Version classiqueVersion mobile

Madrid

 | 
Christine Mazzoli-Guintard

Introduction

Texte intégral


Parmi les localités à minbar situées au pied de cette montagne, il y a Madrid, petite ville, citadelle puissante, prospère et pourvue, au temps de l’Islam, d’une grande-mosquée où le sermon était régulièrement prononcé.
Al-Idrīsī, Kitāb Ruğār, 82.

1Qui, mieux qu'un géographe arabe, peut faire surgir en quelques mots la silhouette d'une ville ? Deux termes, qal`a et masğid ğāmi`, suffisent à poser les grandes lignes du paysage urbain : derrière qal`a, se dressent les hautes courtines rythmées de tours et percées de rares portes de la citadelle ; sous masğid ğāmi`, la salle de prière et la cour ouverte au ciel de la mosquée se laissent deviner, accueillant chaque vendredi l'ensemble des fidèles de la umma. À la puissance évocatrice des mots, se conjuguent les jeux de rythme et de sonorités, l'articulation de ces adjectifs qui, en se répondant, se complètent — manī`a ma`mūra (puissante, prospère) ; dans la langue arabe, comme l'écrit si joliment H. Sammoud,

  • 1 H. Sammoud, « Prose arabe », Dictionnaire de l’Islam, Religion et civilisation, Paris, Encyclopædi (...)

« l’art et le savoir, le dire et le bien dire, l’esthétique et le pragmatique s’en trouvent profondément unis. Il n’est pas de message formulé dans la langue du Coran qui ne garantisse pas un minimum d’art. Le fondement de la théorie littéraire des Arabes réside dans cette consubstantialité du beau et de l’efficace1 ».

  • 2 Ibn Ḫaldūn, Discours sur l’Histoire universelle, Al-Muqaddima, trad. V. Monteil, Arles, Actes Sud, (...)

2Et la première formule employée par al-Idrīsī est remarquablement vigoureuse : Mağrīṭ wa-hiya madīna sagīra, Madrid est une petite ville. Avec cette formule, madīna ṣagīra, tout n’est-il pas dit ? Madrid s'inscrit dans la catégorie supérieure de la civilisation, celle de la madīna, espace parfait : « L'homme, politique par nature, ne peut se passer d'organisation sociale (iğtīmā`), ce que les philosophes appellent madīna2» Madrid entre dans un groupe particulier de villes, celui de la petite ville, qu’al-Idrīsī distingue de la ville moyenne (mutawassiṭa), de la grande ville (kabīra) et de la ville importante (ğalīla). Mağrīṭ wa-hiya madīna ṣaġīra : tout est dit, sans doute ; il reste à déchiffrer l’énoncé. Sur son premier élément, beaucoup d’encre a coulé ; sur le second, bien peu.

  • 3 Al-Fārābī, La ciudad ideal, trad. M. Alonso Alonso, Madrid, Tecnos, 1985, p. 43. L’Alfarabius des (...)
  • 4 A. Miquel, L’Islam et sa civilisation, Paris, A. Colin, 1990, 2e éd., p. 16.

3La plupart du temps, le mot madīna est tenu pour avoir le même contenu que le vocable ville : pour que l’équivalence entre madīna et ville ne soit pas trompeuse, la philologie et l’histoire doivent entretenir un dialogue permanent où lecture historique et analyse philologique s’entrecroisent pour saisir, autant que faire se peut, les motivations ayant poussé l’auteur à faire usage du terme madīna. Celui-ci renvoie à la profonde urbanité de l’Islam médiéval, sur laquelle tant a été dit, et depuis si longtemps, les historiens d’aujourd’hui l’empruntant aux savants d’hier : au philosophe qui proclamait, au Xe siècle, que « le bien le plus excellent et souverain et la perfection la plus élevée s’obtiennent en premier lieu dans la ville, et non dans des sociétés mineures et plus qu’imparfaites3 », répond en écho l’historien du XXe siècle : « Née dans un des rares milieux urbains que connaisse l’Arabie, conçue dans le cadre de la cité, c’est dans la cité que la civilisation musulmane trouvera son expression essentielle4. »

  • 5 M. Lombard, « L’évolution urbaine pendant le haut Moyen Âge », Annales ESC, 1957 (XII), p. 7-28, r (...)
  • 6 H. Djaït, Al-Kūfa, Naissance de la ville islamique, Paris, Maisonneuve & Larose, 1986, p. 154.
  • 7 A. Miquel, L’Islam et sa civilisation, op. cit., p. 78.
  • 8 Nous avons retracé les grandes lignes de cette évolution historiographique dans « Urbanisme islami (...)

