Version classiqueVersion mobile

Madrid

 | 
Christine Mazzoli-Guintard

Première partie. Mythes et réalités d'une fondation

Chapitre II. Un nom et des étymologies : Mağrīṭ

Texte intégral

Les formes arabes et latines du toponyme

1Les origines de Madrid sont à chercher dans une petite ville de l’Islam médiéval, Mağrīṭ, dont le nom a revêtu des formes multiples, reflet des mutations qui mènent progressivement le toponyme jusqu’à sa forme actuelle. Ces formes multiples, particulièrement présentes dans les sources latines, sont en revanche très discrètes dans les sources arabes : des quatre formes arabes attestées, Mağrīṭ, Maḫrīṭ, Maḥrīṭ et Mašrīṭ, Mağrīṭ est, de très loin, la plus fréquente et la plus ancienne ; les formes Maḫrīṭ et Maḥrīṭ, aux occurrences rarissimes et tardives, ne sont vraisemblablement que le résultat de la confusion facile, pour un copiste, entre trois lettres que seul un point diacritique sépare, ğim, ḥā et ḫā’.

  • 1 Ibn Hayyān, Kitāb al-muqtabis fi ta’rīḫ riğal al-Andalus, t. II, M. `Alī Makkī (éd.), Beirut, 1973 (...)
  • 2 Al-Idrīsī, Opus geographicum, fasc. 5, E. Cerulli, F. Gabrielli, G. Levi della Vida, L. Petech, G. (...)
  • 3 Yāqūt Mu`ğam, al-buldān, éd. Le Caire, 1906, VII, p. 288-289 et p. 394 ; trad. G. `Abd al-Karīm, « (...)
  • 4 Sur ces personnages, J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, Madrid, CSIC, 1959, p. 245-246 et (...)
  • 5 `Abd al-Wāḥid al-Marrākušī, Al-Mu`ğib fi talḫīṣ aḫbār al-Maġrib, M. S. al-`Aryān et M. al-`A. al-` (...)

2La forme Mağrīṭ figure chez Ibn Ḥayyān (987-1076/377-469), habile compilateur de notices antérieures à son temps, qui emprunte ainsi au chroniqueur al-Rāzī (888-955/275-344) un passage relatif aux œuvres accomplies par l’émir Muḥammad Ier ; parmi celles-ci, la construction de Mağrīṭ1. La forme Maḫrīṭ est conservée, de manière isolée, dans le Kitāb Ruğār d’al-Idrīsī (m. v. 1164-65/560) ; l’édition critique de l’ouvre, menée à partir des six manuscrits complets qui nous sont parvenus, signale la présence de la forme Maḫrīṭ dans l’un de ceux-ci2. L’Oriental Yāqūt (1179-1229/574-626) consacre une entrée de son dictionnaire à Mağrīṭ et une autre à Maḥrīṭ3 : sous Mağrīṭ, village (balda) d’al-Andalus, il place le nom d’un célèbre uléma cordouan originaire de Madrid, Abū Naṣr Hārūn al-Qaysī (m. 1011/402) ; sous Maḥrīṭ, ville (madīna) de Guadalajara, construite par l’émir Muḥammad Ier, il indique le nom d’un uléma de Madrid qui étudie à Tolède et Guadalajara, Ibn Sālim (m. 986), dont il oublie la nisba al- Mağrīṭī, qu’il remplace par al-Ṯaġrī4. Quant à Mašrīṭ, la forme n’apparaît que chez `Abd al-Wāḥid al-Marrākušī (1185-1228/581-625), chroniqueur né à Marrakech, qui vit un temps à Séville dans l’entourage du gouverneur almohade ; énumérant les villes de la Péninsule, il cite Mašrīṭ entre Maqueda et Huete5.

  • 6 R. Menéndez Pidal évoque la « desconcertante abundancia » des formes médiévales de Madrid : R. Men (...)
  • 7 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 173-190.
  • 8 Matrit n’apparaît que sous la forme du gentilice, Matritensis, dans un document de 1236 (ibid., p. (...)
  • 9 in civitatem quae dicitur Magerit, ibid., p. 175, à partir de E. Flórez, España Sagrada.

3Quant aux formes latines et romanes du toponyme, leur nombre si élevé a parfois déconcerté l’historien6 ; en voici la liste alphabétique, établie à partir du recensement de J. Oliver Asín7 : Macherito, Madrid, Madride, Madrit, Magderit, Mageriacum, Magerid, Magerit, Magirit, Maiadrit, Maiarid, Maidrit, Maiedrid, Maiedrit, Maierit, Maiorico, Maioritum, Majoritum, Mayadrid, Mayadrit, Maydrid, Maydrit, Maydrith, Mayedrit, [Matrit8], Mongerid. Les formes latines du toponyme apparaissent avant la conquête de la ville par les chrétiens dans le dernier quart du XIe siècle ; ainsi, dès le début de ce siècle, la Chronique de Sampiro rappelle qu’il existe une ville appelée Magerit9.

