Version classiqueVersion mobile

Corps saccagés

 | 
Frédéric Chauvaud

Première partie. Corps indiciaires et interprétés

Le corps autopsié à l’épreuve au XIXe siècle

Sandra Menenteau

Texte intégral

  • 1 Archives départementales des Deux-Sèvres (ADDS), 2U 146, « Dossiers de la cour d’assises de Niort. (...)
  • 2 ADDS, 2U 185, « Dossiers de la cour d’assises de Niort. Infanticide », Procès-verbal du rapport du (...)

1Le 24 avril 1835, les Drs Louis Marie Modeste Mestayer et Philibert Dusouil, deux médecins exerçant dans l’arrondissement de Melle, dans les Deux-Sèvres, constatent que le vieillard qu’ils examinent présente une « plaie située à la partie moyenne du pariétal droit et un peu en arrière, de forme cruciale, d’un pouce d’étendue1 ». Leur confrère de Niort, le Dr Chebron, en juillet 1843, observe que le cuir chevelu du nouveau-né qu’il inspecte est « coupé dans le sens longitudinal du front à l’occiput2 ». Les deux observations relatent une atteinte à l’intégralité corporelle d’un individu. Le corps porte les stigmates de l’expression de cette brutalité, il en fait le récit. Cependant, une différence notable distingue les deux constatations : la première décrit une blessure reçue par la victime lors de l’agression, alors que la seconde détaille l’une des incisions pratiquées par le médecin expert durant l’examen cadavérique.

  • 3 Article 44 du Code d’instruction criminelle : « S’il s’agit d’une mort violente, ou d’une mort don (...)
  • 4 La catégorie des actes cadavériques comprend la dissection anatomique, l’embaumement, le moulage f (...)

2L’autopsie médico-légale, dénommée aussi judiciaire puisqu’elle est effectuée sur demande exclusive de la justice3, fait partie des interventions corporelles post mortem4. L’intervention sur le corps privé de vie comporte des procédures d’exploration et des techniques opératoires qui sont autant de sources de mutilation ou de destruction. Or, face à cette question, toutes les manipulations post mortem ne sont pas à égalité. Si la dissection entraîne un saccage méthodique et irréversible de la dépouille mortelle, comportement toléré dans la mesure où il demeure invisible au public non médical, l’autopsie scientifique ne peut se permettre d’employer des procédés mutilants, en raison du regard familial inquisiteur porté sur le corps à l’issue de l’opération.

3L’exercice de l’autopsie judiciaire nécessite le recours à des procédures d’ouverture et d’exploration du cadavre, assimilables à un minutieux et inéluctable processus d’anéantissement corporel. De plus, aux yeux des profanes, l’acte autoptique évoque des comportements que d’aucuns peuvent considérer comme une négation absolue de l’individu qui en est l’objet. En conséquence, les théoriciens et praticiens de l’autopsie médico-légale, en raison d’impératifs scientifiques, judiciaires et moraux, tentent de restreindre ou de dissimuler le saccage du corps autopsié.

Les stigmates de l’autopsie

  • 5 Gabriel Tourdes, « Autopsie (Médecine légale) », Dictionnaire encyclopédique des sciences médicale (...)
  • 6 Alexandre Lacassagne, Le vade-mecum du médecin expert. Guide médical ou aide-mémoire de l’expert, (...)
  • 7 Gabriel Tourdes, « Autopsie… », art. cit., p. 422.
  • 8 Alexandre Lacassagne, Le vade-mecum…, op. cit., p. xi.

4L’autopsie médico-légale consiste en un saccage méticuleux et réfléchi d’un corps qui souvent a déjà subi un dommage plus ou moins important, sous la forme de blessures et de coups reçus, ou de ravages internes provoqués par l’absorption d’une substance toxique. Le médecin qui est appelé pour effectuer une autopsie judiciaire demeure le maître absolu de sa technique d’examen. Les seules restrictions auxquelles il doit se plier lui sont imposées par la science : « Le médecin désigné et assermenté agit comme il le croit convenable, en se conformant aux préceptes de la science5. » Même si les questions du juge d’instruction ou de son représentant peuvent guider et influencer l’examen cadavérique, l’homme de l’art jouit d’une liberté absolue quant à sa réalisation : « Celui-ci procède à un examen ou fait une autopsie comme il l’entend. L’ordre, la méthode si indispensables en ces sortes d’opérations ne sont pas imposés [sic]6. » Le premier précepte que doit respecter un médecin s’adonnant à l’autopsie, et particulièrement en matière d’expertise judiciaire, peut se résumer à une injonction simple : l’autopsie doit être complète. Durant le XIXe siècle, les auteurs n’ont de cesse de répéter cette recommandation, au point d’en faire un leitmotiv de la littérature médico-légale. Si l’ordre préconisé pour l’ouverture des cavités et l’observation des organes varie, en fonction des circonstances et de la nature du trépas, ou selon les préceptes scientifiques suivis par les auteurs, ces derniers sont unanimes sur la nécessité d’examiner le corps dans son intégralité. La hantise de la majorité des spécialistes de médecine judiciaire est qu’un expert, par confiance ou par paresse, suspende son examen dès lors qu’il estime avoir sous les yeux la cause du décès. Souhaitant faire comprendre aux praticiens moins expérimentés qu’une blessure peut en cacher une autre, les « princes » de la médecine légale française prescrivent d’ouvrir les trois cavités principales, à savoir la tête, le thorax et l’abdomen, « quand bien même l’une d’elles présenterait une cause évidente de mort7 ». Chaque organe, chaque parcelle musculaire, chaque membrane doivent être explorés avec une précision qui tend à l’exhaustivité, afin de « ne rien omettre d’essentiel8 » et ainsi éviter les erreurs. Outre les trois grandes cavités splanchniques, le rachis, c’est-à-dire la colonne vertébrale, les bras et les jambes peuvent subir l’agression du scalpel.

  • 9 M. Renard, « Considérations médico-légales sur la manière de procéder à l’ouverture des cadavres e (...)
  • 10 Ibidem, p. 104 et p. 113.

5Les incisions réalisées par le médecin sur le cadavre constituent les stigmates de l’autopsie judiciaire. En l’absence de protocole opératoire imposé par l’institution judiciaire, l’homme de l’art est libre d’utiliser les techniques qui lui semblent appropriées et qui faciliteront son examen, en adéquation avec les principes de la science médico-légale. Or, le choix des procédures se fait généralement au détriment de l’intégrité corporelle du défunt. L’examen des organes du thorax et de l’abdomen s’effectue grâce à la réalisation d’une large incision elliptique qui contourne l’ensemble du tronc. Le médecin commence par une incision courbe des tissus tégumentaires et musculaires, à la partie supérieure du sternum, juste en dessous des clavicules. Il la prolonge de chaque côté du thorax, en contournant la poitrine. L’incision se poursuit sur le flanc et s’achève en une légère courbure, le long de l’aine, jusqu’à la branche sus-pubienne du bassin9 (fig. 1). D’autres procédures sont conseillées, dès lors que le médecin expert souhaite ouvrir séparément thorax et abdomen, ou si une blessure doit être préservée. Pour explorer dans un premier temps la poitrine seule, l’opérateur réalise une incision sur la ligne médiane, sur toute l’étendue du sternum ; puis, il pratique deux incisions transversales, l’une suivant les clavicules et l’autre, légèrement courbe, effleurant les dernières côtes (fig. 2). Dans un second temps, pour les organes abdominaux, l’homme de l’art effectue deux incisions verticales, jusqu’à la partie supérieure du bassin, qui s’incurvent ensuite légèrement pour se rejoindre au niveau du pubis10.

