Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps saccagés

 | 
Frédéric Chauvaud

Deuxième partie. Corps agressés et maltraités

La violence rébellionnaire : les atteintes corporelles aux gendarmes dans la France du premier XIXe siècle

Aurélien Lignereux

Texte intégral

  • 1 Citons l’état des lieux inaugural et incitatif d’Alain Corbin : « Histoire de la violence dans les (...)
  • 2 Frédéric Chauvaud et Jean-Luc Mayaud (dir.), Les Violences rurales au quotidien, Paris, Boutique d (...)
  • 3 Jean-Claude Caron, Frédéric Chauvaud, Emmanuel Fureix, Jean-Noël Luc (dir.), Entre violence et con (...)
  • 4 Pour un bilan programmatique : Jean-François Soulet, « Une nouvelle approche de la France rurale a (...)

1Objet d’étude privilégié parce que mettant à nu et documentant des tensions latentes, la rébellion est une scène familière du répertoire des historiens. Il aura pourtant fallu attendre le renouveau historiographique des vingt-cinq dernières années, avec l’essor de l’histoire de la justice et de celle des sensibilités, pour que la prise en compte de la violence devienne pleinement légitime1, qu’il s’agisse désormais d’établir des catégories nouvelles2 ou de réexaminer les crises sociopolitiques3. Dans cette perspective, les rébellions ont enfin pu être envisagées en tant que telles, c’est-à-dire non seulement comme un révélateur des conflits sociaux, économiques ou politiques qui en sont la raison de fond, mais aussi et d’abord comme un choc violent, résultant, outre du hiatus entre les normes locales et les codes nationaux, des ressorts d’une culture virile, fondée sur l’honneur et l’ostentation de la force4.

2Cette entreprise d’autonomisation du fait rébellionnaire passe par l’attention au risque physique, à condition de ne pas se restreindre au seul décompte des morts. Côtes cassées et nez en sang, doigts coupés et ongles retournés, sont autant de détails à relever, sans craindre de céder à l’attraction des minuties ou à l’habillage naturaliste. À la faveur de ce recentrage historiographique, plus rien n’est anecdotique ni impudique : l’étude de l’endurance et de la souffrance exige un tel inventaire, au-delà des formules convenues de mise dans les rapports de synthèse et reprises dans la bibliographie. Qu’est-ce que cela signifie que des gendarmes soient pris à parti, qu’ils fassent rempart de leurs corps pour protéger un maire ou qu’un prisonnier soit arraché de leurs mains ? Des verbes aussi frappants et récurrents qu’abîmer ou accabler de coups méritent que l’on s’y arrête. Bref, tout est-il dit lorsque les contemporains font état de gendarmes cruellement maltraités ?

  • 5 Entre autres réalisations : Jean-Noël Luc (dir.), Gendarmerie, État et société au XIXe siècle, Par (...)

3Entretenir l’ellipse revient à perpétuer l’approche révolue qui en faisait d’anonymes agents du maintien de l’ordre et de transparents producteurs de sources, avant que naisse un chantier de recherches en réaction à cette réduction de l’homme à sa fonction5. Or, dès lors que l’on se soucie de l’intégration sociale des gendarmes, il n’est plus possible de négliger le sens que revêtent les coups assenés par un braconnier dit de profession, l’interposition d’un petit notable, ou, plus troublant, la brutalité soudaine d’un voisin. Comment suivre la diffusion d’une culture professionnelle sans scruter l’exercice des sommations en cas d’attroupement, les défis sonores et les jurons vengeurs de gendarmes échaudés par la résistance qu’ils rencontrent, ou leurs supplications lorsqu’ils sont roués de coups ?

  • 6 Aurélien Lignereux, La France rébellionnaire. Les résistances à la gendarmerie (1800-1859), Rennes (...)

4L’enquête suppose de disposer d’un large panel de situations : les faits paroxystiques ne prennent tout leur sens qu’au sein d’affrontements plus communs ; l’abaissement du seuil de tolérance n’est mesurable que dans la durée. L’étude repose ici sur le relevé systématique des rébellions violentes et collectives contre des gendarmes dans la France des années 1800-1859, et suffisamment documentées par les archives centrales pour être reconstituées en détail. Chacune de ces 3 725 affaires fait l’objet d’une fiche décomposée en soixante entrées6. Il est ainsi possible de soumettre les types de violence à un traitement statistique d’ensemble.

  • 7 Sur le cadre juridico-politique des violences gendarmiques : Aurélien Lignereux, « La violence d’u (...)

5En acceptant de considérer ce total pour ce qu’il est – le fruit d’un corpus tributaire de sources parfois lacunaires –, il ressort qu’au moins 107 gendarmes et 247 rebelles sont tués au cours de ces heurts, le nombre de blessés se portant respectivement à 2 221 et 742. La précision de ces derniers chiffres ne doit pas cacher qu’il ne s’agit là que d’un élément de comparaison, ne serait-ce qu’à cause des incertitudes sur le terme blessure. Le renversement des proportions suggère de plus que le nombre de rebelles blessés est sous-évalué tant en raison de la prudence des gendarmes, peu désireux de trahir leur propre violence, que du silence de leurs adversaires, soucieux de cacher des blessures compromettantes. En revanche, le sort des gendarmes est mieux connu, ce qui incite à leur réserver cette enquête7. Celle-ci doit commencer par restituer aux atteintes corporelles leur place déterminante dans le déroulement des heurts.