  • 10 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 174-179 : g et i servent à transcrire ğ e (...)
  • 11 Ibid., p. 179-183 donne le nombre d’occurrences des termes dans le Fuero de Madrid (v. 1202) : Mad (...)

4J. Oliver Asín a classé les formes précédentes en quatre catégories : la première regroupe toutes celles qui sont de simples reproductions de l’arabe Mağrīṭ, comme Magerit ou Maierit ; ces formes, les plus anciennes, se perpétuent au moins jusqu’aux années 125010. La deuxième catégorie est formée des termes qui sont le reflet de la forme dite mozarabe du toponyme, Madrit, Madrid et Matritensis, ce dernier étant le gentilice d’un Matrit supposé : ces mots dériveraient des primitifs et perdus Madriz et Matrīğ ; les formes Madrit et Madrid apparaissent dans le dernier quart du XIIe siècle. Au début du siècle suivant, dans le Fuero de la ville, Madrid, qui rassemble de très loin le plus grand nombre d’occurrences, a déjà gagné la partie11.

  • 12 Ibid., p. 183-186.
  • 13 Une forme Maidrit est attestée dans un diplôme de 1118 par F. Fita ; cette date est discutable pou (...)

5Dans la troisième catégorie, se trouvent des formes hybrides des deux premières, Magderit, Maydrit, Maiedrid, Mayadrit et leurs variantes Mayedrit, Maiedrit, etc.12 : la différence importante d’un point de vue phonétique entre les deux premières formes, Magerit et Madrid, se trouve dans la consonne placée au milieu du mot, ğ d’un côté, d de l’autre ; le croisement des deux termes donne une forme qui conserve les deux consonnes, l’introduction de ğ dans Madrit amenant ainsi Magderit, celle de d dans Maierit, Maiedrit. Les formes hybrides apparaissent au milieu du XIIe siècle, voire dès le premier quart de ce siècle, et elles se rencontrent encore au début du XIVe siècle13.

  • 14 Ibid., p. 186-190.

6Enfin, la quatrième catégorie regroupe les formes bâtardes, fruits de l’invention des lettrés, qui veulent latiniser le nom de Madrid : elles ne peuvent être rattachées ni à Mağrīṭ ni à Madrid, comme Maioritum ou Mageriacum, et elles apparaissent dans les années 122014. Cette classification des formes latines et romanes de Madrid, aujourd’hui contestée, a été établie pour répondre à un questionnement omniprésent dans l’historiographie madrilène, celui de l’origine du toponyme.

Les variantes étymologiques

7À ce questionnement, né au Moyen Âge, ont été apportées des réponses presque aussi diverses que les formes du nom ; intéressantes en elles-mêmes, elles permettent aussi de suivre les fluctuations de la place accordée à al-Andalus dans l’histoire de l’Espagne : du XIIIe siècle au premier XVIe siècle, l’étymologie de Madrid a été considérée comme latine ; de la seconde moitié du XVIe siècle jusqu’au XVIIIe siècle, les érudits donnent au terme une origine arabe. Le courant historiographique dominant au XIXe siècle pousse tout naturellement à revenir à une origine antique, tandis que, dans la première moitié du XXe siècle, aux côtés des étymologies grecque, latine et arabe, apparaissent de nouvelles origines pour Madrid, celtique, germanique ou punique.

  • 15 Ibid. ; J. Coromines, «Etimología de Madrid», Revista de Filología Española, 1960 (XLIII), p. 447- (...)
  • 16 F. Corriente, «El nombre de Madrid», Madrid del siglo IX al XI, Madrid, 1990, Comunidad de Madrid, (...)

8Au tournant des années 1950-1960, si la recherche s’accorde autour du terme à l’origine de Madrid, le bas-latin matrīce, deux hypothèses sont posées autour du passage de Matrice à Mağrīṭ, l’une par J. Oliver Asín, l’autre par J. Coromines15. Trente ans après, F. Corriente tranche en faveur de l’hypothèse Coromines, suivi en cela par M. Marín16.

  • 17 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 213 et p. 188-189.

9L’étymologie latine donne pour origine à Madrid le terme maior, sur lequel est formé Maioritum ; née dans les milieux ecclésiastiques romains au début du XIIIe siècle, elle apparaît comme la réponse de l’Occident face au nom étrange d’une ville qui fait désormais partie de la chrétienté, mais 35 dont la forme étymologique latine primitive a été perdue17. À une époque où l’Église préfère les toponymes romains aux toponymes arabes, écrivant Bílbilis pour Calatayud ou Compluto pour Alcalá, elle a voulu une étymologie latine pour Madrid, afin de parfaire l’intégration de la ville au monde chrétien.

