Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps saccagés

 | 
Frédéric Chauvaud

Deuxième partie. Corps agressés et maltraités

L’inscription de la violence dans le corps des jeunes inadaptés de la Libération aux années 1980

Sophie Victorien

Texte intégral

1Le lien entre la santé et l’éducation est un thème très souvent développé dans l’immédiat après-guerre et explique en partie cet intérêt des spécialistes de l’enfance pour le corps et le bien-être physique des mineurs inadaptés. En effet, Thérèse Brosse dans son rapport pour l’Unesco sur les enfants de la guerre précise :

  • 1 Thérèse Brosse, L’enfant victime de la guerre : une étude de la situation européenne, Paris, Unesc (...)

« La catastrophe mondiale qui s’est abattue sur l’enfance l’a affectée dans son être physique de façon si profonde et si évidente que la misère et la maladie, par la gravité de leurs exigences, préoccupent beaucoup plus l’opinion que les problèmes d’éducation. Rappelons-nous à cet égard la déclaration faite lors de la récente conférence sur l’enfance qui a réuni à Lake Success, le 26 septembre 1948, les représentants de vingt-huit nations : “Avant d’essayer d’enseigner aux enfants du monde la fraternité et les droits de l’homme, nous devons les nourrir, les vêtir et les soigner. Il est vain de parler de démocratie à un enfant affamé. Cependant, si on le nourrit et si on lui donne des vêtements et un foyer, c’est lui enseigner un peu ce qu’est la fraternité1.” »

2Les établissements privés habilités par l’Éducation surveillée – internats de rééducation ou foyers de semi-liberté – accueillent dans un premier temps en priorité ces enfants de la guerre. Ils ne reçoivent pas uniquement des jeunes délinquants au titre de l’Ordonnance du 2 février 1945, mais également des jeunes en danger moral et physique dont la prise en charge est consacrée par l’ordonnance du 23 décembre 1958. En effet, les dossiers des mineurs placés en Seine-Maritime des années d’après-guerre jusqu’aux années 1980 révèlent les violences familiales dans lesquelles évoluent ces jeunes et l’inscription de celles-ci dans leur corps. Qu’ils aient subi des maltraitances, assisté aux coups échangés entre leurs parents ou qu’ils soient eux-mêmes violents jusqu’à terroriser leur entourage, les experts et les éducateurs sont très attentifs à ce vécu douloureux. Les stigmates signalant les maltraitances – cicatrices, marques de brûlure, hématomes, etc. –, et les troubles physiques – tics, onychophagie, bégaiement, énurésie, automutilations, etc. – sont ainsi scrupuleusement décrits dans les divers comptes rendus qu’ils soient médicaux ou non. De même, l’attention portée à ces corps meurtris, invite à se pencher sur le milieu familial des mineurs inadaptés où l’alcoolisme, les conflits et parfois l’impuissance des parents face à l’attitude de leur fils, illustrent les conditions où émerge cette violence extrême. Enfin, les conséquences de ces violences sont mises en avant dans les divers rapports pour expliquer les troubles du comportement du jeune. Verbalisant difficilement leur souffrance, certains mineurs reproduisent ce mode de fonctionnement dans leurs relations aux autres en frappant eux-mêmes leur entourage, en s’enfermant dans une attitude de bouc émissaire jusqu’à recevoir des coups des autres pensionnaires ou même en s’infligeant eux-mêmes des atteintes corporelles.

L’attention portée aux corps des jeunes inadaptés

3Les dossiers personnels des jeunes pensionnaires comportent notamment les rapports des divers spécialistes – éducateurs, médecins, neuropsychiatres, etc. – où leur personnalité mais également leur aspect physique et leur santé sont abordés dans le détail. Suivis dès leur arrivée et régulièrement au cours de leur séjour, les jeunes font l’objet de rapports médicaux. Cette préoccupation vis-à-vis de la santé fait partie intégrante de la prise en charge globale des mineurs, car celle-ci est parfois déficiente faute de soins réguliers et d’une hygiène suffisante dans la famille, et parce qu’il s’agit de ne pas exposer la collectivité à une quelconque épidémie. Cette attention scrupuleuse portée au corps est sous-tendue par ailleurs par l’idée d’intrication entre facteurs corporels et psychiques, théorie qui connaît un succès durable surtout dans les années 1950 et 1960.

