Version classiqueVersion mobile

Madrid

 | 
Christine Mazzoli-Guintard

Deuxième partie. Le temps de la croissance urbaine (Xe-XIe siècles)

Chapitre V. Habiter la ville : cadre de vie et culture matérielle

Texte intégral

1Il est temps, désormais, de donner un visage au Madrid omeyyade, en s’attachant aux structures qui constituent le cadre de vie des femmes et des hommes habitant la ville et en évoquant les éléments de leur culture matérielle, les objets et les outils utilisés au quotidien par le plus grand nombre. Le paysage de la ville était dominé, au Moyen Âge, par la masse sombre des fortifications urbaines ; aujourd’hui encore, les structures fortifiées mises en place à l’époque omeyyade constituent les vestiges les plus importants de Mağrīṭ.

  • 1 D. Pérez Vicente, « Excavaciones arqueológicas en el Madrid islámico », Testimonios del Madrid med (...)

2Des aménagements indispensables à la vie quotidienne, quelques-uns se laissent deviner, la grande-mosquée, les systèmes d’approvisionnement en eau, mais aussi l’habitat, dont la morphologie vient d’être révélée par la mise au jour de vestiges de maisons place de la Armería ; en effet, si la microtoponymie fournit quelques indices sur le cadre de vie de Mağrīṭ, presque toutes nos connaissances sur les formes et les façons d’habiter la ville proviennent des interventions archéologiques qui se sont multipliées depuis le milieu des années 1980 et qui, surtout, ont concerné des zones de plus en plus nombreuses de l’espace urbain1.

  • 2 Le bilan des cinq premières campagnes figure dans L. Caballero Zoreda, H. Larrén Izquierdo, M. Ret (...)

3Les premières interventions archéologiques menées à Madrid à partir de 1972, dans le cadre de fouilles préventives, avaient pour but de localiser et de sauvegarder les murailles2. L’intervention de mars à octobre 1985 dans la Cuesta de la Vega avait pour objectif de poursuivre les travaux entrepris quinze ans auparavant, dans la mesure où les vestiges de la muraille alors découverts n’avaient pas été protégés et encore moins mis en valeur ; le directeur de la campagne, M. Retuerce Velasco, note toutefois que :

  • 3 M. Retuerce Velasco, « Informe sobre la excavación arqueológica efectuada en el solar de la Cuesta (...)

« toutes les fouilles archéologiques en principe destinées à confirmer ou non l’existence de la muraille ont permis non seulement d’atteindre l’objectif qui leur avait été assigné, mais encore de découvrir de très importants vestiges de son Histoire […] de telle sorte que la muraille médiévale n’est pas le seul objectif archéologique de la ville : il y a beaucoup d’autres restes archéologiques dans le sous-sol de la ville, qu’il faut découvrir et protéger3 ».

  • 4 Pour le cadre institutionnel de l’archéologie madrilène, cf. P. Mena Muñoz et Ma E. Nogueras Monte (...)

4Le transfert des compétences en matière de patrimoine archéologique à la Comunidad de Madrid, en mai 1985, a entraîné un développement des campagnes de fouilles, dorénavant mieux protégées et plus diversifiées : tous les terrains situés dans le quartier historique, et non plus les seules parcelles liées aux murailles, sont l’objet d’interventions dans le cadre d’un projet qui conçoit la ville comme un vaste site archéologique. Mais si le Plan Especial de Protección du patrimoine madrilène est définitivement approuvé en 1997, la déclaration de Monumento Histórico Artístico de 1954, due aux énergiques interventions de J. Oliver Asín et de L. Torres Balbás, constitue la première mesure visant à sauvegarder le cadre de vie du Madrid islamique4. Bien entendu, cette déclaration visait alors à protéger un élément des fortifications madrilènes ; c’est donc à travers elles qu’il faut commencer à évoquer le cadre de vie de Mağrīṭ.

Les fortifications urbaines

  • 5 Certains auteurs supposent toutefois l’existence d’une autre enceinte islamique dont le tracé sera (...)

5Elles sont composées de deux éléments distincts, l’enceinte en forme de quadrilatère irrégulier, qui protège un espace de quatre hectares et dont plusieurs vestiges ont été découverts, et un hypothétique réduit fortifié, résidence supposée du gouverneur, dont la localisation, sous l’actuel Palais royal ou dans l’Almudena, reste l’objet de discussions. Commençons par la muraille urbaine, la mieux connue des structures fortifiées de la ville, sur laquelle l’unanimité s’est faite5.

L’enceinte urbaine

  • 6 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, Madrid, CSIC, 1959, 2e éd. 1991, Madrid, Instituto de (...)

6La découverte, par Jaime Oliver Asín, à la mi-novembre 1953, d’un premier pan de la muraille islamique au nord du viaduc a eu comme conséquence l’inscription des murailles madrilènes sur le catalogue des monuments historiques, en 1954, et, partant, leur protection6. Le premier pan de la muraille islamique est découvert, à l’occasion de travaux de construction d’une maison, dans les terrains sis aux no 81 et no 83 de la Calle Mayor, ce dernier correspondant à l’ancien palais du duc de Bailén, au pied de la Cuesta de la Vega ; J. Oliver Asín et L. Torres Balbás signent ensemble une lettre, publiée dans l’ABC le 2 décembre 1953, réclamant l’arrêt des travaux.

  • 7 Voir L. Caballero Zoreda, H. Larrén Izquierdo, M. Retuerce Velasco et A. Turina Gómez, « Las mural (...)
  • 8 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 357: «Si no se puede demostrar que lo hic (...)

7Le 15 janvier 1954, les vestiges sont déclarés monument historique7 : la muraille islamique de Madrid sort, enfin, d’une occultation de nombreux siècles ; dessinée par Teixeira, évoquée par Jerónimo Quintana au XVIIe siècle, contemplée par Amador de los Ríos en 1860, elle n’avait pourtant jamais été reconnue comme telle. Les premiers vestiges sauvés de la destruction par J. Oliver Asín et L. Torres Balbás, deux tours quadrangulaires et quelques mètres de courtine, sont d’emblée considérés comme islamiques8.

Figure 9. – La muraille de Mağrīṭ sur le plan de Teixeira (1656).

  • 9 Pour un bilan des fouilles : P. Mena Muñoz, J. Ortega Vidal, E. Serrano Herrero, M. Torra Pérez, A (...)

8Trois secteurs de la muraille islamique, inégalement documentés, sont aujourd’hui identifiés comme tels9 :

91. Au sud-ouest : pan de muraille du Parc Mohamed Ier

10Ce pan de muraille est non seulement le plus long des vestiges actuellement observables de la courtine, mais aussi le mieux conservé des éléments de l’enceinte de Mağrīṭ : il doit d’avoir été relativement bien préservé au fait qu’il a servi de mur de soutènement à plusieurs édifices, à l’époque moderne. Ce pan de muraille se trouve dans l’actuel parc Mohamed Ier, au bout de la Calle Mayor, là où elle débouche sur la Cuesta de la Vega ; il se prolonge jusqu’au no 12 de la rue Bailén. Mis au jour après plusieurs campagnes de fouilles menées entre 1972 et 1975, puis en 1985, ce pan de la muraille a été restauré en 1987 et 1988, après la démolition du bâtiment du XIXe siècle qui lui était superposé.

  • 10 M. Retuerce Velasco, « Informe sobre la excavación arqueológica efectuada en el solar de la Cuesta (...)

11La campagne de fouilles de 1985, menée entre le 25 mars et le 10 octobre selon la méthode Harris, a consisté en une série de sondages, effectués autour de la muraille, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la ville. Les sondages extra-muros ont révélé la présence de deux silos, remplis de céramique islamique et de vestiges osseux ; celui qui a été découvert par le sondage 02 a fourni plusieurs pièces remarquables, car peu fragmentées, voire entières10.

  • 11 Ibid., p. 64 et p. 70; M. Retuerce Velasco, «Testimonios materiales del Madrid andalusí», Testimon (...)

12Les vestiges de la muraille présentent un parement intérieur en parfait état, où l’enduit de chaux qui protégeait la pierre est même conservé ; le matériel qui compose ce parement intérieur est formé de blocs de silex grossièrement travaillés, avec parfois intrusion de blocs de calcaire, à la différence du parement extérieur, dont les pierres sont mieux taillées. À l’extérieur et dans sa partie inférieure, l’enceinte est construite au moyen de grands blocs de silex disposés à la corde et formant un empattement composé de plusieurs marches, qui donne une meilleure assise à la muraille ; à l’extérieur toujours, mais dans sa partie supérieure cette fois, l’enceinte est construite avec des pierres calcaires parfaitement taillées et disposées selon l’appareil cordouan, c’est-à-dire où à une pierre disposée à la corde succèdent deux ou trois pierres posées en boutisse. À l’intérieur, l’appareil employé est totalement différent : il est constitué de blocs de silex taillés avec moins de soin11.

Figure 10. – Muraille de la Cuesta de la Vega (cliché A. Voivenel, mars 2008).

13Au total, le pan de muraille dégagé entre la Cuesta de la Vega et la rue Bailén, construit en bordure du fossé de la rue de Segovia, court sur 118 m ; il mesure 2,60 m d’épaisseur et se compose de deux parements autour d’un noyau maçonné, travaillé avec du mortier de chaux. La partie inférieure du parement extérieur est constituée de grands blocs de silex, taillés sur leur face extérieure, et qui forment un empattement. Au-dessus, le parement est formé de pierres de taille disposées à la corde et en boutisse, appareil typique des constructions émirales et califales. Cette différence dans l’appareil du parement avait pu être interprété, avant la fouille intra-muros, comme le résultat de deux phases constructives de la muraille, la partie supérieure pouvant résulter d’une restauration intervenue au début du Xe siècle, lorsque Madrid subit l’attaque de Ramiro II de Léon ; il s’agit, plus vraisemblablement, d’une seule et même construction ayant mis en œuvre des techniques différentes : la partie supérieure du parement extérieur peut être le fruit d’une réforme postérieure, plus ou moins proche de la construction primitive.

  • 12 M. Retuerce Velasco, « Informe sobre la excavación arqueológica efectuada en el solar de la Cuesta (...)
  • 13 M. Retuerce Velasco, « Testimonios materiales del Madrid andalusí », op. cit., p. 97; P. Mena Muño (...)
  • 14 M. Retuerce Velasco, « Testimonios materiales del Madrid andalusí », op. cit., p. 94. Pour M. Retu (...)

14Quant au moindre soin mis au parement intérieur, il s’expliquerait, selon M. Retuerce, par le fait qu’il s’agit là d’une partie de la construction qui n’étant pas visible depuis l’extérieur, ne réclamerait pas de grand luxe. Le parement extérieur, au contraire, affiche un appareil travaillé avec plus de soin ; en tant que façade de la ville, au sens propre et au sens figuré, il se doit d’offrir une sensation de puissance et d’autorité12. La courtine est rythmée de tours massives, de plan rectangulaire, mesurant environ 3,30 m sur 2,40 m. De faible saillant, elles sont dotées d’un empattement à leur base et jouent le rôle de contrefort. Six tours ont été mises au jour, qu’une quinzaine de mètres sépare ; quatre sont aujourd’hui entièrement visibles13. La muraille est ici percée d’une poterne, située auprès d’une tour, et de la porte de la Vega, entrée droite ouverte entre deux tours quadrangulaires et placée au sommet d’une petite butte ; elle devait donner sur un chemin escarpé qui menait à la rivière14.

Figure 11. – Zones fouillées Cuesta de la Vega en 1971 (Caballero Zoreda et al., 1983).

