Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mobilité et transmission dans les sociétés de l’Europe moderne

 | 
Anna Bellavitis
, 
Laurence Croq

Seconde partie. Les contraintes de la transmission à l’époque moderne. Enjeux symboliques et patrimoniaux

Héritiers de verre. Transmettre le métier et les entreprises chez les verriers italiens migrants en Europe, XVIe-XVIIIe siècles

Corine Maitte

Texte intégral

  • 1 Pour Venise, la bibliographie est surabondante, voir notamment Patrick McCray, Glassmaking in Rena (...)

1L’Europe curiale et aristocrate du XVIe siècle connaît un réel engouement pour le verre de Venise. Grâce à une série d’innovations introduites dans le travail de ce matériau, ses compositions et ses formes à partir du XVe siècle, les artisans de la Sérénissime ont en effet pris le relais des anciennes productions levantines de luxe. Ils en ont même démultiplié les potentialités en produisant de nouveaux objets : les miroirs, les perles – sans compter tous les bibelots de verre, fontaines de table, coupes ou verres à boire – assoient alors la réputation européenne des artisans du verre de Venise, réputation qui ne s’est pas démentie jusqu’à nos jours, même s’il existe des solutions de continuité dans cette histoire pluriséculaire1.

2En même temps que la renommée de ses artisans se développe, le contrôle de la République à l’égard de leurs mouvements se fait plus sévère. Dès le XIIIe siècle, l’essentiel de la production est localisée à Murano, plus facilement contrôlable, et les premiers statuts corporatifs (1271) punissent tous ceux qui quitteraient le territoire vénitien. Mais la rigueur croissante des peines n’a jamais empêché les maîtres de tenter leur chance ailleurs, et ce d’autant plus qu’au XVe siècle, ils pouvaient se prévaloir de nouveaux « secrets » jalousés partout.

  • 2 La première mention connue date de 1476 lorsque Segurano Saroldi d’Altare vend des ciati seu gothi (...)
  • 3 Ce travail est fondé sur une recherche plus vaste qui a constitué le cœur de mon habilitation à di (...)

3Malgré leur intérêt à préserver l’exclusivité de leur savoir-faire, les verriers vénitiens ne sont pourtant plus les seuls, au XVIe siècle, à être capable de faire du « verre à la façon de Venise ». Parmi les autres centres de production verrière italiens, ceux du Montferrat, pour la plupart originaires du petit village d’Altare, semblent être ceux qui se spécialisent le plus vite dans cette imitation des produits vénitiens : dès la fin du XVe siècle, les premières mentions de verre à la façon de Venise apparaissent dans les ventes des produits du village et au début du XVIIe siècle, les Médicis tentent de les embaucher, au même titre que les Vénitiens, pour venir créer à Florence des fours capables de ravitailler la cour en productions nouvelles2. Comme le montrent les cartes, ces verriers du Montferrat vont installer à travers toute l’Europe, et spécialement en France, des verreries fabriquant des objets variés dont le haut de gamme est en général constitué par des imitations de la production vénitienne3.

  • 4 Voir Corine Maitte, « Corporation et politique au village : Altare entre migrations et processus d (...)

4Altare, dont la population est inférieure à mille habitants pendant l’époque moderne, n’a évidemment rien à voir avec Venise, mais c’est une véritable communauté verrière4 : le premier recensement connu, effectué par les Français en 1806, montre que 48 % des hommes sont verriers. C’est encore là, à une époque de recul sensible du secteur, une mono-activité, surtout si l’on tient compte de tous ceux qui y sont liés : les muletiers, les forgerons, une part des maçons sans doute, les revendeurs de verre, ceux qui coupent le bois, etc., au total 71,4 % de la population masculine est liée au travail du verre, sans compter bien entendu les femmes, dont les activités ne sont pas recensées.

  • 5 Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe, XVe-XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1993 et(...)

5Contrairement à Venise, Altare a autorisé à partir du XVe siècle les migrations de sa force de travail encadrées dans une corporation dont c’est sans doute l’un des buts essentiels. Des mouvements migratoires encastrés se mettent en place de façon précoce : les migrations saisonnières des équipes venues d’Altare, en général composées de dix-huit personnes, y compris le cuisinier, s’articulent aux migrations définitives destinées à conquérir des places. Aucune de ces migrations n’est au départ de rupture avec la communauté d’origine, dont elles contribuent au contraire à élargir les territoires d’activité, selon un modèle similaire à celui des colporteurs, des maçons ou des mercenaires montagnards étudiés par Laurence Fontaine5.

6Ce bref rappel était nécessaire pour comprendre les enjeux des problèmes de transmission que j’envisagerai ici selon trois directions : d’une part, la transmission du métier, où se mêlent les contraintes institutionnelles locales, les contraintes familiales et les contraintes étatiques lors des migrations ; d’autre part, la transmission des entreprises, qui met surtout en lumière les contradictions existant parfois à l’étranger entre les logiques familiales des migrants et les logiques communautaires ; enfin, les mouvements européens de ces verriers italiens permettent de mettre en lumière un phénomène tout à fait spécifique : la transmission sociale de la noblesse acquise dans la migration.

Les contraintes de la transmission du métier

Les contraintes institutionnelles

  • 6 Manlio Calegari et Diego Moreno, « Manifattura vetraria in Liguria tra XIV e XVII secolo », Archeo (...)
  • 7 Archivio di Stato di Torino (AST), materie economiche, cat. IV, IIa addizione, M. 28 bis.

7Les verriers d’Altare ont mis en place dès le XVe siècle une instance officielle de régulation de leurs conflits, à l’intérieur de la communauté comme à l’extérieur. La corporation de l’Art du verre d’Altare est en effet approuvée par le duc de Montferrat en 14956. Le texte réglementaire ne comprend que neuf chapitres dont le faible nombre contraste avec les quarante-six articles de la corporation vénitienne du verre reconnue en 1271 (soixante-trois articles lors de la refonte de 1441). Ce qui frappe surtout, c’est que les statuts corporatifs d’Altare ne fixent aucune règle concernant l’apprentissage, les statuts professionnels et les passages de l’un à l’autre. Contrairement à beaucoup d’idées reçues, ce n’est pas la préoccupation majeure de ceux qui rédigent ce texte : l’essentiel des règles de transmission du métier restent donc informelles. La seule tentative connue de réglementer l’apprentissage est très tardive et date du début XIXe siècle : elle soulève contre elle une vague d’oppositions au motif que l’apprentissage doit se faire au gré des circonstances et notamment de la volonté du patron de four car les apprentis font toujours de la casse7. Il y a donc bien une volonté consciente de ne rien réglementer en la matière.

8Par contre, il apparaît dès le départ nécessaire de définir l’attitude à adopter vis-à-vis des forains. L’article huit du règlement de 1495 est entièrement consacré à ce problème :

  • 8 Guido Malandra, op. cit., a publié l’ensemble des statuts corporatifs que j’ai ici traduits.

« Des forains auxquels il est donné possibilité d’exercer l’art des verres dans le lieu de l’Altare et de leurs qualités.
Ils ont encore statué, ordonné et établi que si aucun ou aucuns d’une autre domination ou territoire viendra ou viendront habiter ou à présent habitent dans le lieu de l’Altare et ont ici domicile ou maison et ont contractés ou contracteront un mariage, ont ou auront des enfants, que les fils lesquels desdits mariages soient procréés et se procréeront puissent et veuillent apprendre et exercer l’art du verre, après avoir donnée cependant avant bonne et adéquate sûreté de trois cent lires de la monnaie courante de ce lieu quand ils ne possèdent pas sur les terres (fini e poderi) de ce lieu ou aient en biens la valeur d’autres 300 lires, d’observer et de ne pas transgresser ces chapitres. Ils ont pareillement établi et ordonné que les susdits fils et leurs descendants qui voudront encore apprendre et exercer le dit art soient tenus avant l’exercice dudit art de rester quatre ans à tiser et quatre autres années à apprendre le dit art, et que tout autre forain sauf conditionné comme ci dessus ne puisse exercer le dit art dans le dit lieu et que ceux qui contreviennent et qui n’observeront pas le dit statut tombent dans la peine de cent lires de la monnaie qui a lieu dans le même lieu pour chacun et pour chaque fois qu’il sera contrevenu, laquelle peine soit appliquée et soit exigée de la façon dont il est dit dans le dernier chapitre suivant8. »

  • 9 Le tisage consiste à nourrir de bois le feu du four verrier.

9Cet article instaure donc une situation d’ouverture relative qui permet aux fils d’étrangers mariés à Altare d’apprendre l’art à la condition de verser une caution qui doit garantir le respect du règlement corporatif. Néanmoins, ces descendants d’étrangers doivent passer par une période probatoire de quatre ans de tisage9 avant les quatre ans d’apprentissage proprement dit. Cette clause ne concerne sans doute qu’eux car les enfants de fils de verriers ne doivent pas tiser dans la mesure où les spécialités apparaissent déjà relativement distinctes, y compris sur le plan symbolique. Il n’est cependant pas du tout certain que cette obligation statutaire ait été réellement appliquée. Quoi qu’il en soit, cela indique une ouverture relative du métier par les femmes.