Le corps au cœur des rapports des spécialistes de l’enfance

4Les principaux rapports des spécialistes comportent tous un chapitre sur l’examen physique du jeune inadapté. Dans chaque rapport d’accueil, de comportement et d’observation des établissements, la situation familiale du pensionnaire, les antécédents de ce dernier, l’attitude, les capacités mentales, la formation scolaire ou l’activité professionnelle et les loisirs ne sont pas les seuls sujets abordés. En effet, l’aspect physique, les fonctions vitales et la santé du jeune sont toujours évoqués, car ils peuvent expliquer son comportement. Le poids, la taille, les maladies et accidents, le sommeil et le réveil, l’hygiène, la tenue à table, les réactions physiques face aux contrariétés, la sexualité, tout est soigneusement étudié dans cette recherche alliant diagnostic et pronostic sur le jeune. Les rapports des médecins et des neuropsychiatres, particulièrement détaillés dans ce domaine, permettent de connaître l’entourage – maladies des grands-parents et parents notamment, état social de la famille, habitat, etc. – et le parcours médical du jeune depuis le déroulement de la grossesse et de l’accouchement, en passant par les vaccinations et les interventions chirurgicales, jusqu’aux troubles physiques décelés au cours de l’auscultation. Ce souci de la santé de l’enfant est très prégnant dans les années d’après-guerre, car la situation sanitaire du fait des difficultés de logement, des restrictions et des difficultés d’approvisionnement se prolongent jusqu’à la fin des années 1940. Les enfants de la guerre ont souffert dans leur grande majorité de la sous-nutrition dont les conséquences sont visibles sur le développement infantile, comme le souligne à nouveau Thérèse Brosse dans son rapport sur les effets de la guerre :

  • 2 Ibidem, p. 60.

« On sait que le poids souffre le premier de la sous-alimentation et du manque de soins, mais que la croissance se ralentit aussi après de longues privations ; ceci explique que dans les pays belligérants les enfants aient diminué de poids et de stature par rapport aux normes d’avant-guerre. Ces observations sont confirmées par les études du docteur Marie Meierhofer, de Zurich, consultante au village d’enfants Pestalozzi, en Suisse : Sur les quatre-vingt-quinze orphelins de guerre représentant six pays différents, douze seulement ont la taille des enfants suisse au même âge2. »

  • 3 Gilles Ragache, Les enfants de la guerre. Vivre, survivre et jouer en France 1939-1949, Paris, Per (...)

5L’état sanitaire pendant la guerre, mais aussi après la Libération, est inquiétant. On assiste en effet à une remontée de la mortalité infantile3, au développement ou à la résurgence de maladies, notamment de la tuberculose, causés par la malnutrition qui a fragilisé les organismes, et à des problèmes d’hygiène importants. Gilles Ragache insiste d’ailleurs sur ces problèmes sanitaires et leurs conséquences dans la période d’après-guerre :

  • 4 Ibidem, p. 244.

« Après plusieurs années de guerre et de privations, l’état sanitaire du pays s’est beaucoup dégradé pour les adultes comme pour les enfants. En témoigne le nombre de cas de gale, maladie de peau, très contagieuse redoutée dans les écoles, enregistrés à l’hôpital Saint-Louis à Paris4. »

  • 5 Par souci d’anonymat, tous les prénoms des jeunes cités ont été modifiés.

6Toutefois, quelle que soit la période, ces faiblesses physiques et ces maladies se retrouvent dans des familles défavorisées et signalent les difficultés du milieu où est élevé le jeune. Ainsi, Philippe5 est placé en 1978 par mesure de protection de l’enfance, dès l’âge de treize ans, au foyer fraternel de Beuzevillette, un internat de rééducation situé près du Havre. Les défaillances de sa famille se sont signalées non seulement par un absentéisme scolaire inquiétant, mais également par des problèmes d’hygiène si importants – poux et gale – que l’école menace d’expulser l’enfant. Ces « indices » ont permis d’alerter les services sociaux qui, après enquête, décident de retirer Philippe et ses dix frères et sœurs de leur famille où les scènes de bagarres auxquelles participent pêle-mêle parents et enfants se révèlent être courantes et peu propices à l’épanouissement de ces derniers. Dès lors, l’état sanitaire des pensionnaires des établissements spécialisés, est évalué au cours d’une visite médicale qui a lieu dans les premiers jours de leur arrivée. Le compte rendu de cet examen révèle très souvent des problèmes d’hygiène et d’alimentation et fait le bilan des soins médicaux à apporter faute de suivi régulier.

Les descriptions physiques des jeunes inadaptés

  • 6 Créée en 1948, l’Union nationale des associations régionales regroupe les associations régionales (...)
  • 7 « Extraits des rapports du IVe congrès de l’UNAR (Dijon, octobre 1952) », Sauvegarde de l’Enfance, (...)

7La prise en compte de la santé et de l’aspect physique des jeunes inadaptés répond également à la théorie largement répandue dans les années 1950 et 1960, qui insiste sur l’unité de l’être humain. Le corps n’est plus a priori le lieu signalant les futurs criminels, mais il peut agir sur la mentalité et inversement, comme le soulignent les participants au IVe congrès de l’UNAR6 en 1952. Cette interdépendance des phénomènes physiques et psychiques serait d’ailleurs particulièrement nette à la puberté7. Les descriptions physiques dans les rapports d’accueil et de comportement fournis par les établissements spécialisés sont pendant longtemps influencées par cette idée que l’aspect morphologique est lié à la personnalité.

