Version classiqueVersion mobile

Madrid

 | 
Christine Mazzoli-Guintard

Deuxième partie. Le temps de la croissance urbaine (Xe-XIe siècles)

Chapitre IV. Les aspects de l’expansion urbaine

Texte intégral

1Suivre les modalités de l’épanouissement d’une petite ville n’est pas tâche aisée ; autour du Madrid andalusí, les sources narratives arabes et les vestiges archéologiques ne permettent guère d’évoquer les processus et les étapes de l’expansion urbaine, mais, plus modestement, de signaler quelques manifestations de ce développement, à travers le vocabulaire et le tracé des murailles, et de poser la question des forces ayant permis cette croissance. Il convient, au préalable, de replacer Madrid dans le mouvement d’urbanisation qui touche al-Andalus à l’époque omeyyade.

Madrid dans l’histoire urbaine d’al-Andalus

2Le point de départ de Madrid se trouve dans la décision de l’émir Muḥammad Ier de fonder un point fortifié, ḥiṣn, aux confins de la Marche moyenne, sans doute avant 865 : la conséquence immédiate de ce geste est que le lieu revêt définitivement la forme toponymique Mağrīṭ et que sont mis en place les éléments permettant d’assurer la protection de l’habitat, vraisemblablement une muraille et un embryon d’administration, incarné au moins par un gouverneur et une garnison. Madrid apparaît ensuite dans les sources écrites arabes comme un petit noyau urbain pourvu d’une grande-mosquée, constitué en foyer culturel animé par des ulémas, doté d’un cadi, sans qu’il soit possible de préciser à partir de quelle époque Madrid est ainsi devenue la madīna ṣaġīra qu’évoque al-Idrīsī au milieu du XIIe siècle : le hiatus, pour un site donné, entre l’indice signalant la présence d’une fortification et les témoignages attestant la présence d’une ville revient fréquemment dans les premiers temps de l’histoire urbaine d’al-Andalus.

  • 1 J. M. Ortega Ortega, Anatomía del esplendor, Fondos de la sala de Historia Medieval, Museo de Alba (...)

3Ainsi, il existe à Albarracín, au milieu du Xe siècle, un réduit fortifié installé sur un piton rocheux, auquel un peuplement est associé ; à partir de 1010, Albarracín devient la capitale de la taifa des Banū Razīn, qui se comportent à Albarracín en chefs quasi indépendants depuis 957 : la localité s’étend désormais à l’ensemble de l’éperon, autour du réduit fortifié qui, devenu la résidence palatine des souverains, comprend maisons et bains ; les fouilles ont, par ailleurs, mis au jour des éléments d’un mobilier luxueux attestant de relations commerciales avec l’Orient1. Que la ville soit née du château ne fait aucun doute ; en revanche, les étapes de la croissance urbaine restent dans le flou. Il faut donc se contenter d’inscrire le développement de Madrid dans l’histoire urbaine andalusí, à la fois dans les phases de l’urbanisation et dans les modalités de celle-ci.

  • 2 C. Barceló, «Las inscripciones omeyas de la alcazaba de Mérida», Arqueología y Territorio Medieval (...)
  • 3 Chr. Mazzoli-Guintard, Villes d’al-Andalus, Rennes, PUR, p. 162-163.

4La naissance de Madrid s’inscrit dans une période de renouveau de la vie urbaine, qui s’étend sur un long siècle, de la fondation de Murcie, en 825, à celle de Madīnaṭ al-Zahrā’, en 936. Cette première phase de l’urbanisation d’al-Andalus est marquée par la consolidation de cités héritées de l’Antiquité, que des menaces extérieures, normandes ou chrétiennes, ou des menaces intérieures, poussent à fortifier : à la cité antique de Mérida est accolée, en 835, une forteresse destinée à abriter le gouverneur et sa garnison et à empêcher les révoltes des habitants2 ; la muraille de Séville est édifiée par `Abd al-Raḥmān II après l’attaque des Normands, soit vers 848 ; après l’entrée d’Ordoño II dans Evora en 913, les villes du Ġarb se mettent à réparer leurs murailles3.

  • 4 V. Martínez Enamorado, «Bobastro (Ardales, Málaga), una madīna para un rebelde», Qurṭuba, 1997 (2) (...)
  • 5 Les références figurant dans Chr. Mazzoli-Guintard, Villes d’al-Andalus, op. cit., p. 164-166 doiv (...)

5Cette première phase de l’histoire urbaine d’al-Andalus est également marquée par des « fondations urbaines », entendons, dans la majorité des cas, des consolidations de peuplements préexistants et leur intégration à l’État omeyyade par l’installation de troupes autour d’un gouverneur ; ces fondations sont destinées à lutter contre les forces centrifuges qui menacent l’État omeyyade, à l’image de Murcie, fondée par `Abd al-Raḥmān II en 825 pour être le nouveau chef-lieu administratif d’une région où s’affrontent deux clans arabes. D’autres « fondations urbaines » émanent de rebelles à l’émir cordouan ; il s’agit, là aussi, de la consolidation d’un peuplement préexistant, qui devient la résidence fortifiée du chef de la rébellion et des siens. Bobastro est une « madīna pour un rebelle4 » ; Badajoz, Mértola, Faro, Silves, mais aussi Lérida, Balaguer, Uclés ou encore Pechina doivent à des rebelles les travaux qui consolident leur habitat, par des structures fortifiées la plupart du temps, par la construction d’infrastructures indispensables à la vie quotidienne, bains et mosquées, parfois aussi5.

  • 6 M. Lombard, « L’évolution urbaine pendant le haut Moyen Âge », Annales ESC, 1957 (XII), p. 7-28, r (...)
  • 7 J. Zozaya, «Excavaciones en la fortaleza islámica de Qal`at `Abd al-Salam (Alcalá de Henares, Madr (...)
  • 8 V. Salvatierra Cuenca, J. L. Serrano Peña et Ma C. Pérez Martínez, « La formación de la ciudad en (...)
  • 9 R. Varela Gomes, «Estruturas defensivas medievais de Silves», Mil anos de Fortificações na Penínsu (...)
  • 10 J. A. Souto Lasala, El conjunto fortificado islámico de Calatayud, Zaragoza, Instituto de Estudios (...)

6La naissance de Madrid s’inscrit donc dans le mouvement général d’urbanisation qui touche al-Andalus au IXe siècle et, plus largement d’ailleurs, qui concerne tout l’Occident musulman6. Par ailleurs, le développement de Madrid semble répondre aux modalités de croissance, telles qu’elles se laissent deviner, des embryons de villes nés dans cette première phase d’urbanisation : ces premiers noyaux urbains présentent un caractère militaire marqué, comme Alcalá de Henares, dont l’enceinte enserre deux hectares au sommet d’un petit plateau dont elle épouse le périmètre ; au pied de cette fortification se met en place un peuplement ouvert dont la céramique atteste l’existence aux IXe-Xe siècles7. D’autres villes naissent d’une fortification : la croissance de Jaén, sous la forme de faubourgs nés à l’écart du noyau fortifié à partir de la fin du IXe siècle, est maintenant bien saisie8. À Silves, les premières traces d’un habitat se trouvent au niveau de la citadelle et remontent, peut-être, au VIIIe siècle9. Calatayud, à l’origine, est une simple fortification (qal`a), convertie en important complexe fortifié pour empêcher les avancées des Banū Qasī vers le sud, dans le cadre d’une politique d’appropriation et d’occupation de son territoire menée par l’émir Muḥammad Ier : une ville se développe dans la vallée, protégée par trois forteresses unies par une courtine, pourvue d’une grande-mosquée, d’un souq et d’une résidence pour le gouverneur10.

  • 11 M. de Epalza, «Estudio del texto de al-Idrīsī sobre Alicante», Sharq al-Andalus, 1985 (2), p. 215- (...)
  • 12 J. A. Souto Lasala, El conjunto fortificado islámico de Calatayud, op. cit., p. 33.

7La difficulté, dans le cas de Madrid comme dans bien d’autres petites villes du temps, réside donc dans le caractère insaisissable du moment où s’achève le temps de la forteresse et où commence celui de la ville ; ce moment a, la plupart du temps, été interprété en termes de rayonnement autour de ce centre qu’est la ville. Être ville signifie être un chef-lieu administratif, le lieu de résidence d’un gouverneur et d’une administration provinciale : le principal indice de l’urbanité tient, en effet, au rayonnement administratif, le premier à être acquis, imposé par la capitale ; une forteresse, érigée en chef-lieu de district, devient ville et, par conséquent, un pôle structurant sur le plan fiscal, judiciaire, religieux, économique, mais aussi culturel. Parmi les signes qui marquent le passage de la forteresse à la ville, celui du vocabulaire a souvent été retenu, l’apparition du terme madīna pour désigner une localité étant fréquemment considérée comme une donnée essentielle, attestant de l’importance acquise par ce lieu11 : ainsi, à propos de Calatayud et à partir du texte d’al-`Uḏrī qui suggère le passage de qal`a à madīna, J. A. Souto Lasala conclut-il que « la conversion de la qal`a en madīna impliqua la présence, à partir de ce moment-là, d’une grande-mosquée, d’un souq, d’une muraille et d’un édifice où résiderait la personne qui exercerait le pouvoir12 ».

  • 13 Certaines de ces petites villes parachèvent leur transformation en devenant, au XIe siècle, des ca (...)

8L’installation d’un gouverneur et de sa suite dans une forteresse, convertie dès lors en chef-lieu de district, ne peut que susciter le développement d’un pôle administratif, religieux et économique qui va structurer le territoire environnant ; peu à peu sans doute naît une petite ville, lorsque s’achève la transition entre le temps du gouverneur et de ses troupes exerçant le maintien de l’ordre et la perception des impôts pour Cordoue et, partant, où la fortification se comporte en simple relais de la capitale, et le temps de la ville, où la localité, devenue une entité autonome pourvue d’une vie propre, se comporte en « acteur » de l’histoire, parce qu’elle sait susciter autour d’elle un rayonnement, visible en particulier sur le plan culturel13.

Madrid, de ḥiṣn à madīna

  • 14 Voir les exemples rassemblés dans Chr. Mazzoli-Guintard, Villes d’al-Andalus, op. cit., p. 315-320 (...)
  • 15 Ma J. Viguera Molins, El Islam en Aragón, Zaragoza, Caja de Ahorros de la Inmaculada de Aragón, 19 (...)
  • 16 P. Guichard, Les musulmans de Valence et la Reconquête (XIe-XIIIe siècles), Damas, Institut França (...)

9Fondée comme une forteresse, Madrid devient une petite ville ; le vocabulaire livre-t-il quelques indices sur le moment où se joue le développement du noyau primitif de peuplement ? Les sources utilisent alternativement ḥiṣn et madīna pour désigner Mağrīṭ, comme elles le font autour de bien des lieux habités d’al-Andalus14. Il convient de rappeler toute la prudence nécessaire à l’examen de la terminologie relative aux formes de peuplement ; le signifié de ces termes, ḥiṣn et madīna, nous échappe toujours en partie aujourd’hui, tout comme les motivations de leurs emplois par les auteurs arabes. Quels que soient le temps ou l’espace d’al-Andalus qu’ils examinent, les travaux publiés depuis une vingtaine d’années s’accordent, en effet, à voir dans ces termes des éléments d’un vocabulaire relatif aux formes du peuplement et ils rendent, en général, ḥiṣn par château et madīna par ville15 ; ces mêmes travaux rappellent aussi à quel point il demeure difficile de connaître le contenu exact de ces mots16.

  • 17 Chr. Mazzoli-Guintard, « Discours, lexique et peuplement : l’exemple d’al-Andalus dans le Kitāb Ru (...)

10L’analyse sémantique de la terminologie d’un discours donné, en l’occurrence le Livre de Roger rédigé vers 1150 par al-Idrīsī, livre les données suivantes sur le vocabulaire relatif aux formes du peuplement17 : Madīna désigne un peuplement assez dense, très souvent doté d’une muraille, associé à un territoire pour lequel elle joue le rôle de centre politico-administratif et économique, le souq exprimant ses fonctions de centre commerçant ; ḥiṣn renvoie à un peuplement permanent dont l’habitat, au cœur d’un terroir aux aptitudes variées, est constitué d’écarts dispersés, ou d’un hameau dissocié topographiquement de la structure fortifiée.

  • 18 H. Martin, Mentalités médiévales XIe-XVe siècle, Paris, PUF, 1996, 2e éd. 1998, p. 64-65.

11Autrement dit, il est possible, pour un discours donné, de déterminer le signifié de ses éléments lexicaux ; en revanche, il n’est pas toujours aisé de comprendre les liens qui unissent réalités sémantiques et réalités archéologiques, pour différentes raisons, parmi lesquelles l’intertextualité a un rôle important à jouer18. Mais la compilation ne peut tout expliquer ; avouons aussi qu’il reste difficile de situer dans un registre précis ce qui différencie ḥiṣn de madīna.

