaces avides de conflits et les poisons de la jalousie. Entre eux et le roi de Tolède, eurent lieu des journées de lutte, qui s’achevèrent en faveur d’al-Qādir. Les troupes des révoltés périrent, les rebelles partirent en débandade. Ibn Ḏī l-Nūn s’acharna à détruire leurs refuges et à crucifier leurs dépouilles, à un point tel qu’il brisa tout élan de révolte28. »

  • 29 Ibid., p. 23-24.

26Le vizir et poète Abū l-Ḫaṭṭāb `Umar b. Aḥmad b. `Abd Allāh b. `Aṭyūn al-Tuğībī al- Ṭulayṭulī envoie une qaṣīda à al-Mutawakkil, en muḥarram 474/juin-juillet 1081, pour le féliciter de sa victoire à Tolède ; Madrid y apparaît en bonne place29 :

« Avec toi pour seigneur, avec moi pour vassal, tous voient ce qu’est la gloire ou le portrait de la gloire.
Tu as attaqué les confins de la Marche avec de rudes cavaliers qui ont chevauché dans des ravins et sur de hauts plateaux.
Car c’est cela que tu voulais de ces coursiers tenaces, au ventre souple et aux flanc gonflés jusqu’à la poitrine.
Hirsutes, ils se dirigèrent là-bas, vers Madrid, comme des aigles s’abattent sur leur proie depuis une cime élevée.
De là, ils foulèrent des coteaux dépourvus de protection et se jetèrent dans tes mains généreuses, honorant ton mérite.
Quand Madrid vit ton visage, elle devint ton serviteur soumis devant ta forte puissance.
Sur eux s’étendit la paix, dont tu es le maître, et ils recoururent à des pactes et des accords.
Tu leur accordas une grande faveur, en leur donnant l’amān, tandis que, dans son fourreau, l’épée de la vengeance attendait. »

  • 30 Ma J. Viguera Molins, Los reinos de taifas y las invasiones magrebíes, op. cit., p. 57.
  • 31 Ibid., p. 57 et Ma J. Viguera Molins, « Historia política », op. cit., p. 91.

27Cette lutte d’influence entre Tolède et Badajoz ensanglante Madrid et toute la Marche moyenne. Al-Qādir n’a plus comme solution que de faire appel au roi de Castille Alphonse VI pour qu’il vienne l’aider à récupérer son trône. Al-Qādir va payer très cher ce soutien, remettant au roi de Castille de nombreuses richesses, ainsi que les forteresses de Zorita, de Cantuarias et de Canales30. Harcelé par les rois de Séville et de Saragosse, en butte à l’hostilité de ses sujets, al-Qādir finit par conclure un pacte avec Alphonse VI : il accepte de lui donner Tolède si le roi de Castille l’aide à prendre Valence31.

  • 32 C. Segura Graiño, « El origen islámico de Madrid y las relaciones con los reinos cristianos », op. (...)
  • 33 Ma J. Viguera Molins, Los reinos de taifas y las invasiones magrebíes, op. cit., p. 57-58; E. Cabr (...)

28Alphonse VI s’approche de Tolède dès 1083 et il s’installe à l’automne 1084 dans le palais d’al-Ma’mūn, situé extra-muros ; les Tolédans, ayant appris l’accord passé entre leur souverain et le roi de Castille, se révoltent et organisent la résistance de la ville, tandis qu’al-Ma’mūn reste confiné dans son palais. La rébellion des Tolédans, qui dure pendant tout l’hiver 1084-1085, retarde l’entrée du roi dans la ville32. Alphonse VI obtient la reddition de la ville le 6 mai 1085/10 muḥarram 478 et il s’engage à respecter les vies et les biens des musulmans, ainsi que leur liberté de culte, y compris au sein de la grande-mosquée, clause qui ne fut pas respectée. Comme prévu, al-Qādir part pour Valence, dont le roi vient de mourir et il règne sur cette taifa de 1086 à 109233.

Madrid dans la mouvance d’Alphonse VI : 1085

  • 34 C. Segura Graiño, « A modo de introducción a la historia del Madrid medieval », El Madrid medieval (...)

