Version classiqueVersion mobile

Madrid

 | 
Christine Mazzoli-Guintard

Première partie. Mythes et réalités d'une fondation

Chapitre III. Un homme : Muḥammad Ier (852-886/238-273)

Texte intégral

1Mağrīṭ entre dans l’histoire à partir de la seconde moitié du IXe siècle, lorsque l’émir de Cordoue en ordonne la fondation. C’est le chroniqueur al-Rāzī (888-955/275-344), né quelques années après la décision émirale, qui a fixé le souvenir de la naissance de Mağrīṭ ; il est ainsi compilé par Ibn Ḥayyān (987-1076/377-468) :

  • 1 Esteras del Ducado, auj. Esteras de Medinaceli, à 10 km au sud de Medinaceli : la forme ancienne d (...)
  • 2 Ibn Ḥayyān, Kitāb al-Muqtabis fī ta’rīḫ riğāl al-Andalus, M. `Alī Makkī (éd.), Beirut, 1973, p. 13 (...)

« À Muḥammad [Ier] et à ses années de règne, on doit de belles œuvres, de nombreux exploits, de grands triomphes et une préoccupation profonde pour le bien-être des musulmans : il prit soin de leurs frontières, dont il garda les brèches, consolidant leurs points les plus éloignés et subvenant à leurs nécessités. Ce fut lui qui ordonna la construction (bunyān) de la fortification (ḥiṣn) d’Esteras [del Ducado1], pour [garder] les récoltes de Medinaceli, qui se trouvait sur son flanc nord-ouest. Et ce fut lui qui, pour les habitants de la frontière de Tolède, construisit (banā) la fortification (ḥiṣn) de Talamanca, et la fortification (ḥiṣn) de Madrid et la fortification (ḥiṣn) de Peñafora (Binna Furāṭa).
Il demandait souvent des nouvelles des Marches et il s’occupait de ce qui s’y passait, y envoyant des gens de confiance pour vérifier que leur situation était bonne2. »

2Cette notice, la plus complète sur la naissance de Mağrīṭ, contient toutes les données disponibles sur la fondation, à savoir son auteur, l’émir omeyyade Muḥammad Ier, la nature de celle-ci, la construction (banā) d’une fortification (ḥiṣn), et la motivation d’une telle fondation, le bienêtre des habitants de la frontière de Tolède. Ce sont ces trois aspects de la fondation de Mağrīṭ qu’il convient désormais d’examiner, l’homme qui la fit, ce qu’il érigea et pour quelles raisons.

Un émir bâtisseur

  • 3 Sur cet aspect du personnage, voir les données rassemblées par J. A. Souto Lasala : « Obras constr (...)
  • 4 E. Manzano Moreno, Conquistadores, emires y califas, Los Omeyas y la formación de al-Andalus, Barc (...)
  • 5 Les sources arabes sur le personnage sont présentées dans É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne (...)

3Muḥammad Ier est un émir bâtisseur3 : parvenu au pouvoir dans sa trentième année, Muḥammad Ier dirige l’émirat pendant presque trente-quatre ans, entre le 23 septembre 852/4 rabī` II 238 et le 4 août 886/28 ṣafar 273 ; il a pour lui la durée et la maturité, qui peuvent avoir contribué à cette politique de construction qu’il mène en al-Andalus. Son règne est traditionnellement divisé en deux temps : la période de relative tranquillité qui suit son avènement s’achève au milieu des années 870, avec les premiers soubresauts de la fitna, marqués par l’extension géographique des rébellions et par les exigences grandissantes de leurs chefs4. Les chroniqueurs ont laissé de l’émir des portraits divergents5 : certains vantent ses qualités, qu’É. Lévi-Provençal avait résumées en « intelligence ouverte, perspicacité et hauteur de vues, franchise et haine du mensonge », d’autres mettent le doigt sur son avarice, visible dans le zèle pointilleux avec lequel il contrôle les comptes ou dans sa répugnance à couvrir de présents ses panégyristes.

  • 6 Ibid., p. 281-284 et p. 310-329 ; Ph. Sénac, Les Carolingiens et al-Andalus (VIIIe-IXe siècles), P (...)

4La politique extérieure de Muḥammad Ier tient en de paisibles relations entretenues tant avec l’imām rustamide de Ṭāhart qu’avec l’empereur Charles le Chauve, mais également en une recrudescence des activités belliqueuses dans la Péninsule : le souvenir de l’offensive normande de 857/245 est vite effacé par les campagnes fructueuses des années 863/249, 865/251, 866/252 et 867/253 contre Ordoño Ier et par trois expéditions de razzia contre le royaume vascon ; en revanche, la politique offensive d’Alphonse III se traduit par la conquête de Porto en 868/254, par d’infructueuses opérations de l’armée cordouane contre le Léon et par la destruction de la flotte émirale dans une tempête, en 879/2666.

