Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books Presses universitaires de Rennes Histoire Madrid Chapitre VI. Être mağrīṭī : diver...

Madrid

 | 
Christine Mazzoli-Guintard

Deuxième partie. Le temps de la croissance urbaine (Xe-XIe siècles)

Chapitre VI. Être mağrīṭī : diversité des types sociaux, spécificité d’une société de frontière

Testo integrale

1Parler de la ville en termes de catégories sociales, aux limites souvent indécises où le savant est en même temps un marchand ou un artisan, revient à interroger les sources sur l’existence de milieux sociaux diversifiés, entre lesquels L. Gardet avait réparti

  • 1 L. Gardet, Les hommes de l’Islam, Approche des mentalités, Paris, Éd. Complexe, 1984, 2e éd. 1994, (...)

« les hommes des villes musulmanes à l’âge classique […] : milieu des cours et des palais (et les chefs de l’armée) ; milieu des “hommes de religion” ; milieu humaniste des scribes, lettrés et savants, auxquels peut être joint tout fonctionnaire de rang élevé ; milieu des propriétaires terriens, résidentiels ou non, et des grands marchands liés aux voyageurs par terre et par mer ; milieu (instable) des étudiants ; milieu des petits commerçants et artisans des sûq(s) ; le “bas peuple” enfin, aux “petits métiers” peu considérés ; les mendiants (et voleurs) sans métier1 ».

  • 2 Ainsi J.-Cl. Garcin évoque-t-il de manière dispersée les marchands, les familles pauvres, les nota (...)

2Les catégories sociales ainsi définies, qui peuvent être appliquées sans peine aux grandes villes de l’Islam médiéval, mais doivent être nuancées pour servir les petites villes, renvoient au trait définitionnel par excellence de la ville médiévale, celui de la diversité de ses types sociaux ; s’il est sous-jacent aux publications récentes relatives aux villes de l’Islam2, il est nettement mieux formulé pour l’Occident chrétien : selon J. Rossiaud,

  • 3 J. Rossiaud, « Le citadin », L’homme médiéval, J. Le Goff (dir.), Paris, Seuil, 1989, p. 160.

« la ville est le lieu de développement d’une société complexe […] Quoi de commun entre le mendiant et le bourgeois, le chanoine et la prostituée, tous citadins ? entre l’habitant de Florence et celui de Montbrison ? entre le néo-citadin de la croissance première et son descendant du XVe siècle ? Si leurs conditions sont dissemblables, comme leurs mentalités, le chanoine croise forcément la prostituée, le mendiant et le bourgeois. Les uns et les autres ne peuvent s’ignorer et s’intègrent dans un même petit univers de peuplement dense qui impose des formes de sociabilité inconnues au village, une façon de vivre spécifique, l’usage quotidien des deniers et, pour certains, une obligatoire ouverture au monde3 ».

3La diversité des types sociaux caractérise la société mağrīṭī : le potier croise l’uléma, le gouverneur passe à côté du paysan, le commerçant négocie avec le notable. Au-delà d’une pluralité naturelle dans les villes médiévales, la société mağrīṭī possède-t-elle un trait spécifique aux villes de frontière, la présence plus marquée d’hommes en armes, sur laquelle les sources méritent aussi d’être questionnées ? Enfin, étant donné que les différences sociales, dans une société musulmane de l’âge classique, ne peuvent être qu’une question de fait et non une question de droit, il convient de partir du fait pour analyser les catégories sociales de Mağrīṭ ; il faut donc donner comme point de départ à l’étude des types sociaux le rôle joué dans Madrid par ceux qui y vivent : ils peuvent être regroupés en trois catégories d’individus, ceux qui détiennent l’autorité et gouvernent la ville, ceux qui travaillent, du marchand-lettré à l’esclave, ceux qui prient et défendent la ville, les combattants de la frontière.

Gouverner Mağrīṭ : autorités urbaines et gestion de la ville

Les ressorts du fonctionnement de la ville

4L’absence d’institutions municipales autonomes et indépendantes de l’autorité souveraine qui caractérise les villes de l’Islam, tant à l’âge classique qu’aux temps ottomans, a parfois amené les grands érudits de l’École orientaliste à envisager la vie urbaine en termes de non-administration et d’anarchie. Cette conception a été critiquée par Cl. Cahen, qui considérait comme inexacte et non pertinente l’opposition entre

  • 4 Cl. Cahen, L’Islam des origines au début de l’Empire ottoman, Paris, Hachette, 1997 (rééd.), p. 18 (...)

« l’esprit et la structure municipaux de la ville antique [et] l’absence de toute institution autonome dans la ville musulmane, opposition qu’on étend du même coup à une comparaison avec la “commune” de l’Occident médiéval […] il est excessif d’imaginer que l’administration des temps musulmans n’a jamais eu de souci d’urbaniste, qu’il s’agisse du respect de vieilles réglementations ou d’organisation nouvelle, à Bagdad, à Damas, au Caire, etc.4 ».

  • 5 A. Raymond, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, Sindbad, 1985.

5Mais c’est A. Raymond qui montre, à travers sa magistrale étude sur les grandes villes arabes de l’époque ottomane, comment une ville organise la vie de la société en l’absence d’institutions municipales officielles ; « les mécanismes qui ont permis à ces villes de “fonctionner” et de s’accroître » relèvent de l’administration de la ville, c’est-à-dire de quelques préposés urbains comme le muḥtasib ou le wālī, des autorités politiques et des cadis, mais ces mécanismes reposent aussi sur des institutions populaires, groupements de nature diverse, corporations de métiers, communautés religieuses ou organisations de quartiers5.

  • 6 S. Denoix, « Unique modèle ou type divers ? La structure des villes du monde arabo-musulman à l’ép (...)
  • 7 Chr. Mazzoli-Guintard, Vivre à Cordoue au Moyen Âge, Solidarités citadines en terre d’Islam (Xe-XI(...)
  • 8 P. Chalmeta Gendrón, El « señor del zoco » en España : edades media y moderna, Madrid, Instituto H (...)
  • 9 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. 3 : le siècle du califat de Cordoue, Paris, (...)
  • 10 Je me permets de renvoyer à Chr. Mazzoli-Guintard, « De l’étain dans la préparation du vernis : un (...)
  • 11 Chr. Mazzoli-Guintard, « Andalousie médiévale, Maghreb et Proche-Orient modernes : un même modèle (...)

6Les propositions d’A. Raymond peuvent aisément être appliquées à des temps plus anciens : pour le bas Moyen Âge, S. Denoix a montré que certaines institutions de gestion de la grande ville de l’Islam sont bien connues, la judicature des cadis ou les fonctions de police, ainsi que « des formules favorisant une certaine solidarité sociale », à savoir l’organisation des métiers et leur gestion des affaires professionnelles, les groupes de soufis et les bandes de jeunes (les futuwwa), l’institution du waqf6. Il me semble aussi qu’une partie des mécanismes ayant permis la gestion de la ville et le développement de la vie urbaine peut être mis en évidence pour la Cordoue califale7 : des agents relèvent de l’autorité omeyyade, le ṣāḥīb al-sūq chargé de surveiller les mœurs et les métiers8, le ṣāḥīb al-šurṭa a et le ṣāḥīb al-madīna responsables de la répression des délits, le cadi devant lequel sont portés les conflits9 ; à côté d’eux, il existe divers groupements qui sont autant de ressorts sur lesquels la ville s’appuie pour fonctionner, associations regroupant les artisans d’un même métier, les hommes d’un même quartier, les fidèles d’une même confession10. La gestion de la ville repose dès lors sur l’articulation entre autorités et communautés ; le pouvoir politique reconnaît l’existence des chefs de ces groupements, ne leur accorde aucun statut officiel dans le gouvernement de la ville tout en utilisant leur autorité sur les populations pour gouverner celles-ci et, partant, pour gérer et administrer la ville11.

7L’accord s’est donc fait autour de l’idée que les grandes villes de l’Islam médiéval disposent de mécanismes qui leur permettent d’assurer la vie en société, mécanismes qui leur sont propres et qui n’ont rien à voir avec les institutions communales de l’Occident chrétien. Toutefois, nos connaissances se limitent aux grandes villes ; s’il est fort probable que ces mécanismes reposaient sur des bases identiques dans les agglomérations plus modestes, c’est-à-dire sur le subtil équilibre entre autorités et communautés, l’administration des petites villes devait disposer d’un personnel plus réduit que celui nécessaire à la gestion de la capitale. Pour le Madrid andalusí, les sources ont conservé la mémoire de deux catégories d’individus qui administrent la ville pour l’Omeyyade de Cordoue, auquel ils doivent leur nomination et une délégation de pouvoir : il s’agit du gouverneur et du cadi.

Les gouverneurs de Madrid : des hommes et des fonctions

8La plupart des données relatives aux gouverneurs de Madrid se trouve dans le Muqtabis, dans les paragraphes consacrés aux nominations et destitutions par Ibn Ḥayyān ; le grand chroniqueur cordouan fournit le nom de plusieurs de ces personnages nommés par Cordoue :

  • 12 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabas (V), P. Chalmeta, F. Corriente et M. Ṣubḥ (éd.), Madrid, Instituto Hispano (...)

`Abd Allāh b. Muḥammad b. `Abd Allāh : pour l’année 317 (14 février 929-2 février 930), il figure parmi les « principaux gouverneurs (al-`ummāl) du pays (al-bilād) […] », pour Madrid (Mağrīṭ)12.

  • 13 Ibid., p. 258 et p. 285.

Abū `Umar : il est qā`id de Madrid en 324 (30 novembre 935-18 novembre 936)13.

  • 14 Ibid., p. 284 et p. 312.

Aḥmad b. `Umar : il fait partie des vizirs et gouverneurs (al-`ummāl) en 325 (19 novembre 936-7 novembre 937), pour la Marche (ṯaġr) de Madrid, du moins jusqu’en rabī` II (16 février 937-16 mars 937), moment où il est destitué14.

  • 15 Id.
  • 16 Ibn al-Abbār (m. 1238), Takmila, A. Bel et M. Bencheneb (éd.), Alger, 1920, I, no 11 : cité par É. (...)
  • 17 Ibn `Abd al-Malik Marrākušī (m. 1303-1304), Al-Ḏayl wa-l-Takmila, M. Ben Šarīfa (éd.), t. I, p. 19 (...)

Aḥmad b. `Abd Allāh b. Abī `Īsā : il remplace, à partir de rabī` II 325 (16 février 937-16 mars 937), le gouverneur de la Marche (ṯaġr) de Madrid, qui vient d’être destitué ; il meurt en ğumādā II (16 avril 937-14 mai 937)15. Les recueils biographiques, qui ont conservé le souvenir de ce personnage, introduisent une variante autour de la date de sa mort : au retour d’une opération victorieuse en territoire chrétien, Aḥmad b. `Abd Allāh tombe dans une embuscade qui lui coûte la vie. Selon Ibn Abbār, il meurt en 324 (935-936) avec dix-sept musulmans et il est enterré à Talamanca16 ; selon Marrākušī, il meurt en 324 (935-936) avec dix-huit musulmans et il est enterré à Tolède ou Talamanca17 :
« `Abd al-Raḥmān al-Nāṣir le nomma gouverneur de la forteresse de Madrid (ḥiṣn Mağrīṭ) à deux reprises ; lors de sa seconde nomination, il fit une razzia [en territoire chrétien] et il obtint du butin, mais la cavalerie ennemie l’intercepta sur le chemin du retour […] son cadavre fut emmené à Tolède [ou Talamanca] où il fut enterré, en 324/935-936. »

  • 18 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabas (V), op. cit., p. 284; Crónica del califa `Abdarraḥmān III, op. cit., p. 3 (...)

Muḥammad b. `Alī : il remplace Aḥmad b. `Abd Allāh b. Abī`Īsā, à partir de ğumādā II (16 avril 937-14 mai 937)18.

  • 19 Ibid., p. 314 et p. 348.

Sa`īd b. Mağmā` : en 328 (18 octobre 939-5 octobre 940), il figure sur la liste des vizirs et gouverneurs (al-`ummāl), chargé de la ville (madīna) de Madrid ; il perd son poste cette année-là19.

al-Fatḥ b. Yaḥyā : en 328 (18 octobre 939-5 octobre 940), il est nommé gouverneur (al-`āmil) pour la ville (madīna) de Madrid, en remplacement de Sa`īd b. Mağmā`.

  • 20 A. A. Duri, « `āmil », EI2, t. I, p. 447-448 : sous les Omeyyades, le terme est employé à la fois (...)
  • 21 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. 3, op. cit., p. 40, en part. note 4. Il ava (...)

9Sous leur apparente sécheresse, ces notices sont riches d’enseignements sur les hommes qui gouvernent Madrid, tant sur leur rôle dans la ville que sur la famille qui domine Madrid dans la première moitié du Xe siècle. Le titre porté par ces personnages, tout d’abord, donne quelques indications sur les fonctions qu’ils remplissent : ils figurent sur la liste des `ummāl, c’est-à-dire des agents du fisc. Comme terme technique, `āmil désigne en effet « un agent du gouvernement ou un officier, particulièrement un collecteur d’impôts20 » ; É. Lévi-Provençal avait souligné que le titre était trop souvent traduit par gouverneur alors qu’il possède presque toujours, dans les chroniques de d’Occident, le sens d’agent de l’administration financière21.

  • 22 M. Méouak, « Administration des provinces et gouverneurs (wulā t/`ummāl) dans l’Espagne umayyade » (...)
  • 23 En 930/318, le `āmil d’Ecija reçoit une note officielle le chargeant de faire construire une fonta (...)

10Mais s’il est à l’origine le collecteur de taxes et de tributs, chargé de la répartition et de la perception des impôts, le `āmil d’al-Andalus a des fonctions plus étendues, comme M. Méouak l’a signalé22 : il est chargé du contrôle de la bay`a et de l’exécution d’ouvrages publics dont le souverain a ordonné la construction23, il a pour mission de lever les troupes pour les campagnes d’été, voire de débuter les opérations militaires si les préparatifs sont suffisamment avancés. Il doit rendre compte à l’administration centrale de ses actions par écrit, tout comme il reçoit des ordres venus de la capitale au travers de lettres-circulaires qui lui enjoignent de lever des troupes ou de faire prier pour la pluie : en 314 (926-927),

  • 24 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabas (V), op. cit., p. 134 ; Crónica del califa `Abdarraḥmān III, op. cit., p.  (...)

« les gens de Cordoue et de ses environs souffrirent de la sécheresse, qui fit monter les prix et entraîna une pénurie. Le responsable de la prière (ṣāḥīb al-ṣalāt), Aḥmad b. Baqī b. Maḫlad se rendit à l’oratoire du faubourg pour y diriger la prière et al-Nāṣir écrivit à ses gouverneurs dans les coras (`ummāli-hi fī al-kuwar) pour qu’ils fassent de même là-bas. Ils firent cela plusieurs fois, jusqu’à ce que Dieu concède la pluie et que prenne fin la calamité24 ».

  • 25 M. Méouak, « Administration des provinces et gouverneurs », op. cit., p. 112 et Pouvoir souverain, (...)

11D’agent de l’administration financière, le `āmil est devenu le représentant civil de l’autorité cordouane dans les provinces, ce qui s’explique aisément par l’importance primordiale que l’État accorde aux prélèvements fiscaux : n’oublions pas que les ḥuṣun de la région madrilène sont fondés par l’émir Muḥammad Ier pour garder les récoltes. De plus, les fonctions militaires qui sont parfois détenues par le `āmil peuvent l’amener à tenir aussi le rôle de qā’id : M. Méouak cite le cas d’Abū `Uṯmān `Ubayd Allāh b. Muḥammad b. al-Ġamr b. Abī `Abda qui est à la fois `āmil et qā’id, chargé de mettre fin à une rébellion dans la région de Jaén25.

  • 26 M. Méouak, « Hiérarchie des fonctions militaires et corps d’armée en al-Andalus umayyade (IIe/VIII(...)

12Le qā’id peut, en effet, être chargé de deux tâches, l’une civile, le recouvrement des impôts, voire la direction de l’administration d’une région, et l’autre militaire, lever des contingents de soldats en vue de la ṣā’ifa annuelle et participer à la direction des campagnes26. Il est donc tout à fait probable qu’Abū `Umar, qui mène en tant que qā`id de Madrid une campagne victorieuse en territoire infidèle en 936/324, soit le `āmil de la ville : dans le cadre d’une expédition armée, il porte naturellement un titre militaire, ou, tout du moins, le jeu des co-occurrences dans la phrase amène-t-il le chroniqueur à associer une expédition en territoire ennemi (`ilā ā `dā’) à un terme ayant un signifié lié au domaine militaire, celui de qā`id.

  • 27 Ph. Sénac, La frontière et les hommes (VIIIe-XIIe siècle), Le peuplement musulman au nord de l’Ebr (...)

13Pour la Marche supérieure, Ph. Sénac était parvenu à des conclusions similaires quant aux fonctions des gouverneurs et aux variantes de la terminologie servant à les désigner27 : au sommet de la hiérarchie administrative se trouve un maître de la Marche (ṣāḥīb al-ṯaġr), dont l’autorité s’étend à l’ensemble des districts de la Marche, dirigés par un gouverneur local dit wālī, `āmil ou ṣāḥīb. Mais le gouverneur de Saragosse, important personnage de l’État que le calife consulte sur des affaires importantes, est appelé le qā`id al-ṯaġr.

14Les gouverneurs de la frontière aragonaise ont des fonctions civiles et militaires. Ils sont chargés de collecter les redevances, de faire régner l’ordre, de veiller à l’entretien des forteresses de la région et de participer aux expéditions menées par le souverain, voire de mener eux-mêmes des opérations en territoire chrétien ; une administration de secrétaires et de scribes les seconde dans leurs tâches administratives : le `āmil, collecteur d’impôts, est au service du gouverneur de Huesca dès la fin du VIIIe siècle.

Les gouverneurs de Madrid : des Berbères de la Marche moyenne aux Cordouans ?

  • 28 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 149 et p. 264-265, à partir de la Takmila(...)
  • 29 Ibn Ḥayyān, Kitāb al-Muqtabis fī ta’rīḫ riğāl al-Andalus, M. `Alī Makkī (éd.), Beirut, 1973, p. 13 (...)
  • 30 H. de Felipe, Identidad y onomástica de los Beréberes de al-Andalus, Madrid, CSIC, 1997, p. 223.

15Si les fonctions remplies par les `ummāl successifs de Madrid n’avaient guère retenu l’attention, en revanche, ces personnages avaient été envisagés dans une perspective anthroponymique : J. Oliver Asín avait relevé le nom de ces personnages, en accordant une importance toute particulière à Aḥmad b. `Abd Allāh b. Yaḥyā b. Yaḥyā b. Yaḥyā al-Layṯ, descendant d’une illustre famille de savants cordouans d’origine berbère, les Banū Abī`Īsā, dont le membre le plus illustre, Yaḥyā b. Yaḥyā, est à l’origine de l’orientation malékite de la jurisprudence andalusí. Aḥmad b. `Abd Allāh remplit à deux reprises la fonction de gouverneur de Madrid ; il meurt au plus tard en 937/325, tombé dans une embuscade au retour d’une expédition contre les chrétiens, et il est enterré à Talamanca ou à Tolède28. Le premier `āmil de Madrid dont les sources ont conservé la mémoire semble être `Ubayd Allāh b. Sālim, en poste en 871/258 : cette année-là, en effet, les Tolédans se révoltent contre leur gouverneur et « ils expulsent de la ville un certain Masūna [ou Masūya], l’envoyant à Madrid où il est exécuté par `Ubayd Allāh b. Sālim, qui envoya sa tête à l’émir Muḥammad à Cordoue29 ». Pour M. Makkī et H. de Felipe, il est fort probable que ce personnage soit l’ancêtre de `Abd Allāh b. Muḥammad b. `Ubayd Allāh, nommé `āmil de Madrid en 317 (fév. 929-fév. 930)30.

  • 31 L’information, fournie par al-Uḏrī, est analysée par E. Manzano Moreno, La frontera de al-Andalus (...)
  • 32 H. de Felipe, Identidad y onomástica de los Beréberes, op. cit., p. 221-223.
  • 33 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabas (V), op. cit., p. 105 ; Crónica del califa `Abdarraḥmān III, op. cit., p.  (...)
  • 34 Ibid., p. 110 et p. 133.
  • 35 H. de Felipe, Identidad y onomástica de los Beréberes, op. cit., p. 310.

16Cela signifierait que, depuis la fondation de Madrid jusqu’à la proclamation du califat, soit pendant plus d’un demi-siècle, le pouvoir serait resté aux mains d’une seule et même famille, celle des Berbères Maṣmūda Banū Sālim ; l’importance de ce lignage dans la Marche moyenne et sa fidélité aux Omeyyades rend l’hypothèse tout à fait plausible : cette famille, peut-être entrée en al-Andalus dès le début du VIIIe siècle, a définitivement laissé son nom à Medinaceli, comme elle l’avait donné à la partie de la Marche moyenne située entre Medinaceli et Madrid, dite ṯaġr des Banū Sālim31. La fidélité des Banū Sālim à Cordoue est marquée par le soutien apporté par un membre de la famille, gouverneur de Guadalajara, à l’émir Muḥammad Ier contre un ennemi de ce dernier dans la Marche supérieure, Mūsā b. Mūsā al-Qaswī32. Les Banū Sālim sont destitués de leur autorité sur Guadalajara en 308 (mai 920-mai 921), au début de la campagne de Muez : le prétexte de leur destitution réside dans des plaintes émanant de la population, fidèle à l’émir ; ils sont remplacés par un grand notable arabe, membre de la famille omeyyade, Sa`īd b. Munḏir al-Qurašī al-Marwān, l’un des principaux courtisans de `Abd al-Raḥmān III33. Curieusement, c’est aussi en 308 (mai 920-mai 921) que le berceau de la famille, Medinaceli, est signalé comme étant en ruine, lorsque l’émir y passe au retour de son expédition34 ; il en confiera la reconstruction, plus de vingt ans après, à son fidèle Ġālib35.