  • 19 Sur Zorita, cf. L. Torres Balbás, « Ciudades yermas hispanomusulmanas », Boletín de la Real Academ (...)
  • 20 Sur Ercávica, cf. B. Pavón Maldonado, Guadalajara medieval, op. cit., p. 203 et M. Osuna Ruiz, Arq (...)
  • 21 B. Pavón Maldonado, Guadalajara medieval, op. cit., p. 96 : despoblado à la confluence de l’Henare (...)
  • 22 Les textes des géographes arabes ont été rassemblés dans J. Lirola Delgado, Almería andalusí y su (...)
  • 23 É. Lévi-Provençal, Inscriptions arabes d’Espagne, Paris-Leyde, E. Larose-E.J. Brill, 1931, p. 50-5 (...)
  • 24 Chr. Picard, « La fondation de Badajoz par Abd al-Rahman ibn Yunus al-Jilliki (fin IXe siècle) », (...)

12Le champ dimensionnel peut être aisément éliminé, le ḥiṣn ne pouvant être considéré comme de proportions plus modestes que la madīna : pour s’en tenir à l’époque omeyyade, les quelques trois hectares de la madīna de Zorita relèvent du même ordre de grandeur que le ḥiṣn de Mérida, qui enserre plus d’un hectare19. Le passé dans lequel la localité plonge ses racines ne permet pas toujours de distinguer madīna et ḥiṣn : certes, une origine romaine conduit souvent à une désignation en madīna, même si la localité est en perte de vitesse au Moyen Âge, comme Cartagena ou Ercávica20, tandis que des créations nouvelles sont fondées comme des ḥuṣūn, comme Peñafora21 ou Madrid ; mais Almería est fondée comme une madīna par le calife `Abd al-Raḥmān III, en 95522. La nature du pouvoir qui se trouve à l’origine de l’habitat ne permet guère, non plus, de différencier les deux formes de peuplement ; il faut se garder d’associer madīna à l’autorité souveraine de l’Omeyyade de Cordoue et ḥiṣn à un pouvoir local : le ḥiṣn de Mérida est fondé, en 835, par l’émir `Abd al-Raḥmān II23 ; la madīna de Badajoz est fondée par le rebelle Ibn Marwān qui, en 888, obtient de l’émir de Cordoue la reconnaissance de son autorité sur la ville24.

  • 25 Ma J. Viguera Molins, « Los predicadores de la corte », Actas del Simposio Internacional Saber rel (...)
  • 26 L’administration des provinces d’al-Andalus à l’époque omeyyade est mal connue : les données, fort (...)
  • 27 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabas (V), P. Chalmeta, F. Corriente et M. Ṣubḥ (éd.), Madrid, Instituto Hispano (...)
  • 28 É. Lévi-Provençal, Inscriptions arabes d’Espagne, op. cit., p. 50-53.
  • 29 À partir d’Ibn Ḥayyān, compilant al-Rāzī : Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », Actas I (...)

13Enfin, chercher dans le registre administratif la différence entre ces formes de peuplement apparaît comme la moins mauvaise des hypothèses : à l’époque omeyyade, madīna désigne fréquemment le chef-lieu de district, en particulier de kūra, où se trouvent divers représentants de l’administration cordouane, le gouverneur (al-`āmil), chargé de collecter les impôts, mais aussi de transmettre les ordres venus de la capitale au moyen de missives, comme celui de faire prier pour la pluie25 ; aux côtés du gouverneur, se trouve le juge (al-qāḍī), délégué en province du juge de la capitale26. C’est ainsi que Guadalajara, chef-lieu de la kūra du même nom, est une madīna où sont nommés, en juin 920, un gouverneur, Sa`īd b. al-Munḏir al-Qurašī, et un juge, Muḥammad b. Maysūr27. Le ḥiṣn paraît, en revanche, renvoyer à une administration plus rudimentaire et embryonnaire, de type militaire, composée uniquement d’un représentant officiellement nommé par Cordoue, agent du gouvernement (`āmil), assisté sans aucun doute d’un petit contingent militaire, afin de l’aider à imposer l’ordre de la capitale en province. Ainsi, le ḥiṣn de Mérida, dont l’émir `Abd al-Raḥmān II ordonne la fondation, chargeant son gouverneur (`āmil) de faire exécuter les travaux, doit-il être « un lieu de refuge (ma`qil) pour ses sujets28 ». Quand l’émir Muḥammad Ier ordonne la construction du ḥiṣn d’Esteras [del Ducado], il agit dans le but de faire « garder les récoltes de Medinaceli29 ». Dans l’hypothèse où la différence entre ḥiṣn et madīna serait à chercher dans le registre administratif, le passage de ḥiṣn à madīna pourrait révéler un changement dans la nature de la gestion de la localité, le passage d’une administration militaire à une administration civile et, partant, un nouveau type de mainmise sur la région.

  • 30 Voir les citations rassemblées dans Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit.
  • 31 Chr. Mazzoli-Guintard, « Discours, lexique et peuplement : l’exemple d’al-Andalus dans le Kitāb Ru (...)
  • 32 Extraits reproduits dans Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 16 et p. 27.

14Les difficultés à situer dans un registre précis la différence entre ḥiṣn et madīna tiennent aussi au fait que, la plupart du temps, les occurrences demeurent trop rares pour être véritablement interrogées. Une vingtaine de mentions, tout au plus, peut être réunie autour du toponyme Madrid30. Or, seules peuvent être rapprochées, pour une analyse sémantique, des occurrences figurant au sein d’un même discours ; questionner en même temps des textes différents ne peut que déboucher sur des conclusions hâtives et fautives autour d’un flou terminologique entourant le vocabulaire et ses emplois par les chroniqueurs et géographes31. Ainsi, la mention de la nomination, en 939-940, d’al-Fatḥ b. Yaḥyā comme gouverneur de la madīna de Madrid, qui figure chez Ibn Ḥayyān (m. 1076), ne peut guère être rapprochée de la mention de la nomination, par deux fois sous `Abd al-Raḥmān III, d’Aḥmad b. `Ubayd Allāh b. Yaḥyā (m. 935-936), comme gouverneur du ḥiṣn de Madrid, mention qui figure chez al-Marrākušī (m. 1303-1304)32 : ces deux mentions sont séparées par le temps, mais aussi et surtout par la nature du texte, le discours du chroniqueur différant de celui du biographe.

15Les mentions figurant chez Ibn Ḥayyān, en revanche, peuvent être rapprochées les unes des autres ; très isolées, elles ne permettent pas de poser de conclusions définitives, mais elles fournissent quelques pistes de réflexion. Le grand chroniqueur cordouan signale que l’émir Muḥammad Ier fonde le ḥiṣn de Madrid, puis il donne, pour trois années, le nom du gouverneur nommé par Cordoue :

  • 33 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabas (V), op. cit., p. 167 ; Crónica del califa `Abdarraḥmān III an-Naṣir entre (...)

Année 317 (14 février 929-2 février 930) : « principaux gouverneurs (al-`ummāl) du pays (al-bilād) […] Madrid (Mağrīṭ) : `Abd Allāh b. Muḥammad b. `Abd Allāh33 ».

  • 34 Ibid., p. 284 et p. 213.

Année 325 (19 novembre 936-7 novembre 937) : « vizirs et gouverneurs (al-`ummāl) : […] Aḥmad b. `Umar fut [destitué] de la Marche (ṯaġr) de Madrid en faveur de Aḥmad b. `Abd Allāh b. Abī` Ῑsā en rabī` II (16 février-16 mars 937)34 ».

  • 35 Ibid., p. 314 et p. 348.

Année 328 (18 octobre 939-5 octobre 940) : « vizirs et gouverneurs (al-`ummāl) : […] Sa`īd b. Mağma` fut [destitué] de la ville (madīna) de Madrid, en faveur d’al-Fatḥ b. Yaḥyā35 ».

  • 36 Ibid., p. 258 et p. 285.

16Ces mentions figurent dans les paragraphes consacrés aux nominations et destitutions, rédigés par Ibn Ḥayyān pour un certain nombre d’années dans le tome V du Muqtabis ; elles peuvent être rapprochées d’un passage de l’œuvre dans lequel le chroniqueur fournit le nom du qā`id de Madrid : en 324 (30 novembre 935-18 novembre 936), une victoire militaire est remportée contre les infidèles par les « gens de la madīna de Mağrīṭ, de la frontière (ṯaġr) inférieure36 », menés au combat par Abū `Umar, qā`id de Madrid.

  • 37 Sur le personnage et l’œuvre, voir les données rassemblées par J. Mohedano Barceló, « [584] Ibn Ḥa (...)
  • 38 P. Chalmeta signale les omissions et les erreurs de ces listes, liées aux confusions dans les fili (...)
  • 39 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabas (V), op. cit., p. 167 et 314 ; Crónica del califa `Abdarraḥmān III an-Naṣi (...)

17Quelle importance, quel crédit accorder à ces changements de vocabulaire ? Ibn Ḥayyān a eu accès aux archives du palais, ce qui lui a permis de transcrire in extenso divers documents officiels de la chancellerie cordouane37 ; il a donc pu consulter les listes des gouverneurs nommés et destitués par Cordoue pour rédiger des paragraphes dont les imperfections sont connues38. Un changement similaire se produit pour la localité voisine de Guadalajara : en 929-930, Ibn Ḥayyān donne le nom du `āmil de Guadalajara ; en 939-940, il signale que la madīna de Guadalajara change de gouverneur39 : peut-être y a-t-il là une simple étourderie de copiste, l’unique manuscrit du Muqtabis V datant du XIIIe ou du XIVe siècle ? Peut-être aussi y a-t-il là un indice de l’influence acquise par des localités de la Marche, indice à rapprocher d’autres signes de leur développement.

18Au sein d’un même discours, le Muqtabis d’Ibn Ḥayyān, la première occurrence Mağrīṭ intervient associée à ḥiṣn ; elle concerne le règne de Muḥammad Ier (852-886) et figure dans un passage compilé par l’auteur chez al-Rāzī (888-955). Puis, trois mentions rapprochées dans le temps, entre 929 et 939, ayant la même forme de rédaction et, partant, sans doute la même source d’information, évoquent le gouverneur (al-`āmil) pour, et successivement, Mağrīṭ, ṭaġr Mağrīṭ, madīnaṭ Mağrīṭ. Parallèlement, une donnée émanant d’une autre veine évoque, pour 936, madīnaṭ Mağrīṭ et son qā`id. Ce changement dans le vocabulaire peut-il refléter le passage d’une administration militaire rudimentaire à une administration plus étoffée ?

19Madrid, fondée comme une forteresse vers 865, aurait abrité à l’origine un représentant de Cordoue, appuyé par une garnison, installé là afin de maintenir l’ordre de la capitale dans la région, en clair dans le but d’empêcher toute révolte et de percevoir les impôts ; la fondation du ḥiṣn par Muḥammad Ier correspondrait à la première implantation des Omeyyades dans la région. Après 936, dans une région où la mainmise de Cordoue s’est affirmée, au lendemain de la fitna et de la proclamation du califat par `Abd al-Raḥmān III, la localité est qualifiée de madīna, comme si elle était devenue une petite ville, centre structurant d’un territoire et non plus seulement lieu de résidence d’une garnison. Mais le vocabulaire, le passage, au sein du Muqtabis, de ḥiṣn à madīna entre 865 et 936, ne peut être qu’un indice du développement de Madrid : la petite ville des temps omeyyades a conservé des vestiges de son enceinte, qui permettent de prendre une autre mesure de l’importance de la localité.

La muraille urbaine : des traditions historiographiques aux fouilles récentes

  • 40 Pour une réflexion sur les liens, réels et symboliques, qui unissent la muraille et la ville, voir(...)

20L’enceinte urbaine a souvent été présentée, à juste titre, comme l’élément du bâti qui « fait » la ville au Moyen Âge, lui donnant identité et unité40 :

  • 41 P. Boucheron et D. Menjot, « La ville médiévale », Histoire de l’Europe urbaine, J.-L. Pinol (dir. (...)

« La ville médiévale a un territoire proprement urbain, qui se distingue par un urbanisme particulier, et un territoire rural, qu’elle contrôle et dont elle dépend pour son approvisionnement. […] Entre les deux espaces, la limite n’est pas toujours nette, puisque le premier renferme des morceaux de campagne et abrite des paysans, mais elle est souvent matérialisée par une muraille41. »

  • 42 J. Le Goff, « L’apogée de la France urbaine médiévale, 1150-1330 », Histoire de la France urbaine,(...)
  • 43 Les vues les plus célèbres restent les gravures sur cuir de Joris Hoefnagel illustrant les Civitat (...)
  • 44 À Madrid, au XVIe siècle, les portes des enceintes médiévales ont déjà été abattues, exception fai (...)
  • 45 Les itinéraires de visite proposés aux touristes ne s’y trompent pas, en les envoyant vers les ves (...)