La violence physique, facteur clef du rythme rébellionnaire

  • 8 Aurélien Lignereux, « Aspects rituels des rébellions à la gendarmerie dans la France du premier XI (...)
  • 9 Selon les termes des procès-verbaux transmis par l’Inspection générale de la gendarmerie au consei (...)
  • 10 Hennebont (Morbihan), 1er octobre 1833, Mézel (Basses-Alpes), 23 février 1834, Le Guislain (Manche (...)
  • 11 Gazette des tribunaux, 12 avril 1827.
  • 12 Compagnie de la Mayenne, mai 1829, AN, F7 4083.

6Souvent précédé d’injures8, le basculement dans la rébellion ne s’opère de fait que lorsque les protagonistes en viennent aux mains. Pour autant, il ne faut pas négliger la violence verbale. « Revenez, si vous osez ; nous étendrons vos peaux sur des bâtons », hurle en 1805 un berger de Majastre (Basses-Alpes), tandis que, l’année suivante, un pêcheur de La Ciotat s’écrie : « Il faut leur couper la tête9. » Dans les deux cas, ces menaces tonitruantes accompagnent la retraite de gendarmes venus arrêter des insoumis, pour les dissuader de se présenter à nouveau dans la commune. L’intimidation prend généralement place au début de l’altercation. Parfois prononcées comme en aparté, ces bravades entérinent la rébellion, sous peine d’une dérobade honteuse. « Il faut lui casser les reins », « Il faut qu’ils passent par mes mains », « Il faut les rosser », grondent ainsi des buveurs avinés chassés d’un cabaret, avant de passer à l’acte10. En cas d’infériorité flagrante, la violence se cantonne au registre symbolique. Le 21 août 1826, l’arrivée de deux brigades à Graignes (Manche), lors de l’assèchement litigieux des marais, exaspère les villageois. La femme Folliot invective de la sorte le lieutenant de Saint-Lô, qui la surplombe de son cheval : « Je voudrais être assez grande pour te déchirer la figure et t’arracher les yeux avec mes ongles11 », but qu’atteint en partie une autre femme, lors d’un trouble frumentaire à Ernée, le 9 mai 1829, écorchant le nez du lieutenant de Mayenne12.

  • 13 Jean-Yves Carluer, « Le gendarme, le maire et les Bas-Bretons. Quelques réflexions sur les représe (...)
  • 14 Aurélien Lignereux, « La force morale de la gendarmerie. Autorité et identité professionnelle dans (...)
  • 15 Le préfet de l’Hérault au conseiller d’État chargé du 3e arrondissement de police, 17 novembre 181 (...)
  • 16 Note pour le ministre de la Justice, AN, BB30 361.

7Joindre le geste à la parole est lourd de sens et de conséquence. Du porte-giberne au baudrier, l’uniforme offre certes des prises faciles, mais attraper le gendarme par ses aiguillettes ou piétiner son bicorne, c’est aussi s’en prendre aux signes ostensibles de son état13. Sa force morale méprisée14, il doit s’imposer sur la base du rapport de forces effectif, établi par le nombre, les armes et la résolution des parties. Lorsque l’individu interpellé prend l’initiative, ce nivellement des positions aboutit même à leur reversement. À Sète, le 11 novembre 1812, un père de famille saisit au collet le gendarme Morice en le traitant de « brigand15 » ; à Saint-Martin-la-Plaine, le 28 mai 1848, l’arrestation d’une voleuse de fruits échoue du fait de l’obstruction d’une trentaine de personnes : l’une d’elles saisit même un des gendarmes au collet16. L’inversion est d’autant plus significative qu’empoigner apparaît alors comme le mode d’action emblématique de la gendarmerie, dans le miroir des représentations mais d’abord dans la formulation de ses missions : saisir scande treize fois les trente points de l’énoncé du service ordinaire dans la loi du 28 germinal an VI (art. 125).

8Passer à l’acte a également un effet mimétique. Lever la main sur un gendarme libère les témoins de la scène, encouragés par l’exemple et par une forme d’impunité. L’individu qui prend le risque de porter le premier coup fixe le plus souvent les poursuites du ministère public, en accord avec les conceptions policières, politiques et judiciaires, centrées sur les « moteurs » de l’attroupement (art. 100, 213 et 221 du Code pénal de 1810). En outre, les gendarmes sont précis et prolixes dans leurs procès-verbaux sur les premières atteintes à leur égard, avant que la mêlée ne brouille leur perception des faits. Sont ainsi signalées tout spécialement les personnes ayant ceinturé, saisi à la gorge ou tenu un gendarme par les cheveux, pour favoriser une évasion ou pour l’exposer aux coups des autres.

9La justice vise aussi les auteurs d’un autre basculement – du premier coup au premier sang –, bien qu’elle peine à les atteindre. Ils ne se confondent pas en effet avec ceux volontiers qualifiés de « furieux », qu’identifie aisément une violence frontale et débridée. Souvent, les premiers ont blessé le gendarme à distance et parfois de dos. La violence est délibérée : il s’agit de le mettre hors d’état d’agir. Entrer en rébellion est un pis-aller pour desserrer une situation compromise, un recours qui n’a de sens qu’à condition de l’emporter, d’où ces mauvais coups portés d’emblée.

  • 17 Le lieutenant de gendarmerie à Vienne au ministre de la Guerre, 9 octobre 1848, SHD-DAT, F1 12.