Figure 1 : Incision elliptique pour l’ouverture thoracique et abdominale

Figure 1 : Incision elliptique pour l’ouverture thoracique et abdominale

Source : François Chaussier, Recueil de mémoires, consultations et rapports sur divers objets de médecine légale, Paris, Th. Barrois et Compère Jeune, 1824, p. 501.

Figure 2 : Incisions médiane et circulaire pour l’ouverture séparée de la poitrine et de l’abdomen.

Figure 2 : Incisions médiane et circulaire pour l’ouverture séparée de la poitrine et de l’abdomen.

Source : François Chaussier, Recueil de mémoires, consultations et rapports sur divers objets de médecine légale, Paris, Th. Barrois et Compère Jeune, 1824, p. 503.

  • 11 Léon Thoinot, L’autopsie médico-légale, Paris, Baillière, 1910, p. 70, note infrapaginale.
  • 12 Marc Sée, « Autopsie (Anatomie) », Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, sous la dir (...)

6Le choix de la technique d’ouverture repose exclusivement sur le confort de l’opérateur ou sur des contraintes induites par la situation, mais en aucun cas sur un quelconque désir de minimiser les dommages corporels. L’ouverture des cavités thoracique et abdominale en une seule incision est le procédé le plus simple, celui qui offre au médecin le plus de latitude pour effectuer ses constatations : « La grande incision cutanée courbe que nous recommandons, avec section des côtes sur une ligne basse, nous paraît infiniment supérieure, et l’opérateur manœuvrant dans un champ découvert très large est, lors de l’extraction des organes thoraciques, exposé au minimum à se blesser sur les côtes11. » Pourtant, ce n’est pas le procédé qui préserve le plus la dépouille ou dont la reconstitution est la plus aisée à effectuer. D’autres méthodes présentent des incisions moins importantes et plus faciles à recoudre. Marc Sée propose une incision médiane du thorax, complétée par deux incisions obliques gagnant l’extérieur du bas-ventre, ce qui forme un Y inversé. Selon lui, « ce procédé, en simplifiant les incisions, facilite la suture des parties divisées […]12 ».

  • 13 Gabriel Tourdes, « Autopsie… », art. cit., p. 426.
  • 14 M. Renard, op. cit., p. 96.
  • 15 Paul Mahon, Médecine légale et police médicale, Paris, Bertrand, 1807, t. 2, p. 234.
  • 16 Gabriel Tourdes, « Autopsie… », art. cit., p. 426.
  • 17 Henri Bayard, Manuel pratique de médecine légale, Paris, Germer Baillière, 1844, p. 142.

7Le peu de considération dont peuvent faire montre les médecins experts, à l’endroit des dépouilles qu’ils autopsient, est encore plus visible, dans les deux acceptions du terme, lorsqu’il s’agit de l’examen de la tête et du cou. Pour ouvrir la boîte crânienne, les hommes de l’art doivent d’abord la mettre à nu en disséquant les téguments qui la recouvrent. Pour ce faire, il est conseillé de couper ou de raser les cheveux13, car ces derniers pourraient entraver la bonne marche du scalpel. Ensuite, plusieurs techniques d’incisions sont proposées. L’incision cruciale est composée d’une première section, partant de la racine du nez et s’arrêtant à l’arrière du crâne, puis d’une seconde incision allant, elle, d’une oreille à l’autre14. Pour certains, cette technique apparaît trop mutilante, car intéressant aussi le front, il en « résulte toujours un spectacle hideux et dégoûtant15 ». D’autres méthodes permettent de préserver le haut du visage : une seule incision court d’une oreille à l’autre16 ; une division circulaire suit la racine des cheveux et arrête l’avancée d’une autre section perpendiculaire qui part de l’arrière du crâne17. Cependant, en l’absence de cheveux, ces incisions demeurent aussi visibles que celle du front.

  • 18 Émile Goubert, Manuel de l’art des autopsies cadavériques, surtout dans ses applications à l’anato (...)
  • 19 A.D.D.-S., 2U 212, « Dossiers de procédure de la cour d’assises de Niort. Meurtre », Procès-verbal (...)
  • 20 Ibid.

8De même, tout passage du scalpel sur le cou ou le visage est impossible à masquer, à moins de dissimuler complètement le corps dans le linceul et d’empêcher l’entourage de porter un dernier regard sur leur cher disparu. Alors que les praticiens de l’autopsie scientifique, effectuée généralement dans les établissements hospitaliers, savent qu’en « aucun cas, le visage ne peut être mutilé18 », les médecins experts jouissent d’une liberté absolue quant à un éventuel examen de la face. Nécessité faisant loi, le visage peut être l’objet d’incisions. En effet, toute blessure doit donner lieu à une dissection minutieuse. En juillet 1852, les Drs Philibert Dusouil et Jean Isaac Drouhet doivent examiner un homme qui porte de multiples plaies sur le visage, produites « à l’aide d’un instrument contondant agissant avec assez de violence19 ». La victime a plusieurs plaies et des fractures au niveau des yeux, du nez, des lèvres et du menton. Pour s’en assurer et en apprécier la gravité, les médecins pratiquent une « incision cruciale sur le front », commencent par mettre à nu les os du front, des orbites et achèvent l’exploration par le maxillaire inférieur20.

  • 21 M. Renard, op. cit., p. 110.
  • 22 Ibid., p. 111.
  • 23 Ibid., p. 111-112.

9En outre, même lorsque le visage du défunt ne porte pas de blessures nécessitant une étude minutieuse, cette région du corps peut être soumise à un examen, notamment dans les cas d’empoisonnement ou d’asphyxie. La méthode préconisée par les traités médico-légaux du début du XIXe siècle, pour explorer la cavité buccale, consiste à pratiquer deux incisions allant de chaque commissure des lèvres jusqu’aux oreilles. Les joues sont complètement divisées, le maxillaire inférieur est luxé et retiré21. Outre le fait que ce procédé défigure totalement le défunt, il présente un inconvénient scientifique car il « altère la véritable disposition des parties22 » à observer. D’aucuns préfèrent une technique qui minimise les dommages infligés au visage, mais dont les vestiges demeurent néanmoins très visibles. Elle consiste en une incision verticale qui commence au milieu de la lèvre inférieure, s’étend sur toute la hauteur du cou et s’arrête au niveau du sternum (fig. 3). Ensuite, le médecin réalise deux incisions transversales, l’une suivant le contour de la mâchoire, l’autre le long des clavicules23.