  • 10 Guido Malandra, op. cit., p. 285, chap. 7 ; par contre aucune restriction n’est faite pour les hab (...)
  • 11 C’est ainsi que les interprète Guido Malandra, op. cit..
  • 12 Sans d’ailleurs qu’aucune loi ne les réglemente jusqu’en 1732, comme le notait un rapport de la fi (...)
  • 13 Je ne m’attarde pas ici sur ces problèmes, mais il me semble que les processus de migrations saiso (...)
  • 14 Il est intéressant de noter que seul le règlement de 1793 prévoit comment doivent se faire les agr (...)

10Cette clause est néanmoins transformée à la fin du XVIIe siècle. La modification, en apparence légère, concerne les femmes qui peuvent donner droit à leurs descendants d’entrer dans la corporation : il ne s’agit désormais plus de toutes les filles d’Altare, mais « des filles de l’un de l’art10 ». En théorie, il s’agit d’un exemple de plus des fameuses « restrictions corporatives11 ». Dans la pratique, cela devint tout autre chose : les agrégations se multiplient12, dans le droit fil de ce qui s’était toujours pratiqué, puisque seule l’agrégation régulière de nouvelles familles dans les rangs des verriers peut expliquer le renouvellement du groupe13. Ce qui change à la fin du XVIIe siècle, c’est que l’agrégation n’est plus automatique et qu’il existe pour les consuls de l’art et pour la communauté la possibilité légale de faire le choix entre tous les prétendants et d’en retirer des sommes parfois importantes14.

11À part cela, aucune autre clause institutionnelle n’existe, pendant toute l’époque moderne, sur les conditions de transmission du métier. La durée d’apprentissage elle-même n’est pas fixée et semble varier, dans les faits, de deux à quatre ans. Rien, si ce n’est l’essentiel : l’interdiction de travailler avec quiconque n’aura pas approuvé les règles corporatives et ne fait pas partie de la communauté, ce qui est tout à fait cohérent avec l’organisation d’équipes migrantes indépendantes et structurées qui vont travailler de ville en ville et entendent rester entre soi.

Les contraintes familiales

12Quelles sont alors les contraintes familiales de la transmission du métier ? Comment se fait la transmission au sein des familles, comment s’opèrent les choix entre ceux qui héritent du métier et ceux qui n’en héritent pas, entre ceux qui migrent et ceux qui restent ? Voilà des interrogations essentielles sur lesquelles les informations disponibles sont malheureusement très lacunaires.

13Premier problème : qui, dans la famille, recueille le métier du père ? Pour répondre à cette question, il faudrait pouvoir reconstituer des généalogies et savoir qui fait quoi. Or, cela est extrêmement difficile dans la mesure où aucun document, que ce soient les registres paroissiaux ou les actes notariés, n’indique de profession. De plus, le stock de noms de famille est assez limité dans le village et les prénoms se répètent d’une génération à l’autre : l’identification précise des personnes dans la famille et la détermination de leur activité sont donc un véritable casse-tête.

  • 15 Cette société est renouvelée en 1601 cf. AN, MC, XXIII 219, f° CLXIX, 12 mars 1601.

14J’ai tenté malgré tout d’apporter des éléments de réponse en reconstituant la généalogie d’une petite partie de la famille Saroldi dont descendent des verriers depuis la fin du Moyen Âge (voir la généalogie). Cette reconstitution permet de saisir la dynamique familiale des affaires et notamment l’importance pour la création des entreprises à l’étranger des associations familiales liant frères et beaux-frères, beaux-pères et gendres, oncles et neveux, pères et fils. En l’occurrence, la verrerie reprise à Lyon à la fin du XVIe siècle par certains membres de cette famille l’est par une société fondée dans la ville en 1579 par Jacopo Saroldi et Vincenzo Ponta, beaux-frères, Sebastiano Bertoluzzi et Giovanni Ferro, dont les liens familiaux avec les deux précédents restent malheureusement inconnus. Cassée par la mort de Vincenzo Ponta à Nevers en 1586, une nouvelle société se noue entre Jacopo Saroldi et son frère Vincenzo, associés à leur neveu Orazio Ponta, fils de Vincenzo et de leur sœur Antonietta15.

  • 16 Guido Malandra, op. cit., p. 118 : Agostino est plusieurs fois avocat de différentes familles d’Al (...)
  • 17 Voir par exemple Archives départementales de la Nièvre (ADN), 3E 1 933, 12 octobre 1658, ADN, 3E 1 (...)

15On pressent donc qu’un seul fils n’hérite pas seul du métier paternel. Cela est confirmé par l’examen des destinées de la seconde génération puisque tous les descendants mâles deviennent verriers. Les exceptions commencent à la troisième génération : presque tous les petits-fils sont encore verriers, mais le « docteur Saroldi » a assurément suivi une formation d’homme de loi16. Il hérite cependant de sa part des entreprises familiales et contribue même activement à leur gestion puisque, par exemple, c’est parfois lui qui fait la navette entre Altare et Nevers pour aller chercher les verriers lorrains recrutés par la famille pour travailler dans leur verrerie de Montenotte située près d’Altare17. De même, le prêtre Bartolomeo, tout en n’étant évidemment pas verrier, reste en possession commune avec ses frères des entreprises familiales. Ce schéma semble relativement commun, bien qu’il faille en toute rigueur multiplier ce type d’analyse pour le prouver. On peut donc en déduire que les familles mettent en œuvre une logique exponentielle de transmission du métier et non une logique malthusienne.

16Il faut aussi souligner que la transmission du métier est sans doute beaucoup plus communautaire que familiale : dans cette organisation fondamentalement collective qu’est le travail du verre, le père n’est pas forcément celui qui transmet le métier. Il n’est en tout cas jamais seul à le faire puisque le travail est nécessairement réalisé en équipes au sein desquelles les tâches sont par ailleurs de plus en plus spécifiées. L’image de la transmission familiale liée à l’apprentissage par le fils des gestes du père est donc ici particulièrement peu appropriée.

  • 18 Pour des considérations semblables cf. Laurence Fontaine, op. cit., et pour la période contemporai (...)

17Toujours est-il que, dès lors que la croissance des fours locaux ne permet pas de faire travailler toute la main-d’œuvre formée, l’organisation des migrations est une réponse cohérente à cette formation de savoir-faire croissante à chaque génération. Ce n’est cependant pas un pis-aller qui pousserait sur les routes les surplus d’une démographie incontrôlée mais au contraire un mode de gestion de la communauté, qui lui permet de s’épanouir dans un territoire discontinu et sans cesse élargi18.

  • 19 Voir par exemple l’action devant le consulat d’Altare de Orazio Ponta contre l’un de ses ouvriers (...)

18Mais alors qui migre et qui reste au village ? Y a-t-il également transmission des chemins de la migration ? L’exemple des Saroldi peut ici encore être mobilisé : la première génération connue est celle qui migre à l’étranger : Lyon puis Nevers, puis Paris, Nantes et Châlons sur Marne si l’on suit le devenir des premiers associés. En l’état actuel, nous ne savons pas où ils meurent. Une partie au moins de leurs descendants se stabilisent à l’étranger : ainsi Orazio Ponte reste à Nevers jusqu’à sa mort en 1645, tout comme le fils de Sebastiano Bertoluzzi reste à Châlons. Ils représentent tous des exemples de migrations définitives qui ne sont en rien des migrations de rupture : bien qu’installés depuis longtemps en dehors d’Altare, ils continuent à faire appel exclusivement à des verriers du village et passent toujours par les instances corporatives pour régler les conflits qui peuvent les opposer à leurs ouvriers19. Mais tous les descendants des Saroldi installés en France n’y restent pas : au contraire, c’est presque l’exception. La majorité des enfants de Jacopo, Giovanni et Vincenzo retourne au village, souvent pour en repartir d’ailleurs, ou du moins pour fonder ailleurs de nouvelles verreries, notamment à Montenotte, situé à quelques kilomètres d’Altare mais dépendant d’une autre souveraineté, ou à Leyni en Piémont. Ils multiplient ainsi les allers et retours entre les installations « à l’étranger » et le village. La mobilité des fils est donc souvent aussi forte que celle des pères, témoignant en cela des constants efforts de relocalisation que doivent faire ces entreprises familiales.

  • 20 C’est ce que décrit Giovanni Levi, « Carrières d’artisans et marché du travail à Turin », Annales (...)
  • 21 Ainsi lors d’un litige avec la corporation en 1670, Giovanni Antonio Calcagno – qualifié par un de (...)