152. À l’est : pan de muraille au-delà de la porte de Santa María

  • 15 Ibid., p. 97-98 ; P. Mena Muñoz, J. Ortega Vidal, E. Serrano Herrero, M. Torra Pérez, A. Fernández (...)

16La porte de Santa María, qui doit son nom à l’église voisine, Santa María de la Almudena, a été démolie en 1570 pour élargir le passage lors de l’entrée dans Madrid de la quatrième épouse de Philippe II, Anne d’Autriche. Aucun vestige n’en est conservé ; à partir d’un plan du quartier de Santa María, daté de 1548, et de la description faite par López de Hoyos de la réception de la reine, cette porte est supposée identique à celle de la Vega, entrée droite encadrée de deux tours15.

17Au-delà de la porte de Santa María, la muraille devait se prolonger à l’intérieur du pâté de maisons de la rue du Factor, puis, là où celle-ci se jette dans la rue du Rebeque, la muraille oblique brusquement vers le nord-ouest, coupant la rue Bailén : sur le plan de Teixeira, au niveau des Altos de Rebeque, apparaissent plusieurs tours, dont l’une, de plan carré, a pu appartenir à l’enceinte de Mağrīṭ. La muraille, qui atteint au niveau des Altos de Rebeque son altitude la plus élevée, oblique donc vers l’ouest et descend progressivement jusqu’au rebord du plateau.

  • 16 M. Retuerce Velasco, « Testimonios materiales del Madrid andalusí », op. cit., p. 98.
  • 17 Ibid., p. 100.

18Sur cette courtine septentrionale devait se trouver la porte de la Sagra ; elle donnait sur la butte qui porte aujourd’hui le Palais royal16. Rien n’est conservé de cette porte septentrionale qui a dû être protégée par la tour dite de Gaona, extérieure à la muraille et apparue dans le secteur de la place Isabelle II, auprès de l’endroit où était située la porte de Balnadú, ouverte dans l’enceinte chrétienne : la tour Gaona date de la fin du XIe siècle et elle servait à contrôler le chemin qui montait depuis le fossé de l’Arenal ; située entre l’Alcázar et les sources des Caños del Peral, elle a pu être érigée pour protéger Madrid de l’avancée des Castillans17.

193. Au nord-ouest : pan de muraille de la place de la Armería

  • 18 A. Grados, « Ya han empezado las obras del esperado museo », Madriddiario, 22/07/2007.
  • 19 E. Andreu Mediero, « Avance en el conocimiento del sector noroccidental de los recintos fortificad (...)

20À l’angle nord-ouest de l’enceinte, place de la Armería, le projet de construction d’un Musée des Collections Royales a permis de mettre au jour d’importants vestiges de la muraille. L’idée de créer un musée pour les collections royales à Madrid remonte à la IIe République ; le projet actuel, né à la fin des années 1990, longtemps paralysé, s’est concrétisé au printemps 2007 : les travaux qui ont alors débuté devraient être achevés en 2013, la conservation et la protection des vestiges de la muraille islamique faisant partie intégrante du projet18. Les fouilles préventives ont découvert cent mètres de courtine, dont soixante mètres étaient étudiés dès le début de l’année 2000 : la muraille, en gros blocs de silex et de calcaire, présente une épaisseur régulière de 3,20 m et une hauteur supérieure à 8 m ; quatre tours de plan quadrangulaire ont été dégagées19.

21Dans son état originel, la muraille devait avoir 15 m de hauteur. La face intérieure de la courtine, soigneusement travaillée, est recouverte d’un parement de briques ou d’une couche de mortier de chaux ; la muraille est en effet bordée par un chemin de ronde, mis au jour tout au long de la zone fouillée. Le restant du tracé de la muraille occidentale se perd sous la cathédrale, avant de rejoindre la porte de la Vega.

  • 20 Al-Ḥimyarī, La péninsule ibérique au Moyen Âge d’après le Kitāb ar-Rawḍ al-mi`ṭār, É. Lévi-Provenç (...)

22La protection offerte par cette imposante enceinte est renforcée par le fossé naturel que constitue le rebord du plateau à l’ouest mais aussi, vraisemblablement, par le creusement d’un fossé là où le relief ne peut plus jouer de rôle dans la défense de la ville : le seul témoignage relatif à un fossé creusé autour de la muraille de Mağrīṭ se trouve dans une source textuelle arabe, le dictionnaire géographique d’al-Ḥimŷarī. À la recherche du trait singulier qui distingue chaque localité, cet auteur a trouvé dans l’œuvre d’Ibn Ḥayyān une anecdote tout à fait remarquable à propos de Madrid, anecdote qu’il s’est plu à reproduire20 :

« Ibn Ḥayyān a mentionné dans son Histoire le fossé (ḫandaq) qui fut creusé à l’extérieur du rempart (sūr) de Madrid et il a dit à son sujet : on trouva en le creusant un tombeau (qabr) contenant un squelette (rimma) gigantesque, qui présentait une longueur de cinquante et une coudées, c’est-à-dire cent deux empans, depuis le coussin qui soutient la tête jusqu’à la plante des pieds. Cela fut confirmé par un communiqué (muḫāṭaba) du cadi de Madrid, qui était allé en personne le voir, ainsi que ses témoins instrumentaires. Ce magistrat déclara que le volume de la boîte crânienne de ce squelette pouvait être estimé à huit rub` ou à peu près. Gloire à Celui qui a marqué Son signe en toutes choses ! »

  • 21 M. Marín, «Documentos jurídicos y fortificaciones», I Congreso Internacional Fortificaciones en al (...)
  • 22 Chr. Mazzoli-Guintard, Vivre à Cordoue au Moyen Âge, Solidarités citadines en terre d’Islam (Xe-XI(...)

23Une muraille est érigée, un fossé est creusé, qu’il faut régulièrement entretenir et garder ; mais sur les moyens financiers et humains indispensables à ces travaux, les sources restent désespérément muettes. Les murailles de Madrid devaient sans doute relever, à l’instar de l’ensemble des enceintes urbaines, du bien commun aux musulmans, comme l’affirmera dans le premier XIIe siècle le qāḏī `Iyāḍ (Ceuta, 1083-Marrakech, 1149) : interrogé sur le sort de murailles en partie en ruine, il stipule qu’il n’est pas licite de les démolir, puisqu’elles font partie du bien commun des musulmans (aswār al-muslimīn min maṣāliḥi-him)21. Mais étaient-elles dotées de habous qui permettaient de pourvoir à leur entretien ou bien les habitants étaient-ils contraints de participer aux travaux, en versant une taxe ou en travaillant collectivement à la réfection de l’enceinte ? Les sources juridiques relatives à l’Occident musulman font état de ces deux situations : lorsqu’il existe un habou constitué au profit du rempart, ses revenus servent à financer les travaux ; lorsqu’il n’existe pas de habou, les habitants sont amenés à participer aux travaux, par une taxe ou avec la force de leurs bras22.

La citadelle urbaine : Alcázar ou Almudena ?

  • 23 J.-Cl. Garcin et al., États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval Xe-XVe siècle, Paris, (...)
  • 24 Sans compter une terminologie locale : à Saragosse et dans d’autres villes de la Marche supérieure (...)
  • 25 Sur la diversité et l’évolution des résidences urbaines des autorités dans l’Islam médiéval, il ex (...)
  • 26 R. Izquierdo Benito, La ciudad hispanomusulmana de Vascos (Navalmoralejo, Toledo), Toledo, Diputac (...)

24Parmi les traits considérés comme caractéristiques des villes de l’Islam médiéval et, par conséquent, des villes d’al-Andalus, se trouve la présence d’un réduit fortifié urbain servant de résidence au représentant du pouvoir : J.-Cl. Garcin propose de nommer « urbaine toute concentration de population [… identifiable] parce qu’on y trouve nécessairement ce qu’on peut appeler des “signes urbains” » ; le premier de ces signes urbains consiste dans le « siège d’une autorité exerçant le pouvoir politique ou le maintien de l’ordre23 ». Appelée qaṣaba (citadelle), qaṣr (palais), dār al-imāra (maison de l’émirat), voire ḥiṣn (château)24, très visible dans le paysage urbain des capitales, depuis la Cordoue omeyyade jusqu’à la Grenade naṣride, cette forteresse qui commande la ville parce qu’elle en héberge les autorités et qui peut donc être appelée citadelle urbaine présente en réalité des visages très divers25. En ce qui concerne les petites villes de la Marche moyenne aux temps omeyyades, les situations bien documentées de Vascos, de Calatrava ou encore de Talavera montrent la présence, à une extrémité de l’enceinte urbaine, d’un réduit fortifié de faibles dimensions, inférieures à un hectare : il s’étend sur environ 4 000 m2 à Vascos, 8 000 m2 à Talavera et 4 000 m2 à Calatrava26.

  • 27 Sur cette opinion formulée, entre autres, par J. Oliver Asín, L. Caballero Zoreda, B. Pavón Maldon (...)
  • 28 C. Segura Graiño, «El origen islámico de Madrid y las relaciones con los reinos cristianos», Testi (...)
  • 29 J. Zozaya Stabel-Hansen, «Asentamientos islámicos en la región de Madrid», Testimonios del Madrid (...)

25À la question de l’emplacement de la citadelle urbaine, les recherches sur le Madrid omeyyade ont longtemps et unanimement apporté la même réponse : la forteresse du représentant de l’émir de Cordoue est à chercher sous l’actuel Palais royal27. Si les propos deviennent parfois plus nuancés, l’idée demeure la même : le Palais royal occupe l’emplacement de la forteresse des rois castillans, elle-même installée, peu ou prou, sur le site de la citadelle de Mağrīṭ. Pour C. Segura Graiño, par exemple, « l’emplacement de l’alcázar islamique primitif est à mettre en relation avec la Plaza de Oriente, le Palais royal et la rue Bailén28 ». J. Zozaya suggère aussi que Madrid disposait d’une « construction militaire (le qaṣr ou alcázar), de plan sans doute quadrangulaire. De là, partait une enceinte fortifiée, avec une porte intéressante par sa structure, la porte de la Vega29 ». Avec plus de prudence encore, M. Retuerce Velasco conclut :

  • 30 M. Retuerce Velasco, «Testimonios materiales del Madrid andalusí», op. cit., p. 94.

« Avant la construction du château des rois castillans, il a pu exister, dans la première étape de l’installation des Arabes à Madrid, une fortification de moindre ampleur, peut-être au même emplacement, peut-être aussi sur la butte voisine où se développe la ville30. »

Figure 12. – La citadelle urbaine : Alcázar (a) ou Almudena (b) ? (en haut, vue du XVIIIe siècle ; en bas, vue actuelle).

26Le palais des rois de Castille et des Habsbourg ayant disparu dans l’incendie de 1734, remplacé par l’Alcázar d’aujourd’hui, l’allure de la forteresse primitive est suggérée de manière très hypothétique ; aucune source n’évoquant la citadelle de Mağrīṭ, le plan de celle-ci est supposé à partir du plan rectangulaire du palais des rois castillans. Selon M. Retuerce Velasco,

  • 31 Ibid., p. 93-94.

« l’absence de témoignage sur l’ancien alcázar arabe a conduit à imaginer le plan de ce dernier à partir du plan rectangulaire du palais des rois castillans […] Sans écarter le plan rectangulaire, typique de la période omeyyade en al-Andalus, la forteresse madrilène, à l’image des vestiges qui existent dans les localités voisines, avait plutôt un plan irrégulier, adapté aux accidents du terrain31 ».

  • 32 Ibid., p. 99-100.

