Version classiqueVersion mobile

Madrid

 | 
Christine Mazzoli-Guintard

Première partie. Mythes et réalités d'une fondation

Chapitre I. Sur la frontière, un site de collines et de rivières

Texte intégral

Des hauteurs au sud de la Sierra de Guadarrama

  • 1 Sur la géographie de l’Espagne, voir M. Drain, Géographie de la péninsule Ibérique, Paris, PUF, 19 (...)

1Au cœur de la Péninsule ibérique, Madrid est située au sud de la barrière montagneuse du Système Central, sur le plateau aride des terrains anciens et accidentés de la Meseta1. Ce plateau, d’une altitude moyenne de 660 m, qui occupe presque la moitié du massif ibérique, est en effet hérissé de sierras, d’orientation nord-ouest sud-est, similaire à celle des plissements hercyniens : au nord, la Meseta est bordée par les monts cantabriques, tandis que la Sierra Morena forme son rebord méridional ; les sierras centrales, ou Système Central, dont le point culminant est le Pic Almanzor (2 592 m), constituent une chaîne de montagnes longue de 700 km, étendue depuis le Portugal jusqu’aux monts ibériques. Au milieu du XIIe siècle, al-Idrīsī la décrit ainsi :

  • 2 Al-Idrīsī, Opus geographicum, fasc. 5, E. Cerulli, F. Gabrielli, G. Levi della Vida, L. Petech, G. (...)

« Chaîne de hautes montagnes connues sous le nom de Sierra (al-Šārāt) qui s’étend depuis Medinaceli jusqu’à proximité de la ville de Coïmbre, à son extrémité occidentale. On y trouve quantité d’ovins et de bovins que les marchands exportent vers d’autres contrées. Aucune de ces bêtes n’est maigre, au contraire elles sont extrêmement grasses. C’est un fait proverbialement répandu dans l’ensemble d’al-Andalus2. »

2Le Système Central divise l’Espagne intérieure en deux espaces : au nord, l’altitude moyenne du plateau est de 1 000 m ; au sud, la Meseta s’incline vers l’ouest et elle passe progressivement de 700 à 400 m. Les sierras centrales sont composées, d’ouest en est, des massifs de Gata, de Gredos et de Guadarrama, ce dernier se dressant au-dessus de Madrid. Véritable frontière naturelle entre le plateau septentrional et les contreforts méridionaux, la Sierra de Guadarrama conserve son nom arabe de Wādī l-Ramla, la Rivière du Sable. Aujourd’hui, deux cols permettent de franchir cette barrière montagneuse : à l’est, le col de Somosierra offre un passage au travers de la Sierra à 1 444 m d’altitude ; celui de Guadarrama, à l’ouest, permet de franchir le massif à 1 511 m d’altitude.

Figure 1. – Le relief de la Péninsule ibérique.

3Dans le centre de la Péninsule, le climat méditerranéen connaît une dégradation due au double caractère continental et montagneux qui accentue à la fois la sécheresse de l’été et la rigueur de l’hiver : à Madrid, les étés sont secs et chauds, avec des précipitations inférieures à 10 mm et des températures maximales supérieures à 30° C ; les hivers sont froids et humides, le maximum de pluviométrie, 60 mm, intervenant en novembre, les températures de décembre et de janvier ne dépassant guère 0° C.

  • 3 Sur la topographie du site : carte militaire d’Espagne au 1/50000 no 19-22 (559) ; J. Oliver Asín,(...)

4Madrid voit donc son horizon barré, à l’ouest et au nord, par la Sierra de Guadarrama ; la ville est installée dans la plaine tertiaire, formée de matériaux sédimentaires et détritiques, sur l’une des nombreuses collines qui animent le paysage des derniers contreforts de la Sierra3. Cette colline, dont l’altitude moyenne est de 640 m, porte aujourd’hui le centre historique de la capitale espagnole, au carrefour des rues Bailén et Mayor ; l’éminence est protégée naturellement sur trois de ses flancs par un cours d’eau : deux d’entre eux encadrent assez étroitement la colline, au nord, où la Calle del Arenal s’est installée dans l’ancien lit du ruisseau et au sud, où la Calle de Segovia occupe le cours de celui qui fut Arroyo de San Pedro. À l’ouest, en revanche, quelque 750 m séparent la colline du rebord escarpé qui domine le Manzanares, situé à une cinquantaine de mètres en contrebas. À l’est, enfin, le noyau urbain s’accroche sur le flanc occidental du mamelon, qui culmine à 650 m d’altitude : Madrid est ainsi installée sur le rebord d’un plateau, sans occuper le point le plus élevé de celui-ci.