4Le mouvement d’urbanisation, si dense et si précoce, qui touche les pays d’Islam dès le haut Moyen Âge a maintes fois été souligné, et depuis longtemps : M. Lombard a signalé l’ampleur de ce prodigieux essor des villes, bien supérieur à celui que connaît l’Empire romain et simplement comparable à celui de l’époque hellénistique5 par le nombre de fondations des deux premiers siècles de l’Islam et par la même volonté de créer des points d’ancrage pour l’hellénisme d’un côté, pour l’arabisme de l’autre6. A. Miquel a fait des villes « les beaux joyaux du Moyen Âge musulman », leur création constituant l’un des faits majeurs de cette histoire7. Le rôle fondamental et fondateur des villes dans le monde de l’Islam a suscité une ample production historiographique : autour de celles qui constituent la véritable « ossature matérielle » du monde musulman, pour reprendre la belle expression de M. Lombard, se sont multipliées les monographies urbaines ainsi que les réflexions sur l’objet d’étude, cette ville si omniprésente dans la dār al-islām qu’elle en est devenue inséparable, lui a emprunté son essence même pour s’ériger en une ville islamique immuable dans l’espace et dans le temps. Les critiques, vives et nombreuses, se sont accumulées depuis une vingtaine d’années sur la ville islamique et sur les Orientalistes ; parfois injustes – quelle fantastique somme de connaissances ces derniers n’ont-ils pas accumulée ! –, ces critiques ont cependant permis de remplacer l’invariant ville islamique par les formes multiples et changeantes des villes du monde musulman8.

  • 9 A. Raymond, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, Sindbad, 1985 ; H. Djaït, Al-Kūfa, N (...)

5Parmi les travaux qui renouvellent l’approche de cette histoire urbaine, à partir du milieu des années 1980, rappelons les recherches pionnières d’A. Raymond sur les grandes villes arabes du monde ottoman, mais aussi celles d’H. Djaït sur Kūfa, celles de W.B. Kubiak sur Fusṭāṭ, celles de R. Valencia Rodríguez et de M. Valor Piechotta sur Séville ou, encore, celles de J.-Cl. Garcin sur Le Caire ou d’A. Malpica Cuello sur Grenade9. Ces travaux concernent toutes des villes importantes, sièges de gouvernement d’une province de l’Empire ou d’un État ; en fin de compte, l’historiographie urbaine de l’Islam est progressivement passée de l’écriture de l’histoire de la ville islamique à celle des métropoles de l’Islam, dont témoignent, en 2000, deux beaux volumes collectifs consacrés, respectivement, aux Grandes villes méditerranéennes du monde musulman médiéval et aux Mégapoles méditerranéennes. En somme, la réflexion que J.-L. Mayaud et O. Zeller tenaient en 1998 sur les villes de l’Europe moderne peut être appliquée sans peine aujourd’hui aux villes de l’Islam :

  • 10 J.-L. Mayaud et O. Zeller, « Avertissement », Petites villes d’Europe, O. Zeller (dir.), Cahiers d (...)