19Dans le cas des migrations de main-d’œuvre et non d’entrepreneurs, il est encore plus difficile de savoir comment s’organisent les mouvements et s’effectuent les choix en l’absence de tous les registres corporatifs qui conservaient la trace de la formation saisonnière des équipes et de leurs déplacements. Il semble pourtant que l’on puisse avancer au moins deux choses : d’une part, l’insertion dans les équipes de migrants ne semble pas faire partie d’une période transitoire, comme initiatique, qui précéderait la stabilité au village20. Au contraire, certains verriers apparaissent engagés pendant l’essentiel de leur vie dans les migrations saisonnières qui acquièrent pour eux un caractère de routine de longue durée : routine dans les parcours, dans les compagnons de travail, dans les retours au village21. Mais y engageaient-ils dès lors leurs fils ? La question est pour l’heure sans réponse. Ce qui est certain, c’est que les migrations les ont parfois placés dans une situation inconfortable de transmission contrainte de leurs savoir-faire.

La transmission contrainte

20Pour les verriers migrants d’Altare, pas question de déroger à leurs règles communautaires et corporatives, pas question donc de travailler avec des verriers non membres du groupe et encore moins de transmettre leurs savoir-faire à des étrangers. S’il n’est pas de mise à Altare même, le secret devient une condition indispensable à l’étranger, garant de la pérennité du système migratoire dont vit le village.

  • 22 Il existe une très vaste littérature sur la loi vénitienne de 1474 qu’il est impossible de citer i (...)

21Pourtant, les verriers migrants demandent souvent aux responsables politiques des villes ou des pays où ils s’installent des privilèges qui leur garantissent l’exclusivité de la production, si ce n’est parfois de la commercialisation, des types d’objets qu’ils fabriquent. Ces privilèges favorisent leurs entreprises, leur permettent d’entrer sur les marchés en les mettant à l’abri des protestations éventuelles des verriers locaux et en les protégeant également des entreprises des verriers concurrents. De tels privilèges ont été concédés dès le Moyen Âge, mais Venise les formalise au XVe siècle comme un moyen spécifique d’attirer les compétences étrangères, en échange de la connaissance à terme des procédés de fabrication. Au-delà du temps garanti du monopole, la loi vénitienne de 1474 prévoit en effet que le secret soit levé et les procédés rendus publics22. Mais contrairement à ce qui se passe à Venise ou à Lucques, les privilèges concédés ailleurs en Europe n’obligent pas forcément les bénéficiaires à transmettre leur métier. C’est même une exigence pratiquement inexistante dans les privilèges concédés aux verriers par de nombreux pays européens au XVIe siècle.

  • 23 Nicolas Albot, « Verreries et verriers italiens dans les Ardennes », Revue historique ardennaise, (...)
  • 24 Émile Levasseur, Histoire des classes ouvrières et de l’industrie en France avant 1789, Paris, Rou (...)
  • 25 Voir notamment Henry Heller, Anti-italianism in sixteenth century France, Toronto, University of T (...)
  • 26 Voir les « Registres des Délibérations de la Commission consultative sur le fait du commerce génér (...)
  • 27 Ibid., « sauf les bons livres, les peintures, sculptures qui seront recogneues faictes et faconnée (...)

22Le problème semble se poser essentiellement en France où cette question acquiert une dimension politique telle qu’elle est source de tensions très vives entre les entrepreneurs italiens et le conseil d’Henri IV. L’histoire est connue, mais elle mérite d’être rappelée23. Après avoir accordé des privilèges de fabrication souvent exclusifs à un certain nombre d’ouvriers étrangers, le Conseil du roi impose, en 1603, que ceux-ci prennent au moins la moitié d’apprentis français, les obligeant ainsi à transmettre leur savoir-faire24. En cas de refus, les privilèges doivent être révoqués. Cette décision est prise alors qu’un climat d’anti-italianisme s’est développé depuis un certain temps dans le royaume et que le nationalisme économique s’affirme de plus en plus, sous l’influence notamment des propositions de Barthélemy de Laffemas25 : celui-ci s’est attaché, dans une série d’écrits adressés à Henri IV, à valoriser l’ancienne supériorité française que le roi se doit de restaurer26. Le premier article de son « Texte de remontrance en forme d’édit » prévoit l’interdiction d’importation de toutes les manufactures étrangères27.

  • 28 Lors de la séance du vendredi 29 mai 1604, « Le maistre tapissier des tapisseries façon de Flandre (...)
  • 29 AN, X1a 8643, f° 59, retranscrit par François Boutillier, op. cit., p. 17-18.

23C’est dans ce climat de restauration de l’économie royale que l’arrêt du Conseil du roi est pris en 1603. La « Commission consultative sur le fait du commerce général et l’établissement des manufactures dans le pays », instaurée à Paris en l’année 1601, est ensuite chargée de convoquer les maîtres étrangers et de leur signifier la volonté royale. S’il s’agit donc d’une contrepartie que le Conseil entend imposer à tous les étrangers privilégiés, la mesure est cependant indépendante des privilèges reçus, comme ne manquent pas de le souligner certains bénéficiaires28. Les verriers italiens sont convoqués au même titre que les autres étrangers privilégiés. Ceux qui exercent à Paris et à la tête desquels se trouve le Jacopo Saroldo déjà rencontré, ont reçu un vaste privilège en 159729 : ils sont donc les premiers (et seuls) visés. C’est finalement en la séance du 21 mai 1604 que Jacopo Saroldo se présente à la commission :

  • 30 Champollion-Figeac, op. cit., t. IV, p. 195. Il est vrai cependant que Buzzone et Bertoluzzi s’éta (...)

« Un nommé Serode, maistre verier, estant comparu suivant l’ordonnance et ayant esté adverti de l’intention et cause pour laquelle il avoit esté mandé, qui estoit qu’il luy convenoit prendre des apprentiz françois ausquels il montreroit le secret et art de faire des verres, et faict reponce qu’il ne luy estoit permis par le prince de Mantoue, et qu’au cas où il voudroit oultre passer de la deffense dudit prince, tous ses ouvriers le quiteroient et abandonneroient, ce qui luy tourneroit à grand préjudice30. »

24À quel texte Jacopo fait-il allusion pour justifier son refus d’apprendre le métier aux Français ? Sûrement aux statuts de la corporation d’Altare qui interdisent, on l’a vu, de travailler avec quiconque n’a pas été accepté dans la corporation et n’en respecte pas les règles. C’est la condition pour préserver une situation de monopole technique qui permet en l’occurrence de bâtir des situations enviables de patrons de verreries.

  • 31 « M. Desprez a faict lecture des privilèges que les maistres verriers italiens ont obtenu de Sa Ma (...)
  • 32 Nicolas Albot, art. cit., p. 217. « Les anciennes verreries en France, de si longtemps ordonnées p (...)

25Devant le refus de Jacopo Saroldo, le seul qu’ait à essuyer la commission, ses membres décident d’en référer au roi31. Le Conseil prend alors des mesures drastiques : obligation de prendre des apprentis français, annulation de l’argument du respect dû aux proclamations statutaires par la naturalisation qui est donc en quelque sorte forcée32. La décision royale semble devoir régler rapidement la question de la formation : en peu d’années, les apprentis français que les Italiens sont maintenant obligés de prendre devaient apprendre secrets et tours de main.

  • 33 Saint-Germain-des-Prés.
  • 34 Voir notamment BNF, ms. fr., collection Delamare, 21 733.

26Mais chacun sait que les décisions royales ont souvent vocation à rester lettre morte. Devant l’obstination des Altarais, la solution royale consiste en fait à susciter et leur préférer un concurrent français, Jean Marechal, privilégié en 1606, qui s’installe dans le même quartier qu’eux33 et dont on ne sait pas grand-chose, si ce n’est rien : était-il seulement verrier ? Avait-il réellement acquis la maîtrise des techniques italiennes ? Des questions légitimes dans la mesure où il ne semble provenir d’aucune des familles verrières connues dans le royaume de France, et où des litiges sur la qualité et les prix de ses ouvrages éclatent dans les années 1610-162034. Le texte du privilège qu’il obtient mentionne en tous cas clairement les raisons de la préférence que le roi lui accorde :

  • 35 Cf. texte publié par Paul Bondois, « Le développement de l’industrie du verre dans la région paris (...)

« Estant le premier françois qui a trouvé ladite invention, luy donner toute occasion de continuer, et pour inciter les autres à rechercher de nouvelles pratiques35… »

  • 36 Il s’agit de Bernard Dubuisson. On ne sait d’où vient ce titre. Le Duc de Nevers le conteste d’ail (...)
  • 37 Pour les relations entre les Nevers et le roi de France, cf. Ariane Boltanski, Les Nevers et l’Éta (...)

27Malgré tout, si les Italiens sont privés du marché parisien, ils restent solidement implantés en province où personne ne songe visiblement à faire appliquer les décisions royales sur la transmission de leurs techniques à des apprentis français. Ce jusqu’à ce qu’en 1619, un verrier français se qualifiant de « procureur syndic de tous les gentilshommes verriers de France » dénonce au Conseil du roi les Italiens de Nevers, irrespectueux des injonctions royales36. Comme à leur habitude, les Altarais jouent en cette occasion des rivalités entre les différents pouvoirs politiques37. Charles de Gonzague se fait leur avocat et explique que l’application de la décision royale est impossible :

  • 38 François Boutillier, op. cit., p. 33-38, pour l’intégralité de la défense de verriers prononcée pa (...)