  • 7 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. 1 : La conquête et l’émirat hispano-umaiyad (...)

5À l’intérieur, Muḥammad Ier se préoccupe de l’armée et de la marine, il contrôle de près tous les services de la chancellerie et il lutte contre les agitations qui troublent Tolède dès son avènement : lorsqu’il vient au pouvoir, les Tolédans emprisonnent leur gouverneur, qu’ils ne libèrent que contre la remise en liberté d’un certain nombre des leurs, retenus en otages à Cordoue ; les Tolédans s’enhardissent même jusqu’à Calatrava, évacuée par sa garnison omeyyade, obligeant l’émir, au cours de l’été 853/239, à réinvestir la place-forte7. Si l’émir réussit à mater l’attitude frondeuse des Tolédans en 858/244, il ne pourra faire face, à partir de 875, aux multiples agitations qui vont secouer son État et mettront un terme à sa politique de construction.

  • 8 Ibid, p. 284 et p. 311 ; J. A. Souto Lasala, « Obras constructivas en al-Andalus durante el emirat (...)

6Les travaux ordonnés par Muḥammad Ier concernent tous les domaines de la construction, religieux, civil et militaire : l’émir fait faire des travaux dans la grande-mosquée de Cordoue, achevant l’agrandissement en profondeur de l’édifice, décorant les faces latérales de celui-ci et y aménageant un espace réservé à son propre usage, une maqṣūra. Il fait construire une mosquée commémorative à Algeciras, à l’emplacement du camp normand ; il fait restaurer la grande-mosquée d’Elvira, il fait bâtir celle de Málaga, et il fait effectuer des travaux dans celles d’Écija, de Medina-Sidonia et de Saragosse8.

  • 9 J. A. Souto Lasala, « El emirato de Muḥammad I… », op. cit., p. 221.
  • 10 J. Oliver Asín lui attribue aussi les forteresses suivantes : Calatalifa, Olmos, Canales, Alfamín, (...)
  • 11 J. A. Souto Lasala, « Ensayo de estudio histórico-arqueológico del conjunto fortificado islámico d (...)
  • 12 J. A. Souto Lasala, « Un pasaje de al-`Uḏrī acerca de la [re] construcción de la muralla de Huesca (...)
  • 13 J. A. Souto Lasala, « Obras constructivas en al-Andalus durante el emirato de Muhammad I... », op. (...)
  • 14 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabis, t. III relatif aux années 888-912, trad. en espagnol de J. Guraieb, Cuade (...)

7L’émir Muḥammad Ier ordonne la réalisation de travaux dans l’Alcázar cordouan et dans les munya/s de la capitale9 ; il fait construire ou consolider des fortifications de la Marche moyenne, Esteras, Talamanca, Madrid, Peñafora, Calatrava et Jándula10, il intervient aussi dans des fortifications de la Marche supérieure, Calatayud11 et Huesca12, ainsi que dans des structures fortifiées situées dans des régions méridionales, Úbeda et les forteresses de la cora de Jaén, les fortifications des coras de Rayya et d’Algeciras13. Cette dernière localité « fut ceinte d’une muraille et fortifiée par l’émir Muḥammad Ier », selon Ibn Ḥayyān14.

  • 15 J. A. Souto Lasala, « Un pasaje de al-` Uḏrī acerca de la [re]construcción de la muralla de Huesca (...)
  • 16 Ibn Ḥayyān, Kitāb al-Muqtabis fi ta’rīḫ riğāl al-Andalus, op. cit., trad. en espagnol Ma J. Viguer (...)

8Pour les constructions menées à bien dans les Marches, le gouverneur dirige les travaux au nom du ṣāḥib al-abniya : selon al-`Uḏrī (1002-1086/392-479), `Amrūs, gouverneur de l’émir Muḥammad, fait des travaux dans la muraille de Huesca15. Muḥammad Ier délègue ainsi l’autorité du chef des constructions au gouverneur ; il conserve pour lui ce pouvoir, selon toute vraisemblance, en l’absence de gouverneur, là où personne ne peut faire exécuter ses ordres : Ibn Ḥayyān rapporte, d’après al-Rāzī, que l’émir construisit la forteresse de Talamanca, celle de Madrid et celle de Peñafora16 ; l’émir fait fortifier des localités qu’il dote ensuite d’un gouverneur.