« De même que l’histoire des détenteurs de pouvoir a longtemps occulté celle des humbles, l’histoire urbaine s’est volontiers complue à décrire l’apparence urbanistique, l’économie, la société et la population de grandes villes à la forte personnalité emblématique10. »

  • 11 « Convocado un premio sobre la historia de los pueblos andalusíes », El País-Andalucía, 13/04/2007 (...)
  • 12 P. Signoles (dir.), Petites villes et villes moyennes dans le monde arabe, Tours, URBAMA, 1986 : l (...)
  • 13 L’avenir des petites villes, Actes du colloque international de Clermont-Ferrand (nov. 2002), Cler (...)
  • 14 J.-P. Poussou et Ph. Loupés (dir.), Les petites villes du Moyen Âge à nos jours, Actes du colloque (...)
  • 15 O. Zeller, « L’histoire des petites villes modernes en Europe : bilan et perspectives », Petites v (...)
  • 16 R. Plessix et J.-P. Poussou (dir.), Les petites villes françaises du XVIIIe au XXe siècle, Actes d (...)
  • 17 R. Plessix et J.-P. Poussou (dir.), La vie politique et administrative des petites villes français (...)
  • 18 R. Plessix et J.-P. Poussou (dir.), Les petites villes françaises du XVIIe au XIXe siècle : aspect (...)
  • 19 L’économie des petites villes, Colloque de Mamers (oct. 2000).
  • 20 J.-P. Poussou (dir.), Les petites villes du sud-ouest de l’Antiquité à nos jours, Actes du colloqu (...)
  • 21 Capitales ou villes d’appui ? Les petites villes et leurs campagnes du Moyen Âge au XXIe siècle, C (...)

6La volonté, manifestée conjointement par la Chaire d’Études Arabes de l’Université de Cordoue et la Fondation koweïtienne Al-Babtain, au printemps 2007, d’encourager la recherche sur les localités secondaires d’al-Andalus peut ainsi être rattachée à la nécessité de se tourner, dorénavant, vers les petites villes du monde musulman11. Quels outils conceptuels peuvent autoriser la démarche ? Ou, pour le formuler autrement, avons-nous les moyens de jeter quelque lueur sur la formule utilisée par al-Idrīsī pour désigner Madrid, madīna ṣaġīra ? Les réflexions sur la notion de petite ville se sont d’abord développées chez les géographes, à partir de l’ouvrage fondateur de J.-P. Laborie, paru en 1979 ; ceux-ci ont élargi au monde arabe le champ de la thématique12 et ils continuent de s’interroger sur ces petites villes, autour de la question de leur projection dans le futur13. Quant aux historiens, leur intérêt pour les agglomérations secondaires a d’abord été porté par les modernistes, à l’origine d’un premier colloque sur les petites villes, tenu en 198514, et de la Société d’Histoire des Petites Villes, fondée en 1991 ; « fille cadette [d’une histoire urbaine quadragénaire, l’histoire des petites villes, à la fin des années 1990], sort à peine de l’adolescence15 ». Elle s’est interrogée sur le cas français entre le XVIIIe siècle et le XXe siècle16, sur la vie politique et administrative des petites villes françaises17, sur leur paysage et leur société18, sur leur économie19, sur une situation régionale, celle du sud-ouest de la France20, et elle a consacré son dernier colloque au rôle des petites villes dans le territoire21.

  • 22 Ph. Guignet et J. Hiernard (dir.), Les réseaux urbains dans le Centre-Ouest atlantique de l’Antiqu (...)
  • 23 C’est-à-dire leur pouvoir d’attraction et de commandement sur un territoire (L. Bourgeois [dir.], (...)
  • 24 Voir, pour la période médiévale, la synthèse des études qui figure dans P. Boucheron et D. Menjot, (...)
  • 25 Au terme du bilan historiographique dressé sur les petites villes modernes en Europe, O. Zeller pr (...)

7Les médiévistes ont résolument inscrit leurs travaux sur les petites villes dans la longue durée, tant vers l’amont que vers l’aval, seule susceptible de faire ressortir, par des études de topographique historique, les grandes lignes des évolutions urbaines22. Ces travaux ont en commun la notion de centralité développée par les petites villes23 et le rôle de celles-ci dans l’urbanisation : la centralité au cœur de l’analyse implique des études au pluriel, menées sur des groupes de villes et, partant, sur la mise en place des réseaux urbains24. Ces travaux ont également en commun un même questionnement, celui de la définition même de la petite ville25, signe d’un champ de la connaissance qui se cherche. Derrière une petite ville, il convient donc de chercher la centralité qu’elle développe et le rôle qu’elle joue dans la mise en place du réseau urbain ; le danger majeur qui la guette serait d’être considérée comme un modèle réduit de la grande ville, en particulier quant à son fonctionnement social.