  • 36 Pour Guadalajara, dès 308 (920-921) ; l’autorité sur Madrid est encore détenue par un Banū Sālim e (...)
  • 37 E. Manzano Moreno, La frontera de al-Andalus en época de los Omeyas, op. cit., p. 347.

17Qu’est-il donc arrivé aux Banū Sālim dans ces années 920-930 ? Ils perdent, à peu d’années d’intervalle, leur autorité sur Guadalajara et sur Madrid36, au bénéfice de proches de l’Omeyyade, tandis que leur premier lieu d’implantation dans la Péninsule est dépeuplé et sera restauré au profit d’un mawlā du calife ; qu’est-ce qui leur vaut d’être ainsi les premières victimes de l’intervention omeyyade dans les zones-frontières ? Lorsque, à l’été 920/308, l’émir `Abd al-Raḥmān III entame sa lutte contre les pouvoirs locaux qui y sont établis, il suit deux politiques bien différentes, l’alliance ou la destitution37 ; dans la mesure où il a alors fort à faire dans toutes les régions éloignées de la capitale, il ne peut se permettre d’éliminer que des chefs locaux offrant peu de résistance : l’éviction des Banū Sālim peut être interprétée comme un signe de l’affaiblissement de ce lignage berbère et les récriminations de leurs administrés ne seraient alors qu’un prétexte pour justifier l’intervention émirale.

  • 38 M. Marín, « Una familia de ulemas cordobeses : los Banū Abī`Īsā », op. cit., p. 315.

18En somme, pendant plus d’un demi-siècle, de sa fondation jusqu’au début des années 930, Madrid est gouvernée par un Berbère, membre de la famille des Banū Sālim, vraisemblablement installée dans la région depuis le début du VIIIe siècle ; cette période de continuité, et sans doute aussi de stabilité pour la ville, prend fin dans la première moitié des années 930 et correspond au temps de la mainmise de l’Omeyyade sur ses frontières. La gestion de la ville est confiée, entre 324 (935/936) et 328 (939/940), à six personnages différents, dont l’un tient le poste de gouverneur à deux reprises. Il n’est pas possible de déterminer si ces individus entretenaient entre eux des liens de parenté ou de clientèle ; en revanche, et à l’image d’Aḥmad b. `Abd Allāh b. Abī`Īsā38, il peut s’agir de personnages étrangers à la ville, que le pouvoir cordouan lui impose de l’extérieur :

Abū `Umar : 324 (30 novembre 935-18 novembre 936) ;
Aḥmad b. `Umar : 325 jusqu’en rabī` II (19 novembre 936-février/mars 937) ;
Aḥmad b. `Abd Allāh b. Abī`Īsā : rabī` II 325 (16 février 937-16 mars 937)-ğumādā II ; 325(16 avril 937-14 mai 937), pour la deuxième fois ;
Muḥammad b. `Alī : à partir de ğumādā II 325 (16 avril 937-14 mai 937) ;
Sa`īd b. Mağma` : jusqu’en 328 (18 octobre 939-5 octobre 940) ;
al-Fatḥ b. Yaḥyā : à partir de 328 (18 octobre 939-5 octobre 940).

Le cadi de Madrid

  • 39 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. 3, op. cit., p. 117 : l’Omeyyade délègue se (...)
  • 40 Ibid., p. 120-121. Pedroche ou Los Pedroches, est l’ancien Faḥṣ al-Ballūṭ, litt. la plaine des gla (...)

19Aux côtés du gouverneur, la bonne marche des affaires urbaines repose sur le cadi : délégué en province du juge de la capitale, nommé par le pouvoir central, il est chargé de trancher les litiges survenus dans la ville et, sans doute, dans le territoire environnant39. Il n’existe, à ma connaissance, qu’une seule et unique notice relative à un cadi de Madrid, que nous devons, une fois encore, au grand Ibn Ḥayyān. Cette notice, par ailleurs, est longtemps restée dans l’oubli, malgré le soin mis par al-Ḥimyarī à la conserver : la liste des circonscriptions judiciaires d’al-Andalus sous le califat, établie par É. Lévi-Provençal à partir du recueil biographique d’al-Faraḍī, a souvent servi de référence aux études postérieures ; tous les chefs-lieux des kūra/s et des zones de Marches devaient avoir leur cadi et, pour la Marche moyenne, É. Lévi-Provençal signale la présence d’un cadi dans les localités suivantes, Pedroche, Tolède, Guadalajara, Medinaceli, Talavera40.

  • 41 Al-Ḥimyarī, La péninsule ibérique au Moyen Âge d’après le Kitāb ar-Rawḍ al-miṭ`ār, trad. É. Lévi-P (...)

20À cette liste, qu’É. Lévi-Provençal présentait comme « probablement complète », il convient donc d’ajouter désormais le cadi de Madrid : al-Ḥimyarī a copié chez Ibn Ḥayyān l’anecdote relative au creusement d’un fossé à l’extérieur du rempart de Madrid, qui fit mettre au jour un squelette gigantesque. Cette découverte fut confirmée « par un communiqué (muḫāṭaba) du cadi de Madrid (al-qāḍī Mağrīṭ), qui était allé en personne le voir, ainsi que ses témoins instrumentaires (šuhūdi-hi)41 ». L’anecdote renvoie à l’époque omeyyade, sans qu’il soit possible de préciser davantage : le fossé a pu être creusé (ḫandaqa) dès le temps de la fondation de la forteresse, c’est-à-dire dans la seconde moitié du IXe siècle, mais il a pu aussi être mis en place à une époque postérieure, les ouvrages de fortification étant en général des travaux de longue haleine.

  • 42 La preuve est principalement définie dans le cadre de la procédure : J. Schacht, Introduction au d (...)

21Le juge de Madrid est figuré ici non dans ses traditionnelles fonctions judiciaires, de magistrat rendant la justice et concluant un procès par une sentence, mais dans celles de surveillance et d’inspection de la vie urbaine ; il se déplace avec ses šuhūd, témoins oculaires dont le rôle est essentiel, puisqu’en droit islamique, le témoignage est le mode suprême d’administration de la preuve42. En somme, le juge de Madrid répond parfaitement à la définition du juge de province donnée par Ma L. Ávila :

  • 43 Ma L. Ávila, « Cargos hereditarios en la administración judicial y religiosa de al-Andalus », Acta (...)

« Dans les capitales de province de second ordre, il existe une charge publique, celle de cadi ; dans une certaine mesure, il exerce le pouvoir ou, pour le dire autrement, il contrôle les affaires de la ville […]. Ce personnage n’est pas autre chose que la face visible des notables de la ville et il les représente comme un individu appartenant à ce groupe43. »

22À l’image des cadis du reste d’al-Andalus, le cadi de Madrid appartient au groupe des ulémas : c’est de cette composante de la société mağrīṭī que les sources écrites ont le mieux conservé la mémoire.

Travailler à Mağrīṭ : diversité des catégories sociales

  • 44 Sur laquelle l’ouvrage d’O. R. Constable reste incontournable: Trade and traders in Muslim Spain, (...)
  • 45 L. Gardet, Les hommes de l’Islam, Approche des mentalités, op. cit., p. 111.
  • 46 M. Marín, « El oficio de la ciencia y otros oficios : en torno a la onomástica de los ulemas andal (...)

23Si la diversité des composantes sociales de la ville n’avait pas échappé aux auteurs arabes du Moyen Âge, attachés à opposer la ḫāṣṣa et la `āmma, les sources dont nous disposons ne nous permettent pas de répartir la société mağrīṭī entre des catégories sociales strictement délimitées ; les “milieux” déterminés par L. Gardet ne sont pas clos, mais au contraire extrêmement perméables, le même individu pouvant appartenir à plusieurs groupes : la figure majeure du marchand-lettré44 appartient autant au « milieu humaniste des scribes, lettrés et savants », qu’à celui « des propriétaires terriens […] et des grands marchands liés aux voyageurs par terre et par mer45 ». De même, M. Marín a montré qu’une partie des ulémas exerce une activité artisanale46, soit, pour en revenir aux « milieux » de L. Gardet, qu’un même individu appartient à la fois au « milieu humaniste des scribes, lettrés et savants » et au « milieu des petits commerçants et artisans des sûq(s) ».

24Interrogés sur ceux qui travaillent en ville, les textes arabes et le mobilier archéologique répondent toutefois qu’il existe deux grandes catégories sociales : d’un côté, le groupe des notables, formé des ulémas, du moins des savants ayant eu un rayonnement intellectuel suffisamment important pour figurer dans les recueils biobibliographiques ; de l’autre, la classe laborieuse, la `āmma sans doute, composée des petits commerçants du souq, des artisans et des paysans.

Le monde des notables

  • 47 Sur le groupe des notables urbains, cf. les références rassemblées dans Chr. Mazzoli-Guintard, « Ê (...)

25Par monde des notables, il faut comprendre un groupe intermédiaire entre la ḫāṣṣa et la `āmma, proche du groupe détenteur de l’autorité et pouvant parfois y entrer, par l’obtention du poste de `āmil de la ville47. Le groupe des notables est majoritairement composé des ulémas, impression qui résulte, en partie, d’un effet de prisme déformant imposé par les sources : l’omniprésence des savants dans la vie citadine tient au fait qu’ils se trouvent au cœur de l’abondante littérature biobibliographique, attachée à recenser les ulémas et à noter les savoirs qu’ils maîtrisaient ; par conséquent, les hommes de science, au rôle certes essentiel dans la cité, ont sans doute éclipsé d’autres composantes du groupe des notables. Par ailleurs, le groupe des ulémas est composite : s’il est dominé par la figure, bien connue, du marchand-lettré, se superposent à Madrid celle du gouverneur-lettré et celle de l’uléma-combattant, qui peuvent d’ailleurs n’en faire qu’une, à l’instar d’Aḥmad b. `Abd Allāh, savant connaisseur de la langue arabe et poète, gouverneur de Madrid, chef d’une expédition en territoire chrétien.

  • 48 Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 26.
  • 49 Ainsi, le géographe Yāqūt corrobore-t-il les informations des recueils biobibliographiques, mais i (...)

26Les sources relatives aux ulémas de Madrid sont bien connues : Ma J. Viguera a dressé la liste des principaux auteurs de recueils biobibliographiques ayant consacré des notices à des savants qui ont entretenu, d’une manière ou d’une autre, un lien avec Madrid48. Il s’agit des auteurs suivants : Ibn al-Faraḍī (m. 1012/403), Ibn Baškuwāl (m. 1183/578), al-Abbār (m. 1203/599), Ibn Abbār (m. 1260/658), Ibn `Abd al-Malik Marrākušī (m. 1303-1304/703), Ibn al-Ḍabbī (m. 1375/776). Aux notices de ces auteurs, qui fournissent l’essentiel de nos connaissances sur les ulémas de Madrid, s’ajoutent quelques informations qu’il faut puiser dans d’autres types de sources, chroniques et œuvres géographiques, ainsi que dans l’anthologie du polygraphe Ibn Sa`īd49.

  • 50 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 243-277 : « El ambiente cultural y milita (...)
  • 51 M. Marín, « Ulemas en la Marca Media », Estudios Onomástico-Biográficos de al-Andalus, t. VII, Mad (...)
  • 52 M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, Al-Qāhira, 1968.
  • 53 Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit. Quelques ulémas de Madrid figurent aussi (...)

27S’il n’existe pas de véritable répertoire des savants de Madrid, qui rassemblerait toutes ces notices et tracerait leur historiographie respective, les données relatives à ces ulémas ont été à plusieurs reprises analysées et elles sont régulièrement revenues dans les travaux publiés depuis une cinquantaine d’années : il s’agit d’études consacrées à la vie culturelle, à celle de Madrid même par J. Oliver Asín50, ou plus largement à celle de la Marche moyenne par M. Marín51. Il s’agit également de la belle synthèse de M. `A. Makkī sur le Madrid arabe52 ou de la présentation des sources textuelles arabes relatives à Mağrīṭ, réalisée par Ma J. Viguera53. Les conclusions de ces travaux divergent parfois : l’enthousiasme de J. Oliver Asín devant l’importance culturelle de Madrid, berceau d’hommes illustres, dont le très célèbre astronome et mathématicien Maslama al-Mağrīṭī, contraste avec le scepticisme de M. Marín qui montre le rôle secondaire de Madrid dans la vie culturelle de la Marche moyenne, par rapport au foyer intellectuel qu’est Guadalajara ; elle insiste sur la pauvreté d’un matériel biographique qui ne permet pas de reconstituer la chaîne de transmission du savoir et qui montre avant tout des savants pressés de quitter Madrid pour des villes où enseignent des maîtres talentueux.

28De ces travaux, trois points essentiels se dégagent, la diversité des relations entretenues entre les ulémas et la ville, les liens familiaux unissant les savants et la place du savant en armes : si les deux premiers sont communs aux ulémas d’autres villes d’al-Andalus, le dernier, en revanche, est plus particulier aux savants madrilènes. Les travaux relatifs aux ulémas s’attachent toujours à distinguer les savants nés et ayant vécu dans une ville donnée, ayant contribué à en faire un foyer culturel, les savants nés dans la ville et l’ayant quittée pour des villes plus dynamiques sur le plan intellectuel et les savants venus de l’extérieur, attirés par la renommée de la ville. Tous ces types d’ulémas sont représentés à Madrid : savants du Xe siècle, Sa`īd b. Sālim a vécu et est mort à Madrid, Maslama al-Mağrīṭī a quitté Madrid pour Cordoue, Muḥammad b. Ḥunayn est venu d’Ecija à Madrid.

  • 54 Familias andalusíes, Estudios Onomástico-Biográficos de al-Andalus, t. V, Madrid, CSIC, 1992.
  • 55 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 273-274.

29Les ulémas sont unis par des liens familiaux, les connaissances se transmettant de père en fils, le savoir se trouvant monopolisé entre les mains de quelques familles54 : Abū al-Muṭarrif `Abd al-Raḥmān b. `Abd Allāh (m. 1016/407) et son fils Abū Ya`qūb (m. 1080-1081/473) appartiennent à la famille des Banū Ḥammād qui, du califat aux taifas, conserve et transmet les connaissances dans Madrid. La présence de l’uléma-guerrier, du savant venu à Madrid pour y faire le ribāṭ, enfin, est attestée dès l’époque de la fondation de la ville et pour le Xe siècle ; pour le XIe siècle, J. Oliver Asín distingue les temps troublés de la fitna et des alliances avec les royaumes chrétiens, où les ulémas ne se déplacent plus jusqu’à Madrid, et la seconde moitié du siècle, marquée par une intense guerre de frontière et la venue de musulmans dans la petite ville de la Marche, pour y accomplir le ğihād55.

30Qui sont donc les ulémas de Madrid ? Les voici, par ordre alphabétique :

311) `Abd Allāh b. Sa`īd al-Mağrīṭī, Abū Muḥammad

  • 56 Ibid., p. 252 ; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, op. cit., p. 111 ; Ma L. Ávila, La sociedad his (...)

32Il quitte de bonne heure Madrid pour aller étudier à Tolède et à Cordoue ; il meurt en Orient en 999/390 ou en 1000/39156.

332) `Abd al-Raḥmān b. ḫalaf b. Salmūn al-Tuğībī, Abū al-Muṭarrif

  • 57 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 269-270; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyy (...)

34Né à Uclés en 925/313, il étudie à Madrid et à Tolède et fait le pèlerinage en 960/349. À La Mecque, il étudie avec Abū Bakr Muḥammad b. al-Ḥusayn al-Ağārī et Abū Ḥafṣ `Umar b. Muḥammad b. Aḥmad al-Ğamḥī ; en Égypte, il assiste à la lecture du Livre de l’ascétisme (Kitāb al-zuhd) d’Abū Isḥāq Muḥammad b. al-Qāsim b. Ša`bān. À Madrid, il se distingue dans le maniement des armes et dans le savoir57.

353) `Abd al-Raḥmān b. `Abd Allāh b. Ḥammād, Abū al-Muṭarrif

  • 58 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 246-247; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyy (...)

36Originaire de Madrid, mort en 1016/407, ce savant étudie auprès de maîtres célèbres à Séville, Cordoue, Grenade, Tolède. Vertueux, pieux, modeste et chaste aux dires d’Ibn Baškuwāl, il exerce ses talents à Madrid, où il forme son propre fils Yūsuf58.

374) Aḥmad b. `Abd Allāh b. Yaḥyā b. Yaḥyā b. Yaḥyā b. Kaṯīr b. Waslās b. Šamlal b. Manqāyā al-Maṣmūdī al-Ṣādī al-Rukūnī al-Layṯī.

38Illustre Cordouan de la famille des Banū Abī`Īsā, Marrākušī en livre le portrait suivant :

  • 59 Ibn `Abd al-Malik Marrākušī (m. 1303-1304), Al-Ḏayl wa-l-takmila, t. 1, M. Ben Šarīfa (éd.), p. 19 (...)

« Parmi [les descendants de Manqāya], Kaṯīr vint en al-Andalus avec son frère Yazīd, envoyé par `Abd al-Raḥmān b. Mu`āwiya pour [amener] ses tantes de Syrie, une fois que son pouvoir se fut affirmé en al-Andalus. Il mourut sans descendant. D’autres disent que celui qui partit les [chercher] fut Kaṯīr, mais seul Dieu le sait. Notre personnage, Aḥmad, était cordouan et il transmit de son père `Ubayd Allāh b. Yaḥyā. C’était une personne consacrée au savoir, excellente en langue [arabe] et bon poète. `Abd al-Raḥmān al-Nāṣir le nomma gouverneur de la forteresse de Madrid (ḥiṣn Mağrīṭ) à deux reprises ; lors de sa seconde nomination, il fit une razzia [en territoire chrétien] et il obtint du butin, mais la cavalerie ennemie l’intercepta sur le chemin du retour et il tomba en martyr avec dix-huit autres musulmans. Son cadavre fut emmené à Tolède [ou Talamanca] où il fut enterré, en 324/935-93659. »

395) Aḥmad b. Ibrāhīm b. Muḥammad b. Bāz

  • 60 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 264; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, o (...)

40Fils d’al-Qazzāz, il fait partie du groupe des cinq Cordouans partis vers Madrid en 887/274. Il prononce l’oraison funèbre sur la tombe de son père à Tolède60.

416) Aḥmad b. Ḥālid

  • 61 Id.

42Il fait partie du groupe des cinq Cordouans partis vers Madrid en 887/274 autour d’Ibrāhīm b. Muḥammad al-Qazzāz61.

437) Aḥmad b. Abī Zur`a

  • 62 Id.

44Il fait partie du groupe des cinq Cordouans partis vers Madrid en 887/274 autour d’Ibrāhīm b. Muḥammad al-Qazzāz62.

458) Ġarbīb b. Ḫalaf b. Qāsim, Abū l-Ḥasan

  • 63 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 262; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, o (...)

46Savant originaire de Madrid, établi à Málaga au tournant des XIe et XIIe siècles63.

479) Ğassās al-zāhid (l’ascète)

  • 64 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 271-272 ; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiy (...)

48Originaire de Siğilmāsa, il voyage en Orient et en al-Andalus, où, à la fin du Xe siècle, il enseigne le Livre de l’ascétisme (Kitāb al-zuhd) de Yumn b. Rizq à Madrid64.

4910) Hārūn b. Mūsā b. Ṣāliḥ b. Ğandal al-Qaysī al-Mağrīṭī, Abū Naṣr

  • 65 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 254-259 ; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiy (...)

50Né à Madrid, il part dans sa jeunesse étudier à Cordoue où il meurt en 1011/401 ; c’est un savant particulièrement versé en grammaire et en littérature (adab)65.

5111) Ibn `Abd al-Barr, Abū `Abd Allāh

  • 66 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 264; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, o (...)

52Il fait partie du groupe des cinq Cordouans partis vers Madrid en 887/274 autour d’Ibrāhīm b. Muḥammad al-Qazzāz66.

5312) Ibrāhīm b. Muḥammad b. Bāz al-Qazzāz, Abū Isḥāq

  • 67 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 263-264 ; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiy (...)

54Cordouan célèbre pour avoir introduit en al-Andalus la science de la lecture coranique, il part pour Madrid accompagné de son fils et de trois autres savants, tous ses disciples, avant 887/224, date de sa mort. Il tombe malade sur la route de Madrid et il est emmené jusqu’à Tolède, où il est enterré67.

5513) al-Mağrīṭī, Abū `Abd Allāh

  • 68 M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, op. cit., p. 114 ; Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus (...)

56Le plus mal connu sans doute des savants liés à Madrid : il est mentionné par Ibn Sa`īd dans son anthologie intitulée Al-Muġrib comme étant un poète et secrétaire68. Il ne peut être situé ni dans le temps, ni dans l’espace, sa nisba pouvant simplement renvoyer à ses ancêtres.

5714) Maslama b. Aḥmad al-Faraḍī al-Mağrīṭī, Abū l-Qāsim

  • 69 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 253 ; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, (...)

58Né à Madrid au milieu du Xe siècle, il part s’installer très jeune à Cordoue où il meurt vers 1007/398 ; grand mathématicien et astronome, il est sans aucun doute le plus célèbre des savants originaires de Madrid, qui attache son nom à des œuvres de mathématiques, d’astronomie et d’arithmétique69.

5915) Muḥammad b. › Ḥunayn

  • 70 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 268. ; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, (...)

60Originaire d’Ecija, dans la première moitié du Xe siècle, il étudie avec des maîtres de Cordoue, dont Muḥammad b. `Umar b. Lubāba, et avec le Sévillan Muḥammad b. Aḥmad ; il se distingue par ses connaissances des traditions du Prophète. Après avoir fait le pèlerinage, il se dirige vers la frontière comme murābiṭ et il meurt à Madrid, à une date inconnue70.

6116) Mūsā b. Qāsim b. Ḥaḍir

  • 71 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 274; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, o (...)

62Savant tolédan, il vient accomplir le ğihād dans la région de Madrid ; il meurt en 1051/443 au combat, non loin de la confluence du Manzanares et de l’Henares, dans le Faḥṣ al-Madīna (Plaine de la ville [de Madrid], auj. Salmedina)71.