21Même si toutes les villes ne se tiennent pas, serrées, derrière de hautes courtines, la muraille a toujours été « l’élément le plus important de la réalité physique et symbolique des villes médiévales […] l’élément essentiel pour la prise de conscience urbaine au Moyen Âge42 », dont témoignent avec force les représentations figurées, sceaux urbains sur lesquels un pan de courtine ou une porte suffisent à signifier la ville, gravures où la muraille, omniprésente, sépare le dense semis des toitures urbaines de champs parfois animés d’un habitat clairsemé43. Malgré les nombreuses destructions qui touchent les remparts dès la Renaissance, l’inventaire des enceintes et des portes démolies devenant interminable au XIXe siècle, la muraille reste très souvent le plus visible des vestiges de la ville médiévale44 ; les quelques pans de courtine de l’enceinte de Mağrīṭ aujourd’hui conservés sont les témoins les plus parlants de la ville andalusí45.

  • 46 Les historiens ont, en effet, toujours été partagés sur le moment de la mise en place de la murail (...)
  • 47 M. Valor Piechotta, La arquitectura militar y palatina en la Sevilla musulmana, Sevilla, Diputació (...)

22L’édification de l’enceinte semble répondre, de manière évidente, à des nécessités défensives que signalent avec éloquence la hauteur des courtines, l’épaisseur des murs ou les tours protégeant les portes. Mais à quel moment de l’histoire urbaine faut-il situer la mise en place de l’enceinte ? Tantôt, elle répond à la croissance urbaine ; tantôt, elle l’anticipe : l’enceinte qui, au XIe siècle ou au début du siècle suivant, enferme les quartiers orientaux de Cordoue suit le développement de la ville46 ; les 280 ha enfermés, à Séville, par la longue courtine mise en place au XIIe siècle précèdent la croissance de la ville et certains secteurs septentrionaux de l’espace intra-muros ne seront urbanisés qu’au bas Moyen Âge47.

  • 48 La première description des murailles madrilènes est celle de Jerónimo de Quintana, A la muy antig (...)
  • 49 Voir les vues panoramiques de Madrid dites « Vues de Vienne », qui représentent la ville vers 1562 (...)
  • 50 Pour une présentation synthétique de ces fouilles, cf. D. Pérez Vicente, « Excavaciones arqueológi (...)
  • 51 La présentation synthétique de ces théories qui figure dans F. J. Marín Perellón, « Las murallas á (...)

23Dans le cas des villes de fondation, et quelle que soit l’ampleur de l’habitat préexistant, la muraille anticipe la croissance urbaine : c’est dans cette perspective qu’il convient d’examiner l’enceinte de Mağrīṭ. Elle a laissé, de son existence, des traces de types divers, des descriptions48, des représentations figurées49 et des vestiges, quelques-uns toujours incorporés au bâti du Madrid des années 1950, les plus importants ayant été mis au jour par la fouille depuis les années 197050. À partir de ces sources, des schémas très différents du tracé de l’enceinte omeyyade ont été élaborés, schémas sur lesquels il faut s’arrêter51.

24L’historiographie a toujours distingué, dans le Madrid médiéval, une première et une seconde enceinte, distinguées par la forme de leurs tours, la première enceinte étant pourvue de tours quadrangulaires, la seconde de tours rondes. Au-delà des incertitudes sur le tracé exact de ces deux enceintes, la première enferme un espace aux dimensions beaucoup plus restreintes que la seconde ; la seconde enceinte entoure la première sur ses flancs sud et est, qu’elle englobe de manière plus ou moins complète d’un schéma à l’autre.

25Les divergences entre les auteurs et leurs schémas respectifs se situent dans le détail du tracé de chacune des enceintes, dans leur fonction respective et dans leur chronologie ; si tous considèrent la première enceinte comme islamique, en revanche, ils se divisent sur la seconde, islamique pour les uns, chrétienne pour les autres. Pour les uns, la première enceinte n’est que la citadelle de la ville, la seconde étant la ville civile ; pour d’autres, la première enceinte est le noyau urbain primitif et la seconde, qui a pris la forme d’un faubourg fermé, résulte de l’expansion de la ville.

26Ces divergences dans la configuration des espaces fortifiés ont débouché sur des villes aux dimensions très différentes, dans une fourchette qui varie presque de un à dix pour le même Madrid islamique. Les publications successives sont allées dans le sens d’une réduction de l’espace intra-muros, le faisant passer de plus de 35 hectares à environ quatre hectares ; le modèle d’un Madrid très vaste domine l’historiographie, à une exception près, jusqu’à la fin des années 1980.

  • 52 E. Tormo y Monzó, Las murallas y las torres, los portales y el Alcázar del Madrid de la Reconquist (...)
  • 53 En supposant le tracé grossièrement circulaire, la formule S = π R2 donne environ 32 ha pour une c (...)

27Pour E. Tormo y Monzó, l’enceinte de Madrid part du Palais royal pour atteindre la place Isabelle II, puis elle oblique vers le sud, par les places de San Miguel et de Puerta Cerrada, pour gagner la place de la Puerta de Moros, son point le plus méridional ; l’enceinte remonte alors vers le nord, passe par la Cuesta de la Vega, avant de rejoindre le Palais royal : au total, elle déroule deux kilomètres de courtine52, ce qui peut donner, au maximum, une superficie intra-muros de 32 ha53. À titre de comparaison, et parce que sa muraille presque intacte aujourd’hui permet de planter immédiatement le décor, l’enceinte de ce Madrid andalusí a un périmètre proche de celui de la muraille d’Ávila, érigée à la fin du XIe siècle par Alphonse VI ; elle court, en effet, sur 2,5 km.

28Autre modèle du Madrid islamique, plus vaste encore, celui proposé par J. Oliver Asín en 1959 : la ville s’étend sur plus de 35 ha, avec une première enceinte de 9,31 ha et une seconde de 26,26 ha.

Figure 2. – Plan de Mağrīṭ selon J. Oliver Asín (1959).

  • 54 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 326-330.

29Le tracé de la seconde enceinte reprend, dans ses grandes lignes, celui d’E. Tormo ; les proportions plus vastes atteintes par le plan de J. Oliver Asín sont à chercher sur le flanc sud-ouest de la muraille, au niveau du point de jonction entre première et seconde enceinte, et au niveau de l’ampleur prise par la première enceinte54.

30Le schéma proposé par J. Oliver Asín se retrouve, avec quelques modifications de détail, dans la configuration des espaces fortifiés présenté, au début des années 1980, par L. Caballero, H. Larrén, M. Retuerce, A. Turina et J. Zozaya.

Figure 3. – Plan de Mağrīṭ selon L. Caballero et al. (1983).

  • 55 L. Caballero Zoreda et J. Zozaya Stabel-Hansen, « Anotaciones sobre el Madrid altomedieval », Madr (...)
  • 56 M. Montero Vallejo, El Madrid medieval, Madrid, Avapiés, 1987 ; F. J. Marín Perellón, « Las murall (...)

31Pour ces auteurs, la première enceinte enferme 8 ha, la seconde 26,5 ha, soit une superficie intra-muros de 34,5 ha pour 3,5 km de courtine55. Le même modèle d’un grand Madrid islamique se retrouve jusqu’à la fin des années 1980, dans les travaux de M. Montero Vallejo ou de F. J. Marín Perellón56.

Figure 4. – Plan de Mağrīṭ selon F. J. Marín Perellón (1987).

  • 57 B. Pavón Maldonado, «Arqueología y urbanismo medieval en Madrid. De la Almudayna árabe a la torre (...)

32En revanche, au milieu de la décennie, B. Pavón Maldonado suggère un Madrid andalusí aux proportions plus modestes57 : il coupe en deux la seconde enceinte au niveau de la Calle Mayor, considérant islamique la seule partie nord et faisant de la méridionale un accroissement de la ville à l’époque chrétienne ; comme, par ailleurs, il ampute la première enceinte au profit de la seconde, il juxtapose une forteresse de 3 à 4 ha à une ville civile de 12 ha, soit un total d’environ 15 ha.

Figure 5. – Plan de Mağrīṭ selon B. Pavón Maldonado (1984-1985).

  • 58 F. Valdés Fernández, « El Madrid islámico. Notas para una discusión arqueológica », op. cit., p. 1 (...)

33F. Valdés Fernández rompt nettement, au début des années 1990, avec les schémas précédents : il inscrit définitivement la seconde enceinte dans l’époque chrétienne, seule la première pouvant être considérée comme d’époque islamique, de par ses caractéristiques, tours massives, rectangulaires, de faible saillant, régulièrement espacées le long de la courtine et pourvues d’un empattement58. Pour lui, la première enceinte, avec ses 9,31 ha intra-muros, constitue l’ensemble du Madrid islamique :

  • 59 F. Valdés Fernández, « El Madrid islámico. Notas para una discusión arqueológica », op. cit., p. 1 (...)

«Resultaría así que la superficie aproximada de 9,31 ha cercada, según J. Oliver, por ese primer anillo de muralla sería correcta, pero no sólo para la zona militar – la alcazaba –, sino para toda la ciudad, carente hasta época cristiana de una segunda cerca59.»

Figure 6. – Plans de Mağrīṭ selon F. Valdés Fernández (1990).

  • 60 Ibid., p. 139.

34Quelques pages plus loin, F. Valdés revient implicitement sur ce schéma, lorsqu’il évoque l’Alcázar ; contrairement à l’opinion largement répandue qui consiste à deviner une forteresse andalusí sous l’actuel palais de plan rectangulaire, F. Valdés distingue deux éléments constructifs dans le Madrid du bas Moyen Âge : le Palais royal est construit, après la conquête chrétienne, sur une éminence située au nord de la fortification islamique, les deux ensembles fortifiés étant séparés par une grande esplanade, le Campo del Rey. Pour lui, rien dans la documentation ne permet d’identifier quelque vestige que ce soit d’une hypothétique forteresse arabe située à l’emplacement de l’actuel Palais royal ; la fortification islamique se trouve dès lors réduite à la partie méridionale de la première enceinte, où elle dessine un quadrilatère irrégulier : « Si hacemos, pues, abstracción de todo el conjunto del alcázar cristiano, inexistente durante el período islámico, la primera ciudad quedaría reducida al cuadrado irregular descrito más arriba60. » Il est dommage que l’auteur ait omis ici de revenir sur sa première conclusion, celle qui l’avait amené à faire de Madrid une ville de 9,31 ha ; il aurait pu être incité à proposer une estimation de ce Madrid islamique inscrit dans la partie méridionale de la première enceinte de la littérature.

  • 61 M. Retuerce Velasco, « El agua en el Madrid andalusí », Historia del abastecimiento y usos del agu (...)
  • 62 M. Retuerce Velasco, «Testimonios materiales del Madrid andalusí», op. cit., p. 83.

35Les travaux postérieurs à cet article de F. Valdés, s’ils hésitent encore parfois sur la place à accorder dans le Madrid islamique à l’espace aujourd’hui occupé par le Palais royal, sont en revanche unanimes à faire de la seconde enceinte une fortification chrétienne et à voir dans la partie méridionale de la première enceinte une construction islamique. M. Retuerce Velasco, s’il ne donne pas de valeurs chiffrées pour Mağrīṭ, considère que la ville islamique comprend la première enceinte, le Palais royal et l’espace qui les sépare : dans un article paru en 2000, il publie un schéma du Madrid andalusí composé de deux enceintes où, au sud de l’Alcázar, se développe une vaste médina61 ; quelques années plus tard, il modifie ce premier schéma, en ajoutant une muraille intermédiaire, qui scinde la médina en deux parties égales62.

Figure 7. – Plans de Mağrīṭ selon M. Retuerce Velasco (I : 2000 et II : 2004).

  • 63 L’estimation proposée en 1998 par A. Fernández Ugalde, F. J. Marín Perellón, P. Mena Muñoz et E. S (...)

36A. Fernández Ugalde, F. J. Marín Perellón, P. Mena Muñoz, J. Ortega Vidal, E. Serrano Herrero et M. Torra Pérez s’en tiennent, quant à eux, à la suggestion de F. Valdés et aux résultats des fouilles, qui ont mis au jour un certain nombre de vestiges de l’enceinte madrilène : leur Madrid andalusí embrasse ainsi, sous la forme d’un quadrilatère irrégulier, un peu plus de quatre hectares63.

Figure 8. – Plan de Mağrīṭ selon P. Mena Muñoz et al. (2003).

  • 64 M. Retuerce Velasco et I. Lozano García, « Calatrava la Vieja : primeros resultados arqueológicos  (...)
  • 65 B. Pavón Maldonado, Guadalajara medieval, Arte y arqueología árabe y mudéjar, op. cit., p. 185-195
  • 66 J. Zozaya, «Excavaciones en la fortaleza islámica de Qal`at `Abd al-Salam (Alcalá de Henares, Madr (...)
  • 67 Mesure effectuée à partir de relevés sur le terrain, à l’aide du plan publié dans Ma J. Rubio Visi (...)