  • 4 C’est ce qui ressort de la carte topographique reproduite dans J. Oliver Asín, Historia del nombre (...)
  • 5 M. Retuerce Velasco, « Testimonios materiales del Madrid andalusí », Testimonios del Madrid musulm (...)
  • 6 Ibid., p. 84.
  • 7 R. Izquierdo Benito, Vascos : la vida cotidiana en una ciudad fronteriza de al-Andalus, Toledo, Ju (...)

5Deux autres collines, situées à la même altitude que la précédente4, jouent un rôle dans le site madrilène : à environ 400 m au nord de l’éminence qui correspond à l’actuel carrefour des rues Bailén et Mayor, une autre butte a pu être occupée par une structure fortifiée dès le Moyen Âge ; elle porte aujourd’hui le Palais royal. Au sud, au-delà de la Calle de Segovia, la colline de Las Vistillas a abrité un habitat ouvert, quartier extra-muros de la ville fortifiée5. Pour M. Retuerce Velasco, le site madrilène suit un modèle régional répandu, qui consiste à utiliser deux éminences voisines pour installer, en les séparant par un fossé naturel, l’espace militaire et l’espace civil ; proches dans l’espace et dans le temps de Madrid, Alcalá de Henares, Calatalifa, Paracuellos de Jarama, Ribas de Jarama, Olmos et Canales sont installées sur des sites similaires qui permettent une mise à l’écart, topographique et naturelle, de l’élément militaire dans la localité6. Ce modèle régional, commun à des petites localités installées dans les vallées d’affluents de la rive droite du Tage, n’est sans rappeler, par ailleurs, dans une vallée de la rive gauche du fleuve cette fois, le site de Vascos où l’enceinte urbaine enserre deux collines, dont la plus septentrionale et la moins élevée porte la citadelle7.

Des rivières

6L’attention portée à la configuration du lieu où s’élève une ville passe aussi par l’examen des relations entretenues entre le site et son cours d’eau ; l’histoire urbaine a souvent signalé, dans le processus de formation des villes, l’attraction exercée par les cours d’eau, « la rencontre du fleuve et de la ville » pour reprendre le titre d’un chapitre d’un récent ouvrage consacré à la ville médiévale. J.-P. Leguay note ainsi que

  • 8 J.-P. Leguay, L’eau dans la ville au Moyen Âge, Rennes, PUR, 2002, p. 15.

« la plupart des villes de l’Antiquité et du Moyen Âge entretiennent des liens privilégiés avec un ou plusieurs cours d’eau […] une cristallisation de l’habitat s’est produite, en effet, à la rencontre du fleuve et de la route, d’un passage d’un pont […] rares sont les villes qui sont situées à l’écart d’un fleuve ou d’une rivière8 ».

7Le climat méditerranéen qui règne sur la majeure partie d’al-Andalus a-t-il contribué à accentuer ce trait ?

  • 9 Extension intra-muros de ces villes, au moment de leur apogée : Badajoz, 75 ha ? ; Cordoue, 198 ha (...)

8À l’exception du modeste Darro qui traverse Grenade, des fleuves majestueux prêtent au moins l’une de leurs rives à Cordoue, à Séville, à Tolède, à Saragosse, à Mérida, à Lisbonne, mais aussi à Badajoz, à Valence ou encore à Murcie : outre leur rencontre avec le fleuve, ces villes, en général de vastes dimensions, ont en commun d’avoir exercé des fonctions de capitale d’une partie plus ou moins étendue d’al-Andalus9. Capitale de tout al-Andalus, Cordoue le fut pour les Omeyyades d’Occident, Séville pour les Almoravides et les Almohades. Capitale d’une partie d’al-Andalus, en l’occurrence d’un royaume de taifa au XIe siècle, Tolède le fut pour les Banū Ḏī l-Nūn, Saragosse pour les Banū Tuğīb, Badajoz pour les Afṭasides, Valence pour les Esclavons et les `Āmirides. Dans les années 1147-1172, la Murcie d’Ibn Mardanīš est à la tête d’un État qui domine le quart sud-est d’al-Andalus, tandis que Lisbonne et Mérida furent, à l’époque omeyyade, chefs-lieux de vastes districts.