Figure 3 : Incisions pour l’ouverture de la cavité buccale et du cou

Figure 3 : Incisions pour l’ouverture de la cavité buccale et du cou

Source : François Chaussier, Recueil de mémoires, consultations et rapports sur divers objets de médecine légale, Paris, Th. Barrois et Compère Jeune, 1824, p. 505.

  • 24 François Chaussier, Recueil de mémoires, consultations et rapports sur divers objets de médecine l (...)

10En usant de tels procédés, qui répondent en priorité à une recherche de confort opératoire et aux préceptes de la science médico-légale, le médecin expert peut laisser, à l’issue de son examen, le corps « déformé, altéré, ensanglanté dans toutes ses parties », à tel point qu’il devient difficile de considérer « qu’un tel délabrement » puisse être le résultat des « recherches d’un homme sage et sensible24 ». Le préjudice corporel engendré par les pratiques de l’autopsie judiciaire corrobore alors une perception populaire déjà très négative de l’acte, alimentée par le comportement indécent de certains professionnels du corps, et particulièrement du corps sans vie.

Derniers outrages et attitudes indécentes

  • 25 « Expertises médico-légales », Archives d’anthropologie criminelle, de criminologie et de psycholo (...)

11Le traitement que la justice inflige parfois au cadavre, sous couvert de trouver et de punir le criminel, peut sembler totalement irrévérencieux et inhumain, au point de provoquer l’indignation de l’opinion publique. En janvier 1900, un huissier en tournée de recouvrement dans les environs de Guéroulde, petit village de l’Eure, est victime d’un meurtre. Le maire, puis le juge de paix accompagné d’un médecin, se déplacent sur les lieux. Le juge ordonne que le corps ne soit en aucun cas touché avant l’arrivée des magistrats d’Évreux qui, vu l’heure déjà avancée, ne pourront se rendre sur place que le lendemain. Le cadavre est donc laissé toute la nuit dans le fossé où il a été trouvé, la tête dans une flaque d’eau, sous une pluie battante, sans même être recouvert. Le Journal de Rouen qui relate cette affaire mentionne qu’une telle attitude a provoqué « la profonde consternation des témoins qui ne cachaient pas leur façon de penser25 ». L’abandon du défunt à son triste sort, sur les lieux où il a été découvert, en attendant l’arrivée du magistrat instructeur, est une procédure courante. Suivre les procédures d’enquête et d’instruction, en matière de décès potentiellement criminel, oblige les divers officiers de police judiciaire à faire subir aux défunts une épreuve que d’aucuns qualifieraient de scandaleuse. À l’indignité s’ajoute parfois l’indécence.

  • 26 Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée, t. 4 : De la Révolution à la Gra (...)
  • 27 Bruno Bertherat, La Morgue de Paris au XIXe siècle (1804-1907). Les origines de l’institut médicol (...)
  • 28 Ibid., f o 175.
  • 29 Ibid.
  • 30 Firmin Maillard, Recherches historiques et critiques sur la Morgue, Paris, Delahays, 1860, p. 24.

12Les manipulations cadavériques ayant trait au corps, elles impliquent pour la plupart une mise à nu complète de ce corps. Le XIXe siècle marque un recul de la nudité qui se trouve remiser dans les arcanes de l’intimité26. La pudeur corporelle connaît un essor notable durant cette période, faisant de la nudité, délibérée ou non, un délit. Se baigner dans une rivière, sans le moindre vêtement, est prohibé27. Mais de telles manifestations de décence ne semblent pas être observées par les médecins qui s’intéressent aux corps privés de vie. Dans son étude de la Morgue de Paris, Bruno Bertherat signale que les dépouilles exposées, en vue d’identification, sont tout d’abord présentées nues28. La nudité doit « faciliter la reconnaissance des corps29 », car elle rend visibles les moindres particularités physiques de l’individu. Néanmoins, le dévoilement n’est pas total, car les parties génitales sont dissimulées par un « carré de cuir30 ».

  • 31 Paul Mahon, op. cit., t. 2, p. 225.
  • 32 ADD-S, 3U 4, « Tribunal de Première Instance de Parthenay. Dossiers de procédures correctionnelles (...)
  • 33 Archives départementales de la Vienne, 3U 4/602, « Tribunal correctionnel de Montmorillon. Dossier (...)
  • 34 Ibid.

13En revanche, en matière d’autopsie médico-légale, la nudité complète est de rigueur. Dans son traité de médecine légale, Paul Mahon, même s’il préconise de retirer au défunt ses vêtements « avec les précautions que la décence exige », afin de ne pas « exposer à la vue certaines parties », sous-entendu les organes génitaux, reconnaît que la complète nudité est parfois nécessaire31. Les dossiers d’instructions fournissent de nombreux exemples, absolument explicites, de dévoilement corporel total. Aux fins de pratiquer l’autopsie d’un jeune homme de 21 ans, ayant succombé suite à une rixe, les Drs Ferdinand Chevallereau et Charles Verriet de Litardière trouvent le défunt allongé sur un lit, dans une chambre. Pour réaliser l’examen interne, ils mettent « le cadavre complètement […] à nu32 ». Cette manière de procéder est la plus courante : le corps se trouve, ou est transporté, dans un lieu si ce n’est complètement clos, au moins à l’abri des regards. L’exposition de la nudité est donc limitée aux seuls médecins experts, parfois accompagnés d’un représentant de l’institution judiciaire. Il existe cependant des affaires dans lesquelles le corps est publiquement dénudé. Le 16 juin 1874, le Dr Augry Landonnière, praticien dans le sud de la Vienne, est convié par le juge de paix à venir examiner un homme retrouvé sans vie dans une fontaine située en plein champ33. Aussitôt arrivé sur les lieux, le médecin effectue les premières constatations qui s’attachent aux vêtements, aux mains et au visage du défunt. Puis, il retire tous les vêtements et « examine le corps dans tous les sens34 ». L’homme de l’art a ainsi dénudé entièrement le corps et a réalisé un examen externe minutieux au milieu d’un champ, à la vue de n’importe quel curieux passant dans les alentours.

14L’examen cadavérique médico-légal dépossède l’individu de sa propre pudeur. Les exigences médico-judiciaires font voler en éclats les comportements considérés en toute autre occasion comme relevant de la décence et du respect dû à chaque défunt. En outre, le corps médical est soumis à quelques préjugés, fondés soit sur une assimilation des praticiens de l’art de guérir à d’autres professionnels, soit sur une perception faussée et partielle de leurs activités ou de leur attitude.

  • 35 Roselyne Rey, Histoire de la douleur, Paris, La Découverte, coll. « Histoire des sciences », 1993, (...)
  • 36 Ibid., p. 185.
  • 37 David Le Breton, Anthropologie du corps et modernité, 1re éd. 1990, 3e éd., Paris, PUF, coll. « Qu (...)
  • 38 Cofondateur des Archives d’anthropologie criminelle, Alexandre Lacassagne est l’un des plus célèbr (...)
  • 39 Alexandre Lacassagne, « L’assassinat du président Carnot », Archives d’anthropologie criminelle, d (...)