  • 18 Ibid., p. 215: «que “Madrid” era árabe lo creían todos, primero porque no le encontraban traza de (...)

10Cette étymologie reste en vigueur jusqu’au milieu du XVIe siècle, le changement se produisant avec l’installation de la cour à Madrid : les érudits reconnaissent alors au nom du siège de la monarchie espagnole, et au nom seulement, une origine arabe. J. Oliver Asín, qui a relevé avec une infinie patience toutes les étymologies arabes proposées par les savants de l’époque moderne, apparaît comme plus démuni au moment d’expliquer le passage de l’étymologie latine à l’origine arabe ; en une phrase, il expose les deux motifs ayant amené les érudits du temps de Philippe II à ce changement, leur quête, vaine, d’un nom hispanique antérieur pour Madrid et le passé de ville musulmane d’une certaine importance dont peut se prévaloir la toute jeune résidence de la monarchie espagnole18.

  • 19 Ibid., p. 222.

11À partir du moment où la cour s’installe à Madrid, croît un intérêt légitime pour les temps anciens de la ville et, partant, pour l’origine du toponyme qui peut expliquer, en partie, la reconnaissance d’une étymologie arabe. En partie seulement, car l’acceptation d’une étymologie arabe pour Madrid au temps de Philippe II cache peut-être d’autres motivations : si l’étymologie arabe de Madrid est admise au XVIe siècle, il est inconcevable en revanche de supposer une origine arabe à la ville ; le siège de la monarchie espagnole doit avoir un passé aussi mémorable et ancien que les autres capitales européennes. Le terme arabe à l’origine de Madrid n’a fait que supplanter un vieux terme latin, Ursaria, qui lui-même avait pris la suite du grec Viseria19. Mais alors, pourquoi reconnaître au toponyme une origine arabe, pourquoi créer une parenthèse arabe dans une histoire illustre, qui mène d’un passé antique glorieux vers un brillant avenir à la tête de la plus puissante monarchie européenne du temps ?

  • 20 Ma J. Viguera Molins, « L’Escurial, le rêve d’une bibliothèque universelle : le cas des manuscrits (...)

12Cette parenthèse est à rapprocher de l’attitude ambiguë d’un Philippe II qui fait collectionner les manuscrits arabes dans l’Escorial tout en ordonnant, dans son royaume, la destruction des documents rédigés dans la langue du Coran20 : depuis 1502 et le décret de conversion des musulmans au christianisme, interdiction est faite aux morisques de posséder des livres en arabe, l’autodafé ordonné par le cardinal Cisneros Plaza de Bibarrambla à Grenade manifestant clairement cette prohibition. Philippe II poursuit la politique de ses prédécesseurs, obligeant les morisques à se séparer de leurs manuscrits arabes ; en même temps, ce prince de la Renaissance s’ouvre à la diversité des Autres et fait réunir une collection universelle de manuscrits, où les textes arabes occupent une place quantitativement importante. Par ailleurs, comme le fait si bien remarquer Ma J. Viguera Molins, ces manuscrits arabes sont des spolia, des trophées chargés de sens :

  • 21 Ibid., p. 26.

« le nouveau possesseur ne s’est pas seulement enrichi d’un bien en tant que tel, mais il s’est aussi couvert de gloire, celle que lui procure le fait qu’il a arraché ce bien à l’autre. Quel que soit cet objet, les autres en sont dorénavant privés21 ».

13Au total, la reconnaissance d’une étymologie arabe pour Madrid, à partir du règne de Philippe II, est sans doute liée à l’ouverture aux autres cultures, propre à une Renaissance espagnole partie à la découverte du monde ; mais elle tient aussi du trophée, de la dépouille de l’ennemi vaincu, marque tangible de la victoire : dans le second XVIe siècle, le siège de la monarchie espagnole s’est ainsi forgé l’image d’une ville qui puise ses origines dans un glorieux passé, les antiques Viseria et Ursaria, et qui commémore la victoire sur al-Andalus, l’ancienne Mağrīṭ s’étant définitivement effacée devant Madrid.

  • 22 Elles sont réunies et commentées dans J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 215 (...)
  • 23 Mağrīṭ autem vox africana, meatum aquaeductum et curriculum denotat : cité par J. Oliver Asín, His (...)