  • 10 R. Izquierdo Benito, Vascos : la vida cotidiana en una ciudad fronteriza de al-Andalus, op. cit., (...)
  • 11 C. Calvo Aguilar, « El abastecimiento de agua en la Fortaleza de la Mota de Alcalá la Real : persp (...)

9Or, ce qui s’avère exact pour les grandes villes l’est beaucoup moins pour les petites. Vascos se trouve à la confluence de deux modestes cours d’eau, le Río Huso et l’Arroyo de la Mora : l’importance du dénivelé séparant le premier de la ville suppose de tels efforts pour aller y puiser de l’eau que la captation des ruisseaux voisins au profit de Vascos constituait la principale ressource hydraulique de la ville10. Alcalá la Real constitue un autre bel exemple de petite ville qui a manqué la rencontre ville-fleuve : en l’absence de cours d’eau à proximité de la ville, l’enceinte fortifiée de La Mota ne peut compter, pour son approvisionnement, que sur des puits, des citernes où l’eau de pluie pouvait être stockée et, dans la partie nord de la ville, sur une grotte au fond de laquelle l’eau filtre11.

  • 12 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 20-23.
  • 13 Sur l’évolution du nom : J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 35 ; sur le mépr (...)

10Il n’est donc guère surprenant que, des trois cours d’eau qui encadrent le site de Mağrīṭ, ce soit avec un ruisseau, celui de San Pedro, que la petite ville ait entretenu les liens les plus étroits : J. Oliver Asín y situe l’origine même de la ville, les berges de l’Arroyo de San Pedro ayant cristallisé, selon lui, le tout premier peuplement de Madrid, celui d’une communauté de chasseurs et de pasteurs12. En revanche, Mağrīṭ s’est toujours tenue à l’écart du Guadarrama, celui-là même que les sources, à compter du XVIe siècle, commencent à appeler Manzanares, en même temps qu’elles le tournent en dérision, le Siècle d’Or ayant été particulièrement sévère à son égard13. Rivière métaphysique pour Cervantes, nain d’un pont pour Quevedo, le Manzanares devient même, sous la plume de Lope de Vega, l’absent d’un Madrid

  • 14 Lope de Vega, Mudanzas de fortuna y sucesos de don Beltrán de Aragón, cité par J. Oliver Asín, His (...)

« que tiene y no tiene río
que está en alto y no está en alto,
que es limpio y que no es limpio,
que llueve en él y hace sol,
que tiene y no tiene frío14 ».

  • 15 Ibid., p. 16-17.

11Aujourd’hui étendue bien au-delà des rives du Manzanares, Madrid ancre définitivement dans les mentalités collectives l’association avec sa rivière et le binôme Madrid-Manzanares est si prégnant qu’il a été nécessaire, pour l’estomper, de rappeler que le Manzanares n’a pas entretenu de liens avec Mağrīṭ, car il en est trop éloigné, car il est trop encaissé, car, enfin, il n’est pas nécessaire de le franchir pour prendre la route de la Sierra15. Mağrīṭ, à l’image d’autres petites villes d’al-Andalus, s’est passée du rendez-vous avec une rivière importante ; elle l’a remplacé par une autre rencontre, celle avec un système complexe d’approvisionnement en eau : il utilise les filets d’eau qui courent à ses pieds et dont elle tire son nom, ainsi que des conduites souterraines d’amenée d’eau.

Un passé anté-islamique ?

12Faisons au préalable un détour par la période antérieure à une rencontre qui se joue au Moyen Âge. Les données, particulièrement indigentes, sur les temps anciens de Madrid ont souvent été interprétées à l’aune de sa destinée de capitale, c’est-à-dire que l’érudition s’est efforcée de lui donner une histoire ancrée dans la nuit des temps, comme pour fuir l’idée qu’une capitale puisse trouver ses origines dans une ville née en cet obscur Moyen Âge. Mais les tentatives de lier Madrid au Mantua préromain ou à la romaine Miaccum restent vaines, tout comme les tentatives d’y voir un habitat stable à l’époque wisigothique, l’archéologie n’ayant confirmé aucune des hypothèses visant à donner à Madrid un passé plus brillant qu’une naissance médiévale et islamique.

  • 16 A. Méndez Madariaga, « La región de Madrid en época romana », Madrid del siglo IX al XI, op. cit.,(...)
  • 17 Telle est l’hypothèse de G. Arias, rappelée dans Y. Álvarez González et S. Palomero Plaza, « Las v (...)