37Madrid se retrouve, de la sorte, parmi les plus modestes villes d’al-Andalus et elle s’inscrit parfaitement dans le réseau des autres petites villes de son temps et de sa région. Ainsi, Calatrava s’étend également sur un peu plus de quatre hectares64, Zorita de los Canes sur un peu plus de trois hectares65 et Alcalá de Henares sur plus de deux66 ; un peu plus importante, mais restant une petite ville, Talamanca devait compter, intra-muros, quelque sept hectares67. À titre de comparaison, rappelons que la citadelle de Mérida s’étend sur plus d’un hectare.

  • 68 À Carmona, la fouille a mis au jour des espaces destinés aux activités agricoles à l’intérieur de (...)
  • 69 Pour le détail de ces superficies et les références bibliographiques les concernant : Chr. Mazzoli (...)

38Certaines villes de l’époque omeyyade enserrent toutefois dans leurs murailles de plus vastes espaces ; globalement, les villes dont la superficie intra-muros peut être estimée se partagent en deux groupes : les villes nées avec l’Islam sont plutôt de modestes dimensions, comme celles de la Marche moyenne évoquées ci-dessus ou comme Vascos (8 ha), Atienza (10 ha), Almería (22 ha), Talavera (18 ha) ou Huesca (23 ha), ces deux dernières se développant à partir d’un noyau antique primitif. En revanche, les villes qui héritent de l’Antiquité leur périmètre de muraille présentent des superficies intra-muros plus importantes, sans que cela signifie que tout l’espace circonscrit soit peuplé68 : à l’époque califale, Cordoue et Tolède s’étendent sur une centaine d’hectares, Saragosse et Carmona sur plus de quarante hectares69.

  • 70 P. Boucheron et D. Menjot,« La ville médiévale », op. cit., t. I, p. 419.

39Fondée par l’émir Muḥammad Ier, Madrid avec ses quatre hectares intra-muros s’inscrit parfaitement dans le paysage urbain des temps omeyyades. Et puisque « le tracé de l’enceinte révèle donc seulement un moment, plus ou moins durable, de l’histoire urbaine70 », en ce qui concerne Madrid il est possible que le tracé révèle, justement, le moment de la création de la localité.

  • 71 L. Caballero Zoreda, H. Larrén Izquierdo, M. Retuerce Velasco et A. Turina Gómez, « Las murallas d (...)
  • 72 Id., plan conservé aux Archives de la Chancellerie de Valladolid.
  • 73 F. Valdés Fernández, «El Madrid islámico. Notas para una discusión arqueológica», op. cit., p. 142

40Le quadrilatère irrégulier que dessine la muraille du Madrid islamique est percé de trois portes, la porte de la Vega, la porte de Santa María et la porte de la Sagra. Ouverte dans la courtine occidentale, la porte de la Vega donne sur l’axe principal de la voirie, qui traverse la ville dans sa partie méridionale jusqu’à la porte orientale, dite de Santa María. La troisième porte, la porte de Sagra, est percée sur le flanc nord de l’enceinte. À partir des années 1970, des vestiges de la porte de la Vega ont été mis au jour dans la Calle Mayor ; en les rapprochant de sources écrites relatives à cette même porte, il est possible d’en reconstituer l’allure : il s’agissait, selon toute vraisemblance, d’une entrée droite, ouverte entre deux tours rectangulaires et de faible saillant qui la protégeaient71. La porte de Santa María devait présenter des formes architecturales similaires, comme le suggèrent la représentation qui figure sur un plan du quartier daté de 154872 et la description de Juan López de Hoyos pour l’année 1570 : l’architecture militaire andalusí, jusqu’à la fin du XIe siècle, se caractérise en effet par une grande simplicité de ses formes, mise en relation avec les capacités tactiques limitées des assaillants potentiels73.

  • 74 A. Almagro Gorbea, «Planimetría de las ciudades hispanomusulmanas», Al-Qanṭara, 1987 (VIII), p. 42 (...)
  • 75 Ma J. Rubio Visiers et Ma P. López del Álamo, « Talamanca del Jarama : fortificación y defensa », (...)
  • 76 S. Márquez Bueno et P. Gurriarán Daza, « La muralla almohade de Cáceres : aspectos constructivos, (...)
  • 77 Chr. Mazzoli-Guintard, « L’entrée d’Anne d’Autriche dans Madrid en 1570 et les murailles du Madjri (...)

41Ouvertures dans la muraille, les portes apparaissent comme les points faibles de l’enceinte, qu’il faut protéger par des tours de flanquement, mais aussi en les réduisant au strict nécessaire ; un petit nombre d’ouvertures concourt à assurer efficacement la défense de la ville. Par ailleurs, le nombre de portes de l’enceinte est à mettre en relation avec l’importance de la ville, tendance qui se vérifie d’ailleurs tout au long de l’histoire urbaine d’al-Andalus : pour les petites villes de l’époque omeyyade, on compte une porte à Calatrava pour plus de quatre hectares, une également à Albarracín pour plus de cinq hectares74, deux à Talamanca pour sept hectares75 ; l’enceinte almohade de Cáceres n’est percée que de trois portes, pour 8,7 ha de superficie intra-muros76. En comparaison, les trois portes de la muraille islamique de Madrid, petite ville de la frontière, paraissent disproportionnées par rapport aux dimensions de la ville : n’oublions pas que les témoignages relatifs à ces trois portes supposées de l’enceinte andalusí sont des sources écrites de l’époque moderne, dont la fameuse description de Jerónimo de Quintana, qui date de 1629 ; n’oublions pas non plus que l’archéologie n’a finalement attesté l’existence que d’une seule porte, celle de la Vega, même si les éléments fortifiés décrits par J. López de Hoyos au niveau de la porte de Santa María ressemblent fort aux structures mises au jour Cuesta de la Vega77.

Les incertitudes de l’expansion démographique

42Au-delà des différences profondes entre les structures sociales et politiques de la chrétienté et de l’Islam, la construction d’une muraille urbaine réclame les mêmes besoins en hommes et en matériaux. Les conclusions formulées sur les villes médiévales de l’Occident chrétien méritent d’être rappelées pour les voies de réflexion qu’elles offrent à al-Andalus :

  • 78 P. Boucheron et D. Menjot, « La ville médiévale », op. cit., p. 421.

« L’enceinte conditionne la mise sur pied d’une fiscalité et contribue au développement d’une administration municipale, car sa construction est une entreprise coûteuse et de longue haleine, et son entretien et sa défense (tours de garde, service de guet) nécessitent un financement important et régulier et exigent une organisation. La muraille renforce ainsi l’autonomie urbaine qu’elle symbolise. Elle solidarise aussi la population citadine qui se partage la garde des courtines et des portes, fermées durant la nuit78. »

43Si la notion d’autonomie urbaine est totalement étrangère à l’histoire urbaine andalusí, en revanche, le bon sens amène à s’interroger sur le financement, l’entretien, la défense de la muraille, bref sur les hommes qui ont érigé la courtine et qui ont peuplé la ville.

Les données : quatre noyaux d’habitat extra-muros

  • 79 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 341-342. En 1123, l’archevêque don Bernar (...)
  • 80 P. Mena Muñoz, J. Ortega Vidal, E. Serrano Herrero, M. Torra Pérez, A. Fernández Ugalde et F. J. M (...)

44Dès le siècle de la fondation de Mağrīṭ, il existe des noyaux d’habitat installés au-delà de l’enceinte urbaine, au sud, sur la colline de Las Vistillas, mais aussi à l’est de la ville, placés, pour les plus éloignés, à 450 m de la muraille ; la réalité de cet habitat extra-muros est attestée autant par les sources écrites que par l’archéologie. Seules des sources textuelles tardives évoquent le faubourg de la Axerquía, c’est-à-dire le faubourg du côté oriental : le terme figure ainsi dans des actes du conseil de ville de 1548, à propos d’un marché de la viande ; il vient de l’arabe al-šarqiyya et il est attesté dans plusieurs villes d’al-Andalus, Cordoue, Gibraltar, Málaga, pour désigner le faubourg développé sur le flanc oriental de la ville79. L’archéologie, en revanche, atteste l’existence de noyaux d’habitat développés au-delà de l’enceinte dès le IXe siècle ; ils ont dû rester ouverts puisque rien, dans le parcellaire, n’indique l’existence d’une muraille qui les aurait protégés80.

  • 81 J. Navarro Palazón et P. Jiménez Castillo, « Sobre la ciudad islámica y su evolución », Estudios d (...)

45Ils se présentent, par ailleurs, sous la forme de noyaux d’habitat distincts et dispersés, situés là où la topographie permet l’installation des hommes, à l’est et au sud de la ville. Les vestiges mis au jour, fort modestes, constitués pour l’essentiel de silos et de puits, ne permettent en aucun cas de parler de véritables faubourgs ; le terme sous-entend, d’une part, l’idée d’une ville qui déborde son enceinte, ses limites, et, d’autre part, il suggère une forme d’habitat semblable à celui de la ville dont les faubourgs paraissent se dédoubler : un habitat dispersé, situé à quelque distance de la muraille madrilène a pu se développer alors même que l’espace intra-muros n’était pas pleinement occupé, encore moins saturé81, le peuplement extra-muros pouvant être contemporain de la fondation urbaine ou même la précéder.

  • 82 M. Retuerce Velasco, «Testimonios materiales del Madrid andalusí», op. cit., p. 83; D. Pérez Vicen (...)
  • 83 Fouille dirigée par L. Caballero, C. Priego et M. Retuerce, menée en 1985 au no 3 de la rue Angost (...)
  • 84 M. García Muñoz, «Excavaciones arqueológicas en el solar de la plaza de la Morería c/v plaza de Gr (...)
  • 85 O. Vallespín Gómez, E. Serrano Herrero, M. A. López Marcos et F. J. Marín Perellón, « Excavaciones (...)
  • 86 D. Pérez Vicente, « Excavaciones arqueológicas en el solar número 21 de la calle Segovia », Madrid (...)

46Les archéologues distinguent quatre espaces peuplés au-delà de la muraille, dont il est impossible d’estimer l’étendue puisqu’ils ont dû, selon toute vraisemblance, rester ouverts tout au long de la période islamique de leur histoire82 : le premier, situé au sud de la ville, sur la colline de Las Vistillas, correspond aux fouilles menées entre la place de los Carros et la partie occidentale de la rue de Segovia, du côté de la Cuesta de la Vega. Plusieurs interventions archéologiques ont mis au jour des silos contenant un abondant mobilier céramique des IXe-XIe siècles, indiquant la présence d’un habitat extra-muros sur la colline de Las Vistillas, comme les quatre silos découverts rue Angosta de los Mancebos83, ou les trois silos mis au jour rue de la Morería84. La fouille de la Casa de San Isidro a permis de mettre au jour 45 puits et silos qui ont fourni des pièces remarquables, une maquette de porte en terre cuite, un fragment de verre soufflé et deux éléments d’un tambour85. La fouille menée au 21 de la rue de Segovia, qui occupe l’ancien lit du ruisseau de San Pedro, a permis de préciser les modalités de l’occupation du sol dans cette zone de colline : la forte déclivité a empêché l’installation des hommes sur les pentes du ruisseau et seules les zones les plus planes du sommet de la colline ou au bord du cours d’eau ont été habitées86.

  • 87 Ibid., p. 182-185.
  • 88 A. Soler del Campo, « Excavación en la muralla de Madrid : el solar de la Cava Baja, 22 (octubre d (...)
  • 89 A. Bazzana, Maisons d’al-Andalus, Habitat médiéval et structures du peuplement dans l’Espagne orie (...)

47Le deuxième espace peuplé se trouve au sud-est de la ville et il correspond aux fouilles menées entre les rues Cava Baja, Cava Alta et la partie orientale de la rue de Segovia, jusqu’au niveau de la place de Puerta Cerrada87. Elles ont mis en évidence une densité moindre de l’habitat, neuf interventions ayant mis au jour 19 silos sur les 145 découverts. Ainsi, la fouille de sauvetage menée en octobre 1983 au 22 de la rue Cava Baja a-t-elle mis au jour deux silos qui contenaient essentiellement du mobilier céramique, une partie des pièces pouvant être inscrite dans les IXe-Xe siècles, une autre entre le Xe et le XIe siècle, la prééminence du premier groupe indiquant, globalement, une chronologie haute88. La présence de fonds de tinaja, grosse jarre utilisée pour conserver les grains et les liquides, qui est le vase-réserve par excellence et qui témoigne, entre autres, du transport de l’eau depuis la source et son stockage dans la maison89, confirme la présence d’un habitat dans cet espace.

  • 90 D. Pérez Vicente, «Excavaciones arqueológicas en el Madrid islámico», op. cit., p. 185-187.
  • 91 Ibid., p. 187-188.