15Les médecins du XIXe siècle ont parfois encore une réputation de savants sourds aux suppliques de leurs malades, malgré les efforts réalisés en termes de rapprochement, d’écoute et de considération du patient. Le chirurgien fait figure de parangon d’indifférence, jusqu’au mitan du XIXe siècle et les balbutiements de l’anesthésie. La diffusion des techniques permettant d’endormir le malade, et donc de lui éviter la « douleur chirurgicale35 », se heurte à une conception de l’intervention bien ancrée chez les praticiens de la chirurgie : « Le problème était bien en effet d’avoir l’idée d’utiliser l’éther pour les opérations chirurgicales, d’accepter d’ouvrir un corps en apparence sans vie, dont les réactions n’étaient plus là pour guider le chirurgien dans son travail36. » Le chirurgien est capable d’inciser et d’amputer en demeurant imperméable aux cris de douleur de l’opéré. Mais c’est surtout l’image du professionnel de la mort, indifférent et impassible, qui le poursuit. Outre leur association dans la transgression d’un tabou, « déchirer l’alliance37 » du cosmos en répandant le sang, c’est son attitude détachée qui le rapproche du boucher, voire du bourreau, similitude reconnue d’ailleurs par certains médecins. Assistant à l’exécution de l’assassin du président Sadi Carnot, Alexandre Lacassagne38 avoue commencer à s’habituer « à cet horrible spectacle » et même comprendre « l’impassibilité du chirurgien, la cruauté inconsciente du boucher39 ».

  • 40 Marie-Christine Pouchelle, « La prise en charge de la mort : médecine, médecins et chirurgiens dev (...)
  • 41 Bruno Bertherat, « Le miasme sans la jonquille. L’odeur du cadavre à la Morgue de Paris au XIXe si (...)
  • 42 Ibid.

16Une confusion entre les diverses professions, en lien avec la mort et les morts, se crée au sein de l’opinion publique. Bourreaux, bouchers, fossoyeurs, anatomistes, garçons d’amphithéâtre ou de la Morgue, médecins vérificateurs des décès, médecins experts, forment un cloaque dangereux et conspirateur. Des alliances se nouent, des activités moralement répréhensibles se développent et s’organisent, des ententes odieuses brouillent les signes distinctifs et abolissent tout repère : « Il arrive même que le personnage du chirurgien se confonde avec celui du bourreau, soit que les criminels soient exécutés de la façon choisie pour les anatomistes qui les dissèqueront ensuite, soit que des expériences soient tentées sur des condamnés40. » Bruno Bertherat note qu’un tel « cliché revient souvent : le professionnel de la mort est décrit comme insensible41 ». Les garçons de la Morgue, ainsi que leurs collègues évoluant dans les amphithéâtres de dissection ou les salles des morts des établissements hospitaliers, sont perçus comme « des êtres pervers42 ».

  • 43 « Le secret des expertises », Société de médecine légale (séance du 11 février 1901), Revue des jo (...)
  • 44 Ibid., p. 316.
  • 45 Ibid., p. 317.

17Loin de penser que certains comportements sont généralisés, il faut reconnaître que plusieurs scandales ont fait une très mauvaise presse à ce corps professionnel. L’attitude désinvolte, ou au moins perçue comme telle par l’opinion publique et les journalistes, d’un garçon d’amphithéâtre de l’hôpital Saint-Antoine, est en ce sens significative. En février 1901, Georges Gilles de la Tourette effectue l’autopsie d’un sergent de ville. Cet homme, renversé par une voiture, a développé, suite à ce traumatisme, une hystérie qui se manifeste notamment par le refus catégorique de s’alimenter43. Pour étudier les effets de la dénutrition sur le cerveau, Gilles de la Tourette fait prélever et conserver l’organe en question, avec l’aval de la veuve. Suite à la plainte de cette dernière contre l’individu responsable de l’accident, un autre médecin, Socquet, est requis comme expert pour procéder à l’examen cadavérique. Il signale alors que le cerveau a été retiré et remplacé par un journal, que des organes ont été détachés et que, par conséquent, il ne peut être certain qu’ils appartiennent à la dépouille en question44. Une presse scandalisée s’empare de cette histoire et fustige les médecins et les garçons d’amphithéâtre. Des informations, plus délirantes les unes que les autres, circulent alors : certains organes auraient été trouvés en double, des corps étrangers, tels que des bouts de cigarette, auraient été introduits dans les cavités viscérales. Cette assertion est pourtant démentie par le second médecin45.

  • 46 D’Arcet, Parent-Duchâtelet, « De l’influence et de l’assainissement des salles de dissection », Ann (...)
  • 47 Ibid., p. 270.
  • 48 Ibid.
  • 49 Ibid., p. 271.

18La substitution d’un journal en lieu et place du cerveau, ainsi que la confusion possible d’organes de plusieurs corps, démontre, aux yeux de la presse, le désintérêt, le laxisme et l’indifférence dont font montre ces hommes. Si la campagne calomnieuse lancée à l’endroit de Gilles de la Tourette et de ses collaborateurs ne repose sur aucun élément tangible et est agrémentée de révélations mensongères, d’autres scandales de la dissection s’avèrent fondés sur des comportements délictueux. Au début des années 1810, des garçons d’amphithéâtres de dissection parisiens s’adonnent à un commerce inhabituel et immoral : ils vendent de la graisse humaine46. Cette substance, qu’ils font passer pour de la graisse animale, est principalement vendue à des émailleurs qui l’utilisent pour accroître l’intensité de leur foyer47. Plus que le comportement cupide et indécent, les autorités sont préoccupées par le risque sanitaire, les corps sur lesquels la graisse était prélevée provenant des hôpitaux48. Néanmoins, la transgression morale n’est pas omise car, « dans la crainte d’effrayer le public et d’ameuter le peuple, cette affaire [est] traitée à huis clos49 ».

  • 50 Pierre Rambaud, L’École de médecine de Poitiers à ses débuts (1806-1854), extrait des Archives méd (...)
  • 51 Emmanuelle Godeau, L’« esprit de corps ». Sexe et mort dans la formation des internes en médecine,(...)
  • 52 Ibid., p. 27-39.

19Les salles de dissections focalisent toutes les attentions et tous les reproches. Les étudiants et les enseignants font aussi les frais des réprimandes. En 1821, la directrice de l’Hôpital général de Poitiers se plaint des élèves de l’École de médecine. Selon elle, ils « se conduisent de façon indécente et irrespectueuse50 » avec les cadavres. La légendaire irrévérence des « carabins » est longuement analysée dans le chapitre consacré aux dissections de l’étude d’Emmanuelle Godeau sur la formation des internes de médecine51. Il semble que nombre d’apprentis médecins ont suivi les traces de leurs prédécesseurs, reproduisant ou développant certains comportements : vocabulaire déshumanisé, humour noir, utilisation grotesque ou comique de fragments cadavériques, projection de débris lors de « batailles de bidoche52 ». Attitudes indécentes et indignes pour les observateurs extérieurs, mais qui, ainsi qu’il apparaît clairement dans l’analyse de Godeau, correspondent à un travail de distanciation et de protection de la part des futurs praticiens.

