Version classiqueVersion mobile

Madrid

 | 
Christine Mazzoli-Guintard

Troisième partie. Madrid et les autres, d'hier à aujourd'hui

Chapitre VII. Madrid et ses territoires

Texte intégral

  • 1 D. Menjot, « La ville et ses territoires dans l’Occident médiéval : un système spatial. État de la (...)
  • 2 Ibid.

1Les relations entre ville et campagnes au Moyen Âge ont souvent retenu l’intérêt des historiens, d’où l’existence d’une abondante bibliographie sur le sujet, comme le rappelle D. Menjot dans l’état de la question qu’il a récemment dressé sur cette thématique à l’occasion d’un colloque consacré, précisément, à la ville médiévale et à son influence territoriale, colloque organisé à Nájera en juillet 20061. S’il est évident que la ville ne peut se suffire à elle-même et que les campagnes subissent l’influence de la ville, les liens entre ville et campagnes sont multiples et complexes : consommatrice et productrice, la ville s’approvisionne dans un territoire qu’elle contribue à alimenter en produits fabriqués et elle exerce sur ses campagnes des emprises diverses, juridique, politique, foncière, culturelle aussi, le tout définissant un système spatial composé de divers territoires, l’espace périurbain du finage, l’espace de domination économique et sociale de la zone d’approvisionnement en vivres, matériaux de construction et bois de chauffage, l’espace de domination politique de la circonscription territoriale qui dépend de la ville2.

  • 3 C. Trillo San José, « La ciudad y su territorio en el reino de Granada (s. XIII-XVI) », La ciudad (...)

2Les sources que nous pouvons interroger sur les territoires des villes d’al-Andalus ne permettent pas de dresser un panorama aussi complet de l’influence territoriale de la ville : C. Trillo San José, qui a bien étudié le cas de la Grenade naṣride, met en évidence les liens administratifs unissant la ville et son territoire, perception des impôts et exercice de la justice3. À la fin de l’époque naṣride, ces liens débouchent sur une emprise foncière de la ville sur ses campagnes, certains fonctionnaires, membres de l’élite urbaine, ayant acquis des terres dans la Vega. Quant aux relations que Madrid entretient avec ses périphéries, elles ont la complexité des liens existant entre une petite ville et ses territoires : le système spatial de Madrid comprend à la fois un espace périurbain, celui du finage incarné par la Vega du Manzanares, mais aussi le rattachement à l’espace politique d’une ville plus importante, Guadalajara à l’époque omeyyade, Tolède au XIe siècle. Ce sont ces relations entre la petite ville et ses territoires proches et lointains que nous allons dorénavant examiner.

Du territoire nourricier à la Marche moyenne

Le territoire environnant : l’approvisionnement quotidien

  • 4 F. Braudel, L’identité de la France : espace et histoire, Paris, Arthaud-Flammarion, 1986, t. 1, p (...)

3« Ventre colossal » comme la définissait F. Braudel4, toute ville doit, pour survivre et plus encore pour se développer, assurer sa subsistance quotidienne, c’est-à-dire un approvisionnement suffisant en eau, en produits alimentaires, en matériaux de construction et en matières premières travaillées par les artisans. Madrid a résolu la question de l’approvisionnement en eau par la mise en place de qanāwat pour alimenter les noyaux de peuplement établis à l’extérieur de l’enceinte, tandis que l’espace intra-muros se contentait, semble-t-il, de puiser directement dans la nappe par des puits situés dans les cours des maisons.

  • 5 D. Menjot, « La ville et ses territoires dans l’Occident médiéval : un système spatial. État de la (...)
  • 6 Chr. Mazzoli-Guintard, Vivre à Cordoue au Moyen Âge, Solidarités citadines en terre d’Islam (Xe-XI(...)
  • 7 P. Chaves Montoya et al., « Informe mastozoológico del yacimiento de la calle Angosta de los Mance (...)

4Les matières premières travaillées par les artisans madrilènes, l’argile et la laine, proviennent du territoire avoisinant, la petite ville ayant un caractère rural très marqué, maintes fois décrit ; le spectacle quotidien de la ville médiévale de l’Islam ou de la chrétienté ne devait guère différer que par les espèces animales qui y divaguaient : « les villes médiévales, rappelle D. Menjot, sont cernées de pâturages notamment au pied des remparts où paissent les moutons, parcourues par les troupeaux que l’on mène à l’abattoir et encombrées d’animaux de toutes sortes5 ». Souvenons-nous qu’à Cordoue au Xe siècle, les brebis stationnent pour la traite sur le parvis de la mosquée al-Šifā’6 : les moutons, les chèvres, les chevaux et les vaches dont les restes osseux ont été retrouvés dans les silos de la rue Angosta de los Mancebos devaient vivre au contact étroit des Mağrīṭíes, sur un mode plus rural qu’urbain7. Quant aux matériaux de construction, en particulier les pierres ayant servi à ériger la muraille, aucune des études consacrées aux fortifications madrilènes n’a posé la question de leur origine, laissant ainsi à l’écart de la recherche cet aspect des relations ville-campagnes.

  • 8 Dans une étude restée, hélas, inédite : M. Retuerce Velasco et E. Andreu, Memorias e informes de l (...)
  • 9 D. Menjot, « La ville et ses territoires dans l’Occident médiéval : un système spatial. État de la (...)
  • 10 Ibid., p. 459.
  • 11 Id.
  • 12 C’est ce que nous apprend al-Muqaddasī : cité dans Chr. Mazzoli-Guintard, Villes d’al-Andalus, Ren (...)

5C’est sur l’approvisionnement de Madrid en denrées alimentaires que les renseignements sont les plus nombreux, parce que le matériel des silos madrilènes, en particulier ceux découverts Plaza de Oriente, ont fait l’objet d’analyses carpologique, anthracologique et palynologique8. Le postulat théorique sur lequel repose le principe du ravitaillement urbain est simple : « La ville s’approvisionne dans une aire dont la superficie varie en fonction de sa taille, des besoins de la population, des produits demandés et de la richesse des terroirs avoisinants9. » L’application concrète du principe se heurte aux sources, qui « ne permettent d’estimer que très difficilement les flux de produits10 ». Comment, aussi, faire la part entre le poids démographique de la ville et la richesse de son finage ? Les riches huertas de Murcie et de Valence ont suffi à couvrir les besoins des citadins, de par la qualité et la quantité de leurs productions sans doute11, de par aussi leur rang de villes importantes, certes, mais non démesurées ; à l’inverse, la belle Campiña de Cordoue ne suffit pas à nourrir la gigantesque conurbation qui doit faire venir son ravitaillement en grains et en denrées depuis la région de Jaén, soit d’une centaine de kilomètres de la capitale12. La situation de la petite ville apparaît somme toute comme plus simple, dans la mesure où un finage de faible étendue suffit à alimenter une modeste agglomération de quatre hectares.

  • 13 Planche no 12 du Plan de Teixeira publié par M. Molina Campuzano, El plano de Madrid por Texeira e (...)

6Où Madrid puisait-elle son ravitaillement quotidien ? Sur le plan du XVIIe siècle de Teixeira, apparaît une zone cultivée le long du Manzanares, juste en contrebas de la ville : étendue entre la rive gauche du fleuve et le pied du plateau sur lequel Madrid est installé, la plaine est, à l’époque moderne, partagée en deux espaces bien distincts, séparés par la Puente Segoviana et la Tela, espace ouvert, inculte et non urbanisé13 : au nord, le terrain est planté d’arbres soigneusement alignés jusqu’au Manzanares, où des berges abruptes protègent le vaste verger ; au sud, les petits champs de forme carrée ou rectangulaire de la Huerta de la Puente se sont développés à quelque distance de la rive. Le paysage du XVIIe siècle prolonge selon toute vraisemblance celui de l’époque médiévale, de telle sorte que Madrid disposait, à quelques mètres de la porte de la Vega, de zones cultivées la nourrissant.

Figure 20. – Cultures en bordure du Manzanares sur le plan de Teixeira (1656).

  • 14 Pour J. Oliver Asín, le Faḥṣ al-Madīna et le Faḥṣ Mağrīṭ ne font qu’un et désignent le lieu où est (...)
  • 15 Selon A. M. al-`Abbādī, faḥṣ désigne tout lieu habité, peuplé, de montagne ou non, mais obligatoir (...)
  • 16 J. Oliver Asín, «Nuevos apuntes en torno a “Madrid” y al distrito de “Guadalajara”», op. cit., p. (...)
  • 17 R. Fossier (dir.), Histoire de la Picardie, Toulouse, Privat, 1974, p. 123.
  • 18 L. Torres Balbás avait déterminé un nombre moyen d’habitants à l’hectare pour les villes d’al-Anda (...)

7Par ailleurs, un espace un peu plus lointain a pu contribuer à l’approvisionnement de la petite ville : là où se rencontrent le Manzanares et l’Henares, se trouvaient le Faḥṣ al-Madīna et le Faḥṣ Mağrīṭ14. Faḥṣ signifie plaine, champ, voire pâturage selon R. Dozy, et désigne une terre mise en valeur d’un point de vue agricole15. Faḥṣ al-Madīna subsiste aujourd’hui dans la toponymie sous la forme Salmedina, tandis que Faḥṣ Mağrīṭ est devenu Vaciamadrid, reflet d’une évolution fréquente dans la toponymie espagnole, d’après J. Oliver Asín, celle qui mène de Faḥṣ à Vacia16. Le Faḥṣ Mağrīṭ, et le Faḥṣ al-Madīna qui le jouxte, se trouvent à quelque quinze kilomètres au sud-est de la ville, distance raisonnable pour un espace qui contribue au ravitaillement de Madrid ; en effet, pour les terres riches de la Picardie au XIIIe siècle, une ville de 20 000 habitants avait besoin de puiser dans un rayon de 15 à 18 km autour d’elle17. Une petite ville comme Madrid, sans doute quinze fois moins peuplée18, n’a certes pas besoin d’un espace aussi élargi autour d’elle et son finage, outre les rives du Manzanares, ne paraît s’étendre qu’en direction du sud-est de la ville ; la situation bien documentée de la Picardie offre simplement un intéressant point de comparaison quant à la distance à parcourir pour le ravitaillement d’une ville médiévale. Que produisait donc le finage de Madrid ?

Figure 21. – Le finage de Mağrīṭ.

  • 19 Sur le climat, l’environnement et les ressources agricoles de Madrid, cf. M. Retuerce Velasco, « T (...)

8Au Moyen Âge, Madrid bénéficiait d’un climat méditerranéen, aux hivers frais et aux étés chauds, avec une certaine humidité impliquant des températures plus basses et des indices de pluviosité plus marqués qu’aujourd’hui19. L’analyse des pollens atteste la présence, autour de la petite ville, de forêts, de pâturages et de cultures. Les formations boisées comprenaient une grande variété d’arbres, en particulier de chênes, chênes verts, rouvres, chênes-lièges, mais y étaient aussi représentés le genévrier, le châtaignier, le tilleul, le bouleau, l’aulne, le frêne, l’orme, le saule et le peuplier. L’absence de pins, en revanche, est exceptionnelle dans un diagramme de pollens : M. Retuerce la met en relation avec une utilisation massive du bois des conifères et une déforestation sélective, antérieure à l’étape andalusí.

  • 20 P. Chaves Montoya et al., « Informe mastozoológico del yacimiento de la calle Angosta de los Mance (...)

9En bordure des zones cultivées, poussaient des noyers, des noisetiers et des arbres fruitiers, pruniers, pommiers, cerisiers, figuiers ; la vigne est également cultivée. La présence de graminées et de plantes nitrophiles indique la pratique d’activités d’élevage ou de transhumance de troupeaux ; l’étude archéozoologique des restes osseux apparus dans les silos de la Calle Angosta de los Mancebos montre que les espèces les plus consommées sont le lapin et le mouton, suivis de la vache et de la chèvre20. Enfin, l’analyse palynologique atteste l’existence de potagers où étaient cultivés l’ail, les choux, les navets, les fèves ; quant aux céréales, si les campagnes madrilènes produisaient de l’orge, en revanche l’absence totale du blé est étonnante.

Le territoire administratif : de la cora de Guadalajara à la mamlaka de Tolède

Les données textuelles

  • 21 Al-Rāzī, « La description de l’Espagne d’Aḥmad al-Rāzī. Essai de reconstitution de l’original arab (...)