48Le troisième noyau d’habitat extra-muros, situé au-delà de la porte de Santa María, correspond aux vestiges mis au jour entre les rues Sacramento et Mayor90 ; les silos mis au jour place du Rollo contiennent des céramiques dont la chronologie couvre la période comprise entre le Xe siècle et le début du XIIe siècle. La quatrième zone d’habitat extra-muros, enfin, située au nord-est de la ville, correspond aux espaces fouillés dans la rue Santiago, place de Ramales et place de l’Opéra91 ; comme les précédentes, les vestiges qui en attestent l’existence sont des silos, contenant du matériel des IXe-XIe siècles ou du XIe siècle et du début du XIIe siècle, selon les interventions.

  • 92 Ibid., p. 189.
  • 93 Id.

49Ces quatre noyaux de peuplement ne présentent pas la même densité d’occupation du sol, comme l’indique le nombre de silos mis au jour ; la plus forte concentration de l’habitat se trouve dans le premier de ces noyaux, celui de la colline de Las Vistillas : sur les 145 silos et puits découverts dans l’ensemble des fouilles menées extra-muros, 66 ont été mis au jour dans cet espace et ils sont le résultat de 12 interventions92. D. Pérez Vicente classe ainsi par ordre décroissant de densité les espaces extra-muros : le troisième noyau de peuplement, situé au niveau de la porte de Santa María, avec 23 silos pour deux interventions ; le deuxième noyau de peuplement, avec 19 silos pour neuf interventions ; le quatrième noyau de peuplement, avec 37 silos pour 22 interventions93.

  • 94 Ibid., p. 190.
  • 95 Qu’atteste la présence, anecdotique, de sigillée : O. Vallespín Gómez, « Excavaciones arqueológica (...)
  • 96 D. Pérez Vicente, «Excavaciones arqueológicas en el Madrid islámico», op. cit., p. 189-190.

50Par ailleurs, les espaces peuplés extra-muros se sont développés à des moments différents de l’histoire de Mağrīṭ. Le peuplement de la colline de Las Vistillas ne semble pouvoir être mis en relation avec aucune porte de la muraille urbaine, ni avec aucune voie d’accès à la ville ; il a pu naître en même temps que la ville : D. Pérez Vicente suggère que Mağrīṭ ait pu avoir deux noyaux originels simultanés, la colline de Palacio couronnée d’une enceinte, la colline de Las Vistillas abritant un noyau d’habitat resté ouvert94. Il n’est pas interdit non plus de supposer que le peuplement de la colline de Las Vistillas préexiste à celui de la colline de Palacio, peuplement qui pourrait prolonger l’habitat tardo-romain de la butte95 : une fondation urbaine ne se fait jamais totalement ex-nihilo, ne serait-ce que parce qu’il faut des hommes pour ériger la muraille. En revanche, les trois autres noyaux d’habitat extra-muros peuvent être mis en relation avec des portes de l’enceinte ou avec des voies de communication et, partant, leur développement doit être postérieur à la fondation de la ville : le noyau Sacramento-Mayor est à associer à la porte de Santa María qui s’ouvre sur la route de Tolède, le long de laquelle s’est développé le noyau de peuplement de Cava Baja ; la quatrième zone d’habitat, celle du nord-est de la ville, est à placer au-delà de la porte de la Sagra96.

  • 97 E. Serrano Herrero et M. Torra Pérez, «Excavaciones arqueológicas en la Casa de San Isidro», op. c (...)
  • 98 E. Serrano Herrero et M. Torra Pérez, « Excavaciones arqueológicas en la Casa de San Isidro », op. (...)
  • 99 Ibid.
  • 100 M. A. López Marcos, E. Serrano Herrero et O. Vallespín, « Silos musulmanes en la llamada “Casa de (...)

51Il reste, enfin, à évoquer ces silos, marqueurs essentiels d’un peuplement extra-muros, dont les plus beaux vestiges sont ceux mis au jour dans la Casa de San Isidro97 : la finition de ces fosses de plan circulaire et au corps cylindrique, piriforme, tronconique ou en forme de cloche est très sommaire, puisqu’elles sont simplement polies à l’intérieur ; seul le silo no 46, découvert sous la chapelle de San Isidro, présente des traces de feu, indice vraisemblablement du nettoyage des parois. Ces silos, dont les capacités oscillent entre 6,28 hl et 43,2 hl, ont permis la conservation de diverses céréales, comme l’indique l’analyse botanique, avant d’être abandonnés et de servir de dépotoirs, accumulant de manière plus ou moins rapide les déchets domestiques98 ; ces structures de stockage sont caractéristiques des formations sociales de type pré-féodal, souvent tribales, et elles sont à mettre en relation avec des formes de propriété familiales et, en général, avec des systèmes de distribution permettant une certaine autonomie dans l’accumulation privée et domestique des excédents de production99. Comme la croissance continue de la ville a profondément modifié la topographie originelle du site, aucune structure contemporaine de ces silos, appartenant au temps de leur construction et de leur utilisation, n’a été conservée ; l’occupation de la zone ne peut qu’être déduite de la présence de ces silos, qui devaient être associés à des maisons, comme l’indique l’abondance des matériaux de construction, briques, tuiles et pierres, mises au jour lors des fouilles100.

  • 101 O. Vallespín Gómez, « Excavaciones arqueológicas en la Casa de San Isidro. Intervenciones de 1989 (...)
  • 102 E. Serrano Herrero et M. Torra Pérez, « Excavaciones arqueológicas en la Casa de San Isidro », op. (...)
  • 103 A. Fernández Ugalde, «El fenómeno del relleno de silos y la implantación del feudalismo en Madrid (...)
  • 104 Ibid., p. 614.

52Il a donc dû exister, au niveau de la Casa de San Isidro, un important noyau de peuplement dont les silos conservent le souvenir : étudiés surtout dans leur fonction secondaire, celle de dépotoir, les silos ont donné lieu à des analyses céramologiques révélatrices de l’ample répertoire du mobilier, aux formes et aux décors variés, mais dont les conclusions divergent quant à la chronologie. Pour O. Vallespín Gómez, la céramique peut être datée des IXe-XIe siècles, avec quelques fragments plus anciens, de tradition hispanowisigothique101 ; pour E. Serrano Herrero et M. Torra Pérez, le mobilier découvert dans la Casa de San Isidro doit être daté de la seconde moitié du XIe siècle102. Pour A. Fernández Ugalde, enfin, l’homogénéité du mobilier céramique mis au jour permet d’inscrire celui-ci dans une période qui couvre la fin du XIe siècle et l’ensemble du siècle suivant103 : cette proposition chronologique tient beaucoup à la volonté de l’auteur de lier le changement de fonctionnalité des silos, le stockage des grains puis l’entassement des déchets, aux transformations sociales profondes qu’amène la conquête chrétienne de 1085. Réserves de paysans insérés dans une formation sociale tributaire, les silos perdent leur utilité quand s’imposent la société seigneuriale et ses corollaires, l’augmentation de la pression fiscale sur la paysannerie, l’appropriation seigneuriale des moyens de production ou encore la dislocation des structures familiales élargies104. Que derrière le changement aussi radical de la fonction du silo se dissimulent de profondes transformations économiques et sociales paraît évident ; mais faut-il pour autant inscrire ces mutations dans une époque si tardive, celle de la conquête chrétienne ?

  • 105 V. Salvatierra Cuenca, J. L. Serrano Peña et Ma C. Pérez Martínez, « La formación de la ciudad en (...)

53Madrid se développe donc sous la forme de noyaux d’habitat dispersés, placés à une faible distance de l’enceinte ; ce schéma de croissance urbaine n’est pas sans rappeler l’urbanisation de Jaén où le secteur de Marroquíes Bajos se développe comme un noyau agricole auquel il manque bien des éléments urbains, un système d’évacuation des eaux, des édifices publics comme le bain ou la mosquée, mais où l’organisation de l’habitat répond à une certaine planification105.

  • 106 Ibid., p. 206.

54Cette forme de croissance urbaine, présente aussi à Pechina où se mettent en place plusieurs noyaux de peuplement séparés les uns des autres, est présentée comme caractéristique du développement urbain des IXe-Xe siècles par V. Salvatierra Cuenca, J. L. Serrano Peña et Ma C. Pérez Martínez : à la fin du IXe siècle, l’implantation de plus en plus ferme de l’État islamique entraîne le développement de noyaux d’habitat autour du réduit fortifié, séparés de celui-ci. Ce schéma se rompt au début du XIe siècle, avec la fin du califat ; apparaît alors le modèle classique de la ville andalusí, où la majeure partie de la population vit groupée à l’intérieur des murailles ou bien est installée dans des faubourgs adossés à l’enceinte, faubourgs ceints d’une muraille eux aussi106.

Les questions : origines et facteurs de la croissance démographique ?

  • 107 D. Pérez Vicente, « Excavaciones arqueológicas en el Madrid islámico », op. cit., p. 168.

55Parmi les questions qui demeurent, se trouve celle des apports démographiques à l’origine de l’épanouissement de la ville : d’où viennent les hommes qui peuplent Madrid, tant son espace fortifié que ses quatre noyaux d’habitat développés à l’extérieur de l’enceinte ? Rares sont ceux qui l’ont formulée : D. Pérez Vicente suggère que « ce progressif accroissement de la population extra-muros est dû, peut-être, à la venue de contingents humains attirés par l’importance que prenait la forteresse face aux chrétiens, dans la zone centrale de la Sierra107 ».

  • 108 V. Salvatierra Cuenca, J. L. Serrano Peña et Ma C. Pérez Martínez, « La formación de la ciudad en (...)

56La croissance urbaine à partir du déplacement de populations sur une faible distance a été documentée pour Jaén, mais aussi pour Pechina et pour Cordoue, ce qui a poussé les auteurs de l’étude sur le développement de Jaén à conclure qu’il y avait là un processus quasi général en al-Andalus ; il débute entre le milieu du IXe siècle et le milieu du siècle suivant, pour s’accélérer dans la seconde partie du XIe siècle108. L’idée a été appliquée au Ġarb : Chr. Picard montre que la seconde moitié du IXe siècle correspond à une période de mise en valeur des centres habités de la région, au moment où se multiplient les dissidences vis-à-vis de Cordoue ; des seigneurs locaux aménagent des forteresses dont ils font leur résidence et ils investissent certaines cités antiques ou wisigothiques dépeuplées.

  • 109 Chr. Picard, « Le changement du paysage urbain dans le Gharb al-Andalus (Xe-XIIe siècle) : les sig (...)

« Leur peuplement fut alors assuré par une population largement disponible […] la région fut largement affectée par le mouvement migratoire de clans berbères, depuis le centre ouest vers le sud où ils cherchaient des places pour s’installer, à l’instar des Banū Dānis qui investissent Alcácer do Sal […] à la fin du IXe siècle. Ces mouvements migratoires sont confirmés par les fouilles menées dans les ḥuṣūn, en particulier ceux de l’Algarve au sud-est109. »

57La proposition mérite d’être appliquée à Madrid, dans la mesure où le temps de la croissance de la ville débute, lui aussi, dans la seconde moitié du IXe siècle ; les fortifications du territoire de Mağrīṭ sont donc à étudier dans cette perspective.

  • 110 M. Barceló place cet exode rural au XIe siècle : « Que lo hacen está claro en el siglo V H./XI d. (...)

58La croissance de Madrid, et le mouvement d’urbanisation qui touche l’ensemble d’al-Andalus dès l’émirat, continuera néanmoins de susciter des interrogations ; comme le note avec justesse M. Barceló, malgré l’intérêt porté aux villes d’al-Andalus, le phénomène de l’urbanisation reste en bonne part inexpliqué, dans la mesure où il n’existe pas d’explications cohérentes sur les causes qui entraînent la formation de concentrations urbaines : « Pour le dire autrement, nous ignorons le mécanisme qui pousse des paysans à s’urbaniser110. »

59Ce mécanisme est lié, sans aucun doute, à l’imposition de l’État omeyyade ; revenons, un instant, sur le moment où les silos cessent de jouer leur fonction première de stockage des grains pour être transformés en dépotoirs. L’hypothèse d’une chronologie plus haute que celle qui a été suggérée jusqu’à présent peut être proposée à partir de la remarque d’al-Rāzī, transmise par Ibn Ḥayyān :

  • 111 Ibn Ḥayyān, Kitāb al-Muqtabis fi ta’rīḫ riğāl al-Andalus, M. `Alī Makkī (éd.), Beirut, 1973, p. 13 (...)

« À Muḥammad [Ier ] et à ses années de règne, on doit de belles œuvres […]. Ce fut lui qui ordonna la construction (bunyān) de la fortification (ḥiṣn) d’Esteras [del Ducado], pour [garder] les récoltes de Medinaceli, qui se trouvait sur son flanc nord-ouest. Et ce fut lui qui, pour les habitants de la frontière de Tolède, construisit (banā) la fortification (ḥiṣn) de Talamanca, et la fortification (ḥiṣn) de Madrid et la fortification (ḥiṣn) de Peñafora (Binna Furāṭa)111. »

60Dans une société tributaire où l’État accapare la rente paysanne, n’est-il pas logique de supposer que lorsque l’autorité souveraine parvient à se superposer aux structures tribales, à capturer à son profit les excédents paysans, les besoins de stockage des groupes familiaux aient commencé à décroître ? Autrement dit, la conversion des silos à grains en dépotoirs indiquerait le moment où l’État omeyyade parvient à imposer son autorité, au travers de la mise en place de structures administratives provinciales permettant une perception régulière de l’impôt et, partant, un stockage des prélèvements sous la bonne garde des agents de l’État.