« Par ce moyen ladite verrerie dépériroit en la perfection qu’elle a toujours eu aux ouvrages divers, veu qu’il est certain que les italiens sont d’ordinaire plus experts et adroictz audict art que non pas les Français, desquels néanmoins ils se servent lorsqu’il se rencontre de bons ouvriers38. »

28Gageons qu’ils n’étaient pas nombreux…

  • 39 Benjamin Fillon, Coup d’œil sur l’ensemble des produits de la céramique poitevine, suivi de recher (...)
  • 40 Archives départementales des Bouches du Rhône, C. 2300, pièce 14, 25 août 1734, cité par Danièle F (...)

29Le pouvoir royal réaffirme sa volonté en 1629 : l’article 414 du Code marchand enjoint alors aux verriers et faïenciers étrangers établis dans le royaume de recevoir les jeunes Français qui voudraient entrer chez eux en apprentissage39. En 1734, il est désormais interdit « de donner place à l’avenir dans les fabriques aux étrangers du Royaume quoique nobles40 ». Comme toujours, la réitération des mesures royales prouve à la fois les enjeux et, sans doute, l’inapplication des décisions prises. Le maintien de la prérogative technique et du secret de fabrication suppose donc des équipes entièrement italiennes, ce qu’était tout à fait capable de fournir Altare, nous l’avons vu.

  • 41 La encore la bibliographie est très abondante, voir Corine Maitte, « Manufactures Royales et débau (...)

30La transmission contrainte n’aboutit pas, comme elle n’aboutit pas non plus dans le cadre de la manufacture de glaces voulue par Colbert, puisque les Vénitiens chèrement débauchés repartent deux ans après leur venue sans avoir totalement délivrés leurs « secrets » et sans être les véritables vecteurs de la transmission organisée des savoir-faire41. Les Altarais (ou descendants de) présents en France continuent donc assez paisiblement à gérer leurs entreprises, en restant longtemps attachés à la main-d’œuvre communautaire et, quand les liens se distendent, ce n’est certes pas suite aux injonctions royales.

Les contraintes de la transmission des entreprises

Gestion communautaire et transmission des entreprises

31Les entreprises des Altarais sont le plus souvent le fruit, nous l’avons dit, de contrats d’association qui lient les membres d’une même famille pendant des durées qui peuvent varier de deux à neuf ans. Ces contrats précisent bien sûr le rôle et les obligations de chacun et prévoient ce qui doit advenir en cas de décès de l’un des membres : les solutions diffèrent, entre l’obligation de recevoir les héritiers ou au contraire la nécessité de les dédommager sans qu’ils puissent entrer de droit dans l’affaire. Quoi qu’il en soit, les fours restent donc le plus souvent des propriétés collectives dont les parts peuvent s’hériter, se vendre, s’échanger, se donner en dot etc. Les filles peuvent en hériter comme leurs frères, et en faire profiter leurs époux. Le partage entre hommes et femmes n’est cependant pas égalitaire puisque les fils reçoivent en général une part supérieure à leurs sœurs. Cela ne change cependant pas l’organisation d’une transmission largement collective des entreprises, à Altare, mais aussi à l’étranger où je les étudierai plus précisément.

32Il faut tout d’abord noter la remarquable longévité de la direction « altaraise » des entreprises que les verriers du village ont installées en France. Leur permanence dure, dans un certain nombre de cas (Bretagne, Nevers, Charles Fontaine, entre autres), jusque tard dans le XVIIIe siècle. Les transmissions ne se font pas forcément en ligne directe, mais fréquemment entre oncles et neveux, entre beaux-pères et gendres, entre beaux-frères, voire entre associés non apparentés.

  • 42 François Boutillier, op. cit.
  • 43 Le contrat entre ces trois personnes date de 1626, il est résilié à Altare en 1646, en présence de (...)

33L’abbé Boutillier a déjà montré la succession des familles à Nevers42 : Jacopo Saroldo, Vincenzo Ponta, Giovanni Ferro, Sebastiano Bertoluzzi de 1583 à 1586, puis les frères Saroldi (Jacopo et Vincenzo) associés à leur sœur et à leur neveu Orazio Ponta lequel continue seul ou avec ses cousins l’affaire jusqu’à sa mort en 1645, peut-être avec l’aide de Giovanni Babino, Gio Antonio Massari, Ambrogio Travetto pour la dernière période43. Puis c’est Giovanni Castellano qui reprend l’exploitation, en association avec son neveu Bernardo Perotto de 1647 à 1654, puis seul. Après son décès, son fils et son gendre prennent la relève, avant les Bormioli qui en sont titulaires pendant tout le premier XVIIIe siècle.

  • 44 Giovanni Castellano est marié à Maria de Filomeno Ponta mais on ne sait le lien de famille éventue (...)

34Sans pouvoir détailler ici toutes ces successions, on peut s’arrêter sur les modalités de transmission dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Après le décès de Orazio Ponta, ce sont donc Giovanni Castellano et son neveu Bernardo Perrotto qui fondent à Altare une société destinée à reprendre l’affaire laissée vacante. Tous deux sont déjà allés à l’étranger, Castellano et peut-être Perrotto à Liège, grand centre d’installation des Altarais : ils sont en tous cas très vite au courant du décès de l’ancien titulaire, du renoncement des associés restants et agissent rapidement pour obtenir le soutien politique de la duchesse de Mantoue qui leur ouvre les portes d’un échevinage pas forcément convaincu. Peut-être hors de la famille, mais à l’intérieur de la communauté, la succession se passe sans problèmes majeurs, la veuve de Orazio Ponte leur louant les édifices verriers44. Cette association de quatre ans est reconduite en 1650, mais ne l’est plus en 1654 : Bernardo Perrotto vole alors de ses propres ailes selon un schéma de scissiparité relativement fréquent et il s’installe finalement à Orléans avec la bénédiction de son oncle. Giovanni Castellano est alors seul titulaire de la verrerie, accompagné de sa femme et de ses deux enfants qu’il a fait venir peu de temps après son installation (voir généalogie).

35Ce n’est pourtant pas à son fils seul que va finalement revenir la verrerie. En effet, Maria, fille de Giovanni, née à Altare en 1641, émigrée en France avec sa mère et son jeune frère après que son père a repris la verrerie de Nevers, naturalisée en 1663, est mariée à 17 ans, en 1658 donc, à Nevers avec Marc de Bormiol. Lui-même est né en Dauphiné, fils de Caterina Buzzone et de Rocco Bormiolo : celui-ci est parti d’Altare avec ses deux frères pour s’installer à la Côte Saint André, suivant peut-être en cela les pas de son père (ou grand-père) Hector. La première génération des verriers altarais arrivés en France marie donc leurs enfants entre eux. C’est sans doute la condition sine qua non pour que les filles ne risquent pas d’introduire des « étrangers » dans les affaires et ne soient donc pas exclues de la succession.

36Le contrat de mariage de Maria et de Marc règle non seulement les accords entre les deux familles mais prévoit déjà la succession de Giovanni : Michel, le frère de Maria, recevra tout d’abord un quart de la fortune de ses parents avant que le reste ne soit partagé avec sa sœur. Surtout, la verrerie lui reviendra s’il le veut et il donnera alors éventuellement une compensation à sa sœur si l’estimation de ce bien dépasse le montant de sa propre part. Le Sieur Marc Bormiol lui

  • 45 ADN, 3E 1 705, Casset, 3 septembre 1658.

« […] s’oblige à rester en la verrerie avec Marie sa femme pour y travailler ainsi que les autres gentilshommes verriers à la charge de ses salaires accoutumez travailler pendant six ans, durant lesquelles il sera nourri et logé avec lad. Marie sans que les futurs soient tenus à contribuer, et de même s’ils continuent à cohabiter sans pour autant qu’il y ait communauté de part ni d’autre. Ce contrairement à la coutume45 ».

37En d’autres termes, tout est fait pour que le fils soit le seul à hériter et que le gendre ne puisse rien prétendre. Pourtant, après la mort de Giovanni en 1672, le schéma est autre : la verrerie est gérée par une association entre les deux beaux-frères jusqu’en 1682, date à laquelle Michel Castellano se retire en laissant l’entreprise à son beau-frère, contrairement aux volontés de son père. Mais à la mort de Marc de Bormiol, Michel Castellano reprend l’affaire jusqu’à son propre décès en 1721 : n’ayant alors pas d’enfants en mesure de lui succéder, sa veuve (française) continue l’entreprise aidée de son neveu Bernard de Bormiol (fils de Marc et de Marie) à qui elle vend l’affaire en 1726. Ainsi, le réseau se maintient et les transmissions restent internes au groupe, c’est ce qui importe avant tout : logiques familiales et logique communautaire peuvent ainsi aller de pair.

38Il est a contrario intéressant d’étudier les rares cas où se nouent de véritables conflits de succession, conflits qui mettent en lumière les contradictions possibles entre logique familiale et logique communautaire.