10Les géographes arabes inscrivent Madrid dans trois territoires différents, celui de Guadalajara, celui de la Montagne (al-Šārāt) et celui de Tolède ; il faut revenir à leurs notices pour comprendre comment elles s’articulent, en particulier dans le temps, et pour saisir à quel territoire administratif Madrid appartient. Pour le Cordouan al-Rāzī, qui rédige au Xe siècle une très précieuse description d’al-Andalus, Madrid se trouve dans le district de Guadalajara21 :

« Du district de Guadalajara. La ville d’al-Farağ (Madīnat al-Farağ), qu’on appelle aujourd’hui Guadalajara, se trouve au nord-est de Cordoue, sur un cours d’eau appelé le Wādī ḥiğāra. […] Il y a sur son territoire beaucoup de châteaux et de villes, ainsi le château de Madrid. Un autre château est celui de Castejón (de Henares). Un autre encore est celui qu’on appelle Atienza et qui est le plus fort du district. »

  • 22 Yāqūt, « La España musulmana en la obra de Yāqūt (s. XII-XIII). Repertorio enciclopédico de ciudad (...)

11Le même renseignement figure chez un géographe oriental du XIIIe siècle, Yāqūt, dont les informations sur al-Andalus sont parfois confuses ; il consacre ainsi deux entrées à Madrid, avec deux graphies distinctes, Mağrīṭ et Maḥrīṭ. Sur Maḥrīṭ, il écrit : « C’est une ville (madīna) dans [le district de] Guadalajara. Muḥammad [I] la fit construire22. » Enfin, le Ḏikr, ouvrage anonyme rédigé au Maghreb entre 1344 et 1489, place Madrid dans la cora de Guadalajara :

  • 23 Ḏikr bilād al-Andalus, Una descripción anónima de al-Andalus, L. Molina (éd. et trad.), Madrid, CS (...)

« Madīnat al-Farağ se trouve au nord-est de Cordoue et à l’est de Tolède, dont elle est distante de 70 milles. Sous sa juridiction se trouvent de nombreuses villes et châteaux, comme les villes de Madrid, Talamanca, Maqueda, Anīša et Būğa23. »

  • 24 Pour Ibn Faḍl Allāh al-`Umarī, al-Šārāt désigne la chaîne de montagnes étendue de Medinaceli à Coï (...)
  • 25 Al-Idrīsī, Opus geographicum, fasc. 5, E. Cerulli, F. Gabrielli, G. Levi della Vida, L. Petech, G. (...)

12Dans la première moitié du XIIe siècle, énumérant les provinces et districts d’al-Andalus dans sa Nuzhat al-muštāq, al-Idrīsī place Madrid dans la province (al-iqlīm) de la Montagne, al-Šārāt, terme employé par certains géographes pour désigner le Système Central24 : « Dans la province de la Montagne, se trouvent Talavera, Tolède, Madrid, Alfamín, Guadalajara, Uclés et Huete25. » Quelques pages plus loin, décrivant les localités d’al-Andalus le long des itinéraires qui traversent la Péninsule, il évoque Madrid comme une localité qui dépend de Tolède :

  • 26 Al-Idrīsī, Opus geographicum, op. cit., no 82. Les traductions les plus récentes de ce passage ren (...)

« On trouve également dans les montagnes de Tolède des mines de cuivre et de fer. Parmi les localités à minbar (min al-manābir) de cette ville et au pied de cette montagne, se trouve Madrid, petite ville et forteresse solide qui est bien peuplée. Du temps de l’Islam, elle avait une mosquée du vendredi où l’on disait toujours la ḫuṭba26. »

13Ce rattachement de Madrid à Tolède se retrouve dans presque tous les œuvres géographiques postérieures à celle d’al-Idrīsī.

  • 27 Ma J. Viguera Molins, « Castillos en textos andalusíes », V Estudios de Frontera, Funciones de la (...)
  • 28 Ibn Sa’īd, Al-Muġrib fī hulā al-Maġrib, Šawqī Ḍayf (éd.), Le Caire, 1953-1955, t. II, p. 7-8, 26, (...)

14L’anthologie composée au XIIIe siècle par Ibn Sa`īd (Alcalá la Real, 1214/610-Tunis, 1286/685) est à la fois un recueil de morceaux choisis et une évocation géographique d’al-Andalus, puisque les auteurs et leurs vers sont insérés dans un découpage de la Péninsule en royaumes. Celui-ci doit beaucoup aux notices rassemblées en 1135 par un auteur de Guadalajara, dont Ibn Sa`īd s’inspire27. Madrid est incluse dans le royaume (mamlaka) de Tolède qui comprend un certain nombre de localités dites madīna, terme désignant tout à la fois la ville et le territoire qui en dépend ; il s’agit de Tolède, de Talavera, de Guadalajara, de Talamanca, de Madrid et de Maqueda (cette dernière étant à la fois madīna et qarya)28. Calatrava, qui n’est pas qualifiée de madīna, mais de ma`qil et de qal`a, termes appartenant au champ sémantique de la forteresse, se trouve également dans la mamlaka de Tolède.

  • 29 Al-Ḥimyarī, La péninsule ibérique au Moyen Âge d’après le Kitāb ar-Rawḍ al-mi`ṭār, trad. É. Lévi-P (...)
  • 30 Ḏikr bilā d al-Andalus, op. cit., texte p. 40-41, trad. p. 56. Sur l’auteur et ses sources, voir l (...)

15Al-Ḥimyarī, lettré du Maghreb de la fin du XIIIe siècle, s’inspire d’al-Idrīsī pour présenter Madrid, « petite ville et place-forte bien défendue. À l’époque où elle était musulmane, elle était pourvue d’une mosquée du vendredi où l’on faisait régulièrement la ḫuṭba. Cette ville se trouve à proximité (bi-maqruba) de Tolède29 ». L’auteur anonyme du Ḏikr évoque Madrid à deux reprises, dans le paragraphe consacré à la cora de Guadalajara, mais aussi dans celui dédié à la ville de Tolède et à ses districts ; Madrid se retrouve ainsi parmi les dépendances de Tolède : « Dans le territoire (al-ḥawz) de Tolède, se trouve la ville de Madrid, d’importance moyenne, mais très bien fortifiée ; elle fut fondée par Muḥammad [I]30. »

  • 31 Al-Waṭwāṭ, trad. E. Fagnan, Extraits inédits relatifs au Maghreb, Alger, s.a., p. 63, cité dans Ma(...)
  • 32 Al-`Umarī, trad. E. Fagnan, Extraits inédits relatifs au Maghreb, op. cit., p. 93, cité dans Ma J. (...)

16Madrid figure aussi parmi les districts de Tolède chez l’Oriental al-Waṭwāṭ (m. 1318/718) ; il les énumère ainsi : « Talavera, située sur [le Tage], Oreto, Los Pedroches [Faḥṣ al-Ballūṭ], avec de nombreuses enclaves de population berbère, le Mont des Barānis, vaste district dont la capitale est Constantina del Hierro (Firrīğ), avec des mines de mercure et de minium dans la montagne, Talamanca, Salamanque, Magán, dont le territoire fournit de la saponaire qui est exportée partout, Madrid, Guadalajara, sur le Wādī l-Ḥiğāra, dont elle tire son nom, Akšuniya (?), Ávila, Ségovie31. » Un peu plus tard dans le XIVe siècle, al-`Umarī place Madrid dans le territoire de Tolède, en copiant fidèlement al-Idrīsī : « On trouve également dans les montagnes de Tolède des mines de cuivre et de fer. Parmi les dépendances de cette ville, se trouve Madrid, petite ville fortifiée, pourvue d’une forteresse ; du temps de l’Islam, elle avait une mosquée du vendredi où l’on disait toujours la ḫuṭba32. »

Les transformations du territoire administratif

  • 33 L’original arabe, perdu, a été traduit en portugais entre le dernier quart du XIIIe siècle et le p (...)

17Que les interférences entre ces textes soient évidentes est une chose ; démêler le fil de l’intertextualité en est une autre. Le suivre permet de remonter à l’époque omeyyade, où la petite ville de Madrid se trouve incluse dans la cora de Guadalajara, avant d’être rattachée à Tolède, vraisemblablement à partir de la mise en place de la taifa, au XIe siècle. L’information qui place Madrid dans le district de Guadalajara provient d’al-Rāzī, auteur particulièrement bien informé sur la Péninsule à l’époque omeyyade ; que l’auteur anonyme du Ḏikr en ait conservé la mémoire est particulièrement intéressant, car il nous a transmis la terminologie relative au district, kūra, typique certes de l’époque omeyyade, mais perdue dans les traductions successives subies par le texte d’al-Rāzī33.

  • 34 J. Oliver Asín, « Nuevos apuntes en torno a “Madrid” y al distrito de “Guadalajara” », op. cit., p (...)
  • 35 J. Oliver Asín, «Nuevos apuntes en torno a ‘Madrid’ y al distrito de “Guadalajara”», op. cit., p. (...)
  • 36 J. Oliver Asín, « El Madrid árabe y el nombre de la villa (nuevos aspectos) », conferencia pronunc (...)

18La kūra de Guadalajara, comme le rappelle J. Oliver Asín, fut l’une des plus vastes de la Péninsule34 : au nord et à l’ouest, elle est limitée par la Cordillère centrale ; au sud, elle touche le district de Tolède et atteint peut-être le Tage ; à l’est, elle butte sur le district de Medinaceli. Au total, le district de Guadalajara « comprenait l’actuelle province de Guadalajara, celle de Madrid et une partie de celle de Tolède35 ». Pour J. Oliver Asín, deux traits caractérisent la kūra de Guadalajara36 : il s’agit d’un district militarisé, situé dans une région en permanence sur le pied de guerre face au Léon et à la Castille, la toponymie comportant un nombre important de noms dérivés de qal`a (forteresse), burğ (tour), qaṣr (château), etc. Par ailleurs, ce district est une zone très peuplée, en particulier de Berbères, et densément mise en valeur d’un point de vue agricole.

19En revanche, une question reste posée : que signifie le rattachement de Madrid à la kūra de Guadalajara ? Autrement dit, quels sont les liens qui unissent l’administration de Madrid et celle de Guadalajara ? En effet, Madrid omeyyade est gérée par un gouverneur, le `āmil, et un cadi y rend la justice : être placée dans le district de Guadalajara sous-entend pour Madrid un lien de dépendance par rapport à cette ville, lien dont on ignore tout ; il faut se borner à supposer que les agents de l’administration madrilène doivent rendre des comptes de leur gestion fiscale et militaire à ceux de Guadalajara, qui apparaissent dès lors comme des intermédiaires entre eux et l’État omeyyade.

  • 37 Dans un passage inspiré d’al-Rāzī, le Ḏikr (texte p. 50, trad. p. 65) place Madrid dans le distric (...)

20L’information qui place Madrid dans le district de Guadalajara puise donc dans un fonds ancien, remontant au Xe siècle ; elle sombre dans l’oubli et, à partir d’al-Idrīsī, Madrid sera toujours rattachée à Tolède, exception faite de Yāqūt qui se fait encore l’écho au XIIIe siècle de cette ancienne appartenance37. Al-Idrīsī apparaît, en quelque sorte, comme l’auteur de la transition, d’une transition par ailleurs graduelle : premier auteur à placer Madrid dans le territoire de Tolède, il situe à la fois Madrid, Tolède et Guadalajara dans l’iqlīm d’al-Šārāt et Madrid dans le territoire (min al-manābir) de Tolède. Selon R. Dozy, iqlīm désigne un district, une étendue de juridiction, une province et, chez al-Idrīsī, l’iqlīm a remplacé la kūra, c’est-à-dire qu’al-Andalus est partagé en une vingtaine de districts généralement dits iqlīm, à l’exception de deux d’entre eux, toujours appelés kūra ; cette division d’al-Andalus n’a pas de postérité, aucune œuvre ne la reproduisant.

  • 38 Sur ce chroniqueur, voir J. Abellán Pérez, « Ibn al-Kardabūs, Abū Marwān », Biblioteca de al-Andal (...)
  • 39 Ibn al-Kardabūs, Kitāb al-iktifā’, A. M. al-`Abbādī (éd.), op. cit., p. 87.
  • 40 Id., note 1.