27Dans l’hypothèse d’un qaṣr primitif situé au niveau du Palais royal, la question des liens entre ce réduit fortifié et l’enceinte de la ville doit être posée ; pour M. Retuerce Velasco, une muraille relie les deux fortifications : les fouilles menées Plaza de Oriente ont mis au jour des restes de fondations d’époque islamique, de deux mètres de large, qui peuvent correspondre à des vestiges d’une structure défensive, sans doute le secteur de la muraille le plus proche de l’alcázar32.

  • 33 Ibid., p. 84.

28Le Madrid islamique suit ainsi le modèle le plus répandu de la région quant à la disposition des espaces urbains, visible aussi à Alcalá de Henares, à Calatalifa, à Olmos : deux fortifications sont installées sur deux buttes voisines, l’une portant le réduit fortifié militaire, l’autre la ville civile ; l’utilisation du dénivelé qui sépare les deux collines évite ainsi de creuser un fossé artificiel pour séparer les deux éléments fortifiés, tout en assurant l’isolement de la structure militaire33. Selon M. Retuerce,

  • 34 Ibid., p. 82 et p. 84.

« il semble que le Madrid andalusí primitif, sans doute dès avant le milieu du IXe siècle, se soit formé à partir de deux noyaux, celui de l’alcázar et celui de la médina, qui se sont développés sur deux petites collines de la corniche orientale du Manzanares […] On empêchait de la sorte les soulèvements que la population berbère, majoritaire dans cette région, suscitait souvent contre le représentant du pouvoir central cordouan, installé dans la forteresse de la butte la plus isolée34 ».

29Cette configuration à double structure fortifiée, qui correspond à la première étape de l’occupation islamique de la région, suscite nénamoins plusieurs questions : lorsque le gouverneur et sa garnison résidaient dans l’alcázar, qui peuplait alors la ville civile ? Des Berbères, majoritaires dans la région… auxquels il aurait été offert une magnifique position pour se retrancher ? Si l’alcázar précède la ville civile, pourquoi une seconde fortification, le ḥiṣn de Mağrīṭ, a-t-elle été édifiée ? Pourquoi l’alcázar n’a-t-il pas simplement été abandonné au moment de la fondation du ḥiṣn de Mağrīṭ ? En effet, l’existence de deux structures fortifiées placées sur deux buttes voisines oblige à mettre en place des murailles qui les relient et qui viennent enserrer un espace vide, structure particulièrement complexe.

  • 35 F. Valdés Fernández, «El Madrid islámico. Notas para una discusión arqueológica», op. cit., p. 137 (...)
  • 36 Pour un récit détaillé des transformations de l’Alcázar à l’époque moderne, voir Ma I. Pérez de Tu (...)

30Les questions que pose l’existence d’une structure fortifiée double trouvent une réponse dans l’hypothèse émise par F. Valdés Fernández à propos d’un qaṣr islamique situé sous le Palais royal35. Il rappelle à quel point les sources relatives à la forteresse médiévale située à l’emplacement du Palais royal sont tardives par rapport à l’époque omeyyade : le plus ancien témoignage sur la forteresse médiévale située à l’emplacement du Palais royal remonte au dernier quart du XIVe siècle, au moment où Léon IV d’Arménie la reçoit en fief ; le premier et le seul document graphique sur ce château est un plan du premier XVIe siècle, dû à Alonso de Covarrubias36.

31Dans la mesure où, à partir de ce plan, il est impossible de reconstituer un hypothétique qaṣr islamique, F. Valdés conclut qu’il est très difficile d’imaginer une séquence évolutive entre une première structure arabe, une construction chrétienne postérieure, puis celle du XVIIIe siècle.

  • 37 F. Valdés Fernández, «El Madrid islámico. Notas para una discusión arqueológica», op. cit., p. 139

« Il n’est donc pas hasardeux de supposer une distinction radicale entre les deux éléments bâtis de Madrid au bas Moyen Âge : l’enceinte ancienne ou almudena, édifiée au IXe siècle par l’émir Muḥammad Ier, et l’alcázar, construit après la conquête chrétienne au nord de la première enceinte, sur une petite éminence37. »

32Autrement dit, le Madrid islamique est tout entier circonscrit au quadrilatère irrégulier de l’enceinte de quatre hectares et l’alcázar chrétien n’a pas d’antécédent islamique ; l’emploi de ce terme, toujours associé à la zone du Palais royal, loin d’être une survivance dans la microtoponymie du qaṣr d’époque islamique, serait un arabisme pleinement incorporé à la langue des Castillans au moment de la construction du palais.

  • 38 Chr. Picard, Le Portugal musulman (VIIIe-XIIIe siècle), L’Occident d’al-Andalus sous domination is (...)
  • 39 F. Valdés Fernández, «El Madrid islámico. Notas para una discusión arqueológica», op. cit., p. 140
  • 40 P. Mena Muñoz, J. Ortega Vidal, E. Serrano Herrero, M. Torra Pérez, A. Fernández Ugalde et F. J. M (...)

33Est-ce à dire que Mağrīṭ aurait été dépourvue de citadelle, d’un quartier destiné à servir de résidence au représentant de l’émir ? Certaines villes de l’époque omeyyade n’en sont en effet pas dotées, comme Chr. Picard l’a montré pour le Ġarb38 ; mais les petites villes de la Marche moyenne en sont pourvues, sous la forme d’un réduit de taille modeste, placé à une extrémité ou dans un angle de l’enceinte urbaine. Partant de l’idée que la citadelle est souvent placée en position haute par rapport à la ville, F. Valdés suggère de placer la citadelle de Madrid « à l’extrémité de l’enceinte qui occupe la cote d’altitude la plus élevée, à savoir l’angle nord-ouest39 ». Il est suivi par les auteurs de la synthèse consacrée aux murailles madrilènes, pour lesquels « la citadelle ou almudena se trouverait dans l’angle nord-ouest de l’enceinte fortifiée, dans la zone aujourd’hui occupée par la cathédrale40 ».

  • 41 Voir la carte topographique superposée au plan de Madrid qui figure dans J. Oliver Asín, Historia (...)

34Si l’hypothèse est séduisante, elle mérite toutefois quelques remarques : d’une part, la citadelle n’est pas toujours sur le point le plus élevé de l’espace intra-muros, comme c’est le cas à Vascos, où la citadelle n’est pas placée sur la plus haute éminence de la ville, mais sur celle qui occupe la position la plus stratégique, à la confluence de deux cours d’eau ; d’autre part, à Madrid, le point le plus élevé de l’espace intra-muros est plutôt à chercher dans l’angle nord-est de la ville, du côté des Altos de Rebeque41. La citadelle de Madrid s’inscrirait ainsi dans la configuration des espaces urbains observable à Vascos : elle aurait choisi l’emplacement le plus stratégique, en rebord de plateau et dans un angle de l’enceinte urbaine, à l’écart du principal axe de circulation de la ville.

  • 42 M. Retuerce Velasco, «Testimonios materiales del Madrid andalusí», op. cit., p. 87.
  • 43 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 334-340.

35La citadelle de Mağrīṭ serait donc à chercher du côté de l’emplacement aujourd’hui occupé par la cathédrale Santa María de la Almudena : l’édifice, édifié au XIXe siècle, conserve le nom, mais non l’emplacement, de la principale église du Madrid médiéval ; la primitive église Santa María de la Almudena, installée à l’emplacement de l’ancienne grande-mosquée de Mağrīṭ, se trouvait au sud-est de la cathédrale d’aujourd’hui, le long de la grand’rue de la ville, celle qui unissait les portes de la Vega et de Santa María42. L’étymologie d’Almudena est connue : le terme vient de l’arabe al-mudayna ; diminutif de madīna, il a le signifié de citadelle urbaine43. Il est en revanche plus difficile de savoir à quelle époque le terme apparaît et ce qu’il désigne.

Figure 13. – La cathédrale de la Almudena (cliché B. de Cussac, mars 2008).

  • 44 F. Valdés Fernández, «El Madrid islámico. Notas para una discusión arqueológica», op. cit., p. 140
  • 45 Article publié par F. Fita en 1886, dans le Boletín de la Real Academia de la Historia, cité par J (...)

36Pour F. Valdés, soit le terme est en usage à l’époque islamique et il désigne la citadelle de la ville, c’est-à-dire une zone strictement militaire située à l’intérieur du quadrilatère irrégulier de l’enceinte, soit le terme apparaît à l’époque chrétienne et il renvoie à l’ensemble de la muraille islamique, devenue une partie de la nouvelle ville, hypothèse qui lui semble plus plausible44. La plus ancienne occurrence du terme figure dans un document de 1152, publié par F. Fita en 1886, et elle va dans le sens de cette seconde proposition : le texte fait allusion aux deux rues principales de la Almudena, l’une en direction de l’Alcázar, l’autre vers la porte de l’Alvega ; entre ces deux rues, se trouve un terrain qui jouxte la maison d’un certain Miguel Halboarach, terrain que le cardinal de Tolède cède à Petro Stephani pour qu’il y installe un four45.

  • 46 J. Oliver Asín indique l’existence de localités qui portent le nom d’Almudayna : Almudaina dans la (...)
  • 47 G. Rosselló Bordoy, Mallorca Musulmana (Estudis d’Arqueologia), Palma de Mallorca, J. Mascaró Pasa (...)
  • 48 J. Lirola Delgado, «Una hipótesis sobre la construcción de la cerca de Al-Mudayna en el actual cer (...)
  • 49 L. Torres Balbás, «Talamanca y la ruta olvidada del Jarama», Boletín de la Real Academia de la His (...)

37Le terme al-mudayna est attesté en dehors de Madrid, soit comme toponyme46, soit pour nommer un quartier d’une ville : à Palma de Mallorca, il désigne la première enceinte fortifiée de la ville, celle qui prend la suite du site romain primitif et qui enserre neuf hectares47. À Almería, al-Mudayna, dont les historiens ont longtemps fait un faubourg situé au nord de la citadelle, constituant le plus ancien noyau fortifié de la ville, désignerait plutôt le campement militaire mis en place par les Almohades sur la butte San Cristóbal, en 1157, pour reprendre la ville aux chrétiens48. À Talamanca, le terme renvoie à une réalité offrant des points communs avec la situation de Madrid : l’église, consacrée à Nuestra Señora de la Almudena et qui semble occuper l’emplacement d’une mosquée, est située sur le point le plus élevé de l’espace intra-muros de la ville, non loin de la muraille, là où L. Torres Balbás suggère de chercher le réduit fortifié de la localité49.

  • 50 P. Buresi, « Les conversions d’églises et de mosquées en Espagne aux XIe-XIIIe siècles », Religion (...)

38À Madrid comme à Talamanca, la almudena a donc survécu dans la microtoponymie au travers de la consécration du lieu de culte, fait remarquable. En effet, les conversions des mosquées en églises, qui suivent les prises de possession des villes par les armées chrétiennes, « participent d’un processus actif de constitution d’une identité » visant à ensevelir la mémoire du passé musulman, comme l’a bien montré P. Buresi50 : la Almudena échappe à l’oubli et reste dans la mémoire collective ; mais n’est-ce pas aussi une manière de parfaire la victoire, en l’affichant pour toujours ? Il est logique de supposer, comme le fait F. Valdés, que le terme désigne l’ensemble de la ville islamique et non son seul quartier nord-occidental ; le vocable se déplace ensuite du sud-est de la ville, emplacement de la primitive église Nuestra Señora de la Almudena, jusqu’au nord-ouest de l’enceinte, siège de l’actuelle cathédrale. En revanche, l’emploi du terme n’est pas forcément postérieur à la conquête chrétienne : rien n’interdit de penser que, dans le Madrid andalusí, almudayna désigne la petite ville fortifiée, par opposition aux noyaux d’habitat développés à l’extérieur du quadrilatère irrégulier de l’enceinte.