Logique familiale versus logique communautaire

39Les cas de conflits connus sont seulement au nombre de deux, en Bretagne dans les années 1620 et à Nevers au milieu du XVIIIe siècle. De manière tout à fait significative, ils mettent aux prises les veuves françaises de patrons de verreries décédés et leurs parents altarais qui viennent reprendre les affaires. Ils opposent donc d’un côté la logique de transmission familiale des affaires, de l’autre la logique communautaire. Pour les Altarais en effet, il est clair que c’est celle-ci qui doit primer car laisser une verrerie dans les mains d’une veuve française risque de la voir échapper, notamment en cas de remariage, au réseau communautaire.

  • 46 Archives communales de Nantes, GG 205, f° 16, 3 juin 1627.
  • 47 Archives départementales de Loire Atlantique (ADLA), B 71, f° 241 v°.
  • 48 ADLA, B 73, f° 217.
  • 49 ADLA, B 226, minutes des séances 1628, 10 juin 1627.
  • 50 ADLA, B 74, f° 31 et 32, séances de juillet 1628 et B 226 minutes des séances de 1628 : arrêts en (...)

40Ainsi, en juin 1627, Augustin Fer, titulaire de la verrerie de Nantes et de Héric, décède46. Son cousin Antoine Ribe, originaire, non d’Altare mais de Calizzano, un village proche et allié dont sont originaires les femmes d’Augustin Fer et de son oncle Jean, est candidat à la reprise de l’entreprise nantaise, pour laquelle il demande et obtient sa naturalisation, bien qu’il soit présent en France depuis déjà quelques années47. En 1626, il avait déjà fait enregistrer en sa faveur les privilèges attribués par le roi de France aux verriers48. L’année suivante, la reine mère lui octroie la déshérence de son droit d’aubaine sur les biens d’Augutin Fer, pourtant naturalisé en 159849. C’est ce que conteste la veuve française de celui-ci, Isabelle Poullain, sa seconde épouse. Si elle réussit à obtenir deux arrêts en sa faveur50, elle ne récupère finalement que les biens meubles et ne garde pas de droit sur la verrerie de Nantes, qui reste ainsi dans le giron altarais.

  • 51 Bibliothèque municipale de Nantes, Supplément au Fonds Bizeul ; anciennes archives de Rohan, 2587, (...)

41Le sort de la seconde verrerie gérée par Augustin est différent et montre bien la complexité des problèmes de succession. Pour des raisons qui nous échappent, Antoine Ribe n’y intervient en rien. Cela ne veut pas dire que la veuve d’Augustin en hérite : certes, elle est, après la mort de son mari, locatrice du château dans lequel est installée la verrerie ; mais c’est en compagnie de Oudouart Buisson (Eduardo Buzzone) lui aussi d’Altare, présent en France depuis 1605 si l’on croit ses déclarations dans la demande de naturalisation qu’il accomplit en 1635, soit peu de temps après être devenu titulaire de cette verrerie51. Assez rapidement, la veuve, par ailleurs remariée et veuve une seconde fois, n’a plus rien à voir avec les anciennes exploitations de son mari qui continuent ainsi à être toutes gérées par des Altarais. L’absence d’enfants a sans doute permis l’expulsion plus ou moins rapide des affaires de verrerie de cette veuve française.

  • 52 Voir notamment ADN, 1C 342 : mémoire pour la verrerie Bormiol/Castellan, 1742-1746, Mémoire de Lou (...)

42Les choses se passent différemment à Nevers mi-XVIIIe siècle (voir la généalogie). Catherine Levêque, veuve de Bernard Bormiol, titulaire de la verrerie décédé en 1745, revendique devant le Conseil ses droits de veuve éplorée et chargée d’enfants mineurs sur l’entreprise laissée par son mari, contre ses deux prétendants. Tous deux sont des descendants d’Altarais : Louis Castellan, né à Nevers en 1708, est cousin des enfants de Catherine Levêque et fils du premier mariage du précédent maître de la verrerie, Michel Castellan ; Antonio Bormiolo est un neveu de Bernard Bormiol à qui celui-ci avait assuré, en 1736, qu’il lui laisserait après son décès la jouissance du bail de la verrerie en compagnie de Louis Bormiol de Fouchambault, son autre neveu. Deuxième et troisième génération d’Altarais installés en France, on ignore quels liens les unissaient encore au village d’origine de leurs parents ou de leurs grands-parents, mais ils n’en revendiquent pas moins la supériorité de leurs droits sur la veuve française du défunt maître de la verrerie, l’un au nom du contrat de 1736, l’autre au nom de la succession paternelle. Leurs arguments étaient sans doute juridiquement faibles au regard de la protection due à la veuve et aux orphelins : Catherine Levêque reste donc en possession des biens de son mari, mais il ne semble pas qu’elle change les modes de gestion de l’entreprise qui recrute toujours des ouvriers d’Altare. Les craintes ont donc été en partie vaines52. Mais il est vrai que le dépôt de bilan de la verrerie en 1771 marque la fin du petit Murano nivernais, comme était appelée, non sans involontaire ironie, l’entreprise mise sur pieds et constamment gérée par les « Altarais », si tant est que l’on puisse appeler ainsi des personnes parfois nées en France et dont les liens avec le village d’origine deviennent de plus en plus ténus.

43Une chose est cependant commune au XVIIIe siècle entre les verriers du village et les descendants habitant en France : la prétention d’appartenir à la noblesse.

La transmission de la noblesse

Une noblesse de verre

  • 53 Voir notamment Henri Amouric, Danièle Foy, « Liberté ? Contraintes et privilèges. Les artisans de (...)

44Le problème des origines de la noblesse des verriers français est une affaire complexe et non encore résolue53. Ce qu’écrivaient Henri Amouric et Danièle Foy, il y a vingt ans, n’a pas été remis en cause depuis :

  • 54 Henri Amouric et Danièle Foy, art. cit., p. 257.

« En l’état de la question, il nous paraît mieux fondé d’imaginer que la fonction de verrier, détenteur d’un savoir-faire technologique recherché et sophistiqué, a donné lieu à l’octroi tantôt ponctuel (réservé aux artisans d’une même région ou même à un individu ou sa famille), tantôt généralisé de privilèges et prérogatives à caractère nobiliaire. Par glissements successifs, ces droits extraordinaires, soutenus comme prétentions, ont donné à ce corps de métier l’apparence d’un statut noble lequel fut par la suite consacré et conforté par la répétition des lettres patentes faisant d’un verrier un noble54. »

  • 55 Publiée par Benjamin Fillon, op. cit., p. 199-200 : mais Michel Philippe, op. cit., p. 199, fait j (...)
  • 56 Cités par Henri Amouric et Danièle Foy, art. cit., p. 258.
  • 57 En 1312, Philippe le Bel aurait autorisé les gentilshommes verriers de Champagne à souffler sans d (...)
  • 58 Voir Jean-Baptiste Denisart, Collections de décisions nouvelles et de notions relatives à la juris (...)

45De fait, dès 1399 (1400), une ordonnance de Charles VI concernant les verriers poitevins affirmerait qu’ils sont « à cause dudict métier… tenuz et reputez pour nobles55 ». Un demi-siècle plus tard, des textes émanant de Jean de Calabre accréditent l’idée que les verriers du duché de Lorraine sont « à cause de leur métier… tenuz et reputez en telle franchise comme chevaliers, ecuiers et gent noble56 ». Mais Furetière, lui, s’en tient à une affirmation pratiquement inverse, dont l’origine remonte peut-être au début du XIVe siècle57 : « C’est un privilège des verriers de ne point déroger à la noblesse. » Position qui est systématiquement reprise dans la jurisprudence, spécialement aux XVIIe et XVIIIe siècles58.

  • 59 Danièle Foy, op. cit., p. 80.

46Toujours est-il que, même si la condition sociale des verriers varie encore au XVIe siècle selon chaque région du royaume, la tendance à l’assimilation des verriers à la noblesse est désormais très nette. Cela est en complète opposition avec ce qui se passe alors en Italie où, ni à Venise, ni à Altare, ni ailleurs, les verriers n’ont jusque-là songé à une telle revendication. D’ailleurs, comme le fait remarquer Danièle Foy, les Altarais qui viennent en Provence au XVe siècle ne portent aucun titre de noblesse dans cette région où les verriers locaux ne la revendiquent pas non plus59.

La transmission de la noblesse aux verriers d’Altare en France

  • 60 Ibid., p. 81-82.

47Cependant, au XVe siècle, Benoit Ferry, d’Altare, et son fils Nicolas, reçoivent des privilèges du roi René qui justifient ensuite la prétention de noblesse des descendants : franchises de tailles, de dons, subsides, impôts, gabelles et autres droits leur sont au départ concédés pour favoriser leurs activités60. Or, à quoi reconnaît-on facilement la noblesse, si ce n’est à ces exemptions fiscales ? Leurs héritiers peuvent donc en arguer pour justifier de leur appartenance au second ordre.