21En revanche, l’inscription de Madrid dans le territoire de Tolède sera reprise par les auteurs postérieurs à al-Idrīsī, sous une terminologie diverse : si al-Idrīsī fait de Madrid l’un des manābir de Tolède, Ibn Sa`īd inclut Madrid dans la mamlaka (le royaume) de Tolède et, pour le Ḏikr, Madrid fait partie du ḥawz de Tolède, c’est-à-dire du territoire de la ville, de son confinium, de sa juridiction territoriale selon R. Dozy. Mais c’est Ibn al-Kardabūs qui fournit la donnée la plus intéressante quant aux liens unissant Madrid et Tolède : ce savant, mort en Ifrīqiya au début du XIIIe siècle, est sans doute d’origine andalusí à en suivre l’hypothèse qui fait de son nasab une déformation de la forme hispanique d’al-Qurṭubī ; il est l’auteur d’une histoire des califes, dans laquelle est résumée l’histoire d’al-Andalus, depuis la conquête jusqu’au temps de l’Almohade Abū Yūsuf Ya`qūb al-Manṣūr38. À propos de la prise de Tolède et de ses territoires par Alphonse VI, il écrit que le roi s’empare de toutes les régions des Banū Ḏī l-Nūn : « Il y avait là quatre-vingt minbar/s, sans compter les habitats qui en dépendaient (al-bunayyāt) et les villages peuplés39. » A. M. al-`Abbādī suit R. Dozy dans son explication du terme al-bunayyāt40 : le mot désigne des « habitats-filles », par opposition aux villes importantes, dites ummahāt ; il s’agit de localités secondaires, d’habitats qui dépendent d’une agglomération plus importante.

  • 41 Fatwā d’Ibn Rušd, cadi de Cordoue, mort en 1126/520, compilée dans al-Wanšarīsī, Histoire et socié (...)

22Par quel type de filiation ces formes d’habitat sont-elles liées ? Selon toute vraisemblance, la relation qu’elles entretiennent est contenue dans le premier terme, celui de minbar : au premier niveau de la hiérarchie se trouve la ville à minbar, où un ḫāṭib prononce la harangue chaque vendredi ; en dessous, et dans la dépendance de la précédente, se trouve l’habitat dépourvu de mosquée à minbar. Ses habitants sont vraisemblablement amenés à se rendre dans l’agglomération-mère chaque vendredi, ainsi que pour célébrer les deux fêtes rituelles de l’islam et lors d’occasions exceptionnelles, comme une sécheresse qui oblige les fidèles à prier ensemble pour la pluie. Que Madrid soit pourvue d’un masğid ğāmi` wa ḫuṭba et soit un minbar de Tolède peut signifier que la ville est le pôle structurant d’un territoire où accourent les populations des alentours chaque vendredi pour faire la prière et écouter la ḫuṭba, à l’image d’une localité de la vallée du Guadalquivir où viennent les musulmans de quatorze villages environnants faire la prière du vendredi, au début du XIIe siècle41.

23Il n’est d’ailleurs pas impossible que la différence entre ville à minbar et localité sans chaire se répercute sur le plan judiciaire : un texte anonyme du début du XIIIe siècle évoque les 3 000 villages qui entourent Cordoue et qui possèdent chacun

  • 42 « Descripción nueva de Córdoba musulmana. Traducción y notas », par F. Castelló Moxó, Anuario de F (...)

« un minbar ou pupitre [sur lequel prêche] un muqallas ou faqīh conseiller avec décision juridique dans les lois ou sentences [...] Ces muqallasūn qui vivent dans les villages [...] vont à Cordoue le vendredi et prient avec les califes, les saluent et les informent de ce qui se passe dans leur région42 ».

24Quoi qu’il en soit, et à en suivre al-Idrīsī et Ibn al-Kardabūs, Madrid est une ville pourvue d’une mosquée à minbar, dont l’étendue du district religieux court jusqu’à rejoindre celui d’Alfamín, localité dotée elle aussi d’une mosquée à minbar et située à une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest de Madrid.

25À quel moment se situe le rattachement de Madrid à Tolède ? Il paraît tardif, puisque le premier à l’évoquer, al-Idrīsī, le fait de manière somme toute hésitante, ce qui reflète la diversité des sources dans lesquelles il puise pour rédiger sa description d’al-Andalus depuis Palerme : il place Madrid dans le territoire de Tolède et dans le district d’al-Šārāt, auquel Tolède appartient aussi. Il n’est donc pas impossible que le rattachement de Madrid à Tolède n’intervienne qu’au XIe siècle, dans le cadre de la taifa de Tolède, et non à l’époque omeyyade.

26Plusieurs arguments plaident en faveur de cette hypothèse : le paragraphe dans lequel al-Idrīsī situe Madrid dans le territoire tolédan renvoie à une période relativement proche de la rédaction de l’œuvre, la description de Madrid et d’Alfamín s’achevant par une allusion à la conquête de la région par Alphonse VI. De plus, si l’historiographie a longtemps vu dans Tolède la capitale de la Marche moyenne des temps omeyyades, l’idée a été contestée par E. Manzano, qui argue du fait qu’un émir cordouan ne peut faire d’une ville rebelle la capitale d’une zone de frontière :

  • 43 E. Manzano Moreno, La frontera de al-Andalus en época de los Omeyas, Madrid, CSIC, 1991, p. 165.

« Il est difficile de penser qu’avant l’époque califale Tolède ait pu être la capitale d’une frontière quelconque, dans la mesure où l’ancien centre du royaume wisigoth constituait alors lui-même une “frontière” face à l’autorité cordouane43. »

  • 44 Sur la restauration de Medinaceli et son élévation au rang de capitale de la zone orientale de la (...)
  • 45 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. 3 : le siècle du califat de Cordoue, Paris, (...)

27Avant la soumission définitive de 932, Tolède ne peut donc être la capitale de la Marche moyenne ; elle le devient peut-être vers 946-947, au moment où le calife restaure Medinaceli pour en faire la capitale de la zone orientale de la Marche moyenne (al-ṯaġr al-awsaṭ al-šarqī), donnant le sentiment d’une réorganisation de cette zone frontière44. L’épisode avait d’ailleurs été interprété par É. Lévi-Provençal comme l’élévation de Medinaceli au rang de quartier général de l’ensemble de la Marche moyenne45. Enfin, le rattachement de Madrid au territoire de Tolède aurait impliqué, pour la kūra de Guadalajara, l’amputation d’une bonne partie de son territoire ; or, le district de Guadalajara est confié par le calife à un grand notable arabe, Sa`īd b. Munḏir al-Qurašī, en 920-921, signe de l’importance de cette kūra.

28Aucun indice ne permettant de rattacher Madrid au territoire de Tolède à l’époque omeyyade, il paraît donc vraisemblable que ce lien ne se mette en place qu’avec la taifa du XIe siècle. C’est donc sans doute de cette période que date la structuration de la taifa en districts religieux, donnée d’autant plus précieuse que nous ignorons tout de l’organisation territoriale des royaumes du XIe siècle : à en suivre Ibn al-Kardabūs, en dessous de la capitale, Tolède, se trouvent 80 villes dotées d’une mosquée du vendredi où la ḫuṭba est régulièrement prononcée, dont Madrid ; de ces villes dépendent des localités dépourvues de mosquée à minbar, c’est-à-dire que les villes à mosquée où la ḫuṭba est prononcée apparaissent comme des centres de district religieux, voire judiciaire, pour le territoire qui les entoure.

Le territoire militaire : al-ṭaġr al-awsaṭ, la Marche moyenne

29Des sources, qu’elles soient textuelles ou archéologiques, se dégagent la même image, celle de Madrid située sur une lisière, sur une limite où se termine un territoire, celui d’al-Andalus. Mais le sens à donner à cet emplacement extrême, de borne qui, une fois dépassée, fait entrer dans l’espace de l’Autre, a donné lieu à des interprétations divergentes.

30Dans le tableau qu’il brosse du district de Guadalajara, al-Rāzī évoque ainsi l’un de ses points fortifiés, Atienza :

  • 46 Al-Rāzī, « La description de l’Espagne d’Aḥmad al-Rāzī », op. cit., p. 81.

« Quand les musulmans conquirent l’Espagne, ils firent de ce château une sentinelle (atalaya) contre les chrétiens d’au-delà de la frontière, afin de se protéger contre eux. Son territoire [de Guadalajara] est limité par la chaîne de montagnes qui sépare les deux Espagnes46. »

  • 47 Al-Ḥimyarī, Kitāb al-Rawḍ al-mi`ṭār, op. cit., p. 179 ; J. Rodríguez Morales et F. Sáez Lara, « La (...)

31Madrid se trouve à une cinquantaine de kilomètres à l’est du pont de Māqida ou de Yāqū qui marque la limite extrême du territoire musulman selon le compilateur tardif al-Ḥimyarī ; Māqida a récemment été identifiée à l’actuelle Valdemaqueda47.

  • 48 L. Caballero Zoreda et A. Mateo Sagasta, « El grupo de atalayas de la sierra de Madrid », Madrid d (...)
  • 49 Ibid., p. 55 et p. 81. Torrelaguna a peut-être aussi pour origine une tour de surveillance, dont i (...)

32Sur cette limite géographique entre deux espaces, celui de l’Islam et celui de la chrétienté, les Omeyyades ont mis en place des structures fortifiées, tours de surveillance et forteresses. Le réseau des tours de surveillance de la région madrilène a été bien étudié48 : il s’agit de tours de pierre cylindriques, situées à une altitude comprise entre 800 m et 1 000 m ; leur porte d’entrée se trouve en hauteur, à environ deux mètres au-dessus du niveau du sol, l’accès se faisant par une échelle mobile. Les tours qui subsistent aujourd’hui, vestiges sans doute d’un ensemble fortifié plus important, se répartissent en deux groupes : le plus septentrional, avec les tours d’El Vellón, d’Arrebatacapas, de Venturada, d’El Berrueco et d’El Molar, se trouve au nord de Talamanca, dans la vallée du Jarama ; au nord-ouest de Madrid, les tours d’Hoyo de Manzanares et de Torrelodones sont placées en amont de Calatalifa, dans la vallée du Manzanares49.

  • 50 L. Caballero Zoreda et A. Mateo Sagasta, « El grupo de atalayas de la sierra de Madrid », op. cit. (...)

33La tour d’Arrebatacapas est la mieux conservée de toutes, avec ses six mètres de diamètre, ses onze mètres de hauteur et ses quatre étages intérieurs. Les analyses au carbone 14 ont permis de dater la construction du milieu du Xe siècle et de la mettre en relation avec la politique d’organisation de la frontière mise en œuvre par `Abd al-Raḥmān III50. Ces tours constituent un ensemble homogène, avec une uniformité de construction qui se note aussi dans le même emploi d’une maçonnerie régulière, parfois en arêtes de poisson ; elles permettent de communiquer de l’une à l’autre et, par conséquent, de contrôler la route qui descend du col de Somosierra.

Figure 22. – La tour d’Arrebatacapas (cliché Cl. Guintard, avril 2008).

  • 51 Id. : Alcalá, Talamanca, Madrid, Calatalifa, Olmos, Canales, Zorita ; J. Oliver Asín, « Nuevos apu (...)
  • 52 J. Oliver Asín, « Nuevos apuntes en torno a “Madrid” y al distrito de “Guadalajara” », op. cit., p (...)
  • 53 J. Oliver Asín, «Nuevos apuntes en torno a “Madrid” y al distrito de “Guadalajara”», op. cit., p. (...)
  • 54 Ibid., p. 213, note 13 : soit au nord-est de Casarrubios.
  • 55 D. Pérez Vicente, « Excavaciones arqueológicas en Calatalifa », Madrid del siglo IX al XI, op. cit (...)
  • 56 J. Zozaya, « Excavaciones en la fortaleza islámica de Qal`at `Abd al-Salam (Alcalá de Henares, Mad (...)
  • 57 S. Martínez Lillo, Arquitectura militar andalusí en la Marca Media, El caso de Ṭalabīra, Talavera (...)
  • 58 S. Martínez Lillo, «El poblado fortificado de Olmos (Walmus)», Madrid del siglo IX al XI, op. cit. (...)