29Aucune chronique n’ayant consigné la date précise de la conquête de Madrid par le roi de Castille Alphonse VI, l’historiographie a relié l’épisode à la prise de Tolède, en mai 1085, sans pouvoir préciser s’il lui est antérieur ou postérieur, partant de l’idée que la conquête de l’ancienne capitale des Wisigoths va de pair avec le territoire placé sous la juridiction de la ville. La conquête de Madrid peut avoir eu lieu après l’entrée des chrétiens dans Tolède, une fois la révolte des Tolédans matée, mais elle peut avoir eu lieu au moment même de la négociation entre Alphonse VI et al-Qādir, le gouverneur de Madrid ayant pu rendre sa ville sans avoir été informé de la révolte tolédane ; la conquête de Madrid peut ainsi se jouer dès 1083, au moment des campagnes qui préparent la prise de Tolède et des négociations entre Alphonse VI et al-Qādir34.

  • 35 Ibn al-Kardabūs, Kitāb al-iktifā’, A.M. al-`Abbādī (éd.), Revista del Instituto de Estudios Islámi (...)

30Comment les chroniques narrent-elles l’événement ? L’information la plus précise à ce sujet figure chez Ibn al-Kardabūs, chroniqueur d’Ifrīqiya, mort au début du XIIIe siècle : compilateur de notices dont les sources sont souvent gommées, il est en général tenu pour un auteur mineur ; or, il fournit, sur l’histoire de la Péninsule, quelques informations qui ne figurent pas ailleurs, à commencer par celle relative au moment de la conquête de Madrid par le roi de Castille. Il en fait un événement postérieur à la conquête de Tolède : il narre qu’Alphonse VI, après la conquête de Tolède, occupe les territoires des Banū Ḏī-l-Nūn et les villes de Talavera, Guadalajara, Madrid35. Voici ses paroles :

  • 36 Ibid., p. 87.

« Quand le tyran Alphonse – Que Dieu le maudisse ! – s’empara de Tolède, il n’enorgueillit de voir qu’il tenait entre ses mains les rênes d’al-Andalus et il intensifia ses razzias contre tous ses districts (a`māl) jusqu’à s’emparer de toutes les régions (aqṭār) des Banū Ḏī l-Nūn et il les dévasta ; il y avait là quatre-vingt [localités avec mosquée à] minbar, sans compter les habitats qui en dépendaient (al-bunayyāt) et les villages peuplés. Il s’empara de la région, depuis Guadalajara jusqu’à Talavera, ainsi que Faḥṣ al-Lağğ et tous les districts (a`māl) de Santaver36. »

31Les chroniques latines, malgré leur imprécision, semblent indiquer aussi que la conquête de Madrid se place après la chute de Tolède et qu’elle en est la conséquence ; Madrid y est, en effet, évoquée dans une liste de lieux dont Alphonse VI s’empare au moment de la conquête de Tolède, le discours commençant toujours par la mention de la prise de Tolède et se poursuivant par la liste, variable d’un auteur à l’autre, des localités enlevées par le roi castillan ; voici, par exemple, ce qu’écrivent Jiménez de Rada (1170-1247) et Lucas de Tuy (v. 1180/1200-1249) :

  • 37 R. Jiménez de Rada, Historia de rebus hispanie sive historia gothica, J. Fernández Valverde (éd.), (...)

« Dans le royaume de Castille, Alphonse, qui s’était emparé de Tolède, prit aussi Talavera, Maqueda, Santa Olalla et Alfamín ; il ravagea Escalona, s’empara de Madrid (Magerit), de Canales et d’Olmos, de Talamanca, d’Uceda, de Guadalajara, de Hita et d’Alcalá [de Henares], et il dévasta Buitrago37. »

  • 38 Lucas de Tuy, Chronicon Mundi, op. cit., p. 258, livre IV, 70. Magenza n’est pas identifié, comme (...)

« Après s’être rendu auprès d’al-Ma`mūn, le roi Alphonse assiégea la ville de Tolède et, durant sept années, il arracha à celle-ci ses revenus et ses productions. La huitième année, avec l’aide de Dieu, il s’empara de la ville même de Tolède, qui fut la mère et la gloire du royaume des Goths. Après cela, il s’empara de Talavera, Santa Olalla, Maqueda, Alfamín, Argance, Magenza (?), Madrid (Magerit), Olmos, Canales, Calatalifa, Talamanca, Uceda, Guadalajara, Hita, Ribas, Caracuel, Mora, Albende, Consuegra, Uclés, Masatrigo, Coca, Almodóvar [del Campo], Huete. Et, depuis une autre région, il s’empara de Coria, Lisbonne, Sintra et Santarém38. »

32La même architecture du discours se retrouve dans la Primera Crónica General de España, qui compile les précédents ; le chapitre 868, « le chapitre des villes et des localités dont le roi Alphonse s’est emparé après avoir conquis Tolède, selon le récit en latin de l’archevêque Rodrigue » rapporte ceci :

  • 39 Primera Crónica General de España que mandó componer Alfonso el Sabio, op. cit., t. II, p. 539.