  • 112 A. M. Watson, Innovaciones en la agricultura en los primeros tiempos del mundo islámico: difusión (...)
  • 113 A. Malpica Cuello, « La sal del reino de Granada en el marco de las actividades salineras bajomedi (...)

61De plus, le facteur économique apparaît comme le grand absent des observations précédentes ; or, une réflexion sur l’urbanisation ne peut ignorer les conditions de la mise en valeur des terres. Dès le Xe siècle, et peut-être même avant, l’implantation d’une agriculture irriguée en al-Andalus entraîne une transformation fondamentale du paysage et une augmentation des productions112. Cette agriculture fournit une grande quantité et une grande variété de productions agricoles commercialisées localement, car la plupart, fruits et légumes, sont des produits périssables qui trouvent, comme le remarque A. Malpica Cuello, dans les villes proches de ces terres cultivées un marché stable113.

  • 114 Boletín de Arqueología Medieval, 1986 (0), p. 37.
  • 115 J. Heers, La ville au Moyen Âge en Occident, Paris, Fayard, 1990, p. 146.

62La nature des échanges dans lesquels Madrid est insérée mériterait sans doute aussi davantage d’attention : les fouilles ont mis en jour de rares pièces d’importation, en particulier de la céramique fāṭimide114, qui indiquent l’existence de relations épisodiques entre la ville et des espaces lointains du commerce méditerranéen ; l’archéologie atteste aussi la présence de produits fabriqués, selon toute vraisemblance, dans la région cordouane. Pour conclure, il faut en effet se garder de réduire le mouvement d’urbanisation de l’époque omeyyade et, par conséquent, le développement de Madrid à partir de la seconde moitié du Xe siècle à une interprétation unilatérale, tant, comme le rappelle J. Heers, les phénomènes d’expansion urbaine et d’épanouissement des villes ne peuvent s’expliquer par des raisons simples115.

Notes

1 J. M. Ortega Ortega, Anatomía del esplendor, Fondos de la sala de Historia Medieval, Museo de Albarracín, Zaragoza, Fundación Santa María de Albarracín, 2007.

2 C. Barceló, «Las inscripciones omeyas de la alcazaba de Mérida», Arqueología y Territorio Medieval, 2004 (11-1), p. 59-78.

3 Chr. Mazzoli-Guintard, Villes d’al-Andalus, Rennes, PUR, p. 162-163.

4 V. Martínez Enamorado, «Bobastro (Ardales, Málaga), una madīna para un rebelde», Qurṭuba, 1997 (2), p. 123-147.

5 Les références figurant dans Chr. Mazzoli-Guintard, Villes d’al-Andalus, op. cit., p. 164-166 doivent être complétées par S. Macías, Mértola islâmica, Estudio histórico-arqueológico do Bairro da Alcáçova (séculos XII-XIII), Mértola, Campo Arqueológico de Mértola, 1996 et Mértola, le dernier port de la Méditerranée, Mértola, Campo Arqueológico de Mértola, 2006 ; Chr. Picard, Le Portugal musulman (VIIIe-XIIIe siècle), L’Occident d’al-Andalus sous domination islamique, Paris, Maisonneuve et Larose, 2000 ; R. Varela Gomes, Silves (Xelb), uma cidade do Gharb al-Andalus : territorio e cultura, Lisboa, Instituto Portugués de Arqueologia, 2002, Silves (Xelb), uma cidade do Gharb al-Andalus : a Alcáçova, Lisboa, Instituto Portugués de Arqueologia, 2003 et Silves (Xelb), uma cidade do Gharb al-Andalus : o núcleo urbano, Lisboa, Instituto Portugués de Arqueologia, 2006.

6 M. Lombard, « L’évolution urbaine pendant le haut Moyen Âge », Annales ESC, 1957 (XII), p. 7-28, reproduit dans L’Islam dans sa première grandeur (VIIIe-XIe siècle), Paris, Flammarion, 1971, p. 137-164 ; Chr. Mazzoli-Guintard, Villes d’al-Andalus, op. cit., p. 162.

7 J. Zozaya, «Excavaciones en la fortaleza islámica de Qal`at `Abd al-Salam (Alcalá de Henares, Madrid)», Noticiario Arqueológico Hispánico, 1983 (17), p. 411-529.

8 V. Salvatierra Cuenca, J. L. Serrano Peña et Ma C. Pérez Martínez, « La formación de la ciudad en al-Andalus. Elementos para una nueva propuesta », Genèse de la ville islamique, P. Cressier et M. García-Arenal (éd.), Madrid, Casa de Velázquez-CSIC, 1998, p. 185-206.

9 R. Varela Gomes, «Estruturas defensivas medievais de Silves», Mil anos de Fortificações na Península Ibérica e no Magreb (500-1500), Actas do Simpósio Internacional sobre Castelos (Palmela, 2000), I. C. Ferreira Fernandes (coord.), Lisboa, Edições Colibri-Câmara Municipal de Palmela, 2002, p. 328.

10 J. A. Souto Lasala, El conjunto fortificado islámico de Calatayud, Zaragoza, Instituto de Estudios Islámicos y del Oriente Próximo, 2005, p. 31-33.

11 M. de Epalza, «Estudio del texto de al-Idrīsī sobre Alicante», Sharq al-Andalus, 1985 (2), p. 215-232.

12 J. A. Souto Lasala, El conjunto fortificado islámico de Calatayud, op. cit., p. 33.

13 Certaines de ces petites villes parachèvent leur transformation en devenant, au XIe siècle, des capitales de taifas. Sur les liens entre vie culturelle et urbanisation, cf. M. Fierro et M. Marín, « La islamización de las ciudades andalusíes a través de sus ulemas (s. II/VIII-comienzos s. IV/X) », Genèse de la ville islamique, op. cit., p. 65-97.

14 Voir les exemples rassemblés dans Chr. Mazzoli-Guintard, Villes d’al-Andalus, op. cit., p. 315-320. Pour Madrid, mentions comme ḥiṣn chez Ibn Ḥayyān, Ibn Ḫaldūn, al-Ḥimyarī, etc., comme madīna chez Ibn Ḥayyān, al-Idrīsī, Yāqūt, al-Ḥimyarī, etc.

15 Ma J. Viguera Molins, El Islam en Aragón, Zaragoza, Caja de Ahorros de la Inmaculada de Aragón, 1995, p. 21: « los textos árabes, sobre cada territorio, mencionan “ciudades” (madīna/mudun), “castillos” (ḥiṣn/ḥuṣūn) y alquerías (qarya/qurā)».

16 P. Guichard, Les musulmans de Valence et la Reconquête (XIe-XIIIe siècles), Damas, Institut Français de Damas, 1990, t. 1, p. 201 : « il me paraît vain de chercher à cerner, avec une illusoire précision, le contenu exact des termes arabes utilisés par les quelques textes arabes disponibles ».

17 Chr. Mazzoli-Guintard, « Discours, lexique et peuplement : l’exemple d’al-Andalus dans le Kitāb Ruğār d’al-Idrīsī », Qurṭuba, 1999 (4), p. 97-115.

18 H. Martin, Mentalités médiévales XIe-XVe siècle, Paris, PUF, 1996, 2e éd. 1998, p. 64-65.

19 Sur Zorita, cf. L. Torres Balbás, « Ciudades yermas hispanomusulmanas », Boletín de la Real Academia de la Historia, 1957 (141), p. 176-218, et B. Pavón Maldonado, Guadalajara medieval. Arte y arqueología árabe y mudéjar, Madrid, CSIC, 1984, p. 185-195 : le premier situe la fondation avant le règne de `Abd al-Raḥmān III, le second y voit une construction califale. Sur Mérida, cf. J. de C. Serra y Rafols, « La alcazaba de Mérida », Archivo Español de Arqueología, 1946 (19), p. 334-345, ainsi que S. Feijoo et M. Alba Calzado, « Nueva lectura arqueológica del Aljibe y la Alcazaba de Mérida », Al-Ândalus, Espaço de mudança, Balanço de 25 anos de história e arqueologia medievais (Mértola, 16-18 maio 2005), Mértola, Campo Arqueológico de Mértola, 2006, p. 161-170.

20 Sur Ercávica, cf. B. Pavón Maldonado, Guadalajara medieval, op. cit., p. 203 et M. Osuna Ruiz, Arqueología conquense : Ercávica I, aportación al estudio de la romanización de la Meseta, Cuenca, Patronato Arqueológico Provincial, 1976. Sur Cartagena, voir la brève synthèse de P. Chalmeta, « Ḳarṭāğanna », EI2, t. IV, p. 700.

21 B. Pavón Maldonado, Guadalajara medieval, op. cit., p. 96 : despoblado à la confluence de l’Henares, du Sorbe et de l’Horcajo ; sur une éminence rocheuse, une enceinte délimite un espace d’environ deux hectares.

22 Les textes des géographes arabes ont été rassemblés dans J. Lirola Delgado, Almería andalusí y su territorio, Textos geográficos, Almería, Fundación Ibn Tufayl de Estudios Árabes, 2005. C’est un géographe tardif, al-Ḥimyarī, qui fournit la notice la plus claire à cet égard : « C’est une ville de nouvelle fondation, dont la construction fut ordonnée par l’émir des croyants Al-Nāṣir […] en 344 (955-956) » (ibid., p. 145). Al-Uḏrī (1003-1085) se borne à indiquer que la ville d’Almería n’est pas d’origine antique et qu’Al-Nāṣir y fit construire une muraille inexpugnable de pierre (ibid., p. 31).

23 É. Lévi-Provençal, Inscriptions arabes d’Espagne, Paris-Leyde, E. Larose-E.J. Brill, 1931, p. 50-53.

24 Chr. Picard, « La fondation de Badajoz par Abd al-Rahman ibn Yunus al-Jilliki (fin IXe siècle) », Revue des Études Islamiques, 1981 (XLIX-2), p. 219 : « Ibn Marwān construisit une ville pour lui et les siens. Et une fois sa situation raffermie, il écrivit à l’émir `Abdu-llâh, qui venait d’accéder au pouvoir, pour lui demander la délimitation de ses terres en un acte officiel ».

25 Ma J. Viguera Molins, « Los predicadores de la corte », Actas del Simposio Internacional Saber religioso y poder político en el Islam (Granada, 15-18 octubre 1991), Madrid, Agencia Española de Cooperación Internacional, 1994, p. 319-332.

26 L’administration des provinces d’al-Andalus à l’époque omeyyade est mal connue : les données, fort anciennes, réunies par E. Lévi-Provençal n’ont guère été renouvelées ; ainsi, dans La división territorial de la España musulmana, Madrid, CSIC, 1986, J. Vallvé Bermejo ne souffle-t-il mot de l’administration de la kūra. M. Méouak apporte quelques données nouvelles à cette thématique dans son article « Administration des provinces et gouverneurs (wulāt/`ummāl) dans l’Espagne umayyade », Miscelánea de Estudios Árabes y Hebraicos, 2000 (49), p. 105-116. Or, bien des points de l’administration des provinces andalusíes restent à éclaircir, à commencer, une fois encore, par celui du vocabulaire : É. Lévi-Provençal fait du wālī le gouverneur civil à la tête d’une kūra et du qā`id le chef militaire à la tête d’une Marche (Histoire de l’Espagne musulmane, t. 3 : le siècle du califat de Cordoue, Paris, Maisonneuve & Cie, 1953, p. 52 et p. 57) ; mais, dans les paragraphes consacrés par Ibn Ḥayyān aux nominations et destitutions, le gouverneur, qu’il soit à la tête d’une kūra ou d’un espace frontalier (ṯaġr) est appelé `āmil.

27 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabas (V), P. Chalmeta, F. Corriente et M. Ṣubḥ (éd.), Madrid, Instituto Hispano-Árabe de Cultura, 1979, p. 103 ; Crónica del califa `Abdarraḥmān III an-Nāṣir entre los años 912 y 942 (Al-Muqtabis V), trad. Ma J. Viguera et F. Corriente, Zaragoza, Instituto Hispano-Árabe de Cultura, 1981, p. 127 : après avoir été élevé au vizirat, Sa`īd b. al-Munḏir est mis en poste (ista`mala) dans la ville de Guadalajara. Un compilateur plus tardif, Ibn `Iḏārī, est plus précis sur la fonction occupée par ce personnage, élevé au vizirat et nommé qā`id, chargé de contrôler Guadalajara (Ibn `Iḏārī, Kitāb al-Bayān al-Muġrib, G. S. Colin et É. Lévi-Provençal [éd.], Leiden, E. J. Brill, 1951, t. II, p. 184 ; Histoire de l’Afrique et de l’Espagne intitulée Al-Bayano’l-Mogrib, trad. E. Fagnan, Alger, Imprimerie Orientale Pierre Fontana, 1904, t. II, p. 471).