34Dans le district de Guadalajara, l’espace qui « sépare les deux Espagnes », pour reprendre l’image d’al-Rāzī, est hérissé non seulement de tours de surveillance, mais aussi de lieux habités en permanence et fortifiés, comme notre petite ville de Madrid. Les historiens qui ont étudié la défense de cette frontière ont établi des listes d’agglomérations fortifiées par les Omeyyades sur la Marche moyenne ; elles diffèrent d’un auteur à l’autre, tout simplement car l’espace envisagé est à géométrie variable vers le nord-est et le sud-ouest, mais les toponymes suivants reviennent régulièrement : Esteras, Alcalá de Henares, Talamanca, Calatalifa, Olmos, Canales, Peñahora, Talavera, Alfamín, Escalona, Maqueda, Huecas et Zorita51. Certaines de ces localités conservent toujours quelques vestiges de leurs fortifications, comme Alfamín, Maqueda, Talamanca52, mais aussi Peñahora, dont les ruines de la forteresse se trouvent au nord de Guadalajara, à la confluence de l’Henares et du Sorbe53. Calatalifa, qui a totalement disparu et que J. Oliver Asín suggérait de placer du côté de Batres, au sud-ouest de Madrid et sur la rive gauche du Guadarrama54, a fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles qui ont mis au jour une partie de son système défensif55. D’autres fortifications encore ont fait l’objet de monographies soignées, Alcalá de Henares56 ou Talavera, à laquelle S. Martínez Lillo a consacré une belle étude57, tout comme il a fait une mise au point sur le site d’Olmos, à la suite des travaux de terrain des années 1983 et 198458.

  • 59 J. Oliver Asín, «El Madrid árabe y el nombre de la villa (nuevos aspectos)», op. cit., p. 188.
  • 60 E. Manzano Moreno, La frontera de al-Andalus en época de los Omeyas, op. cit., p. 380-383.

35Madrid, dans la kūra de Guadalajara, se trouve ainsi insérée dans un espace géographique comprenant un impressionnant réseau de fortifications, tours de surveillance et petites agglomérations fortifiées, qui semble donner raison à l’étymologie proposée par J. Oliver Asín pour Guadalajara : Wādī al-ḥiğāra « ne signifie pas “Rivière des pierres” comme tout le monde le répète depuis toujours, mais “Rivière ou vallée des châteaux”, puisque ḥiğāra est le pluriel de ḥağar, “pierre ou rocher”, mot qui a été utilisé avec le sens de “château”59 ». Cet espace géographique correspond à ce que les textes arabes désignent par al-ṯaġr al-awsaṭ, Marche moyenne, espace dont les limites restent à préciser, espace dont la nature reste à déterminer. La Marche moyenne est en général définie par un centre, Tolède, dont on s’accorde aujourd’hui à reconnaître, à la suite des travaux d’E. Manzano, qu’elle n’a pas pu être la capitale du ṯaġr al-awsaṭ avant sa soumission à Cordoue, en 932, voire qu’il n’est pas possible de parler de capitales pour la frontière. Quant à la notion de ṯaġr, le signifié du terme nous échappe encore, car nous connaissons mal la division territoriale d’al-Andalus et les modalités concrètes de l’administration des provinces, comme E. Manzano le rappelle60 : l’opposition entre une kūra pourvue d’une administration civile et un ṯaġr doté d’un gouvernement militaire doit être dépassée ; bien meilleure est l’idée, développée par L. Molina et Ma L. Ávila, que la kūra est liée directement à Cordoue, tandis que la Marche est dotée d’un gouverneur qui supervise tous les districts et sert d’intermédiaire avec la capitale.

  • 61 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabas (V), P. Chalmeta, F. Corriente et M. Ṣubḥ (éd.), Madrid, Instituto Hispano (...)

36En somme, conclut E. Manzano, la notion de Marche administrative paraît tardive et le terme al-ṯaġr semble avoir surtout eu un signifié géographique. Celui-ci a pu s’appliquer à de vastes espaces, comme la Marche moyenne, mais aussi à des régions de plus modestes dimensions, comme la Marche de Madrid (ṯaġr Mağrīṭ) dotée d’un gouverneur au milieu des années 93061.

  • 62 J. Vallvé Bermejo, « La frontera de Toledo en el siglo X », Simposio Toledo hispanoárabe (6-8 mayo (...)
  • 63 E. Manzano Moreno, «Madrid en la frontera omeya de Toledo», op. cit., p. 125-126.
  • 64 J. A. Gutiérrez González, « Características de las fortificaciones del Reino de León en la alta y (...)

37Pour quels motifs le ṯaġr de Madrid, et plus largement le ṯaġr al-awsaṭ, aux confins d’al-Andalus et du royaume asturo-léonais, a-t-il été hérissé de fortifications ? L’hypothèse d’un ṯaġr définissant une frontière intérieure de l’État omeyyade a été retenue par les historiens depuis le milieu des années 198062 : il s’agissait, pour Cordoue, de créer un cordon sanitaire autour de la rebelle Tolède, en particulier pour l’isoler du royaume de León et des éventuels secours qu’il pouvait apporter aux Tolédans. « L’émir Muḥammad, note E. Manzano, jugea nécessaire de se mettre à fortifier des châteaux dans le but d’établir une frontière intérieure contre les Tolédans, après la bataille du Guazalete (854/240) », où le comte de Bierzo s’était uni aux forces de Tolède63. La fortification du ṯaġr sous l’émirat n’est donc pas destinée à se protéger des chrétiens, installés somme toute bien loin au nord et dont la présence ne sera pas ressentie comme une menace avant la deuxième décennie du Xe siècle64.

  • 65 L. Caballero Zoreda et A. Mateo Sagasta, « El grupo de atalayas de la sierra de Madrid », op. cit. (...)
  • 66 J. Zozaya Stabel-Hansen, « Asentamientos islámicos en la región de Madrid », op. cit., p. 48.
  • 67 I. Martín Viso, «Espacio y poder en los territorios serranos de la Región de Madrid (siglos X-XIII (...)

38L’hypothèse d’un ṯaġr dont les fortifications sont tournées vers l’intérieur de l’État omeyyade est également défendue par L. Caballero Zoreda et A. Mateo Sagasta qui voient dans l’implantation des tours de surveillance le résultat d’une décision initiale d’exploiter un territoire, la concrétisation d’une volonté de « “colonisation” d’enclaves économiquement rentables65 ». La première forme d’occupation de la région, comme le rappelle J. Zozaya, consiste en effet en une mise en valeur des terres66. I. Martín Viso va plus loin encore dans cette conception d’une frontière intérieure : le but poursuivi par l’État omeyyade, en fortifiant le ṯaġr, consiste à « dominer un espace qui était resté jusque-là hors du contrôle de l’autorité centrale […], à s’approprier la périphérie mal dominée de l’espace67 ».

  • 68 Sur cette hypothèse, J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit. ; M. `A. Makkī, El Madri (...)
  • 69 J. Rodríguez Morales et F. Sáez Lara, « Las atalayas entre Talavera y Talamanca : ¿un limes de épo (...)

39L’hypothèse, plus ancienne, d’un ṯaġr fortifié pour protéger les confins d’al-Andalus face aux chrétiens68 a été récemment renouvelée par J. Rodríguez Morales et F. Sáez Lara qui voient dans les tours de surveillance de la région madrilène un limes qui offre une grande continuité avec les structures héritées de l’Antiquité ; à l’époque romaine, les limites des divisions administratives passent non par la ligne de crête, mais par les contreforts méridionaux de la Cordillère centrale69. À l’époque islamique, Cordoue réutilise cette limite, en fondant quelques villes supplémentaires pour créer une ligne de défense et isoler Tolède du nord ; mais surtout,

  • 70 Ibid., p. 491.

« à partir de la seconde moitié du IXe siècle, le premier objectif [des Omeyyades] devient l’établissement d’une arrière-garde frontalière à partir de laquelle on puisse arrêter les avancées des royaumes du nord et harceler les places situées au nord du Duero, de façon à maintenir un vide stratégique le long de cette vallée70 ».

  • 71 Ibid., p. 495-496.
  • 72 C. Segura, « Les monopoles féodaux des aménagements hydrauliques dans le bas Moyen Âge castillan » (...)

40Pour J. Rodríguez Morales et F. Sáez Lara, les tours de surveillance de la région madrilène, situées sur les points-clés de la frontière, auprès des principaux cols, forment bien un limes : les tours s’inscrivent dans une structure linéaire, dont le modèle de référence se trouve dans le système développé pour défendre le littoral à la même époque, système lié à l’institution du ribāṭ71. C. Segura insiste également sur l’idée d’une frontière entre musulmans et chrétiens qui repose non seulement sur la frontière naturelle du Système Central, mais encore sur l’établissement d’un réseau de forteresses destiné à empêcher l’avancée ennemie ; elle conçoit toutefois ce réseau non de manière linéaire, mais de direction nord-sud le long des vallées fluviales : « Cette situation donna lieu, surtout dans la zone méridionale, à l’édification d’un grand réseau de tours musulmanes qui contrôlaient le passage de Somosierra, sans doute le plus utilisé en ces temps-là, car il était le plus accessible de tous72 », une autre ligne de forteresses d’origine islamique se trouvant un peu plus à l’ouest, parallèle à la rivière Guadarrama et permettant de franchir la montagne par le col de Fuenfría.

41En tant que ville, Madrid est donc indissociable de son finage, espace périurbain du ravitaillement quotidien, composé des terres et des jardins mis en culture sur la rive du Manzanares et jusqu’au Faḥṣ Mağrīṭ, à une quinzaine de kilomètres au sud-est de la localité. Cet espace périurbain se trouve placé sous le contrôle fiscal et militaire du gouverneur de la ville et il est soumis à la justice du cadi de Madrid. En tant que petite ville, Madrid se trouve dans le territoire d’une ville plus importante, Guadalajara à l’époque omeyyade, située à presque 60 km au nord-est, puis Tolède au XIe siècle, à quelque 70 km au sud-ouest : deux journées de marche séparent toujours la petite ville de son chef-lieu. Enfin, en tant que localité située aux confins de l’État omeyyade et du royaume asturo-léonais, Madrid est un élément du ṯaġr, de ce vaste territoire situé à la périphérie d’al-Andalus, que les autorités cordouanes ont pris soin de fortifier pour le dominer et le protéger.

Madrid au contact du Même, d’al-Andalus à l’Orient

  • 73 P. Chalmeta Gendrón, « Al-Andalus : société “féodale” ? », Le cuisinier et le philosophe, Hommage (...)

42Être une petite ville située aux bornes d’al-Andalus n’a pas privé Madrid de relations avec des espaces lointains, au-delà des contacts noués avec l’Autre et des rapports entretenus avec le chef-lieu de son district administratif, Guadalajara. En revanche, à la question parfois posée du type de société à laquelle appartient la société d’al-Andalus, entre formation tributaire et tributario-mercantile, la seconde peut être écartée d’emblée en ce qui concerne Madrid ; P. Chalmeta s’était interrogé sur l’importance du commerce dans l’économie andalouse, pour évaluer à quel point « l’Espagne musulmane constituait une authentique formation tributario-mercantile73 ». Minimisant le rôle joué par le commerce lointain, il conclut que « la société andalouse n’apparaît pas comme basée sur le contrôle de circuits de commerce avec les pays lointains ». À cet égard, Madrid apparaît comme un bel exemple de ville dont le développement se fait en marge des échanges à longue distance ; les sources n’ont conservé que de très rares témoignages attestant l’existence de relations, parfois bien fugaces, nouées avec des territoires plus ou moins lointains de la dār al-islām, d’al-Andalus à l’Orient. Ces relations se jouent dans un cadre matériel qu’il faut commencer par évoquer, celui du réseau des routes.

En toile de fond, les routes

  • 74 Une mise au point bibliographique et une bonne synthèse se trouvent dans Y. Álvarez González et S. (...)
  • 75 Ibid.
  • 76 J. Jiménez Gadea, «La red viaria en la provincia de Madrid: épocas romana e islámica», Maŷrīṭ, Est (...)
  • 77 Entrée « Tolède » de l’œuvre d’al-Ḥimyarī, La péninsule ibérique au Moyen Âge, op. cit., p. 162 ; (...)