10Si l’avantage n’est pas pris promptement, la situation s’enlise. Chaque partie se contente de repousser l’adversaire, de le désarmer (des attroupés s’enroulent les mains dans des mouchoirs pour saisir le sabre des gendarmes), de prévenir toute surprise (en tenant la bride des chevaux), sans chercher à le frapper, à le terrasser, à l’acculer à un geste désespéré et irréversible. Cette bousculade ne saurait cependant s’éterniser sans s’envenimer. À lire les procès-verbaux, la durée médiane des rébellions s’échelonne de trois à vingt minutes. L’irritation aidant, les coups se font plus vifs ; l’emploi d’une arme entraîne celle de l’adversaire. Autorisés à « repousser la force par la force », les gendarmes se prêtent à l’escalade, se gardant toutefois de l’initiative de franchir le palier suivant. À Vénissieux, le 8 octobre 1848, face à des chasseurs qui les chargent avec des fourches, les gendarmes se servent de leurs carabines comme des bâtons, jusqu’à ce qu’on leur tire dessus : c’est alors qu’ils ripostent par quelques coups de feu pour protéger leur retraite17.

  • 18 Le gendarme Bacquay, de Caden, qui s’attardait dans une boutique de Limerzel, est meurtri de coups (...)
  • 19 Le commandant de la compagnie du Puy-de-Dôme au ministre de l’Intérieur, 28 août 1833, AN, F7 6782

11L’escalade, du reste, n’est pas la seule dynamique en cause. À l’instar d’une bataille, c’est lorsque l’équilibre se rompt que la violence se déchaîne : les coups pleuvent sur le gendarme qui a trébuché. La résistance vire à la vengeance, il n’est plus question de contrecarrer sa mission, mais de lui faire payer dans sa chair la peur et la colère qu’a occasionné son intervention. Dans certains cas, les attroupés n’ont pas d’autre but que de faire mal aux gendarmes, privant ces derniers de toute échappatoire, qu’il s’agisse de représailles ciblées18, ou d’une violence gendarmophobe, telle que celle qui s’abat sur un gendarme de Clermont-Ferrand, roué de coups par huit ouvriers, avides de « tomber sur un grippe-jésus », au soir du 26 août 183319.

  • 20 Le Premier inspecteur général de la gendarmerie au Premier consul, 20 messidor an 11, AN, AFIV 132 (...)
  • 21 Arrêt de la cour d’appel de Douai du 24 février 1810, rapporté par le préfet du Nord au conseiller (...)

12Même lorsque l’objectif était de délivrer un prisonnier, et que cette fin est atteinte, il arrive que les rebelles s’acharnent sur les gendarmes. Traînés par les cheveux, jetés à terre, ils sont battus au point d’être « laissés pour morts », expression qui ponctue 2 % des affaires, part pas si négligeable vu le rapport de force. Abandonnés sans soins, ils sont quelquefois dépouillés de leur menue monnaie, de leurs armes et chapeaux. Les renforts les trouvent « baignés dans leur sang », comme ces deux gendarmes bordelais envoyés à Bruges, le 28 juin 1803, pour empêcher une rixe intercommunale20. Les autorités exploitent de telles circonstances pour mettre en cause la responsabilité communale, dans le cadre de la loi du 10 vendémiaire an IV, à l’exemple des 6 000 francs de dommages et intérêts ainsi que des frais de visite et de pansement, qui frappent les habitants de Cysoing, coupables de ne pas avoir porté assistance à un gendarme d’Orchies, gisant dans sa flaque de sang, le 1er juillet 1809, après qu’une rébellion lui a arraché un déserteur21.

  • 22 Des gendarmes sont battus à mort, les 28 décembre 1807, 4 avril 1808, 15 août 1819 et 13 avril 184 (...)
  • 23 Aux Aldudes, le 29 avril 1838, le brigadier Viollard, qui a tenté d’expulser des montagnards d’un (...)
  • 24 Susanna Barrows, Miroirs déformants. Réflexions sur la foule en France à la fin du XIXe siècle, Pa (...)
  • 25 Compagnie de l’Aveyron, juillet 1832, AN, F7 3937.

13En partie par peur de la répression, la mise à mort est évitée. Ici et là cependant, des coups de bâton portés sans retenue22 ou un coup de grâce délibéré23 achèvent tragiquement la rébellion. L’effet de groupe contribue paradoxalement au bilan limité des rébellions, en jouant le rôle de garde-fou. Il importe en effet de se déprendre des représentations édifiées à la fin du siècle sur les foules criminelles24, ne serait-ce que parce que l’effectif médian des attroupements se borne à 45 personnes. Efficaces pour dérouter l’instruction judiciaire, ces liens d’interconnaissance permettent toutefois aux magistrats, la pression aidant, d’identifier le coupable lorsqu’il y a eu mort d’homme. Le regard d’un voisin impose des limites à la violence. Une fois le prisonnier libéré, l’attroupement se disperse. La sympathie peut changer de camp dès lors que les gendarmes sont hors d’état de nuire. Le 8 juillet 1832, ceux de Sauveterre, brutalisés à l’excès par des moissonneurs, doivent leur salut à l’intercession de bergères, apitoyées par ces hommes étendus sans défense, respirant à peine25.

La mesure des violences corporelles

  • 26 Le capitaine à Tournon au commandant de la compagnie, 11 septembre 1852, AD Ardèche, 6 M 69.

14Le cours des rébellions est ainsi dicté par le déploiement de la violence. Il reste encore à en détailler les formes. Le relevé des armes atteste de la spontanéité de la plupart des affrontements. Il s’agit de faire flèche de tout bois : barre de fer, bâton ferré, broche à rôtir, bûche, canne, ciseaux ou compas de menuisier, couteau de cuisine, crochet, échalas, faucille, faux, fourche, gaule, hache, haut-volant, joug de bœuf, marteau de cloutier, massue, pieu, pioche, pique, serpe, trique, verge en fer… Sommés de quitter un cabaret, les buveurs s’emparent des bouteilles, des tabourets voire des tables, pour chasser les gendarmes ; pour déloger ces derniers hors du foyer, une femme les frappe à coups de sabot après leur avoir jeté des cendres à la figure, tandis que son mari, qui a d’abord voulu saisir ses armes sans les trouver à leur place, finit par se battre avec une pelle à feu, lors d’une saisie à Lemps26.