39En somme, et pour conclure, les vestiges mis au jour des fortifications islamiques de Madrid appartiennent au ḥiṣn de quatre hectares fondé par l’émir Muḥammad Ier vers 865 pour abriter le représentant de l’autorité omeyyade et les siens ; sans doute ont-ils rapidement disposé, à l’intérieur de l’enceinte, d’un quartier qui leur était plus particulièrement réservé, situé au nord-ouest de la petite ville fortifiée, la Almudena, qui se distinguait dans le paysage des noyaux habités et ouverts dispersés autour d’elle.

Des aménagements collectifs à l’intimité de la maison : les lieux du « vivre ensemble »

  • 51 Chr. Mazzoli-Guintard, « Lieux de convivialité et formes du lien social dans la Cordoue des Xe-XIe(...)

40Toute ville met en place des aménagements nécessaires à la vie de ses habitants, équipements indispensables à l’existence quotidienne des citadins ; ils forment autant de lieux du « vivre ensemble », où se tisse le lien social dans ses différentes formes : la cour de la maison, la rue, la fontaine, le bain, la grande-mosquée, le cimetière, constituent des lieux de convivialité, convivialité occasionnelle développée autour des éléments du bien commun, convivialité quotidienne nichée dans l’intimité de la maison et du quartier51.

Le système d’approvisionnement en eau : les qanawāt

41Des aménagements collectifs du Madrid andalusí, le plus célèbre est son réseau de conduites d’eau souterraines associé, depuis J. Oliver Asín, à l’origine même de Madrid et à toute l’histoire de la ville :

  • 52 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 212.

« L’histoire de Madrid et l’histoire de son nom sont une seule et même histoire, puisque l’histoire de la Villa a toujours été l’histoire de son almatriche ou de son mağrā, c’est-à-dire de son système arabe d’approvisionnement en eau, qui, à toutes les époques, a été le fondement de cette ville52. »

  • 53 Ibid., p. 376-377.

42Madrid est ainsi le « lieu où abondent les mağrā/s, c’est-à-dire des canaux souterrains propres à une technique hydraulique orientale, dont l’adaptation par les Mağriṭīes es et la conservation par les Madrilènes a toujours déterminé l’histoire singulière de notre capitale53 ». Ce système d’approvisionnement en eau, destiné à extraire le précieux liquide des profondeurs de la terre, consiste à utiliser l’alternance de couches géologiques perméables et imperméables pour drainer l’eau contenue dans les couches de sable aquifère :

  • 54 « Ḳanāt », EI 2, t. IV, p. 552.

« Un tunnel en pente douce coupe à travers le sol alluvial et passe au-dessous du niveau hydrostatique pour atteindre la nappe souterraine ; l’eau est ainsi amenée par gravité de la partie supérieure, où elle filtre dans la galerie, jusqu’à l’extrémité inférieure, où elle débouche à la surface54. »

  • 55 Sur les caractéristiques techniques de ce système : J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op (...)
  • 56 Cette opinion, à laquelle se rallie la plupart des spécialistes aujourd’hui, est ainsi résumée par (...)

43Qanāt (pl. qanawāt) en Iran, kiẓma et faqīr en Arabie, foggārā en Algérie et en Tunisie, ḥaṭṭārā ou ḫuṭṭārā au Maroc, la conduite d’eau souterraine est matérialisée par une série de puits verticaux, creusés de la surface du sol vers la galerie souterraine pour assurer la ventilation du tunnel et pour remonter la terre provenant du forage ; ces puits sont placés en ligne, à quelque distance les uns des autres55. La technique du qanāt est originaire d’Orient ; associée à la civilisation chaldéenne en Arménie, elle se diffuse, à partir du plateau iranien, vers l’Arabie puis le Maghreb : jusqu’aux travaux de J. Oliver Asín, le développement de la technique en Occident musulman était considéré comme lié aux Almoravides et à la fondation de Marrakech, vers 1070 ; la thèse de J. Oliver sur l’étymologie de Mağrīṭ, puis les fouilles qui ont découvert un vestige de qanāt dans la capitale espagnole, ont repoussé aux Omeyyades le moment où la technique du qanāt se diffuse vers l’ouest de la Méditerranée56.

  • 57 L. Caballero Zoreda, C. Priego et M. Retuerce Velasco, « Madrid : barrio histórico. Informe de las (...)
  • 58 Une couverture en dos d’âne a pu néanmoins exister : L. Caballero Zoreda, C. Priego et M. Retuerce (...)
  • 59 La question est ainsi posée par M. Retuerce Velasco, « Testimonios materiales del Madrid andalusí  (...)

44La mise au jour d’un vestige d’un ancien qanāt, Plaza de los Carros, remonte à 198357 ; la conduite d’eau se trouvait donc à l’extérieur de l’enceinte urbaine, dans l’un des noyaux habités de la périphérie de la ville. La structure découverte, sur 10 m de long, correspond au dernier tronçon du parcours de la canalisation, à ciel ouvert58 et assez proche du bassin où l’eau se jetait ; de section rectangulaire, avec une pente de 1/1000, la canalisation est longée d’une bordure latérale de 43 cm de large, qui devait servir à son entretien. Au fond de la rigole, un lit fait de cailloux de taille moyenne et de petites retenues de pierre sert à purifier l’eau. La structure n’a servi que peu de temps, comme l’indiquent les faibles traces d’érosion sur la partie inférieure des parois : cette tentative avortée correspond-elle à une maîtrise encore insuffisante de la technique ou bien à une entreprise hydraulique qui n’a pas abouti59 ?

Figure 14. – Le qanāt de la Plaza de los Carros (Retuerce Velasco, 2000).

  • 60 C. Priego, «Origen y evolución urbanística de la plaza de los Carros», op. cit., p. 273.
  • 61 Id. M. Retuerce Velasco, «Testimonios materiales del Madrid andalusí», op. cit., p. 104: «Se reali (...)

45Ce qanāt doit être mis en relation avec le ruisseau des Fuentes de San Pedro qui passait auprès de la Puerta Cerrada ; depuis celle-ci, le qanāt devait suivre la Cava Baja pour arriver Plaza de los Carros, en suivant une direction similaire à celle du tracé de la muraille, avant de rejoindre la rue de Segovia par la rue de Don Pedro60. Pour les archéologues qui ont fouillé Plaza de los Carros, puisque la conduite coupe des niveaux de décombres appartenant, par la céramique qui y fut découverte, à l’époque islamique, la structure remonte au Madrid andalusí et elle a pu être mise en place dès le Xe siècle61.

  • 62 F. Valdés Fernández, « El Madrid islámico. Notas para una discusión arqueológica », op. cit., p. 1 (...)

46F. Valdés Fernández, en revanche, conteste l’idée que Mağrīṭ ait disposé d’un tel système d’approvisionnement en eau ; pour lui, la mise en place des conduites souterraines est postérieure à la conquête chrétienne62 : d’une part, la présence de céramiques en verde y manganeso, qui a permis de dater la structure, n’est pas significative. Si la production de cette céramique est associée au second Xe siècle, elle persiste au XIe siècle et même au siècle suivant dans la région de Madrid. D’autre part, si la conduite avait été mise en place à l’époque islamique, elle aurait desservi la zone intra-muros ; or, toutes les conduites aujourd’hui documentées sont plus tardives et elles s’interrompent toutes bien avant d’atteindre la muraille.

  • 63 Sur ce réseau, J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 103-120 ; C. Troll et C. B (...)

47Aux arguments ainsi avancés, il faut opposer la présence de puits dans les maisons récemment fouillées intra-muros, qui indique que la partie fortifiée de l’habitat bénéficiait de son propre système d’approvisionnement en eau ; par ailleurs, en supprimant le jalon du Mağrīṭ omeyyade, comment expliquer la diffusion d’une technique née en Orient dans le Madrid chrétien, où un très important réseau de conduites est mis en place63 ? N’oublions pas, non plus, que le vestige de qanāt découvert à Madrid est unique pour l’histoire de l’hydraulique andalusí.

  • 64 M. Morales et E. Pérez Velasco, « El canal de Isabel II », Historia del abastecimiento y usos del (...)
  • 65 J. C. de Miguel, «El agua en el Madrid de los Austrias», Historia del abastecimiento y usos del ag (...)

48C’est à l’époque moderne, enfin, que le vaste réseau des grandes conduites est mis en place ; jusqu’à l’inauguration du canal d’Isabelle II, en juin 1858, le système des viajes de agua permet d’approvisionner Madrid en eau : il est simplement complété des ressources du centre urbain, exploitées depuis le Moyen Âge, qui continuent à être utilisées64. La construction d’un réseau de conduites utilisant des eaux souterraines éloignées de la ville est étroitement liée à l’installation de la cour à Madrid, en 1561, et à la croissance démographique qu’elle suscite65 : les travaux commencent dans le premier quart du XVIIe siècle et ils conduisent à la mise en place des célèbres viajes de agua madrilènes, dont les plus importants sont l’Abroñigal Bajo et l’Abroñigal Bajo, la Fuente Castellana, la Alcubilla.

  • 66 M. Morales et E. Pérez Velasco, «Los viajes de agua (ss. XVIII-XX)», Historia del abastecimiento y (...)

49Ce système d’approvisionnement reste en usage tout au long du XXe siècle et il continue à alimenter la ville, aux côtés du canal d’Isabelle II ; mais les viajes de agua se détériorent au fur et à mesure que le canal se consolide : en 1976, il ne restait plus que six fontaines alimentées par les viajes de agua et il ne subsiste aujourd’hui, de l’imposant réseau de galeries souterraines construit à l’époque moderne, que de rares tronçons et en mauvais état66.

Les rues

50Les juristes de l’Islam médiéval distinguent deux types de rues, comme R. Brunschwig l’avait bien montré,

  • 67 R. Brunschvig, « Urbanisme médiéval et droit musulman », Revue des Études Islamiques, 1947 (15), p (...)

« la rue véritable, ouverte à ses deux extrémités (šāri`, ṭarīq nāfiḏ), chemin public aussi appelé ṭarīq al-muslimīn où tout homme a le droit de circuler [et] l’impasse (sikka ġayr nāfiḏa, zuqāq ou zanqa ġayr nāfiḏ) que la plupart des auteurs considèrent comme une voie privée appartenant en co-propriété aux riverains67 ».

51Derrière la « rue véritable » du juriste, se trouvent les axes principaux de la ville, ceux qui unissent les portes de la ville et, par conséquent, ceux dont le souvenir a le plus de chance d’avoir perduré.

  • 68 M. Montero Vallejo, Origen de las calles de Madrid: una introducción a la ciudad medieval, Madrid, (...)
  • 69 Comme M. Retuerce Velasco, «Testimonios materiales del Madrid andalusí», op. cit., p. 88-89.
  • 70 M. Montero Vallejo, Origen de las calles de Madrid : una introducción a la ciudad medieval, op. ci (...)

52Les rues du Madrid médiéval ont été patiemment étudiées par M. Montero Vallejo, qui a reconstitué le réseau viaire de la ville68, de telle sorte que les études postérieures ne peuvent que reprendre ses conclusions69. Pour le quartier de la Almudena, M. Montero Vallejo signale l’existence d’un axe majeur, qui constituait la rue principale de Mağrīṭ : située dans la partie méridionale de la ville, elle permettait de la traverser d’ouest en est et elle unissait la porte de la Vega et la porte de Santa María ; appelée Calle Real de la Almudena au Moyen Âge, elle correspond aujourd’hui à la partie finale de la Calle Mayor70. Le premier document qui en atteste l’existence, un acte de donation, date de 1142 : « et ex alliis partibus sunt viae, una que ducit ad ackacer, et ex altera parte ad portam albegam ».