  • 8 Jean-Pierre Jurmand, « Le corps dans l’observation des mineurs. Le cas des centres d’observation à (...)

« Dans de nombreux cas décrits, la personnalité reste très attachée à une caractérisation physique, qu’elle soit morphologique, organique ou fonctionnelle, renvoyant aussi bien à des questions de santé, à des aspects somatiques, physiologiques ou neurologiques8. »

8Toutefois, le résultat de ces analyses produites par les éducateurs n’est pas toujours à la hauteur des attentes du directeur, car elles relèvent davantage du jugement moral que de l’examen mené en toute objectivité. À plusieurs reprises, Guy Berland, directeur du Foyer fraternel de Beuzevillette, intervient dans les cahiers de suivi des mineurs pour rappeler que les observations doivent être objectives et pour préciser régulièrement : « J’espère bien qu’il ne s’agit pas encore de porter un jugement. » Malgré ces recommandations, les rapports restent parfois relativement sévères à l’instar de la description de ce pensionnaire du Foyer fraternel de Beuzevillette :

  • 9 Rapport de comportement, 21 février 1956, 2 p., dact., Foyer fraternel de Beuzevillette (Archives (...)

« Grand, dégingandé, le visage est anguleux. L’expression traduit surtout une grande stupidité. L’arrogance et la sûreté du jugement sont gênantes quand elles s’allient à un niveau intellectuel aussi bas. Des réflexions niaises et creuses, alimentées de clichés placés à tort et à travers, des gestes volontiers menaçants, des injures et des grossièretés, augmentent encore le ridicule de l’individu. Il s’habille à la “dure”, en garçon du milieu, mais ça lui va assez mal. La démarche est lourde et saccadée. Il n’est pas sale sur lui mais néglige souvent de se peigner ou de se raser pour se donner un genre. Toutes ces attitudes, c’est pour essayer d’extérioriser un aspect de garçon du milieu. Le résultat n’est pas du tout ce qu’il recherche et ne fait que l’ancrer dans un fort complexe d’infériorité qu’il ne parvient pas à dominer9. »

9Tel est le tableau brossé en 1956 de ce jeune homme de dix-neuf ans, abandonné à l’âge d’un mois, élevé par l’Assistance à l’Enfance et placé dans cet internat de rééducation pour des troubles caractériels. Hormis les observations quelque peu sévères, cet extrait du rapport de comportement, issu de la rubrique Apparence et présentation extérieure, montre combien le jeune est observé sous toutes les coutures : la taille, l’allure, le visage, les gestes, la démarche, l’hygiène. Tout est examiné et tout est prétexte à des conclusions sur sa personnalité révélant ici à la fois la stupidité, l’arrogance et un complexe d’infériorité. De plus, la manière de s’habiller et de se coiffer est un élément également important dans cette description : cette enveloppe détermine non seulement le regard de l’autre, mais exprime aussi l’image que le jeune essaie de se forger maladroitement à partir de ce corps et de cette personnalité en voie de construction. Mais l’observateur averti ne s’y trompe pas, car il sait déceler derrière cette apparence de « dur », les troubles physiques témoignant d’un mal-être voire de traumatismes. Principalement, les tics, le bégaiement, l’onychophagie et l’énurésie – ces deux dernières étant très fréquentes dans les dossiers consultés – sont à chaque fois signalés dans les rapports parce qu’ils peuvent traduire un trouble psychologique. De même, les médecins et les éducateurs sont très attentifs aux signes pouvant révéler des maltraitances, car la majorité des jeunes accueillis dans ces foyers sont en fait placés par mesure d’assistance éducative et de protection de l’enfance.

Le corps : témoin des maltraitances familiales

  • 10 Henri Joubrel, Mauvais garçons de bonnes familles. Causes, effets, remèdes de l’inadaptation des j (...)

10Qu’ils soient placés au titre de l’enfance en danger ou de l’ordonnance du 2 février 1945 sur la jeunesse délinquante, la consultation des dossiers montre un milieu familial souvent peu propice à leur épanouissement et légitimant, selon les services sociaux ou le juge des enfants, le placement dans une institution spécialisée. Quel que soit le motif de placement, la réitération de caractéristiques communes aux familles des jeunes placés, associant entre autres difficultés socio-économiques, alcoolisme, carences éducatives et violences, est soulevée par les spécialistes de l’enfance même si les « mauvais garçons de bonnes familles10 » sont également signalés. Le vécu de ces jeunes très souvent douloureux voire traumatique justifie une protection et une attention de tous les instants.