14Les étymologies arabes proposées par les érudits des XVIe et XVIIe siècles apparaissent aujourd’hui comme fantaisistes22 : les uns voient dans Mağrīṭ un lieu venteux, de ḍarīṭ (ventosité), ou bien un nœud de communications, de miḏrī (fourche), ou bien encore une terre chaude, de maḥğara (terrain pierreux), mais aussi la mère du savoir, de madrasa (école), ou la ville du soleil, de mašriq (Orient). En revanche, en 1770, M. Casiri a l’intuition géniale de faire dériver Mağrīṭ d’un mot d’origine africaine signifiant aqueduc et hippodrome23 : pour la première fois, un érudit devine le lien entre Mağrīṭ et mağrā (canal, conduite), même s’il ne l’explicite pas clairement, gêné sans doute par la lettre ṭā’, placée en finale.

  • 24 Sur ce courant historiographique, voir E. Manzano Moreno, « La creación de un esencialismo : la hi (...)
  • 25 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 230-232.

15L’intuition de Casiri disparaît avec le XIXe siècle : le courant historiographique qui domine alors l’arabisme espagnol, conservateur et nationaliste, chargé de défendre une essence espagnole chrétienne et monolithique, pousse au retour à une origine antique24. En 1836, M. Cortés y López considère que Madrid vient de Miaccum, terme formé sur le grec méga ; dix ans plus tard, Govantes établit un lien entre Madrid et le latin matrīce25.

  • 26 Si l’arabe al-maḫāḍa désigne le gué, l’espagnol majada, emprunt lexical du précédent, signifie abr (...)
  • 27 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 8-9 et p. 232-236.

16Les savants du premier XXe siècle ajoutent aux étymologies précédentes trois autres racines possibles pour Madrid : en 1902, F. Fita lui donne une origine celtique, hypothèse reprise une quarantaine d’années après par R. Menéndez Pidal ; en 1908, J. Jungfer suggère une origine germanique, Medarid, nom franc d’homme ; en 1946, M. Gómez-Moreno émet l’idée d’un lien entre Madrid et maḫāḍa (gué)26, terme qui peut venir du punique magalia, et, surtout, il suggère l’existence d’un suffixe d’abondance -īṭ, en arabe, formé sur le latin -etum27.

  • 28 Les deux thèses sur les étymologies de Madrid datent de 1959 et de 1960.
  • 29 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 238: «Caí en la cuenta de la formación de (...)
  • 30 Ibid., p. 239.

17Au tournant des années 1950-1960, le consensus se fait autour d’une étymologie latine, le bas-latin matrīce étant à l’origine du toponyme actuel28. Pour J. Oliver Asín, le toponyme Madrid a une double origine : le même suffixe d’abondance est ajouté au latin matrīce par les chrétiens d’al-Andalus et à l’arabe mağrā, « fidèle traduction du terme latin », par les Arabes29. Les deux formes, issues du latin et de l’arabe, coexistent jusqu’au moment de la conquête de Mağrīṭ par les Castillans, la première l’emportant alors : l’actuel toponyme Madrid vient donc du bas-latin matrīce, le terme formé sur l’arabe mağrā ayant disparu avec « el triunfo definitivo del nombre mozárabe hacia el siglo XIII30 ».

  • 31 Métathèse : altération d’un mot par déplacement ou inversion d’un phonème ou d’une syllabe à l’int (...)
  • 32 Épenthèse : apparition, à l’intérieur d’un mot, d’un phonème non étymologique.

18J. Coromines rejette l’emploi du collectif – etum/-īṭ et il voit dans Mağrīṭ une métathèse du mot matrīce, permettant d’établir une correspondance entre le mot latin et l’arabe mağrā31. De même, le passage de Mağrīṭ à Madrid résulte-t-il d’une altération, l’épenthèse du d, que reflètent les graphies de type Magderit ou Maydrith, dites hybrides par J. Oliver Asín32.

  • 33 D. Oliver, «Trabajos de J. Oliver Asín sobre Madrid», Conferencias y apuntes inéditos, D. Oliver ( (...)

19Quelques années après la parution de son ouvrage sur Madrid, J. Oliver Asín est revenu sur certaines de ses conclusions ; il renonce à l’existence simultanée de deux formes pour le même toponyme33 et, surtout, il fait de Mağrīṭ un terme pleinement d’origine arabe, n’ayant aucun antécédent latin :

  • 34 J. Oliver Asín, «El Madrid árabe y el nombre de la villa (nuevos aspectos)», conferencia pronuncia (...)