6317) Sa`īd b. Sālim al-Mağrīṭī, Abū `Uṯmān

  • 72 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 245-246; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyy (...)
  • 73 Telle est l’opinion d’H. de Felipe, Identidad y onomástica de los Beréberes, op. cit., p. 224. De (...)

64Originaire de Madrid, où il a exercé ses talents, il étudie à Tolède et à Guadalajara : homme de science, il est aussi une grande figure de la vie religieuse et militaire du ṯaġr ; il meurt à Madrid en 376/98672. La coïncidence onomastique est insuffisante pour le rattacher à la famille des Banū Sālim73.

6518) `Ubayd Allāh b. al-Mahdī

  • 74 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 266-268 ; M. `A. Makkī, « A propósito de (...)

66Ce personnage suscite une rébellion politico-religieuse à Madrid dans les dernières années du califat, à l’époque d’al-Mustakfī (1024/414-1025-416), en prétendant être `Ubayd Allāh b. al-Mahdī74. Le contenu idéologique du mouvement permet de le compter parmi les savants de Madrid.

6719) Yaḥyā b. Muḥammad b. Farağ b. Fatḥ b. al-Ḥāğğ, Abū l-`Abb… s

  • 75 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 259-262 ; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiy (...)

68Originaire de Madrid, ce savant de l’illustre famille des Banū Ḥal-āğğ est mort à Cordoue en 1121/515 où il est enterré dans le cimetière d’Umm Salama. Il s’est formé à Madrid, comme l’indique son biographe en lui donnant pour maître Yūsuf b. `Abd al-Raḥmān b. Ḥammād. Bon et vertueux, ce savant excelle dans les ḥadīṯ/s sur l’ascétisme et dans les questions juridiques (masā’il)75.

6920) Yūnus b. Aḥmad b. Yūnus al-Azdī, Abū l-Walīd

  • 76 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 274-275 ; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiy (...)

70Ce Tolédan, versé dans les ḥadīṯ/s consacrés à l’ascétisme, est expert en questions juridiques ; surnommé Ibn Šūquh, le fils du borgne, il meurt à Madrid en rabī` I 474/août 1081, sans que son biographe ait noté le motif de son déplacement vers le nord76.

7121) Yūsuf b. `Abd al-Raḥmān b. `Abd Allāh b. `Abd Allāh b. Ḥammād, Abū Ya`qūb

  • 77 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 247 et p. 259 ; M. `A. Makkī, Madrid al-` (...)

72Né en 1004/395, il apprend à Madrid auprès de son père Abū al-Muṭarrif. Mathématicien et traditionniste, il part faire le pèlerinage, ce qui lui permet d’étudier au Caire, à Barqa et à Tripoli ; dans cette dernière ville, il apprend auprès d’Abū l-Ḥasan b. Munammar le livre de celui-ci sur les héritages (al-farā’id). Puis il revient à Madrid, où il meurt en 1080/473. Nombreux sont ceux qui étudièrent avec lui77.

  • 78 M. Marín, « Ulemas en la Marca Media », op. cit.

73Une interrogation naît à la lecture de cette liste de savants : quand Madrid devient-elle un centre de diffusion des connaissances ou, pour formuler autrement la question, à partir de quel moment y apparaît-il un groupe d’ulémas qui fait de Madrid, d’un point de vue culturel, une petite ville de l’Islam ? M. Marín a comparé le processus d’islamisation de quatre noyaux urbains de la Marche moyenne, Guadalajara, Madrid, Talamanca et Alcalá de Henares78 ; à Guadalajara, la plus importante de ces quatre villes, M. Marín montre que le processus d’islamisation peut être suivi d’un bout à l’autre :

  • 79 Ibid., p. 216.

« À la phase initiale, qui consiste à suivre un modèle personnel de piété, succèdent les premiers connaisseurs des questions juridico-religieuses qui marquent la vie de tout musulman ; puis, et enfin, se trouve le juge, capable d’appliquer la norme juridique et de faire exécuter les sentences79. »

74À Madrid, en revanche, il est impossible

  • 80 Ibid., p. 219 et p. 222.

« de reconstruire une chaîne continue de savants et d’hommes de lettres. Le matériel biographique que les sources nous offrent est rare et dispersé [… et il ne permet pas] de suivre l’islamisation de Madrid, comme cela a été fait pour Guadalajara80 ».

75Revenant, quelques années après, sur le cas de Madrid, elle ajoute :

  • 81 M. Marín, «Una ciudad de la frontera de al-Andalus : Maŷrīṭ», op. cit., p. 15.

« Il convient d’observer que, après la “fondation” de Madrid, à une date imprécise entre 852 et 886, il se passe un siècle avant qu’on ne trouve mention d’une biographie, celle consacrée à Sa`īd b. Sālim, qui devait sans doute venir d’ailleurs. Cela signifie que, même s’il existait à Madrid une grande-mosquée et, donc, un noyau minimum de personnes instruites dans le rituel islamique, la ville conservait fondamentalement un caractère de garnison militaire, juxtaposée à une population paysanne qui n’a pas laissé de traces dans les sources arabes. L’émergence des ulémas en tant qu’élite urbaine occupant les espaces de l’administration judiciaire et religieuse nécessitait des conditions qui n’étaient pas réunies dans le Madrid islamique, même si sa situation frontalière attira des ascètes et des hommes de piété qui en firent leur lieu de résidence81. »

76Peut-être parce que l’ouvrage que le lecteur tient entre ses mains s’efforce de voir dans la petite ville de Madrid un acteur de l’histoire andalusí, il me semble que les conclusions de M. Marín peuvent être quelque peu nuancées. Certes, le plus célèbre de tous les savants liés à Madrid, Maslama al-Mağrīṭī, n’a fait que perpétuer, par sa nisba, le souvenir de sa ville natale, sans que celle-ci ait pu bénéficier de son immense savoir en astrologie et en mathématiques.

  • 82 F. Deroche, « Sept lectures », Dictionnaire du Coran, M. A. Amir-Moezzi (dir.), Paris, Robert Laff (...)

77Mais en revanche, il convient d’insister sur le groupe des cinq ulémas de 887, emmené par un personnage de premier plan, Ibrāhīm b. Muḥammad b. Bāz al-Qazzāz, célèbre pour sa maîtrise de la science de la lecture coranique (qirā’a) : la lecture de Nāfi` b. `Abd al-Raḥmān (v. 785/169), associée à l’école malékite, s’est répandue vers l’ouest du monde musulman où elle a gagné al-Andalus82. Il est donc remarquable que ce soit le savant réputé pour avoir introduit cette lecture dans la Péninsule qui, une vingtaine d’années après la fondation de Madrid, quitte Cordoue pour se diriger vers la frontière et y accomplir le ribāṭ, c’est-à-dire, et entre autres, y prier et y diffuser la lecture du Coran ; peu de temps après l’acte de naissance de la petite ville, donc, de pieux musulmans sont prêts à se déplacer depuis la lointaine Cordoue, capitale politique et culturelle de l’émirat, pour diffuser dans Madrid les connaissances qui se trouvent au cœur des sciences religieuses.

78Par ailleurs, il me semble aussi que l’existence d’un cadi de Madrid indique que la ville a compté un groupe d’ulémas qui appartenait à une élite urbaine sans doute peu nombreuse, adaptée à l’échelle de la localité, et peut-être même réduite à la seule famille des Banū Ḥammād du milieu du Xe siècle au dernier quart du XIe siècle ; ce groupe formait toutefois l’indispensable vivier d’où venaient les personnes qui assumaient les tâches de l’administration judiciaire et religieuse de Madrid, le cadi, le ḫāṭib, mais aussi les individus chargés de dispenser l’enseignement du Coran et de la langue arabe.

  • 83 M. Retuerce Velasco, « Miscelánea islámica madrileña », Boletín de Arqueología Medieval, 1988 (2), (...)

79C’est vers l’archéologie, une fois encore, qu’il faut se tourner pour découvrir le seul document qui atteste l’existence de cet enseignement : un fragment d’omoplate de bovin a été mis au jour par la fouille de la rue Angosta de los Mancebos, en avril-mai 1984 ; l’os a été poli pour être gravé et être le support de l’alphabet arabe, dont les lettres sont réparties en trois lignes d’écriture83. La pièce mesure 200 mm sur 60 mm et seule la troisième ligne y figure, avec quelques traits correspondant à des lettres de la rangée précédente sur la partie haute. Le tracé des lettres est peu anguleux, assez rond et même plus libre et spontané dans les terminaisons ; selon la calligraphie maghrébo-andalusienne, la lettre fā’est écrite avec un point en dessous, la lettre qāf avec un point en dessus. Suivent sīn, šīn, hā’, waw et ce qui devrait être un yā’, mais dont l’angle anguleux qui amorce la lettre paraît plutôt annoncer un kāf.

Figure 17. – Fragment d’omoplate gravée (Retuerce Velasco, 1988).

  • 84 Sur ces os gravés, cf. J. Zozaya, « Huesos grabados con inscripciones árabes », Boletín de la Asoc (...)
  • 85 J. Ribera y Tarragó, La enseñanza entre los musulmanes españoles, Zaragoza, Imprenta de Calixto Ar (...)

80Cet os gravé est un outil utilisé pour enseigner l’alphabet arabe aux enfants, dont de rares exemplaires ont été découverts en al-Andalus, ce qui rend celui de Madrid d’autant plus précieux84. Apprendre à écrire, dans la Péninsule, constitue en effet une branche particulière de l’enseignement où des maîtres spécialisés donnent aux enfants les règles et les principes pour savoir former les lettres de l’alphabet ; cette véritable “division” du travail a permis la formation de calligraphes très habiles, maîtres et disciples ne s’attachant qu’à un seul et unique apprentissage, celui de l’écriture85.

  • 86 M. Retuerce Velasco, « Miscelánea islámica madrileña », op. cit., p. 141-144.

81Les dernières pièces à apporter au dossier de la notabilité urbaine relèvent de la culture matérielle et elles consistent en objets de luxe, à entendre comme des biens non indispensables à l’existence quotidienne. Il s’agit, d’une part, de pièces d’un jeu d’échec, mises au jour par la fouille de la rue Angosta de los Mancebos et par celle de la Cuesta de la Vega, dans des espaces somme toute voisins86. Certes, comme M. Retuerce l’a bien mis en évidence, ces pièces ne présentent pas de caractère de très grand luxe : elles sont en stéatite et elles ne peuvent être rapprochées des pièces fastueuses, en cristal de roche, en ivoire ou en bois précieux, des milieux palatins ; toutefois, même si le jeu est répandu en al-Andalus, ces produits de l’artisanat local ne circulent que dans un groupe urbain minoritaire.

  • 87 E. Serrano, « [72] Maquette de porte », Catalogue de l’Exposition Les Andalousies de Damas à Cordo (...)

82D’autre part, une pièce unique découverte lors des fouilles effectuées en 1991 dans le terrain de la Casa de San Isidro doit être rangée parmi les objets appartenant à ce groupe des notables : il s’agit d’une curieuse maquette de porte, en terre cuite, de forme cubique et de petites dimensions (H. 9,3 cm ; larg. 8,2 cm, prof. 5,5 cm)87. Modèle réduit d’une porte d’enceinte fortifiée, il en comporte tous les éléments : le corps central avec son ouverture en arc outrepassé est flanqué de deux tours rectangulaires ; sur l’un des côtés, s’ouvre une poterne et dans la partie supérieure, près des créneaux qui couronnent les tours, apparaît une double perforation que J. Zozaya interprète comme des meurtrières. La maquette est ornée de cercles, de triangles, de lignes incisées et l’irrégularité de sa base indique que la pièce était faite pour être fichée dans le sol ; les trois fonctions possibles que J. Zozaya attribue à cette maquette, jouet d’enfant, élément d’un jeu de stratégie pour des militaires, pièce d’une maquette de fortifications pour un architecte, renvoient, une fois de plus, à un groupe social minoritaire et privilégié.

Figure 18. – Maquette de porte (Museo Arqueológico Regional de Alcalá de Henares, avec l’aimable autorisation du Musée).

  • 88 Les restes osseux ont fait l’objet de deux études : P. Chaves Montoya et al., « Informe mastozooló (...)
  • 89 E. García Sánchez, « La alimentación popular urbana en al-Andalus », Arqueologia Medieval, 1996 (4 (...)
  • 90 U. Albarella et R. Thomas, « They dined on crane: bird consumption, wild fowling and status in med (...)
  • 91 B. Laurioux, Manger au Moyen Âge, Pratiques et discours alimentaires en Europe aux XIVe et XVe siè (...)

83L’étude archéozoologique des vestiges mis au jour rue Angosta de los Mancebos apporte-t-elle des résultats permettant d’envisager une différenciation sociale88 ? Ou, pour le formuler différemment, certains éléments de l’alimentation carnée peuvent-ils être considérés comme des marqueurs du statut social ? Étudiant l’alimentation à partir des sources textuelles arabes, E. García Sánchez montre que la viande la plus prisée est celle de l’agneau et qu’elle indique le statut social du consommateur89. Rien n’est dit, en revanche, de la place occupée par les oiseaux, et en particulier les oiseaux sauvages, dans l’alimentation du groupe dominant ; celle-ci est, en revanche, bien connue pour l’Occident chrétien, où les études archéozoologiques sont suffisamment développées pour autoriser des approches comparées90. B. Laurioux a montré l’existence d’un principe de classification des viandes, principe qui a des effets sur les pratiques ; il est basé sur la proximité au ciel et il est inspiré de l’idée selon laquelle l’Univers s’ordonne verticalement depuis Dieu jusqu’aux objets inanimés, ce qui place au sommet de la hiérarchie les petits oiseaux, suivis des volailles, puis des mammifères ; un auteur anonyme tardif attribue ainsi les volatiles aux classes élevées de la société91.

  • 92 La alimentación en las culturas islámicas, M. Marín et D. Waines (éd.), Madrid, Agencia Española d (...)
  • 93 1492, lo dulce a la conquista de Europa, Actas del IV seminario internacional sobre la caña de azú (...)
  • 94 P. Chalmeta, « Aceites, almazaras y etimologías », Anaquel de Estudios Árabes, 1996 (VII), p. 57-6 (...)
  • 95 R. Kuhne Brabant, « La fruta, ¿alimento o medicamento? Reflexiones sobre la presencia de la fruta (...)
  • 96 E. García Sánchez, « La consommation des épices et des plantes aromatiques en al-Andalus », Cultur (...)
  • 97 L’archéozoologie, ne l’oublions pas, reste une science neuve, et pas seulement pour al-Andalus, co (...)
  • 98 F. Hernández Carrasquilla, « Las aves del yacimiento de Angosta de los Mancebos (Madrid) », op. ci (...)
  • 99 Le nombre de restes (NR) permet de définir le nombre minimum d’individus (NMI).

84L’alimentation andalusí a principalement été envisagée à partir des sources textuelles arabes92, avec un intérêt plus marqué pour les produits d’origine végétale, comme le sucre93, l’huile94, les fruits95 ou encore les épices96, et la place des oiseaux dans le régime carné n’a jamais été envisagée en tant que telle. Or, l’étude archéozoologique du site de la rue Angosta de los Mancebos, dont il faut souligner le mérite97, a mis en évidence la consommation d’une faune variée, oiseaux domestiques et sauvages98 ; les 90 restes (NR) se répartissent comme suit (NMI)99 : poule (8), perdrix rouge (3), étourneau (2), corchevis ou alouette huppée (2), outarde (1), gélinotte (1), palombe (1), Turdus (merle ou grive, 1), pie (1).

  • 100 L’étude archéozoologique préliminaire menée sur une partie du mobilier (NR = 2182) découvert dans (...)
  • 101 Sur la place des oiseaux dans le texte coranique, voir Y. Porter, « Oiseaux », Dictionnaire du Cor (...)

85Dans l’état actuel de la recherche en archéozoologie, il est impossible de comparer la place des oiseaux sauvages consommés à Mağrīṭ avec d’autres sites contemporains et de situer les consommateurs de Madrid par rapport à ceux d’un site palatin ou d’un site rural, donc de cerner les catégories sociales qui se cachent derrière ce zoofaciès100 ; peut-on se plaire à imaginer, par rapprochement avec les données des sites médiévaux de l’Europe du Nord, que la présence d’oiseaux sauvages suggérerait la présence d’un groupe d’individus qui se distingue du plus grand nombre ? La même place symbolique accordée aux volatiles se retrouve, en effet, dans l’islam101 :

« Des éphèbes immortels circuleront autour d’eux
portant des cratères, des aiguières et des coupes remplies
d’un breuvage limpide
dont ils ne seront ni excédés, ni enivrés ;
les fruits de leur choix
et la chair des oiseaux qu’ils désireront. »
Coran, LVI, 17-21.

  • 102 J. Rose-Albrecht, « Faïences à reflets métalliques dans l’Espagne musulmane et chrétienne du XIIe (...)
  • 103 Elle a d’abord été rattachée à l’Égypte ṭūlūnide (M. Retuerce Velasco et I. Lozano García, « Cerám (...)

86Les sources textuelles arabes et le mobilier archéologique indiquent donc l’existence, dans le Madrid musulman, d’une élite urbaine composée des membres du groupe dirigeant et des ulémas. C’est à elle sans aucun doute qu’était destinée une céramique luxueuse, dont un tesson a été découvert dans la fouille de la rue Angosta de los Mancebos, la céramique à reflets métalliques, « vaisselle aux reflets irisés [qui] semble sortie d’un conte où les potiers se sont transformés en alchimistes102 ». La pièce est un fragment d’ataifor, récipient de forme ouverte destiné au service des aliments, dont le décor incisé est formé de petits traits parallèles ; elle a été importée d’Orient, sans doute de l’Égypte fāṭimide103.

  • 104 J. Rose-Albrecht, « La route de la faïence lustrée », Le calife, le prince et le potier, op. cit.,(...)
  • 105 J. Rose-Albrecht, « Les productions de l’Occident, la diffusion des innovations techniques », Le c (...)

87La faïence lustrée, née en Iraq sous les Abbassides, se diffuse ensuite vers l’ouest : l’émail stannifère apparaît en Égypte au Xe siècle et la céramique lustrée fāṭimide correspond à un moment d’apogée de la vaisselle à reflets métalliques104. En al-Andalus, les céramiques à reflets métalliques restent exceptionnelles avant le XIIe siècle, rares sont les tessons découverts à Madīnat al-Zahrā’, Málaga, Mértola, Tudela, Alberuela de Tubo (Aragon)105. Celui de Madrid n’en est que plus précieux.

La classe laborieuse : artisans et paysans

88Des sources, tant textuelles qu’archéologiques, se dégagent quelques silhouettes de la classe laborieuse de Madrid, certains des artisans du souq, en particulier les potiers, mais aussi les paysans, figures citadines de la petite ville. Si ceux qui travaillent de leurs mains appartiennent, pour la grande majorité d’entre eux, à la `āmma, une minorité peut franchir la limite bien perméable qui la sépare de la notabilité des ulémas, à l’instar d’un artisan du souq, homme de lettres distingué.

Les mains qui travaillent l’argile

  • 106 M. Retuerce Velasco et I. Lozano García, « Cerámica islámica de Madrid », Actas del I Congreso de (...)
  • 107 M. Retuerce Velasco, « Cerámica islámica en la Comunidad de Madrid », Madrid del siglo IX al XI, M (...)
  • 108 G. Rosselló Bordoy, Ensayo de sistematización de la cerámica árabe en Mallorca, Palma de Mallorca, (...)
  • 109 M. Retuerce Velasco, «Cerámica islámica en la Comunidad de Madrid», op. cit.; La cerámica andalusí (...)
  • 110 M. Retuerce Velasco, «Cerámica islámica en la Comunidad de Madrid», op. cit., p. 150, «en trabajos (...)

89Les potiers sont, sans l’ombre d’un doute, les artisans de Madrid ayant laissé les traces les plus abondantes de leur existence : comme cela est habituel, le mobilier céramique représente la part la plus importante, et de très loin, du matériel mis au jour par la fouille et M. Retuerce, qui a étudié la céramique de Madrid106, mais aussi celle de l’ensemble des sites omeyyades de la Meseta107, en a défini les traits caractéristiques. L’étude de la céramique madrilène, à l’instar des travaux de céramologie108, s’est efforcée de classifier le mobilier mis au jour, en jouant sur les variations des pâtes, des formes et des décors, afin de parvenir à établir une typo-chronologie des céramiques109 ; le fait que le matériel ait été découvert dans des silos, hors stratigraphie, a rendu plus difficiles encore les essais de classification110.

90Des cinq groupes de céramique déterminés par M. Retuerce, le groupe 2 est le plus ancien : il s’agit de céramiques à pâte brunâtre ou gris-noire, non glaçurées, qui sont parfois décorées ; elles apparaissent dès le IXe siècle et continuent à être produites aux Xe et XIe siècles. Les céramiques du groupe 1, à pâte blanchâtre, jaunâtre ou rougeâtre, dépourvues de glaçure, sont inscrites dans les Xe et XIe siècles, tandis que celles du groupe 4, de pâte jaunâtre ou rouge, glaçurées, apparaissent à la fin du IXe siècle ou au début du siècle suivant, du moins dans leur version monochrome : en ce qui concerne la production de céramique glaçurée, Madrid s’inscrit ainsi entre la région de Grenade, où elle est attestée dès le deuxième tiers du IXe siècle, et celle d’Alicante, où elle n’apparaît qu’à partir du premier tiers du XIe siècle.

  • 111 Ibid., p. 155-159.
  • 112 Id., pour la description de ces formes.

91Dans l’état actuel de nos connaissances, le travail des potiers de Madrid se caractérise par la diversité des couleurs des pâtes et des motifs décoratifs, par la présence ou l’absence de glaçure, avec les variantes de celle-ci, verde y manganeso, cuerda seca totale, cuerda seca partielle, et par une grande variété des formes111 : les potiers ont fabriqué des pièces destinées au service des aliments, comme l’ataifor, récipient de forme ouverte, soigneusement décoré, ou la jarrita, petit récipient à col court et à bord étroit, destiné au service des liquides, mais aussi la redoma et la bouteille, au col très étroit, ou la tasse. Ils ont aussi produit des pièces permettant de préparer les aliments, en particulier la marmite, pièce de taille moyenne, de forme arrondie et pourvue de deux anses, dont les vestiges gardent les traces de son passage au feu, et à laquelle était associé un couvercle. Les potiers, enfin, ont sorti de leurs ateliers des pots servant à stocker les aliments, comme la jarra ou le jarro, récipients de moyennes ou de petites dimensions, au col court et au bord étroit, à une ou deux anses, décorés et parfois glaçurés, destinés à conserver les liquides, mais aussi des anafres, petits foyers portatifs ou encore des lampes112.