Les signes de maltraitance

11Le placement des jeunes délinquants ou en danger relève d’un souci de protection et de rééducation sous-tendu par l’idée, après enquête, que le milieu familial est jugé défaillant. Les pensionnaires ont toutefois la possibilité de se rendre dans leur famille certains week-ends et pendant les vacances. Malgré la volonté de travailler sur la normalisation des rapports avec celle-ci, ces retours dans le milieu d’origine pose problème aux institutions de manière récurrente. La directrice du Logis Saint-François, un internat de rééducation pour les garçons de sept à quatorze ans situé près de Fécamp, précise ainsi dans le rapport moral de 1961 :

  • 11 Rapport moral, année 1961, 12 p., dact., Logis Saint-François (Archives privées).

« Dans ces rapports parents-enfants, à remarquer une fois de plus, le danger des vacances en famille, que nous aimerions pourtant faciliter, mais qui nous ramènent souvent des enfants aussi perturbés que lors de leur entrée au Logis. Ceci dégage la nécessité qu’il y aurait de pouvoir entretenir avec les familles des rapports directs et nombreux, nous permettant de situer l’enfant dans le cadre familial, et d’aider les parents à le reprendre11. »

  • 12 Feuille de suivi, 4 p., Foyer fraternel de Beuzevillette (Archives privées).

12Ces difficultés peuvent s’expliquer par les carences éducatives de la famille, mises en avant dans les dossiers personnels, mais aussi par la violence visant parfois directement le jeune. Se pose alors la question de la nécessité de faire une mise au point avec les parents voire de suspendre les visites surtout quand les jeunes reviennent le corps marqué par les coups reçus. Ainsi, Robert est placé en 1979 au Foyer fraternel de Beuzevillette à l’âge de quinze ans, car il a des difficultés scolaires et des troubles du comportement. Il a été élevé avec sa sœur par sa belle-mère qui s’est remariée. Son père est en effet décédé quelques années auparavant et il n’a jamais revu sa mère depuis le divorce de ses parents. Ses débuts dans l’établissement ne sont pas très favorablement notés par les éducateurs qui tiennent régulièrement à jour sa feuille de suivi où sont inscrits les événements importants survenus au cours du placement. En effet, il houspille constamment ses camarades qui, énervés veulent « lui régler son compte12 ». Les éducateurs, qui ne sont pas informés des violences dont Robert est victime, estiment alors que celui-ci « est atteint ». Or, leur regard change progressivement à mesure que le jeune rend visite à sa famille, en témoignent ces commentaires :

  • 13 Ibidem.

« Le week-end d’avant les vacances s’est mal passé dit le gamin. Cependant nous l’envoyons chez lui pour les vacances. Au retour nous retrouvons notre petit [Robert] avec les yeux cernés [sic]13. »

13Un autre éducateur ajoute alors à la suite de cette remarque des détails sur ces maltraitances :

  • 14 Ibid.

« Ce dernier nous revient avec une dent cassée (boxe avec sa sœur de 18 ans qui aux dires du beau-père, ne se laisse pas faire), les yeux cernés (par maladresse son beau-père lui aurait mis du white-spirit dans les yeux en lui nettoyant le visage qu’il aurait auparavant barbouillé de peinture) et des bleus, hématomes sur les cuisses (volée donnée par son beau-père suite à la « non-productivité » de [Robert]). Nous devons contacter Mme [S.] et son mari et faire une mise au point en présence de [Robert]14. »

14Toutefois, la « mise au point » ne semble pas avoir les effets escomptés, bien au contraire :

  • 15 Ibid.

« Il revient de week-end, mais il semble que cela ne se soit pas très bien passé. En effet, cela ne s’est pas bien passé Le beau-père de [Robert] lui a reproché de nous avoir informé sur ce qui c’était passé pendant les vacances de Noël. M. [S.] a été jusqu’à préciser à [Robert] que ce qui se passait à la maison ne regardait pas les éducateurs du FFB. De plus, [Robert] ne doit plus appeler sa belle-mère “maman” mais Madame, et c’est ce qui semble avoir le plus affecté [Robert]. Le gamin semble vivre de plus en plus mal sa situation familiale, il ne souhaite pas se rendre en week-end chez lui15. »

15À la suite de ces incidents, le juge des enfants est averti par courrier et Robert ne retournera plus dans sa famille jusqu’à la fin de son séjour au Foyer fraternel de Beuzevillette. Il est d’ailleurs placé ensuite dans un autre établissement pour le tenir éloigné des violences du beau-père. La brutalité des punitions corporelles imprime sa marque sur le corps des jeunes maltraités. Les hématomes et les cicatrices sont autant d’indices dévoilant les abus dont ces jeunes font l’objet, mais dont beaucoup ne veulent pas parler. Ces stigmates révèlent non seulement les carences éducatives du milieu familial où l’alcoolisme côtoie très souvent les coups, mais aussi l’impuissance de certains parents à se faire entendre par la parole et la normalisation de l’usage des punitions corporelles au sein de la famille.