  • 71 Ibid., p. 112-114.

53Quant au second axe qui structure le réseau viaire de Mağrīṭ, il est de direction sud-nord : il prend naissance dans la grand’rue, non loin de la mosquée du vendredi, pour se diriger vers la porte de la Sagra ; il est d’abord constitué par une rue étroite, puis par une voie un peu plus large71.

Figure 15. – Les rues de Mağrīṭ selon M. Montero Vallejo (1988).

La grande-mosquée

  • 72 Sur toutes ces fonctions de la grande-mosquée, cf. J. Martos Quesada, « Los espacios de culto en l (...)

54Parmi les aménagements collectifs indispensables à l’existence même de Mağrīṭ, figure la mosquée du vendredi : espace multifonctionnel, à la fois lieu de la prière du vendredi, tribune de l’autorité publique qui y fait ses annonces en matière fiscale, militaire ou religieuse, prétoire où le cadi rend la justice, école où les ulémas viennent discuter de questions d’ordre religieux, la grande-mosquée de la ville constitue l’élément central de la sociabilité urbaine72. Elle représente ainsi le point de rencontre essentiel entre les habitants de la ville et les autorités qui les gouvernent, comme le montre si bien l’anecdote suivante ; au printemps 930, face à la sécheresse persistante, le calife envoie une circulaire à ses gouverneurs, dans laquelle il expose ce qui suit :

  • 73 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabas (V), P. Chalmeta, F. Corriente et M. Ṣubḥ (éd.), Madrid, Instituto Hispano (...)

« Nous avons ordonné au prédicateur (ḫāṭib) de notre région qu’il fasse des prières dans la grande-mosquée ce vendredi et le suivant si la pluie tarde à venir et également qu’il sorte lundi avec notre communauté musulmane à l’oratoire si jamais la pluie n’est pas encore venue […] Ordonne toi aussi au prédicateur de l’endroit où tu te trouves qu’il fasse de même73. »

  • 74 Ce processus avait été mis en valeur par J. Orlandis, dans un travail ancien mais qui reste utile  (...)
  • 75 A. de la Morena, «Historia de las Iglesias donde rezaba San Isidro», San Isidro labrador, patrono (...)
  • 76 D. Pérez Vicente, «Excavaciones arqueológicas en el Madrid islámico», op. cit., p. 172-173.
  • 77 J. Heers, La ville au Moyen Âge en Occident, Paris, Fayard, 1990, p. 330.

55Le processus de conversion des mosquées en églises, dans lequel la Vierge joue un rôle essentiel, permet de retrouver la mémoire du lieu occupé par la mosquée74 : la grande-mosquée de Madrid était située à l’emplacement de l’église Santa María, détruite en 1868 sous prétexte d’alignement, afin d’élargir la fin de la Calle Mayor et de la prolonger jusqu’à la Cuesta de la Vega75. Une partie des fondations du bâtiment a été mise au jour par la fouille réalisée rue de la Almudena, fouille qui a par ailleurs montré une occupation continue de ce secteur du XIe siècle jusqu’au moment de la destruction de l’édifice76. L’église donne son nom à la porte ouverte non loin d’elle dans la muraille du ḥiṣn, l’Arco de Santa María, qui se place de la sorte sous la protection mariale ; en recevant le nom de l’église voisine, la porte bénéficie de la sauvegarde du même saint patron : le phénomène, fréquent dans les villes médiévales, est révélateur de l’attention accordée à la porte, reflet de l’importance de celle-ci pour la ville77.

  • 78 M. Montero Vallejo, Origen de las calles de Madrid : una introducción a la ciudad medieval, op. ci (...)

56Espace essentiel de la sociabilité urbaine, la mosquée du vendredi doit être placée en un lieu facile d’accès pour tous : la mosquée de Mağrīṭ, au sud-est de la ville, se trouve au carrefour des deux axes qui articulent le réseau viaire ; elle est placée sur la rue principale de la ville, celle qui la traverse d’ouest en est, depuis la porte de la Vega jusqu’à la porte de Santa María, là où naît la rue qui mène vers le nord de la ville78. Elle est également placée à une faible distance de la porte orientale de la ville, ce qui en fait un édifice dont peuvent facilement s’approcher ceux qui vivent extra-muros.

  • 79 Chr. Mazzoli-Guintard, Villes d’al-Andalus, Rennes, PUR, 1996, p. 86-88.

57La mosquée de Madrid est évoquée par al-Idrīsī comme étant un masğid ğāmi` wa ḫuṭba, ce qui amène plusieurs remarques : tout d’abord, le grand géographe n’indique l’existence de grandes-mosquées en al-Andalus que pour un très petit nombre de villes, moins de vingt, et sans qu’il soit possible de connaître les raisons de ses choix79. Que Cordoue soit représentée ne surprend guère, mais pourquoi mentionne-t-il la grande-mosquée de Jaén et celle de Madrid, plutôt que celles de Grenade ou de Guadalajara ?

58Par ailleurs, la manière de désigner la mosquée du vendredi varie, al-Idrīsī employant le plus souvent masğid ğāmi`, mais aussi masğid ğāmi` wa minbar et masğid ğāmi` wa ḫuṭba, comme c’est le cas pour Madrid, peut-être pour insister sur la présence dans une petite ville d’un ḫāṭib qui prononce le sermon chaque vendredi et qui, par conséquent, fait de la ville le pôle structurant d’un territoire où accourent les populations des alentours chaque vendredi pour faire la prière et écouter la ḫuṭba. Voir dans le masğid ğāmi` wa ḫuṭba de Mağrīṭ une grande-mosquée accueillant les musulmans de la ville et de ses alentours le vendredi peut être conforté par une fatwā tardive, due au cadi de Cordoue Ibn Rušd (m. 1126/520), et relative aux

  • 80 Al-Wanšarīsī, Histoire et société en Occident musulman au Moyen Âge, Analyse du Mi`yār d’al-Wanšar (...)

« habitants de quatorze villages [qui] faisaient la prière du vendredi dans une vieille grande-mosquée située dans la localité centrale. Après la fitna, ils se réfugièrent dans le ḥiṣn du village le plus perché, dans la grande-mosquée duquel ils firent la prière du vendredi. Après la paix, ils ont regagné leurs villages respectifs. Un groupe continue de célébrer la prière du vendredi dans la grande-mosquée de la citadelle ayant servi de refuge et où s’élevaient trente maisons. D’autres fréquentent l’ancienne grande-mosquée du village central comptant douze maisons80 ».

  • 81 S. Calvo Capilla, Estudios sobre arquitectura religiosa en al-Andalus: las pequeñas mezquitas en s (...)
  • 82 S. Calvo Capilla, «Las mezquitas de pequeñas ciudades y núcleos rurales de al-Andalus», ‘ Ilu, Rev (...)

59Si, dans l’état actuel de nos connaissances, il est impossible de deviner l’allure du bâtiment, la belle thèse de S. Calvo Capilla sur les petites mosquées d’al-Andalus fournit de précieuses indications permettant d’éclairer quelque peu la situation de Madrid81. Elle distingue en effet, pour le monde urbain, deux types d’édifices : d’une part, les mosquées à plan longitudinal, pouvant tendre vers le carré, sont plus profondes que larges ; elles sont dotées de trois à cinq nefs perpendiculaires à la qibla, d’un minaret dans l’angle de la cour et ce sont les plus fréquentes en Occident musulman82. D’autre part, les mosquées à plan rectangulaire, plus larges que profondes, sont des édifices à cinq nefs perpendiculaires à la qibla, où la cour est de dimensions très réduites.

60Sur le plan de Teixeira, l’église Santa María constitue un élément isolé, entouré de rues sur tous ses côtés, et de forme grossièrement quadrangulaire.

Figure 16. – L’église Santa María sur le plan de Teixeira (1656).

  • 83 M. de Epalza, « Mutaciones urbanísticas debidas a la transformación de mezquitas en iglesias », Ac (...)
  • 84 A. de la Morena, « Historia de las Iglesias donde rezaba San Isidro », op. cit., p. 117-120.
  • 85 Planche no 12 du Plan de Teixeira publié par M. Molina Campuzano, El plano de Madrid por Texeira e (...)

61Parmi les transformations urbanistiques suscitées par la conversion des mosquées en églises, M. de Epalza a signalé la démolition des souqs et des édifices qui entourent le bâtiment83 ; la position isolée de l’église Santa María, îlot circonscrit par des rues, peut être une manifestation de ces transformations. L’édifice est de modestes dimensions et une nef plus basse lui est accolée, qui correspond au portique84. Deux éléments se détachent de l’église, un imposant clocher de forme carrée, placé au nord-est de l’ensemble, et une structure à fond semi-circulaire, conque absidiale elle-même surmontée d’un clocheton, qui est accolée au mur oriental d’un bâtiment au plan allongé et orienté vers le sud-est85. Si l’on considère que le mur méridional de l’église s’aligne sur l’ancien mur de qibla et que le clocher prend appui sur le minaret placé dans l’angle nord-est de la cour, l’espace occupé par l’église Santa María, pour autant que la représentation de Teixeira permette d’en juger, tend vers le second type de mosquée évoqué par S. Calvo, c’est-à-dire la mosquée de plan rectangulaire.

  • 86 M. Retuerce Velasco conclut trop rapidement peut-être que « la existencia de una mezquita principa (...)
  • 87 J. González González, Repoblación de Castilla la Nueva, Madrid, Universidad Complutense, 1975-1976
  • 88 De même, une partie de l’historiographie cherche des édifices mozarabes dans d’anciennes églises, (...)

62Petite ville de quatre hectares intra-muros, il est tout à fait possible que Madrid se soit contentée d’une seule mosquée et que la recherche de mosquées de quartier soit vouée à rester vaine86 ; face à une historiographie qui s’est efforcée de voir dans les églises d’anciennes mosquées, J. González a montré que, dans la plupart des cas, les églises naissent avec l’arrivée des chrétiens87 : l’église San Salvador, aujourd’hui démolie, qui se trouvait auprès de la place de la Villa, a ainsi été considérée comme un cas de conversion d’une mosquée en église88. Elle aurait correspondu à une mosquée de quartier pour un noyau de l’habitat extra-muros dont l’existence n’est attestée, dans l’état actuel de nos connaissances, que par des silos…

La maison

  • 89 E. Andreu Mediero, «Avance en el conocimiento del sector noroccidental de los recintos fortificado (...)
  • 90 Sur ces maisons mises au jour à Cordoue, voir Ma del C. Fuertes Santos, « Aproximación al urbanism (...)

63Depuis une dizaine d’années, un autre aspect du cadre de vie de Mağrīṭ s’est esquissé, celui de l’habitat. Des vestiges de maisons, six au total, ont été découverts lors des fouilles de la place de la Armería ; toutes paraissent organisées autour d’une cour centrale pourvue d’un puits89. L’accès à la maison se fait soit à travers une entrée qui lui est propre, soit depuis l’étable. Les structures conservées et mises au jour correspondent à des maisons d’environ 90 m2, sachant que les travaux successifs de terrassement de cet espace de la ville au fil des siècles ont entraîné la disparition, dans certains cas, d’une partie de la maison ; cette superficie moyenne s’accorde tout à fait avec les dimensions de maisons contemporaines, mises au jour par les fouilles de l’expansion occidentale de Cordoue, où les structures d’habitat sont de taille variable, entre 75 m2 et 160 m290.

  • 91 Ce concept d’une cour-couloir est bien exposé dans Ma E. Díez Jorge (éd.), La Alhambra y el Genera (...)
  • 92 Sur l’indiscrétion visuelle et la protection de la vie familiale, cf. R. Brunschvig, « Urbanisme m (...)
  • 93 M. Marín, Mujeres en al-Ándalus, Madrid, CSIC, 2000, p. 219. Ainsi, la femme respectable ne peut-e (...)