  • 17 J. A. Souto Lasala, « Obras constructivas en al-Andalus durante el emirato de Muhammad I… », op. c (...)
  • 18 J. A. Souto Lasala, « El emirato de Muḥammad I… », op. cit., p. 213.

9Les chroniqueurs laissent souvent dans le flou la chronologie de ces travaux, ainsi que leur nature exacte : la consolidation des forteresses des coras de Rayya et d’Algeciras consiste vraisemblablement à installer dans ces fortifications des troupes fidèles à l’émir, susceptibles de mener des opérations de razzia en son nom17. À Calatrava, en revanche, le repeuplement de la localité va de pair avec l’érection d’une muraille18.

  • 19 J. Oliver Asín, « Nuevos apuntes en torno a “Madrid” y al distrito de “Guadalajara” », op. cit., p (...)
  • 20 J. A. Souto Lasala, « Un pasaje de al-` Uḏrī acerca de la [re]construcción de la muralla de Huesca (...)

10Les éléments pouvant être situés avec précision dans le temps indiquent que les véritables travaux de construction ou de consolidation se font avant le début de la fitna, en 875-876, avec une progressive décroissance dans le temps : en 853-854, sont effectués les travaux de fortification de Calatrava et d’Úbeda ; en 855-856, sont réalisés les embellissements de la grande-mosquée de Cordoue ; en 856-857, la grande-mosquée de Saragosse est agrandie ; en 862-863, Calatayud est fortifiée ; en 864-865, sont achevés les travaux dans la maqṣūra de la grande-mosquée de Cordoue et sont menées à bien de nombreuses constructions dans l’Alcázar et dans les munya/s cordouanes ; en 870-871, a lieu la restauration du minaret de la grande-mosquée de Tolède et l’agrandissement de l’édifice aux dépens de l’église voisine. À cette date, Madrid existe déjà, sans qu’il soit possible d’en préciser l’année de fondation19. En 874-875, sur la muraille de Huesca sont effectués des travaux de construction ou de consolidation20.

  • 21 J. A. Souto Lasala, « Obras constructivas en al-Andalus durante el emirato de Muhammad I… », op. c (...)

11Quant aux derniers ouvrages datés, la consolidation des fortifications des coras de Rayya et d’Algeciras, en 879-880, il s’agit vraisemblablement de l’implantation de troupes fidèles à Cordoue dans une région passée à la dissidence derrière `Umar Ḥafṣūn21 : cette année-là, le fils de l’émir Muḥammad, `Abd Allāh, partit en campagne contre les coras de Rayya et d’Algeciras ; il soumit le pays des rebelles et reconstruisit (ibtanā) contre eux les forteresses (al-ḥuṣūn), y installant des personnes soumises pour qu’elles se chargent d’opérations de razzia.

  • 22 Chr. Picard, « La fondation de Badajoz par Abd al-Rahman ibn Yunus al-Jilliki (fin IXe siècle) », (...)
  • 23 Sur l’activité de cette famille de rebelles, cf. Ma J. Viguera Molins, Aragón musulmán, Zaragoza, (...)
  • 24 Sur ceux-ci, les informations les plus complètes figurent dans É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Es (...)

12Autrement dit, à une première et longue décennie riche de constructions orchestrées par l’émir, les années 853-865, succède une période où les constructions se raréfient et pour lesquelles Muḥammad Ier finit même parfois par ne plus jouer le rôle du décideur : à Tolède, en 870-871, ce sont les habitants qui ont l’initiative des travaux, demandant l’autorisation émirale de reconstruire leur minaret et d’agrandir leur grande-mosquée ; l’émir n’intervient que pour autoriser les travaux prévus par les Tolédans. En 874-875, dans la Marche inférieure, le rebelle Ibn Marwān obtient de l’émir non seulement l’amān, mais aussi de pouvoir faire des travaux dans la localité de Badajoz22. Les Banā Qasī, rebelles de la Marche supérieure, font fortifier Lérida, en 883-884, puis Balaguer, en 89723. Les marins de Pechina, à la tête d’un petit État indépendant, protègent leur localité, en 884-88524. Ces situations mettent en scène des autorités locales qui, en pleine fitna, se sont arrogé le pouvoir de fortifier.