  • 53 Voir Marie-José Imbault-Huart, L’école pratique de dissection de Paris de 1750 à 1822 ou l’influen (...)
  • 54 Philippe Ariès, L’homme devant la mort, t. 2 : La mort ensauvagée, Paris, Le Seuil, coll. « Points (...)
  • 55 Ordonnance de la préfecture de Police de Paris, en date du 25 novembre 1834, article 4. Cité dans (...)
  • 56 Mary Shelley, Frankenstein ou le Prométhée moderne, traduction de Germain d’Hangest, Paris, Garnie (...)

20En revanche, les étudiants du XXe siècle, ont abandonné une des activités prisées par quelques-uns de leurs ancêtres, et encore en vogue au début du XIXe siècle : le vol de cadavre53. La pénurie de corps disponibles pour l’anatomie, accrue par la multiplication des amphithéâtres particuliers jusqu’aux années 1810, oblige les professeurs d’anatomie et leurs élèves à se transformer en détrousseurs de tombes. Certains cimetières parisiens sont ainsi régulièrement visités, en pleine nuit. Comme ils peuvent le faire avec certains fragments prélevés dans les salles de dissection, des étudiants vont également se servir dans les sépultures, et se débarrassent plus ou moins discrètement des scories anatomiques54. Consciente des désagréments et des risques, tant hygiéniques que moraux, représentée par l’exhumation illicite des cadavres des cimetières, la préfecture de Police spécifie dans l’ordonnance du 25 novembre 1834, qu’« il ne pourra être pris aucun cadavre dans les cimetières55 ». L’image d’un Dr Frankenstein, collectant des morceaux de cadavres et les assemblant pour former sa créature immonde et disgracieuse, rôde56.

21Il faut signaler qu’en dépit de ces indignités, réelles ou fantasmées, subies par le défunt, rares sont les familles qui manifestent leur désaccord face à la réalisation d’une autopsie médico-légale. L’impérative découverte du coupable, le rétablissement de la sécurité, l’apaisement d’une communauté dont le calme a été troublé par un crime, sont autant d’arguments qui justifient l’outrage subi par la dépouille. Néanmoins, confrontés à la mauvaise image des activités cadavériques, parmi lesquelles se place l’autopsie judiciaire, et conscients des ravages corporels consécutifs à l’examen post mortem, d’aucuns tentent d’en minimiser ou d’en camoufler les manifestations.

Dissimuler le saccage du corps autopsié

  • 57 Michel Foucault, Naissance de la clinique, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1994 [1963], 214 p.
  • 58 Émile Goubert, op. cit., p. xi.
  • 59 Désiré Magloire Bourneville, Paul Bricon, Manuel de technique des autopsies, Paris, Delahaye et Le (...)
  • 60 Émile Goubert, op. cit., p. xi.
  • 61 Ibid., p. 5.
  • 62 Désiré Magloire Bourneville, Paul Bricon, op. cit., p. 25.

22Le début du XIXe siècle connaît une première révolution médicale avec le développement et l’installation des préceptes de la clinique57. L’observation du malade, fondement de cette nouvelle conception de l’enseignement et de la pratique de l’art de guérir, s’applique également au malade qui succombe, avec l’anatomie pathologique. Discipline encore balbutiante, l’anatomopathologie emprunte nombre de ses procédures d’examen à la dissection et à l’autopsie médico-légale. Émile Goubert, auteur d’un manuel consacré à la pratique de l’autopsie, déplore que « tous les ouvrages s’occupent donc, quand ils parlent de l’ouverture des corps, du point de vue d’expertise médico-légale exclusivement58 ». Mais rapidement, il est apparu que les procédés utilisés pour l’autopsie judiciaire étaient inappropriés en matière d’autopsie anatomopathologique59, en raison principalement de la restitution du défunt à la famille, ou au moins de la visite de l’entourage avant la mise en bière : « Dans nos salles d’hôpitaux, il nous faut respecter le sujet, et à cause du règlement, et parce qu’il sera souvent visité ultérieurement par la famille60. » Les agissements des médecins souhaitant procéder à ce type d’opération sont alors codifiés, des interdits sont élevés. Le règlement général des hôpitaux préconise que « l’autopsie devra se borner aux recherches nécessaires pour reconnaître les causes de la mort61 ». En soignant le défunt, l’homme de l’art a constaté des symptômes, par conséquent il sait dans quelle région corporelle chercher l’explication du trépas. Mais, la restriction a aussi pour objectif d’éviter de choquer une famille endeuillée. Si un médecin est autorisé par les proches à examiner la dépouille de l’un de ses malades, « il doit s’attacher à ne laisser aucune trace visible de l’opération62 ». Il convient donc de ne pas multiplier les incisions qui seraient par trop ostensibles et somme toute inutiles. Pourquoi ouvrir la boîte crânienne d’un individu qui, durant sa maladie, s’est plaint de douleurs à l’estomac ?

  • 63 André Bergé, Guide de l’étudiant à l’hôpital. Examen clinique. Autopsies, Paris, Gauthier-Villards (...)
  • 64 Ibid., note infrapaginale.

23En conséquence, le médecin qui souhaiterait élargir ses investigations exploratrices est contraint d’en référer à sa hiérarchie pour en obtenir l’autorisation. Après avoir décrit par le menu les procédés employés pour réaliser une autopsie anatomopathologique, André Bergé conclut que là se borne l’examen, « la dissection des autres parties du corps, notamment des membres ne [pouvant] être faite que sous condition63 ». La poursuite approfondie des recherches doit être approuvée et signée par le chef de service, puis par le directeur de l’hôpital64.

  • 65 Gabriel Tourdes, « Autopsie… », art. cit., p. 423.
  • 66 Gabriel Tourdes, Edmond Metzquer, Traité de médecine légale théorique et pratique, Paris, Asselin (...)
  • 67 ADD-S, 2U 112, « Dossiers de procédure de la cour d’assises de Niort. Infanticide », Rapport des d (...)

24Si aucun règlement ne limite le nombre d’incisions que le médecin expert peut réaliser, il demeure que l’homme de l’art doit s’abstenir « d’incisions inutiles et étrangères au but de ses recherches65 ». De plus, les prescriptions techniques et opératoires relatives à la remise en place des organes, à la suture des incisions, en un mot à la reconstitution du corps, sont avant tout motivées par des préoccupations d’ordre scientifique. L’éventualité d’une contre-expertise est l’argument avancé : « L’autopsie terminée, les organes sont remis en place, les cavités sont refermées, la peau est recousue ; une nouvelle expertise doit être possible66. » Lors d’une affaire d’infanticide, les deux experts médicaux requis par le premier suppléant du juge de paix de Thouars, ont, à l’issue de leur examen, replacé dans la cage thoracique les organes qu’ils en avaient extraits, et suturé l’incision cruciale de la poitrine. Cela est précisé par le second examen, réalisé quelques jours plus tard sur demande du juge d’instruction67.