  • 61 Comte J. M. F. Hennezel D’Ormois, Gentilshommes verriers de Haute Picardie. Charles Fontaine, Noge (...)
  • 62 Appellation que Jacqueline Bellanger, Verre d’usage et de prestige, France 1500-1800, Éditions de (...)
  • 63 Cf. les travaux de Robert Descimon, art. cit., cf. aussi George Huppert, Bourgeois et gentilshomme (...)

48Surtout, quand, au XVIe siècle, les Altarais essaiment dans des provinces où les verriers sont réputés nobles, ils ne veulent évidemment pas être en reste, et se parent de titres saugrenus, ainsi que l’avait déjà remarqué Hennezel d’Ormois61 : en général, ils prennent le titre d’une verrerie dans laquelle ils possèdent un minimum de participation. Certains, comme Jacopo Saroldo, n’hésitent pas à se qualifier de « Sieur de l’Altare62 ». C’est sans doute la condition indispensable pour pouvoir traiter d’égal à égal avec les familles verrières françaises avec lesquelles les Altarais travaillent et s’allient. C’est surtout la condition indispensable pour bénéficier des privilèges accordés en France aux gentilshommes verriers et à eux seuls : ces très amples bénéfices valent bien l’invention de quelques titres que personne ne songe alors à vérifier. Comme de nombreuses études l’ont montré, le XVIe siècle est particulièrement propice à la mobilité sociale et à l’anoblissement des familles63.

  • 64 Voir les dossiers de noblesse de ces familles dans un certain nombre d’archives, notamment AN, P 2 (...)

49Dès lors, la transmission de ces titres se fait sans problèmes majeurs au sein des familles migrantes. Il est vrai que les vérifications entreprises sous Louis XIV sont l’occasion de quelques tracas, en général mineurs : on leur demande des preuves de leur noblesse, ils les fournissent en se tournant alors vers Altare où les consuls de l’art, les notaires ou le prêtre leur rédigent sans problème des certificats64.

50Au XVIIIe siècle, il semble y avoir une complète assimilation à la noblesse locale. Sans multiplier les preuves, le conseil de tutelle des enfants mineurs de Bernard de Bormiol, maître de la verrerie de Nevers précédemment évoqué, est assez significatif : celui-ci comprend Jean-François Bormiol, écuyer, chanoine de Nevers, Antoine Bormiol, écuyer, sieur des Rochers, Louis Castellan, écuyer ; Maître Jean Sallonnyer de Nyon, avocat en parlement, Claude Levêque, prêtre, curé de la paroisse de Varennes les Nevers, Claude Levêque, avocat en parlement, Pierre Sallonnyer, seigneur de Nyon et de Balleray, tous oncles et cousins germains des mineurs. En retour, le virus de la noblesse touche également Altare.

La noblesse des membres de la corporation d’Altare

  • 65 Corine Maitte, « Corporation et politique… », art. cit.

51La noblesse des membres de la corporation du verre est revendiquée comme telle à Altare à la fin du XVIIIe siècle, dans le cadre des conflits politiques qui enveniment la communauté65. La noblesse des verriers est en effet avancée comme preuve de leur valeur intrinsèque et de leur capacité « naturelle » à s’occuper de la chose publique.

  • 66 En fait, les premières notations de « nobile » dans les actes notariés originaux semblent dater de (...)

52D’où vient cette étrange affirmation d’une noblesse liée à l’exercice d’une activité mécanique et à l’appartenance à une corporation ? Beaucoup l’ont tenu pour évidente, Guido Malandra la tient, selon une hypothèse assez peu fondée, pour une conséquence du système local de taxes et du raidissement de la corporation verrière sous le coup de la décadence économique. Il me semble au contraire que ce peut être un des résultats des contacts migratoires avec la France et avec le Piémont où quelques verriers d’Altare sont reçus parmi la noblesse à la fin du XVIIe siècle66.

53Mais les potentialités de cette différenciation entre les habitants ne sont véritablement exploitées que lorsque l’État piémontais se mêle de perturber les équilibres politiques existant depuis longtemps dans la gestion de la communauté en faveur des verriers. Ce n’est que dans le feu de la compétition politique qu’elle devint un mode d’affirmation, de reconnaissance et de partage des individus, ce que leurs adversaires tournent d’ailleurs en ridicule en 1771 :

  • 67 AST, Materie economiche, IV, M. 18, ins. 2, Rappresentazione dei Particolari dell’luogo dell’Altar (...)

« Avec un tel acte public, on a démontré d’une part la prétention des agrégés d’avoir le droit (gius) de déclarer noble un art, et les familles agrégées l’exerçant, ce qui ne peut jamais être le cas, un tel droit appartenant à qui est souverain, et n’appartient pas à qui est sujet et exerçant un art totalement mécanique comme l’est l’art du verre, car il ne résulte ni des chapitres de l’art ni d’aucun document lui avoir été conférée une telle faculté par le Souverain Royal, et s’arroger une telle faculté semble la même chose que mettre en dérision et avilir la vraie noblesse et qui a le droit suprême d’anoblir67… »

  • 68 Quoique, mis au courant de ma recherche, un descendant d’une ancienne famille verrière ait voulu p (...)

54Noblesse autoproclamée, qui ignore les contraintes souveraines, ainsi, d’ailleurs, que les contraintes de la transmission liées à l’état noble, mais noblesse qui a laissé des traces puisque les oppositions qui se sont alors forgées dans le village ont été véhiculées jusqu’à nos jours où elles continuent à forger l’identité des habitants, leur positionnement dans un groupe ou l’autre et structure encore en partie les appartenances politiques. En effet, si personne ne revendique plus une noblesse qui est apparue un peu trop fragile68, les blasons ornent encore les murs des demeures, et les acteurs des luttes politiques actuelles n’ont pas perdu la mémoire de l’ancienne rivalité entre le « peuple » (paisan) et les « nobles » (monsù) : au début de mes recherches, la mairesse d’Altare, qui appartenait aux anciennes familles du verre, était proche de l’ex-Démocratie-Chrétienne tandis que la mairesse précédente appartenait aux familles « populaires », et était de gauche… De quoi alimenter les enquêtes sur la longue transmission des identités.

Les principaux flux de migrations des verriers d’Altare dans la première moitié du XVIe siècle

Les principaux flux de migrations des verriers d’Altare dans la première moitié du XVIe siècle

Les principaux flux de migrations des verriers d’Altare dans la seconde moitié du XVIe siècle

Les principaux flux de migrations des verriers d’Altare dans la seconde moitié du XVIe siècle

Les principaux flux de migrations des verriers d’Altare dans la première moitié du XVIIe siècle

Les principaux flux de migrations des verriers d’Altare dans la première moitié du XVIIe siècle

Les principaux flux de migrations des verriers d’Altare dans la seconde moitié du XVIIe siècle

Les principaux flux de migrations des verriers d’Altare dans la seconde moitié du XVIIe siècle

Généalogie partielle de la famille Castellano

Généalogie partielle de la famille Castellano

Généalogie partielle de la descendance Castellano-Bormioli

Généalogie partielle de la descendance Castellano-Bormioli

Généalogie partielle de la famille Saroldo, fin XVIe-XVIIe siècle

Généalogie partielle de la famille Saroldo, fin XVIe-XVIIe siècle

Notes

1 Pour Venise, la bibliographie est surabondante, voir notamment Patrick McCray, Glassmaking in Renaissance Venice. The Fragile Craft, Ashgate, 1999 ; Francesca Trivellato, Fondamenta dei vetrai. Lavoro, tecnologia e mercato a Venezia tra Sei e Settecento, Roma, Donzelli, 2000 ; Astone Gasparetto, Il vetro di Murano dalle origini ad oggi, Venezia, Neri Pozza, 1958.

2 La première mention connue date de 1476 lorsque Segurano Saroldi d’Altare vend des ciati seu gothi ad Venecianam, cf. Guido Malandra, I vetrai di Altare, Savona, Cassa di Risparmio, 1983. Sur la tentative de débauche des Altarais par le Grand Duc de Toscane cf. Detlef Heikamp, Studien zur Medicieschen Glaskunst, Florence, 1986, p. 368-369 et Jutta-Annette Page, Beyond Venice, New York, The Corning Museum of Glass, 2004, p. 20.

3 Ce travail est fondé sur une recherche plus vaste qui a constitué le cœur de mon habilitation à diriger les recherches : Mobilités et migrations, institutions et savoir-faire. Italie, France, Pays-Bas, XVIe-XVIIIe siècles, livre 2 : Les chemins de verre. Migrations, institutions, communautés et techniques ; Altare, Venise, XVIe-XVIIIe siècles, 2 vol. , Lille, 2006, Rennes, PUR, 2009. Je précise que toutes les traductions que l’on trouvera ci-dessous des citations originellement en italien sont de mon fait.

4 Voir Corine Maitte, « Corporation et politique au village : Altare entre migrations et processus de différenciation sociale », Revue historique, 617, 2001, p. 45-79.

5 Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe, XVe-XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 1993 et id., « Montagnes et migrations de travail. Un essai de comparaison globale (XVe-XXe siècles) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 52, 2005-2, p. 26-48.