13Les deux périodes du règne de Muḥammad Ier, en matière de construction, peuvent bien entendu être mises en relation avec les troubles qui agitent les provinces, les travaux cessant lorsque les provinces échappent au contrôle de Cordoue : les travaux de Huesca apparaissent alors comme les tout derniers menés, avant le début de la fitna. Au-delà, ces deux périodes du règne doivent être situées dans le contexte économique, en particulier fiscal et monétaire, de l’émirat.

  • 25 Ibid., p. 285.
  • 26 E. Manzano Moreno, Conquistadores, emires y califas, op. cit., p. 342-343.

14Les deux disettes qui marquent l’époque de Muḥammad Ier, celle des années 865-868/251-255 et celle de 873-874/260, ne sont sans doute pas étrangères au manque de ressources, perceptible dès les premières années du règne, les impôts parvenant incomplets des provinces : la disette de 873-874 provoque épidémie et surmortalité, à un point tel que l’émir doit renoncer à lever l’impôt sur les récoltes25. Par ailleurs, Muḥammad Ier est parfois présenté comme un souverain peu populaire, dont le trait dominant est l’avarice, qui diminue les soldes de l’armée et qui met fin aux exemptions de tributs, selon des sources latines certes peu favorables au souverain. Les sources arabes n’hésitent pas non plus à évoquer la corruption des agents de l’émir en province : l’émir s’est entouré de jeunes surnommés al-munāṣifīn (ceux du milieu), car ils se répartissent la moitié de ce qu’ils perçoivent26.

  • 27 La réforme monétaire de 864 vise à sauver les pièces en circulation, en empêchant qu’elles soient (...)

15L’époque de Muḥammad Ier est aussi celle d’une diminution des émissions monétaires, qui commence peu après l’accession au trône : patente dès 856-857, la réduction de la frappe de dirhams connaît un léger redressement, puis une tendance à la baisse à partir de 864, qui s’accentue à partir de 875-876, lorsque débutent les révoltes généralisées en al-Andalus27. Le temps de l’émir bâtisseur correspond ainsi à la période où la frappe des dirhams se maintient ; 864 semble bien marquer un tournant : la plupart des travaux du règne se font jusqu’à cette date, les derniers, effectués à Cordoue dans la mosquée des Omeyyades et dans les bâtiments palatins, Alcázar et munya/s, coïncidant avec le début d’une phase de diminution des émissions monétaires. Dans les dix années qui suivent, les ouvrages se font moins nombreux et l’émir y joue un rôle parfois très secondaire ; à partir de 875, la fitna met fin au temps des constructions. Le temps de l’émir bâtisseur s’étend donc essentiellement sur les années 852-864 et il consiste, pour beaucoup, à mettre en place de multiples ouvrages de fortification, dont il faut désormais examiner la nature.

Protéger la frontière

  • 28 J. A. Souto Lasala et Ma J. Viguera Molins, « Aportación al estudio de una madîna andalusí de fron (...)
  • 29 Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 33.
  • 30 C. Segura Graiño, « El origen islámico de Madrid y las relaciones con los reinos cristianos », Tes (...)

16Émir bâtisseur, Muḥammad Ier attache son nom à des constructions militaires, forteresse (qal`a) de Calatayud, muraille (sūr) de Huesca ou réduit fortifié (ḥiṣn) de Madrid. La teneur des travaux réalisés dans cette dernière se trouve dans le verbe banā, qui signifie littéralement construire, édifier, élever, fonder, mais dont l’analyse dans son contexte sémantique conduit à voir, le plus souvent, le fait de reconstruire, de faire des travaux, d’employer des maçons28. L’émir construit (banā) Mağrīṭ veut donc dire que l’émir fortifie la localité tant par la mise en place de courtines et de tours que par l’établissement d’un gouverneur, représentant du pouvoir central : la notion de construction, de fondation, sous-jacente dans banā ne doit, en aucun cas, être comprise comme la mise en place ex-nihilo d’un nouvel habitat29. L’archéologie a d’ailleurs mis au jour des vestiges d’un habitat islamique, antérieur à la fortification, dans la zone de l’Arroyo de San Pedro, vestiges à mettre en relation avec les structures hydrauliques dites ensuite El Pozacho30.

  • 31 C. Barceló, « Las inscripciones omeyas de la alcazaba de Mérida », Arqueología y Territorio Mediev (...)