  • 27 Gazette des tribunaux, 18 avril 1835.
  • 28 Gazette des tribunaux, 21 août 1846.
  • 29 Le maréchal de Castellane au ministre de la Guerre, 7 avril 1857, SHD-DAT, G8 39.

15Le corps à corps se révèle acharné. Des dizaines de gendarmes sont mordus jusqu’au sang ; certains manquent de mourir étranglés ou étouffés : après avoir enlacé ses bras autour du cou d’un gendarme, la mère d’un réfractaire d’Ille-et-Vilaine se pend à lui, le courbe sous son poids et ne lâche prise que sous les coups de crosse du brigadier, qui dégage ainsi son subordonné crachant le sang avant de s’évanouir27. La masse d’un attroupement est à elle seule une arme, piétinant un gendarme à terre ou enveloppant de si près une brigade qu’elle se trouve incapable de manier le sabre. Armes de jet ou armes de contact conjuguent leurs effets. Les coups de pierres, mentionnés dans un quart des affaires, et se déclinant en fait du gravier aux pavés, sont souvent évoqués par la formule figée mais suggestive de la grêle. Projetées par une fronde, elles sifflent aux oreilles des gendarmes, quand elles ne les déchirent pas. Sans parler des armes à feu (exhibées et utilisées dans 17 % et 10 % des cas), cet inventaire laisse pressentir les dommages et la douleur subis : à Vannes, un coup de cravache fait jaillir du sang de la bouche et de la joue d’un gendarme, et un second coup aurait fendu son nez en quatre28 ; le casse-tête d’un Stéphanois interpellé dans la nuit du 5 avril 1857, avec une dizaine de ses camarades, mérite bien son nom29

  • 30 Patrick Bruneteaux, Maintenir l’ordre. Les transformations de la violence d’État en régime démocra (...)
  • 31 Arnaud-Dominique Houte et Aurélien Lignereux, « Du bicorne au képi : les gendarmes de la Belle Épo (...)

16La nouvelle histoire de la bataille, centrée sur le vécu des combattants, a su tirer profit de la répartition des blessures établie par les médecins militaires. À son échelle, la liste des atteintes corporelles lors des rébellions n’est pas sans enseignements, même si la modicité et la pluralité des coups invalident toute statistique : à lire les procès-verbaux, les gendarmes sont couramment touchés des chevilles jusqu’aux sourcils. Restreint aux chocs dangereux, l’inventaire en dit long sur l’inadaptation de l’équipement aux tâches de maintien de l’ordre. Il permet de mieux comprendre la « colère réparatrice30 » qui endeuille quelques rébellions, et, inversement, suggère le travail de contrôle de soi et la discipline du corps nécessaires. Embarrassés par leurs armes de guerre, les gendarmes sont dépourvus de protection ; le bicorne peut tout au plus amortir un coup de pierre. Il faut attendre la seconde moitié du siècle pour que se répandent les revendications au sein de la presse corporatiste, et encore la prudence est de mise vu que ce débat est lié à celui, controversé, de la création d’une force mobile spécialisée31.

  • 32 Dossier de procédure, AD Var, 2 U 290.
  • 33 AN, BB18 1174 ; Gazette des tribunaux, 1er août 1838.
  • 34 Gazette des tribunaux, 22-23 décembre 1851.

17Les blessures à la tête sont les plus spectaculaires. Un visage est vite tuméfié, le sang coule abondamment. À en croire l’adjoint du Beausset, il « sortait à grand bouillon de la bouche » du gendarme Blacas, frappé d’un coup de poing par un individu ivre, le 17 mai 183032. S’il est étourdi ou effrayé sur le coup, un gendarme peut être plus durablement marqué, depuis la balafre laissée par les ongles d’une femme jusqu’à la large cicatrice tracée au couteau. Après une rébellion en juin 1829, à Saint-Avit (Dordogne), l’un des gendarmes repart le « visage déchiré » ; maltraité près de Breil (Maine-et-Loire), le 26 juillet 1838, un brigadier rentre à Pouancé « tout défiguré33 ». Les coups à la mâchoire sont des plus douloureux, et un gendarme peut perdre jusqu’à six dents d’un coup de pierre. La poitrine est une autre partie sensible. Parfois renversé par la violence du choc, qu’il soit à pied ou à cheval, le gendarme ainsi touché crache du sang et doit s’aliter plusieurs semaines. Les blessures qualifiées de dangereuses rassemblent aussi toutes celles qui ont atteint le ventre et le bas-ventre. Les parties sexuelles sont quelquefois visées, endolorissant durablement le gendarme, dès lors qu’il ne s’agit pas de simples coups de pied, mais de coups de crosse34.

18Le relevé des atteintes témoigne du cours du combat rébellionnaire, à l’exemple des nombreux chocs constatés aux reins, aux cuisses ou aux genoux de gendarmes montés. L’épaule est souvent contusionnée. Des gendarmes renversés ont l’avant-bras cassé pour avoir paré comme ils pouvaient les coups qu’on leur assenait. Enfin, bien que bénignes, les traces portées sur les mains ne sont pas anodines : poignets écorchés, ongles retournés, pouces foulés ou mains mordues rappellent les tentatives obstinées pour enlever un prisonnier. Ces égratignures confirment le bon niveau de la documentation, ce qui s’explique par l’enjeu que revêt l’évaluation des chocs subis.