  • 68 ADD-S, 2U 144, « Dossiers de procédure de la cour d’assises de Niort. Infanticide », Procès-verbal (...)
  • 69 Ibid.
  • 70 Ibid.

25Même si les médecins experts envisagent de faire des efforts pour minimiser les stigmates de l’autopsie judiciaire, en empruntant certaines techniques de l’examen anatomopathologique, il demeure que les circonstances du décès, notamment la présence de blessures, les contraignent à réaliser des actes opératoires plus ou moins mutilants. Ne pouvant masquer l’intervention sur la dépouille, il s’agit alors de dérober le corps dans son intégralité aux yeux des profanes. Dans l’éventualité où le corps est restitué à la famille, pour les funérailles et l’inhumation, la dépouille demeure la propriété de l’institution judiciaire. Par conséquent, le corps est généralement placé dans un linceul, sur lequel l’autorité en présence appose des scellés, puis il est déposé dans un cercueil. La dépouille est alors soit rendue à l’entourage, soit les autorités municipale ou judiciaire font elles-mêmes procéder à l’inhumation. Le 10 octobre 1834, un meunier découvre le cadavre d’un nouveau-né dans l’écluse de son moulin68. Le magistrat de la justice de paix requiert un chirurgien de procéder à l’examen, puis le corps est enveloppé dans un linge qui est cousu69. Le juge de paix appose son sceau sur la couture, à deux endroits différents, et charge le meunier d’effectuer l’inhumation au cimetière de la commune70.

  • 71 ADD-S, 2U 233, « Dossiers de procédure de la cour d’assises de Niort. Infanticide », Procès-verbal (...)
  • 72 Ibid., Rapport du Dr Jaurand, le 16 septembre 1858.
  • 73 Ibid., Procès-verbal d’opération du juge de paix, le 16 septembre 1858.
  • 74 Ibid., Rapport des médecins, le 18 septembre 1858.

26La dissimulation concerne en outre le corps ouvert, à vif, exhibant des chairs sanguinolentes. La volonté de cacher un tel spectacle se manifeste principalement lorsque l’exécution de l’examen est suspendue en raison de l’heure (nuit ou déjeuner) ou parce que la réalisation d’une seconde expertise est programmée. Les rapports des médecins experts n’offrent que peu de détail à ce sujet, de même que les autres documents des dossiers d’instruction. Néanmoins, l’une des affaires d’infanticide du département des Deux-Sèvres lève un coin du voile sur la question. Le suppléant du juge d’instruction de Parthenay se transporte, le 18 septembre 1858, dans une localité située à la limite nord de sa juridiction, en compagnie de trois médecins experts71. Deux jours auparavant, le corps d’un nouveau-né a été retiré de la rivière et l’un des trois hommes de l’art requis a pratiqué une première autopsie médico-légale72. Informé qu’un magistrat de Parthenay doit se rendre sur place, le juge de paix confie la dépouille de l’enfant à la garde de deux hommes73. À leur arrivée sur place, les trois praticiens découvrent donc sur la table, au milieu de la chambre, le corps du nouveau-né « enveloppé d’une serviette teinte d’une assez grande quantité de sang provenant de l’autopsie pratiquée l’avant-veille74 ».

  • 75 « Autopsies légales », Chronique, Annales d’hygiène publique et de médecine légale, Paris, Bailliè (...)
  • 76 ADV, 2U 543, « Dossiers de procédure de la cour d’assises de Poitiers. Infanticide », Procès-verba (...)
  • 77 Ibid.
  • 78 ADV, 2U 1585, « Dossiers de procédure de la cour d’assises de Poitiers. Infanticide », Procès-verb (...)

27L’autopsie offre une vision frontale et brutale de la mort. De plus, selon certains, c’est une opération sanglante qui peut, si la vue en est imposée à un individu, s’apparenter à une forme de cruauté. La confrontation du prévenu avec la victime est critiquée par certains membres de l’institution judiciaire qui la considère comme « une torture morale contre laquelle l’humanité proteste et qu’il est presque toujours inutile de mettre en œuvre75 ». Si la simple mise en présence du prévenu avec la dépouille de sa victime présumée est considérée comme cruelle, que penser de sa présence à l’examen cadavérique ? À la lecture des dossiers de procédures correctionnelles et criminelles du Poitou, il apparaît que les représentants de la justice ont très tôt accepté d’exempter les prévenus d’assister à l’autopsie, faisant montre d’une certaine prévenance à leur endroit. En septembre 1821, un juge d’instruction de la Vienne dirige une procédure relative à un infanticide. Il requiert le Dr Marquet de pratiquer l’autopsie du nouveau-né découvert dans une étable. Le magistrat demande à la mère de l’enfant, soupçonnée de lui avoir donné la mort, si elle « désire être présente à l’ouverture du cadavre76 ». La jeune femme préfère que l’examen soit effectué « hors de sa présence77 ». Il peut arriver également que l’absence du prévenu à l’examen soit consécutive à une décision du magistrat qui ne souhaite pas lui infliger cette épreuve. C’est de cet élan de pitié dont fait preuve le juge de Châtellerault, en février 1848. À l’arrivée du praticien qu’il a appelé pour réaliser l’examen post mortem, le magistrat fait porter le petit cadavre dans une maison voisine de celle de la prévenue, car il « répugne à faire procéder [à l’autopsie] devant l’inculpée dans un moment où elle est faible et souffrante78 ».

28La dissimulation de l’autopsie et du corps autopsié est présentée par les différents protagonistes de l’acte, magistrats, médecins, administrations, comme un moyen de ménager les sensibilités de l’entourage du défunt. S’il est exact que l’absence de confrontation avec une dépouille mortelle, ainsi malmenée par le scalpel du médecin expert, facilite la préservation des sentiments de la famille, il semble que ce bénéfice ne soit qu’une conséquence indirecte. Les modifications apportées aux procédures de l’examen cadavérique judiciaire répondent, en premier lieu, à des exigences scientifique et technique. Alors que les médecins experts disposent d’une absolue liberté d’exécution, les auteurs de médecine légale tentent de leur faire adopter, durant le XIXe siècle, des méthodes d’autopsie moins mutilantes, mais qui correspondent surtout aux critères scientifiques de l’exercice expertal. La limitation des incisions, la remise en place des organes, la suture des sections, ont pour but de permettre une nouvelle analyse.

  • 79 Bruno Bertherat, La Morgue de Paris…, op. cit., 3 vol. 911 f o.
  • 80 Nicolas Minovici, « Nouveaux procédés de photographie des cadavres », Archives d’anthropologie cri (...)