17Quant au contenu même des travaux ordonnés par l’émir, ḥiṣn recouvre sans conteste l’idée d’une fortification ; le plus bel exemple d’un ḥiṣn édifié au IXe siècle par le pouvoir cordouan reste celui de Mérida, car son inscription de fondation est conservée, car ses hautes murailles de pierre de taille se dressent toujours au bord du Guadiana31. Faut-il deviner, derrière les vestiges de remparts mis au jour à Madrid, Cuesta de la Vega, une construction de même ampleur ? Le plan, quadrilatère régulier à Mérida, quadrilatère déformé à Madrid, peut y inciter, tous comme les tours, massives, quadrangulaires et saillantes, qui rythment les deux courtines.

  • 32 Cette hypothèse est défendue, entre autres, par J. Oliver Asín et M. `A. Makkī : Ma J. Viguera Mol (...)
  • 33 Sur cette bataille : C. de Ayala Martínez, « El emirato omeya », Historia de España de la Edad Med (...)
  • 34 Hypothèse défendue, entre autres, par J. Vallvé Bermejo (« La frontera de Toledo en el siglo X », (...)

18Il reste, enfin, à rappeler ce qui a pu motiver l’action de l’émir : dans les années 1950-1960, les historiens ont vu dans la « fondation » madrilène la volonté de protéger la frontière septentrionale face aux chrétiens et à l’attitude offensive du roi d’Oviedo Ordoño Ier (850-866)32. N’oublions pas que celui-ci appuie, en 854, une révolte de muwalladūn dans le sud de la Mancha : cette révolte, qui entraîne l’évacuation provisoire de Calatrava, provoque une expédition de l’armée émirale auprès d’Orgaz et du Guadacelete ; les Tolédans, appuyés par des forces chrétiennes dirigées par le comte Gatón du Bierzo, frère du roi Ordoño, y affrontent les contingents venus de Cordoue. Victorieux, l’émir aurait alors fortifié la frontière pour éviter une nouvelle intervention des Asturiens33. Dans les années 1980, la mise en place d’une fortification à Madrid est interprétée comme la volonté de Cordoue de renforcer son autorité dans une région en proie à d’incessantes révoltes ; la « fondation » de Mağrīṭ a pour but d’implanter solidement l’autorité omeyyade face aux rébellions tolédanes : les fortifications mises en place par l’émir Muḥammad encerclent, au nord comme au sud, la ville de Tolède, la perpétuelle insoumise, et dessinent ainsi une véritable frontière intérieure34.

  • 35 J. L. Bermejo Crespo et K. Muñoz López-Astilleros, « Poblamiento y frontera en los Valles del Jara (...)
  • 36 C. Segura Graiño, « El origen islámico de Madrid y las relaciones con los reinos cristianos », op. (...)

19Ces deux hypothèses, être un élément d’une Marche face aux Asturiens ou appartenir à un dispositif d’une frontière intérieure face aux Tolédans, font naître Madrid de la volonté émirale ; J. L. Bermejo et K. Muñoz y ajoutent une troisième hypothèse, selon laquelle Madrid serait le résultat de l’intervention des Banū Sālim dans la défense de la région35 : l’incapacité de l’émirat à contrôler effectivement les Marches oblige les Berbères à réorganiser leur territoire pour le protéger des attaques de l’insoumise Tolède, mais aussi des agressions des puissants groupes tribaux voisins, les Banā Qasī au nord, les Banū Ḏī l-Nūn à l’est. L’origine de Medinaceli et celle de Guadalajara sont donc intimement liées aux Banū, tout comme les fondations de Talamanca, de Peñafora et de Madrid, même si ces trois dernières sont présentées par les chroniques, récits officiels des faits et gestes du prince, comme étant fondées par le pouvoir central : ces fondations sont l’œuvre de Berbères qui peuvent d’ailleurs agir en délégués de l’émir de Cordoue Muḥammad Ier, dont ils demeurent de fidèles alliés. Dernière hypothèse, enfin, quant à la naissance de Madrid, celle développée par C. Segura : s’appuyant sur le Muqtabis III d’Ibn Ḥayyān, elle voit dans Madrid l’œuvre d’un rebelle qui renforce ainsi l’insoumission de la région, jusqu’à ce que `Abd al-Raḥmān III obtienne que cette place-forte entre dans son obédience. L’Omeyyade aurait alors remis la forteresse à un frère du fondateur et il l’aurait dotée de la catégorie de madīna, en récompense de sa soumission36.