43Le réseau des routes qui entoure Madrid a fait l’objet d’un certain nombre de recherches, en particulier pour l’époque romaine74 ; en ce qui concerne le réseau de l’époque islamique, les études ont débouché sur des résultats parfois divergents, entre une vision très optimiste, faisant de Madrid un important nœud de communications75, et une vue plus minimaliste, qui réduit le rôle de carrefour de Madrid76. Pour les géographes, la route se dit ṭarīq : selon al-Ḥimyarī, « dans une bourgade à dix milles de Tolède sur la route (ṭarīq) de Madrid, il y a un puits bien connu, dont l’eau a la propriété de débarrasser de ses sangsues le patient qui s’en abreuve, et cela qu’il s’agisse d’un homme, d’une bête de somme ou d’un autre animal77 ».

  • 78 Y. Álvarez González et S. Palomero Plaza, « Las vías de comunicación en Madrid desde época romana (...)
  • 79 J. Jiménez Gadea, « La red viaria en la provincia de Madrid : épocas romana e islámica », op. cit. (...)

44L’historiographie a toujours insisté sur les liens entre le réseau des routes mis en place par Rome et le réseau utilisé à l’époque médiévale78 : dès leur venue dans la Péninsule, les musulmans réutilisent les anciennes voies romaines, en particulier les plus importantes d’entre elles, puisque le réseau secondaire, mal entretenu à l’époque wisigothique, se trouve alors en mauvais état. Puis, avec le temps, naissent de nouvelles routes, pour répondre aux nouvelles nécessités du peuplement, en particulier lors de la fondation d’un habitat, comme c’est le cas de Madrid79.

  • 80 Y. Álvarez González et S. Palomero Plaza, « Las vías de comunicación en Madrid desde época romana (...)
  • 81 Y. Álvarez González et S. Palomero Plaza, « Las vías de comunicación en Madrid desde época romana (...)
  • 82 Ibid., p. 62: «La importancia de Madrid en estos momentos hará cambiar el panorama viario.»
  • 83 Ibid., p. 62-63 et carte p. 58.

45Non loin de Madrid, se croisaient dans l’Hispania Citerior deux grands axes, la voie 25 de l’Itinéraire d’Antonin, qui unissait Mérida à Saragosse, en passant par Tolède, Titulcia et Complutum-Alcalá de Henares, et la voie 24, qui venait de Ségovie par le col de Fuenfría et filait sur Tolède80. La voie 25 continue à être fréquentée aux époques wisigothique et islamique ; elle constitue le trait d’union entre les trois Marches d’al-Andalus et elle connaît une légère modification de tracé au niveau de Madrid, la réactivation de la voie Madrid-Arganda faisant passer la route plus au nord, par Getafe, Madrid et Rivas81. Pour Y. Álvarez González et S. Palomero Plaza, c’est la place importante prise par Madrid dans la région qui entraîne cette transformation du réseau des routes82 ; Madrid se convertit dès lors en un puissant nœud de communications. Cinq routes, six peut-être, en partent83 :

  1. vers le nord-ouest, en direction du col de Guadarrama, par Torrelodones et Collado Villalba, avec une variante possible par le col de Fuenfría, pour aller vers Ségovie ;
  2. vers le nord-est, pour atteindre le col de Somosierra, par Alcobendas, Talamanca et Buitrago ;
  3. vers le sud-est, pour rejoindre la voie 25 en direction d’Alcalá de Henares, de Guadalajara et de Saragosse ;
  4. vers le sud-ouest, en direction de Tolède, par Getafe ;
  5. vers l’ouest, jusqu’à Calatalifa :
  6. vers le sud-sud-est, peut-être, une route mène vers San Martín de la Vega et Chinchón. Pour certaines de ces routes, Madrid est une étape sur un itinéraire, les routes no 2 et 4 étant deux portions de l’axe Somosierra-Tolède ou les routes no 1 et 3, tronçons de la voie Guadarrama-Alcalá-Saragosse.

Figure 23. – Les routes de Madrid selon Y. Álvarez González et S. Palomero Plaza (1990).

  • 84 J. Jiménez Gadea, « La red viaria en la provincia de Madrid : épocas romana e islámica », op. cit. (...)

46Pour J. Jiménez Gadea, en revanche, Madrid se trouve sur un seul et unique itinéraire, la voie Mérida-Saragosse, c’est-à-dire que deux routes simplement partent de la petite ville84 :

  1. vers l’est, une route nouvellement créée permet de gagner Alcalá de Henares et de rejoindre la voie 25 de l’Itinéraire d’Antonin vers Saragosse ; à quelque distance de Madrid, une fois passé le Jarama, cette route coupe l’axe Somosierra-Talamanca-Tolède85 ;
  2. vers le sud-ouest, l’antique voie romaine qui mène vers Mérida continue à être utilisée ; un embranchement permet de gagner Tolède par Olmos et Canales, c’est-à-dire de rejoindre le nouvel axe nord-sud qui mène du col de Guadarrama jusqu’à Tolède en passant par Calatalifa, Olmos et Canales86.

Figure 24. – Les routes de Madrid selon J. Jiménez Gadea (1992).

47En somme, pour J. Jiménez Gadea, Madrid n’a suscité qu’une seule route nouvelle, celle qui mène jusqu’à Alcalá de Henares, auquel s’ajoute l’embranchement permettant de relier la voie 25 à la nouvelle route de la vallée du Guadarrama. Entre Madrid simplement placée sur la route Mérida-Saragosse et Madrid véritable nœud de communications, il est, pour l’heure, impossible de trancher, tant le dossier mériterait d’être ouvert à nouveau.

Madrid en al-Andalus : l’ascendant de Cordoue

48Depuis sa fondation jusqu’au début de la fitna, en février 1009/ ğumādā II 399, Madrid se trouve dans la dépendance de Cordoue, dépendance qui se matérialise par les nominations et destitutions des gouverneurs par la capitale. Cette domination politique prend une teinte culturelle : Cordoue omeyyade est, par excellence, le foyer intellectuel d’al-Andalus, le lieu où les savoirs s’élaborent, le lieu d’où les connaissances se diffusent dans la Péninsule : comme le note D. Urvoy,

  • 87 D. Urvoy, «The `ulamā’ of al-Andalus», The Legacy of Muslim Spain, S. K. Jayyusi (éd.), Leiden-New (...)

« tant qu’un pouvoir centralisé est maintenu en al-Andalus, le monde des `ulamā’ est centré sur Cordoue ; c’est là, ou dans les environs, que les principaux courants se développent et que les événements majeurs ont lieu, non seulement en termes de doctrine officielle, mais aussi en termes de mouvements autonomes, voire hétérodoxes87 ».

  • 88 M. Marín, «Nómina de sabios de al-Andalus (711-961)», Estudios Onomástico-Biográficos de al-Andalu (...)

49Tout au long de l’époque omeyyade, Cordoue écrase de tout son poids culturel ses provinces : le corpus des ulémas établi par M. Marín donne 666 savants pour Cordoue entre 711-961, tandis que la deuxième ville en importance est alors Elvira, avec 100 ulémas88.

  • 89 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 263-264.
  • 90 Ibid., p. 252.
  • 91 Ibid., p. 254-259.

50C’est donc tout naturellement de Cordoue que viennent les savants pour diffuser le savoir, à l’instar d’Ibrāhīm b. Muḥammad b. Bāz al-Qazzāz, réputé pour sa maîtrise de la lecture coranique, qui se dirige vers Madrid en 887/22489. C’est tout naturellement aussi vers Cordoue que se dirigent les ulémas pour y acquérir des connaissances : Abū Muḥammad `Abd Allāh b. Sa`īd al-Mağrīṭī (m. 999/390 ou 1000/391) quitte Madrid pour aller étudier à Cordoue90 ; Abū Naṣr Hārūn b. Mūsā b. Ṣāliḥ b. Ğandal al-Qaysī al-Mağrīṭī (m. 1011/401), madrilène de naissance, part dans sa jeunesse étudier à Cordoue91.

51Pôle culturel majeur, Cordoue attire les ulémas madrilènes qui savent trouver là les maîtres et les ouvrages ; ils peuvent se former, puis diffuser à leur tour le savoir, à l’image de Maslama b. Aḥmad, né à Madrid au milieu du Xe siècle et parti s’installer dans la capitale ; Ṣa`īd b. Aḥmad al-Andalusī (Almería, 1029/420-Tolède, 1070/462), savant d’al-Andalus et cadi de Tolède, auteur d’un ouvrage consacré aux sciences dans lesquelles s’illustrent les peuples, l’évoque en ces termes :

  • 92 Ṣa`īd b. Aḥmad al-Andalusī, Kitāb Ṭabaqtāt al-umam (Livre des catégories des nations), trad. R. Bl (...)

« Abū l-Qāsim Maslama b. Aḥmad, connu sous le nom d’al-Mağrīṭī, fut le premier des mathématiciens de son temps en Andalousie, et fut plus savant en astronomie que personne avant lui. Il s’appliqua à l’observation des astres et s’attacha à comprendre le livre de Ptolémée intitulé l’Almageste. Il a écrit un bon livre sur l’arithmétique commerciale, science désignée chez nous sous le nom de mu`āmalāt. Il est en outre l’auteur d’un abrégé de la partie de la table d’al-Battānī traitant de l’équation des planètes. Il étudia également la table astronomique de Muḥammad b. Mūsā al-Ḫwārizmī et, substituant l’ère des Arabes à celle des Perses, il fixa dans cette table les longitudes moyennes des astres au début de l’ère musulmane. Il ajouta au travail d’al- Ḫwārizmī des tableaux excellents, mais suivit la doctrine de son prédécesseur et n’en signala pas les erreurs. [...] Abū l-Qāsim Maslama b. Aḥmad mourut peu avant le début de la fitna, en l’année 398/1007. Il avait formé des élèves remarquables tels que n’en avait formés aucun maître avant lui en Andalousie. Parmi les plus célèbres, citons Ibn al-Samḥ, Ibn al-Ṣaffār, al-Zahrāwī, al-Kirmānī et Ibn Ḫaldūn92. »

52Le cadi Ṣa`īd expose ensuite comment le savoir remarquable de Maslama al-Mağrīṭī s’est transmis d’un savant à l’autre tout au long du XIe siècle, d’une ville à l’autre aussi ; une « école » de connaissances mathématiques se constitue ainsi, où les élèves devenus maîtres forment à leur tour des savants.

  • 93 A. Canto García, «Panorama numismático de la Marca Media», Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. (...)
  • 94 Ibid., p. 81.
  • 95 J. Zozaya Stabel-Hansen, «Asentamientos islámicos en la región de Madrid», Testimonios del Madrid (...)
  • 96 J. Zozaya Stabel-Hansen, « Las peregrinaciones a La Meca y sus posibles influjos en el mundo omeya (...)

53Placée sous l’influence dominante de Cordoue, Madrid subit aussi l’ascendant de la capitale omeyyade en matière économique : les monnaies en circulation à Madrid proviennent de l’unique atelier cordouan, celui de Cordoue même ou celui de Madīnat al-Zahrā’ ; cette centralisation de la frappe a pour corollaire, signale A. Canto, la rareté des découvertes monétaires dans la région de Madrid93. Le seul lot connu à ce jour est celui mis au jour sur le site de Calatalifa, composé de dirhams des règnes de `Abd al-Raḥmān III et d’Hišām II94. Si Madrid produit sa propre céramique, en revanche elle importe certains objets spécifiques, sans qu’on puisse affirmer que leur lieu d’origine est véritablement la capitale : les pièces de jeu d’échec découvertes à Madrid sont en stéatite, matériau qui n’existe pas dans la région madrilène, comme le rappelle J. Zozaya95. Les seuls gisements connus de stéatite au Moyen Âge sont ceux de Scandinavie, du golfe persique et d’Afrique orientale ; la question qui reste posée est celle du lieu où ont été fabriquées ces copies de pièces orientales96. Quant aux instruments de chirurgie en bronze de la Cuesta de la Vega et de la rue Angosta de los Mancebos, similaires à d’autres trouvés en des lieux bien éloignés de Madrid, ils tendent à prouver l’existence d’un nombre réduit d’ateliers, dont il paraît vraisemblable que l’un d’entre eux se soit trouvé à Cordoue, alors capitale du savoir.