« Puis, l’archevêque place ici d’autres notes en latin où il donne la liste des villes et des localités conquises et gagnées par le roi Alphonse avec la conquête de Tolède ; ces notes disent ceci :
“Huic Medina Celim, Talauera, Coymbria plaudat, Abula, Secobia, Salamantica, Publica Septem, Cauria, Colar, Iscar, Medina, Canales, Vlmus et Vlmetum, Magerith, Atencia, Rippa, Oxoma cum Fluuio lapidum, Valeranica, Maura, Escalona, Fita, Consocra, Maqueda, Butracum. Victori sine fine suo modulentur ouantes. Aldeffonse, tui resonent super astra triumphi.”
Ces notes sur les noms et les villes dont le roi Alphonse fit la conquête et que l’archevêque Rodrigue a rapportées en latin veulent dire ceci dans le langage de la Castille : « Il se réjouit de la conquête de Tolède, Medinaceli, Talavera, Coïmbre, Ávila, Segovia, Salamanque, Sepúlveda, Coria, Coca, Cuéllar, Íscar, Medina [del Campo], Canales, Olmos, Olmedo, Madrid (Madrit), Atienza, Ribas, Osma, la rivière des pierres – c’est-à-dire Guadalajara –, Berlanga [de Duero], Mora, Escalona, Hita, Consuegra, Maqueda, Buitrago39. »

  • 40 M. Ríos Saloma, « La Reconquista : una invención historiográfica (siglos XVI-XIX) », Regards crois (...)
  • 41 J. Dicenta y Blanco, La reconquista de Madrid por Alfonso VI : leyenda histórica, Madrid, Imp. De (...)

33La conquête de Madrid est donc un épisode bien discret dans les sources médiévales ; il ne prend du relief que bien plus tard, au XIXe siècle, lorsque se construit l’invention historiographique de la Reconquête, qui vise à bâtir l’identité espagnole en termes nationalistes40 ; au moment où le terme reconquista commence à être largement utilisé dans les publications espagnoles, à partir des années 1850 et en relation avec la politique de conquête du Maroc, paraissent de nombreux textes qui mêlent fiction, histoire et romantisme autour du vieux mythe de la guerre contre l’Islam. C’est dans ce contexte que J. Dicenta y Blanco publie, à Madrid, en 1878, un poème commémoratif intitulé, de manière significative, La reconquista de Madrid por Alfonso VI : leyenda histórica41.

Notes

1 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. 2 : Le califat umaiyade de Cordoue (912-1031), Paris-Leiden, Maisonneuve et Cie-Brill, 1950, p. 291-341 ; Ma J. Viguera Molins, Los reinos de taifas y las invasiones magrebíes, Madrid, Ed. Mapfre, 1992, p. 25-44 et « Historia política », Los reinos de taifas, Al-Andalus en el siglo XI, Ma J. Viguera Molins (dir.), Historia de España Menéndez Pidal, VIII-1, Madrid, Espasa Calpe, 1994, p. 31-37 ; P. Guichard et B. Soravia, Los reinos de taifas, Fragmentación política y esplendor cultural, Málaga, Ed. Sarriá, 2005, 2e éd. 2006, p. 19-40.

2 Sur la taifa de Tolède, voir Ma J. Viguera Molins, Los reinos de taifas y las invasiones magrebíes, op. cit., p. 53-58 et « Historia política », op. cit., p. 86-91.

3 En 1018 pour D. Wasserstein, The Rise and Fall of the Party-Kings, Politics and Society in Islamic Spain, Princeton, Princeton University Press, 1985, p. 96 et Ma J. Viguera Molins, Los reinos de taifas y las invasiones magrebíes, op. cit., p. 54. En 1026 pour P. Guichard et B. Soravia, Los reinos de taifas, Fragmentación política y esplendor cultural, op. cit., p. 169 : les Banū Matyuh gouvernent d’abord la ville, jusqu’en 1012-1013 ; le pouvoir se retrouve ensuite entre les mains d’Ibn Maysara, puis du cadi Muḥammad b. Ya`īš ; en 1026, les Tolédans se soulèvent contre le cadi et ils exécutent le fils de celui-ci, `Abd Allāh b. Ya`īš, successeur présumé de son père.