19Après la rébellion, des officiers de santé visitent les gendarmes. Leurs rapports précisent la nature des coups constatés (blessure, fracture, foulure, fêlure, écorchure…), leur forme et leur taille (quadrangulaire, de la grosseur d’une pièce de monnaie…), le type d’arme en cause (contondante, perçante, tranchante…), et éclairent le déroulement de la scène (blessures sur le côté, par derrière…). Une estimation du nombre de jours d’indisponibilité clôt le rapport et les éventuelles séquelles sont soulignées : quelques gendarmes ressortent en effet éborgnés ou estropiés, ce qui précipite leur mise à la retraite.

  • 35 Procès-verbal de la brigade de Lamure, 18 août 1831, AN, F7 6782.

20Cette expertise médicale sert en outre à nourrir l’enquête et à caractériser l’infraction. Face aux dénégations de tout un village, une blessure est parfois la seule trace des faits, d’où leur relevé exhaustif : après une rébellion à Saint-Nizier-d’Azergues (Rhône), le 18 août 1831, où un déserteur a été enlevé aux gendarmes de Lamure, ceux-ci enregistrent les chocs subis, depuis la contusion à l’œil gauche du brigadier jusqu’au coup de pierre sur la fesse gauche du gendarme Faure35… De fait, cet inventaire dérisoire n’en est pas moins essentiel dans la mesure où il vise à authentifier la rébellion et à légitimer la violence dont les gendarmes ont usé : un doigt démis ou une cheville écorchée suffisent à justifier les coups de sabre qu’ils ont distribués, en guise de réplique, à leurs assaillants.

  • 36 Compte rendu du président des assises de la Loire, 4e trimestre 1839, AN, BB20 101.
  • 37 Le sous-lieutenant de Castelnaudary au ministre de la Guerre, 3 février 1858, SHD-DAT, G8 52.
  • 38 Le procureur général de Toulouse au ministre de la Justice, 16 mars 1825, AN, BB18 1120.

21Pour frapper le jury, des uniformes maculés de sang sont exposés en cours d’assises, comme après une rébellion à Poncin, le 6 juin 1839, à la suite de laquelle onze blessures ont été relevées sur le gendarme Durrieux, qui en a été malade douze jours, tandis que son collègue Brun, blessé en trois endroits, est resté alité dix-huit jours durant36. On comprend mieux qu’un officier en vienne à regretter que le coup de pierre qui a atteint un de ses subordonnés à Peixora, le 31 janvier 1858, n’ait pas laissé de traces37 ! On saisit aussi l’importance de l’expertise médicale, seule en mesure de faire autorité en justice. Bien que signalées dans leur procès-verbal, les blessures, causées à deux gendarmes de Saint-Béat par des pierres lancées par les proches d’un déserteur, n’ayant pas été certifiées par les médecins, l’affaire est renvoyée en police correctionnelle, où elle aboutira à la relaxe du seul prévenu38.

22Cette tendance à poursuivre surtout les violences physiques contredit le Code pénal, qui qualifie comme rébellion « toute attaque, toute résistance avec violence et voie de fait » contre un représentant de la loi dans l’exercice de ces fonctions (art. 209). Il suffit d’une bousculade voire d’un geste menaçant (lever un bâton, sans parler d’épauler un fusil) pour caractériser la rébellion. Porter un coup, « même sans arme, et sans qu’il en soit résulté des blessures » est conçu comme un palier de violence supplémentaire (art. 230) ; lorsque « les violences ont été cause d’effusion de sang, blessures et maladies », la réclusion est prévue (art. 231). Cette sévérité est propre à effaroucher les jurés, à l’instar de celui de la Loire, qui, dans le cas de l’affaire de Poncin, rejette l’imputation de violence malgré les uniformes sanglants, tout comme il ne retient pas l’usage de bâtons et de pierres alors même que des portes et des fenêtres ont été brisées…

Des violences ordinaires au massacre

  • 39 Interrogatoire du 7 juin 1852, AD Var, 2 U 428.

23C’est dire que la reconnaissance de la gravité des atteintes aux gendarmes est affaire de représentations. À cet égard, le double mouvement qui s’opère à partir des années 1830 est à souligner. D’une part, une veine apologétique se développe, louant l’humanité et la bonté du gendarme. Centré sur l’individu plutôt que sur l’institution, ce discours entend sensibiliser l’opinion au stoïcisme du gendarme, souffre-douleur des foules en colère. L’accent mis sur son statut de père de famille cherche à responsabiliser ses éventuels agresseurs ; ceux-ci en tiennent compte dans leur stratégie défensive. Jean-Baptise Marius Mourre, un des insurgés de Cuers du 5 décembre 1851, nie avoir renversé le gendarme Bœuf pour l’exposer aux coups de la foule, et prétend au contraire qu’il a voulu le sauver : « Je dis à Rampin qui se trouvait près de moi, c’est un père de famille, Sauvons-le. Je pris alors Bœuf par le bras d’une main, tandis que j’élevais l’autre au-dessus de lui pour le garantir des coups39. » D’autre part, la rébellion cesse d’être excusée, voire valorisée comme elle a pu l’être par les libéraux sous la Restauration, et subit un processus de criminalisation, qui en fait l’apanage de délinquants d’habitude, de révolutionnaires sans scrupules ou de forcenés hors de la civilisation. Leur violence débridée contre des gendarmes est complaisamment décrite, dans la mesure où peindre leurs gestes sous les couleurs de l’emportement suffit à disqualifier leur mécontentement.

  • 40 Nathalie Alzas, « Rites de violence et fêtes royalistes dans l’Hérault ou comment s’affirmer major (...)
  • 41 AN, F7 4069 et SHD-DAT, E5 138 ; Christophe Aubert, « Les missions politiques de la gendarmerie en (...)
  • 42 Le 8 décembre 1840, le procureur général d’Angers s’émeut auprès du ministre de l’Intérieur de ces (...)