  • 26 La série « Ciudades de al-Andalus » publiée par la Revista del Instituto Egipcio de Estudios Islám (...)
  • 27 Voir, par exemple, les études sur Almería (L. Cara Barrionuevo, La Almería islámica y su alcazaba,(...)
  • 28 Le bilan historiographique des travaux menés sur les petites villes d’al-Andalus reste à faire : l (...)
  • 29 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, Madrid, CSIC, 1959, 2e éd. 1991.
  • 30 M. `A. Makkī, Madrīd al-`arabiyya, Al-Qāhira, 1968 ; F. Corriente, « El nombre de Madrid », Madrid (...)
  • 31 Un bilan synthétique de ces fouilles se trouve dans A. Turina Gómez, S. Quero Castro et A. Pérez N (...)
  • 32 Voir, en fin de volume, la bibliographie sur le Madrid musulman.
  • 33 Telle est la conclusion de M. Marín, « Una ciudad de la frontera de al-Andalus », op. cit., p. 18  (...)

8La recherche sur les petites villes d’al-Andalus s’inscrit dans le droit fil des remarques précédentes : de nombreuses publications concernent les trois capitales successives d’al-Andalus et quelques capitales de royaumes de taifas26, avec parfois de belles synthèses qui prennent en compte sources textuelles et donnés archéologiques27, tandis que les petites villes ont fait l’objet d’études inégales, plus ou moins étoffées, dominées certes par de remarques monographies, mais qui restent très dispersées, isolées, évitant le questionnement sur la notion de petite ville28. Parmi celles-ci, Madrid a toujours bénéficié de la meilleure place, liée au destin brillant que lui offre Philippe II en 1561 : première place dans le temps, l’une des plus belles recherches sur le Madrid musulman étant publiée dès 195929 ; première place dans l’excellence des travaux, Madrid ayant bénéficié de l’attention des meilleurs arabisants30 et de nombreuses opérations de fouilles31 ; première place, enfin, dans l’importance quantitative des publications32. Cette première place, sans doute disproportionnée quant au rôle tenu par Madrid dans l’histoire urbaine d’al-Andalus33, a eu comme mérite de voir réunies, autour d’une petite ville, toutes les sources la concernant.

  • 34 A. Fernández Ugalde, F. J. Marín Perellón, P. Mena Muñoz et E. Serrano Herrero, Las murallas de Ma (...)

9Les sources textuelles arabes sur le Madrid musulman ont été rassemblées et analysées par Ma J. Viguera dans un article publié en 1992 : les chroniques évoquent Madrid à l’époque omeyyade, le plus grand des chroniqueurs d’al-Andalus, Ibn Ḥayyān (987-1076), fournissant l’essentiel des mentions relatives à cette période, ou bien les sources narratives font allusion à Madrid au temps des empires berbères, des compilateurs tardifs et maghrébins comme Ibn Abī Zar` (m. v. 1310-1320) ou Ibn `Iḏārī rapportant les expéditions des émirs et califes contre la ville. Les œuvres géographiques consacrent un petit paragraphe à Madrid : al-Rāzī, au Xe siècle, puis al-Idrīsī, au XIIe siècle, situent la ville dans des territoires et sur des itinéraires ; Yāqūtt, au XIIIe siècle, rappelle qui la fonda ; al- Ḥimyarī, au XIVe siècle, mentionne les curiosités de Madrid, la qualité exceptionnelle de l’argile utilisée par les potiers et le squelette gigantesque découvert dans le fossé extérieur de la muraille. À ces notices, qui forment le cœur des sources littéraires du corpus, s’ajoutent quelques bribes de poésie et des compilations tardives. Au fil des répertoires biobibliographiques, se dessinent les profils des savants ayant eu un lien avec Madrid ; la ville, enfin, apparaît dans une affaire juridique dont une fatwā d’Ibn Rušd (m. 1126) a conservé le souvenir. Les sources matérielles sur le Madrid musulman, quant à elles, restent plus dispersées, seules les murailles ayant fait l’objet d’une publication synthétique34 ; le mobilier découvert l’a été, pour l’essentiel, dans des silos et des puits, situés tant intra-muros qu’extra-muros. Rappelons, en dernier lieu, que rares sont les vestiges de structures d’habitat mis au jour, les travaux réalisés dans la ville à partir du XVIe siècle ayant considérablement altéré les couches archéologiques antérieures.