13À l’époque romaine, des villae apparues dans la Casa de Campo ou au niveau de l’aéroport de Barajas attestent l’existence d’un habitat auprès de la colline sur laquelle naîtra Madrid, habitat qui a pu perdurer jusqu’au IXe siècle ; mais dans le centre historique de la capitale, sur la centaine de sondages archéologiques réalisés, rares sont ceux qui ont fourni du mobilier romain, en l’occurrence quelques rares fragments de sigillée16. La source qui a suscité tant d’espoir autour d’un passé romain pour Madrid est l’Itinéraire d’Antonin, dont la voie no 24 offre comme stations après Ségovie, Miaccum, Titulcia, puis Complutum-Alcalá de Henares : l’emplacement exact de Titulcia reste inconnu, tout comme celui de Miaccum, et si cette dernière doit logiquement être cherchée auprès de Madrid, plutôt en position basse au bord du Manzanares d’ailleurs, il s’en faut de beaucoup que les sources permettent de faire de la Calle Mayor le point de passage de cette voie à travers le centre historique de Madrid, voire de convertir la Plaza Mayor en carrefour de deux voies romaines17 !

  • 18 F. Ardanaz Arranz, « Hallazgos de época visigoda en la región de Madrid », Madrid del siglo IX al (...)
  • 19 C. Segura Graiño, « El origen islámico de Madrid y las relaciones con los reinos cristianos », op. (...)

14Quant au Madrid wisigothique, ses vestiges tiennent en une nécropole en partie détruite, qui a fourni à peine dix pièces métalliques de la première moitié du VIe siècle, boucles de ceinture, fibule, poinçon, et en une inscription funéraire datée de l’an 700, aujourd’hui disparue, qui se trouvait dans le cloître de Santa María de la Almudena au XVIIe siècle18. Ainsi, dans l’état actuel de nos connaissances, aucune structure permettant de supposer l’existence, avant la période islamique, d’un habitat permanent sur la colline du centre historique de Madrid n’a été mise au jour ; pour le dire autrement, le premier habitat permanent et stable sur la colline madrilène naît avec les Omeyyades de Cordoue19.

  • 20 Tous ces récits ont été maintes fois utilisés pour décrire l’itinéraire et les étapes de la conquê (...)
  • 21 F. Hernández Giménez, « El Faŷŷ al-šarrāt, actual puerto de Somosierra », Al-Andalus, 1962 (27), p (...)
  • 22 F. Colmenarejo García, Arqueología medieval de Colmenar Viejo, Madrid, Ayuntamiento de Colmenar Vi (...)

15Les récits de la conquête de la Péninsule mettent en scène, après la victoire de Ṭāriq b. Ziyād sur l’armée du roi wisigoth Roderic au Río Barbate (19 juillet 711/28 ramaḍān 92), des troupes musulmanes qui prennent la direction du nord, filant sur Tolède ; la capitale des Wisigoths, désertée par une bonne partie de ses habitants, n’oppose guère de résistance à Ṭāriq qui y découvre de fabuleuses richesses20. Le chef berbère ne s’attarde pas sur les bords du Tage et il file en direction du nord-est pour atteindre Guadalajara, avant de passer une barrière montagneuse, sans doute la Sierra de Guadarrama par le col de Somosierra, auquel il donne son nom, le Fağğ Ṭāriq21. Le premier indice d’une présence islamique dans la région madrilène suit de peu le passage de Ṭāriq : sur la commune de Colmenar Viejo, à quelques kilomètres à l’ouest de Madrid, a été découvert un dirham frappé en Orient en 95/713-71422. Peu de temps après, c’est une monnaie également qui signe l’équivalence entre la Spania et al-Andalus, un dinar bilingue dont la légende latine proclame « frappé en Spania en 97 [715-716] », tandis que l’inscription arabe affirme « frappé en al-Andalus en 98 [716-717] ».

16Les années qui suivent l’expédition de Ṭāriq sont celles de l’achèvement de la conquête et de l’instauration d’un système de gouvernement propre à al-Andalus, détachée de la province d’Ifrīqiya à partir de 719/101. La région madrilène se trouve ainsi incorporée à la province d’al-Andalus et rattachée au califat omeyyade de Damas, jusqu’au moment où `Abd al-Raḥmān Ier se proclame émir de Cordoue en 756/138. La zone située du sud du Guadarrama suit le sort de l’émirat et du califat des Omeyyades d’Occident jusqu’au début du XIe siècle ; peu de temps après la Révolution de Cordoue (1009), elle est rattachée au royaume de taifa de Tolède et elle en partage les vicissitudes, y compris le pacte conclu entre le roi de Tolède et le roi de Castille, qui fait passer Madrid et sa région dans la mouvance du roi Alphonse VI en 1085.