24Cette stigmatisation s’accentue avec la portée politique du conflit. Il est vrai que la violence culmine alors : la moitié des gendarmes tués l’ont été au cours de rébellions à but immédiatement politique, affaires qui représentent pourtant moins d’un cinquième du corpus. Lorsque les passions partisanes s’exacerbent, le gendarme en vient à faire figure d’ennemi. Des mises à mort, associant violence et humiliation, avaient marqué la Révolution, à l’image du supplice enduré par un gendarme de l’Isle-sur-la-Sorgue, « traîné dans les rues, obligé de tenir une bouteille de vin à la main, avant d’avoir les yeux crevés et d’être exécuté sur l’autel de la Patrie40 ». Ces rituels cruels n’ont plus cours par la suite, même si certains épisodes s’en rapprochent. Après un guet-apens près de Maulévrier, le 27 avril 1831, la bande de Dixneuf et des frères Allard mutile les corps des gendarmes qu’ils ont abattus41. La scène est du reste à la conjonction des haines politiques et privées, témoignant à la fois du point de non retour atteint par une poignée de chouans et du ressentiment de réfractaires traqués sans merci. Ces vengeances émaillent le Maine-et-Loire jusqu’au début des années 1840 : à la Chapelle-Rousselin, le 22 novembre 1840, deux gendarmes ne ressortent qu’« horriblement maltraités » du piège que leur ont tendu huit insoumis42.

  • 43 Frédéric Chauvaud, Les Passions villageoises au XIXe siècle. Les émotions rurales dans les pays de (...)
  • 44 Aurélien Lignereux, « La création d’un bouc émissaire : la Gendarmerie royale de Paris dans les ré (...)
  • 45 À Bédarieux, « un gendarme est aussitôt saisi, on le garrotte des pieds à la tête, on l’étrangle p (...)
  • 46 Le maréchal des logis Gardette dépose par écrit sur l’affaire de Sainte-Bazeille. Et pour cause : (...)
  • 47 Voir notamment : Maurice Agulhon, La République au village. Les populations du Var de la Révolutio (...)

25Proches des inimitiés publiques qui peuvent déchirer l’espace villageois et parfois se solder macabrement dans la solitude d’un sous-bois43, ces règlements de compte teintés de politique n’ont guère eu d’écho, comparés aux grands épisodes insurrectionnels. Le cas des Trois Glorieuses est remarquable en ce sens que la violence annoncée contre la gendarmerie royale de Paris est démentie par les faits, mais qu’elle n’en est pas moins intégrée et instrumentalisée dans la construction médiatique de l’événement44. En décembre 1851, la propagande bonapartiste a pu quant à elle étayer l’image de la jacquerie par quelques massacres indiscutables : neuf gendarmes sont tués ainsi que deux membres de leur famille. Leurs souffrances fondent un martyrologue, amplifié par la presse45 et alimenté par les gendarmes survivants46, en dépit des réserves de leur institution. Si le récit des scènes de Bédarieux, de Clamecy et de Cuers n’est plus à faire47, on ne saurait trop souligner la focalisation sur les atteintes au corps des victimes : le cadavre du maréchal des logis Léotard a été émasculé, cinquante et une blessures ont été relevées sur celui du gendarme Bidan ; des violences postmortem auraient été commises sur le brigadier Lambert.

  • 48 Journal de Toulouse, 11 décembre 1851, d’après L’Écho de Lodève.
  • 49 Conseil de guerre de la 10e division militaire, Gazette des tribunaux, 19 mai 1852.

26Pareil acharnement a fait l’objet d’interprétations contradictoires de la part des contemporains, qui en font tantôt le déchaînement d’une foule aveugle, mue par ses mauvais instincts, tantôt une mise à mort assumée collectivement afin de resserrer les liens déjà noués par le rituel des sociétés secrètes, tantôt le résultat de haines interpersonnelles, des braconniers ayant assouvi leur vengeance dans le contexte insurrectionnel. La transgression que constituent ces mutilations est parfois perçue comme un message de radicalité, dont le support est le corps même du gendarme, mais elle est le plus souvent érigée en preuve de la démoralisation de populations sans religion ni tabou. C’est justifier le thème de la reconquête morale sur le mode de la restauration là où il s’agit plutôt de l’accentuation de l’écart des seuils de sensibilité – l’opinion socialement dominante ne tolérant plus le spectacle public de la mort, comme l’a montré à l’envie l’historiographie des exécutions capitales. Même après le rétablissement de l’ordre à Bédarieux, le corps d’un gendarme aurait été laissé gisant sur un tas de fumier plusieurs jours durant48 ; « [l] es cadavres transportés à l’hôpital y furent l’objet d’une déplorable curiosité. La foule voulait encore qu’on les transportât au cimetière le cercueil découvert, pour se repaître plus longtemps de ce hideux spectacle », s’offusque le procureur de la République de Béziers49.

  • 50 Aurélien Lignereux, « Les rébellions juvéniles à la gendarmerie dans la France du premier XIXe siè (...)

27Si finir sur l’évocation de décembre 1851 a le mérite de marquer le terme de la gradation dans l’échelle des violences, il importe de rappeler fermement la conclusion qu’impose le corpus rébellionnaire : fréquentes et frappantes, les atteintes corporelles contre les gendarmes ne sont que rarement mortelles. De fait, un jeu de balancier caractérise ces rébellions, les cantonnant à un degré intermédiaire de violence. Parce que les gendarmes sont des hommes d’un physique plutôt imposant, parce qu’ils sont armés, qu’ils portent l’uniforme, et sont souvent montés, des populations prises de court ne reculent pas devant l’usage de la violence brutale que la brigade alimente en partie par ses répliques et parfois par ses provocations. En contexte de rixe (10 % des affaires), il est certain que la tentation de se frotter aux gendarmes n’est pas étrangère au retournement des jeunesses rivales contre les gendarmes venus s’interposer, comme un rituel extrême d’affirmation virile50. Cependant, les coups les plus dangereux sont en général évités parce qu’il est risqué de pousser dans leurs derniers retranchements des soldats armés et parce que, s’il est aisé d’obtenir l’indulgence des jurés et même la clémence des magistrats lorsque les faits se sont bornés à quelques hématomes, la mort d’un gendarme appelle une répression sans faille.