64Par ailleurs, les vestiges de maisons découverts place de la Armería suivent le modèle de la maison urbaine apparu sur d’autres sites andalusíes, maison à cour centrale, introvertie, dont les murs qui donnent sur la rue ne comportent pas d’autre ouverture que la porte. La cour est l’élément central de l’habitat, puisque les pièces ne communiquent entre elles que par cette cour et qu’il faut l’emprunter pour entrer ou pour sortir de n’importe quelle pièce de la maison91 : espace essentiel de la sociabilité familiale, la cour protège soigneusement l’intimité du foyer, en le préservant de toute indiscrétion visuelle et en tenant à l’écart les étrangers au cercle familial92. La cour est, également, le seul espace de la convivialité pour les femmes respectables, exclues des espaces de la sociabilité publique par « el ideal social de segregación por géneros », sur lequel repose la société93.

Au-delà des murailles

  • 94 L. Torres Balbás, « Al-muṣāra », Al-Andalus, 1959 (24-2), p. 425-433 et Ciudades hispanomusulmanas (...)
  • 95 C. Priego, « Origen y evolución urbanística de la plaza de los Carros », op. cit., p. 274. Elle ne (...)

65Que la ville prolonge son territoire au-delà de l’enceinte ne fait aucun doute ; outre des noyaux d’habitat, l’espace extra-muros comporte des aménagements collectifs destinés à l’ensemble des citadins, la muṣāra et le cimetière, sur lesquels nos connaissances restent toutefois fort limitées. Le terme almuzara figure dans le Fuero de 1202 ; il est formé sur l’arabe almuṣāra, qui désigne le lieu d’agrément situé dans l’espace péri-urbain, où l’on se promène tant à pied qu’à cheval et où se déroulaient les tournois : pour L. Torres Balbás et J. Oliver Asín, la muṣāra devait se trouver à l’ouest de la ville, dans le Campo del Moro, entre le Palais et le Manzanares94 : ils se fondent sur le Fuero de Madrid, qui punit d’une amende de quatre morabetinos toute personne portant des armes effilées « in almuzara aut in le araual nel in villa aut in mercado aut in conzeio » ; en 1219, une disposition supplémentaire inflige une amende de deux morabetinos à quiconque « corriere en el coso con lanza o con astil agudo ». C. Priego, en revanche, situe la muṣāra au sud de la ville, auprès de la place de la Cebada, non loin du quartier de San Andrés95.

  • 96 L’idée a été maintes fois développée : ainsi, L. Torres Balbás, Ciudades hispanomusulmanas, op. ci (...)

66Dans les villes de l’Islam médiéval, les nécropoles se trouvent en position périphérique, rejetées, en règle générale, au-delà de la muraille qui sépare l’espace des morts de l’espace des vivants96. C’est donc à l’extérieur de l’enceinte du ḥiṣn qu’il faut chercher le cimetière de Mağrīṭ : des sources de l’époque moderne font allusion au cimetière des moros, celui du bas Moyen Âge, qui prolonge sans doute le cimetière des temps antérieurs. Dans l’espace autrefois occupé par le cimetière musulman, se trouvent au XVIe siècle des parcelles et des terrains sur lesquels pèsent des cens perpétuels : ainsi, le 9 août 1557, Lorenzo de la Parra, habitant de Madrid, reconnaît le cens imposé sur un terrain que lui vendit Diego de Madrid,

  • 97 P.A. Porras Arboledas, « La documentación del derecho de propiedad y el delito de estelionato (Cas (...)

«un solar y casa que está en el arraval desta villa, fuera de la puerta de moros, en lo que hera osario de moros, en linde de… y con la calle que se hizo en el dicho osario, con cargo de un real de çenso97».

  • 98 M. Retuerce Velasco, «Testimonios materiales del Madrid andalusí», op. cit., p. 86.

67À l’occasion de travaux réalisés dans le marché de la place de la Cebada, des vestiges d’un cimetière ont été mis au jour ; la seule information orale recueillie à cette occasion par M. Retuerce Velasco n’a jamais pu être confirmée, la découverte ayant été occultée : il est donc impossible de savoir si les restes appartenaient à la population andalusí ou à la population mudéjar98.

  • 99 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 348.
  • 100 Pour R. Dozy, munya signifie vaste jardin (Supplément aux dictionnaires arabes, Leiden, E. J. Bril (...)
  • 101 B. Pavón Maldonado, Alcalá de Henares medieval, arte islámico y mudéjar, Madrid, CSIC, 1982, p. 36

68À ces éléments de l’espace extra-muros, il faut ajouter une mention isolée, dans le Fuero de la Villa, d’une almunia99, terme qui renvoie à une propriété suburbaine, entre résidence d’agrément et exploitation agricole100. Le toponyme Monreale de Almuna, à proximité de Madrid, peut aussi faire référence, selon B. Pavón Maldonado, à une munya101.

Notes

1 D. Pérez Vicente, « Excavaciones arqueológicas en el Madrid islámico », Testimonios del Madrid medieval : el Madrid musulmán, A. Turina Gómez, S. Quero Castro et A. Pérez Navarro (éd.), Madrid, Museo de San Isidro, 2004, p. 169-170.

2 Le bilan des cinq premières campagnes figure dans L. Caballero Zoreda, H. Larrén Izquierdo, M. Retuerce Velasco et A. Turina Gómez, « Las murallas de Madrid. Excavaciones y estudios arqueológicos (1972 a 1982) », Estudios de prehistoria y arqueología madrileñas, Madrid, 1983 [II], p. 9-182. La 1re campagne (avril-mai 1972) et la 2e (sept.-oct. 1973) furent dirigées par M. Almagro Basch, la 3e campagne (oct.-nov. 1975) et la 4e (avril-mai 1977) par L. Caballero Zoreda, la 5e campagne (mai-juin 1982) par L. Caballero Zoreda, H. Larrén Izquierdo, M. Retuerce Velasco et A. Turina Gómez.

3 M. Retuerce Velasco, « Informe sobre la excavación arqueológica efectuada en el solar de la Cuesta de la Vega-Calle Mayor », Villa de Madrid, 1985-IV (86), p. 53.

4 Pour le cadre institutionnel de l’archéologie madrilène, cf. P. Mena Muñoz et Ma E. Nogueras Monteagudo, « Excavaciones urbanas anteriores a 1985 y política arqueológica urbana de la Comunidad de Madrid », Madrid del siglo IX al XI, Madrid, Comunidad de Madrid, Dirección General de Patrimonio Cultural, 1990, p. 223-245 ; E. Nogueras Monteagudo et P. Mena Muñoz, « Las excavaciones arqueológicas en el casco urbano de Madrid », ibid., p. 247-259 ; P. Mena Muñoz, J. Ortega Vidal, E. Serrano Herrero, M. Torra Pérez, A. Fernández Ugalde et F. J. Marín Perellón, Las murallas de Madrid : arqueología medieval urbana, 2e éd., Madrid, Doce Calles, 2003, p. 18-23.

5 Certains auteurs supposent toutefois l’existence d’une autre enceinte islamique dont le tracé serait intermédiaire entre la muraille islamique dessinant le quadrilatère de quatre hectares et la muraille chrétienne ; cette enceinte intermédiaire, située à l’est du quadrilatère précédent, enfermerait en totalité ou en partie le quartier de l’Ajerquía et elle viendrait doubler l’espace intra-muros. Cette muraille passerait par la place de Ramales, la place de la Villa, la rue de Segovia et la rue de la Villa. Voir L. Caballero Zoreda, H. Larrén Izquierdo, M. Retuerce Velasco et A. Turina Gómez, « Las murallas de Madrid. Excavaciones y estudios arqueológicos (1972 a 1982) », op. cit., p. 28-29 : « Reiteramos la advertencia de que nada nos dice que este hipotético recinto intermedio existiera. »

6 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, Madrid, CSIC, 1959, 2e éd. 1991, Madrid, Instituto de Cooperación con el Mundo Árabe, p. 350-358.

7 Voir L. Caballero Zoreda, H. Larrén Izquierdo, M. Retuerce Velasco et A. Turina Gómez, « Las murallas de Madrid. Excavaciones y estudios arqueológicos (1972 a 1982) », op. cit., p. 38.

8 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 357: «Si no se puede demostrar que lo hicieran los mayrīṭíes, como de muralla musulmana en su origen, aunque sea reconstruída o rehecha por los cristianos, tenemos que considerarlo, puesto que corresponde a la al-mudayna o ciudadela de concepción musulmana, que luego naturalmente siguieron manteniendo los cristianos por necesidad.»

9 Pour un bilan des fouilles : P. Mena Muñoz, J. Ortega Vidal, E. Serrano Herrero, M. Torra Pérez, A. Fernández Ugalde et F. J. Marín Perellón, Las murallas de Madrid : arqueología medieval urbana, op. cit. ; E. Serrano Herrero et A. Fernández Ugalde, « Las murallas de Madrid : excavaciones recientes y apuntes para su evolución », Estudios de prehistoria y arqueología madrileñas, 1995-96 (10), p. 131-152.

10 M. Retuerce Velasco, « Informe sobre la excavación arqueológica efectuada en el solar de la Cuesta de la Vega-Calle Mayor », op. cit., p. 60.

11 Ibid., p. 64 et p. 70; M. Retuerce Velasco, «Testimonios materiales del Madrid andalusí», Testimonios del Madrid medieval: el Madrid musulmán, op. cit., p. 97.

12 M. Retuerce Velasco, « Informe sobre la excavación arqueológica efectuada en el solar de la Cuesta de la Vega-Calle Mayor », op. cit., p. 70; P. Mena Muñoz, J. Ortega Vidal, E. Serrano Herrero, M. Torra Pérez, A. Fernández Ugalde et F. J. Marín Perellón, Las murallas de Madrid: arqueología medieval urbana, op. cit., p. 52.

13 M. Retuerce Velasco, « Testimonios materiales del Madrid andalusí », op. cit., p. 97; P. Mena Muñoz, J. Ortega Vidal, E. Serrano Herrero, M. Torra Pérez, A. Fernández Ugalde et F. J. Marín Perellón, Las murallas de Madrid: arqueología medieval urbana, op. cit., p. 54-55.

14 M. Retuerce Velasco, « Testimonios materiales del Madrid andalusí », op. cit., p. 94. Pour M. Retuerce, la tour Narigüés ou du Pozacho, souvent considérée comme albarrana, fait partie de la courtine dans ce secteur de la muraille (ibid., p. 97).

15 Ibid., p. 97-98 ; P. Mena Muñoz, J. Ortega Vidal, E. Serrano Herrero, M. Torra Pérez, A. Fernández Ugalde et F. J. Marín Perellón, Las murallas de Madrid : arqueología medieval urbana, op. cit., p. 32 ; Chr. Mazzoli-Guintard, « L’entrée d’Anne d’Autriche dans Madrid en 1570 et les murailles du Madjrit omeyyade », Le château à la Une, Événements et faits-divers, Actes des Rencontres d’Archéologie et d’Histoire en Périgord, 26-28 septembre 2008, A.-M. Cocula et M. Combet (éd.), Bordeaux, Ausonius, 2009, s. p.

16 M. Retuerce Velasco, « Testimonios materiales del Madrid andalusí », op. cit., p. 98.

17 Ibid., p. 100.

18 A. Grados, « Ya han empezado las obras del esperado museo », Madriddiario, 22/07/2007.

19 E. Andreu Mediero, « Avance en el conocimiento del sector noroccidental de los recintos fortificados de la ciudad de Madrid », Mil anos de Fortificações na Península Ibérica e no Magreb (500-1500), Actas do Simpósio Internacional sobre Castelos (Palmela, 2000), I. C. Ferreira Fernandes (coord.), Lisboa, Edições Colibri-Câmara Municipal de Palmela, 2002, p. 872. La porte de la Sagra, traditionnellement associée à la muraille septentrionale, se trouve peut-être dans le secteur fouillé place de la Armería.

