Version classiqueVersion mobile

Madrid

 | 
Christine Mazzoli-Guintard

Préface

M Jesús Viguera Molins

Texte intégral

1Madrid, qui avait besoin d’un livre comme celui-ci, a trouvé en Christine Mazzoli-Guintard l’historienne la mieux à même de pouvoir l’écrire.

2Il y a vingt ans, quand elle s’est présentée au Département d’Études Arabes et Islamiques de l’Université Complutense de Madrid, c’était avec la volonté de lire toutes les sources arabes susceptibles de fournir des informations sur les villes d’al-Andalus. Elle avait alors commencé ses recherches par un mémoire de maîtrise d’histoire médiévale intitulé Forteresses et occupation du sol dans al-Andalus d’après le tome V du Muqtabis d’Ibn Hayyan, mémoire dirigé par André Debord à l’Université de Caen (1984), et elle préparait une thèse de doctorat sur La ville d’al-Andalus, thèse qui fut encadrée par le même maître, soutenue en 1992 dans cette même Université, publiée (Rennes, 1996), puis traduite (Grenade, 2000).

3Dès notre première rencontre, je perçus la solide formation qu’elle avait reçue de cet éminent magistère, tant en matière d’histoire du peuplement et de méthodes de recherche, qu’à propos du métier d’historien. Elle m’apparut dotée d’une admirable capacité de travail, que stimulait son désir d’analyser le monde urbain andalusí, le cœur de sa recherche. Elle lisait et notait tout, entamant alors la réalisation d’un fichier qui ne tardait pas à occuper la moitié d’un mur de la chambre qu’elle occupait à la Casa de Velázquez, en tant que membre de la Section Scientifique. Elle parcourait non seulement les textes et les sites, mais aussi tout ce qu’une bibliographie déjà abondante et dispersée avait produit, en utilisant les apports novateurs de l’archéologie dans le domaine de l’histoire du peuplement, que Christine Mazzoli-Guintard pouvait évaluer à leur juste valeur, sa formation l’ayant initiée aux méthodes de la prospection archéologique.

4Tout ceci l’ayant caractérisée dès le début de ses recherches, vous pouvez aisément imaginer la quantité et la qualité de ses connaissances sur l’histoire urbaine d’al-Andalus, dont témoigne la liste de ses publications. Dans ce domaine, elle a cheminé avec constance et intelligence, avec des développements sur des thèmes pointus, afin d’approfondir et de faire avancer les connaissances. C’est pour cela que j’ai affirmé en commençant qu’elle est l’historienne qui, mieux que quiconque, pouvait aborder une question comme celle-là.

5J’ai aussi affirmé en commençant que Madrid avait besoin de ce livre. Bien des choses ont déjà été écrites sur l’histoire de Madrid, dont de remarquables contributions, mais auxquelles il manquait une articulation ; le moment était venu de faire la synthèse, à partir de toutes les données disponibles et en utilisant des critères d’analyse pertinents et précis, afin d’aller vers de nouvelles perspectives de recherche. C’est ce qu’offre ce livre, basé sur un ensemble de sources matérielles et textuelles, ainsi que sur une imposante bibliographie.

6Rassembler toutes les données, textuelles et matérielles, les filtrer à travers un cadre interprétatif permet à Christine Mazzoli-Guintard d’atteindre des vues nouvelles, avec la manière soignée qu’elle a de poser une série de questions et de proposer un véritable ‘ interrogatoire’ : par cette enquête pénétrante qui construit pleinement l’histoire, Madrid médiéval acquiert ainsi une dimension plus forte et davantage de cohérence. L’espace et le temps sont, dans ce livre, bien plus que deux circonstances communes ou deux thématiques imposées ; de par la manière dont ils sont envisagés, ils deviennent en effet deux axes dont l’articulation offre la clé des événements qui, autour du Madrid alors appelé Madjrit, se produisirent entre le IXe et le XIe siècle, dans cette enclave septentrionale d’al-Andalus. Cette recherche croisée confirme, à juste titre et de manière claire, les motifs de la fondation de Madrid par le cinquième émir omeyyade d’al-Andalus, Muḥammad Ier (852-886), sans doute au cours des douze premières années de son règne. Les interprétations habituelles selon lesquelles ce grand constructeur essaya ainsi de renforcer sa frontière extérieure face aux audacieuses incursions et aux razzias d’Ordoño Ier (850-866), et de fortifier sa frontière intérieure surtout face aux soulèvements persistants de Tolède, se trouvent maintenant brillamment et subtilement conduites jusqu’à une conception plus globalisante : elle fait intervenir les progrès de l’État cordouan dans sa consolidation et son contrôle tributaire, qui se manifeste par l’installation d’enclaves, comme celle de Madrid, d’abord forteresse (hisn), puis ville (madina).