  • 113 D. Alexandre-Bidon, Une archéologie du goût, Céramique et consommation, Paris, Picard, 2005.
  • 114 M. Retuerce Velasco, « Cerámica islámica en la Comunidad de Madrid », op. cit., p. 146. Sur la pré (...)

92Certes, la céramique madrilène n’a pas livré tous ses secrets et elle gagnerait à s’inscrire dans les préoccupations chères à D. Alexandre-Bidon, celles de la consommation et des habitudes des consommateurs, afin que soit écrite une « archéologie du goût113 ». Toutefois, l’un de ses acquis essentiels réside dans la mise en évidence de l’existence d’une production locale, répondant aux besoins et aux goûts de ceux qui vivent là où la céramique est produite : M. Retuerce insiste sur la fin du diffusionnisme, hypothèse longtemps soutenue selon laquelle la céramique avait d’abord et uniquement été fabriquée, à l’époque califale, dans les deux centres qui avaient fait l’objet de travaux archéologiques, Madīnat al-Zahrā’et Elvira, avant d’être exportée, sous forme de produits fabriqués ou de techniques de fabrication, vers les autres villes d’al-Andalus114.

  • 115 Sur les fours de potiers, cf. Fours de potiers et testares médiévaux en Méditerranée occidentale, (...)
  • 116 J. Rose-Albrecht, « Le potier, maître de l’art », Le calife, le prince et le potier, op. cit., p.  (...)

93La présence de déchets de cuisson atteste ainsi l’existence d’ateliers locaux, dans lesquels les mains des potiers madrilènes travaillaient l’argile115 : pour fabriquer un pot, il faut en effet préparer la pâte, dont la plasticité est maîtrisée par l’ajout de dégraissants pour qu’elle puisse être triturée, lavée et façonnée à souhait. Cette pâte est « composée d’un mélange de substances naturelles dont l’argile, matière minérale très courante dans la nature, due à la décomposition de minéraux sous l’action de l’eau116 ». L’argile madrilène se distingue par son excellente qualité, dont deux géographes arabes tardifs se sont fait l’écho ; al-Ḥimyarī signale ainsi :

  • 117 Al-Ḥimyarī, La péninsule ibérique au Moyen Âge, op. cit., p. 216 ; Kitāb al-Rawḍ al-miṭ`ār, op. ci (...)

« On trouve à Madrid une terre (turab) dont on fait des marmites (albirām), susceptibles d’être utilisées pour la cuisson pendant vingt ans sans qu’elles se cassent. Les aliments qui y sont cuits ne se gâtent pas en période de grosse chaleur117. »

94L’information figure aussi dans le Ḏikr qui note :

  • 118 Ḏikr bilād al-Andalus, Una descripción anónima de al-Andalus, L. Molina (éd. et trad.), Madrid, CS (...)

« Il y a à Madrid une terre magnifique avec laquelle on fabrique des marmites qui sont utilisées en cuisine pendant vingt ans sans qu’elles s’abîment et qui, en outre, protègent les aliments contre toute altération en période d’été118. »

  • 119 La contribution ancienne de T. Lewicki, « Ibn `Abd al-Mun`im al-Ḥimyarī », EI2, t. III, p. 697-698 (...)
  • 120 L. Molina, «Estudio», Ḏikr bilād al-Andalus, op. cit., p. 313-316.

95Que ces notices soient presque similaires, ne se distinguant que par de rares nuances, constitue presque leur intérêt majeur, permettant de remonter à la source qui fut ainsi compilée et, par conséquent, de dater l’information. Revenons donc aux auteurs de ces notices. Al-Ḥimyarī, lettré originaire du Maghreb ou d’al-Andalus, mort sans doute à Tunis après 726/1325-26, compose un important dictionnaire géographique119. D’après L. Molina, il puise ses informations chez al-Idrīsī et al-Bakī, qu’il copie fidèlement, mais aussi chez al-Uḏrī120 ; j’ajouterai qu’al-Ḥimyarī puise aussi chez Ibn Ḥayyān, comme il l’explique lui-même dans sa notice consacrée à Madrid. Al-Ḥymiarī compile parfois directement al-Uḏrī ; tantôt aussi, il copie al-`Uḏrī à travers l’œuvre d’al-Bakī.

  • 121 Ibid., p. 303-308.
  • 122 Ibid., p. 313-316.

96Quant au Ḏikr, il s’agit d’un ouvrage anonyme, dû également à un auteur du Maghreb ; L. Molina pense qu’il est originaire de Fès, étant donné la proximité du texte avec celui du Rawḍ al-qirtās, chronique typiquement fāsī, et il en situe la rédaction entre la conquête d’Algeciras, en 1344, et celle d’Almería, en 1489121. L’auteur, selon lui, utilise deux sources pour rédiger sa description d’al-Andalus, al-Zuhrī et al-`Uḏrī. Al-Ḥimyarī et l’auteur du Ḏikr ayant en commun une même source d’information, al-`Uḏrī, les passages similaires de leurs œuvres respectives y puisent nécessairement122.

  • 123 L. Molina, «al-Uḏrī», EI2, t. X, p. 837-838.
  • 124 Ont été éditées, traduites et analysées les parties de l’œuvre relatives à la Marche supérieure, à (...)
  • 125 L. Molina, «Las dos versiones de la Geografía de al-Uḏrī», Al-Qanṭara, 1982 (II), p. 249-260.

97Ainsi, la remarque relative à l’argile utilisée par les potiers de Madrid, transmise par deux auteurs tardifs du Maghreb, est-elle en réalité une information fournie par al-`Uḏrī, savant d’Almería (1003-1085/393-478)123. Ce lettré, dont le nom complet est Abū l-`Abbās Aḥmad b. `Umar b. Anas, Ibn al-Dalā`ī, porte la nisba de la tribu arabe des `Uḏra, habitant la partie nord du Ḥiğāz, et celle d’al-Dalā`ī, qui renvoie à Dalías, localité où se sont installés ses ancêtres au VIIIe siècle. Il demeure célèbre pour son œuvre géographique, une description d’al-Andalus, qui a dû être l’ouvrage le plus important consacré à la Péninsule, mais dont ne sont conservés que des fragments du livre VII124. Deux versions de l’œuvre existent, le Tarṣī` al-aḫbār, dont l’unicum est conservé dans une bibliothèque privée de Jérusalem, et le Niẓām al-murğān, utilisé par de nombreux auteurs postérieurs, dont l’auteur fāsī du Ḏikr et al-Ḥimyarī125.

  • 126 J. Caurcel et C. Segura, La alfarería en la provincia de Madrid, Madrid, Ed. Castilla, 1977, p. 22
  • 127 M. Retuerce Velasco et I. Lozano García, «Cerámica islámica de Madrid», op. cit., p. 96.

98Dès le XIe siècle, l’argile de Madrid fait donc la réputation de la ville ; cette exceptionnelle qualité n’est sans doute pas étrangère au fait que les potiers de la région madrilène ont conservé, au fil des siècles, une importante activité : dans Madrid, à la fin des années 1970, deux ateliers fonctionnaient encore, dans des quartiers périphériques de la ville, Ciudad Lineal et La Ventilla126. Faut-il mettre aussi à l’actif de cette exceptionnelle qualité l’état de conservation des pots madrilènes, à plusieurs reprises retrouvés presqu’intacts ? Dans la fouille de la rue Angosta de los Mancebos, ce sont quelque quarante pièces qui ont ainsi pu être reconstituées127, redonnant forme au labeur des potiers du Xe siècle.

Figure 19. – Céramiques des potiers madrilènes (Retuerce Velasco, 2004) : jarro (a), bol (b), fragments d’ataifor (c).

Manier le fuseau ou la curette : d’autres mains à l’ouvrage

  • 128 M. Retuerce Velasco, «Miscelánea islámica madrileña», op. cit., p. 145-147.

99Parmi les artisans ayant exercé leurs talents dans le Madrid omeyyade, figurent les fileuses, qui utilisèrent les fusaïoles publiées il y a vingt ans maintenant par M. Retuerce128. Ces petits disques percés d’un trou sont indissociables de cette activité féminine s’exerçant dans le cadre de la maison : la fusaïole entretient la rotation du fuseau, lequel, en faisant subir une torsion au fil, assure la cohésion de celui-ci. Les huit pièces découvertes lors de la fouille menée Cuesta de la Vega sont décorées tantôt d’une étoile, tantôt de petits cercles ou de points, motifs qui présentent des similitudes avec ceux qui ornent les monnaies émirales : M. Retuerce y voit un indice de leur appartenance à une époque antérieure au califat. Les fusaïoles sont en céramique, alors que la plupart des pièces connues est en os ; les pièces madrilènes doivent être mises en relation avec une technique de filage où il faut beaucoup de poids à la base du fuseau pour que le fil puisse être tordu.

  • 129 M. Retuerce Velasco, «Testimonios materiales del Madrid andalusí», op. cit., p. 111-112.
  • 130 P. Chaves Montoya et al., «Informe mastozoológico del yacimiento de la calle Angosta de los Manceb (...)
  • 131 M. Marín (éd.), Tejer y vestir : de la Antigüedad al Islam, Madrid, CSIC, 2001, en particulier F. (...)
  • 132 D. Pérez Vicente, «Excavaciones arqueológicas en el Madrid islámico», op. cit., p. 192.

100De plus, la présence de plantes liées à des activités textiles constitue un autre indice attestant la pratique de cet artisanat129 : parmi les Caryphyllacées, la saponaire ou herbe des foulons est utilisée aussi bien pour l’hygiène personnelle, comme shampooing, mais également pour laver les pièces de tissu ou pour nettoyer les moutons avant la tonte ; les Convolvulacées, quant à elles, servent à préparer des teintures de couleur jaune ou orange. Enfin, la présence de moutons130 confirme l’existence de cette activité domestique par excellence, le filage de la laine, sur laquelle nos connaissances en restent au stade du constat, celui de l’existence d’un petit artisanat familial à la base de l’étape suivante du travail du textile, mieux connue, celle du tissage131. Madrid comprit aussi, parmi ses artisans, des hommes sachant travailler les métaux, à en croire les scories et les objets métalliques découverts en fouille132.

  • 133 M. Retuerce Velasco, «Miscelánea islámica madrileña», op. cit., p. 144.
  • 134 Id.

101Madrid dut aussi compter des hommes exerçant des métiers liés à la médecine, comme l’indique la présence d’instruments de chirurgie, mis au jour par la fouille de la Cuesta de la Vega et par celle de la rue Angosta de los Mancebos ; les trois pièces de bronze découvertes ont été publiées par M. Retuerce133 : il s’agit de petites cuillères à long manche, utilisées pour nettoyer l’intérieur d’une cavité ou pour creuser un os ou un cartilage, aujourd’hui appelées curettes ; la cuillère est plate ou concave et le manche, circulaire, est décoré. Les motifs de ces pièces ressemblent à ceux d’autres curettes découvertes dans la Péninsule, ce qui laisse à penser que ces instruments, dont la découverte reste exceptionnelle, ne semblent avoir été fabriqués que dans quelques ateliers de la Péninsule134.

  • 135 Ces deux professions, barbier et saigneur, sont souvent exercées par une seule et même personne : (...)
  • 136 Al-faṣṣād, en revanche, ne désigne que celui qui pratique une incision pour faire une saignée (F. (...)

102Ces instruments appartenaient-ils à un barbier (al-ḥağğām) ou à un saigneur (al-faṣṣād) ? Souvent, en effet, le barbier, dont le métier consiste à raser le cuir chevelu et à tailler la barbe, effectue quelques opérations de petite chirurgie, pratiquant des saignées ou arrachant des dents135 ; le terme al-ḥağğām désigne, en effet, aussi bien le barbier que celui qui fait des scarifications ou des saignées136. Proche de ces hommes maniant la curette, se trouve le droguiste, dont la présence dans le Madrid du début du XIe siècle est attestée par une affaire politique, une révolte menée par un individu qui prétend être le fils du calife al-Mahdī.

  • 137 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 266; M. `A. Makkī, «A propósito de la rev (...)
  • 138 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 266, note 1, à partir de l’édition d’Ibn (...)

103Les grands lignes de l’affaire avaient été exposées par J. Oliver Asín, avant que M. `A. Makkī n’y apporte quelques précisions, à propos du principal protagoniste137. L’individu qui, dans le Madrid des années 1020, prétend au califat en se faisant passer pour le fils du calife al-Mahdī est ainsi présenté par Ibn Ḥazm : « kāna ġulām al-`aṭṭār al-ma`rūfa bi-l-faṣīḥ ». J. Oliver Asín avait traduit ce passage par « c’était un esclave d’al-`Aṭṭār, connu sous le nom d’al-Faṣiḥ », en s’appuyant sur une note rédigée par C. F. Seybold dans son édition d’Ibn Ḥazm, note stipulant ceci : « Al-`aṭṭār peut être ici un nom de personne ou un nom de métier, de telle sorte qu’il est possible de traduire indifféremment par esclave d’al-`Aṭṭār ou esclave du droguiste138. »

  • 139 R. Dozy, Supplément aux dictionnaires arabes, Leiden, E. J. Brill, 1881.

104Les recherches postérieures de M. `A. Makkī ont permis de retrouver la trace du personnage, dans le recueil biobibliographique d’al- Ḥumaydī, disciple d’Ibn Ḥazm : il s’agit d’un certain Ġulām al-Faṣīḥ, poète et homme de lettres d’al-Andalus. Les précieuses indications apportées par le grand historien et hispaniste égyptien, en même temps qu’elles permettent de comprendre l’événement, soulèvent une question, celle du lien à établir entre Ġulām al-Faṣīḥ et al-`aṭṭār. Ou, pour formuler autrement la question, comment relire Ibn Ḥazm à la lumière des recherches de M. `A. Makkī ? Il est loisible d’y voir un autre nom du personnage : « Il s’agissait de Ġulām al-`Aṭṭār, connu sous le nom d’al-Faṣīḥ. » Ou bien, en reprenant la suggestion de C. F. Seybold, trouver là une indication sur le métier exercé par Ġulām, à côté de ses activités poétiques et politiques, est tout à fait plausible : « Il s’agissait de Ġulām le droguiste, connu sous le nom d’al-Faṣīḥ. » Quoi qu’il en soit, qu’al-`aṭṭār fasse partie du nom de Ġulām ou désigne la profession qu’il exerce lui-même, le terme renvoie à une activité liée à l’histoire familiale du personnage et, par conséquent, le mot sous-entend la présence dans le Madrid du premier XIe siècle d’un individu travaillant comme droguiste, c’est-à-dire comme marchand de drogues, de parfums, de bougies139. Le personnage se rapproche de l’apothicaire par ses activités, comme le suggérera la remarque acerbe d’Ibn `Abdūn, au début du XIIe siècle :

  • 140 Ibn `Abdūn, Séville musulmane au début du XIIe siècle, op. cit., p. 104-105.

« Seul un médecin expert dans un art pourra vendre des sirops et des électuaires ou composer des médicaments ; il ne faut pas acheter ces produits à des droguistes ou des apothicaires, qui n’ont d’autre souci que d’empocher de l’argent, sans rien connaître à leur métier : ils faussent les ordonnances et tuent les malades, en préparant des médicaments de composition inconnue ou contre-indiqués140. »

Les mains qui travaillent la terre

  • 141 J. Heers, La ville au Moyen Âge en Occident, Paris, Fayard, 1990, p. 204.
  • 142 J. Navarro Palazón et P. Jiménez Castillo, Siyāsa, Estudio arqueológico del despoblado andalusí (s (...)
  • 143 R. Lineros, Ma S. Gil, F. Martínez, R. Cardenete, T. Gómez et I. Rodríguez, « Informe de las excav (...)

105La `āmma de Madrid comprend aussi ceux qui travaillent la terre, phénomène fréquent dans les villes médiévales, et plus particulièrement dans les plus petites d’entre elles. L’une des difficultés à définir clairement la ville médiévale tient justement à ce que, comme l’écrivait J. Heers, « la ville vivait en parfaite conformité avec ses campagnes : sociétés urbaines et sociétés rurales sont étroitement liées et pendant longtemps présentent les mêmes structures dominées par les mêmes maîtres141 ». Des citadins se font cultivateurs, ne serait-ce que pour répondre aux nécessités de l’approvisionnement de la ville, pratiquant sans doute la mise en valeur de parcelles à côté d’une autre activité ; les urbains font entrer le monde des champs à l’intérieur de la ville, y compris encore à une époque tardive, c’est-à-dire au temps des Almohades : bien des maisons du site de Cieza sont pourvues d’étables142 ; des terres sont mises en culture au cœur de la ville de Carmona, non loin de la grande-mosquée143. « On peut donc au Moyen Âge vivre en ville et travailler à la campagne », écrivent P. Boucheron et D. Menjot, ce qui est d’autant plus vrai dans le cas des petites villes :

  • 144 P. Boucheron et D. Menjot, « La ville médiévale », Histoire de l’Europe urbaine, J.-L. Pinol (dir. (...)

« La part des urbains employés dans les activités agricoles est, sans doute, inversement proportionnelle au rang de la ville dans le réseau urbain. [Pour l’Europe centrale de la fin du Moyen Âge], Henrik Samsonowicz évalue à environ 1 % la part des actifs engagés dans la production agricole dans de grandes villes […] ; 25 % dans des agglomérations d’environ 1 000 habitants […] ; et près de 50 % dans les toutes petites villes144. »

  • 145 P. Chaves Montoya et al., « Informe mastozoológico del yacimiento de la calle Angosta de los Mance (...)

106Que les habitants de la petite ville de Mağrīṭ aient pratiqué des activités agricoles ne fait pas de doute : l’archéologie en a livré de nombreux indices, à commencer par le mobilier céramique, des godets de noria utilisés pour irriguer les cultures. Mais les fouilles ont aussi mis au jour des pièces métalliques indiquant l’utilisation de houes et de faucilles. De même, l’archéozoologie atteste la pratique de l’élevage du petit bétail, moutons et chèvres, et des animaux de basse-cour, mais aussi la présence d’équidés, ânes et chevaux, au rôle essentiel dans le travail agricole et le transport, ainsi que celle du chien, indispensable gardien des troupeaux145.

Le statut des membres de la `āmma madrilène : deux images de salariés

  • 146 M. Shatzmiller, «Professions and ethnic origin of urban labourers in Muslim Spain: evidence from a (...)
  • 147 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. 3 : le siècle du califat de Cordoue, op. ci (...)

107La nature des sources textuelles arabes ne permet guère de connaître le statut des travailleurs de la `āmma, pas plus pour Madrid d’ailleurs que pour les autres villes d’al-Andalus, y compris les plus grandes d’entre elles ; les récents travaux de M. Shatzmiller sur le monde du travail en al-Andalus concernent surtout la division ethnique des artisans146 et il faut en revenir aux notes d’É. Lévi-Provençal sur une organisation artisanale qui distingue les patrons (mu`allim) des ouvriers qualifiés (ṣanī`) et des apprentis (muta`allim), et sur une activité où chaque petit fabricant est maître de sa boutique, même s’il lui arrive parfois de s’associer avec un autre artisan147.

  • 148 Cité par J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 266.
  • 149 D. Sourdel, « Ghulām », EI2, t. II, p. 1104-1106. Sur le statut de l’esclave et la terminologie qu (...)

108Les quelques indices qui éclairent néanmoins le monde des actifs de Mağrīṭ sont d’autant plus précieux qu’ils sont rarissimes. Il s’agit d’abord de ce lettré au nom curieux, qui tente de soulever la population de Madrid dans les années 1020, Ġulām al-Faṣīḥ ; son ism peut renvoyer à son statut, ce qui avait poussé C. F. Seybold à en faire un esclave148. Il semble toutefois que ġulām renvoie à une réalité plus complexe, désignant très souvent un serviteur esclave, mais aussi « un garde, esclave ou affranchi, que relient à son maître des liens personnels […], un artisan travaillant dans l’atelier d’un patron dont il fait figurer le nom avec sa propre signature149 ». Dans le cas de Ġulām al-`Aṭṭār, dit al-Faṣīḥ, la dernière acception du terme paraît le mieux correspondre à ce que nous devinons de la situation du personnage, celle d’un artisan travaillant dans la boutique d’un droguiste.

109À cette figure de salarié, à inscrire dans le premier quart du XIe siècle, s’en ajoute une autre, pour le dernier quart de ce siècle. Elle se trouve dissimulée dans une fatwā du juriste cordouan Ibn Rušd (m. 1126/520) :

  • 150 Al-Wanšarīsī, Histoire et société en Occident musulman au Moyen Âge, Analyse du Mi`yār d’al-Wanšar (...)

« À Madrid, qu’Allāh la rende à l’Islam, un individu engage un salarié moyennant une fourniture de blé (ista’ğara ağīrān bi-ṭa`ām). Après la conquête de cette ville, ils partirent et se retrouvèrent à Cordoue où le salarié réclame à son maître le blé qu’il lui doit. Mais ce dernier refuse, le blé coûtant deux fois plus cher à Cordoue qu’à Madrid, et ne consent qu’à lui verser l’équivalence du prix qu’il avait à Madrid.
Réponse : le salarié n’a droit qu’à la quantité de blé qui lui était due à Madrid (makīla ṭa`āmhi bi-Mağrīṭ) et ne doit pas en percevoir le montant de son maître. Si ce dernier refuse de remettre la mesure de blé due au salarié et que celui-ci porte plainte au sultan, il devra par jugement percevoir la valeur du travail qu’il a fourni vu qu’il est impossible de se rendre à Madrid150. »

  • 151 Sur l’émigration de cette famille madrilène, voir Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », (...)
  • 152 K. Soufi, Los Banū-Ŷahwar en Córdoba, 1031-1070, Córdoba, Instituto de Estudios Califales, 1968.
  • 153 M. Benaboud, « La economía », Los reinos de taifas, Al-Andalus en el siglo XI, Historia de España (...)