  • 35 E. Manzano, « Madrid en la frontera omeya de Toledo », Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. 115 (...)
  • 36 M. Retuerce Velasco, « Madrid, fundación del emir Muḥammad I », El esplendor de los Omeyas cordobe (...)
  • 37 M. Marín, « Una ciudad de la frontera de al-Andalus », op. cit.

10Jusqu’à présent, l’histoire du Madrid musulman a été écrite comme celle d’une ville frontière, fondée par l’émir Muḥammad Ier pour protéger cette région sensible de son État ; les titres de quelques contributions récentes sont révélatrices à cet égard : « Madrid en la frontera omeya de Toledo35 », « Madrid, fundación del emir Muḥammad I36 », « Una ciudad de la frontera de al-Andalus : Maŷīrṭ37 ». Puisque ce trait de ville frontière, aux multiples facettes, est maintenant bien fixé, le pari des lignes qui suivent est d’essayer de comprendre ce qui fait de Madrid une madīna ṣaġīra, autrement dit d’écrire une page de l’histoire urbaine d’al-Andalus, celle d’une petite ville de l’Islam médiéval.

11Derrière le bâti, partons à la rencontre de tous ceux qui, savants, gouverneurs, marchands, firent Madrid, à commencer par l’émir Muḥammad Ier : sa fondation, qui a suscité bien des mythes, est le point de départ d’un développement urbain, dont les formes et les acteurs sont en partie connus. Petite ville, Madrid constitue un élément d’un réseau de villes : projetée au-delà de ses murailles, la ville prend place dans son environnement ; ne peut-elle aussi être projetée au-delà du XIe siècle et des bouleversements politiques de ce siècle, afin que se prolonge le trait du Madrid musulman, à la fois si lointain et si présent ?

Notes

1 H. Sammoud, « Prose arabe », Dictionnaire de l’Islam, Religion et civilisation, Paris, Encyclopædia Universalis-Albin Michel, 1997, p. 695.

2 Ibn Ḫaldūn, Discours sur l’Histoire universelle, Al-Muqaddima, trad. V. Monteil, Arles, Actes Sud, 1997, p. 67.

3 Al-Fārābī, La ciudad ideal, trad. M. Alonso Alonso, Madrid, Tecnos, 1985, p. 43. L’Alfarabius des sources latines, « le second maître » après Aristote, vit dans l’entourage du souverain ḥamdānide d’Alep : D. Urvoy, Histoire de la pensée arabe et islamique, Paris, Seuil, 2006, p. 279-299.

4 A. Miquel, L’Islam et sa civilisation, Paris, A. Colin, 1990, 2e éd., p. 16.

5 M. Lombard, « L’évolution urbaine pendant le haut Moyen Âge », Annales ESC, 1957 (XII), p. 7-28, reproduit dans L’Islam dans sa première grandeur (VIIIe-XIe siècle), Paris, Flammarion, 1971, p. 137-164.

6 H. Djaït, Al-Kūfa, Naissance de la ville islamique, Paris, Maisonneuve & Larose, 1986, p. 154.

7 A. Miquel, L’Islam et sa civilisation, op. cit., p. 78.

8 Nous avons retracé les grandes lignes de cette évolution historiographique dans « Urbanisme islamique et ville en al-Andalus : autour de nouvelles propositions méthodologiques », Actas II Congreso Internacional (Algeciras), La ciudad en al-Andalus y el Magreb (A. Torremocha et V. Martínez Enamorado coord.), Granada, El Legado andalusí, 2002, p. 49-73.