6 Manlio Calegari et Diego Moreno, « Manifattura vetraria in Liguria tra XIV e XVII secolo », Archeologia medievale, II, 1975, p. 22, faisaient déjà remarquer que l’on pouvait interpréter le règlement de 1495 comme l’expression des patrons de fours d’Altare tentant de contrôler les migrations des ouvriers, voire de réserver à Altare certaines productions.

7 Archivio di Stato di Torino (AST), materie economiche, cat. IV, IIa addizione, M. 28 bis.

8 Guido Malandra, op. cit., a publié l’ensemble des statuts corporatifs que j’ai ici traduits.

9 Le tisage consiste à nourrir de bois le feu du four verrier.

10 Guido Malandra, op. cit., p. 285, chap. 7 ; par contre aucune restriction n’est faite pour les habitants de la communauté.

11 C’est ainsi que les interprète Guido Malandra, op. cit..

12 Sans d’ailleurs qu’aucune loi ne les réglemente jusqu’en 1732, comme le notait un rapport de la fin du XVIIIe siècle cf. Biblioteca Reale di Torino (BRT), Miscellana (Misc.) 33, Altare.

13 Je ne m’attarde pas ici sur ces problèmes, mais il me semble que les processus de migrations saisonnières et définitives ont pour corollaire des processus d’immigration dans le village. Pour des raisons structurelles liées à l’activité dominante du village et pour des raisons conjoncturelles liées aux épidémies du XVIIe siècle – la peste de 1631-1632 fit plus de cent morts dans le village –, la situation de la communauté d’Altare doit être comparable aux systèmes intermédiaires entre quartiers lignagers et absence totale de ceux-ci décrits par Gérard Delille, Famille et propriété dans le royaume de Naples (XVe-XIXe siècle), Rome, École française de Rome, 1985. Les éventuelles pertes démographiques liées aux migrations définitives de verriers, ou à la peste, peuvent être compensées par l’arrivée de ces nouvelles familles. La vérification de cette hypothèse ne peut venir que d’une analyse plus approfondie des mécanismes de l’échange, de femmes et de biens, à travers les registres notariés et les registres paroissiaux de la communauté.

14 Il est intéressant de noter que seul le règlement de 1793 prévoit comment doivent se faire les agrégations : l’article 6 prévoit en effet « qu’il ne puisse se faire aucune agrégation d’aucune sorte à l’université sauf le 17 août, laquelle devra se faire à la pluralité des voix et à laquelle ne pourront avoir une part active que les chefs de maison de plus de vingt-cinq ans qui exercent » ; ainsi étaient exclus d’office du vote ceux qui n’exerçaient pas l’art… Texte italien in Guido Malandra, op. cit., 1983, p. 290.

15 Cette société est renouvelée en 1601 cf. AN, MC, XXIII 219, f° CLXIX, 12 mars 1601.

16 Guido Malandra, op. cit., p. 118 : Agostino est plusieurs fois avocat de différentes familles d’Altare devant le Sénat de Casale ; il a aussi exercé les fonctions de podestà et de juge à Altare même ou dans d’autres fiefs. Il meurt à 77 ans le 28 octobre 1699 cf. Archivio Parocchiale di Altare (ACP), morti.

17 Voir par exemple Archives départementales de la Nièvre (ADN), 3E 1 933, 12 octobre 1658, ADN, 3E 1 934 : 3 avril 1659.

18 Pour des considérations semblables cf. Laurence Fontaine, op. cit., et pour la période contemporaine, Caroline Douki, « Les formes de l’intégration spatiale. Le territoire économique d’une région d’émigration : campagnes et montagnes lucquoises, du milieu du XIXe siècle à 1914 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 48, avril-septembre 2001, p. 192-244.

19 Voir par exemple l’action devant le consulat d’Altare de Orazio Ponta contre l’un de ses ouvriers parti avant le terme de son contrat en 1625 cf. abbé François Boutillier, Les gentilshommes verriers de Nevers, 1885, p. 30.

20 C’est ce que décrit Giovanni Levi, « Carrières d’artisans et marché du travail à Turin », Annales ESC, 45, 1990-6, p. 1351-1364.

21 Ainsi lors d’un litige avec la corporation en 1670, Giovanni Antonio Calcagno – qualifié par un de ses collègues de « maître de gobeleterie du quatrième âge » – affirme être depuis vingt ans « chef conducteur de la maîtrise de Bologne, Reggio, Bergamo », poste occupé avant lui par un membre de la famille Negro.

22 Il existe une très vaste littérature sur la loi vénitienne de 1474 qu’il est impossible de citer ici, voir Luca Molà, « Il mercato delle innovazioni nell’Italia del Rinascimento », Mathieu Arnoux et Pierre Monnet (dir.), Le technicien dans la cité en Europe occidentale, 1250-1650, Rome, École française de Rome, 325, 2004, p. 215-250.

23 Nicolas Albot, « Verreries et verriers italiens dans les Ardennes », Revue historique ardennaise, 1906, p. 217.

24 Émile Levasseur, Histoire des classes ouvrières et de l’industrie en France avant 1789, Paris, Rousseau, 1900-1901.

25 Voir notamment Henry Heller, Anti-italianism in sixteenth century France, Toronto, University of Toronto Press, 2003.

26 Voir les « Registres des Délibérations de la Commission consultative sur le fait du commerce général et l’établissement des manufactures dans le pays, instaurée à Paris en l’année 1601 », Champollion-Figeac (éd.), Documents historiques inédits tirés des collections manuscrites de la Bibliothèque Royale et des archives ou des bibliothèques des départements, Paris, F. Didot frères, 1848, t. IV. Il évoque « jusques aux teintures qui sont meilleures qu’elles ne le furent jamais en Italie… mêmes nos armes offensives sont meilleures que ceslles de Millan et de tous pais ».

27 Ibid., « sauf les bons livres, les peintures, sculptures qui seront recogneues faictes et faconnées de bons maistres, du vivant et auparavant le règne du roy François 1 ».

28 Lors de la séance du vendredi 29 mai 1604, « Le maistre tapissier des tapisseries façon de Flandres comparait et reconnaît qu’il lui est nécessaire de prendre des apprentis français mesme pour son profit particulier, et que recongnoissant que telle estoit la volonté du roy, il les accepteroit plus volontiers, encore que ses privilèges ne l’avoient aucunement astreint » (cf. Champollion-Figeac, op. cit., t. IV, p. 197, c’est moi qui souligne).

29 AN, X1a 8643, f° 59, retranscrit par François Boutillier, op. cit., p. 17-18.

30 Champollion-Figeac, op. cit., t. IV, p. 195. Il est vrai cependant que Buzzone et Bertoluzzi s’étaient déjà engagés à « apprendre les secrets à des ouvriers français », cité sans référence par Michel Philippe, Naissance de la verrerie moderne, XIIe-XVIe siècles. Aspects économiques, techniques et humains. De diversis artibus, Turnhout, Brepols, 1998, p. 39-40.

31 « M. Desprez a faict lecture des privilèges que les maistres verriers italiens ont obtenu de Sa Majesté, par lesquels ils sont naturalisés et tenus pour regnicoles, et que néantmoing ils ne vouloient comme les autres enseigner leur art et mestiers aux François, ce qui estoit de mauvais exemple. Sur quoy a esté advisé qu’on en feroit remonstrance à M. Le Chevalier pour en faire sa plainte à Sadite Majesté et avoir sur ce son advis et volonté » (Champollion-Figeac, op. cit., t. IV, p. 196) ; voir aussi p. 204 où les verriers se retranchent une nouvelle fois derrière le respect dû à leur prince : « MM. De Grieu et Desprez ont fait rapport que les maistres verriers italiens disent qu’ils ne peuvent prendre apprentiz françois qu’avec permission du Duc de Mantoue, et que s’il plaisoit à sa Majesté d’escrire audit Duc pour avoir de luy la permission, qu’ils le désireroient fort. Sur quoy, Messieurs ont esté d’avis de communiquer dudit affaire à M. le Chancelier, afin d’en faire son rapport au Conseil. »

32 Nicolas Albot, art. cit., p. 217. « Les anciennes verreries en France, de si longtemps ordonnées pour les pauvres gentilshommes nécessiteux qui s’y peuvent adonner et en faire trafic sans déroger à noblesse, à présent supprimées par les Italiens qui ont introduit de nouvelles verreries de cristal sans les communiquer à autres qu’à leur nation, seront rétablies en faveur de la pauvre noblesse française, en ce qu’il est ordonné par la diligeance desdits sieurs commissaires que, désormais, lesdits italiens seront tenus apprendre l’industrie et l’invention aux français qu’ils prendront pour apprentis ; ce qu’ils avoient cy devant refusé pour les deffences qu’ils prétendoient leur en estre faictes par leurs princes, et le serment qu’ils en debvoient à leur patrie ; à quoy est remédié par lettres de naturalité… »

33 Saint-Germain-des-Prés.

34 Voir notamment BNF, ms. fr., collection Delamare, 21 733.

35 Cf. texte publié par Paul Bondois, « Le développement de l’industrie du verre dans la région parisienne de 1515 à 1665 », Revue d’histoire économique et sociale, 1936-1937, p. 69-70. Le début : « Ayant nostre cher et bien aimé Jean Mareschal trouvé l’industrie de travailler en cristal que les Italiens qui, par notre permission en ont des fourneaux en une partie de nos provinces ont tenüe si couverte, que depuis plusieurs années on n’en a pû avoir aucune connaissance, nous luy avons commandé d’en construire une vererie en ceste bonne ville de Paris ; ce que il a fait et tellement dressé des gentilshommes verriers, nos subjectz, qu’il y en a nombre qui y font de bel ouvrage et le voulant en cette considération bien et favorablement traiter. »

36 Il s’agit de Bernard Dubuisson. On ne sait d’où vient ce titre. Le Duc de Nevers le conteste d’ailleurs puisque, dit-il, Dubuisson n’a « communiqué aucune procuration valable et authentique justifficative de sadicte prétendue quallité de sindic des autres verrriers de France… » (cité par François Boutillier, op. cit., p. 36).