  • 97 D. Wasserstein, The Rise and Fall of the Party-Kings, Politics and Society in Islamic Spain, Princ (...)
  • 98 Ma L. Ávila Navarro, « La sociedad », dans Ma J. Viguera Molins (dir.), Los reinos de taifas, Al-A (...)

54À partir de l’effacement progressif du califat, Madrid se trouve rattachée à Tolède, pour laquelle elle constitue vraisemblablement le centre d’un district religieux et peut-être aussi judiciaire, comme le suggèrent tant al-Idrīsī qu’Ibn al-Kardabūs qui font de Madrid un minbar de Tolède ; mais les liens entretenus entre la petite ville et sa nouvelle capitale nous échappent pour l’essentiel, la taifa des Banū Ḏī l-Nūn ne constituant d’ailleurs pas sur ce point un cas exceptionnel : l’historiographie relative à ces royaumes du XIe siècle est essentiellement politique et culturelle. Elle s’est attachée à reconstituer des dynasties, à démêler l’écheveau des relations entre les souverains des taifas et ceux des royaumes chrétiens, à comprendre la nature même du pouvoir de ces roitelets97, tandis que les brillantes cours de savants et de poètes réunies par des rois mécènes retenaient l’attention98.

  • 99 P. Guichard et B. Soravia, Los reinos de taifas, Fragmentación política y esplendor cultural, Mála (...)

55En revanche, les sources n’ont guère été interrogées sur les relations entretenues entre le centre et la périphérie : le récent ouvrage de P. Guichard et B. Soravia sur les taifas, au sous-titre révélateur, Fragmentation politique et splendeur culturelle, évoque la question de la légitimité du pouvoir, les variations de la géographie politique, les dynasties à la tête des taifas, les armes et la guerre, la vie religieuse, intellectuelle, littéraire et artistique, et consacre quelques pages à l’économie et à la société99. Le thème de l’organisation interne des royaumes de taifas n’y est pas abordé non plus et il faut se borner à supposer que, poursuivant le schéma mis en place par les Omeyyades, la capitale puise ses ressources dans ses provinces, y prélevant les impôts et les recrues.

  • 100 A. Canto García, «Panorama numismático de la Marca Media», op. cit., p. 83.
  • 101 Ibid., p. 83-85.
  • 102 Ibid., p. 83.

56À Madrid, circula donc la monnaie frappée à Tolède ; les découvertes de monnaie de la période des taifas indiquent que la circulation des pièces s’est faite au niveau local, à l’intérieur des territoires contrôlés par chaque dynastie, avec une expansion vers les zones voisines100. La dynastie des Banū Ḏī l-Nūn étant l’une des plus puissantes de la Péninsule, les pièces émises par Tolède ont été retrouvées à Saragosse, à Belalcázar (Cordoue), à Jaén, à Cihuela (Soria) ; la découverte la plus proche de Madrid est celle de Guadalajara, qui réunit des monnaies des`Āmirides et des Banū Ḏī l-Nūn101. Les Banū Ḏī l-Nūn ont frappé des petites pièces d’or, subdivisions du dinar, et des dirhams, monnaies d’argent ne contenant qu’une très faible part de métal précieux ; ils ont aussi émis des monnaies de cuivre, intermédiaires entre les pièces d’or, de très forte valeur, et les pièces d’argent dévaluées102.

  • 103 J. Oliver Asín, «Nuevos apuntes en torno a “Madrid” y al distrito de “Guadalajara”», Conferencias (...)
  • 104 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 274-275.

57Madrid entretint sans doute aussi des relations culturelles avec sa nouvelle capitale, comme le laisse supposer la venue du savant tolédan Mūsā b. Qāsim b. Ḫaḍir, mort dans le Faḥṣ Mağrīṭ en 1051/443103 ou bien la présence d’Abū l-Walīd Yūnus b. Aḥmad b. Yūnus al-Azdī : ce Tolédan, venu à Madrid, où il meurt en 1081/474, sait expliquer les traditions d’Abū Muḥammad Qāsim b. Hilāl, de Ğumāhir b. `Abd al-Raḥmān, mais aussi du grand savant cordouan Abū `Umar b. `Abd al-Barr, de Muḥammad b. `Abd al-Salm al- Ḥāfiẓ et de `Umar b. Sumayq al-Qāḍī104.

Madrid et les horizons lointains de la dār al-islām : le Maghreb et l’Orient

  • 105 F. Colmenarejo García, Arqueología medieval de Colmenar Viejo, Madrid, Ayuntamiento de Colmenar Vi (...)
  • 106 J. Zozaya Stabel-Hansen, «Asentamientos islámicos en la región de Madrid», op. cit., p. 44.

58Les sources ont conservé la mémoire d’individus qui ont mis en contact Madrid et des espaces lointains de la dār al-islām ; il s’agit, bien entendu, d’épisodes très rares, tout à l’image d’une petite ville située au fin fond d’al-Andalus. L’existence de ces contacts est d’ailleurs bien antérieure à la fondation de Madrid : la découverte, à Los Navalvillares, sur la commune de Colmenar Viejo, d’une monnaie identifiée comme étant un dirham frappé dans l’atelier de Kirmān en Syrie, en 95 (23 sept. 713-15 sept. 714)105, contribue à faire de la région madrilène l’espace où est attesté le plus ancien habitat d’al-Andalus106.

  • 107 M. Terrasse, « Sidjilmāsa », EI2, t. IX, p. 566-568.
  • 108 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 271-272.

59Quant aux traces, ponctuelles, de ces hommes qui mirent en contact Madrid et des espaces méditerranéens, elles ont été laissées par de pieux musulmans venus dispenser un enseignement et peut-être aussi faire le ribāṭ. J. Oliver Asín en avait relevé les noms et les parcours, à commencer par Ğassās al-Zāhid, originaire de Siğilmāsa, ville située à 300 km au sud de Fès, aux portes du Sahara ; en ruine dès l’époque moderne, elle fut un grand centre économique au Moyen Âge, au carrefour d’itinéraires caravaniers vers le Maghreb et le Soudan107. Venu de cette riche ville du Tafilalet, Ğassās al-Zāhid se trouve à Madrid à la fin au Xe siècle, où il commente un ouvrage de Yumm b. Rizq, saint ascète de Tudela, à l’origine de faits miraculeux et ṯaġrī, c’est-à-dire « combattant de la frontière108 ».

  • 109 Ibid., p. 272-273.

60De même, le grand savant de Fès, Abū Maymūna Darrās b. Ismā`ī l (m. 967), qu’al-Faraḏī évoque comme « observant le ra’y, conformément à l’opinion de Mālik » vient jusqu’à Madrid où il a comme disciple Abū l-Muṭarrif109. Par ailleurs, des Madrilènes ont dû se rendre en Orient pour y accomplir le pèlerinage, comme Abū Ya`qūb Yūsuf b. `Abd al-Raḥmān b. `Abd Allāh b. `Abd Allāh b. Ḥammād, né en 1004/395 et mort à Madrid en 1080/473 : le pèlerinage lui permet de suivre l’enseignement de maîtres au Mašriq,

  • 110 Ibid., p. 247-248.

« en particulier au Caire où il écoute Yaḥyā b. Nağāḥ b. al-Fallās al-Qurṭubī (m. 1031/424) commenter son œuvre Ğāmi` subul al-ḫayrāt, à Barqa, où il assiste aux leçons d’Abū Sa`īd Maymūn b. Ṭarīf, ainsi qu’à Tripoli, où il étudia le Partage des héritages110 ».

  • 111 J. Zozaya Stabel-Hansen, «Las peregrinaciones a La Meca y sus posibles influjos en el mundo omeya (...)

61C’est vraisemblablement à des Madrilènes partis en Orient pour accomplir le pèlerinage qu’on doit l’introduction, dans Madrid, d’une céramique à reflets métalliques venue d’Égypte, comme l’explique J. Zozaya dans une étude suggestive mettant en relation le pèlerinage à La Mecque et la culture matérielle111 : les objets importés d’Orient et mis au jour dans la Péninsule ne relèvent pas de véritables circuits commerciaux, mais la dispersion des découvertes suggère au contraire l’acquisition de pièces en dehors d’un système stable d’échanges, comme par exemple, l’obtention de ces objets à l’occasion du pèlerinage à La Mecque.

62Au total, les sources laissent se dessiner l’influence territoriale de Madrid sur son espace périurbain, le finage qui la nourrit et dont le point le plus éloigné se trouve à une quinzaine de kilomètres de la localité. Au-delà de ce cercle d’influence, Madrid, en tant que petite ville, se trouve dans les territoires de villes plus importantes dont elle dépend ; elle entretient ainsi des relations avec son chef-lieu de kūra, Guadalajara, et sa capitale, Cordoue, jusqu’au début du XIe siècle. Par la suite, et jusqu’aux années 1080, elle est liée à Tolède. Quant aux contacts avec des espaces lointains, s’ils n’ont, fort logiquement, pas tenu une place importante dans la vie de Madrid, leur existence est en soi la marque de la vitalité de cette petite ville du ṯaġr, pour laquelle des savants n’hésitent pas à parcourir plusieurs centaines de kilomètres.

Notes

1 D. Menjot, « La ville et ses territoires dans l’Occident médiéval : un système spatial. État de la question », La ciudad medieval y su influencia territorial, Nájera, Encuentros internacionales del Medievo 2006, B. Arízaga Bolumburu et J. Á. Solórzano Telechea (éd.), Logroño, Instituto de Estudios Riojanos, 2007, p. 451-492.

2 Ibid.

3 C. Trillo San José, « La ciudad y su territorio en el reino de Granada (s. XIII-XVI) », La ciudad medieval y su influencia territorial, op. cit., p. 307-342. Cette contribution est d’ailleurs la seule du colloque de Nájera qui soit consacrée au monde urbain andalusí, indice des difficultés de l’histoire urbaine d’al-Andalus à donner une place aux rapports ville-campagnes.

4 F. Braudel, L’identité de la France : espace et histoire, Paris, Arthaud-Flammarion, 1986, t. 1, p. 161.

5 D. Menjot, « La ville et ses territoires dans l’Occident médiéval : un système spatial. État de la question », op. cit., p. 454.

6 Chr. Mazzoli-Guintard, Vivre à Cordoue au Moyen Âge, Solidarités citadines en terre d’Islam (Xe-XIe siècles), Rennes, PUR, 2003, p. 223.

7 P. Chaves Montoya et al., « Informe mastozoológico del yacimiento de la calle Angosta de los Mancebos (Madrid) », Estudios de Prehistoria y Arqueología Madrileña, 1989 (VII), p. 157-222.

8 Dans une étude restée, hélas, inédite : M. Retuerce Velasco et E. Andreu, Memorias e informes de las Excavaciones arqueológicas de la Pza. de Oriente y c/de Bailén de Madrid, Madrid, Dirección General de Patrimonio, 1994-6.

9 D. Menjot, « La ville et ses territoires dans l’Occident médiéval : un système spatial. État de la question », op. cit., p. 458.

10 Ibid., p. 459.

11 Id.

12 C’est ce que nous apprend al-Muqaddasī : cité dans Chr. Mazzoli-Guintard, Villes d’al-Andalus, Rennes, PUR, 1996, p. 229.

13 Planche no 12 du Plan de Teixeira publié par M. Molina Campuzano, El plano de Madrid por Texeira estampado en 1656, Madrid, Artes Gráficas Municipales, 1975.

14 Pour J. Oliver Asín, le Faḥṣ al-Madīna et le Faḥṣ Mağrīṭ ne font qu’un et désignent le lieu où est mort le savant tolédan Mūsā b. Qāsim b. Ḥaḍir en 1051/443 (J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, Madrid, CSIC, 1959, 2e éd. 1991, Madrid, Instituto de Cooperación con el Mundo Árabe, p. 274, et « Nuevos apuntes en torno a “Madrid” y al distrito de “Guadalajara” », Conferencias y apuntes inéditos (D. Oliver éd.), Madrid, Agencia española de cooperación internacional, 1996, p. 213). Dans la mesure où les deux toponymes arabes ont chacun laissé une trace de leur existence, Salmedina et Vaciamadrid, il me semble préférable d’en faire deux lieux distincts ; sur ces deux derniers, qui relèvent du district de Vallecas dans la seconde moitié du XVe siècle, voir C. M. Vera Yagüe, « El concejo y la villa de Madrid como centros de poder y las consecuencias en la ordenación del territorio de los cambios políticos en época Trastámara », La ciudad medieval y su influencia territorial, Nájera, Encuentros internacionales del Medievo 2006 (B. Arízaga Bolumburu et J. Á. Solorzano Telechea éd.), Logroño, Instituto de Estudios Riojanos, 2007, p. 55-79.