«Ante el nombre “Madrid” no hay que hacer cábalas en busca de antecendentes ibéricos, celtas, romanos o visigodos. Madrid, como entidad de población, no es premusulmán [...] o sea que nuestra capital ha comenzado llamándose Maŷrīṭ34

  • 35 J. Oliver Asín, « Nuevos apuntes en torno a “Madrid” y al distrito de “Guadalajara” », Conferencia (...)
  • 36 J. Oliver Asín, «Notas sobre el uso del árabe “Maŷrà”», Conferencias y apuntes inéditos, op. cit.,(...)
  • 37 J. Oliver Asín rappelle les nombreux signifiés de mağrā, dont ceux de fil, courant d’eau, ruisseau (...)

20Dans une autre contribution, il nuance également son propos relatif à l’existence d’un Madrid prémusulman : « Siempre creeré, cosa que no había creído antes, que ese Madrid, de haber existido, nunca pudo tener un nombre que filológicamente pudiera ponerse en relación con el actual35. » Mağrīṭ est donc un toponyme hybride, « composé du terme arabe mağrā et du suffixe mozarabe īṭ, qui indique l’abondance et qui correspond à la prononciation, dans l’Espagne musulmane, du latin –etum36 », mağrā désignant un canal artificiel de captation des eaux, en particulier le canal souterrain dont la présence est largement attestée dans le sous-sol madrilène37.

  • 38 Ma J. Rubiera Mata, «La toponimia árabe de Madrid», Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. 169-17 (...)
  • 39 F. Corriente, « El nombre de Madrid », op. cit. et M. Marín, « Una ciudad de la frontera de al-And (...)

21L’arabisme espagnol d’aujourd’hui reste partagé entre les deux étymologies possibles, latine ou arabe, du toponyme Mağrīṭ : pour Ma J. Rubiera Mata, Madrid vient de l’arabe mağrā suffixé en -īṭ, la forme actuelle résultant d’une traduction latine et lettrée de l’arabe au latin matric38. F. Corriente, suivi par M. Marín, se prononce en faveur d’une étymologie latine et de l’hypothèse de J. Coromines39, tout en dénonçant l’obsession crypto-romane de J. Oliver Asín, le désir inconscient de trouver une origine hispanique à tout phénomène andalusí, qui a amené l’idée de la coexistence de deux toponymes.

Étymologie et peuplement : quelle place pour les Berbères ?

22Que retenir de tout ceci ? R. Delort avait défini, de manière claire et efficace, la toponymie par

« l’étude des noms de lieux, c’est-à-dire des noms attribués par l’homme (signifiants) à des réalités géographiques (signifiés). Ces réalités peuvent être des traits caractéristiques du relief (oronymes), de l’hydrographie (hydronymes), de la pédologie et surtout du milieu biogéographique (phytonymes, par exemple) ».

23Et il ajoute :

  • 40 R. Delort, Introduction aux sciences auxiliaires de l’histoire, Paris, A. Colin, 1969, p. 184.

« Le lieu signifié est sinon toujours habité, du moins reconnu par les hommes : son nom est donc un document témoin des rapports de l’homme avec le milieu ; la forme de ce nom évoque la langue employée par ceux qui l’ont choisi et, souvent, l’intention ou les raisons de leur choix40. »

24L’étude d’un toponyme passe par trois enquêtes successives, l’une relative à sa formation, l’autre à sa transformation, la troisième, enfin, portant sur la signification historique de ce nom de lieu. Les recherches philologiques sur Madrid ont suivi ces trois directions de recherche, à partir de la forme castillane ou latine du terme : la question à laquelle elles apportent des réponses est celle de l’étymologie du Madrid d’aujourd’hui et des médiévales Magderit, Magerit, Maydrid, etc. En déplaçant le questionnement vers l’amont, en interrogeant la forme arabe du toponyme, quelles réponses la philologie apporte-t-elle aux trois voies de recherche de l’étude toponymique ?

  • 41 F. Corriente, «El nombre de Madrid», op. cit., p. 88.

25Dans les textes arabes du Moyen Âge, Mağrīṭ est la forme la plus usuelle d’un toponyme qui correspond à un lieu situé aux confins d’al-Andalus. Sur la formation de ce terme arabe, il existe deux hypothèses différentes, latine ou arabe : dans le premier cas, le toponyme dérive du bas-latin matrīce, qui désigne un point de repère géographique, le ruisseau de San Pedro, et le terme se forme par métathèse sur matrīce (mātrix, matrīce : souche, matrice, origine), l’altération qui produit le changement de place du phonème permettant de faciliter la prononciation ; l’absence de racine ṭ.r.ğ. et l’existence d’une racine ğ.r.d. a joué en faveur de la métathèse41.

  • 42 J. Oliver Asín, «El Madrid árabe y el nombre de la villa (nuevos aspectos)», op. cit.