20 Al-Ḥimyarī, La péninsule ibérique au Moyen Âge d’après le Kitāb ar-Rawḍ al-mi`ṭār, É. Lévi-Provençal (trad.), Leiden, Brill, 1938, p. 216 ; Kitāb al-Rawḍ al-miṭ`ār, Iḥsān `Abbās (éd.), Beyrouth, Dār al-Ğīl, 1988, p. 179-180.

21 M. Marín, «Documentos jurídicos y fortificaciones», I Congreso Internacional Fortificaciones en al-Andalus (Algeciras, nov.-dic. 1996), Algeciras, Fundación Municipal de Cultura José Luis Cano, 1998, p. 84; A. García Sanjuán, Hasta que Dios herede la tierra, Los bienes habices en Al-Andalus (siglos X al XV), Huelva-Sevilla, Universidad de Huelva-Mergablum Ed., 2002, p. 337-338.

22 Chr. Mazzoli-Guintard, Vivre à Cordoue au Moyen Âge, Solidarités citadines en terre d’Islam (Xe-XIe siècle), Rennes, PUR, 2003, p. 119-123.

23 J.-Cl. Garcin et al., États, sociétés et cultures du monde musulman médiéval Xe-XVe siècle, Paris, PUF, p. 129.

24 Sans compter une terminologie locale : à Saragosse et dans d’autres villes de la Marche supérieure, la résidence des autorités est dite sudda, litt. barrage (L. Torres Balbás, « Bāb al-sudda y las zudas de la España oriental », Al-Andalus, 1952 (17), p. 165-175.

25 Sur la diversité et l’évolution des résidences urbaines des autorités dans l’Islam médiéval, il existe plusieurs études récentes : F. Maíllo Salgado, « El palacio islámico : de la dār al-imāra a la ciudad palatina », Tecnología y sociedad : las grandes obras públicas en la Europa medieval, XXII Semana de Estudios Medievales (Estella, 17-21 de julio de 1995), Pamplona, Gobierno de Navarra, 1996, p. 327-362 ; Chr. Mazzoli-Guintard, « La citadelle urbaine de l’émirat aux taifas : formes, espaces, fonctioyns (al-Andalus, VIIIe-XIe siècles) », Château et ville, Actes des Rencontres d’Archéologie et d’Histoire en Périgord (28-30 sept. 2001), A.-M. Cocula et M. Combet (éd.), Bordeaux, Ausonius, 2002, p. 11-33 ; G. Martinez-Gros, « Le palais dans l’Islam classique : la clôture et l’éblouissement », Palais et Pouvoir, De Constantinople à Versailles, M.-F. Auzépy et J. Cornette (dir.), Saint-Denis, PU de Vincennes, 2003, p. 35-44 ; P. Guichard, « Du qasr urbain à la madîna palatine », Les palais dans la ville, Espaces urbains et lieux de la puissance publique dans la Méditerranée médiévale, P. Boucheron et J. Chiffoleau (éd.), Lyon, PUL, 2004, p. 39-56.

26 R. Izquierdo Benito, La ciudad hispanomusulmana de Vascos (Navalmoralejo, Toledo), Toledo, Diputación Provincial de Toledo, 2000 ; S. Martínez Lillo, Arquitectura militar andalusí en la Marca Media, El caso de Ṭalabīra, Talavera de la Reina, Excmo Ayuntamiento de Talavera de la Reina, 1998 ; M. Retuerce Velasco et M. A. Hervas Herrera, « Calatrava la Vieja. De medina a encomienda », Mil anos de Fortificações na Península Ibérica e no Magreb (500-1500), op. cit., p. 311-317.

27 Sur cette opinion formulée, entre autres, par J. Oliver Asín, L. Caballero Zoreda, B. Pavón Maldonado, F. J. Marín Perellón, voir F. Valdés Fernández, « El Madrid islámico. Notas para una discusión arqueológica », Maŷrīṭ, Estudios de arqueología medieval madrileña, F. Valdés Fernández (éd.), Madrid, Polifemo, 1992, p. 136-139.

28 C. Segura Graiño, «El origen islámico de Madrid y las relaciones con los reinos cristianos», Testimonios del Madrid medieval: el Madrid musulmán, op. cit., p. 20.

29 J. Zozaya Stabel-Hansen, «Asentamientos islámicos en la región de Madrid», Testimonios del Madrid medieval: el Madrid musulmán, op. cit., p. 63.

30 M. Retuerce Velasco, «Testimonios materiales del Madrid andalusí», op. cit., p. 94.

31 Ibid., p. 93-94.

32 Ibid., p. 99-100.

33 Ibid., p. 84.

34 Ibid., p. 82 et p. 84.

35 F. Valdés Fernández, «El Madrid islámico. Notas para una discusión arqueológica», op. cit., p. 137-139.

36 Pour un récit détaillé des transformations de l’Alcázar à l’époque moderne, voir Ma I. Pérez de Tudela y Velasco, Madrid, castillos y plazas fuertes, Alicante, Rembrandt Editions, 1989, p. 25-42.

37 F. Valdés Fernández, «El Madrid islámico. Notas para una discusión arqueológica», op. cit., p. 139.

38 Chr. Picard, Le Portugal musulman (VIIIe-XIIIe siècle), L’Occident d’al-Andalus sous domination islamique, Paris, Maisonneuve et Larose, 2000, p. 228-236.

39 F. Valdés Fernández, «El Madrid islámico. Notas para una discusión arqueológica», op. cit., p. 140.

40 P. Mena Muñoz, J. Ortega Vidal, E. Serrano Herrero, M. Torra Pérez, A. Fernández Ugalde et F. J. Marín Perellón, Las murallas de Madrid : arqueología medieval urbana, op. cit., p. 34.

41 Voir la carte topographique superposée au plan de Madrid qui figure dans J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., planche xxx.

42 M. Retuerce Velasco, «Testimonios materiales del Madrid andalusí», op. cit., p. 87.

43 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 334-340.

44 F. Valdés Fernández, «El Madrid islámico. Notas para una discusión arqueológica», op. cit., p. 140.

45 Article publié par F. Fita en 1886, dans le Boletín de la Real Academia de la Historia, cité par J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 337-338.

46 J. Oliver Asín indique l’existence de localités qui portent le nom d’Almudayna : Almudaina dans la province d’Alicante, Almudena dans celle de Murcie (id.).

47 G. Rosselló Bordoy, Mallorca Musulmana (Estudis d’Arqueologia), Palma de Mallorca, J. Mascaró Pasarius, 1973; S. Gutiérrez Lloret, «Elementos del urbanismo de la capital de Mallorca: funcionalidad espacial», Trabajos del Museo de Mallorca, 1987 (41), p. 205-224; Ma M. Riera Frau, Evolució i topografía de Madīna Mayûrqa, Palma de Mallorca, Ajuntament de Palma, 1993.

48 J. Lirola Delgado, «Una hipótesis sobre la construcción de la cerca de Al-Mudayna en el actual cerro de San Cristóbal (Almería)», Boletín del Instituto de Estudios Almerienses, Letras, 1992-1993 (11-12), p. 7-19.

49 L. Torres Balbás, «Talamanca y la ruta olvidada del Jarama», Boletín de la Real Academia de la Historia, 1960 (146), p. 235-266.

50 P. Buresi, « Les conversions d’églises et de mosquées en Espagne aux XIe-XIIIe siècles », Religion et société urbaine au Moyen Âge, Etudes offertes à J.-L. Biget par ses anciens élèves, P. Boucheron et J. Chiffoleau (éd.), Paris, Publications de la Sorbonne, 2000, p. 333-350. Les mosquées ainsi converties sont en général consacrées à Marie, aspect du processus de la conversion qu’étudie A. Remensnyder: « The Colonization of Sacred Architecture: The Virgin Mary, Mosques, and Temples in Medieval Spain and Early Sixteenth-Century Mexico », Monks and Nuns, Saints and Outcasts: Religious Expression and Social Meaning in the Middle Ages, S. Farmer et B. Rosenwein (éd.), Ithaca (N.Y.), Cornell University Press, 2000, p. 189-219.

51 Chr. Mazzoli-Guintard, « Lieux de convivialité et formes du lien social dans la Cordoue des Xe-XIe siècles », La convivencia en la ciudad medieval, IV Encuentros Internacionales del Medievo, Nájera (24-27 de julio 2007), B. Arízaga Bolumburu et J. Á. Solórzano Telechea (éd.), Logroño, Instituto de Estudios Riojanos, 2008, p. 229-253.

52 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 212.

53 Ibid., p. 376-377.

54 « Ḳanāt », EI 2, t. IV, p. 552.

55 Sur les caractéristiques techniques de ce système : J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 79-89 ; « Ḳanāt », EI 2, t. IV, p. 551-556 ; C. Troll et C. Braun, « Madrid. El abastecimiento en agua de la ciudad por medio de Qanates a lo largo de la historia », art. trad. por Ma D. Lacarra y Ma I. Bodega, Geographica, 1974 (1-4), p. 235-314.

56 Cette opinion, à laquelle se rallie la plupart des spécialistes aujourd’hui, est ainsi résumée par C. Priego, « Origen y evolución urbanística de la plaza de los Carros », Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. 272 : « Hasta hace poco se creía que este sistema no se desarrolló en Occidente hasta la fundación de Marrakech (1070) y que llegó a España con los Almorávides. Ahora sabemos que desde la época omeya, Madrid ya lo utilizaba. »

57 L. Caballero Zoreda, C. Priego et M. Retuerce Velasco, « Madrid : barrio histórico. Informe de las excavaciones arqueológicas efectuadas en la Plaza de los Carros (noviembre-diciembre 1983) », Estudios de prehistoria y arqueología madrileñas (Madrid, Museo Municipal, Ayuntamiento de Madrid), 1984, p. 171-190 ; C. Priego, « Origen y evolución urbanística de la plaza de los Carros », op. cit. ; M. Retuerce Velasco, « El agua en el Madrid andalusí », Historia del abastecimiento y usos del agua en la Villa de Madrid, J. Ma Macías et C. Segura (coord.), Madrid, Confederación Hidrográfica del Tajo y Canal de Isabel II, 2000, p. 45 et « Testimonios materiales del Madrid andalusí », op. cit., p. 101-104.

58 Une couverture en dos d’âne a pu néanmoins exister : L. Caballero Zoreda, C. Priego et M. Retuerce Velasco, « Madrid : barrio histórico. Informe de las excavaciones arqueológicas efectuadas en la Plaza de los Carros (noviembre-diciembre 1983) », op. cit., p. 173.

59 La question est ainsi posée par M. Retuerce Velasco, « Testimonios materiales del Madrid andalusí », op. cit., p. 101.

60 C. Priego, «Origen y evolución urbanística de la plaza de los Carros», op. cit., p. 273.

61 Id. M. Retuerce Velasco, «Testimonios materiales del Madrid andalusí», op. cit., p. 104: «Se realizó en un momento bastante anterior a la conquista castellana de 1085 […] singular testimonio de un viaje urbano de época omeya.»