Un milieu familial en difficulté

16Les maltraitances dont sont victimes ces jeunes émergent dans la plupart des cas dans des familles fortement perturbées combinant difficultés économiques, sociales et culturelles et où les parents eux-mêmes sont en souffrance. Les vicissitudes de la vie marquent également de leur empreinte les parents comme le montre la description de la mère d’un pensionnaire du foyer de semi-liberté André Colleu, au Havre :

  • 16 Compte rendu en vue d’un placement en établissement spécialisé, 1978, 8 p., Foyer André Colleu (Ar (...)

« Onze ans plus jeune que son mari, c’est une personne de petite taille, de corpulence assez forte, au physique peu harmonieux, dû notamment à un strabisme convergent. Vêtue sans soin et sans goût, elle donne l’impression d’une femme triste, victime d’une vie sans joie16. »

17D’autres sont diminués physiquement par la maladie et/ou la consommation d’alcool qui est régulièrement mentionnée dans les enquêtes sociales, pointant ainsi du doigt non seulement les défaillances du milieu – l’alcool réduisant le contrôle de soi – mais aussi les problèmes inhérents à l’hérédo-alcoolisme. Ces parents font l’objet d’un tableau tout aussi peu flatteur :

  • 17 Enquête sociale, 1961, 4 p., Foyer de Trigauville (Archives privées).

« Le père est docker professionnel. C’est un homme rustre et violent, ivre presque en permanence. La mère est une pauvre créature sans volonté, d’aspect repoussant, usée prématurément par les excès alcooliques. Les scènes de violence sont fréquentes entre les époux. Le jeune est brimé, abusé, parfois molesté, il réclame une aide sociale17. »

  • 18 Rapport d’accueil, 12 septembre 1977, 6 p., Foyer fraternel de Beuzevillette (Archives privées).

18Les parents font donc également l’objet de divers commentaires dans les enquêtes sociales. Tout est soigneusement observé – avec plus ou moins d’objectivité – afin de mieux comprendre le milieu et le vécu du jeune qu’il soit en danger ou délinquant. Car ces derniers ne sont pas à l’abri de maltraitances de la part des parents qui, impuissants face à la conduite de leur fils, recourent parfois à des châtiments corporels très violents. Ainsi, Georges, quinze ans est placé au Foyer fraternel de Beuzevillette à la fin des années 1970, pour des petits vols, non pas au titre de l’ordonnance du 2 février 1945 mais au titre de la protection de l’enfance. En effet, pour empêcher son fils de sortir et de commettre de nouveaux vols, le père de Georges avait pris l’habitude de lui faire porter des chaînes aux chevilles avec un cadenas, ce qui provoquait les moqueries de ses frères et sœurs18. D’autres rapports mentionnent des cas de violences exercées par des pères dépassés par l’attitude de leurs fils, et qui, à bout d’arguments, les rouent de coups.

19Les divers rapports évoquent donc ces maltraitances exercées à mains nues ou avec des objets divers – l’usage des chaînes revenant toutefois régulièrement – et le climat violent dans lequel ont grandi beaucoup de pensionnaires. Celles-ci peuvent expliquer en grande partie leur comportement et leurs réactions, comme le souligne le motif de placement d’un pensionnaire du foyer de semi-liberté Les Terrasses, situé à Bois-Guillaume : « Le mineur est atteint de troubles du comportement réactionnels à la pathologie parentale. »

Le corps : lieu d’expression de la violence

20Face à la violence qu’ils ont pu subir dans leur milieu familial, certains des pensionnaires des établissements spécialisés reproduisent ce mode de fonctionnement en frappant leur entourage ou en s’enfermant dans une attitude de bouc émissaire. Ayant des difficultés à verbaliser leurs souffrances, le corps devient alors le lieu privilégié d’expression des sentiments. C’est pourquoi les divers spécialistes de l’enfance sont également très attentifs aux différentes réactions physiques et aux marques corporelles traduisant les difficultés du jeune.

Entre terreur et soumission des corps

21Plusieurs pensionnaires ne peuvent être gardés dans les établissements spécialisés car ils perturbent la vie en collectivité par leur comportement violent jusqu’à être qualifiés pour certains de « dangereux ». En effet, plusieurs incidents relatés dans les feuilles de suivi mentionnent des bagarres régulières et des réactions très violentes de jeunes, mécontents, utilisant leurs poings mais aussi des couteaux, des barres de fer, des crocs de dockers ou des serpes à l’encontre des éducateurs ou de leurs camarades – les dents cassées, les nez fracturés et les hématomes constituent les principales atteintes corporelles que les établissements aient à déplorer dans leurs rapports – ou pour casser des meubles, des portes ou des fenêtres.