26Dans le second cas, le terme arabe se forme par l’ajout d’un suffixe d’abondance sur l’arabe mağrā qui désigne le système de captation des eaux qui approvisionne le peuplement42. Sur la transformation ultérieure du terme, le passage de Mağrīṭ à Madrid est expliqué par épenthèse du d dans Mağrīṭ, d’où Magderit, puis Madrid.

27Selon l’hypothèse retenue, la signification historique du toponyme change en profondeur : l’hypothèse latine suppose l’existence d’un peuplement antérieur à l’Islam, l’hypothèse arabe implique l’absence d’un tel peuplement ou bien, ce que suggère J. Oliver Asín, l’existence d’un peuplement n’ayant laissé aucune trace dans une mémoire collective qui en aurait oublié jusqu’au nom. D’un point de vue de l’histoire du peuplement, la seconde hypothèse pose davantage de problèmes que la première, car elle sous-entend qu’au moment où le lieu reçoit son signifiant, le système de captation des eaux est suffisamment développé pour que le signifié intègre la notion d’abondance ; les hésitations de J. Oliver Asín quant à l’existence d’un Madrid prémusulman sont significatives à cet égard : comment la première reconnaissance d’un lieu par l’homme peut-elle se faire au moyen d’un terme dont le signifié suppose des travaux d’infrastructures hydrauliques ?

  • 43 C. Segura Graiño, « El origen islámico de Madrid y las relaciones con los reinos cristianos », Tes (...)
  • 44 J. Oliver Asín avait évoqué, en 1959, une véritable traduction du latin à l’arabe : « he aquí, pue (...)

28La première hypothèse, en revanche, s’inscrit mieux dans les conceptions relatives à la formation du Madrid islamique, les historiens s’accordant à reconnaître que la fondation de Mağrīṭ ne se fait pas ex-nihilo, mais qu’elle prend appui sur un peuplement pré-existant43 : l’hypothèse latine implique la présence d’un peuplement antérieur à la conquête arabo-berbère du VIIIe siècle, habitat installé dans les environs de la colline qui porte aujourd’hui le centre historique de Madrid et qui puise son nom et sa raison d’être dans la présence d’un petit cours d’eau. Les deux hypothèses, la latine et l’arabe, ne s’excluent d’ailleurs pas l’une l’autre : des arabophones venant s’installer au bord d’un petit cours d’eau, en un lieu déjà reconnu par l’homme, peuvent avoir transformé la dénomination existante du lieu pour l’inclure dans leur patrimoine linguistique ; le passage de Matrīce à Mağrīṭ, explicable d’un point de vue philologique par la métathèse, n’a pu qu’être facilité par l’existence du terme arabe mağrā, au signifié voisin du bas-latin matrīce44 : mağrā désigne, outre un canal artificiel, un fil d’eau, un courant d’eau. Sans la proximité des signifiés, la métathèse aurait-elle pu avoir lieu ? Et sans la métathèse, comment expliquer l’ajout d’un suffixe d’abondance pour désigner un petit cours d’eau ?

  • 45 Sur l’importance de la toponymie berbère dans la région voisine de Guadalajara, cf. J. A. Chavarrí (...)
  • 46 Sur les voies complexes du développement des toponymes, qui se font parfois à l’écart de l’évoluti (...)

29Les incertitudes de la toponymie madrilène sont donc loin d’être toutes levées : que deviennent, dans les schémas précédents, les Berbères qui peuplent cette région de la Marche moyenne45 ? Le passage d’un primitif Matrīce à Mağrīṭ n’en a gardé aucune trace : sont-ils installés à l’écart du primitif Matrīce et ne jouent-ils aucun rôle dans le peuplement du Mağrīṭ émiral ? Se sont-ils, au contraire, installés auprès du ruisseau de San Pedro, en un lieu déjà signifié ou non par l’homme, leur apport linguistique ayant été gommé par la fondation émirale du IXe siècle qui fixe définitivement la forme, arabe, du toponyme ? La parole est, de nouveau, aux philologues. N’oublions pas que la forme Mağrīṭ, la seule que nous connaissons, est celle qu’un individu rédigeant en arabe a choisi de fixer ; face à des variantes orales qui ont pu coexister, celui qui écrit s’efforce toujours de standardiser en fonction de ses canons, cherchant un mot voisin de celui qu’il entend, quitte à le déformer quelque peu46.

Notes

1 Ibn Hayyān, Kitāb al-muqtabis fi ta’rīḫ riğal al-Andalus, t. II, M. `Alī Makkī (éd.), Beirut, 1973, p. 132, trad. par Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », Actas III Jarique de Numismática hispano-árabe (Madrid, dic. 1990), Madrid, Museo Arqueológico Nacional, 1992, p. 15.