4 Ma J. Viguera Molins, Los reinos de taifas y las invasiones magrebíes, op. cit., p. 57.

5 M. `A. Makkī, «A propósito de la revolución de `Ubayd Allāh b. al-Mahdī en Madrid», Revista del Instituto Egipcio de Estudios Islámicos en Madrid, 1961-1962 (IX-X), p. 257.

6 Id.

7 Ibid., p. 259.

8 Ibid., p. 260.

9 Ma J. Viguera Molins, Los reinos de taifas y las invasiones magrebíes, op. cit., p. 54.

10 J. J. Alonso, C. Emperador et C. Travesi, Patrimonio histórico-artístico en la confluencia de los ríos Jarama y Henares, Madrid, Iryda, 1988, p. 21-22.

11 C. Segura Graiño, « El origen islámico de Madrid y las relaciones con los reinos cristianos », Testimonios del Madrid medieval : el Madrid musulmán (A. Turina Gómez, S. Quero Castro et A. Pérez Navarro éd.), Madrid, Museo de San Isidro, 2004, p. 33.

12 Id.

13 É. Lévi-Provençal, Le califat umaiyade de Cordoue (912-1031), op. cit., p. 52-53; C. Segura Graiño, «El origen islámico de Madrid y las relaciones con los reinos cristianos», op. cit., p. 33.

14 Lucas de Tuy, Chronicon Mundi, éd. E. Falque, Turnhout, Brepols, 2003, p. 258, livre IV, 31. Il suit bien entendu la coutume, en usage dans la Péninsule ibérique, de compter à partir de l’an de Rome 716 au lieu de la datation ab urbe condita, dont le point de départ est 753.

15 C. González Mínguez, « La multiplicación de los reinos (1035-1072) », Historia de España de la Edad Media, V. Á. Álvarez Palenzuela (coord.), Barcelona, Ariel, 2002, p. 259-260.

16 Ma J. Viguera Molins, Los reinos de taifas y las invasiones magrebíes, op. cit., p. 55; C. González Mínguez, «La multiplicación de los reinos (1035-1072)», op. cit., p. 260; C. Segura Graiño, «El origen islámico de Madrid y las relaciones con los reinos cristianos», op. cit., p. 34.

17 Sur cette opération militaire, voir l’analyse des textes relatifs à cette campagne dans L. Torres Balbás, « Complutum, Qal`at `Abd al-Salam y Alcalá de Henares », Boletín de la Real Academia de la Historia, 1959 (CXLIV), p. 163-164, qui évoque une razzia ayant probablement lieu au cours de l’été 1062. Cette date est traditionnellement retenue par les historiens pour cette campagne comme dans C. González Mínguez, « La multiplicación de los reinos (1035-1072) », op. cit., p. 260.

18 Primera Crónica General de España que mandó componer Alfonso el Sabio y se continuaba bajo Sancho IV en 1289, R. Menéndez-Pidal (éd.), Madrid, Editorial Gredos, 1955, II, p. 488.

19 Lexikon des Mittelalters, München, Artemis-Verl., 1987-1989, vol. 4, col. 2039-2041 : Henri III fait désigner et élire son fils Henri, né en novembre 1050, dès 1053 ; le couronnement a lieu en 1054.

20 Primera Crónica General de España que mandó componer Alfonso el Sabio, op. cit., t. II, p. 489.

21 C. González Mínguez, « La multiplicación de los reinos (1035-1072) », op. cit., p. 261.

22 Ibid., p. 271-272.

23 B. Reilly, « The Rediscovery of Count Pedro Ansúrez », Cross, Crescent and Conversion, Studies on Medieval Spain and Christendom in Memory of Richard Fletcher, S. Barton et P. Linehan (éd.), Leiden-Boston, Brill, 2008, p. 109-126.