15 Selon A. M. al-`Abbādī, faḥṣ désigne tout lieu habité, peuplé, de montagne ou non, mais obligatoirement un lieu semé (dans son édition d’Ibn al-Kardabūs, Kitāb al-iktifā’, Revista del Instituto de Estudios Islámicos en Madrid, 1965-66 (XIII), p. 87, note 4). Selon M. de Epalza, « La dualidad campello-faḥṣ en el espacio agrícola de al-Andalus (Alicante, Castalla, Pedreguer, Madrid) », Sharq al-Andalus, 1987 (4), p. 159-173, faḥṣ renvoie à la notion d’espace agraire qui dépend de la ville.

16 J. Oliver Asín, «Nuevos apuntes en torno a “Madrid” y al distrito de “Guadalajara”», op. cit., p. 213; D. Oliver Pérez, «El árabe “faḥṣ” en la toponimia española», Al-Qanṭara, 1997 (XVIII-1), p. 153-186.

17 R. Fossier (dir.), Histoire de la Picardie, Toulouse, Privat, 1974, p. 123.

18 L. Torres Balbás avait déterminé un nombre moyen d’habitants à l’hectare pour les villes d’al-Andalus, à savoir 348 (Ciudades hispanomusulmanas, Madrid, Instituto Hispano-Árabe de Cultura, 2e éd., 1985, p. 93-104). Le chiffre est discutable dans la mesure où il est élaboré à partir de données tardives, concernant les XIIe-XVe siècles, et à partir de données relatives à la citadelle ; il ne peut donc fournir qu’un ordre de grandeur. Appliqué à Madrid, il donnerait un nombre d’habitants intra-muros d’environ 1 400 personnes.

19 Sur le climat, l’environnement et les ressources agricoles de Madrid, cf. M. Retuerce Velasco, « Testimonios materiales del Madrid andalusí », Testimonios del Madrid medieval : el Madrid musulmán, A. Turina Gómez, S. Quero Castro et A. Pérez Navarro (éd.), Madrid, Museo de San Isidro, 2004, p. 108-112.

20 P. Chaves Montoya et al., « Informe mastozoológico del yacimiento de la calle Angosta de los Mancebos (Madrid) », op. cit., p. 158 : % de restes en NMI pour le lapin (20,7), le mouton (20,7), la vache (6), la chèvre (4,8), le cheval (1,8), le porc (1,8), le chien (1,2), le cerf (1,2), le lièvre (0,6), la souris (0,6), le chat (0,6), auxquels il faut ajouter 35,6 % de restes indifférenciés de mouton ou de chèvre.

21 Al-Rāzī, « La description de l’Espagne d’Aḥmad al-Rāzī. Essai de reconstitution de l’original arabe et traduction française », par É. Lévi-Provençal, Al-Andalus, 1953 (18), p. 80-81.

22 Yāqūt, « La España musulmana en la obra de Yāqūt (s. XII-XIII). Repertorio enciclopédico de ciudades, castillos y lugares de al-Andalus, extraído del Mu`ŷam al-buldān (Diccionario de los países) », par G. `Abd al-Karīm, Cuadernos de Historia del Islam, 1974 (6), p. 280.

23 Ḏikr bilād al-Andalus, Una descripción anónima de al-Andalus, L. Molina (éd. et trad.), Madrid, CSIC, 1983, texte p. 50, trad. p. 65.

24 Pour Ibn Faḍl Allāh al-`Umarī, al-Šārāt désigne la chaîne de montagnes étendue de Medinaceli à Coïmbre ; pour al-Idrīsī, al-Šārāt ne désigne que la Sierra de Guadarrama (É. Lévi-Provençal, « al-Shārāt », EI2, t. IX, p. 327).

25 Al-Idrīsī, Opus geographicum, fasc. 5, E. Cerulli, F. Gabrielli, G. Levi della Vida, L. Petech, G. Tucci (éd.), Napoli-Roma, Istituto Universitario Orientale di Napoli-Istituto Italiano per il medio ed estremo Oriente, 1975, no 54 ; La première géographie de l’Occident, trad. du chevalier Jaubert présentée par H. Bresc et A. Nef, Paris, Flammarion, 1999, p. 258.

26 Al-Idrīsī, Opus geographicum, op. cit., no 82. Les traductions les plus récentes de ce passage rendent min al-manābir, litt. parmi les minbar/ s, par la formule « parmi les localités », comme H. Bresc et A. Nef dans leur mise à jour de la traduction du chevalier Jaubert, La première géographie de l’Occident, op. cit., p. 272. Ce rendu un peu sec gêne la compréhension des lignes qui suivent : al-Idrīsī y évoque Madrid dotée d’une mosquée du vendredi à ḫuṭba et Alfamín pourvue d’une mosquée du vendredi à minbar.

27 Ma J. Viguera Molins, « Castillos en textos andalusíes », V Estudios de Frontera, Funciones de la red castral fronteriza, Congreso celebrado en Alcalá la Real en nov. de 2003 (F. Toro Ceballos et J. Rodríguez Molina (éd.), Jaén, Diputación provincial de Jaén, 2004, p. 795-808.

28 Ibn Sa’īd, Al-Muġrib fī hulā al-Maġrib, Šawqī Ḍayf (éd.), Le Caire, 1953-1955, t. II, p. 7-8, 26, 39, 42-43 et 45.

29 Al-Ḥimyarī, La péninsule ibérique au Moyen Âge d’après le Kitāb ar-Rawḍ al-mi`ṭār, trad. É. Lévi-Provençal, Leiden, Brill, 1938, p. 216 ; Kitāb al-Rawḍ al-mi`ṭār, Iḥsān `Abbā s (éd.), Beyrouth, Dār al-Ğīl, 1988, p. 179-180.

30 Ḏikr bilā d al-Andalus, op. cit., texte p. 40-41, trad. p. 56. Sur l’auteur et ses sources, voir les remarques de L. Molina, ibid., p. 303-308.

31 Al-Waṭwāṭ, trad. E. Fagnan, Extraits inédits relatifs au Maghreb, Alger, s.a., p. 63, cité dans Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », Actas III Jarique de Numismática hispano-árabe (Madrid, dic. 1990), Madrid, Museo Arqueológico Nacional, 1992, p. 25.

32 Al-`Umarī, trad. E. Fagnan, Extraits inédits relatifs au Maghreb, op. cit., p. 93, cité dans Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 25.

33 L’original arabe, perdu, a été traduit en portugais entre le dernier quart du XIIIe siècle et le premier quart du XIVe siècle ; la version portugaise, perdue elle-aussi et adaptée dans la Crónica Geral de Espanha de 1344, a été traduite en castillan, cette dernière étant à la base de notre connaissance du texte d’al-Rāzī : « La description de l’Espagne d’Aḥmad al-Rāzī », op. cit., p. 51-55.

34 J. Oliver Asín, « Nuevos apuntes en torno a “Madrid” y al distrito de “Guadalajara” », op. cit., p. 209-211. La kūra de Guadalajara est en revanche absente de l’ouvrage de J. Vallvé Bermejo, La división territorial de la España musulmana, Madrid, CSIC, 1986, où sont passées en revue les coras d’al-Andalus.

35 J. Oliver Asín, «Nuevos apuntes en torno a ‘Madrid’ y al distrito de “Guadalajara”», op. cit., p. 210.

36 J. Oliver Asín, « El Madrid árabe y el nombre de la villa (nuevos aspectos) », conferencia pronunciada el 13/1/1966, Conferencias y apuntes inéditos, op. cit., p. 187-193.

37 Dans un passage inspiré d’al-Rāzī, le Ḏikr (texte p. 50, trad. p. 65) place Madrid dans le district de Guadalajara, mais ailleurs dans l’œuvre, il la situe dans le territoire de Tolède (texte p. 40, trad. p. 56).

38 Sur ce chroniqueur, voir J. Abellán Pérez, « Ibn al-Kardabūs, Abū Marwān », Biblioteca de al-Andalus, 3 : de Ibn al-Dabbāg a Ibn Kurz, Almería, Fundación Ibn Tufayl de Estudios Árabes, p. 734-735. La partie relative à al-Andalus a été éditée par A. M. al-`Abbādī dans la Revista del Instituto de Estudios Islámicos en Madrid (1965-66 : XIII) et traduite par F. Maíllo Salgado sous le titre Ibn al-Kardabūs, Historia de al-Andalus (Kitāb al-iktifā’), en 1986.

39 Ibn al-Kardabūs, Kitāb al-iktifā’, A. M. al-`Abbādī (éd.), op. cit., p. 87.

40 Id., note 1.

41 Fatwā d’Ibn Rušd, cadi de Cordoue, mort en 1126/520, compilée dans al-Wanšarīsī, Histoire et société en Occident musulman au Moyen Âge, Analyse du Mi`yār d’al-Wanšarīsī, par V. Lagardère, Madrid, Casa de Velázquez-CSIC, 1995, p. 62 : ces habitants font la prière du vendredi dans la localité centrale jusqu’au moment où la guerre civile (fitna) les contraint à choisir la mosquée du village le mieux défendu.

42 « Descripción nueva de Córdoba musulmana. Traducción y notas », par F. Castelló Moxó, Anuario de Filología, 1976 (2), p. 123-154, en part. chap. VII.

43 E. Manzano Moreno, La frontera de al-Andalus en época de los Omeyas, Madrid, CSIC, 1991, p. 165.

44 Sur la restauration de Medinaceli et son élévation au rang de capitale de la zone orientale de la Marche moyenne, cf. J. Vallvé Bermejo, La división territorial de la España musulmana, op. cit., p. 307.

45 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. 3 : le siècle du califat de Cordoue, Paris, Maisonneuve & Cie, 1953, p. 57-58.

46 Al-Rāzī, « La description de l’Espagne d’Aḥmad al-Rāzī », op. cit., p. 81.

47 Al-Ḥimyarī, Kitāb al-Rawḍ al-mi`ṭār, op. cit., p. 179 ; J. Rodríguez Morales et F. Sáez Lara, « Las atalayas entre Talavera y Talamanca : ¿un limes de época andalusí? », Congreso espacios fortificados en la provincia de Toledo (7/9-V-2003), Toledo, Diputación Provincial de Toledo, 2005, p. 485.

48 L. Caballero Zoreda et A. Mateo Sagasta, « El grupo de atalayas de la sierra de Madrid », Madrid del siglo IX al XI, Madrid, Comunidad de Madrid, Dirección General de Patrimonio Cultural, 1990, p. 65-77. Pour une mise au point récente, I. Martín Viso, « Espacio y poder en los territorios serranos de la Región de Madrid (siglos X-XIII) », Arqueología y Territorio Medieval, 2002 (9), p. 53-84.

49 Ibid., p. 55 et p. 81. Torrelaguna a peut-être aussi pour origine une tour de surveillance, dont il ne reste aucun vestige.

50 L. Caballero Zoreda et A. Mateo Sagasta, « El grupo de atalayas de la sierra de Madrid », op. cit., p. 70.

51 Id. : Alcalá, Talamanca, Madrid, Calatalifa, Olmos, Canales, Zorita ; J. Oliver Asín, « Nuevos apuntes en torno a “Madrid” y al distrito de “Guadalajara” », op. cit., p. 211-213 : Peñahora, Talamanca, Madrid, Esteras, Calatalifa, Olmos, Canales, Alfamín, Escalona, Maqueda, Huecas. J. J. Alonso, C. Emperador et C. Travesi, Patrimonio histórico-artistíco en la confluencia de los ríos Jarama y Henares, Madrid, IRYDA, 1998, p. 14-16, incluent Uceda, Buitrago, Paracuellos, Rivas de Jarama et Cervera parmi les forteresses qui protègent la Marche moyenne. Y. Álvarez González et S. Palomero Plaza, « Las vías de comunicación en Madrid desde época romana hasta la caída del reino de Toledo », Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. 60-61 complètent la liste avec Rivas Vaciamadrid, San Galindo en Chinchón, La Marañosa en San Martín de la Vega, El Cancho del Confesionario, Navalvillar.