Une frontière

  • 23 E. Manzano Moreno, La frontera de al-Andalus en época de los Omeyas, Madrid, CSIC, 1991, p. 165.

17Pendant toute son existence, Mağrīṭ se trouve dans une zone de confins, très éloignée de la capitale à l’époque omeyyade, plus proche du centre de l’État à l’époque où elle est rattachée à la taifa de Tolède ; tout au long de son histoire, elle a comme voisin au nord un royaume chrétien, dont la puissance ne cesse de grandir et le centre de gravité se déplacer vers le sud : à l’asturo-léonais, auquel échappe le comté de Castille à la fin du Xe siècle, succède le castillo-léonais à compter du règne de Ferdinand Ier, à la fois roi de Castille (1035-1065) et roi de León (1037-1065). Sur la frontière omeyyade, Mağrīṭ est placée dans la partie centrale d’une zone de marche qui prend en écharpe la Péninsule, du sud du Duero au nord de l’Ebre ; dite Marche moyenne, la zone frontalière où se trouve Madrid est en permanence agitée de troubles sous l’émirat, particulièrement nombreux et violents dans la grande ville de la région, Tolède. Il faut attendre l’instauration du califat et la mise au pas de la rebelle Tolède pour que celle-ci puisse être considérée comme la capitale de la Marche moyenne23, notion qui fait d’ailleurs problème, tant l’organisation administrative de l’État cordouan reste entourée de zones d’ombre.

  • 24 Ibid., p. 382, E. Manzano Moreno va même plus loin : « No nos parece […] que pueda hablarse de “ca (...)

18Les modalités de gestion du ṯaġir par Cordoue ne sont pas bien connues, tout comme les différences entre l’administration des régions frontalières, ṯaġir, et celles des provinces de l’intérieur, kuwar ; il est impossible d’affirmer qu’une capitale est le pôle structurant tant de la kūra que du ṯaġir : il convient, en particulier, de se garder de l’idée qu’une grande ville aurait été le chef-lieu administratif de la marche, à l’image du chef-lieu de kūra qui rassemble les instances de l’administration provinciale, gouverneur et juge24. Autant il est certain que Tolède est la plus grande ville de la Marche moyenne et, partant, le principal foyer culturel de la région, autant les relations qu’elle a pu entretenir avec Madrid demeurent floues : après la soumission de Tolède au calife en 932, la ville du Tage sert-elle de capitale pour la Marche moyenne, c’est-à-dire de relais entre Cordoue et sa province, transmettant les ordres et les informations venus du palais califal ? Au-delà, les relations entre Madrid et Tolède sont-elles forcément teintées de subordination ?

Un peuplement berbère

  • 25 Ibid., p. 139-183.
  • 26 J. Oliver Asín, « El Madrid árabe y el nombre de la villa (nuevos aspectos) », conferencia pronunc (...)

19Il reste, pour achever cette présentation du site mağrīṭī, à évoquer celles et ceux qui vivent dans la partie centrale de la Marche moyenne. L’importance du peuplement berbère de cette Marche a maintes fois été soulignée, de la région d’Albarracín et de Santaver jusqu’à celle située, à l’ouest de Tolède, entre le Tage et le Guadiana25 ; la présence d’un peuplement berbère est également attestée plus au nord, entre la Cordillère centrale et le Duero. Les Berbères ont laissé de nombreuses traces de leur présence dans la toponymie, comme l’a fait remarquer J. Oliver Asín26 ; les noms berbères nous sont parvenus, dans la plupart des cas, sous une forme qui résulte de leur adaptation par les Arabes, soit souvent des noms collectifs terminés en > a <. Il donne l’exemple de Torrelaguna, petite localité située à une quarantaine de kilomètres au nord de Madrid, dans la vallée du Jarama : le toponyme est formé de torre, traduction espagnole de l’arabe burğ, la tour fortifiée, et de Laġġūna, nom d’une tribu berbère venue du Maghreb occidental sans qu’il soit possible de préciser à quel moment de l’histoire d’al-Andalus.