  • 19 Rapport de comportement, 15 février 1960, 3 p., Foyer fraternel de Beuzevillette (Archives privées (...)
  • 20 Ibidem.
  • 21 Ibid.

22Ainsi, Heinz, né en 1942, est placé au Foyer fraternel de Beuzevillette en 1959 à la suite de vols divers. Son père, militaire allemand, a été tué au front. Toutefois, le jeune homme a été reconnu par sa mère, de nationalité allemande également, qui a dû travailler pour l’élever. Il a été placé dans les environs de Mayence, où il est né, pour le soustraire aux bombardements et ce, jusqu’en 1954, date à laquelle il est repris par sa mère qui s’est mariée avec un soldat français. Le rapport de comportement précise que « le milieu est sain » et « les conditions de vie normales19 ». Or, le garçon ne s’entend pas avec son beau-père et il éprouve beaucoup de difficultés à s’intégrer quand il arrive en France. En effet, à l’école, où il doit apprendre le français, il est raillé sur ses maladresses et ses erreurs. Cet adolescent « puéril, au grand corps inquiétant, est toujours le spécialiste du chahut, de la bagarre : il menace, injurie et brime facilement les camarades, extrêmement impulsif et violent, regrettant très vite d’ailleurs ses brutalités et ses injures20 ». Fortement perturbé par rapport à sa nationalité et par ses difficultés d’intégration, il est à la recherche d’une identité et d’une personnalité passant non seulement par « les chapeaux, chemises, foulards et vêtements excentriques aux couleurs voyantes21 », mais aussi par la brutalité.

23Ces réactions violentes illustrent la difficulté pour ces jeunes de passer par la parole pour exprimer leur souffrance ou simplement leur mécontentement. Le corps prend alors le relais dans des crises parfois impressionnantes comme l’illustre le cas de Jean. Il a été placé au Foyer Les Terrasses en 1958, car il fugue régulièrement pour échapper à sa mère « qui le frappe trop ». Cet adolescent de quinze ans, à la santé fragile, se fait remarquer durant son séjour par des manifestations, qualifiées de théâtrales, qui s’accompagnent de gesticulations et de pleurs lorsqu’il est contrarié. Un jour, quand il apprend qu’un de ses camarades a trouvé du travail, alors que lui, vient de quitter son employeur, il se met à pleurer et se débat. Une autre fois, toujours après une contrariété, il pleure, lance une chaise, donne des coups de pieds dans une porte, essaie de se frapper la tête contre un radiateur et se débat. Les conclusions de l’examen psychologique sont claires quant à l’influence de son vécu sur son comportement et la difficulté de communiquer avec les autres :

  • 22 Examen psychologique, 26 février 1959, 1 p., Foyer Les Terrasses (Archives privées).

« En résumé, [Jean] est un débile léger, resté “petit garçon” qui a souffert de l’autoritarisme inéducatif maternel et de carence paternelle, il a peu, ou d’insatisfaisants échanges avec autrui, ne possède pas de principes moraux. Il semble nécessaire de l’encadrer plusieurs années22. »

  • 23 Lettre du 8 décembre 1954 de Guy Berland au juge des enfants, 1 p., Foyer fraternel de Beuzevillet (...)
  • 24 Feuille de suivi, 4 p., Foyer fraternel de Beuzevillette (Archives privées).
  • 25 David Le Breton, La peau et la trace : sur les blessures de soi, Paris, Éditions Métailié, 2003, p (...)

24Peu prolixes sur leur mal-être, ayant donc connu pour certains ce seul mode de fonctionnement au sein de leur famille, comme le soulignent certains rapports de comportement, la brutalité peut aussi exprimer la « volonté de se venger des brimades connues dans le passé ». Ces dernières peuvent également enfermer le jeune dans une attitude de bouc émissaire, reproduisant ainsi sa position dans la famille. Des pensionnaires se posent alors en victimes consentantes dont les camarades peuvent « à leur gré abuser au point de vue sexuel23 ». D’autres cherchent régulièrement à provoquer par des insultes leurs camarades qui leur infligent de sévères corrections à l’instar de Robert, dont nous avons parlé auparavant, qui « emmerde les gars, les traite de tous les noms et se plaint de prendre des coups24 ». Enfin, le mal-être du jeune se manifeste parfois par des atteintes corporelles qu’il s’inflige. « Au lieu de hurler ou de manifester sa détresse contre le monde ou ceux qui en sont responsables, l’individu la retourne contre lui-même25. »

Des marques corporelles aux conduites à risque

25Les rapports des éducateurs sont également de plus en plus attentifs aux atteintes corporelles que les pensionnaires s’infligent. Celles-ci laissent leurs marques sur les corps, souvenirs de détresse et de souffrance non dites, matérialisés par des cicatrices et des marques de brûlure. Comme le souligne David Le Breton :

  • 26 Ibidem, p. 30.