52 J. Oliver Asín, « Nuevos apuntes en torno a “Madrid” y al distrito de “Guadalajara” », op. cit., p. 214 ; Ma J. Rubio Visiers et Ma P. López del Álamo, « Talamanca del Jarama : fortificación y defensa », Madrid, castillo famoso… Diez trabajos sobre el Madrid árabe, F. Valdés Fernández (éd.), Madrid, 1990, p. 37-44.

53 J. Oliver Asín, «Nuevos apuntes en torno a “Madrid” y al distrito de “Guadalajara”», op. cit., p. 211.

54 Ibid., p. 213, note 13 : soit au nord-est de Casarrubios.

55 D. Pérez Vicente, « Excavaciones arqueológicas en Calatalifa », Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. 141-144. Les vestiges de la fortification se trouvent auprès de l’église Santa María de Batres, sur la rive gauche du Guadarrama, qui la protège à l’ouest. Les fouilles ont aussi donné lieu à des études céramologiques : M. Retuerce Velasco, « La cerámica islámica de Calatalifa. Apuntes sobre los grupos cerámicos de la Marca media », Boletín del Museo Arqueológico Nacional, 1984 (II), p. 117-136.

56 J. Zozaya, « Excavaciones en la fortaleza islámica de Qal`at `Abd al-Salam (Alcalá de Henares, Madrid) », Noticiario Arqueológico Hispánico, 1983 (17), p. 411-529 et A. Turina, « El castillo de Alcalá de Henares », Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. 189-194.

57 S. Martínez Lillo, Arquitectura militar andalusí en la Marca Media, El caso de Ṭalabīra, Talavera de la Reina, Excmo Ayuntamiento de Talavera de la Reina, 1998.

58 S. Martínez Lillo, «El poblado fortificado de Olmos (Walmus)», Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. 131-140.

59 J. Oliver Asín, «El Madrid árabe y el nombre de la villa (nuevos aspectos)», op. cit., p. 188.

60 E. Manzano Moreno, La frontera de al-Andalus en época de los Omeyas, op. cit., p. 380-383.

61 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabas (V), P. Chalmeta, F. Corriente et M. Ṣubḥ (éd.), Madrid, Instituto Hispano-Árabe de Cultura, 1979, p. 284 ; Crónica del califa `Abdarraḥmān III an-Nāṣir entre los años 912 y 942 (Al-Muqtabis V), trad. Ma J. Viguera et F. Corriente, Zaragoza, Instituto Hispano-Árabe de Cultura, 1981, p. 312.

62 J. Vallvé Bermejo, « La frontera de Toledo en el siglo X », Simposio Toledo hispanoárabe (6-8 mayo 1982), Toledo, Colegio Universitario, 1986, p. 87-97 ; L. Caballero Zoreda et A. Mateo Sagasta, « El grupo de atalayas de la sierra de Madrid », op. cit. ; E Manzano Moreno, « Madrid en la frontera omeya de Toledo », Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. 115-129 et La frontera de al-Andalus en época de los Omeyas, op. cit. ; J. Zozaya Stabel-Hansen, « El Islam en la región madrileña », Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. 195-203 ; Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit. ; F. Valdés Fernández, « El Madrid islámico. Notas para una discusión arqueológica », Maŷrīṭ, Estudios de arqueología medieval madrileña, F. Valdés Fernández (éd.), Madrid, Polifemo, 1992, p. 141-180 ; J. Zozaya Stabel-Hansen, « Asentamientos islámicos en la región de Madrid », Testimonios del Madrid medieval : el Madrid musulmán, op. cit., p. 43-79.

63 E. Manzano Moreno, «Madrid en la frontera omeya de Toledo», op. cit., p. 125-126.

64 J. A. Gutiérrez González, « Características de las fortificaciones del Reino de León en la alta y plena Edad Media », Madrid, castillo famoso, op. cit., p. 57-69 ; J. Zozaya Stabel-Hansen, « El Islam en la región madrileña », op. cit., p. 195 et « Asentamientos islámicos en la región de Madrid », op. cit., p. 47.

65 L. Caballero Zoreda et A. Mateo Sagasta, « El grupo de atalayas de la sierra de Madrid », op. cit., p. 72.

66 J. Zozaya Stabel-Hansen, « Asentamientos islámicos en la región de Madrid », op. cit., p. 48.

67 I. Martín Viso, «Espacio y poder en los territorios serranos de la Región de Madrid (siglos X-XIII)», op. cit., p. 55.

68 Sur cette hypothèse, J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit. ; M. `A. Makkī, El Madrid árabe, Le Caire, 1977.

69 J. Rodríguez Morales et F. Sáez Lara, « Las atalayas entre Talavera y Talamanca : ¿un limes de época andalusí? », Congreso espacios fortificados en la provincia de Toledo (7/9-V-2003), Toledo, Diputación Provincial de Toledo, 2005, p. 483-507.

70 Ibid., p. 491.

71 Ibid., p. 495-496.

72 C. Segura, « Les monopoles féodaux des aménagements hydrauliques dans le bas Moyen Âge castillan », Le château et la nature, Actes des Rencontres d’Archéologie et d’Histoire en Périgord, 24-26 septembre 2004, A.-M. Cocula et M. Combet (éd.), Bordeaux, Ausonius, 2005, p. 106.

73 P. Chalmeta Gendrón, « Al-Andalus : société “féodale” ? », Le cuisinier et le philosophe, Hommage à Maxime Rodinson : études d’ethnographie historique du Proche-Orient, J.-P. Digard (éd.), Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, 1982, p. 184-187.

74 Une mise au point bibliographique et une bonne synthèse se trouvent dans Y. Álvarez González et S. Palomero Plaza, « Las vías de comunicación en Madrid desde época romana hasta la caída del reino de Toledo », Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. 41-63.

75 Ibid.

76 J. Jiménez Gadea, «La red viaria en la provincia de Madrid: épocas romana e islámica», Maŷrīṭ, Estudios de arqueología medieval madrileña, op. cit., p. 17-29.

77 Entrée « Tolède » de l’œuvre d’al-Ḥimyarī, La péninsule ibérique au Moyen Âge, op. cit., p. 162 ; Kitāb al-Rawḍ al-miṭ`ār, op. cit., p. 135.

78 Y. Álvarez González et S. Palomero Plaza, « Las vías de comunicación en Madrid desde época romana hasta la caída del reino de Toledo », op. cit., p. 61.

79 J. Jiménez Gadea, « La red viaria en la provincia de Madrid : épocas romana e islámica », op. cit., p. 23.

80 Y. Álvarez González et S. Palomero Plaza, « Las vías de comunicación en Madrid desde época romana hasta la caída del reino de Toledo », op. cit., p. 51 ; J. Jiménez Gadea, « La red viaria en la provincia de Madrid : épocas romana e islámica », op. cit., p. 19.

81 Y. Álvarez González et S. Palomero Plaza, « Las vías de comunicación en Madrid desde época romana hasta la caída del reino de Toledo », op. cit., p. 62.

82 Ibid., p. 62: «La importancia de Madrid en estos momentos hará cambiar el panorama viario.»

83 Ibid., p. 62-63 et carte p. 58.

84 J. Jiménez Gadea, « La red viaria en la provincia de Madrid : épocas romana e islámica », op. cit., p. 23-25 et carte p. 29.

85 Le col de Somosierra est identifié depuis Cl. Sánchez-Albornoz et F. Hernández Jiménez au Fağğ Ṭāriq, que franchit Ṭāriq après la conquête de Tolède et de Guadalajara pour passer la montagne : ibid., p. 23.

86 Pour J. Jiménez Gadea, il n’y a aucune évidence de l’utilisation du col de Fuenfría avant les derniers siècles du Moyen Âge.

87 D. Urvoy, «The `ulamā’ of al-Andalus», The Legacy of Muslim Spain, S. K. Jayyusi (éd.), Leiden-New York-London, Brill, 1994, p. 852.

88 M. Marín, «Nómina de sabios de al-Andalus (711-961)», Estudios Onomástico-Biográficos de al-Andalus, t. I, Madrid, CSIC, 1988, p. 23-182.

89 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 263-264.

90 Ibid., p. 252.

91 Ibid., p. 254-259.

92 Ṣa`īd b. Aḥmad al-Andalusī, Kitāb Ṭabaqtāt al-umam (Livre des catégories des nations), trad. R. Blachère, Paris, éd. Larose, 1935, p. 129-139 et trad. F. Maíllo Salgado, Madrid, Ed. Akal, 1999, p. 127-128.

93 A. Canto García, «Panorama numismático de la Marca Media», Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. 80.

94 Ibid., p. 81.

95 J. Zozaya Stabel-Hansen, «Asentamientos islámicos en la región de Madrid», Testimonios del Madrid medieval: el Madrid musulmán, op. cit., p. 74.

96 J. Zozaya Stabel-Hansen, « Las peregrinaciones a La Meca y sus posibles influjos en el mundo omeya andalusí », V Congreso de Arqueología Medieval Española (Valladolid, marzo 1999), Valladolid, Junta de Castilla y León, 2001, t. 1, p. 444. Il signale qu’a été découverte à Madrid une autre pièce en stéatite, un élément appartenant à une porte, lors des fouilles de la Casa de San Isidro, pièce publiée par O. Vallespín Gómez, E. Serrano Herrero, M. A. López Marcos et F. J. Marín Perellón, « Excavaciones en el solar “Casa de San Isidro” », Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. 287-296.

97 D. Wasserstein, The Rise and Fall of the Party-Kings, Politics and Society in Islamic Spain, Princeton, Princeton University Press, 1985 ; Ma J. Viguera Molins (dir.), Los reinos de taifas, Al-Andalus en el siglo XI, Historia de España Menéndez Pidal, VIII-1, Madrid, Espasa Calpe, 1994 ; Fr. Clément, Pouvoir et légitimité en Espagne musulmane à l’époque des taifas (Ve/XIe siècle), L’imam fictif, Paris, L’Harmattan, 1997.

98 Ma L. Ávila Navarro, « La sociedad », dans Ma J. Viguera Molins (dir.), Los reinos de taifas, Al-Andalus en el siglo XI, op. cit., p. 301-395 et M. Marín, « La vida intelectual », ibid., p. 501-561.

99 P. Guichard et B. Soravia, Los reinos de taifas, Fragmentación política y esplendor cultural, Málaga, Ed. Sarriá, 2005, 2e éd. 2006.

100 A. Canto García, «Panorama numismático de la Marca Media», op. cit., p. 83.

101 Ibid., p. 83-85.

102 Ibid., p. 83.

103 J. Oliver Asín, «Nuevos apuntes en torno a “Madrid” y al distrito de “Guadalajara”», Conferencias y apuntes inéditos, D. Oliver (éd.), Madrid, Agencia española de cooperación internacional, 1996, p. 213.

104 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 274-275.

105 F. Colmenarejo García, Arqueología medieval de Colmenar Viejo, Madrid, Ayuntamiento de Colmenar Viejo, 1987, p. 52. A. Canto García date la monnaie de 92/710 («Panorama numismático de la Marca Media», op. cit., p. 80).

106 J. Zozaya Stabel-Hansen, «Asentamientos islámicos en la región de Madrid», op. cit., p. 44.

107 M. Terrasse, « Sidjilmāsa », EI2, t. IX, p. 566-568.

108 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 271-272.

109 Ibid., p. 272-273.

110 Ibid., p. 247-248.

111 J. Zozaya Stabel-Hansen, «Las peregrinaciones a La Meca y sus posibles influjos en el mundo omeya andalusí», op. cit., p. 444-445.

Table des illustrations

Légende Figure 20. – Cultures en bordure du Manzanares sur le plan de Teixeira (1656).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99048/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Légende Figure 21. – Le finage de Mağrīṭ.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99048/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure 22. – La tour d’Arrebatacapas (cliché Cl. Guintard, avril 2008).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99048/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Figure 23. – Les routes de Madrid selon Y. Álvarez González et S. Palomero Plaza (1990).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99048/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Figure 24. – Les routes de Madrid selon J. Jiménez Gadea (1992).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99048/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search