  • 27 E. Manzano Moreno, « Madrid en la frontera omeya de Toledo », Madrid del siglo IX al XI, op. cit.,(...)
  • 28 J. Oliver Asín, « El Madrid árabe y el nombre de la villa (nuevos aspectos) », op. cit., p. 192-19 (...)
  • 29 E. Manzano Moreno, La frontera de al-Andalus en época de los Omeyas, op. cit., p. 168. Sur ce lign (...)
  • 30 W. Caskel, « Bakr b. Wā’il », EI2, t. I, p. 992-994.

20Dans la ville de Tolède, les Berbères côtoient quelques Arabes et surtout une importante population locale, dont une partie, impossible à estimer, a dû intégrer le groupe des convertis (al-mawālī)27 ; les chrétiens de la région, convertis ou devenus ḏimmī, ont laissé dans la toponymie des noms dérivés de kanīsa, terme qui sert à désigner l’église, comme Alcuneza ou Canencia, ou des toponymes dérivés de noms de saints, Saelices, Santiuste, Santorcaz, mais aussi des noms propres d’individus, tels Opañel ou Amaniel28. Quant aux Arabes, ils constituent une minorité, installée sans doute à Alfamín et à Alaminos, toponymes dérivés de Fahm, clan qui appartient à la tribu arabe de Qays `Aylān ; de même, J. Oliver Asín met-il en relation El Calbín, dans l’actuelle province de Guadalajara, avec la tribu des Kalb. Le peuplement de Calatrava, ville fondée par Muḥammad Ier pour contrôler Tolède et la route Cordoue-Tolède, est dominé par les Arabes `Adnānites, qui appartiennent au clan des Bakr b. Wā’il, installé dans la région de Calatrava depuis longtemps29 : cette ancienne confédération de tribus de l’Arabie prendra par la suite le nom de Rabī`a, point de départ de l’arbre généalogique de la famille royale des Āl Sa`ūd30.

  • 31 H. de Felipe, Identidad y onomástica de los Beréberes de al-Andalus, Madrid, CSIC, 1997, p. 220-22 (...)
  • 32 Ibid., p. 122-125.
  • 33 E. Manzano Moreno, La frontera de al-Andalus en época de los Omeyas, op. cit., p. 170.
  • 34 Suggestion que H. de Felipe reprend avec prudence : Identidad y onomástica de los Beréberes de al- (...)

21Quant à Madrid même, les indications relatives à son peuplement manquent de précision et il n’est guère possible d’aller au-delà de l’idée de la coexistence de groupes autochtones et de Berbères venus du Maghreb : parmi les premiers, certains ont intégré le groupe des convertis tandis que d’autres sont restés fidèles aux convictions de leurs ancêtres. La région où Madrid va naître et se développer est dominée par les Banū Sālim, lignage berbère qui appartient à la tribu des Maṣmūda et qui est très présent dans la Marche moyenne, où il a définitivement laissé son nom à la ville de Medinaceli, Madīnat Sālim31, ainsi qu’à celle de Guadalajara. Les Banū Sālim sont en effet étroitement liés aux Banū l-Farağ, clan éponyme de Guadalajara, aussi nommée Madīnat al- Farağ, puisqu’al- Farağ est présenté comme étant le fils de Sālim32. Les sources arabes ont conservé avec soin le nom des Banū Sālim, sans aucun doute parce que ce lignage a toujours affiché une grande fidélité vis-à-vis des Omeyyades33. Les données manquent, en revanche, sur le moment de l’apparition des Banū Sālim en al-Andalus ; selon M. `A. Makkī, il a pu se produire dès l’époque de la conquête, lors de la venue de Ṭāriq dans la Péninsule34.

  • 35 J. L. Bermejo Crespo et K. Muñoz López-Astilleros, « Poblamiento y frontera en los Valles del Jara (...)
  • 36 H. de Felipe, Identidad y onomástica de los Beréberes de al-Andalus, op. cit., p. 223-224 et p. 31 (...)
  • 37 V. Martínez Enamorado et J. A. Chavarría Vargas, « Sobre el hidrónimo abulense Gaznata : una propu (...)