9 A. Raymond, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, Sindbad, 1985 ; H. Djaït, Al-Kūfa, Naissance de la ville islamique, op. cit. ; W. B. Kubiak, Al-Fusṭāṭ, Its foundation and Early Urban Development, Le Caire, The American University, 1987 ; R. Valencia Rodríguez, Sevilla musulmana hasta la caída del califato, Madrid, Universidad Complutense, 1988 ; M. Valor Piechotta, La arquitectura militar y palatina en la Sevilla musulmana, Sevilla, Diputación Provincial, 1991 ; J.-Cl. Garcin, « Le Caire et l’évolution urbaine des pays musulmans à l’époque médiévale », Annales islamologiques, 1991 (XXV), p. 289-304 ; A. Malpica Cuello, Granada, ciudad islámica, Mitos y realidades. Granada, A. M. Liberbolsillo, 2000.

10 J.-L. Mayaud et O. Zeller, « Avertissement », Petites villes d’Europe, O. Zeller (dir.), Cahiers d’histoire, 1998 (XLIII), p. 387.

11 « Convocado un premio sobre la historia de los pueblos andalusíes », El País-Andalucía, 13/04/2007 : `Abd al-`Azīz Saud al-Babtain pour la Fondation, J. P. Monferrer Sala pour la Chaire de l’UCO. « La organización pretende que los investigadores que se presenten profundicen en un aspecto poco estudiado : las poblaciones menores andalusíes. » L’appel exclut du champ de l’investigation les grandes villes comme Cordoue, Séville, Grenade, mais aussi Valence, Tolède, Málaga.

12 P. Signoles (dir.), Petites villes et villes moyennes dans le monde arabe, Tours, URBAMA, 1986 : l’ouvrage s’efforce de mettre en évidence le rôle des petites villes et villes moyennes dans les processus d’urbanisation du monde arabe.

13 L’avenir des petites villes, Actes du colloque international de Clermont-Ferrand (nov. 2002), Clermont-Ferrand, CERAMAC, 2003 : l’ouvrage insiste sur le rôle joué par la petite ville dans l’organisation des territoires.

14 J.-P. Poussou et Ph. Loupés (dir.), Les petites villes du Moyen Âge à nos jours, Actes du colloque de Bordeaux (oct. 1985), Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 1987.

15 O. Zeller, « L’histoire des petites villes modernes en Europe : bilan et perspectives », Petites villes d’Europe, O. Zeller (dir.), Cahiers d’histoire, 1998 (XLIII), p. 389.

16 R. Plessix et J.-P. Poussou (dir.), Les petites villes françaises du XVIIIe au XXe siècle, Actes du colloque de Mamers (sept. 1991), Mamers, Société d’Histoire des Petites Villes, 1998.

17 R. Plessix et J.-P. Poussou (dir.), La vie politique et administrative des petites villes françaises du Moyen Âge à nos jours, Actes du colloque de Mamers (déc. 1994), Mamers, Société d’Histoire des Petites Villes, 2004.

18 R. Plessix et J.-P. Poussou (dir.), Les petites villes françaises du XVIIe au XIXe siècle : aspects du paysage et de la société, Actes du colloque de Mamers (déc. 1998), Paris, Presses de l’Université Paris Sorbonne, 2005.

19 L’économie des petites villes, Colloque de Mamers (oct. 2000).

20 J.-P. Poussou (dir.), Les petites villes du sud-ouest de l’Antiquité à nos jours, Actes du colloque d’Aiguillon (mai 2000), Mamers, Société d’Histoire des Petites Villes, 2004.

21 Capitales ou villes d’appui ? Les petites villes et leurs campagnes du Moyen Âge au XXIe siècle, Colloque organisé par l’UMR 5605 (Centre Georges Chevrier) et la Société d’Histoire des Petites Villes (Tournus, 12-13 juin 2008).