28À l’instar de la gradation parallèle des armes de règle dans la majorité des rébellions, une adéquation lie le type d’agents de l’ordre et le degré de violence : alors qu’un maire est souvent injurié et parfois molesté, l’usage des armes est réservé à des adversaires tels que les gendarmes, avant un dernier stade de radicalité face à l’armée. Il est admis que les gendarmes peuvent endurer toutes les atteintes d’un vigoureux corps à corps. Dans cette perspective, le recul de la violence à leur encontre relève en partie de l’évolution de leur image au fil du siècle. Le versant martial de la fonction sous Napoléon autorise une violence rageuse, qui s’affaiblit à mesure que s’affadit cette image guerrière, à la faveur de la banalisation de la présence gendarmique sur le territoire (dès 1852, chaque canton possède une brigade), de l’essor des missions de police judiciaire et de la généralisation du service militaire.

Notes

1 Citons l’état des lieux inaugural et incitatif d’Alain Corbin : « Histoire de la violence dans les campagnes françaises au XIXe siècle. Esquisse d’un bilan », Ethnologie française, t. XXI, no 3, 1991, p. 224-236.

2 Frédéric Chauvaud et Jean-Luc Mayaud (dir.), Les Violences rurales au quotidien, Paris, Boutique de l’Histoire, 2005, p. 9-34.

3 Jean-Claude Caron, Frédéric Chauvaud, Emmanuel Fureix, Jean-Noël Luc (dir.), Entre violence et conciliation. La résolution des conflits sociopolitiques en Europe au XIXe siècle, Rennes, PUR, 2008, 363 p.

4 Pour un bilan programmatique : Jean-François Soulet, « Une nouvelle approche de la France rurale au XIXe siècle », Revue historique, CCLXXIX-2, avril-juin 1988, p. 381-392 ; pour une monographie exemplaire : François Ploux, Guerres paysannes en Quercy. Violences, conciliations et répression pénale dans les campagnes du Lot (1810-1860), Paris, Boutique de l’Histoire, 2002, 376 p.

5 Entre autres réalisations : Jean-Noël Luc (dir.), Gendarmerie, État et société au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, 510 p. ; Arnaud-Dominique Houte, Le Métier de gendarme national au XIXe siècle. Pratiques professionnelles, esprit de corps et insertion sociale de la Monarchie de Juillet à la Grande Guerre, doctorat, dir. J.-N. Luc, Paris IV-Sorbonne, 2006, 978 p.

6 Aurélien Lignereux, La France rébellionnaire. Les résistances à la gendarmerie (1800-1859), Rennes, PUR, 2008, 365 p.

7 Sur le cadre juridico-politique des violences gendarmiques : Aurélien Lignereux, « La violence d’une force de l’ordre : la gendarmerie et la répression des rébellions (1800-1859) », Déviance et Société, vol. 32, no 1, mars 2008, p. 47-59.

8 Aurélien Lignereux, « Aspects rituels des rébellions à la gendarmerie dans la France du premier XIXe siècle », dans F. Pitou et J. Sainclivier (dir.), Les Affrontements. Usages, discours, rituels, Rennes, PUR, 2008, p. 135-146.

9 Selon les termes des procès-verbaux transmis par l’Inspection générale de la gendarmerie au conseiller d’État chargé du 3e arrondissement de police, AN, F7 8397 et 8417.

10 Hennebont (Morbihan), 1er octobre 1833, Mézel (Basses-Alpes), 23 février 1834, Le Guislain (Manche), 4 juillet 1852, Archives nationales (AN), F7 6782, F7 3918 et Service historique de la Défense-Département de l’Armée de Terre (SHD-DAT), F1 63.

11 Gazette des tribunaux, 12 avril 1827.

12 Compagnie de la Mayenne, mai 1829, AN, F7 4083.

13 Jean-Yves Carluer, « Le gendarme, le maire et les Bas-Bretons. Quelques réflexions sur les représentations du pouvoir et la fragilité des épaulettes et des aiguillettes au XIXe », Kreiz, no 13, 2000, Violence et société en Bretagne et dans les pays celtiques, p. 505-521.

14 Aurélien Lignereux, « La force morale de la gendarmerie. Autorité et identité professionnelle dans la France du premier XIXe siècle », Le Mouvement social, dir. P. Karila-Cohen, Faire autorité dans la France du XIXe siècle, no 224, juil.-sept. 2008, p. 35-46.

15 Le préfet de l’Hérault au conseiller d’État chargé du 3e arrondissement de police, 17 novembre 1812, AN, F8685.

16 Note pour le ministre de la Justice, AN, BB30 361.

17 Le lieutenant de gendarmerie à Vienne au ministre de la Guerre, 9 octobre 1848, SHD-DAT, F1 12.

18 Le gendarme Bacquay, de Caden, qui s’attardait dans une boutique de Limerzel, est meurtri de coups par cinq individus qui, l’ayant repéré, ont fait irruption. Deux réfractaires de la contrée ont été reconnus ; compagnie du Morbihan, mars 1836, AN, F7 4094.