37 Pour les relations entre les Nevers et le roi de France, cf. Ariane Boltanski, Les Nevers et l’État royal, Genève, Droz, 2006 ; sur Charles, Émile Baudson, Charles de Gonzague. Duc de Nevers de Rethel et de Mantoue, 1580-1637, Paris, Perrin, 1947.

38 François Boutillier, op. cit., p. 33-38, pour l’intégralité de la défense de verriers prononcée par Charles de Gonzague. Celui-ci vient de créer, en 1606, une ville, Charleville, près de Mézières, où les verriers altarais se rendent assez rapidement.

39 Benjamin Fillon, Coup d’œil sur l’ensemble des produits de la céramique poitevine, suivi de recherches sur les verriers et faïenciers italiens établis dans l’ouest de la France aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Fontenay-le-Comte, 1865, p. 24.

40 Archives départementales des Bouches du Rhône, C. 2300, pièce 14, 25 août 1734, cité par Danièle Foy, Le verre médiéval et son artisanat en France méditerranéenne, Paris, Éditions du CNRS, rééd. 2001, p. 98.

41 La encore la bibliographie est très abondante, voir Corine Maitte, « Manufactures Royales et débauchage des compétences : les ouvriers qualifiés d’origine italienne (XVIIe-XVIIIe siècle) », Gérard Gayot et Philippe Minard (éd.), Les ouvriers qualifiés de l’industrie. Formation, emploi, migrations (XVIe-XXe s.), Revue du Nord, no 15 hors série, 2001, p. 43-65.

42 François Boutillier, op. cit.

43 Le contrat entre ces trois personnes date de 1626, il est résilié à Altare en 1646, en présence de Giovanni Castellano : Archivio di Stato di Savona (ASS), notarile antico, Rolando, 14 août 1646.

44 Giovanni Castellano est marié à Maria de Filomeno Ponta mais on ne sait le lien de famille éventuelle qui la lie avec Orazio Ponta.

45 ADN, 3E 1 705, Casset, 3 septembre 1658.

46 Archives communales de Nantes, GG 205, f° 16, 3 juin 1627.

47 Archives départementales de Loire Atlantique (ADLA), B 71, f° 241 v°.

48 ADLA, B 73, f° 217.

49 ADLA, B 226, minutes des séances 1628, 10 juin 1627.

50 ADLA, B 74, f° 31 et 32, séances de juillet 1628 et B 226 minutes des séances de 1628 : arrêts en faveur de la veuve de Agostino Ferro en date des 21 et 27 juillet et des 3 et 4 août 1628.

51 Bibliothèque municipale de Nantes, Supplément au Fonds Bizeul ; anciennes archives de Rohan, 2587, bail du 9 février 1632 ; naturalisation de Edouard Buisson gentilhomme verrier Mr de la verrerye d’Heric duché de Nantes natif de la ville de l’Hostel au marquisat de Montferrat, ADLA, B 76, f° 12-13.

52 Voir notamment ADN, 1C 342 : mémoire pour la verrerie Bormiol/Castellan, 1742-1746, Mémoire de Louis Castellan pour rentrer en possession de la verrerie 1742.

53 Voir notamment Henri Amouric, Danièle Foy, « Liberté ? Contraintes et privilèges. Les artisans de la terre et du verre dans la Provence médiévale », Les libertés au Moyen Âge, Actes du Festival d’Histoire de Montbrison, 1-5 octobre 1986, p. 253-280 ; Danièle Foy, op. cit. ; Michel Philippe, op. cit., 1998. Les recherches sur la noblesse en général étant extrêmement nombreuses, il est évidemment impossible de toutes les citer ici. Voir notamment Robert Descimon, « Chercher de nouvelles voies pour interpréter les phénomènes nobiliaires dans la France moderne. La noblesse, “essence” ou rapport social », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 46, janvier-mars 1999, p. 5-21 ; pour l’Italie, Claudio Donati, L’idea di nobiltà in Italia (secoli XIV-XVIII), Rome/Bari, Laterza, 1988.

54 Henri Amouric et Danièle Foy, art. cit., p. 257.

55 Publiée par Benjamin Fillon, op. cit., p. 199-200 : mais Michel Philippe, op. cit., p. 199, fait justement remarquer que « cet acte – dont l’original n’a jamais été retrouvé – présente les caractères d’un faux… il doit donc être utilisé avec précaution ».

56 Cités par Henri Amouric et Danièle Foy, art. cit., p. 258.

57 En 1312, Philippe le Bel aurait autorisé les gentilshommes verriers de Champagne à souffler sans déroger à leur noblesse cf. M. Philippe, op. cit., p. 198.

58 Voir Jean-Baptiste Denisart, Collections de décisions nouvelles et de notions relatives à la jurisprudence actuelle, 9e édition, t. IV, Paris, 1775, article « verrerie » : « Le gentilhomme extrait de noble et ancienne lignée ne déroge point à la noblesse », mais « l’édit sur le règlement des exempts des tailles du mois de juin 1614 article 8, porte que les verriers ne jouiront d’aucune exemption s’ils ne sont nobles d’extraction » ; voir aussi J. N. Guyot, Répertoire universel et raisonné de jurisprudence, 1784, t. XII, article « Noblesse ».

59 Danièle Foy, op. cit., p. 80.

60 Ibid., p. 81-82.

61 Comte J. M. F. Hennezel D’Ormois, Gentilshommes verriers de Haute Picardie. Charles Fontaine, Nogent le Rotrou, 1933, p. 58 sqq.

62 Appellation que Jacqueline Bellanger, Verre d’usage et de prestige, France 1500-1800, Éditions de l’Amateur, 1996, reprend sans esprit critique.

63 Cf. les travaux de Robert Descimon, art. cit., cf. aussi George Huppert, Bourgeois et gentilshommes, la réussite sociale en France au XVIe siècle, 1977, trad. fr., Paris, Flammarion, 1983.

64 Voir les dossiers de noblesse de ces familles dans un certain nombre d’archives, notamment AN, P 2595 (Massary), et surtout parmi les manuscrits des Carrés d’Hozier de la BNF : par exemple BNF, Carrés d’Hozier, 419 pour la famille Massari.

65 Corine Maitte, « Corporation et politique… », art. cit.

66 En fait, les premières notations de « nobile » dans les actes notariés originaux semblent dater de la fin du XVIe siècle, mais comme le remarque Guido Malandra, op. cit., note 36, p. 200-203, on peut difficilement en déduire la « noblesse » des personnes ainsi désignées puisque ce qualificatif semble plutôt désigner d’une façon générale des notables. Francesca Trivellato, op. cit., note un processus semblable à Venise : c’est dit-elle « probablement à travers les verriers de Murano appelés par Colbert pour travailler à Paris que la notion – de noblesse – était entrée dans l’imaginaire muranais ».

67 AST, Materie economiche, IV, M. 18, ins. 2, Rappresentazione dei Particolari dell’luogo dell’Altare, e discendenti da donna originaria dei uomini dell’arte vitrea a nome pure di molti altri (1771) : il s’agit d’une requête de particuliers descendants d’une fille de l’art, eux-mêmes non verriers, mais qui demandent quand même à être reconnus comme agrégés sans devoir payer de droit.

68 Quoique, mis au courant de ma recherche, un descendant d’une ancienne famille verrière ait voulu prendre contact avec moi pour avoir des preuves de la noblesse reconnue à ses ancêtres en France et au Piémont…

Table des illustrations

Titre Les principaux flux de migrations des verriers d’Altare dans la première moitié du XVIe siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/98861/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Les principaux flux de migrations des verriers d’Altare dans la seconde moitié du XVIe siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/98861/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Les principaux flux de migrations des verriers d’Altare dans la première moitié du XVIIe siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/98861/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Les principaux flux de migrations des verriers d’Altare dans la seconde moitié du XVIIe siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/98861/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Généalogie partielle de la famille Castellano
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/98861/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Généalogie partielle de la descendance Castellano-Bormioli
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/98861/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Généalogie partielle de la famille Saroldo, fin XVIe-XVIIe siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/98861/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540