29En outre, la question de l’identification des défunts décédés d’une mort violente ou suspecte, premier objectif de la morgue de Paris avant qu’elle ne devienne un haut lieu de la pratique médico-légale79, peut influer sur la réalisation de l’examen cadavérique. Hormis la préservation du visage et des signes distinctifs apparents sur le corps, le médecin peut être amené à intervenir directement sur la face pour lui redonner des traits qui ont pu être fortement altérés par la décomposition ou des blessures80. L’intervention cadavérique n’est plus un saccage mais une reconstruction du corps, à mi-chemin entre la chirurgie réparatrice et l’embaumement.

Notes

1 Archives départementales des Deux-Sèvres (ADDS), 2U 146, « Dossiers de la cour d’assises de Niort. Assassinat et vol », Rapport médical de deux médecins, le 24 avril 1835.

2 ADDS, 2U 185, « Dossiers de la cour d’assises de Niort. Infanticide », Procès-verbal du rapport du Dr Chebron, le 31 juillet 1843.

3 Article 44 du Code d’instruction criminelle : « S’il s’agit d’une mort violente, ou d’une mort dont la cause soit inconnue et suspecte, le procureur de la République se fera assister d’un ou de deux officiers de santé qui feront leur rapport sur les causes de la mort et sur l’état du cadavre. Les personnes appelées dans les cas du précédent article, prêteront devant le procureur de la République le serment de faire leur rapport et de donner leur avis en leur honneur et conscience. » Cité dans Charles Vibert, Précis de médecine légale, introduction par Paul Brouardel, 1re éd. 1885, 4e éd. rev. et corr., Paris, Baillière, 1896, p. 68.

4 La catégorie des actes cadavériques comprend la dissection anatomique, l’embaumement, le moulage funéraire et l’autopsie scientifique, examen pratiqué en vue d’identifier les causes pathologiques du décès. Quelques-unes de ces interventions sur le cadavre ont donné lieu à des travaux historiques et anthropologiques, dont Rafael Mandressi, Le regard de l’anatomiste. Dissection et invention du corps en Occident, Paris, Le Seuil, coll. « L’Univers historique », 2003, 339 p.
Sur le moulage mortuaire, voir les deux catalogues d’exposition du Musée d’Orsay : À fleur de peau. Le moulage sur nature au XIXe siècle, catalogue publié à l’occasion de l’exposition « À fleur de peau. Le moulage sur nature au XIXe siècle » présentée au musée d’Orsay du 29 octobre 2001 au 27 janvier 2002, Paris, Éditions de la Réunion des Musées Nationaux, 2001, 189 p. et Le dernier portrait, catalogue publié à l’occasion de l’exposition « Le dernier portrait » présentée au musée d’Orsay du 5 mars au 26 mai 2002, Paris, Éditions de la Réunion des Musées Nationaux, 2002, 239 p. Voir également l’étude fondamentale de Philippe Ariès sur la mort et le cadavre, L’homme devant la mort, Paris, Le Seuil, coll. « L’Univers historique », 1977, 642 p. et la synthèse de David Le Breton, La chair à vif. Usages médicaux et mondains du corps humain, Paris, Métailié, 1993, 335 p.

5 Gabriel Tourdes, « Autopsie (Médecine légale) », Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, sous la dir. d’Amédée Dechambre, Paris, Asselin et Masson, 1867, 1re série, t. 7, p. 421.

6 Alexandre Lacassagne, Le vade-mecum du médecin expert. Guide médical ou aide-mémoire de l’expert, du juge d’instruction, des officiers de police judiciaire, de l’avocat, 1re éd. 1892, 2e éd. rev. et augm., Lyon, Storck, 1900, p. vii.

7 Gabriel Tourdes, « Autopsie… », art. cit., p. 422.

8 Alexandre Lacassagne, Le vade-mecum…, op. cit., p. xi.

9 M. Renard, « Considérations médico-légales sur la manière de procéder à l’ouverture des cadavres et spécialement dans les cas de visites judiciaires », dans A. Lecieux, M. Renard, Gabriel Laisné et J. J. Germ. Rieux, Médecine légale, Paris, Baillière, 1819, p. 102-103.

10 Ibidem, p. 104 et p. 113.

11 Léon Thoinot, L’autopsie médico-légale, Paris, Baillière, 1910, p. 70, note infrapaginale.

12 Marc Sée, « Autopsie (Anatomie) », Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, sous la dir. d’Amédée Dechambre, Paris, Asselin et Masson, 1867, 1re série, t. 7, p. 414.

13 Gabriel Tourdes, « Autopsie… », art. cit., p. 426.

14 M. Renard, op. cit., p. 96.

15 Paul Mahon, Médecine légale et police médicale, Paris, Bertrand, 1807, t. 2, p. 234.

16 Gabriel Tourdes, « Autopsie… », art. cit., p. 426.

17 Henri Bayard, Manuel pratique de médecine légale, Paris, Germer Baillière, 1844, p. 142.

18 Émile Goubert, Manuel de l’art des autopsies cadavériques, surtout dans ses applications à l’anatomie pathologique, en collaboration avec A. Hardon pour la première partie, Paris, Germer Baillière, 1867, p. 5.

19 A.D.D.-S., 2U 212, « Dossiers de procédure de la cour d’assises de Niort. Meurtre », Procès-verbal médical, les 22 et 23 juillet 1852.

20 Ibid.

21 M. Renard, op. cit., p. 110.

22 Ibid., p. 111.

23 Ibid., p. 111-112.

24 François Chaussier, Recueil de mémoires, consultations et rapports sur divers objets de médecine légale, Paris, Th. Barrois et Compère Jeune, 1824, p. 20.

25 « Expertises médico-légales », Archives d’anthropologie criminelle, de criminologie et de psychologie normale et pathologique, Lyon, Storck, t. 15, 1900, p. 227.

26 Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée, t. 4 : De la Révolution à la Grande Guerre, sous la dir. de Michelle Perrot, éd. rev. et complétée, Paris, Le Seuil, coll. « Points Histoire », 1999, p. 408-417. Jean-Claude Bologne, Histoire de la pudeur, Paris, Hachette Littératures, coll. « Pluriel », 1986, p. 54-61.

27 Bruno Bertherat, La Morgue de Paris au XIXe siècle (1804-1907). Les origines de l’institut médicolégal ou Les métamorphoses de la machine, thèse de doctorat d’histoire, sous la dir. d’Alain Corbin, université Paris I, printemps 2002, vol. 1, fo 178.

28 Ibid., f o 175.

29 Ibid.

30 Firmin Maillard, Recherches historiques et critiques sur la Morgue, Paris, Delahays, 1860, p. 24.

31 Paul Mahon, op. cit., t. 2, p. 225.

32 ADD-S, 3U 4, « Tribunal de Première Instance de Parthenay. Dossiers de procédures correctionnelles. Homicide par imprudence-Coups et blessures », Rapport médico-légal, le 20 octobre 1886.

33 Archives départementales de la Vienne, 3U 4/602, « Tribunal correctionnel de Montmorillon. Dossiers de procédures. Asphyxie par immersion », Rapport du médecin, le 16 juin 1874.