7Je ne puis résumer ici la richesse du livre que le lecteur tient entre ses mains. L’ensemble s’appuie sur les problématiques les plus récentes et les mieux fondées de l’histoire d’al-Andalus et il renvoie en permanence à celle-ci, corroborant ou rectifiant de nombreux aspects précis et déterminants de l’histoire de Madrid, comme le site de la localité et de ses territoires, en particulier l’abondance des ressources en eau ou les étapes de son histoire politique, qui suit la plupart du temps les rythmes généraux de l’histoire d’al-Andalus ou en constitue, à une occasion, une articulation. Sont évoqués aussi les formes et les fonctions urbaines développées par Madjrit, les individus et leurs activités, etc. L’ouvrage n’élude pas non plus ce qui précède la fondation de ce Madrid andalusí, ni ce qui le suit, ses épigones mudéjar et morisque, postérieurs à la conquête d’Alphonse VI de Castille, puis sa portée patrimoniale jusqu’à nos jours. L’analyse du toponyme Madjrit, litt. « cours d’eau », presque entièrement déchiffré mais toujours discuté (de confluence arabo-latine dans son étymologie ou au moins dans ses signifiés et usages de base, et à l’origine de nombreuses évolutions phonétiques jusqu’au Madrid d’aujourd’hui) bénéficie dans ce livre de l’excellence des recherches en histoire ; elle suggère que, sur ce point aussi, il faut être attentif aux sociétés humaines, autochtones ou étrangères. Ainsi, et de nouveau, intervient dans ce livre la dimension sociale, pierre de touche de ses méthodes et de ses résultats.

8Je m’arrêterai au moins encore sur un autre aspect de ce livre, son titre, au contenu évocateur et élégant : Madrid, petite ville de l’Islam médiéval (IXe-XXIe siècles). Souligner si nettement que le géographe de Ceuta al-Idrisi, qui écrit pour la cour de Sicile dans la première moitié du XIIe siècle, décrit le Madjrit d’alors comme une « petite ville » (madina sagira) n’est pas, de la part de Mazzoli-Guintard, une simple allusion, en passant ; c’est, au contraire, le trait qui articule toutes les situations de la localité et, partant, le fil conducteur des problématiques développées, car l’auteur connaît bien la valeur des notions historiographiques les plus récentes relatives aux petites villes, elle les explicite et les applique.

9Les contributions de ce livre de Christine Mazzoli-Guintard, tout à la fois opportun et excellent, serviront à faire avancer l’Histoire, mais aussi à dépasser des ignorances tenaces, à dissiper les brumes de tant d’idées fausses encore si présentes, à remettre en place plusieurs controverses, ce qui permettra de faire la distinction entre un imaginaire si enraciné et la réalité. Autour de la mémoire de Madrid, et dans une certaine mesure, ces idées circulent toujours ; ce n’est pas un hasard, en effet, que cette « petite ville d’al-Andalus », surgie comme acteur de l’histoire dès le IXe siècle, ait suivi un extraordinaire parcours biographique jusqu’à notre XXIe siècle, sur lequel continuent de planer de tenaces vestiges (textuels et archéologiques) d’une fondation urbaine médiévale que le futur a comblé.

Auteur

Universidad Complutense de Madrid

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search