Version classiqueVersion mobile

Madrid

 | 
Christine Mazzoli-Guintard

Troisième partie. Madrid et les autres, d'hier à aujourd'hui

Madrid et les autres, d’hier à aujourd’hui

Texte intégral

1Fondée par l’émir Muḥammad Ier vraisemblablement avant 865, Madrid connaît son plein épanouissement urbain au siècle suivant ; ceux qui y vivent, tant dans les noyaux de peuplement situés à l’extérieur de l’enceinte fortifiée qu’à l’intérieur du ḥiṣn primitif, sont représentatifs des types sociaux caractéristiques d’une petite ville de la frontière, où, plus encore que dans la grande ville, le même individu peut appartenir à plusieurs groupes à la fois, et où l’homme en armes est une silhouette familière de la ville : ceux qui gouvernent y côtoient ceux qui travaillent, artisans et paysans, mais aussi ceux qui ont la maîtrise du savoir, ulémas partageant leurs connaissances, pieux dévots effectuant leur ribāṭ.

2Une société est donc apparue derrière les lignes majeures du paysage urbain, enceinte de pierres, mosquée du vendredi sur la grand’rue, système d’approvisionnement en eau ; cette société qui façonne sans relâche la ville à son image fait de la ville avant tout un être historique, sujet aux inflexions de son histoire : les changements majeurs surviennent au XIe siècle et ils sont imposés aux Madrilènes depuis l’extérieur ; ils sont ainsi le fait des Autres, qu’ils soient proches et viennent du sud, du royaume de taifa tolédan, qu’ils soient différents et arrivent du nord, du royaume castillan.

3Le paysage urbain est également façonné par le territoire qui environne la ville et qui ne peut en être dissocié ; sous l’impulsion des géographes, les historiens conçoivent en effet la ville comme une centralité :

  • 1 M. Roncayolo, La ville et ses territoires, Paris, Gallimard, 1990, p. 19-29.

« La ville organise un territoire, ou plus simplement, un système de relations, dont les caractères et les limites, construction politique ou administrative, aire de marché, zone d’action restent à préciser1. »

  • 2 B. Cursente et M. Mousnier, « Introduction », Les Territoires du médiéviste, B. Cursente et M. Mou (...)
  • 3 A. Radeff, « Centres et périphéries ou centralités et décentralités ? », Per vie di terra, Movimen (...)

4Le territoire de la ville est ainsi pluriel, du territoire nourricier indispensable à l’approvisionnement quotidien, aux espaces lointains de l’Orient et du Maghreb dans lesquels la ville puise certaines ressources matérielles ou spirituelles, en passant par les territoires, administratif et militaire, dans lesquels Madrid s’inscrit. Le territoire de la ville est pluriel, également, par son caractère « fondamentalement hétérogène et discontinu », comme se plaisent à le rappeler B. Cursente et M. Mousnier dans leur introduction aux Territoires du médiéviste2, car la centralité est parfois interrompue par d’actives périphéries3. Madrid doit désormais être envisagée dans ses rapports avec les Autres, tant dans l’espace, les territoires dont elle dépend ou qu’elle structure, que dans le temps, à travers les soubresauts du XIe siècle et les prolongements de Mağrīṭ au-delà de 1085.

Notes

1 M. Roncayolo, La ville et ses territoires, Paris, Gallimard, 1990, p. 19-29.

2 B. Cursente et M. Mousnier, « Introduction », Les Territoires du médiéviste, B. Cursente et M. Mousnier (dir.), Rennes, PUR, 2005, p. 10.

3 A. Radeff, « Centres et périphéries ou centralités et décentralités ? », Per vie di terra, Movimenti di uomini e di cose nelle società di antico regime, A. Torre (éd.), Milano, 2007, p. 21-32.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search