28 É. Lévi-Provençal, Inscriptions arabes d’Espagne, op. cit., p. 50-53.

29 À partir d’Ibn Ḥayyān, compilant al-Rāzī : Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », Actas III Jarique de Numismática hispano-árabe (Madrid, dic. 1990), Madrid, Museo Arqueológico Nacional, 1992, p. 15.

30 Voir les citations rassemblées dans Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit.

31 Chr. Mazzoli-Guintard, « Discours, lexique et peuplement : l’exemple d’al-Andalus dans le Kitāb Ruğār d’al-Idrīsī », Qurṭuba, 1999 (4), p. 97-115.

32 Extraits reproduits dans Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 16 et p. 27.

33 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabas (V), op. cit., p. 167 ; Crónica del califa `Abdarraḥmān III an-Naṣir entre los años 912 y 942, op. cit., p. 193.

34 Ibid., p. 284 et p. 213.

35 Ibid., p. 314 et p. 348.

36 Ibid., p. 258 et p. 285.

37 Sur le personnage et l’œuvre, voir les données rassemblées par J. Mohedano Barceló, « [584] Ibn Ḥayyān », Biblioteca de al-Andalus, De Ibn al-Dabbāg a Ibn Kurz, J. Lirola Delgado et J. M. Puerta Vílchez (dir.), Almería, Fundación Ibn Tufayl de Estudios Árabes, 2004, p. 356-374.

38 P. Chalmeta signale les omissions et les erreurs de ces listes, liées aux confusions dans les filiations des personnages, à des oublis de phrases, à des énumérations qui varient leur présentation géographique, de telle sorte qu’est parfois indiquée la destitution d’un personnage, dont la nomination n’a pas été signalée (introduction de Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabas (V), op. cit., p. 14-15).

39 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabas (V), op. cit., p. 167 et 314 ; Crónica del califa `Abdarraḥmān III an-Naṣir, op. cit., p. 193 et p. 348.

40 Pour une réflexion sur les liens, réels et symboliques, qui unissent la muraille et la ville, voir La città e le mura, C. de Seta et J. Le Goff (éd.), Bari, Laterza, 1989 et City walls. The urban enceinte in global perspective, J. D. Tracy (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, 2000.

41 P. Boucheron et D. Menjot, « La ville médiévale », Histoire de l’Europe urbaine, J.-L. Pinol (dir.), Paris, Seuil, 2003, t. I, p. 418.

42 J. Le Goff, « L’apogée de la France urbaine médiévale, 1150-1330 », Histoire de la France urbaine, G. Duby (dir.), t. 2 : la ville médiévale, Paris, Seuil, 1980, p. 198.

43 Les vues les plus célèbres restent les gravures sur cuir de Joris Hoefnagel illustrant les Civitates orbis terrarum de Georges Brun de Cologne (1541-1622).

44 À Madrid, au XVIe siècle, les portes des enceintes médiévales ont déjà été abattues, exception faite de la porte de la Vega. Sur les destructions opérées à partir du premier tiers du XIXe siècle, voir L. Torres Balbás, « Conservación y destrucción de murallas », Ciudades hispanomusulmanas, Madrid, Instituto Hispano-Árabe de Cultura, 2e éd., 1985, p. 449-454, ainsi que l’étude récente de M. Romero Bejarano, « El triste destino de los monumentos. El proyecto municipal de derribo de la muralla islámica de Jerez de la Frontera en 1862 », Estudios sobre patrimonio, cultura y ciencia medievales, 2007-2008 (IX-X), p. 211-224.

45 Les itinéraires de visite proposés aux touristes ne s’y trompent pas, en les envoyant vers les vestiges de la muraille islamique : dans une suggestion de promenade vers les rares traces du Madrid andalusí, El País suggérait à ses lecteurs de se rendre Cuesta de la Vega au parc de l’Émir Mohamed Ier, « el único rincón que la ciudad de hoy dedica a su fundador » (« Medina Mayrit, Madrid siglo IX », El País, 3/8/2007, p. 30).

46 Les historiens ont, en effet, toujours été partagés sur le moment de la mise en place de la muraille de l’Ajerquía : É. Lévi-Provençal (Histoire de l’Espagne musulmane, t. 3, op. cit., p. 373) le situait au XIe siècle ; L. Torres Balbás (Ciudades hispanomusulmanas, op. cit., p. 184) le plaçait au XIIe siècle, tandis que J. Zanón Bayón (J. Zanón Bayón, Topografía de Córdoba almohade a través de las fuentes árabes, Madrid, CSIC, 1989, p. 55-57) penche en faveur d’une période située entre la fitna et les taifas, antérieure à 1094-1095, année pour laquelle est citée une porte de la muraille de l’Ajerquía. Les fouilles récentes ne permettent pas de trancher : Ma D. Baena Alcantara et P. Marfil Ruiz se prononcent pour une chronologie basse (Ma D. Baena Alcantara et P. Marfil Ruiz, « Nuevos datos acerca del amurallamiento norte de la Ajerquía cordobesa. Excavaciones arqueológicas en el no 14 de la Avenida de las Ollerías [Córdoba] », Cuadernos de Madīnaṭ al-Zahrā’, 1988-1990 [2], p. 165-180) ; J. A. Morena López évoque une chronologie haute, rappelant qu’il n’est pas rare de trouver des structures califales dans la muraille de l’Ajerquía, qui peuvent être des structures défensives antérieures à la muraille, servant à protéger la route (J. A. Morena López, « Resultados preliminares de la excavación arqueológica de urgencia realizada en el solar no 63 de la calle Augustín Moreno de Córdoba », Anuario Arqueológico de Andalucía 1999, Sevilla, 2002, t. III, p. 151-156).

47 M. Valor Piechotta, La arquitectura militar y palatina en la Sevilla musulmana, Sevilla, Diputación Provincial, 1991.

48 La première description des murailles madrilènes est celle de Jerónimo de Quintana, A la muy antigua, noble y coronada villa de Madrid, Historia de su Antigüedad, nobleza y grandeza, Madrid, 1629. Les textes antérieurs, comme celui dû à J. López de Hoyos en 1570, évoquent des destructions de certaines parties de la muraille, mais pas d’itinéraire complet ; les œuvres du XVIIIe siècle reprennent le modèle de Quintana. Par ailleurs, des pans de muraille et des tours sont signalés dans des contrats de vente et d’achat de l’époque moderne. Sur ces sources, voir J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, Madrid, CSIC, 1959, 2e éd. 1991, Madrid, Instituto de Cooperación con el Mundo Árabe et F. J. Marín Perellón, « Las murallas árabes de Madrid », Actas del II Congreso de Arqueología Medieval española (Madrid, enero 1987), Madrid, Dirección General del Patrimonio Cultural, 1987, t. 2, p. 744-754.

49 Voir les vues panoramiques de Madrid dites « Vues de Vienne », qui représentent la ville vers 1562 ; conservées à la Bibliothèque Nationale de Vienne, elles ne sont pas signées et sont attribuées indistinctement à Anton Van den Wyngaerde et/ou à Joris Hoefnagel. Il existe aussi des plans de Madrid, le plus beau étant celui de Teixeira (M. Molina Campuzano, El plano de Madrid por Texeira estampado en 1656, Madrid, Artes Gráficas Municipales, 1975). Dans la Planimetría General de Madrid (1750-1755), apparaît la seconde enceinte dans les dessins de certains pâtés de maisons.

50 Pour une présentation synthétique de ces fouilles, cf. D. Pérez Vicente, « Excavaciones arqueológicas en el Madrid islámico », Testimonios del Madrid medieval : el Madrid musulmán, A. Turina Gómez, S. Quero Castro et A. Pérez Navarro (éd.), Madrid, Museo de San Isidro, 2004, p. 163-197.

51 La présentation synthétique de ces théories qui figure dans F. J. Marín Perellón, « Las murallas árabes de Madrid », Actas del II Congreso de Arqueología Medieval española (Madrid, enero 1987), op. cit., est reprise et complétée dans F. Valdés Fernández (« El Madrid islámico. Notas para una discusión arqueológica », Madrid, castillo famoso… Diez trabajos sobre el Madrid árabe, F. Valdés Fernández (éd.), Madrid, F. Valdés, 1990, p. 125-158, article repris dans Maŷrīṭ, Estudios de arqueología medieval madrileña, F. Valdés Fernández [éd.], Madrid, Polifemo, 1992, p. 141-180). Des travaux postérieurs, qui prennent en compte les résultats des fouilles les plus récentes, proposent de nouveaux schémas du Madrid omeyyade : A. Fernández Ugalde, F. J. Marín Perellón, P. Mena Muñoz et E. Serrano Herrero, Las murallas de Madrid : arqueología medieval urbana, Madrid, Dirección General de Patrimonio cultural, 1998 ; E. Andreu Mediero, « Avance en el conocimiento del sector noroccidental de los recintos fortificados de la ciudad de Madrid », Mil anos de Fortificações na Península Ibérica e no Magreb (500-1500), Actas do Simpósio Internacional sobre Castelos (Palmela, 2000), I. C. Ferreira Fernandes (coord.), Lisboa, Edições Colibri-Câmara Municipal de Palmela, 2002, p. 871-875 ; P. Mena Muñoz, J. Ortega Vidal, E. Serrano Herrero, M. Torra Pérez, A. Fernández Ugalde et F. J. Marín Perellón, Las murallas de Madrid : arqueología medieval urbana, 2e éd., Madrid, Doce Calles, 2003 ; M. Retuerce Velasco, « Testimonios materiales del Madrid andalusí », Testimonios del Madrid medieval : el Madrid musulmán, op. cit., p. 81-115 ; Ma. I. Gea Ortigas et J. M. Castellanos Oñate, Las murallas medievales de Madrid : Madrid musulmán, judío y cristiano, Madrid, La Librería, 2008.

52 E. Tormo y Monzó, Las murallas y las torres, los portales y el Alcázar del Madrid de la Reconquista, creación del califato, Madrid, Instituto Diego Velázquez, 1945.

53 En supposant le tracé grossièrement circulaire, la formule S = π R2 donne environ 32 ha pour une courtine de 2 km de périmètre.

54 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 326-330.

55 L. Caballero Zoreda et J. Zozaya Stabel-Hansen, « Anotaciones sobre el Madrid altomedieval », Madrid hasta 1875 : testimonios de su historia (Catálogo de la exposición, Museo Municipal, dic. 1979-feb. 1980), Madrid, Delegación de cultura, 1980, p. 84-88 ; L. Caballero Zoreda, H. Larrén Izquierdo, M. Retuerce Velasco et A. Turina Gómez, « Las murallas de Madrid. Excavaciones y estudios arqueológicos (1972 a 1982) », Estudios de prehistoria y arqueología madrileñas, Madrid, Museo Municipal, Ayuntamiento de Madrid, 1983 [II], p. 9-182. La même hypothèse d’un grand Madrid islamique figure dans P. de Navascués, « Introducción al desarrollo urbano de Madrid hasta 1875 », Madrid hasta 1875 : testimonios de su historia, op. cit., p. 15-26.

56 M. Montero Vallejo, El Madrid medieval, Madrid, Avapiés, 1987 ; F. J. Marín Perellón, « Las murallas árabes de Madrid », op. cit.

57 B. Pavón Maldonado, «Arqueología y urbanismo medieval en Madrid. De la Almudayna árabe a la torre mudéjar de San Nicolás», Awrāq, 1984-85 (7-8), p. 231-278.

58 F. Valdés Fernández, « El Madrid islámico. Notas para una discusión arqueológica », op. cit., p. 125-158, article publié aussi dans Maŷrīṭ, Estudios de arqueología medieval madrileña, op. cit., p. 141-180. Ses vues sur l’histoire de la fortification andalusí sont systématisées dans F. Valdés Fernández, « La arquitectura militar en al-Andalus. Ensayo de sistematización », Actas del IV Curso de Cultura Medieval : Seminario, La fortificación medieval en la Península ibérica (21-26 sept. 1992), Aguilar de Campoo, Centro de Estudios del Románico, 2001, p. 125-136.

59 F. Valdés Fernández, « El Madrid islámico. Notas para una discusión arqueológica », op. cit., p. 135. Dans la version 1, la porte nord ne donne accès qu’à la citadelle ; dans la version 2, la porte nord dessert la ville.

60 Ibid., p. 139.

61 M. Retuerce Velasco, « El agua en el Madrid andalusí », Historia del abastecimiento y usos del agua en la Villa de Madrid, J. Ma Macías et C. Segura (coord.), Madrid, Confederación Hidrográfica del Tajo y Canal de Isabel II, 2000, p. 38.