2 Al-Idrīsī, Opus geographicum, fasc. 5, E. Cerulli, F. Gabrielli, G. Levi della Vida, L. Petech, G. Tucci (éd.), Napoli-Roma, Istituto Univesitario Orientale di Napoli-Istituto Italiano per il medio ed estremo Oriente, 1975, p. 552, note 16.

3 Yāqūt Mu`ğam, al-buldān, éd. Le Caire, 1906, VII, p. 288-289 et p. 394 ; trad. G. `Abd al-Karīm, « La España musulmana en la obra de Yāqūt (siglos XII-XIII). Repertorio enciclopédico de ciudades, castillos y lugares de al-Andalus, extraído del Mu`ŷam al- buldān (Diccionario de los países) », par G. `Abd al-Karīm, Cuadernos de Historia del Islam, 1974 (6), p. 278-289 et p. 280, et trad. Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 21.

4 Sur ces personnages, J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, Madrid, CSIC, 1959, p. 245-246 et p. 254-258.

5 `Abd al-Wāḥid al-Marrākušī, Al-Mu`ğib fi talḫīṣ aḫbār al-Maġrib, M. S. al-`Aryān et M. al-`A. al-`Alamī (éd.), Casablanca, 7e éd., 1978, p. 516, trad. Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », op. cit., p. 24.

6 R. Menéndez Pidal évoque la « desconcertante abundancia » des formes médiévales de Madrid : R. Menéndez Pidal, « La etimología de Madrid y la antigua Carpetania », Revista de la Biblioteca, Archivo y Museo del Ayuntamiento de Madrid, 1945 (XIV), no 51.

7 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 173-190.

8 Matrit n’apparaît que sous la forme du gentilice, Matritensis, dans un document de 1236 (ibid., p. 182).

9 in civitatem quae dicitur Magerit, ibid., p. 175, à partir de E. Flórez, España Sagrada.

10 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 174-179 : g et i servent à transcrire ğ et la voyelle qui suit, simple appui du ğ, donc peu perceptible, est variable, d’où Magirit ou Magerit. J. Oliver Asín signale un Magerit décliné pour 1254, présent dans la documentation ecclésiastique madrilène ; il pense toutefois que cette forme a pu perdurer tant que des mudéjars étaient présents à Madrid.

11 Ibid., p. 179-183 donne le nombre d’occurrences des termes dans le Fuero de Madrid (v. 1202) : Madrid (36), Madride (2), Madrit (5), Magirit (2), Maydrit (3). Au XVIe siècle cependant, Madrit n’a pas totalement disparu.

12 Ibid., p. 183-186.

13 Une forme Maidrit est attestée dans un diplôme de 1118 par F. Fita ; cette date est discutable pour J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 184, note 1.

14 Ibid., p. 186-190.

15 Ibid. ; J. Coromines, «Etimología de Madrid», Revista de Filología Española, 1960 (XLIII), p. 447-450.

16 F. Corriente, «El nombre de Madrid», Madrid del siglo IX al XI, Madrid, 1990, Comunidad de Madrid, Dirección General de Patrimonio Cultural, p. 91; M. Marín, «Una ciudad de la frontera de al-Andalus: Maŷrīt», Revista de Dialectología y Tradiciones Populares, 2001 (LVI/1), p. 13.

17 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 213 et p. 188-189.

18 Ibid., p. 215: «que “Madrid” era árabe lo creían todos, primero porque no le encontraban traza de nombre hispánico o tradicional, y segundo porque parecía muy natural que lo fuera desde el momento en que se sabía que Madrid había sido una ciudad musulmana de cierta importancia».

19 Ibid., p. 222.

20 Ma J. Viguera Molins, « L’Escurial, le rêve d’une bibliothèque universelle : le cas des manuscrits arabes », Château, livres et manuscrits (IXe-XXIe siècles), Actes des Rencontres d’Archéologie et d’Histoire en Périgord des 23-25 septembre 2005, A.-M. Cocula et M. Combet (éd.), Bordeaux, Ausonius, 2006, p. 23-39.

21 Ibid., p. 26.

22 Elles sont réunies et commentées dans J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 215-225.

23 Mağrīṭ autem vox africana, meatum aquaeductum et curriculum denotat : cité par J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 225.

24 Sur ce courant historiographique, voir E. Manzano Moreno, « La creación de un esencialismo : la historia de al-Andalus en la visión del arabismo español », Orientalismo, exotismo y traducción, G. Fernández Parrilla et M. C. Feria García (coord.), Cuenca, Ediciones de la Universidad de Castilla-La Mancha, 2000, p. 23-37.

25 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 230-232.