20Revenons un instant au texte arabe le plus précis quant à la fondation madrilène, celui d’al-Rāzī, transmis par Ibn Ḥayyān ; un élément semble avoir été un peu gommé dans les analyses précédentes, celui d’une construction faite, dans le cas du ḥiṣn d’Esteras, « pour [garder] les récoltes de Medinaceli ». Or, c’est dans ce contexte que sont présentées les constructions suivantes :

« Et ce fut lui [Muḥammad Ier] qui, pour les habitants de la frontière de Tolède, construisit (banā) la fortification (ḥiṣn) de Talamanca, et la fortification (ḥiṣn) de Madrid et la fortification (ḥiṣn) de Peñafora (Binna Furāṭa). »

  • 37 S. Amin, Sobre el desarrollo desigual de las formaciones sociales, Barcelona, Anagrama, 1974.
  • 38 M. Castro Priego, « Una nueva aproximación a las emisiones del Emirato Independiente… », op. cit.,(...)
  • 39 Ibid., p. 177.

21Ces récoltes représentent, selon toute vraisemblance, les impôts perçus sur les communautés rurales de la région de Medinaceli ; dans un système défini comme tributaire37, l’État accapare la rente paysanne, la bureaucratie omeyyade ne pouvant exister que si elle capture les excédents des paysans, excédents convertis en monnaie38. Et c’est précisément lorsque le contrôle de l’armée sur la collecte des impôts disparaît, au milieu du IXe siècle, que se met en place une réorganisation du territoire, avec la construction de nouveaux centres qui servent, dans le cadre d’une politique centralisatrice, à établir l’administration39.

  • 40 Ibid., p. 173.
  • 41 Voir, ci-dessus, l’épisode relatif à la reconstruction du minaret de Tolède, avec les excédents de (...)

22Les fortifications établies dans la Marche moyenne, à Esteras, à Talamanca, à Madrid, à Peñafora, au temps de Muḥammad Ier ne peuvent-elles être envisagées dans le cadre d’une tentative pour augmenter la pression fiscale sur des formations protofeudales et sur des populations récemment converties40 ? À une époque où le processus de conversion à l’islam est bien entamé, une possibilité pour renforcer la fiscalité est de mieux contrôler, pour mieux les imposer, les Marches. La fondation de Madrid ne peut-elle être fondamentalement motivée par la nécessité de bien implanter l’administration omeyyade dans la Marche moyenne ? Créée ni pour lutter contre les chrétiens, ni pour lutter contre Tolède, Madrid serait née « pour les habitants de la frontière de Tolède », c’est-à-dire pour abriter une administration capable d’assurer les rentrées fiscales indispensables au gouverneur, lui permettant de faire exécuter, dans sa région, les travaux nécessaires, avant d’envoyer l’excédent des ressources à Cordoue41. Dans l’hypothèse d’une origine berbère, liée aux Banū Sālim et à la nécessaire protection de leur territoire, la fondation madrilène serait récupérée à son profit par un pouvoir omeyyade qui cherche à s’implanter dans les régions périphériques de son État pour augmenter ses rentrées fiscales.

23L’implantation de l’État omeyyade convertit dès lors Madrid en

  • 42 Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 35.

« foyer d’arabisation et d’islamisation, comme le montrent les biographies de saints et de savants qui, à partir de la fin du IXe siècle, contribuèrent de manière si forte à l’homogénéisation de la population andalusí, au travers des processus d’arabisation et d’islamisation. Ceux-ci se produisirent non parce que les Arabes et les Berbères musulmans se retrouvèrent en position dominante, mais parce que l’État est intervenu, comme dans le cas du Madrid islamique42 ».

Notes

1 Esteras del Ducado, auj. Esteras de Medinaceli, à 10 km au sud de Medinaceli : la forme ancienne du toponyme est attestée, par exemple, dans S. de Miñano, Diccionario geográfico-estadístico de España y Portugal, Madrid, Pierart-Peralta, 1826, t. 1, p. 347.

2 Ibn Ḥayyān, Kitāb al-Muqtabis fī ta’rīḫ riğāl al-Andalus, M. `Alī Makkī (éd.), Beirut, 1973, p. 132, trad. en espagnol Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », Actas III Jarique de Numismática hispano-árabe (Madrid, dic. 1990), Madrid, Museo Arqueológico Nacional, 1992, p. 15.

3 Sur cet aspect du personnage, voir les données rassemblées par J. A. Souto Lasala : « Obras constructivas en al-Andalus durante el emirato de Muhammad I según el volumen II del Muqtabis de Ibn Hayyan », 1° Congresso de Arqueologia Peninsular (Porto, 12-18 outobro 1993), Actas dos Trabalhos de Antropologia e Etnologia, 1994 (34), p. 351-360 ; « Obras constructivas en al-Andalus durante el emirato de Muhammad I según el Bayan al-Mugrib », Arqueologia Medieval, 1994 (3), p. 27-31 ; « El emirato de Muḥammad I en el Bayān al-Mugrib de Ibn `Iḏārī », Anaquel de Estudios Árabes, 1995 (6), p. 209-247 ; « Building (in) umayyad al-Andalus : remarks in the light of certain written sources », Al-Masāq, Islam and the Medieval Mediterranean, 1999 (11), p. 27-39.