62 M. Retuerce Velasco, «Testimonios materiales del Madrid andalusí», op. cit., p. 83.

63 L’estimation proposée en 1998 par A. Fernández Ugalde, F. J. Marín Perellón, P. Mena Muñoz et E. Serrano Herrero, Las murallas de Madrid : arqueología medieval urbana, op. cit., p. 17, est reproduite en 2003 dans la nouvelle édition de l’ouvrage : P. Mena Muñoz, J. Ortega Vidal, E. Serrano Herrero, M. Torra Pérez, A. Fernández Ugalde et F. J. Marín Perellón, Las murallas de Madrid : arqueología medieval urbana, op. cit., p. 32.

64 M. Retuerce Velasco et I. Lozano García, « Calatrava la Vieja : primeros resultados arqueológicos », Actas del I Congreso de Arqueología Medieval Española (Huesca, abril 1985), Zaragoza, Diputación General de Aragón, 1986, t. 3, p. 57-75.

65 B. Pavón Maldonado, Guadalajara medieval, Arte y arqueología árabe y mudéjar, op. cit., p. 185-195.

66 J. Zozaya, «Excavaciones en la fortaleza islámica de Qal`at `Abd al-Salam (Alcalá de Henares, Madrid)», op. cit.

67 Mesure effectuée à partir de relevés sur le terrain, à l’aide du plan publié dans Ma J. Rubio Visiers et Ma P. López del Álamo, « Talamanca del Jarama : fortificación y defensa », Madrid, castillo famoso…, op. cit., p. 37-44.

68 À Carmona, la fouille a mis au jour des espaces destinés aux activités agricoles à l’intérieur de l’enceinte romaine et non loin de l’emplacement de la grande-mosquée : R. Lineros, Ma S. Gil, F. Martínez, R. Cardenete, T. Gómez et I. Rodríguez, « Informe de las excavaciones arqueológicas en la plaza de San José/Julián Besteiro (Carmona, Sevilla) », Anuario Arqueológico de Andalucía 1986, Sevilla, Junta de Andalucía, 1987, t. 2, p. 366-369.

69 Pour le détail de ces superficies et les références bibliographiques les concernant : Chr. Mazzoli-Guintard, Villes d’al-Andalus, op. cit., p. 328-329.

70 P. Boucheron et D. Menjot,« La ville médiévale », op. cit., t. I, p. 419.

71 L. Caballero Zoreda, H. Larrén Izquierdo, M. Retuerce Velasco et A. Turina Gómez, « Las murallas de Madrid. Excavaciones y estudios arqueológicos (1972 a 1982) », Estudios de prehistoria y arqueología madrileñas, op. cit. ; P. Mena Muñoz, J. Ortega Vidal, E. Serrano Herrero, M. Torra Pérez, A. Fernández Ugalde et F. J. Marín Perellón, Las murallas de Madrid : arqueología medieval urbana, op. cit., p. 32.

72 Id., plan conservé aux Archives de la Chancellerie de Valladolid.

73 F. Valdés Fernández, «El Madrid islámico. Notas para una discusión arqueológica», op. cit., p. 142.

74 A. Almagro Gorbea, «Planimetría de las ciudades hispanomusulmanas», Al-Qanṭara, 1987 (VIII), p. 421-448.

75 Ma J. Rubio Visiers et Ma P. López del Álamo, « Talamanca del Jarama : fortificación y defensa », op. cit.

76 S. Márquez Bueno et P. Gurriarán Daza, « La muralla almohade de Cáceres : aspectos constructivos, formales y funcionales », Arqueología y Territorio Medieval, 2003 (10-1), p. 57-118.

77 Chr. Mazzoli-Guintard, « L’entrée d’Anne d’Autriche dans Madrid en 1570 et les murailles du Madjrit omeyyade », Le château à la Une, événements et faits-divers, Actes des Rencontres d’Archéologie et d’Histoire en Périgord, 26-28 septembre 2008, A.-M. Cocula et M. Combet (éd.), Bordeaux, Ausonius, 2009, s. p.

78 P. Boucheron et D. Menjot, « La ville médiévale », op. cit., p. 421.

79 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 341-342. En 1123, l’archevêque don Bernardo reçoit d’Alphonse VII les dîmes des rentes royales de « dentro y fuera » de la ville, ce qui indique la présence d’un peuplement installé à l’extérieur de la muraille (L. Caballero Zoreda, H. Larrén Izquierdo, M. Retuerce Velasco et A. Turina Gómez, « Las murallas de Madrid. Excavaciones y estudios arqueológicos [1972 a 1982] », op. cit., p. 35).

80 P. Mena Muñoz, J. Ortega Vidal, E. Serrano Herrero, M. Torra Pérez, A. Fernández Ugalde et F. J. Marín Perellón, Las murallas de Madrid : arqueología medieval urbana, op. cit., p. 34.

81 J. Navarro Palazón et P. Jiménez Castillo, « Sobre la ciudad islámica y su evolución », Estudios de arqueología dedicados a la profesora Ana María Muñoz Amilibia, S. F. Ramallo Asensio (éd.), Murcia, Universidad de Murcia, 2003, p. 319-381 et Las ciudades de al-Andalus, Nuevas perspectivas, Zaragoza, Instituto de Estudios Islámicos y del Oriente Próximo, 2007, p. 93-127.

82 M. Retuerce Velasco, «Testimonios materiales del Madrid andalusí», op. cit., p. 83; D. Pérez Vicente, «Excavaciones arqueológicas en el Madrid islámico», op. cit., p. 174-190.

83 Fouille dirigée par L. Caballero, C. Priego et M. Retuerce, menée en 1985 au no 3 de la rue Angosta de los Mancebos : elle a mis au jour, outre des pièces de jeu d’échec, des instruments chirurgicaux et de la céramique importée d’Égypte, de la céramique qui s’inscrit entre le IXe et le XIe siècle (Boletín de Arqueología Medieval, 1986 [0], p. 37 ; D. Pérez Vicente, « Excavaciones arqueológicas en el Madrid islámico », op. cit., p. 177).

84 M. García Muñoz, «Excavaciones arqueológicas en el solar de la plaza de la Morería c/v plaza de Granado», Madrid del siglo IX al XI, Madrid, 1990, Comunidad de Madrid, Dirección General de Patrimonio Cultural, p. 217-222.

85 O. Vallespín Gómez, E. Serrano Herrero, M. A. López Marcos et F. J. Marín Perellón, « Excavaciones en el solar “Casa de San Isidro” », Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. 287-296 ; O. Vallespín Gómez, « Datos arqueológicos para el origen y desarrollo urbano de la colina de las Vistillas de Madrid. El solar de la “Casa de San Isidro” », Maŷrīṭ, Estudios de arqueología medieval madrileña, op. cit., p. 123-139 ; E. Serrano Herrero et M. Torra Pérez, « Excavaciones arqueológicas en la Casa de San Isidro », Testimonios del Madrid medieval : el Madrid musulmán, op. cit., p. 143-161 ; O. Vallespín Gómez, « Excavaciones arqueológicas en la Casa de San Isidro. Intervenciones de 1989 a 1997 », ibid., p. 117-141.

86 D. Pérez Vicente, « Excavaciones arqueológicas en el solar número 21 de la calle Segovia », Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. 267-275 et « Excavaciones arqueológicas en el Madrid islámico », op. cit., p. 178.

87 Ibid., p. 182-185.

88 A. Soler del Campo, « Excavación en la muralla de Madrid : el solar de la Cava Baja, 22 (octubre de 1983) », Estudios de Prehistoria y Arqueología madrileñas, 1987, p. 95 ; A. Soler et A. Turina, « Excavaciones arqueológicas en el solar de la Cava Baja, 22 », Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. 283-285.

89 A. Bazzana, Maisons d’al-Andalus, Habitat médiéval et structures du peuplement dans l’Espagne orientale, Madrid, Casa de Velázquez, 1992, t. 1, p. 121.

90 D. Pérez Vicente, «Excavaciones arqueológicas en el Madrid islámico», op. cit., p. 185-187.

91 Ibid., p. 187-188.

92 Ibid., p. 189.

93 Id.

94 Ibid., p. 190.

95 Qu’atteste la présence, anecdotique, de sigillée : O. Vallespín Gómez, « Excavaciones arqueológicas en la Casa de San Isidro. Intervenciones de 1989 a 1997 », op. cit., p. 138.

96 D. Pérez Vicente, «Excavaciones arqueológicas en el Madrid islámico», op. cit., p. 189-190.

97 E. Serrano Herrero et M. Torra Pérez, «Excavaciones arqueológicas en la Casa de San Isidro», op. cit.; O. Vallespín Gómez, «Excavaciones arqueológicas en la Casa de San Isidro. Intervenciones de 1989 a 1997 », op. cit.

98 E. Serrano Herrero et M. Torra Pérez, « Excavaciones arqueológicas en la Casa de San Isidro », op. cit., p. 149. L’analyse de l’ensemble des silos découverts à Madrid donne une capacité de stockage comprise entre 4 hl et 60 hl (A. Fernández Ugalde, « El fenómeno del relleno de silos y la implantación del feudalismo en Madrid y en el reino de Toledo », Sociedades en transición, Actas del IV Congreso de Arqueología Medieval Española [Alicante, octubre 1993], Alicante, Asociación española de arqueología medieval, 1994, t. III, p. 611-617).

99 Ibid.

100 M. A. López Marcos, E. Serrano Herrero et O. Vallespín, « Silos musulmanes en la llamada “Casa de San Isidro” (Madrid) », Espacio, Tiempo y Forma, Prehistoria y Arqueología, 1989 (2), p. 419-431.

101 O. Vallespín Gómez, « Excavaciones arqueológicas en la Casa de San Isidro. Intervenciones de 1989 a 1997 », op. cit., p. 131 et p. 138.

102 E. Serrano Herrero et M. Torra Pérez, « Excavaciones arqueológicas en la Casa de San Isidro », op. cit., p. 157-159.

103 A. Fernández Ugalde, «El fenómeno del relleno de silos y la implantación del feudalismo en Madrid y en el reino de Toledo», op. cit., p. 613.

104 Ibid., p. 614.

105 V. Salvatierra Cuenca, J. L. Serrano Peña et Ma C. Pérez Martínez, « La formación de la ciudad en al-Andalus. Elementos para una nueva propuesta », op. cit., p. 197-206.

106 Ibid., p. 206.

107 D. Pérez Vicente, « Excavaciones arqueológicas en el Madrid islámico », op. cit., p. 168.

108 V. Salvatierra Cuenca, J. L. Serrano Peña et Ma C. Pérez Martínez, « La formación de la ciudad en al-Andalus. Elementos para una nueva propuesta », op. cit., p. 198.

109 Chr. Picard, « Le changement du paysage urbain dans le Gharb al-Andalus (Xe-XIIe siècle) : les signes d’une dynamique », Muçulmanos e Cristãos entre o Tejo e o Douro (Sécs. VIII a XIII), M. J. Barroca et I. C. Ferreira Fernandes (éd.), Palmela-Porto, Câmara Municipal de Palmela-Faculdade de Letras da Universidade do Porto, 2005, p. 133-136.

110 M. Barceló place cet exode rural au XIe siècle : « Que lo hacen está claro en el siglo V H./XI d. c., pero los procedimientos por los que esto ocurre no están, que yo sepa, identificados » (M. Barceló, Los Banu Ru`ayn en al-Andalus. Una memoria singular y persistente, Granada, al-Baraka, 2004, p. 143).

111 Ibn Ḥayyān, Kitāb al-Muqtabis fi ta’rīḫ riğāl al-Andalus, M. `Alī Makkī (éd.), Beirut, 1973, p. 132, trad. Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 15.

112 A. M. Watson, Innovaciones en la agricultura en los primeros tiempos del mundo islámico: difusión de los distintos cultivos y técnicas agricolas, del año 700 al 1100, Granada, El Legado andalusí, 1998.

113 A. Malpica Cuello, « La sal del reino de Granada en el marco de las actividades salineras bajomedievales (siglos XIII-XV) », Le sel de la Baie, Histoire, archéologie, ethnologie des sels atlantiques, J.-Cl. Hocquet et J.-L. Sarrazin (éd.), Rennes, PUR, 2006, p. 305.

114 Boletín de Arqueología Medieval, 1986 (0), p. 37.

115 J. Heers, La ville au Moyen Âge en Occident, Paris, Fayard, 1990, p. 146.

Table des illustrations

Légende Figure 2. – Plan de Mağrīṭ selon J. Oliver Asín (1959).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99033/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Figure 3. – Plan de Mağrīṭ selon L. Caballero et al. (1983).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99033/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Figure 4. – Plan de Mağrīṭ selon F. J. Marín Perellón (1987).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99033/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Figure 5. – Plan de Mağrīṭ selon B. Pavón Maldonado (1984-1985).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99033/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende Figure 6. – Plans de Mağrīṭ selon F. Valdés Fernández (1990).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99033/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Figure 7. – Plans de Mağrīṭ selon M. Retuerce Velasco (I : 2000 et II : 2004).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99033/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Figure 8. – Plan de Mağrīṭ selon P. Mena Muñoz et al. (2003).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99033/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 242k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search