22 Ph. Guignet et J. Hiernard (dir.), Les réseaux urbains dans le Centre-Ouest atlantique de l’Antiquité à nos jours, Actes du colloque organisé par le GERHICO (Poitiers, mai 1993), Poitiers, Société des Antiquaires de l’Ouest, 1996 ; L. Bourgeois (dir.), Les petites villes du Haut-Poitou de l’Antiquité au Moyen Âge, Chauvigny, Association des Publications Chauvinoises, 2000 : les limites chronologiques adoptées vont du IIIe siècle au début du XVIe siècle.

23 C’est-à-dire leur pouvoir d’attraction et de commandement sur un territoire (L. Bourgeois [dir.], Les petites villes du Haut-Poitou de l’Antiquité au Moyen Âge, op. cit., p. 5) : centralité n’oppose aucunement à un seul centre où tout se passe des périphéries conçues en « négatif du centre », comme A. Radeffl’a souligné (A. Radeff, « Centres et périphéries ou centralités et décentralités ? », Per vie di terra, Movimenti di uomini e di cose nelle società di antico regime, A. Torre [éd.], Milano, 2007, p. 21-32).

24 Voir, pour la période médiévale, la synthèse des études qui figure dans P. Boucheron et D. Menjot, « La ville médiévale », Histoire de l’Europe urbaine, J.-L. Pinol (dir.), Paris, Seuil, 2003, p. 397-401 ; en France, par exemple, la floraison des petites villes, bourgs et villes neuves, renforce le maillage urbain hérité de Rome. Pour les géographes, la question posée est celle de la place de la petite ville dans le processus de périurbanisation (L’avenir des petites villes, op. cit., p. 323 : conclusion par N. Commerçon).

25 Au terme du bilan historiographique dressé sur les petites villes modernes en Europe, O. Zeller propose cinq champs à la recherche, le premier étant celui de la définition de la petite ville (O. Zeller, « L’histoire des petites villes modernes », op. cit., p. 410-412). Chr. Jamot ouvre la préface de L’avenir des petites villes en signalant qu’« en dépit de publications remarquables, mais dispersées, la thématique [de la petite ville] est loin d’avoir été totalement prospectée. Des interrogations demeurent quant à la définition même de la petite ville ».

26 La série « Ciudades de al-Andalus » publiée par la Revista del Instituto Egipcio de Estudios Islámicos en Madrid concerne, de manière caractéristique, Grenade (XXVIII, 1996), Cordoue (XXIX, 1997), Tolède (XXX, 1998), Séville XXXI (1999), Almería (XXXII, 2000).

27 Voir, par exemple, les études sur Almería (L. Cara Barrionuevo, La Almería islámica y su alcazaba, Almería, Ed. Cajal, 1990), Málaga (Ma I. Calero Secall et V. Martínez Enamorado, Málaga, ciudad de al-Andalus, Málaga, Ed. Ágora-Universidad de Málaga, 1995), Silves (R. Varela Gomes, Silves [Xelb], uma cidade do Gharb al-Andalus : a Alcáçova, Lisboa, Instituto Portugués de Arqueologia, 2003 ; Silves [Xelb], uma cidade do Gharb al-Andalus : o núcleo urbano, Lisboa, Instituto Portugués de Arqueologia, 2006), Badajoz (F. Valdés Fernández, « Lo que queda del Badajoz de los Aftasíes », Bataliús, El Reino Taifa de Badajoz, F. Díaz Esteban [éd.], Madrid, Letrúmero, 1996, 257-268), Albarracín (J. M. Ortega Ortega, Anatomía del esplendor, Fondos de la sala de Historia Medieval, Museo de Albarracín, Zaragoza, Fundación Santa María de Albarracín, 2007).

