Version classiqueVersion mobile

Madrid

 | 
Christine Mazzoli-Guintard

Deuxième partie. Le temps de la croissance urbaine (Xe-XIe siècles)

Le temps de la croissance urbaine (Xe-XIe siècles)

Texte intégral

1Le temps des gouverneurs et d’une active vie intellectuelle succède à celui de la fondation : que savons-nous de cette période ? Les recueils biobibliographiques éclairent assez vivement la société urbaine, dont ils mettent en lumière un pan particulier de celle-ci, le monde des ulémas ; de temps à autre, surgissent quelques personnalités, un chef militaire, un pieux musulman venu faire le ribāṭ, qui contribuent à définir une société de frontière. Mais bien des aspects d’une société urbaine qu’on devine foisonnante et plurielle restent dans l’ombre : si le mobilier mis au jour par les fouilles laisse deviner la main du potier, les artisans, les commerçants, mais aussi les paysans qui peuplaient le Madrid de l’an Mil n’ont guère laissé de traces.

  • 1 Autour des vestiges de la muraille de Mağrīṭ découverts Cuesta de la Vega, un petit parc a été amé (...)

2Du paysage urbain qui formait leur horizon quotidien, quelques vestiges demeurent, dont les plus visibles sont les pans de courtine rythmés de tours faiblement saillantes, qui se trouvent dans le Parc de l’Émir Mohamed Ier, à quelques mètres de la cathédrale de la Almudena, en plein cœur de la ville1. Enfin, de l’épanouissement de la petite ville, seul l’état final se dessine aisément, celui d’une localité pourvue d’une enceinte et dotée, extra-muros, de noyaux d’habitat dispersés et ouverts, tandis que bien des modalités de l’expansion urbaine continuent à se dérober aux regards.

Notes

1 Autour des vestiges de la muraille de Mağrīṭ découverts Cuesta de la Vega, un petit parc a été aménagé, auquel a été donné le nom du fondateur de la ville. Propriété de la municipalité madrilène, ce parc est en accès libre ; il accueille, l’été, des spectacles en plein air. La presse se fait régulièrement l’écho de son mauvais état de conservation : « Madrid, de espaldas a su muralla. Los restos visitables del muro medieval se conservan descuidados o mal señalizados » titrait El País le 20/03/2006 (art. de L. Doncel et G. di Bella).

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search