4 E. Manzano Moreno, Conquistadores, emires y califas, Los Omeyas y la formación de al-Andalus, Barcelona, Crítica, 2006, p. 341-354.

5 Les sources arabes sur le personnage sont présentées dans É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. 1 : La conquête et l’émirat hispano-umaiyade (710-912), Paris-Leiden, Maisonneuve et Cie-Brill, 1950, p. 279, note 1.

6 Ibid., p. 281-284 et p. 310-329 ; Ph. Sénac, Les Carolingiens et al-Andalus (VIIIe-IXe siècles), Paris, Maisonneuve & Larose, 2002.

7 É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. 1 : La conquête et l’émirat hispano-umaiyade (710-912), op. cit., p. 285-295.

8 Ibid, p. 284 et p. 311 ; J. A. Souto Lasala, « Obras constructivas en al-Andalus durante el emirato de Muḥammad I… », op. cit. et « El emirato de Muḥammad I… », op. cit.

9 J. A. Souto Lasala, « El emirato de Muḥammad I… », op. cit., p. 221.

10 J. Oliver Asín lui attribue aussi les forteresses suivantes : Calatalifa, Olmos, Canales, Alfamín, Escalona, Huecas (« Nuevos apuntes en torno a “Madrid” y al distrito de “Guadalajara” », Conferencias y apuntes inéditos, D. Oliver [éd.], Madrid, Agencia española de cooperación internacional, 1996, p. 213-214).

11 J. A. Souto Lasala, « Ensayo de estudio histórico-arqueológico del conjunto fortificado islámico de Calatayud (Zaragoza) : objetivos, metodología y primeros resultados », Anaquel de Estudios Arabes, 1990 (1), p. 187-201 et El conjunto fortificado islámico de Calatayud, Zaragoza, Instituto de Estudios Islámicos y del Oriente Próximo, 2005, p. 31-42.

12 J. A. Souto Lasala, « Un pasaje de al-`Uḏrī acerca de la [re] construcción de la muralla de Huesca en el año 261/874-875 : observaciones y precisiones », Actas XVI Congreso UEAI, C. Vázquez de Benito et M. A. Manzano Rodríguez (éd.), Salamanca, 1995, p. 499-507.

13 J. A. Souto Lasala, « Obras constructivas en al-Andalus durante el emirato de Muhammad I... », op. cit., p. 356-359.

14 Ibn Ḥayyān, Al-Muqtabis, t. III relatif aux années 888-912, trad. en espagnol de J. Guraieb, Cuadernos de Historia de España, 1954 (XXI-XXII), p. 338.

15 J. A. Souto Lasala, « Un pasaje de al-` Uḏrī acerca de la [re]construcción de la muralla de Huesca… », op. cit., p. 503.

16 Ibn Ḥayyān, Kitāb al-Muqtabis fi ta’rīḫ riğāl al-Andalus, op. cit., trad. en espagnol Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 15.

17 J. A. Souto Lasala, « Obras constructivas en al-Andalus durante el emirato de Muhammad I… », op. cit., p. 359.

18 J. A. Souto Lasala, « El emirato de Muḥammad I… », op. cit., p. 213.

19 J. Oliver Asín, « Nuevos apuntes en torno a “Madrid” y al distrito de “Guadalajara” », op. cit., p. 209.

20 J. A. Souto Lasala, « Un pasaje de al-` Uḏrī acerca de la [re]construcción de la muralla de Huesca… », op. cit.

21 J. A. Souto Lasala, « Obras constructivas en al-Andalus durante el emirato de Muhammad I… », op. cit., p. 359.

22 Chr. Picard, « La fondation de Badajoz par Abd al-Rahman ibn Yunus al-Jilliki (fin IXe siècle) », Revue des Études Islamiques, 1981 (XLIX-2), p. 215-229.

23 Sur l’activité de cette famille de rebelles, cf. Ma J. Viguera Molins, Aragón musulmán, Zaragoza, Mira Editores, 1988, 2e éd., p. 97-112.

24 Sur ceux-ci, les informations les plus complètes figurent dans É. Lévi-Provençal, Histoire de l’Espagne musulmane, t. 1 : La conquête et l’émirat hispano-umaiyade (710-912), op. cit., p. 348-356.