110Quoique bref, le texte est d’une exceptionnelle richesse : il fournit des indications sur les liens se tissant, dans le monde du travail, entre un patron et un employé ; le salarié est payé en nature, plus précisément en céréales. Par ailleurs, la fatwā donne des renseignements sur les différences de niveau de vie entre Madrid et Cordoue, à la fin des années 1080 : les prix sont deux fois plus élevés dans la grande ville de la riche vallée du Guadalquivir que dans la petite ville de la Marche, pourtant directement exposée à l’expansion des Latins. La raison de la cherté du grain à Cordoue incombe peut-être aux afflux de réfugiés en Andalousie après 1085, mouvement auquel prend part aussi bien l’élite des ulémas, à l’instar de la famille des Banū l-Ḥāğğ151, que des membres de la `āmma, comme ceux qui se retrouvent au cœur de la fatwā d’Ibn Rušd. Mais le motif de cette inflation tient plus vraisemblablement aux difficultés politiques et économiques de Cordoue depuis une vingtaine d’années : la ville, en butte aux visées expansionnistes des taifas voisines dès les années 1060, est définitivement annexée par Séville en 1075152 ; à partir de 1063, circule dans Cordoue une monnaie d’or de faible poids, frappée à Carmona, de si peu de valeur qu’elle n’est pas acceptée en dehors de la ville153.

Prier pour défendre Mağrīṭ : les murābiṭūn et les autres

  • 154 Une bonne synthèse de l’histoire des royaumes chrétiens se trouve dans V. Á. Álvarez Palenzuela (c (...)

111Le trait caractéristique d’une société de frontière réside dans l’importance et la complexité des relations tissées avec l’Autre, celui qui se trouve au-delà de la limite du territoire ; pour Mağrīṭ, l’Autre est par-delà la Sierra de Guadarrama et il s’agit des royaumes chrétiens, celui d’Oviedo-Léon d’abord, la Castille ensuite. Au moment de la fondation de Madrid, l’Autre est en effet incarné par le royaume asturien, étendu jusqu’au Duero et à la Castille, dont la capitale est Oviedo depuis le règne d’Alphonse II (791-842) ; le royaume est alors aux mains d’Alphonse III (866-910)154. L’expansion entre le Duero et le Miño entraîne le déplacement de la capitale vers le sud, jusqu’à León, sous García (910-914), le Xe siècle étant marqué par une politique offensive au-delà de la frontière ; elle est menée par les contemporains de `Abd al-Raḥmān III, Ordoño II (914-924) et Ramire II (930-950), sous la forme de raids qui atteignent Madrid et Talavera en 937-938.

112Dans le dernier quart du Xe siècle, le puissant royaume de Léon est affaibli par les mouvements centrifuges qui mènent la Castille à acquérir son indépendance sous García Fernández (970-995) ; après un temps marqué par des luttes de clans, par l’hégémonie du roi de Pampelune Sanche III (1004-1035) et par de nouveaux partages, la Castille s’affirme comme étant l’Autre par excellence pour Madrid à partir du règne de Ferdinand Ier, roi de Castille (1035-1065) et de León (1037-1065), dont le fils Alphonse VI (m. 1109) fait la conquête de la ville au profit du royaume chrétien. Située sur la frontière, Madrid est-elle une petite ville armée pour la guerre ?

Une petite ville faite pour la guerre ?

Une ville en armes

  • 155 Ph. Sénac, La frontière et les hommes (VIIIe-XIIe siècle), op. cit, p. 110.
  • 156 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabas (V), op. cit., p. 284; Crónica del califa `Abdarraḥmān III, op. cit., p. 3 (...)

113Interrogées sur les épisodes de l’histoire madrilène relatifs à une ville en armes, les sources textuelles arabes répondent par quelques images mettant en scène une ville située à la limite extrême de la dār al-islām, où des troupes se réunissent. Les auteurs signalent parfois que Madrid se trouve sur le ṯaġr, terme qui désigne un territoire formant une limite, un secteur à découvert, et qui est traduit par « frontière » ou par « marche » : comme le résume bien Ph. Sénac, « le ṯaġr est ce qui sépare, ce qui est en contact, ce qui est exposé à toute forme d’agression extérieure ; c’est ce qui est menacé et ce qui protège155 ». Ibn Ḥayyān signale ainsi la destitution du `āmil Aḥmad b. `Umar pour le ṯaġr Mağrīṭ, en rabī` II 325 (16 février-16 mars 937)156.

  • 157 Al-Ḥimyarī, La péninsule ibérique au Moyen Âge, op. cit., p. 216 ; Kitāb al-Rawḍ al-miṭ`ār, op. ci (...)
  • 158 Al-Idrīsī, Los caminos de al-Andalus en el siglo XII según Uns al-Muhaŷ wa-rawḍ al-furaŷ, J. Abid (...)
  • 159 J. Rodríguez Morales et F. Sáez Lara, « Las atalayas entre Talavera y Talamanca : ¿un limes de épo (...)

114Plus précis encore quant à cette notion d’un espace limitrophe avec l’Autre, al-Ḥimyarī écrit que « de Madrid au Pont de Yāqū [ou au Pont de Maqueda], qui marque la limite extrême du territoire musulman, il y a trente et un milles157 » ; l’information semble sortie tout droit d’al-Idrīsī, même si celui-ci se contente de donner, à propos de Madrid, la distance qui la sépare de Tolède, à savoir vingt-cinq milles158. Ce lieu qui borne le territoire musulman ne peut être le Maqueda de la région tolédane, situé à environ 70 km au sud-ouest de Madrid et bien trop éloigné de la frontière ; J. Rodríguez Morales et F. Sáez Lara suggèrent de l’identifier à Valdemaqueda, qui se trouve à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Madrid, sur un affluent du Río Cofio, et au pied du Système Central159.

  • 160 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabas (V), op. cit., p. 258 ; Crónica del califa `Abdarraḥmān III, op. cit., p.  (...)

115Par ailleurs, les chroniques rapportent des événements relatifs aux activités militaires des « gens de Madrid », en l’occurrence un raid mené au-delà de la frontière en 324 (novembre 935-novembre 936) : une victoire militaire est remportée contre les infidèles (ā`dā’) par les « gens de la madīna de Mağrīṭ, de la frontière (ṯaġr) inférieure », menés au combat par Abū `Umar, qā`id de Madrid160. Un autre épisode met en scène des hommes armés dans Madrid, lorsque des troupes font leur jonction dans la petite ville : au printemps 977/366, Muḥammad b. Abī`Āmir, le futur al-Manṣūr se met en campagne pour l’expédition d’été ;

  • 161 Ibn `Iḏārī, Kitāb al-Bayān al-Muġrib, G. S. Colin et É. Lévi-Provençal (éd.), Leiden, E. J. Brill, (...)

« il partit en campagne le jour de la rupture du jeûne de l’année 366 [23 mai 977] et se réunit avec Ġālib [le gouverneur de Medinaceli et de la Marche inférieure] dans la ville de Madrid (madīnat Mağrīṭ)161 ».

  • 162 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 263-275.

116La littérature biobibliographique, quant à elle, contient des notices relatives à des savants venus à Madrid, parfois de fort loin, pour y faire le ribāṭ, comme ces cinq ulémas partis de Cordoue en 887/224, derrière Ibrāhīm b. Muḥammad b. Bāz al-Qazzāz, éminent savant en lecture coranique : Ibn Abbār évoque, dans sa Takmila, leur « déplacement vers la frontière pour le ribāṭ (ḫurūğ-hu ilā l-ṯaġr li-l-ribāṭ) ». J. Oliver Asín avait recensé les noms de tous ces personnages venus à Madrid en quête de ribāṭ162 : c’est sur cette notion, indissociable de celle de ğihād, qu’il convient de s’arrêter.

Le ğihād à Madrid : les hommes du ribāṭ

  • 163 A. Noth, « Les `ulamā’en qualité de guerriers », Actas del Simposio Internacional Saber religioso (...)
  • 164 Ibid., p. 178.
  • 165 Ibid., p. 180.

117Le savant venu à Madrid en quête de ribāṭ constitue un « personnage-type » magnifiquement défini par A. Noth, celui du « `ālim en qualité de guerrier163 ». Les conditions historiques ayant permis la diffusion de ce personnage remontent au temps du Prophète Muḥammad, où savoir religieux et métier des armes se rencontrent et s’unissent ; l’effort (ğihād) est une activité individuelle, engageant le croyant et « le croyant en tant qu’individu n’est obligé au ğihād que si, pour satisfaire aux besoins exigés par la guerre du moment, on ne disposait pas d’un nombre suffisant de combattants164 ». L’effort du croyant pour plaire à Dieu se traduit par une attitude spirituelle, un signe de foi véritable, d’où ce ḥadīṯ relatif à un musulman mort au combat, qui espérait s’emparer de l’âne de son adversaire : au cri de ses compagnons, « c’est un bienheureux mort pour la cause de Dieu ! », répond l’apophtegme du Prophète, « il est mort pour la cause de l’âne165 » ! La pratique du ğihād se trouve ainsi en rapport avec des actes de dévotion pieuse, de telle sorte qu’entreprise militaire et retraite religieuse vont toujours de pair.

  • 166 Ibid., p. 185.
  • 167 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 263-266; Ma J. Viguera Molins, «Madrid en (...)

118À partir d’une cinquantaine de biographies de savants-guerriers pour la période 800-1200, A. Noth a défini les activités de celui qui s’engage dans le ğihād, le muğāhid : ces activités ont un caractère communautaire, ce qui signifie qu’une biographie concernant un savant-guerrier cache un groupe de combattants partageant les mêmes idées166 ; à cet égard, le groupe des cinq ulémas partis pour le ribāṭ à Madrid est symptomatique, comme celui d’Aḥmad b. `Abd Allāh al-Layṯ, mort en martyr avec dix-huit autres musulmans en 324/935-936167.

  • 168 A. Noth, « Les `ulamā’ en qualité de guerriers », op. cit., p. 185-189.

119Les activités des muğāhidūn sont de type militaire : ils participent à des luttes armées contre des non-musulmans, parfois très loin de chez eux, soit aux côtés des troupes régulières en prenant part à des campagnes militaires officielles, soit en organisant des « guerres privées », c’est-à-dire en réalisant des expéditions de leur propre initiative, sans l’intervention du pouvoir168. Toutefois, comme A. Noth lui-même le signale, il n’est pas toujours aisé d’opérer le distinguo entre ces deux formes de participation à des activités belliqueuses : il cite l’exemple du muftī de Badajoz, Waṭūf b. Masarra (m. 927/315), qui était « un guerrier vaillant et [qui] prit part à des combats demeurés célèbres en Ğillīqiya. Il se rendit dans cette région en compagnie d’unités de combat (sarāyā), parfois à cheval, parfois à pied, selon ce qui lui était possible ». A. Noth suppose que les troupes accompagnant le muftī sont des volontaires, même s’il rappelle que nous ne savons rien de leur recrutement. À l’inverse, le départ de volontaires cordouans pour Gormaz au printemps 975/364 paraît s’inscrire dans une campagne officielle, dans la mesure où il est décrit par le chroniqueur officiel des Omeyyades, Ibn Ḥayyān, attaché à glorifier la dynastie en mentionnant les guerres organisées par le calife :

  • 169 Ibn Ḥayyān, Anales palatinos del califa de Córdoba Al-Ḥakam II, por ` Īsā ibn Aýmad al-Rāzī, trad. (...)

« Le premier jour de ramaḏān [= 15 mai 975], des bandes de soldats volontaires commencèrent à se former parmi les Cordouans ; elles prirent la direction de la Frontière supérieure, avec pour objectif d’aider les garnisons assiégées. Jour après jour, désireux de participer au ğihād, ces hommes se déplaçaient avec leurs gens et avec leurs biens. Le gouvernement était admiratif de ce mouvement des volontaires, qui partaient sans y être obligés, et il louait leur saint courage169. »

  • 170 Ph. Sénac, La frontière et les hommes (VIIIe-XIIe siècle), op. cit., p. 116 : en 937, lors de la r (...)
  • 171 Fr. Clément, Pouvoir et légitimité en Espagne musulmane à l’époque des taifas (Ve-XIe siècle), L’i (...)

120De la même manière, les hommes en armes qui remportent la victoire de 936/324 participent à une expédition officielle, dirigée par le qā`id de Madrid : ces « gens de la madīna de Mağrīṭ, de la frontière (ṯaġr) inférieure » font partie des ahl al-ṯuġūr, volontaires des frontières actifs aussi dans la vallée de l’Ebre, comme Ph. Sénac l’a montré170. De plus, le vocabulaire employé pour désigner les chrétiens, ā`dā’ (infidèles) va aussi dans le sens d’une opération menée par des combattants-dévots, encadrée par le gouverneur, représentant de l’autorité omeyyade. Employer le terme `adūw (ennemi) pour désigner les chrétiens d’outre-Marche est, ainsi que l’a noté F. Clément, lourd de griefs171 ; le mot, bien plus connoté que les termes neutres de naṣārā et de `ağam contient en quelque sorte en lui-même la notion de combat.

  • 172 F. García Fitz, « Una frontera caliente. La guerra en las fronteras castellano-musulmanas (siglos (...)
  • 173 Comme l’avait déjà signalé E. Lourie, « A Society Organised for War: Medieval Spain », Past and Pr (...)

121Madrid apparaît ainsi comme une petite ville faite pour la guerre, placée sur une frontera caliente pour reprendre l’expression de F. García Fitz172 : elle est à la fois lieu de cantonnement des soldats et point de départ de razzias en territoire chrétien ; mais n’est-elle que cela ? L’historiographie récente a souvent insisté, en effet, sur une société andalusí bien peu faite pour la guerre, face à celle des royaumes chrétiens où les métiers des armes sont hautement valorisés173.

Une petite ville faite aussi pour la paix

Madrid et les ḏimmī

  • 174 F. Valdés Fernández, « El arrabal oriental de Badajoz : bases para su cronología », Actas de las I (...)

122Madrid, petite ville en armes, a-t-elle su entretenir des contacts pacifiques avec l’Autre ? Comme ville-frontière, elle n’est pas entièrement conçue pour la guerre, comme l’indique la présence de noyaux de peuplement placés au-delà de l’enceinte fortifiée et qui restent ouverts jusqu’au moment où la ville est conquise par les Castillans. La situation de Madrid n’est d’ailleurs pas exceptionnelle à cet égard : une autre ville du ṯaġr, Badajoz, compte aussi un habitat extra-muros, non protégé par une muraille174.

  • 175 Chr. Mazzoli-Guintard, « Fortifications urbaines sur la frontière andalusí : réalités et représent (...)
  • 176 E. Manzano, La frontera de al-Andalus, op. cit., p. 97-98 ; Ph. Sénac, La frontière et les hommes (...)

123Par ailleurs, loin de l’image de villes en guerre permanente contre l’Autre, les villes-frontière de l’époque omeyyade apparaissent aussi comme des espaces où se nouent d’étroits contacts entre musulmans et ḏimmī175 ; la recherche a maintes fois signalé la présence, dans les villes-frontière, de communautés chrétiennes, celle de Tolède étant particulièrement bien documentée, mais aussi celles de Huesca, de Barbastro ou de Lérida176.

  • 177 E. Manzano, La frontera de al-Andalus, op. cit., p. 82, d’après une notice d’Ibn Abbār.
  • 178 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. 3 : le siècle du califat de Cordoue, op. ci (...)
  • 179 F. Vidal Castro, «Venta de caballerías en el Toledo taifa y cristiano (ss. XI-XII) : dos demandas (...)

124Villes pluri-confessionnelles, les villes-frontière s’ouvrent aussi aux marchands venus des royaumes chrétiens : en 941-942, à Tortosa, point de passage obligé sur la route vers le nord, le cadi est chargé de contrôler tous les marchands venant d’outre-Pyrénées177. Les royaumes chrétiens, en particulier le Léon, font venir des objets de luxe produits en al-Andalus ou ayant transité par al-Andalus depuis l’Orient ; la sécurité des routes est assurée pour ces marchands et les communautés juives jouent un rôle important dans ces échanges entre le nord et le sud de la Péninsule178. Les activités commerciales des villes-frontière survivent aux bouleversements politiques majeurs : avant et après 1085, on vient du sud de la Péninsule acheter des chevaux à Tolède179.

  • 180 A. Raymond, Le Caire, Paris, Fayard, 1993, p. 21 et p. 25-26.

125Et Madrid dans tout cela ? A-t-elle joué un rôle dans le commerce de transit entre le León et l’Orient ? Peut-être, mais dans l’état actuel de nos connaissances, les sources en ont totalement perdu la mémoire. A-t-elle eu une communauté de ḏimmī ? La présence de chrétiens dans la ville fait figure d’évidence dans toute l’historiographie madrilène ; or, les indices relatifs à leur existence sont plus que ténus. N’oublions pas, déjà, qu’il s’agit d’une ville fondée par l’Islam, bien différente en cela des villes héritées de l’Antiquité, comme Tolède ou Mérida, où la communauté chrétienne s’est maintenue après la conquête du début du VIIIe siècle. Certes, des villes de fondation ont disposé de quartiers pour les chrétiens, à l’instar de Fusṭāṭ, où des Rūm grecs, peut-être issus de l’armée byzantine, se sont installés auprès des limites nord de l’agglomération dès le moment où `Amr a posé les bases de la ville-camp sur les rives du Nil, en 642 ; dans les années qui suivent, des chrétiens viennent en nombre s’établir à Fusṭāṭ et des églises sont construites dans les quartiers septentrionaux de la ville, dont l’une est si proche de la mosquée de `Amr qu’elle est démolie en 786, puis reconstruite ultérieurement180.

  • 181 J. R. Romero Fernández-Pacheco, « Organización religiosa del Madrid medieval », El Madrid medieval (...)
  • 182 M. Montero Vallejo, «Estructura eclesiástica y religiosidad madrileñas entre los siglos XI y XV», (...)

126Madrid, sans doute fondée à partir d’un petit noyau d’habitat préexistant, est toutefois sise sur la frontière, au pied du Système Central qui la sépare, précisément, des royaumes chrétiens. Quant aux églises attribuées aux chrétiens de Madrid, elles sont aujourd’hui, dans le sillage des travaux de J. González, plutôt considérées comme des édifices postérieurs à la conquête de la ville par Alphonse VI. Par ailleurs, Madrid n’a vraisemblablement été pourvue d’une organisation ecclésiastique qu’après la conquête chrétienne, comme le montre J. R. Romero Fernández-Pacheco181 : le premier document qui indique l’existence d’un embryon d’organisation date de 1126, même s’il confirme un acte antérieur, remontant à 1086 ; il s’agit d’un privilège d’Alphonse VII en faveur du monastère bénédictin Santo Domingo de Silos, installé dans les faubourgs de la ville afin d’en favoriser le peuplement. La structuration en paroisses apparaît à la fin du XIIe siècle. L’idée que la pratique chrétienne se maintient dans le Madrid du haut Moyen Âge repose ainsi sur la pieuse légende de la Almudena, selon laquelle une statue de la Vierge aurait été cachée dans une tour de la muraille romaine au début du VIIIe siècle, et sur une pierre tombale, datée de la fin du VIIe siècle, mais aujourd’hui disparue182.

  • 183 P. Chaves Montoya et al., «Informe mastozoológico del yacimiento de la calle Angosta de los Manceb (...)
  • 184 A. Fernández Félix, Cuestiones légales del islam temprano: la `Utbiyya y el proceso de formación d (...)

127En fin de compte, c’est une fois encore vers l’archéologie qu’il convient de se tourner pour chercher des indices relatifs à l’existence d’une communauté chrétienne dans la ville, et plus précisément d’ailleurs vers l’archéozoologie. L’analyse des restes osseux de la rue Angosta de los Mancebos a mis en évidence, en effet, la présence de porcs sur le site183 ; même si les fragments ne sont guère nombreux, ils amènent les auteurs de l’étude à s’interroger sur « la coexistence de groupes humains culturellement distincts ou sur l’altération des normes religieuses ». La seconde alternative paraît peu probable, même pour la période de formation de la société islamique, au cours de laquelle les ulémas affirment les normes qui permettent de distinguer les membres des différentes communautés religieuses : dans une ville comme Madrid où de pieux musulmans viennent pratiquer l’ascèse dès les années 880, il serait surprenant que les différences religieuses en matière sociale ne soient pas clairement affirmées. Par ailleurs, l’interdit qui pèse sur la consommation du porc est extrêmement fort, comme le montre une question relative à la possibilité de consommer du fromage fabriqué par des chrétiens, question reproduite par le juriste al-`Utbī (m. 868-869/254-255)184 :

« On interrogea Mālik à propos du fromage (ğubn) des Rūm qu’on peut trouver dans leurs maisons. Il répondit : […] désapprouver sur ce point un homme en particulier ne me pose pas problème ; en revanche, je ne sais pas sur quelle base certaine on peut l’interdire aux gens en général. On dit qu’ils y mettent un élément extrait du porc, puisqu’ils sont chrétiens, mais cela ne me paraît pas bien qu’on interdise de le manger, en ne le considérant pas licite, et quant à un homme qui évite d’en manger pour lui-même, je ne vois là aucun problème. »

128Pour devenir du fromage, le lait est caillé avec de la présure, substance extraite de la caillette des jeunes ruminants encore allaités ; en aucun cas, la présure ne peut être extraite de l’estomac du porc, estomac unique et non compartimenté en quatre poches, dont la caillette, qui seule secrète la présure : la question est révélatrice de la très vive suspicion qui entoure le porc, dont la présence est soupçonnée jusque dans la fabrication du fromage !

  • 185 M. B. Benito Iborra, Fauna medieval: el valle sur del Vinalpo Medio, Alicante, Publ. de la Caja de (...)
  • 186 A. Borvon, Cl. Guintard et J. A. Pérez Macías, « La faune du site almohade de La Barrera (Bonares, (...)
  • 187 A. Maalouf, Les Identités meurtrières, Paris, Grasset, 1998.
  • 188 Pour une mise au point récente sur les chrétiens d’al-Andalus, voir le colloque ¿Existe una identi (...)