28 Le bilan historiographique des travaux menés sur les petites villes d’al-Andalus reste à faire : la tâche est immense, tant les publications sont nombreuses ; pour ne citer que quelques exemples d’études publiées ces quinze dernières années, signalons les études sur Algeciras (A. Torremocha Silva, Algeciras entre la cristiandad y el Islam, Algeciras, Instituto de Estudios Campogibraltareños, 1994), Baena (F. Martín Escudero, « Baena en época islámica : fuentes, arqueología, documentos… », Arqueología y Territorio Medieval, 2002 [9], p. 37-51), Cadix (J. Abellán Pérez, El Cádiz islámico a través de sus textos, Cádiz, Universidad de Cádiz, 1996, 2e éd. 2005 ; J. M. Toledo Jordán, El Cádiz andalusí (711-1485), Cádiz, Diputación de Cádiz, 1998), Calatayud (J. A. Souto Lasala, El conjunto fortificado islámico de Calatayud, Zaragoza, Instituto de Estudios Islámicos y del Oriente Próximo, 2005), Huelva (A. García Sanjuán, La Huelva islámica, Una ciudad del Occidente de al-Andalus [siglos VIII-XIII], Sevilla, Universidad de Sevilla-Excmo. Ateneo de Sevilla, 2002), Mértola (S. Macías, Mértola, le dernier port de la Méditerranée, Mértola, Campo Arqueológico de Mértola, 2006), Niebla (F. Roldán Castro, Niebla musulmana [siglos VIII-XIII], Huelva, Diputación Provincial, 1993, 2e éd. 1997), Saltés (A. Bazzana et J. Bedia García [dir.], Excavaciones en la isla de Saltés [Huelva], 1988-2001, Sevilla, Junta de Andalucía, 2005), Tudela (J. A. Souto Lasala et Ma J. Viguera, « Aportación al estudio de una madîna andalusí de frontera : Tudela », Frontière et espaces pyrénéens au Moyen Âge, Ph. Sénac [dir.], Perpignan, Université de Perpignan, 1992, p. 95-127), Vascos (R. Izquierdo Benito, Vascos : la vida cotidiana en una ciudad fronteriza de al-Andalus, Toledo, Junta de Comunidades de Castilla-La Mancha, 1999).

29 J. Oliver Asín, Historia del nombre Madrid, Madrid, CSIC, 1959, 2e éd. 1991.

30 M. `A. Makkī, Madrīd al-`arabiyya, Al-Qāhira, 1968 ; F. Corriente, « El nombre de Madrid », Madrid del siglo IX al XI, Madrid, 1990, Comunidad de Madrid, Dirección General de Patrimonio Cultural, p. 87-91 ; Ma J. Viguera Molins, « Madrid en al-Andalus », Actas III Jarique de Numismática hispano-árabe (Madrid, dic. 1990), Madrid, Museo Arqueológico Nacional, 1992, p. 11-35 ; M. Marín, « Una ciudad de la frontera de al-Andalus : Maŷrīt », Revista de Dialectología y Tradiciones Populares, 2001 (LVI/1), p. 9-20.

31 Un bilan synthétique de ces fouilles se trouve dans A. Turina Gómez, S. Quero Castro et A. Pérez Navarro (éd.), Testimonios del Madrid medieval : el Madrid musulmán, Madrid, Museo de San Isidro, 2004.

32 Voir, en fin de volume, la bibliographie sur le Madrid musulman.

33 Telle est la conclusion de M. Marín, « Una ciudad de la frontera de al-Andalus », op. cit., p. 18 : « La historia de ese periodo ha recibido una atención desproporcionada a la de su importancia en el conjunto de al-Andalus. »

34 A. Fernández Ugalde, F. J. Marín Perellón, P. Mena Muñoz et E. Serrano Herrero, Las murallas de Madrid : arqueología medieval urbana, Madrid, Dirección General de Patrimonio cultural, 1998 ; P. Mena Muñoz, J. Ortega Vidal, E. Serrano Herrero, M. Torra Pérez, A. Fernández Ugalde et F. J. Marín Perellón, Las murallas de Madrid : arqueología medieval urbana, 2e éd., Madrid, Doce Calles, 2003.

35 E. Manzano, « Madrid en la frontera omeya de Toledo », Madrid del siglo IX al XI, op. cit., p. 115-129.

36 M. Retuerce Velasco, « Madrid, fundación del emir Muḥammad I », El esplendor de los Omeyas cordobeses, Estudios, Ma J. Viguera Molins et C. Castillo (coord.), Granada, El Legado andalusí, 2001, II, p. 118-125.

37 M. Marín, « Una ciudad de la frontera de al-Andalus », op. cit.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/99012/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search