19 Le commandant de la compagnie du Puy-de-Dôme au ministre de l’Intérieur, 28 août 1833, AN, F7 6782.

20 Le Premier inspecteur général de la gendarmerie au Premier consul, 20 messidor an 11, AN, AFIV 1327.

21 Arrêt de la cour d’appel de Douai du 24 février 1810, rapporté par le préfet du Nord au conseiller d’État chargé du 1er arrondissement de police, 13 avril 1810, AN, F7 8236.

22 Des gendarmes sont battus à mort, les 28 décembre 1807, 4 avril 1808, 15 août 1819 et 13 avril 1848, en Corrèze. Sur ce maniement brutal du bâton, Charles Wright, « Retour critique sur une catégorie de l’historiographie : les violences contre l’État. Corrèze, 1800-1860 », Ruralia, no 20, 2007.

23 Aux Aldudes, le 29 avril 1838, le brigadier Viollard, qui a tenté d’expulser des montagnards d’un cabaret, est « horriblement massacré » : terrassé, ils lui fracassent la tête avec un bloc de rocher (Gazette des tribunaux, 14 mai 1840).

24 Susanna Barrows, Miroirs déformants. Réflexions sur la foule en France à la fin du XIXe siècle, Paris, Aubier, 1990, 226 p.

25 Compagnie de l’Aveyron, juillet 1832, AN, F7 3937.

26 Le capitaine à Tournon au commandant de la compagnie, 11 septembre 1852, AD Ardèche, 6 M 69.

27 Gazette des tribunaux, 18 avril 1835.

28 Gazette des tribunaux, 21 août 1846.

29 Le maréchal de Castellane au ministre de la Guerre, 7 avril 1857, SHD-DAT, G8 39.

30 Patrick Bruneteaux, Maintenir l’ordre. Les transformations de la violence d’État en régime démocratique, Paris, Presses de la FNSP, 1996, p. 91-99.

31 Arnaud-Dominique Houte et Aurélien Lignereux, « Du bicorne au képi : les gendarmes de la Belle Époque à la croisée des chemins », dans J.-N. Luc (dir.), La Gendarmerie au XXe siècle. Actes du colloque de la Sorbonne, 13-14 juin 2003, à paraître aux PUPS.

32 Dossier de procédure, AD Var, 2 U 290.

33 AN, BB18 1174 ; Gazette des tribunaux, 1er août 1838.

34 Gazette des tribunaux, 22-23 décembre 1851.

35 Procès-verbal de la brigade de Lamure, 18 août 1831, AN, F7 6782.

36 Compte rendu du président des assises de la Loire, 4e trimestre 1839, AN, BB20 101.

37 Le sous-lieutenant de Castelnaudary au ministre de la Guerre, 3 février 1858, SHD-DAT, G8 52.

38 Le procureur général de Toulouse au ministre de la Justice, 16 mars 1825, AN, BB18 1120.

39 Interrogatoire du 7 juin 1852, AD Var, 2 U 428.

40 Nathalie Alzas, « Rites de violence et fêtes royalistes dans l’Hérault ou comment s’affirmer majoritaire sous le Directoire », dans C. Peyrard (dir.), Minorités politiques en Révolution, 1789-1799, Aix-en-Provence, PUP, 2007, p. 118.

41 AN, F7 4069 et SHD-DAT, E5 138 ; Christophe Aubert, « Les missions politiques de la gendarmerie en Maine-et-Loire sous la monarchie de Juillet et le Second Empire », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 114, juin 2007, p. 127.

42 Le 8 décembre 1840, le procureur général d’Angers s’émeut auprès du ministre de l’Intérieur de ces haines qui retombent sur les gendarmes isolés, AN, BB18 1387.

43 Frédéric Chauvaud, Les Passions villageoises au XIXe siècle. Les émotions rurales dans les pays de Beauce, du Hurepoix et du Mantois, Paris, Publisud, 1995, 272 p.

44 Aurélien Lignereux, « La création d’un bouc émissaire : la Gendarmerie royale de Paris dans les récits des Trois Glorieuses », Entre violence et conciliation, op. cit., p. 51-61.

45 À Bédarieux, « un gendarme est aussitôt saisi, on le garrotte des pieds à la tête, on l’étrangle par degrés, et, sur sa prière même, on le fusille à bout portant dans la rue », Journal de Toulouse, 11 décembre 1851.

46 Le maréchal des logis Gardette dépose par écrit sur l’affaire de Sainte-Bazeille. Et pour cause : il est encore alité suite aux odieux traitements que les insurgés lui auraient fait subir, à coups de sabre et de baïonnette, n’échappant au coup de broche fatal qu’en faisant le mort (Gazette des tribunaux, 15 janvier 1852).

47 Voir notamment : Maurice Agulhon, La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la Seconde République, Paris, Plon, 1970, p. 418-435 ; Jean-Noël Luc, « L’assassinat du gendarme Bidan à Clamecy », Sociétés & Représentations, no 6, 1998, Violences, dir. F. Chauvaud, p. 397-405.

48 Journal de Toulouse, 11 décembre 1851, d’après L’Écho de Lodève.

49 Conseil de guerre de la 10e division militaire, Gazette des tribunaux, 19 mai 1852.

50 Aurélien Lignereux, « Les rébellions juvéniles à la gendarmerie dans la France du premier XIXe siècle (1800-1859) » et François Ploux, « La violence des jeunes dans les campagnes du Sud-Ouest au XIXe siècle : ethos agonistique et masculinité », dans D. Niget et X. Rousseaux (dir.), Le Temps de l’histoire. Revue de l’enfance « irrégulière », no 9, novembre 2007, Violences et jeunesse, p. 59-77 et p. 79-89.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540