129Quant à la présence de restes osseux de porcs sur un site andalusí, elle n’est pas spécifique à Madrid : elle est attestée ailleurs, aussi bien sur un site du haut Moyen Âge, Recópolis, que sur d’autres plus tardifs185, même si certains, comme Bonares, se distinguent précisément par l’absence de restes osseux de porcs186. Madrid a donc sans doute compté une petite communauté chrétienne, dont il est impossible d’évaluer l’importance, ni le moment de sa mise en place ; sa présence à Madrid tient sans aucun doute à cette remarquable capacité à coexister avec l’autre développée par l’islam, à une définition de soi éloignée des « identités meurtrières187 », qui fait toute la richesse et l’originalité de cette chrétienté d’al-Andalus188.

  • 189 Chr. Mazzoli-Guintard, « Espacios de convivencia en las ciudades de al-Andalus », Espiritualidad y (...)
  • 190 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 139. Pour J. C. de Miguel Rodríguez, ces (...)
  • 191 J. C. de Miguel Rodríguez, La comunidad mudéjar de Madrid : un modelo de análisis de aljamas mudéj (...)

130La présence de juifs à Madrid est bien attestée, mais pour une période tardive, comme c’est le cas pour bien des villes d’al-Andalus189 : J. Oliver Asín avait noté que, jusqu’à la fin du XVe siècle, les maîtres d’œuvre responsables des ponts et des conduites d’eau à Madrid appartiennent toujours à la communauté juive, à l’instar de `Abd Allāh et Abraham de San Salvador, nommés en 1480190. La documentation réunie par J. C. de Miguel Rodríguez autour des mudéjars de Madrid contient des données intéressantes sur la mise en place des quartiers juifs et musulmans ; ainsi, les Rois Catholiques donnent-ils l’ordre, en avril 1481, que soient délimitées les morerías et juderías de Guadalajara, d’Atienza et de Madrid191 :

  • 192 Forme de seigneurie typique du nord de la Castille, où le recommandé choisit son seigneur et peut (...)

« étant donné que, pour nous, il résulte de grands dommages et inconvénients des contacts permanents qu’entretiennent les juifs et les musulmans avec les chrétiens, dont les maisons sont mêlées les unes aux autres ; étant donné que les gouverneurs susdits nous ont suppliés sur ce point que nous intervenions, que nous ordonnions et que nous fassions que, dans les villes et localités de nos Royaumes, qu’elles nous appartiennent ou à un seigneur, qu’il s’agisse d’une behetría192 d’un ordre ou de l’Église, tous les juifs et musulmans aient leurs juiveries et morerías distinctes et séparées et qu’ils n’habitent pas auprès des chrétiens ni dans un quartier avec eux. »

  • 193 J. C. de Miguel Rodríguez, La comunidad mudéjar de Madrid : un modelo de análisis de aljamas mudéj (...)

131L’année suivante, la mise à l’écart est effective, comme l’indique l’acte du roi en date du 26 juillet 1482, relatif à Madrid, dans lequel Ferdinand rappelle que « sur mon ordre, a été faite la mise à l’écart des juifs et des musulmans, en un lieu où ils furent tenus à distance193 ».

  • 194 M. Montero Vallejo, Origen de las calles de Madrid : una introducción a la ciudad medieval, Madrid (...)
  • 195 E. Andreu Mediero, « Avance en el conocimiento del sector noroccidental de los recintos fortificad (...)

132Enfin, M. Montero Vallejo situe la judería de Madrid à l’emplacement de l’actuelle cathédrale de l’Almudena194 : deux donations du début du XVe siècle mentionnent la synagogue de la ville, située non loin du Campo del Rey, aujourd’hui place de la Armería. Une dernière pièce, enfin, doit être apportée au dossier : lors des fouilles de la place de la Armería, E. Andreu signale la découverte de quelques pièces céramiques pouvant être mises en relation avec le culte hébraïque195 ; si le fait était confirmé, il constituerait une situation exceptionnellement documentée attestant la présence, dès l’époque omeyyade, d’une communauté juive dans une petite ville d’al-Andalus.

Madrid, élément d’une société andalusí si peu faite pour la guerre

  • 196 Ma J. Viguera Molins, « Réactions des Andalousiens face à la conquête chrétienne », L’expansion oc (...)
  • 197 D. Urvoy, « Sur l’évolution de la notion de ğihād dans l’Espagne musulmane », Mélanges de la Casa (...)

133À maintes reprises, l’historiographie a insisté sur l’idée que la société d’al-Andalus n’était pas faite pour la guerre : présentant les réactions d’al-Andalus face à l’expansion des royaumes chrétiens, Ma J. Viguera rappelle que les Andalusíes n’ont pas su développer d’argumentation pour répondre à la construction idéologique de la Reconquête, que l’armée n’est qu’une institution de l’État parmi d’autres et que, par conséquent, le soldat n’a pas de place particulière dans la société196. Pour certains, comme D. Urvoy, les ulémas d’al-Andalus laissent les affaires militaires aux mercenaires et se cantonnent dans les tâches intellectuelles197. De même, pour E. Manzano, le ğihād a un faible impact en al-Andalus, le ṯaġr n’ayant pas été défini par les Omeyyades comme un territoire pouvant servir les intérêts du ğihād ; même si le ṯaġr andalusí contient en théorie les mêmes éléments symboliques que le ṯaġr de l’Orient, c’est-à-dire un lieu où l’on pratique le ğihād et où il est plus facile d’obtenir le martyr,

  • 198 E. Manzano, La frontera de al-Andalus, op. cit., p. 65.

« on n’y trouve pratiquement aucune référence indiquant une mise en pratique de ces idées par les Omeyyades […] : absence de donations pieuses pour la garde des frontières, absence de références à des corps de ‘volontaires’ installés de manière permanente dans des postes avancés, absence de mentions de fondations de ribāṭ/s198 ».

134Pour Chr. Picard, le faible impact du ğihād en al-Andalus trouve ses origines dans les contacts permanents entretenus avec les chrétiens :

  • 199 Chr. Picard, « Regards croisés sur l’élaboration du jihad entre Occident et Orient musulman (VIIIe(...)

« Les habitants n’ont pas suivi les nouvelles forces vives de l’Islam, venues du Maghreb et épaulées par les juristes malikites d’al-Andalus, dans une forme radicalisée du jihad qui entendait stopper l’avance chrétienne199. »

135L’apparente contradiction entre une ville en armes, lieu de ribāṭ, et une société si peu faite pour la guerre ne tient-il pas, pour beaucoup, à la nature de nos sources ?

Faire ribāṭ à Madrid : des pratiques de dévotion entre réalités et représentations

Les activités de dévotion des gens du ribāṭ

  • 200 A. Noth, « Les `ulamā’ en qualité de guerriers », op. cit., p. 187-189.
  • 201 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. 3 : le siècle du califat de Cordoue, op. ci (...)

136Si le ribāṭ sous-entend la pratique d’activités guerrières, les activités des murābiṭūn ne sont pas que de type militaire : effectuer le ğihād sous forme de ribāṭ dans les places fortes sises aux frontières de la communauté musulmane, pratique fréquente en Occident musulman, a pour principal avantage pour le dévot que cette forme d’effort tendu vers Dieu est possible en permanence. Le ribāṭ, lutte contre les incroyants à partir de forteresses frontalières, revêt dès lors des formes diverses, services de défense et de garde, opérations de razzias, mais aussi divers actes de piété, comme celui qui consiste à observer le ramaḍān dans une place-forte de la frontière200. É. Lévi-Provençal avait déjà défini les ahl al-ribāṭ comme des volontaires (muṭṭawwi`a) qui, « dans les intervalles des expéditions, s’offraient à s’adjoindre aux garnisons de la frontière pour se livrer, dans les châteaux de la ligne stratégique, à des exercices à la fois militaires et ascétiques201 ».

  • 202 Chr. Picard, « Regards croisés sur l’élaboration du jihad entre Occident et Orient musulman (VIIIe(...)
  • 203 Ma J. Viguera Molins, « Réactions des Andalousiens face à la conquête chrétienne », op. cit., p. 2 (...)
  • 204 R. Azuar Ruiz (coord.), La Rábita califal de las Dunas de Guardamar (Alicante), Alicante, Diputaci (...)

137Il n’est pas interdit d’imaginer que le pieux Ibrāhīm b. Muḥammad b. Bāz al-Qazzāz se rendait à Madrid en 887 pour y effectuer le ribāṭ en diffusant la science qu’il venait d’introduire en al-Andalus, celle de la lecture coranique. Le ribāṭ se développe dans la Péninsule dès le IXe siècle, face aux vikings et face aux chrétiens202, même si le premier exemple de savant-guerrier andalusí, Abū l-Fath al-Sadfūrī, le dévot (al-`ābid), remonte au milieu du VIIIe siècle : il était « si dominé par le désir de guerre sainte qu’il passait son temps à se battre contre les infidèles tantôt sur la frontière aragonaise, tantôt sur la frontière de Colomera [dans la juridiction de Séville] où il résidait203 ». Le ribāṭ donne d’ailleurs naissance à des formes architecturales particulières sur le littoral, dont témoignent les sites de Guardamar del Segura et d’Arrifana204.

  • 205 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 263-273.

138J. Oliver Asín avait proposé une chronologie du mouvement des murābiṭūn, dont les trois phases peuvent être rappelées : il distinguait les IXe-Xe siècles, marqués par la venue d’un certain nombre de savants-guerriers depuis d’autres régions d’al-Andalus, puis le temps de la fitna, caractérisé par les alliances avec les chrétiens et la fin du ğihād, et, enfin, le retour des savants en armes dans la seconde moitié du XIe siècle, parfois depuis des espaces fort lointains205. Le corpus des savants-guerriers établi par J. Oliver Asín peut être rapproché de celui d’A. Noth, même si ce dernier avertit ne pas avoir mené une recherche exhaustive : A. Noth travaille sur une cinquantaine d’exemples, pour l’ensemble du monde musulman des années 800-1200, J. Oliver Asín sur une dizaine de cas pour le Madrid des années 880-1080.

139En l’absence de dépouillement systématique des sources biobibliographiques pour y recenser l’ensemble des savants-guerriers, il est impossible de conclure véritablement sur la place de Madrid dans la pratique du ğihād de l’Islam médiéval ; seule se dégage une tendance, celle du rôle important joué par la petite ville de la Marche moyenne, d’autant que Madrid quitte la dār al-islām au moment du vif essor du ğihād et de la multiplication des figures de savants-guerriers, pendant les deux derniers siècles étudiés par A. Noth. Cette tendance, née du rapprochement des résultats obtenus par J. Oliver Asín d’un côté, et par A. Noth de l’autre, ne peut manquer de surprendre, l’historiographie récente ayant insisté sur le peu d’impact du ğihād en al-Andalus et sur la faible place, dans les sources arabes officielles, des expériences frontalières menées par les combattants volontaires de la Foi, comme l’a noté Ma J. Viguera :

  • 206 Ma J. Viguera Molins, « Las fronteras de al-Andalus », IV Estudios de Frontera, Historia, tradicio (...)

« À cause des soupçons que les cercles officiels avaient l’habitude d’alimenter contre eux, il ne reste qu’une mémoire laconique des actions frontalières de ces ulémas-guerriers, dont l’accomplissement modèle du ğihād interférait avec les entreprises belliqueuses de l’État et en différait sur plusieurs points206. »

Des murābiṭūn bien présents à Madrid

  • 207 P. Buresi, « La réaction idéologique almoravide et almohade à l’expansion occidentale dans la péni (...)

140L’image du faible impact du ğihād en al-Andalus a été troublée par des conclusions plus nuancées sur la place qu’il convient de lui accorder ; s’interrogeant sur « la diffusion dans la société d’un discours belliqueux à l’égard des puissances chrétiennes et sur la multiplication des engagements individuels dans l’entreprise de la “guerre légale” » au temps des princes berbères, P. Buresi montre que le ğihād est assumé par l’État et qu’il existe, dans la société, un mouvement de ğihād spirituel, qui se développe sur un fond eschatologique207. De telle sorte qu’il convient de rechercher les causes du succès des Latins en Occident

« dans la militarisation de la société chrétienne, dans les modalités de l’occupation territoriale et dans les déséquilibres démographiques inverses plutôt que dans l’émergence ou la non-émergence d’une sensibilité au djihad au sein de la société musulmane d’al-Andalus au XIIe siècle ».

  • 208 A. García Sanjuán, « Frontera, ŷihād y legados piadosos en al-Andalus (siglos X-XV) », III Estudio (...)

141Étudiant les relations entre les biens habous et la frontière, A. García Sanjuán est également plus circonspect sur cette part insignifiante à accorder au ğihād : « L’information disponible est très réduite et elle ne permet pas de généraliser sur la fréquence ou l’abondance de ces donations et, par conséquent, sur le niveau de diffusion du ğihād parmi les Andalusíes208. »

  • 209 C. de la Puente, «El ŷihād en el califato omeya de al-Andalus y su culminación bajo Hišām II», Alm (...)
  • 210 Ma J. Viguera Molins, « Réactions des Andalousiens face à la conquête chrétienne », op. cit., p. 2 (...)
  • 211 Chr. Picard, « Regards croisés sur l’élaboration du jihad entre Occident et Orient musulman (VIIIe(...)

142Les travaux les plus récents reviennent en effet sur les sources et sur la nature de celles-ci : C. de la Puente montre que les recueils biobibliographiques comportent un nombre plus important qu’on ne le croit d’ordinaire d’ulémas qui s’impliquent dans l’effort militaire, de telle sorte que le cercle des lettrés d’al-Andalus a, dès le Xe siècle, conscience de vivre en situation permanente de ğihād209. Les sources officielles ont ainsi souvent caché les activités individuelles, Ma J. Viguera faisant remarquer que « les sources textuelles officielles consacrent toute leur attention aux gestes du pouvoir officiel, sans mentionner, ou presque, les pieux combattants, ces savants et ces dévots devenus guerriers210 ». Cette « censure » qui entoure les volontaires du ğihād tient aussi au fait que, dans des chroniques rédigées après coup pour glorifier les Omeyyades, le calife apparaît comme ayant monopolisé le ğihād à son profit, les chroniques ayant bien joué leur rôle de mise en valeur du devoir de ğihād du souverain, comme Chr. Picard vient de le montrer211. Le terme, peu fréquent dans ces chroniques, est toujours associé

  • 212 Ibid., p. 57.

« aux passages de propagande qui concernent la personne du souverain, le plus souvent dans des lettres de harangue, ou bien, en une circonstance particulière comme le départ spontané de volontaires. […]. L’utilisation du mot est en quelque sorte un moyen de dramatiser un moment exceptionnel du combat mené contre les rebelles à l’Islam212 ».

  • 213 Madrid n’est d’ailleurs pas la seule ville de la Marche moyenne à fonctionner comme ribāṭ : Talave (...)
  • 214 P. Buresi, « La réaction idéologique almoravide et almohade à l’expansion occidentale dans la péni (...)

143En somme, et pour revenir aux travaux de J. Oliver Asín et d’A. Noth, l’image de Madrid qui émane de la littérature biobibliographique est avant tout celle d’une petite ville où les savants viennent faire le ribāṭ, mêlant pratiques de dévotion et opérations militaires sur une frontière parfois ardente, selon les nécessités du moment213 : n’oublions pas, en effet, que la retraite dans le ribāṭ marque un temps d’ascèse dans la vie du musulman, qu’elle exprime « une volonté d’affirmation d’un islam purifié à l’endroit où celui-ci est le plus menacé », mais que cette pratique n’est pas nécessairement militaire214.

Note

1 L. Gardet, Les hommes de l’Islam, Approche des mentalités, Paris, Éd. Complexe, 1984, 2e éd. 1994, p. 111.

2 Ainsi J.-Cl. Garcin évoque-t-il de manière dispersée les marchands, les familles pauvres, les notables, etc. dans son chapitre consacré aux villes, sans finalement rapprocher ces types sociaux : J.-Cl. Garcin et al., États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval Xe-XVe siècle, t. 2 : Sociétés et cultures, Paris, PUF, 2000, p. 128-171.

3 J. Rossiaud, « Le citadin », L’homme médiéval, J. Le Goff (dir.), Paris, Seuil, 1989, p. 160.

4 Cl. Cahen, L’Islam des origines au début de l’Empire ottoman, Paris, Hachette, 1997 (rééd.), p. 187-188.

5 A. Raymond, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, Sindbad, 1985.

6 S. Denoix, « Unique modèle ou type divers ? La structure des villes du monde arabo-musulman à l’époque médiévale », Mégapoles méditerranéennes, C. Nicolet, R. Ilbert et J.-C. Depaule (dir.), Paris-Rome, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme-EFR-Maisonneuve & Larose, 2000, p. 913-937.

7 Chr. Mazzoli-Guintard, Vivre à Cordoue au Moyen Âge, Solidarités citadines en terre d’Islam (Xe-XIe siècles), Rennes, PUR, 2003.

8 P. Chalmeta Gendrón, El « señor del zoco » en España : edades media y moderna, Madrid, Instituto Hispano-Árabe de Cultura, 1973.

9 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. 3 : le siècle du califat de Cordoue, Paris, Maisonneuve & Cie, 1953, p. 113-162 ; M. Méouak, « Considérations sur les fonctionnaires de la magistrature de la sûreté urbaine (ṣāḥīb al-madīna/wilāyat al-madīna) dans l’Espagne umayyade », Orientalia Suecana, 1999 (XLVIII), p. 75-86.

10 Je me permets de renvoyer à Chr. Mazzoli-Guintard, « De l’étain dans la préparation du vernis : une innovation blâmable à Cordoue au XIe siècle ? », Château et innovation, Actes des Rencontres d’Archéologie et d’Histoire en Périgord, 24-26 septembre 1999, A.-M. Cocula et A.-M. Dom (éd.), Bordeaux, 2000, p. 11-22 ; « L’artisan, le muḥtasib et le juge : naissance et solution d’un conflit à Cordoue dans la seconde moitié du XIe siècle », La résolution des conflits au Moyen Âge, XXXIe Congrès de la SHMESP (Angers, mai 2000), Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, p. 189-200 ; « Mosquées, territoire et communauté de quartier en al-Andalus : le cas de Cordoue aux Xe-XIe siècles », Iglesias y Fronteras, Congreso celebrado en Alcalá la Real en nov. 2004, F. Toro Ceballos et J. Rodríguez Molina (coord.), Jaén, Diputación provincial de Jaén, 2005, p. 465-480.

11 Chr. Mazzoli-Guintard, « Andalousie médiévale, Maghreb et Proche-Orient modernes : un même modèle de grande ville arabe ? », La ville et le monde XVe-XXIe siècles, Colloque Nantes-La Rochelle 12-15 juin 2007, à paraître.

12 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabas (V), P. Chalmeta, F. Corriente et M. Ṣubḥ (éd.), Madrid, Instituto Hispano-Árabe de Cultura, 1979, p. 167 ; Crónica del califa `Abdarraḥmān III an-Nāṣir ir entre los años 912 y 942 (Al-Muqtabis V), trad. Ma J. Viguera et F. Corriente, Zaragoza, Instituto Hispano-Árabe de Cultura, 1981, p. 193.

13 Ibid., p. 258 et p. 285.

14 Ibid., p. 284 et p. 312.

15 Id.

16 Ibn al-Abbār (m. 1238), Takmila, A. Bel et M. Bencheneb (éd.), Alger, 1920, I, no 11 : cité par É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. 2 : le califat umaiyade de Cordoue (912-1031), Paris-Leiden, Maisonneuve & Cie-Brill, 1950, p. 52 et J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, Madrid, CSIC, 1959, 2e éd. 1991, Madrid, Instituto de Cooperación con el Mundo Árabe, p. 265-266.

17 Ibn `Abd al-Malik Marrākušī (m. 1303-1304), Al-Ḏayl wa-l-Takmila, M. Ben Šarīfa (éd.), t. I, p. 190, trad. Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », Actas III Jarique de Numismática hispano-árabe (Madrid, dic. 1990), Madrid, Museo Arqueológico Nacional, 1992, p. 27.

18 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabas (V), op. cit., p. 284; Crónica del califa `Abdarraḥmān III, op. cit., p. 312.

19 Ibid., p. 314 et p. 348.

20 A. A. Duri, « `āmil », EI2, t. I, p. 447-448 : sous les Omeyyades, le terme est employé à la fois pour le rang le plus élevé de la hiérarchie des officiers du gouvernement, comme le gouverneur d’une province, ou pour le plus bas de celle-ci ; quand les finances sont séparées des autres sections administratives, le terme désigne le directeur des finances dans la capitale d’une province. Al-Andalus poursuit l’usage omeyyade jusqu’à la fin du califat : le terme désigne un agent du gouvernement responsable de l’administration générale et des finances.

21 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. 3, op. cit., p. 40, en part. note 4. Il avait fait des `ummāl des agents subalternes : « l’administration du fisc andalou disposait au chef-lieu de chaque circonscription provinciale d’un personnel d’agents, dirigé par des inspecteurs (mušrif) et des caissiers (amīn, pl. umanā’) ; on désignait l’ensemble de ces employés sous le nom de `ummāl (sing. `āmil) ». Pour lui, le gouverneur d’une kāra porte le titre de wālī.

22 M. Méouak, « Administration des provinces et gouverneurs (wulā t/`ummāl) dans l’Espagne umayyade », Miscelánea de Estudios Árabes y Hebraicos, 2000 (49), p. 105-116.

23 En 930/318, le `āmil d’Ecija reçoit une note officielle le chargeant de faire construire une fontaine (ibid., p. 115).

24 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabas (V), op. cit., p. 134 ; Crónica del califa `Abdarraḥmān III, op. cit., p. 161 ; Ma J. Viguera Molins, « Los predicadores de la corte », Actas del Simposio Internacional Saber religioso y poder político en el Islam (Granada, 15-18 octubre 1991), Madrid, Agencia Española de Cooperación Internacional, 1994, p. 319-332.