« Mieux vaut la douleur (que l’on maîtrise) que la souffrance (qui s’impose sans rémission). S’il est loisible de résister à la première dans certains cas, la souffrance, elle, incarne toujours l’intolérable, l’excès qui détruit. La plaie matérialise la détresse, elle la fixe26. »

  • 27 Cette expression est une référence à l’ouvrage de David Le Breton, Signes d’identité, Tatouages, p (...)
  • 28 David Le Breton, La peau et la trace […], op. cit., p. 12.

26Ces scarifications ou automutilations sont parfois associées à des tatouages – poignard entouré d’un serpent, points disposés de manière symbolique, etc. – le plus souvent faits à l’aide d’une aiguille et d’une bouteille d’encre, lors d’un passage en prison ou dans une bande ou tout simplement dans la solitude d’une chambre. Ces « signes d’identité27 » ne sont pas en effet uniquement un moyen de faire taire la souffrance mais aussi « une manière de prendre des marques symboliques avec le monde28 ».

  • 29 Gérard Mauger, Les bandes, le milieu et la bohème populaire : études de sociologie de la déviance (...)
  • 30 Ibidem, p. 127.

27Toutefois, ces cicatrices peuvent être des souvenirs de tentatives de suicide dont certaines se déroulent au cours du placement dans l’établissement et nécessitent l’hospitalisation du jeune. Alain, placé au Foyer Les Terrasses au début des années 1970, est très marqué par ses multiples placements et vit difficilement sa situation d’enfant abandonné. Après avoir perdu son emploi, il s’entaille ainsi le bras et les poignets lors d’une décompression. Il est ensuite hospitalisé pendant un mois. Le foyer avait remarqué très tôt des signes indiquant une dépression en cours et des problèmes avec l’alcool. En effet, les conduites addictives, signes d’un mal-être certain, sont relativement répandues parmi les pensionnaires les plus fragilisés des établissements spécialisés. L’alcool, principale substance consommée, pose d’ailleurs de véritables problèmes non seulement de santé mais aussi de comportement car certains pensionnaires entrent dans de violentes colères après avoir bu et il est parfois difficile pour les éducateurs de les maîtriser. Il convient de mentionner également le cas de jeunes inhalant toutes sortes de solvants – notamment du trichloréthylène –, consommant des médicaments et divers stupéfiants – drogues dites douces mais aussi morphine, héroïne et cocaïne – dont la consommation circonscrite à la fin des années 1960 au milieu étudiant et « contre-culturel », se répand chez les jeunes des classes populaires29. Le but pour ces derniers est d’atteindre la « défonce30 » permettant d’échapper à une réalité trop dure à supporter et de réguler leur angoisse. Le problème devient si important que des structures spécialisées sont mises en place comme à Rouen, où face à la généralisation de ce phénomène, une équipe d’éducateurs est constituée en 1975 au sein de l’Association rouennaise d’éducation de la jeunesse pour intervenir auprès des toxicomanes dans le cadre de la prévention spécialisée :

  • 31 Rapport d’activités de la section toxicomanie, 11 p., Association rouennaise d’éducation de la jeu (...)

« Le nombre de toxicomanes augmente chaque jour. Nous avons constaté que nos moyens étaient disproportionnés par rapport aux besoins qui risquent malheureusement d’aller encore en grandissant. Nous assistions à la dégradation psychologique, physique et physiologique de jeunes. Nous avons assisté, impuissants, à la mort de deux d’entre eux. C’est ainsi que nous avons envisagé une partie de notre action future : la présence de l’éducateur chez le toxicomane, présence acceptée comme un élément neutre mais positif31. »

28Quelques années plus tard, cette même association met en place un centre de post-cure pour jeunes toxicomanes, situé entre Fécamp et Étretat. Toutefois, les éducateurs se sentent très souvent impuissants face à la consommation de drogues dures par leurs pensionnaires dont le séjour, émaillé parfois par des hospitalisations, se termine la plupart du temps par un retour dans la famille afin d’envisager une cure de désintoxication ou un renvoi après avoir non seulement consommé mais aussi vendu de la drogue dans l’établissement.

  • 32 Kim Hewitt, Mutilating the Body, Identity in Blood and Ink, Bowling Green, Bowling Green State Uni (...)