34 Ibid.

35 Roselyne Rey, Histoire de la douleur, Paris, La Découverte, coll. « Histoire des sciences », 1993, p. 167.

36 Ibid., p. 185.

37 David Le Breton, Anthropologie du corps et modernité, 1re éd. 1990, 3e éd., Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2003, p. 38.

38 Cofondateur des Archives d’anthropologie criminelle, Alexandre Lacassagne est l’un des plus célèbres représentants de l’école lyonnaise de médecine légale de la fin du XIXe siècle.

39 Alexandre Lacassagne, « L’assassinat du président Carnot », Archives d’anthropologie criminelle, de criminologie et de psychologie normale et pathologique, Lyon, Storck, 1894, t. 9, p. 595.

40 Marie-Christine Pouchelle, « La prise en charge de la mort : médecine, médecins et chirurgiens devant les problèmes liés à la mort à la fin du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècles) », Archives européennes de sociologie, 1976, XVII, p. 274.

41 Bruno Bertherat, « Le miasme sans la jonquille. L’odeur du cadavre à la Morgue de Paris au XIXe siècle », dans Anne-Emmanuelle Demartini, Dominique Kalifa (dir.), Imaginaire et sensibilités au XIXe siècle. Études pour Alain Corbin, Paris, Éditions Créaphis, 2005, p. 239.

42 Ibid.

43 « Le secret des expertises », Société de médecine légale (séance du 11 février 1901), Revue des journaux et sociétés savantes, Archives d’anthropologie criminelle, de criminologie et de psychologie normale et pathologique, Lyon, Storck, 1901, t. 16, p. 318.

44 Ibid., p. 316.

45 Ibid., p. 317.

46 D’Arcet, Parent-Duchâtelet, « De l’influence et de l’assainissement des salles de dissection », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, Paris, Crochard, 1831, t. 5, p. 269.

47 Ibid., p. 270.

48 Ibid.

49 Ibid., p. 271.

50 Pierre Rambaud, L’École de médecine de Poitiers à ses débuts (1806-1854), extrait des Archives médicochirurgicales du Poitou, Poitiers, Société française d’imprimerie et de librairie, 1908, p. 39.

51 Emmanuelle Godeau, L’« esprit de corps ». Sexe et mort dans la formation des internes en médecine, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France », 2007, no 29, p. 11-52.

52 Ibid., p. 27-39.

53 Voir Marie-José Imbault-Huart, L’école pratique de dissection de Paris de 1750 à 1822 ou l’influence du concept de médecine pratique et de médecine d’observation dans l’enseignement médico-chirurgical au XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, thèse de doctorat, sous la dir. de p. Huard, université Paris I, 1973, p. 226-227. Voir aussi l’article de Pierre Darmon, « Le vol de cadavres et la science (XVIIe-XIXe siècle) », L’Histoire, septembre 1982, no 48, p. 30-37.

54 Philippe Ariès, L’homme devant la mort, t. 2 : La mort ensauvagée, Paris, Le Seuil, coll. « Points Histoire », 1977, p. 78.

55 Ordonnance de la préfecture de Police de Paris, en date du 25 novembre 1834, article 4. Cité dans D. Dalloz, Répertoire méthodique et alphabétique de législation, de doctrine et de jurisprudence en matière de droit civil, commercial, criminel, administratif, de droit des gens et de droit public, nouvelle édition, Paris, Thunot, 1854, t. 31, p. 548.

56 Mary Shelley, Frankenstein ou le Prométhée moderne, traduction de Germain d’Hangest, Paris, Garnier-Flammarion, 1979, p. 116.

57 Michel Foucault, Naissance de la clinique, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 1994 [1963], 214 p.

58 Émile Goubert, op. cit., p. xi.

59 Désiré Magloire Bourneville, Paul Bricon, Manuel de technique des autopsies, Paris, Delahaye et Lecrosnier, publication du Progrès médical, 1885, p. vii.

60 Émile Goubert, op. cit., p. xi.

61 Ibid., p. 5.

62 Désiré Magloire Bourneville, Paul Bricon, op. cit., p. 25.

63 André Bergé, Guide de l’étudiant à l’hôpital. Examen clinique. Autopsies, Paris, Gauthier-Villards et Masson, Encyclopédie scientifique des aide-mémoire, s. d., p. 209.

64 Ibid., note infrapaginale.

65 Gabriel Tourdes, « Autopsie… », art. cit., p. 423.

66 Gabriel Tourdes, Edmond Metzquer, Traité de médecine légale théorique et pratique, Paris, Asselin et Houzeau, 1896, p. 417.

67 ADD-S, 2U 112, « Dossiers de procédure de la cour d’assises de Niort. Infanticide », Rapport des deux médecins, le 17 novembre 1825.

68 ADD-S, 2U 144, « Dossiers de procédure de la cour d’assises de Niort. Infanticide », Procès-verbal du juge de paix, le 10 octobre 1834.

69 Ibid.

70 Ibid.

71 ADD-S, 2U 233, « Dossiers de procédure de la cour d’assises de Niort. Infanticide », Procès-verbal d’opération, le 18 septembre 1858.

72 Ibid., Rapport du Dr Jaurand, le 16 septembre 1858.

73 Ibid., Procès-verbal d’opération du juge de paix, le 16 septembre 1858.

74 Ibid., Rapport des médecins, le 18 septembre 1858.

75 « Autopsies légales », Chronique, Annales d’hygiène publique et de médecine légale, Paris, Baillière, 1901, 3e série, t. 46, p. 571.

76 ADV, 2U 543, « Dossiers de procédure de la cour d’assises de Poitiers. Infanticide », Procès-verbal constatant le corps du délit, le 16 septembre 1821.

77 Ibid.

78 ADV, 2U 1585, « Dossiers de procédure de la cour d’assises de Poitiers. Infanticide », Procès-verbal de prestation de serment, le 13 février 1848.

79 Bruno Bertherat, La Morgue de Paris…, op. cit., 3 vol. 911 f o.

80 Nicolas Minovici, « Nouveaux procédés de photographie des cadavres », Archives d’anthropologie criminelle, de criminologie et de psychologie normale et pathologique, Lyon, Storck, 1904, t. 19, p. 842-862.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Incision elliptique pour l’ouverture thoracique et abdominale
Légende Source : François Chaussier, Recueil de mémoires, consultations et rapports sur divers objets de médecine légale, Paris, Th. Barrois et Compère Jeune, 1824, p. 501.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/98892/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Figure 2 : Incisions médiane et circulaire pour l’ouverture séparée de la poitrine et de l’abdomen.
Légende Source : François Chaussier, Recueil de mémoires, consultations et rapports sur divers objets de médecine légale, Paris, Th. Barrois et Compère Jeune, 1824, p. 503.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/98892/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 3 : Incisions pour l’ouverture de la cavité buccale et du cou
Légende Source : François Chaussier, Recueil de mémoires, consultations et rapports sur divers objets de médecine légale, Paris, Th. Barrois et Compère Jeune, 1824, p. 505.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/98892/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search