22Nos connaissances sur les Berbères de la région madrilène tiennent finalement en ceci : le premier peuplement berbère de la vallée de l’Henares, apparu au temps de la conquête sous la forme d’un habitat dispersé, tend à se développer et à se concentrer dans les plaines du Jarama et de l’Henares ; si les sources sont lacunaires jusqu’à la seconde moitié du IXe siècle, à compter du siècle suivant en revanche, elles permettent de suivre le destin des Banū Sālim, groupe prépondérant de la Marche moyenne35. Présents dans les régions de Medinaceli, de Guadalajara et de Madrid, les Banū Sālim se replient finalement sur la partie la plus méridionale de leur territoire36. À l’ouest de la région dominée par les Banū Sālim, enfin, est installé un autre clan berbère, rattaché à la tribu des Zanāta : à quelque 70 km à l’ouest de Madrid et au sud-est d’Ávila, Gaznata, attesté tant comme hydronyme que comme toponyme, suggère la présence de membres de ce lignage au pied de la Sierra de Malagón, comme l’ont récemment montré V. Martínez Enamorado et J. A. Chavarría Vargas37 ; le Río Gaznata, affluent de l’Alberche, trouverait ainsi son origine dans le Wād al-Zanāta, la rivière des Zénètes. Madrid voit ainsi le jour au cœur d’une région où sont installés les Berbères Banū Sālim ; leur territoire se prolonge à l’est jusqu’à Guadalajara et il butte à l’ouest sur celui d’un clan zénète. De l’acte de naissance de Madrid, le premier élément à considérer est le nom, un nom que fixèrent les auteurs arabes du Moyen Âge au moment de rapporter la fondation émirale.

Notes

1 Sur la géographie de l’Espagne, voir M. Drain, Géographie de la péninsule Ibérique, Paris, PUF, 1993, 4e éd.

2 Al-Idrīsī, Opus geographicum, fasc. 5, E. Cerulli, F. Gabrielli, G. Levi della Vida, L. Petech, G. Tucci (éd.), Napoli-Roma, Istituto Univesitario Orientale di Napoli-Istituto Italiano per il medio ed estremo Oriente, 1975, no 82 ; La première géographie de l’Occident, trad. du chevalier Jaubert présentée par H. Bresc et A. Nef, Paris, Flammarion, 1999, p. 272.

3 Sur la topographie du site : carte militaire d’Espagne au 1/50000 no 19-22 (559) ; J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 11-18 et planche xxx ; C. Felíu Jenicot, « Morfología del solar de Madrid », Madrid del siglo IX al XI, Madrid, Comunidad de Madrid, Dirección General de Patrimonio Cultural, 1990, p. 205-216 ; A. López Gómez, « Los factores geográficos naturales », Historia de Madrid, A. Fernández García (dir.), Madrid, Editorial Complutense, 1994, p. 19-65.

4 C’est ce qui ressort de la carte topographique reproduite dans J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., planche xxx. Le croquis qui figure dans M. Retuerce Velasco, « Testimonios materiales del Madrid andalusí », Testimonios del Madrid musulmán, A. Turina Gómez, S. Quero Castro et A. Pérez Navarro (éd.), Madrid, Museo de San Isidro, 2004, p. 83, place la butte qui porte la fortification à une altitude légèrement supérieure à celle qu’occupe la ville.

5 M. Retuerce Velasco, « Testimonios materiales del Madrid andalusí », Testimonios del Madrid musulmán, op. cit., p. 82-83.

6 Ibid., p. 84.

7 R. Izquierdo Benito, Vascos : la vida cotidiana en una ciudad fronteriza de al-Andalus, Toledo, Junta de Comunidades de Castilla-La Mancha, 1999.

8 J.-P. Leguay, L’eau dans la ville au Moyen Âge, Rennes, PUR, 2002, p. 15.

9 Extension intra-muros de ces villes, au moment de leur apogée : Badajoz, 75 ha ? ; Cordoue, 198 ha ; Grenade, 180 ha ; Lisbonne, 11 ha ; Murcie, 67 ha ; Saragosse, 48 ha ; Séville, 276 ha ; Tolède, 102 ha (Chr. Mazzoli-Guintard, Villes d’al-Andalus, Rennes, PUR, 1996, p. 328-329).

10 R. Izquierdo Benito, Vascos : la vida cotidiana en una ciudad fronteriza de al-Andalus, op. cit., p. 75-81. L’enceinte de Vascos enferme 8 ha.

11 C. Calvo Aguilar, « El abastecimiento de agua en la Fortaleza de la Mota de Alcalá la Real : perspectiva arqueológica », V Estudios de Frontera, Funciones de la red castral fronteriza, F. Toro Ceballos et J. Rodríguez Molina (coord.), Jaén, Diputación Provincial de Jaén, 2004, p. 69-80.

12 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 20-23.