24 Ma J. Viguera Molins, Los reinos de taifas y las invasiones magrebíes, op. cit., p. 56 et « Historia política », op. cit., p. 90 ; C. González Mínguez, « La multiplicación de los reinos (1035-1072) », op. cit., p. 272 ; E. Cabrera Muñoz, « La explotación de los reinos de taifas », Historia de España de la Edad Media, V. Á. Álvarez Palenzuela (coord.), op. cit., p. 284-285.

25 Ma J. Viguera Molins, «Historia política», op. cit., p. 91.

26 Ma J. Viguera Molins, Los reinos de taifas y las invasiones magrebíes, op. cit., p. 56-57 et « Historia política », op. cit., p. 90-91.

27 J. A. Pacheco Paniagua, «`Umar al-Mutawakkil ibn al-Afṭas de Badajoz, rey de Toledo: crónica de un poder efímero», Simposio Toledo hispanoárabe (6-8 mayo 1982), Toledo, Colegio Universitario, 1986, p. 61-73 ; Ma J. Viguera Molins, Los reinos de taifas y las invasiones magrebíes, op. cit., p. 57.

28 Ibn Bassām, Ḏaḫīra fī maḥāsin ahl al-Ğazīra, trad. Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », Actas III Jarique de Numismática hispano-árabe (Madrid, dic. 1990), Madrid, Museo Arqueológico Nacional, 1992, p. 22-23. Conquise par Alphonse VI en 485/1092-93, récupérée par les Almoravides, Santarém passe définitivement aux mains des chrétiens en 542/1147-48.

29 Ibid., p. 23-24.

30 Ma J. Viguera Molins, Los reinos de taifas y las invasiones magrebíes, op. cit., p. 57.

31 Ibid., p. 57 et Ma J. Viguera Molins, « Historia política », op. cit., p. 91.

32 C. Segura Graiño, « El origen islámico de Madrid y las relaciones con los reinos cristianos », op. cit., p. 35. Sur les conditions de la prise de la ville, cf. J.-P. Molénat, Campagnes et monts de Tolède du XIIe au XVe siècle, Madrid, Casa de Velázquez, 1997, p. 26-27.

33 Ma J. Viguera Molins, Los reinos de taifas y las invasiones magrebíes, op. cit., p. 57-58; E. Cabrera Muñoz, «La explotación de los reinos de taifas», Historia de España de la Edad Media (V. Á. Álvarez Palenzuela), op. cit., p. 293-295.

34 C. Segura Graiño, « A modo de introducción a la historia del Madrid medieval », El Madrid medieval, Sus tierras y sus hombres, J. C. de Miguel Rodríguez (éd.), Madrid, Asociación Cultural Al-Mudayna, 1990, p. 15 et « El origen islámico de Madrid y las relaciones con los reinos cristianos », op. cit., p. 34-35.

35 Ibn al-Kardabūs, Kitāb al-iktifā’, A.M. al-`Abbādī (éd.), Revista del Instituto de Estudios Islámicos en Madrid, 1965-66 (XIII), p. 85-87.

36 Ibid., p. 87.

37 R. Jiménez de Rada, Historia de rebus hispanie sive historia gothica, J. Fernández Valverde (éd.), Turnholt, Brepols, 1987, III, XI.

38 Lucas de Tuy, Chronicon Mundi, op. cit., p. 258, livre IV, 70. Magenza n’est pas identifié, comme l’indique J. González, Repoblación de Castilla la Nueva, Madrid, Universidad Complutense, 1975, t. I, p. 81.

39 Primera Crónica General de España que mandó componer Alfonso el Sabio, op. cit., t. II, p. 539.

40 M. Ríos Saloma, « La Reconquista : una invención historiográfica (siglos XVI-XIX) », Regards croisés sur la guerre sainte, Guerre, religion et idéologie dans l’espace méditerranéen latin (XIe-XIIIe siècle), Actes du Colloque international tenu à la Casa de Velázquez du 11 au 13 avril 2005, D. Baloup et Ph. Josserand (éd.), Toulouse, CNRS-Université de Toulouse, 2006, p. 413-429. Sur l’idéologie belliciste visant à la restauration de l’Espagne des Goths, voir Th. Deswarte, De la destruction à la restauration : l’idéologie du royaume d’Oviedo-León (VIIIe-XIe s.), Turnhout, Brepols, 2003.

41 J. Dicenta y Blanco, La reconquista de Madrid por Alfonso VI : leyenda histórica, Madrid, Imp. De Tomás Fortanet, 1878.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search