25 M. Méouak, « Administration des provinces et gouverneurs », op. cit., p. 112 et Pouvoir souverain, administration centrale et élites politiques dans l’Espagne umayyade (IIe-IVe/VIIIe-Xe siècles), Tuusula-Helsinki, Annales Academiæ Scientiarum Fennicæ, 1999, p. 85-86.

26 M. Méouak, « Hiérarchie des fonctions militaires et corps d’armée en al-Andalus umayyade (IIe/VIIIe-IVe/Xe siècles) : nomenclature et essai d’interprétation », Al-Qanṭara, 1993 (XIV-2), p. 375-380.

27 Ph. Sénac, La frontière et les hommes (VIIIe-XIIe siècle), Le peuplement musulman au nord de l’Ebre et les débuts de la reconquête aragonaise, Paris, Maisonneuve & Larose, 2000, p. 114-118.

28 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 149 et p. 264-265, à partir de la Takmila d’Ibn Abbār, biographie no 11. Sur ce personnage, membre de la famille cordouane des Banū Abī`Īsā, cf. M. Marín, « Una familia de ulemas cordobeses : los Banū Abī`Īsā », Al-Qanṭara, 1985 (VI), p. 291-320, et Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 27.

29 Ibn Ḥayyān, Kitāb al-Muqtabis fī ta’rīḫ riğāl al-Andalus, M. `Alī Makkī (éd.), Beirut, 1973, p. 132, trad. Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 15.

30 H. de Felipe, Identidad y onomástica de los Beréberes de al-Andalus, Madrid, CSIC, 1997, p. 223.

31 L’information, fournie par al-Uḏrī, est analysée par E. Manzano Moreno, La frontera de al-Andalus en época de los Omeyas, Madrid, CSIC, 1991, p. 155 et H. de Felipe, Identidad y onomástica de los Beréberes, op. cit., p. 226 et p. 310. Sur les réalités matérielles de ce lignage : J. L. Bermejo Crespo et K. Muñoz López-Astilleros, « Una explotación agrícola en el territorio de los Banū Sālim : excavaciones en Vereda de Sedano o Las Fuentecillas (San Fernando de Henares, Madrid) », Boletín de Arqueología Medieval, 1994 (8), p. 205-225.

32 H. de Felipe, Identidad y onomástica de los Beréberes, op. cit., p. 221-223.

33 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabas (V), op. cit., p. 105 ; Crónica del califa `Abdarraḥmān III, op. cit., p. 129.

34 Ibid., p. 110 et p. 133.

35 H. de Felipe, Identidad y onomástica de los Beréberes, op. cit., p. 310.

36 Pour Guadalajara, dès 308 (920-921) ; l’autorité sur Madrid est encore détenue par un Banū Sālim en 317 (fév. 929-fév. 930), mais elle ne semble plus l’être en 324 (935-936). Lorsque meurt Aḥmad b. `Abd Allāh al-Layṯ, dont les origines cordouanes ne font pas de doute, en 325/937, il a rempli à deux reprises la fonction de gouverneur de Madrid.

37 E. Manzano Moreno, La frontera de al-Andalus en época de los Omeyas, op. cit., p. 347.

38 M. Marín, « Una familia de ulemas cordobeses : los Banū Abī`Īsā », op. cit., p. 315.

39 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. 3, op. cit., p. 117 : l’Omeyyade délègue ses prérogatives de juge au grand-cadi de la capitale ; théoriquement, le cadi délègue à son tour ses attributions pour l’exercice de la justice en province à des cadis locaux, mais en réalité, le gouvernement central nomme les juges provinciaux.

40 Ibid., p. 120-121. Pedroche ou Los Pedroches, est l’ancien Faḥṣ al-Ballūṭ, litt. la plaine des glands : le toponyme désigne une vallée située au sud-ouest d’Oreto, à trois jours de marche au nord de Cordoue (A. Huici Miranda, « Faḥṣ al-Ballūṭ », EI2, II, p. 762-763).

41 Al-Ḥimyarī, La péninsule ibérique au Moyen Âge d’après le Kitāb ar-Rawḍ al-miṭ`ār, trad. É. Lévi-Provençal, Leiden, Brill, 1938, p. 216 ; Kitāb al-Rawḍ al- miṭ`ār, Iḥsān `Abbās (éd.), Beyrouth, Dār al-Ğīl, 1988, p. 180.

42 La preuve est principalement définie dans le cadre de la procédure : J. Schacht, Introduction au droit musulman, Paris, Maisonneuve & Larose, 1999, p. 160-161.

43 Ma L. Ávila, « Cargos hereditarios en la administración judicial y religiosa de al-Andalus », Actas del Simposio Internacional Saber religioso y poder político en el Islam, op. cit., p. 36. Sur le juge des premiers temps de l’Islam et ses attributions administratives, cf. I. Bligh-Abramski, « The judiciary (qāḍīs) as a governmental-administrative tool in Early Islam », JESHO, 1992 (XXXV), p. 40-71.

44 Sur laquelle l’ouvrage d’O. R. Constable reste incontournable: Trade and traders in Muslim Spain, The commercial realignment of the Iberian peninsula, 900-1500, Cambridge, University Press, 1994.

45 L. Gardet, Les hommes de l’Islam, Approche des mentalités, op. cit., p. 111.

46 M. Marín, « El oficio de la ciencia y otros oficios : en torno a la onomástica de los ulemas andalusíes », Estudios Onomástico-Biográficos de al-Andalus, t. VII, Madrid, CSIC, 1995, p. 377-435.

47 Sur le groupe des notables urbains, cf. les références rassemblées dans Chr. Mazzoli-Guintard, « Être notable à Cordoue aux Xe-XIe siècles », Table ronde « La notabilité urbaine Xe-XVIIIe siècles » (Université de Caen, MRSH, 20-21 janvier 2006), L. Jean-Marie (coord.), Caen, CRHQ-Université de Caen, 2007, p. 39-53.

48 Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 26.

49 Ainsi, le géographe Yāqūt corrobore-t-il les informations des recueils biobibliographiques, mais il n’est pas inintéressant de voir quels savants madrilènes ont retenu l’attention d’un Oriental tardif : Ğ. `Abd al-Karīm, « La España musulmana en la obra de Yāqūt (s. XII-XIII). Repertorio enciclopédico de ciudades, castillos y lugares de al-Andalus, extraído del Mu`ŷam al-buldān (Diccionario de los países) », Cuadernos de Historia del Islam, 1974 (6), p. 13-315. Sur Ibn Sa`īd et Madrid, cf. Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 24.

50 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 243-277 : « El ambiente cultural y militar del Madrid musulman. »

51 M. Marín, « Ulemas en la Marca Media », Estudios Onomástico-Biográficos de al-Andalus, t. VII, Madrid, CSIC, 1995, p. 203-229.

52 M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, Al-Qāhira, 1968.

53 Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit. Quelques ulémas de Madrid figurent aussi dans Ma L. Ávila, La sociedad hispanomusulmana al final del califato (aproximación a un estudio demográfico), Madrid, CSIC, 1985 et dans M. Marín, « Nómina de sabios de al-Andalus (711-961) », Estudios Onomástico-Biográficos de al-Andalus, t. I, Madrid, CSIC, 1988, p. 23-182.

54 Familias andalusíes, Estudios Onomástico-Biográficos de al-Andalus, t. V, Madrid, CSIC, 1992.

55 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 273-274.

56 Ibid., p. 252 ; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, op. cit., p. 111 ; Ma L. Ávila, La sociedad hispano-musulmana, op. cit., no 91 ; M. Marín, « Ulemas en la Marca Media », op. cit., p. 219.

57 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 269-270; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, op. cit., p. 118.

58 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 246-247; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, op. cit., p. 110; Ma L. Ávila, La sociedad hispanomusulmana, op. cit., no 147; Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 28-29; M. Marín, « Ulemas en la Marca Media », op. cit., p. 219.

59 Ibn `Abd al-Malik Marrākušī (m. 1303-1304), Al-Ḏayl wa-l-takmila, t. 1, M. Ben Šarīfa (éd.), p. 190 (trad. Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 27). Voir aussi J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 265-266 ; M. Marín, « Una familia de ulemas cordobeses : los Banū Abī`Īsā », Al-Qanṭara, VI, 1985, p. 315 : il meurt en 325/937.

60 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 264; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, op. cit., p. 117.

61 Id.

62 Id.

63 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 262; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, op. cit., p. 114; M. Marín, « Ulemas en la Marca Media », op. cit., p. 220.

64 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 271-272 ; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, op. cit., p. 121 ; Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 27-28 ; M. Marín, « Nómina de sabios de al-Andalus (711-961) », op. cit., no 351 et no 1585.

65 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 254-259 ; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, op. cit., p. 111 ; Ğ. `Abd al-Karīm, « La España musulmana », op. cit., p. 278-279.

66 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 264; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, op. cit., p. 117.

67 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 263-264 ; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, op. cit., p. 117 ; M. Marín, « Nómina de sabios de al-Andalus (711-961) », op. cit., no 46 : il meurt en 886/273 ou 887/274.

68 M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, op. cit., p. 114 ; Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 24.

69 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 253 ; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, op. cit., p. 115 ; Ma L. Ávila, La sociedad hispanomusulmana, op. cit., no 605. À ce personnage et son école, Ṣā`id b. Aḥmad al-Andalusī consacre un long passage dans son Libro de las categorías de las naciones : vislumbres desde el Islam clásico sobre la filosofía y la ciencia, trad. F. Maíllo Salgado, Madrid, Ed. Akal, 1999, p. 127-135. Le personnage a, bien entendu, suscité de nombreux travaux, à commencer par l’étude de J. Vernet et M. A. Catala, « Las obras matemáticas de Maslama de Madrid », Al-Andalus, 1965 (30), p. 15-47. Parmi les plus récents : J. Martos Quesada et Ma del C. Escribano Ródenas, « Las matemáticas en al-Andalus : fuentes y bibliografía para el estudio del matemático y astrónomo árabe madrileño Maslama », Estudios de historia de las técnicas, la arqueología industrial y las ciencias, VI Congreso de la Sociedad Española de Historia de las Ciencias y de las Técnicas, Segovia-La Granja, 9-13 sept. 1996, J. L. García Hourcade, J. M. Moreno Yuste et G. Ruiz Hernández (coord.), Salamanca, Consejería de Educación y Cultura de la Junta de Castilla y León, 1998, p. 457-479 ; Ma del C. Escribano Ródenas, « El matemático y astrónomo andalusí Maslama “el madrileño” », Matemáticos madrileños, Ma del C. Escribano Ródenas (coord.), Madrid, Grupo Anaya, 2000, p. 21-45 ; J. Martos Quesada et Ma del C. Escribano Ródenas, « Un matemático árabe del siglo X : Maslama el madrileño », La organización social del espacio, III, Madrid en tránsito de la Edad Media a la Edad Moderna, S. Muriel et C. Segura (éd.), Madrid, Asociación Cultural Al-Mudayna, 2008, p. 105-121.

70 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 268. ; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, op. cit., p. 117 ; M. Marín, « Nómina de sabios de al-Andalus (711-961) », op. cit., no 1171 ; Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 28.

71 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 274; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, op. cit., p. 118.

72 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 245-246; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, op. cit., p. 109; Ma L. Ávila, La sociedad hispanomusulmana, op. cit., no 962; Ğ. `Abd al-Karīm, « La España musulmana », op. cit., p. 280; M. Marín, « Una ciudad de la frontera de al-Andalus: Maŷrīṭ », Revista de Dialectología y Tradiciones Populares, 2001 (LVI/1), p. 14-15.

73 Telle est l’opinion d’H. de Felipe, Identidad y onomástica de los Beréberes, op. cit., p. 224. De par ses caractéristiques onomastiques, M. Marín en fait un personnage d’une famille indigène, dont le père se serait converti à l’islam (« Una ciudad de la frontera de al-Andalus : Maŷrīṭ », op. cit., p. 15).

74 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 266-268 ; M. `A. Makkī, « A propósito de la revolución de `Ubayd Allâh b. al-Mahdî en Madrid », Revista del Instituto Egipcio de Estudios Islámicos en Madrid, 1961-1962 (IX-X), p. 255-260.

75 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 259-262 ; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, op. cit., p. 113 ; Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 29-30.

76 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 274-275 ; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, op. cit., p. 119 ; Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 30.

77 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 247 et p. 259 ; M. `A. Makkī, Madrid al-`arabiyya, op. cit., p. 110 ; Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 29 ; M. Marín, « Ulemas en la Marca Media », op. cit., p. 219-220.

78 M. Marín, « Ulemas en la Marca Media », op. cit.

79 Ibid., p. 216.

80 Ibid., p. 219 et p. 222.

81 M. Marín, «Una ciudad de la frontera de al-Andalus : Maŷrīṭ», op. cit., p. 15.

82 F. Deroche, « Sept lectures », Dictionnaire du Coran, M. A. Amir-Moezzi (dir.), Paris, Robert Laffont, 2007, p. 812-814.

83 M. Retuerce Velasco, « Miscelánea islámica madrileña », Boletín de Arqueología Medieval, 1988 (2), p. 148. La pièce est conservée au Museo Arqueológico Nacional de Madrid, no inv. AM-84/16/V4.

84 Sur ces os gravés, cf. J. Zozaya, « Huesos grabados con inscripciones árabes », Boletín de la Asociación Española de Arabistas, 1986 (22), p. 111-126 et les références qui figurent dans M. Retuerce Velasco, « Miscelánea islámica madrileña », op. cit., p. 148.

85 J. Ribera y Tarragó, La enseñanza entre los musulmanes españoles, Zaragoza, Imprenta de Calixto Ariño, 1893, reproduit dans J. Ribera y Tarragó, Libros y enseñanzas en al-Andalus, prólogo Ma J. Viguera Molins, Pamplona, Urgoiti Editores, 2008, p. 33.

86 M. Retuerce Velasco, « Miscelánea islámica madrileña », op. cit., p. 141-144.

87 E. Serrano, « [72] Maquette de porte », Catalogue de l’Exposition Les Andalousies de Damas à Cordoue (Paris, IMA, nov. 2000-avril 2001), Paris, Hazan-IMA, p. 105 ; J. Zozaya, « Maqueta », Catálogo de la exposición El esplendor de los Omeyas cordobeses (Cordoue-Madinat al-Zahra, mai-sept. 2001), Catálogo de piezas, Granada, El Legado andalusí, p. 177. La pièce est actuellement conservée au Museo Arqueológico Regional d’Alcalá de Henares.

88 Les restes osseux ont fait l’objet de deux études : P. Chaves Montoya et al., « Informe mastozoológico del yacimiento de la calle Angosta de los Mancebos (Madrid) », Estudios de Prehistoria y Arqueología Madrileña, 1989 (VII), p. 157-222 ; F. Hernández Carrasquilla, « Las aves del yacimiento de Angosta de los Mancebos (Madrid) », Boletín de Arqueología Medieval, 1991 (5), p. 181-191.

89 E. García Sánchez, « La alimentación popular urbana en al-Andalus », Arqueologia Medieval, 1996 (4), p. 226.

90 U. Albarella et R. Thomas, « They dined on crane: bird consumption, wild fowling and status in medieval England », Acta zoologica cracoviensia, 2001 (45), p. 23-38; K. Dobney et D. Jaques, « Avian signatures for identity and status in anglo-Saxon England », ibid., p. 7-21.

91 B. Laurioux, Manger au Moyen Âge, Pratiques et discours alimentaires en Europe aux XIVe et XVe siècles, Paris, Hachette, 2002, p. 133-135.

92 La alimentación en las culturas islámicas, M. Marín et D. Waines (éd.), Madrid, Agencia Española de Cooperación Internacional, 1994.

93 1492, lo dulce a la conquista de Europa, Actas del IV seminario internacional sobre la caña de azúcar, Motril, sept. 1992, A. Malpica (éd.), Granada, Diputación Provincial, 1994 ; R. Kuhne Brabant, « Le sucre et le doux dans l’alimentation d’al-Andalus », Cultures et nourritures de l’Occident musulman, Médiévales, 1998 (33), p. 55-67.

94 P. Chalmeta, « Aceites, almazaras y etimologías », Anaquel de Estudios Árabes, 1996 (VII), p. 57-68 ; Ma J. Viguera Molins, « Olivo y aceite en textos andalusíes », Tierras del olivo, Catálogo de la Exposición celebrada en Jaén, Baeza, Úbeda, Baena (dic. 2007-abril 2008), Granada, El Legado andalusí, 2007, p. 149-167.

95 R. Kuhne Brabant, « La fruta, ¿alimento o medicamento? Reflexiones sobre la presencia de la fruta en la farmacopea árabe médieval », Anaquel de Estudios Árabes, 1996 (VII), p. 69-86 ; V. Lagardère, « Cépages, raisin et vin en al-Andalus (Xe-XVe siècles) », Cultures et nourritures de l’Occident musulman, op. cit., p. 81-90.

96 E. García Sánchez, « La consommation des épices et des plantes aromatiques en al-Andalus », Cultures et nourritures de l’Occident musulman, op. cit., p. 41-53. Sur cette thématique de l’alimentation, sont essentiels les volumes Ciencias de la naturaleza en al-Andalus, publiés par le CSIC de Grenade depuis 1990 (I, 1990 à III, 1994 éd. par E. García Sánchez ; IV, 1996 à VI, 2001 éd. par C. Álvarez de Morales ; VII, 2004 et VIII, 2008, éd. par E. García Sánchez et C. Álvarez de Morales).

97 L’archéozoologie, ne l’oublions pas, reste une science neuve, et pas seulement pour al-Andalus, comme le rappellent L. Chaix et P. Méniel, Archéozoologie : les animaux et l’archéozoologie, Paris, Errance, 2001.

98 F. Hernández Carrasquilla, « Las aves del yacimiento de Angosta de los Mancebos (Madrid) », op. cit.

99 Le nombre de restes (NR) permet de définir le nombre minimum d’individus (NMI).

100 L’étude archéozoologique préliminaire menée sur une partie du mobilier (NR = 2182) découvert dans la petite ville omeyyade de Vascos signale la présence de la poule, mais ne mentionne aucun oiseau sauvage : J. Yravedra Sainz de los Terreros, « La alimentación en las ciudades islámicas : el caso de Vascos », Al-Ándalus, País de ciudades, Actas del Congreso celebrado en Oropesa del 12 al 14 de mayo de 2005, Toledo, Diputación Provincial, 2008, p. 261-271.

101 Sur la place des oiseaux dans le texte coranique, voir Y. Porter, « Oiseaux », Dictionnaire du Coran, op. cit., p. 612-613.

102 J. Rose-Albrecht, « Faïences à reflets métalliques dans l’Espagne musulmane et chrétienne du XIIe au XVIIIe siècle », Le calife, le prince et le potier, Les faïences à reflets métalliques, Catalogue de l’exposition (Lyon, mars-mai 2002), Paris, Réunion des Musées Nationaux, 2002, p. 40.

103 Elle a d’abord été rattachée à l’Égypte ṭūlūnide (M. Retuerce Velasco et I. Lozano García, « Cerámica islámica de Madrid », Actas del I Congreso de Arqueología Española [Huesca-abril 1985], t. 4, Zaragoza, Diputación General de Aragón, 1986, p. 99), puis, dans les publications ultérieures, à l’Égypte fāṭimide (M. Retuerce Velasco, « Testimonios materiales del Madrid andalusí », Testimonios del Madrid medieval : el Madrid musulmán, A. Turina Gómez, S. Quero Castro et A. Pérez Navarro [éd.], Madrid, Museo de San Isidro, 2004, p. 108).

104 J. Rose-Albrecht, « La route de la faïence lustrée », Le calife, le prince et le potier, op. cit., p. 62.

105 J. Rose-Albrecht, « Les productions de l’Occident, la diffusion des innovations techniques », Le calife, le prince et le potier, op. cit., p. 69.

106 M. Retuerce Velasco et I. Lozano García, « Cerámica islámica de Madrid », Actas del I Congreso de Arqueología Medieval española (Huesca, abril 1985), Zaragoza, Diputación General de Aragón, 1986, t. 4, 95-109.

107 M. Retuerce Velasco, « Cerámica islámica en la Comunidad de Madrid », Madrid del siglo IX al XI, Madrid, Comunidad de Madrid, Dirección General de Patrimonio Cultural, 1990, p. 145-163 ; La cerámica andalusí de la Meseta, 2 vols., Madrid, CRAN, 1998.

108 G. Rosselló Bordoy, Ensayo de sistematización de la cerámica árabe en Mallorca, Palma de Mallorca, Diputación Provincial de Baleares-Instituto de Estudios Baleáricos-CSIC, 1978 ; A. Bazzana, « Céramiques médiévales : les méthodes de la description analytique appliquées aux productions de l’Espagne orientale. I-Les poteries domestiques d’usage courant », Mélanges de la Casa de Velázquez, 1979 (XV), p. 135-185 ; « Céramiques médiévales… II-Les poteries décorées. Chronologie des productions médiévales », ibid., 1980 (XVI), p. 57-95 ; Maisons d’al-Andalus, Habitat médiéval et structures du peuplement dans l’Espagne orientale, Madrid, Casa de Velázquez, 1992, p. 135-160.

109 M. Retuerce Velasco, «Cerámica islámica en la Comunidad de Madrid», op. cit.; La cerámica andalusí de la Meseta, op. cit.

110 M. Retuerce Velasco, «Cerámica islámica en la Comunidad de Madrid», op. cit., p. 150, «en trabajos anteriores, basándonos en la correlación de diversas variables […] pudimos diferenciar claramente cinco grupos […] ahora, unos años después, pensamos que esta clasificación ha de ser matizada».

111 Ibid., p. 155-159.

112 Id., pour la description de ces formes.

113 D. Alexandre-Bidon, Une archéologie du goût, Céramique et consommation, Paris, Picard, 2005.

114 M. Retuerce Velasco, « Cerámica islámica en la Comunidad de Madrid », op. cit., p. 146. Sur la présence d’ateliers locaux, cf. aussi D. Pérez Vicente, « Excavaciones arqueológicas en el Madrid islámico », Testimonios del Madrid medieval : el Madrid musulmán, op. cit., p. 192.