26 Si l’arabe al-maḫāḍa désigne le gué, l’espagnol majada, emprunt lexical du précédent, signifie abri pour le bétail et les bergers (Diccionario de la RAE), lieu où est gardé le bétail la nuit (Ma Moliner, Diccionario del uso del español).

27 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 8-9 et p. 232-236.

28 Les deux thèses sur les étymologies de Madrid datent de 1959 et de 1960.

29 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 238: «Caí en la cuenta de la formación de un topónimo compuesto por los árabes a base de mağrā más el sufijo -īṭ; frente a otro topónimo, compuesto por los mozárabes a base de matrīce y del mismo sufijo -īṭ.»

30 Ibid., p. 239.

31 Métathèse : altération d’un mot par déplacement ou inversion d’un phonème ou d’une syllabe à l’intérieur de ce mot.

32 Épenthèse : apparition, à l’intérieur d’un mot, d’un phonème non étymologique.

33 D. Oliver, «Trabajos de J. Oliver Asín sobre Madrid», Conferencias y apuntes inéditos, D. Oliver (éd.), Madrid, Agencia española de cooperación internacional, 1996, p. 180.

34 J. Oliver Asín, «El Madrid árabe y el nombre de la villa (nuevos aspectos)», conferencia pronunciada el 13/1/1966, Conferencias y apuntes inéditos, op. cit., p. 205.

35 J. Oliver Asín, « Nuevos apuntes en torno a “Madrid” y al distrito de “Guadalajara” », Conferencias y apuntes inéditos, op. cit., p. 208. D. Oliver précise, note 1, que cette théorie fut exposée dès 1963, dans « Notas para la historia de la industria madrileña desde la fundación de la Villa hasta 1400 », Publicaciones de la Cámara de la Industria de Madrid, Madrid, Impr. Domenech, 1963.

36 J. Oliver Asín, «Notas sobre el uso del árabe “Maŷrà”», Conferencias y apuntes inéditos, op. cit., p. 219.

37 J. Oliver Asín rappelle les nombreux signifiés de mağrā, dont ceux de fil, courant d’eau, ruisseau d’eau vive, rigole, aqueduc, qu’il prend chez R. Dozy. Mais le sens qui retient son attention est celui de canal artificiel à l’air libre ou souterrain : « Creo haber demostrado que mağrā, en su significado principal de ‘corriente o conducto de agua’, ha tenido en España y en el Norte de Marruecos un desarrollo semántico muy particular, que le ha llevado a convertirse en un término con capacidad para ser usado en el sentido de ‘ canal artificial’, tanto de los que se extienden por encima de huertas como de los subterráneos que forman parte del sistema de algunas ciudades » (ibid., p. 228).

38 Ma J. Rubiera Mata, «La toponimia árabe de Madrid», Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. 169-170.

39 F. Corriente, « El nombre de Madrid », op. cit. et M. Marín, « Una ciudad de la frontera de al-Andalus : Maŷrīṭ », op. cit.

40 R. Delort, Introduction aux sciences auxiliaires de l’histoire, Paris, A. Colin, 1969, p. 184.

41 F. Corriente, «El nombre de Madrid», op. cit., p. 88.

42 J. Oliver Asín, «El Madrid árabe y el nombre de la villa (nuevos aspectos)», op. cit.

43 C. Segura Graiño, « El origen islámico de Madrid y las relaciones con los reinos cristianos », Testimonios del Madrid medieval : el Madrid musulmán, A. Turina Gómez, S. Quero Castro et A. Pérez Navarro (éd.), Madrid, Museo de San Isidro, 2004, p. 26 : elle rappelle que « des vestiges d’un habitat islamique antérieurs à l’Alcázar ont été mis au jour dans la zone du ruisseau de San Pedro, en relation avec les structures hydrauliques connues ensuite comme “El Pozacho” ».

44 J. Oliver Asín avait évoqué, en 1959, une véritable traduction du latin à l’arabe : « he aquí, pues, explicado, por primera vez, el hasta ahora enigmático nombre Maŷrīṭ, traducción al árabe del primitivo Matrīce » (Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 60).

45 Sur l’importance de la toponymie berbère dans la région voisine de Guadalajara, cf. J. A. Chavarría Vargas, « Onomástica árabo-beréber en la toponimia de Castilla-La Mancha : Guadalajara », Anaquel de estudios árabes, 2007 (18), p. 93-116.

46 Sur les voies complexes du développement des toponymes, qui se font parfois à l’écart de l’évolution des noms communs, voir R. Wright, « Placenames in Early Medieval Documents : the Case of Cabra », Cross, Crescent and Conversion, Studies on Medieval Spain and Christendom in Memory of Richard Fletcher, S. Barton et P. Linehan (éd.), Leiden-Boston, Brill, 2008, p. 65-86.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search