13 Sur l’évolution du nom : J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 35 ; sur le mépris dont le Manzanares a fait l’objet dans la littérature espagnole : J. Llamazares, « La rivière qui a vu grandir Madrid », Courrier International, 2006 (815), p. 62-63.

14 Lope de Vega, Mudanzas de fortuna y sucesos de don Beltrán de Aragón, cité par J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, op. cit., p. 143.

15 Ibid., p. 16-17.

16 A. Méndez Madariaga, « La región de Madrid en época romana », Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. 20 ; C. Segura Graiño, « El origen islámico de Madrid y las relaciones con los reinos cristianos », Testimonios del Madrid musulmán, op. cit., p. 24-27.

17 Telle est l’hypothèse de G. Arias, rappelée dans Y. Álvarez González et S. Palomero Plaza, « Las vías de comunicación en Madrid desde época romana hasta la caída del reino de Toledo », Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. 46.

18 F. Ardanaz Arranz, « Hallazgos de época visigoda en la región de Madrid », Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. 33-34.

19 C. Segura Graiño, « El origen islámico de Madrid y las relaciones con los reinos cristianos », op. cit., p. 27.

20 Tous ces récits ont été maintes fois utilisés pour décrire l’itinéraire et les étapes de la conquête de la Péninsule ; la meilleure analyse critique de ces récits se trouve dans G. Martinez-Gros, L’idéologie omeyyade, La construction de la légitimité du Califat de Cordoue (Xe-XIe siècles), Madrid, Casa de Velázquez, 1992.

21 F. Hernández Giménez, « El Faŷŷ al-šarrāt, actual puerto de Somosierra », Al-Andalus, 1962 (27), p. 267-276.

22 F. Colmenarejo García, Arqueología medieval de Colmenar Viejo, Madrid, Ayuntamiento de Colmenar Viejo, 1987, p. 52. A. Canto publie également ce dirham, mais en le datant de 92/710 : A. Canto García, « Panorama numismático de la Marca Media », Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. 80.

23 E. Manzano Moreno, La frontera de al-Andalus en época de los Omeyas, Madrid, CSIC, 1991, p. 165.

24 Ibid., p. 382, E. Manzano Moreno va même plus loin : « No nos parece […] que pueda hablarse de “capitales” de la frontera y mucho menos de un sistema de “Marcas” dirigido desde Córdoba. »

25 Ibid., p. 139-183.

26 J. Oliver Asín, « El Madrid árabe y el nombre de la villa (nuevos aspectos) », conferencia pronunciada el 13/1/1966, Conferencias y apuntes inéditos, D. Oliver (éd.), Madrid, Agencia española de cooperación internacional, 1996, p. 191-192.

27 E. Manzano Moreno, « Madrid en la frontera omeya de Toledo », Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. 120.

28 J. Oliver Asín, « El Madrid árabe y el nombre de la villa (nuevos aspectos) », op. cit., p. 192-193.

29 E. Manzano Moreno, La frontera de al-Andalus en época de los Omeyas, op. cit., p. 168. Sur ce lignage, cf. E. Teres, « Linajes árabes en al-Andalus según la ‘Ŷamhara’ de Ibn Ḥazm », Al-Andalus, 1957 (22), p. 109.

30 W. Caskel, « Bakr b. Wā’il », EI2, t. I, p. 992-994.

31 H. de Felipe, Identidad y onomástica de los Beréberes de al-Andalus, Madrid, CSIC, 1997, p. 220-224.

32 Ibid., p. 122-125.

33 E. Manzano Moreno, La frontera de al-Andalus en época de los Omeyas, op. cit., p. 170.

34 Suggestion que H. de Felipe reprend avec prudence : Identidad y onomástica de los Beréberes de al-Andalus, op. cit., p. 310.

35 J. L. Bermejo Crespo et K. Muñoz López-Astilleros, « Poblamiento y frontera en los Valles del Jarama y Henares en época islámica », II Congreso de Arqueología Peninsular (Zamora, 24-27 sept. 1996), t. IV : Arqueología Romana y Medieval, R. de Balbín Behrmann et P. Bueno Ramírez (éd.), Alcalá, 1999, p. 557.

36 H. de Felipe, Identidad y onomástica de los Beréberes de al-Andalus, op. cit., p. 223-224 et p. 310.

37 V. Martínez Enamorado et J. A. Chavarría Vargas, « Sobre el hidrónimo abulense Gaznata : una propuesta etimológica », Trasierra, 2007 (6), p. 121-132.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Le relief de la Péninsule ibérique.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99018/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 162k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search