115 Sur les fours de potiers, cf. Fours de potiers et testares médiévaux en Méditerranée occidentale, Méthodes et résultats, Colloque organisé par la Casa de Velázquez, Madrid-janvier 1987, A. Bazzana et F. Amigues (éd.), Madrid, Casa de Velázquez, 1990.

116 J. Rose-Albrecht, « Le potier, maître de l’art », Le calife, le prince et le potier, op. cit., p. 46-47.

117 Al-Ḥimyarī, La péninsule ibérique au Moyen Âge, op. cit., p. 216 ; Kitāb al-Rawḍ al-miṭ`ār, op. cit., p. 179-180.

118 Ḏikr bilād al-Andalus, Una descripción anónima de al-Andalus, L. Molina (éd. et trad.), Madrid, CSIC, 1983, texte p. 40-41, trad. p. 56.

119 La contribution ancienne de T. Lewicki, « Ibn `Abd al-Mun`im al-Ḥimyarī », EI2, t. III, p. 697-698 a été revue sur certains points, dont l’inscription de l’auteur dans l’espace et dans le temps, par V. C. Navarro Oltra, « al-Ḥimyarī », Enciclopedia de al-Andalus, Diccionario de autores y obras andalusíes, J. Lirola Delgado et J. M. Puerta Vílchez (dir.), t. I, Granada, El Legado andalusí, 2002, p. 249-255.

120 L. Molina, «Estudio», Ḏikr bilād al-Andalus, op. cit., p. 313-316.

121 Ibid., p. 303-308.

122 Ibid., p. 313-316.

123 L. Molina, «al-Uḏrī», EI2, t. X, p. 837-838.

124 Ont été éditées, traduites et analysées les parties de l’œuvre relatives à la Marche supérieure, à la kāra de Tudmī r, à celles d’Ilbīra et de Séville : voir les références bibliographiques dans L. Molina, « al-Uḏrī », op. cit.

125 L. Molina, «Las dos versiones de la Geografía de al-Uḏrī», Al-Qanṭara, 1982 (II), p. 249-260.

126 J. Caurcel et C. Segura, La alfarería en la provincia de Madrid, Madrid, Ed. Castilla, 1977, p. 22.

127 M. Retuerce Velasco et I. Lozano García, «Cerámica islámica de Madrid», op. cit., p. 96.

128 M. Retuerce Velasco, «Miscelánea islámica madrileña», op. cit., p. 145-147.

129 M. Retuerce Velasco, «Testimonios materiales del Madrid andalusí», op. cit., p. 111-112.

130 P. Chaves Montoya et al., «Informe mastozoológico del yacimiento de la calle Angosta de los Mancebos (Madrid)», op. cit.

131 M. Marín (éd.), Tejer y vestir : de la Antigüedad al Islam, Madrid, CSIC, 2001, en particulier F. Valdés Fernández, « Algunas reflexiones sobre el estudio de los tejidos de origen o procedencia andalusí », p. 379-393 qui propose une remise à jour du catalogage et de la datation.

132 D. Pérez Vicente, «Excavaciones arqueológicas en el Madrid islámico», op. cit., p. 192.

133 M. Retuerce Velasco, «Miscelánea islámica madrileña», op. cit., p. 144.

134 Id.

135 Ces deux professions, barbier et saigneur, sont souvent exercées par une seule et même personne : Séville musulmane au début du XIIe siècle, Le traité d’Ibn `Abdūn sur la vie urbaine et les corps de métiers, trad. É. Lévi-Provençal, Paris, G. P. Maisonneuve éd., 1947, p. 154, note 136.

136 Al-faṣṣād, en revanche, ne désigne que celui qui pratique une incision pour faire une saignée (F. Corriente, Diccionario árabe-español, Barcelona, Ed. Herder, 1991).

137 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 266; M. `A. Makkī, «A propósito de la revolución de `Ubayd Allāh b. al-Mahdī en Madrid», Revista del Instituto Egipcio de Estudios Islámicos en Madrid, 1961-1962 (IX-X), p. 255-260.

138 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 266, note 1, à partir de l’édition d’Ibn Ḥazm par C. F. Seybold dans Revista del Centro de Estudios Históricos de Granada, 1911 (1), p. 170.

139 R. Dozy, Supplément aux dictionnaires arabes, Leiden, E. J. Brill, 1881.

140 Ibn `Abdūn, Séville musulmane au début du XIIe siècle, op. cit., p. 104-105.

141 J. Heers, La ville au Moyen Âge en Occident, Paris, Fayard, 1990, p. 204.

142 J. Navarro Palazón et P. Jiménez Castillo, Siyāsa, Estudio arqueológico del despoblado andalusí (ss. XI-XIII), Granada, El Legado andalusí, 2007.

143 R. Lineros, Ma S. Gil, F. Martínez, R. Cardenete, T. Gómez et I. Rodríguez, « Informe de las excavaciones arqueológicas en la Plaza de San José/Julián Besteiro (Carmona, Sevilla) », Anuario Arqueológico de Andalucía 1986, Sevilla, Junta de Andalucía, 1987, t. 2, p. 366-369.

144 P. Boucheron et D. Menjot, « La ville médiévale », Histoire de l’Europe urbaine, J.-L. Pinol (dir.), Paris, Seuil, 2003, t. I, p. 438.

145 P. Chaves Montoya et al., « Informe mastozoológico del yacimiento de la calle Angosta de los Mancebos (Madrid) », op. cit. ; M. Retuerce Velasco, « Testimonios materiales del Madrid andalusí », op. cit., p. 113.

146 M. Shatzmiller, «Professions and ethnic origin of urban labourers in Muslim Spain: evidence from a Moroccan source», Awrāq, 1982-83 (5-6), p. 149-159; Labour in the Medieval Islamic World, Leiden, Brill, 1994, chap. 6: «The ethnic division of labour: evidence from Muslim Spain. »

147 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. 3 : le siècle du califat de Cordoue, op. cit., p. 304-305.

148 Cité par J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 266.

149 D. Sourdel, « Ghulām », EI2, t. II, p. 1104-1106. Sur le statut de l’esclave et la terminologie qui désigne cette catégorie sociale, voir « Esclavitud e Islam », C. de la Puente (coord.), section monographique de la revue Al-Qanṭara, 2007 (XXVIII-2), p. 349-516.

150 Al-Wanšarīsī, Histoire et société en Occident musulman au Moyen Âge, Analyse du Mi`yār d’al-Wanšarīsī, par V. Lagardère, Madrid, Casa de Velázquez-CSIC, 1995, p. 178 (éd. Fès, VI, 138 ; éd. Rabat, VI, 197-198).

151 Sur l’émigration de cette famille madrilène, voir Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 29-30.

152 K. Soufi, Los Banū-Ŷahwar en Córdoba, 1031-1070, Córdoba, Instituto de Estudios Califales, 1968.

153 M. Benaboud, « La economía », Los reinos de taifas, Al-Andalus en el siglo XI, Historia de España Menéndez Pidal, Ma J. Viguera Molins (dir.), t. VIII-1, Madrid, Espasa Calpe, 1994, p. 247-248 : à partir du témoignage d’Ibn Ḥayyān compilé par Ibn Ḥağğ.

154 Une bonne synthèse de l’histoire des royaumes chrétiens se trouve dans V. Á. Álvarez Palenzuela (coord.), Historia de España de la Edad Media, Barcelona, Ariel, 2002.

155 Ph. Sénac, La frontière et les hommes (VIIIe-XIIe siècle), op. cit, p. 110.

156 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabas (V), op. cit., p. 284; Crónica del califa `Abdarraḥmān III, op. cit., p. 312.

157 Al-Ḥimyarī, La péninsule ibérique au Moyen Âge, op. cit., p. 216 ; Kitāb al-Rawḍ al-miṭ`ār, op. cit., p. 179 : le texte arabe donne la leçon Qanṭarat Māqida, ce qu’É. Lévi-Provençal rend par Maqueda ; Ma J. Viguera Molins rectifie la lecture en Qanṭarat Yāqū dans « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 22.

158 Al-Idrīsī, Los caminos de al-Andalus en el siglo XII según Uns al-Muhaŷ wa-rawḍ al-furaŷ, J. Abid Mizal (éd. et trad.), Madrid, CSIC, 1989, p. 164.

159 J. Rodríguez Morales et F. Sáez Lara, « Las atalayas entre Talavera y Talamanca : ¿un limes de época andalusí ? », Congreso espacios fortificados en la provincia de Toledo (7/9-V-2003), Toledo, Diputación Provincial de Toledo, 2005, p. 485 : Valdemaqueda se trouve à l’ouest de Robledo de Chavela et il s’y trouve un pont moderne sur la rivière. De plus, la distance qui sépare Valdemaqueda de Madrid correspond à la distance en milles fournie par al-Idrīsī.

160 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabas (V), op. cit., p. 258 ; Crónica del califa `Abdarraḥmān III, op. cit., p. 285.

161 Ibn `Iḏārī, Kitāb al-Bayān al-Muġrib, G. S. Colin et É. Lévi-Provençal (éd.), Leiden, E. J. Brill, 1951, t. II, p. 265 ; Histoire de l’Afrique et de l’Espagne intitulée Al-Bayano’l-Mogrib, trad. E. Fagnan, Alger, Imprimerie Orientale Pierre Fontana, 1904, t. II, p. 440 ; autre traduction dans Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 18. Tous deux font alliance contre le ḥāğib Ğa`far et le château de Mūla est pris au cours de cette expédition. Sur Ġālib, voir M. Méouak, « La biographie de Gālib, haut fonctionnaire andalou de l’époque califale : carrière politique et titres honorifiques », Al-Qanṭara, 1990 (XI), p. 95-112.

162 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 263-275.

163 A. Noth, « Les `ulamā’en qualité de guerriers », Actas del Simposio Internacional Saber religioso y poder político en el Islam, op. cit., p. 175-195.

164 Ibid., p. 178.

165 Ibid., p. 180.

166 Ibid., p. 185.

167 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 263-266; Ma J. Viguera Molins, «Madrid en al-Andalus», op. cit., p. 27.

168 A. Noth, « Les `ulamā’ en qualité de guerriers », op. cit., p. 185-189.

169 Ibn Ḥayyān, Anales palatinos del califa de Córdoba Al-Ḥakam II, por ` Īsā ibn Aýmad al-Rāzī, trad. E. García Gómez, Madrid, Sociedad de Estudios y Publicaciones, 1967 p. 267.

170 Ph. Sénac, La frontière et les hommes (VIIIe-XIIe siècle), op. cit., p. 116 : en 937, lors de la reddition de Saragosse, sont présents des volontaires des frontières (ahl al-ṯuġūr) aux côtés des hommes de l’armée régulière (ahl al-`askar).

171 Fr. Clément, Pouvoir et légitimité en Espagne musulmane à l’époque des taifas (Ve-XIe siècle), L’imam fictif, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 80 : `adūw (ennemi) appartient au même champ sémantique que ahl al-fasād (corrompus). Sur ce vocabulaire, voir E. Lapiedra Gutiérrez, Cómo los musulmanes llamaban a los cristianos hispánicos, Alicante, Instituto de Cultura Juan Gil-Albert, 1997.

172 F. García Fitz, « Una frontera caliente. La guerra en las fronteras castellano-musulmanas (siglos XI-XIII) », Identidad y representación de la frontera en la España medieval (siglos XI-XIV), C. de Ayala, P. Buresi et Ph. Josserand (éd.), Madrid, Casa de Velázquez, 2001, p. 159-179.

173 Comme l’avait déjà signalé E. Lourie, « A Society Organised for War: Medieval Spain », Past and Present, 1966 (35), p. 54-76, reprint dans Crusade and Colonisation, Muslims, Christians and Jews in Medieval Aragon, Aldershot, Variorum, 1990.

174 F. Valdés Fernández, « El arrabal oriental de Badajoz : bases para su cronología », Actas de las II Jornadas de Cultura Árabe e Islámica (1980), Madrid, Instituto Hispano-Árabe de Cultura, 1985, p. 553-564 : il existe jusqu’à la fin du XIe siècle.

175 Chr. Mazzoli-Guintard, « Fortifications urbaines sur la frontière andalusí : réalités et représentation des villes de frontière à l’époque omeyyade », V Estudios de Frontera, Funciones de la red castral fronteriza, Congreso celebrado en Alcalá la Real en nov. de 2003, F. Toro Ceballos et J. Rodríguez Molina (éd.), Jaén, Diputación provincial de Jaén, 2004, p. 487-503.

176 E. Manzano, La frontera de al-Andalus, op. cit., p. 97-98 ; Ph. Sénac, La frontière et les hommes (VIIIe-XIIe siècle), op. cit., p. 168 et p. 174.

177 E. Manzano, La frontera de al-Andalus, op. cit., p. 82, d’après une notice d’Ibn Abbār.

178 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. 3 : le siècle du califat de Cordoue, op. cit., p. 309-317 ; O. R. Constable, Trade and traders in Muslim Spain, op. cit., p. 44-51.

179 F. Vidal Castro, «Venta de caballerías en el Toledo taifa y cristiano (ss. XI-XII) : dos demandas judiciales desde Valencia y Córdoba», Qurṭuba, 2 (1997), p. 215-247.

180 A. Raymond, Le Caire, Paris, Fayard, 1993, p. 21 et p. 25-26.

181 J. R. Romero Fernández-Pacheco, « Organización religiosa del Madrid medieval », El Madrid medieval, Sus tierras y sus hombres, J. C. de Miguel Rodríguez (éd.), Madrid, Asociación Cultural Al-Mudayna, 1990, p. 137-139.

182 M. Montero Vallejo, «Estructura eclesiástica y religiosidad madrileñas entre los siglos XI y XV», Cristianismo en Madrid, XX Siglos, 1992 (11), p. 20.

183 P. Chaves Montoya et al., «Informe mastozoológico del yacimiento de la calle Angosta de los Mancebos (Madrid)», op. cit.

184 A. Fernández Félix, Cuestiones légales del islam temprano: la `Utbiyya y el proceso de formación de la sociedad islámica andalusí, Madrid, CSIC, 2003, p. 445-446.

185 M. B. Benito Iborra, Fauna medieval: el valle sur del Vinalpo Medio, Alicante, Publ. de la Caja de Ahorros, 1990.

186 A. Borvon, Cl. Guintard et J. A. Pérez Macías, « La faune du site almohade de La Barrera (Bonares, Espagne, XIIe-XIIIe siècle) », Revue de Médecine Vétérinaire, 2008-3 (159), p. 130-153. Le petit nombre de restes osseux de suidés sur le site omeyyade de Vascos ne permet pas de trancher entre porc et sanglier, ni de savoir si l’animal a été consommé par l’homme (J. Yravedra Sainz de los Terreros, « La alimentación en las ciudades islámicas : el caso de Vascos », op. cit., p. 269).

187 A. Maalouf, Les Identités meurtrières, Paris, Grasset, 1998.

188 Pour une mise au point récente sur les chrétiens d’al-Andalus, voir le colloque ¿Existe una identidad mozárabe ? Historia, lengua y cultura de los cristianos de al-Andalus (siglos IX-XII), C. Aillet, M. Penelas et Ph. Roisse (éd.), Madrid, Casa de Velázquez, 2008, en particulier la contribution finale de Ma J. Viguera Molins, « ¿Existe una identidad mozárabe? A modo de conclusión », p. 299-314.

189 Chr. Mazzoli-Guintard, « Espacios de convivencia en las ciudades de al-Andalus », Espiritualidad y convivencia en al-Andalus, Almonaster la Real, 6-8 octubre 2005 (F. Roldán Castro éd.), Huelva, Universidad de Huelva, 2006, p. 73-89 ; Ph. Sénac, La frontière et les hommes (VIIIe-XIIe siècle), op. cit., p. 126 : « la présence de communautés juives dans la région constitue un point obscur tant les données qui les concernent sont sujettes à caution ».

190 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 139. Pour J. C. de Miguel Rodríguez, ces deux maîtres sont mudéjars.

191 J. C. de Miguel Rodríguez, La comunidad mudéjar de Madrid : un modelo de análisis de aljamas mudéjares castellanas, Madrid, Asociación Cultural al-Mudayna, 1989, pièce no 13.

192 Forme de seigneurie typique du nord de la Castille, où le recommandé choisit son seigneur et peut en changer.

193 J. C. de Miguel Rodríguez, La comunidad mudéjar de Madrid : un modelo de análisis de aljamas mudéjares castellanas, op. cit., no 17.

194 M. Montero Vallejo, Origen de las calles de Madrid : una introducción a la ciudad medieval, Madrid, Avapiés, 1988, p. 113 : au niveau du pâté de maisons no 445 du plan de 1750.

195 E. Andreu Mediero, « Avance en el conocimiento del sector noroccidental de los recintos fortificados de la ciudad de Madrid », Mil anos de Fortificações na Península Ibérica e no Magreb (500-1500), Actas do Simpósio Internacional sobre Castelos (Palmela, 2000), I. C. Ferreira Fernandes (coord.), Lisboa, Edições Colibri-Câmara Municipal de Palmela, 2002, p. 872.

196 Ma J. Viguera Molins, « Réactions des Andalousiens face à la conquête chrétienne », L’expansion occidentale (XIe -XVe s.), Formes et conséquences, XXXIIIe Congrès de la société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public (Madrid, 23-26 mai 2002), Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 248 ; P. Guichard, « Combattants de l’Occident chrétien et de l’Islam. Quelques remarques sur leurs images réciproques (fin Xe-XIIe s.) », Identidad y representación de la frontera en la España medieval (siglos XI-XIV), op. cit., p. 223-251.

197 D. Urvoy, « Sur l’évolution de la notion de ğihād dans l’Espagne musulmane », Mélanges de la Casa de Velázquez, 1973 (IX), p. 335-371.

198 E. Manzano, La frontera de al-Andalus, op. cit., p. 65.

199 Chr. Picard, « Regards croisés sur l’élaboration du jihad entre Occident et Orient musulman (VIIIe-XIIe siècle). Perspectives et réflexions sur une origine commune », Regards croisés sur la guerre sainte, Guerre, religion et idéologie dans l’espace méditerranéen latin (XIe-XIIIe siècle), Actes du Colloque international tenu à la Casa de Velázquez du 11 au 13 avril 2005, D. Baloup et Ph. Josserand (éd.), Toulouse, CNRS-Université de Toulouse, 2006, p. 63.

200 A. Noth, « Les `ulamā’ en qualité de guerriers », op. cit., p. 187-189.

201 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. 3 : le siècle du califat de Cordoue, op. cit., p. 79-80.

202 Chr. Picard, « Regards croisés sur l’élaboration du jihad entre Occident et Orient musulman (VIIIe-XIIe siècle) », op. cit., p. 39-40 avec la bibliographie essentielle sur le sujet.

203 Ma J. Viguera Molins, « Réactions des Andalousiens face à la conquête chrétienne », op. cit., p. 248-249, à partir des Ajbâr machmuà.

204 R. Azuar Ruiz (coord.), La Rábita califal de las Dunas de Guardamar (Alicante), Alicante, Diputación Provincial, 1989 ; R. Varela Gomes et M. Varela Gomes (coord.), Ribāt da Arrifana, Cultura material e espiritualidade, Aljezur, Associação de Defesa do Património Histórico e Arqueológico de Aljezur, 2007.

205 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 263-273.

206 Ma J. Viguera Molins, « Las fronteras de al-Andalus », IV Estudios de Frontera, Historia, tradiciones y leyendas en la frontera, Congreso celebrado en Alcalá la Real en nov. del 2001, F. Toro Ceballos et J. Rodríguez Molina (éd.), Jaén, Diputación provincial de Jaén, 2002, p. 602.

207 P. Buresi, « La réaction idéologique almoravide et almohade à l’expansion occidentale dans la pénisule Ibérique (fin XIe-mi XIIIe siècles) », L’expansion occidentale (XIe-XVe siècle), op. cit., p. 229-241.

208 A. García Sanjuán, « Frontera, ŷihād y legados piadosos en al-Andalus (siglos X-XV) », III Estudios de Frontera, Convivencia, defensa y comunicación en la Frontera, Congreso celebrado en Alcalá la Real, 18-20 de noviembre de 1999, F. Toro Ceballos et J. Rodríguez Molina (éd.), Jaén, Diputación provincial de Jaén, 2000, p. 317-330.

209 C. de la Puente, «El ŷihād en el califato omeya de al-Andalus y su culminación bajo Hišām II», Almanzor y los terrores del Milenio, Actas II Curso sobre la Península ibérica y el Mediterráneo durante los siglos XI y XII, F. Valdés Fernández (coord.), Aguilar de Campoo, Fundación Santa María la Real, 1999, p. 37.

210 Ma J. Viguera Molins, « Réactions des Andalousiens face à la conquête chrétienne », op. cit., p. 248.

211 Chr. Picard, « Regards croisés sur l’élaboration du jihad entre Occident et Orient musulman (VIIIe-XIIe siècle) », op. cit., p. 52.

212 Ibid., p. 57.

213 Madrid n’est d’ailleurs pas la seule ville de la Marche moyenne à fonctionner comme ribāṭ : Talavera en est un autre exemple, comme l’a montré S. Martínez Lillo, « Un ribāṭ interior en la Marca Media : el caso de Ṭalabīra », Cuadernos de Prehistoria y Arqueología de la Universidad Autónoma de Madrid, 1994 (21), p. 297-311.

214 P. Buresi, « La réaction idéologique almoravide et almohade à l’expansion occidentale dans la pénisule Ibérique (fin XIe-mi XIIIe siècles) », op. cit., p. 238.

Indice delle illustrazioni

Legenda Figure 17. – Fragment d’omoplate gravée (Retuerce Velasco, 1988).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99039/img-1.jpg
File image/jpeg, 95k
Legenda Figure 18. – Maquette de porte (Museo Arqueológico Regional de Alcalá de Henares, avec l’aimable autorisation du Musée).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99039/img-2.jpg
File image/jpeg, 104k
Legenda Figure 19. – Céramiques des potiers madrilènes (Retuerce Velasco, 2004) : jarro (a), bol (b), fragments d’ataifor (c).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99039/img-3.jpg
File image/jpeg, 165k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search