29Le corps à l’épreuve des jeunes inadaptés porte l’inscription de leur histoire douloureuse, leurs revendications et leurs souffrances. Ce corps serait marqué par l’empreinte du milieu familial, que les observateurs qualifient si souvent de pathogène car éprouvé par les carences éducatives et socio-économiques. En effet, dans les familles, considérées comme défaillantes, surgit parfois sur fonds d’alcoolisme, la violence, matérialisée par les maltraitances de plus en plus dénoncées à mesure que les droits de l’enfant s’affirment avec la Déclaration des droits de l’enfant de 1959, puis la Convention de l’ONU sur les droits de l’enfant de 1989, dont l’article 19 vise à « protéger l’enfant contre toutes formes de violence ». Le corps des jeunes inadaptés, qu’ils soient délinquants ou en danger, fait donc l’objet d’une description attentive des spécialistes de l’enfance, qui cherchent à interpréter les symptômes et les marques corporelles, pour dépasser les silences et les difficultés des jeunes à faire part de leurs problèmes. Les rapports des spécialistes comportent donc une lecture du corps que les pensionnaires malmènent d’ailleurs au gré de leur souffrance qu’ils essaient d’étouffer par des scarifications, des brûlures ou par la consommation de psychotropes. Le corps est ainsi le vecteur privilégié de la parole de l’adolescent et le lieu d’expression de sa douleur. Dès lors, « ce qui ne peut être dit en mots, devient un langage de sang et de douleur32 ».

Notes

1 Thérèse Brosse, L’enfant victime de la guerre : une étude de la situation européenne, Paris, Unesco, 1950, p. 9. Thérèse Brosse cite ici Chester Bowles, « Can we unite for the children? », Picture Post, London, 24 avril 1948, vol. XXXIX, p. 18.

2 Ibidem, p. 60.

3 Gilles Ragache, Les enfants de la guerre. Vivre, survivre et jouer en France 1939-1949, Paris, Perrin, 1997, p. 241.

4 Ibidem, p. 244.

5 Par souci d’anonymat, tous les prénoms des jeunes cités ont été modifiés.

6 Créée en 1948, l’Union nationale des associations régionales regroupe les associations régionales de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence (ARSEA) jusqu’en 1964.

7 « Extraits des rapports du IVe congrès de l’UNAR (Dijon, octobre 1952) », Sauvegarde de l’Enfance, no 5/6, 8e année, mai-juin 1953, p. 462.

8 Jean-Pierre Jurmand, « Le corps dans l’observation des mineurs. Le cas des centres d’observation à l’Éducation surveillée entre 1946 et 1956 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Le Temps de l’Histoire, no 8, décembre 2006, p. 94.

9 Rapport de comportement, 21 février 1956, 2 p., dact., Foyer fraternel de Beuzevillette (Archives privées).

10 Henri Joubrel, Mauvais garçons de bonnes familles. Causes, effets, remèdes de l’inadaptation des jeunes à la société, Paris, Montaigne, 1957, 255 p.

11 Rapport moral, année 1961, 12 p., dact., Logis Saint-François (Archives privées).

12 Feuille de suivi, 4 p., Foyer fraternel de Beuzevillette (Archives privées).

13 Ibidem.

14 Ibid.

15 Ibid.

16 Compte rendu en vue d’un placement en établissement spécialisé, 1978, 8 p., Foyer André Colleu (Archives privées).

17 Enquête sociale, 1961, 4 p., Foyer de Trigauville (Archives privées).

18 Rapport d’accueil, 12 septembre 1977, 6 p., Foyer fraternel de Beuzevillette (Archives privées).

19 Rapport de comportement, 15 février 1960, 3 p., Foyer fraternel de Beuzevillette (Archives privées).

20 Ibidem.

21 Ibid.

22 Examen psychologique, 26 février 1959, 1 p., Foyer Les Terrasses (Archives privées).

23 Lettre du 8 décembre 1954 de Guy Berland au juge des enfants, 1 p., Foyer fraternel de Beuzevillette (Archives privées).

24 Feuille de suivi, 4 p., Foyer fraternel de Beuzevillette (Archives privées).

25 David Le Breton, La peau et la trace : sur les blessures de soi, Paris, Éditions Métailié, 2003, p. 35.

26 Ibidem, p. 30.

27 Cette expression est une référence à l’ouvrage de David Le Breton, Signes d’identité, Tatouages, piercing et autres marques corporelles, Paris, Édition Métailié, 2002, 228 p.

28 David Le Breton, La peau et la trace […], op. cit., p. 12.

29 Gérard Mauger, Les bandes, le milieu et la bohème populaire : études de sociologie de la déviance des jeunes des classes populaires, 1975-2005, Paris, Belin, 2006, p. 126.

30 Ibidem, p. 127.

31 Rapport d’activités de la section toxicomanie, 11 p., Association rouennaise d’éducation de la jeunesse (Archives privées).

32 Kim Hewitt, Mutilating the Body, Identity in Blood and Ink, Bowling Green, Bowling Green State University Popular Press, 1997, p. 58. Cité dans David Le Breton, op. cit., p. 35.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540