62 F. Valdés Fernández, « El Madrid islámico. Notas para una discusión arqueológica », op. cit., p. 143-146.

63 Sur ce réseau, J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 103-120 ; C. Troll et C. Braun, « Madrid. El abastecimiento en agua de la ciudad por medio de Qanates a lo largo de la historia », op. cit. ; Ma T. Solesio de la Presa, « Los viajes de agua madrileños », Maŷrīṭ, Estudios de arqueología medieval madrileña, op. cit., p. 97-122 ; Ma. I. Gea Ortigas, Los viajes de agua de Madrid, Madrid, La Librería, 1999, 3e éd. 2003 ; Historia del abastecimiento y usos del agua en la Villa de Madrid, J. Ma Macías et C. Segura (coord.), op. cit. ; E. Guerra Chavarino, « Los viajes de agua de Madrid », Anales del Instituto de Estudios Madrileños, 2006 (XLVI), p. 419-465 ; E. Jiménez Rayado, « Mayrit : el agua en el Madrid Medieval », La organización social del espacio, III, Madrid en tránsito de la Edad Media a la Edad Moderna, S. Muriel et C. Segura (éd.), Madrid, Asociación Cultural Al-Mudayna, 2008, p. 251-259.

64 M. Morales et E. Pérez Velasco, « El canal de Isabel II », Historia del abastecimiento y usos del agua en la Villa de Madrid, op. cit., p. 83-94.

65 J. C. de Miguel, «El agua en el Madrid de los Austrias», Historia del abastecimiento y usos del agua en la Villa de Madrid, op. cit., p. 55-72.

66 M. Morales et E. Pérez Velasco, «Los viajes de agua (ss. XVIII-XX)», Historia del abastecimiento y usos del agua en la Villa de Madrid, op. cit., p. 73-82.

67 R. Brunschvig, « Urbanisme médiéval et droit musulman », Revue des Études Islamiques, 1947 (15), p. 131.

68 M. Montero Vallejo, Origen de las calles de Madrid: una introducción a la ciudad medieval, Madrid, Avapiés, 1988.

69 Comme M. Retuerce Velasco, «Testimonios materiales del Madrid andalusí», op. cit., p. 88-89.

70 M. Montero Vallejo, Origen de las calles de Madrid : una introducción a la ciudad medieval, op. cit., p. 111-112.

71 Ibid., p. 112-114.

72 Sur toutes ces fonctions de la grande-mosquée, cf. J. Martos Quesada, « Los espacios de culto en las fuentes jurídicas andalusíes », Espaces d’échanges en Méditerranée, Antiquité et Moyen Âge, F. Clément, J. Tolan et J. Wilgaux (éd.), Rennes, PUR, 2006, p. 202-203 ; M. Marín, « Learning at Mosques in al-Andalus », Islamic Legal Interpretation : Muftis and their Fatwas, M. K. Masud, B. Messick et D. S. Powers (éd.), Cambridge-London, Harvard University Press, 1996, p. 47-54.

73 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabas (V), P. Chalmeta, F. Corriente et M. Ṣubḥ (éd.), Madrid, Instituto Hispano-Árabe de Cultura, 1979, p. 166 ; Crónica del califa `Abdarraḥmān III an-Nāṣir ir entre los años 912 y 942 (Al-Muqtabis V), trad. Ma J. Viguera et F. Corriente, Zaragoza, Instituto Hispano-Árabe de Cultura, 1981, p. 190-191. Sur le prédicateur, soutien du pouvoir politique, cf. Ma J. Viguera Molins, « Los predicadores de la corte », Actas del Simposio Internacional Saber religioso y poder político en el Islam (Granada, 15-18 octubre 1991), Madrid, Agencia Española de Cooperación Internacional, 1994, p. 319-332.

74 Ce processus avait été mis en valeur par J. Orlandis, dans un travail ancien mais qui reste utile : « Un problema de la Reconquista española : la conversión de mezquitas en iglesias cristianas », Mélanges offerts à J. Dauvillier, Toulouse, Centre d’histoire juridique méridionale, 1979, p. 597-604. Les travaux les plus récents sont ceux de P. Buresi, « Les conversions d’églises et de mosquées en Espagne aux XIe-XIIIe siècles », op. cit. ; A. Remensnyder : « The Colonization of Sacred Architecture… », op. cit. ; A. Echevarría, « La transformación del espacio islámico (siglos XI-XIII) », À la recherche de légitimités chrétiennes, Représentations de l’espace et du temps dans l’Espagne médiévale (IXe-XIIIe siècle), Actes du colloque tenu à la Casa de Velázquez (Madrid, 26-27 avril 2001), P. Henriet (dir.), Paris-Madrid, ENS-Casa de Velázquez, 2003, p. 53-77.

75 A. de la Morena, «Historia de las Iglesias donde rezaba San Isidro», San Isidro labrador, patrono de la Villa y Corte, IX Centenario de su nacimiento, Madrid, Academia de Arte e Historia de San Damaso, 1983, p. 120.

76 D. Pérez Vicente, «Excavaciones arqueológicas en el Madrid islámico», op. cit., p. 172-173.

77 J. Heers, La ville au Moyen Âge en Occident, Paris, Fayard, 1990, p. 330.

78 M. Montero Vallejo, Origen de las calles de Madrid : una introducción a la ciudad medieval, op. cit.

79 Chr. Mazzoli-Guintard, Villes d’al-Andalus, Rennes, PUR, 1996, p. 86-88.

80 Al-Wanšarīsī, Histoire et société en Occident musulman au Moyen Âge, Analyse du Mi`yār d’al-Wanšarīsī, par V. Lagardère, Madrid, Casa de Velázquez-CSIC, 1995, p. 62.

81 S. Calvo Capilla, Estudios sobre arquitectura religiosa en al-Andalus: las pequeñas mezquitas en su contexto histórico y cultural, tesis doctoral, Universidad Autónoma de Madrid, 2001, microfichas.

82 S. Calvo Capilla, «Las mezquitas de pequeñas ciudades y núcleos rurales de al-Andalus», ‘ Ilu, Revista de Ciencias de las Religiones, Anejos, 2004 (X), p. 39-63.

83 M. de Epalza, « Mutaciones urbanísticas debidas a la transformación de mezquitas en iglesias », Actas del VI Simposio internacional de Mudejarismo (Teruel, 1993), Teruel, Centro de Estudios mudéjares, 1996, p. 501-518.

84 A. de la Morena, « Historia de las Iglesias donde rezaba San Isidro », op. cit., p. 117-120.

85 Planche no 12 du Plan de Teixeira publié par M. Molina Campuzano, El plano de Madrid por Texeira estampado en 1656, Madrid, Artes Gráficas Municipales, 1975 : l’église Santa María est indiquée en A.

86 M. Retuerce Velasco conclut trop rapidement peut-être que « la existencia de una mezquita principal en Mayrit, implica, lógicamente, la existencia de unas mezquitas que atendieran las necesidades de cada barrio » (M. Retuerce Velasco, « Testimonios materiales del Madrid andalusí », op. cit., p. 88).

87 J. González González, Repoblación de Castilla la Nueva, Madrid, Universidad Complutense, 1975-1976.

88 De même, une partie de l’historiographie cherche des édifices mozarabes dans d’anciennes églises, faisant de San Andrés un bâtiment mozarabe (M. Retuerce Velasco, « Testimonios materiales del Madrid andalusí », op. cit., p. 88).

89 E. Andreu Mediero, «Avance en el conocimiento del sector noroccidental de los recintos fortificados de la ciudad de Madrid», op. cit., p. 872.

90 Sur ces maisons mises au jour à Cordoue, voir Ma del C. Fuertes Santos, « Aproximación al urbanismo y la arquitectura doméstica de época califal del Yacimiento de Cercadilla », Arqueología y Territorio Medieval, 2002 (9), p. 105-126.

91 Ce concept d’une cour-couloir est bien exposé dans Ma E. Díez Jorge (éd.), La Alhambra y el Generalife, Guía histórico-artística, Granada, Universidad de Granada, 2006, p. 47.

92 Sur l’indiscrétion visuelle et la protection de la vie familiale, cf. R. Brunschvig, « Urbanisme médiéval et droit musulman », op. cit., p. 138-140 ; Y. Khiara, « Propos sur l’urbanisme dans la jurisprudence musulmane », Arqueologia Medieval, 1994 (3), p. 33-46.

93 M. Marín, Mujeres en al-Ándalus, Madrid, CSIC, 2000, p. 219. Ainsi, la femme respectable ne peut-elle fréquenter qu’exceptionnellement le bain public : C. de la Puente González, « Mujeres andalusíes y baños públicos », Baños árabes en Toledo, Toledo, Consorcio de la Ciudad de Toledo, 2006, p. 49-57.

94 L. Torres Balbás, « Al-muṣāra », Al-Andalus, 1959 (24-2), p. 425-433 et Ciudades hispanomusulmanas, Madrid, Instituto Hispano-Árabe de Cultura, 2e éd., 1985, p. 232 ; J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 343-347 et « Dos almuzaras », Al-Andalus, 1962 (27-1), p. 155-180. Ils sont suivis par M. Retuerce Velasco, « Testimonios materiales del Madrid andalusí », op. cit., p. 90.

95 C. Priego, « Origen y evolución urbanística de la plaza de los Carros », op. cit., p. 274. Elle ne donne pas le fondement de son hypothèse : faut-il y voir une confusion avec raḥbat al-zarā`a, litt. la place aux céréales, qui donnera la place de la Cebada ? Sur la possible étymologie de place de la Cebada comme raḥbat al-zarā`a, voir J. Oliver Asín, « Dos almuzaras », op. cit.

96 L’idée a été maintes fois développée : ainsi, L. Torres Balbás, Ciudades hispanomusulmanas, op. cit., p. 259-280. Pour quelques suggestions neuves quant à la signification de l’emplacement du cimetière, cf. J. Navarro Palazón et P. Jiménez Castillo, « Sobre la ciudad islámica y su evolución », Estudios de arqueología dedicados a la profesora Ana María Muñoz Amilibia, S. F. Ramallo Asensio (éd.), Murcia, Universidad de Murcia, 2003, p. 319-381 et Las ciudades de al-Andalus, Nuevas perspectivas, Zaragoza, Instituto de Estudios Islámicos y del Oriente Próximo, 2007, p. 100-102.

97 P.A. Porras Arboledas, « La documentación del derecho de propiedad y el delito de estelionato (Castilla, siglos XV-XVIII) », Cuadernos de Historia del Derecho, 2004, vol. extraordinario, p. 270, fos 193-194, 9 août 1557.

98 M. Retuerce Velasco, «Testimonios materiales del Madrid andalusí», op. cit., p. 86.

99 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 348.

100 Pour R. Dozy, munya signifie vaste jardin (Supplément aux dictionnaires arabes, Leiden, E. J. Brill, 1881).

101 B. Pavón Maldonado, Alcalá de Henares medieval, arte islámico y mudéjar, Madrid, CSIC, 1982, p. 36.

Table des illustrations

Légende Figure 9. – La muraille de Mağrīṭ sur le plan de Teixeira (1656).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99036/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Figure 10. – Muraille de la Cuesta de la Vega (cliché A. Voivenel, mars 2008).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99036/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Figure 11. – Zones fouillées Cuesta de la Vega en 1971 (Caballero Zoreda et al., 1983).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99036/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Figure 12. – La citadelle urbaine : Alcázar (a) ou Almudena (b) ? (en haut, vue du XVIIIe siècle ; en bas, vue actuelle).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99036/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Figure 13. – La cathédrale de la Almudena (cliché B. de Cussac, mars 2008).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99036/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Légende Figure 14. – Le qanāt de la Plaza de los Carros (Retuerce Velasco, 2000).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99036/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure 15. – Les rues de Mağrīṭ selon M. Montero Vallejo (1988).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99036/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Figure 16. – L’église Santa María sur le plan de Teixeira (1656).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99036/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 203k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search