25 Ibid., p. 285.

26 E. Manzano Moreno, Conquistadores, emires y califas, op. cit., p. 342-343.

27 La réforme monétaire de 864 vise à sauver les pièces en circulation, en empêchant qu’elles soient rognées : M. Castro Priego, « Una nueva aproximación a las emisiones del Emirato Independiente (138-316 H./755 (6)-928 d.C.), y a su alcance social », Arqueología y Territorio Medieval, 2000 (7), p. 173 ; E. Manzano Moreno, Conquistadores, emires y califas, op. cit., p. 342.

28 J. A. Souto Lasala et Ma J. Viguera Molins, « Aportación al estudio de una madîna andalusí de frontera : Tudela », Frontière et espaces pyrénéens au Moyen Âge (Ph. Sénac dir.), Perpignan, Université de Perpignan, 1992, p. 102-103 ; Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 32-33.

29 Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 33.

30 C. Segura Graiño, « El origen islámico de Madrid y las relaciones con los reinos cristianos », Testimonios del Madrid medieval : el Madrid musulmán, A. Turina Gómez, S. Quero Castro et A. Pérez Navarro (éd.), Madrid, Museo de San Isidro, 2004, p. 26.

31 C. Barceló, « Las inscripciones omeyas de la alcazaba de Mérida », Arqueología y Territorio Medieval, 2004 (11-1), p. 59-78 ; S. Feijoo et M. Alba Calzado, « Nueva lectura arqueológica del Aljibe y la Alcazaba de Mérida », Al-Ândalus, Espaço de mudança, Balanço de 25 anos de história e arqueologia medievais (Mértola, 16-18 maio 2005), Mértola, Campo Arqueológico de Mértola, 2006, p. 161-170.

32 Cette hypothèse est défendue, entre autres, par J. Oliver Asín et M. `A. Makkī : Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 34.

33 Sur cette bataille : C. de Ayala Martínez, « El emirato omeya », Historia de España de la Edad Media, V. Á. Álvarez Palenzuela (coord.), Barcelona, Ariel, 2002, p. 91 ; J. Oliver Asín, « Nuevos apuntes en torno a “Madrid” y al distrito de “Guadalajara” », op. cit., p. 211 ; C. Segura Graiño, « El origen islámico de Madrid y las relaciones con los reinos cristianos », op. cit., p. 28.

34 Hypothèse défendue, entre autres, par J. Vallvé Bermejo (« La frontera de Toledo en el siglo X », Simposio Toledo hispanoárabe [6-8 mayo 1982], Toledo, Colegio Universitario, Toledo, 1986, p. 90), E. Manzano Moreno (« Madrid en la frontera omeya de Toledo », Madrid del siglo IX al XI, Madrid, Comunidad de Madrid, Dirección General de Patrimonio Cultural, 1990, p. 127), F. Valdés Fernández (« El Madrid islámico. Notas para una discusión arqueológica », Maŷrīṭ, Estudios de arqueología medieval madrileña, F. Valdés Fernández [éd.], Madrid, Polifemo, 1992, p. 145) et Ma J. Viguera Molins (« Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 34).

35 J. L. Bermejo Crespo et K. Muñoz López-Astilleros, « Poblamiento y frontera en los Valles del Jarama y Henares en época islámica », II Congreso de Arqueología Peninsular (Zamora, 24-27 sept. 1996), t. IV : Arqueología Romana y Medieval, R. de Balbín Behrmann et P. Bueno Ramírez (éd.), Alcalá, 1999, p. 557.

36 C. Segura Graiño, « El origen islámico de Madrid y las relaciones con los reinos cristianos », op. cit., p. 30 : « Uno de [los mozárabes toledanos], Mundhir ibn Huray ibn Habil fue el promotor de la construcción del alcázar, no para integrarle en una línea defensiva, sino, por el contrario, para reforzar la insumisión de la zona frente a Córdoba […] Abdalrraman III pactó la entrega con un hermano del fundador. »

37 S. Amin, Sobre el desarrollo desigual de las formaciones sociales, Barcelona, Anagrama, 1974.

38 M. Castro Priego, « Una nueva aproximación a las emisiones del Emirato Independiente… », op. cit., p. 178.

39 Ibid., p. 177.

40 Ibid., p. 173.

41 Voir, ci-dessus, l’épisode relatif à la reconstruction du minaret de Tolède, avec les excédents de l’impôt.

42 Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 35.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search